09fév 09

 

J’écris quelques mots à l’entrée d’une semaine qui sera marquée pour moi par le meeting du Front de Gauche à Marseille le 10. Ce sera une sorte de test après celui de Frontignan dans l’Hérault qui fut un succès surprenant pour tous. Ces signes venus du terrain sont décisifs. Celui de Frontignan contrebalançait la déception des premières réactions du NPA aux ouvertures que notre congrès de Limeil Brevannes faisait dans sa direction. Il compensait aussi l’attentisme des autres composantes que nous appelons à rejoindre le Front. Si mille deux cent personnes s’entassent dans une salle prévue pour neuf cent et supportent, pour beaucoup d’entre elles, de rester debout pendant deux heures et demie à entendre des discours avant de repartir en car ou en voiture, c’est qu’elles veulent dire quelque chose autant qu’elles veulent en entendre. Elle viennent dire qu’elles soutiennent l’idée du Front, qu’elles comprennent cette bataille pour le constituer, qu’elles y apportent leur pierre en venant au meeting. Que se passera-t-il à Marseille? Ce sera la réponse aux duretés du congrès du NPA. Car ce n’est pas un congrès encourageant et mieux vaut le reconnaître si l’on veut être honnête et efficace pour la suite de ce qui reste à faire.

 

Pendant toute la durée du congrès du NPA une importante délégation du parti de gauche a suivi les travaux, ceux des plénières comme ceux des commissions. Les compte rendus qui croisaient les regards me permettent de me faire une idée assez exacte de ce qui s’est passé. Nous sommes tous frappés par la violence du ton des attaques portées par ceux qui sont s’opposent à l’idée du front de gauche. Et surtout par leur caractère personnel, dirigé contre moi («elle est bonne la soupe au Sénat?» demande à la tribune un intervenant) ou contre Marie Georges Buffet(«ils ont été ministres du gouvernement Jospin, comme si c’était une infamie). Avec cela, l’arrivée surprise de nouvelles conditions inattendues pour la participation au Front,comme «le nucléaire»,est faites dans des formules d’une généralité telles qu’elles finissent par sentir le prétexte. Enfin l’élimination de la direction du nouveau parti de tous les porte-paroles de la tendance favorable au front de gauche, avec une telle brutalité à l’endroit de dirigeants historique de cette formation comme Christian Picquet, est également un signal très négatif volontairement donné en interne à cette formation. Bien sur, les commentaires médiatiques, tous orientés dans le même sens de fascination, à quelques rares exceptions près, ne facilitent pas la mise en débat public des questions que posent les conclusions politiques de ce congrès. Il est donc essentiel de faire nous même le travail, "au boutons de veste", jusqu’à ce que le plus grand nombre comprenne de quoi il retourne et «qui propose quoi». Et il faut le faire sans se désespérer. Si nous voulons l’union de toute l’autre gauche, alors il faut s’en donner les moyens de patience et de conviction. Donc on continuera le débat et les efforts pour convaincre. Il ne faudra pas répondre aux insultes. Il faudra garder le même respect pour nos interlocuteurs que nous avons pratiqué jusqu’à ce jour. Peut être parviendrons nous a faire en sorte que l’insulte ne soit plus admise pour se parler à gauche. Garder la méthode du «débat argumenté» plutôt que de l’invective. Imaginez le contraire! Imaginez que l’on s’abandonne à notre tour à l’énumération des oukases sur le mode de celles que profèrent contre nous les dirigeants du NPA. Tout serait perdu. Non pour nous, partis politiques, mais pour tous ceux qui n’ont pas d’autre espoir que ce que l’existence du Front de gauche pour exprimer leur opinion et bouleverser la donne politique dans la gauche et dans le pays.


262 commentaires à “Décevant”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »

  1. 1
    Stéphane V dit:

    Ce que vous dites est exact monsieur Mélenchon et en effet, j'ai vu une vidéo concernant un débat sur le front de gauche et le nucléaire est un prétexte totalement bidon. Je l'ai dis dans votre article suivant (mais il n'a pas encore été validé pour le modérateur) qu'ils ont gardé leurs bonnes vieilles racines trotskystes qui visent à renoncer à toute alliance politique pour diviser les forces de gauche... Et c'est ce qui arrive. Bon courage et en espérant que la rencontre avec Lutte Ouvrière sera bénéfique.
    Bien cordialement,

    Un sympathisant PCF.

  2. 2
    Bruno dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon et autres camarades du PG,
    (les autres peuvent lire aussi !)
    Oui, décevant, mais malheureusement un peu prévisible. La situation est assez paradoxale. En apparence le NPA est en position de force grâce à la médiatisation et à la popularité d'Olivier Besancenot, ce qui n'enlève rien à ses mérites. Pour autant, dans le moment que nous vivons, la force potentielle décisive est du côté du positionnement du PG car seul il articule un projet et une stratégie crédibles, ne reposant sur aucun artifice. Je crois que c'est celà que sentent bien les dirigeants du NPA. Valider en l'état le front de gauche revenait de fait à en vous en abandonner le leadership car le PG devenait alors la pierre angulaire, la clef de voûte permettant d'unir les "frères ennemis" que sont le PCF et le NPA. Le PG et le PCF ont de plus fourni le prétexte espéré pour cette décision en étant pas clair sur la question des régionales : il aurait fallu affirmer sans ambages que non, il n'y aurait nulle part des listes communes avec le PS. Je pense que le PG pouvait se le permettre, forcément, par contre le PCF aurait-il craint de perdre avec son vieil allié ses derniers bastions ? Le PG n'a pas osé lui forcer un peu la main ? Tout celà est bien triste. Si la situation n'évolue pas alors les européennes n'offriront pas électrochoc attendu, la table ne sera pas renversée, tout au plus pourrions-nous espérer que les électeurs ce coup-ci sanctionnement l'esprit de division.

  3. 3
    B. Samson dit:

    HS, mais important, à relayer : un appel au soutien financier des instituteurs "désobéissants". http://yetiblog.org/index.php?post/UN-EURO-POUR-CHANGER-LE-MONDE

  4. 4
    4 Août dit:

    Proposons de limiter les alliances PS à ceux qui ont signé la motion HAMON. Si ça ne leur suffit pas, alors basta, et les insultes seront inutiles. Le mépris suffira. Ils devront alors expliquer à leurs militants et électeurs, après avoir saboté l'unique espoir d'en finir avec le capitalisme européen, ce que signifie le "A" de NPA.

  5. 5
    4 Août dit:

    Union européenne : l’argent de la propagande

    Manipulations en France et aux Pays Bas

    Le premier objectif a été atteint en France et aux Pays-Bas en faisant ratifier par la voie parlementaire un texte - le traité de Lisbonne - à 98 % identique à celui sur la « Constitution européenne » rejeté par les électeurs. Pour l’Irlande, un tel tour de passe-passe étant constitutionnellement impossible, les citoyens de la République devront revoter avant la fin de l’année 2009. Le second objectif - persuader les citoyens du bien-fondé des politiques européennes – n’est pas atteignable directement. Il y a peu de chances, en effet, de mobiliser la majorité des populations en faveur du dumping fiscal et social, du démantèlement des services publics et des libéralisations en tout genre qui constituent l’ordinaire de l’activité communautaire.
    (…)
    L’astuce consiste à faire adhérer les citoyens à des principes européens plus généraux, tels que la démocratie, la paix, le rapprochement des peuples, le développement durable, l’emploi, etc., qui seraient mieux garantis par une intégration toujours plus poussée au sein de l’UE. L’approbation de ces principes équivaudra alors implicitement à l’approbation de politiques réellement existantes qui, dans les faits, vont le plus souvent à leur encontre.
    (…)

    2,4 milliards d’euros pour la propagande !

    Pour mener à bien cette stratégie de communication ou plus exactement de propagande, la Commission européenne dispose de moyens financiers considérables. Une étude de Open Europe [1] les chiffre à 2,4 milliards d’euros en 2008.
    (…)
    Pourquoi alors ne préconise-t-elle pas la tenue de référendums pour leur donner la parole ? D’autant que ces scrutins sont des vecteurs privilégiés de l’information sur l’UE, comme l’atteste une étude récente [2] : en France, en Irlande et au Danemark, pays où le « non » l’a emporté lors de référendums, les personnes interrogées pouvaient répondre correctement à deux fois plus de questions sur les institutions européennes qu’en Allemagne, Belgique et Italie, pays sans référendums. Faut-il en conclure que l’UE ne gagne pas à être mieux connue ?

    http://www.marianne2.fr/Union-europeenne-l-argent-de-la-propagande_a174954.html

  6. 6
    Stéphane V dit:

    Ce que tu dis Bruno est vrai car depuis hier je débat sur le forum du NPA et ce qui leur gêne beaucoup c'est le PCF qui serait trop mis en avant et que le PCF et le PG prendrait la tête du mouvement, enfin bref, il y en a même un qui proposait un front sans le PCF et le PG... C'est désolant mais comme tu l'as dis, prévisible. C'est un parti qui fuit toutes responsabilités politiques.

  7. 7
    Nipontchik dit:

    le NPA est en position de force avt tout parce qu'il a obtenu 4 % dans 2 psdtielles successives et qu'il subsiste 1 tel dégoût des années Jospin parmi les classes populaires
    peut-être surestime-t-il sa force électorale (vu le désarroi idéologique pas impossible que Bayrou capte 1 partioe de son électorat)

  8. 8
    Etiam Rides dit:

    Le NPA prouve qu'il n'est qu'un faux-nez de la LCR dans ce qu'elle a de pire: sectarisme, hypocrisie etc.
    Leur but est d'éradiquer toute voix discordantes à l'intérieur de leur formation et à l'extérieur pour donner comme alternative: nous ou le PS.

    Absolument consternant!

  9. 9
    langue-rouge dit:

    Contrairement à ce que dit Mélenchon en citant 2 ou 3 morceaux de phrases d'interventions dans un congrès qui a duré 3 jours avec des discussions entre 9h30 et 20h00 le vendredi, 9h30 et 22h30 le samedi et 9h30 et 15h00 quasiment le dimanche, les débats ont été intenses, studieux et démocratiques jusqu'au bout. Il est facile et même malhonnête de prendre sur les centaines d'intervention quelques envolées sectaires et résumer ainsi la tonalité des débats.
    Et c'est en plus la pire des choses à faire si on a encore même un très petit espoir de convaincre de caricaturer et de déformer les positionnements du NPA.
    Les militants du NPA qui ont assisté aux débats ne réagiront pas forcément à cela de la meilleure des façons.

    Quant à Unir, il faut remettre les choses à l'endroit. Il y eu une commission pluraliste où ils étaient présents qui a discuté pendant des heures pour concilier réprésentation LCR et non-LCR, parité H-F, représentation des clivages politiques (front de gauche mais aussi écosocialisme par exemple) et j'en passe. Cette commission une heure avant la fin (peut-être moins) présente au vote la liste et Unir à la surprise générale sort alors de son chapeau une liste de 26 noms sur la base des 16% qu'auraient obtenu la motion qui appelait à se rallier aux positions du PG et du PCF.
    Il y a eu un véritable tollé dans la salle devant cette manip, ce coups de force antidémocratique qui mettaient les délégués devant un sacré dilemne sans discussion possible alors que la plupart devaient prendre leur train.

    Du coups cette proposition a été présentée au vote malgré tout et Unir n'a même pas été soutenu par les 104 (je crois) délégués sur les plus de 600 qui avaient voté leur orientation.
    Il n'y avait que 54 délégués (je crois) qui les ont soutenu, les autres outrés par leur manip, ont voté contre parce qu'ils refusaient d'être pris en otage alors même qu'ils étaient d'accord politiquement.

    La tribune a proposé alors un compromis, elle a proposé à Unir de se constituer en plateforme, et donc sur la base des votes obtenus de faire élire les représentants qu'ils veulent à la direction. Unir a refusé (pourquoi ?) préférant une deuxième proposition de compromis, 13 représentants au lieux des 26 sur la base des membres de ce courant qui avaient déposé leur candidature dans les comités locaux (sans vote éliminatoire) comme tout candidat devait le faire. Les dirigeants d'Unir ayant pour la plupart refusé de le faire, ils n'y sont pas mais ils sont tout de même représentés par 13 personnes et les délégués ont voté sur ce point et ont majoritairement y compris ceux très majoritaires qui refusaient la ligne d'Unir accepté de faire passer de 5 à 13 les représentants à la direction.

    Une chose est sûr, Unir aura beau déverser les pires mensonges dans les médias pour couvrir sa faible représentativité et ses manœuvres politiciennes, ils sont décrédibilisés totalement au sein du NPA même parmi ceux qui sur le fond sont d'accord avec eux.

    Bon cela étant dit, on discute maintenant que le NPA a acté démocratiquement une position ?
    Un front anticapitaliste indépendant durablement du PS, ça vous dit ?
    Ou alors vous mettez comme préalable que tout reste ouvert après les européennes ?

  10. 10
    Hold-up dit:

    Guadeloupe : un pré-rapport détonant sur la filière pétrolière / "Le Monde.fr"

    " Le secrétaire d’état à l’outre-mer, Yves Jégo, a diligenté une mission d’inspection, qui examine depuis le mois de décembre 2008 le système de distribution de l’essence dans les DOM-TOM. Le rapport final doit être présenté fin février, mais un rapport d’étape a déjà été rédigé, que Le Monde s’est procuré. Il est accablant pour les compagnies pétrolières.

    Dans Le Journal du dimanche, du 8 février, M. Jégo évoque "un questionnement sur un enrichissement sans cause des compagnies pétrolières" qui pourrait se terminer "par une action judiciaire de l’Etat" contre elles.

    L’Etat non plus n’est pas exempt de reproches, selon ce prérapport : "Le dispositif actuel d’administration des prix par les préfets prend l’eau de toute part" et les services de l’Etat "sont incapables de justifier la base des calculs sur lesquels repose leur évaluation", en Guyane, en Martinique et en Guadeloupe écrit l’inspecteur. Mais les pétroliers apparaissent comme les plus fautifs. "

    Article :

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/02/09/guadeloupe-un-prerapport-detonnant-sur-la-filiere-petroliere_1152592_3224.html#ens_id=1146113

  11. 11
    Carol DEBY dit:

    Les Français commenceraient-ils à se lasser de leur ex-french doctor (il a démissionné de Médecins sans frontières en 1978)
    Rappel d’archives.

    Edito de l'Huma 10 Juillet 1999

    Lettre ouverte à Bernard Kouchner, gouverneur du Kosovo.

    Vous étiez docteur, vous voilà gouverneur. Je sais : ce n'est pas le titre que
    vous a accordé l'ONU, soudain réveillée de sa longue léthargie. Officiellement,
    vous êtes administrateur civil et provisoire du Kosovo. De fait, cette province
    serbe est transformée en protectorat, comme au bon vieux temps……..

    L'UCK affiche sa morgue revancharde. Les mafias albanaises se partagent
    leurs zones d'influence……..

    Outre que vous avez applaudi à l'intervention de l'OTAN, nul n'a oublié que
    c'est vous qui avez porté sur les fonts baptismaux le concept d'" ingérence
    humanitaire ". C'était à l'époque où l'on vous voyait débarquer en Somalie
    avec un sac de riz sur l'épaule et une escouade de caméras dans la musette. Du sac de riz au missile guidé par laser, il y a un pas, que vous avez franchi avec allégresse. Qu'il ne faille pas en rabattre sur les droits de l'homme au nom de la raison d'Etat, c'est une chose. En déduire qu'un bras armé téléguidé de Washington peut se parer d'une vertu pacificatrice pour intervenir là où bon lui semble, c'en est une autre……..

  12. 12
    pas perdus dit:

    Finalement le passage de la LCR au NPA n'aura été que cosmétique... Ils ont parlé de front durable jusqu'aux régionales, maintenant ils mettent d'autres occasions, la surenchère...

  13. 13
    pas perdus dit:

    d'autres conditions... je corrige.

  14. 14
    Pulchérie D dit:

    Monsieur Besancenot pouvait se targuer d'une préférence de 4%, à un
    moment où le PG n'existait pas. Les temps ont changé, mais pas les
    narcissiques !
    La gloire est éphémère. Et surtout," faire " 4% parce que l'électeur de
    gauche n'a rien d'autre à se mettre sous la dent incite à la prudence.

    Ne soyez pas déçu, et continuez, monsieur le Sénateur.

  15. 15
    toto dit:

    Il y a quelque chose qui a du mal a passer. UNITE

    http://www.marianne2.fr/photo/891302-1052930.jpg?v=1234087063

  16. 16
    langue-rouge dit:

    Bon, je vois que ça censure un max.
    Je suppose que la version d'Unir sur le congrès est la seule tolérée sur ce forum.
    Dont acte.

    Certains vont finir par me faire regretter certaines batailles en commun pendant les candidatures unitaires, batailles qui m'ont amenées à m'opposer frontalement parfois à la direction majoritaire d'alors de la LCR.

    Cela me rassure tout de même quand je peste contre certains petits dysfonctionnements internes du NPA de voir que c'est encore ce qui se fait de mieux au niveau démocratie.

    Bonne censure !

  17. 17
    Fonzie dit:

    Le coup de la sortie du nucléaire, ça c'est la meilleure ! Le sujet n'a rien, mais alors rien à voir avec des questions de tactique politique - j'aurais compris s'ils avaient mis comme condition la proportionnelle intégrale, par exemple, mais quel rapport entre le nucléaire et la constitution d'un front électoral ?
    La seule explication, c'est qu'ils craignaient que le PCF, pris d'un soudain accès d'audace, accepte de mettre un terme à ses alliances avec le PS. Donc, pour être vraiment sûr de ne pas devoir faire alliance avec les "stals", il fallait rajouter une condition-piège.
    A peine éclos, le NPA est déjà en bonne voie pour se mettre à dos une grosse partie de la gauche de gauche.
    C'est tellement consternant que c'en est amusant.

  18. 18
    Caroline de Caen dit:

    La LCR-NPA me désespère... Leur attitude est consternante et ça ne me fait pas rire du tout.
    Tous les prétextes sont bons pour ne surtout jamais prendre le pouvoir! C'est tellement plus facile de rester minoritaire dans son coin en se gargarisant d'être le plus pur idéologiquement et le plus à gauche!
    En attendant, en créant un vrai front de gauche (PG-PC-NPA), nous avions des chances de bouleverser la donne à gauche.
    Je suis déçue... Je suis sans doute encore trop naïve...

  19. 19
    Frédéric VIALLE dit:

    Prévisible, certe mais...
    Que l'organisation NPA, n'est pas fait le choix du rassemblement c'est une chôse, regrettable mais prévisible, maintenant il y a les gens, les électeurs, les citoyens de gauche, certains militants du NPA, qui ne veulent pas se contenter de la contestation, et le front de gauche va quand même grandir. Je leur souhaite bonne chance, mais avec le mode de scrutin par grande région, se sera difficile pour avoir des députés, à moins qu'ils n'en veulent pas! et là, c'est exister pour soi même et nous ne pouvons rien pour eux, cela nous compliquent la tache et surtout affaibli une réelle alternative au PS et à l'UMP. Mais c'est comme cela, il faut-être confiant, le meeting du front de gauche lance déja les chôses à Montpellier, continuons...

  20. 20
    Arnal dit:

    "Et surtout par leur caractère personnel, dirigé contre moi («elle est bonne la soupe au Sénat?» demande à la tribune un intervenant) ou contre Marie Georges Buffet(«ils ont été ministres du gouvernement Jospin, comme si c’était une infamie)"

    en gros pour certain on ne peut pas faire confiance aux PG et PCF parce que leurs représentants les plus emblématiques ont participé à des gouvernements sociaux démocrates ? Qu'ils aient décidé de se présenter contre le PSE et la droite aux prochaines élections, ça ne compte pas, qu'ils mettent toutes leurs forces dans la constitutions de listes communes de l'autre gauche pour avoir une chance de changer la donne à gauche, ne compte pas plus, et j'en passe et des meilleures.

    Étriquée, politicarde, paranoïaque, fantasmatique, désespérante vision des choses.

    Mais surtout, à titre perso et peut-être sous le coup de « l'émotion », en tant que militant du PG, je me sens insulté, victime de préjugés, la cible d'un procès d'intention injuste.

    Pour quoi ou qui sommes-nous pris ?

    Nombre d'entre nous s'investissent pour la première fois dans un parti et ne calculent pas, ils se jettent dans la bataille parce qu'ils en ont assez de rester inactifs, parce qu'ils ne se sentent plus orphelins d'une représentation politique. D'autre, parmi nous, ont décidé courageusement de rompre avec le parti socialiste alors qu'ils s'y investissaient depuis des lustres, quite, parfois, à en payer le prix. D'autres, encore, renouent aujourd'hui avec la politique alors qu'ils avaient cessé de croire en elle. Pour quoi ou qui sommes-nous pris ? Nous autres militants et militantes pour qui l'unité constitue un véritable espoir de changement ?

    Pour des neuneus ? Nous ne serions en fait que les outils serviles des ambitions démoniaques de Jean-Luc Mélenchon et MGB ? Ou pire encore, des ambitieux, des roublards ?

    Et tout ça pour quoi ? Pour écraser les autres composantes de l'autre gauche ? Pour faire 5% ? Pour continuer à gueuler mais surtout pas risquer d'échouer les mains dans le cambouis ? Pour continuer à attendre le grand soir en « charentaises » au coin du feu ?

    Ça me fatigue. C'était à prévoir, mais ça me fatigue quand même.

    Peut-être, plus tard, je trouverais ce message ridicule, mais là, aujourd'hui, fallait qu'ça sorte.

  21. 21
    Jean-Christophe NPA 54 dit:

    Jean-Luc, tu fais fort dans l'ouverture et la mesure que tu appelles de tes voeux.
    Je te cite "Il ne faudra pas répondre aux insultes. Il faudra garder le même respect pour nos interlocuteurs que nous avons pratiqué jusqu’à ce jour. Peut être parviendrons nous a faire en sorte que l’insulte ne soit plus admise pour se parler à gauche. Garder la méthode du «débat argumenté» plutôt que de l’invective."
    Et tu écris des contre-vérités, il est vrai fortement relayées par Piquet et consorts. Mais ce week-end, les tentatives de manipulation de ces camarades ont fait long feu. Piquet, par ses méthodes, s'est mis à dos l'immense majorité des congressistes du NPA y compris ceux qui avaient voté l'amendement "Clermond-Ferrand" sur le Front de gauche.
    Je te cite : "Enfin l’élimination de la direction du nouveau parti de tous les porte-paroles de la tendance favorable au front de gauche, avec une telle brutalité à l’endroit de dirigeants historique de cette formation comme Christian Picquet, est également un signal très négatif volontairement donné en interne à cette formation."
    Tous les militants élus à la direction étaient présentés par leur comité local. Christian Piquet connaissait les règles. Il n'y a pas d'exception spéciale pour lui.
    Dernière chose : que des militants du NPA n'aient pas des comportements ou des discours très ouverts, je te l'accorde, mais STP, ne généralise pas en des simplifications telles que : "Imaginez que l’on s’abandonne à notre tour à l’énumération des oukases sur le mode de celles que profèrent contre nous les dirigeants du NPA". Ceci est un mensonge. Les dirigeants du NPA sont des camarades raisonnables, formés qui savent mesurer leurs propos. Je pourrai toujours te trouver le commentaire d'un militant lamda du PG d'un petit patelin provincial qui aurait tenu des propos désobligeants sur le NPA ou son porte-parole.
    Sur ce à bientôt dans la rue et pourquoi pas sur des listes communes si nous arrivons à prendre mutuellement des positions clairement anticapitalistes.
    Salutations internationalistes
    Jean-Christophe Militant NPA de Nancy (ex-LCR).

  22. 22
    LMV dit:

    Rien d'étonnant dans les positions du NPA relatives au front de gauche. La stratégie du front doit être développée avec ceux qui le souhaitent véritablement. Oublions le NPA-LCR. Il finira par être marginalisé. Nous n'avons rien à attendre pour la constitution d'un tel front d'une organisation qui ne se revendique pas de l'idéal républicain et qui a souvent défendu des points de vue communautaristes!

  23. 23
    mcbob dit:

    L'extreme gauche est intrinsequement anti-republicaine alors il ny a aucune surprise dans cette "prise de position". En fait ce qui me surprend plutot, c'est qu'un vrai republicain comme vous pense que le NPA peut etre un allie electoral. Les allies sont PC, MRC, la partie republicaine des Verts-PRG-PS...mais pas le NPA j'en ai bien peur.

  24. 24
    Anne dit:

    C'est lamentable, cette attitude. UNIR devrait quitter ces gens qui font le jeu de Sarkozy en privilégiant les querelles de boutiques.

  25. 25
    Caroline de Caen dit:

    La LCR-NPA me désespère… Leur attitude est consternante et ça ne me fait pas rire du tout.
    Tous les prétextes sont bons pour ne surtout jamais prendre le pouvoir! C’est tellement plus facile de rester minoritaire dans son coin en se gargarisant d’être le plus pur idéologiquement et le plus à gauche!
    En attendant, en créant un vrai front de gauche (PG-PC-NPA), nous avions des chances de bouleverser la donne à gauche.
    Je suis déçue… Je suis sans doute encore trop naïve…

  26. 26
    4 Août dit:

    "Ces 6, 7 et 8 février, à La Plaine-Saint-Denis, en compagnie de nombreux autres militantes et militants du NPA issus d’autres traditions, nous nous sommes retrouvés dans la « sensibilité européenne », qui en appelait, pour les élections européennes, « à la constitution de listes de large rassemblement, pluralistes, sur la base d’un programme pour une Europe sociale, démocratique, écologiste, solidaire et de paix, dénonçant le traité de Lisbonne et en complète indépendance du PS ». Cette sensibilité proposait que le NPA s’adresse dans ce but « au Parti de gauche, au Parti communiste français, aux Alternatifs, à la Fédération et à ses diverses composantes, à Lutte ouvrière… »

    Avant que cette sensibilité ne tire collectivement, dans les jours à venir, le bilan des événements intervenus durant ce congrès, nous voudrions livrer publiquement notre propre appréciation du Premier Congrès du NPA...."

    http://www.unir.asso.fr/2009/02/09/congres-du-npa-logique-de-repli-et-coup-de-force/

  27. 27
    4 Août dit:

    L'espoir de gagner aux européennes renait:

    "le NPA se dit prêt à « explorer immédiatement » un accord durable, y compris pour les élections européennes. Il n'y a donc plus d'obstacle à la réunion conjointe que nous allons proposer au NPA avec le PCF dans les jours à venir afin d'étudier les conditions qui rendraient possibles un tel rapprochement. "

    http://www.lepartidegauche.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=465:premiers-enseignements-du-congres-du-npa&catid=42:editoriaux&Itemid=138

  28. 28
    Anne dit:

    Le pari que fait Besancenot, c'est que beaucoup de gens ont une appoche superficielle de la politique, et qu'un bon discours télé vaut mieux, d'un point de vue boutiquier, qu'une stratégie intelligente permettant de lutter contre les politiques de droite. Malheureusement, dans son optique, je ne suis pas sûre qu'il ait tort.

  29. 29
    kelkun dit:

    -------------------------------------
    Un truc nauséabond de plus.
    -------------------------------------

    * Objet : Texte de Philippe Meirieu, info de la FCPE, à diffuser
    largement autour de vous, si vous contestez vous aussi. *

    Pendant que le gouvernement ratiboise les effectifs des profs, Sarkozy
    veut imposer une réforme géniale. Il a décidé d'offrir aux expatriés la
    gratuité des écoles et lycées français de l'étranger. Un cadeau sympa,
    non ?
    Sauf qu'il va surtout profiter aux plus aisés, et que l'addition, pour
    l'Etat, s'annonce carabinée.
    Ces écoles, très cotées étaient jusqu'à présent payantes. Certains
    lycées sont des établissements publics, _*d'autres, privés sous
    contrat*_. En tout 160 000 élèves y sont scolarisés, dont 80 000
    français. Sous la tutelle du Quai d'Orsay, chaque établissement fixe
    assez librement ses tarifs et ça atteint des sommets:
    5 500 euros l'année à Tokyo, 6 500 à Londres, 15 000 à New York et 17
    000 euros -le record- à San Francisco. Au diable l'avarice!
    Pour les expatriés modestes, un système de bourses plutôt généreux
    est déjà en place. A New York, par exemple, il faut gagner moins de
    65 000 euros par an (pas vraiment le smic) pour décrocher 4 500 euros
    d'aide. Environ un quart des élèves français bénéficient d'une bourse.
    Mais pour le gouvernement, ce n'était pas assez !
    Depuis l'an dernier et à la demande express de l'Elysée, l'Etat
    prend en charge l'intégralité des frais de scolarité des élèves français
    de terminale... quels que soient les revenus des parents. Plus besoin de
    bourse. A la rentrée de septembre, ce sera le tour des premières,
    puis des secondes l'an prochain, et ainsi de suite: " J'aurais pu
    commencer la gratuité par la maternelle", a expliqué Sarkozy, le 20 juin
    dernier, devant la communauté française d'Athènes.... Mais j'ai préféré
    démarrer par l'année la plus chère pour que vous puissiez constater la
    générosité des pouvoirs publics français... " Encore merci !" Mais
    générosité pour qui ?
    A Londres, l'une des familles concernées par ce généreux cadeau
    déclare plus de 2 millions d'euros de revenus annuels. Et deux autres
    gagnent plus d'un million. Jusqu'alors, une partie du financement était
    assurée par des grandes entreprises françaises désireuses d'attirer
    leurs cadres vers l'étranger. Ces boites, comme *Darty* *ou Auchan*,
    rentrent déjà leur chéquier : pourquoi payer les frais de leurs
    expatriation si l'Etat régale ? Un coût qui fait boum Au Quai d'Orsay,
    l'Agence française de l'enseignement à l'étranger a simulé le coût de
    cette plaisanterie mais s'est bien gardé d'en publier le résultat.
    Lequel est tout de même tombé dans les palmes du "Canard". D'ici dix
    ans, appliquée du lycée jusqu'au CP (sans parler de la maternelle), la
    gratuité coûterait à l'Etat la bagatelle *de 713 millions d'euros par
    an* ! Intenable ! La vraie priorité, c'est l'ouverture de nouveaux
    établissements, pas la gratuité Mais pourquoi Nicolas Sarkozy s'est
    lancé la-dedans Peut-être parce qu'il se sent personnellement concerné
    par la question : après avoir été annoncé à New York puis à Londres,
    petit Louis est finalement inscrit au lycée français de Doha... Et il va
    falloir payer ! Auditionné par le Sénat à la fin juin, Bernard
    Kouchner n'a pas nié ces menus "inconvénients". Son cabinet songe
    d'ailleurs à couper la poire en deux : une gratuité partielle... mais
    toujours sans conditions de revenus. Sauf que, pour le moment, Sarko
    n'en veut pas. "Je tiens beaucoup à la gratuité", s'entête-t-il à chaque
    déclaration à l'étranger. Sans prendre le temps de préciser comment
    sera financée cette très généreuse gratuité !
    Et ben voyons ! Certaines décisions semblent aller de soi alors qu'en
    France les mêmes se demandent si l'école maternelle gratuite (qui troue
    le budget de l'Etat) est vraiment indispensable aux 3 ans...

  30. 30
    Nipontchik dit:

    1 dirigeant chômeur (très connu pour son action contre la crise financière de 2001/2002) accusé d'antisémitisme et traîné devant les tribunaux...ça ne vous rappelle rien? ça se passe en Argentine et déjà 1 campagne contre cette infâmie:

    "CAMPAÑA CONTRA LOS ATAQUES SIONISTAS A CONVERGENCIA DE IZQUIERDA Y OTRAS ORGANIZACIONES

    Los abajo firmantes rechazamos los ataques que se están desarrollando contra luchadores como Juan Carlos Beica de Convergencia de Izquierda y Luis D’elìa de la Coordinadora de Movimientos Populares (C.M.P.) que pretenden ser juzgados bajo la falsa acusación de desarrollar actividades antisemitas y fascistas contra los ciudadanos judíos en Argentina, mientras impulsaban la movilización contra la agresión del Estado de Israel hacia el pueblo Palestino.

    Solo la perversa intencionalidad de quienes están siendo aislados por el masivo repudio popular puede alentar semejante acusación en contra de luchadores que han demostrado en los hechos su defensa de los derechos confesionales. Evidentemente lo hacen para tapar el brutal ataque del Estado de Israel contra el pueblo palestino de Gaza que ya ha costado la vida no solo de 1400 personas en menos de veinte días, sino de ciudadanos indefensos en escuelas y hospitales. Cerca de 400 niños. Un verdadero genocidio repudiado por los pueblos del mundo."

  31. 31
    Michel dit:

    Ecoeuré, dégoûté... Oublier que le seul "ennemi", c'est la droite et NS, c'est impardonnable, c'est pire qu'une faute.
    Et je ne comprends jamais certains reproches qui vous sont faits, Mr Mélenchon, car je conçois qu'il aurait été tellement plus facile pour vous de rester au PS et de "pantoufler" bien tranquillement au Sénat.
    J'apprécie également le discours (et la réalité de votre attitude) qui consiste à dire qu'il ne faut jamais invectiver ni insulter l'adversaire, mais tenter de le convaincre
    Mais quelle attitude adopter maintenant face au NPA ? Le laisser dans son coin ? Les dirigeants portent une telle responsabilité...

  32. 32
    LoveRTCR dit:

    La position du NPA n'est pas si scandaleuse. Je le dis en étant au PG.
    Il faut comprendre les réticences et les craintes des trotskystes face à certains comportements des partis du Front de Gauche qui ont souvent accepté les "compromis pourris" qu'aujourd'hui ils dénoncent.

    A Grenoble, les élus PC ont accepté que des élus MODEM et ex-UMP figurent à leurs côtés dans la nouvelle majorité (PS) de la Ville pour conserver leurs postes. Est-ce acceptable? Le NPA a-t-il tort de se méfier de telles pratiques de compromission politique?

    A nous aussi de balayer devant notre porte et de refuser par avance, puisque cela seul rassurerait le NPA, toute alliance future avec le PS dans lequel le Front de Gauche ne serait pas majoritaire. Seules seront acceptables les alliances dans lesquelles le PS sera minoritaire et se pliera à notre tempo et notre programme politique.

  33. 33
    Dominique dit:

    Adhérente du P.G. et ayant été au Congrès fondateur de celui ci, j'étais sortie gonflée à bloc pour engager partout le débat avec tous ceux qui veulent un Front de gauche pour battre la droite et la sociale démocratie. J'ai suivi le congrès du NPA sur leur site et j'ai été déçue mais pas surprise de l'attitude d'Olivier Besancenot.
    Je trouve très dommageable pour notre peuple son attitude du tout prétexte pour refuser ce front qui est pourtant la seule solution pour dépasser ce capitalisme meutrier, pour changer de politique europénne.
    J'espère qu'il réfléchira bien car si il veut faire cavalier seul, il aura sur la conscience la perte de la gauche car de toute façon comme tu l'as dit Jean Luc lors du discours de clôture de notre Congrès, le Front existe et il est ouvert et nous sur le terrain nous allons porter ce message et dans d'ailleurs partout dans les luttes qui s'engagent et notamment à l'école (je suis également Présidente FCPE sur ma commune en Essonne) je fais avec toutes celles et tous ceux qui veulent une école républicaine, laîque, gratuite pour tous les enfants car il y va de l'avenir de notre pays.
    Un pays qui ne donne pas les moyens à l'Education Nationale est une nation en perdition.
    Il faut croire en un monde meilleur, à la lumière et perséverer et aller chercher chacune et chacun pour le construire.

  34. 34
    Carol DEBY dit:

    Suite de 8
    Archives sur Kouchner (suite)
    Investigateur 2003
    http://www.investigateur.info/news/articles/article_2003_12_11_mercenaire.html
    « Que Bernard Kouchner se vende pour 25 000 euros officiels est son problème. Toute vieillesse est un naufrage et plus encore celle des starlettes de la politique. Mais que Kouchner utilise une image de french doctor qui n’est pas la sienne, ne lui en déplaise, est une escroquerie morale. Et quand il prétend se substituer à Augn San Susi Kyi qui, elle a condamné les agissements de Total, nous frôlons la mégalomanie assortie d’un total manque de pudeur. »
    Augn San Susi Kyi avait reçu le Prix Nobel de la Paix

  35. 35
    Christian C dit:

    Divergences d'opinion:

    Je reprends l'intégralité du texte publié par le Canard enchaîné dans son édition du 18 juin 2008

    Les termes que Sarkozy a exprimé à François Hollande (Et bien avant création du Parti de Gauche) :

    Sarkozy à Hollande : "on va vous niquer avec Besancenot" (Comprendre: on va niquer la gauche avec Besancenot)

    Dans l’avion présidentiel, ou il avait emmené les chefs de parti au Liban le 07 juin, Sarko n’a pas arrêté de titiller Hollande sous l’oeil donc de Buffet, Bayrou, Baylet…
    “Vous nous avez bien emmerdés avec Le Pen pendant des années, lance le chef de l’état à Hollande, maintenant on va vous niquer avec Besancenot. Et comme, en plus votre congrès cela va être le bordel, je sais que je peux compter sur vous.”
    Puis, il l’avertit qu’il va aussi “le niquer” aux régionales de 2010 : “Oui on va changer le mode de scrutin aux régionales. Ce sera la proportionnelle à un tour“.
    D’après les experts électoraux du PS, le PS qui détient 21 régions sur 22 pourrait en perdre la moitié…
    Pour finir, il va aussi “le niquer” aux sénatoriales : “Je ne changerai rien au mode de scrutin sénatorial. Je ne suis pas fou, je ne veux pas perdre la majorité au Sénat.“
    Conclusion de MG Buffet : “Qu’est-ce que c’est que ce mec ? Il est président de la République…je ne savais pas qu’il pouvait être aussi grossier“. C’est bien la seule !
    Puis celle de F Hollande le 10 juin devant ses camarades du PS : “Vu ce qu’il veut nous imposer avec le mode de scrutin régionale en ne bougeant pas sur celui des sénateurs, on ne va pas se faire hara-kiri en votant pour sa réforme de la Constitution“
    Celle du canard : Finalement, Sarko et Hollande devrait plus souvent voyager ensemble. Ca fait avancer le débat démocratique

    Alors, laissons le NPA à leurs turpitudes nihilomédiatiques et créons une alliance de gauche sérieuse et unitaire qui puisse s'engager sur le front des européennes. Le reste est affaire du refus unitaire qui porte ombrage à celui qui en est l'instigateur. Le NPA, du moins son leader charismitotélégénique a besoin de Sarkozy pour exister tout autant que Sarkozy a besoin de Besancenot pour conserver le pouvoir. Puisque de ce pouvoir omnipotent le NPA orientera son programme social en mettant les accents contestataires et révolutionnaires qui se trouvent être la réponse de leur opposition. C'est un choix, mais les urnes en sont un autre.

    Mais comme des élections, ils s'en fichent et s'en contre fichent totalement.

    Comme je l'ai déjà mentionné sur un post précèdent, un Parti Politique ce n'est pas un syndicat qui par principe n'aura jamais le pouvoir, mais un organe représentatif des citoyens qui eux veulent accéder au pouvoir.

    Maintenant j'attends les boulets rouges...

  36. 36
    Anny Paule dit:

    Quelques informations et remarques à propos des élections européennes de juin 2009

    La loi du 11 avril 2003 a fixé à 8, le nombre de circonscriptions inter régionales, à 72, le nombre des députés à élire au scrutin de liste à la représentation proportionnelle à un tour.
    Seront considérés comme nuls les bulletins de vote par liste, si un nom a été rayé ou si l'ordre des noms sur la liste a été modifié.
    Seules seront admises à la répartition des sièges, les listes ayant recueilli au moins 5% des suffrages.

    Constitution des listes
    Le nombre des candidats doit être égal au double du nombre des sièges à pourvoir dans la circonscription inter régionale.
    Chaque liste doit être composée alternativement d'un candidat homme et d'une candidate femme, ayant 23 ans révolus, ayant un domicile en France et pouvant prouver qu'il (elle) y réside de façon continue depuis au moins 6 mois.
    Pour notre circonscription inter régionale dite Sud-Ouest, le nombre des sièges à pourvoir est de 10. Notre circonscription correspond à l'ensemble: Aquitaine, Languedoc Roussillon et Midi Pyrénées.

    Dépenses de campagne
    Elles seront remboursées aux partis (ou groupement de partis) qui auront obtenu au moins 3% des suffrages exprimés. Le plafond est fixé à 1 150 000 euros pour une liste de candidats.

    Campagne et accès aux médias audiovisuels
    2 heures seront mises à la disposition des partis ou groupes représentés par des groupes parlementaires de l'Assemblée ou du Sénat.
    1 heure pour les autres partis ou groupements auxquels se sont rattachés des listes de candidats dans au moins 5 circonscriptions inter régionales. La durée devra se répartir entre eux, sans que le temps de chacun puisse excéder 5 minutes.

    Retour sur les élections précédentes
    Participation en baisse presque constante entre 1979 et 2004
    60,7% en 79; 56,7% en 84; 48,7% en 89; 52,7% en 94, 46,8% en 99 et 43,1% en 2004.
    Cet abstentionnisme a défavorisé grandement les « petits partis ».
    Ainsi, en 2004, sur 20 listes de circonscription régionales, seuls, 7 partis ont eu des élus.
    Le PS (31 élus), l'UMP (17 élus), l'UDF (11 élus), le FN (7 élus), les Verts (6 élus), le PCF (3 élus) et le MPF (3 élus).
    Le PT, CPNT, LO/LCR, AR, EDE, PRG, « France d'en bas », « Mieux vivre avec l'Europe » et « France indépendante » n'ont eu aucun élu.

    Ce que ces résultats permettent de remarquer:
    C'est que la multitude des « petits partis » ne leur a pas permis d'être représentés et qu'il importe donc de façon absolument impérative de constituer un « Front de gauche » ou une « Fédération de gauche » pour espérer peser et obtenir des sièges.

    Vu l'inégalité de l'accès aux médias, si nous partons groupés sur un mot d'ordre commun (déjà, l'unité du refus du TCE en est un), avec des propositions cohérentes (pas forcément si difficile d'en trouver, en ces temps de crise, il suffit d'un peu de bonne volonté!), si nous faisons une véritable campagne de proximité, nous pouvons changer la donne...

    Dans la campagne médiatique, étant donné que les « petits partis » ne disposeront que de la moitié du temps des « grands », si chacun parle au nom de son groupe ou de son parti avec le même discours que tous les autres, explique qu'il a le même projet, les mêmes ambitions, même s'il n'a que cinq minutes, ces cinq minutes deviendront, en fait, l'heure entière... à condition que tous parlent d'une seule et même voix... Donc, davantage que chacun des grands partis : PS, UMP, Modem, FN, Verts, MPF devront se partager les deux heures, avec autant de discours différents... et même s'ils ne sont pas assujettis aux « Cinq minutes », ils ne disposeront que d'une part proportionnelle à leur représentativité... et donc, de moins d'une demi-heure chacun...
    En nous fédérant, de minoritaires en temps de campagne, nous pouvons devenir majoritaires!

    Ce sur quoi nous devrons insister, c'est sur la composition du groupe des Députés européens français élus depuis 2004:
    La lecture des chiffres permet de constater que seul le PC, dans la gauche du NON (qui n'existait pas encore en tant que telle en 2004), disposait de trois élus. (Laissons de côté le Non du FN, bien entendu!).
    Que pouvaient peser ces trois élus sur les 78 au total? (En 2004, nous disposions encore de 78 sièges et de circonscriptions régionales).
    La supériorité du PS (31 élus) n'a pas été porteuse d'idées de gauche et n'a pas servi le peuple... Le PS, dans son ensemble (à quelques exceptions près) était, du reste, favorable à cette Europe libérale et a œuvré dans le sens de cette Europe-là...

    La balle peut être dans notre camp si, et si seulement, nous sommes capables de nous unir face à la droite et à la demi-droite PS... si, et si seulement, nous réussissons, par une campagne de proximité efficace, à persuader nos concitoyens d'aller voter, en ayant pris conscience de l'importance que revêt leur représentation, en conformité avec leur refus de l'Europe libérale.
    L'enjeu est de taille... (même si nous savons tous que, pour l'instant, les décisions européennes ne sont pas le fait du Parlement élu par l'ensemble des citoyens, mais sont dictées par le Conseil et la Commission de Bruxelles, c'est-à-dire, par les lobbies et les financiers)... L'enjeu est de taille par le symbole fort qu'il représente : si le Peuple prolonge par les urnes son refus de l'Europe capitaliste, une nouvelle voie peut s'ouvrir... souhaitons seulement que tous les « petits partis » de la Gauche de gauche auront, cette fois-ci, la sagesse de comprendre où se situe l'intérêt légitime du Peuple qu'ils entendent représenter! Souhaitons seulement que leur désir d'en découdre surpassera leurs problèmes d'ego ou de « pureté idéologique » stérile!
    Etant donné le contexte de crise que nous subissons, (crise sociale, financière, écologique, humaine...), étant donné le mécontentement social qui lui est corrélé, il est urgent de traduire ces attentes en débouché politique.
    Les élections européennes, d'abord, sont une première échéance. Elles peuvent facilement s'articuler sur le rejet massif du TCE. Les élections régionales et présidentielles ensuite, doivent nous permettre d'élaborer un projet politique réellement de gauche en nous fédérant tous pour répondre à ce besoin. Ce projet est essentiel.
    Face à une droite dure, il n'est plus temps de s'éparpiller, de faire « la fine bouche », il est grand temps, au contraire, que les dirigeants des partis, courants et mouvements de la « vraie gauche » prennent en compte ce que les gens veulent (changer la société) et se mettent en ordre de marche pour construire en commun un projet politique sans lequel rien ne sera possible.
    Nous ne gagnerons qu'à ce prix!
    Cette période ressemble par trop à certains moments de notre histoire européenne où l'on vit fleurir le fascisme (certes, pas le « véritable », en France, quoi que! Vichy reste de triste mémoire! mais chez nos proches voisins)...
    Ne laissons pas se produire, chez nous, l'irréversible, ce à quoi nos pères avaient su échapper en résistant. Les responsables des partis doivent impérativement prendre la mesure exacte des devoirs qu'ils ont vis à vis du peuple qu'ils prétendent représenter.

  37. 37
    Nipontchik dit:

    euh moi j'aime pas les communautaristes du NPA mais faut avouer que si vous comptez capter les petits jeunes qu'ont pas énormément de culture politique en disant "nous on est 1 parti de gvt" vous allez vous planter...et c'est vraiment trop facile pour Besancenot-Krivine

  38. 38
    Nipontchik dit:

    expliquer encore et encore la République, la lutte contre le communautarisme, c'est moins percutant que les arguments publicitaires de la génération Findus mais je vois pas d'autres possibilités

  39. 39
    MetalKing dit:

    Le front de gauche existe.

    Nous recevons de bon signe de la part d'autres partenaires comme les alternatifs (qui renforceraient la volonté de trouver des solutions à la catastrophe écologique), le MRC (parti républicain dont beaucoup de membres souhaitent nous rejoindre) et les collectifs unitaires (ils se sont constitués sur l'unité, ils ne leur restent plus qu'à y prendre leur part). Sans parler de très nombreux militants NPA et surtout syndicalistes. Car de ce côté là la perspective de passer en tête de la gauche leur redonne de la force pour lutter.

    "au boutons de veste", indiques-nous tu comme méthode. Je reparts au travail derechef.

  40. 40
    Nipontchik dit:

    "A Londres, l’une des familles concernées par ce généreux cadeau
    déclare plus de 2 millions d’euros de revenus annuels. Et deux autres
    gagnent plus d’un million. Jusqu’alors, une partie du financement était
    assurée par des grandes entreprises françaises désireuses d’attirer
    leurs cadres vers l’étranger. Ces boites, comme *Darty* *ou Auchan*,
    rentrent déjà leur chéquier : pourquoi payer les frais de leurs
    expatriation si l’Etat régale ? "(Meirieu à propos des boursiers expats friqués)

    Il ira loin ce petit boursier expatrié, non?

  41. 41
    pierre dit:

    qui dit union et front dit compromis de chaque coté!

    Est-il scandaleux que le npa mette 2 points en avant
    1) la sortie du nucleaire sur plusieurs annees (de 10 a 30 ans)
    2) la non alliance avec le ps lors des regionales

    que les militants du pg et du pc repondent uniquement la dessus!

    si ces 2 conditions sont remplis le npa dira oui!!
    qu'on arrete de nous faire passer pour des sectaires!

    nous sommes pret a l'unite que chacun fasse un pas vers l'autre

    au nom de quoi, le pcf refuse le point 2?
    Veut-il continuer a gere les affaires du capitalisme avec le ps comme le fait de maintenir la gestion privee de l'eau au privee a rennes l'annee derniere?

    ok du passe faisons table rase mais ayons des assurances pour ne pas refaire les erreurs du passe qui ont amene la catastrophe du 21 avril 2002

  42. 42
    jean pierre dit:

    Bonjour, maintenant on ne peut plus mettre ce que l'on veut sur ce forum et Mr Mélenchon censure tout ce qui le contredit et c'est dommage. Ne soyez pas mauvais joueur Mr Mélenchon et arrêtez de censurer les camarades qui ne sont pas d'accords avec votre vision de notre congrès (du npa national) et arrêtez de me censurer aussi car vous savez que je suis du npa. !

    Notre Site Web : http://npatroyesaube.canalblog.com/

  43. 43
    jean pierre dit:

    Bonjour, je suis moi-même du npa et je suis d'accords avec la decision du congrès du npa de ne faire alliance et faire le front de gauche que si le Parti Communiste décide d'être enfin clair et de dire qu'il ne fera plus alliance apres ces élections europeénnes avec le PS. On ne peut pas faire le grand écart et tenir deux discours et il faut que le PC clarifie sa ligne. Ou bien il est Social-Democrate et donc il trahit la vraie gauche ou bien il est de gauche et il ne fait plus la politique de compromis et d'abandons des valeurs de gauche et de s'allier avec un PS qui à accepté le libéralisme et à voté oui au traité de lisbonne contre les interets des gens de gauche et sur cela le PG doit accepter la vision de l'ensemble de la majorité de notre congrès et cela n'est pas contre le PG mais pour être clair dans nos positions car on doit être clair avec nos électeurs et les citoyens de ce pays. Un camarade du Npa qui n'est pas l'ennemi du PG ni n'insulte aucun des militants du PG non plus comme le dit Jean luc Mélenchon avec deception mais aussi avec partialité je penses. Cordialement. jean pierre.
    Notre Site Web : http://npatroyesaube.canalblog.com/

  44. 44
    jean pierre dit:

    Rebonjour, pour votre Front de Gauche, le PG doit nous expliquer comment il peut faire alliance avec le PARTI COMMUNISTE alors que celui-ci n'est pas clair dans sa ligne politique ? Combien d'électeurs, de citoyens et de gens de gauche ils vont encore décevoir quands après les Européennes, le PC se ralliera au PS pour les Régionales qui lui avait appelé à voté OUI au Traité de Lisbonne et à trahit les citoyens et électeurs de gauche en avalisant ce traité en ne s'y opposant pas alors qu'il pouvait le faire et l'empêcher d'être adopté au Congrès de Versailles et de se fait en permettant à Sarkozy de faire passer ce fameux traité qui avait été rejetté par notre Peuple. Comment peut-on justifier de s'allier avec un Parti qui est d'accords avec le Capitalisme et qui l'à accepté dans ces textes fondateurs ? Quands est-ce que le PC arrêtera de faire le grand écart entre ses militants qui sont anti-capitalistes, sincères,généreux,honnête dans leurs valeurs et de gauche dans leurs convictions et certains de leurs dirigeants qui vendent leurs âmes pour sauver quelques postes de Députés,conseillers régionals ou autres mais en trahissant leurs engagements profonds ?
    C'est un débat qu'il ne faut pas cacher ni empêcher car c'est le noeud du problème ! Cordialement. Un Camarade du Npa. jean pierre.

    Notre Site Web : http://npatroyesaube.canalblog.com/

  45. 45
    cesveines dit:

    J.L.M, un petit coup de blues ? La manif du 29/01/2008 doit rassurer, il y a une réelle volonté d'unité, et le besoin d'un contenu crédible et de possibles pour des solutions alternatives au capitalisme financier. Par expérience, nous savons que le rassemblement du peuple sur des bases de transformation sont semées d'embûches. Nos adversaires ont dans leurs mains tous les moyens pour manipuler la réflexion des femmes et des hommes et donc continuer à s'accaparer la quasi-totalité des richesses et le pouvoir qui lui est lié. Mais il est une chose qui ne peut-être modifiée, c'est la réalité du quotidien à laquelle nous sommes confronté. Donc, allons de l'avant sur des propositions solides, construites et agissons, y compris à ceux et celles qui votent NPA/LCR afin de changer radicalement cette société. Quant aux dirigeants du NPA je ne doute pas de leur sincérité, mais leur médiatisation est bien un élément de stratégie de division de la gauche de transformation, et le risque qu'ils courent est de finir comme agitateurs professionnels.

  46. 46
    Eric dit:

    Déçu mais pas étonné de la décision prise par la majorité du (lcr-)npa.
    J'espérais naïvement sans doute encore vendredi que les "camarades " du (lcr-)npa ne renonceraient pas à un front de gauche pour les européennes (et voir après) mais les faits sont là !
    La majorité du (lcr-)npa refuse la transformation sociale par les urnes, faisant fi des expériences sud-américaines actuelles (avec leurs imperfections). Veulent-ils se contenter d'accumuler le nombre de manifestants dans les rues ? Tout en refusant la prise du pouvoir politique.
    Maintenant le front de gauche part avec un handicap qui ne doit pas nous désespérer tout de même, la campagne des européennes devra nous conduire à mener la bataille idéologique qui s'impose en Europe et en France. Les camarades du npa favorables à ce front pourront toujours nous rejoindre dans la campagne (quelque soit leur choix de rester ou non dans le npa). Et pour la suite, il faudra d'abord se remettre de cette position jusqu'au-boutiste, pour continuer malgré tout le dialogue.
    Décidément, 19 ans après la chute du mur, l'opposition trotskystes/pc ne faiblit pas, et qui paye ? les salariés, chômeurs,...
    Un militant "impur" du pg.

  47. 47
    Eric dit:

    Passant sur le site du pg, je vois que finalement tout ne serait pas fermé...
    A suivre donc...

  48. 48
    Matacha dit:

    Je n'écrirai pas,mais clarification.
    Le NPA ne veut pas d'un front unique sûr la base d'élections.
    Priorité à la construction de leur parti qui devient un but en soi et non pas un
    moyen.
    on retouve le même rencontrés dans plusieurs courants trotskistes en Mai 68.
    Mais, respectons leur identité comme nos respectons la nôtre,essayons de convaincre par de vrais arguments et non pas par des attaques dévalorisantes de personnes.

    Jean Luc,tu as fais preuve de courage et d'honnêteté en quittant le PS.
    Merci pour ton travail et tous tes articles argumentés.

    Je ne regrette pas mon adhésion au PG.J'y trouve RESPECT et OUVERTURE.

  49. 49
    mickey dit:

    Il faut dire la vérité: les alliances du pcf si elles ne doivent pas être un préalable forcément, sont un problème incontournable!

  50. 50
    pierre dit:

    eric tu ne reponds pas a mes 2 questions

    intervention numero 39

    j'attends sur ces points des reponses precises du pc et du pg (et de ses militants)

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive