12sept 12

En avant vers le désastre !

Ce billet a été lu 29  792 fois.

petroplus_01Dans cette note il est question de mes journées, d’une magnifique interview de Joseph Stiglitz, de ma visite à Pétroplus, de la prestation de François Hollande à TF1. Puis d’une nouvelle triste. Et enfin de mon avis sur une chicaya de série B à propos du choix de la date de la manifestation du 30 septembre. Comme c’était trop long déjà j’ai dû renoncer à d’autres choses que j’ai mitonné en suivant les débats du Parlement européen.

Ce billet est illustré par des portraits d'ouvriers de Pétroplus lors de la visite de l'usine le 10 septembre 2012. Photos : S. Burlot.

Ma journée du mardi a commencé dans un éblouissement. J’ai lu l’interview magnifique de Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, réalisée par Pierre Ivorra et Clotilde Mathieu dans « « L’Humanité » du jour. Quel formidable point d’appui ! Y a-t-il quelque chose dans ce qu’il dit qui ne confirme tout ce que nous avons dit, écrit et argumenté depuis des mois et des mois ? Que ce soit à propos de la crise actuelle, de l’absurdité des politiques d’austérité, de la nature de classe des intérêts qui se confrontent en ce moment, tout va dans notre sens ! « L’Humanité » met en exergue cette appréciation qu’il formule et que nous pouvons signer : « L’austérité est un désastre ». Je crois que je vais me précipiter pour acheter son dernier livre « Le Prix de l’inégalité ». De ce que je lis dans l’interview, je retrouve l’idée fondatrice des travaux de Jacques Généreux dans « La Grande régression » et sa thèse sur la machine à faire « dissociété » qu’est le capitalisme de notre temps. J’y trouve le pari inverse de celui fait par les Sarkozy et les Hollande concernant petroplus_02la baisse du coût du travail et la flexibilité comme solution à la crise. J’y devine le volontarisme concret qui anime le livre de Généreux, « Nous on peut ! », qui vient d’ailleurs d’être édité en livre de poche ! Je reprends deux extraits de cet entretien que je crois spécialement taillé pour nous aider dans nos tâches de conviction dans les jours à venir.

« L'Humanité » : Comment expliquer l'acharnement à imposer des politiques d'austérité un peu partout alors qu'elles sont injustifiables économiquement ».
Joseph Stiglitz : « C'est pour moi un véritable mystère. Nous avons expérimenté de telles politiques d'austérité des dizaines de fois et, à chaque fois, cela a été un échec. En 1929 cela a été le cas avec le président des États-Unis Herbert Hoover qui a transformé l'effondrement de la bourse en une grande dépression. Plus récemment, le FMI a fait pareil dans le Sud-Est asiatique et en Argentine et cela a été un désastre. La plupart des pays européens qui ont engagé politique d'austérité sont maintenant en récession ; l’Espagne, la Grèce sont en dépression. Compte tenu toutes ces expériences, la possibilité pour les politiques d'austérité de réussir parait minime. La plus forte probabilité est que l'économie cesse de croitre, les recettes fiscales cessent d'augmenter, les dépenses sociales et le chômage continuent d’augmenter et que au final, les améliorations budgétaires espérées ne soient pas au rendez-vous ».

« L’Humanité »: Suffit-t-il qu'il y ait un bon état pour sortir de la crise ? »
Joseph Stiglitz: « C'est complexe, car, qu'entendez-vous par un « bon état » ? On peut avoir un État bien intentionné qui ne comprend rien à l'économie ou qui croit que l'austérité ça fonctionne. Mais s'il met en œuvre une politique d'austérité, aussi bien intentionnée soit-il, il est probable que le résultat ne sera pas bon. D'un autre côté, si vous avez un État qui reflète l'intérêt des banquiers, on peut être certain qu'il sera incapablepetroplus_03 de sortir de la crise d'une manière qui serait profitable à la plupart des citoyens. »

Je trouve que mon emploi du temps à une tendance, de nouveau, à se remplir beaucoup trop vite. Les journées se remplissent plus qu'il n'est raisonnable. Ainsi lundi, je commençais le matin par l'émission d'Europe 1, suivi d'un déplacement en Normandie pour aller soutenir les camarades de Pétroplus, retour à Paris, suivi d'un nouveau départ pour rejoindre la session parlementaire à Strasbourg ! Pourtant si je m'agace de voir le retour de cette sorte d'hyperactivité, quand je prends le détail, je ne regrette rien, je me réjouis de tout ce qui a eu lieu.

J’ai donc pris le train gare Saint-Lazare pour aller à Rouen et ensuite sur le site de Pétroplus. L’idée vient de la semaine précédente. Laurence Sauvage, la secrétaire nationale chargée des luttes, m'avait dit, après ma visite chez Sodimédical, qu’il fallait aussi tenir compte du moral des Pétroplus. Elle les sentait atteints. On a donc appelé les camarades. « On peut venir vous voir ? ». Réponse rapide et chaleureuse : oui ! Il y a plusieurs raisons à ce type de déplacement de ma part. La première est humaine. A l’occasion de rencontres comme celles que nous avons eues en pleine campagne électorale, où toute l'attention se concentrait sur le sujet, se créent des liens humains au hasard d'un regard, d'une main sur l'épaule, d'un éclat de rire ou d'un moment d'émotion commune. Il ne faut pas effacer cette réalité. Au-delà de tout ce qui nous motive et des raisons que nous avons d'être là, qui ne sont pas, bien sûr, d'ordre sentimental, il n'empêche qu'après tout, et au bout de tout, c'est le souvenir de cette fraternité qui nous aide le mieux pour la suite du chemin à faire. Revenir après les élections, alors qu'on ne vous demande plus rien, c'est une façon de marquer du respect pour ce qu'ont été ces moments auparavant. D'ailleurs sur place c'est bien comme petroplus_04cela que c'est ressenti. Et c’est une façon de prouver que cette campagne n’était pas pour nous une adition de coups de communication mais une construction politique de masse inscrite dans la durée. En revenant, je montre que notre conception n’est pas celle du cirque médiatique !

La seconde raison est que la lutte de Pétroplus est une lutte d'intérêt général. Plus que jamais la capacité de disposer de moyens de raffinage important en France correspond à une nécessité pour notre indépendance et pour la maîtrise de nos approvisionnements. N'est-ce pas spécialement le cas quand tout l'univers résonne des échos des dangers qui mûrissent au Moyen-Orient ? Je n'en dis pas plus. Mais je crois me faire bien comprendre. Il y avait 23 raffineries en France, il n'y en a plus que neuf. Ce n'est pas du tout une bonne situation que de dépendre à ce point des importations pour les produits finis dans un domaine stratégique. La troisième raison est que l'évolution du dossier nous apprend beaucoup de choses, mieux que de longs discours et que bien des lectures. Je ne vais pas faire un rapport complet sur ce thème. Je note juste quelques images à ce sujet.

Voici la première. La capacité totale de production en France est de 60 millions de tonnes de produits finis. Il vient de s'ouvrir une unité de production en Inde, qui n'est pourtant pas du tout un pays producteur de pétrole, pour une quantité de 67 millions de tonnes. Cette raffinerie n'a pu ouvrir qu'à la condition expresse que pas un litre de ses productions ne soit vendu en Inde. Tout est pour l'exportation. Le grand déménagement du monde montre ici à quel point il est une stratégie pour la profitabilité du capital au détriment de toutes les exigences sociales et écologiques. Pensez aux chemins dangereux que parcourent ces produits indiens. Imaginez les milliers de kilomètres de pipeline, les bateaux pleins à ras bord, dont les cargaisons vont faire le tour de l’Europe en mer et finir dans la Manche au milieu d'une multitude d’autres bateaux pour décharger enfin les produits dans les cuves des… raffineries désaffectées ! Quelle folie ! Autre image : celle des administrateurs chargés de liquider Pétroplus et qui multiplient les embûches pour rendre impossible l'arrivée d'un nouvel acquéreur. A qui le crime va-t-il profiter ? Enfin, ultime spot. En ce moment Pétroplus qui n'a plus ni actionnaire, petroplus_05ni patron a été remis en route par les ouvriers. Ceux-ci ont dû pour y arriver surmonter d'innombrables problèmes techniques. Mais la raffinerie raffine ! Et elle fait en ce moment beaucoup de profit compte tenu de la remontée du prix de l'essence. Quelle drôle d'histoire !

En ce moment tant de situations paraissent étranges. Ainsi ce dimanche soir. Hollande à TF1. Je ne sais pas si tout le monde a compris tout de suite le sens de ce qu’annonçait François Hollande dimanche soir sur TF1. Pour la gauche, c’est un événement politique de plus grande ampleur que le « tournant de la rigueur » de 1983. Un événement bien plus violent. En 1983 on entra dans une nouvelle logique en croyant que ce serait provisoire. Trois dévaluations, un emprunt forcé et un contrôle des changes avaient eu raison du gouvernement de l’union de la gauche. Ici rien de tel. Il n’y a d’ailleurs aucune surprise. François Hollande peut dire sans mentir qu’il avait bel et bien tout annoncé pendant la campagne électorale. Ce sera vrai. Absolument vrai. Et nous étions seuls à décrypter le sens de ce qu’il disait alors. Il avait bel et bien annoncé le plan de retour aux 3% dans le délai qu’il a confirmé à TF1. Mais pendant la campagne nous étions seuls à chiffrer ce que cela voulait dire. Les naïfs et les enfumeurs professionnels s’indignaient en cadence contre nos « accusations » et « procès d’intention ». Et maintenant ? Nos chiffres sont confirmés. Il s’agit bien d’une ponction d’au moins 33 milliards d’euros. Je dis « au moins ». Car si l’objectif veut être tenu, compte tenu de la récession que cela va aggraver, les recettes fiscales vont diminuer. Par conséquent les ponctions devront être augmentées d’autant. Pour chaque dixième de point de croissance perdu (0,1 point), il faut ajouter environ 1 milliard de coupes supplémentaires à la saignée. Donc si la croissance n’est que de 0,5 %, il faudra trouver 7 milliards supplémentaires. La ponction globale sera alors comprise entre 37 et 40 milliards ! Cela petroplus_06représente un retrait équivalent aux dépenses annuelles de la branche famille de la Sécu. C’est-à-dire au total de 38 milliards de prestations familiales que constituent les allocations familiales, les aides au logement et l’allocation adulte handicapé ! Ou encore au total de la richesse annuelle produite par la Bulgarie ou la Tunisie !

Je fais ces comparaisons pour donner un contenu concret à l’importance de ce qui s’annonce. Car pour l’instant l’ampleur de la ponction n’est pas bien comprise. Les chiffres sont trop abstraits pour cela. On peut cependant en donner encore une unité de mesure. Elle sera politique. Il s’agit du double du total des deux plans de rigueur de Fillon en 2011. Le premier, en août, avait couté 11 milliards, le second en novembre 7 milliards. Deux fois pire que la droite. Mais vous avez été prévenus, sans aucune ambiguïté, ici même et dans tous les discours et écrits des responsables du Front de Gauche pendant toute la campagne. Je laisse respirer un grand coup les amis du « vote utile » qui seraient de passage sur cette note. Dites « merci » à la presse éthique et indépendante qui vous a aidé à croire aux bobards que vous aviez envie d’entendre.

La seule nouveauté c’est qu’enfin on connaît la répartition de « l’effort ». La prétendue « justice » de sa répartition est un trompe l’œil de plus. Car les deux tiers sont mis à la charge du peuple. C’est en effet un nouvel enfumage de ne compter à ce titre que les 10 milliards de la part supplémentaire d’impôt « sur les ménages ». Car les 10 milliards de dépenses publiques ajournées, de postes dans la fonction publique supprimés, tout cela c’est autant de services en moins pour ceux qui ont besoin et dépendent d’une façon ou d’une autre de ces services ! Des services en moins, dont parfois on ne peut se passer, et qu’il faudra aller chercher ailleurs, beaucoup plus chers, sur ses deniers. 10 milliards de dépenses d’état supprimées, combien d’emplois petroplus_07indirects détruits ? La baisse des dépenses de l’Etat, ce sont des indemnités chômage de plus, des salaires de moins, du mal vivre supplémentaire. Et le rasoir comporte une deuxième lame.

Car si l’on examine la méthode pour la part prise par l’impôt « sur les ménages » on voit tout de suite cette deuxième lame. Certes on entend beaucoup parler des souffrances des hypers riches. On entend moins les autres, pour l’instant. On doit pourtant prévenir que ça va faire mal. Par exemple le gel du barème de l’impôt sur le revenu. Cela signifie que des personnes payeront plus d’impôt sans que leur revenu n’ait augmenté. François Fillon avait déjà utilisé le procédé dans son plan de novembre dernier. En avril, dans « l’Express », François Hollande critiquait cette mesure comme « ce qu’il y a de plus injuste » et annonçait qu’il ne la « garderait pas ». Pourtant il avait déjà annoncé son objectif de retour aux 3%, à marche forcée. Donc il savait qu’il bloquerait lui aussi le barème de l’impôt ! Mais il ne risquait rien. Personne ne lui posait aucune question d’aucune sorte sur les économies qu’il comptait faire. Et à présent ? Qui lui pose des questions sur ce qu’implique concrètement la généreuse « décote » annoncée sur les deux premières tranches de revenu ? Il s’agit, paraît-il de protéger les « classes moyennes ». Mais la troisième tranche qui, elle, sera gelée, commence à petroplus_0811 897 euros de revenu par an. Soit 991 euros par mois ! Quel genre de classe moyenne trouve-t-on à 991 euros par mois ? A trente euros au-dessus du seuil de pauvreté on est donc « classe moyenne » pour le nouveau gouvernement ? A l’autre bout de la chaîne, c’est aussi étonnant.

La taxe à 75% au-delà de un million de revenus par an est donc provisoire. La réforme visait les revenus excessifs. Elle est devenue « provisoire ». Les revenus excessifs ne seront plus excessifs ensuite ? Et cette réforme provisoire ne concerne pas les revenus du capital, même à titre provisoire. Seuls les salariés qui gagnent un million d’euros par an seront concernés. Etrange catégorie sociale ! Un exemple va permettre de mieux comprendre de quoi il s’agit. Dans le cas de Bernard Arnault, le futur nouveau belge, seul son salaire de 10 millions d’euros par an est concerné. Pas les 200 millions de revenus de capital qu’il touche par ailleurs. Méditez ce que ces sommes veulent dire.

Etonnante demande de Jean-Christophe Cambadélis à ce propos. Il propose que soit constituée une commission d’enquête sur la fraude et l’évasion fiscale. Personne ne l’aura informé que cette commission a déjà été constituée et qu’elle a produit son rapport sous l’autorité du sénateur Eric Bocquet du Front de Gauche. Il estime à 50 milliard le coût de ce type de fraudes et suggère des mesures pour faire face. De mon côté, lors du meeting de Rouen, en mars dernier, j’avais déjà présenté les propositions du Front de Gauche. Il s’agissait par exemple de l’obligation de résider fiscalement en France pour exercer une responsabilité exécutive dans une entreprise française. Même exigence à propos des sportifs professionnels à qui il serait interdit de représenter la France quand ils n'y sont pas domiciliés fiscalement. Je proposais aussi de développer les peines économiques : interdiction d'exercer pour les professions libérales, fermeture de l'accès à la commande publique pour les entreprises. Et bien sûr nous avions mis au point notre proposition de soumettre à l'impôt sur le revenu tous les résidents français à l'étranger. On se souvient que, après que Copé se fut bienpetroplus_09 moqué de moi sur le sujet, Sarkozy avait repris pourtant le même mécanisme. Nous avions pointé que les flux financiers entre la France et les paradis fiscaux pouvaient être coupés par une interdiction très simple à mettre en œuvre.

Enfin je veux encore mentionner que nous voulons durcir les poursuites pénales contre les cabinets et les banques qui organisent l'évasion fiscale. Cela peut se faire en passant de la poursuite pour complicité de « fraude fiscale », aujourd'hui simple délit, aux poursuites pour « blanchiment d'activité illicite » qui est un crime. Je mentionne tout cela pour que l’on se souvienne en permanence que notre campagne fut celle de la radicalité concrète. Nous sommes prêts à faire de nos objectifs une politique de gouvernement. Nous sommes une alternative gouvernementale à gauche.

La tristesse cette semaine, parmi nous, c’est la mort de l’un des nôtres. Il s’agit de Yann Cochin. C’était un salarié d’EDF et un syndicaliste de Solidaires-Energie. Cet homme, je l’ai connu un jour de grève de la faim contre un licenciement abusif à EDF en décembre 2010, le jour même de noël où je suis allé le voir sur le lieu de lutte. C’était un militant politique venu du trotskisme. Il avait quitté le NPA pour prendre sa part avec le groupe qu’il avait fondé, Convergences et Alternative, à la construction du Front de Gauche. Après l’épisode de la grève de la faim, la maladie fut détectée. Je ne le savais pas le jour où on s’est vu pour de bon, pour se parler, de part et d’autre d’une table, la fourchette à la main. Lui c’était un homme contenu. Un visage grave que le sourire transformait en une seconde. J’étais anxieux de cette discussion car Yann était un dirigeant trotskiste de haut niveau de culture politique. Son autorité morale était très respectée, je le savais. C’est lui qui me mit à l’aise. Je pense qu’il agissait de même d’une façon générale avec ses interlocuteurs. Rien de tout cela ne vaudrait que j’en parle puisque je l’ai connu si peu en dehors de ces circonstances certes un peu denses mais si limitées à échelle d’une vie consacrée au combat révolutionnaire.

Mais je veux retenir pour notre profit commun le sens de la responsabilité dont il se sentait investi. C’est cela qui signale une élite humaine. Il aurait pu rester sur son piédestal moral, dans sa routine au NPA. Il avait tout remis en cause de ces sortes de confort pour aller là où sa conscience politique lui montrait un devoir. Pour finir nous avons parlé de notre âge, de notre expérience politique, de nos échecs et de notre goût intact du combat. On conclut sur le devoir que cela nous créait à l’égard de nos tâches et de la génération militante suivante. Je ne m’attendais pas à une discussion sur ce terrain avec lui. C’est lui qui en a eu l’initiative. J’avais oublié à quel point les militants venant de « l’extrême gauche » sont, eux aussi, âpres et exigeants dans tous les domaines qu’ils abordent. Et les questions de la morale de vie et d’engagement n’échappent pas à la règle. Celui-là dégageait une esthétique de vie en parlant des principes qu’il énonçait. Je pense que ce message compte autant que le programme politique que nous portons et autant que tous nos combats petroplus_10particuliers. La lutte est une reconstruction de soi. Ce gars-là était spécialement bien reconstruit. Ça prouve que c’est possible. Vivons et luttons, nous serons meilleurs pour nous même et pour les autres. Et n’attendez pas que les copains n’y soient plus pour voir la personne qui palpite sous la bure du militant.

Voilà une polémique qui m'amuse beaucoup et qui m'attriste en même temps. J'apprends dans « Le Parisien » que certains dirigeants du PC auraient à se plaindre de mes « mauvaises manières ». J'aurais, est-ce possible, voulu imposer une date pour la manifestation de la fin du mois de septembre contre le traité européen. La grande « enquêtrice » qui a révélé cette « affaire » a juste oublié une des règles de l'éthique journalistique. Il s'agit de l'obligation de vérifier les affirmations que les uns font sur les autres. Mais comme m'a dit un de ses collègues: « Celle-là on connait ses méthodes ». Dont acte. En me consultant elle aurait pu apprendre que je ne me suis jamais mêlé de la date de cette manifestation. Pourquoi l’aurais-je fait ? La date s'est en réalité imposée toute seule par un raisonnement simple à comprendre. Nous avions intérêt à avoir lapetroplus_11 date la plus tardive pour tenir compte de l'effort militant qu’il faut déjà fournir, quinze jours avant, pour la tenue de la Fête de l'Humanité qui est pour nous un événement central. D'un autre côté, nous ne devions en aucun cas dépasser la date du 2 octobre car c'est la reprise de la session parlementaire ordinaire au cours de laquelle le traité va être mis en discussion. Ce point particulier souleva l'unique discussion qui aura jamais eu lieu sur le sujet, à supposer que l'on puisse appeler cela une "discussion", car l'échange ne dura pas plus de cinq minutes. Pierre Laurent proposait que l'on retarde d'une semaine, si c'était possible. J'en étais d'accord. Mais cela conduisait au 9 octobre. J'ai donc soulevé le risque que nous manifestions après le vote. Cela aurait mécaniquement affaibli la mobilisation. Et cela aurait changé la nature du rassemblement : nous serions passés d’une manifestation contre l'austérité pour exiger le rejet du traité ou le référendum, à une manifestation de pure dénonciation du gouvernement. De plus, on percutait la journée nationale d'action de la CGT et de la confédération européenne des syndicats ! On comprend donc facilement que ce n'était petroplus_12pas possible. Ce fut le seul moment où fut discutée la date du 30 septembre, laquelle, je le rappelle, s'imposait d'elle-même pour des raisons pratiques. S'il y a eu une hésitation entre le samedi et le dimanche, elle fut, elle aussi, de très courte durée. D'abord parce que le dimanche est considéré par tous comme plus confortable pour organiser une manifestation nationale. Ensuite parce que nous savions que le 29, samedi, a lieu la mobilisation nationale des travailleurs de l'industrie automobile. J'ai d'ailleurs reçu une invitation de Philippe Poutou pour m'y rendre! La vérité est donc que personne en particulier n'a proposé la date du 30 septembre. Quant à moi je ne suis jamais occupé du calendrier et je n'avais aucune raison de le faire. Je me suis contenté d'écouter, d'acquiescer et de reprendre à mon compte. Franchement : où pouvait bien être l'enjeu pour moi? A aucun moment je n'ai constaté, ni senti qu'il y avait un enjeu sur cette question. Ensuite, lors de la réunion de la coordination des organisations qui ont décidé de préparer cette manifestation, la question de la date est réapparue. Aucun d'entre nous et surtout aucun de mes proches ne fit non plus de cette question un enjeu. Ce n'est petroplus_13d'ailleurs pas nous qui avons arrêté finalement la date, mais le collectif, si mes informations sont bonnes. Bref toute cette affaire est un pur pipeau. Mais je ne peux mettre en cause la presse. J'ai bien lu que des dirigeants communistes m'impliquaient dans cette curieuse histoire corne-cul. C’est spécialement stupide de se tirer une balle dans le pied de cette façon le jour même de la conférence de presse pour lancer la manifestation. Quoi que nous disions à présent, le mal est fait. En réalité, je pense être une nouvelle fois le prétexte d'une bataille d’influence qui ne me concerne pas. Certes, j'ai le dos large. J'ai déjà vécu cela après notre score aux élections législatives. Sans crier gare, les mêmes me rendirent responsable de la situation, alors que je n'avais pas du tout dirigé cette campagne et que mon départ sur Hénin-Beaumont était une décision collective et unanime de l’ensemble de la direction politique du Front de Gauche ! Je précise que j'étais parfaitement d'accord moi aussi pour y aller : pour moi, les dirigeants petroplus_15politiques doivent aussi recevoir leur galon du suffrage universel, gagnant ou perdant. J'avais déjà agi de cette manière en abandonnant mon mandat de sénateur obtenu comme tête de liste gauche plurielle avec les socialistes, les communistes, les Verts et les radicaux de gauche. J’ai choisi de présenter ma candidature pour le Parlement européen sous notre propre étiquette de Front de Gauche. Je le faisais de nouveau en partant pour Hénin-Beaumont, en dépit de la difficulté, sans autre état d'âme autre que la fatigue immense que je ressentais. Je crois donc utile de siffler la fin de ce mauvais feuilleton du « choix de la date ». Il faut jouer collectif en toutes circonstances et ne pas battre sa coulpe sur la poitrine des autres. Je crois utile de rappeler au bon sens. Seuls les socialistes et la droite, rivés au traité sur lequel ils auront à rendre des comptes électoraux ont intérêt à des problèmes entre nous. Et la futilité des prétextes ne les arrêtera pas. Ne tombons pas dans le petroplus_14panneau. La manifestation du 30 septembre est placée sous l’autorité d’un collectif large. Suivons ses consignes ! L’enjeu est immense ! Le succès de la manifestation est un test de la combativité de notre peuple face à l'austérité. Car le traité c’est l’austérité, tout le monde doit et va l’apprendre. C’est surtout l’échec programmé de tout projet de mieux vivre. Nous allons être nombreux à battre le pavé, j’en suis certain si chacun consacre son énergie à construire et à rassembler. Quel que soit notre résultat tout sera fait pour le minorer. Ne donnons pas en plus des verges pour nous faire battre. Et j’apprécierais qu’on cesse de faire de ma personne le sujet obsessionnel à l'aune duquel devrait s'apprécier toute chose ou tout plan de carrière.


156 commentaires à “En avant vers le désastre !”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Xrjuma dit :

    Je crois également que le désastre annoncé des socialistes dessert inexorablement toute la gauche et annonce le retour des conservateurs voire des ultra conservateurs. La catastrophe écologique majeure ou la guerre qui se profilent au lointain ne peuvent pas être les vecteurs de changements radicaux de la société auquel le front de gauche aspire.
    L'annonce de la 6eme république et de la planification écologique dessine cette société du partage et de la solidarité, c'est cette autre voie maintes fois expliquées qui peut déclencher le remembrement des esprits et des consciences.
    A propos de remembrements, nous devrions remettre au gout du jour le partage des terres comme moyens de lutte contre la pauvreté, et pourquoi pas un remembrement de la propriété industrielle ou de l'entreprise comme moyen légal de redistribution des richesses.

  2. CM28 dit :

    Bonjour Jean-Luc,
    Je rejoins le camarade du PG28 (@ bordeau 36) sur la présence du FdG (Tu peux venir avec Olivier Dartigolles) à Ethicon (Aneau, Eure-et-Loir).
    Le tribunal de Nanterre avait en effet estimé qu'aucune cause économique réelle ne justifie la fermeture de l'usine (363 emplois) et annulé le plan social. Le tribunal jugé que cette société Ethicon s’insérait dans un groupe dont « les bénéfices ne cessent de croître » et « que les considérations de l’entreprise sur la sauvegarde de la compétitivité, en raison de l’évolution du marché, ne sont pas pertinentes ». Evidemment, ils ont fait appel. Initialement prévue le 20 juin, la décision de la cour d’appel de Versailles relative au PSE d’Ethicon a été reportée au 26 septembre.
    Ce groupe pharmaceutique Johnson et Johnson auquel appartient Ethicon a enregistré l'an dernier un chiffre d'affaires de 13 milliards de dollars. Ils veulent délocaliser dans le tiers monde et continuer de vendre au même tarif, jusque pour accroître leurs profits! Philips a quitté Dreux et annonce 2.200 suppressions d'emplois dans l'éclairage, le site de Chartres sera certainement mis à "contribution"!
    "El pueblo unido jamás será vencido", d'où l'article d'Ava Djamshidi, dans Le Parisien, et ses "échos" (RBD du Monde etc.) sont des articles orientés pour foutre le bordel au sein du FdG (entre toi et Dartigolles) et aussi au-delà avec Besancenot et Coutrot (Attac), là comme si la date était un "oukaze" du FdG. De tels articles sont des épiphénomènes révélateurs qu'ils sont prêts à tout. C'est comme l'article disant qu'Alexis Corbière te critiquerait sur ton soutien à la candidature de Chavez et auquel il a dû répliquer sur son blog! Ils aiment le buzz et la zizanie les chiens de garde. Ils pensent nous diviser pour pérenniser la ploutocratie! Mais, à la base on s'en fout des chiens de garde et de leurs émois!
    Tout le monde est ok à la base pour la manif et sur le fond : NON au TSCG et à l'austérité à vie. Fraternellement,

  3. Invisible dit :

    Message de la catégorie pieds dans le plat. L'Humanité Dimanche de la semaine dernière était vendue d'autorité sous blister avec le programme de la fête de l'Huma donc c'était un peu plus cher. Tant mieux, je me suis dit car je vais me régaler des festivités par procuration. Hé bien, j'ai été assez surprise des annonceurs qui patronnent la fête comme dans n'importe quel festival de par là travers. Je dois dire que le pompon de l'humour revient à Ricard en quatrième de couverture " Toujours jaune". C'était fait exprès pour l'occasion ?
    Bien... L'on voit que dans ce bas monde, rien n'est jamais ni tout noir ni tout blanc et qu'il faut garder son petit quant à soi.

  4. Hubert VIALLET dit :

    Bravo pour votre combat que je soutiens avec ardeur (J'étais à Grenoble en tant que PG)
    Mais une chose me chagrine quand vous dénoncer les délocalisations, sans proposer de solution précise, ce qui constitue, à mon avis, une faiblesse dans notre argumentaire.
    Vous savez que c'est la faute au libre échange institutionnalisé comme règle mondiale et européenne.
    En attendant un ordre meilleur, pourquoi ne pas demander un protectionnisme ciblé et négocié, antidumping social fiscal et environnemental, au niveau de la France, s'il le faut, à défaut de l'Europe, pour stopper immédiatement l'hémorragie de nos emplois. Ce n'est pas un gros mot le protectionnisme, il ne faut pas le laisser au FN !
    Il est injuste qu’on achète produits et services aux pays à faibles coûts salariaux et faible protection sociale, pour engraisser leur dirigeants exploiteurs.
    Ne rien dire, c’est soutenir le système que l’on dénonce !
    Amicalement
    Hubert Viallet

  5. chapelin dit :

    Il faut à tout prix que ceux qui ont voté Hollande pour se séparer de la droite viennent s'ajouter aux 4 millions de voix recueillis par le Front de gauche afin d'être en mesure d'avoir dans notre pays une vraie gauche pour une politique
    de changement véritable con forme aux intérêts du peuple de notre Pays. Cela peut commencer par un refus du traité d'austérité européen avec une mobilisation importante le 30 septembre et de concert imposer un référendum pour dire NON à l'abandon des intérêts de notre pays.

  6. @ 39 DAVID JV - 13h24
    C'est à ton analyse, camarade, que je mettrais, en toute fraternité, un certain bémol. On peut relancer la machine économique, de façon keynésienne, sans croissance et même avec un PIB nettement inférieur. Pendant " les 30 glorieuses " on produisait beaucoup moins et pourtant les services publics étaient performants et respectés, les inégalités bien moins grandes (écart des revenus de 1 à 30 dans les entreprises américaines - maintenant de 1 à 900 !) et tout le monde avait des moyens de vivre dans une certaine dignité.

    Il ne s'agit pas de produire plus, mais de répartir mieux les richesses. Depuis 1981, celles-ci ont doublé, ce qui signifie que si on était resté sur un mode de partage des années 45/75, notre niveau de vie aurait doublé, (ce qui ne s'impose pas écologiquement parlant), alors qu'il a sombré corps et bien. Stiglitz a donc parfaitement raison de dire qu'il faut donner du pouvoir d'achat aux peuples. Se loger, se nourrir, se soigner correctement est possible avec un PIB bien moindre. Mais pour cela évidemment, il faut mettre au placard, comme c'éatit le cas avant 1975, où ceux-ci ne pésaient pas lourd, les vampires et parasites ultra libéraux qui siphonnent l'essentiel des richesses produites.

    Sur un plan purement politique, il faut voir que les choix que tu proposes, dans le système ultra libéral actuel, relèvent du fantasme, puisque nous n'avons acun droit de choisir quoi que ce soit. Dans une République démocratique idéale ce sont les citoyens et eux seuls qui disent dans quel monde ils veulent vivre. Mais dans le système en place seuls les oligarques non élus font les choix à notre place. Il faut donc reprendre le pouvoir à ces gens là. Le rapport de force étant ce qu'il est, le FdG hélas ne peut faire le boulot tout seul. Il faut donc des alliés. C'est pourquopi il faut accueillir et non envoyer promener tous ceux qui sont d'accord pour en finir avec la "bête ultra libérale", Stiglitz, Attac, les économistes en rupture d'orthodoxie, et tous ceux qui le veulent bien (comme pendant la Résistance).
    NB : @ " la nécessité d'une révolution citoyenne ne viendra pas de la génération du papyboom ". Je connais un pote qui a plus de 80 ans. Dans sa tête il en a17, est un partisan enthousiaste du FdG. L'âge ne fait rien à l'affaire et il ne faut jamais généraliser.

  7. Jean Jolly dit :

    Jean-Luc écrit dans son billet :
    Je laisse respirer un grand coup les amis du « vote utile » qui seraient de passage sur cette note. Dites « merci » à la presse éthique et indépendante qui vous a aidé à croire aux bobards que vous aviez envie d’entendre.

    C’est malheureux à dire mais c’est la vérité et nous ne le répéterons jamais assez, non pas par acharnement envers les militants et sympathisants du PS, qui se sont laissés piéger par le chant des sirènes médiatiques qui prônait le remplacement de blanc bonnet par bonnet blanc très légèrement teinté de rose, mais parce que c’est le triste constat qui s’impose aujourd’hui malgré les mises en garde du FdG, et soyons conscients que nous parlons ici de l’électorat du premier tour, le second tour n’étant qu’un choix entre se jeter du troisième étage ou du deuxième dans l’espoir d’un moindre mal alors qu’il suffit de sortir de l’immeuble par la porte d’entrée avant que le feu au premier étage ne prenne trop d’ampleur.
    Bref, il faut se souvenir que quelques jours avant le 1er tour, les spécialistes du marc de café, de la boule de cristal et autres entrailles de poulet, s’étaient accordés pour le classement suivant : Hollande 29% – Sarkozy 27% – Le Pen 18% – Mélenchon 15 %. Bien, il faut se rappeler aussi que 30% de l’électorat hollandiste aurait hésité à voter pour la vraie gauche de peur que la valseuse de Vienne arrive au second tour d’après les mêmes chamans médiacrâtes.
    Et là un simple calcul mathématique de base permettait de balayer ce mensonge éhonté destiné à effrayer le quidam qui oserait s’écarter du libéralisme en exhibant le croquemitaine FN et le ranger dans le tiroir une fois les moutons revenus à la raison. En effet, 30% de 29 = 8, 7 + 15 = 23,7, d’un autre coté, 29 – 8,7 = 20,3.
    La configuration aurait donc été Sarkozy 27% – Mélenchon 23,7 % – Hollande 20,3 % – Le Pen 18 %… Où était le danger FN ?

  8. DAVID JV dit :

    @ Jean-Louis CHARPAL
    "Pendant " les 30 glorieuses " on produisait beaucoup moins et pourtant les services publics étaient performants et respectés, les inégalités bien moins grandes (écart des revenus de 1 à 30 dans les entreprises américaines - maintenant de 1 à 900 !) et tout le monde avait des moyens de vivre dans une certaine dignité."

    Oui mais la grande différence est qu'aujourd'hui, nous vivons chaque jour plus l'entrée dans la période de la raréfaction des ressources énergétique, donc d'une chereté qui va durer de même que pour les denrées alimentaires. L'époque à laquelle tu fais référence permettait certes un meilleur partage des richesses (= un choix politique) mais la croissance de cette époque se basais sur l'hypothèse irréelle d'une augmentation sans fin du PIB puisqu'assimilant, comme les économistes classiques comme keynesien ont eu tort de la faire, la terre et la nature comme un "capital" donc renouvelable, ce qui est parfaitement erroné.
    L'issue n'est donc nullement de revenir à un modèle aujourd'hui dépassé, mais, en en gardant le meilleur, d'aller au delà et d'en inventer un nouveau.
    Pour ce qui est des alliances, bien d'accord avec toi, bienvenue à tout le monde car il faut déjà faire bouger les choses et envoyer en l'air ce système.
    Pour ce qui est de la génération du babyboom, évidemment tout le monde pourra trouver les meilleurs exemples qui contrediront mon constat. Pour autant j'en reste convaincu. De toute façon, t'es connais toi des révolutions sans jeunesse qui ait joué un rôle fondamental ? moi, non. Sauf à attendre que le gouvernement de FH tapes dans les retraites...

  9. alain31 dit :

    Bonjour. Il est pédagogiquement bon de commencer par s'étonner de l'obstination avec laquelle les "élites" au pouvoir continuent à prôner l'austérité pour sortir de la crise, alors que les faits les contredisent manifestement. Mais il est nécessaire ensuite d'aller plus loin et d'en fournir une explication : L'austérité saccage la vie du plus grand nombre et est néfaste à l'économie réelle, mais elle est bonne pour la finance (voir l'augmentation des profits), et la crise elle-même, et notamment la mise en scène de la dette, est le moyen utilisé par l'oligarchie pour poursuivre ses avancées contre le travail. Avec ce scénario, celle-ci compte obtenir un nouveau recul des revenus, directs et indirects, et des droits des travailleurs et d'aller bien au delà de ce qu'elle avait pu déjà obtenir ces trente dernières années. L'austérité n'est donc que du bon pour cette caste de parasites et comme le capitalisme financier domine, le fait que l'économie réelle souffre est pour eux sans grande importance.
    Soyons déterminés, soyons unis et faisons du 30 septembre une journée décisive dans le réveil du peuple.

  10. Michel Berdagué dit :

    Entre jeunes et vieux Nous irons marchand bras dessus bras dessous, affronter le Médef, les ultra libéraux de rive dite gauche et de droite qui sont cul et chemise avec les financiers véreux.
    Ce ne sera certainement pas pour une Révolution théocratique même adoudée par chemise blanche, orange ou autres mais Citoyenne pour une Sixième République.

  11. Nuno dit :

    Quand on regarde notre société d'innovation, d'esprit d'entreprise, libérale, on est pris de vertige d'un côté on nous fait miroiter les prodigieux progrès technologiques, tout ces objets extraordinaires issues des nouvelles technos de l'information en écoutant la propagande on a l'impression que tout ce que l'humanité a rêvé un quelconque Apple, Samsung l'a déjà fait ou est prêt de le faire. Et quand les peuples séduits se demandent quels réels progrès tout cela peut apporter : emploi dignes, vieillesse protégée, soins, quelques repos alors le ton change. On a mangé son pain blanc, on a vécu au dessus de nos moyens, et ceux qui savent, nous commandent à longueur de médias; car de tout ce progrès, une seule conséquence possible : "il est évident qu'il faudra travailler plus et plus longtemps" (Claude Bébéar ancien maître d'AXA).

  12. vert pomme dit :

    J'espere au moins qu'elle a ete heureuse, la date. Courage. Aux Europeennes, le FdG va faire peter le score. Tous ces deçus du PS et des verts qui vont se reporter sur le FdG. Content Hollande ? Ah bon. On se rassure comme on peut. Le regard qui flotte, l'elocution difficile, les mots qu'on cherche. Mais c'est surement que je suis de droite. Si tous les banquiers se mettent partout à gouverner les peuples sans passer par les elections parce qu'ils trouvent les elus politiques trop nuls, ben c'est pas 30\100 sur leur salaire que les ministres vont perdre. Et tout ça à cause de mechants ouvriers trop impatients. Psitt!
    La gauche, c'est nous! Le secours à gauche, c'est nous. Avec nous, dimanche.

  13. Cécile dit :

    Stiglitz a un creveau qui fonctionne, c'est pas mal. Il a donne un cours sur l'emergence d'une nouvelle societe "éduquée" qui est interessant.

  14. Jean Jolly dit :

    Je voulais terminer ma démonstration, sur cette arnaque du bipartisme imposé partout où l’ultralibéralisme gagne du terrain sur la démocratie, en rappelant ce que beaucoup ont désormais oublié, car le temps passe inexorablement avec son flot quotidien de soucis supplémentaires qui viennent se greffer aux précédents, ce qui ne permet pas de nourrir l’objectivité chez le citoyen pris la gorge, mais les faits et les chiffres demeurent néanmoins et il est toujours bénéfique de les remémorer.
    Quelques temps avant les primaires socialistes les chamans médiacrâtes proposaient le résultat de leurs soirées de transe par ces pourcentages ; Dominique Strauss-Kahn 62% – Martine Aubry 22% – Ségolène Royal 8% – François Hollande 5%, comme on peut le découvrir en visionnant le film co-réalisé par Pierre Carles DSK, Hollande, etc.
    Au delà de l’affaire du Sofitel, j’aimerai juste découvrir par quel miracle un type qui est annoncé dernier à 5 % passe devant les autres en quelques mois pour finir président de la République.
    Les chamans peuvent-ils répondre ?

  15. Merci d'en remettre une couche avec ce titre aussi évocateur vers ces abîmes sociales qui nous aspirent vers le néant absolu, où on est tous bons qu'a payer les mille milliards d'euros usurpés aux communs des mortels que nous sommes. Après le "bien profond" voilà le "en avant le désastre" de quoi déprimé déjà, mais Mr Mélenchon a le sens du spectacle et cet utile pour tous. Belle analyse c'est passionnant plus que de la politique ! Le nain toxique et béni-oui-oui pourraient s'en inspirer. Mais ils ont trop de choses à cacher,eux!

  16. Me revient en mémoire cette pensée de Keynes : "Les capitalistes ont cette croyance que des mauvaises gens, faisant de mauvaises actions, agiront pour le bien de tous".
    Ce qui me plait le plus, c'est le mot "croyance". Les "experts" qui ont fait profession de mentir à leurs semblables, et qui rêvent de vendre aux marchés la démocratie par appartements, nous rebattent sans cesse les oreilles avec leur soi disant réalisme et pragmatisme, alors qu'ils ne sont que des bigots confits dans l'adoration de leur dogme et de leurs croyances à deux balles. S'il existe des gens vivant en dehors de tout réalisme et de toute rationalité, puisqu'ils sont incapables de voir en face l'échec total de leur système, ce sont bien les ultras libéraux. Mais ça ne les empêche pas de dire aux citoyens qui n'adhèrent pas à leurs balivernes qu'ils font de " l'idéologie ", alors qu'ils font simplement de la politique, comme ils en ont le droit et même le devoir.

  17. Courrierlecteur dit :

    Touche pas à mon vote!
    Voilà ce que j'ai à dire à cette gauche réactionnaire à propos de son pacte avec la finance.
    On lache rien!

  18. flo dit :

    L'image qui me vient, c'est celle de 1789 : un peuple crève la faim pendant qu'à Versailles quelques-uns ripaillent. Sauf qu'aujourd'hui le peuple en question c'est celui de la terre entière et Versailles, les quelques multinationales et banquiers sans patrie qui achètent médias et gouvernements pour régner tranquilles.
    Ah, ça ira, ça ira, ça ira...

  19. turmel jm dit :

    Il y aurait tant de chose à dire par rapport à ce billet.
    Je veux adresser tout d'abord mes condoléances à la famille de ce militant disparu. Oui, n'attendons pas que les camarades nous quittent pour apprécier,aimer, les êtres humains qu'ils sont.
    Dimanche je vais à la fête de l'huma. J'aurai bien voulu savoir quels étaient ces "camarades" qui, pour de minables luttes d'influences si j'en crois les écris de JLuc, n'hésitent pas à ergoter sur un détail sous forme de procès d'intention. Je serai bien allé leur rendre une petite visite mais pas de courtoisie, seulement pour écouter leur version, et qu'ils écoutent ma réponse..

  20. gray dit :

    Bonjour à tous.
    Si l'un d'entre vous peux me donner un éclaircissement concernant le choix (ou non) de l'itinéraire de notre manif (que j'espère énorme, kolossale comme dira Angela), je voudrais comprendre pourquoi ce choix ? Une arrivée Place de la Bastille m’aurait paru d'un impact au combien plus symbolique. Cette image du peuple de Paris se rendant à Versailles le 5 Octobre 1789 me fait rêver. Plus de 25 kms et le début de la fin de l'ancien régime (mais ils sont de retour). Alors que nous, on va aller faire gentiment faire nos 5 kms dans notre petit coin ! Bon sang, y a vraiment pas moyen de forcer le destin. Allez ! On se tape nos 9 bornes Nation, Bastille, Rue de Rivoli (les beaux quartiers) Place de Grève (ah, ça ira, ça ira, ça ira,les aristocrates à la lanterne etc.). Après on passe pas loin de chez Hollande, enfin l'apothéose sur les Champs et Place de l'Etoile le discours de Jean-Luc devant 200000 manifestants (selon les organisateurs), "quelques milliers selon la préfecture, rien du tout selon TF1, FR2 et le Figaro et le Medef".
    Que se vayan todos !

  21. cobalt dit :

    L'idée qui me hante, c'est le goudron et les plumes destinés, il y a longtemps, aux menteurs et voleurs tricheurs aux US. Cette idée avait survolé ce blog alors que Sarko et ses sbires faisaient leurs mauvais coups contre le peuple de France.
    Oui, il est temps de remettre l'humain au centre de notre action et de dénoncer la complicité, sans restriction aucune, de ces ersatz malvoyants qu'on a élus au printemps. Ou plutôt si, ils voient avec leurs portefeuilles de ministre, chèrement acquis, que le peuple s’énerve et commence à crier: Voir les filles de PSA ce soir sur le plateau du Grand journal, face a Najat Belkacem. Au fait, il est où le chantre de la Révolution soixant'huitarde, le rouquin qui a viré du rouge au vert et bientôt au bleu. Pas un mot sur les expulsions des roms, sur PSA ou autres sujets brûlants comme l'essence qui a repris son cours d'il y a une semaine ou le gel du gaz qu'on nous fait payer à posteriori. Il avait bien dit qu'il se réservait le droit d'intervenir comme un électron libre. Sa seule intervention, ce fut contre Jean-Luc Mélenchon.
    Ami vert, continue ton combat avec le FdG. Tes amis sont coincés par leur position au gouvernement. Oui, du goudron et des plumes...

  22. Courrierlecteur dit :

    Le traité de l'austérité va mettre l'Europe sur le pavé.
    En marche! Pour le référendum, contre ce traité l'austérité.

  23. gray dit :

    @ cobalt
    J'ai raté ça ! Je les regarde jamais ces "foies jaunes" (référence Lucky Luke) sauf la semaine dernière lors du passage de Jean-Luc. J'espère qu'il y aura un lien ici prochainement. Quant au goudron et les plumes (toujours Lucky Luke) pour Dany le Bleu (le Rouge, celui de ma jeunesse il est mort depuis longtemps hélas) je suis entièrement d'accord, mais pour les plumes, j'y tiens absolument, il les faudra vertes, pour le symbole. On lâche rien.

  24. pt dit :

    Je viens de passer 1h30 à tout lire, c'est dense. Ce matin je me posais la question sur l’attitude l'aile gauche du PS. Allait elle s’écraser ou servir de caution. Déjà elle est divisée donc c'est mal parti. Puis "mention surprise de S.Hessel", j'ai ma réponse, l'aile gauche va donc faire baisser la pression au sein des 30 % d'électeurs du PS qui serait tenter de leur dire basta, mais n'inquiètera absolument pas les sociaux libéraux qui noyautent ce parti. Et pour enfoncer le clou et vers echo S. Hessel sur Arte en ce moment. Bon je comprend que ce grand résistant ait quelques mauvais souvenirs du Stalinisme, je regrette juste qu'il n'ai ouvert qu'un œil vis à vis du FdG.
    Autre remarque, Radio france est bien partenaire de la Fete de l'Huma ? Avec des partenaires pareils pas besoin de détracteurs, pas un mot sur les antennes. Surprenant non ?

  25. Siamy dit :

    @Jean Jolly 19h35
    "Au delà de l'affaire du Sofitel,j'aimerais juste découvrir par quel miracle, un type qui est annoncé dernier à 5%, passe devant les autres en quelques mois pour finir président de la république".

    Nul besoin de chamanes pour expliquer ce "miracle", nous connaissons tous malheureusement la réponse à cette "énigme", et c'est bien là le coeur du problème.

  26. Tresorteo dit :

    J.L. M.
    La nouvelle du re-démarrage de Pétroplus me comble personnellement de joie, de satisfaction, mon état de révolte intime ne pense qu'à cela pour les salariés. Qu'ils fassent du "Jauressisme", vous savez cette action qui a consisté,pour Jaurès, à créer la verrerie ouvrière d'Albi (1900- 1914) à la barbe de l'industriel local qui n'a jamais voulu céder sur les salaires. Ceux d'Aulnay, de Florange, les Fralib, les Doux et les autres, allez, au charbon, de l'ingénieur à l'ouvrier, vous êtes la matière grise, gérez, produisez, changez les règles à la base. Les syndicats devraient très vite passer d'une politique de revendication centenaire à une politique de relance, de gestion des entreprises : de la la revendication, oui, mais l'étape actuelle c'est l'action. le risque ! Il y en a marre !

  27. azvedo dit :

    "Je laisse respirer un grand coup les amis du « vote utile » qui seraient de passage sur cette note. Dites « merci » à la presse éthique et indépendante qui vous a aidé à croire aux bobards que vous aviez envie d’entendre."

    Oui, et je les croise les bonnes poires. Le pire est qu'ils n'ont toujours pas compris, qu'ils ont gobé l'injonction à la résignation, la trouille de faire partir les riches et les entreprises...
    Il n'y a pas de victoire éléctorale sans victoire de la "pensée politique".
    Ne nous trompons pas : Hollande et le PS n'ont ni mené ni remporté la bataille des idées. C'est Sarko qui a perdu le référendum concernant la reconduction de sa présidence. Mais on la voit là, encore tapie dans l'ombre la pensée sarkoziste.
    Et moi je ne découvre rien, je constate mon bon sens quand j'ai voulu m'engager pour le programme du FdG pendant ces élections et que j'ai militié en ce sens. J'avais le sentiment que jamais une présidentielle n'avait autant engagé notre destin commun... Cette victoire sociodémocrate est une calamité pour l'espoir, pour toute la gauche, pour la démocratie, et c'est le fascisme qui peut déjà se frotter les mains...

  28. Jean Jolly dit :

    @ Siamy.
    Je ne suis pas aussi sûr que toi quant à la prolifération de la connaissance chez nos contemporains sur la mafia qui nous gouverne, déjà que la plupart d'entre eux ne voit pas la différence entre Gérard Filoche et Dominique Strauss-Khan si tu leur dis qu'ils sont tous deux membres du PS... Comment leur expliquer que Geórgios Andréas Papandréou est président de l'Internationale socialiste ?
    Il va falloir au moins un siècle.

  29. citoyenne21 dit :

    Comme dans tout dans la vie, les gens ne pigent vraiment les choses qu'une fois qu'elles sont mises en pratique ! Ce traité pour l'instant c'est vague dans la tête de beaucoup de gens mais si il est adopté, ses effets pervers, eux seront bien réels et ce n'est malheureusement qu'à ce moment là qu'il y aura une réaction de grande envergure !
    Trop tard, me direz-vous, si on ne peut éviter ce désastre ? au moins les gens, même ceux pour qui le 30 septembre n'évoque rien de spécial, auront tout de même le souvenir d'une grande manifestation qui avait eu lieu ce jour là...Ils se souviendront que le FdG les avait mis en garde et si ils n'avaient pas voulu ou pu l'entendre au moment décisif, ils n'oublieront pas de qui venait l'avertissement !
    Ce ne serait donc pas un échec du tout, combien même nous ne parviendrions pas à faire infléchir Hollande (pour ma part je reste sceptique) ! Le 30 septembre, quoi qu'il en soit, sera le premier pavé lancé dans la mare !

  30. marj dit :

    @Azvedo 77
    "Oui, et je les croise les bonnes poires. Le pire est qu'ils n'ont toujours pas compris, qu'ils ont gobé l'injonction à la résignation, la trouille de faire partir les riches et les entreprises..."

    Il est sûr que le matraquage télévisuel et radiophonique de la pensée unique bat son plein pr faire avaler les couleuvres au bon peuple qui a la trouille. Rappelons nous aussi que les débats ont été absents de la présidentielle et que FH a refusé celui avec JL Mélenchon qui aurait eu le mérite de faire la clarté sur leurs positions respectives sur l'Europe et l'austérité. Partant de là, nos journaleux de service passant leur temps à enfumer les gens, ont beau jeu de répéter que le peuple a tranché. Tranché oui mais avait-il toutes les clés ? Quand on voit que lors de la campagne référendaire sur le TCE, le non est devenu majoritaire après un long débat, on comprend pourquoi ils préfèrent laisser les "bonnes poires" dans le brouillard. Ce faisant la désillusion qui pointe promet des lendemains qui déchantent.
    En ce qui concerne les hausses d'impôt sur les plus riches, vous ferez remarquer aux "bonnes poires"que les premiers pays européens à être entrés dans la crise avec une violence inouïe, l'Irlande (l'ex Tigre celtique) et la Grèce, sont aussi les pays qui imposaient le moins les riches tandis que le pays ou l'impôt est le plus élevé, la Suède, s'en sort plutôt pas mal. Quant à la Belgique avec sa dette publique à 96% du PIB, on ne peut pas dire que sa politique fiscale lui donne des ailes, idem pour le Royaume Uni entré en récession avant nous mais dt pas grand monde ne parle. Preuvre qu'il ne faut pas toujours croire ce que dit le MEDEF et ses chiens de garde !

  31. Alain Tétart (60)(73 ANS) dit :

    Bien sur qu'il faut se battre contre les banques tout comme les puissants et les riches qui nous écrasent, mais on peut commencer par l'autre bout de la lorgnette !
    Vous rendez vous compte qu'avec le train de vie que nous avons, c'est trois planètes comme la notre qu'il faudrait exploiter ! vous savez très bien que ça n'est pas possible, alors tranquillou vous consommez ce que les pays en voie de développement ne trouveront plus quand à leur tour ils voudront avoir le même train de vie que nous ! et vous vous dîtes de gauche ?
    Je ne vous demande pas de revendre votre BMV ou votre Mercédès pour acheter une 4 L mais croyez vous qu'une voiture de luxe roulera plus vite qu'une 4 L quand les panneaux vous l'interdiront ! si vous avez les moyens de vous faire une maison au bord de la mer croyez vous qu'il ne serait pas plutôt nécessaire de faire deux pièces en plus pour vous passer vos vacances et la louer toute l'année à un jeune ménage qui ne sait pas ou se loger ! Le confort est un luxe que la pénurie d'aujourd'hui ne permet plus il faut donc reprendre des goûts simples qui suffisent amplement à nos besoins courants! pourquoi changer tous les ans votre Ipod alors qu'un simple portable à 10 Euro ferait très bien l'affaire et en plus il vous évitera d'avoir des accidents en roulant l'Ipod à la main !
    Bien sur que je suis comme vous avec mes goûts de riche, mais comme vous je sais que nous allons dans le mur, donc petit à petit je coupe ou freine mes envies, et croyez bien que pour nous les vieux qui avons connus les privations de la guerre ça n'est pas facile de nous restreindre alors que l'on a envie de rattraper ce que les "boches" nous avaient empêchés de manger ! Pour la bouffe je n'achète que des produits locaux et de saison, essayez au moins déjà de faire cela, pour ma voiture j'ai une voiture française je l'ai appelée titine, j'aurais pu l'appeler mercédès mais c'est une marque déposée alors je respecte la loi ! pour la banque j'ai la SG et les CCP, mais ouvrez une banque du FdG et je vous vire l'ensemble de mes revenus avec l'obligation de prêter aux artisans 5 % de mes revenus faisant ainsi un crédit ouvert à ces créateurs d'emplois ! Je suis foncièrement de gauche et je le prouve tous les jours, rien ne vous empêche d'en faire autant ! Sauf crise de douleurs trop grandes je serai avec vous le 30 et je porterai mon drapeau rouge, il faut que ce gouvernement sache que nous ne voulons pas être les larbins des banques...

  32. kalos dit :

    salut à tous les camarades,
    Je serai à paris le 30 septembre et nous sommes nombreux à nous rendre de province. Nous aimerions connaître l'heure de départ de la MANIF et le parcours, nous avons besoin de ces infos car nous devons établir le tarjet "intramuros" du cars qui nous y emmène. Qui peut me renseigner ?

  33. Michel dit :

    62 vert pomme 12 septembre 2012 à 19h06
    "Aux Européennes, le FdG va faire péter le score".

    Minute, minute, voyez donc le vote du côté de la Grèce, de l'Espagne et de celui d'hier aux Pays-Bas. Donc, ne pas trop se faire des illusions sur les cerveaux de nos concitoyens français par rapport aux autres précédemment cités.

  34. JeanL dit :

    Une information qui complète le billet de JL Mélenchon. Pour ceux qui ne l'ont pas lu encore allez voir l'article de Médiapart "Ce que cache l'affaire B Arnault".

  35. vert pomme dit :

    Rappelle-moi un léger détail camarade Michel. En Grèce, en Espagne, aux Pays-Bas y a un front de gauche ? Toujours cette vieille casserole sur le peupl "idiot", hein ? Moi le record de l'idiotie, en ce moment, c'est aux élites que je la décerne et y compris aux élites du PS. à dimanche, camarade.

  36. Jack dit :

    Une stratégie du choc (Naomie Klein) très efficace : l'austérité rend le peuple austère, passif et docile. Ne vous inquiétez pas ! Nous sommes des milliers à attendre le bon moment, une armée de réserve prête à se lever au moindre appel ! Soyons confiants camarades.

  37. jacques chanéac dit :

    La qualité des commentaires est redevenue -après quelques errements- à la hauteur de la gravité de la situation, de son analyse et d'un constat partagés par la quasi-totalité totalité des intervenants du blog de Jean-Luc Mélenchon, chacun traduisant sa colère, sa rage ou son désespoir selon son humeur du moment. Devant un contexte peu favorable du fait de la puissance et des relais médiatiques des chantres de la pensée unique dont les "y a pas d'autre solution" suffisent à garder assoupis les "ne savent pas" les "nsp", les" résignés" et indifférents de tous poils, deux attitudes s'offrent à nous : abdiquer et rentrer chacun dans son trou ou se battre...résister. Tout en sachant que ce sera tout sauf facile, le bonheur et la fierté que nous avons eu à mener campagne durant plus d'un an ainsi que le sens de nos responsabilités nous "imposent" de "ne rien lâcher" et donc de poursuivre chacun selon ses moyens, à son niveau et ensemble à chaque fois que c'est possible, le combat pour un monde solidaire et de partage dont seul le FdG porte la flamme. Il passe dans un premier temps par une démonstration de force le 30 septembre à Paris. A ce sujet, une petite idée modeste mais sans doute facile à réaliser. Que tous ceux qui ne pourront en être (c'est mon cas pour raison professionnelle) donnent mandat à un ami qui défilera de brandir une pancarte sur laquelle serait écrit (pourquoi pas avec une photo? moi j'assume mes engagements) quelque chose comme "Untel soutient le combat contre le traité et pour un réferendum". Le moyen de multiplier encore le nombre de personnes engagées dans cette action, pour les absents d'être...présents par la signature et, qui sait d'attirer un peu l'attention des médias (on peut rêver !) si ce type de pancarte est très visible et important dans la manif!
    Qu'en pensez vous ?

  38. Armand Barbentane dit :

    Bonjour Camarade,
    Merci pour ce long billet. Les vidéos, c'est bien. Mais lire, c'est aussi très bien! Cela donne plus de place à la réflexion. Depuis la rentrée, tu es sur les chapeau de roue!
    Je présente mes condoléances à tous les proches du camarade Yann Cochin. Il était "d'unir". Sympathisant communiste, j'aime le FdG car il permet une réunion de notre famille politique, divisée par les vicissitudes de l'Histoire, à mon sens, et ainsi aux trotskystes sincères (notamment l'ex-tendance unir de la LCR) de rejoindre le grand parti des travailleurs (le FdG). Cela permet aussi aux socialistes sincères (Jean Longuet / Jean Zyromski) de ne pas servir de caution "de gauche" aux sociaux libéraux, à l'opportunisme. Nous devons continuer de convaincre de l'inanité du "vote utile", lequel est mortifère pour les classes laborieuses. En 2014, le bulletin FdG sera le seul moyen d'influer sur la présidence de François Hollande, réformiste de gauche conséquent mais dont l'orientation politique libérale s'oppose à nos idéaux révolutionnaires et tout simplement à la raison économique (le TSCG, c'est le retour de la saignée comme traitement!). Les "socialistes" ne peuvent que décevoir, les "maintenus" sont dominés par le courant social-traître depuis l'origine et cela ne s'est pas arrangé en ce début de XXIème siècle. En paraphrasant Vaillant-Couturier, nous sommes, le FdG, la jeunesse du monde, du nouveau monde en marche!
    J'ai une observation, à un moment tu parles de "revenu" pour la ponction liée à l'absence de revalorisation du barème ; je dirai "pouvoir d'achat". Il y a aussi les 10% et les parts (conjoint, enfant(s) à prendre en compte). Les moins favorisés seront surtout amputés des services publics et de l'accès aux nombreux emplois du plan social dans les postes de la Fonction Publique d'Etat, voire des collectivités et associations bénéficiant de subventions, par exemple pour la culture.
    Par contre, dommage que tu évoques tes réflexions sur ta journée au parlement européen. Je les lirai donc la prochaine fois. Triste de devoir attendre à cause du Parisien ! Les chiens aboient, la caravane passe ! Ils jouent la division interne au FdG et avec nos camarades hors FdG. C'est un non article! Si, un intérêt, il rappelle que nous sommes tous pour la manif'et pour s'opposer à ce nouveau traité austéritaire! Au seuil des enjeux politiques, c'est bien là l'essentiel et pas là date, son choix, son annonce etc.

  39. eche 202 dit :

    @kalos/08h29
    Les seules Informations que je possède pour l'instant c'est départ de Nation à 13h30.
    En ce qui concerne le parcours, pour l'instant, je n'ai aucune précision.A+

  40. Michel dit :

    @85 vert pomme à 9h14
    "Toujours cette vieille casserole sur le peuple "idiot", hein ?"

    Ce n'est pas tant la présence ou pas du FdG, ni le peuple dans les pays que j'ai cités qui posent problème, mais les éléments d'informations que le peuple peut avoir dans sa grande majorité. Ainsi, je te donne ce que j'avais écrit dans un autre post, repris de F. Lordon.
    "il est le symptôme nécessaire de la dépossession politique et de la confiscation du débat public. Aussi est-il de la dernière ineptie de reprocher au peuple ses errements de pensée quand on a si méthodiquement organisé sa privation de tout instrument de pensée et sa relégation hors de toute activité de pensée.
    Cela, nul ne le dit mieux que Spinoza :
    « Il n’est pas étonnant que la plèbe n’ait ni vérité ni jugement, puisque les affaires de l’Etat sont traitées à son insu, et qu’elle ne se forge un avis qu’à partir du peu qu’il est impossible de lui dissimuler. La suspension du jugement est en effet une vertu rare. Donc pouvoir tout traiter en cachette des citoyens, et vouloir qu’à partir de là ils ne portent pas de jugement, c’est le comble de la stupidité. Si la plèbe en effet pouvait se tempérer, suspendre son jugement sur ce qu’elle connaît mal, et juger correctement à partir du peu d’éléments dont elle dispose, elle serait plus digne de gouverner que d’être gouvernée » (Traité politique, VII, 27)."

    Quitte à toi de te bercer d'illusions ma chère vert pomme. Nous en reparlerons... plus tard !

  41. jacquelin dit :

    à Jean Louis CHARPAL :
    "... S'il existe des gens vivant en dehors de tout réalisme et de toute rationalité, puisqu'ils sont incapables de voir en face l'échec total de leur système, ce sont bien les ultras libéraux...."
    Tout dépend du coté ou l'on se place
    Je ne suis pas sur que de leur point de vue ce soit un échec, mais au contraire, c'est l'atout majeur de leur domination que de précipiter le plus grand nombre dans une situation telle qu'ils n'auront ni la capacité ni la connaissance pour contrer leurs intérêts.
    C’est une lutte de classe sans merci.
    Le plus grand nombre ne croit pas à sa force parce qu'il ne sait entrevoir vers quoi et comment diriger ses forces.
    Mélenchon nous y aide en partie et portant le flambeau. Mais nous avons un réel chemin de connaissance à effectuer pour que l'enjeu social soit clair.
    Quand a un référendum sur ces traités européens, je ne suis même pas sûr du résultat. Dans le dernier Libé Mélenchon est présenté entre les lignes comme un passéiste et rien que cette approche suffit a elle seule a culpabiliser et déterminer le péquin commun a choisir une autre voie.
    Nous avons la un enjeu de taille qui ne peut que s'enfoncer dans un abime si nous agissons ou réagissons en les mêmes termes politiques que les quadra en place, calculs en tous genres, réactions offusquées de tous types.
    Notre essentiel c'est une voie hors le libéralisme. Il nous faut coute que coute apprendre comment ce libéralisme fonctionne grâce aux mécanismes financiers. Nous ne gagnerons pas grand chose à chercher des mesures qui contrecarrent ce système, qui s'adaptera toujours du simple fait des enjeux de classe qui sont activés.
    Un seul exemple : on parle de taxer les transactions financières. Soit. Mais est-ce que cela empêchera ces transactions financières ? Par jeux comptables elles disparaitront tout simplement pour échapper aux taxes et la situation n'aura pas changé.
    La transaction financière est elle une la cause ou une conséquence du système ?
    Seul les discours sur le fond et les solutions alternatives nous amèneront a quelque chose de différent et comme le faisait remarquer Jean-Luc Mélenchon dans son précédent billet, plus que les savoirs échangés et les expériences qui amènent a la conscience c'est le changement personnel opéré par ces échanges qui constitue le creuset de notre avancée.
    la conviction est avant tout une attitude plus qu'un savoir

  42. Siamy dit :

    @Jean Jolly 1h42
    Nous sommes complètement d'accord en fait. Nous avons assisté en live à la fabrication d'un président de la république et celà "grâce" à la méconnaissance et la crédulité de nos contemporains face à la machine médiatique qui a si bien joué son rôle. Et je suis toujours d'accord avec toi, si rien ne change au niveau prise de conscience, ça peut durer encore des siècles.

  43. Armand Barbentane dit :

    Jean-Luc,
    "Les naïfs et les enfumeurs professionnels" ont eu un moment de lucidité en copiant-collant une dépêche sur les élections au Pays-Bas dont citation:
    "Malgré d'évidentes divergences d’opinion sur l’austérité, les analystes tiennent pour acquis que les libéraux s’allieront aux travaillistes, considérés comme plus proches de la position de la France, dont le président François Hollande prône une relance économique, pour former la colonne vertébrale d’une coalition gouvernementale de centre-droit."
    Les socialistes néerlandais, les hollandistes des Pays-Bas, formeront avec les libéraux : "la colonne vertébrale d'une coalition gouvernementale de centre-droit". Les masques tombent au fur et à mesure sur le vrai visage de la politique de "l'internationale socialiste" en Europe.
    Evidemment, le nouvel observateur a déjà publié un article - communiqué de victoire intitulé "Les partisans de la rigueur l'emportent au Pays-Bas" (même titre dans Le Point ; copier-coller de Reuters) dans lequel est affirmé que le chef des ultra-libéraux : "Mark Rutte a prévenu qu'il poursuivrait sa politique de rigueur budgétaire sur le plan intérieur et qu'il resterait ferme dans les négociations européennes sur les conditions d'une aide aux pays en difficulté."
    Conclusion :
    La crise européenne n'est pas encore terminée, loin de là! Les héros de la politique du pire peuvent se féliciter. Dans son programme, le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) prévoit de nouvelles économies,
    notamment dans le secteur de la protection sociale (9 milliards €), de la santé (7 milliards), de la fonction publique (8 milliards €) et dans l’aide au développement (3 milliards €). C'est la course à la déflation! Ils sont irrationnels!
    Les "socialistes" s'allieront donc avec ce parti veut aussi par exemple relever la franchise médicale et l’appliquer aux visites chez les médecins généralistes mais également réduire la durée de versement des allocations chômage.

  44. Courrierlecteur dit :

    Bonjour,
    Diviser pour régner ou chercher les embrouilles là où il n'y en a pas. Machiavel est toujours d'actualité. Si la presse en est là à chercher à trouver d'imaginaires querelles, pour tenter de semer la zizanie dans l'organisation de la Marche unitaire du 30 septembre, pour le référendum, contre le traité austéritaire, c'est bon signe! Signe de panique et de prise au sérieux de cet appel à la mobilisation collectif. Les premiers coups bas commencent à tomber: désinformation, diversion, passage sous silence et bientôt, probablement, stigmatisation, sélection, détournement d'expressions, extrémisation.
    "Restez chez vous! Dormez tranquilles! Nous contrôlons la situation!" Ce n'est pas dit comme cela, mais c'est un peu le message subliminal que l'on entend dans le ronron du gouvernement et de ses laquais, avec cette panoplie d'éléments de langage déclinée à toutes les sauces: Loi du marché, gestion sérieuse, austérité nécessaire à la reprise de confiance du marché, concurrence, bbaisse du coût du travail.
    De l'intox, toujours de l'intox, rien que de l'intox en guise d'informations, pour berner les électeurs et les dépouiller sournoisement, peu à peu, d'avantages sociaux et du pouvoir de voter contre des aberrations.
    Résistons. On lâche rien. En marche! Pour le référendum, contre le traité de l'austérité.

  45. j-jour dit :

    MES, TSCG... Nous allons bientôt étouffer sous les acronymes, enfin plutôt les mécanismes dictatoriaux dont ils sont les étiquettes très discrètes. Aviez-vous entendu parler de MSU ? Moi non plus. Enfin maintenant c'est fait: Le Mécanisme de Surveillance Unique.

  46. Lionel PG 36 dit :

    Cher Jean-Luc, je te rassure, ici dans l'Indre, sur le terrain, personne ne songe à ces prétendues querelles sur la date : notre seul objectif, réussir la campagne et la manif, élargir la mobilisation au maximum. Comme tu le dis si bien, seuls l'UMP et le PS et le FN ont un intérêt à ce que notre action ne porte pas ses fruits. Ici, je constate, d'après de nouvelles présences auprès du Front de Gauche, que la ligne de partage entre les choix néo- ou socio- libéraux et les nôtres définit de plus en plus clairement ce qui permettra de rassembler à terme de plus en plus de citoyens contre ce type de vision et d'organisation de la société qui ne peut conduire que vers plus de misère et de brutalité.

  47. jorie dit :

    Merci jean luc de ns éclairer sur les arrière plans de ton combat militant. Merci du soutien réel aux victimes de licenciement, encore merci de ns éclairer sur les bisbilles imbéciles que les chiens de garde essaient de divulguer pour créer de la division entre les parties prenantes du FdG. Le décryptage intelligent des faux espoirs du traité et de la politique de Hollande fait ressortir la pertinence de nos argumentaires depuis des années sur la mainmise financière des prédateurs financiers sur notre pays. Lienemann hésite, Hamon s'efface et Montebourg pédale dans la choucroute. Toi, tu n'as pas hésité.
    Viallet, 16H50 dit que tu ne parles pas de dumping fiscal et social. Je rappelle à ce camarade que tu as précisé à moultes reprises le sens de la relocalisation industrielle et agricole (planif écologique) et des visas sociaux,fiscaux et environnementaux sur des produits importés grâce justement aux pratiques de dumping. C'est un protectionnisme européen que tu réclames mais das ce sens du respect des normes admissibles pour toute civilisation humaine. Pas dans le sens nationaliste. Ce n'est pas pareil. Je trouve que notre position au FdG est lucide et claire, en n'excluant pas la nécessité d'une coopération avec les autres.

  48. Bonjour Monsieur Mélenchon - autant j'aime vous voir à la télé, autant je ne supporte pas la mauvaise foi évidente de la plupart des journalistes, uniquement orientée dans le sens du Sarkozysme, dont hélas nous ne sommes pas débarrassés autant que nous l'avons souhaité à cause de la peur entretenue par les Médias justement - j'ai retenu dans une séquence d'informations télé, ce qu'a dit le Procureur dans l'affaire de la tuerie qui fait la une actuellement : il n'accepte pas les propos qu'on lui prête et qu'il n'a jamais dits ! Imaginez Monsieur Mélenchon, ces journaleux qui se permettent tout, surtout d'enfumer au profit d'une politique " fumeuse " ultralibérale, désastreuse pour nôtre Démocratie, et qui ne respectent même pas un Procureur de la République ! Ce n'est quand même pas n'importe qui ce Monsieur ! J'ai beaucoup apprécié ce que vous dîtes et je reviendrai mieux lire dès que possible - Merci encore

  49. Michel Berdagué dit :

    Il y a un point du "mystère" à éclaircir : soit "ils" en sont conscients et accélèrent l'avancée imperturbable du désastre en le favorisant en en le sollicitant et si ça ne suffit pas en prenant le pouvoir sans vote populaire pour continuer à engranger les super-dividendes ne tombant pas du ciel,comme pour la royauté de droit divin,quoique certains des "ils" financiers milliardaires sont prêts à être très religieux question moralisation avec : si je suis obèse de fric c'est que l'autre l'a voulu.
    Soit "ils" sont comme les armées blanches innocentes et ne savent pas ce qu'il se passe (encore du divin) et que c'est pas leur faute, en plongeant dans le pot de confiture, j'ai des coupables en bouc émissaire à jeter en pâture au populo surtout que le conditionnement est au point avec les achats de tous les moyens et des chiens de garde des propagandes/intox en sens unique, surtout que la notion de sacrifice est imprégnée dans chaque substance grise et blanche. Soit l'incompétence, la nullité, la trouille, la lâcheté,, je sais un peu et...avec quelques petites réformes allant toujours dans la non remise en cause de la structure même de ces causes, et après tout avec l'individualisme établi et forcené... je m'en tire à en être le garde-chiourne moral et gentil en étant payé pas mal et serviteur du château avec une carrière assurée, par les temps et le précariat organisés c'est une réussite. Car, en effet c'est tellement gros et incompréhensible et abject, qu'ils se dépêchent de faire grossir le magot volé en sachant que c'est la fin des haricots les fayots. Cecici étant la quatrième hypothèse.
    Et nous la-dedans, Révolution Citoyenne et vous connaissez la suite, comme la presque totalité des Peuples, je ne crois pas à cette ignorance au contraire, la grande majorité sait que le FdG s'attaque aux banques pour une gestiion Publique et aussi pour la maîtrise de la création monétaire, mais les intox continuels que le privé et ses actionnaires c'est l'entreprise et seuls ils sont efficaces face aux fonctionnaires nantis et privilégiés, ont fait des ravages. Entendu aux infos, application de la RGPP, et ce matin le redressement ? à l'oeuvre avec son programme éphèmére dans la poche : sans commentaire et dire qu'ici certains nous prouvaient l'année dernière de refiler 1 euro pour appliquer la casse des soc-libéraux. C'est une grande joie que personne du FdG ne participe...

  50. Seb dit :

    Trouvé sur le site du Diplo: "Ce traité [TSCG] entrera en vigueur lorsque douze des vingt-cinq Etats signataires l’auront ratifié, et au plus tard le 1er janvier 2013."
    Sachant que déjà 8 états l'ont ratifié depuis mai (Autriche, Chypre, Danemark, Grèce, Lettonie, Lituanie, Portugal, Slovénie), quelqu'un peut me rassurer quant à l'utilité d'un référendum ?
    Par contre pas de doutes sur la manif'!


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive