21oct 13

La tête dans la cendre

Ce billet a été lu 49 945 fois.

Soudain, l’ancien président du Conseil général de la Corrèze est apparu sur les écrans, le cheveu plus noir que jamais, déguisé en locataire de l'Élysée. Il a parfaitement tenu son rôle en confirmant que la contravention pour mauvais stationnement du car de la sortie scolaire était annulée, que le panneau du stop serait supprimé au profit d’un giratoire, et que la petite Léonarda capturée pendant sa sortie scolaire pourra revenir en France à condition d'être orpheline et d’abandonner ses frère et sœurs. Quelle mascarade ! La monarchie républicaine, la toute-puissance de l'exécutif sous la cinquième République, tout a été mobilisé pour mettre en scène une décision plus absurde que la situation antérieure, et de surcroît sans aucun fondement légal. Dans les couloirs, Manuel Valls se tapait sur les cuisses ! Lui qui, il y a quelques mois encore, célébrait des parrainages d'enfants sans-papiers à la mairie d’Evry, a réussi son retour sur la scène, dans l'uniforme de gendarme de comédie. Sa campagne présidentielle est bien engagée. Il a réussi à rendre transparent l'occupant actuel des lieux et à faire disparaître purement et simplement le Premier Ministre. Lui seul ressort plus fort que jamais de la séquence. De plus, l’ancien président du Conseil Général de la Corrèze s'est collé tous les flics de France à dos en faisant reporter la responsabilité de la situation sur le « manque de discernement » de ceux qui ont conduit l'opération Léonarda. Ainsi selon François Hollande, les dix militaires et les trois agents de la Police aux frontières qui ont été mobilisés pour capturer la jeune fille ont donc commis une faute professionnelle, puisque le discernement fait partie des obligations du service !

Cette semaine s'est achevé le vote des communistes de Paris. 57 % en faveur de l'alliance avec les socialistes, 43 % pour la continuation du Front de Gauche dans la capitale. En fait ce sont 170 voix d'écart. Telle est la conséquence d'un mode d'organisation où chaque ville décide sa stratégie sans tenir aucun compte du reste du pays. De surcroît, ces 170 voix d'écart sont réalisées à plus de 90 % dans deux sections de Paris, celle du premier secrétaire fédéral et celle du secrétaire national. Partout ailleurs le résultat est équilibré ou bien très lourdement favorable au Front de Gauche.

Deux arrondissements de Paris défigurent quatre ans de travail.

Cinq cent communistes ont voté pour le Front de Gauche à Paris. Ils sont à présent consternés. Des milliers le sont dans le pays. Partout où ils dirigent les listes du Front de Gauche et là où ils militent pour elles, les communistes du terrain, les manif_psa_04grognards des batailles les plus dures, sont atterrés. Beaucoup, comme nous au PG, mâchent des cendres. Et tout cela la semaine où le PS a voté la retraite à 66 ans et expulsé Leonarda ! Et alors même que la section communiste des employés de la mairie de Paris a voté à 87% pour une liste autonome ! Aussitôt Anne Hidalgo a triomphé. Des mois de travail pour trouver une faille dans le Front de Gauche sont récompensés. Elle exulte et, ce faisant, elle se trahit : « cette fois-ci c'est fait : la gauche est rassemblée ». Naturellement son intention est de repousser au-delà des frontières de la gauche notre parti. C'est la ligne de Luc Carvounas : « le PG out ! ». L’empêcheur de se tenir par la barbichette est « out » applaudit-elle ! Enfin le vieux monde est reconstitué ! Mais au passage Anne Hidalgo a oublié Europe-Ecologie-les-Verts ! Pourtant ceux-là aussi font une liste autonome ! A ses yeux cela ne compte pas. Je ne comprends pas son comportement. A-t-elle oublié qu’il y aura un second tour ? En juillet, dans le journal « Libération », Pierre Laurent avait annoncé qu'il négociait avec Anne Hidalgo quinze places pour « tenir compte de la nouvelle influence du Front de gauche à Paris ». Il est possible qu'Anne Hidalgo croie en effet qu'avec treize places, un siège de sénateur, et trente et un conseillers d'arrondissement, les électeurs du Front de Gauche lui manif_psa_23seront acquis puisque le PCF a signé avec elle. C'est de la politique à l'ancienne où les mariages d'étiquettes provoquaient des rassemblements d'électeurs. Rien de tout cela n'a de sens à l'heure actuelle.

Car, d’abord, dans ce cas, les étiquettes ne sont pas mariées : de toute façon il aura une liste Front de Gauche derrière Danielle Simonnet. Ensuite parce que les électeurs qui votent Front de Gauche le font pour des convictions qui, dans leurs esprits, ne se mesurent pas en sièges au Conseil de Paris ou au Sénat, surtout accordés par la faveur du prince ! Si Anne Hidalgo ne le sait pas, je pense que les communistes qui ont signé le savent. Maintenant qu’ils se sont engagés dans cette mauvaise passe ils ne vont pas tarder à découvrir le pire. D’abord Hidalgo doit se tourner vers l’électorat centriste d’autant plus fort que la marque « PCF » déséquilibre sa trajectoire. Bon appétit les camarades. Ensuite, le voyage service compris n’est pas gratuit. À chaque « affaire Léonarda », chaque mauvais coup droitier du gouvernement, chaque progrès du Front de Gauche dans la capitale, Anne Hidalgo, leur confiera le rôle de chien de garde. On se souvient comment cet été Pierre Laurent fit sa rentrée en défendant Manuel Valls contre moi. On voit pourquoi et ce qu'il en est aujourd'hui. Et on voit qui avait raison sur le fond. Mais ce n'est pas manif_psa_14le plus important. Autre chose d’important doit être noté. Voyez comment l'accord qui était alors en préparation sur Paris et sur le découpage des nouveaux cantons a obligé le secrétaire national du PCF, qui mène en secret les négociations, à cotiser auprès de ses bienfaiteurs. De même, dans les mois qui viennent, ses camarades sont donc condamnés à un grand écart permanent et à une dislocation politique inexorable. Pour l'instant c'est encore l’heure des petites et grandes perfidies chargées de masquer l'ampleur du retournement de veste. Pour Yann Brossat, l'homme qui m’avait garanti en juin dernier un vote à 80 % en faveur de l'autonomie, le mariage forcé avec le PS serait une « union libre ». C'est le vocabulaire d'un nouveau marié : il a oublié que l'union libre ne demande ni moins d'amour ni moins de fidélité qu’une union administrativement enregistrée ! De son côté, sans doute pour créer par une provocation une diversion, Pierre Laurent affirme sur RTL, sur le mode agressif personnalisant qui est devenu son registre constant à mon égard : «à l'exception du parti de Jean-Luc Mélenchon, toutes les composantes de la coordination du lundi matin ont décidé de continuer le front de gauche ». C’est une manif_psa_11invention pure et simple car naturellement cette discussion n'a jamais eu lieu et le seul qui ait décidé de ne pas continuer le Front de Gauche c'est Pierre Laurent, dans la ville dont il est le sénateur.

J'en reste là. J'ai besoin de réfléchir. À Paris bien sûr la situation est plus simple qu'il n'y paraît. Le Front de Gauche continue avec Danielle Simonnet. Il y aura une liste pluraliste aux élections municipales, des centaines de militants et de sympathisants vont se déployer parmi lesquels il aura sans aucun doute des communistes en nombre. Mais sur le plan national, la situation est beaucoup plus compliquée. La perte de visibilité est terrible pour nous. Elle aide l’extrême droite à se présenter comme la seule alternative au système. Dans l’immédiat aussi le coût de Paris va se payer comptant. Je vois trop bien où et comment, à l’heure où les votes internes des communistes continuent dans beaucoup de villes décisives. Robert Hue doit sabrer le champagne ! Nous ne pouvons-nous résigner à la perte de visibilité en nous astreignant a de nouvelles préoccupations diplomatiques internes. Nous ne pouvons pas non plus accepter la décapitation de notre dispositif national qui résulte de la présence dans une même coordination de personnes candidates sur des listes opposées. Enfin nous ne devons pas nous laisser clouer sur place et nous recroqueviller dans les problèmes importés par les alliances contre nature avec le PS. Il faut continuer à aller de l'avant pour trouver notre jonction avec tous ses secteurs d'Europe Ecologie-Les Verts qui sont en train de constituer, en ce moment même, des listes communes avec nous contre les listes gouvernementales. Il faut donc préparer avec soin et méthode l'étape suivantemanif_psa_03 qui nous permette d'enjamber la difficulté présente. N'oublions jamais qu'à la fin ce sont les électeurs qui décident. Dans cet esprit je présente deux demandes à mes amis et à ceux qui écoutent mes avis. Premier point : ne faites pas ce cadeau à ceux qui nous ont trompés d'en vouloir à tous les autres qui n’y sont pour rien. Cent soixante-dix personnes à Paris ce n’est pas le parti communiste, loin de là ! Ne globalisez pas. C'est seulement une très petite minorité, certes prestigieuse et bien placée, qui nous a abandonné. La dynamique unitaire du Front de Gauche reste ultra majoritaire dans le pays. Restez unis aux communistes du terrain : ils sont membres à part entière de notre famille politique. Ne facilitez pas le travail des solfériniens et des « Huiste » de tous poils en entrant dans des logiques fratricides, les aigreurs, les « textes fondamentaux » et autres pratiques groupusculaires. Deuxième point : tournez le dos séance tenante à tout ceux qui vous proposent autre chose que de reprendre de façon inflexible le travail de conviction sur le terrain pour gagner des consciences, rassembler des électeurs, unir des forces. On se passera sans difficulté de ceux qui ne veulent pas se battre car c'est un soulagement de ne plus sentir leur poids de plomb et leurs intrigues sur nos épaules. Mais ce serait une erreur terrible d'abandonner un seul jour le travail du regroupement des forces qui se libèrent de l'emprise des socialistes par dégoût, lassitude ou rejet intellectuel et moral. Autrement dit : le pire pour nous serait que les solfériniens d'un côté, les opportunistes de l'autre, finissent par dégoûter plus de monde du combat que nous ne serons capable d’en attirer, et pour finir d’augmenter l'abstention dans les rangs des rebelles. La clef de la situation est le grand nombre. Celui-là décide et ce n’est pas toujours comme prévu par les gros malins.


343 commentaires à “La tête dans la cendre”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 »

  1. 1
    Vincent-Royol Pierre dit:

    Cher Jean-Luc,
    Bien sûr qu’après ce désaveux parisien de quelques centaines d’adhérents communistes parisiens préférant assurer (?) l’élection d’une dizaine de conseillers au détriment de la continuation et du renforcement, au moment où il est plus que jamais nécessaire, du grand élan d’espoir qu’a constitué le Front de Gauche pour des millions de gens déçus, dégouttés, anéantis par la dérive droitière, quand ce n’est pas pire, du parti jadis socialiste, la déception et le découragement sont immenses.
    Je pense que ceux qui ont fait ce « choix » (je ne parle sûrement pas de ceux qui y ont fortement incité) n’ont pas mesuré la portée de leur geste, à savoir la décridibilisation, au delà du seul cadre parisien, de la notion même de Front de Gauche, y compris là où des listes autonomes ont été ou vont être constituées. Le choc est tel que la réalité se trouve, par effet de sidération, un moment oblitérée.
    Les communistes, et notamment des milliers de militants sincères prêts à se battre pour enfin une alternative de progrès aux politiques libérales dévastatrices menées depuis des années, vont-ils se rendre compte que sans le Front de Gauche et ses dynamiques ils vont se retrouver renvoyés aux 1,93 % de 2007 (et encore était-ce avec l’irréprochable M-G Buffet, incomparable au si peu charismatique P. Laurent) ? Quel discours national crédible pourront-ils tenir partout ailleurs qu’à Paris où leur alliance de circonstance dément tout ce qui a pû être dit depuis des mois sur la politique désastreuse menée par Hollande et sa clique ?
    Je pense que, face du désastre ainsi créé, il serait bon un temps, au moins jusqu’à Noël, de les laisser seuls, face aux médias, se dépatouiller de cette situation de m… et se recentrer au plan local sur la préparation de l’échéance municipale partout où il faudra présenter un recours de gauche face à la débâcle attendue du PS. Bien cordialement

  2. 2
    Jean-Philippe VEYTIZOUX dit:

    Et quand à Limoges, le seul qui tenait un drapeau du Front de gauche dans la manif des retraites serait un traitre potentiel, on fait comment ?

  3. 3
    galanga974 dit:

    Je ne sais pas ce que vous, Jean-Luc et les autres du PG et du FdG, utilisez en interne pour les qualifier, mais pour moi, Pierre Laurent et Ian Brossat sont des traitres. D'abord, il trahissent le serment de la porte de Versailles : « Avec mes camarades du Front de gauche, nous serons pour toujours la force autonome, indépendante, exigeante, qui ne se marchande pas, qui ne tripote rien sur les coins de bistrot, qui ne s'arrangera avec personne d'autre que le peuple lui-même.» Ils torpillent ainsi la stratégie du Front de Gauche, qui est celle qui a permis le succès aux présidentielles.
    Ensuite ce sont des traitres envers les électeurs qui se sont portés sur le vote FdG, aux présidentielles ou ensuite. Leurs votes (et donc mon vote avec) se retrouve réutilisés, récupérés, pour marchander avec ce parti de droite, voire d'extrême-droite maintenant, qu'est devenu le PS.
    Ils sont aussi, comme c'est bien expliqué dans ce rapide billet, des traitres envers les autres communistes, en France et à Paris. Je plains fortement ces militants PC sincères, ça doit être terrible pour eux, et encore plus quand il faudra de nouveau rencontrer les personnes indignées, en tractant ou en faisant des réunions.

    “J'en reste là. J'ai besoin de réfléchir.”

    Cette phrase me frappe particulièrement, en me donnant un peu d'espoir (me disant que le stratège va bien réussir à trouver comment rebondir)... mélé à beaucoup de crainte (me disant que ce n'est pas possible de rebondir face à un tel coup de poignard dans le dos). Oui, nous avons besoin de réfléchir. Mais d'abord, il faut réussir à contrôler la colère, l'indignation, l'envie de leur mettre de gros coups de pieds aux cul, à ces traitres. Pour moi, ce n'est pas gagné.

  4. 4
    Un limougaud dit:

    @ Jean-Philippe Veytizoux
    Limoges est en effet un cas intéressant. L'exaspération contre le maire socialiste y est telle que la droite pourrait bien lui faire une ombre très sérieuse... dans les quartiers populaires ! Les beaux esprits de gauche dévalorisent la tête de liste de la droite qui est pourtant en train de rassembler tous les mécontentements de l'UMP au FN en passant même par une gauche décolorée qui n'en peut plus de Rodet comme de la politique du gouvernement. Cette drôle de mayonnaise est en train de monter, je le regrette amèrement, et je regrette encore bien plus que le FdG local ne semble pas prendre pas la mesure du ras le bol général et ne se montre pas à la hauteur de la situation !

  5. 5
    Doussin Laurent dit:

    Même si le vote des communiste parisiens s'explique en partie, dans certains arrondissements, par l'attitude quelque peu autoritaire des membres du PG, beaucoup de communistes, et j'en suis, sont consternés par cette incroyable faute politique. Ce que dit Jean-Luc Mélenchon est imparable. Ian Brossat peut développer la meilleure argumentation possible, il n'arrivera à convaincre que lui et ses potes n'ont pas été à la soupe. Cela va provoquer un grand débat dans le PCF, qui je l'espère, renforcera, in fine, le Front de Gauche.

  6. 6
    Poum dit:

    De nouveau, question à 2 sous. Qui aurait été la tête de liste de la liste FdG avec le PCF à Paris ? Répondre à cette question donne une clé pour comprendre une partie du vote des militants !

  7. 7
    Syl dit:

    Finalement on voulais faire une autre politique donc avec cette scission c'est le moment de tenter un fonctionnement différent, Le PS va avoir à se traîner la casserole du mot communiste. Car malheureusement ce mot est négativement chargé et je pense à plombé la croissance du Front de gauche. Je rends hommage à tous ce que les communistes ont contribué à édifier et je souhaite que ceux qui restent au Front de gauche puisse accepter de ne plus se nommer communistes cela autour de moi faciliterai la venu de nouveaux adhérents.
    Bonne journée.

  8. 8
    Patrick LEVALLOIS dit:

    Je ressens la décision des Communistes à Paris comme une trahison. Je suis extrêmement déçu, mais le simple fait qu'il ait posé la question des alliances aux municipales m'a déjà fait réagir. J'ai quitté le PC. Car pour moi la seule alliance possible est au Front de Gauche. Le Front de Gauche est la seule alliance qui nous sortira du pétrin.

  9. 9
    Charles dit:

    Voilà! Qu'il est bon de voir, de ressentir cet accord de fond sur la ligne à suivre. C'est vraiment remarquable et un vrai plaisir de pouvoir se reconnaître dans un discours, un billet.
    "On ne lâche rien!" ne saurait être plus d'actualité. C'est dans la difficulté que l'on fait ses preuves, dont acte!
    Autre satisfaction, plus égoïste encore, celle de voir que mon instinct ne m'avait pas trompé sur Brossat, et qui m'a poussé à venir donner un coup de main aux Lilas plutôt que sur ma section locale l'année dernière, et du coup m'enlève un sacré poids pour les municipales, parce que cela me chiffonnait vraiment de voter pour lui, bien qu'il se réclamait du FdG. Je ne voyais vraiment pas en quoi il me représentait. Maintenant, à la construction d'une force allégée de ses éléments les plus faibles, vacillants et si sensible au chants des sirènes.
    Merci Jean-luc de ce billet clair, concis, mais totalement humain. Une fois de plus, bravo!

  10. 10
    Stockholmare dit:

    Oui, il y a des militants PCF qui se sentent trahis, mais qui les empêchent de quitter ce parti ? Ce n'est pas compliqué, ce n'est qu'une étiquette, un parti. L'important, ce sont les convictions, pas les étiquettes.
    670 personnes ont voté pour une alliance PS-PCF, 110 101 personnes, à Paris, ont voté JL Mélenchon à l'élection présidentielle 2012. Ces 670 traitres, ce n'est rien. Nous ne nous trompons pas, ne rentrons pas dans les petites considérations d'appareil, l'important, ce sont les 110 101 Parisiens, et, au-delà, les 4 millions de français, qui ont choisi la Révolution Citoyenne. Et tous ceux prêts à nous rejoindre.
    Etant donné le lourd passif du PCF, je ne comprends pas comment il peut y avoir encore des citoyens qui sincèrement y prennent une carte. Oui, le Front Populaire, la Résistance, le Conseil National de la Résistance, mais on ne vit pas dans le passé. Nous, citoyens, qui ne sommes pas des encartés, ne sommes pas des moutons amnésiques, c'est bien pour cela que le PCF, en 30 ans de trahison au profit du PS, est passé, électoralement, de 25% à environ 1% des voix. Un fossile mort. Un boulet au pied du FdG (c'est pour cela que j'ai voté Mélenchon aux présidentielles mais boycotté le candidat PCF sous-fifre du PS aux législatives - faut pas nous prendre pour des billes!).
    En bref, si le FdG ne veut pas essuyer un sévère revers aux Municipales et aux Européennes, il est très urgent d'agir. Le FdG ne peut pas continuer avec le PCF, il en va de sa crédibilité, et, donc, de sa survie. N'oublions pas tous les camarades qui veulent nous rejoindre, Verts "dissidents", NPA, et, surtout, tous les citoyens, non-encartés et allergiques à toutes les petites magouilles d'appareils.
    La Révolution Citoyenne est là, elle se fera, avec ou sans FdG. J'espère sincèrement que nous n'aurons pas à perdre d'avantage de temps à tout reconstruire, et m'abstiendrai de tout vote FdG tant que le PCF y sera associé. N'ayons pas peur du coup de...

  11. 11
    mimi dit:

    Exactement cher J-Luc ne nous obstinons pas à nous désolidariser de nos camarades et amis communistes que nous avons soit dans la famille, amis, voisins. Les paroles de Pierre Laurent c'est du pipi de chat à côté et oublions Robert Hue une bonne fois pour toutes et comme disait ses anciens communistes, ne tombons pas dans la provoc'.
    J'ai suffisamment fréquenté le PC pour savoir que leurs élections internes étaient louches en fonction de leur direction et à mon avis, en cellule, si çà existe encore, çà doit chauffer. Ne pas se sentir trahis c'est avancer un peu plus vite et laisser le temps au temps car les municipales c'est dans 5 mois, y a déja fort à faire avec les versatiles solfériniens.
    Bonnes journées a vous tous.

  12. 12
    Denis Vitse dit:

    Comme cela a été dit plus haut: "J'en reste là, j'ai besoin de réfléchir" est certainement la meilleure des réactions à adopter, pour l'instant.
    Cher Jean-Luc, faites comme vous savez si bien faire, quand la situation est tendue. Soyez franc, dites votre analyse, de manière claire et abrupte ! D'aucun se cacheront tandis que d'autres s'y reconnaitront.
    Sincères salutations, camarade

  13. 13
    arlette jaëgly dit:

    Je ne suis plus parisienne, mais toujours communiste de conviction car pour moi être communiste c'est d'abord des idées, pas un suivi de la décision d'une poignée de militants, ce n'est plus le temps d'une démocratie aveugle ou l'ont suit les directives de dirigeants pas assez à l'écoute de la base et ce depuis Hue donc je vote pour celui qui me semble le mieux a même de rectifier le tir et dans ma province d'adoption je voterai front de gauche si il sont là, et, sur Paris j'aurai voté FdG. Hidalgo n'est pas Delanoë, loin s'en faut, car le maire de Paris a fait du bon boulot pour ma ville d'origine et rectifier bien des choses après les passages de Chirac et de Tibéri, et bien des frondeurs parisiens communistes auront la même réaction. Je connait bien ceux de ce qui étaient de ma cellule et ça va discuter dur.

  14. 14
    La Renaudie dit:

    N'oubliez pas que le Limousin a toujours été une terre de rébellion, mais qui a trucidé, déjà sous la volonté de la direction du parti, le merveilleux résistant et militant Guinguoin. Limoges a toujours été menée par les cathos et la petite bourgeoisie, même si le peuple ouvrier se faisait lire Zola et Hugo dans les usines par leurs enfants nouvellement lettrés.
    Dans cette ânerie parisienne, ce qui me fait le plus peur, c'est que cela enlève l'espérance d'un peuple en inquiétude et renforce des attitudes socialement suicidaires. Je dirais même qu'encore pour les dirigeants du PCF, l'anarchie de gauche (de type Guerre d'Espagne) est pire qu'un bon fascisme en bon ordre. Étant d'origine limousine, de famille militante rouge depuis - c'est à dire des origines- toujours et d'élus communistes, je mesure mon propos.
    Réfléchir ! Oh oui ne pas faire perdre les chemins de l'espoir - je vis à côté des usines Doux en Bretagne centrale, dans un Finistère bien rose libéral, et là aussi je mesure mon propos.

  15. 15
    carlo dit:

    Il faut continuer à aller de l'avant pour trouver notre jonction avec tous ses secteurs d'Europe Ecologie-Les Verts qui sont en train de constituer, en ce moment même, des listes communes avec nous contre les listes gouvernementales.

    Je comprends très bien cette stratégie: le FdG doit se renforcer; les Verts en délicatesse avec leur parti sont des personnalités estimables...
    Mais je crains que privilégier ce type d'alliance ait pour effet principal d'inciter les classes populaires -qui sont l'électorat naturel du FdG- à se tourner davantage encore vers le FN.
    Pour éviter cela, il conviendrait d'être beaucoup plus offensif sur l'Europe en reconnaissant enfin que l'euro pénalise notre économie, qu'une mutualisation des dettes est incompatible avec le principe de la souveraineté budgétaire auquel nous sommes légitimement attachés, qu'une augmentation des budgets nationaux est préférable à une augmentation du budget européen...

  16. 16
    Charles dit:

    @Poum
    Je ne pourrais pas l'affirmer catégoriquement, mais pour ma part, au vu de ce qu'il s'était dit lors des réunions, j'avais compris (à tort, peut-être) que c'était Ian Brossat qui serait/réclamait la tête de liste, ou du moins, qui était présenté plus ou moins comme tel. Pour rappel, cet article du Monde, daté du 10 juillet.

    @Stockholmare
    Je comprends ta position, mais ne suis pas d'accord. L'objectif, pour moi n'est pas tant un jeu d'étiquettes, d'appartenance ou de constitution, de force du FdG, mais la mise en œuvre du programme "l'humain d'abord". Le FdG est à cet égard, un moyen, le moyen principal, certes, mais qu'un moyen. A partir de là, que les militants réels du FdG soient encartés au PC, à EELV, au PS ou ailleurs, cela m'importe peu, du moment qu'ils sont honnêtes et actifs.
    Il y a quelques années, j'étais syndicaliste, et je peux t'affirmer qu'à l'époque, je préférais de loin travailler avec un salarié encarté à l'UMP, mais qui faisait le travail nécessaire et était franc et honnête, qu'un salarié encarté au PS, mais veule et servile, pas franc du collier. Et je te parle d'expérience, de vécu! (Ce n'est pas arrivé souvent, j'en conviens, mais cela m'a vraiment marqué!) Qui serions nous d'exiger d'un camarade qu'il lâche sa carte du parti pour avoir le droit de nous aider à appliquer le programme ?
    Enfin, il me semble important de rappeler que ce programme ne nous appartient pas vraiment, puisqu'il est destiné à être celui de tous, il faut bien accepter que d'autres se l'approprient, quand bien même ils auraient une étiquette déplaisante à nos yeux, non?

  17. 17
    olivier dit:

    Par qui à été investie Danielle Simonnet pour porter la liste du FdG ?
    Paris n'est pas la France. Et puis quand même cher camarade 43 % (lors d'une élections interne au PC, c'est énorme) on votés pour la liste FdG. Il n'y a pas le feu au lac, les communistes resteront dans le front de gauche et Paris sera l'exception. Ressaisissez vous et regardez la France entière, ne focalisez pas sur Paris.

  18. 18
    rayana dit:

    "Nous ne pouvons pas accepter la décapitation de notre dispositif national qui résulte de la présence dans une même coordination de personnes candidates sur des listes opposées".
    C'est bien le problème, et pas seulement à Paris. Je ne vois pas comment nous pourrons travailler sereinement tous ensemble en coordination FdG départementale avec les élus communistes qui rejoignent le PS afin de tenter de conserver leurs postes (qu'ils perdront de toutes façons chez nous, car s'associant à un PS solférinien à la ramasse et ayant en face une vrai liste de gauche). Nous allons faire campagne les uns contre les autres pour les municipales dans les grandes villes (les actions communes sont d'ailleurs momentanément interrompues par le PC). Comment pourrions nous nous retrouver aux européennes, et plus tard ? Comment sortir par le haut de cette triste situation ? Moi aussi j'ai besoin de réfléchir. En attendant je ne lâche rien, et me battrai avec la liste autonome pour porter nos idées lors des prochains scrutins.

  19. 19
    Poum dit:

    @Charles
    Et bien moi, je pense que D. Simonnet et le PG convoitaient la tête de liste depuis le début. Il ne faut surtout pas croire que les logiques d'appareil et les ambitions personnelles ne concernent que le PCF ! Finalement, la question qui nous est posée est celle de la République des partis !

  20. 20
    Stockholmare dit:

    @Charles:
    Disons que déjà je ne comprends pas ce besoin de s'encarter quelque part. Par expérience, je peux dire que les encartés sont très souvent préoccupés par défendre leur "club" et ses intérêts, avant tout autre chose. L'aberration du vote PCF Paris le montre bien: des moutons qui font ce qu'on leur dit. Quand je parle de lâcher la carte, je dis, en d'autre termes: passer du stade de mouton obéissant à celui de citoyen libre et critique. Je ne suis encarté nulle part, et ne le serai jamais. Je reste totalement libre de mes choix, votes, etc. La ligne rouge à ne pas dépasser pour moi, sacrifier l'intérêt collectif à des petits intérêts privés (un poste, une bonne place, etc).
    Si j'ai voté FdG, c'est bien pour son programme, L'Humain d'abord, et contre toute la mafia droitière en place (PS, UMP, FN). Je ne peux donc fort logiquement pas voter pour une formation (le FdG) où est présent un parti qui se vend au PS. Malgré la sincérité de quelques militants, etc. Dans les moments décisifs, tout le pouvoir est confisqué par un poignet de personnes qui se trouvent tout en haut de la machine, qui en usent et abusent. Si en haut de la machine on se retrouve avec des Pierre Laurent et autres Brossat, toute la sincérité de quelques militants n'y fera rien, malheureusement.
    Enfin, comme je le disais, et je tiens à le souligner, les militants ne représentent pas grand monde, le plus importants, c'est nous, la multitude de citoyens qui avons voté JL Mélenchon, et qui en avons marre de vieux moules et vieilles combines. Sans électeurs, une candidature n'est rien.

  21. 21
    polnareve83 dit:

    Folie douce. C'est un scandale de s'allier au ps des le 1er tour, voir le second. Front de gauche partout ou c'est possible car le PS va se prendre une sacrée rouste, vue sa politique désesperante et nulle !
    De plus on n'a plus grand chose avoir avec ce PS qui continue à vouloir nous bouffer encore une fois des mairies et même à rogner des positions communistes. Je ne comprend pas cette attitude suicidaire sur Paris.
    Et le pire c'est que le PS avec leur amis vert vont mélanger leurs voix à la droite pour à nouveau nous bouffer. On est complétement maso. Bref je suis dégouté.
    Maintenant voyons d'autres villes ou ça coince, comme Dieppe ou une liste PS vert et PG contre le maire communiste qui a fait un bon boulot et Aubagne PC, PS et Modem contre une liste PG et une liste vert. C'est a plus rien comprendre ! On va à la cata.
    Il faut prendre un peu de recul pour analyser tout cela car l’espérance est dans le Front de gauche avec 85% de communistes. Je pense que ça va bouger dans les semaines à venir et que chacun va se ressaisir car le combat va être rude.

  22. 22
    Lilly54 dit:

    Bonjour Jean-Luc, bonjour Amis. Beaucoup d'amertume dans ce billet mais encore beaucoup de courage et de volonté. Oui, nous avons tous besoin de faire une pause. Laissez les communistes régler leur problème individuellement et collectivement. Il est de taille. Et suivons les conseils de Jean-Luc à la fin de son billet."ce serait une erreur terrible d'abandonner un seul jour le travail du regroupement des forces qui se libèrent de l'emprise des socialistes par dégoût, lassitude ou rejet intellectuel et moral. Autrement dit : le pire pour nous serait que les solfériniens d'un côté, les opportunistes de l'autre, finissent par dégoûter plus de monde du combat que nous ne serons capable d’en attirer, et pour finir d’augmenter l'abstention dans les rangs des rebelles" Courage à tous !

  23. 23
    FDG69 dit:

    La Liste Simonnet comme nouvel Horizon ! En effet, je trouve que Jean-Luc Mélenchon est trop négatif dans son analyse et donne par exemple bien trop d'importance aux personnes (comme Robert Hue) qui travaillent à détruire le FdG au profit du PS solférinien.
    D'un autre coté sans sans rendre compte, Jean-Luc Mélenchon apporte la clé du Problème de séparation avec certains élites PCF. la Clé est se sont les électeurs qui souhaitent une séparation claire avec le PS. du moment où cette séparation sera identifié, les électeurs seront votés pour la Vrai gauche. par contre en effet mme Hidalgo aura du mal à regrouper sur sa liste les électeurs de gauche (même avec la caution de P Laurent).
    Il est important de garder la ligne, pour qu'a terme les électeurs sachent où ce trouve le vrai centre de gravité à gauche et comme souvent le basculement d'un centre de gravité peut être obtenu d'un simple grain de sable.
    Notre objectif, je le répète est de garder notre cohérence. les éditorialistes, la mme Hidalgo, les aléas prévisible d'un Pierre Laurent trop proche du pouvoir solférinien et donc en voie de suivre Robert Hue, ne m'intéresse plus. Je souhaite que les Communistes sachent qu'on les abandonne pas et qu'il garde leur identité, même en votant pour Danielle Simonnet (notre candidate).
    Par contre, à l'avenir, je ne souhaite plus que Jean-Luc Mélenchon rencontre et parade avec mr Laurent. Personnellement, je pense que d'urgence une réunion doit structurer la futur ligne pour la campagne des Européennes, sur un ligne indépendante à 100% du leader Communiste Pierre Laurent. Le PG, La Fase, la GU peuvent créer les conditions d'une liste plus libre et plus clair.
    J'aurai à l'avenir du mal à soutenir un FdG égocentré sur le leader actuel du PCF qui ne représente pas la majorité du FdG (loin s'en faut) donc pour les élections Européennes j'appelle Jean-Luc Mélenchon à créer les conditions d'un rassemblement sur une nouvelle alternative plus à gauche.

  24. 24
    Patrice L dit:

    Pas très glorieux cette décision des militants communistes de Paris. La gamelle prime sur les idées ! Comment faire liste commune avec un parti qui approuve la ligne économique désastreuse de ce gouvernement, prolongement de la politique de Sarkozy au service des marchés financiers. Il faut que les Parisiens qui veulent une gauche forte vote pour la liste du Front de gauche, seule représentante de la gauche traditionnelle et de ses idéaux.

  25. 25
    alain bobards dit:

    Pierre Laurent est le digne fils de son père, trahissant la vraie gauche pour un plat de lentilles et, surtout, pour sauver son siège de sénateur.
    La consolation qu'on peut avoir, c'est de se dire que l'épaisseur des couleuvres qu'il va avaler restera sur l'estomac du PC dans son ensemble. Ca donnera à réfléchir à son bureau politique et le ramènera, espérons-le, à des convictions mieux ancrées !

  26. 26
    Hélène Lacheret dit:

    Poum,
    je ne comprends pas votre commentaire et il est blessant. Dans de très nombreux endroits, nous manquons de candidats prêts à porter les listes de la révolution citoyenne. Danielle Simonnet y va à Paris, en notre nom à tous, pour nous donner une visibilité et vous employez des mots comme : "convoiter", logiques d'appareil", "ambitions personnelles"…
    Et vous, où vous placez-vous dans ce combat ?
    Quant à la République des partis, je vous invite à vous rappeler que nous militons pour la sixième république et que pour la faire advenir, il n'y a pas d'autre moyens que la conquête des institutions actuelles ou la révolution dans la rue. Je préfère la première solution. Mais le choix de 57% de militants PCF de Paris la rend plus difficilement accessible pour nous tous, c'est-à-dire les 4 millions d'électeurs ayant choisi le FdG à l'élection présidentielle.

  27. 27
    Nicks dit:

    @Syl91
    Comme je le disais hier soir, je ne crois pas que le FdG, du moins Jean-Luc Mélenchon dans ses propos, qu'on a pu encore entendre hier soir, soit dans l'angélisme. L'idée est de prendre la politique migratoire dans son ensemble et d'agir en amont pour ne pas interdire le développement des pays d'émigration, car c'est bien le manque de perspectives économiques qui jette les populations sur les routes de l'exil. S'en tenir uniquement à la politique sécuritaire, en oubliant au passage l'idéal universaliste de notre république, c'est non seulement démagogique, mais de plus inefficace. Cela dit, je suis d'accord pour constater que l'unique ressort de l'humanisme n'est d'aucune utilité pour convaincre les citoyens tentés par la répression. Encore une fois, il faut revenir à l'idée de république, à sa générosité mais aussi à son ordre.

    @Stockholmare
    Une organisation politique a tout de même besoin de l'argent des cotisations pour vivre, bien que l'on puisse envisager d'autres types de contributions. Mais je vous rejoins sur la toxicité des réflexes de parti. Poum l'illustre en parti en laissant entendre que le Pg souhaitait la tête de liste en cas d'autonomie votée par le Pc. D'une part il me semble qu'aucune discussion à ce sujet n'a eu lieu officiellement, pour la bonne raison que le PC tractait déjà avec le PS en juin, d'autre part, quelle importance que telle ou telle étiquette soit représentée si le programme est celui du FdG ? En ce qui me concerne, je vote les yeux fermés pour toute personne qui s'en réclame et en garantit une application intègre.

    Enfin, je crois moi aussi que tous les militants PC ayant voté pour l'autonomie devraient par cohérence se tourner vers la candidature qui les représente, au delà de telle ou telle appartenance. C'est comme cela que le FdG progressera.

  28. 28
    SandrineN dit:

    Jean-Luc, c'est un coup dur pour le FdG, on n'avait pas besoin de ça, mais je garde espoir car nous avons un programme solides, des solutions pour tout, des arguments en béton, et de plus on attire certains d'autres partis. Ce ne sont pas trois pécores du PCF ayant choisi le PS qui vont faire leur loi au FdG !
    Pour ma part, je souhaiterais que P.Laurent ne fasse plus parti du FdG et s'en aille directement là où le vent le mènera c'est à dire au pays des solfériniens ou plus à droite si affinités. Je trouve scandaleux qu'il n'ait même pas eu la décence lui et ses neuneus d'électeurs à Paris, de penser au cas de la petite Léonarda. Oust, du balai ! J'espère que tu tiendras le coup, je sais que tu peux et tu raisonne très bien. Tu es dans le vrai !
    Et ce serait dommage que des FdG s'en aillent uniquement pour ce qu'il vient de se passer. Le FdG a besoin de nous. On doit continuer à faire vivre nos idéaux. Lorsqu'on a des rêves et de bons arguments à l'appui on est censé combattre tous les diables et défendre bec et ongles notre avenir. Quitter le FdG serait la pire erreur !
    La lutte continue Jean-Luc. Courage !

  29. 29
    Franck dit:

    Jean-Luc évoquait précédemment l'atmosphère d'automne…
    Vient alors l'hiver, où on peut reconnaitre les arbres qui ont gardé leurs feuilles et ceux qui les ont perdu.

  30. 30
    Triple A dit:

    @Stockholmare
    "les militants ne représentent pas grand monde, le plus importants, c’est nous, la multitude de citoyens"

    Je voulais juste rappeler que ce sont les militants qui font le travail indispensable sur le terrain, sans lequel il n'y aurait pas d'affiches collées, de meeting organisés, de débats tenus, de programmes rédigés, de livres imprimés, de tracts distribués, de manifestations mises sur pied, etc. bref, de visibilité, tout simplement. Devenez militant, vous verrez tout ce qu'il y a à faire et tout ce qu'on peut faire. Respect, donc, aux militantes et militants qui consacrent de leur temps sur le terrain (et pas seulement sur internet). C'est normal qu'ils aient le droit de vote dans la structure où ils et elles militent.

  31. 31
    rayana dit:

    @syl91 (12):
    J'aurais compris ton questionnement concernant les flux migratoires et ce que nous en disons au FdG, avant que je commence à me pencher sur la question. L'europe est vieillissante, et nécessitera pour sa survie d'ouvrir ses frontières à des millions d'immigrés. Ces immigrés viennent pour la plupart de pays où la vie est impossible, ruinés par nos guerres, nos multinationales ou les catastrophes climatiques. (150 millions de personnes déplacées par an). La plupart de ces migrations se font sud -sud. N'oublions pas non plus les deux millions de nos concitoyens qui vivent à l'étranger. Bref, le sujet est complexe alors qu'il est largement simplifié et instrumentalisé, et demande une approche beaucoup plus informée des réalités. Je n'ai pas le lien, mais hier sur France Inter vers 12h30 un intéressant débat sur le sujet avec des invités non politiques qui permet de mieux comprendre le positionnement du FdG. Fraternellement.

  32. 32
    proletaire dit:

    Comment peut-on combattre la politique solférinienne tout en s'alliant avec le parti ? C'est de la schizophrénie ! Dans les moments de turbulence, il faut garder l'objectif dans le collimateur, rester concentré sur nos idées, notre programme et serrer les coudes !

  33. 33
    Poncet dit:

    J'agrée totalement. On dirait du Sun Tzu.
    Quant à Stockholmare, je ne sais que lui répondre. Que le PCF n'est pas qu'une étiquette ? Qu'on ne quitte pas un parti de 100 000 camarades à cause de 170 qui n'ont pas osé se confronter à un membre éminent de leur section ? Que le PCF n'est pas, justement, que son passé ? Qu'il a déjà commis tant d'erreur qu'une erreur de plus n'est pas un motif suffisant -nous parlons bien d'une erreur tactique, et qui va se payer cher ; mais ce n'est pas encore un renoncement idéologique ? Que s'il fallait quitter un parti à chacune de ses erreurs, pour en rejoindre un qui n'a pas encore eu l'occasion d'en commettre beaucoup, il y aurait dans ce pays autant de chapelles que de militants ? En que si le Front de gauche pouvait exister sans le PCF, verrait-il comme il l'a vu autant d'affiches appelant à voter pou Jean-Luc, en 2012 ? Car non, Stockholmare, les affiches ne se collent pas toutes seules...
    Que l'on peut quitter l'extrême gauche en décembre 1995 pour rejoindre le PCF, en sachant parfaitement ce que l'on fait ; mais si Stockholmare ne comprend pas cela, à quoi bon lui répondre ?
    Je ne sais pas de quoi l'avenir sera fait ni de quel façon le congrès de mon parti va traiter cette part du bilan du mandat en cours. Mais aujourd'hui, je ne vois aucune raison adulte de décider que je le quitte. Et je ne suis pas le seul dans ce cas. Il te faudra partager le Front de gauche avec les communistes encore longtemps.

  34. 34
    Michel E. dit:

    Il me semble que Pierre Laurent ne veut pas réellement défier le PS. Lui et plusieurs autres de la direction du PCF ont dû penser que le PG ne défierait pas le PS vraiment, maintenant ils voient que toutes les autres composantes du Front de gauche sont sérieuses, alors que pour eux le Front de gauche semble avoir été un choix tactique pour bloquer le NPA après qu'Olivier Besancenot se soit imposé aux élections présidentielles de 2002 et 2007. Le plus grave n'est donc pas l'effet que le soutien au PS à Paris a auprès des électeurs, mais ce dont cela est symptomatique. C'est symptomatique d'un parti que beaucoup de gens ont fui et où la culture est de suivre le secrétaire national quoi qu'il en soit. Un tel parti n'a rien à voir avec l'éthique d'un vrai Front de gauche.

  35. 35
    Rolland dit:

    Tout à fait d'accord avec Olivier. Je souhaite fortement que Paris reste l'exception. En réponse à la focalisation de l'ensemble des médias sur Paris, faisons connaître toutes les villes où le Front de Gauche se présente uni et autonome dès le 1er tour. Le combat continue !

  36. 36
    sergino dit:

    Le talon d’Achille du PC cède. Cela crée un imbroglio politicien au sein du FdG. Mais celui-ci doit continuer d’avancer sur le chemin des idées tracé depuis quelques années avec le soutien et l’espoir de millions de gens, électeurs libres de leur vote. Pour les municipales, il y aura donc des listes FdG unies de toutes ses composantes et parfois élargies à d’autres progressistes et l’espoir de très bons résultats voire de possibles victoires locales, mais aussi des listes FdG « éparpillées façon puzzle » avec certains qui s’allient avec le PS, atteints du syndrome de Stockholm.
    Suis un simple citoyen électeur de Montpellier… où se trame en coulisses le même processus qu’à Paris, si la base locale du PC cède aux injonctions de la direction départementale. Affaire en cours…
    Et ce simple électeur libre se positionne selon ses convictions. Quelles que soient les « consignes », au premier tour, je voterai FdG, uni ou éclaté, au second tour, je revoterai FdG car nous pouvons gagner à Montpellier !
    Mais si la déception, une nouvelle fois, l’emportait, je ne voterais pas pour une alliance contre nature avec le PS. Plus jamais ça, quelle que soit la configuration. Ce serait abstention.
    En résumé, et pour toutes les élections, FdG autonome du PS et de ses vassaux, sinon rien. Je pense que beaucoup de citoyens électeurs trancheront ainsi.

  37. 37
    rodfab dit:

    J'étais persuadé que les militants PC de Paris voteraient l'autonomie. Grosse déception. En même temps il faut se dire que ça permet à Danielle Simonnet d'être tête de liste et là on peut dire que c'est une grosse satisfaction.

  38. 38
    Stockholmare dit:

    @Nicks:
    Oui, une organisation politique a besoin de fonds, il y a eu une nécessité historiquement sur ce point, dans les années 20 et 30, surtout. Mais, aujourd'hui, doit-on approvisionner en fonds des organisations qui nous donnent des coups de couteau dans le dos à répétition? Qu'il s'agisse du PCF, qui tapine pour le PS depuis fort longtemps, ou certains syndicats qui se font lubrifier à coups de millions par Gautier-Sauvagnac et tout le patronat derrière lui.
    Je pense avoir clairement récusé la question des étiquettes dans mes précédents message, mais, au-delà de cela, il y a la question de la lisibilité: comment savoir que tel PCF qui se trouve sur tel liste FdG est intègre et ne joue pas le jeu de la direction nationale? Comment être sûr qu'il n'ira pas se vendre au PS le moment venu, surtout vu le très très lourd passif du PCF à ce niveau-là? La seule solution, c'est un FdG sans PCF, faute de quoi nous courrons au désastre. Je suis confiant que tous nos camarades liés au PCF qui sont sincères, et refusent l'alliance avec le PS, nous rejoindront.
    Car, au fond, si l'on observe les luttes menées ailleurs, ou même plusieurs mouvements récents en France, comme le mouvement des intermittents en 2003-2004, on voit bien que partout les citoyens s'émancipent des vieux moules (partis, syndicats...), pour créer de nouveaux outils de lutte collective, plus horizontaux, et donc démocratiques.

  39. 39
    Revelard dit:

    Bonjour,
    Ormis quelques écarts lyriques, j'aime beaucoup ce que vous faites, comme on dit, dire et écrire, et je suis toujours très heureux de trouver exposé d'une manière claire ce que je ressens.
    Bref, Notre Gorbatchev parisien ira au bout de son oeuvre, et, comme le disait Alain Badiou, il sera possible à ce moment là de repenser la notion philosophique du communisme, et de lui constituer une organisation sociale efficace.
    Bon courage.

  40. 40
    Sophie Clerc dit:

    Emission Tous Politiques; Naguère, lorsque Jean-Luc Mélenchon évoquait la possibilité d'assumer la présidence, les journalistes se permettaient de sourire. Maintenant, ils ne sourient plus du tout, ils ne contestent plus du tout, ils ne réagissent même plus. Le visage crispé, avec des éclairs de dépit, ils consultent fébriblement leurs papiers, et leurs questions mal intentionnées ne sont que péroraison d'arrière-plan. Ils sont échec et mat à chaque question, ne répondent pas, et passent à la sottise suivante. Ils peuvent être deux, trois, ils ne trouvent pas la faille. L'interviewé connaît ses dossiers à la perfection - au contraire d'eux - et son esprit est beaucoup plus rapide que le leur. La goutte creuse la pierre. Il faudra encore du temps et de la patience, beaucoup de patience, mais la raison - sous la pression de l'échec de la politique dlaustérité et la pression des besoins humains - l'emportera.

  41. 41
    vm dit:

    Tous nos espoirs, tous nos efforts, pour soutenir la liste conduite par Danielle Simonnet à Paris, et ailleurs, les listes autonomes du Front de Gauche !

  42. 42
    luz11 dit:

    Excellente prestation de JLMélenchon hier soir sur France Inter, surtout qu'il avait une meute journalistique aux trousses !
    Excellente explication sur l'affaire Léonarda et l'immigration. Ce qui provoque ce phénomène est la libre circulation des marchandises. Il faudra expliquer encore et encore ceci pour contrer le FN. [...]

  43. 43
    thersite69 dit:

    J’approuve les propos de Charles 13 (8h 58). Cependant s’agissant de municipales, je pense qu’il faut s’appuyer, quelles que soient les stratégies retenues (dont nous déplorons tous ici les contradictions mises en évidence) moins sur le programme présidentiel « l’Humain d’abord » que sur le programme municipal. Une généralité des intérêts communs à l'échelon local.Je rappelle ici celui élaboré par la Convention récente du PG. Il n’apporte pas de proposition originale, mais rassemble toutes les propositions venant de gauche, d'horizons divers, pour relocaliser l’économie (coopératives, transports locaux, etc..) et pour rétablir le « bien vivre »en réponse au cahot créé par un système social capitaliste incapable d’avenir écologique, démocratique, social. Ces mesures proposées jusqu’ici de manière séparées, dans toutes sortes de domaines, prennent sens comme front propositionnel général. Elles ne cherchent pas l’adhésion de gens déjà convaincus. Mais elles s’adressent à l’ensemble des électeurs de droite et de gauche et montrent qu’il y a des propositions d’actions locales. Mais, de quelque origine idéologique qu’elles viennent elles sont toutes irréalisables (relocalisation du travail,, transport, préservation des biens communs, nourriture saine,déchets, logement etc) sans remise en cause radicale de politiques de financement qui de plus en plus depuis 40 ans confient aux intérêts privés l’organisation de la vie publique. Et sans renoncement aux politiques dites d'austérité. Alors ils sont forcément de gauche!
    Faire que les programmes de gauche dépassent les vieux secrets de famille et les conflits entre partis politiques,voilà l'essentiel ! Un groupe n'est pas, par décret, de gauche. Ni son discours. Seuls des programmes sont plus ou moins de gauche ou réactionnaires.

  44. 44
    Nicks dit:

    @Stockholmare
    Pour me situer, je suis simple sympathisants actif du FdG, à tendance PG. Je ne crois pas que ce soit aussi simple, pour avoir un FdG crédible, que de fonctionner sans le PC. Il se peut qu'un représentant Pg ne soit pas forcément fiable localement. Encore une fois, ce ne doit pas être une question d'étiquette. Peut-être la solution est-elle de créer un vaste rassemblement unifié auquel on pourrait adhérer directement. Il est clair aujourd'hui que certains appareils nous font beaucoup de tort. Par ailleurs, je ne vois pas comment pourrait se tenir désormais des meetings communs avec Pierre Laurent. Comment porter une critique et des propositions distinctes quand on soutient ceux qui font tout pour qu'elles n'émergent pas ? Comment au delà de ça avoir une parole libérée quand on est lié par un contrat d'alliance dont la rupture provoquerait immanquablement des sanctions ? On ne part à la bataille qu'avec des généraux dont la loyauté est sans faille.

  45. 45
    rachel dit:

    @ Syl
    Et pourquoi les communistes ne devraient-ils plus s'appeler "communistes" ? Les communistes n'ont pas à rougir de leur Histoire, ni de leurs engagements. Les errements consternants d'une poignée de cadres ne sauraient faire disparaître d'un trait de gomme la moelle de plusieurs milliers de militants. Il faut raison garder, comme le dit Jean-Luc, et tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant d'envoyer sa colère n'importe comment et n'importe où.

  46. 46
    Syl91 dit:

    @Nicks
    Générosité et Ordre, oui. Pas Générosité aveugle. Et dans ce cas nous sommes d'accord.

    @rayana
    C'est un argument usé jusqu'à la trame le vieillissement de la population.
    Encore faut-il avoir les ressources pour accueillir correctement les gens (logements, travail). Nous avons en plus en France une natalité assez dynamique.
    Enfin, dernier argument, on ne peut pas d'un côté prôner l'écologie et de l'autre continuer à être natalistes et avoir besoin d'une croissance économique sans fin pour soutenir une immigration trop importante.

  47. 47
    Adrien78 dit:

    @Olivier-Stockholmare-Charles
    Non encarté moi-même depuis 25 ans après 20ans de PC je n'aime vraiment pas le petit jeu de certains ici et ailleurs dans le FdG qui laisseraient entendre que la trahison de Laurent junior ferait partie d'une lutte hégémonique PC/PG pour tirer les marrons du feu sur le dos des militants et sympathisants grugés comme d'hab.
    " Par qui a été investie D.Simonnet?" "le PG convoitait la tête de liste depuis le début".
    Il s'agit en fait de semer la suspicion, de mettre dans le même sac Laurent et Simonnet de façon sournoise. Quel qu'en soit le but, ces propos accroissent encore le désarroi et le doute alors qu'il s'agit de faire front. Quant aux membres du PC qui sont en désaccord avec leur direction, s'ils sont si nombreux qu'on le dit, qu'ils exigent un congrès extraordinaire ! "Que les bouches s'ouvrent " comme disait Maurice Thorez !

  48. 48
    tilk dit:

    une parisienne de perdue c'est dix provinciales qui reviennent, c'est positif. Paris, c'est la forteresse pour le meilleur coup de scrutin que l'on fera en finale aux présidentielles prochaines !
    C'est positif !

  49. 49
    Stockholmare dit:

    @Triple A:
    Justement, ayant activement participé au mouvement des intermittents dès ses débuts en 2003, et donc à la création de la coordination (cip-idf), je dois dire que, niveaux militants défendant avant tout l'intérêt de leur crémerie et non l'intérêt collectif, je suis vacciné. Nos AGs étaient continuellement bloquées par des militants pro du PCF, et de certains syndicats (CGT,...) qui cherchaient continuellement à mettre le mouvement sous la coupe de leur petite chapelle. C'est triste à dire, mais l'on passait plus de temps à se battre contre ces militants, que contre le gouvernement de droite d'alors, qui venait de porter un coup très violent à nos droits.... Mais nous avons su préserver notre indépendance et pluralité, notre mode de choix horizontal et direct. Nous avons fait un travaille de décorticage de la réforme des annexes 8 et 10, que les syndicats n'avaient jamais fait. Nous avons proposé un contre-modèle. Nous avons fait grève pendant plusieurs mois, bloqué de nombreux festivals, tournages, etc et fait perdre des millions à des capitalistes, même si cela rendait vert le PCF et certains syndicats. Pour être sincère et honnête, je dois dire que les camarades de SUD n'ont jamais essayé de récupérer le mouvement.
    [...]

  50. 50
    canolle mireille dit:

    d'accord avec Rayana. J'ai également écouté l'émission sur France Inter que j'ai trouvée très instructive pour débattre. Flux migratoires liés aux phénomènes sociaux économiques et environnementaux. Des chiffres à l'appui. Les gouvernements successifs n'auraient traité le problème que sur un plan restrictif sécuritaire. On lâche rien!

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive