15sept 15

Après la Fête de l’Humanité

Ce billet a été lu 37 435 fois.

Sur fond de jubilation après la victoire de Corbyn au parti travailliste anglais, je mets de l’ordre à la une de mon blog. Les visiteurs sont rentrés de vacances et ça se voit dans les statistiques de fréquentation. Depuis la retransmission en streaming de notre lancement de la conférence du plan B à la Fête de l’Huma, le passage s’est aussi beaucoup internationalisé. Plusieurs milliers d’Allemands, de Grecs et d’Italiens sont passés parmi nos rangs français bien garnis.

J’innove dans ma façon de faire en reprenant des minis posts que j’ai déjà donnés à lire sur ma page officielle publique de Facebook. Évidemment je les retravaille en partie, tantôt pour satisfaire au goût de l’écriture, tantôt pour y introduire des nuances ou des compléments qui me sont venus à l’esprit en me relisant. Je vais ainsi dans les pas de l’illustre Montaigne dont « les Essais » perpétuellement réécrits étaient devenus selon ses mots « consubstantiels à leur auteur ».

Dans ce post il est question de la Fête de l’Humanité et du plan B en Europe, de la vendange entre Maynal et Beaufort dans le Jura, des migrants et des régionales. Et des médias.

Le grand cœur de Merkel s'est refermé

Il aura fallu à peine huit jours pour que le côté intenable de la comédie du gouvernement allemand s’effondre. Tous les psalmistes qui l’encensaient et regrettaient même qu’elle ne soit pas française en sont pour leurs frais. Du jour au lendemain, la Chancelière a changé d’avis, ce qui est bien son droit, mais elle a fait de l’espace Schengen sans préavis une zone allemande, c’est-à-dire fonctionnant selon les désidératas de son gouvernement et lui seul. Je vais donc rappeler une fois de plus la position que j’ai défendue depuis le début de la crise : accueillir ceux qui sont arrivés parce qu’il n’existe aucune alternative à cette option. On ne peut rejeter à la mer ou au pays de départ ceux qui sont là. L’idée de les parquer dans des camps sympathiquement baptisés « hot-spots » va s’achever dans une horreur largement prévisible. Quant au reste, il faut d’urgence traiter les causes du départ de ces gens : la guerre et la ruine économique. Dans les deux cas, l’Europe est responsable directement par sa politique économique ou indirectement par ses alliances financières dans la région. De ces deux causes il n’est jamais dit un mot par les grands esprits qui gouvernent l’Union européenne. Quant à Louis le benêt, ci-devant François Hollande, il veut bombarder tantôt l’un tantôt l’autre selon les jours et la communication recommandée par les aigles qui lui conseillent toutes ses fautes. « Oui mais, qu’est-ce qu’on fait concrètement, maintenant, en quelques mots brefs » couinent les répondeurs automatiques de l’audio-visuel. « On bombarde » répondent les très intelligents qui ont tout réussi depuis la première guerre du Golfe ! Et si vous dites « c’est stupide » vous êtes immédiatement repeint aux couleurs de l’ennemi. « Alors on laisse faire ? », demandent-ils l’air outré. Cette comédie a de beaux jours devant elle !

fete huma 1

Maintenant écoutez ceci : le Front national sera de la gnognote à côté de ce qui va se passer en Allemagne avec les trouvailles de madame Merkel pour compenser le déclin démographique de son pays. Et à côté de ce qui va se passer là-bas, ce qui se passe ailleurs mérite aussi attention si jamais les faits vous intéressent plutôt que les nunucheries médiatiques. Les migrants vers l’Europe sont une très petite quantité de personnes par rapport au nombre de gens qui émigrent d’Europe à cause des politiques austéritaires de l’Europe. Un million d’Espagnols ont quitté leur pays depuis le début des plans d’austérité. Cinq cent mille Grecs en ont fait autant, dont cent vingt mille en direction de l’Allemagne ! Voilà la racine commune de tout ce qui est mis en branle dans l’immense zone d’influence de cette maudite et malfaisante « Union Européenne » des traités budgétaires soumise aux intérêts de vieux rentiers allemands. Et cela non plus ne va pas tenir longtemps, comme de la poussière sous le tapis…

A propos du ban des vendanges

Pour peu je manquais la vendange. Car j'avais compté, à l'ancienne, qu'elle commencerait bien plus tard : en octobre, comme du temps de mes vingt ans. Car à vingt ans, à moins que ce soit avant, j'échangeais des bécots entre les pieds de vigne avec ma vendangeuse. Le petit matin était celui de l'automne et tout ce qui va avec au village. On sortait vers les parcelles à travailler, perchés sur le plateau de la remorque et le tracteur allait au petit pas d'un cheval dans les chemins, entre les haies rougissantes. J'en étais resté là où se bloquent les images du passé, surtout si elles sont agréables. Souvenir trompeur. Claude m'a rassuré : cette erreur est normale.

Depuis quarante ans, le ban des vendanges ne cesse d'avancer. Lui-même a eu à en connaître dans sa vie privée. En 1979, il avait fixé le jour de son mariage quinze jours avant la date prévue. Il en fut pour son compte car cette année-là déjà on dut commencer plus tôt la récolte. Depuis, il a été témoin permanent et direct des effets du réchauffement climatique. Le ban est passé d'octobre à août en quarante ans. D'après lui le phénomène s'est accéléré à partir de l'an 2000 où la bascule s'est faite avec le passage du ban de septembre à août. La pointe fut en 2003 où l'on vendangea le 13 août. Depuis, la date erre dans la dernière semaine avant la rentrée de septembre. D'ailleurs, ce jour de ma présence est le dernier de la vendange, jeudi 10 septembre. On travaillait sur une parcelle de Chardonnay. Avec le Savagnin, le Poulsar, le Pinot et le Trousseau, ce sont les cépages du Jura. Je les mentionne, car tandis qu'on allait et venait entre les rangs de la vigne, Claude me confia : « je ne suis pas certain de ce que je vais te dire, mais j'ai observé que le grain du savagnin a tendance à rétrécir. Je me demande si c'est lié à cette augmentation de la température. Tu sais, cette année on a eu plus de 47 degrés dans ma cour à Maynal ! Le savagnin, c'est un cépage de septentrion, pas sûr que cette grosse chaleur lui convienne longtemps. Je me demande si ça va durer ». En fait j'étais là, chez Buchot à Maynal pour compléter une enquête et un petit film vidéo sur le vin commencé depuis déjà quelques temps, je veux dire depuis 2009. Vous en aurez bientôt des nouvelles. Je compte repartir des images déjà présentées sur ce blog. On prépare ça pour ma « chaîne YouTube » où seront dorénavant présentées, en doublon de Dailymotion, toutes mes vidéos.

fete huma 2

L'enquête que je voulais avancer concerne le potentiel réel de l'agriculture bio dans le secteur viticole. Mon engagement avance dans deux directions. D'un côté je défends le système de la viticulture de notre pays, son système des appellations contrôlées avec ses exigences et ses limites. Je m'oppose donc à la logique du commerce « libre et non faussé » de ce que l'Union Européenne appelle des « liquides alcoolisés aromatisés » ! Pour « l'Europe qui nous protège », il s'agit en effet démanteler le système des appellations contrôlées parce qu'il limite les droits de plantation de la vigne et réserve les appellations à certains vins produits dans des conditions précises et sur des parcelles précises. Mais d'un autre côté, je m'engage aux côtés des producteurs de vin bio ou de vin naturel. Ceux-là sont aussi dans un rapport critique aux méthodes de productions fixées pour lesdites appellations contrôlées, essentiellement pour ce qui concerne l'usage des produits chimiques. La chimie et l'agriculture, ce n'est pas un petit sujet. On commence seulement à s'en rendre compte dans le grand public avec le cas spectaculaire de la condamnation de la firme Monsanto reconnue coupable du cancer professionnel d'un agriculteur et d'autres cas similaires. La chimie dans l'agriculture impacte en effet le produit agricole, la terre des parcelles traitées, l'environnement large par les eaux, mais aussi ceux qui manient les produits.  

Dans un pays record d'Europe de l'usage des pesticides, il faut savoir que si la vigne n'occupe qu'à peine 3% des terres agricoles exploitées, elle absorbe 35% des produits chimiques déversés. Peut-on produire autrement, avec beaucoup moins de produits chimiques, voire même sans eux ? Dans ce domaine, le test du concret est décisif. Claude Buchot a mis au point toute une série de produits à partir des plantes et d'autres intrants naturels avec lesquels il traite ses vignes, assumant seul la prise de risque de l'échec que toute innovation contient. Ici, s'il échoue, le vigneron ne peut faire comme le banquier et présenter son ardoise à l'État et aux contribuables. On a donc filmé ses explications. C'est assez passionnant. Il s'est débarrassé de l'oïdium, un champignon qui ruine la vigne partout ailleurs et contre lequel la lutte consiste à déverser des tonnes de produits chimiques. J'en reste là car je ne veux pas déflorer les nouveautés de notre vidéo en cours de montage. Pour moi, ce déplacement était une séance de formation. Je voulais m'assurer de ce que je veux intégrer dans mes discours à venir sur le thème de l'agriculture. Plus radical que moi, j'ai retrouvé, parmi les vendangeurs de Claude Buchot, Gabriel Amard, le secrétaire national du PG qui a déjà mené une lutte exemplaire sur l'eau et contre les grands projets inutiles. Le sécateur à la main, travaillant et bavardant, je l'ai vu faire un stage/enquête pratique en quelque sorte.

Mon parcours dans les questions agricoles a commencé dans le Jura déjà quand j'ai tenu la rubrique du « Jura rural » au journal Les Dépêches. Puis au Parti de Gauche où je fus vite pris en main par Laurent Levard, responsable national en charge de cette question et qui est le rédacteur du programme du parti sur ce thème. C'est à lui que je dois ce fait étrange pour un parti aussi urbain que le nôtre d'avoir eu pour premier programme mis en bonne et due forme, celui pour l'agriculture, nous plaçant dans le peloton de tête de ceux qui ont une vision globale et construite sur ce sujet. On connaît aussi les raisons d'actualité qui m'y conduisent. Cela ne suffit pas pour vous dire comment je me suis pris d'intérêt pour ce domaine d'activité. Je ne veux pas cacher qu’à mes yeux, c'est là un combat culturel. Parmi les productions agricoles, le vin occupe une place spéciale. La majorité des gens comprend qu'il s'agit d'un produit chargé de savoirs et d'éducation, qu'il s'agisse de ce qui sort des barriques le moment venu de tirer le vin ou de sa culture sur pied. Mais il y a aussi pour finir de la personne qui lèvera son verre pour examiner la robe du vin qu’il va boire. Je nomme culture dans ce cas l'ensemble de ce que je viens de citer, ce qui n'est pas tout à fait la description académique qu'on peut en donner, j'en conviens. Mais ici la classe moyenne urbaine instruite rejoint la paysannerie du vin dans une compréhension commune des enjeux. Ce qui en fait pour moi un terrain de lutte idéologique passionnant, sans bien sûr en dédaigner aucun autre, je m'empresse de le dire, pour essayer de m'épargner l'acrimonieux catéchisme de tous ceux pour qui, quoiqu'il en soit, ce n'est jamais le bon sujet, la bonne formule, le bon moment. Qu'ils se rassurent.

La lutte pour le bon vin est une lutte anticapitaliste dans sa dimension la plus anthropologique. Car pour le capital financier investi dans la viticulture, l'enjeu ce n'est pas le produit mais le consommateur qui doit avoir envie de l'acheter. Le capital financier n'est pas aussi limité qu'un Hollande déclarant que « l'offre créé la demande ». Il sait que c'est l'inverse. Il s'est donc employé à reformater son goût, c'est à dire ses papilles, son corps en définitive. Le goût mondial est en marche à travers l'être humain reconstruit que les multinationales de l'agroalimentaire fabriquent sans le dire. Dans la douceur du jour qui flamboyait sur ce coteau on parlait philosophie avec Claude Buchot. La veille, son jeune compère Valentin Morel, jeune vigneron bio à Poligny, m'expliquait comment le pari pascalien s'appliquait à ses techniques, quand bien même n'était pas faite la vérification scientifique de certaines méthodes pourtant efficaces. Je lui répliquais qu'il n'y avait pas besoin de métaphysique dans ce cas. Le critère de la science est l'expérimentation et du moment qu'à une cause A suit un effet B, et que l'expérience est renouvelable autant de fois qu'on la tente et que l'on en obtient le même résultat, alors tout est bien. On conclut en riant tous que la métaphysique et l'irrationnel sont du côté des politiques publiques austéritaires qui n'ont jamais redressé aucun pays aussi souvent qu'on en ait fait l'expérience. Les gourous libéraux et leurs sectes économiques ont donc marabouté les ministres et les fonctionnaires. Hypothèse aimable car on pourrait en formuler d'autres plus sonnantes et trébuchantes, plus pantouflantes, n'est-ce pas?

Du vin aux fondamentaux du moment politique, il n'y a qu'un bref chemin. Valentin étant jeune papa, je me demande s’il gardera des bouteilles de la cuvée de cette année 2015 pour en régaler la noce de l’enfant quand le moment sera venu. J’y pense parce que Claude m’a fait l’honneur d’une visite privée dans sa cave personnelle. Au mur sont alignés les casiers avec l’indication de l’année. Vous y voyez des bouteilles en rangs. J’y ai vu l’histoire d’une vie et de ses produits. Mes livres ne tiendront pas si longtemps je crois. D’où peut-être cette pensée de Pasteur, le grand homme des vaccins, qui déclara : « il y a plus de sagesse dans un litre de vin que dans mille livres ». Je ne partage pas cet extrémisme œnophile. Louis Pasteur était un gars d’Arbois Je mets cette saillie sur le compte d’un slogan publicitaire que j’ai vu sur les murs il y a bien des années : « le vin d’Arbois, plus ou en boit plus on va droit ». On voit l’égarement ! Quand à Louis Pasteur on lui sera reconnaissant pour toujours d’avoir mis en formules scientifiques tout le procédé de la vinification, ce qui fait de lui le digne descendant de Magon, le « Tunisien » de l’antiquité qui rédigea le premier manuel d’œnologie.

« Orang-outang mal baisée »

On s'épuiserait à recommencer sans cesse le procès des médias de notre pays. Je ne le fais plus qu'occasionnellement, lorsque je suis certain de leur nuire à mon tour d'une façon ou d'une autre dès qu'ils croient pouvoir me frapper sans qu'il leur en coûte. On se souvient de l'épisode du boycott de notre université d'été par la nouvelle direction socialiste de LCP (la chaine parlementaire) de Marie-Ève Malouines. Les explications confuses et contradictoires qu'elle en donna finirent de faire son portrait de porte serviette du PS. J'avais mis de côté à cette occasion le silence parallèle de la rédaction politique de « France 2 ». Erreur. Depuis, elle se sent sans doute des ailes pour patauger dans la fabrication du fond de scène médiatique propice à la stratégie des frères siamois de l'UMP et du PS. Dans nombre de ses branches, le « service public » est donc dorénavant tombé aussi bas que ses maîtres. Ce week-end, cependant, j'ai trouvé que beaucoup ce sont surpassés. Ceux qui rediffusèrent du matin au soir la fête de Frangy, les indépassables discours de la passionnante université de La Rochelle, ou encore les deux discours de Marine le Pen, n'eurent rien à dire ni à faire à propos de la Fête de l'Humanité. Pendant ce temps chaque journal télévisé fonctionnait comme un tract pour le Front national sur fond de panique migratoire. Comment comprendre une telle irresponsabilité ? Par-dessus le marché nous avons dû subir l'éternel refrain des « bisbilles », « déchirements », « divisions » qui, chaque année, sans imagination, forment le halo médiatique de la Fête. Cependant je n'ai pas entrepris ces lignes pour dire ce que nous savons tous déjà.

fete huma 4

Pour en savoir davantage et plus précisément sur cet évènement en particulier, je vous renvoie à l’excellent post d’Antoine Léaument. Je résume ce que j’ai senti : ce n’est plus une attitude professionnelle que de se réserver à la critique sans même donner une indication sur ce qui se passe. Personne n’aura su en regardant TF1 ou France 2 ce que faisait Yannis Varoufakis à la Fête de l’Huma, ni qu’Oskar Lafontaine s’y trouvait avec Stefano Fassina. Pour ne rien dire du reste. Cela alors même qu’était parue notre tribune commune et qu’elle faisait l’objet de dépêches et de reprises dans toute l’Europe. Le système médiatique est la deuxième peau du système. Je veux seulement à présent souligner un fait qui passe souvent inaperçu. C'est la similitude des options tactiques des médias contre nous dans les divers pays. J'ai souvent relevé comment ici je suis attaqué au plan personnel et physique avec des notations de vocabulaire (il tonne, il éructe, il s'emporte etc.) et des visuels terribles destinés à mettre en scène la bestialité traditionnellement attribuée à l'homme de gauche depuis le 19ème siècle. J'ai déjà dit que dans le cas des femmes de notre gauche, c'est pire. Je m'appuyais pour cela sur l'exemple du traitement subis par les femmes dirigeantes de l'Amérique Latine. En Grèce on a bien vu comment ce « deuxième niveau de lecture », celui de la mise en scène, en image et dans les mots, a fonctionné à propos de Tsipras. Avant et après la signature ce n'est pas le même homme que l'on voit sur les photos. Les titres, les qualificatifs, les images, tout change du tout au tout. On passe de la contreplongée, vue par en dessous, toujours flétrissante, à celle du dessus, toujours édifiante. Et ainsi de suite. Tsipras « le chimpanzé » est devenu un « homme d'État ».

Mais le record d'infamie est bien battu à propos de Zoe Konstantinopoulou, présidente du Parlement hellénique. Le registre est celui qui fut appliqué à Ségolène Royal pour la tuer à petit feu. Maintes télévisions ont une rubrique quasi permanente sur « les délires de Zoe » destinée à extraire des phrases de ses discours pour la ridiculiser sur un plan très personnel et souvent physique. Plusieurs médias n'ont pas hésité à franchir le pas qui vaut à toute femme de gauche d'être bestialisée par son sexe comme l'homme l'est par sa violence. Mais on comprend facilement que le résultat n'est pas de même nature, exactement comme ce n'est pas la même chose de traiter un homme de « salaud » et une femme de « salope ». Zoe est donc traitée « d'Orang-outang mal baisée », et maintes fois les uns ou les autres adjurent son mari, marin au long cours, de « rentrer d'urgence pour la calmer ». Kristina Kirchner présidente de l'Argentine fut caricaturée se masturbant à la une de « Clarin » journal de masse de référence, de droite évidemment. J'en passe et des meilleures. Le dire et prévenir ne change pas vraiment la situation. Sur le moment sous le choc de l'image ou du verbe, la pulsion visée est le plus souvent atteinte. Le lecteur/spectateur est profondément atteint. C'est bien le but visé et obtenu car sinon pourquoi le feraient-ils ? Pourquoi le feraient-ils tous, de la même manière, avec les mêmes ficelles sur tous les continents ? Mais marteler cette dénonciation est indispensable pour entretenir les anticorps de ceux qui refusent de se laisser manipuler.

Je note que Jeremy Corbyn a subi la même trajectoire de construction de réputation dans les médias anglais. La presse liée au secteur de droite du Labour a évidemment battu le tambour pour clamer que la victoire de la gauche du labour serait un « cadeau pour les conservateurs ». Évidemment, elle a aussi vite sous-entendu que Corbyn serait en fait plutôt content de ça et même complice. Comment ne pas penser alors aux campagnes contre moi avec le « dîner secret de Guaino », la « légion d'honneur de Buisson » et ainsi de suite ? Quant à la presse dite « populaire », elle s'est déchainée avec les mots et les méthodes dorénavant universels de la « presse libre ». Corbyn a donc droit à son lot de contreplongées avec vue en profondeur de ses narines, à moins que ce soit les trois quarts inquiétants. Les journaux de la branchouille style « Libé », bien inséré dans la boucle des campagnes mondiales des agences d’influence, en donne une idée. Il a fait de Corbyn sa « une » pour l'assimiler à un tueur grâce à une astuce de mise en page. Son vélo, ses chaussettes, sa pétulance (ne note-t-on pas qu'il vient de se marier pour la troisième fois ?) Tout y passe. Exactement comme me l'avait annoncé Oskar Lafontaine quand moi-même j'ai pris le chemin de la dissidence du PS après lui. Corbyn a quand même gagné le vote pour diriger le Labour. Ses 59% sont spectaculaires. Mais plus encore peut-être l'est le 4,5 % recueilli par la blairiste traditionnelle qui s'opposait à lui ! Sans oublier la victoire non moins écrasante de la gauche du Labour à l’investiture pour la mairie de Londres. Le pire reste à venir de ce que les médias savent faire quand viendra le temps des élections.

De retour de la Fête de l'Huma

On a toujours tant de choses à raconter en revenant de la Fête de l'Huma. Mes camarades se sont totalement approprié cette Fête comme un moment décisif de leur programme de travail annuel. Cette année la Fête a été un formidable tremplin pour le lancement de la conférence pour le plan B. Cette idée va maintenant faire son chemin. Elle a eu un bon impact en France et dans toute l’Europe. Des forces politiques de toute l’Europe ont pris contact. D’ici quelques jours va commencer la collecte des signatures des intellectuels, des parlementaires et des leaders de mouvements sociaux.

Un aspect de la fête c’est son message humain. Pour ce qui me concerne, le temps passant, j’y reçois un accueil toujours plus amical et parfois même tendre par les mots, les gestes, les sourires que l'on m'y adresse. Et cette année particulièrement. Je ne sais pourquoi. À moins que ce soit moi qui sois devenu plus disponible qu'à d'autres moments, du fait des trous qui se sont percés dans mon blindage. De cela je tire une leçon quant à mon devoir, dans la position singulière qui est la mienne depuis 2012. Je veux dire très solennellement à tous ceux qui attachent de l'importance à ce que j'écris ici et ailleurs : on ne fait rien de bon dans ce pays sans ce peuple des communistes, avec ou sans carte, de toutes générations, fraternel ou rugueux, cordial ou ronchon, fièrement autonome ou douillettement ensocialisé. Dès lors, à l'approche de la fin des négociations pour les élections régionales, j'adjure tous mes amis, quelle que soit leur carte de parti ou leur inclination de trouver le chemin du regroupement, du rassemblement, de la convergence, appelez la chose comme vous voulez. Je suis très inquiet et même sidéré par les décisions qui ont conduit les communistes du Nord et de Rhône-Alpes à vouloir présenter des listes seuls. Non seulement cela affaiblit tout le monde et fait courir un risque disproportionné de marginalisation mais cela va relancer inévitablement la bataille sur le sigle Front de Gauche qui a déjà dévasté les municipales. 

fete huma 3

Mon propos ici n’est pas de dire qui est responsable de cette situation. Seulement de répéter que je ne l’accepte pas et que je suis loin d’être seul à le penser. J’adjure que l’on se remette autour de la table pour reprendre la discussion. Et je dis non moins clairement à nos nouveaux amis écologistes qu'étant les derniers arrivés dans l'opposition de gauche après qu'on ait tant voulu les y trouver, si grande que soit la joie de faire équipe, l'enfant prodigue n'a pourtant pas tous les droits ! Il lui faut apprendre à vivre dans sa nouvelle famille en respectant les autres, tous les autres. Les mauvaises habitudes prises dans la relation nourricière et commensale avec le Parti socialiste ne sont pas viables dans notre troupe où tout est mis en commun dans les maigres pâtures. La nouvelle alliance populaire que nous construisons n'est attractive et viable qu'au prix de ce respect, cette diversité et le partage des tâches. Je m'oppose donc absolument aux politiques de mise à l'écart des communistes là où elles se pratiquent. Pour autant, je ne suis pas devenu un bisounours du Front de Gauche. J'ai la mémoire fraîche de tous les abus et divergences du passé, du présent et même du futur. Mais je ne veux me souvenir que de la force inouïe que nous nous sommes donnée en marchant groupés et autonomes chaque fois que nous l'avons fait.

Donc la bonne compréhension du moment historique doit commander. Nous devons être un pôle de rassemblement offert à la société pour qu'elle puisse sortir de l'alternative mortelle dans laquelle la caste veut enfermer le futur : le Front national ou les frères siamois du libéralisme PS et UMP. Message clair : toutes les composantes de l’opposition de gauche doivent cotiser et faire l’effort de l’union. Le problème est national et nous n'avons pas à nous soumettre à l'addition des décisions locales des pseudos « territoires régionaux » découpés il y a quelques semaines par le monarque en déroute du palais de l'Élysée et de sa bande de copains de promotion. Examinons lucidement les questions posées avec le souci de leur ouvrir une solution plutôt que d'envenimer les plaies ! Problème de récupération par les uns ou par les autres ? Déposons un label commun nouveau. Dès lors, le score n'appartiendra à aucune de nos organisations politiques mais à nos électeurs, délivrés de l'obligation de faire allégeance à un parti. Problème de tête de liste ? Faisons des binômes et des trinômes s’il le faut, partout. Problème pour la prise de décision ? Formons des assemblées représentatives des citoyens et des partis, partout. Problème de rapport au système des institutions et de la professionnalisation de la politique : signons partout la charte éthique lancée dans le Sud-Ouest. Rien, absolument rien n'est insurmontable. Et par-dessus tout : aucun préalable personnel, aucune violence faite à l'un ou l'autre.

J'en reste là puisque je ne veux pas me mêler des négociations sur la composition des listes, la répartition des candidatures et le reste. J'estime que j'ai parlé là assez clairement. Mes amis les plus proches ont partout cédé le pas ou proposé de le faire en ce qui concerne les têtes de listes régionales. Cette attitude honore leur identité et vocation unitaire. Mais elle n'est pas raisonnable si elle doit aboutir à permettre la mise à l'écart des communistes ou l'humiliation de leurs dirigeants parfois curieusement surexposés et parfois même très poussés à passer en force. Et encore moins si cela doit conduire à la surévaluation d'un parti aussi imprévisible que EELV dont la fidélité aux alliés n'est pas la marque la plus évidente.

J'achève. Rien ne m'oblige à écrire ces lignes. Je n'en attends aucun retour d'ascenseur car je suis bien placé pour connaître l'ingratitude structurelle de la vie des appareils politiques petits et grands. J’ai bien noté les perfidies sur l’obsession du « casting présidentiel » rabâchées par ceux qui sont pourtant loin d’en être exempt eux-mêmes. Mais rien ne me lassera. Je ne parle au profit d’aucune « boutique ». J'alerte pour assumer mon devoir. En particulier dans le Nord et le Midi, face au FN et à l'UMP, le PS est perdu d'avance. C'est à nous d'ouvrir la voie en nous unissant franchement et clairement. Le succès est à ce prix. Moins de témoignages, moins de bavardages, plus d'action, plus d'union.


123 commentaires à “Après la Fête de l’Humanité”

Pages : [1] 2 3 »

  1. 1
    Paul dit:

    Pourvu que le succès soit au rendez-vous aux régionales !

  2. 2
    Placide dit:

    "cette maudite et malfaisante « Union Européenne » "

    Tout est dit, et il n'est pas compréhensible de se cacher derrière des stratégies à tiroirs, de plan A en plan B ou Z. Si on veut réellement faire place au peuple, il faut arrêter de se cacher derrière sont petit doigt : il faut sortir de l'UE et de l'euro. Le coup de force contre la Grèce le prouve. Et la fermeture des frontières vient de démontrer ce qu'il en était réellement du soit disant rapprochement des peuples. Non l'UE cela ne sert qu'à faire baisser les salaires, mettre en concurrence les peuples et aller faire la guerre sur ses marges de la Yougoslavie à la Libye, de l'Ukraine à la Syrie !
    Pour être crédible, parlons clair et fort, osons dire que nous les travailleurs, nous avons dit NON à la totalité des traités établissant cette UE et l'euro, NON à cette prisons des peuples, et que nous ferons place aux peuples, à la solidarité, à l'égalité et à la liberté, en en sortant par la porte de gauche ! Pourquoi ne pas suivre la proposition formulée par le PRCF à la fête de l'Huma et qui y a recueillie l'enthousiasme : demander l'avis...

  3. 3
    naif dit:

    J'étais à la fête de l'Huma samedi, sous la pluie et les pieds dans la boue. Nous étions plus de 500 000 sur trois jours. Le stand du PG était gavé de monde. Ici et là les gens discutaient de politique. La grande scène était entourée d'une masse grouillante de toutes les générations qui ne pouvait tenir que debout tellement il y avait foule, Manuel chantait, la jeunesse nombreuse était aux anges. Nos médias n'avaient d'yeux que pour le record de longévité de la Reine d'Angleterre et l'éviction de Tf1 de Claire Chazal. C'était le 12 septembre 2015, nous n'étions plus en démocratie.

  4. 4
    Jean-François91 dit:

    A l'attention du webmestre, posté ici faute d'avoir trouvé un lien direct sur la page d'accueil.
    Depuis deux jours Firefox (paramètres de sécurité inchangés depuis des mois...) me signale le site comme "malveillant" et je ne peux entrer qu'après avoir contourné leurs avertissements. Avant de leur indiquer un faux positif je souhaiterais savoir ce qu'il en est réellement. Virus, signalement de malveillance dans le but de nuire, simple erreur ? Merci d'avance.

    [Edit webmestre : Google a détecté un élément de code mal écrit comme logiciel malveillant. La procédure pour sortir de ce système de protection un peu rigide est compliquée. D'autant plus que personne ne leur a rien demandé. Tant qu'à assurer notre sécurité malgré nous, ils pourraient le faire de manière plus rationnelle. La démarche de re-validation a été entreprise hier soir auprès de Google. Ce matin, voici ce que l'on pouvait lire sur la console webmaster de Google Search : http://www.jean-luc-melenchon.fr : No malware detected.]

  5. 5
    Jacqueline50 dit:

    Merci à vous pour toute votre intelligence et votre travail. Ravie que votre blog s'internationalise, je vous fais une petite suggestion, n'hésitez pas à en faire la traduction en esperanto. Le 100ème congrès international d'esperanto a eu lieu cet été à Lille et a été fréquenté par 2800 congressistes de 88 pays, les cinq continents étaient représentés et je peux vous assurer que tous ces participants et bien d'autres espérantistes seraient avides d'avoir des informations enfin fidèles aux valeurs de la République Française. A Lille, Mme Le Maire nous a snobés, méprisés et fait honte devant tant de représentants du pacifisme et de l'internationalisme du monde entier... tant pis !

  6. 6
    turmel jm dit:

    Comme cela me fait du bien de lire cet appel au rassemblement, cette supplique pour surmonter les divisions. Communistes depuis très longtemps malheureusement j'ai quelques doutes quant au résultat mais n'étant pas allé à la fête, je suis "moins remonté" comme on dit alors pourquoi pas. Très bonne proposition également le label commun. Allez je veux y croire pour ces régionales.

  7. 7
    le Prolo du Biolo dit:

    Le "grand coeur" de Mme Merkel, les Grecs en ont déjà eu un petit aperçu. Ainsi que tous ceux qui l'ont regarder agir jusqu'ici. Donc pas trop surprenante sa volteface.

  8. 8
    Poncet dit:

    A propos des vins bio. Les amateurs doivent rompre avec leur snobisme et leur sectarisme. Il y a maintenant de très bons viticulteurs bio (moins que de mauvais viticulteurs "conventionnels"...) il faut seulement prendre le temps de chercher, de goûter. J'ai découvert avec ces vins la différence incroyable entre un vin rouge chambré et le même servi à 18°, comme on le recommande ordinairement (on ne boit pas du rouge pour se désaltérer !). La plupart des vins bio supportent encore plus mal que les autres la fraîcheur, ce que je tiens pour un signe de sincérité. Je recommande particulièrement un Chénas bio, je ne citerai pas le nom du domaine mais il n'est pas très difficile à trouver.
    Et sinon, d'accord pour l'unité, le rassemblement, la reconstitution du Front de la vraie gauche. Si nous divergeons sur l'analyse du processus révolutionnaire qui a commencé en Grèce, la victoire de Corbyn conforte pourtant celle d'une Europe où le mécanisme de domination des esprits commence à craquer.

  9. 9
    chan dit:

    Suivi le discours de la fête de l'Huma sur le blog, vibrant, démonstration magistrale. Mais rien de tout cela sur les chaînes dites d'information.
    Quant au traitement indigne des réfugiés, je voudrais rappeler que des dizaines de milliers de "Syriens" (de Syrie, de Jordanie, de Palestine, du Liban...) ont fui le Moyen Orient il y a un siècle et sont devenus, après des débuts de galère, des Antillais, des Sud-Américains parfaitement intégrés, métissés. Ils ont, comme nous, deux yeux, un nez, une bouche, deux oreilles, un coeur et un rêve de vie sûre et digne pour eux et leur famille. Ce sont des humains !

  10. 10
    OXY dit:

    Bonsoir,
    Ce que j'aurais aimé c'est de voir sur la grande scène de la fête de l'huma, Jean Luc Mélenchon, P. Laurent, les autres représentants des partis au sein du Front de Gauche en compagnie des représentants de Syriza et les invités du Parti de gauche, Y. Varoufakis, O. Lafontaine, et St. Fassina rassemblés malgré les divergences. Parce que là ça aurait mouché les médias aux ordres tels que l'Express, l'Obs, Libération et d'autres qui se délectent d'une soit disant division, mais qui je l'espère n'est qu'apparente. Il y a urgence de montrer un rassemblement des forces de la vraie gauche, plus que jamais alors que Syriza et donc A. Tsipras ne sont pas sûr de gagner en Grèce, ce qui serait un coup dur pour nous et les autres (Espagne, Italie, Portugal, Irlande, Angleterre).

  11. 11
    jeannot dit:

    Oui très belle fête de l'huma avec cette ambiance extra le samedi après-midi au stand du P.G.
    Je ne peux que dire bravo à Jean Luc Mélenchon pour son combat.
    Les avancées ne seront que plus significatives face à la haine des des libéraux de tout poil
    qui enrage de votre détermination et de votre audience grandissante.

  12. 12
    killevan dit:

    Qu'il m'est insupportable d'écouter les commentaires de parties de rugby à la télévision dont les pseudo intello-techniciens nous noient d'anglicismes. Svp Mr Mélanchon ne faites pas de même, ne m'obligez plus a prendre mon dictionnaire d'anglais du collège pour comprendre ce que signifie streaming si vous voulez que je vous suive en continu. Merci, pour le reste je suis entièrement d'accord avec vous.

  13. 13
    vernay malika dit:

    J'ai suivi avec beaucoup d'intérêt la conférence sur le plan B. L'initiative est stimulante. Enfin on s'attaque au vrai problème.car cela ne sert à rien d'arriver un jour au pouvoir pour capituler 6 mois après.
    Je voulais signaler que le député et économiste grec Costas Lapavitsa a donné il y'a 6 jours à jacobinmag un entretien très éclairant sur l'expérience grecque mais aussi sur le projet du parti de gauche concernant le plan B.

  14. 14
    Bien Modestement dit:

    Chapeau ! Vous sachant profondément laïque, j'espère que vous ne m'en voudrez pas de vous trouver une dimension messianique. Je vous suis depuis longtemps. Les couteaux dans le dos des apparatchiks du PCF, piqûres de moustiques ! Les coups bas du système médiatique, manœuvres de chiens de garde aux ordres. Quoi qu'il arrive, quand "les chiens aboient, la caravane passe". Vous avez raison. Ce sont les "sans-dents", les tricards qui se soucient d'abord de l'avenir de leurs enfants et les relativement préservés de la classe moyenne qui ont su garder une dose d'humanité qui auront le dernier mot !

  15. 15
    Vega dit:

    Les médias vous boycottent et des journalistes à Médiapart vous regardent de haut et vous méprisent. Ce qui signifie malgré tout que vous êtes sur la bonne voie qui dérange, même si le plan B est à peaufiner. Jeremy Corbyn, lui, est devenu une menace à la sécurité nationale d'après Cameron. C'est dire le mépris de ces hommes de l'establishment envers les élections et les électeurs de gauche ! Mais dans les faits, ce sont pourtant bien ces cravateux qui mettent en danger la sécurité des peuples par leur politique austéritaire et guerrière.

  16. 16
    Donato Di Cesare dit:

    Jean-Luc, j'ai toujours cru en vous, mais là, vous dépassez toutes mes espérances quand vous parlez de vendanges et surtout quand vous citez ce vin qui vous ressemble, de caractère, et que j'apprécie par dessus tous: le Savagnin. Ce vin a un grand potentiel de vieillissement. Il est doté d’une puissance et d’une complexité aromatique aux notes de noix, d’amandes, de noisettes, de fleurs, de miel et de pomme verte. Ce vin, est comme vous, au début on le trouve tellement différent des autres, on se méfie et, petit à petit, on le comprend et on l'apprécie de plus en plus jusqu'à franchement être déçu et même en colère de ne pas le trouver dans toutes les cartes de restaurant. Parfois, on nous présente de pâles copies, mais on ne me la fait plus, je suis vraiment trop accro à l'original.

  17. 17
    durluche dit:

    Wouep, ben pour les régionales, la convergence se fera là ou elle doit se faire, ne le prend pas mal mais tu me fais l'effet d'un façadier là. Il y'a quand même un problème de fond quand tu vois, sur la mandature, que les votes communs (PG Ensemble!) avec les conseillés EELV sont plus nombreux, que ceux avec les conseillés PCF à la région. Je sais bien que cela devrait se régler en faisant appel à la démocratie directe, mais que le PCF intègre vite que la question environnementale est indissociable de la question sociale, sinon à quoi bon ? Partageons la richesse sur un monde insalubre ? Non, merci! Si tu pouvais juste œuvré en coulisse pour faire avancer l'idée d'un pacte de non agression, à minima.

  18. 18
    Jacques dit:

    Belle prestation hier soir sur ARTE des chiens de garde. On ne pouvait pas en attendre beaucoup et Clémentine Autain a au bout dit qu'ils poussaient le bouchon un peu loin. A cela, la chienne en chef lui a répondu "c'était objectif !". Point barre. Sans illusions sur cette émission, je regardais pour être au courant des arguments de leur rejet mais ça devient ignoble.

  19. 19
    dumas catherine dit:

    L'hiver approche à grand pas. Le froid va tuer combien de pauvres gens sur le bord des routes ? J'ai l'impression de revivre ces images de nos grand parents fuyant l'occupation allemande. L'humain n'a pas évolué, monsieur le maire de Bézier, aurez vous froid et faim cet hiver ? Il y a tant de maisons vides qui pourraient réchauffer le coeur de ces pauvres personnes. Ne serait ce que ce grand château de Versailles ! Oui mais vous comprendrez que cela fera désordre, le roi qui pissait dans un seau et se parfumait tellement il était sale va se retourner dans sa tombe.

  20. 20
    gb26100 dit:

    "Je suis très inquiet et même sidéré par les décisions qui ont conduit les communistes du Nord et de Rhône-Alpes à vouloir présenter des listes seuls."

    En Auvergne Rhône Alpes, la proposition d'EELV d'un service des TER non assuré par la SNCF a été accepté par le PG. Bravo pour le services public. Les cheminots de la région AURA vont faire des bonds quand ils seront informés.

  21. 21
    GRAY dit:

    @10 Oxy
    " division qui je l'espère n'est que qu'apparente "

    Hélas, je crains malheureusement que ce ne soit pas que de façade, sinon pourquoi ne se sont-ils pas tous retrouvés sur cette grande scène ? Le spectre qu'une désunion, comme lors des municipales, se reproduise, me démoralise. Est ce qu'une bonne fois pour toute, l'appareil du PC (je ne parle pas des militants sincères) va rompre avec le PS. C'est eux ou le FdG ! En tous cas, au second tour si nous n'y sommes pas, ce sera aussi sans moi. Que se vayan todos!

  22. 22
    Volodia dit:

    A la Fête de l'Huma sous des torrents de pluie les militants se massaient au Stand du Parti de Gauche pour entendre un mot d'espoir et ils l'ont entendu. 4 leaders populaires des 4 pays les plus importants d'Europe (Allemagne, France, Italie plus la Grèce à l'importance hautement stratégique pour nos destins) ont dit ensemble que cette construction européenne neo-libérale est un danger mortel pour les peuples, pour la démocratie et pour la paix. Le plan B consiste donc à défaire cette UE maléfique et oligarchique avant que tous les peuples d'Europe soient défaits, les uns après les autres, à l'instar du peuple grec martyr. Telle est la question des traités-camisoles de force, de l'Euro-prison et de l'OTAN va-t-en-guerre. Telle est la question de la souveraineté à retrouver de toute urgence pour empêcher les pires catastrophes qui se préparent.
    A nous tous maintenant de transformer l'appel des 4 en réalité politique. Au travail, camarades !

  23. 23
    Donato Di Cesare dit:

    Dans son discours de la fête de l'humain, Jean-Luc suggère, à raison, que nous devons nous stimuler à nous éduquer pour comprendre et agir ensemble. Voici une leçon sur la dette diffusée sur Arte, hier soir, après cette fumeuse prestation des chiens de gardes sur 28'.

  24. 24
    Jean-François91 dit:

    «En Auvergne Rhône Alpes, la proposition d'EELV d'un service des TER non assuré par la SNCF a été accepté par le PG»

    Si l'information est vérifiée, c'est grave, et on ne peut reprocher au PC de ne pas l'accepter. Même si la SNCF se comporte de fait souvent comme une boîte privée, la solution n'est certainement pas de se jeter aveuglément dans la "concurrence libre et non faussée" si chère à une majorité d'EELV, surtout au moment où en Grande Bretagne Jeremy Corbyn vient avec justesse de proclamer haut et fort la nécessité de renationaliser les chemins de fer.

  25. 25
    Michel Matain dit:

    @ 21 GRAY
    Est ce qu'une bonne fois pour toute, l'appareil du PC (je ne parle pas des militants sincères) va rompre avec le PS.

    Dans toutes les régions de France, les communistes ont voté majoritairement pour partir au premier tour des régionales en autonomie totale avec le PS. Lors des dernières régionales, c'était le cas dans 17 régions sur 22. Cette fois c'est 100 %.

  26. 26
    Chantrel dit:

    Intervention magnifique cette semaine, Monsieur Mélenchon ! Je vais m'empresser de ce pas de la relayer sur mon propre site, qui, bien que consacré à un voyage en bateau ne craint point d'embarquer, comme tout au long de cet été politique grec, des passagers qui nourrissent encore l'espoir d'un autre monde, à l'heure ou l'espoir parait si mince. Merci.

  27. 27
    marco polo dit:

    La fête de l'Humanité est un incontournable rendez-vous politique de la gauche -gauche de combat- qui chaque année s'exprime avec force. Et pourtant une gauche qui ne sait plus se rassembler dans une vision commune, celle d'un avenir commun pour sortir du bourbier néolibéral. Chacun se retranche dans sa chapelle idéologique et pense qu'il a raison. Jean-Luc, vous êtes un de ceux qui contribuez à la sortie de cette construction là en montrant d'autres voies possibles, rassembleuses. Rien n'est définitif lorsque l'on est d'accord, l'inverse est également vrai. La vie et l'évolution du Front de Gauche en est la démonstration. Il faut donc bâtir, sans arrêt, pierre après pierre. Aux différentes composantes du FdG et de celles susceptibles d'en être, je dis qu'il va falloir garder l'essentiel, qui permettra de mettre le néolibéralisme à terre, et ne pas hésiter à jeter à la poubelle des idées obsolètes auxquelles nous nous accrochons sans raison autre que les habitudes. Ainsi la République citoyenne aura sa place au sein d'une Europe qui devra accepter qui nous sommes. Ou en sortir si les traités écorchent sans arrêt notre citoyenneté.

  28. 28
    ggbal dit:

    C'est quand meme formidale, quand il s'agit de refugiés, donc d'humains on puisse ne pas respecter les traites (fut ce celui de Maastrich) alors que l'on doit respecter à la virgule pres les autres traites pour la Grèce, quand il ne s'agit que de dettes et d'argent. Comme d'habitude les hommes comptent moins que la finance. Le plan B est vraiment nécessaire.

  29. 29
    durluche dit:

    Voila ce qu'on trouve dans le socle politique du rassemblement AURA en commun:
    "Notre vision des services publics nous permet de réaffirmer notre opposition aux mécanismes de privatisation, d’ouverture à la concurrence privée des services publics. Les expériences en cours de partenariats public – privé et de certaines délégations de services publics au privé dépouillent la collectivité et les citoyens de leur maîtrise du service et entraînent des surcoûts inacceptables pour l’usager et la collectivité. Dans ce sens, nous nous opposerons à la privatisation annoncée des aéroports régionaux, notamment à celle prévue par la loi Macron pour l’aéroport de Lyon Saint Exupéry."
    Alors doucement sur l'intox.

  30. 30
    h2o dit:

    Il faut redonner envie et espoir à ceux que certains appellent le peuple, en fait tout simplement les gens de tous les jours. Commençons par rompre avec les appellations traditionnelles (Union machin, parti truc, rassemblement bidule...) et travaillons sur un nom qui tranche et fasse un peu rêver comme "les beaux jours" "Des lendemains qui chantent", "Ça commence aujourd'hui", etc. Avec s'il le faut en dessous "rassemblement citoyen". Nous ne prétendons pas que cette formule est la baguette magique qui créera le déclic, mais nous sommes certains en revanche que le boulgi boulga d'arrangements au coup par coup et aux forceps entre partis et autres mouvements (voir le billet de Jean-Luc Mélenchon sur les difficultés dans différentes régions) n'offre aucun avenir et ne fera que souligner aux yeux du plus grand nombre et bien entendu des médias, nos divisions et notre absence totale de lisibilité. Au delà, il faut avoir en ligne de mire la présidentielle, seule élection qui compte aux yeux des français avec une obligation morale, une responsabilité pour nos "leaders" : surmonter les querelles d'égos pour éviter le spectacle pathétique et suicidaire de trois ou quatre candidats entre...

  31. 31
    Cocu77 dit:

    Croire que le problème d’union avec le PCF sur un programme éco-socialiste se réduise à une position d’élus attachés a leurs sièges et donc au PS est tout simplement grotesque. Mais bon, faut bien attribuer la faute aux autres, c’est plus facile et ça évite de se creuser la tête.
    Je ne sais qui se présentera dans ma région Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon (honnie par les gersois) mais une chose est sure, les communistes de base ne voteront jamais pour une tête de liste EELV. Ils sont pro américains, pro européens, veulent la disparition des nations et des départements. Si on ajoute à ces bonnes raisons politiques le bordel qu’ils mettent à chaque corrida, à chaque ouverture de la chasse avec Bougrin Dubourg, c’est la totale. De plus EELV est fondamentalement anti-communiste.
    Alors camarade Mélenchon, tu dois choisir. Soit EELV, soit le PCF. Tu n’auras pas les deux.

  32. 32
    Eric dit:

    Après avoir écouté Yanis Varoufakis sur le plan B, je me demande qui a compris où il voulait en venir ? Il dit qu'il est contre la sortie de l'euro, que le plan B, pour sa part, il l’appellerait plan X ? Quand il parle de l'expérience Grecque, il dit qu'il avait un plan B : création d'un euro électronique, virtuel (ni bitcoin, ni drachme) pour faire des transactions (lesquelles? À l'intérieur, à l’extérieur ?) à travers une page web et un système d'impôts pour gagner du temps après la fermeture des banques par la BCE, et en suspendant les paiements de la dette à l'UE. Un plan B pour faire pression sur l'UE afin d'obtenir un meilleur accord. Je ne vois pas en quoi ces mesures qui me paraissent obscures auraient changé la situation dans la mesure où le gouvernement Grecque ne contrôle pas plus que les banques le système internet (qui peut être coupé à tout moment) et que cette monnaie électronique devant bien, de toute façon qu'on l'envisage, avoir une valeur dans les échanges, en quoi elle échapperait aux réalités économiques et aux diktats des traités européens , à sa non-viabilité dans les échanges? Ces mesures n'iraient elles pas plutôt à l'encontre du but...

  33. 33
    jean ai marre dit:

    C'est rassurant de savoir qu'une réflexion est lancée sur un plan B. Il est évident que si nous sortons de l'Euro, avec un gouvernement de droite, les choses deviendraient très compliquées. Mais si c'était la gauche qui décidait d'une sortie, ça n'aurait pas la même allure. Il est incontestable qu'il faille préparer, en préparant les différents scénarios. Contrôle des changes, échelle mobile des salaires, contrôle des mouvements bancaires, etc., pour empêcher d'être spoliés.
    Je suis surpris de ne pas lire sur ce blog, le rassemblement (plutôt fusion) entre le PC et la GU. Ce qui va gonfler le nombre de militants communistes et par contre coup peser sur les discutions entre PG et PC. Quelqu'un plus haut a souligné l'absence de tous les leaders sur l'estrade ! Est ce à penser que chacun va rouler pour soit ?

  34. 34
    Respect dit:

    @ Cocu77
    Ne sous-estime pas l’écœurement vis à vis des carriéristes de tous poils pour lesquels la basse politique n'est qu'un moyen de gonfler leur matérialité individuelle. Ne crois pas que parmi eux, ceux qui tiennent des propos "rouges" provoquent moins de dégout. Carrière ne s’accorde pas avec intérêt général! Peut-on être clément avec ceux que l’on soupçonne de nous tromper? Les citoyens se détournent encore plus de ces carriéristes là puisque au départ, il y a anguille sous roche. Au mieux les citoyens s’abstiendront, ce qui fera le jeu des partis de l’alternance (PS et UMP). Et si tous ceux qui veulent s'unir, commençaient à ne plus dire "la gauche" quand ils incluent le PS dans celle-ci. Ce ne serait pas plus clair ? Le PS a viré à droite, complètement à droite.

  35. 35
    derf dit:

    Si on analyse la position d'EELV en Ile de France, Rhône-Alpes, c'est malheureux à dire, mais le Parti de gauche est devenu la variable d'ajustement d'EELV.

  36. 36
    melle delavalliere dit:

    Je pense que tout le monde copie tout le monde mais chez les autre parties ! Si je viens encore dans vôtre blog et que je vote Front de gauche c'est que je suis d'accord avec vous !

  37. 37
    lilou45 dit:

    La semaine dernière les militants communistes du Loiret ont voté à 63% pour la fusion des listes avec le PS au second tour de l'élection régionale. Seule trois sections ont voté contre. Les camarades d'une des sections, dont je suis proche, et qui se sont opposés à cette fusion étaient complètement abasourdis par ce vote. Il faut dire que cette option de fusion est une " idées " de la direction départementale du parti. Le dilemme des communistes réfractaires à la fusion est : comment faire campagne, avec des slogans anti austérité au premier tour et demander aux électeurs de voter pour un parti austéritaire et ultralibéral au second tour. Je ne sais pas quel est le but recherché par les instances dirigeantes du PCF, mais en agissant de la sorte le parti est sur la voie du suicide. Si c'est pour garantir des strapontins à quelques planqués c'est encore plus grave.

  38. 38
    l'écossais dit:

    Salut la tristesse de gauche en France ! Les écossais et les britanniques de gauche semblent se réveiller à l'heure où nous nous posons des questions sur l'avenir du libéralisme de droite. Ces peuples ont des déceptions d'avance sur nous. La finance n'est en rien la clé de nos maux, mais plus sûrement la cause, ils le savent. Les migrants vont bousculer bien des murs que l'on disait infranchissables. C'est le monde qui vacille en ce moment, même si "ses dirigeants" s'obstinent à prétendre le contraire. Et le climat ne va pas plus obéir à un Hollande qu'à un Obama, d'un claquement de doigts. Donc, le pire se préparant, il va falloir passer aux décisions sérieuses. Alors, se demander si c'est un Jean-Luc ou un Pierrot qui sera à la hauteur. Le réalisme de Jean-Luc me semble plus adapté. Tout le monde comprendra, à la fin, que l'avenir appartient à ceux qui marchent !

  39. 39
    cata dit:

    Le plan B devrait être le plan A. On le voit bien, quelque soit le sujet, les ministres allemands débattent, Merkel tranche, Hollande dit "oui, mais... ah non! Bon, d'accord!" et l'Europe applique.
    Pour ce qui est du vin, j'habite dans la région toulousaine et je peux l'affirmer, allez vous balader dans les vignes au printemps, une odeur étrange, venue d'ailleurs, vous saisira aux naseaux et bientôt, le mal de tête arrivera. Alors mille fois oui au vin bio (même pas sur que ce soit une garantie).

  40. 40
    François dit:

    Jusqu'à présent le plan B était un plan de sortie de l'euro et de l'UE au cas où l'UE se dresserait contre l'application de notre programme. Depuis l'intervention de Yanis Varoufakis, le plan B est devenu une nébuleuse. Varoufakis est contre un plan B de sortie de l'euro et de l'UE, son plan B n'étant qu'un plan de pression sur l'UE pour un meilleur accord. La position de Varoufakis a contaminé l'appel pour un plan B en Europe.
    Le plan A qui était la réalisation de notre programme devient «travailler... à une renégociation complète des traités européens.» Le plan B, un instrument de pression «pour dissuader le plan B des forces les plus réactionnaires» et non plus la volonté politique affirmée de sortie de l'euro et de l'UE en cas d'impossibilité de réaliser le plan A au sein de l'UE. L'appel reprend les obscures mesures préconisées par Varoufakis pour faire face au chantage au grexit. Le gouvernement grec ne contrôlant pas plus le système internet que les banques, la monnaie électroniques virtuelle n'aurait rien changé et n'aurait pas échappé aux réalités économiques et aux diktats européens, agissant surtout contre le but recherché par...

  41. 41
    Cocu77 dit:

    Je pense qu’il faut prendre les choses dans l’ordre. La priorité aujourd’hui ce sont les régionales. De mon point de vue il y a plus de points communs entre le PG et le PCF qu’entre le PG et EELV. Sur le fond il n’y a rien qui sépare les communistes de base et le PG. Il y aura encore moins de désaccords pour ces régionales qu’il n’y en a eu pour les municipales. Il faut du temps mais ça avance. Tous les carriéristes lâcheront la rampe quand ils auront été balayés par les urnes. Les communistes de base ainsi que les dirigeants nationaux n’ont aucun problème avec les propositions écologiques du camarade Mélenchon. Par contre ils ne supportent pas qu’on veuille remettre en cause leur culture centenaire. A ce sujet avez vous noté que Cecile Duflot n’a pas dit un mot sur la culture dans son dernier bouquin. Et pour cause, sa seule culture c’est la culture européenne. Donc table rase. Tous pareils et au pas.
    Pourtant la culture c’est le dernier refuge lorsqu’il ne reste plus rien. Si le camarade Mélenchon développe un programme éco-socialiste en nous foutant la paix sur la chasse, la tauromachie, foie gras, etc.. (notre culture), il gagne les communistes et les vrais écologistes.

  42. 42
    Pierre Pifpoche dit:

    Merci pour votre bataille pour l'efficacité de l'union et du rassemblement anti-austéritaire banissant les exclusions !.... Sur cette page comme dans votre interview à Mediapart !... Merci pour le courage.

  43. 43
    dumas catherine dit:

    Allez debout tout le monde. J'essaie de retrouver mon droit de vote dans mon petit village d'où j'ai été expulsée comme une pauvre femme par des gens sans scrupules mafieux. Il faut aller voter pour que comme en Espagne des gens non intéressés à faire du profit sur le dos des autres soient élus. Nous pouvons très bien diriger nos pays sans ces magouilleurs sans foi ni loi. De tous bords il y a un espoir de meilleurs jours à venir. Attention aux cyclones qui malheureusement ne nous apportent que de la violence et de la haine.

  44. 44
    Nicks dit:

    Quand je lis les uns et les autres, je me convainc encore davantage que le rassemblement doit se faire sur un label indépendant des partis, sur des propositions fondamentales à même d'attirer un vaste spectre de la population, mais qui seront à prendre ou à laisser. Il faut être d'une patience d'airain pour continuer à supporter les atermoiements liés aux appareils d'un côté, aux lubies anti-étatistes de l'autre. Ni PC, ni EELV, mais républicains, humanistes et soucieux de l'environnement. Ceux qui veulent couler avec le PS, qu'ils coulent et qu'on s'en détourne une fois pour toutes...

  45. 45
    turmel jm dit:

    @lilou 45
    Chère camarade, nous sommes un certains nombres au PCF à partager tes inquiétudes et ton analyse. Le plus compliqué c'est de pouvoir se comptabiliser dans l'ensemble du parti. Le résultat du Loiret est conforme à l'orientation nationale, il suffit de lire les propos de J Chabalier responsable du secteur vie, qui rapportait devant le dernier CN cette conclusion : Nous affirmons dès maintenant, pas au soir du premier tour, pas plus tard ou jamais, que nous contribuerons au rassemblement au second tour de toutes les listes de gauche capables de barrer la route à la droite et l'extrême droite. Notre grand souci c'est de pouvoir instaurer un débat sur la nature profonde du PS aujourd'hui. Est-il de gauche ou de droite ? N'y a t-il aucune différence entre les lois Auroux et celles de Sapin ? Et pour terminer, Y Chotard ancien dirigeant du patronat français qui s'y connaissait question rapport de force disait : On ne fait pas la même politique économique selon un PCF à 5% ou à 20%. Ceci expliquant peut être cela.

  46. 46
    Citoyen P dit:

    Bonjour, juste un petit mot pour rebondir sur les Corbyn, Bernie Sanders, Podemos (je sais que ces trois personnes et courant n'ont pas tout à voir entre elles) et autres porteurs d'espoir qui sont sur le chemin du combat. La gauche, la vraie celle que les lecteurs de ce blog représentent, entre autres, risque d'arriver bientôt au pouvoir. Peut être en plusieurs endroits du monde. Beaucoup de promesses vont être faites et la droite la plus violente et réactionnaire, largement subventionnée par le Capital, est en embuscade. On l'a vu en Grèce.
    Parfois je me laisse aller à penser que la mascarade du référendum grec n'était qu'une démonstration du capital à notre égard pour démontrer à quel point il n'existe pas d'alternative. Et par effet domino, cela me fait m'imaginer qu'actuellement ce même captial laisse s'installer et revivre les idéaux réellement de gauche pour mieux les écraser et démontrer ainsi leur innocuité. En somme si arrivée au pouvoir il y'a, dans les années à venir, il faudra faire plus que parler. Il va falloir se battre, violemment.

  47. 47
    Fulgence dit:

    Dans ta dernière interview à Mediapart, Jean-Luc, tu déclares: "Il faut à tout prix parvenir à se présenter tous ensemble, avec les communistes, là où nous sommes déjà en alliances avec les écologistes. Il faut faire des additions partout ! Je recommande au PG de ne pas mettre de préalable sur les têtes de liste si cela doit conduire à la division. Inscrivons notre lutte pour l’éthique et la répartition des tâches dans la durée, n’en faisons pas un ultimatum destructeur. Soyons unitaires pour deux : les électeurs nous en seront reconnaissants." Donc, plus de charte éthique, être unitaires pour deux, trois, quatre... sur les désaccords on y reviendra plus tard, après les régionales. Même sur la fusion probable de certains avec le PS au 2nd tour ? Même si une tête de liste PCF cumularde et socialo-compatible nous décrédibilise, nous affaiblit et accroît encore l'abstention ? Sera-t-il encore temps, avant la présidentielle, de procéder aux clarifications devant l'urgence desquelles nous avons reculé quand il était encore temps? Je redoute hélas le contraire.

  48. 48
    Michel Matain dit:

    Pour ces élections régionales, dans toutes les 13 nouvelles régions, les communistes se sont prononcées pour des listes Front de Gauche indépendantes du PS (aux dernières régionales, c'était seulement dans 17 régions sur 22). Virage à gauche. Inversement c'est le PG qui cette fois se prononce dans plusieurs régions pour des listes avec EELV sans et contre les communistes. Virage à droite. C'est dommage : ces élections régionales sont notre dernière chance avant la présidentielle de montrer une alternative possible à gauche. Si nous ne sommes pas capables de faire front uni dans toutes les régions, il ne faut pas avoir trop d'illusions pour 2017. Les divergences réelles entre nous pour les régionales sont minimes et ne pas réaliser l'union à minima au sein du Front de Gauche relève d'une volonté politique de n'avancer à rien. Ni plan A ni plan B. Je n'arrive pas encore à comprendre que le PG accepte les diktats d'EELV pour éliminer les communistes. Il est encore temps de se ressaisir pour présenter un visage commun dans toute la France. Merci Jean-Luc pour les lignes écrites ci-dessus, ça rassure.

  49. 49
    Amstramgram dit:

    Le plan B me semble bien mal parti. Vague, approximatif, flou, sans vrai épine dorsale. Jacques Généreux pense également qu'il faut être plus clair sur le refus catégorique des traités.
    J'ajoute que j’ai de sérieux doutes sur Varoufakis, je ne suis pas la seule, bien sûr. Cet homme ne me semble pas crédible car il manque sérieusement de cohérence. C'est un européiste compulsif qui ne produira que des dérobades au final. Son plan B n’en est pas un. Je n'ai aucune confiance en ses rodomontades vides de sens.

  50. 50
    gelmad dit:

    Un petit éclairage, édifiant, sur le fameux "grexit" où l'on voit, quand même, que tous ces oligarques nous prennent pour des nigauds ! Il est vraiment temps de passer à la 6è République !

Pages : [1] 2 3 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive