29oct 11

Au sommet on s’embrouille

Ce billet a été lu 36 120 fois.

Enfin un référendum en Grèce

Communiqué du 01/11/2011

L'Elysée est consterné quand le peuple est consulté. Au contraire, je me réjouis que douze grèves générales aient contraint M.Papandréou à convoquer un référendum réclamé par le peuple.

Je forme le vœu que les Grecs disent non au plan européen de dix ans d'austérité qui plomberaient leur avenir. Ils imposeront ainsi aux dirigeants européens l'obligation de sauver le peuple autant que la monnaie.

dsc00772I

ci, avant trois jours de pause, je jette quelques lignes qui peuvent aider, si besoin. Il y est question du sommet européen. De Sarkozy, puis de Bayrou. Et il y a aussi quelques mises en garde contre les rumeurs socialistes sur ma candidature aux législatives.

Merci à Guillaume Bricout pour cette série de photos au coeur du mouvement des Indignados espagnols en mai 2011…

Le sommet de l’Europe s’est achevé en une sorte de feu d’artifice d’auto-satisfaction. Tout avait été organisé pour cela, il est vrai, par une dramatisation préalable bien orchestrée. Quand on y regarde de plus près, le résultat est pourtant assez inquiétant. Mais pour comprendre ce qui s’est décidé, quelle affaire. Que c’est technique ! Toute l’astuce est peut-être là. Aucun principe général d’action n’est exposé. On doit donc courir d’une source d’information à l’autre pour comprendre ce qui s’est passé. Pour nous, les parlementaires, c’est encore plus humiliant car nous sommes censés savoir. Mais nous ne savons rien. Jeudi matin Barroso et Van Rompuy se sont sentis obligés de venir lire un texte devant le parlement européen tant le scandale était grand que de toute la crise il n’ait été informé de rien ni consulté d’aucune façon. Sinon, le relevé de conclusion qui est dsc00771arrivé sur nos ordinateurs jeudi matin est un obscur document en langue de fonte. Et d’ailleurs rédigé en anglais. Pas de traduction disponible. Les documents en Français que nous avons ensuite trouvés sur les sites de presse qui ont fait l’effort de les rechercher et de les publier sont des versions partielles.

Bref, nous avons travaillé d’arrache-pied, nous aussi, toute la semaine et avant le deuxième sommet pour suivre d’heure en heure ce qui permettait de compléter le tableau dont nous disposions à travers la presse et les maigres documents en circulation. Vous pouvez trouver tout cela sur mon blog européen. Je vous garantis un document assez unique de précision. Si cela vous paraît être du bon travail sachez qu’il faut aussi en savoir gré à Céline Ménesses, assistante du groupe GUE, qui est aussi membre de l’exécutif du Parti de la Gauche européenne au titre du Parti de Gauche. Faire cet exercice a du bon, cela va de soi. On sait, on comprend. Il y a un revers. On ne supporte plus les approximations et les erreurs d’informations des autres. Cela peut pousser dans une pente pédante ou trop sophistiquée. A moins de disposer d’un talent dedsc00775 vulgarisation ou de simplification qui n’est pas à la portée de tous et en tous cas pas à chaque instant.

L’autre inconvénient de cette situation est que nos interlocuteurs, moins bien informés, ont une grande tendance à vouloir parler d’autre chose et refusent le débat technique. Tout cela je l’ai éprouvé sur le plateau de France 2. Cela ne tient pas seulement à la confusion qui régnait du fait que, faute de compteur de temps de parole, madame Le Pen disposa, à son goût, du pouvoir de clouer tous les débats dans ses récitations de fiches hors sujet ! Le fond de la cacophonie vient de ce que mes trois interlocuteurs n’étaient guère soucieux des résultats réels de ce sommet. Mais je l’ai déjà dit, le contenu de ceux-ci sont d’une incroyable complexité. Par exemple,  expliquer que la décote de 50% des titres de la dette grecque ne réduit que de 29% le montant de celle-ci est un exercice assez rude, non ? Pourtant une partie du cœur de la mystification est là. Peut-être ai-je tort de m’ingurgiter autant de choses et de vouloir à tout prix être dans la pédagogie, même de masse. Mais on ne se refait pas. J’aime comprendre. De plus, je ne veux pas vous faire courir le risque que votre porte-parole dsc00769se trompe, sachant qu’ensuite il y aura le clan des haineux qui en fera des gorges chaudes en boucle de tous côtés. Enfin, je crois qu’on aide mieux notre cause chaque fois qu’on éclaire le jugement du commun.

Je voudrais résumer ce que je comprends de ce que j’ai vu dans ce sommet. Au plan politique La France paie la bêtise du Traité de Lisbonne et Sarkozy la forfaiture de l’avoir fait passer de force. De force, après que le référendum l’a rejeté. Enfermé dans la règle libérale, la France respire moins qu’un autre pays. L’Allemagne des rentiers domine. Je n’y reviens pas. Au plan financier et économique, l’accord du sommet européen ne vaut guère. Il ne résout rien. Les libéraux ont gagné, la BCE n'interviendra pas. Donc la spéculation continuera. Au cas particulier de la Grèce, il faut comprendre qu’elle vient d’être condamnée, officiellement, à dix ans d’austérité et de souveraineté limitée. Si tout va bien. Et Papandréou s’est à nouveau couché. Le retour de la Grèce sur les marchés financiers est prévu pour 2021 mais Papandréou a déclaré : "si nous parvenons à mettre en œuvre les réformes rapidement, ça ne prendra pas dix ans, ce sera bien plus rapide" ! Comme on le sait les 17 pays ont décidé d'effacer de 50% de la dette grecque détenue par les institutions financières soit 100 milliards d'euros. Mais au total, la dette grecque atteint 350 milliards d'euros. En fait, les banques vont voir leur titres actuels remplacés par des titres plus long et à taux plus bas. Cette trouvaille doit ramener la dette grecque de 160% du PIB aujourd'hui à 120% d'ici 2020. Conclusion : dans neuf ans la Grèce endsc00767 sera au point d’endettement où elle était en début de sa crise. Tout le monde comprend que ce n’est pas soutenable, tout simplement. Ca craquera.

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF), présenté comme le pare feu contre la spéculation, est doté de 440 milliards aujourd'hui. Aucun chiffre ne figure dans le communiqué final à son sujet. Mais il y aurait eu accord pour porter sa "force de frappe à 1 000 milliards". Jusqu'à hier, certains espéraient 2 000 milliards. Pourquoi ? Parce que la force de dissuasion d’un pare-feu est à la mesure de ce qu’il doit protéger. C’est pourquoi notre idée du prêt direct aux Etats par la Banque Centrale Européenne est forte. Car la puissance de financement est alors illimitée. Voyons le cas concret : la dette de l'Italie est de 1 800 milliards d'euros. Le FESF est donc insuffisant pour bloquer la spéculation contre la dette italienne.

Et comme le FESF n'est pas transformé en banque comme le voulaient les experts de Nicolas Sarkozy, il ne pourra donc pas se refinancer auprès de la BCE. L'Allemagne a fait retirer une phrase sur le sujet dans le communiqué. Résumé : la puissance du pare-feu est limitée, celle de l’incendie ne l’est pas. On devine la suite.

Le fédéralisme autoritaire est désormais le mode ordinaire de l’Union européenne. C’est officiel. Les textes ne cherchent même plus à enrober le fait. Il a connu un coup d’accélérateur. Certes le communiqué final, pour en rajouter, présente comme des nouveautés des choses déjà décidées et mises en œuvre. Ainsi quand il déclare que les pays qui ont des déficits excessifs verront leur budget examiné et commenté par la Commission « avant leur adoption par le parlement national concerné ». C’est déjà en cours et ça s’appelle « le semestre européen » dont le principe a été adopté au parlement français par la droite et le PS. Autre chose. Quoique déjà prévu dans l’accord du 21 juillet dernier, le communiqué  rappelle que la Commission européenne sera aussi chargée de surveiller l’exécution du budget et de proposer si nécessaire des corrections en cours d’année. Un super-gouvernement cette Commission. Enfin et cela est neuf, le communiqué final prévoit aussi l'adoption de la "règle d'or" budgétaire dans les 17 pays de la zone euro d'ici fin 2012. Ou bien Sarkozy trouve le moyen de la faire adopter ou dsc00762bien ce sera la première réunion du Congrès à Versailles du gouvernement Hollande, ou bien la première désobéissance du gouvernement du Front de Gauche.

Je ne me cache pas la difficulté de mon point de vue. D’un côté la construction européenne peut se détricoter en quelques semaines quand la crise financière et bancaire va revenir. Il faudra alors proposer séance tenante un « plan B » alors même que la situation sera infiniment plus tendue et les rapports de force internationaux plus explosifs à manier. Dans le cas contraire je vois bien comment les socialistes, autour de la candidature de Hollande, préparent leur alignement sur la nouvelle donne européenne. Papandréou et Zapatero sont des modèles pour eux. Hollande n’a-t-il pas été d’abord visiter le premier ministre espagnol ? Quel autre sens peut bien avoir un tel symbole dans une Espagne en pleine déroute ? Cela m’amène sur le thème du choix d’alliance de la gauche. La tentation centriste est le cœur du dispositif dont rêve François Hollande. Le soir même de sa victoire aux primaires socialistes, le dimanche 16 octobre, il déclarait: "Et puis, il y en a d’autres qui ne savent pas s’ils sont de gauche, qui savent qu’ils ne sont plus de droite, ce qui est déjà pas mal, et qu’il faudra bien accueillir le moment venu, s’ils le décident". On ne peut dire plus clairement que la présence de François Bayrou dans une majorité avec le PS ne dépendrait que de Bayrou lui-même. Pas du PS. De son côté, Bayrou avance. Il sera candidat. Et il commence à dévoiler son programme. Derrière son slogan "produire, instruire, construire", il affine ses arguments. Pour lui, "les Banques sont en situation précaire parce que les Etats les ont obligés à prendre des emprunts qu'ils ne peuvent pas rembourser. Ce sont les Etats qui ont planté les banques. Les banques ne sont pas vertueuses mais c'est la politique des Etats laxistes qui a créé les difficultés". Vous avez bien dsc00757lu. C'est la faute des Etats. Dès lors, il n'est pas étonnant qu'il défende qu'"il y a des dispositifs à imposer aux Etats de l'UE en contrepartie de la sécurisation de la dette". C'est exactement ce qui vient de se décider au dernier sommet européen. C’est la voie de l'autoritarisme européen et de la souveraineté limitée.

Puis Bayrou précise son programme. "Je propose un agenda 2020 comme les allemands ont fait un agenda 2010" a-t-il déclaré dans l'émission "Questions d'info" sur LCP le 12 octobre dernier. Encore le modèle allemand ! « L'agenda 2010 » ? Il est de sinistre mémoire pour la gauche allemande. C'est le programme brutal contre les droits des salariés et des chômeurs appliqué par le SPD de Gerhard Schröder. L'Agenda 2010 et la réforme Hartz IV du marché du travail sont à l'origine de la démission d'Oskar Lafontaine du SPD en 2005. Et quand on lui demande comment il compte appliquer son programme, Bayrou répond. Il veut "une majorité centrale" : "il faut une majorité centrale pour faire ce qu'on fait les Allemands avec l'agenda 2010 ou les Espagnols avec la règle d'or". La casse du droit du travail, les emplois à un euro de l'heure pour les chômeurs et la règle d'or, voilà les références de François Bayrou. Sans parler de la hausse de TVA de deux points et de la baisse des dépenses de l'Etat et de la Sécurité Sociale de 20 milliards chacun. Personne ne peut dire qu’il n’est pas prévenu. Comment oser dire, après cela, qu’il y en a qui « savent qu’ils ne sont plus de droite » ? Car si ce que dit Bayrou n’est pas un programme politique de droite, alors qu’est-ce qu’un programme de droite !

Pour construire cette "majorité centrale", Bayrou a au moins une franchise que d’autres n’ont pas. Il reconnaît que ce n'est pas possible avec le Front de Gauche. Il indique clairement que faire croire qu'on pourrait avoir le Modem et le Front de Gauche dans le même gouvernement est "une illusion" : "La politique que la France devra nécessairement suivre, si elle veut s’en sortir, ne s’accommodera pas de tels leurres". Et Bayrou précise dans Médiapart du 15 octobre : « L’équation politique qui mettrait dans la même majorité Joly, Mélenchon, Hollande ou Aubry est une tromperie, puisqu’ils sont en désaccord sur l’essentiel : est-ce que les problèmes viennent de nous ou de la mondialisation ?». Comme on le voit, je n’exagérais pas en disant le 4 octobre dernier sur RMC et BFL-TV, que le Parti Socialiste devait cesser de faire semblant du contraire.

Pour éclairer ce choix, voici quelques précisions sur les attentes de François Bayrou. Il a déclaré le 19 octobre sur le Grand Journal de Canal+ que "le problème, c'est que François Hollande a prononcé une phrase que je considère comme une interrogation très importante pour tous les citoyens. Il a dit 'le projet du Parti socialiste m'engage'". Pour Bayrou, le projet du PS, pourtant bien timide, est "impossible, insoutenable". Dans le monde il parle même "d'illusion meurtrière". Mais il précise: "Si c'était les vraies idées de François Hollande, je n'ai pas de doute qu'il y ait des points de rencontre". Monsieur est servi. François Hollande a déjà déclaré lui-même que le projet socialiste était rendu caduc du fait de la crise.

Je ne vais pas écrire plus long. Mon bagage est prêt. Je vais souffler trois jours à ma maison de campagne où m’appellent de menus travaux avant l’hiver. Avant de partir j’ai eu l’obligation de répondre à des amis qui s’inquiètent d’échos de presse selon lesquels je suis annoncé candidat aux législatives, ici ou là, à Paris, dans la Somme, comme cadeau des socialistes. La rumeur est propagée avec gourmandise par tous ceux à qui cela permet de m’imputer un goût des « places » qui en réalité atteste surtout de leur propre appétit pour elles et de l’importance qu’elles ont à leurs yeux. Evidemment comme d’habitude, il s’agit d’une opération des dirigeants socialistes qui veulent de la sorte m’englober pour mieux m’étouffer. L’autre technique des socialistes consiste à convoquer les dirigeants communistes pour faire des arrangements avec eux puis à se retourner vers mes amis du Parti de Gauche pour leur dire de s’arranger avec les communistes. Je connais la suite de ce genre de comédie. Je sais que c’est à cette méthode qu’est due l’élimination du Parti de Gauche du Sénat. Je n’oublierai rien, ni personne. Un proverbe dit que tu peux être trompé une fois sans devoir t’en vouloir. Mais à la deuxième, c’est toi le premier coupable. L’expérience instruit.

Le traitement que m’infligent les dirigeants socialistes, muets par ailleurs sur mon offre publique de débat, est très grossier et méprisant. Ils se le croient autorisés du fait qu’ils se voient à 39 % dans les sondages pour le premier tour et 60 % au deuxième. Il est possible quand la discussion a commencé entre eux pour savoir qui sera président de l’Assemblée Nationale, ministre de l’intérieur, premier ministre et ainsi de suite. Tout alors leur est permis. Il ne leur reste plus qu’à le faire. Ce sera, je le crois, un peu plus compliqué. Surtout qu’après tous ces outrages et la répétition de ces petites manœuvres si viles pour me déconsidérer, je ne respecte pas ceux qui ne me respectent pas. Je n’ai aucune confiance en eux, ni politique ni surtout humaine. Il leur reste à comprendre que leurs soit-disant offres ne m’intéressent pas. Il ne faut pas compter sur moi pour les tablées de rustres. Mon œuvre, c’est le Front de Gauche. J’en suis un des bâtisseurs du premier jour. Une construction qui est un acte de refondation de la gauche. Mon choix est de faire tout ce que je peux pour lui ouvrir la route vers la première place à gauche et dans le pays. Dans cet état d’esprit les combines de couloirs des dirigeants socialistes et de leurs commensaux me font vomir ! Il leur reste à comprendre que toutes leurs magouilles, me concernant, buttent sur une difficulté. Je ne demande rien. Et si j’ai quelque chose à demander ce n’est pas à eux. Je sais à qui. Au suffrage universel. Je suis déjà député ! Au titre du Front de Gauche ! Je n’ai succédé à personne ! Je n’ai eu aucun accord pour cela avec les dirigeants socialistes. Mon siège a été gagné contre leur volonté, par des militants simples et sincères que personne ne peut acheter d’aucune façon.
Ma prochaine circonscription, c’est la France toute entière. 


415 commentaires à “Au sommet on s’embrouille”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »

  1. 1
    France paul dit:

    Merci jean luc Mélenchon, pour ces nouveaux décryptages toujours utiles pour discuter avec les citoyens lors la vente du programme du front de gauche! Malgré la technicité et la confusion organisée sur ce sujet, tu es non seulement audible mais de plus en plus au centre des discussions!

  2. 2
    morvandiaux dit:

    A propos de la lettre adressée concernant le "nucléaire" pourquoi le nucléaire militaire et la question du désarmement n'a pas été incorporée ?

  3. 3
    crussol rouge dit:

    Merci JL Mélenchon, pour votre courage, face aux débatteurs de vendredi soir, pour votre pédagogie (et je ne crois pas qu'il faille en diminuer le fond pour faire de la démagogie "populaire" au prétexte d'une trop grande technicité). Surtout ne cédez pas face aux ruses du PS allié aux "médias bien pensants" qui n’hésitent pas à vous prêter toutes les pires habitudes du marigot "politicard" façon radsoc ou sfio, afin de pouvoir dire "nous vous l'avions bien dit", ou "c'est un sous-marin du PS" (une distributrice de tracts de Lutte Ouviere rencontrée ce jour à Valence, leur candidate venant y faire meeting, très hargneuse et avec une pratique de la langue de bois "troskyste" !)
    Que se vayan todos !

  4. 4
    Méduse dit:

    Encore un sommet pour rien!
    D'ici quelques semaines (si ce n'est quelques jours) tout aura déjà été oublié dans le flux continu de buzz et de débandade...

  5. 5
    AG91 dit:

    Merci de nous éclairer sur ce qui se passe au niveau du fonctionnement européen. Cela nous permet aussi de ré expliquer aux gens, il y en a beaucoup besoin,besoin de bien expliquer que ce sont des choix politiques qui sont entrepris et que ces choix engagent nos vies, et engagent les décisions politiques en France.
    Je reviens le débat sur la 2. Votre argument sur les décrets possibles de "réquisition" des usines et entreprises industrielles pour le bien du pays et ne pas les délocaliser. Il faut le dire et le redire car à cela tous les gens sont très sensibles et cela montrer bien que la droite ne défend pas les travailleurs en France puisque elle a abandonné tout notre système de production industrielle et manufacturier. Où sont passées les industries textiles par exemple, que sont ils en train de faire avec l'automobile, l'agriculture ? Sur ces thèmes centraux nous pouvons gagner car seul le Front de Gauche les aborde. En ce moment on ne parle que de dettes mais leur dette ne nous concerne pas, ce qui nous concerne c'est supprimer le chômage, payer notre loyer, consommer des produits locaux,imposer notre droit à la santé et à la retraite etc.
    Et si au lieu de re-capitaliser les banques qui n'en ont pas besoin, on re-capitalisait les comptes sociaux ?

  6. 6
    anne dit:

    @Jean-Luc Mélenchon
    merci pour toutes ces explications sur l'Europe. Elles sont bien nécessaires car tous ces montages techniques sont forts compliqués, à dessein sans aucun doute...
    Pourquoi les députés européens ne font-ils pas plus de bruit pour protester de leur éviction des décisions et des informations ? D'ici, nous n'entendons rien !
    Les 2 derniers paragraphes de votre texte devraient être diffusés à la moindre occasion sur les médias car évidement le PS cherche à vous phagocyter par les rumeurs et le silence. Bon week-end

  7. 7
    Pauline Cousin dit:

    Bonjour,
    Il était évident que nous ne savions pas tout sur ce sommet. Comment peut on observer les banques se réjouir de voir la dette grecque fondre de moitié ! Les banquiers auraient enlevé leur masques pour redevenir humain, après une nuit de débat. Nous ne sommes pas dupes et M. Mélenchon nous le montre dans ces quelques phrases sur ce qu'il a compris du sommet.
    Ensuite, je rejoins aussi l'auteur sur la cacophonie du débat sur France 2, suite à l'intervention de Nicolas Sarkozy. Les débats n'ont d'intérêt que si leurs acteurs sont compétents, intelligibles, respectueux. Je me souviens d'un débat Alain Minc/Jean Luc Mélenchon qui étaient à la hauteur de nos attentes, mais ces deux là malgré leur opposition, se sont respectés. Jeudi, sur France 2, régnait le sarcasme et l'ironie, avec en chef de file, une Marine Le Pen, "n'est ce pas", qui visiblement, pensait combler son incompétence dans le domaine de l'économie, par ces coups "bas" (qui n'en étaient pas!) et des attaques qui n'avaient d'égal que la médiocrité de ses opinions. Dire à Jean Luc Mélenchon qu'il est un capitaliste, et pas le dernier parmi les capitalistes... Excusez moi de me marrer ! A ses côté, le patron de BFM Business qui perd la tête, Pécresse qui défend l'indéfendable, et les animateurs incapables d'instaurer un débat sain et serein, équitablement réparti, qui n'avaient de cesse de couper les interlocuteurs, ou de pointer du doigts la personne qui allaient parler ensuite, alors même que celui qui avait la parole n'avait pas encore prononcé deux phrases.
    Cette semaine me laisse un gout amer, comme ces derniers mois d'ailleurs, cela me donne de plus en plus le goût à l'indignation.

    Pauline Cousin.

  8. 8
    Agua Buena dit:

    Oui, Jean-Luc, continue de t'acharner à débrouiller les inextricables écheveaux des décisions, traités internationaux, européens, ou même nationaux, et de nous en livrer tes conclusions : tu es mieux à même que nous de faire cela. D'ailleurs, si nous fréquentons ton blog en si grand nombre, c'est sûrement en grande partie pour cette raison, en tout cas, c'est mon cas. Ca me permet de revenir sur le débat de F2 : oui, tu as par moments été technique, mais 1/ le gain de cette soirée est qu'enfin, le FdG était considéré comme un des 4 camps politiques majeurs en France, et 2/ même si la majorité des téléspectateurs auront eu du mal à te suivre sur les questions techniques, à ton interrogation concluant un de ces développements : "Dites moi si j'ai raison ou si j'ai tort ?", ils auront été frappé du mutisme des 3 autres sur le plateau (et de l'économiste de service) pour en tirer les conclusions suivantes, même inconsciemment : soit Mélenchon est plus fort qu'eux sur ces questions techniques, soit les 3 autres ne voulaient pas se résoudre à reconnaître qu'il a raison, soit les deux à la fois.
    Tout ça pour dire que notre combat sera d'autant mieux mené que nous n'éviterons pas la complexité des problèmes, comme le fait le PS en ne s'adressant qu'aux gens très instruits, ou le FN en ne proposant que des solutions simplistes, bêtes et méchantes.
    Continue tout pareil comme avant, nous sommes derrière !

  9. 9
    Cobalt dit:

    Depuis un an, je suis avec gourmandise les commentaires de la vie politique et économique de notre pays que distille Jean-Luc Mélenchon. Je ne suis pas surpris par l'attitude rad soc et SFIO des socialistes qu'il décrit et je pense que cela va s'amplifier au niveau local dans les prochains mois, car ne l'oublions pas les élus locaux veulent défendre leur bien. Et le FdG grignote, grignote, d'où cette attitude tantôt à gauche et tantôt blairiste. Là, on peut dire qu'on progresse. Observons l'attention que le PS nous porte et ignorons les.

  10. 10
    Blaise Chabanis dit:

    Bonjour Jean-Luc, bon WE mérité :-)
    Juste pour dire que c'est à la fois important pour nous de constater tous les jours que les arguments existent pour "sortir du cadre", et de voir que nos arguments intéressent et appellent d'autres questions très importantes : Quelles sont les mesures de rétorsion auxquelles ont doit s'attendre avec notre programme de la part des banques et de l'oligarchie ? A-t-on la maitrise technique de ce qui s'est passé en 1983 en France et qui est présenté comme la cause du virage du PS dans la mythologie de la gauche profonde, dans l'inconscient de chaque militant, qui est la blessure que nous avons tous, même ceux qui ne l'ont pas vécu comme moi mais à qui on l'a perpétuellement raconté, même ceux qui ont "pris en charge le destin du pays" comme ils le disent et qui passent encore leur temps à se justifier, qui n'ont pas eu ton déclic en 2005 ?
    C'est à la fois excitant et frustrant que certains de nos arguments ne soient pas encore complètement exposés publiquement. J'ai l'impression qu'on se garde des réserves, des bottes secrètes, à la fois pour les électeurs, car ils doivent recevoir au fur et à mesure chaque argument comme un événement, mais aussi pour les oligarques qui affutent leurs poignards, un peu comme si nous leurs montrions la masse d'armes pour qu'ils ne regardent qu'elle... Je trouve cela très bien réalisé, le timing est bon dans la description du combat. Il faut juste mettre un peu plus en avant ce qui va être le résultat de ce combat : salaires, assurance maladie, emploi et services publics, c'est LA raison qui fait que le combat vaut le coup, pas juste pour combattre... les gens sont épuisés, ils ne veulent même pas avoir une revanche juste pour une revanche sur "les marchés".
    Je sais c'est facile de ma part de commenter, j'espère que mon commentaire sera utile. Il va falloir que je m'applique aussi ce que je dis ici en réfléchissant tout haut, car j'intègre aussi le résultat de mes porte à...

  11. 11
    Polo dit:

    Bonjour,
    Bien qu'il soit un peu tard, bravo déja vous comptez et personne ne s'aventure à vous répondre. L'€urope est une union de coopératives et si je ne m'abuse chaque adhérent compte pour une voix, étudiez les taux d'introduction des monnaies et vous verrez que l'idée première était de faire grandir, injustement je le concéde pour les financeurs. A ce propot la réquisition a bien été déja utilisé lors du blocage des centres de distribution des carburants devant l'inutilité des syndicats. Excusez mes raccourcis, adepte du droit, les Français comptent sur vous au parlement €uropéen.
    Une étude du Comité National Routier peut vous éclairer sur le modèle Allemand et je ne doute pas de vos talents de pédagogue pour vous en servir auprès du plus en grand nombre et en particulier auprès des syndicats inféodés à la soumission par l'abandon de la phalange nécessaire au bon fonctionnement, ils ont simplement omis que la participation déplacer le seuil de rentablité de leur fond de commerce. Remerciements, salutations.

  12. 12
    hêtre_cyprès dit:

    "Vous pouvez trouver tout cela sur mon blog européen" dit JL Mélenchon.
    Colonne de gauche sous la rubrique au parlement européen en cliquant sur le rectangle rouge "Député pour changer d'europe !"
    Ce blog de JL Mélenchon semble être le parent pauvre tant les commentaires des lecteurs sont rares, et pourtant il est utile, failli dire incontournable pour qui s'intéresse aussi à l'Europe.

  13. 13
    Prof Simplet dit:

    Bonjour,
    Les temps sont manifestement bien difficiles, et l'incertitude est grande, tant du point de vue de la construction européenne, que de son action, et même au niveau de la politique intérieure, avec les prochaines échéances, qui semblent promettre de bien terribles désillusions socialistes. Tout incite au pessimisme.
    Toutefois, une phrase m'interpelle : des menus travaux dans votre maison de campagne. Celle-ci m'évoque une citation d'Albert Einstein : "Je comprends pourquoi tant de gens aiment scier du bois : c'est une activité dont on voit tout de suite le résultat."

  14. 14
    Glières dit:

    Mais comment il va faire, Jean-Luc Mélenchon, pour qu’ils s’en aillent tous ? Quand tous les pouvoirs, politiques, financiers, économiques et médiatiques plongeront notre pays dans le chaos et en rejetteront la faute sur le Front de gauche ? Pensez-vous qu’il aura une majorité suffisante de députés à la Chambre, qu’elle soit législative ou constituante, et si c’est le cas suffisamment déterminée pour le soutenir dans cette entreprise de révolution démocratique et sociale ?
    Les gens savent bien que les accapareurs de tous bords ne s’en iront pas d’eux-mêmes et que tant qu’ils seront aux commandes, rien ne changera. Les gens attendent pour aller voter, que Jean-Luc Mélenchon, dise comment s’y prendre pour chasser les exploiteurs du peuple.
    Le peuple ne se déplacera pas pour un programme, aussi beau soit-il, s’il n’a pas la certitude qu’il sera appliqué. C’est donc à Jean-Luc Mélenchon d’annoncer et de répéter, qu’il recourra immédiatement après son élection, au seul moyen efficace pour y parvenir, le référendum. C’est à lui d’expliquer comment il sera mis fin aux artifices antidémocratiques et notamment électoraux, qui permettent en toute impunité à une oligarchie de parvenus de s’octroyer les pouvoirs et la richesse du pays.
    C’est à lui de préciser quelles seront les questions fondamentales sur lesquelles le peuple aura le premier et le dernier mot. C’est à lui de rappeler que dans le passé, la conquête de nos libertés s’est toujours faite dans le cadre de soulèvements populaires et puissants. C’est à lui à présent d’appeler solennellement à la mobilisation générale, à l’insurrection civile et pacifique, à la levée en masse pour aller voter le 6 mai 2012. Alors fidèle à son histoire, le peuple de France répondra à son appel, s’appropriera la bataille des présidentielles, chassera les profiteurs et abolira encore une fois les privilèges. Et cette victoire ouvrira en Europe une nouvelle ère de liberté, d’égalité et de fraternité, de justice et de prospérité.

  15. 15
    LetsGo dit:

    @Webmestre :
    Bonjour, il y a un souci sur ce billet avec le partage Facebook, les infos (titre, intro) ne sont pas reprises dans le formulaire (testé avec FF7 et Epiphany).
    Un lien direct sur le billet du blog européen serait un plus.
    Merci

    [Edit webmestre : A force d'idolâtrer Facebook, on devient incapable d'imaginer que le problème se trouve peut-être chez eux. C'est assez préoccupant. Depuis que Facebook a changé son interface, il y a 1 mois ou 2, les problèmes avec le partage des liens ne se comptent plus. La seule suggestion qu'ils font est de remplacer le bouton "Partager" par un bouton "J'aime", parait-il plus fiable, mais dont la fonction est différente, ce à quoi je me refuse. Je "n'aime pas" Facebook...]

  16. 16
    hêtre_cyprès dit:

    Et pour ceux qui en sont restés (comme moi) sur la cacophonie ambiante du plateau de France 2, j'encourage le déplacement à droite sous la rubrique "archives de la vidéothèque" et d'écouter le "discours de clôture du Remue Méninge à gauche" en date du 29 aout 2011.

  17. 17
    gerald rossell dit:

    @bsimplet
    "Tout incite au pessimisme."

    Vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis.
    Nous préférons dire, tout invite à la lutte.

  18. 18
    korzec dit:

    J'ai noté avec intérêt que Valls a montré son accord avec ce que disait Jean-Luc Mélenchon à plusieurs reprises. Sans naïveté, on peut s'appuyer aussi là-dessus dans nos débats...Que Valls soit sincère ou non, c'est son problème.
    Bon week end à tous.

    Sur mon lieu de travail, le comité cotoyen est né il y a 3 semaines et on en est à 30 programmes vendus.
    On va y arriver, comme en 2005 !

  19. 19
    Sophie dit:

    À l'attention du webmestre : ça serait pas mal, dans le deuxième paragraphe, de mettre un lien sur les mots "mon blog européen".
    Bonne journée !
    @+, Sophie

  20. 20
    breteau jean claude dit:

    Le duo Bayrou/Hollande c est le ticket de la bourgeoisie, l'alliance sacrée pour sauver les intérêts des nantis qui veulent continuer de se gaver. Les exemples et les résultats de cette duperie politique sont édifiants Allemagne Espagne... Le ralliement de Royal en était le prémisse. 2002, 2007, 2012 même voie même mépris pour les électeurs de gauche. Le hic c'est que se sont les votants qui ont le dernier mot. Au passage cela élimine le vote utile. 3 candidats sur la même ligne de départ, 2 seront éliminés. Les faiseurs de rois vont devoir choisir. Nous le saurons bientôt. Les média aux ordres seront sommés de pousser le "bon" candidat, mais attention avec ces foutus Français, la réaction pourrait être violente en se vengeant des manœuvres antidémocratiques.

  21. 21
    cooltrane dit:

    Merci pour toutes ces informations, elles confirment combien l'heure est très grave, alors d'un coté, d'un point de vue économique et financier rien n'a été reglé, nos gouvernements respectifs vont continuer de nous réduire en miette, en écrasant toutes nos conquêtes sociales, notre droit à l'éducation, à la santé, etc... c'est monstrueux, il appellent ça le progrès social, il n'y a même plus de décence quand on voit ce que notre propre gouvernement voulait faire passer une réduction des indemnités journalières en cas d'arrêt maladie. Mais bon rien que ça c'est un sacré argument dont on peut se servir pour la campagne, en mettant en parallèle qu'une femme comme Bettencourt, si j'ai les bonnes informations possède à elle seule 17 milliards d'euros, je serais curieux de savoir quel est capital des 10 premières fortunes de France, alors que le gouvernement a besoin de 6 milliards pour boucler son budget, on sait où est l'argent. Sans commentaires.
    Mais il y a plus grave, au fur et à mesure que les choses se mettent en place en Europe, on voit que la démocratie n'existe plus, lentement mais surement on s'achemine vers une dictature technocratique et financière qui ne dit pas son nom, "le fédéralisme autoritaire est désormais le mode ordinaire", bref dans des domaines qui conditionnent notre quotidien nous n'avons plus notre mot à dire à travers les élections qu'elle quelle soient, et tout ça avec la complicité de la social-démocratie européenne. On voudrait mettre l'Europe à feu et à sang pour installer une vrai dictature que l'on ne s'y prendrait pas autrement.
    Bon WE à vous, rechargez bien vos batteries, nous allons tous en avoir besoin.

  22. 22
    Jip dit:

    La gouvernance énonomique tapie derrière les décisions d'urgence et les prétendus impératifs de sauvetage de toutes sortes commence à pointer son nez : les politiques instituent la finance comme gouvernante.

    Et pourquoi pas ? Après, la question est de se demander quel autre système peut prendre le pas. Il faut bien un machin au-dessus qui défende l'écologie.

  23. 23
    jorie dit:

    M.Mélenchon, bravo pour vos interventions. Mais je voudrais, ici, pour tous les internautes de ce blog, souligner des aspects qui doivent, à mon sens, faire partie de notre programme : de 60% d'industrie, nous sommes passés à 13%. Pourquoi?
    1) Parce que la France a misé sur 2 ou 3 secteurs de haute technologie et abandonné le reste de sa production. Ne restent que des emplois de service mal payés, déqualifiés qui concernent les 2/3 des salariés tous smicardisés ou pas loin. Pourquoi ce choix imbécile d'abandon de nos productions industrielles. Parce que c'est un choix politique qui traduit un post colonialisme imbécile prônant la division du travail dans le monde entier, nous considérant comme l'élite pensante et les autres comme des décérébrés juste bon à fabriquer. C'est raté.
    2) Nous avons 80 000 PME moyennes. Les allemands en ont 250 000. Voilà leur force. Nos grands groupes industriels souvent délocalisés ont ruiné nos PME, nos sous traitants en volant leurs brevets, en cassant leurs marges, en les exploitant de manière éhontée, en les faisant chanter. Les allemands font exactement le contraire:ils parrainent, ils coopèrent avec leurs sous traitants. Ils "chassent en meute" sur les marchés extérieurs. La loi du FdG doit protéger impérativement de ces pratiques si elle veut soutenir les PME et les développer. Si on a un pôle public de financement, il doit s'orienter là dessus et protéger ces PME qui sont en train de crever.
    3) le "haut-de gamme" ne doit pas se limiter aux TGV, nucléaire. Le haut de gamme doit viser toutes nos fabrications, c'est comme ça qu'on exportera, n'en déplaise à Mme Lagarde et pour ça il faut aider les PME trop limitées financièrement pour investir dans la recherche et le qualitatif de leurs produits. En général, ces PME après avoir souffert des grands groupes se revendent à ces grands groupes où elles disparaissent ou se font racheter par des fonds étrangers. L'Allemagne fait ça, nous on doit s'en inspirer là dessus.

  24. 24
    marechal dit:

    @Glières
    En complément de votre intervention, si vous me le permettez:
    "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.".
    article 35 de la déclaration du 24 juin 1793

  25. 25
    ROQUE dit:

    Bonjour Jean-Luc,
    Inutile de dire mon attachement sans réserve à tes positions. Bravo pour ton enthousiasme et ta pugnacité.
    Ne lâche rien comme on dit aujourd'hui. C'est bien connu, il vaut mieux être seul que mal accompagné.
    La dernière partie de tes propos est excellente (les autres aussi bien sur). N'y change rien et exerce sur ce thème tes talents de pédagogue et de tribun.

    [...]
    [Edit webmestre : ce blog n'est pas le lieu pour passer des messages personnels. Utiliser le courrier ou la messagerie électronique. Et si vous n'avez pas reçu de réponse, c'est qu'il y a peut-être beaucoup de courrier à traiter...]

  26. 26
    59jeannot dit:

    La Chine fixe arbitrairement la valeur du yuan.
    Les USA bénéficient d'une monnaie de réserve qui leur permettent de vivre aux crochets du monde et dont la planche à billets devrait rougir de honte.
    L'UE, seule elle, s'est obligée par le traité de Lisbonne, de se financer auprès du marché financier, et ainsi se soumettre aux agences de notations qui peuvent ainsi faire la loi, et aux spéculateurs qui s'en mettent plein les poches à la sueur de nos travailleurs.
    La seule solution consiste à la reprise en main du droit régalien de battre monnaie; La BCE doit financer directement les états, sans intérêts ou si peu 1%.

  27. 27
    J. Delabaze dit:

    Bonjour,
    Membre du Modem, je considère que votre voix est très utile dans le débat actuel ou on nous bassine toute la journée de Sarkozy et Hollande, comme si la France ne tournait qu'autour de ces deux-là. Bien sur je soutiens F. Bayrou, mais je suis avec délices votre "chemin de croix" sur le chemin de la Présidentielle, et je vous le dis : "ne lâchez rien, nous avons besoin de toutes les bonnes volontés".
    Une vraie représentation en phase avec les gens...
    cdlt, Jdlb

  28. 28
    Sans terre dit:

    « Mes trois interlocuteurs », écrit aimablement Jean-Luc Mélenchon à propos du « Plateau de F2 ».

    Personnellement je l’ai déjà écrit, ces tables rondes sont vraiment trop carrées !

  29. 29
    françois dit:

    Votre message est très encourageant pour ceux qui veulent en découdre avec les libéraux.(qui vont du Front national, au parti socialiste en passant par l'UMP). Je trouve que cette fois ci vous êtes particulièrement déterminé. Cela me fait du bien, comme à tous ceux qui sont les plus radicaux.
    Une question: pourquoi parle t on de" gauche molle"?
    Je trouve que la sociale démocratie est au contraire, très dure, voir impitoyable. Il suffit de considérer le traitement que Papandréou inflige au grecs.
    Il me semble que l'histoire a montré que que cette "gauche molle" était capable de toutes les violences sur le peuple.
    Parlons de "gauche lâche" - la violence des lâches.
    Une dernière question: Pour la France, la dette réelle est de 12%. 1700 milliards divisé par 7 ans de PIB à 2000 milliards. Pourquoi les banques, qui savent cette réalité, font un tel cinéma ?

  30. 30
    Béeffe dit:

    Pourquoi le site Place au Peuple ouvre-t-il encore 6 semaines après sa fin sur la fête de l'Huma ou en second le remue-méninge encore plus vieux. Ce décalage entre les analyses sur la crise et ses conséquences et ses unes dépassées me gêne beaucoup.

    [Edit webmestre : Pourquoi posez-vous la question ici? Croyez-vous que quelqu'un va vous répondre ? Posez plutôt la question aux intéressés.]

  31. 31
    Cronos dit:

    @ 25 marechal @Glières @ Tous

    Merci camarade "Glières", merci aussi à "maréchal" qui dit
    "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.".
    article 35 de la déclaration du 24 juin 1793

    Je prends la liberté d'y ajouter les en préalable les deux articles "de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen" de 1793, à savoir :
    article 25 "La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable."
    article 27 "Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres."

  32. 32
    Veytizoux Jean-Philippe dit:

    Dans ton commentaire, on a le sentiment que tu es déçu de ta prestation de jeudi soir. Or tes propos ont plutôt été bien appréciés par les gens de mon entourage. N'y a-t-il pas ici une peur trop militante ?
    Quant à ton éclairage sur Bayrou, je le trouve aussi assez pertinent et simple à suivre en définitive.

  33. 33
    Bélatar dit:

    Vous écrivez : "...les combines de couloirs des dirigeants socialistes et de leurs commensaux me font vomir ! "

    Moi aussi !

  34. 34
    marechal dit:

    Je ne sais pas si le webmestre laissera passer cette info, tant elle est hors sujet et m'en excuse un peu...
    Mais tout de même, elle m'est apparu croustillante et remettra je l’espère du baume au cœur à tout les militants, à tout ceux qui savent à quel point le peuple est manipulé (la dette, la dette, toujours le dette... sous entendu faut raquer et bien plier l’échine, t'a pas le choix mon bougnat, mais faut surtout pas rompre avec le système dixit el systema etc. etc. on connaît la chanson, qu'ils aillent au diable à nous la rabâcher : les français ne sont pas si cons hé hé hé).
    Bref, voilà mon info, peut-être éventée, mais c'est trop beau. Apparemment Michel Sardou va voter à gauche aux présidentielles !
    Oui, vous avez bien entendu (moi en l’écrivant j'y crois à peine tant c'est beau comme symbole).
    reste à savoir s'il a compris qu'"à gauche" ne voulait pas dire pour lui PS mais bien FdG mais bon, y a que les imbécile qui changent pas d'avis...
    Lénine relève-toi ils sont devenus fous
    Il va l'appliquer à Sarkozy ?
    J'ai toujours pensé en intervenant sur ce site que pas mal de petites gens de droite (ça existe) sont excédés par notre belle oligarchie. Il est très facile pour nous de leur faire comprendre qu'elle agit comme une mafia dans nos intervention militantes et de tous les jours.
    J'en rencontre régulièrement, et le ton monte à l'encontre de el systema, de moins en moins vis à vis de la gauche. Il faudrait un site, je veux dire une sorte de carnet de bord des militants en complément des assemblées citoyenne ?

    @ Cronos
    Salutation fraternelle comme toujours camarade, juste pour te dire que je ne comprends pas ton choix de l'article 27.
    Je le trouve sujet à caution : dit simplement, depuis 1793 a eut lieu l'abolition : un gain de liberté indispensable, la gauche a marquée sa griffe à ce sujet et fait son devoir... non?

    [Edit webmestre : je suis bien obligé de laisser passer votre bavardage, puisque d'autres vous ont répondu. Mais il est inutile de me refaire le coup du modérateur qui prend parti sur "le fond" alors qu'il ne devrait pas. Votre intervention n'a aucun fond. Vous abondez dans la divulgation des potins mondains, le tout enrobé de charabia. La prochaine fois je serai plus vigilant. Et merci de considérer cela comme un avertissement. Le trolls sont indésirables sur ce blog.]

  35. 35
    Saul dit:

    Je reviens sur une chose : beaucoup pensent que l'on vaincra uniquement par nos idées.
    Désolé, on se berce d'illusions, pour preuve ce débat passable (lequel même JL Mélenchon ne semble pas convaincu de sa prestation) de l'autre soir sur France 2.
    Certes, Mélenchon montre une parfaite maitrise des dossiers, technicité impeccable, mais en se fondant uniquement sur le fond, en négligeant la forme, on en arrive à être inaudible auprès de la masse des électeurs.
    Plusieurs intervenants sur le fil précédent montraient que l'adhésion ne se gagnerait pas par des idées, mais par des slogans, des phrases choc.
    Mon propos n'est pas de dire qu'il faut abandonner le fond, mais que l'on devrait rééquilibrer par la forme.
    Car, désolé encore une fois, mais le ressenti de plusieurs personnes, pas vraiment politisées, qui m'en ont fait part, c'est que :
    - Mélenchon est pour l'Europe, même si c'est pour une autre Europe, mais la plupart ne fait plus de différences entre partisans d'une Europe sociale et partisans d'une Europe libérale, tellement le ressentiment envers l'UE les a rendu hostiles envers l'idée même de construction européenne.
    Conséquence, JL Mélenchon est assimilé aux autres politiques ouiouistes.
    - Seule la Marine est la défenseuse des "petits" (un comble ! Elle a fait très mal avec son "c'est moi que Parisot attaque, pas vous")
    - Du coup suspicion encore plus grande sur Mélenchon, vu en simple auxiliaire du PS.
    Preuve que les idées ne passent pas
    Je le répète, pas question d'abandonner le fond, mais en ne se basant que sur ça, alors on ne dépassera pas 10 %.
    A ceux qui en doutent, demandez vous :
    - comment Sarkozy a t'il donc convaincu en 2007 ? par ses "idées" ou par des slogans ?
    - comment se fait il, alors que les circonstances actuelles montrent justement la pertinence de l'analyse du FdG, que la véritable nature de la finance est flagrante pour tous, ce soit le FN qui séduit dans le peuple ?

  36. 36
    Cronos dit:

    @ marechal

    Cela m'étonne que se soit toi camarade qui relève ce "lézard", j'en attendais d'autres, mais puisque c'est toi il va me falloir préciser ma pensée, la symbolique en politique et beaucoup plus important que le fait, et c'est de manière symbolique que j'appelle au meurtre (politique) de monsieur Nicolas Sarkozy par le peuple libre car ce monsieur a usurper la souveraineté populaire qui avait statuer par le NON au référendum sur le traité de constitution européenne, il l'a usurper avec l'appui de ses vassaux de l'UMP, mais il l'a usurper surtout grâce au PS qui l'a aidé a obtenir les 3/5è à Versailles, le PS a lui aussi, plus que tout autre, trahi le peuple de France, et il n'est pas inutile de le crier haut et fort, et de bien préciser qu'ils n'en sont pas à leur coup d'essai.

    Et je profiterais de ce post pour enfoncer le clou avec la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et son article n° 28 "Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures." CQFD

    Et surtout pas de site supplémentaire, que nos instances fassent déjà fonctionner correctement l'existant et ce sera pas mal.

  37. 37
    Arte dit:

    Cher Monsieur Mélenchon, vous dites, à propos de la règle d'or :
    "Ou bien Sarkozy trouve le moyen de le faire adopter ou bien ce sera la première réunion du Congrès à Versailles du gouvernement Hollande, ou bien la première désobéissance du gouvernement du Front de gauche."

    Il manque cette hypothèse. Ou bien Sarkozy aura tout loisir de la faire adopter après sa réélection.
    La bête de campagne qu'est Sarkozy est loin d'être "perdue".

  38. 38
    leniglo dit:

    Jean-Luc Mélenchon tu es notre élu nous avons fait la campagne dans tout Midi Pyrénées, tu es légitime. Et nous allons poursuivre le chemin qui doit nous porter toujours plus loin.
    Une question toutes ces comparaisons avec les Allemands, on ne nous parle jamais des budgets de défense des deux pays. Qu'en est-il ?

  39. 39
    Lyendith dit:

    « Un proverbe dit que tu peux être trompé une fois sans devoir t’en vouloir. Mais à la deuxième, c’est toi le premier coupable. L’expérience instruit. »

    Et c'est pourquoi j'espère que sur la Syrie vous ferez preuve d'un peu plus de prudence dès le départ que sur la Libye. Rejeter les dictateurs n'implique pas de se dispenser de toute réflexion sur les insurgés.

    Un petit lien qui incite à la méfiance :
    http://www.legrandsoir.info/syrie-diffusion-par-arte-d-un-film-de-propagande.html

  40. 40
    ddmm dit:

    «… Dans cet état d’esprit les combines de couloirs des dirigeants socialistes et de leurs commensaux me font vomir … »

    Vous n’êtes pas le seul ! Ils feraient une lourde erreur d’arithmétique en additionnant automatiquement les voix de leur gauche à celles de notre gauche !
    Je suis l’un de ceux qui a écris sur le site du PS pour leur demander que F.Hollande accepte le débat que vous avez proposé.
    J'ai reçu une réponse bien évasive, tout a fait dans leur style trouble et nébuleux qui les caractérisent.
    A tous les lecteurs du blog : faites en de même ! Allez en bas de la page d’accueil du site du PS, dans la colonne « agissons ensemble », contactez le PS.

  41. 41
    Sonia Bastille dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon

    Sur le soit disant effacement de la dette Grecque, vous avez raison de souligner qu'au final cela représente qu'un tiers de la dette que l'on va effacer. C'est plus une restructuration de la dette de la Grèce qu'autre chose. Et cela sur la dette existante d'ici à 2020. Tout montre donc que les mêmes effets vont se reproduirent dans quelques mois.

    Vous dîtes : "La France paie la bêtise du traité de Lisbonne et Sarkozy la forfaiture de l’avoir fait passer de force." Oui certes, mais la France paie aussi la bêtise du traité de Maastricht et du Traité d'Amsterdam (signé par Jospin cédant à Chirac, Cohabitation obllige ?) qui instaura l'indépendance de la BCE ! Le traité de Maastricht, l'instauration de la monnaie unique puis l'indépendance de la BCE font que notre pays s'est cadenassé dans un système bureaucratique d'essence totalitaire. Le reste sera à l'avenant, du Traité de Nice en passant par le TCE (recalé) pour finir par le Traité de Lisbonne, c'est le long cheminement de l'Europe libérale calibrée et bornée par un processus totalitaire qui s'approfondit à chaque crise (Mise sous tutelle des budgets des Etats-Membres, gouvernement de la Zone euro, Fonds et mécanismes de soutien et de stabilité, MES) !

    Le plan de stabilité de mercredi soir notamment en ce qui concerne le FESF ne nécessite-t-il pas une revision de du traité de l'Union Européenne et du Traité de Fonctionnement de l'Union Européenne et notamment au sujet des dispositions prévues à l'Article126 (ex Art.104 TCE) du Traité de Fonctionnement de l'Union Européenne consolidé ?

    Pour conclure, n'est-il pas temps d'envisager une sortie de l'UE (utiliser l'article 50 du Traité) pour notre pays quand on voit que notre budget est conditonné à l'aval de la Commission, au 3 % et qu'une part non négligeable de notre budget doit aller au remboursement des intérêts de la dette ? Quelles sont en fait sérieusement nos marges de manoeuvre ?

  42. 42
    Nicolas B. dit:

    Elle est belle notre Europe, même pas capable d'embaucher des traducteurs pour transmettre les documents dans la langue des pays de la communauté. Quel manque de respect total. Pourquoi les autres pays ne demandent pas la possibilité d'emprunter directement à la BCE, sont ils tous asservis et déjà réduit en esclavage ? Ce système ne pourra pas tenir indéfiniment, les peuples se réveilleront, heureusement qu'il a le Front de Gauche, sans lui je suis un peu rassuré. Si il est bien informé, on ne peut que gagner en 2012. Bon week end M Mélenchon.

  43. 43
    marechal dit:

    @cronos
    oui bien-sûre pour la forme symbolique ! c'est je l'avoue une perche que je te tendais, et j'ajoute que tu n'as pas venant de moi à t'en étonner ni à t'en justifier camarade rassure toi: car il fallait, il me semble, crever un abcès vis à vis de certain lecteurs te trouvant excessif dans tes propos...
    Pour un autre site/forum/carnet de bord du militant etc, pfff (soupir) c'était une question en suspens, une suggestion... :je pense que la température est à prendre par d'autres moyens que celui des sondages actuels !
    et Jean-Luc Mélenchon sait l’intérêt des citoyens en la chose politique, (tu l'as entendu comme moi le dire à la récente cacophonie des quatre as...) les assemblées citoyennes sont certes un outil, d'un autre côté je pars du principe tout bête que l'outil principal c'est le citoyen/militant...et qu'il doit être mis en valeur (si possible)
    ce serait aussi selon moi une façon de ré-inversér le débat...je pense à celui à contre-sens que tu as eus avec madame bastille dernièrement, selon qu'on se positionne en fonction de savoir si c'est le citoyen qui fait jurisprudence ou l'inverse... le citoyen est celui qui sait, il est le thermomètre...(je t'avoue que je sais pas si je me fais bien comprendre en t'envoyant ce post ou si je tourne en rond dans ma cage, et en ce cas je retourne à ma gamelle...)

  44. 44
    Cronos dit:

    @ 42 Jonhy dit:
    @ddmm
    "Moi je fais pareil ici mais apparemment on préfère éviter le débat.
    Donc j'utilise ce commentaire pour demander si certaines personne du Front de Gauche iront gouverner avec le PS?
    J'ai bien compris que Mélenchon n'ira pas mais il n'y a pas que lui au FdG au dernière nouvelle."

    Je pense pouvoir vous dire que personne ici sur ce blog ne pourra répondre à votre question, je crois qu'il vous faut aller la poser à chaque personne à qui vous pensez, et effectivement vous semblez bien au courant Jean-Luc Mélenchon n'est pas seul au FdeG.

    Qui ou quoi vous fait croire que le débat n'existe pas ici et qu'il est évité, pas du tout, vous êtes le bien venu pour débattre dans le cadre de la charte de ce blog, et commenter les papiers de Jean Luc Mélenchon.

    Bienvenue à vous monsieur.

  45. 45
    Jean Marie dit:

    Tout à fait d'accord. D'abord le sommet Européen a décidé l'inverse de ce qu'il aurait du et la crise va re-flamber bien avant la présidentielle. Pas de monétisation, pas de protectionnisme, pas de démocratisation: c'est foutu. Ensuite il n'y a rien a espérer du PS, parti d'arrivistes corrompus, de traitres au peuple et de combinards minables: toujours planqués dans le sillage de la droite. Donc il ne reste qu'un seul objectif: doubler le PS devant les électeurs par l'offre d'un plan de sauvetage énergique et clair quand, face au fiasco, le brouhaha des incompétents va se déchaîner.

  46. 46
    de Pontcharra dit:

    Melenchon, il est plus que temps que nous prenions conscience que ce n'est pas du tout la sortie du nucléaire qui est une priorité pour tout le monde, mais la tentative de reconstitution de la couche d'ozone qui est de plus en plus déchirée et trouée autour de la terre, n'offrant plus de protection naturelle et étant la raison directe de toute s les catastrophes naturelles qui vont se multiplier (inondations, séismes en tous genres et j'en passe et des meilleurs) donc priorité absolue: trouver le moyen d'offrir un nouveau maillage à cette couche d'ozone et là nous n'avons plus à faire au domaine de l'invention mais de la découverte. C'est le véritable état d'urgence (mais pas à la Bayrou qui n'a aucun intérêt) découverte qui changera les conditions de vie sur terre et tout le reste avec (politique économique, social) Rien d'alarmiste dans tout cela, simplement l'exigence absolue de changer de vision des choses et de façons de penser. Merci

  47. 47
    Cronos dit:

    @ Tous

    La course à l'argent peut mener parfois à de drôles situations.
    Petite métaphore intéressante

    "Bien mal acquis ne profite jamais"

  48. 48
    antigone dit:

    Ce récent billet de Jean-Luc Mélenchon est tout à fait remarquable, clair et édifiant, il faut le faire circuler, vous pourriez compléter votre envoi avec ce témoignage, l'un va avec l'autre, l'un répond à l'autre.
    Intervention Grecque à la Conférence de Londres contre l'austérité organisée par la Coalition of Resistance (1er octobre 2011). Il faut faire prendre conscience, à nos entourages, familles et amis, de la gravité des l'enjeu et que seule la solution politique, celle du FdG, adossée à une résistance populaire est possible.

  49. 49
    Yohan dit:

    @ Mr Mélenchon
    Sur votre entêtement à vouloir aller au fond des choses, et tenter de faire passer les complexités techniques auprès du citoyen lambda, et bien sachez nous sommes nombreux à en redemander. Si la politique ne se fait pas sans grande ligne directrice, elle ne se fait pas non plus en niant les aspects complexes des problèmes. Combien de fois nous a t-il été reproché, à nous, gens de gauche, nos approximations, notre soi-disant déni des réalités économiques ? Et bien, maintenant que le capitalisme part à veau-l'eau, c'est le moment ou jamais de retourner les arguments à nos détracteurs, de confronter leurs prises de décisions avec leur propre déni de la réalité.
    Bien sûr, il ne faut pas négliger l'effort de pédagogie que nous aurons besoin de produire pour faire passer nos arguments, mais comme le disait le poète: ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.

    Courage !

  50. 50
    marechal dit:

    @De pontcharra
    j'avais bien repérer ta façon de demander l'impossible à un politique, comme s'il allait de lui même faire du protectionnisme pour la couche d'ozone... mais non, cela ne se passe pas comme ça, si comme angle de vue il était possible de se limiter à la chose politique pour elle-même !, pourvu que le citoyen ait de la politique une définition plus exact ce serait déjà pas mal (d'où la raison d'être des cours d’éducation civique et d’histoire au collège, encore que cela soit perfectible...) et la politique peut remettre au goût du jour sa propre popularité, si elle s'en donne les moyens (ce que je veux dire, c'est qu'il me semble que le citoyen doit y être impliquée - je viens de m'en expliqué auprès d'un de mes camarades- ou alors elle agit toute seule, on voit où cela nous mène, à croire en un politique comme on croit en un dieu...et j'en ai déjà parlé récemment ici,du rôle historique des gnostiques comme révélateur de mauvais penchants humains, je m’interdis là ces quelques débordements à nouveau...:(y voir un parallèle purement psychologique avec le drame de la shoas est encore tabou à mon sens...hélas...)

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive