25mai 08

 J’étais jeudi à Colomiers dans la haute Garonne où je participais à un débat sur l’école. Ce week end, mon fil rouge c’était les contacts téléphonique avec François Delapierre qui représentait PRS au congrès du Linke dans un coin perdu d’Allemagne. Mais dès jeudi, alors même qu’il n’était pas encore en vente et que personne n’avait donc pu le lire,  le livre de Bertrand Delanoë était le sujet imposé. Bon. C’est allé bien vite. Moins de quarante huit heures après la sortie du livre, les commentateurs constatent  que le maire de Paris se situe dans le même espace politique et stratégique que celui incarné par Ségolène Royale pendant et après la présidentielle. Je vais dire mon mot. Avant cela voyons le tableau. Dans la pure logique de marketing qui domine cette scène, Ségolène s’est aussitôt décalée à gauche. Vu le centre de gravité ça mène pas bien loin. Mais c’est fait. Donc ce sera une valse. Le mouvement tournant de l’un par rapport à l’autre les placera à tour de rôle l’un à droite et l’autre à gauche du congressiste hésitant. Tchac, tchac, poum, tchac tchac poum. Et ainsi de suite. Ca risque d’être vite saoulant. Réduits à faire tapisserie, les candidats porte serviettes délirent : Dray dit qu’il est marxiste et Moscovici qu’il se voit bien premier ministre dans la future majorité. On se pince. Non, ils l’ont vraiment dit. Au secours! Et partout à la base, dans les fiefs et chatelnies divaguent des seigneurs petits et moyens, angoissés de ne pas savoir d’avance qui va gagner et donc à qui se rallier. Sans parler de tous ceux qui pensaient pouvoir s’offrir un confortable « tout sauf Ségolène » qui les auraient dispensé de toute réflexion et justifié tous leurs reniements. Pendant ce temps, le plus grand nombre est saisi d’effroi. Il se tait et rentre la tête dans les épaules. Sarkozy c’est dur. Très dur. Et dire qu’il faut subir en plus ce vibrionage démoralisant!  

A Toulouse où je me trouvais jeudi, en manifestant entre le nouveau maire de Toulouse Pierre Cohen et le président du conseil général Pierre Izzard, on évitait le sujet, bruyamment, si je peux dire. On ne vote pas pareil au PS mais ce sont avec moi des copains à l’ancienne. Ils ne se la jouent pas. Ils savent bien que ça sent le roussi cette bagarre indéchiffrable au sommet du Parti. Les gens passaient beaucoup pour nous toucher la main. « Comment vous le sentez maintenant ? Qu’est ce qu’on va faire ?» demandaient-ils. Visages tendus. A ce moment là, en plus, on venait d’apprendre que 17 députés socialistes se prononçaient en faveur de la réforme constitutionnelle de Sarkozy. Ensuite, quand je suis allé me poster vers l’avant  de la manifestation, juste perché sur le trottoir, un nombre incroyable de gens sont venus m’apostropher pêle-mêle: «  on en a assez des conneries du  PS, dites le à vos copains la haut ! »  Ou bien, à l’opposé : « et qu’est-ce que tu fais encore au PS ? ».  Et d’autres : « pourquoi tu n’as pas signé l’appel de Politis ? ». Tout ça, c’est du non stop pour moi depuis huit jours. Car j’ai participé à quatre manifestations depuis la semaine passée. Je peux dire que quand on  passe plusieurs heures au milieu de défilés de cette sorte on a vite compris l’essentiel : la gauche de base se sent politiquement abandonnée. Elle l’est. Elle pourrait bien l’être davantage encore bientôt. Entre le vote de la réforme constitutionnelle, la Convention du PS et les congrès de gauche de juin à décembre, un tremblement de terre pourrait bien avoir lieu.

Ca se laisse lire
D’abord le positif. Le livre de Delanoë est agréable à lire et intéressant. L’homme qui se montre dans le récit est attachant par sa simplicité et ses contradictions assumées. Ses ancrages dans la culture politique de gauche, fusse pour la tailler en pièce, en font un  interlocuteur stimulant et cela change de la foule des ignorants prétentieux et des sophistes qui pullulent dorénavant dans les milieux dirigeants socialistes. La présence vipérine du passeur de plat, Laurent Joffrin, dont le venin haineux  contre François Mitterrand et la gauche des ruptures suinte à tous propos et bien souvent hors de propos au fil des pages, fait de chaque réponse, par contraste, un moment de pensée apaisée. Ensuite le moins positif. Comme Joffrin est de la même sensibilité que Delanoë, qu’il doit cependant trouver encore un peu trop à gauche, le maire de Paris n’est pas du tout poussé dans ses retranchements intellectuels quand il se contente de réciter la vulgate social libérale traditionnelle. Qu’il s’agisse du bilan des pays scandinaves ou d’autres poncifs du même acabit sur l’esprit d’entreprise, les managers et ainsi de suite, il peut dire ce qu’il veut : Joffrin ne le reprend que par la droite pour vérifier s’il ne reste pas des traces de « première gauche » dans le potage. Du coup Delanoë dérape dans quelques excès de zèle : « La méconnaissance des réalités du privé, positives et négatives est un grave handicap. Combien de socialistes savent, vraiment, ce qu’est un chiffre d’affaires ou une marge brute ? » (p 49) Joffrin ne souffle mot. Il doit être en extase. Pourtant c’est une phrase ridicule. Enfin le méli mélo entre les problématique de politique nationale et le municipalisme parisien sont parfois pesant et des fois franchement risibles. Exemple cette question inspirée posée par Joffrin  « cette culture du compromis s’applique-t-elle au plan de circulation à paris » ? (p 160)
MON DEFI A BERTRAND DELANOE
Et maintenant sur le fond.  Le positionnement de Delanoë est sans surprise si l’on veut bien faire l’effort de le situer par rapport à ce qui se passe dans toute la sociale démocratie européenne.  Depuis que j’ai présenté mon analyse à ce sujet dans mon livre « Enquête de gauche » les faits et notamment le désastre italien ont  confirmé ma thèse sur les conséquence du glissement "démocrate" des socialistes.. Croit-on que Delanoë serait trop éloigné des débats et réalités de la scène internationale de la gauche pour être influencé par ceux-ci? Ce n’est pas du tout mon avis. Delanoë est non seulement un connaisseur mais un praticien de la politique internationale. L’italien Veltroni, par exemple, est un de ses amis personnels. Pour le reste il ne cache pas son tropisme : « Nous avons avec nous l’immense force de la social démocratie mondiale qui œuvre aussi pour le développement humain, la justice sociale, la croissance durable. Nous pouvons agir de concert. J’ai travaillé avec Bill Clinton » (p57). Joffrin se garde bien de lui apporter la moindre contradiction sur l’action réelle très discutable sur bien des plans de la sociale démocratie mondiale. Ce qui compte c’est la référence à Clinton. C’est le mot de passe du courant démocrate. Delanoë lui adresse un clin d’œil calculé.  Et cela complète cette sortie sur le libéralisme, moins rustique que ce que j’en ai lu dans les commentaires, mais tout a fait décisive en tant que signal politique. Surtout si on n’oublie pas de le lier à la conclusion que Bertrand Delanoë tire séance tenante pour le PS. Il faut donc lire attentivement ce passage. « (..) si les socialistes du XXI siècle acceptent enfin pleinement le libéralisme, s’ils ne tiennent plus les termes de concurrence ou de compétition pour des gros mots, c’est tout l’humanisme libéral qui entrera de plein droit dans leur corpus idéologique. Certains, à l’intérieur même du PS d’aujourd’hui n’accepteront peut être pas cette révolution de pensée. Qu’a cela ne tienne, qu’ils proposent leurs solutions et l’on choisira, car il faut choisir : la synthèse est morte. La synthèse se sont les différences effacées. Voici venu le temps des différences assumées. Et c’est le meilleur chemin, le plus courageux et le plus efficace pour se rassembler. » (p48)  Si on lit bien il s’agit de faire entrer le libéralisme en tant que doctrine dans le corpus socialiste. Et il n’est pas question seulement du libéralisme en tant que courant d’idées anti conservateur comme on nous le serine à l’envie. Il s’agit bien de la doctrine économique puisque les exemples donnés (compétition et concurrence) concernent l’économie. C’est donc au niveau des principes que cette « révolution » devrait être accomplie. Alors je dis chiche : puisque personne de ses proches n’en a parlé à la commission chargée de rédiger la nouvelle déclaration de principes, et puisque au contraire celle-ci a ramené sur les positions traditionnelles le texte finalement arrêté,  pourquoi ne pas soumettre au vote de la prochaine Convention en juin cette idée ? Est-ce que ce ne serait pas le bon moment ? Celui prévu précisément à cet effet ? N’est-ce pas justement une bonne occasion de passer à la culture des « différences assumées » ? Si je propose cette confrontation c’est que l’adoption d’une « révolution » de cette nature n’est pas de l’ordre des motions de congrès. Celles-ci s’appliquent à l’orientation générale du parti pour une période déterminée et limitée. Dorénavant ce sera encore plus vrai puisque le rythme des congrès va correspondre au cycle de l’élection présidentielle. Donc quand Delanoë, bon connaisseur des rites et usages du Parti,  parle de la synthèse qui est « morte » il n’évoque pas l’exercice nocturne de la séance de la commission des résolutions du congrès. Il parle de la synthèse qui fait l’identité actuelle du parti entre ces diverses « cultures socialistes » que la nouvelle déclaration de principe affirme vouloir réunir au sein du même parti. Si les mots ont un sens si la « révolution de la pensée » dont parle Bertrand Delanoë n’est pas un simple gadget provocateur pour assurer la promotion de son livre, alors son auteur doit l’assumer. En sachant ceci: il est peu probable qu’un parti socialiste qui adopterait une telle posture soit un lieu de rassemblement
.


63 commentaires à ““Révolution de pensée”? Je lance un défi à Bertrand Delanoë.”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    Gilles dit:

    Mobilisons les consciences pour les retraites :
    --------------

    Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

    1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

    - La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" (année 2005).
    Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

    2/ Sur les dettes de l"Etat :

    - Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

    3/ Sur les recettes de privatisations :

    - Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

    A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.

    4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

    - 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.

    5/ Sur les "niches" fiscales :

    - 254 "niches" fiscales qui permettent à 3900 gros contribuables d'échapper à tout impot sur le revenu, privant l'Etat de 43 milliards de recettes, une somme supérieure au déficit budgétaire.

    Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

    A savoir :

    1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

    2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

    Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.

    Merci de bien vouloir signer, divulguer et faites connaitre cet appel SVP.
    N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.

    Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434

  2. 2
    Éve dit:

    Ce qui m'écoeure le plus dans ce qui se passe au P.S., c'est aucun des prétendents au poste de premier secrétaire ou de futur candidat n'a retenu ce qui s'était passé le 6 mai 2007, ils n'ont vraiment rien compris. On va droit dans le mur avec ce combat des chefs qui s'annonce, les militants vont en perdre leur latin entre le plan marketing de Delanoé, la stratégie de Ségolène, le non-retour de Strauss Kahn et les autres.
    Vous avez raison de dénoncer que la social-démocratie ne fait pas recette et ne fera jamais recette, voir l'Italie, l'Allemagne, l'Angleterre etc. Les médias ont déjà choisi leurs favoris, Ségo ou Delanoé peut importe le vote des militants. Ni l'une, ni l'autre ne me conviennent, c'est blanc bonnet et bonnet blanc. Le PS doit se tourner vers les couches populaires de son électorat, pas vers celui du Modem qui est orphelin.
    Le PS doit être de gauche, pas une gauche molle pas une gauche centriste, ni social démocrate.Pas une gauche teintée de libéralisme, on a vu ce que cela a donné avec Jospin. Sinon on se fera encore laminer en 2012.
    Jaurès doit se retourner dans sa tombe, il ne doit plus reconnaître ses "enfants".

  3. 3
    H2 dit:

    ” Article de Thomas Vallières paru dans le journal ” Marianne ” - Mai 2008.

    “Réforme de scrutin : Quand L’UMP justifie l’insurrection ”

    Le calcul est simple : aux dernières élections cantonales, la droite UMP a rassemblé juste un peu plus de 40 % des suffrages, et la gauche presque
    55 %.
    Aujourd’hui les sondages indiquent un rapport de force majorité- opposition d’environ 40 % contre 60 %.

    Alors le clan Sarkozyste a eu une idée : imposer un nouveau mode de scrutin qui permet non seulement de l’emporter à 40 % contre 60 %, non seulement de gagner même si on est battu, mais, en outre, d’emporter une majorité absolue au Parlement même si on est très minoritaire. Comment ? Fastoche !

    On impose un scrutin majoritaire à un tour … le candidat de la droite unie -
    l’ UMP et les groupuscules alliés - obtient, par exemple, 36 %, le PS 35 %, un centre gauche 4 %, le PC, les Verts et l’extrème gauche 11 %, un MoDem d’opposition 9 % … L’opposition est à 59 %, mais le candidat UMP est élu. CQFD. Accessoirement, seuls les PS et les UMP auront des chances d’être élus. Les centristes indépendants, les gaullistes authentiques, les indépendants de gauche, les écolos, les communistes, l’extrême gauche, et également l’extrème droite, seront exclus du jeu.

    Voilà l’arnaque que la majorité est en train de concocter dans la perspective des prochaines élections régionales et législatives qu’elle veut pouvoir gagner, même si elle les perd…

    Pour l’instant, aucun média n’a senti le besoin de monter au créneau. On exige, avec raison, le respect de l’expression des électeurs… au Zimbabwe, on pointe du doigt les manipulations en Russie, mais en France, un projet de truquage pur et simple du scrutin ne fait, pour l’instant, que des vaguelettes.

    Or, en démocratie, pourquoi la rue ne doit pas imposer sa loi ? Parce que les électeurs ont librement la possibilité, en choisissant leurs élus, de faire triompher l’orientation qu’ils veulent majoritairement. Mais, si, grâce à une manipulation adéquate, la minorité parvient à imposer ses exigences et ses diktats, alors la rue est en droit de faire contrepoids. “

  4. 4
    Belgo4.0 dit:

    le plus grave, ce sont en effet les 17 députés PS qui se disent prêts à voter la "réforme" institutionnelle de la droite. C'est invraisemblable. On dirait que le Parti est contrôlé par la droite française, qu'il n'a plus de réflexion sur le fonctionnement des institutions. Déjà qu'on s'est payés les réactionnaires de service sur la question de la charte des langues européennes...
    bon courage,
    le Belge

  5. 5
    Belgo4.0 dit:

    A propos de Dray, ça serait gentil de remettre un lien valide, que je me marre en effet. A sa décharge, il faut QUAND MEME bien admettre que beaucoup de candidats s'appuient dans le PS sur différents réseaux de type communautariste.

    N'empêche, j'aimerais bien retrouver un lien sur Dray, cet aveu de marxisme chez Dray m'avait échappé, dans le zimboum actuel... Merci !
    Le Belge

  6. 6
    Denis Collin dit:

    Bonne analyse comme toujours... mais Delanoé ne fait pas autre chose que développer la "déclaration de principes" sur laquelle Jean-Luc garde un silence assourdissant. et qui sera adoptée sans débat, sans amendement, sans opposition (sauf celle de Dolez) à la convention de juin. Or une déclaration de principes, c'est la carte d'identité. Quand Jean-Luc remarque que Delanoé enterre la synthèse (la synthèse d'Epinay!), c'est très juste. Mais avant la parution du livre, c'est le PS tout entier avec l'approbation tacite de toute sa "gauche" qui enterre la synthèse d'Epinay avec cette déclaration des nouveaux principes.

    Il serait bon de sortir des analyses et d'ouvrir une nouvelle voie. Une voie pour le peuple de gauche, pas une voie pour la préparation du prochain congrès du PS dans lequel Mélenchon, Emmanuelli, Filoche etc. ne joueront que les utilités parce que le "congrès" va se jouer entièrement dans la presse et que la "démocratie interne" n'est qu'une farce lamentable...

    Jean-Luc Mélenchon est le seul dirigeant du PS qui ait assez de notoriété et de talent pour initier une rupture réelle... mais parce qu'il croit que ces amis de Clinton, ces représentants de commerce du grand capital et de la moyenne bourgeoisie intellectuelle friquée sont encore sa famille, il reste l'arme au pied, à faire des analyses toujours plus subtiles du désastre annoncé. Il lance des défis à Delanoé, ce dont le maire de Paris se contrefout, alors que c'est à lui-même que le défi est lancé.

  7. 7
    jrev dit:

    Un antidote?
    Quelqu'un pourrait-il traduire et mettre en ligne les discours de Lafontaine au congrès de die Linke?
    http://die-linke.de/partei/organe/parteitage/1_parteitag/reden/oskar_lafontaine/
    Mon allemand défaillant m'a laissé entrevoir là dedans des choses très belles et très intéressantes.

  8. 8
    garnier gerard dit:

    urgent.remettre la vraie gauche en route.le peuple en a marre de ces dirigeants du PS qui n'ont plus rien de gauche et qui pensent car leurs portefeuille.

  9. 9
    jennifer dit:

    Sur "la gauche de base pourrait bien se sentir abandonnée et elle l'est et..." et le sera encore plus. je pense qu'il faudrait réagir. L'appel de politis comme l'a fait remarqué certains (cf la LCR encroûtée dans le sectarisme de son NPA: nous et rien d'autre! et les militants antiracistes) est vraiment loin d'être parfait. En effet rien sur la question anti raciste, les sans papiers etc... et cela s'est pas possible à l'heure actuelle de passer cette question sous silence. Donc c'est la gauche bien pensante de Paris, nos intellos qui veulent se regrouper pour être bien au chaud. Bon c'est déjà bien de se regrouper car c'est absolument nécessaire mais encore faut-il pouvoir fédérer toutes les forces en lutte (donc les sans papiers) très courageuses qui se battent.
    Pourquoi personne ne songe à faire un front anti Sarkozy où on se battrait sur toutes les mesures qui nous choquent et où on passerait au dessus des appartenances politiques? Les fronts comme l'appel de politis qui sont juste sur des idées mais pas pour se battre vraiment par expérience finissent mal.

    Je trouve incroyable que depuis que Sarko est élu, il n'y ait pas eu une réaction de s'unir tous avec juste l'idée de se battre contre les mesures du gouvernement. Rien que cela c'est tout un programme: on mettrait ensemble déjà tous les dirigeants des luttes en cours: sans papiers, éducation, caissières etc... en évitant de se prendre le nez sur des querelles idéologiques mais cela voudrait dire bien entendu se battre contre les sectarismes divers (CGT et autres) ce serait vraiment bien

  10. 10
    jennifer dit:

    Je précise que ma proposition si elle ressemble à celle de la LCR (fédérer les luttes) n'est pas celle du NPA. Donc gens de la LCR et du NPA épargnez vous de me dire: mais c'est le NPA que tu proposes. Le NPA c'est le sectarisme incarné, la LCR qui s'autoproclame celle qui va faire converger toutes les luttes. Ils se pensent vraiment les leaders des mouvements de masse! Les chevilles devraient leur gonfler. Il faut une unité des forces en lutte, non manipulées par la LCR

  11. 11
    Sarkozy certifie sur l'honneur ! dit:

    Les dossiers du Canard Enchaîné, « Le président Fric-Frime », avril 2008, page 56 :

    « Sarkozy : déclarer moins pour gagner plus.

    Parue au Journal Officiel du 11 mai 2007, la déclaration de situation patrimoniale de Nicolas Sarkozy proclamé Président de la République ressemble à une plaisanterie.

    Sarkozy « certifie sur l’honneur » qu’à la date du 17 mars 2007, ni lui, ni Cécilia (son épouse de l’époque), ne possèdent le moindre « meuble meublant », ni de « collection, d’objets d’art, de bijoux, de pierres précieuses, ou d’or ».

    Pour chacune de ces rubriques, Sarkozy a répondu par un « Néant » sans réplique.

    A croire que le couple Sarkozy n’était même pas propriétaire d’un vieux sommier, d’une chaise branlante, ou d’un service de table dépareillé.

    Sarkozy avait pourtant raconté à la presse qu’en attendant les résultats de l’élection présidentielle, il avait dû louer un garde-meubles pour stocker le mobilier de son ancien appartement de Neuilly.

    Côté collection, Nicolas le pudique passe sous silence les albums de timbres rares qu’il s’était vanté de posséder.

    Même énigme du côté des bijoux. Il ne mentionne même pas la bague Dior « Cœur romantique » (prix catalogue 19 600 euros) qu’il avait offerte à Cécilia, son ancienne épouse.

    Sarkozy oublie également sa passion pour les montres. La presse people regorge pourtant de clichés où l’on voit Madame et Monsieur Sarkozy équipés de montres pas spécialement bon marché. Le journal Le Monde (3 juin 2007) a fait un petit inventaire de leur collection. On découvre ainsi une Rolex Daytona en or blanc à 22 530 euros (prix du neuf), une Rolex Oyster Datejust estimée à 2 000 euros, une Breitling Old Navitimer (entre 3 600 et 5 000 euros selon les modèles), une Bréguet en or blanc avec réserve de marche, dates et phases de Lune, qui vaut à elle seule la bagatelle de 25 000 euros. A l’inventaire du journal Le Monde, il convient d’ajouter une autre Breitling Old Navitimer, mais en or, vendue en boutique à partir de 10 000 euros, selon les modèles. D’autres photos, antérieures à l’élection présidentielle, montrent Cécilia portant un chrono blanc en céramique J12 de Chanel dont le prix officiel varie entre 4 500 euros (modèle de base) et 21 900 euros (avec un cadran serti de brillants). Au total, la collection de montres du couple pouvait être estimée entre 62 000 euros et 94 000 euros (au prix du neuf). […]

    « Pour le Président de la République, c’est le peuple français qui est seul juge, explique un ponte du Conseil d’Etat. Si un citoyen estime qu’il y a eu fraude, il peut toujours porter plainte contre Sarkozy pour faux en écritures publiques contre le candidat élu. »

    Comme le Président de la République est intouchable pendant la durée de son mandat, ledit citoyen râleur devrait attendre 2012, voire 2017 pour qu’un juge se penche éventuellement sur le dossier. »

  12. 12
    jennifer dit:

    Si Delanoé dirige le PS, ce sera dur pour la gauche du PS. Il n'est qu'à voir la façon dont il traite ses opposants à la mairie de Paris. C'est loin d'être libéral au sens politique du terme!
    Je ne comprends pas pourquoi Jean-Luc Mélenchon dit "la nouvelle déclaration de principes, et puisque au contraire celle-ci a ramené sur les positions traditionnelles le texte finalement arrêté". Tout ce que j'en ai lu dans la presse et sur ce blog c'est qu'il y avait une grande capitulation sur les principes du PS: le socialisme n'étant plus qu'un idéal et non plus un objectif, l'acceptation de l'économie de marché, l'élimination du mot "révolutionnaire", cela me semble très loin d'une position traditionnelle. Jean-Luc Mélenchon pourrait-il s'expliquer?

  13. 13
    4 Août dit:

    "l’humanisme libéral"

    Ce pauvre BD doit vivre sur une autre planète.... Ou bien à Paris intra-muros, ce qui est pareil (hein Jean-Marc ! ;-)). Il a dû échapper au maire de Paris que le fordisme, c'est fini.
    Jean-Luc Mélenchon, va expliquer à ton collègue qu'aujourd'hui, on en est à la page NEOlibéralisme ! Il n'y a rien de social dans ce système. Ah si, la "socialisation" des pertes et déficits, pardon.

  14. 14
    Claire Strime dit:

    Ce qui démontre que Mme Royal n'était pas le diable, et que bien que se situant dans la lignée du postrocardojospinisme blairisant issu des transcourants, elle est capable d'entrer en communication avec les profondeurs du peuple Français et ses aspirations à l'égalité et à la justice sociale, comprenant notamment le lien entre gauche et autorité.

    Le Grand Satan libéral-libertaire-libertin était ailleurs. Les intuitions chevènementesques n'étaient pas infondées rationnellement.

  15. 15
    rosay dit:

    ?. Le Parti Socialiste est-il de Gauche ?
    A lire les dernières nouvelles "Déclaration de Principes ".
    J'ai plus l'impression que tout ce qui est écrit est une belle formule pour noyer le poisson plutôt que d'éclairer le militant de base et le citoyen sympathisant. Belles formules et bien creuses.Copie à revoir plus concis et plus claire.
    Les cranes d'oeufs dirigeant les P.S.ne savent pas encore que les ouvriers et les sans emplois sont en difficultés financières..Ils ne savent pas non plus
    que le devoir du parti est à la foi de les protéger et les aider (les prolos).

    Je formule le souhait que la prochaine assemblée que des députés ouvriers soient élus.et pourquoi pas ?

  16. 16
    Ahmad dit:

    Discriminer pour mieux régner : une enquête sans complaisance sur la "diversité" dans les partis politiques français.

    lundi 26 mai 2008

    Vincent Geisser, chercheur au CNRS et El Yamine Soum, doctorant à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), viennent de publier aux éditions de L’Atelier le premier "ouvrage bilan" sur la diversité dans les partis politiques français. Il s’agit à la fois d’un travail sociologique inédit et d’un regard critique sur une notion pourtant rabattue dans les médias. Oumma a choisi de les interroger sur leurs motivations, leur méthode de travail et les principaux résultats de leur enquête.

    Comment avez-vous procédé pour enquêter sur la diversité dans les partis politiques ?

    V. Geisser et Y. Soum : Notre objectif était de réaliser une enquête "vivante" qui soit accessible à un lectorat assez large, interpellé par la question des discriminations en politique et le nouvel engouement pour la diversité. Pour ce faire, nous avons interrogé une trentaine de personnalités politiques appartenant aux différents partis (PCF, Verts, PS, MoDem, UMP, etc.). Notre ouvrage accorde d’ailleurs une large place aux entretiens d’élus et de militants qui nous ont livré leur expérience faite d’espoirs, d’utopies, d’attentes mais aussi de déceptions à l’égard de la "mode" de la diversité. De ce point de vue, notre livre aurait pu s’intituler "La grande désillusion de la diversité à la française".

    Par ailleurs, notre enquête repose également sur une étude approfondie des documents internes des partis et des prises de positions des responsables politiques français sur les questions des discriminations en politique. Nous nous sommes efforcés de retracer l’histoire de la diversité en politique depuis vingt ans et notamment de ce que nous appelons le triomphe d’une "diversité de marché", à savoir une "diversité de casting" (Black-Blanc-Beur) qui, loin de promouvoir l’égalité républicaine, retarde encore davantage l’émergence des Français issus de l’immigration et des DOM-TOM dans le champ politique.

    Vous affirmez que la diversité est devenue une figure imposée des discours des élites françaises ?

    V. Geisser et Y. Soum : Oui, aujourd’hui tous les leaders politiques français, de droite comme de gauche, se sentent obligés de parler de diversité. Mais cette généralisation de la notion dans le discours politique français signifie t-elle pour autant un véritable "sursaut démocratique" en matière de représentation politique des Français issus de l’immigration et des DOM-TOM ? Plus que d’une prise de conscience réelle, nous sommes davantage en présence d’une opération de "bonne conscience généralisée", sans que cela entraîne une redistribution des cartes du pouvoir politique. La diversité est devenue une figure rhétorique, dont les effets se font encore attendre.

    On a même parfois l’impression que l’avalanche de "belles formules" sur la diversité ou la lutte contre les discriminations sert à masquer les défaillances et les déficiences en matière d’action politique et de mesures concrètes. La diversité est donc devenue une figure imposée mais sans obligation de résultats pour ceux qui entendent la promouvoir.

    Les partis politiques de gauche comme de droite ont-ils tous la même approche de la diversité ?

    V. Geisser et Y. Soum : La gauche, malgré son intention de favoriser la diversité dans les partis, est restée prisonnière d’une conception à la fois assimilationniste et intégrationniste de la citoyenneté. Les femmes et les hommes de gauche se considèrent comme les éducateurs et les instituteurs du "peuple immigré" et de leurs enfants. C’est la rhétorique du maître et de l’élève qui débouche sur une forme de "paternalisme social". La gauche, et notamment le Parti socialiste, traitent les Français issus de l’immigration maghrébine, africaine et des DOM-TOM, comme ses "enfants".

    Elle entend les protéger à leurs dépens. C’est un processus d’infantilisation permanent. En deux mots, elle dit aux Français issus de la diversité : « N’allez pas trop vite, prenez le temps de grandir et vous serez un jour récompensés pour vos mérites politiques ! ». Pour cette raison, les partis de gauche, y compris la LCR d’Olivier Besancenot qui n’a pas rompu avec la "paternalisme social", voient les Français issus de l’immigration maghrébine, africaine et des DOM-TOM comme des "jeunes éternels" et des "immatures à vie", qu’il convient d’éduquer politiquement, voire de rééduquer culturellement.

    En revanche, la droite développe, elle, une approche davantage "pragmatique" et "mercantile" de la diversité. C’est une vision totalement utilitariste de la diversité que l’on pourrait résumer ainsi : « dis moi combien de suffrages électoraux tu peux me procurer, et je te dirais quel(s) mandats je t’offrirai ! ». L’UMP véhicule de plus en plus une vision marchande de la vie politique française : elle voit d’abord le système politique comme un "marché politique" et les électeurs comme des clients potentiels. Pour capter ces nouveaux "électeurs-clients" ou "clients-électeurs", elle utilise largement la diversité qui fonctionne comme un produit d’appel.

    Incontestablement, Nicolas Sarkozy contribue à une "hallalisation" de la vie politique française. Les électeurs "musulmans" sont perçus comme des clients d’un marché politique "hallal". Dans ce cadre, sont proposés aux "clients-électeurs" ethniques des candidats communautaires labellisés "hallal" ou "casher" selon les contextes locaux ou les électorats visés. Le président de la République est en train de transformer la vie politique française en un grand supermarché de la politique, avec des rayons pour les "bons Français", des rayons pour les Juifs (casher), des rayons pour les Domiens (produits exotiques), des rayons pour les Musulmans (hallal) et bien sûr des rayons communs pour tous ces clients électeurs.

    Le pire, c’est que la gauche a tendance aujourd’hui à courir après la droite, en se ralliant de plus en plus à une "diversité de marché". La gauche, elle aussi, cède à la mode de la "diversité de casting", au détriment de la promotion de véritables militants issus de l’immigration maghrébine, africaine et des DOM-TOM qui luttent depuis de longues années pour faire reculer les discriminations en politique. Nous avons parfois l’impression d’assister à une sorte de "Star Ac de la diversité", jouant sur l’exotisme et l’esthétique ethnique des candidats mais sans véritable fond politique.

    En quoi la diversité dépolitise les enjeux sociétaux ?

    V. Geisser et Y. Soum : En réalité, la diversité est davantage le symptôme de la crise du politique qu’une cause. La diversité révèle une tendance à l’ethnicisation et à la communautarisation des problèmes sociaux. Elle contribue à occulter les inégalités sociales criantes qui sévissent actuellement dans la société française et, plus particulièrement, dans les quartiers populaires. D’ailleurs, la diversité accélère un processus de périphérisation des "divers", en les assignant à des rôles et des fonctions politiques symboliques et spécifiques.

    La diversité, c’est la banlieue de la politique : les Blacks, les Arabes, les métèques, tous ceux qui dans l’imaginaire des responsables politiques ne correspondent pas à l’image des "vrais Français". Après les "territoires perdus de la République", nous assistons, au début de ce vingt-et-unième siècle, à la promotion des "candidats perdus de la République" !

    De plus, contrairement à une idée reçue, la diversité promue par les partis politiques ne contribue pas à faire reculer les discriminations dans le système politique français. Aujourd’hui, en 2008, nous vivons une situation paradoxale : tout le monde se gargarise de "faire de la diversité", alors que les discriminations n’ont jamais été aussi criantes. En ce sens, la diversité est bien une problématique de "diversion" et de "dispersion" des énergies citoyennes. Elle masque les vrais problèmes sociaux et les discriminations ethniques qui gagnent chaque jour du terrain.

    Quelle est la différence entre une politique de promotion de la diversité et une politique de discrimination positive ?

    V. Geisser et Y. Soum : Bonne question ! Pour être clair, il n’y a pas vraiment de différence. La diversité, telle qu’elle est conçue actuellement par les responsables et les partis politiques français, est une discrimination positive qui ne veut pas dire son nom. En somme, les politiques français sont un peu comme Monsieur Jourdain : ils font de la discrimination positive sans le savoir ou, plutôt, sans l’avouer. Les Français ont toujours ce "chic" d’inventer des formules pour montrer qu’ils ne font pas comme les autres Européens et surtout comme les "vilains Américains". Mais, la diversité constitue sans aucun doute une forme de discrimination positive.

    D’ailleurs, l’UMP a l’honnêteté de reconnaître aujourd’hui un lien entre les deux concepts. Dans un document interne au parti, l’UMP se prononce à la fois pour une promotion de la "diversité" et une politique de "discrimination positive", les deux termes étant employés alternativement comme des synonymes. La gauche, elle, éprouve encore une "pudeur républicaine" à admettre que la diversité c’est bien de la discrimination positive à peine voilée. C’est là une forme d’hypocrisie, sinon de "schizophrénie républicaine".

    Vous avez constaté au cours de votre enquête que la promotion de la diversité a incité les élites issues de la diversité à proposer leurs services aux partis de droite comme gauche en vue d’obtenir un poste ?

    V. Geisser et Y. Soum : Notre ouvrage ne verse jamais dans la victimisation et dans le misérabilisme pleurnichant. Bien sûr, si la diversité cosmétique et exotique fonctionne autant dans le champ de l’entreprise, des médias et de la politique, c’est parce que certaines personnes acceptent de jouer le jeu. Oui, il faut reconnaître que certains élus et candidats issus de l’immigration et des DOM-TOM font parfois preuve d’ambivalence : ils dénoncent la "diversité’" quand elle les marginalise, mais ils savent aussi l’utiliser pour obtenir des gratifications politiques et électorales.

    La diversité fonctionne comme un produit : ceux qui la critiquent sont aussi ses premiers consommateurs et utilisateurs. C’est la loi du marché politique ! Il est difficile d’y échapper ! On demande aux élites politiques françaises issues de l’immigration et des DOM-TOM de "faire les divers", un peu comme des "bêtes de foire". Ils n’ont pas vraiment le choix, s’ils veulent réussir dans le système politique français. Ils doivent s’exécuter en mimant le rôle du "divers", c’est-à-dire de l’éternel jeune Black, Arabe, Rebeu ou, pire de la Beurette docile et sexy ! Le constat est pessimiste mais réaliste : la diversité fonctionne un peu comme une "prison dorée", de laquelle il est difficile d’y échapper. Certains se contentent de ce luxe carcéral, d’autres, plus fiers et rebelles, rêvent de briser leurs chaînes, fussent-elles en or ou en diamant.

    Vous concluez par un néologisme en affirmant que la diversité « diversionne » et divertit plus qu’elle ne diversifie. Comment alors sortir de ce concept piégé qu’est la diversité tout en luttant efficacement contre les discriminations ?

    V. Geisser et Y. Soum : De notre point de vue, la réforme à entreprendre se situe à deux niveaux.

    D’abord, sur un plan "technique" et institutionnel, il s’agit d’encourager une véritable modernisation de la vie politique française. La résolution du problème des discriminations en politique passe, en partie, par une grande réforme des institutions : fin du cumul des mandats en nombre et dans le temps, instauration d’une limite d’âge, respect d’une véritable parité entre les hommes et les femmes, promotion d’une forme de représentativité territoriale et sociale à l’échelle des communes et des circonscriptions électorales, afin que les habitants des quartiers populaires siègent dans le lieux de pouvoir et mise en place à l’échelle des partis de "HALDE internes", afin de lutter contre les discriminations partisanes.

    En deux mots : il faut mettre fin à l’hégémonie des "hommes blancs quinquagénaires" en politique qui fait que nos assemblées politiques locales et nationales ressemblent davantage à des conseils de notables bedonnants ou à des hospices pour riches préretraités qu’à des institutions citoyennes et démocratiques. Or, ce changement passe inévitablement par une grande réforme des institutions républicaines.

    Mais, la plus grande réforme et aussi la plus difficile à mettre en œuvre, est sans aucun doute celle des mentalités politiques. Et là, nous devons avouer que notre livre, Discriminer pour mieux régner, établit un diagnostic assez sévère de la situation politique. En 2008, les Français issus de l’immigration maghrébine, africaine et des DOM-TOM sont encore considérés comme des "divers", des "périphériques", des "marginaux" de la politique, loin du noyau dur de l’identité française. En ce sens, la diversité participe encore davantage à les enfermer dans un "statut d’exception", comme des "Français pas tout à fait comme les autres".

    Le défi est donc d’entreprendre une véritable "réforme" des mentalités, en encourageant une réécriture permanente du "mythe national" et faire que l’on arrête définitivement de parler de "Français issus de…", de "Français d’origine…", des "Français divers" ou, pire, de "minorités visibles". En quoi les Français ayant des ancêtres domiens, africains, maghrébins, etc., sont-ils plus "divers" que les Français d’origine hongroise, portugaise, espagnole, alsacienne, normande, bretonne et chti !… Précisément, la véritable politique de la diversité dans les partis, comme dans les médias et les entreprises, consisterait à arrêter de parler de "diversité" exclusivement pour les Noirs et les Arabes. La diversité démocratique revient à renoncer une fois pour toute à la diversité cosmétique qui soulage les consciences politiques mais qui, en définitive, ne change rien aux données du problème.

    Propos recueillis par la rédaction

  17. 17
    phoceen dit:

    Les assemblées vont modifier la constitution française en profondeur....
    Je m'étonne que l'un des leader "noniste que vous êtes et tous les autres ne trouvent rien à redire.
    - Pas d'asseemblée constituante?
    - Pas de consultation du peuple ?
    - Pas de referendum?
    - Personne n'y trouve à redire?

    Comme dirait le regretté Desproges, Etonnant non?

  18. 18
    julie dit:

    @Jennifer
    effectivement, Jean-Luc Mélenchon est d'accord avec entr'autres l'article ci-dessous, donc pourquoi, à quelques jours du vote veut-il poser la question du réformisme, maintenant ou cette voie semble bien engager? Ce très déconcertant.
    Veut-il organiser un NON à la déclaration de principe?

    Art 13
    Le Parti socialiste est un parti réformiste. Il porte un projet de transformation sociale radicale. Il sait que celle-ci ne se décrète pas, qu’elle résulte d’une volonté collective forte assumée dans le temps, prenant en compte l’idéal, les réalités et l’histoire. Le Parti socialiste veut contribuer à changer la vie avec la société et par la société, par la loi et le contrat. Il ne considère jamais les rapports de force d’un moment comme figés ou indépassables. Il entend
    lutter contre tous les déterminismes sociaux, source d’injustices et d’inégalités.

  19. 19
    fer dit:

    M. Mélenchon, je vous trouve d'une modération étonnante face aux énormités des extraits que vous avez cités.

    A votre place, je serais excédé.

  20. 20
    Marcus dit:

    @Denis Collin post 6,@Jennifer post 9 @Rosay post post15
    Je tiens à vous faire savoir que je suis des votres, Jean Luc Mélenchon est le seul à pouvoir aujourd'hui décider de la rupture d'avec ce Parti Démocrate et Libéral qu'est devenu le PS.

    De partout de milliers de travailleurs avec ou sans emploi attendent que quelque chose se passe à Gauche, ce peuple de France a besoin de sa Gauche pour se battre, Jean Luc Mélenchon chacun en est conscient il est le seul à pouvoir fédérer les Gauches de gauche, il le sait, il en est conscient,
    nous venons de dépasser la posssibilité d'un retour à la Lutte des Classes avec le PS.
    Le PS a définitivement tourné le dos au Marxisme, à Leon Blum et pire à Jean Jaurès.
    De toute façon dans ce Parti qui porte encore le Nom de Socialiste nous n'avons plus rien à y faire y rester pour ce qui me concerne serait traitrise. Ma section vient de me faire savoir qu'en payant mon retard de cotisation je pourrais participer au Vote du jeudi 29 mai 2008, par téléphone un camarade qu'on a chargé de me re contacter m'a dit " en participant au vote ce serait en quelque sorte pour toi faire amende honorable ; ce mot honorable était de trop. Pour moi l'Honneur aujourd'hui c'est de participer à la création d'un vrai Parti de Gauche et d'ouvrir ce Parti à toutes les Gauches ne soyons pas sectaires nous n'avons pas les moyens d'un quelconque sectarisme .

    Jean Luc Mélenchon nous dit dans son livre qu'il faudrait laisser passer la période de congrès, que la période ne serait pas propice pour la création d'un nouveau Parti, je pense qu'au contraire la période est propice.

    Jean Luc tu es le seul à pouvoir bénéficier immédiatement de tous les médias, jamais plus la période sera aussi propice que la période que nous traversons,
    50e du Coup d'Etat de De Gaulle, 40e de 68 et pour les romantiques révolutionnaires le 80e de la Naissance de Ernesto Gruévara de la Serna.

    Je n'ai pas le temps de finir mon intervention, demain je reprendrai ou ce soir

    Merci de vous exprimer très nombreux, je vous assure que nous sommes lu par de nombreux militants des autres gauches, ceux qui n'osent pas écrire on besoin de vous lire .

  21. 21
    Martin P. dit:

    Ce qui est consternant, c'est de continuer à appliquer une méthode qui n'a que trop bien marché en 2006 et 2007 même si les bééficiaires n'ont pas été les mêmes:
    Instrumentaliser l'impréparation politique des citoyens, et même des militants.
    Difficile de ne pas voir que Delanoe a choisi d'ouvrir un "débat" qu'il sait avoir gagné d'avance parce qu'il a déjà été fait (mais visiblement il y en a beaucoup qui ne sont pas au courant). débat qui se conclue sur le malentendu à gauche à propos d'un mot.

    A propos de la "méconnaissance des réalités du privé": je ne vois pas en quoi c'est ridicule tant celle-ci est patente parmi les dirigeants socialistes.

    non que le sous-entendu soit que le privé soit un monde magnifique: les entreprises frannçaises tendent surtout à se bureaucratiser sous la pression des procédures censées réduire les dépenses.

  22. 22
    Lulu dit:

    Jean-Luc Mélenchon est sénateur... cqfd...

    arrêtez un peu de le brosser dans le sens du poil en lui demandant pourquoi il ne romps pas avec le ps malgré ses avis affichés... il est comme les autres... il profite bien du système, et en plus il se donne bonne conscience...

    au fond il ne sert à rien de plus qu'à préparer l'arrivée de ségo ou delano ou d'un autre de droite...

    il ne lèvera pas le petit doigt et servira de caution comme les autres de d&s inutiles et finalement bien pires que la droite du ps (90% de ses effectifs)

  23. 23
    bruno frandemiche dit:

    bonjour à tous
    l'objectif est d'arriver à un rapport attali sociétal.
    je n'ai pas toutes les questions,mais je peux essayer d'y répondre.
    je n'ai pas toutes les réponses mais j'y réfléchis.
    personnellement,j'ai besoins de critiques constructives(voir déconstructives) sur "V comme VISION".
    ensuite,j'ai besoin de lobbieurs vis à vis des partis politiques et de faire monter le buzz "V comme VISION".
    si vous voulez etre de la partie,prenez place et choisissez votre role.
    les régles du jeu sont simples.
    distribuer "V comme VISION" avec ce mail et mon mail bruno.frandemiche@yahoo.fr (pour que j'ai le retour).
    si vous voulez modifier "V comme VISION",persuadez-moi avec des arguments qualitatifs.
    aujourd'hui,"V comme VISION" est volontairement dans le désordre et sans argummentaire pour susciter l'attention et le débat.à la fin(318 propositions),ce devrait etre un site web avec une mindmap liée et argumentaires chiffrés.
    le site est déjà là(le materiel et une personne informaticienne pour le gérer).
    mon positionnement essaye d'étre humaniste et pour tout parti (sauf extrémiste), toute nation et tout peuple.
    personnellement,j'ai toujours voté socialiste mais ce n'est pas une raison valable pour ne pas coopérer et argumenter.
    j'ai pris le role du fondateur synthètique avec une vision holiste.
    toute personne participant sera citée sur le site à moins de ne pas vouloir son nom associé à "V comme VISION".
    je ne pretends rien mais quand j'ai lu le rapport attali rédigé par 44 sommités,j'ai été déçu.en fait,je voulais lire "V comme VISION".
    alors je me suis mis à leurs places et j'ai commencé "V comme VISION" pour qu'un jour,je puisse le lire(enfin).
    "V comme VISION",qui est basée sur la constitution française et ses lois, deviendra t'elle une charte politique?à vous de le dire.
    voilà,la balle est dans votre camp.
    cordialement votre
    bruno

    quiz "V comme VISION"
    (1)pourquoi la banque de france ne preterait pas des prets à taux 0 à l'état et aux collectivités pour rembourser les dettes et pour investir?
    (2)pourquoi l'état ne nationalise pas 35% des entreprises?
    (3)pourquoi l'état ne propose pas un droit opposable au travail?(coopérative communale)
    (4)pourquoi le bénéfice des entreprises ne serait-il pas partagé en 4?(14,bé+so)benefice d’entreprise:25% état,25% salariés(soumis à taxes sécurité sociale),25% entreprise(investissements),25% actionnaires(soumis à taxes sécurité sociale)
    (5)pourquoi ne pas avoir pour toute organisation non privée et privé,une grille des salaires flottante de 1 à 20 (40 échelons maximun) + une grille d’ancienneté correspondante et une formation permanente pour évoluer de métier tous les dix ans au moins?
    (6)pourquoi ne pas supprimer ISF compensée par impot 1% 5% 10% 20% 30% 40% 50% sur héritage et sur tout expatrié?
    (7)pourquoi ne pas créer une 5eme branche securite sociale dependance et handicap basée sur l'élargissement de l'assiette csg?(rappelons si il n'y a plus d'exoneration ss sur les salaires,il n'y a plus de deficit ss et donc la dette sociale s'éstompe en quelques années))
    (8)pourquoi ne pas subventionner que l'agriculture biologique en liaison avec "réseau agriculture durable"?(l'agriculture s'en trouvera transformée)
    (9)pourquoi ne pas installer un grid de 1Petaflop en location pour évolution dans chaque region : gratuit pour universités,labo,entreprises de la region?(la fonction crée l'organe)
    (10)pourquoi l'état ne rachéte-t-il pas 35% des terres cultivables en fermage pour l'auto-suffisance alimentaire de sa population au fur et à mesure?
    (11)pourquoi l'état et les collectivités ne pourraient-ils pas déconnecter des dépenses d'investissements des dépenses de fonctionnements par rapport au déficit?
    (12)pourquoi ne pas definir géographiquement EU? (en intégrant la CEI)
    (13)pourquoi ne pas transformer le ministère de l'économie en ministère de bioéconomie?
    (14)pourquoi la rémunération d’un pdg n'est-elle pas plafonnée à celle du chef de l’état (eh oui,mais ils se rattrapperont à leur départ sur leur valeur ajoutée ce qui sera justifié,idem pour les directions,les traders et autres car là,c’est de la valeur ajoutée sure et non virtuelle) pour recréer de la cohésion sociale?
    (15)pourquoi ne pas encadrer les marges des prix et le circuit des produits? (finalement à bien y réfléchir,çà résoud le problème de la mondialisation)
    quelle proposition résoud le problème du déficit public ?
    quelle proposition résoud le problème de la mondialisation ?

    étonnant,non ?!

    V comme VISION (v080510)

    bonjour à tous

    propositions d'idées pour une france humanisme sans cynisme mais réalisme a completer pour arriver à 318 comme le rapport attali!(évitons un katrina social)

    "V comme VISION" (référence au film "V for VENDETTA") étant d'une telle évolution (bien que ce soit un compromis),les lois seront prise sous ordonnances dans les 3 mois aprés l'élection,la mandature servira au parlement à affiner "V comme VISION"

    (bé)=bioéconomie(moyens(éco-organisation)),(és)=écosociétale(buts(éco-politique)),(ét)=étatisme,(li)=libéralisme,(so)=socialisme,(s)=symbolique

    (1,s+bé+es+ét+li+so)changer l'ultralibéralisme(ou néolibéralisme ou néoconservatisme) par socialisme+étatisme+libéralisme+écosociétalisme+bioéconomie

    (2,s)décliner liberté-égalité-fraternité par liberté+équité+solidarité=bioéconomie+laicité+justice=coopération+mutualisation+association=politique+spirituel+éthique=multtipolaire+régulation+sociétal=altruisme+mérite+civisme (spirituel ne veut pas dire religieux)

    (3,bé+so)utiliser IDH (indice de développement humain) à la place de PIB (produit interieur brut)

    (4,bé+ét)la banque de france peut préter à l'état ainsi qu'à toutes collectivités territoriales des prets à taux zéro pour des dépenses d'investissement ou de remboursement(exemple:la france emprunte 1200M à la banque de france,rembourse sa dette,et les impots sur le revenu servent à éliminer le déficit et la dette diminue chaque année)(exemple:l'état emprunte 800M+200M à la BdF pour pourvoir le fond des retraites privé-public)(exemple:l'état emprunte 1000M à la BdF pour doter la CDC d'un fond souverain)(idem rénovation hopitaux(200M),universités(200M),aménagement du territoire(200M),coopératives communales(plan banlieu)(200M),coopératives agricoles pays d'afrique francophones(200M) avec support technique coopérattives françaises(évitons l'immigration de famine))

    (5,bé+li)remplacer concurrence des prix par concurrence de la qualité

    (6,es+so)connexion haut-debit avec pc(wifi) pris en charge par l’état (38000000 de foyers * 200e=10M par an) pour mettre en place un e-learning complementaire pour chaque enfant et adulte(formation permanente)

    (7,es+so)vote par internet à chaque requete des élus(mairie,...)

    (8,bé+so)open-source partout(administrations) avec un pole de competitivité idoine financé par les gains de licences

    (9,es+so)diffusion tv et radio public sur internet (+rediffusion)

    (10,bé+ét)réseau européen internet par sattelite pour accessibilité et contre la censure(ex:chine)

    (11,bé+ét)renforcement de la caisse des depots pour acquerir 35% des grandes entreprises faisant travailler le plus grand nombres de personnes en france et/ou lbo(si on doit s’endetter de 1000M de plus,çà vaut le cout)

    (12,bé+so)developpement des cooperatives,des mutuelles et des sociétés à but non lucratif dans tout domaine(alimentaire,distribution...) au niveau commune,...,europe,monde (ayons une visio mondialisme,notre village,c'est la terre)

    (13,es+so)pour toute organisation non privée,une grille des salaires flottante de 1 à 20 (40 échelons maximun) + une grille d’ancienneté correspondante et une formation permanente pour évoluer de métier tous les dix ans au moins

    (14,bé+so)benefice d’entreprise:25% état,25% salariés(soumis à taxes sécurité sociale),25% entreprise(investissements),25% actionnaires(soumis à taxes sécurité sociale)

    (15,bé+so)toutes heures supplémentaires 25% (de 32h à 40h et 50% jusqu’à 48h) sans habattement

    (16,bé+li)plus d’habattement des charges du smic à 1.7 du smic

    (17,bé+li)plus de taxe professionnelle

    (18,bé+li)classe d'entreprise :passer de 10,20,50 personnes et plus à 50,100,250 personnes et plus

    (19,es+li+so)suppression ISF compensée par impot 1% 5% 10% 20% 30% 40% 50% sur héritage et sur tout expatrié

    (20,es+so)tranche impot 1% 5% 10% 20% 30% 40% 50%

    (21,es+li+so)égalité de salaire homme-femme par fonction

    (22,es+li)tva: 1% 5% 10% 20% 30% 40% 50%

    (23,es+ét+so)plus de rmi remplacé par des cooperatives,mutuelles communales,de pays,d’aglomérations,...avec mutuelle complementaire obligatoire

    (24,es+li+so)temps parciels volontaires seulement autorisés

    (25,es+so)obligation de voter

    (26,es+li)comptabiliser les votes blancs

    (27,es+so)obligation d’etre syndiqué (syndicat representatif par élection du personnel)

    (28,bé+li)protection des biens personnels des createurs d’entreprises

    (29,bé+ét+so)dans le cas de cessions d’entreprises qui ne trouve repreneur,transformation en cooperative,mutuelle par l’entremise de la commune,...(le niveau administratif le plus adecoit)

    (bé16)création d'une entreprise en un quart d'heure sur internet avec un guichet de gestion d'entreprise (pouvant prendre en charge les taches administratives des tpe)

    privatiser les profits et socialiser les pertes n'est plus acceptable

    université ratachée à la region

    chu rataché à la region

    port et canal rattaché à la region

    autoroute rattaché à la region

    tgv rattaché à l’inter-regionale (quadriller le territoire pour éviter l'avion et son kérosene)

    5eme branche securite sociale dependance et handicap basée sur l'élargissement de l'assiette csg(rappelons si il n'y a plus d'exoneration ss sur les salaires,il n'y a plus de deficit ss et donc la dette sociale s'éstompe en quelques années))

    changer la tarification à l'acte (inflationnisme) par la tarification à la pathologie diagnostiquée (il y a une dizaine d'années,çà a failli voir le jour)(le parcourt et le sav intégré,et l'évaluation se fait d'elle-meme puisque la "mauvaise" decision coute du temps au décideur non rémunéré)

    prevoir un carnet de route personalisé (virtuel) pour toute pathologie invalidante ou chronique en complement du dossier medical personnel pour etre proactif et non reactif(et souvent contraint)

    etablissement de maison medicale public (medecin,infirmiere,kiné,auxilliaire de vie,...secretaire) pour compenser le desert médical (bourse d'étude complete pour toute formation (en penurie) en compensation de dix ans de travail mobile dans le public(ou privé))

    interdiction des depassements d'honoraires infaments,honteux,non justifiés et traitement d'une pathologie à une valeur justifiée et decente pour ceux qui la prennent en charge

    bareme global equivalent public-privé (medecin) à l'année pour un travail équivalent (le patient(l'assuré) est le meme,pas de raison que le cout soit différent)

    speciliser les hopitaux de campagne dans les soins de suite,la rééducation fonctionnelle,la dépendance,les problemes psychiques(et mentaux),les addictions et pousser les plateaux techniques au niveau villes et chu

    construction de maisons de retraites médicalisées publics gérées au niveau département en relation avec la 5eme branche ss

    idem pour instituts pour handicapés(quelque soit l'age de l'handicapé)

    création d'une spécialité médicale "préventioniste" (au fur et à mesure,les généralistes l'intégreront grace à la formation continue)

    mutuelle complementaire obligatoire proposée par entreprise(en période de chomage,l'unedic prend la suite)

    construction zone industrielle,artisanale,de services,de pepinieres d'entreprises ville plus de 3500 habitants(pas besoin de grandiose,de prestigieux mais efficasse s'appuyant sur les services de la ville)

    poussé les services proximités en relation avec les maraichés locaux pour un panier fruit&légume biologique à la semaine

    ne subventionner que l'agriculture biologique en liaison avec "réseau agriculture durable"(l'agriculture s'en trouvera transformée)

    l'état rachétera 35% des terres cultivables en fermage pour l'auto-suffisance alimentaire de sa population au fur et à mesure

    l'agriculture n'a pas à nourrir les voitures

    renforcement recherche ogm,cultures ogm sous serre

    mutuelles alimentaire et de distribution en commerce équitable (y integrer restos du coeur et banque alimentaire et pas de vente d'alcool(premier fléau en france))le client normal paie le prix normal,le client dans le besoin paie avec sa carte special "client dans le besoin" délivrée par les service sociaux,donc pas de mise à l'écart et l'argent ne peux servir qu'à se nourir,se vétir,à l'hygiéne (et on n'oublie pas les enfants en n'achetant pas l'écran plat dernier cri à la place d'une bonne alimentation)

    carte idoine pour la rentrée des classes (pas possible d'acheter autre chose pas utile à l'enfant)

    cantine d'école,resto universitaire gratuit

    crous gratuit

    obligation de sortir de l'école avec un diplome professionnelle au minimum avec le ralongement de l'école obligatoire à 18 ans (changer le système français par le système finlandais)

    0.5 smic pour tout étudiant n'étant plus associé au foyer fiscal(un redoublement acceptable)

    0.5 smic pour tout stage

    réapropriation gestion autoroute

    réapropriation gestion de l'eau (indispensable pour la vie et sa sécurité)

    nationalisation filiére nucléaire (précaution)

    filiaire hydrogene dirigée par CEA

    filiaire "énergie libre"(courant magnétique terrestre) dirigé par le CEA (en 1931,dr testa a fait marcher une voiture électrique sans batterie)

    edf rachete ses actions

    materiel electronique:tva 50% (les prix étant de plus en plus bas et venant de l'étranger alors pas de pb)

    directive européene sur l'évaluation de la dangereusité des produits chimiques et nano-chimiquees élargie à tout ce qui sort et rentre en europe

    défense européenne

    fourchette sociale et fiscale pour l'euro-group

    déconnection des dépenses d'investissements des dépenses de fonctionnements par rapport au déficit

    integrer dans la loi l'interdiction du déficit de fonctionnement

    definir géographiquement EU (en intégrant la CEI)

    obligation pour toute construction d'avoir les plus hautes normes écologiques

    idem rénovation avant de pouvoir revendre un bien

    investissements publics dans les piles électriques(mise à jour filiaire nucléaire avec epr puis iter) et l'hydrogene pour dans 5 ans voiture propre(quite à acheter brevet bmw ou autre et à le rendre disponible) et dans dix ans obligation acheter voiture propre (le pb n'est pas la route mais la consommation d'énergie fossile)(idem camion, et bus^)

    idem pour differents types de fusion nucléaire

    idem pour aller sur mars(kourou,idéal comme astroport),pour la biologiser

    imaginons une décheterie nuclaire sur la lune au XXII siècle

    installation d'un grid de 1Petaflop en location pour évolution dans chaque region : gratuit pour universités,labo,entreprises de la region(la fonction crée l'organe)

    utilisation de cette puissance en reseaux quand sous-utilisation pour la génomique,etc

    changer l'orientation des post-doc (qui en general change de sujet de these qui reste en l'état) en approfondissant leur these dans le but de deposer un brevet et monter un projet d'entreprise avec un ou deux masters qui feraient leurs stages sur le projet pour une répartition des connaissances ;de plus la région (avec les cci) proposant des parrains entrepreneurs et les services associés (mutuelle d'entreprenants par region ou autre montage financier à travers la caisse des depots mais la region par un moyen ou un autre garde la maitrise financière (au moins 35% à terme).si le post-doc ne veut pas entreprendre lui-meme,apres son post-doc,ce n'est pas un probleme car le projet est monté;les masters peuvent prendre la suite ou bien la mutuelle des entreprenants le fait(il y a des masters d'entrepreneurs qui existe,il faudrait les generaliser dans chaque region)

    l'europe lance tous les 5 ans toute une série de projets dans divers domaines en faisant collaborer labo et entreprises;c'est bien mais la plupard du temps,le résultat est une preuve de concept ou un prototype.il faudrait que chaque institut nationale(inria,inra,cea,cnrs,inserm,etc) crée une division intégration en relation avec les regions et ses entreprenants pour passer du prototype à l'objet et ses services

    toutes entreprises privées (en general américaine,facebook,google,etc) utilisant de l'open source et vendant de la publicité pourraient etre clonées par le pole de compétitivé open source en integrant tous ces services grace à openid et procuré une alternative de communauté (en utilisant les grid regionaux au debut) avant de devenir la "communauté" ou "the host" pour l'europe et pour le monde.là,l'humanisme rejoint le rationalisme.la mesure du rayonnement d'une region du monde va bientot rejoindre son rayonnement au sein du web.on a perdu la partie informatique il y a 30 ans,il y a une occasion unique de reprendre la main.la vision d'edgar morin:une société de civilisation,l'open source,la communauté,"the host".çà vaut tous les portes-avions du monde

    20% emploi public

    taux de prélévement obligatoire 50%

    possibilité cumul emploi public et privé (ex:pompier)

    0.5% de 64000000 français=320000 militaires

    0.5% de 64000000 français=320000 gendarmes,policiers,magistrats,gardiens de prison,douaniers

    0.5% de 64000000 français=320000 administration centrale et décentralisée

    0.5% de 64000000 français=320000 sécurité civile (pompiers,etc)

    0.5% de 64000000 français=320000 sécurité sociétale (travailleurs sociaux,etc)

    2% de 64000000=1280000 personnel médical,paramedical

    2% de 64000000=1280000 personnel enseignant (tout au long de la vie)

    transformer le ministère de l'économie en ministère de bioéconomie

    développer la bioéconomie de prévention et de recyclage

    arret des centrales à gaz et au charbon en 5 ans

    interdiction d'utiliser de l'uraniun appauvri dans les armes

    developpement des drones aeriens,terriens,marins et sous-marins

    developpement des satelittes laser (micro,nano)

    developpement robotique (militaire et civil) du jouet à la machine outil robotique

    2eme porte-avion

    pentagone français enfoui dans le massif central

    interpol doit avoir acces à tout compte(public-pivré,banques,assurances,paradis fiscaux(qui n'en seraient plus)) pour débusquer le blanchiment d'argent sale

    intégration des démocraties dans l'otan(gendarme multipolaire)

    l'otan peut intervenir dans toute dictature et théocratie

    un parti d'opposition gagnant les élections peut appeler l'otan si le gouvernement en place ne veut pas suivre les régles démocratiques

    l'otan doit intervenir au tout début d'un génocide

    l'otan doit intervenir si une démocratie se transforme en dictature ou théocratie

    3% pib recherche public

    2% pib université

    0.7% pib cooperation (changement de paradigme) cooperative,mutuelle idem qu'en france(çà marche ici,çà marchera la-bas) ce sont des entreprises,pas des ong(j'ai rien contre,bien au contraire) mais la cellule économique,c'est l'entreprise

    on ne remplace que les fonctionnaires irremplassables par de l'informatique(web),de l'automatique et de la robotique(medical,professeur,assistante sociale,postiére,etc) et on se pose la question si ce travail est finalement utile et à qui et pourquoi

    pedagogie à base de cartes conceptuelles reliées à wiktionnaire,scholarpedia,wikipedia,citeseer,citebase,arxiv,scribd,etc(à subventionner) pour toutes disciplines,domaines,sous-domaines,cours,etc pris en charge par l'éducation nationale et réalisé par elle

    dans le socle commun,intégrer "apprendre à apprendre"

    des la 6eme,utilisation du langage anubis en mathématique

    en seconde,utilisation de common-lisp puis de Qi

    idem pour instruction civique(le respect,la laicité,le comportement en société,etc) et pratique(apprendre la pratique des choses de la vie(cuisiner,s'alimenter convenablement,l'hygiene,nager,conduire,repasser,gerer son compte,remplir une feuille d'impot,etc))

    passer de l'objet au processus(changement de paradigme)(de la théorie des ensembles à la théorie des catégories)

    intégrer phylosophie,science et art grace aux cartes conceptuelles(faire de l'interdisciplinaire,en plus c'est facile avec les cartes conceptuelles)

    revoir les programmes et etre à "maintenant" moins dix ans(au maximun)(qui sait que la relavité d'einstein est certainement incompléte (voir relativité d'échelle),qui sait que la mécanique quantique est incomplete,et qu'elle s'appelera mecanique des processus (non-dual) dans quelque temps,ne pas hésiter à douter des certitudes,et etre ouvert)

    de 14 ans à 26 ans,possibilité de faire de 0 à 24 mois de service civil récompensés par une semaine de stage ucpa par mois fait

    possibiliter pour un fonctionnaine de passer dans cooperative,mutuelle en restant avec son statut pour lancer un projet ou le renforcer

    pour tout travail reglementé,possibilité de s'installer si on a les diplomes correspondant(pour les taxis,l'état prendra en charge leurs retraites à l'arret de leurs licence)

    0.5% pib patrimoine,achat litoral et festivals(1ere destination mondiale,restons-là)

    plutot que de mettre 4000 policiers en banlieu,rajouter moi s'en 2000 à la brigade financière (alcapone n'a jamais été pris en flagrant delit mais par le fisc)(tout citoyen doit pouvoir justifier de la provenance de ses biens)(il n'y aura pas de discrimination)(et ce serait surtout plus facile si on donnait à la cnil la capacité d'avoir l'acces à tous les fichiers et ce serait elle qui ferait office de filtre à tout débordement)

    en 2009,la france devrait passer à 10000000km2 de territoire immergé : 80% en parc national pour l'éco-tourisme et la protection des ressources halieutiques

    chaque region devrait avoir un parc regional

    test dépistage maladie invalidante sur le feotus généralisé et pris en charge ainsi que la conservation obligatoire du cordon ombilical

    allocation adulte handicapé smic

    prestation de compensation handicap compléte

    minimum vieillesse smic

    eco-socio-taxe : chaque pays reçoit un coefiçiant le situant ecologiquement et socialement et l’applique à l’eco-socio-taxe.pour un produit français la france applique son coefficient comme les autres (on l’applique meme si on est les seuls à l’appliquer)(le produit fabriqué dans différent pays est proratisé)(ce n’est pas une tva "sociale")

    impot à la source en gardant le quotient famillial

    impot europeen

    impot onusien

    éliminer les niches fiscales puis regardons ce qui n’est pas efficassement equitable

    éliminer les mesures compensatoires catégorielles du prélévement des retraites

    retraite : 40 ans de cotisation,basée sur les dix meilleurs années ou les six derniers mois(public-privé pareil) par répartition avec un compte personnel de point(sur internet) permettant de savoir à tout moment le montant de sa futur retraite (cotisation salariale et patronale=15%)géré par l'état(public-privé)

    retraite : 60 ans,l'age de départ

    investissements filiaire bois (eco-energie)

    transformation des pécheurs en aquaculteurs (poisson,algue,etc)

    bourse universitaire classe populaire,classe moyenne

    suppression frais d’inscription université

    suppression classe préparatoire

    intégration grandes et petites écoles aux universités

    retablissement publicité chaines publiques et supprimer redevance tv

    pression fiscale équivalente à l'an 2002 (tepa annulé)

    non cumul des mandats

    deux mandats consecutifs maximun

    parlement vraiment responsable du control de gestion

    trois mois entre l’adoption d’une loi et son entrée en application

    agenda session parlementaire :1 tiers éxécutif,1 tiers majorité,1 tiers opposition

    démocratie participative,parlementaire et sociale

    democratie parlementaire à base concensuelle dans un premier temps,puis tirage au sort proportionel si pas de concensus

    une délégation unique par sujet

    integrer le conseil économique et social au sénat

    1 député pour 100000 votants,1 sénateur pour 200000 votants

    un président,un vice-président bioéconomie,un vice-président écosociétal : ligne politique; un premier ministre,un vice-premier ministre bioéconomie,un vice-premier ministre écosociétal : ligne stragique;16 ministres,16 secrétaires d'état : ligne opérationnelle

    politique industrielle centrée sur les niches hautes gammes(materiaux composites,aciers spéciaux,tissus spéciaux,...,robotechnologies,cognotechnologies,nanotechnologies,biotechnologies,écotechnologies,...)

    la vie n’est pas brevetable

    tout est politique puisque tout dépend maintenant de l'espèce humaine écologiquement(terre) et socialement(femme,homme et enfant)

    un brevet à un durée de vie de vingt ans

    la destruction des barres d’immeubles doit continuer

    à la revolution,la prefecture était à un jour maximun de trajet par rapport à l’endroit le plus reculé du département.le temps de trajet pour aller et revenir de son travail ne devrait pas exceder une heure.accession au teletravail(web) favorisé(l’entreprise virtuelle ou cellulaire,quand c’est posible,doit devenir réalité).les trains,rer,metro,tram doivent aller plus vite,ou faire moins de station et etre plus nombreux.à quand le MGV(metro grande vitesse)

    toute banlieue à une demi-heure du centre ville par transport public

    loi bioéthique : par principe,tout est permis dans les labos.là ou la loi s’applique,c’est en sortant des labos

    religion : spère privée et donc laicité

    euthanasie comme au pays-bas

    cours de rationalisme et de matérialisme fort à l’école et détricotage du créationnisme par le bon sens et bien faire la différence entre une preuve contextuelle et expérimentale et une croyance en liaison avec "automates intelligents"

    les partis politiques xénophobes,racistes,religieux sont interdits(la laicité est certainement l'idée la plus intelligente de l'homme pour la paix)

    la liberté s’arréte là ou celle des autres commence

    notre village,c’est la terre

    le bonheur,c'est donner plus,pas avoir plus

    changer "les droits de l'homme" par "les droits de la femme,de l'homme et de l'enfant"

    la laicité et "les droits de la femme,de l'homme et de l'enfant" sont premiers (avant la démocratie)

    mariage gay et adoption légalisés

    plus de stock-option

    plus de produits dérivés,de warrants(diminution 1% par an)

    responsabilité solidaire des sociétés-mères

    pollueur-payeur

    le montant des jetons des administrateurs est décidé par l’assemblée générale,donc public

    plage flottante de rémunération des pdg d’entreprise privée en fonction des responsabilités(nombre de salariés mixé avec le montant du capital,pas de prise en compte du chiffre d’affaire),de l’accroissement du nombre de salariés et de la masse salariale,de la diminution de l’empreinte écologique,de l’accroissement de valeur,de l’accroissement du bénéfice avec attribution d’action à son départ en fonction d’un poucentage de cette valeur ajoutée (la valeur ajouté pouvant etre calculée à ce moment) idem pour la direction et les manageurs à leurs départs (leur valeur ajouté étant connue).pour les autres salariés,ce serait basé sur un pourcentage du cumul de leur masse salariale depuis leur embauche.

    la rémunération d’un pdg est plafonnée à celle du chef de l’état (eh oui,mais ils se rattrapperont à leur départ sur leur valeur ajoutée ce qui sera justifié,idem pour les directions,les traders et autres car là,c’est de la valeur ajoutée sure et non virtuelle) pour recréer de la cohésion sociale

    c’est le pdg qui a la plus forte rémunération

    indexation automatique des salaires sur l'inflation

    indexation automatique des prestations sur l'inflation

    indexation automatique des impots sur l'inflation

    developpement par l'état du matériau "miracle1" pouvant remplacer le pétrole dans les matériaux,idem pour le "jatropha system" et le phytoplancton vis à vis des biocarburants

    toutes les organisations doivent publiér leurs comptes,pas de passe-droit par une amende

    multiplication par 100 des amendes pour non respect des 6% d'emploi-handicapé

    idem pour les 20% de logement social par ville

    encadrement des marges des prix et du circuit des produits (finalement à bien y réfléchir,çà résoud le problème de la mondialisation)

    tout projet immobilier implique 20% de logement social

    réquisition de tout logement ou bureau libre pendant 2 ans

    referendum d'initiative citoyen

    bambous et roseaux pour le traitement des eaux usées

    mise en place d'un réseau d'irrigation à l'envers (pomper dans les riviéres d'octobre à mars pour remplir les nappes phréatiques)

    canal rhin-rhone

    enfouir les lignes électriques(haute,moyenne,basse tension) avec réseau optique

    taux des prets uniquement à taux fixe(pas variable)

    traité social européen

    traité laique européen

    dans les entreprises,changer PROFIT par PEP'S(personnes,environnement,profit au service de la solidarité)

    smig A(cap,bep)= 1 smig(smic),smig B(bac pro)= 1.5 smig,smig C(bts,dut)= 2 smig,smig D(master pro)= 2.5 smig,smig E(doctorat)= 3 smig

    chambre de compensation gérée par la bce

    n'acheter directement ou indirectement qu'à des démocraties(je n'ai pas encore dit "vendre" mais il faudra aller vers cette voie aussi)

    le jour ou des robots se substituront aux humains,croyez-moi,çà arrivera certainement dans la deuxieme partie de ce siecle et de plus,c'est inéluductable(comme la fin du pétrole),la valeur travail sera à repenser et une charte d'éthique des robots-autoréplicateurs devra etre appliquée

    investissons massivement dans un AGI public(artificiel general intelligence) en saas(software as a service) "little sister" gratuit pour les personnes et les services publics(en particulier,recherche médicale),au tarif horaire et/ou forfait mensuel pour les sociétés et au fur et à mesure progressons(le but ensuite ne sera pas de travailler plus pour gagner plus,mais d'apprendre à "vivre" plus pour "s'épanouir" plus) (1 milliard d'euro plus inflation par an pendant 30 ans,achat d'une centaine de sociétés au fur et à mesure)

    développement micro crédit

    introduction des "class action" à l'européenne

    référendum européen

    le nombre de calories doit etre afffiché sur toute denrée alimentaire (solide,liquide)(restaurant,machine,marché,commerce,etc)

    toute personne ayant un surpoids pourrait suivre le régime durkan avec un complément de vitamines

    boire uniquement quand on a soif

    diminuer le sel,le sucre et les matieres grasses en suivant les recommandations de l'OMS

    0 gramme d'alcool dans le sang pour tout conducteur comme en pologne

    ethylometre dans voiture

    chauffard(alcool,drogue,delit de fuite) qui tue,doit etre considéré comme criminel

    pendant le 3 tier d'une peine de prison,transfert vers une prison-entreprise

    fichier d'empreinte génétique obligatoire pour personne commettant un délit

    toute personne condannée au pénal pour atteinte aux personnes (viol,crime,etc) devra porter un bracelet électronique probablement à vie (soumis annuellement à une expertise)

    couverture du territoire de dispensaires avec planning familliale

    la region peut régionaliser une entreprise qui veut délocaliser(on peut former des chefs d'entreprises comme tout métier qui soient efficasses pour gérer ces entreprises régionalisées,je ne parle pas des créateurs d'entreprises)

    quel est le cout d'une vie?incommensurable,certes,mais cela ne nous fait pas avancer sur le sujet.plusieurs points de vue peuvent etre envisagés.j'en prendrai un.la valeur du pib par habitant à l'année du pays,multiplié par l'espérance de vie du pays.pas trés équitable!la meme formule mais appliquée en moyennant tout les pays et l'espérance de vie moyenne de tous les terriens.déja mieux.cela pourrait servir aux économistes à intégrer les millions de personnes mortes de faim pour savoir si c'est "rentable" de les nourrir!(autre exemple,pour un accident d'avion,le salaire mensuel multiplié par 480(40 ans),si c'est un enfant,le salaire du pere ou de la mere).en résumé,voyons la vie en investissement pour le futur.

    lobbying interdit en europe

    obligation pour tout site web de laisser l'utilisateur libre de regarder la publicité ou pas,idem pornographie(protection enfance)

    taxes sur tabacs,alcools transférées directement vers la sécurité sociale

    délai de paiement : 30 jours début de mois

    média indépendants

    transformer les cliniques à but lucratif en but non lucratif

    plutot que de précauniser l'automédication,utiliser "little sister" pour une consultation en ligne avec son dossier médical personnel

    (318,s+es+bi+ét+li+so)si la sitution se dégrade (niveau biosphère,niveau social) ce qui me parait inéluctable(c'est en 1973 qu'il aurait fallu agir)(notre situation est beaucoup plus catastrophique écologiquement et socialement qu'on ne le perçoit(malheureusement pour nous à cause de notre croyance dans les conventions sans y réfléchir rationnelement et à notre égoisme),et cela va ne faire que d'empirer si nous ne faisons rien)(nos politiques n'étant pas visionnaires,ni courageux en général,à moins d'adhèrer à "V comme VISION" et s'engager sérieusement),il faudra penser à couvrir les villes de miroirs géodésiques,et contruire des villes sous terre et sous l'eau(peut-etre que là,les robots-autoréplicateurs et "little sister" seront vus d'une autre façon)(je ne parle pas quand il faudra s'expatrier à cause de notre soleil ce qui vous montre tout de meme un certain optimisme en notre espèce,finalement plutot à "little sister"!)

    avec plus de 200 mesures,plus de déficit social,la dette sociale qui s’estompe en quelques années,plus de déficit public,dette publique 100% pib mais là,notre situation est en phase avec notre devise et notre avenir est rassuré avec de la cohésion sociale,pret à s’assumer et à aller de l’avant

    vos réactions ?

    cordialement votre

    bruno

    propositions complémentaires à "V comme VISION" par les partis politiques

    français : "front national","lcr","les verts","lutte ouvrière","modem","nouveau centre","pcf","ps","ump",...
    ........ :...

  24. 24
    decan flavie dit:

    le ps est actuellement en dessousde la ligne de flottaison du munimum de la pensée théorique. Il est contamment dans "la prise de pouvoir personnel", alors que se pose la question de la survie de l'humanité, sa survie physique à travers le drame écologique, la survie morale de l'humanité, la survie de c'est qu'être un homme et pas une bête.
    Alors devant l'urgence, il faut chercher ce qui nous réuni, ce que nous voulons comme société,nous ne penserons jamais tous commpètement de la même façon en même temps, mais une chose est sur, comme le dit AXEL kahn "il n'est pas utopique de concilier le progrès créateur de richesses, les avancées scientifiques et les logiques économiques avec l'humanisme"
    Le ps vire à droite enterre Epinay. La gauche, celle de Jaurès reste maintenant à construire, elle est comme la lutte de classes toujours d'actualité.

  25. 25
    Laurane dit:

    Ben oui, moi aussi je me demande pourquoi tu n'as pas signé l'appel de Politis avec Dolez et Généreux, pour organiser une alternative à gauche.
    Il est vraiment intéressant, cet appel, il redonne un peu d'espoir:

    http://www.appel-a-gauche.org/?petition=1

  26. 26
    Corde6 dit:

    Sélections de ressources pour les retraites du premier commentaire (Gilles du 25 mai) sur le blog

    http://coordonne6.over-blog.com/

    Nous ne sommes pas pour les 40 annuités, irréalistes, mais pour le retour à 37,5 années de cotisations.

  27. 27
    gul dit:

    Marre des étiquettes qui ne veulent rien dire.

    Libéral, social-libérale, social-démocrate, marxiste, fabiusien, ségoléniste, delanoiste..qu'est-ce qu'il faut comprendre, tout ceci repose sur des mots dont 99% des français n'y comprennent rien. On veut nous faire croire qu'il existerais une échelle de la gauche et chacun viendrais si mettre dessus tout en reprochant à celui qui est à coté d'être trop à gauche ou pas assez. Le ps a besoin d'un leader qui ne soit pas sectaire envers les divers courants du ps, voir les différentes gauches. Pour ma part je soutien Ségolène Royal car elle la seule à accepter des contributions des militants et plus largement des citoyens. Alors si vous voulez participer plus que subir vous pouvez nous rejoindre sur le site http://www.congresutileetserein.com, ce sera la seul motion qui ne sera pas le dictat d'un seul homme. Peut importe oú vous vous situez sur l'échelle de la gauche même vous Monsieur Mélenchon vous avez parfaitement votre place, il vous suffira juste de délaisser votre égo (avec tout le respect que je vous doit). Et par pitié tous autant que vous être, arrêtez de caricaturer et n'oubliez pas que nous sommes l'opposition à la droite et non aux divers gauches qui peuvent exister.

  28. 28
    singe dit:

    Une question: qu'est-ce que la convention nationale et quels en sont les pouvoirs?

    Autre question: y a-t-il eu moyen d'amender la déclaration de principes avant son vote du 29 mai?

  29. 29
    Jean-Marc dit:

    La convention nationale?

    C'est très simple.

    C'est une bande de potes avec une étiquette rose collée sur le front qui se réunissent pour papoter.
    A l'issue de la réunion, il y a un super pote qui est désigné démocratiquement parait il : ce sera le chef des potes.

    Après, le super pote, aidé plus ou moins de ses potes, essaye de devenir le super pote de tous les français.

    Et après, rien.

  30. 30
    Jean-Marc dit:

    Ca vaut bien une analyse sur Europe 1, non...? : -)

  31. 31
    Marcus dit:

    @LULU post 22
    . Je sors d'une réunion, déjà qu'en ce moment je déprime politiquement parlant, en plus après avoir lu ton post, cette fois c'est carrément un coup de barre sur la tête, quand tu affirmes que Jean-Luc Mélenchon ne lévera pas le petit doigt pour aller dans le sens de la rupture d'avec le PS, que finalement il fera le lit de Ségolène des milliers de camarades des gauches parlent comme toi mais garde un petit espoir de le voir prendre le train en marche si avant fin Juin la pression fait sauter le Couvercle.
    Sarko avec un PS très Libéral se prépare des jours heureux, de toute évidence, pour sauver la France un Gouvernement d'Union Nationale sera possible, à gauche........

  32. 32
    Jean-Jacques Angot dit:

    Merci une nouvelle fois Jean-Luc pour ta réflexion précise, oui l'enjeu est bien qu'après l'Italie, la France ne soit pas le théâtre d'une défaite majeure de la Gauche (pour l'Angleterre la défaite est plus ancienne). Dans notre paysage politique apocalypitique, je respecte le choix de chacun quant au lieu ou il choisit de se battre, je respecte que chacun essaye d'éviter le naufrage de son Parti...Oui il y a un enjeu majeur dans le congrès du Ps -éviter sa transformation en Parti Démocrate-, un enjeu majeur dans le congrès du PCF -éviter la destruction de l'atout majeur pour que notre gauche reste de gauche. Oui, il ya un enjeu majeur dans le congrès de la LCR -éviter la constitution d'un pôle sectaire à gauche de la gauche-.

    Mais éviter, éviter et éviter encore.... cela ne suffira pas pour nous éviter la catastrophe, il nous faut aussi du positif. Et là Jean-Luc je ne comprends pas ton silence sur l'appel organisé par Politis (et acessoirement celui sûr la déclaration de principe de ton Parti).

    J'ai envie de renvoyer tout le monde à la lecture, dans le journal Sarkophage, de l'article de Jacques Bidet : oui, au-delà de nos Partis, ou autres lieux de militantisme actuels, ayons conscience que nous sommes du même Parti celui des classes dominés, celui de la transformation sociale et de la rupture avec le capitalisme, avec un ordre ou les classes dominantes entraîne le monde à sa perte.

  33. 33
    Toutatis dit:

    Hors-sujet

    Encore que....

    http://www.lepost.fr/article/2008/05/26/1198300_pour-sarkozy-il-faudrait-bosser-11h-tous-les-jours.html#xtor=ADC-215

  34. 34
    Jean-Marc dit:

    @Julie, notamment.

    Bonsoir,

    J'ai bien noté vos posts dans lesquels vous évoquiez les "2ou3 sujets parallèles", ainsi que celui où vous proposiez d'engager quelquechose qui ressemblerait à un micro-projet (donc au-delà de la simple expression d'avis en ligne) concernant Internet et Hadopi.

    J'ai déjà tenté d'engager ce type de démarche de production ici, mais il semble que pour le moment ils ne sont pas prêts à passer du "je dis de tout à tous sur Internet" au "je fais avec d'autres quelquechose sur Internet". Pas étonnant, ce genre de processus demande certains critères pour être amorcé.

    D'autre part, ce que vous proposez concernant Hadopi aura du mal à trouver de l'écho ici pour le moment. J'ai pu constater à quel point les enjeux énormes, d'un point de vue économique, social, politique et culturel (et j'en passe) qui sont liés à l'Internet échappent complètement à la plupart.
    Extrêmement dommage car c'est leur avenir de citoyen libre et une bonne part de leur modèle de société qui s'y joue en ce moment même.
    Celà dit, rien n'oblige ce blog à rester dans les limites de ses bloggers habituels...

    Si vous ou l'un de vos proches souhaitez se pencher sérieusement sur l'Internet, n'hésitez pas à me contacter sur ce mail que je vous laisse (fromjeanmarcATgmailPOINTcom) ; je vais en effet me montrer plus rare ici.

    Il y a tant à faire pour :
    - protéger cet espace qui porte nos libertés et est soumis à de graves attaques ;
    - exploiter cet outil pour mettre en place des initiatives nouvelles permettant de défendre des projets ou des idées, ou encore de démultiplier une notoriété ;
    - s'inspirer de ce que je nomme les logiques sous jacentes de ce dispositif, en le rapprochant de théories d'inspiration libérales ou marxistes (l'Internet es tje pense au croisement des deux), pour nourrir la construction d'un projet d'ensemble.

    Voilà voilà, tous.

  35. 35
    4 Août dit:

    JM, peut être que si tu expliquais une bonne fois pour toutes les tenants et aboutissements de tes "logiques sous-jacentes", tu ferais des émules ?!
    Allez !

  36. 36
    jennifer dit:

    @Julie
    Jean-Luc Mélenchon est en fait d'accord avec la déclaration de principes du PS, c'est du moins ce que semblaient dire quand elle fut proposée, des journalistes à la radio puisqu'ils avaient remarqué que personne ne s'y était opposé et en particulier ils avaient noté le silence de JLM

  37. 37
    marc dit:

    Rarement d'accord avec toi Jean Luc mais pour le coup, je partage une bonne partie ton propos. Les mots ont un sens et une valeur symbolique

  38. 38
    Gérard PERRIER dit:

    Je partage ton point de vue Denis Collin.
    J'ajoute que notre ami Jean Luc parle de "tremblement de terre" que le "PS ne serait plus un lieu de rassemblement".On comprend de moins en moins,dans ces conditions, ce que les camarades qui partagent ce point de vue (je pense à ceux de Trait d'Union notamment) vont faire dans ce congrès qui se tient dans la configuration qu'il décrit avec finesse.J'avoue ici ma perplexité.Surtout après ce qui s'est passé au congrès du Mans où l'abstention de Jean Luc sur cette fameuse synthèse a servi plus de repoussoir que d'orientation (voir ce qu'il en dit lui-même dans son dernier livre:"Enquête de gauche")
    La lutte des classes ne peut que s'exacerber.Il faut un parti qui l'exprime,la conscientise,aide à son développement.Surtout pas une avant garde style LCR relookée en PAC.Encore moins une social démocratie qui ne pourra bientôt même plus se servir de cette belle appellation :la démocratie sociale.(traduction possible de l'expression historique originelle d'après les germanistes).

  39. 39
    ataraxia dit:

    1. Le Sanglier = Asse42?

    2. Moi aussi, après la lecture du bouquin j'ai eu l'impression que Joffrin avait contribué à "droitiser" plus qu'il ne l'est BD. Quand j'ai entendu Joffin claironner, avant la sortie du bouquin, que ce bouquin "consacrerait la mue idéologique du PS," je me suis dit aïe. J'aurais pour ma part vivement souhaité que BD se tourne vers toi et vers Hamon qui semblait lui vouer une certaine sympathie.

    Mais je serais moins critique que toi à certains égards :

    -le "management assumé" : non, ce n'est pas ridicule, loin de là. Ca l'est d'autant moins qu'il est très aisé de voir que beaucoup de nos concitoyens sont excédés par les dépenses inutiles ou inefficaces de l'Etat, qui est un de leurs principaux griefs et qui, à tort ou à raison - plus à raison d'ailleurs - est considéré comme l'une des raisons majeures du manque de compétitivité de notre pays. Delanoë a raison d'insister sur sa qualité de manager. La capacité à "dégraisser" les frais de fonctionnement de l'Etat par un management efficace sera, à n'en pas douter, un point principal de la prochaine campagne, après l'épisode Sarkozyste où nos concitoyens en auront eu plein la gueule de la somptuosité du train de vie au sommet de l'Etat et auront été inondés de photos de ministres en tenue de gala. BD a eu raison d'insister sur ce point et sur son premier mandat à Paris où il a contribué à dégraisser l'Hôtel de Ville. Que l'on le veuille ou non, beaucoup de nos concitoyens croient au poncif de la "gauche dépensière." Je trouve que c'était particulièrement bien vu de la part de BD que d'insister sur le côté "gauche économe" parce que manager efficace. Il ne dit pas qu'il faut gouverner la société comme on gérerait une entreprise, mais qu'il faut gérer l'appareil de l'Etat avec une préoccupation sourcilleuse de manager. Ce n'est pas la même chose.

    2. Je pense que son utilisation de l'adjectif "libéral" était surtout la première étape d'une stratégie visant à retracer la ligne droite/gauche. Ce n'est pas faux et encore moins inutile de rappeler que c'est la gauche qui, historiquement, a été à l'avant-garde du combat pour la liberté. Ca peut paraître une évidence, mais à l'heure du révisionnisme triomphant, on a trop tendance à assimiler la gauche avec les pulsions totalitaires ou un conservatisme vieux jeu et la droite avec le dynamisme et la défense des libertés individuelles face à la gauche. Pour ce qui est des vertus de la concurrence et de la compétition, je pense que BD a voulu donner des gages à l'électorat centriste dont nous aurons besoin, en se drappant de modernité.

    Si j'ai bien compris sa stratégie, et j'espère que j'aurai raison, BD se tournera dans une seconde étape vers l'aile gauche du parti. C'est plus facile de faire accepter des mesures "sociales" par la population après lui avoir donné des gages sur le côté "libéral" que de faire l'inverse. Ce sera un long effort pédagogique à accomplir que de persuader nos concitoyens que "social" ne veut pas dire "archaïque", "tout-Etat", "assistanat." N'oublie pas que la dénonciation démagogique de "l'assistanat" a rencontré des échos indéniables au sein de la population. Pour briser ce poncif de l'assistanat, il faut que soient recréés des liens de solidarité parmi les différentes couches de la population, certes, mais cela demeurera un voeu pieux tant que l'on n'a pas d'abord convaincu que la solidarité pouvait rimer avec compétitivité dans le cadre de l'économie mondiale.

    Bref, je conçois la démarche de BD comme une démarche à deux temps, et pour le moment je suspends mon jugement. S'il ne fait que jouer sur le côté "libéral", tant pis pour lui, il perdra mon soutien - ce n'est pas grand chose mais quand même.

    J'aurais aimé que BD passe plus de temps avec toi, il aurait beaucoup appris, tu aurais fait revibrer sa corde sociale comme tu sais si bien le faire, toujours si passionné et si convaincant dans tes interventions. Même si tu lui en veux pour le coup du Dalaï-Lama ;) ne prends pas trop tes distances - je ne te demande pas de le soutenir, mais de discuter avec lui sur des sujets de fond, car tu es toujours incisif et on apprend toujours avec toi - c'est un type ouvert aux discussions et un esprit aiguisé qui peut, avec d'autres, revigorer le PS.

  40. 40
    Erick dit:

    @ Le Sanglier

    Répondre aux propos de Jean-Luc par un discours raciste, arabophobe, islamophobe, me scandalise. Surtout quand on lit l’intervention de M. le sénateur sur les langues régionales où il évoques son envie d’apprendre à parler l’ Arabe.
    On se dit que tu es à côté de la plaque, Hors-sujet, on se dit surtout que tu relaies le discours de Sarkozy, du ministère de la honte, celui de l'identité française et de l'immigration, celui du ministère de l'intérieur...
    Quant à ton réalisme, c'est purement l'abdication au libéralisme que refuse Jean-Luc Mélenchon, et tout l'arc de l'extrème gauche.
    Alors n'emploie pas le mot "camarade", c'est un trop joli mot, et rappelle-toi le Che:
    "Soyons réaliste: demandons l'impossible."

  41. 41
    enzo d'aviolo dit:

    la dernière citation retenu par vous est la bonne à retenir, elle en dit plus qu'il ne faut sur les intentions de ces gens de "gauche"
    http://daviolo.unblog.fr/2008/05/21/le-merite-de-la-clarte-matinee-decoeurement/

  42. 42
    RTL sert la soupe à Sarkozy. dit:

    « Ah, qu'il est bon de ne pas être importuné par les journalistes pendant une interview ! Prenez Nicolas Sarkozy : la moitié de l'UMP a beau être contre lui, et la guerre avec son Premier ministre déclarée, il a pu servir à ses intervieweurs de RTL les banalités les plus inconsistantes sans jamais être relancé !

    Interrogé sur la réunion de sept ministres « politiques » (comprendre « de confiance ») à l'Elysée sans le Premier ministre, le Président de la République ne manque pas de piquant : « Et alors : le Premier ministre fait un séminaire gouvernemental, sans le président de la République, je ne m'en formalise pas ! » Autrement dit, tout va bien dans notre couple, la preuve : nous faisons chambre à part !

    Heureusement pour Nicolas Sarkozy que les journalistes de RTL sont là pour le mettre à l'aise. La une de l'Express sur « Le divorce » entre le Président et le Premier ministre ne semble pas enchanter l'invité du matin ? « L'article était mieux que le titre », plaisante alors Alain Duhamel pour rattraper l'offense.

    Certes, Jean-Michel Aphatie s'est fendu d'un bref couplet sur la dette et les investissements publics. Mais cela ne fut qu'un tremplin pour une petite parenthèse du chef de l'Etat sur la polémique autour des 35 heures.

    « Il y a des gens autour de vous qui n'ont pas l'air de comprendre », a tout de même insisté Alain Duhamel. Peu importe, Sarkozy enchaîne en soulignant son attachement à la durée légale hebdomadaire : « La politique de François Fillon, du gouvernement et de moi-même, elle est celle-ci. » Personne ne relève la séparation qui vient d'être faite entre François Fillon et le gouvernement, dont il est pourtant membre (et même chef). Personne ne souligne que Patrick Devedjian, secrétaire général du parti de Nicolas Sarkozy, suivi de Jean-François Copé, a remis en cause les 35 heures publiquement. Et qu'il l'a répété sur l'antenne même de RTL en présence de deux des trois animateurs interviewant le Président !

    Pas de nom, c'est la règle ! Nicolas Sarkozy ne cite que les bons élèves : Luc Chatel, Jean-Louis Borloo, Christine Lagarde, etc. L'augmentation de la redevance proposée par Jean-François Copé ? « Non », c'est tout ! Strict minimum sur l'atterrissage en catastrophe de la loi sur les OGM mais un bon couplet sur le « bonus malus environnemental » de Borloo qui a boosté les ventes de voitures propres. Tout marche si bien dans le monde de Sarkozy sans ces histoires de politique ! D'ailleurs Christophe Hondelatte le disait lui-même au Président : « J'adore vous entendre parler de choses pratiques comme ça. » Pourquoi bouder son plaisir !

    « Rien, je le précise n'a été préparé avec qui que ce soit », précisait Christophe Hondelatte en début d'interview. Encore quelque chose qu'il faut dire vite : la liste des sujets abordés était disponible depuis dimanche sur le site de RTL et dans l'ordre, s'il vous plaît !

    Mais pas de chance, le dernier thème, la réforme des institutions, n'a pu être abordé faute de temps malgré son examen difficile à l'Assemblée nationale qui divise notamment la droite. A la place, les trois journalistes ont laissé Sarkozy se répandre sur les excellentes relations qu'il entretient avec son Premier ministre et réécrire le discours ultra critique tenu sur Jacques Chirac le 8 mai devant les députés UMP, soudain transformé en fruit de la « recherche de petites phrases » des journalistes. Mais peut-on vraiment en vouloir au Président ? Quand on se lève à 5 heures du mat pour faire le marché, c'est bon de prendre un petit café sans que le taulier ne vous pose trop de questions.

    Sylvain Lapoix.

    http://www.marianne2.fr/Chaos-a-l-UMP-RTL-n-a-rien-vu_a87670.html?PHPSESSID=62df9a95dea50cd982291b4c56f8719a

  43. 43
    Daniel dit:

    Il serait temps qu'une vraie gauche s'organise à l'image de Die Linke.
    http://aresitoyen.wordpress.com

  44. 44
    Le Sanglier dit:

    Die linke n'est qu'un leurre, une douce réverie utopique. Crédité de 12 à 13 % des voix (dans l'ex-Allemagne de l'Est et non de l'Ouest), les différents courants qui le composent s'observent au lieu de s'unir, par méfiance.
    Il n'y a pas de programme précis à un an des élections, c'est tout dire.
    Quid de la participation à un gouvernement ? C'est plus qu'improbable ! Or le pouvoir décisionnel se situe à ce niveau.

  45. 45
    Maloo dit:

    Juste en passant...

    Une petite vidéo:

    - La France touchée par le retournement de l'immobilier - L'Expansion.com

    Après avoir frappé les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou l'Espagne, la crise de la pierre se fait sentir en France. Que ce soit sur le marché du neuf ou de l'ancien, tous les clignotants virent à l'orange.

    Voir : http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/la-france-touchee-par-le-retournement-de-l-immobilier_153934.html

    Et aussi

    - Les ventes de logements neufs ont baissé de 27,9% sur un an en France

    http://fr.news.yahoo.com/afp/20080527/tbs-btp-immobilier-indice-f41e315.html

    - France: forte chute des mises en chantier

    http://fr.biz.yahoo.com/27052008/18/france-forte-chute-des-mises-en-chantier.html

  46. 46
    julie dit:

    pour info:
    Die Linke participe depuis 2001 au gouvernement de la ville-état de Berlin avec le SPD (social-démocrate), ainsi que dans un land territoire ex-RDA.
    La question de la participation à un gouvernement est LA question qui divise, autant au SPD qu'au sein de Die Linke. Cependant, le refus est plus fort du côté SPD (qui joue gros) que de l'autre.
    Ceci dit, la situation en Allemagne n'est pas comparable avec celle en France, la seule chose qui est pareil, c'est la crise profonde de la social-démocratie en Europe et l'heure de vérité quant à son orientation.
    Par ailleurs, une des clés du succès est le charisme des deux co-leaders, Lafontaine et Gregor Gysi (dont on parle peu ici) avec chacun un égo très développé, mais les deux étant capable de le mettre au service de la cause. J'y trouve également une différence avec ici...
    J'ai demandé via internet d'avoir une traduction en français du discours de principe de Lafontaine, voyons ce qu'il en adviendra. Il n'y a pas mieux que les faits plutôt que par médias interposés, chacun pourra ainsi voir si le modèle lui convient.

  47. 47
    tgb-rue-affre dit:

    Melenchon t'as un boulevard devant toi - pendant que les tiedes de L'UMP et le PS une dose de social une dose de liberal, les sept nains et blanche neige rivalisent en droiteries pendant que besancenot fait sa chochotte chez drucker ouvre ta grande gueule et tire toi avec la caisse - on te suit - on partage

  48. 48
    Angel dit:

    Livrons nous à quelques analogies (quelques paraboles auraient dit les curetons amateurs de miracles).
    Mai 2007, l'apothéose de la conscience politique en France, une participation record,...pff, on sait bien que ce n'était que l'inconscient collectif boosté par la mercatique des médias. En GROS, le résultat bien ciblé de TF1 et ses filiales.
    Le peuple a été voter comme au supermarket.
    TF1 et les groupes de presse (embeded) pressés de complaire leurs commanditaires ont matraqué l'inévitable, le rendant précisément inévitable. On appelle ça littéralement une "performance".
    France 2, France 3, France 4,... France 24 ont été entraînées par la spirale émasculatrice. D'aucuns avaient laissé au vestiaire leur "déontologie" mais, pour la continuité du spectacle (et non du service PUBLIC) le plus grave est qu'ils parrassaient TOUS assister pantois, voire en spectateurs en haleine, à ces parodies de campagnes ou RIEN, mais absolument RIEN de politique ne se passait. C'était bien et sciemment l'inverse qui se passait : de l'antipolitique;
    un peu comme ces prétendus apolitiques qui ne font toujours et bien hypocritement que le jeu de la réaction, et qui en d'autres temps ont permis la montée du nazisme, du fascisme et autres franquismes.
    Bon alors, le scénario Delanoe/Royal, comme vous le décrivez si bien M. Mélanchon, pour la succession Holande sera-t-il auguré (l'est-il déjà) par la nébuleuse TF1comme celui qui a conduit Sarko sur le trône de cette minable (5ème) république?
    Une chose me semble certaine, si un de ces deux-là vient à être candidat avec son étendard "libéral" alors Sarko peut dormir tranquilo sur ses portugaises...
    On a coutume de dire, et je crois que c'est très vrai, que la "gauche de la gauche" voire la gauche extrème reporte (NON SANS ETATS D'AME) ses voix sur le candidat de l'Alternance... En sera-t-il de même en faveur de ceux qui s'affichent clairement comme des résignés éclairés du libéralisme? Rien n'est moins sûr.
    La rage et l'indignation sont parfois si grandes qu'on se prend à penser que tout cela a été orchestré par une belle bande qu'on peut difficilement qualifier d'association de bienfaiteurs.

  49. 49
    Claire Strime dit:

    C'est dégueulasse non ce mépris pour les chevreaux du Poitou, les femmes et l'agriculture française? Il y en a qui préfèrent le parasitisme financier mondialisé...

    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/05/27/01002-20080527ARTFIG00003-les-dessous-de-l-offensive-anti-segolene-royal.php

  50. 50
    Un peu d'économie politique. dit:

    " Anna Borrel, pour Marianne2.fr : Nicolas Sarkozy a évoqué sa nouvelle mesure ce matin : il propose de doubler en quatre ans les sommes distribuées au titre de l'intéressement en France, via un crédit d'impôt de 20% pour les entreprises. Est-ce que cette mesure peut vraiment augmenter le pouvoir d'achat des Français ?

    Liem Hoang Ngoc : Cette mesure ne peut fonctionner que si les entreprises accroissent leurs profits. Or la part des profits dans le revenu national s'établit déjà à un niveau historiquement élevé. Il y donc peu de marges de manœuvre pour augmenter le pouvoir d'achat par ce biais. Plus généralement, les propositions de Sarkozy en matière de pouvoir d'achat écartent les pistes qui conduiraient à modifier le partage du gâteau en faveur des salaires : le « travailler plus pour gagner plus » à travers les heures supplémentaires défiscalisées, les accords d'intéressement, la concurrence (censée faire baisser les prix)… autant d'artifices pour ne pas aborder la question de la hausse des salaires. En ce qui concerne l'intéressement, rappelons que seuls 10% des salariés des PME de moins de 50 salariés en bénéficient. Les revenus qui en sont issus ne sont pas soumis à cotisations et sont donc exclus des revenus servant de base de calcul pour les retraites. Il est paradoxal de dire qu'on veut trouver des ressources pour la sécurité sociale et de maintenir ainsi des niches fiscales qui rendent la politique sociale et fiscale illisible.

    Au plan fiscal, le Président a également écarté toute politique de rigueur…

    Liem Hoang Ngoc : Pour les uns seulement. D'un côté, il assure que les nouvelles niches fiscales (comme le paquet fiscal) permettront de relancer la croissance et de réduire les déficits. Mais lorsqu'il s'agit des dépenses de fonctionnement de l'Etat, celles qui affectent directement le fonctionnement des services publics, il martèle que le non remplacement d'un départ à la retraite sur deux n'est pas négociable...

    En même temps, il met en avant les bons chiffres de la croissance. N'est-ce pas la preuve que sa politique a un effet positif sur l'économie française ?

    Liem Hoang Ngoc : Le chiffre de 2,1% pour 2007 (révisant l'estimation précédente de 1,9%) s'explique par le fait que les entreprises allemandes ont reconstitué leur stock au premier trimestre, ce qui a exercé un effet d'entraînement positif sur la croissance européenne. Mais tous les conjoncturistes sont d'accords sur un point : ça ne va pas durer. Ce chiffre de 2,1% est au demeurant inférieur à l'hypothèse de 2,5%, initialement retenue pour la loi de finance 2007, d'où le nouveau creusement des déficits publics, (moins de croissance engendre moins de recettes fiscales).

    Dans l'ensemble, que reprochez-vous à sa politique économique ?

    Liem Hoang Ngoc : Cette intervention à la radio avait manifestement plus pour but de rassurer les Français. Malheureusement, le curseur entre salaires et profits ne bougera pas. Or le retard d'indexation des salaires sur les prix et sur les gains de productivité, accumulé au cours de ces vingt-cinq dernières années, justifie une hausse générale des salaires. Pour en compenser le « choc » pour les PME, plutôt que de multiplier les niches fiscales, on pourrait créer un véritable impôt progressif sur les sociétés. "

    Fin de l'interview.

    Je rajoute un truc à cette interview.

    Concernant l’évolution entre la part des salaires et la part des profits, il faut toujours avoir à l’esprit quatre chiffres :

    En 1978, la part des dividendes versés aux actionnaires n’était que de 5,9 % de la valeur ajoutée.

    En 2006, la part des dividendes versés aux actionnaires était montée à 21,9 % de la valeur ajoutée !

    En 1982, la part des salaires était de 66,5 % de la valeur ajoutée.

    En 2006, la part des salaires avait dégringolé à 57,2 % de la valeur ajoutée !

    http://hussonet.free.fr/parvabis.pdf

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive