04mai 13

Interview parue dans Nice-Matin le samedi 4 mai 2013

« Son échec, c’est son arrogance »

Ce billet a été lu 431 fois.

Comment peut-on vouloir être premier ministre d’un homme qu’on accuse d’être un menteur ?

Ça n’a pas de rapport. François Hollande a été élu grâce aux voix du Front de gauche. Et elles ont aussi été décisives pour constituer une majorité parlementaire. Mais personne n’a été élu pour faire ce qui est en train de se faire. Le président de la République a mis le centre de gravité de sa majorité à la droite du PS, ceux que j’appelle les Solfériniens. La politique qu’il suit ne fonctionne pas. Le gouvernement Ayrault est en fin de vie. Hollande doit maintenant décider de ce qu’il va faire : ou poursuivre cette politique désastreuse, ou changer de ligne. Et pour organiser un changement de cap, je suis disponible !

Le camouflet de l’amnistie sociale est dur à encaisser, non ?

C’est une blessure ! Il y a une volonté d’agression. J’espère que ce sont les dernières cartouches que tirent les Solfériniens. Parce que pendant ce temps il se produit un grand trouble au sein du PS et chez les Verts. Et je vois bien qu’au PS, le front de gauche gagne la partie idéologique sur la question Européenne et en particulier sur le rapport à l’Allemagne.

Quel est le principal échec de François Hollande ?

L’échec de Hollande c’est son arrogance. Et elle a une racine. Il pensait que la crise correspondait à un cycle court traditionnel. Il n’a pas compris la nature particulière de la crise à l’époque du capitalisme financiarisé. Il s’attendait à un retournement de tendance plus rapide qui coïnciderait avec les élections en Allemagne. Il tablait qu’une fois réélue Angela Merkel se ferait plus souple, plus généreuse. Du coup Il a été dominateur avec tout le reste de la gauche. Et n’a jamais tenu compte de sa base sociale. Il a donc scié la branche sur laquelle il est installé.

La manifestation du 5 mai pour une VIe République est du coup une manif anti-Hollande ?

On ne tire pas sur une ambulance ! A l’origine, cette marche était une réplique à l’ambiance odieuse créée par monsieur Cahuzac et ses mensonges. Nous pensons qu’il faut changer le système. Mais depuis, le contenu de la manifestation s’est considérablement élargi puisque la loi d’aministie sociale passera devant l’Assemblée le 16 mai, celle sur le licenciement boursier le 16 et l’accord emploi/Medef le 14. Si bien que cette marche fonctionne comme une démonstration de force pour dire au Medef et à la droite «non vous n’avez pas gagné, il y a une gauche et elle est dans la rue». Car si on s’en remet aux Solfériniens, la droite fait ce qu’elle veut !

Appelleriez-vous encore à voter François Hollande au second tour ?

La question ne se pose pas. Si on revotait aujourd’hui, je serai devant lui au 1er tour…



Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive