13juin 12

Etat d’alerte pour Hénin-Beaumont

C’est ma fête !

Ce billet a été lu 103 323 fois.

Jeudi 14 juin : assemblée citoyenne à Hénin-Beaumont
Plus de 200 militants pour organiser un second tour victorieux face à Le Pen.

C’est ma fête en ce moment, entre les délires de la droite sur mes liens avec Mikis Théodorakis et une certaine lecture de mon résultat à Hénin-Beaumont. Cela vaut assez largement la pluie de tracts et lettres anonymes de la semaine passée. Il va donc falloir que j’en dise mon mot. Je parlerai donc des élections législatives en général. Puis de celle de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais où j’étais candidat. Vous allez en apprendre de belles. J’en profiterai pour lancer une alerte. La victoire n’est nullement assurée sur place contre madame Le Pen en dépit de l’arrogance des socialistes. Je renouvelle donc mon appel solennel à Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, venus au premier tour faire campagne contre moi, de venir aussi au second tour jeter tout leur poids dans la balance contre Le Pen.

dsc26475608Cette note va à hue et à dia, à mesure que je me déplace avec cet ordinateur, parfois perdant le fil de l’ordre d’exposition d’abord prévu. Je prends donc une précaution. Avant de publier quoi que ce soit, je veux dire ma gratitude à ceux des journalistes qui n’ont pas laissé dire sans réagir contre les calomnies d’Alain Juppé, Kosciusko-Morizet et Estrosi. Ces personnages de la droite ont répété sans savoir de quoi ils parlaient, ce qui les rend d’autant plus coupables, les propos de Marine Le Pen sur ma prétendue proximité avec les antisémites via un improbable copinage avec Mikis Théodorakis. Ils sont parfois tombés sur des journalistes qui ne laissèrent pas dire et ne se contentèrent pas de faire les passe-plats. J’ai trop pris la mesure de ce que coûte le harcèlement mensonger restant sans réplique pendant ma campagne législative pour ne pas sentir la différence de comportement chez ceux qui en sont capables. Une fois de plus, les socialistes sont aux abonnés absents. A Hénin-Beaumont déjà, j’ai appelé le candidat de l’UMP-Modem pour le remercier quand il a démasqué un distributeur de tracts anonymes du Front national et diffusé sa confession sur internet. Dans ma façon de vivre la politique, l’implacable volonté ne prive pas du respect exigeant pour ceux qui marquent de la droiture même au prix des facilités que le silence leur rapporterait. Le contraire des salauds sartriens qui se donnent bonne conscience en s’inventant des raisons de laisser faire.

Pour illustrer ce billet, des images d'actions militantes auprès des habitants tout au long de la campagne législative du Front de Gauche dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais. Photos : Rémy Blang.

Ce premier tour des législatives n’est pas glorieux. Une abstention massive dénature le vote et signe la « joie plate » dont j’ai parlé à propos de l’ambiance du soir du résultat des présidentielles. En 1981, la participation était de 70 %. Le comble du ridicule est avec le vote des français de l’étranger. Les députés vont être élus avec moins de 20 % de suffrages exprimés. Ailleurs, sur tout le territoire national, une fois de dsc01735659plus, l’abstention suit la ligne des frontières de classes, selon les quartiers et les bureaux de vote. Une fois de plus des commentaires à deux balles fleurissent sur « la fatigue des français » de voter et ainsi de suite. C’est à peine si, ici où là, perce une vision plus politique. Ainsi quand « La Croix » pointe que la bipolarisation de la vie politique se présentant davantage comme un étau que comme un choix, dissuade ceux qui se savent d’avance non représentés à la sortie du processus. Et d’interroger : « Que reste-t-il en effet aux électeurs qui ne se sentiraient représentés ni à l’Elysée ni au Parlement ? ». Bonne question. En ce qui nous concerne, Antoine Fouchet du même journal tranche dès la page deux : « Sans groupe à l’assemblée Jean-Luc Mélenchon cherchera à transformer plus que jamais l’alliance en une force "au service de l’insurrection citoyenne" ». En tous cas il est exact que c’est bien ce que, peu ou prou, j’ai l’intention de proposer, avec la direction du Parti de Gauche, à tout le parti pour son prochain congrès. Car certes, nous participons à la mascarade actuelle, et nous respectons sa conclusion parce que nous sommes républicains et que nous nous soumettons à la loi et à la Constitution aussi longtemps que le peuple ne l’aura pas changée lui-même. Pour autant, ce serait une lourde faute d’en attendre davantage que ce que nous en voyons déjà. C’est-à-dire un monstrueux déni de démocratie. Jugez plutôt. Si nous étions représentés à l’Assemblée à la proportionnelle de notre résultat électoral à la présidentielle, nous aurions soixante-quatre sièges. Si nous l’étions à la proportionnelle des voix gagnées à ce premier tour, nous serions quarante-trois députés du Front de Gauche ! On sait ce qu’il en sera en réalité. Surtout quand, par-dessus le marché, le parti dominant, le PS, consacre l’essentiel de ses forces à tenter d’écraser ses partenaires pour avoir la majorité absolue tout seul. Pourquoi faire ? Pour être certain de pouvoir rendre impossible de cette façon toute forme de débat sur les décisions qui dsc00545633viendront d’en haut ! Mais le débat aura lieu. Et bien plus tôt qu’on ne le croit chez les importants. Ailleurs et autrement puisque nous n’avons pas le choix.   

S’agissant de l’élection législative dans le Pas-de-Calais, je note le nombre de commentaires de presse sur mon résultat au premier tour qui en restent à un niveau de nullité psychologisante auquel je n’arrive pas à me faire ! La paresse intellectuelle moyenne des voyageurs du « cirque médiatique », la jubilation corporatiste haineuse palpable de quelques-uns comme « le Parisien » et « l’Express », tout cela s’est additionné en indigestes tartines. Elles fournissent une pesante  littérature qui obscurcit les faits qu’elles prétendent pourtant éclairer. Car l’étude d’un résultat électoral commence d’abord avec l’examen des chiffres. Accrochez-vous. Voici ce qu’il vous faut savoir et que vous ne lirez sous la signature d’aucun de ces « analystes » qui saturent l’atmosphère.

Premièrement dans cette circonscription, Le Pen retrouve ses voix de la présidentielle. Il n’y a donc aucune « percée » du Front national sur place. C’est l’abstention qui fait l’écart des scores entre les deux élections. Pendant ce temps la droite locale perd douze mille voix et quinze points. Le matériel électoral de la droite UMP-Modem ne comportait aucune mention de parti. Les bulletins de vote ne donnaient que le nom des candidats. Dans ces conditions madame Le Pen était en quelque dsc00415632sorte la candidate commune de la droite au premier tour. Elle ne progresse pourtant que de 0,8% ! Où est la « percée » ? Où est le « triomphe » ? Le dire, ce n’est pas minimiser le danger, bien au contraire. Je le crois extrême. Car Le Pen a solidifié son socle. Celui de la gauche n’en est pas au même point.

Deuxièmement, de mon côté je gagne mille voix et cinq points. Je passe en tête de la gauche dans huit communes sur quatorze. C’est-à-dire sur plus de la moitié d’entre elles. Et cela alors que je suis arrivé trois semaines plutôt, en challenger, quinze points derrière les deux premiers. Voilà pour l’ampleur de ma « défaite », claironnée de toute part. Le ticket socialiste ne me bat que grâce aux votes des deux villes dont les candidats titulaire et suppléant sont maires. En tous cas notre campagne, si décriée, nous a permis d’être en tête de la gauche à Hénin-Beaumont, ville sinistrée par les socialistes. Elle me permet aussi d’être en tête dans la commune socialiste d’où est partie la « marche » que nous avons organisée autour de la figure d’Emilienne Mopty ! Une marche «provocante» selon les mous du genou du « PS intelligent ». Une nouvelle fois il va pourtant devoir passer outre tout cela.

Car de son côté, le socialiste perd huit mille voix et huit points par rapport au score de Hollande ! Un effondrement passé sous les écrans radar des « observateurs ». « Le Parisien » titre même : « La surprise Kemel » avec une larmichette de bonheur au coin de l’œil ! Moins huit mille voix à gauche ! Ça c’est une jolie surprise pour un journal de droite. Pourtant Philippe Kemel n’a pas manqué de se réclamer de François Hollande. Il a même affirmé dans sa maigre profession de foi qu’il connaissait « personnellement » le nouveau 17Président de la République ! Cela n’a pas peu contribué à ulcérer ceux des électeurs socialistes qui se souvenaient de son soutien à Aubry dans les primaires. Reste le pire à savoir : Le Pen fait sa plus forte progression dans la commune du candidat socialiste. Elle y progresse de 29 %. Vous avez bien lu. La plus forte progression de Le Pen est dans la commune de celui qui me reprochait de faire progresser « l’extrême-droite ». Telle est le démenti concret des accusations indignes sur le sujet contre moi du Premier ministre et de Martine Aubry à l’occasion de leur passage sur place avant le premier tour !

Dans cette situation, il est urgent donc selon moi que soient électoralement rassemblés les socialistes, sévèrement divisées localement par les tricheries du vote de l’investiture. Il ne faut pas dire c’est de l’histoire ancienne car « Le Canard enchaîné » l’a bien raconté il y a peu : quatre jours avant le vote ! Il faut que la candidature socialiste soit dynamisée. Phillippe Kemel a refusé le débat sur France 3 avec madame Le Pen pour cette semaine d’entre les deux tours. C’est une erreur. Il paraît sur une craintive défensive. Que craint-il ? D’avoir à répondre aux mises en cause du livre « Rose mafia 2 » dont madame Le Pen fait ses choux gras. Il préfère s’en tenir à l’esquive. C’est une lourde erreur ! D’après moi il faut toujours argumenter face à Le Pen. Affronter ce qu’elle dit plutôt que de croire naïvement que ses mensonges vont s’en aller en 18fumée tous seuls. Dans ces conditions il est essentiel qu’une dynamisation soit engagée. Ce n’est pas nous qui pouvons la lancer.

Nous faisons notre travail. Mais si nous occupions le devant de l’estrade, serions-nous crédible après ce qui a été dit de nous par l’état-major socialiste? Madame Le Pen pourrait s’en amuser à nos dépends et se donner ainsi une fois de plus le beau rôle. Ce serait la contre-performance assurée. J’avais bien prévenu que les mauvaises manières du premier tour qu’ont eu les dirigeants socialistes joueraient contre nous tous au second tour, quel que soit le vainqueur de la compétition à gauche. Nous y voilà ! C’est pourquoi je crois qu’il est essentiel qu’une impulsion vienne du plus haut niveau socialiste. Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault doivent revenir dans la circonscription ! Leur présence est nécessaire. Ce sont eux qui peuvent donner du sens à la campagne socialiste du deuxième tour. Je sais parfaitement qu’au premier tour, le seul enjeu de cette élection pour les socialistes était mon élimination. Mais on n’en est plus là. Il faut prendre la mesure du danger. Les deux dirigeants socialistes doivent venir ! Au lieu d’aller au dépôt de candidature de Ségolène qui n’avait pas besoin de cela et qui n’en a eu que des retours de bâtons, Aubry aurait été mieux inspirée d’être dans sa région en première ligne de la lutte aux côtés du candidat qui doit porter notre résistance dans les urnes.

Car la situation est dangereuse sur place. Les nôtres se mobilisent. Ce n’est pas simple partout. Le journal « Le Parisien » nous informe à propos du candidat socialiste: « On murmure que ses relations avec les communistes locaux n’ont pas toujours été au beau fixe, ce qui pourrait laisser quelques séquelles ». Ce « murmure » est un fait de notoriété publique que seule la pudeur de gazelle du journal l’empêche sans doute d’expliquer. A moins que le journalisme par téléphone n’ait pas permis d’en savoir davantage. En fait le candidat socialiste a conquis sa commune en la prenant aux 19communistes… en alliance avec la droite. Quel choix rassembleur c’est là !

Mais sans doute les dirigeants socialistes pensent-ils l’affaire gagnée d’avance, et largement ! C’est ce qu’ont dit les sondages d’avant le premier tour, non ? Et c’est ce qu’a répété à l’envi le « seul candidat » qui « peut battre madame Le Pen ». Il n’empêche ! Il y a plus qu’un doute sur le sujet ! Donc il ne faut pas désarmer. Sur place, les camarades se mobilisent. Moi aussi, en dépit du mépris dont j’ai été accablé. Quoique j’ai été contacté indirectement le mardi par un improbable circuit, bien après l’heure de remise des documents électoraux, j’ai dit que j’étais d’accord pour signer ce que l’on jugerait utile à la mobilisation. Sans condition. On ne m’a rien proposé. Que faire de mieux ? Vendredi, dès mon retour de Strasbourg, je serai sur place. J’agirai personnellement et publiquement, en direction de la presse locale et sur le terrain. Il faut barrer la route à la Le Pen. C’est pour cela que nous agissons depuis le début. Les socialistes nous méprisent ? Et alors ! Nous n’agissons pas pour leur faire plaisir mais pour atteindre nos objectifs. Parmi ces objectifs il y a celui d’empêcher l’extrême-droite d’entrer à l’Assemblée. Le comportement des socialistes ne doit pas nous détourner 20de nos buts.  

Le ciel était gris de plomb, à peine perlé. L’air humide était si frais et si poisseux ! Je me demande où est passé le mois de juin. Arras comme Hénin-Beaumont me semblaient sinistres, le jour d’après. Mais depuis combien de temps n’ai-je pas vu commencer normalement une entrée vers l’été ? Pourquoi fait-il si froid ? Une nouvelle fois, juste comme au lendemain du premier tour de la présidentielle, la fatigue me tombe sur les épaules comme on le dirait d’un mur qui me choirait sur le dos. Mais cette fois-ci l’horizon de l’effort s’éclaircit. Un aller-retour sur Strasbourg, un aller-retour Hénin-Beaumont, une soirée électorale et je pourrais faire une pause. La première depuis combien de semaines ? J’ai oublié pour ne pas y penser chemin faisant. La route a été si longue ! Car samedi qui vient est un anniversaire. Il y a un an exactement, les communistes m’investissaient pour l’élection présidentielle. Il y a donc officiellement un an que je suis en campagne, sans trêve. En réalité c’est depuis plus longtemps encore, si je m’en tiens aux dates officielles. N’est-ce pas  en janvier que le Parti de Gauche m’a investi, et en février la Gauche Unitaire ? Mais quelle année ? 2011 ! Autant dire un autre siècle ! De toute façon, comme il y a eu une élection chaque année depuis la création en novembre 2008 du Parti de Gauche 06j’ai l’impression de n’avoir jamais mis sac à terre depuis cette date.

Mon téléphone s’est engorgé ! Il faut se donner en toute chose de la méthode et des buts. Mon projet fut donc de répondre à chacun. Ce fut bien du travail. Cependant je mentirais si je disais que seuls vinrent des réconforts ou des messages de solidarité. Au téléphone c’est sûr. Mais dans la presse, quel festival ! Avec le résultat ressurgit l’habituelle cohorte de tireurs dans le dos, anciens « amis de trente an », « dirigeants socialistes » et même « communistes », quand ce ne sont pas des « proches ». Mais qui sont-ils ? Ils témoignent tous sous le sceau du secret et de l’anonymat. Pourquoi ? Quels risques encourent-ils ? Pourquoi un journaliste accepte-t-il de publier un témoignage anonyme quand ce témoignage n’inclut aucun risque d’aucun ordre à part celui de l’ignominie personnelle ? Quand le journaliste socialiste Philippe Martinat écrit à mon sujet ce que vous allez lire quel jeu joue-t-il ? : « "Si marine Le Pen était élue dimanche prochain, il en porterait une part évidente de responsabilité pour l’avoir mise sur un piédestal", souffle un député socialiste ». Quel député ? Pourquoi ne pas le dire ? N’est-ce pas là une opinion assez banale ? Pourquoi la proférer en secret ? Quel genre de journalisme est-ce là ? En fait c’est une invention pure et simple d’un journaliste militant qui dissimule sa propagande derrière de soi-disant anonymes. Quant au fond de ce qu’il dit, je réponds avec les mots d’un autre journaliste, Pierre Marcelle de « Libération ». M’accuser, comme l’a fait Martine Aubry avant Philippe Martinat, 10d’être responsable de la mise en valeur de Le Pen ? Autant accuser les pompiers de mettre en valeur l’incendie !

Si rien n’est plus douteux que l’existence de ces soi-disant témoins anonymes il en va peut-être différemment à propos des « anciens amis ». Qui sait ? Ceux-là sont une réalité. Corrompus par l’appât des places, avilis par l’habitude des « témoignages » ignominieux, traînant comme les fantômes sans consistance d’un passé révolu, leur existence médiatique se résume à me nuire dans les moments de transes où la bête médiatique veut goûter du sang et des larmes. L’ancien « proche » sert à donner aux perfidies et délires des plumes hostiles la dose de piquant sans laquelle le caractère venimeux de leur prose se verrait trop. Ainsi, à côté des lettres anonymes, il y a maintenant les « témoins anonymes » de la presse. Aussi insaisissables que les précédents, ils pourriraient ce qui reste de stable et noble dans la vie politique que sont les vraies amitiés et les compagnonnages incorruptibles. Ceux-là se sont mis en mouvement avec chaleur depuis dimanche soir.

Les messages de sympathie ont afflué. Ils me touchent. Je varie mes réponses autant que possible. Mais l’idée reste la même, finalement, quand je veux venir à l’essentiel. Le travail a été fait et bien fait. De plus, je ne veux pas que la haine contre les dirigeants socialistes qui nous ont traités de cette manière indigne devienne une ligne politique. Le Parti socialiste est un astre politique mort. Ce que nous en voyons est juste une rémanence électorale sans consistance dynamique. Tout y tient par la colle du vote utile et autre niaiseries du même acabit. Rien de cela n’est le début d’une ligne offensive cohérente, ni une vision de l’avenir. Il est radicalement inapte pour affronter la crise qui vient comme un parti de masse capable d’organiser l’action populaire. Les entendre parler aux autres est en soi un véritable indicateur. Ainsi du ton haineux, hautain et méprisant de proconsul du type Bartolone ou vicieux comme ce Christophe Borgel qui pérore : « la mobilisation profite à toute la gauche. » Quand il vient d’organiser la déconfiture de ses alliés des Verts autant que de ses concurrents du Front de Gauche ! Et cela juste avant de dire une autre énormité pleine de duplicité : « Si on obtient la majorité absolue cela signifie aussi plus d’élus pour les écologistes et le Front de Gauche ». Après cela étonnez-vous que nous ayons de plus en plus de mal et de 09moins en moins d’arguments à produire en faveur de la fameuse discipline républicaine ! Une grosse colère couve de toute part. Elle serait mauvaise conseillère.

Car notre tâche ne peut être menée si nous nous laissons scotcher dans les règlements de compte avec le PS. Nous devons au contraire être en offensive créatrice, dynamisante, conquérante, en dehors d’eux, sans en tenir compte ni même les évoquer. Il ne faut absolument pas s’occuper d’eux pour bien mener ce travail. Le but est de gagner des forces et du respect dans les milieux qui nous intéressent et qui sont l’enjeu de notre action de conviction. Nous les gagnerons pour une action positive et allante ! Pas pour régler des comptes avec le milieu étroit des catégories sociales impliquées par le plans de carrière socialiste. C’est de cette façon que nous venons de marquer des points partout où nos candidats ont mené campagne. Je parle des points sur le tableau qui compte pour nous. Pas sur celui que tiennent les autres. C’est de cette façon que nous venons d’agir dans la campagne à Henin-Beaumont.

J’ai le cœur tranquille que l’on a toujours quand le travail a été bien fait. Tout a été accompli dans les règles de l’art. Boîtage, tractage, réunions publiques et ainsi de suite. Tout. Et pas en vain. J’ai dit que nous avons gagné mille voix et huit points, depuis la présidentielle. Si l’on se rapporte à la précédente législative nous avons gagné six mille sept cent voix ici. Comme on me l’a dit : je ne suis pas venu pour rien. On mesure donc quel effort nous avons fourni pour parvenir à notre résultat final. Encore n’ai-je parlé ici que d’évaluations chiffrées à propos du résultat de notre action électorale. Mais que dire de la renaissance de notre force politique dans ces parages. Je ne dis pas que nous étions éteints. Ce n’était pas le cas. La base communiste existante n’a jamais lâché le terrain. Mais mon arrivée et la galvanisation créée par l’enjeu a reconstitué une dynamique collective qui a atteint la société elle-même dans 01plusieurs de ses secteurs. Pour moi c’était l’essentiel.

Le problème posé par l’extrême-droite ne se règlera pas dans l’instant ni par une seule campagne électorale. Il va s’approfondir avec le blanc-seing que lui donne le néo-lepénisme médiatique. Celui-ci, selon moi, n’est qu’une conséquence du fait que la digue a sauté à droite et que ce fait est assumé par un nombre croissant de commentateurs qui jugent positivement cette évolution. Dès lors que la pente est prise, à côté de purs partisans de cette ligne marcheront tous les faibles pour qui le commentaire ne peut s’éloigner d’une ligne médiane dans la masse de ce qui se dit, quel que soit le contenu de ce qui se dit. C’est le camp de « cinq minutes pour le bourreau, cinq minutes pour la victime et chacun a eu sa part équitable. » La règle d’or d’un côté, de l’autre la haine des musulmans remplaçant celle des juifs qui avait pourri la génération précédente, voilà le fond doctrinal moyen non-dit du petit monde qui veut diriger les esprits. L’atavisme est si violent que de simples faits électoraux pourtant 23excitants pour l’esprit, ne sont plus traités par ceux-là même qui se piquent d’analyse. Voyez.

J’ai dit que notre concurrent socialiste a perdu huit mille voix et cinq points. Cela ne l’a pas chagriné outre mesure, si j’en crois ce qui se lit dans la « Voix du Nord ». En apprenant que je reconnaissais notre deuxième place, la salle des socialistes exulta de joie : « On a battu Méluche ! ». J’étais bien leur adversaire, on le voit. Mais où sont passé les huit mille voix perdues par le socialiste depuis la présidentielle ? Mettons que ce soit de là que viennent les mille voix que j’ai gagné. Il en manque sept mille. Où sont-elles ? Personne ne le leur demandera. La droite en a perdu douze mille. Ou sont-elles ? Personne ne le leur demandera non plus. Pourquoi n’y avait-il aucune mention UMP ou Modem sur le matériel électoral de leur candidat commun ? De la sorte, c’est comme si la droite était absente, poussant ses électeurs abandonnés dans les bras de la madame. Cherchez trace de ce fait dans la presse. Il n’y en a pas. Comment se fait-il que j’ai été la cible exclusive des lettres anonymes déversées sur le secteur sans un mot de soutien des socialistes locaux ou nationaux contre ce genre de méthodes ? Pourquoi n’en est-il question nulle part ? Quel a été l’impact en faveur du vote FN de la parution du deuxième tome de « Rose mafia » trois jours avant le vote ? Et de l’interview sur ce thème à France 3 de l’infect Dalongeville, l’ancien maire de Hénin-Beaumont, par qui toute la catastrophe a commencé ? Rien, pas une trace dans le roman sensationnaliste déversé sur ma « défaite ». Quel impact des sollicitations de David Pujadas au journal de 20 heures suggérant à madame Le Pen de dire que je sollicitais un vote « ethnique » ? Le corporatisme confraternel interdit que cela soit interrogé.

Bien sûr il faut tenir compte du hasard, de l’amateurisme, du manque de professionnalisme dans tous ces non-dits. Bien sûr il faut tenir compte de l’effet « cirque médiatique », de la cohue venant le vendredi seulement, jour de marché, « observer » l’inobservable du fait de la cohue des caméras et appareils photos. Bien sûr il faut tenir compte du fait que les 27uns recopient sur les autres sans talent ni curiosité. Bien sûr il faut tenir compte que rien de tout cela n’est vrai dans tous les cas. Mais il y a quand même un fil conducteur à tous ces silences qui délaissent des faits pourtant avérés et éclatants de questionnements. Avec ma « défaite », c’est que l’essentiel est sauvé pour la bonne société médiatico-compatible : les rouges sont repoussés. Le reste n’a pas d’importance à leurs yeux, semble-t-il. Je prendrais volontiers donc le parti que m’avait recommandé François Mitterrand en son temps : ne plus lire la presse. En fait, quelque goût que j’en ai en réalité, je me protègerais de cette façon contre le chagrin que soulèvent en moi ce constat de l’aveuglement et de la fascination morbide pour madame Le Pen. C’est cette même veine glauque qui fit en son temps les Drieu la Rochelle et les autres intellectuels brillants qui finirent comme on sait. Une nouvelle faillite des élites se dessine sous nos yeux. Il est vain d’attendre d’elles quelque mise à distance que ce soit. C’est à mes yeux le plus grave dans le moment que nous vivons.


1 074 commentaires à “C’est ma fête !”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1122 »

  1. 1
    Laurette dit:

    Nous sommes toujours avec vous, je n'écoute plus les médias depuis longtemps...
    Courage et encore merci d'avoir réveillé nos consciences.
    Cordialement.

  2. 2
    morvandiaux dit:

    Nous avons un peu la gueule de bois, la confrontation avec une réalité qui montre combien la société française est imprégnée des idées des "Le Pen" est difficile, le combat sera long d'autant que le FdG risque de n'être pas "nécessaire" à la future Assemblée Nationale pour contraindre le PS à éviter les tentations droitières qui lui sont intrinsèques.
    Ces législatives, (organisées et voulues par Jospin,) misent dans l'ombre de la Présidentielle pour 5 ans ont provoquées un taux d'abstention record : c'est une défaite de la démocratie, jamais une Assemblée Nationale ne sera aussi mal élue ! transformées en élection de "ratification", les choix stratégiques du PS et EELV de ne pas réanimer le débat démocratique ont fait le reste,
    Les médias serviles inféodés aux pouvoirs servent chaque soir une soupe infâme absorbée par les millions de "citoyens" transformé en "consommateur" le "danger" de l'immigré plutôt que le "banquier" s'invite au souper dans les foyers pour le plus grand bien du MEDEF.
    Au loin, j'entends comme des bruits de bottes : c'est le temps des "manipulations" de masse ! quelquefois je suis heureux de mon âge !
    Salut et Fraternité
    (démocratie : Front de gauche obtient 6,91 % des voix et de 13 à 20 sièges(40 à la proportionnelle !) contre 4,3 % des voix en 2007 et 24 sièges).

  3. 3
    Annick dit:

    Bon courage et encore merci.
    Cordialement

  4. 4
    lakri dit:

    Bonjour mr Mélenchon,
    Le probléme, c'est que nous voulons d'une vrai démocratie, il faut remettre en question les causes profondes de ce marasme. Puisque vous désirez réellement cela vous aussi, pourquoi ne pas mettre le tirage au sort au centre du programme du front de gauche ? Ca sa serait vraiment révolutionnaire, et juste.
    C'est la seule solution pour le peuple, il nous faut une vrai démocratie maintenant.

  5. 5
    Christine Cardot dit:

    Quand je lis les articles sur le Front de Gauche et votre "échec" lors de ces dernières élections, je réalise à quel point les médias se trompent encore et toujours jusque dans leurs analyses. Le Front de Gauche n'est pas un parti, c'est un rassemblement comme il n'y en a nul part ailleurs en France. Encartés ou non, nous sommes là, tous différents, forts de nos idéaux pour redonner la primauté à l'humain, et unis pour ne plus laisser l'avenir de nos gosses ou de nos vieux aux mains de politicars verreux. « Mais où on était passés ? Où on était disparus tout ce termps ? On se manquait ! On s'espérait ! On s'est retrouvés ! » Et ça, c'est pas prêt de s'arrêter ! Vous représentez un phare dans la nuit pour beaucoup de déçus de la politique, et nous sommes nombreux à rester déterminé à entretenir cette flamme que vous avez su porter contre vents et marées. Merci Monsieur Mélenchon.

  6. 6
    Alain TARRINI dit:

    Tout mon soutien et toute ma gratitude pour le combat que tu mènes et dans lequel je t'ai rejoint.
    Ici, dans les Bouches-du-Rhône, le combat aussi est rude contre le FN et de plus en plus une droite qui se Le Penise. Dans cette législative,tu as pu,malheureusement,te rendre compte de la pourriture dont sont capable ces adversaires-là. Ne lâchons rien et repartons au combat après avoir tiré les leçons de la situation.

  7. 7
    cheray dit:

    Nous attendions avec impatience ton commentaire depuis dimanche. Merci encore pour tes analyses justes et avisées.
    Le combat continue. résistance.

  8. 8
    obermeyer dit:

    Magnifique commentaire de Jean-Luc, qui malgré toutes les trahisons ne dévie pas des objectifs. Cette analyse prouve bien que l'on ne peut compter que sur nous même et les coups à venir de toute part contre l'intérêt du peuple, principalement de la part des nouveaux dirigeants, feront que l'on se retrouvera dans la rue, sur les places, devant les banques, les casernes et les préfectures.
    Merci Jean-Luc, ne lâcherons rien tu peux en être sûr ! On se retrouvera bientôt sous nos drapeaux rouges et verts.
    Salut et fraternité

  9. 9
    Bertrand Périssé dit:

    Hommage à 2 députés - mes camarades - qui, en fondant le Parti de Gauche, ont mis consciemment leur poste dans la balance, pour leurs idées : Marc Dolez va être réélu, pas Martine Billard. Respect. Hommage à toi Jean-Luc pour la vigueur de ta parole et de tes actes, pour la beauté des idées que tu défends dans le débat républicain, même si toutes ne m'agréent pas.

  10. 10
    A. Berger dit:

    Nulle idée n'arrive à la victoire sans de très longs combats. Mais au bout, si elle est juste, elle vainc. Pour cela, elle utilise souvent comme ultimes soldats les descendants de ses anciens ennemis. C'est ainsi la Gauche qui a porté le féminisme, la liberté du corps, la contraception et l'avortement ; mais c'est sous Giscard d'Estaing, et par l'entremise de Simone Veil, ministre de Droite, qu'une grande partie de se combat a reçu sa première récompense.

    Nous ne nous remuons jamais en vain. Les lois morales que nous portons en nous finissent par contaminer jusqu'à nos ennemis jurés, qui ramassent alors la gloire de les avoir gravées dans le marbre, eux et pas nous ; mais qu'importe ! L'histoire des idées est ainsi faite qu'elle ne peut rien cacher ; on sait qui est la source ancienne. Donc bravo à tousses, et merci pour cette aurore.

  11. 11
    fredeva dit:

    Merci Monsieur Mélenchon de continuer pour nous ce courageux combat. Nous sommes prêts.

  12. 12
    BERNARD alain dit:

    Effectivement les digues sont rompues entre la droite et l’extrême droite. Espérons que les élections grecques vont signer le début de la révolte des peuples européens

  13. 13
    denis rouet dit:

    Merci et courage ! La vision est lucide comme d'ab.
    Il faut tout de suite regarder l'horizon des nouvelles tâches qui s'annoncent. Fin de la période romantique, la révolution citoyenne n'est pas encore pour aujourd'hui. Certains camarades en garderont peut être une déception qui aura du mal à passer, chercheront des boucs émissaires, ou des raccourcis pour mettre dans le mille sans délai... Mais nous sommes des dizaines de milliers prêts à accomplir le boulot tel qu'il se présente : s'enraciner pour les batailles de demain, faire du Front de Gauche une force ordonnée puis incontournable puis imbattable. Il faut faire la place au sein d'un Front de Gauche organisé à toutes ces têtes dures qui sont prêtes à donner leurs bras et leur neurones, et qui demandent un espace pour participer aux décisions collectives.
    Fin du flux, dans le reflux l'urgence c'est de s'organiser, et d'enfoncer les pieds dans le sable, Surtout ne pas oublier que fatalement le flux et le reflux, ça fait marée.

  14. 14
    Daniel Plault dit:

    Tout ce qu'on a pu entendre sur toi Jean-Luc ne changera pas mon avis, mon attachement pour les valeurs que tu as portées et que tu portes.
    Ils étaient tous (journalistes ou autres), motivés par le PS pour te déglinguer. Ils ont tout fait pour te déglinguer.
    Je te remercie pour ce que tu as fait, [...]

  15. 15
    Brosset Michel dit:

    Bonjour Jean-Luc et encore et toujours merci pour cette analyse de la situation. La révolution citoyenne viendra par la rue pour instaurer la sixième république. Il est temps de changer ce système politique. Comment peut-on se dire en démocratie lorsque l'on connaît le sens de ce mot.
    Toute mon amitié et pour descendre dans la rue oui il y aura des drapeaux rouge, rouge et vert et bien d'autres pour ne pas ce cacher comme le préconisent certains.
    Car demain il y aura du noir et du brun sous le couvert de la république.

  16. 16
    Manu dit:

    C'est maintenant que la crise financière touche le coeur de l'Europe (Espagne et Italie) et que les politiques vont sacrifier les acquis sociaux sur l'autel du sacro-saint marché que nous allons avoir besoin des explications claires et précises des hommes et femmes politiques du Front de Gauche dans les médias et sur le web sur ce qui est en train de se produire.
    Ce n'est sans doute pas plus mal que le FdG soit absent de la représentation politique nationale. Lorsque l'engouement journalistique pour la campagne électorale sera retombé et que les nuages des sauterelles financières s'accumuleront au-dessus de la France, ce sera sans doute mieux de ne pas être dans la barque afin de proposer une solution vierge de toute compromission avec le pouvoir.
    Ne vous focalisez plus sur le FN, il va retomber dans l'anonymat de l'entre-deux élections, mais utilisez votre force de conviction et vos talents de communicateur pour vous rapprocher de tous les électeurs fâchés mais pas fachos et tous ceux que la politique a oublié depuis si longtemps au bord de la route pour leur dire qu'une autre politique est possible. Il nous faudra travailler longtemps et profondément pour venir à bout de 30 ans de pensée unique.
    N'oubliez pas, à la fin, ce sera entre les fachos et nous.

  17. 17
    frédéric dit:

    Il est de plus en plus compliqué de voter PS, même en second choix. A leur crédit : leur ligne est claire. C'est leur "programme", et rien d'autre. Leurs nouveaux alliés verts sont de simples faire valoir, les consignes de vote pour le 2e tour me font penser à celles distribuées dans une caserne où "penser, c'est déjà désobéir". Je n'irai pas voter pour ces candidats dimanche. Le combat aujourd'hui est autour de nous, nous devons expliquer inlassablement à notre entourage le rôle mortifère des medias dans la manière dont la pensée unique est imposée, dans la manière dont les medias servent la soupe aux puissants. C'est un long travail. Mais les scores électoraux réalisés par Jean-Luc Mélenchon à Hénin montrent que la pédagogie fonctionne, même si le terrain est difficile. Souvenons nous des meetings de la présidentielle, de la Bastille. Les gens étaient réceptifs. Ils le sont toujours. J'ai confiance, on progressera.
    Porte toi bien Jean Luc, on te sent fatigué. Et ne t'en fais pas, le travail déjà accompli ne l'est pas en vain.
    Bien amicalement

  18. 18
    erlea2904 dit:

    Heureuse de voir que vous êtes toujours debout et combattif.
    "Ailleurs et autrement"... Voilà, un bel horizon de luttes à dessiner pour l'avenir.
    Ne lâchons rien!

  19. 19
    Yann Dantal dit:

    Que dire de plus, Cher jean Luc tant votre analyse s'aligne avec perfection aux réflexions qui sont les nôtres en ce moment. Respectons l'électorat socialiste pour le ramener à nous lentement oui, mais inéluctablement. Restons exemplaires, votons pour les candidats du Parti Socialiste de manière disciplinée puis ignorons les tout en bossant comme des morts de faims pour expliquer, convaincre et batir...
    Gardons nos lignes fondatrices, affrontons l'extrême droite, affrontons l'ennemi qui se cache derrière, c'est à dire les détenteurs de titres des dettes publiques illégitimes qui pillent nos impôts, demandons sans relâche la taxation des déplacements de matières premières et de biens de consommations...
    Comme le laisser présager votre conclusion, construisons ensemble un média d'information, un média d'excellence et de liberté...
    Un seul mot M Mélenchon: Respect.

  20. 20
    Jean Pierre Dumartin dit:

    Je suis du Sud Ouest, j'ai tracté pour les européennes, j'ai repris espoir pour les présidentielles et j'ai aussi courbé l'échine pour aller à la rencontre des citoyens. La parole a été portée dans les rues et les quartiers. J'ai pensé que c'était une erreur politique que d'aller dans le Pas de Calais. Votre place camarade était dans le grand Sud Ouest en concordance avec votre élection au parlement Européen......J'en suis convaincu.L"homme est grand, il a été méprisé par les médias et tous ses adversaires y compris par ceux qui se réclament de la gauche.......Un jour viendra où la vérité finira par l'emporter...Les temps futurs risquent d'être durs pour le peuple. il avait dit, c'est NOUS ou EUX! Le résultat est là, affligeant, mais la lutte continue, il ne faut rien lâcher. Ils ont les médias, nous, nous avons le coeur et l'amour.

  21. 21
    ALAIN LE VOT dit:

    Quelle magnifique note ! Très franchement, on en avait besoin car l'ostracisme des socialistes fait quelques dégâts supplémentaires dans les têtes en engendrant des attitudes sectaires entre nous. J'invite les lecteurs de ce blog à diffuser largement le texte ci-dessus.
    Les tempêtes ne vont pas disparaître avec le "vote utile". Ils nous faut au contraire resserrer les coudes entre tous les militants du front de gauche pour les affronter ! Nous sommes désormais le seul rempart à la déferlante des sales idées qui ont contaminé la tête de bon nombre de nos concitoyens.
    je ne savais pas trop comment analyser et surtout expliquer ce que je ressentais avec bon nombre de mes camarades, vous venez d'éclairer le chemin. En tous les cas, je vais passer une bonne journée. Merci Monsieur le co-président !

  22. 22
    Olivier Tomasini dit:

    Nous sommes toujours derrière vous, tout aussi déterminés que lors de votre venue chez nous (chez vous) le 14 avril sur les plages.

    "Un militant de la 3eme circonscription de marseille derrière sa candidate Marie Batoux"

  23. 23
    robin des voix dit:

    L'autre cirque de l'UMP c'est de faire diversion en traitant d'extrémiste le FdG en le comparant au FN alors que ce curé mielleux de Copé s'est radicalisé à l'extrême droite en toute sainteté comme son prédécesseur le Nain Toxique et sa bande de truands. Là aussi les journaleux ils sont aveugles ? Ou complices du fascisme qui s'annonce à nos portes ?
    Bravo Jean-Luc toujours prêt au combat ça fait plaisir, la déconfiture PS coulera de source sa facilitera la tâche bientôt.
    Que des arrivistes ceux-là.

  24. 24
    Arnaud Leroy dit:

    Monsieur Mélenchon, je crois que vous avez fait du bon boulot, néammoins je m'interroge sue les raisons de votrechoix de candidature à Hénin-Beaumont, certes choix médiadique et peut-être nécessaire pour le court terme, mais choix poliltique que je continue à penser malencontreux pour le long terme. Je ne peux m'empêcher de voir dans le pannier de crabe qu'a réussi à rassembler et à focaliser sur Hénin-Beaumont la BBH (Blonde Bleu Hénin), et n'y voyait aucune allusion perfide contre Bardot, ne mélangeons pas tout! Bref, ne devenons pas plus bête que la droite populiste et le PS (parti du salut qui devrait se repencher sur les hésitations et compromissions des socialo durant la république de Weimar et qui ne voyait que leur intérêt politique à court terme). Bref restons intelligent et mettons de l'imagination dans nos mécaniques et rouages de pensée (heureusement Marine n'est pas Straser, ni Adolf et appelons un chat, un chat; parlons d'elle comme la digne héritière des ciments Lambert, la droite Mauracienne et du capital sexuellement transmiscible comme toutes les maladies sexuelles et ne tombons pas dans la caricature politicienne ou le rappel historique weimarien peut nous emmener. Pour tous un peu sourire, je l'espère! Je vous rappelle cette phrase de Julos Beaucarne, De mémoire de Rose, on n'a jamais vu un jardinier mourrir, rêvons sur l'éphémère de BBH mais gardons à l'esprit que certains socialistes aux idées courtes (et chvx même pas longs) l'aident à se...

  25. 25
    carol dit:

    Merci jean-luc pour nous avoir entrainé à faire de la vraie politique, pas celle des idées reçues et des faits divers. Nous avons été fier-e-s d'appartenir au front de gauche comme le dit si bien Ariane Walter.
    La mobilisation continue dans les réseaux crées, animés avec beaucoup de coeur et de convictions, on lâche rien!
    Les militants de la 3ème circo de l'aude (parmi lesquels ceux de Mouthoumet!) où la candidate FdG a fait 8,1% en pleine hégémonie ps, t'adressent leurs encouragements et leur reconnaissance pour ces discours, meetings et autres marches où tu as mis la barre très haut!
    A propos de chiffres comparatifs.

  26. 26
    Françoise 32 dit:

    Ah ! quel plaisir de lire toutes ces explications malgré les difficultés que nous traversons !
    La mobilisation citoyenne doit continuer en tout lieu.
    Merci Jean-Luc de rester à nos côtés. Nous restons avec toi.

  27. 27
    yannick (militant pdg) dit:

    Jean-luc, camarade
    Tout ça nous rend malade pour toi. Ce matin encore, j'ai entendu copé te définir comme antisémite et antisioniste sur TRL, devant un Aphatie ne pipant mot.
    Concernant Henin Beaumont, la défaite fait mal, mais le combat était plus important que la victoire. Tu sera, et nous serons ceux qui ont combattu, qui ont été battu mais qui n'ont rien perdu de leur envie de porter le programme de l'humain d'abord. Et qui parviendront à défaut de l'appliquer, à l'infuser tout au long des prochains mois.
    Fraternellement

  28. 28
    Maria dit:

    Chapeau bas, Monsieur! C'est vraiment pour la premiere fois de ma vie (47 ans) que je vois un homme politique parfaitement integre et d'une capacite inepuisable (apparament) de defendre l'interet public. Merci.

  29. 29
    Michel Maurice Fortin dit:

    Merci à vous pour toute cette énergie déployée contre la cohorte des vendeurs de noirceur. Merci aussi pour cette lucidité qui nous redonne du courage et de la lumière dans les heures d'après combats. Merci enfin pour le courage dont vous faites preuve encore et encore... On aurait bien envie de vous dire de vous reposer un peu... mais nous avons tellement besoin de votre engagement. Merci !

  30. 30
    LIBERSART dit:

    Merci Jean-Luc pour la flamme du changement que tu as fait renaitre. Celle-ci semble éteinte mais la braise subsiste, une brise suffira pour la raviver. Alors viendra la période propice à l'humain. Mais que de temps perdu et combien de souffrances auraient pu être évitées avec la mise en place de notre programme.
    Courage, nous avons besoin de toi.
    Fraternellement.

  31. 31
    Charles GIRAULT dit:

    Cher Jean-Luc,
    nous ne pouvons que partager ta tristesse et ton indignation. Mais rappelons-nous des rassemblements énormes de la campagne présidentielle, de ceux de ta campagne dans le Pas de Calais, et de ce que tu nous as répété : un élan s'est créé et il n'est pas près de retomber.
    Observons également de près ce qui se passera en Grèce dimanche prochain : si jamais le résultat est celui qu'on espère, et qu'une réelle politique de gauche se met en place, cela fera un exemple tout près de chez nous, qui pourra nous servir pour les prochaines échéances. La Grèce sera peut-être plus parlante pour les gens que les exemples d'Amérique du Sud que tu as souvent mis en avant, car il s'agit d'un pays européen.
    Il y a de réelles chances que l'avenir proche soit meilleur !
    Courage à toi et repose-toi bien après une si longue campagne,
    Amitiés.

  32. 32
    Nath dit:

    Bravo Jean-Luc, ton courage et ton opiniatreté nous soutiennent infiniment. Je guettais ce billet depuis ta (notre) sombre mine de dimanche soir... et le soleil revient ce matin !
    Notre prochain combat ne doit-il pas être la proportionnelle ? Je suis tjs navrée de voir que seule la démente le porte systématiquement. Comme si ce semblant de représentation nationale ne nuisait qu'à elle.
    Plutôt que de quémander comme le fait P. Laurent que le seuil du groupe soit ramener à 10 (quelle petite ambition entre les 2 tours !), exigeons haut et fort LA PROPORTIONNELLE !
    Pour le reste, tout à fait d'accord : le 3ème tour dans la rue puisqu'on nous laisse pas le choix.
    L'astre mort, lui, en entrant en décomposition avancée, pue comme jamais !
    Salut et fraternité à tous.

  33. 33
    Pierre Le Saout dit:

    Merci Jean Luc pour cette analyse et cette réflexion !
    J'ai lu aussi hier avec intérêt le billet de Corbières qui dit également des choses très justes sur la situation.
    On voit bien qu'actuellement le discours de l'UMP vise à diaboliser le FrontdeGauche en l'accusant de tous les maux! Venant de ce camp là, rien d'étonnant, mais ce qui est grave c'est l'absence de réaction du PS face à ces calomnies... Honte à eux !
    Merci encore et bravo pour ces 2 belles campagnes et pour ton courage politique... le combat continue, on ne lâche rien !
    Pierre, militant du PG à Rouen

  34. 34
    Pierre Kirool dit:

    Merci à vous.
    Je signale juste que une ministre socialiste au moins défend le FdG. Michèle Delaunay ici et .

  35. 35
    poulette dit:

    Jean Luc
    Merci d'être la pour nous tous qui revons d'un monde meilleurs.
    Merci pour ces belles campagnes.
    Merci d'avoir mouillé votre chemise.
    Merci de combattre la haine.
    Merci pour cette fierté qui m'a envahi quand j'ai déposé mes bulletins dans l'urne.
    Dans ma circonscription, Sandrine Hurel (PS) demande à Sébastien Jumel (PC) de l'appeler pour trouver un accord pour le deuxième tour. Je signale que c'est elle qui a besoin de nos voix. La moindre des politesses serait qu'elle fasse cette démarche. Nous ne sommes pas ses laquais, elle n'aura pas ma voix.
    Nous ne lâchons rien.

  36. 36
    Tatiana dit:

    "Vous qui soutenez la patrie chancelante contre le torrent du despotisme et de l'intrigue (...), je ne vous connais pas, mais vous êtes un grand homme. Vous n'êtes point le député d'une province, mais celui de l'Humanité et de la République".

    Voilà qu'un lynchage en règle de votre personne a commencé. Comble de l'ironie, nous, au Front de Gauche, serions une horde de partisans de la Terreur, quand madame Le Pen serait l'esprit républicain incarné. Ils veulent vous sacrifier sur l'autel du sens commun, semble-t-il. Soit. Peut-être auront-ils votre peau auprès des esprits faibles, mais le flambeau que vous avez allumé ne s'éteindra pas de sitôt.
    Si l'Histoire semble bien ingrate envers vous, c'est qu'elle l'est toujours, à court terme, envers les justes. Mais toute action trouve toujours sa rétribution, son accomplissement, sur le long terme.
    A voir les chambardements qui s'annoncent, ceux qui s'imaginent que tout sera réglé quand ils auront votre tête, monsieur, se trompent lourdement. Tout se délite, à une vitesse plus ahurissante que jamais, et leur file entre les doigts. Vous l'avez dit, l'Histoire est en marche, et malgré les épisodes de folie collective que l'ont peut déjà entrevoir d'ici, nous resterons, fidèles au poste, à défendre les Lumières et la Raison. Ils veulent nous faire croire que vous êtes fini : au contraire, tout ne fait que commencer.
    Merci pour le travail exceptionnel que vous avez accompli.
    Salut et Fraternité.

  37. 37
    marianne du 76 dit:

    Nous sommes toujours avec vous, au point que je demande si je vais pas adhérer au PG !
    En effet ex conseillère municipale divers gauche, en 2008, on m'a remisé en fin de liste pour faire rentrer des camarades socialistes ! Jeu de dupes j'ai préféré pas me présenter.
    Mais vous mr Mélenchon, vous avez su nous redonner espoir!
    Merci encore

  38. 38
    Boris, PG Lilas dit:

    Grâce à vous, nous nous sommes retrouvés, et on ne se lâchera plus. Nous sommes des millions à votre côté. Prêt-e-s à vous faire la plus belle fête de façon à vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour redonner un sens à notre engagement, pour nous en redonner toute la fierté. Et à Hénin-Beaumont, tout simplement pour défendre la République, la seule vraie, la Sociale ! Les insultes dont vous êtes victime nous visent tou-te-s et nous soudent autour de cette force conquérante qu'est le Front de Gauche.

    Salut et Fraternité !

  39. 39
    Papita31 dit:

    Merci Jean-Luc,
    pour ces nouvelles détaillées qui ne sont pas très surprenantes et surtout pour l'analyse pertinente des résultats.
    Nous sommes et serons avec vous pour continuer à défendre l'humanisme et la libre pensée.
    Le pédalo ne va pas tarder à prendre l'eau et le capitaine ne sait pas nager...
    Ne lâchons rien

  40. 40
    mamienette dit:

    Encore une fois un grand merci Monsieur Mélenchon pour votre billet qui nous éclaire et contribue à nous faire comprendre la situation politique de notre France Républicaine bien malmenée ces dernières semaines. Nous continuerons avec le FdG à dynamiser la force que vous nous avez donnée. Merci à vous et à votre équipe. Ne lâchons rien. Reposez vous

  41. 41
    Huet Yvon dit:

    Juste un mot à Jean Luc Mélenchon. Il faut continuer le Front de Gauche avec les communistes qui eux, ne sont pas en rupture affective avec les socialistes, mais avec la social-démocratie, ce n'est pas une découverte. Les capitalistes savent défendre leur butin, quel que soit le moyen. Pour que les peuples s'émancipent, il nous faut être clairs avec eux. Beaucoup de travail à faire dans chaque parti du Front de Gauche pour préparer la suite. Les communistes, encore une fois, ont dérouillé. Ils sont durs à cuir et il faudra qu'ils se renforcent Sans eux, sur le terrain de la vie, le Front de Gauche finira comme le NPA. Le programme du Front de Gauche doit être affiné. Il est encore trop vague sur bien des points. Et il faut travailler avec les citoyens pour continuer à le construire. Encore un piège. Les médias aux ordre du système savent jouer avec les talents pour mieux les étrangler en haut de l'arbre. Cela dit Merci à toi Jean-Luc comme on pourra remercier n'importe quel d'entre nous. On ne lâche rien.

  42. 42
    Laurent dit:

    Bonjour camarades,
    Soyons lucides : nous ne pouvions pas, en 2 campagnes électorales dans les conditions que nous connaissons tant structurelles que conjoncturelles, mettre fin à 30 ans de laisser-aller. Certes notre représentation ne sera pas à la hauteur des résultats mais honnêtement quel beau parcours effectué ! La révolution ne se fait pas sur un claquement de doigts, il faut déjà réveiller les consciences engluées dans le mensonge et la politique de comptoir. Mais les consciences, Jean-Luc, sois-en certain tu en as réveillé plus d'une. Merci à toutes les composantes du Front de Gauche et à toi Jean-Luc particulièrement qui n'a pas hésité une seconde à mettre en péril ton propre destin pour le combat des idées.
    Fraternellement

  43. 43
    Arthur dit:

    Bravo et merci d'avoir marché devant! Nous sommes plus que jamais à vos côtés pour lutter contre le libéralisme et la haine de l'étranger. Merci d'avoir ouvert la voie. La route est encore longue mais le chemin est tracé.
    Encore bravo, ne lachez rien!

  44. 44
    JR84 dit:

    Bravo ! Jean-luc tu as fait le job et tu as magnifiquement gagné ton pari ! Tu avais raison, il fallait y aller, tu as réveiller les consciences à gauche la-haut chez les Ch'timis. Demain, plus rien ne sera pareil, et les citoyennes et les citoyens prendront leur avenir en main. Encore MERCI pour ton engagement sincère.
    Chez moi, 3ème du Vaucluse, le rassemblement de la gauche, appelle à voter contre la candidate socialiste (C.Arkilovitch) et donc à voter pour le candidat sortant, chef de l'UMP départementale), pour faire tomber la p'tite fille du millionnaire en chef du FN, Marion Maréchal...c'est pas commun ! je dirais même plus...c'est étonnant, voir effrayant, dans la mesure où ce candidat UMP cautionne les valeurs immondes représentées par l'extrême droite.
    Décidément ces législatives ne ressemblent à aucune autre...tu attendais un signe qui vienne tout déclencher le ras le bol ? serait celui-là ? Même dans la défaite, le FdG en sort gagnant...et merci à toi de nous avoir permis d'être en accord avec notre propre conscience. Résistance, Camarade et que la force soit avec toi !

  45. 45
    polnareve83 dit:

    tout a fait raison Mélenchon que les medias se vautrent dans un anti Mélenchon apres des années anti communistes...et ca continue de plus belle mais on l'habitude depuis des lustres...
    bref c'est tres dur de voir tous ces députés communiste qui vont etre battu de peu...meme pas sur d'avoir un groupe!
    incroyable! et on est pas pres de reconquerir tous ces bastions qui vont aller au ps....avec 11% a la presidentiel et 6%au legislatif...
    pour eliminer le parti communiste et par evidence Mélenchon qui le represente tout va etre mis en oeuvre une fois de plus...il y a pourtant tant de gens qui se tournent vers le ps meme beaucoup d'incapable!...faut voir les scores! pour nous eliminer en melant souvent leurs voix avec la droite et le FN..
    il y a des exemples en permanence...souvenez vous de "montreuil"..de "corbeil" de noisy"..de gilardo de brignoles et j'en passe..eliminé pour quelques voix au Le Pen local avec l'apport de tous pour faire battre le communiste qui restait un des rares dans le var! ha oui on faisait si peur?
    et oui les lendemains vont etre tres difficile pour nous...
    mon vote ira ce dimanche a "melenchon"avec inscrit dessus un grand "merci" car les 2 qui restent ump et fhaine me font honte et leur score encore plus!
    merci et bravo de reveiller les consciences........

  46. 46
    breteau jean claude dit:

    Cher Jean-Luc,cette note montre bien comment sont traités ceux qui choisissent " l'humain d'abord" plutot que le "brave financier".Voilà comment ont été traités les communistes depuis leur existence.J'espére que les participant de ce blog, sincérement de gauche regarderons différement les militants xdu pcf qui malgré les coups n'ont jamais pliés permettant cette belle aventure qu'est le F D G.Nous n'avons pas gagnés, mais nous avons avancés.Notre construction doit se renforcer, les communistes prendront leur part, nous ne lacherons rien comme toujours méme quand c'était plus que compliqué.Nous avons été loyal dans ce combat et digne de nos ainés.
    A titre personnel, méme si je comprend ton appel, dans ma circonscription, sans danger fasciste , je ne voterait pas au second tour, j'en ai par dessus la téte d'étre pietiné,méprisé trahi depuis trente ans par des carriéristes sans foi ni loi...En remerciement..!
    Bravo camarade Mélenchon, merci

  47. 47
    marlène.N dit:

    Jean Luc, j'ai eu très peur cette candidature, j'ai été sure que tu irais au casse pipe...mais j'ai compris ton message et je t'ai soutenu très très fort, ensuite.
    Jean Luc, le combat que nous menons ensemble ne se fait pas en un mois, en deux mois, en trois mois, ni en six mois, le combat que tu mènes avec nous à tes cotés, se mène longtemps, l'éducation, les médias, comme tu l'as dit, c'est ça qu'il faut changer et c'est long, ça prend des années...mais on va y arriver, tu amènes autour de toi et à ce front de gauche des gens qui ont envie que ça change, et cette force, cette dynamique, elle est naissante, elle a besoin de se construire, on a besoin de toi et de tes savoirs, tes lumières, pour que nous, de notre coté, nous soyons unis...et tous ensemble, on lâchera rien, Jean Luc. merci pour tout, pour tout !

  48. 48
    leroy Arnaud dit:

    Mr Mélenchon, je suis déçu comme vous et on a pu le lire sur votre visage, mais malheureusement pas surpris. En effet à Francis qui dirigeait l'espace karl Marx de la banlieue Lilloise j'avais essayé de faire remonter vers vous le conseil de ne pas vous présenter à Henin-Beaumont mais plutôt dans la circonscription de Cécile Duflot. Ce qui permettait deux choses. Un de ne pas vous plantez en l'absence d'un front uni de gauche (FG-PS-Ecolo tout poils et DG) contre BBH (Belle Blonde Heninoise ou Belle Bleu ‘Haininose’). Deuxièmement de retendre la perche à Eva Joly en damant probablement et de plus la dragée haute, à la pionne du PS : Mdme Cécile Duflot, dans une circronscription gagnable par vous. De plus, elle aurait quitté le gouvernement et peut-être qu'Eva Joly y aurait alors trouver une place haut moins de secrétaire d'Etat anti-corruption mais à priori avec certaines ‘vieilles badernes’ présentes aujourd'hui dans le gouvernement, cela semble mal'parti'et explique probablement la désaffection record pour les législatives. En fait les abtentionistes sont encore les grands vainqueurs de ce premier tour. Alors courage Camarade, Marine vend avec succès la collusion objective UMP/PS; et bien nous, Camarade, vendons la collusion objective et ‘politicienne’ du FN- d’une partie du PS et de l’UMP et nous mobilisererons. Naturellement je peux me tromper. Cordialement à tous, Arnaud Leroy

  49. 49
    Michel Berdagué dit:

    Bonjour Jean-Luc et les Camarades,
    A vous et te lire oui c'est très grave de constater les complicités des dites élites qui font tout pour que l'ennemi principal - et maintenant le seul -soit le Rouge.
    Il faut dire qu'après 1945 les propagandes multiples se sont étalées et envahies allant dans ce sens et nous avons tous à faire avec ça.
    Mais là où il y a échec et grave c'est la disparition - à mon avis dans l'abstention principalement- des 2 millions de voix entre les présidentielles et législatives.
    Pourquoi ? Alors que la logique pour ce premier tour devait accentuer la dynamique c'est le contraire qui s'est produit sauf dans la 11ième et dans qqs circos dont celle d'André Chassaigne.
    De répondre à ça n'est pas le lieu ici et doit être réservé à l'intérieur de chaque parti et organisation regroupés dans le Front de Gauche.
    De nous renforcer dans la Résistance ce sera le but principal avec la présence militante d'intervention du FdG, Front des Luttes.

  50. 50
    Jean-Louis Berland dit:

    Jean-Luc,
    Merci encore pour cette note o combien lucide.
    Courage face aux calomnies.
    Le combat continue. Résistance !

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1122 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive