12mar 12

Interview publiée dans l'Humanité

Ecologie, nationalisations, Front National, régularisation des sans-papiers et Hadopi

Ce billet a été lu 2 269 fois.

Jean-Luc Mélenchon a reçu les jeunes lecteurs de l'Humanité à l'Usine aux Lilas pour répondre à leurs questions.

Pourquoi ne consacrez-vous pas plus de place à l'écologie dans la campagne ?
Jean-Luc Mélenchon. L'écologie occupe chez nous une place qu'elle n'a jamais occupée dans  aucun programme de la gauche traditionnelle. Vérifiez : le programme  économique du Front de gauche  est construit autour du concept de planification écologique. Il y a une  intuition du communisme qui est vérifiée par l'écologie politique, à  savoir qu'il existe un bien commun de l'humanité. Si nous réfléchissons  seulement à ce qui est bon pour nous, nous allons juxtaposer les  corporatismes, mais si nous réfléchissons à ce qui est bon pour tous,  alors nous avons une chance de mettre la main sur une solution efficace.  C'est cela qui fonde la République : la chose commune, ce qui est bon  pour tous. Ainsi l'écologie politique est le paradigme refondateur du  communisme, du socialisme, de l'universalisme humaniste. Nous portons  ses idées parce que nous sommes les porte-parole de la classe sociale  qui, par ses conditions matérielles d'existence, n'a pas d'intérêt  particulier qui ne soit l'intérêt général.

Vous annoncez un référendum sur le nucléaire, quelle est la stratégie du Front de gauche ?
Jean-Luc Mélenchon. Tout d'abord, il faut sortir des énergies carbonées, qui sont à la  source de l'effet de serre et de la bifurcation climatique qui aura  bientôt un cours catastrophique. J'ai bien conscience qu'il s'agit là  d'un gigantesque défi technique mais nous sommes des êtres humains :  rien n'est au-delà de notre portée, rien ne peut nous arrêter ! L'esprit  humain est capable de résoudre tous les problèmes, c'est donc une  source d'optimisme et d'enthousiasme. Ensuite, vient la question de  l'énergie nucléaire, de très grande importance, qui pose un problème de  sécurité et qui fait réfléchir tout le monde. La question est celle de  l'évaluation du danger. C'est pourquoi nous sommes partisans d'un  référendum. Quiconque pense qu'il faut en discuter peut voter Front de gauche.  Enfin, nous pouvons développer les énergies alternatives abondantes,  celle des mouvements de la mer et la géothermie de la Terre. Avec la  géothermie, on produit plus de chaleur qu'on ne sait en utiliser.  Qu'est-ce qu'on fait du reste ? On peut organiser du chauffage urbain,  des serres, pour planter des légumes et des fruits qui poussent à  contre-saison, et ainsi ne plus avoir besoin de les amener du bout de la  terre. On peut faire pousser des fraises en Moselle en plein hiver…  C'est donc un double gain écologique. Mais pour arriver à ce résultat,  il faut créer des compétences dans beaucoup de domaines, il faut des  ingénieurs, des architectes, des centrales, etc.

Comment comptez-vous renationaliser les entreprises privatisées ?
Jean-Luc Mélenchon. Pourquoi devons nous le faire ? Parce que depuis la privatisation les  prix de l'énergie électrique se sont envolés (presque 30 %  d'augmentation). Or, nous préférons une baisse des prix à la  consommation fondée sur la baisse du prix de l'énergie plutôt que celle  des salaires. Nous envisageons donc de constituer un pôle public afin de  faire sortir du marché ce qui ne peut pas être raisonnablement conçu  comme un bien dépendant de la loi de l'offre et de la demande.
En  pratique, nous pouvons proposer un vote sur la nationalisation. Nous  pouvons aussi convoquer les représentants de l'État au sein des conseils  d'administration des entreprises privatisées (EDF, GDF Suez…) et leur  donner une consigne : cette année, on ne distribue pas de dividendes.  L'année prochaine non plus, l'année d'après non plus. C'est-à-dire que  pendant les cinq ans du mandat il n'y aura pas de dividendes. Que se  produit-il normalement ? Ceux qui ont mis de l'argent privé là-dedans  s'en vont. Parce qu'ils ont placé de l'argent non par idéologie ou parce  qu'ils s'intéressent à l'énergie, mais parce que ça rapporte. Donc ils  s'en vont, et les cours baissent : c'est le bon moment pour  nationaliser. Voilà la façon dont je m'y prendrai. Mais j'ai d'autres  astuces dans ma botte…

Comme certains le disent, êtes-vous un rabatteur de voix pour François Hollande ?
Jean-Luc Mélenchon. Ce sont les socialistes et l'extrême droite qui mettent cette idée en  circulation, mais personne n'est le rabatteur de personne. Le Front de gauche  est une force nouvelle qui se construit dans une bataille commune dont  l'objectif est de concourir au succès de la révolution citoyenne qui est  inéluctable dans notre pays. Nous sommes dirigés par une élite  politique subjuguée par des situations qu'elle ne maîtrise plus parce  qu'elle est incapable de penser au futur. C'est le PMU politicien auquel  continuent à croire les belles personnes de notre pays, les médiacrates  et les caciques politiques. Ils ne se rendent pas compte du gouffre qui  s'est ouvert sous leurs pieds.
Pour le reste, que le meilleur  l'emporte ! Ce qui ne sera pas fait maintenant devra être fait après de  toute façon. Car il n'y a pas de Monsieur et Madame « plus » au Front de gauche. Nous nous basons sur la vie des gens. Il n'y a pas un petit peu Hollande et un peu petit peu plus avec Mélenchon. Non, il y a un grand mieux avec Mélenchon et le Front de Gauche et rien avec Hollande.

Que pensez-vous du soutien de Robert Hue à Francois Hollande ?
Jean-Luc Mélenchon. Je trouve cela désolant. Cela fait beaucoup de peine à de nombreux communistes.

Est-ce que vous avez un problème avec les femmes ? Durant votre débat avec Mme Le Pen, auriez-vous été aussi courtois si le candidat avait été un homme ?
Jean-Luc Mélenchon. Vous êtes un peu comme Monsieur Le Pen,  vous pensez qu'une femme n'est pas capable de se défendre toute seule ?  Ce soir-là, je n'ai pas polémiqué avec une femme, j'ai polémiqué avec  le chef du Front national.  Si j'étais tombé sur une buse masculine, j'aurais agi de la même façon.  D'ailleurs, à la distribution des prix, le père en a pris autant que la  fille.
Je suis le seul homme qui copréside un parti avec une femme. Le Front de gauche  est la seule structure politique strictement paritaire. Ses huit  porte-parole sont quatre hommes et quatre femmes. Je pense que nous  sommes le front du féminisme. Cela ne veut pas dire que les autres ne le  sont pas, mais ils ont beaucoup de progrès à faire pour être aussi  féministe que le Front de gauche.
Quand on demande qui est favorable à la création d'un ministère du Droit des femmes,  tout le monde répond oui avec enthousiasme. Quand je demande qui est  favorable au Smic à 1 700 euros, on me répond que cela n'a rien à voir.  Je leur réponds que 80 % des smicards sont des smicardes. Voilà un droit  des femmes concret. Le droit à un salaire décent. De la même façon, 85 %  des précaires sont des femmes. Avec ces propositions, où sont passés  les enthousiastes ?
Jean Michel Aphatie, qui travaille pour RMC et le Grand Journal,  a vu dans l'utilisation du terme « démente » la preuve de ma misogynie.  Eh bien, je suis au regret de dire qu'il y a des déments et des  démentes. La névrose obsessionnelle xénophobe de Mme Le Pen  est un grave déséquilibre et je la plains beaucoup. Elle a besoin  d'être secourue : ce n'est pas normal d'être à ce point anxieux des  étrangers. Ce n'est pas normal d'avoir peur de ce qui se trouve dans son  assiette et de voir de l'islam ou du judaïsme dissimulé dans un  bifteck.

Quelle est la stratégie du Front de gauche pour convaincre les citoyens issus des banlieues ? Qu'est-ce qui vous différencie du Front national ?
Jean-Luc Mélenchon. Le Front de gauche a l'avantage sur le Front national d'être réellement dans les banlieues. J'ai passé vingt ans dans une banlieue. Mme Le Pen,  elle, a passé l'essentiel de sa vie dans un palais payé par son père.  Nous parlons aux banlieues comme nous parlons à tous les êtres humains.  Nous n'acceptons pas la territorialisation de l'existence humaine. Les  politiques des banlieues sont toutes des questions transversales. Dans  une banlieue on a besoin d'écoles, d'instituteurs, de centres de santé,  ce sont des questions de dépenses publiques.
Beaucoup de gens  confondent la banlieue avec les quatre ou cinq loustics que tout le  monde voit. Ceux qui portent des cagoules et ont des battes de  base-ball. Ceux-là sont des bouffons. On n'a rien à leur dire. Nous  pensons à tous les autres qui veulent vivre dignement de leur travail.  Nous pensons à ceux « qui ont les boules » parce que leurs familles se  sont sacrifiées pour qu'ils fassent des études, qu'ils ont un diplôme  mais qu'ils ne trouvent pas de travail parce qu'ils n'ont pas la bonne  adresse. Comment pouvons-nous régler ces problèmes ? D'abord  idéologiquement, en menant la guerre politique.
Ensuite, on fait  des problèmes entre Françoise et Yasmina aussi longtemps qu'il n'y a  qu'un emploi pour deux. Mais quand il y a trois emplois pour deux, il  n'y a plus de problème, on prend tout le monde. J'ai connu cette  situation en 2001, en Loire-Atlantique, sur le chantier naval de  Saint-Nazaire. À ce moment-là, nous avions 2,5 % de croissance. Les  patrons allaient à la porte des chantiers se disputer les ouvriers.  Voilà comment nous réglerons le problème. Si nous relançons l'activité,  bien des discriminations voleront en éclats. La solution à la plupart de  nos problèmes se résume en un seul mot : le fric. Du fric, il y en a.

Dans  votre programme, vous évoquez le droit à la ville, vous souhaitez  restaurer la mixité sociale. Quels instruments soutiendront cette  démarche ?
Jean-Luc Mélenchon. Pour avoir dessiné un quartier à Massy, c'est quelque chose que je  connais : mélanger les gens, ça tient. Vous mettez les riches ensemble,  c'est mortel, on s'ennuie à mourir. Ils mettent des digicodes partout,  ils sont barricadés chez eux en montant des murs avec des barbelés  dessus, ils se payent des vigiles. Personne ne veut vivre dans le 6e ou  le 7e arrondissement. Moi j'habite dans le 10e, un arrondissement  normal, les gens sont de toutes les couleurs, c'est sympa, c'est vivant. 
Si vous mettez tous les pauvres ensemble, c'est le même scénario  : il n'y a que de la misère à partager. Donc, vous commencez à voir des  gens qui tiennent les murs, à voir toute la détresse psychologique qui  ressort de la misère sociale. Par exemple, en Nouvelle-Calédonie, il y a  les Kanak d'un côté et les caldoches de l'autre. Personne ne se  mélange, résultat, c'est la pelée depuis un siècle et demi. Donc, le  principe de mixité sociale, c'est un principe de vie. Si quelqu'un est  capable de me décrire une autre forme de bonheur, j'attends qu'il me la  raconte. Est-ce qu'on peut influer sur la mixité sociale d'un quartier  par une politique volontariste ? La réponse est oui.

En ce qui  concerne les licenciements collectifs, on voit de plus en plus  d'entreprises partir à la dérive. Que comptez-vous faire ?
Jean-Luc Mélenchon. Pour lutter contre les licenciements collectifs, il faut « arrêter  l'hémorragie » et pour cela des outils politiques existent et sont à  mettre en place d'urgence : interdiction des licenciements boursiers,  droit de veto dans les CE pour la représentation ouvrière, droit de  préemption des ouvriers sous forme de coopérative. Dans un second temps,  d'autres mesures urgentes sont à prendre : la réquisition, la sanction  et punition des traîtres à leur pays car on trouve toujours normal de  courir après les voleurs de mobylettes… mais moi je trouve normal de  punir aussi les tricheurs et fraudeurs en col blanc.

Parlez-nous de votre projet de régularisation des sans-papiers ?
Jean-Luc Mélenchon. Pour nous, la régularisation des travailleurs sans papiers est une  mesure antidumping social et une mesure humainement juste. On ne peut  pas laisser vivre les gens dans la peur. Notons qu'avec les réformes de  Sarkozy, on a transformé une partie des gens qui avaient des papiers en  sans-papiers. Nous mettons au défi quiconque  de nous dire comment on procède à l'expulsion immédiate de tous les  clandestins. Aujourd'hui, 25 000 clandestins sont expulsés par an, or on  suppose qu'il y en a 250 000. C'est-à-dire que pendant les dix  prochaines années nous allons continuer à courir les portes des écoles  pour capturer les gens ?

Pourquoi, dans votre programme, les étrangers n'ont le droit de vote qu'aux élections locales ?
Jean-Luc Mélenchon. Le droit du sol, la naturalisation et l'acquisition de la nationalité sont des mesures dont le Front de gauche  est partisan. Le droit du sol existe depuis François Ier mais c'est  redevenu apparemment très nouveau. L'histoire nous apprend que les mêmes  tantôt réquisitionnent tout le monde parce qu'il y a des guerres qui  arrivent, tantôt veulent jeter tout le monde dehors parce que nous avons  été battus ou parce qu'il y a des difficultés extérieures.
Le  mot « français » m'ennuie un peu parce qu'il donne une définition  ethnique de la nation française. Je considère que ce qui décrit la  nationalité française c'est la citoyenneté. La thèse qui l'emporte entre  toutes celles qui s'affrontent au sein de notre coalition, c'est la  citoyenneté locale. Une fois que l'on aura fait cela, la suite sera plus  simple.
Une grosse bêtise a été dite : Guéant a affirmé que,  s'il y avait la citoyenneté locale, les communautés exigeraient tel ou  tel type de nourriture. C'est stupide. Il y a déjà 500 000 compatriotes  juifs, dont certains mangent casher, et l'islam est la deuxième religion  des Français. Une réponse existe depuis 1905, c'est la laïcité.

Qu'est-ce que vous comptez faire à propos d'Hadopi ?
Jean-Luc Mélenchon. Nous n'acceptons pas Hadopi. Il y a une violence, une commission peut  s'introduire dans votre ordinateur, on peut vous sanctionner sans juge  au départ et le budget de tout cela est considérable. Ils vous coupent,  mais ils ne vous privent pas seulement d'accéder à de la musique ou de  la littérature, ils vous privent également du fait d'accéder à votre  compte d'impôt, compte bancaire, de pouvoir recevoir les relances de  Pôle emploi : c'est une violation d'une dizaine de droits dont vous êtes  privés.
Les droits d'auteur sont une invention de la République.  La diffusion gratuite pose donc un aussi problème. Mais, dans le cadre  du régime de la propriété privée de la rémunération de la création, on  peut se demander si on accepte la rémunération des créateurs par le  paiement à l'acte et le paiement sans limite. Je suis d'accord pour  respecter le droit d'auteur. Une réponse a été trouvée : la licence  globale. Une autre est possible ? Parlons-en ! Mais la propriété privée  n'est pas tout ! Nous avons donc envisagé de mettre à contribution les  fournisseurs. Nous avons imaginé un pôle public de routage. J'aimerais  aussi des mesures qui singularisent la France, comme la TVA à 0 % pour les livres, plutôt que la TVA  à 5 % sur la restauration, qui a coûté 3 milliards, c'est-à-dire six  fois ce que rapportent les économies liées à la RGPP (suppression du  nombre de fonctionnaires).



Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive