21jan 12

Un palier dans la campagne

Après Metz

Ce billet a été lu 77 446 fois.

20De nouveau dans le train entre Strasbourg et Paris, je tiens le clavier pour ne pas m’endormir. J’en profite pour mettre de l’ordre dans ce que j’ai reporté de placer dans ma précédente note et dans les morceaux de texte rédigés puis abandonnés dans le dossier des documents de mon ordinateur. A présent il va être question de la campagne. Ensuite je viens sur le sort fait aux ouvrières de l’entreprise Sodimédical et pour finir je publie le compte-rendu que j’ai reçu de Christophe Ventura à propos de la journée de commémoration à Berlin de l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht. Peut-être des lecteurs se souviennent-ils de ma participation l’an passé à cette manifestation ? Ces pièces et morceaux vous font un paysage de ce qui m’occupe l’esprit lorsque je suis dans le TGV, dans un wagon rempli de parlementaires européens assoupis.

A Strasbourg, je suis donc arrivé après l’élection avec la droite du social-démocrate Martin Schulz. On connaît les cris d’orfraie de la socialiste Catherine Trautmann contre la rude secouée que j’ai faite à cette social-démocratie européenne en pleine collusion avec la droite. Cet épisode, si vous découvrez le sujet, vous pouvez le retrouver en revenant à la note 14bprécédente. N’empêche que je me demande pourquoi le nouveau président éprouve le besoin d’aboyer de cette façon pour nous parler ! Les autres allemands parlent d’habitude avec grâce et parfois même un peu d’onction comme mon camarade Oskar Lafontaine. Pourtant Schulz était libraire et pas marchand de chiens tout de même ! Je n’ai rien compris à ses explications à propos du vote sur les vice-présidents. Mes voisins non plus, et même Helmut Scholz, qui pourtant parle allemand puisqu’il est élu de Bavière et riait à gorge déployée en entendant le charabia procédurier vociféré par notre nouveau président. Ce n’est pas grave j’ai encore voté blanc. J’ai bien noté qu’il n’y a plus un seul vice-président français dans la nouvelle équipe. Notez-le aussi. Ça aide à se faire une idée de la place de la France sous Sarkozy. Pendant cette session le « néo-fasciste » Viktor Orban, premier ministre hongrois, est venu plaider sa cause devant les « européens qui s’inquiètent » bruyamment de ses comportements et législations liberticides. Les mêmes parlementaires indignés et inquiets l’avaient pourtant copieusement applaudi après son discours en tant que président de l’Europe pour six mois. L’UMP français Joseph Daul, président du groupe de droite, l’avait même embrassé devant tout le monde au pied de l’hémicycle. Les élus Verts et nous, avions mis un bâillon sur notre bouche par solidarité avec la presse bafouée et les fonctionnaires persécutés en Hongrie. Que s’est-il passé pour que Orban se fasse lâcher par la droite ? Un fait essentiel du point de vue des droits de l’homme : parmi diverses mesures insupportable Orban a agressé la Banque centrale européenne. Ça c’est trop ! Il n’y avait donc pas de mots assez durs pour flétrir Orban. La preuve : il fut même traité d’émule de Chavez et Castro. Subtil, n’est-ce pas ? De tels chiens de garde du système ne méritent pas qu’on tienne compte de ce qu’ils disent. Orban est un danger d’autant plus grand qu’il est combattu avec de telles méthodes et par de tels personnages ! Car les mêmes « européens inquiets » ne disent mot de la présence d’un parti ouvertement et publiquement fasciste en Grèce. Donc pour eux 16certains fascistes sont bel et bien insupportables et d’autres non. Tout dépend de ce qu’ils pensent de la Banque centrale. On s’en doutait. Mais que c’est étrange de devoir le vérifier !

L’événement politique de cette session parlementaire c’était le vote d’une résolution concernant le futur nouveau traité européen. Je ne reviens pas à cet instant sur son contenu qui durcit les critères d’austérité et les rend constitutionnels dans chaque pays. Il est en cours de négociation entre les représentants des gouvernements des Etats membres. Il faut connaître la procédure pour apprécier tout le piège de ces sortes de résolutions présentées en commun par plusieurs groupes politiques qui sont pourtant censés être différents. La rédaction de ces résolutions se déroule de la façon suivante. Chaque groupe rédige d’abord la sienne. Puis les groupes négocient une résolution commune. Ce texte est alors signé par ceux des groupes que le compromis satisfait. Au moment du vote on commence par ce document commun. Il est adopté et alors tous les autres textes tombent sans être soumis au vote. Cette fois-ci il y a eu une variante. Beaucoup étaient déjà d’accord avant même la phase du compromis. La droite (PPE), les libéraux démocrates (ALDE), les sociaux-démocrates (SD) et les verts (Verts/ALE) proposaient chacun une résolution en tous points identique. Curieux, non ?  Interloqué, le délégué de mon groupe a tout de même voulu se rendre à la réunion de négociation de la résolution commune. En vain. Il n’y en avait pas. La droite, les socialistes, le centre et les verts lui 27ont aimablement expliqué que tout était déjà arrangé entre eux ! La résolution commune de la droite, des sociaux-démocrates et des verts n’a bien sur rien de commun avec celle que nous avons rédigée au groupe GUE/NGL

Dans leur texte, pas de dénonciation de la « règle d’or » renforcée que ce traité impose « de préférence au niveau constitutionnel ». Leur problème n’est pas le contenu « austéritaire » du traité. C’est le fait que ses « objectifs essentiels peuvent être atteints de manière plus efficace grâce à des mesures prises en vertu du droit de l'Union », via la méthode communautaire. Ce charabia signifie que le même résultat peut être obtenu sans que les Etats aient besoin de le négocier eux-mêmes car tous ces gens détestent l’intervention des Etats. Leur texte appelle à la mise en place d’une union budgétaire. Il déclare que  la discipline budgétaire est «  la base de la croissance durable ». Ah les bons élèves du libéralisme !  Ils appellent même les dirigeants de l'Europe à « mettre en œuvre des actions énergiques ». Ils demandent par ailleurs explicitement que le nouvel accord comporte « sous une forme juridiquement contraignante, un engagement des parties prenantes à prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que, dans un délai maximal de cinq ans, l'accord sera intégré en substance dans les traités ». Autant de propositions que je dénonce. Mais il y a pire : nulle part, vous entendez, nulle part ils ne demandent qu’un tel traité soit soumis à la décision du peuple. Pas une fois les mots 13« consultation populaire » ou « référendum » n’apparaissent dans leur texte.

C’est tellement gros que même les socialistes français ont eu du mal à avaler. Mais leur courage et leur indignation n’a pas été plus loin qu’une molle abstention. Comme on le devine, avec mes camarades du Front de Gauche, Jacky Hénin, Marie-Christine Vergiat, Patrick Le Hyaric et Younous Omarjee, nous avons voté contre cette résolution. La droite a voté pour. La délégation socialiste française s’est, elle, contentée de s’abstenir. Quant à la délégation d’EELV, elle a réparti ses votes entre le pour et l’abstention. Honteux ! Vous pouvez retrouver la liste des votes sur le site du Parlement européen. Voici mon explication de vote : « Cette résolution commune de la droite, des sociaux-démocrates et des verts marque l'accord de ceux-ci avec le fond du traité en cours de négociation à savoir l'imposition d'une règle d'or renforcée. Cette règle astreint les Etats à avoir des budgets à l'équilibre ou en excédent et à tendre pour cela vers un chiffre de référence: 0,5% du PIB nominal de déficit structurel. Elle les oblige à graver de préférence ce diktat dans le marbre de leur constitution. Elle exige qu'ils mettent en place des mécanismes automatiques de "corrections" de leurs politiques budgétaires suivant les indications de la Commission. Loin de s'inquiéter de telles mesures, les quatre groupes signataires se bornent à réclamer leur participation au processus de création du nouveau traité et l'intégration sous cinq ans de celui-ci dans le droit communautaire. Ils ne réclament pas même le droit pour les peuples de se prononcer par référendum sur ce nouveau tour de vis austéritaire. Je vote contre. »

L’onde de choc de l’émission sur France 2 a été considérable. Elle débloque ce qui était figé, anime ce qui restait inerte. Elle a beaucoup fait réfléchir autour de nous. Est-ce à cela que nous devons la nouvelle et formidable affluence dans nos meetings ? En partie, je le crois volontiers. Les participants aux meetings que nous organisons sont ceux que nous attendions depuis si longtemps. Pas seulement les personnes politisées qui sont si précieuses pour déclencher le mouvement et le nourrir à mesure qu’elles gagnent en confiance dans la campagne. Je veux parler de tout ce peuple qui vient vers nous. Les salles sont de plus en plus nombreuses et populaires. Très populaires. Et spontanées. Elles réagissent en dehors des codes que nous voyons d’habitude fonctionner au quart de tour. C’est là une masse de gens en voie de politisation ou de retour à un choix 26politique. Elle engage ce parcours que nous avons voulu faciliter et préparer. C’est de ce côté que sont tournés tous nos efforts. Reprendre le terrain à l’extrême-droite, à l’abstention, à la résignation.

Qu’un tel déclic se soit produit du fait d’une seule émission de grande écoute rappelle la puissance de l’outil télévisuel. Cela n’en souligne que davantage de quel poids pèse notre élimination du paysage médiatique le reste du temps. Et bien sûr dès le lendemain les vieilles habitudes sont revenues. Les camarades m’ont dit leur rage ! L’autre soir encore, sur les deux grandes chaînes, de beaux plans sur le meeting de Bayrou. Rien pour nous alors que nous étions plus de 2500 à Metz ! Si BFM n’y avait pas fait d’images, nul n’en aurait vu sinon sur nos sites et blogs. Dans la même ville, pour 800 personnes, la Le Pen avait eu un confortable reportage sur toutes les chaînes ! De même qu’il n’y a pas eu une image des 6000 de Nantes. A mon avis ça ne va pas s’arranger. Mardi prochain le CSA va rendre son analyse de la situation. Le déséquilibre s’est creusé de tous les côtés en notre défaveur. C’est encore, là aussi, 2005 qui recommence. Dites-le et répétez-le ! Les réseaux sociaux sont un bon vecteur pour ce travail. Dénoncer ce grossier maquillage c’est éduquer dans le sens de nos idées. Moins les gens croient au sérieux du système médiatique de traitement de l’information plus nos propres médias élargissent leur espace particulier de crédibilité. De tout cela il ne faut retenir qu’une chose. Pendant quelques heures vous avez vu le soleil. Votre travail de militant engagé était facilité par ce fait que vous aviez une référence commune par une émission regardée et réussie. Mais si formidable que cela soit ne perdons jamais de vue que c’est par un ancrage de fond dans les consciences, sur le terrain et par le travail de conviction que14a nous avancerons. Tout le reste, si bon que cela soit, et il faut le savourer sans réserve, est trop volatil.  Au demeurant, pour ce que nous avons à faire ensuite, il nous faut une base d’adhésion populaire consciente et documentée. Et cela dépend de notre travail de contact personnel.

La difficile profession d’imitateur élargit ses rangs ces temps-ci.  Nos mots voyagent et traversent l’espace politique. Jeudi soir, lors d'un meeting  à Dunkerque, François Bayrou a fait du verbe « résister » un refrain de son discours. Le même jour à Nantes, François Hollande a déclaré « mon adversaire c’est la finance ». Avant eux, Marine Le Pen avait repris ma formule « rendre visible les invisibles ». Ces emprunts au vocabulaire ordinaire du Front de Gauche et de mes propres meetings me réjouissent. Pour moi c’est décisif. Peu importe que ceux qui prononcent ces mots ne le fasse que par effet de tribune que leur assistants et rédacteurs de discours leur recommandent. Ce qui compte c’est que les mots circulent et deviennent dominants. Les mots sont davantage que ce qu’ils désignent. Qui les avale, avale avec la grammaire et la syntaxe.  Une manière de décrire le monde est une manière de le penser.

Bien des lecteurs se demandent sans doute ce que veut dire cette contamination de la scène par mon vocabulaire. C’est l’effet mécanique d’un mode de fonctionnement. Les personnages qui n’écrivent pas leur discours, ou qui les préparent à partir des conseils d’agences de communication, ne savent pas ce que disent les autres. Ils n’en ont pas le temps. Ils suivent 21donc ce qui leur paraît être des trouvailles dont on ne leur dit pas d’où elles viennent. Après quoi tout est possible car le système médiatique est lui-même hors d’état de faire mieux que du persiflage quand il s’aperçoit du procédé. S’il est si prompt à repérer les « dérapages », à solliciter des « regrets » et à répéter en boucle des indignations de convenances et autres objets au niveau zéro de la politique, c’est parce qu’il n’est pas en état de faire mieux pour signaler sa vigilance. En effet, il est victime de son propre mode d’organisation pour « suivre la campagne ». Je prends l’exemple de la presse papier. Dans chaque rédaction une personne est désignée pour suivre un candidat. Cette personne ne peut jamais suivre ce que disent et font les autres candidats. Elle est donc aussi aveuglée que le candidat lui-même sur ce qui se passe autour. On vient de le voir quand aucun journaliste n'a relevé que Bayrou faisait du Mélenchon. Si le journaliste qui suit la campagne de François Bayrou était venu dans un de nos meetings, il aurait immédiatement relevé l'imitation. Mais pour cela, il faut qu'il ait du temps pour le faire. Et il faudrait des équipes de journalistes assez nombreuses. Le modèle économique de la presse actuelle ne le permet pas. Par conséquence, il n’y pas non plus de temps disponible pour recouper et échanger entre collègues de travail, pour comparer les déplacements de tous les candidats. Autre aspect de ce modèle de presse, la répartition des moyens pour couvrir tout le champ des candidatures. Exemple : Nous. Quand une personne ou deux est chargée de suivre le candidat PS, il n’y en a qu’une qui suit les quatre candidats du Front de Gauche, des Verts et de l’extrême gauche. Comme c’est bien normal cette personne organise son temps de travail et répartit ses papiers entre les événements des uns et des autres selon sa propre perception de l’importance comparée des événements proposés. La visibilité de chacun d’entre eux dépend donc23 entièrement de cette répartition. En ce sens, la scène politique donnée à voir n’est pas celle qui fonctionne mais celle qui est composée et reconstruite en raison d’un modèle économique et social qui obéit à d’autres exigences que les siennes.

A présent, je veux parler de la lutte des salariés de l'entreprise Sodimédical. D'abord parce que je devais leur rendre visite cette semaine et que cette rencontre a été malheureusement annulée du fait de mon agenda dont vous connaissez le contenu. Ensuite parce que la cinquantaine de salariés mène une lutte exemplaire depuis 21 mois. Enfin, parce que mercredi 18 janvier, le tribunal devait se prononcer sur une nouvelle demande des salariés sur le paiement des salaires et que sa décision est reportée à jeudi prochain. Ceux qui me suivent de près se souviennent peut-être de cette entreprise. En septembre dernier, dans l'émission « Salut les Terriens » de Thierry Ardisson, je me suis trouvé côte à côte avec une salariée de cette entreprise. Elle était aussi invitée. A l'époque, les salariés étaient privés de leur salaire depuis trois mois. Quelques jours après l'émission, le tribunal a condamné la maison-mère française Lohmann & Rauscher France à payer ses employés de Sodimédical à la place de sa filiale. Depuis, le groupe allemand a trouvé un stratagème pour que sa branche en France n'ait plus à payer les salaires. Les salariés sont donc de nouveau privés de salaires depuis octobre. Je vous en reparle pour plusieurs raisons. Le groupe allemand Lohmann & Rauscher a mis sa filiale française sous sauvegarde pour qu'elle n'ait pas à payer les salaires des salariés de Sodimédical. Les salariés exigent donc que le groupe allemand paye lui-même les salaires à la place de la maison-mère et de Sodimédical.

Cette situation dure depuis près de deux ans. L'annonce de la fermeture de l'entreprise date d'avril 2010. Depuis près de deux ans, les salariés ont engagé une trentaine de procédures judiciaires contre leurs patrons. Jusqu'à présent, ils ont 17atoujours fini par obtenir, de haute lutte, gain de cause. Ils ont fait annuler trois demandes de liquidation judiciaire et plans sociaux. A chaque fois, l'entreprise a fait appel et a été déboutée. Ces salariés ont un courage formidable. Face à eux, les patrons voyous sont des multirécidivistes. Mais bien sûr, ni M. Guéant ni Mme Le Pen ne s'en préoccupent. Pour eux, ce sont des patrons avant d'être des voyous. Cette impunité face à la délinquance dite « en col blanc » est une marque de fabrique de la société dans laquelle nous vivons. Inadmissible et insupportable. Elle l'est encore plus quand on sait que cette affaire se déroule à Troyes. Le maire de la ville est François Baroin, ministre de l'Economie et des Finances. Mais même cela n'y change rien, l'Etat laisse faire. Pendant ce temps, les salariés ne sont plus payés depuis octobre. Et les Prud'hommes n'ont pas pu tomber d'accord. Sur le fond aussi cette lutte est exemplaire. L'entreprise Sodimédical produit des draps et d'autres textiles pour les blocs opératoires et les hôpitaux. Un tel travail ne peut tolérer aucune approximation. Il s'agit d'une production cruciale à sa manière. Car nous avons des hôpitaux et ils ne sont pas près d'être délocalisés. Il y a donc une nécessité à protéger cette production. Cela n'a pas de sens d'aller produire en Chine des draps médicaux destinés aux hôpitaux français. Et de réimporter ensuite ces marchandises. Le coût écologique et social est ahurissant. La perte de savoir faire tout autant.

L'autre aspect de la lutte est d'une grande importance pour les syndicalistes et les salariés des filiales de groupe. Il s'agit d'un débat juridique en cours sur la responsabilité des maisons-mères quant aux agissements de leurs filiales. Dans le cas présent, la justice a toujours refusé la mise en liquidation et le plan social. Elle a toujours considéré que l'entreprise Sodimédical ne bénéficiait d'aucune autonomie à l'égard de la maison-mère Lohmann & Rauscher France. C'est donc logiquement qu'elle l’a17b condamnée à se substituer à sa filiale pour payer les salaires. A présent il s’agit de savoir si le groupe allemand peut être tenu pour responsable des activités de sa filiale en France. Et donc s'il peut être condamné à verser les salaires. Le rapport du juge enquêteur du tribunal de commerce indique que le groupe allemand possède 130 M€ de réserves et a réalisé 34 M€ de bénéfices sur deux exercices, avec un chiffre d'affaires qui augmente de 5 %. Il en a donc les moyens financiers. La question est juridique. C'est un point décisif pour de nombreux conflits sociaux. Mais les conséquences seraient fortes aussi en matière de dégâts écologiques. Les groupes ont trouvé une faille pour ne pas assumer les conséquences de leurs actes. Ils font exécuter leurs basses œuvres par des filiales. C'est cette faille qu'il s'agit de combler. Les décisions de justice peuvent y participer. Tout ceci est bien plus important et décisif pour la vie quotidienne de millions de gens que bien des bavardages à la surface des choses qui occupe la campagne électorale. C’est pourtant la face concrète de ce que signifie la « mondialisation » ou bien « l’Europe qui protège » dans les entreprises. C’est pourquoi la question de l'extension des droits des salariés dans les entreprises et les groupes est si essentielle. Il faut un droit de véto sur les décisions stratégiques et un droit de reprise en cas de fermeture ou de délocalisation.

Après 21 mois, la situation des salariés de Sodimédical avance peu à peu. Le 3 janvier, la Cour d'appel a rejeté le nouveau plan social pour « absence de cause économique ». Elle a considéré que la société mère Lohmann & Rauscher France avait mis en concurrence déloyale sa filiale Sodimédical avec des unités de production chinoises et tchèques où les emplois ont été délocalisés. C'est un élément très important qui peut bloquer le dumping social et la mise en concurrence des salariés à l'intérieur des groupes. La Cour d'appel a également interdit à l'employeur de présenter un nouveau plan social. Mais rien n'est définitivement acquis. L'entreprise peut encore se pourvoir en cassation. L'urgence est que les salariés soient payés. Puis que le site reprenne son activité. Bref, pour que le cauchemar des salariés prenne fin. Ils le méritent mille fois. Pierre Laurent et une délégation du Front de Gauche s’y sont rendus. Bientôt j’irai moi aussi.

« Die Toten mahnen uns », « Les morts nous parlent ». C’est le titre du compte-rendu que m’a adressé Christophe Ventura, depuis Berlin, pour faire retour sur une journée singulière avec le Parti de la gauche européenne. « Ce week end, du 12 au 15 janvier, comme chaque année le Parti de la gauche européenne (PGE) présidé par Pierre Laurent tenait la réunion de son bureau exécutif et de ses groupes de travail à Berlin, en marge de la cérémonie annuelle d'hommage à Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg. L’occasion d’analyser l’évolution de la crise européenne pour les 26 partis membres (issus de 21 pays) de notre parti européen et d’avancer collectivement dans la construction de campagnes et de mobilisations communes face à l’emprise de la finance sur l’Europe. Je voudrais partager en quelques mots la force d’une journée très singulière au cours de ce séjour berlinois. Comme chaque année donc, nos camarades de Die Linke nous ont invité à participer à l’hommage annuel rendu tous les 15 janvier à Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg au cimetière de Friedrichsfelde. Pour ma part, c'était la première fois que je m'y rendais. Le cimetière se trouve dans le quartier de Lichtenberg dans l’ancien Berlin Est. Jean-Luc avait participé en 2011, aux côtés d’Oskar Lafontaine, à cet événement inoubliable pour qui à la chance de le vivre. 15 janvier 1919-15 janvier 2012 donc. Il y a 93 ans étaient lâchement assassinés les deux dirigeants de la révolution spartakiste par des membres des Corps Francs sur ordre du gouvernement social-démocrate.

Au fil des ans, cet hommage est tout simplement devenu un événement populaire à Berlin. Ce sont des milliers de personnes qui viennent, le plus souvent en famille, toutes générations confondues, se recueillir du matin au soir sur place, au pied de la stèle où se trouvent les tombes de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg. Une inscription s’impose à tous : « Die Toten mahnen uns », « Les morts nous parlent ». En effet, sur place, beaucoup d’émotions vous saisissent et vous traversent, l’histoire du combat entre les révolutionnaires et les forces réactionnaires, la montée de l’extrême-droite et l’émergence du nazisme dont le mouvement ouvrier allemand sera la première victime. C’est une leçon de l’Histoire que nous rappelle avec force une visite dans ce lieu : le mouvement ouvrier est toujours la première victime de l’extrême-droite. Jamais cet enseignement n’a été aussi important à rappeler dans la période actuelle alors que la crise d’approfondit et que les oligarchies ont décidé de ne rien lâcher et de faire payer la crise aux peuples. Si nécessaire, elles s’appuieront sur les forces d’extrême-droite pour que ces dernières soient, comme toujours et en tout lieu, les chiens de garde de leurs intérêts face aux résistances sociales et populaires. Préparons-nous car ce sera nous contre eux dans les temps qui viennent.

Nous sommes donc arrivés, dès neuf heures du matin en délégation du PGE pour nous fondre dans le flot des nombreuses personnes qui convergeaient vers le Mémorial. Sur le chemin, des stands et des orchestres de cuivres précèdent l’entrée du cimetière. Une fois entré à l’intérieur et foulant les premières marches de l’esplanade, une autre ambiance vous saisit : celle d’un lieu, situé au cœur de la ville qui concentre toutes les fractures du 20ème siècle. Et pourtant il s’en dégage une grande sérénité. Elle appartient à toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans le combat pour l’émancipation. A une trentaine de mètres de la tombe de Rosa Luxemburg nous nous sommes rencontrés avec la délégation de Die Linke conduite par Oskar Lafontaine, Klaus Ernst et Gesine Lötzsch (les deux co-présidents actuels de Die Linke) qui allait également déposer, devant une marée de journalistes, une gerbe de leur parti. C’est finalement tous ensemble, côtes à côtes, que Pierre Laurent (qui se préparait à déposer une gerbe en notre nom à tous), Oskar Lafontaine, Klaus Ernst et Gesine Lötzsch ont déposé ces gerbes. Ce moment n’était pas prévu, ce qui lui a conféré une dimension singulière faite d’improvisation chaleureuse et de sentiment d’appartenance à une même famille politique européenne. C’est à cet objectif – construire une famille européenne de l’autre gauche – que nous continuerons de travailler d’arrache-pied dans le futur. Et ce, dès le 18 janvier lors du meeting de la campagne du Front de Gauche au Palais des sports de Metz qui a pu compter avec la participation d’Oskar Lafontaine. » 


923 commentaires à “Après Metz”

Pages : « 15 6 7 8 9 [10] 11 12 13 14 1519 »

  1. 451
    ydahelle dit:

    Une nouvelle qui devrait intéresser quelques uns ici :
    Les reporters du Petit Journal privés de carte de presse?
    Si "tout a chacun" se pose la question de savoir si c'est du journalisme ou du divertissement, voilà un embryon de réponse !
    J'arrête..

  2. 452
    Lupi jean-claude dit:

    @ Mélopé
    Tout à fait,c'est bien le sens de mon propos mais j'irais plus loin, un malaise se guérit avec du repos aujourd'hui ce n'est plus un malaise c'est une maladie grave peur être même incurable.

    @ Gislhaine A.
    Merci à webmestre de laisser passer SVP
    Y a t'il un local sur Chateauroux de rencontre ?

  3. 453
    Menjine dit:

    "On a entendu un discours de gauche,bien loin des eaux tièdes sociales-libérales d'il y a cinq ans..." le reste de l'article est à l'avenant. De qui ce compte rendu du meeting de H.? le Monde? Calvi ? Non l'Humanité d'hier,l'éditorial.
    Aujourd'hui,même journal, je n'ai pas vu, d'allusion à Mélenchon,à sa campagne, pas d'appel à la mobilisation des francs Comtois et des Bourguignons au meeting de ce soir, seul un article sur le député européen réunionnais qui soutient Mélenchon.
    Je sais que l'Huma n'est plus l'organe central du PCF, mais je l'ai connu plus actif dans la campagne du NON, dis-je avec litote.
    Le moment ouvert hier n'est pas celui des "débats" à gauche comme il est dit dans ce journal mais c'est le temps de l'approfondissement de la campagne pour faire triompher le programme partagé, qui est un programme de rupture.
    Les communistes ont tranché, leur candidat notre candidat communiste est Mélenchon, ne louchons pas sur notre droite nous nous engluerions comme la dernière fois, et nous trahirions nos idées communistes.

  4. 454
    Zohra Doghmane dit:

    Aux têtes dures

    Le Peuple n'est pas stupide, il est crédule. Beaucoup ne peuvent concevoir tant de duplicité, de cynisme, d'abjections pour conquérir ou garder le pouvoir. Alors comme Jean-Luc, ressuscitez Gramsci = Education Populaire. Informer le Peuple, c'est le libérer. La Vérité contre les apparences, contre la démocratie Janus.
    Dire que Sarko a échoué est un leurre. Sa mission était de privatiser la France, d'effacer de l'Histoire le Front Populaire, le CNR, 1981... autant de « crimes » contre le Capital. Dire qu'il a presque réussi et que Hollande a été « choisi » pour finir le travail. Dire que les dirigeants PS (traîtres un jour, traîtres toujours) ont choisi de servir le Système et non ses victimes.
    C'est la même pièce qui se joue depuis des siècles. Des gens simples, sincères face à des « monstres » froids. Le Peuple infantilisé, divisé (pour régner), lobotomisé puis trahi par ceux qui prétendent parler en son nom et le servir. Contre toute logique, IL résiste, hier comme demain. Ne lui manquait qu'un porte-voix.
    Désinformation, manipulation, propagande, avec le FdG, NOUS pouvons dire STOP ! Vous ne ferez plus sans Nous !
    Le vrai choix est simple comme l'Essentiel : « l'argent d'abord » ou « l'Humain d'abord ».

  5. 455
    naco dit:

    442 Jake B à propos de la claque au petit journal
    combien de gens sur le site Agoravox, et combien sur le site du Parisien ?

    Puisque tu poses la question, j'ai été voir sur google analytic. Je rappelle que l'indice PageRank est un indice de fréquentation de 1 à 10.
    - Agoravox.fr : Liens entrants : 694 Pages indexées : 492000 PageRank : 6
    - Parisien.fr : Liens entrants : 881 Pages indexées : 1150 PageRank : 7
    Conclusion ; Le Parisien est un chouillat au dessus en fréquentation, avec un contenu lilliputien.
    Je te rappelles que Agoravox, est un site non attaché à un organe de presse, et qu'il est alimenté par des rédacteurs volontaires non professionnels, ce qui fait toute la différence avec le Parisien.fr
    A la question faut-il de la quantité ou de la qualité, je serais toujours tenté de répondre les deux, mon général. Et puis, je veux bien m'écarquiller davantage les yeux et me donner des petites claques dès que je me trouve un peu trop content de moi, mais je n'ai pas envie de m'enterrer des mois dans une cave à attendre le temps des cerises.

  6. 456
    Disjecta dit:

    Un article important sur Libé (repris de l'AFP): l'OIT (Organisation Internationale du Travail) donne la même analyse du soi-disant "miracle allemand" que Jean-Luc Mélenchon. Un argument pas négligeable quand on opposera une énième fois à notre candidat le "modèle" allemand.

  7. 457
    claude wallart dit:

    Puis-je parler de choses plus terre à terre sans me "faire allumer" ?
    Je suis né dans un milieu ouvrier, communiste, etc. Beaucoup pensent sur ce site que nous faisons partie du même monde. Et non, je ne me reconnais pas toujours dans vos discours, je constate, sans du tout y participer, qu'autour de moi, le vote FN prend une ampleur que je dramatise peut-être ! Parce que le dialogue est tout simple même s'il est menteur. Il ne suffit de penser gauche intello pour gagner.
    Le discours de M. Hollande ne me séduit pas, mais ne pouvez-vous faire un effort pour être accessible à ceux qui sont autour de moi et qui se lassent vite de votre blog. Il n'est pas question de parler sans reflexion, mais seulement de parler accessible. La philosophie ne ramènera pas d'électeurs qui n'ont pas l'habitude de la réthorique.
    Je me demande si après avoir suivi vos "billets", je ne vais pas me refermer sur moi-même. Une dernière pensée... en aucun cas je ne voterai utile, même si toute la gauche nous demande de faire front contre le FN.

  8. 458
    bertgi dit:

    Je viens d'entendre sur canal+ vers 13h Jean-Luc Mélenchon parler de duperie pour le programme du FN. Il a certainement raison. Mais la campagne de Jean-Luc Mélenchon ne doit pas être axée uniquement sur le FN. De la duperie il y en a également au PS. Avez vous entendu FH évoquer les problèmes de l'Europe, de l'euro, des troupes en Afghanistan, de l'OTAN, retrait ou pas retrait, du chômage, de la pauvreté etc. Il n'y avait rien dans le discours de FH au Bourget. Si, votez pour moi brave gens de gauche et vous verrez. Eh bien oui nous verrons ce que nous avons déjà vu. Le PS est un parti de droite et sur certaine question plus à droite que l'UMP.
    Quant au PC et bien, il grenouille, avec le PS, pour sauver ces élus et peu lui importe les programmes. Le PC se montre avec jlm pour donner le change. Personnellement je pense que le PG seul aurait aujourd’hui les mêmes intentions de vote, et entre 10 et 12% au 1er tour de la présidentielle. Le FdG permet à jlm d'obtenir plus facilement ses 500 signatures. C'est oublier que l'UMP a intérêt à ce que jlm fasse le score le plus important. C'est de bonne guerre.

  9. 459
    ydaho dit:

    Menjine
    Se pourrait il qu'ils aient seulement relaté un "évènement" de façon objective simplement ? Il me semble avoir lu aussi sur le même journal "un décollage et des impasses" non ?
    Ce soir c'est meeting a Besançon ! (120 000 Hab.), il faut diffuser le lien de place au peuple autant que nous le pouvons, (penser a expliquer aussi a "certains" comment cela fonctionne, ça peut servir), ne le diffuser pas trop "tot" a d'autres qui ne comprennent pas grand chose et qui ne verront que la "mire", soyez technique et réfléchi !
    Pensez que certaines messageries bloquent les liens, et n'offrent pas de "déblocage automatique".. Enfin, c'est pas que je veux donner une "leçon", mais essayez de vous mettre a la place de celui qui va recevoir votre lien, donnez quelques explications concrètes, pour que cela fonctionne ! Nous avons l’après midi pour préparer des messages concrets et faire en sorte que ce soir soit un succès a Besançon et sur le web (si le web fonctionne) et puis en dernier recours si vous envoyez ce lien a des "billes", invitez les plutôt chez vous pour suivre le discourt !
    M'enfin... Soyez de gauche donner des explications claires !

  10. 460
    Daniel du 93 dit:

    La CGT organise un grand meeting le 31 janvier au Zénith de Paris consacré aux retraites.
    La salle étant déjà entièrement réservée, des projections collectives seront organisées et l'évènement sera retransmis en direct sur Internet. L’objectif de la centrale syndicale est de replacer les questions sociales au cœur du débat électoral. A cet effet, la CGT a invité les responsables des partis qui avaient combattu la réforme des retraites de 2010 et leurs candidats à la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon, pour le Front de gauche et Philippe Poutou pour le NPA ont déjà annoncés leur présence. François Hollande, Eva Joly et Nathalie Artaud font attendre leur réponse.

  11. 461
    Yannick dit:

    Salut à tous
    Le front de gauche comprendrait il un nouveau groupe ?
    A entendre la vidéo du groupe "anonymous" adressée à Nicolas Sarkozy, il est permis de le penser !
    On a souvent ici entendu parler de "révolunautes", je crois que les premiers sont partis.

  12. 462
    Thaumasios dit:

    @ bertgi
    Je ne supporte plus l'anticommunisme primaire et béat de certains. Je ne suis pas (encore) au PCF, mais j'ai suffisamment de respect et d'admiration envers les communistes pour ne pas les confondre avec certains opportunistes qui "grenouillent" parfois dans les directions de TOUS les partis.
    Sans le PCF, pas de Front de Gauche. Point final.
    A bon entendeur… Ça va mieux en le disant.
    Vive la République sociale ! Vivent les producteurs associés !

  13. 463
    Julien dit:

    @claude wallart
    2 € pour le programme du FdG. Tu peux le trouver dans une Fnac. C'est très concret, court (mais point trop n'en faut) et très simple à comprendre. Et 2€ est un tarif que je qualifie sans rougir, de très accessible.
    Pour les idées, je t'invite si tu ne souhaites pas te plonger dans un livre, à consulter cette grille d'analyse et de lecture. Tu constateras sans mal qu'on est loin du snobisme intellectuel, dont tu penses qu'il sévit sur ce blog.

    @ Les camarades
    Claude n'a pas tort. Il me semble parfois qu'il serait plus productif de poster dans les comms, plus que des réflexions de fond, des actes militants, des résultats obtenus de votre action sur le terrain etc.
    Il faut ouvrir le débat pour ne pas le cantonner à ce seul lieu. Ici, je vous retrouve pour respirer parmi ceux de ma classe, mais il faut que nous allions voir d'autres horizons pour porter loin notre parole. Alors ouste! Et revenez avec de belles nouvelles ;)!
    Pour ma part, j'ai mailé en masse le tract du PG30 (et j'ai des retours positifs), j'abandonne des programmes aux mains de la rue et du hasard portant cette note. Tu vois @Claude, tu pourrais même tomber sur un programme sans avoir à te déplacer ni débourser 2 €.

  14. 464
    Sylvain dit:

    Bonjour! Avoir la tête dure ne veut pas dire être dur de la feuille...! Terra Nova privilégie le vote bobo contre le vote prolo, c'est tout. Dire le contraire est une ineptie voire un mensonge, vouloir démontrer le contraire, une débilité. Le ps a tourné le dos aux ouvriers et ce n'est pas les insulter que de le dire d'autant que je suis ouvrier et que je connais très bien ces difficultés. Le code du travail massacré, la non représentativité des syndicats et des conditions de travail qui dégénèrent, je connais ça par coeur. Maintenant je conçois qu'on ait la larme à l'oeil et le coeur soulevé devant l'évidence mais dans ce cas-là, autant voter ps que venir faire semblant de s'indigner contre mes propos. On va reprendre depuis le début pour être clair. 1. Le ps a tourné le dos au monde ouvrier, vrai ou faux? 2. En tournant le dos aux ouvriers, le ps les a livrés au FN, vrai ou faux? Voilà, c'est simple, clair et net! J'attends avec impatience vos arguments!

  15. 465
    Jean Emmanuel dit:

    Bonjour à tous
    Pour ceux qui auraient raté cette information parue sur le site de l'Express le 18 Janvier 2012
    "En privé avec des grands patrons, le candidat PS a partagé des idées qui ne devraient pas plaire aux socialistes. Il a notamment évoqué le coût trop élevé de la formation professionnelle et de l'aide au logement.
    Lors d'un récent dîner avec des grands patrons, François Hollande a surpris son auditoire par l'audace de ses propositions sur la réduction des dépenses publiques, sujet sur lequel il est peu disert devant les micros. "Il a évoqué la formation professionnelle et l'aide au logement comme trop coûteuses, rapporte un PDG. Il a affirmé que le département constituait un échelon de trop, que l'Etat devrait réduire ses dotations aux collectivités locales, que les agents des établissements du secondaire pouvaient appartenir au privé et que la dépendance pourrait être prise en charge par les assurances privées."

    Source

  16. 466
    bernard hugo dit:

    Claque bien méritée à Canal +. Bravo à Naco pour son article de décryptage des méthodes nauséabondes du "petit jounal", publié dans Agora vox.
    Devinez qui était aujourd'hui l'invité politique du journal de midi de France-Culture : le porte parole de Marine Le Pen !

  17. 467
    henri dit:

    Je ne pense pas que le Parti Communiste Français grenouille, je n'en suis plus membre depuis 1989 mais dans la campagne actuelle il apporte sa force militante et les humains qui la composent. On peut toujours rêver mais seul on est rien, notre démarche est bonne car elle est collective. Ce soir je retourne à la réunion du comité citoyen de ma ville sans me poser la question que le point de chute est pour l'instant dans les locaux de la section PCF.
    Le PCF est certainement trop faible mais il est là avec ses défauts et ses qualités mais sutout ne pas sous-estimer sa force militante.
    Je n'apprécie pas la compétition entre nos propres forces qui n'a rien d'émancipatrice.

  18. 468
    claude wallart dit:

    A Julien que je ne connais pas...
    2 euros, déplacement.... seulement du mépris. Merci

  19. 469
    sinnaz dit:

    @claude 461
    je suis d'un milieu dit "classe moyennes" et j'ai très bien compris ce que tu avais à dire, parce que c'est parfaitement bien dit et que je n'en penses pas moins.
    Bien sur qu'il faut toujours essayer d'élever le débat, mais ne peut-on le faire sans rentrer trop dans la "cuisine" des différentes chapelles. On n'est pas là pour penser tous la même façon, mais on est là aussi pour soutenir notre candidat, et d'ailleurs je n'ai rien de plus à ajouter à ce Claude a si bien dit.

  20. 470
    Julien dit:

    @claude wallart
    Je vous présente mes excuses si vous avez ressenti une forme de mépris dans ma réponse.
    Ce n'était absolument pas mon intention. Il arrive que l'on soit contre-productif en voulant aller au cœur du sujet et par manque de temps... J'en suis désolé. J'aurai tenté le coup... Peut-être avez-vous essayé d'ailleurs de vous rendre sur le lien que j'ai mis dans mon post.
    Suggérer que vous n’adhèreriez peut-être pas à la lecture du programme, n'était pas non plus une forme de mépris, mais simplement la prise de conscience pour ma part, que cette réponse n'était pas celle que vous attendiez, tant sur la forme que sur le fond. D'où le lien pour comparer les programmes, que j'ai laissé. Un malentendu que je regrette beaucoup Claude. Vous pouvez me croire.
    Vous orienter vers la vidéo du meeting de Nantes me semble être une excellente façon de s'approprier les grandes lignes du programme. Sans rancune, j'espère.

  21. 471
    sergio13410 dit:

    461 bertgi dit:
    24 janvier 2012 à 13h20
    Quant au PC et bien, il grenouille, avec le PS, pour sauver ces élus et peu lui importe les programmes. Le PC se montre avec jlm pour donner le change. Personnellement je pense que le PG seul aurait aujourd’hui les mêmes intentions de vote, et entre 10 et 12% au 1er tour de la présidentielle. Le FdG permet à jlm d'obtenir plus facilement ses 500 signatures.

    Quel analyse fine, on voit immédiatement que tu es au fait de l'actualité! Au passage tu nous craches à la gueule et tu nous manques de respect, Tu sait rien de la mobilisation des militants du PC sur le terrain, tu ne sais pas non plus, que dans beaucoup de circonscriptions (comme la mienne du reste), c'est le PC qui ménera bataille pour défendre les candidats du PG, aux législatives car les militants du PG sont peu nombreux et nous le ferons avec plaisir et sans trainer les pieds car ce sont des idées que nous défendons et un bel outil qui se nomme "Front de Gauche." Tu crois mener campagne dans tous le pays (36000 communes)avec 8000 adhérents? Même au-delà de cela c'est cette union qui fait cette force.Tes propos sont insultants et diviseurs, je crois que les médias se chargent de cela, pas besoin que tu en rajoutes.

  22. 472
    Genialle dit:

    @423 Glières
    D'accord avec toi, et je pense que nous sommes nombreux..
    Je vous laisse une reflexion, que j'ai piqué au "monde" : Rama Yade "réfléchit" à un soutien à François Bayrou oufffff nous l'avons échappé belle, car la belle pouvait venir nous rejoindre! quelle catastrophe!
    Faut sourire de temps en temps, non ? Autre chose d'après "mon volatil préféré" Sarko est super content du travail de Jean-Luc Mélenchon. Alors là je ne sais si rire ou pleurer. Merci encore pour tous vos "mines" de renseignements,
    que je fais suivre allègrement.

  23. 473
    Gerard Blanchet dit:

    @henri
    La seule façon de ne pas opposer nos forces, comme beaucoup essaient de le faire à chaque occasion, c'est de prendre un peu de hauteur. C'est à mon avis en 2012, le clivage de 2005, qui fait sens. Cette élection présidentielle avec son choix binaire est le 3e round d'un match qui a commencé en 2005 et en même temps un référendum pour ou contre l'austérité (donner du sens disait l'autre). Comme le dit Picaros84 il serait logique et en même temps démocratique que ce soit le meilleur partisan du NON qui soit en-tête au 1er tour, c'est à dire Jean-Luc Mélenchon. Et si on veut être vraiment démocratique c'est le meilleur partisan du Oui qui doit être second c'est à dire Hollande, car Sarkozy commence à fatiguer et il commence à devenir évident que s'il ne jette pas l'éponge avant il ne sera pas au 2e tour.

  24. 474
    Michel Berdagué dit:

    Certains sont encore à nous projeter les bla-blas-blas très bas du QUI ? en QUID du 2ième tour.et patai et patata.
    Votons Mélenchon 1er tour et en masse comme ça y a pas de 2ième tour.
    Très en colère je n'irai pas à une convocation d'une réunion de mon Parti d'engagement: le Parti Communiste ce soir à 20heures,car je serai à Besançon en Direct par WEB avec tous les Camarades, car rien n'a été prévu pour écouter et voir les responsables du Front de Gauche et Notre Candidat/Camarade élu Jean-LUC Mélenchon.
    Je viens de leur signifier.
    Je savais qu'il y avait (pas nombreux) certains à trainer les pieds mais à ce point! il nous reste que quelques jours pour que tous les Camarades militants et militantes s'investissent à 100%;
    Il faut gagner les Présidentielles et c'est bien parti et bien sûr les Législatives mais c'après(ce n'est pas nous qui avons fait le calendrier) et tout dépend aussi de Notre Victoire à la première.
    Logique :TOUT donner pour la première élection de Libération. Vive le Front de Gauche.
    Prenons le Pouvoir et dire qu'un petit bulletin de vote suffit...

  25. 475
    Gilbert Delbrayelle dit:

    naco dit:
    La petite claque bien méritée au Petit Journal : Décryptage du système people poubelle made by Canal+.
    Merci de vos soutiens.

    Il ne serait pas inintéressant de maintenant s'attaquer au Grand Journal notamment sur la manière dont sont traités les invités qui sont obligés de subir la leçon d'Aphatie/Louis de Funès (Quelle pitié de voir tous ces politiques écouter sans broncher comme des élèves réprimandés..), leurs interventions abrégés par des publicités ou encore subir les questions insignifiantes et puériles d'Ariane massent et les niaiseries d'une présentatrice météo idiote (Quelle pitié de les voir se forcer à sourire pour garder la face).
    Politiques, votre asservissement est pitoyable.
    Un seul a résisté...

  26. 476
    Sergio dit:

    @bertgi-461
    Evoquer un "grenouillage" de certains élus du PCF en cette période pré-électorale cruciale -pour une fois depuis des lustres ! -et quand les médias ripoux enfoncent le FdG, c'est vraiment nul.
    Finir par conclure que l'UMP aimerait que JL Mélenchon fasse un bon score (sic), c'est aussi nul que le PJ de canal+ ou les analyses loufdingues d'un bobo shooté ou d'un Aphatie.
    Le PCF a permis, avec d'autres forces progressistes, au NON de gagner sans se salir avec un énorme score. Le PCF corse a permis, avec un Radical de Gauche Emile Zucarelli (Bastia) et quelques Gaullistes historiques locaux, d'empêcher lors d'un référendum local, la tentative de transformer la Corse en zone européenne indépendante de la France. Une région du nord de l'Angleterre a, à la même époque renvoyé le même projet malsain de Bruxelles valser.
    Je ne suis pas communiste mais lire de telles âneries chez @bergti me donnerait presque envie de l'être. S'il y a eu des responsabilités réelles et beaucoup plus graves de cogestions nauséeuses et mortifères dans les privatisations et les démantèlements de pôles entiers publics ou d'acquis sociaux d'après-guerre (Les PTT, la SNCF avant le RFF, EDF-GDF, l'accord sur les retraites retardées et diminuées, l'étatisation de l'ursaff qui permit ensuite de fixer son budget et de piller ses caisses sans toucher aux contributions patronales...), c'est vers des apparatchiks bernés ou vendus de syndicats et de plusieurs partis qu'il faut se tourner, Quillès, Chérèque, Aschiéri et Gayssot inclus, bien sûr. Pour l'instant, l'union sur un programme de reconquête et autour d'un homme sain, capable et déterminé, prime.

  27. 477
    boris dit:

    Bravo Julien pour ton tableau comparatif que j'utiliserai dans ma "mail-campagne".

  28. 478
    sherlo dit:

    Henri Jeanson affirmait : « La liberté est une peau de chagrin qui rétrécit au lavage de cerveau."....

  29. 479
    Julien dit:

    @ boris
    A tout seigneur tout honneur. Je n'en suis pas le brillant faiseur de ce tableau. Je le relaie simplement parce qu'il est pertinent comme outil pour qui serait tenu trop à l'écart (et comment faire autrement?) des lignes du programme.

  30. 480
    ermler dit:

    Yadahelle (451) 12h12

    ...Jean-Luc Mélenchon vous le répète sans cesse ! De plus les ouvriers qui votent FN, c'est ceux qui votaient a droite de toutes façons (30% environ), ça aussi ils vous le répète !

    C'est vrai qu'il nous le répète. Sauf que votes FN + UMP, ça fait beaucoup plus que 30% ! Ce n'est pas insulter la classe ouvrière que de constater que, quand elle vote, elle vote majoritairement à droite et que c'est se mentir à soi-même que de prétendre le contraire. Par ailleurs, comparer le vote FN d'aujourd'hui au traditionnel vote à droite des ouvriers pour des partis conservateurs (au nom de l'ordre établi) est, selon moi, un contre-sens.
    Ce n'est pas non plus insulter les électeurs du PS que de dire que ce parti a une reponsabilité dans la montée du vote FN. Quand un parti dit "de gauche" est, depuis 30 ans, incapable d'assumer sa mission fondatrice et se rallie aux mêmes politiques libérales néfastes au monde du travail que la droite, alors oui, une partie du vote ouvrier cherche refuge dans l'abstention, mais aussi au FN.
    Ce n'est donc pas la peine d"'engueueler" ceux qui font ce constat (même en invoquant la parole du capitaine) en les accusant, en plus, de mépriser la classe ouvrière !
    Il s'agit de transformer le Réel, camarade, pas de le nier ! (Ou de faire croire qu'il n'a pas bougé depuis la nuit des temps).

  31. 481
    Michel Berdagué dit:

    Sergio
    Qu'elle est belle la Corse Résistante. A un Camarade Communiste Corse militant avec moi à Paris à qui je posais la question qui me turlupinait depuis des années "Mais qu'ont-ils fait les Résistants patriotes des armes piquées aux Allemands ?" de rappeler sous ton contrôle qu'ils, de leurs propres forces, ont jeté à la mer l'envahisseur seigneurs de la guerre. Il m'a répondu par un grand éclat de rire : " On ne leur pas demander de venir"
    J'ai connu des Corses, et je ne connais pas cette si historique Ile décalée de notre Hexagone mais qui par sa Résistance et ses richesses de son Peuple apporte beaucoup aux pauvres continentaux qui résistons un peu.

  32. 482
    Michel matain dit:

    @ 461 bertgi
    Quant au PC et bien, il grenouille, avec le PS, pour sauver ces élus et peu lui importe les programmes.

    Et la vieille rengaine de l'anticommunisme de "gauche" est reparti : les élus communistes ne sont là que pour aller à la soupe, le PCF ne serait là que pour sauver ses sièges, magouiller avec le PS pour garder ses députés, bla bla bla... Jusqu'à quand ces âneries ? Dans mon coin, la Haute-Provence, s'il n'y avait pas le PCF, ses militants, sa logistique, ses élus aussi, le Front de Gauche serait inexistant.

  33. 483
    Bélatar dit:

    La presse s'avère de plus en plus comme une aide précieuse pour Le Pen et les candidats du centre et PS. Entre un clivage ferme (sur certains points du moins) et un amollissement radical, que faire ? :)

    Il y a des aspirations très contradictoires chez les personnes avec lesquelles je suis en contact : plus de justice d'un côté, l'envie de sortir d'une période ou le chef de l’État n'a cessé d'opposer les uns aux autres, d'un autre côté. L'aspiration à un certain consensus facilite la tâche des "mous" du centre et du PS car il manque un principe supérieur porteur (l'égalité, la justice, la solidarité, etc.) et que le consensus se fait sur le minimum commun : un consensus d'opinions reçues surtout, d'idéologie dominante donc.

    Je constate autour de moi une tension entre une attente de discours clivant d'un côté (contre les profiteurs, pour le dire vite) et de discours (ré)unificateurs de l'autre.

    Pour un partisan du changement par la radicalité concrète, cela impose un haut niveau d'information et de capacité d'argumenter face à des gens, des attentes, des formes d'expression très différents.

    Solution ? Discuter, argumenter tranquillement plutôt que de réciter des slogans ou proférer des anathèmes au premier désaccord, laisser le temps au gens de faire leur chemin de réflexion.

    On ne convainc personne, chacun forge ses convictions, mais on peut aider à chacun à la forger en connaissance de cause.

  34. 484
    zora dit:

    JL Mélenchon à Metz : "depuis toujours, 30 % des ouvriers votent à droite, contre leurs intérêts, par anticommunisme primaire".

    Certains propos ici sont du même tonneau ! A vomir et décourageant.

  35. 485
    jean ai marre dit:

    @ 460 claude wallart
    Puis-je parler de choses plus terre à terre sans me "faire allumer" ?Je suis né dans un milieu ouvrier, communiste, etc
    Je suis toujours surpris par la peur de se faire allumer
    Claude c'est votre pensée, en quoi serait elle méprisable ?
    La différence entre notre leader et M Le Pen, c'est que JL Mélenchon s'inscrit dans une démarche de gouvernance avec toute l'analyse argumentaire qu'il faut faire, et qq fois le billet est long, et parait philosophique, alors que la marine, est dans une démarche protestataire de refus.
    Vous avez raison de dire que le flot de la marine est composé d'ouvriers déçus par la gauche classique auquel il faut y ajouter les ouvriers qui ont toujours été de droite.Et c'est justement à ces déçus que le Front de Gauche s'adresse.
    Le programme partagé qui place l'humain au centre des préoccupations, n'a rien de dissertation philosophique. Il est intuitivement saisissable par tous. L'avez vous feuilleté ?
    Le vote utile est le vote Front de Gauche, celui qui remet l'Homme au centre de l'histoire, celui qui donne envie aux citoyens de s'exprimer et de prendre leur responsabilité.
    Claude, parler est philosophie, la vie est philosophie, et si prendre ses responsabilités citoyennes est philosophique, et bien vous comme moi nous sommes des philosophes qui s'ignorent..sans aucune ressemblance avec M Jourdain de Molière

  36. 486
    Lupi jean-claude dit:

    @ ermler
    Ce n'est pas non plus insulter les électeurs du PS que de dire que ce parti a une reponsabilité dans la montée du vote FN.
    et je permettrais de rajouter que le parti socialiste à fait en sorte de saborder la campagne de 2007 pour de petits intêrets et querelles personnelles.Cela va un peu vite en besogne mais on peut dire que si nous en sommes là c'est bien à cause d'eux.
    Aujourd'hui ils donnent des leçons au rassemblement de la gauche alors que leur candidat n'a pas le courage de venir au meeting de la CGT sur les retraites trop peur de notre candidat.A chaque fois que je le peux je dit aux camarades socialiste que la vraie mouvance socialiste c'est nous.

  37. 487
    kévin20ème dit:

    Le parti socialiste a tellement adhéré aux principes du capitalisme qu'il ne se cache plus pour s'en servir. Il organise la rareté, la rareté des propositions ambitieuses et des propositions qui font l'identité de la gauche.
    Si bien qu'il suffit, après 6 mois de silence insupportable, d'écrire un discours au bic rouge (en ayant pris soin d'y mettre un petit coup de buvard quand même) pour qu'aussitôt la mediasphère s'agite et que même dans nos rangs l'averse passe.

    Stratégie insupportable pour le peuple de gauche que celle du PS dans le moment ou ce peuple, fort de l'impopularité majeure du président/ candidat et surtout fort du développement de cette crise majeure du capitalisme que nous traversons, devrait s'avancé sur la scène politique avec un programme ambitieux de transformation radicale de la société.

    Ce programme il existe, son contenu est défendu depuis plusieurs mois. C'est un programme qui ose se montrer a visage découvert. Ce n'est pas le programme du PS, c'est le programme du front de gauche:

    -Salaire maximum
    -Augmentation du smic
    -Titularisation des précaires
    -Constituante et 6ème république
    -Sortie du traité de Lisbonne et Europe des peuples
    -Partage
    -Partage
    -Partage...

    Ne lachons rien car ils ne nous donneront rien. Camarade soleil doit briller pour tous les hommes.

  38. 488
    jorie dit:

    Très bon discours de Metz. Je remarque que tous les "présidentiables" sans exception nous piquent notre terminologie et nos concepts (peuple, invisibles, République, finance etc...) alors que leurs programmes valident le système.Néanmoins,le discours de FH, autant se réjouir qu'il ait pris une piqûre de rappel sur la gauche. A mon sens, c'est une pure stratégie. On a fait appel aux "socialistes" de nous rejoindre, FH essaie d'attirer nos potentiels électeurs vers le candidat "normal". C'est de bonne guerre...sauf que nous, nous croyons en ce que nous disons,tandis que lui ne croit pas en ce qu'il dit. Bref, ne soyons pas trop méchants. Un PS qui applaudit à tout rompre surles thèmes que nous défendons depuis 4 ans, tantmieux. Silence médiatique, pas de plateau prévu pour Jean-Luc Mélenchon et silence sidéral sur le meeting de Metz et celui de Nantes. Sauf sur I-télé, un seul commentaire de Alexis brezet pour descendre Mélenchon. Je cite, la seule chose qu'il ait retenue, en fait, c'est le commentaire hors meeting, parce que les phrases qu'il a citées ne sont pas dans le meeting (baudruche,chauve souris et semi démente). Conclusion de Brezet : "Metz, c'est un flop pour Jean-Luc Mélenchon et Marine Le pen vient de marquer un point". Rien, absolument Rien sur la teneur politique du meeting, notamment sur le FN, dont personne n'a fait écho. Encore des coups bas, qui prouvent bien que pour ce type de journalistes c'est "plutôt Hitler que le Front populaire".

  39. 489
    Sylvain dit:

    Je crois sincèrement que plus gros coup de bluff des socialistes(ou de Terra Nova) a été de faire croire que le vote de gauche n'existait plus. Hors, et c'est la raison même qui fait que Jean Luc sera élu président de la République, ce vote de gauche existe bel et bien et il est même intact! Les ultralibéraux de gauche ont été nombreux à nous servir leur soupe de l'ouverture des marchés sinon pas d'alternative économique. Ensuite, les penseurs des "boîtes à idées" se sont mis à répéter leur prière et leur prêchi-prêcha sur le même thème: "vous êtes tous des niais de croire que conserver les vraies valeurs de gauche était porteur". Hé oui parce que maintenant, il faut être "porteur" et porteur de quoi, s'il vous plaît? Porteur de l'idée que la main invisible du marché, comme les mains au cul invisibles de DSK, suffiraient à réguler la finance. Tout faux ! La vérité est qu'il y a des millions de Français qui restent sensibles à la justice sociale et qui se demandent quand on est-ce qu'on va enfin pouvoir en entendre parler sans détour? Si le contrat social n'est plus qu'une vieille lune pour le ps, il sera le soleil de ces millions de Français avec le Front de gauche!

  40. 490
    pascal dit:

    Le déferlement médiatique du week-end m'a laissé proche de l’écœurement et de l'indignation. Je n'ose imaginer quelle serait notre audience si nous bénéficiions d'une couverture similaire, ou au moins proportionnelle aux résultats des dernières élections, que le candidat social démocrate. Mais bon, qui sont les soutiens de Mr Hollande si ce n'est la classe dirigeante qui prépare tranquillement une alternance sans changement avec la complicité de ses chiens de garde (cf. l'excellent documentaire "les nouveaux chiens de garde" de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat). Suivre les meetings est excellent pour notre réflexion collective et nos argumentaires, j'espère que celui de ce soir proposera des réponses aux discours de Mr Hollande (25000 personnes selon les organisateurs, 13000 selon la jauge de la salle). En réponse aux critiques contre le PC, mis à part les quelques Stal qui traînent ici ou là, les militants du PC s'engagent avec beaucoup d'enthousiasme et de détermination. Ne perdons pas notre énergie dans des polémiques inutiles, groupons-nous et demain,...fraternellement

  41. 491
    anne dit:

    @ Daniel du 93 post 450
    "Malgré le refus du Front de gauche d’accepter l’entrée du M’PEP,"...

    Bonjour à tous
    Pourrait-on avoir des informations sur ce refus ? Quelqu'un d'entre vous est-il au courant ? Pourquoi un refus ? Est-ce une mauvaise interprétation ?
    A + et s'il vous plait stop des commentaires agressifs et hargneux entre nous. On peut dire pleins de choses ressenties sans mordre (elles ont toutefois dites !)

  42. 492
    Truhania dit:

    Juste mon petit grain de sel à propos du PCF. Je pense qu'il est contre-productif de critiquer notre principal allié. Je sais bien que dans certaines sections une partie des militants est hostile au front de gauche et à son candidat, mais personne n'est irréprochable et dans sa très très grande majorité le PCF et ses militants apportent une contribution essentielle au Front de Gauche. Je pense que les tensions actuelles sont due au fait que seul le PCF a un vrai réseau d'élu et donc il est bien normal qu'il veuille le conserver. Mais je suis convaincu que notre dynamique électorale peut nous permettre d'avoir plus de députés que ce que le PCF dispose. S'il y a une vague front de gauche elle permettra aux autres partis du front de se constituer eux aussi un réseau d'élus sans déshabiller le PCF. Nous chamailler, nous diviser c'est nous perdre. Séparés nous ne pesons pas grand chose, séparés notre maillage du territoire est faible. Ensemble nous sommes fort.

    Alors réservez vos piques au PS, à l'UMP, au MODEM et au FN.

  43. 493
    JR84 dit:

    Je ne suis pas communiste mais j'ai une grande admiration pour toutes les femmes et tous les hommes communistes qui se sont battus pour nous donner tous ces acquis de 1936 que la droite, l'extrême droite et maintenant le PS veulent supprimer. Prenons garde aux trolls qui commence à peupler ce blog pour nous monter les uns contre les autres. Pour nous c'est l'humain d'abord qu'il soit ouvrier-ere, OS, employé-e, étudiant-e-s, cadre supérieur-e ou inférieur-e, retraité-e...On est tous dans le même bateau, ne les laissons pas nous diviser, faisons qu'un, ne regardons pas le bout de nos chaussures, relevons la tête et fiers, crions à toutes ces belles personnes que le moment est venu de faire Place au Peuple!

  44. 494
    fer dit:

    On est peu êtres des petits garçons, mais pas des enfant endoctriner par un père facho, pauvre petite fille.

  45. 495
    Sylvain dit:

    Ce soir, nous serons tous Bisontins (pour moi il n'y a aucun problème vu que je suis né là-bas!). Tous au meeting par le biais d'internet et tous à vos claviers pour vos réactions en direct.
    A ce soir!

  46. 496
    jean 28 dit:

    A anne @ 498
    le M'PEP souhaitai pouvoir rediscuter le Programme pour y inscrire une sortie de l'Euro et de l'Union Européenne voir leur document de 2011

  47. 497
    ventdebout dit:

    Je suis d'accord avec Truhania 499 et d'autre, mais je voudrais quand même signaler à tous, que le principal allié du FdG et donc de toutes ses composantes, reste le(s) Sympathisant(s) venu(s) d'horizons différents.

  48. 498
    Axel dit:

    A Jorie
    C'est encore pire que ce que tu dis. Ce n'est pas un coup bas. C'est de la fainéantise.
    Brezet ne fait que commenter les commentaires... Il ne sait pas ce qui s'est dit au meeting. Il n'a fait que lire les fils de dépêche AFP, qui n'ont mentionné que cela. Il n'a rien vérifié.
    Énormément de journalistes font cela. C'est à dire que justement ils ne font pas leur métier. Comme le petit journal. Ils commentent ce qu'ils croient percevoir de la com, avec une approche langue de vipère pour chercher à se distinguer du troupeau.

  49. 499
    anne dit:

    @ jean 28 Post 503
    Merci pour le renseignement et je viens de parcourir le doc. La divergence est en effet grande mais c'est bien que le M'PEP reste notre allié, nous avons besoin de force !

  50. 500
    kalos dit:

    Comme dit anne sur le poste précédent nous allons avoir besoin de forces nouvelles, depuis l'affaire du" petit journal" les coups contre le FdG pleuvent de plus en plus.
    Je constate une légère dégradation. Même les gens de mon bureau ne m'écoutent plus avec la sympathie qu'ils n'hésitaient pas à m'accorder.
    Qu'en pensez vous ?

Pages : « 15 6 7 8 9 [10] 11 12 13 14 1519 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive