13oct 08

Pour avoir dit à canal plus dans l’émission « Dimanche plus » de Anne Sophie Lapix ce que je pensais de la  responsabilité morale de ceux qui se sont engagés depuis des années dans l’apologie du libéralisme, notamment dans les médias, et avoir, à ce propos, cité comme exemple le cas du journaliste Jean-Marc Sylvestre, je fais l’objet d’une série de mise en cause musclée. Sauf contre ordre de dernière minute, qui ne serait pas de mon fait, je serai ce soir à 19 heures sur LCI en face de Jean-Marc Sylvestre sur le plateau de Michel Field. Je ne dis rien de plus d’ici là. Mais je demande à ceux que cette histoire intéresse de visionner la vidéo qui se trouve à gauche sur cet écran et qui présente l’intégrale de mon entretien avec Anne Sophie Lapix. Après m’avoir écouté mes lecteurs se demanderont si mes propos mettent en cause le métier de journaliste, s’ils évoquent une volonté de mise sous contrôle politique des médias bref s’ils constituent le « dérapage total » que m’imputent messieurs Morandini et Revel sur leurs blogs. Je reproduis en fin de ma note la retranscription mot à mot de mon entretien sur ce sujet et j’y joins le texte du blog des deux journalistes avec le lien qui permet d’aller vérifier si ce que je recopie est bien leur texte. Le mystère après cela reste de savoir d’où des journalistes aussi scrupuleux et professionnels tirent des citations entre guillemets de mes propos qui sont de pures re-créations. Puisque je suis de retour devant mon clavier, j’en profite pour évoquer d’autres responsabilités morales dans la crise que nous vivons. 

Les promesses aveuglées de Nicolas Sarkozy
 
Le crédit immobilier – à la source de l’actuelle crise – a été encouragé de longue main par les responsables politiques de la droite. On se souvient déjà que dans « paquet fiscal » de l’été 2008 il y avait un crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt qui était une puissante incitation à l’endettement. En fait c’était là le fond de la philosophie économique de Nicolas Sarkozy. On retrouvera avec intérêt ses propos publiés dans la Revue Banque n°690 en avril 2007 alors qu’il était candidat à la présidence de la République,. « Les ménages français, gémissait-il, sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui  ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du  lendemain. » Cette apologie du modèle américain de développement sur des montagnes de dettes sonne aujourd’hui tragiquement. Heureusement que Sarkozy n’a pas eu le temps de mettre ses projets en application. Voyez plutôt : «  C’est pour cette raison que je souhaite développer le crédit  hypothécaire pour les ménages et que l’État intervienne pour garantir l’accès au crédit des personnes malades.Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir  leur emprunt par la valeur de leur logement. Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque  était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité  personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du  bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les  revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants »..Ce recours hasardeux et dangereux à l’extension du crédit hypothécaire a cependant été encouragé par des mécanismes nouveaux qui permettent de cautionner des prêts et d’en engager de nouveaux. Pour cela deux mécanismes on été mis en place depuis 2006, notamment sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy à Bercy. D’abord le « viager hypothécaire », qui prévoit le versement d’un viager à des personnes âgées sur l’hypothèque de leur logement. Ensuite, le plus dangereux comme incitation au surendettement, « l’hypothèque rechargeable », qui permet aux accédants à la propriété d’obtenir de nouveaux crédits au fur et à mesure du remboursement de leur prêt hypothécaire. On voit bien ici derrière la fabrication d’un mythe de l’accession à la propriété, comment ces mécanismes poussent les ménages à s’endetter et à se mettre à la merci du marché et de ses soubresauts. 
 
 
 
Récidives et récidivistes.
 
On se souvient du concert de louanges qui monta autour autour du rapport Attali et de la dérision qui avait entouré ceux qui le dénonçaient. C’est le moment de revenir au texte de ce petit génie de la gauche caviarissime. Alors que la crise des subprimes avait déjà éclaté depuis plusieurs mois, le Rapport Attali  n’en avait tiré aucune leçon. Relisons-le. Il faut, disait-il, « Permettre aux Français d’accéder plus largement à la propriété à l’instar des Américains dont 66 % sont propriétaires contre 57 % en France ». Bien sur cette trouvaille était enrobée comme d’habitude sur de vertueuses considérations compassionnelles. « Proposer à tous les locataires modestes d’accéder à la propriété du logement ». Et tous les gogos d’applaudir sans se demander s’il n’est pas plus judicieux de demander à l’état de construire de logements de qualité en nombre suffisant de façon à en réduire le coût pour chacun et permettre de vrai parcours locatif pour les ménages selon leur âge et leurs besoins. Mais Attali est battu dans le genre surréaliste. Au début de ce mois d’octobre 2008, un nouveau rapport officiel Conseil d’analyse économique, organe rattaché au 1er ministre François Fillon, prône lui encore le recours au le crédit hypothécaire. Totalement déconnecté de la réalité de la crise immobilière et financière, intitulé « Loger les classes moyennes » il est rédigé par les économistes Jacques Mistral et Valérie Plagnol, il préconise encore d’ « élargir l’accès au crédit immobilier » et de « développer le recours à l’hypothèque » pour « loger les classes moyennes ». Il invite le gouvernement à « réduire les coûts liés à la prise d’hypothèque, pour y encourager les emprunteurs à y recourir ». Et, cerise sur le gâteau, il vante « la titrisation bancaire comme outil de développement du marché immobilier ». Alors que c’est là exactement ce mécanisme qui a contaminé tous les marchés américains !
 
L’affaire Natixis.
Dans cette série de responsabilité on doit aussi évoquer le jeu de certaines banques avec la confiance de ceux qui leur confient leurs dépôts. Ici il s’agit de Natixis, d’une banque d’investissement et d’affaires créée en 2006 par la fusion deNatexis, la banque d’investissement des Banques Populaires et d’Ixis, la banque d’investissement des Caisses d’ Epargne et de la Caisse des dépôts. Cette banque était aussitôt devenue le n°2 français du financement immobilier, le n°1 français de la gestion d’actifs et le n°1 français de la gestion d’épargne salariale. Par exemple, le fonds d’épargne entreprise des assistants parlementaires est géré par Natixis….Cela ne suffisait pas aux petits génies de la finance qui dirigeaient cette affaire. La Banque s’est donc lourdement exposée sur les financements immobiliers aux Etats-Unis en investissant sur marché des rehausseurs de crédits. Elle y a évidemment perdu  4 milliards d’euros. La composition du capital faisait que 35 % étaient possédés par les Caisses d’Epargne, 35 % par les Banques populaires. Et il y avait aussi 30 % flottant sur le marché boursier. C’est là que se concentre le problème social le plus cruel. Les courtiers ont fait du zèle auprès des déposants de leur banque, de modestes possesseurs de livret d’épargne. La pression aux résultats a été tellement forte que les 90 000 employés des deux banques ont aussi été enrôlés dans les opérations d’achat. Au total,  1,2 millions de petits actionnaires français, clients des caisses d’Epargne et des banques populaires, ont été pris au piège. Un piège en effet. L’action a été  lancée à 20 euros en 2006, elle vaut aujourd’hui autour de 1,75 euros. Les économies placées de cette façon ont donc été divisées par onze ! Une catastrophe. Elle n’a aucune autre cause qu’une politique d’investissement aberrante car les maisons mères étaient des acteurs solides. A présent ceux qui se sont engagés ne sont couverts par aucune garantie puisqu’il s’agit d’action et non de dépôts. Il leur faut attendre que le cours remonte. Mais s’ils ont besoin de fond tout de suite pour payer quoique ce soit, y compris des mensualités d’emprunt a leur banque, il est peu probable que celle-ci payent a leur place ou bien leur consente un moratoire…

RETOUR SUR IMAGE ET SON

Renaud Revel (l’Express  titre sur son blog (13 octobre) : « Quand Mélenchon dérape..Voici son texte : « Invité de l’émission politique de Canal+, Dimanche+, le socialiste Jean-Luc Mélenchon a totalement dérapé ce week-end, en s’en prenant au « personnel médiatique et économique », accusé d’avoir plongé le monde dans la crise. « Il faut virer le personnel médiatique et économique, qui nous a conduit dans le mur », a t-il lancé, avant de s’en prendre directement à un journaliste de TF1, désigné à la vindicte: « ll faut virer quelqu’un comme Jean-Marc Sylvestre, le chroniqueur économique de TF1, qui depuis des années, ne fait pas de l’info sur TF1, mais de la propagande ». Ce type de sortie rappelle les fatwas de 1981, quand la gauche excommuniait une partie de la profession et organisait des charrettes dans l’audiovisuel. Que ferait Mélenchon s’il était en situation de gouverner ? Des listes noires à l’entendre. La charge est en tous les cas peu reluisante et caricaturale. La Société des journalistes de la chaîne devrait prendre, en tous les cas, position aujourd’hui. Quand à Jean-Marc Morandini, il semble disposer de citations légèrement différentes. Mais des citations tout de même. Entre guillemets et en italiques, bien sur, comme dans un vrai verbatim. Le titre est catégorique : Mélenchon (PS): "Il faut virer Jean Marc Sylvestre de TF1 !"  Voici le texte : « C’est une charge sans précédent qu’a lancé le sénateur socialiste Jean Luc Mélenchon qui était l’invité ce midi de l’émission Dimanche + sur Canal +. Interrogé sur la crise financière et ses conséquences, il a affirmé : ‘Il faut virer le personnel médiatique et économique qui nous a conduit dans la mur !" Interrogé par Anne Sophie Lapix, surprise par l’expression "de personnel médiatique", Mélenchon a précisé : "Je vais vous donner un nom ! Il faut virer quelqu’un comme Jean Marc Sylvestre, chroniqueur économique sur TF1 qui depuis des années ne fait pas de l’information sur TF1, mais de la propagande ! Voilà les gens qu’il faut virer !" 

VOUS VOULEZ UN NOM ?

Et maintenant voici le verbatim réel de mes propos. Ceux qui doutent de ma retranscription peuvent vérifier par eux-mêmes en écoutant la vidéo qui se trouve à gauche de la page d’accueil de ce blog….

Et pourtant, messieurs les ayatollahs, elle tourne ! Comme disait Galilée devant ses juges de l’église intouchable d’alors.
"Anne Sophie Lapix : L’actualité de la semaine ce sont les bourses qui s’effondrent et la crise du système financier. Est-ce que vous buvez du petit lait ?
 
JLM : Non. Mais je devrais car ce n’est pas faute d’avoir annoncé tout ça, on parlait à l’instant d’ATTAC, des altermondialistes de manière générale, des forums sociaux, combien de réunions avons-nous fait, combien de livres avons-nous écrit pour annoncer que ça allait mal finir et que cette économie de casino s’effondrerait. Mais maintenant, je suis comme beaucoup de gens qui ont lu les livres et qui connaissent leur histoire ; tout ce ci est dramatique, parce que tout le monde va être mis sous tension, la crise va passer de la finance à l’économie, de l’économie au social, du social à la politique et à l’international.
 
ASL : Et vous avez la solution vous, le nouveau modèle économique qui sauvera le monde ?
 
JLM : Vous pensiez que je l’exposerai là en quelques mots bien sûr … Non évidemment …
 
ASL : Vous avez peut-être une petite idée ?
 
JLM : Oui bien sûr. Je sais une chose. Il faut de toute façon, vaille que vaille, dans le moyen terme faire deux ruptures. L’une avec le modèle capitaliste d’accumulation sans fin, l’addition des intérêts particuliers sans intérêt général. L’autre rupture c’est avec le modèle productiviste, c’est-à-dire qu’on produit n’importe quoi, n’importe comment et on bousille la planète. Je mets en garde : les mêmes voyous qui ont pillé leur pays et ceux des autres sont en train de piller la planète, ce sont les mêmes.
 
ASL : On sait ce que vous refusez mais qu’est-ce que vous proposez ?
 
JLM : Il faudrait déjà se mettre dans la tête qu’il va bien falloir arrêter ce cirque. Car si vous les sauvez ils vont recommencer le lendemain.
 
ASL : Il faut les laisser mourir donc ?
 
JLM : Non il faut les punir et les chasser. A l’heure qu’il est il y a toutes sortes de grandes réunions mais dans les banques qui ont été nationalisées, ce sont les mêmes qui continuent à spéculer, parce que quand on vous dit les marchés ceci, les marchés cela, les marchés paniquent, mais c’est à cause des mêmes que ceux qui prenaient les décisions auparavant, ce n’est ni vous ni moi qui avons été faire la queue à la banque pour récupérer nos dépôts et heureusement, nous on fait de preuve de sens des responsabilités, pas eux.
 
ASL : Donc on les punit ?
 
JLM : On punit, vous comprenez l’expression, ça signifie qu’il faut savoir tourner la page et ne plus leur faire confiance. Ecoutez, ne faites pas confiance aux gens qui vous ont cassé les bras et les jambes pour venir vous les soigner. Donc cela veut dire qu’il y a tout un personnel médiatique, politique, économique qu’il faut pousser vers la sortie.
 
ASL : Y compris médiatique ?
 
JLM : Bien sûr, vous voulez un nom ?
 
ASL : Oui, allez-y ?
 
JLM : Votre collègue Jean-Marc Sylvestre qui nous fait le catéchisme libéral depuis bientôt 10 ans sur TF1, matin, midi et soir, en expliquant qu’il faut acheter des actions, qu’il faut faire des fonds par capitalisation
 
ASL : Il ne fait qu’analyser la situation, c’est un analyste !
 
JLM : Non pas du tout, il n’analyse rien du tout. Il fait de la propagande matin, midi et soir.
Alors vous m’avez posé une question concrète. Là je vous ai dit ce qu’il faudra faire à moyen terme. Mais il y a l’immédiat. Il faut mettre un pare feu entre la crise et l’économie réelle, l’économie productive. Il faut protéger l’outil de production et les travailleurs eux-mêmes. Parce que c’est ça qui va remettre le pays en route. D’abord la catastrophe va s’accentuer, les toits vont s’en aller. Mais c’est de là que ça va repartir. Alors il y a deux choses à faire : protéger l’activité. C’est-à-dire que M. Sarkozy plutôt que faire des phrases comme il le fait, ferait bien de traduire ça dans les faits : il ne faut pas supprimer les postes dans la fonction publique …
 
ASL : Vous avez parlé de bouclier social, je crois ?
 
JLM : Voila …
 
ASL : En quoi cela peut consister ?
 
JLM : Le bouclier social cela veut dire qu’on arrête de supprimer des postes dans la fonction publique, qu’on arrête de privatiser les grands services publics comme La Poste …
 
ASL : Donc on arrête tout alors, on arrête la politique de Nicolas Sarkozy ?
 
JLM : On arrête la politique libérale, bien sûr, mais ce n’est pas que ça. Il y a aussi les salaires, qui va relancer l’économie ? Tout le monde peut comprendre ça. L’économie ce n’est pas vos banquiers qui vont la relancer, c’est vous par votre travail productif. Donc il faut protéger les producteurs et protéger l’outil de production. Et donc tourner la page de la politique libérale. Est-ce que cela ne vous paraît pas plein de bon sens, ce que je dis ?
 
ASL : Mais bien sûr, bien entendu, mais je n’ai pas à juger …


153 commentaires à “Et pourtant elle tourne !”

Pages : [1] 2 3 4 »

  1. 1
    Nipontchik dit:

    ATTAC a été créé en 1996 si je me souviens bien (donc avant l'arrivée du gvt Jospin en 1997), cette assoc (et d'autres avant elle, voir sur son site le rappel des discours de JP Chevenement-mais il ne remonte pas jusqu'en 1983!) avait mis en garde contre les privatisations et la dérégulation.

    Sarkozy a pu dire des bêtises utiles à rappeler en 2006 et 2007 mais il n'a quand même pas le pouvoir de déclencher une crise MONDIALE avec épicentre aux Etats-Unis.

    Et puis rappelons-nous les crises monétaires européennes de 1992 et 1993 (les suédois ont eu des taux d'intérêt de 400 %!) qui ont été résolues par une séries de dévaluations-rrévaluations te par le jeu des taux d'intérêt.
    Eh bien ça c'était avant la globalisation induite par l'euro. Qu'est ce qui se passe quand il n'y a plus d'ajustements possibles entre monnaies (comme autrefois entre franc, lire, mark, peseta, etc...)?

    Réponse en 2008: l'ajustement sur les marchés d'actifs, immobilier, actions, matières premières, et c'est autrement plus dangereux pour l'économie réelle, la production et les échanges.
    La dérégulation de 1983 (E.Plenel a la mémoire + longue que vous Sénateur!), les critères de convergence de 1992, le grand marché unique européen, à côté de ça Sarko reste un nain (il y a certes les privatisations-mais avec noyaux durs - de Balladur-Sarko en 1993...).
    Y aura-t-il 1 journaliste assez sérieux pour vous le rappeler?

  2. 2
    segolene dit:

    Nicolas n'a peut etre pas le pouvoir de declancher cette crise MONDIALE,
    mais son suivisme et sapolitique claquée sur celle des USA (voir ces discours sur credit hypothecaire etc....) montre en tout cas qu'il nous amene droit dans le mur! les même cause produisant les mêmes effets!

  3. 3
    B. Samson dit:

    Courage! Vous allez en prendre plein les dents. Tous les journalistes et les experts qui causent dans le poste vont vous traîner dans la boue.
    Mais j'espère que vous arriverez à vous faire - un peu - entendre.
    PS : j'adore le " Il (Jean-Marc Sylvestre) ne fait qu’analyser la situation, c’est un analyste" de la blonde de Canal.

  4. 4
    Zhi sang ma huai dit:

    "Montrer du doigt le mûrier pour sermonner le sophora" (ou si vous préférez: "tuer le poulet pour faire peur au singe").

    26ème stratagème

  5. 5
    Nipontchik dit:

    @2.ségolène:

    Ah bon Sarkozy est président du FMI?

  6. 6
    segolene dit:

    Parce qu'il faut etre president du FMI pour faire du credit hypothecaire ?

  7. 7
    segolene dit:

    A vous voir en emoi, vous les gens de DROITE, c'est que vous devez avoir sacrement peur que la roue tourne !

  8. 8
    H2 dit:

    Merci pour vos paroles percutantes !
    On en a viré pour moins que ça dernièrement à France 24 !
    On ne va pas pleurer sur Jean-Marc Sylvestre qui plein d'arrogance et de mépris nous a assommé pendant des décennies !

    Renault licencie en ce moment 2000 personnes, est -ce que Elie Cohen et Jean-Marc sylvestre les pleurent ces gens là ?
    Et bien non, bien sûr, ils s'en foutent !
    Avec les salaires mirobolants que ces deux thuriféraires ont engrangés depuis des siècles on ne va pas sortir les mouchoirs si tant est que l'un des deux disparait de l'écran et si l'autre cesse d'être invité ! Et je ne parle même pas des privilèges que le système leur octroie en plus pour aboyer chaque jour sur les chaînes privées ou publiques. C'est bien simple ils sont partout !
    Jamais les directions des chaînes n'ont ouvert leurs micros aux contradicteurs, aux économistes non orthodoxes, toujours les mêmes sempiternellement le furent, répétés à l'infini dans le miroir aux alouettes.
    Les fameux " experts néolibéraux " qui pleurent désormais sur ces mêmes antennes de France et de Navarre pour que l'on vienne en aide aux banques. Soyons sûrs qu'ils y ont laissé leur magot et qu'ils n'ont pas envie que celui-ci s'envole en fumée !

    Regardons plutôt cette petite vidéo non dénuée d'humour. Elle explique parfaitement la folie de ce système. Pédagogique, elle nous fait autant rire qu'elle nous enseigne.
    Pluralité de l'intelligence. Expert ? Vous avez dit Expert ?
    Nous sommes toutes et tous des experts de ce système puisque nous le subissons de l'intérieur.
    Approfondissons dès lors l'expertise. Et rions de celui-ci.

    http://www.solidariteetprogres.org/article4676.html

  9. 9
    Tom- dit:

    Les petits marquis de la presse se défendent entre eux. Je signale qu'@si a rapporté les propos du bon docteur Méluch sans les déformer. (ils les ont quand même tronqués.
    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=2097

  10. 10
    Bruno dit:

    Jean-Marc Sylvestre nous sert effectivement sa soupe libérale depuis des lustres sur France Inter. Il est remplacé depuis la rentrée par Dominique Seux : guère mieux mais un peu moins agaçant cependant. Si je peux me permettre un modeste conseil : surtout ne pas vous laisser enfermer dans une querelle tatillonne du genre "ce n'est pas exactement ce que j'ai voulu dire..." : dénoncez la propagande de cette clique qui nous enfume depuis des années, rappelez à l'envie l'épisode de la campagne du référendum et demandez à vos contradicteurs qui vous accusent de "chasse aux sorcières" pourquoi on ne les entend pas quand Sarko fait virer les patrons de journaux qui ne lui plaisent pas.
    Et au passage n'hésitez pas à rappeler les liens des principaux médias et journaux avec les grands groupes financiers ou industriels... et l'amitié de ces grands patrons avec Nicolas Sarkozy.

    A contrario je recommande à ceux que cela intéresse la lecture de "L'antimanuel d'économie" (éditions Bréal) de l'autre chroniqueur économique de France Inter Bernard Maris. C'est très intéressant et plein d'humour.

  11. 11
    Ph Gardiol dit:

    je ne vois pas en quoi le verbatim exact des propos de JL Mélenchon atténue leur portée : "...il y a tout un personnel médiatique, politique, économique qu’il faut pousser vers la sortie".
    ".
    Question 1 : comment on fait techniquement pour pousser vers la sortie le personnel médiatique ?

    Question 2 : qui décide ceux qu'il faut pousser et les autres ?

    Question 3 : vouloir sélectionner ceux qu'il faut faire sortir et ceux qui ont le droit de rester, signifierait qu'il existe une vérité et non des opinions. Moi qui suis plus proche de Jean-Luc Mélenchon que JMS, je n'exprime que mon opinion pas la vérité.

    Question 4 : Oui JM Sylvestre fait de la propagande. D'autres journalistes font une propagande différente. Personnellement je n'apprécie les "analyses" de M. Sylvestre, je ne les regarde pas, c'est tout.

    En conclusion, relativiser la répression chinoise au Tibet au nom de la laïcité, considérer Chavez comme un espoir pour l'avenir de la gauche et vouloir virer les journalistes qui pensent différemment... ça commence à faire beaucoup, même si, on peut trouver dans cette énumération, une certaine logique...
    "Ce ne sont pas les doutes, ce sont les certitudes qui rendent fou" Nietzsche

  12. 12
    segolene dit:

    un journaliste doit il nous faire partager ces opinions!
    les fait seulement les faits! Sinon ça ne s'appelle pas journaliste.

  13. 13
    segolene dit:

    En fait j'ai compris comment tu fonctionnes : tu prends les idées sur le blog NDA et tu les presentes ici comme les tiennes
    Du plagiat quoi!

  14. 14
    Bruno dit:

    @Ph Gardiol
    "Pousser vers la sortie" ça veut déjà dire disqualifier un discours et ceux qui le formulent. Cette entreprise de disqualification est très exactement celle conduite à l'égard des idées de gauche depuis des années.
    Et malheureusement, on n'a pas toujours le choix de lire ou d'entendre d'autres analyses que celles que les médias veulent bien diffuser. Et sûrement pas avec la même densité de matraquage. L'exemple du dernier plateau de "Ripostes" sur France 5 est très illustratif : 2 hommes de droite (ump + modem), un journalistes libéral (Cohen), la patronne de Challenge (magazine économique très libéral) et 1 homme de gauche tout seul (en l'occurrence B. Hamon). Voilà, la propagande insidueuse c'est ça.

  15. 15
    Bruno dit:

    Lire ci-dessus "propagande insidieuse".

  16. 16
    Laurent64 dit:

    Tant mieux si cette confrontation avec Jean-Marc Sylvestre permet d'apporter des arguments d'un coté comme de l'autre. Espérons que l'émission ne sera pas déprogrammée.
    Les médias sont de moins en moins neutres et des journalistes s'auto censurent de peur d'être la prochaine victime comme le démontre le licenciement du journaliste Richard Labévière viré par la nouvelle direction de RFi.
    Bravo de mettre certains journalistes en face de leurs incohérences mais il faudrait surtout soutenir les courageux qui en ont bien besoin ! Si les excellents journalistes français (ils sont nombreux) ne sont politiquement pas soutenus, ils plieront !

  17. 17
    H2 dit:

    @ Ph Gardiol

    Votre démonstration est hélas fausse sur bien des aspects. Vous confondez vos phantasmes avec la réalité.
    Tout d'abord votre raisonnement est faux du fait qu'il n'y a aucune pluralité véritable dans les médias télévisuels. A vrai dire très peu sur les ondes radiophoniques.
    Il est risible que vous essayiez de faire peur avec le président Chavez qui a lui toutes les télés privées contre lui, dont certaines ont participé au coup d'Etat de 2002 au Vénézuéla qui a renversé la démocratie pendant 48 heures avant que le Peuple ne se rebelle ainsi qu'une bonne partie de l'armée loyaliste.
    Et pour finir, vous voulez définitivement nous faire mourir de peur en suspectant M.Mélenchon d'en vouloir aux libertés publiques tandis que vous faites silence sur les licenciements visiblement abusifs de Grégoire Deniau et Bertrand Coq par la direction de France 24 chapeautée notamment par Madame Ockrent femme du ministre des affaires étrangères.
    Je vous passe sous silence les graves atteinte aux libertés privées dans ce pays depuis un an.
    La prochaine fois tentez de ne pas penser à l'envers mais d'argumenter en prenant en compte les faits présents. Cela vaudra mieux pour tout le monde.
    A commencer par vous.

  18. 18
    H2 dit:

    Sarkozy l'ami de M. Lagardère se demande comment faire avaler le Travail le Dimanche...Facile ! Il suffit de modeler les cerveaux en les matraquant de fausses nouvelles ! Car il faut que ça rentre dans les crânes à coup de masse.

    Le "Journal du dimanche" qui appartient au groupe Lagardère vient de commander un sondage à Ipsos (avec des questions biaisées) pour savoir si les Français sont d'accord pour bosser comme des cons le dimanche.
    Et bien figurez-vous que c'est vraiment incroyable :
    Une majorité des Français sont d'accord pour revenir bosser le dimanche tellement ils aiment ça ! Une majorité ! C'est fou non ?
    Une majorité, ça a le don d'influencer toujours les minorités ou du moins d'en imposer. Disons que ça intimide vachement sur le moment. Et c'est bien là l'effet recherché. Créer de fausses majorités par voie de propagande pour écraser de fausses minorités.

    Et comme dit un internaute à propos des méthodes douteuses du sondage :

    "En regardant la méthode du sondage, on constate que les personnes ont été interrogées à DOMICILE les 22 et 23 septembre, soit un LUNDI et un MARDI... Il serait intéressant de savoir si le sondage a été effectué le soir.
    Dans la cas contraire, on peut dire que 67% des personnes qui ne travaillent pas le lundi et le mardi souhaitent travailler le dimanche ! "

    Pour une analyse plus fine et argumentée et pour tout savoir sur ce ènième sondage bidonné du JDD :
    http://www.travail-dimanche.com/sondages/sondages-le-jdd-prendrait-il-ses-lecteurs-pour-des.html
    Quand à Ipsos côté en bourse sa côte dégringole sec.
    Comprenne qui pourra :
    http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1rPIPS&vue=histo

  19. 19
    rosay dit:

    Pour faire du neuf ou du nouveaux,rien de tel que de renverser la table comme dit " Benoit Hamon ".
    si vous voulez du changement changer vous même.
    Il faut reconnaitre que J.L.M s'en sort très bien face aux journaleux médiatiques.
    Souvenez-vous lords de la dernière présidentiel " Laurent Fabius " proposait un smic à 1500 euros.
    Trichet le tricheur, ne voulait pas entendre parler d'augmentation de salaires pour cause d'inflation, (mon oeuil !) La droite à rejeté Fabuis !
    Aujourd'hui les fumistes de Banquiers, ont à leurs pieds des Milliards d'Euros - gratos grace à Trichets et consorts.
    Faut vous marer,c'est vous qui allez casquer ces Milliards d'Euros,
    Faut pas rèver !

  20. 20
    H2 dit:

    " Tout en se positionnant délibérément dans l'action Nicolas Sarkozy a voulu rassurer lundi avec un leitmotiv : "le contribuable sera gagnant" à la fin du plan de 360 milliards d'euros de sauvetage des banques conduit en France."

    Le contribuable sera gagnant ! hi ! hi ! 360 milliard d'Euros (pas de francs) !
    Et dire qu'ils veulent privatiser la Poste pour qu'elle leur en rapporte trois !
    Trois pauvres milliards d'Euros !

  21. 21
    jean-mamhoud dit:

    Jean-Luc Mélenchon a mille fois raisons mais plutôt que de le pousser vers la sortie, jm sylvestre devrait faire publiquement son mea-culpa, live and direct! mais au moins est-il sur une chaîne privée, commerciale, obsédée par le fric et donc à sa place...

    plus coupable est selon moi l'équipe de france télévisions, la clique néolibérale des petits copains d'yves calvi: les cohen, marseille, goddet, touati... tous ces "bons clients" qui continuent à défendre coûte que coûte leur modèle exsangue- bon dieu, la gueule de cohen devant le refus du congrès du plan paulson! au secours! un vrai lapin pris dans les phares... il devait penser à la valeur de ses jetons de présence dans les differents conseils d'administration qu'il honore de son expertise...
    espérons que le tsunami boursier nous débarasse de ces pitres...
    dieu sait qu'il y a d'autres économistes mais n'étant pas dans la ligne du parti, ils sont rarement invités à s'exprimer ou alors très tard le soir, chez taddéi... ok, on a parfois droit à bernard maris, libéral de gauche-c'est tout dire de l'aventurisme télévisuel...
    mais bon, c'est france televisions, une télé d'état qui en bon petit soldat capitaliste et libéral se doit de servir la soupe aux annonceurs...

    comme ni revel (entre deux fautes d'orthographe ou de grammaire niveau bepc) ni morandini ne sont foutus d'écouter ou juste de recopier (je n'oserai dire de comprendre) ce qu'il dit, Jean-Luc Mélenchon peut être tranquille... j'attends la confrontation de ce soir avec impatience

  22. 22
    Razoum dit:

    Vous avez votre responsabilité morale lorsque vous prônez un certain gauchisme. Que d'autres aient une responsabilité morale pour penser et dire le contraire ou tout simplement autre chose est une bonne chose. Vous avez été trotzkyste : et la responsabilité morale de Trotzky dans toutes les horreurs du stalinisme, vous en pensez quoi ? Avant de s'opposer à Staline, ils étaient bien du même bord lors de la Révolution ! Staline ne voulait pas de la Révolution à l'échelle du monde, Trotzky - oui. On l'a échappé belle. Sous l'ère Trotzky, les opposants étaient exterminés. Vous auriez été avec lui : vous auriez validé les exécutions ou déportations. Vous auriez été contre : vous auriez été exécuté ou déporté. C'est ce type de choix que vous nous proposez ? Pensez et dites ce que je pense et dis et vous aurez le droit de vivre. Merci de votre très grande bonté Monsieur Mélenchon. Et c'est vous qui écrivez un livre sur la Laïcité ! Propagande ultra gauchiste n'est pas laïcité.

  23. 23
    MITCH 13 dit:

    ce journaliste bien dans la ligne et valet servile des puissants, il a surement chez Bouygues des stocks options. Ses analyses pour fête foraine au stand des pipes en "platre" au choix du lecteur. J'apprecie votre présence dans les débats, ce n'est jamais neutre on vous caricature comme Ségolène. Je ne suis point socialiste, ni gauche ni droite, mon métier l'audit, du préventif, on informe on prend les décisions, cas d'école classique et non pas pour le"banditisme" financier. Les agités actuels de bons de mauvais plan voir d'arrière plan ont été incapable malgré les soubressauts et les alertes d'anticiper. Ils sont responsables:
    Une europe harmonisé, socialement, fiscalement, économiquement etc
    De ne pas avoir aboli le secret bancaire.
    D'accepter l'existence des paradis fiscaux.
    D'avoir cautionné les méthodes virtuelles de placements, un nobel de mathématiques s'y perd, encore aujourd'hui ils sont tous enfumés.
    De refuser, les controles à tous niveaux dans les entreprises, l'administration etc de la part des salariés par des audits indépendantes.
    De ne pas s'etre attaqué aux différentes fraudes,
    Suppression des parachutes, une belle fumisterie, qui a crée cette loi? dès l'instant que l'on donne sans controle la possibilité d'obtenir un bonus les comptes sociaux sont "bidouillés" toute la chaine y trouve son avantage.
    On remplace, par un bonus d'arrivée, les filiales étrangère une bonne couverture pour continuer comme avant.
    Aucun des gouvernants ne tire de conclusion personnelle, pas de démission il arrive après la bagarre de grands gestionnaire " en bois" Avec l'endettement, notre argent à un moment ou à un autre. Ils sont contents ils ont travaillés le dimanche. C'est grave, médiocre de la part de dirigeants qui dans les médias ont le sourire en justifiant la qualité de leurs soi disant plans. Aucun média et donneurs de leçon de tous poils ne demande ou exige un licenciement pour faute lourde. Je sais vous allez me dire qu'il s'agit d'un régime de corée du nord mais l'organisation d'audits systématique aurait du bon. L'occident, les capitalistes, les libéraux etc. ont un créancier le parti communiste chinois; Une leçon que donne tous ses spéculateurs sans patrie et que l'on a favorisés pour des profits y compris la répartittion inavouableil aime le "rouge" pas le bleu.

  24. 24
    mickey dit:

    En effet, à sa mesure, Sylvestre est un agent du système.Et le Système est STRUCTURELLEMENT voué à reproduire ce genre de crises.Et les drames sociaux, et les guerres qui vont avec...

  25. 25
    marsouin dit:

    Et il n'y a pas que M Sylvestre à chasser, il y a des tas de journalistes qui ne font pas leur boulot : "celui d'analyser les situations" et non celui de se faire les "porte paroles" du pouvoir en place et je citerai par exemple Mr Duhamel, Mr Aphatie, Mr Calvi..etc,etc !

    A quand une chaine totalement indépendante ou l'on pourrait s'exprimer librement ou on ne serait pas farci à longueur de journée de contre-vérités, de mensonges d'état, de propagande !

    Et pour ce qui est de la crise financière, j'ai bien peur que tout ce cirque ne reparte de plus belle, c'est malheureux à dire mais je pense que pour que cela fusse salutaire qu'il eût été bon que la crise s'aggrave et mette définitivement le système libéral sur les rotules !

  26. 26
    Anders dit:

    Sylvestre n'est que le premier sur la liste..
    Et pourquoi se limiter aux médias? Il y a les politiques, les économistes..

    En les démantelant on se protège nous mêmes!

  27. 27
    Anders dit:

    QUE SE VAYAN TODOS!

  28. 28
    marsouin dit:

    Pourquoi la vidéo a disparue ?

  29. 29
    DiGeo dit:

    Je sens que je vais en épater plus d'un de ceux qui savent les rapports courtois que j'entretiens avec JM.

    Je m'associe pleinement à l'extrait d'un de ses post en copié-collé ci-dessous:
    Il s'adresse à Jean-Luc Mélenchon pour l'encourager alors qu'il n'a de cesse de le vilipender ordinairement.
    ..................."Cela dit, je vous apporte tout mon modeste SOUTIEN pour votre émission de ce soir, car vous aurez façe à vous la lie du journalisme de l’économie et de la politique.
    Leurs méthodes, leur idéologie, leurs intérêts sont devenus le pue de notre Occident.
    Si je peux me permettre (…), dépassez lors de vos attaques le cadre dans lequel ils essaieront de vous enfermer, celui d’une gauche de la gauche.
    Attaquez les au coeur de leur faiblesse, l’image et le mensonge, et donnez des chiffres et des noms, simples, clairs.
    Placez vous dans une perspective au delà de la simple gauche, celle de la défense des intérêts collectifs, de ceux du plus grand nombre, de l’humain"......

    C'est carrément révolutionnaire, JM est en pleine repentance à moins que, comme aux jeux du cirque il attende la mise à mort pouce baissé.

  30. 30
    xyz dit:

    eh oui, la video a disparu comme tu dis marsouin...
    cela signifie certainement que canal plus a expressément demandé à Mélenchon de la retirer, prétextant du droit de propriété, qui peut mener en justice.

    pas bon du tout... et pourtant elle tourne!

    peut être, bien que je ne le conseille pas pour des raison évidentes de droits, les afficionados de Mélenchon feraient bien de sauvegarder l'intervention sur LCI (ainsi que celle sur canal tant qu'elle est dispo sur le site) via leurs live box ou boitiers freebox ou autres, et éventuellement par une capture en ligne.
    mais je ne conseille pas...

  31. 31
    DIVADI dit:

    Monsieur MELANCHON, quoique ne regardant jamais TF1et LCI, je serais devant mon poste pour voir et entendre votre intervention.Je suis de ceux, qui comme beaucoup" filerais des baffes" à JM Sylvestre et consort, si l'occasion se présentait.Marre de tous ces salauds!

  32. 32
    paul dit:

    Complément d'info sur Natixis, à vérifier: j'ai entendu dire que les souscripteurs, s'ils veulent récupérer leurs actions à 1, 75 Euro, doivent d'abord recapitaliser !

  33. 33
    paul dit:

    Cà fait combien de combinaisons possibles, avec les 26 lettres de l'alphabet, Jean-Mahmoud ?

  34. 34
    paul dit:

    Un blog de ce type peut-il être un outil politique comblant en partie la démission des partis, sensés être un outil républicain de transmission de l'information du peuple vers sa représentation?

    Celà impliquerait un comité de lecture des posts par PRS ou autre membres du staff de Mélenchon, et un renvoi de cette écoute. Un modérateur, même s'il est utile, ne remplit pas cette fonction.

    Il faudrait aussi que, pour que les blogueurs soient à nouveau en nombre, il y ait moins de copier-coller, un post argumenté n'a pas besoin de faire trois pages. Avant l'été, il y avait bien plus d'intervenants, et plus de communications personnelles.

    Il n'y a de pire censeur que soi-même. Nombre de posts sont ignorés. Ne sont-ils pas suffisamment dans une ligne?

  35. 35
    H2 dit:

    Site de Canal + : Emission d'Anne-Sophie Lapix en présence de Jean-Luc Mélenchon.

    http://www.canalplus.fr/tous-les-programmes/c-les-emissions/pid2180-c-p-dimanche.html?

  36. 36
    segolene dit:

    Sur LCI, la presentatrice du mini journal annonce:
    "l'europe met 1700 MILLIARD d'euros pour les banques !"
    Quand je pense qu'on nous presse comme des citrons!

  37. 37
    Alex dit:

    Oui il a raison, et il faudrait virer tous les apôtres de la pensée unique euro libéral : Elkabbach, Duhamel (les 2), l'UMP, le PS, le Modem, la Ockrent, Colombani, Minc, etc.

    Lui aussi d'ailleurs serait logique avec lui-même s'il quittait enfin le PS.

    Il y a décidément trois forces en France : le Système UMP/PS Modem, la gauche de transformation (NPA), les nationaux (Marine).

  38. 38
    segolene dit:

    Sur LCI “l’europe met 1700 MILLIARD d’euros pour sauver les banques ”
    nous dit la presentatrice du journal.
    Quand je pense qui y a par d'argent pour ceux qui bossent.

  39. 39
    segolene dit:

    Désole j'ai fourché avec mon clavier.

  40. 40
    Yaneck Chareyre dit:

    Revel a raison sur un point: il faut en effet faire des purges en bonnes et dues formes si l'on revient au pouvoir. Il y a quelques années, alors étudiants à Science Po Grenoble, j'avais réalisé une petite étude sur la valse des fonctionnaires. Il était criant de voir que ceux qui purgeaient le plus étaient les gouvernements de droite.
    Donc il ne faut pas avoir peur de qui nous sommes. Notre vision de la société ne peut pas être défendue par des hommes de droite.

    C'est peut-être un vieux fond de stalinisme, mais tant pis.
    Il y a des ennemis à faire tomber.

  41. 41
    H2 dit:

    Jean-Marc Sylvestre pleurniche sur LCI et prononce ses mots "Analyse et Pédagogie" !
    Tels seraient ses instruments de travail : dure labeur dixit. Il a" pour mission d'éclairer" dit -il ! Ah ! Ah ! Non mais on rêve ! Du balaie ! Du balaie !
    Michel Field, l'homme mou du paysage cathodique a été choqué par l'attaque ad hominem. M.Jean Marc Sylvestre ayant été en effet présenté comme le porte-voix en chef de la propagande néolibérale Française...
    Pauvre choux ! C'est que Nounours est très sensible.

    Quand les gens licenciés s'appelle Maurice X, Bernard X, Juliette X ou Mohamed X, peu leur chaud, un matricule suffit, mais lorsque l'on affirme que les commissaires politiques et les gardes chiourmes du système sont la caste des hauts- journalistes arrosés de cadeaux en tous genre, M.Fiel s'enrhume.
    Il est effrayé, il proteste, mollement...
    M.Field dit : Ne touchez pas aux journalistes côtés en bourse ! Pas nous ! Tous le monde mais pas nous !
    Il a oublié juste un truc. C'est qu'originellement le journalisme était censé être le quatrième pouvoir pour, sinon parachever la démocratie du moins pour l'ouvrir au delà des puissants et l'élargir concrètement au plus grand nombre, pas pour exercer un nouveau pouvoir contre les Citoyens ravalés au rang de consommateur rotant sur leur canapé à coup de slogan, de fausses nouvelles ou de divertissements ineptes.

    La mine faussement peinée et mortifiée de Jean -Marc Sylvestre en dit long sur le vent qui tourne. Il y a comme un point de suspension. Il font faussement profil bas en attendant que l'on paie leur note effarante de frais : 1700 milliards d'Euros et cela jusqu'au calendes grecques.
    " La crise est finie "... pour qui ?

    Gare à nous si nous ne nous réveillons pas promptement et n'affirmons pas des vues nouvelles. Ils ne s'en iront pas comme ça et pas de sitôt. Ils se ferons un plaisir de nous écraser encore et encore.
    Il faut mettre un pied dans l'embrasure de la porte avant qu'elle ne se referme sur nous et ma foi : ENTRER.

  42. 42
    jennifer dit:

    C'est un vrai scandale d'avoir censuré cette vidéo. Je l'ai vue hier donnée par un lien de JM et je n'ai rien trouvé d'extrème sauf si le fait de critiquer JM Sylvestre et de dire ce qu'on pense est un crime. Incroyable et inacceptable.

  43. 43
    jennifer dit:

    J'ai peut être été vite de dire "censurer la vidéo" mais c'est vrai qu'elle n'apparaît pas en haut et gauche et à la place on trouve "désolés ce contenu est retiré pour cause de non respect des conditions d'utilisation". Ca veut dire quoi cela? Quelqu'un peut-il m'expliquer?

  44. 44
    gilles dit:

    CRISE FINANCIERE ET L'URGENCE D'UN COMBAT IDEOLOGIQUE

    Sarah Testard http://bellaciao.org/fr/spip.php?article72413

    Tandis que les membres des gouvernements néolibéraux du G7, du FMI et de la Banque Mondiale se réunissent ce vendredi à Washington, se cachant derrière une fausse volonté de trouver des solutions á un système économique en crise si enrichissant pour les élites, feignant le compromis avec les peuples et l’unité politique, tentant de dévier l’attention des citoyens sur les causes et solutions réelles de cette crise, cherchant des boucs-émissaires, promettant la lune et offrant des chiffres et des chimères, une autre voix se lève, celle des peuples du sud, et propose une alternative de développement économique durable et respectueux de tous les citoyens du monde.
    Des économistes, chercheurs, dirigeants politiques et dirigeants sociaux des quatre coins du monde participent depuis mercredi 8 octobre à Caracas, capitale du Venezuela, à La Conférence Internationale d’Économie Politique : Réponses du Sud face á la Crise Economique Mondiale, où ils analysent et débattent sur l’actuelle crise économique mondiale, cherchent et proposent des solutions alternatives comme réponse au besoin urgent des peuples à se confronter á l’actuel système économique mondial, s’affrontant ainsi au modèle et aux organismes capitaliste actuels et au supposé plan de sauvetage des élites machiavéliques.
    Ce forum, qui durera jusqu’au samedi 11 octobre, est organisé par le Centre International Miranda et par le Ministère de Planification et Développement du Venezuela. Il réunit des experts de différents pays d’Amérique Latine et des Caraïbes (Venezuela, Argentine, Chili, Équateur, Pérou, Paraguay, Mexique, Cuba), d’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada), d’Europe (Allemagne, Espagne, France, Angleterre, Belgique), d’Asie (Chine, Corée, Corée du Sud, Philippines), d’Océanie (Australie) et d’Afrique (Egypte).
    Les thèmes à débattre comprennent entre autres la chute financière et économique mondiale, la crise et les modèles économiques, la désarticulation des politiques néolibérales et du Consensus de Washington, les axes et défis pour le développement économique des peuples, les nationalisations versus privatisations. Les problématiques suivantes seront de même développées : quels sont les paradigmes qui assoient les relations économiques internationales aujourd’hui : nouvelles alternatives ou néo dépendance? Quelles sont les politiques économiques appliquées par les pays du sud pour contrer les forces hégémoniques des centres de pouvoir économiques mondiales ? Comment se consolident les processus d’intégration régionaux qui aident á dépasser les asymétries entre les nations ?, entre autres.
    Les résultats de ces discutions et les propositions qui découleront de ces dernières seront publiées, tout comme une série de recommandations pour les peuples, dans leurs différentes formes d’organisation.

    Intervention des experts, quelques mises en bouche

    « Le processus de transformation que l’humanité et l’histoire nous exige est urgent. (…) L’humanité doit se demander quelle est la dimension objective du problème. La question est comment transformer ces rêves en réalité ». Pedro Páez, ministre de l’Économie d’Équateur.
    « La crise financière mondiale est le résultat de l’irresponsabilité des politiques capitalistes mises en place par les gouvernements des pays mal nommés développés. (…) Mais heureusement, nos gouvernements se sont opposés à temps et ont créé des projets socialistes alternatifs à l’acharnement néolibéral qui veut nous imposer son schéma ». «Où sont les recettes de ces instruments multilatéraux qui prétendaient détenir les solutions à tous les problèmes liés au capitalisme ? ». Haiman El Troudi, ministre de Planification et Développement du Venezuela.
    « Les pays latino-américains doivent s’unir pour se confronter, affronter et vaincre le capitalisme. (…) Il est nécessaire de changer le modèle productif, de réactiver l’économie, mais le faire de n’importe quelle façon sert les intérêts des classes dominantes. Le thème est de savoir pour qui on veut se développer, et il faut en finir avec l’insatisfaction des peuples et de leurs nécessités». Julio Gambina, économiste argentin.
    « Cette crise marque le déclin idéologique du néolibéralisme ». Claudio Katz, économiste argentin.

    Quand les utopies se veulent réalité… Quelques bribes du projet…

    « Nous devons redéfinir des propositions spécifiques, basées sur les nécessités des peuples, garantissant les droits de l’homme et les nécessités basiques, avec des alternatives comme l’ALBA ou l’UNASUR », exprima Pedro Páez. Il a aussi proposé durant la conférence d’ouverture ce mercredi la création d’un Fond Monétaire Alternatif, et d’un réseau de banques centrales, entre autres.
    Haiman El Troudi a lui exigé le control des mouvements de capitaux, la création de mécanismes de commerce juste, l’éradication du secret bancaire et la suppression des paradis fiscaux, la création d’un fond de sécurité social pour tous les peuples du monde et l’implantation d’un revenu social fixe, entre autres.
    Le Président du Venezuela, Hugo Chavez, a exigé pour sa part la dissolution du FMI. « Les bases du capitalisme doivent disparaitre », a-t-il annoncé lors de la conférence d’ouverture. « Nous sommes dans une période cruciale, un modèle économique pervers touche à sa fin. (…) Heureusement qu’il existe ici les germes de l’ALBA et plusieurs initiatives économiques tel que la Banque du Sud ». Il a ainsi ajouté que “tandis qu’ils (les membres des gouvernements néolibéraux) discutent les possibilités de survie des banques de nord, ici au Venezuela jaillissent des profondeurs les banques communales ».

    Note : La Fondation “Centre International Miranda” rattachée au Ministère du Pouvoir Populaire pour l’Education Supérieure du Venezuela, a pour objectif principal la promotion et diffusion des valeurs du système politique de démocratie participative et protagoniste à travers l’investigation, la réflexion et la formation, sur des problématiques stratégiques du processus de transformations politiques et de leurs liens avec les transformations économiques, sociales et culturelles impulsées par la Révolution Bolivarienne. Pour plus d’information : http://centrointernacionalmiranda.gob.ve/ (page en espagnol)

  45. 45
    Anders dit:

    Je viens de voir le débat télévisé entre JM Sylvestre et JL Mélenchon. Il semble que Sylvestre soit quand même bien emmerdé par la vérité des prix : concernant la crise financière, il s'est trompé sur toute la ligne. Il bafouille.. il est tremblant, regarde ses notes fébrilement... et summum de l'angoisse du vide, il fait un jeu de mot avec le nom de famille de Mélenchon. Bide absolu car l'heure n'est pas à la plaisanterie.

    Je ne sais pas si Sylvestre attendait des excuses, mais à la fin c'est lui qui s'excuse! Bravo Jean-Luc Mélenchon.

  46. 46
    paul dit:

    Quelqu'un peut-il me dire s'il y a moyen de voir sur quelque lien l'entretien de ce soir sur LCI ?

  47. 47
    jennifer dit:

    Partout on nous dit qu'il faut attendre que les valeurs remontent mais la crise de 1929 montre que les actions peuvent baisser encore et encore. Le mouvement de balancier n'est pas automatique comme voudraient nous le faire croire nos dirigeants et les medias. On entend dire: il est temps de racheter les actions car elles sont au plus bas, sous entendant qu'elles vont forcément remonter. En 1929, elles ont continué à baisser sur une période prolongée de 3 ANS! et il a fallu attendre 1951 pour que le dow jones retrouve son niveau de 1929 et que l'investissement soit comparable.

    cf l'article de John Ross "how far can bank shares fall?"

  48. 48
    jennifer dit:

    l'article post 53 se trouve dans socialist economic bulletin

  49. 49
    H2 dit:

    @ Paul

    http://tf1.lci.fr/infos/economie/medias/0,,4122490,00-sylvestre-.html

  50. 50
    Tom- dit:

    @ Paul.
    http://tf1.lci.fr/infos/economie/medias/0,,4122490,00-sylvestre-.html

Pages : [1] 2 3 4 »

Blog basé sur Wordpress © 2009/2013 INFO Service - V4
Générateur de miniatures