09mai 07

Tribune de Jean-Luc Mélenchon publiée dans l’Humanité du mercredi 9 mai 2007

Depuis 1978 avec Michel Rocard, dès 20 heures, les soirées de défaites électorales voient surgir de l’horloge socialiste un coucou familier. Il chante la chanson désormais traditionnelle de l’appel à la rénovation et à la conversion sociale-démocrate de la gauche. Hier surprenante, l’antienne est aussi obsolète que son objet après trente ans d’usage. On pouvait y réfléchir au siècle dernier. Mais en 2007, comment le navrant naufrage de la social-démocratie européenne, suivant de près celui du communisme d’Etat, pourrait-il encore servir de modèle? Au Royaume-uni ou en Allemagne, seule ou en alliance avec la droite elle démantèle l’Etat social qu’elle avait construit. En Espagne ou en Italie, tranquillement ou dans les combinaisons, les réformes sociétales remplacent les conquêtes sociales. Et je ne dis rien du bilan effrayant de la social-démocratie latino américaine. Ici ou là, bien sûr, passent quelques rayons de lumière. Mais la social-démocratie qu’idéalisent d’aucuns, faute d’imagination, n’est pas un avenir utile en France. Nous ne pouvons échapper au devoir de remiser au rayon des archives toutes les formules dorénavant épuisées. La modernité n’est pas un prêt à porter mais une création à accomplir.

Cette réinvention de la gauche a lieu en ce moment même en Amérique latine, au Brésil, Vénézuéla, Bolivie, Equateur parmi d’autres pays. Evidemment, aucune ne nous fournit de modèle transposable. Mais l’énergie, l’audace et la persévérance qui les ont rendues possibles doivent impérativement nous servir de référence. Elles valent bien mieux que certaines illusions de confort. Comme par exemple de croire que notre nouvelle défaite est seulement affaire de personne ou de style de campagne. Elle sanctionne d’abord l’échec de la gauche – toute la gauche- à entraîner la société. Quelle rude leçon nous inflige la droite à ce sujet! La rupture proposée par Nicolas Sarkozy est le miroir de nos timidités, sa provocante clarté le revers des euphémismes sociaux-démocrates embarrassés dès qu’il s’agit de dénoncer l’accumulation des richesses dans les mains de quelques uns et le système qui rend possible cette spoliation. Le triomphe de Sarkozy est construit sur une victoire culturelle telle qu’à l’heure du choix, en toute bonne foi, la conscience sociale aveuglée par les mirages de l’idéologie dominante,  les pauvres votent comme s’ils étaient riches!
Face à une droite décomplexée, une gauche tout aussi décomplexée doit enfin s’affirmer pour construire une nouvelle conscience citoyenne. Assez rasé les murs pour parler du partage de la richesse, pour assumer le rôle de l’Etat stratège dans l’économie, maître du temps long, gardien de l’intérêt général, acteur de première ligne face à l’urgence sociale. Assez de litote pour rejeter la monarchie patronale, affronter la tyrannie de la dictature de l’actionnariat sur l’économie productive. Tout tourne autour d’une question: quelle attitude avoir face à la mondialisation libérale, ce nouvel age du capitalisme? L’adopter : c’est la droite. L’accompagner : c’est l’illusion sociale-démocrate. Faire bifurquer le système au profit de priorités sociales et écologiques : c’est notre devoir d’invention. Comment faire? Avec qui? Dans quelle forme d’institution Républicaine en France et en Europe ? Qui oserait dire que nous ne possédons aucune réponse après tant d’années de colloques, de luttes, de forums sociaux et d’expériences sous toutes les latitudes. Ce qui manque c’est le lieu politique de la mise en mots partagée et en programme. C’est la condition pour que les idées deviennent une force matérielle : celle des millions de consciences qui la prendront en charge. Nombre au sein du PS évoquent la création d’un nouveau grand parti progressiste largement ouvert aux forces diffuses de la société civile qui agissent aujourd’hui sans débouché politique. L’autre gauche est ainsi mise au défi. Comme pour la candidature à la présidentielle va-t-elle maintenir sa fragmentation si désespérante et si nuisible à la gauche toute entière ? Alors il faudra admettre que l’avenir de la gauche est dans le parti unique que préfigure le Parti socialiste. Au contraire saura-t-elle proposer un dépassement de ses structures ouvrant ainsi un autre choix à gauche ? Celui d’une alternative prête à la conquête des pouvoirs plutôt qu’à l’adjuration, à des alliances plutôt qu’à l’ostracisation de ses voisins et cousins de gauche? Comme au lendemain du référendum les délais de réponse ne sont pas infinis. Et la droite ne nous laissera pas de répit.


Aucun commentaire à “Le devoir d’audace de la gauche”

  1. 1
    Rozenwajn dit:

    une fois passé le temps des diatribes, imprécations et cris de colère pouvez vous énoncer les questions que vous posez : organisation économique, finances (publiques et privées), éducation, société (par exemple qui doit assumer les boulots de m****), égalité (faut-il moduler les revenus en fonction des mérites, des qualités, du dynamisme etc....), citoyenneté (faut-il un livret citoyen à point par ex.), faut-il rendre obligatoire la participation des citoyens au gouvernement de la cité, faut-il envisager des solutions collectivistes modernisées....que sais-je encore ? je ne vous ai pas encore entendu aborder de tels sujets. C'est pas tout de passer son temps à crier sa rage et son indignation. La place est déjà très occupée dans ce registre.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive