11oct 11

Le cœur tranquille en Corrèze

Ce billet a été lu 19 190 fois.

Lettre de réponse à Arnaud Montebourg

Cher Arnaud Montebourg,

J’ai lu la lettre que tu as envoyée à tes compétiteurs de la primaire socialiste. Tu as voulu qu’elle soit « ouverte ». Je me sens concerné. En effet, tu t’adresses aux deux socialistes qui pourraient être candidats à l’élection présidentielle. Je le serai pour ma part en toute certitude, au nom du Front de Gauche. Les questions que tu poses concernent toute la gauche et tous nos concitoyens.

J’ai donc souhaité y répondre.

Lire la suite …

nils_ruinet_035Ceci est une brève note rédigée dans le train de mon voyage en Corrèze où je me rends pour la manifestation et le meeting de Brive. J’y parle de la primaire socialiste cela va de soi. Et du contre-budget d’Eva Joly, parce que la vie continue à gauche. Je vais et j’agis le cœur tranquille. Ceux qui ont aimé Montebourg dans la primaire vont adorer le Front de Gauche dans la présidentielle. Je réagirai à la lettre de Montebourg dès que je l’aurai. Mais je sais déjà que je suis le seul qui peut répondre d’avance : « chiche ! ». Parce que le résultat de ce vote est un formidable encouragement pour nous. Il prouve que loin d’être isolées, nos thèses sont dorénavant centrales à gauche. Qui croit pouvoir agir en nous contournant, en nous méprisant ou en nous insultant est condamné à être balayé. Notre gauche est de retour.

Nils Ruinet est à nouveau mis à contribution pour illustrer ce billet. Encore merci à lui.

A la veille du second tour de la primaire socialiste, mon avis est plus que jamais de s’en tenir au respect du droit pour le PS de désigner comme il l’entend son candidat. Et de ne point s’en mêler sauf à créer de terribles illusions. Car le face à face entre Martine Aubry et François Hollande est bien moins frontal que l’a été la séquence précédente où les thèmes de Montebourg, Valls et Royal proposaient de véritables nils_ruinet_021clivages.  Voici ce qu’a dit Arnaud Montebourg, avant le vote de dimanche dernier, à propos de Hollande et d'Aubry : « Ce sont deux candidatures parfaitement légitimes mais parfaitement identiques. Elles sont solubles dans la mondialisation. Elles ne remettent pas en cause le système. Ce sont des gestionnaires du moindre mal » (Libération, 24/05/11) Il a ensuite précisé son point de vue. "Aubry et Hollande sont deux candidats officiels de la direction du Parti socialiste. Et on ne voit pas pourquoi il y a deux candidats pour représenter un seul courant politique. Le duel Hollande contre Aubry n’a aucun sens. Ils ont tous les deux cogéré le PS, ils ont tous les deux voté pour le traité constitutionnel européen. Ils sont tous les deux les héritiers politiques de Delors. Il y a des barons et les mêmes propositions des deux côtés. Ce sont tous les deux d’anciens élèves de l’ENA qui, sur le nucléaire comme sur le contrat de génération, ont un débat de techniciens" (Libération 30/09/11). Ce point de vue n’était pas isolé. Ce n’était pas seulement celui d’un de leurs concurrents. Jean-Pierre Chevènement en a dit autant à propos des deux mêmes, en connaisseur : « Ils sont tous les deux des bébés Jospin, ou plutôt des bébés Delors, les héritiers des choix faits au milieu des années 1980. Choix que j’ai combattus, et dont l’échec a été rendu manifeste par la crise du néolibéralisme en 2008-2009 et celle de l’euro en 2010-2011.». (L’Express, 25 juin 2011). Ce que Bertrand Delanoë, soutien de Martine Aubry confirmait de façon plus suave : "Jacques Delors a eu deux enfants spirituels, l'une est de gauche, c'est Martine, et l'autre est de droite, c'est François.". De bien des façons, je n’ai rien à ajouter.

En décidant d’interpeller ses camarades par un courrier précis, Arnaud Montebourg a pris ses distances avec la méthode simpliste et peut-être même simplette qui reporte le concept de désistement ou de report de voix dans une élection où cela n’a pas lieu d’être. Dans le désistement joue la « discipline républicaine », veille règle qui veut que l’on se désiste pour le candidat de gauche le mieux placé pour empêcher celui de la droite de l’emporter. Cette tradition remonte à la période des premières nils_ruinet_038élections libres où les candidats républicains faisaient front pour empêcher les monarchistes de l’emporter. Entre Hollande et Aubry il n’y a ici ni droite ni monarchiste en cause. Il n’y a pas de figure imposé ni rien d’automatique par conséquent. Ce sont au contraire les contenus, les propositions, qui seuls comptent pour former sa décision. C’est si vrai que de notre côté nous n’agissons pas autrement que Montebourg vis à vis de ses camarades. Bien sûr nous n’avons pas à exprimer de préférence dans le vote pour désigner le candidat socialiste. Ce n’est pas notre affaire puisque nous ne voterons pas pour lui. Rappelons en effet que le candidat du Front de Gauche est déjà investi. Pour autant nous ne sommes pas indifférents. C’est tout le contraire. Nos amis, nos électeurs veulent chasser la droite du pouvoir. Non par détestation personnelle mais du fait des politiques qui sont appliquées. C’est avec elles que doit se marquer la rupture. Notre devoir est bien alors d’interpeller les candidats socialistes sur le contenu de leur programme et leur stratégie d’alliance politique. Car nous avons lieu d’être inquiets compte tenu de ce que l’un et l’autre ont déclaré sur les questions qui comptent. Je pense à la politique d’austérité et à l’alliance avec le centre ! Sur ces deux questions l’appétit droitier des deux candidats restés en lice ne s’est pas démenti. De même que leur refus de dire comment ils comptent s’y prendre pour gouverner face aux banques. Ou d’en finir avec le régime de la monarchie quinquennale qu’est la cinquième République. Ce n’est pas avec ce flou ou ces refus d’agir qu’on pourra convaincre une majorité populaire de se rassembler autour de la gauche.  

La vie à gauche ne se limite pas au grand tumulte des primaires socialistes. La candidate des Verts, Eva Joly candidate d’Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, a présenté un remarquable travail : « Pour un new deal écologique et social ». C’est le titre de son contre-budget pour l’Etat, présenté le 5 octobre dernier. Il s’agissait pour elle de s’opposer au budget du gouvernement pour 2012 et de proposer ses solutions. Je crois qu’il faut s’intéresser à ce qu’elle a proposé. Sans vouloir être exhaustif, je crois utile au débat à gauche de nils_ruinet_013faire un point rapide en première lecture rapide, certes en diagonale. L’intitulé de son travail fait écho au « new deal » mis en œuvre par Roosevelt aux Etats-Unis d’Amérique après la grande crise de 1929. En matière de référence, elle a aussi affirmé à quelques jours du premier tour de la primaire socialiste qu’avec elle « la vie va changer ». Bon début.

Un bon point d’abord. Eva Joly a été très claire : « La religion des 3% est absurde. Assurer la cohésion sociale est plus important ». Dans le même temps, Europe-Ecologie attend la désignation du candidat socialiste pour boucler un accord de gouvernement et sur les législatives. Ce qui pose problème. Car Martine Aubry et François Hollande ont annoncé pour leur part leur intention de respecter cette règle « absurde » des 3%. Et même de l’appliquer dès 2013. Eva Joly a donc préféré prendre les devants. Elle a indiqué : « Nous avons devant nous de longues négociations. J'exigerai des marges de manœuvre dans le budget ». Pascal Canfin, eurodéputé EELV et conseiller économique d’Eva Joly, a alterné entre défense du « réalisme » et invocation d’une « relance intelligente ». Selon lui, « Mélenchon dit, la dette, ce n’est pas notre problème. Il manque de réalisme ». Je comprends qu’on pense cela de ma position si on la résume comme il le fait. Je réponds à Pascal Canfin, que j’estime, combien je me sens proche de lui quand il soutient Eva Joly pour déclarer "refuser les dogmes, celui de la règle d’or, inefficace économiquement et absurde politiquement, celui qui voudrait faire d’une date un horizon indépassable. Nous ne sommes pas en capacité de promettre qu’en 2013 ou en 2014, nous pourrons en avoir fini avec le poids de la dette". Et ilnils_ruinet_042 affirme lui-même que face à « l’austérité généralisée, il faut lâcher du lest ». Sommes-nous vraiment si éloignés ? Je pense que sur ce point, les questions de forme mises de côté, nous sommes plus proches entre eux et nous qu’eux avec les socialistes.

Pour autant, ce contre-budget révèle des différences de conceptions entre Europe-Ecologie et le Front de Gauche. Pascal Canfin, eurodéputé EELV veut « sortir du déficit » parce que « la dette ce n’est pas écolo ». Mais dans le même temps, Eva Joly indique vouloir réaliser des « investissements d’avenir » et engager la transition du modèle économique actuel vers un modèle écologiquement soutenable. Comment les deux sont-ils conciliables ? Ces investissements, considérables, ne sont pas finançables autrement que par l’emprunt. Donc par le déficit. Donc par la dette. Pour le Front de Gauche, la dette qui finance l’investissement public de long terme est donc une « bonne dette ». Si elle finance la planification écologique, elle peut même être une dette écolo. Europe-Ecologie a établi son contre-budget avec une prévision de croissance de 0,8% pour 2012. C’est presque un point de moins que le projet du gouvernement (1,75%) et du PS (1,7%). Europe-Ecologie reprend les chiffres de l’Office Français des Conjonctures Economiques (OFCE). Soit. C’est faible quand même. Et peu qualitatif. Car la croissance, même faible n’est pas une fin en soi. On aurait aimé que nos amis éclairent en quoi elle serait ici un progrès humain. Enfin, le budget d’Eva Joly prévoit 48 milliards d’euros de hausse d’impôts. Il faut leur ajouter 18,5 milliards de baisse de dépenses et notamment de suppressions de niches en tout genre. Sur les 66,5 milliards dégagés, Eva Joly prévoit d’en affecter 30 milliards à la baisse du déficit et 36 milliards à des dépenses nouvelles. Je contesterai volontiers ce partage. Mais je n’en retiens que l’essentiel : elle montre qu’il existe des marges de manœuvres pour une politique de gauche.

La marge peut être encore plus grande que le prévoit Eva Joly. Par exemple, elle n’envisage que la création de deux nouvelles tranches d’impôt sur le revenu : une à 60% pour les revenus supérieurs à 100 000 euros et une à 70% pour les revenus supérieurs à 500 000 euros. Cette seule mesure, accompagné d’un coup de rabot sur les niches fiscales qui allègent l’impôt sur le revenu, rapporterait 4 milliards d’euros. Ce sera nettement plus avec la proposition du Front de Gauche de passer de cinq à quatorze tranches d’impôt sur le revenu dont la dernière taxera à 100% le revenu au-dessus de 360 000 euros. Mais le budget présenté par Eva Joly comporte plusieurs idées que défend également le Front de Gauche. Elle prévoit de recruter des enseignants, d’augmenter le RSA, denils_ruinet_019 « garantir la retraite à 60 ans », de construire massivement des logements sociaux de haut niveau écologique, de lutter contre la fraude fiscale etc. Mais il n’y a évidemment pas accord sur tout. On s’y attendait. Tout se discute cela va de soi. Il y a aussi des os durs. Par exemple, Eva Joly propose de créer une « taxe sur les énergies non renouvelables ». C’est la résurrection de la taxe carbone que le gouvernement avait voulu imposer. Le contre-budget d’Eva Joly prévoit qu’elle rapporterait 12 milliards d’euros. Mais cette taxe pénalisera d’abord ceux qui n’ont pas d’autre choix que de se chauffer au gaz ou au fuel, ceux qui n’ont que leur voiture pour aller travailler. Joly le reconnait puisqu’elle propose des « chèques verts » pour amortir ses effets dans les milieux populaires.

Ce rapide tour d’horizon est presque un point d’étape dans le travail de décryptage que fait l’équipe qui m’entoure. Il est destiné à confirmer que notre méthode en campagne reste le débat argumenté. Surtout avec les autres formations de gauche et de l’écologie politique. C’est une occasion pour moi de confirmer notre « offre publique de débat » notamment aux socialistes qui vont bientôt avoir fini avec l’investiture de leur candidat. Il ne faut pas rester en chiens de faïence. Le succès d’intérêt des débats télévisés a montré quel appétit de savoir et de comprendre existe à gauche et dans le pays d’une façon générale. Je pense que la confrontation des points de vue et des propositions entre candidat de gauche intéresserait au moins autant de monde que le seul débat entre socialistes. J’en suis même certain puisque davantage de monde serait concerné. 


253 commentaires à “Le cœur tranquille en Corrèze”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »

  1. 1
    zab dit:

    C'est quoi, cette "règle des 3%" ?

  2. 2
    henri dit:

    Bonjour
    Patience et Courage sur notre route.

  3. 3
    Hervé (PG29) dit:

    Les 3% de déficit du budget de l’État,comme prévu par Maastricht. Aubry et Hollande prétendent revenir à ces 3% en 2013.

  4. 4
    redline69 dit:

    bonjour
    Je vais faire court pour pas monopoliser le blog.
    Ma question est simple. Dans le cadre de la proposition d'offre publique de débat, avez vous eu déjà des réunions avec les verts notamment ?
    J'ai l'impression qu'il serait bien en effet de rencontrer Mme Joly, et comprendre quel mécanisme la lie au PS.
    cordialement

  5. 5
    Faucon dit:

    Samedi matin nous étions sur le marché de Limoges pour distribuer des tracts de ton meeting à Brive, effectivement nos propositions rencontrent un écho favorable, il y a une charmante dame qui me montre son porte-monnaie en me disant on ne tient plus mais s'il vous plaît parlez plus fort dites-le nous.
    Alors oui les électeurs d'Arnaud Montebourg à la primaire socialiste peuvent adorer le programme du Front de Gauche, alors rendez-vous à Brive.
    Pierre faucon secrétaire de la section du PCF Limoges.

  6. 6
    FD dit:

    Sauf que les médias vont faire monter les centristes (Bayrou) et forcer le candidat socialiste à se détacher des thèmes de Montebourg pour le convaincre de "gagner le centre" - cf mon billet sur http://delorca.over-blog.com/article-la-primaire-socialiste-et-la-presidentielle-86275714.html

  7. 7
    Dudu44 dit:

    Un débat, sans invective, sans anthème, sans provocation, sans chercher à gagner contre l'autre mais en cherchant à faire progresser les idées et les orientations politiques. Argument contre argument. En acceptant de changer d'avis à la lumière de nouveaux éléments, sans abdiquer. Avec au bout du débat un accord sur les actions à mener par un gouvernement de gauche. Un débat entre le candidat du PS, le candidat d'EELV, notre candidat du FdG et ceux qui veulent faire changer les choses avec des solutions de gauche...
    Pincez-moi! Je rêve!

  8. 8
    julie dit:

    Parfait, vous reprenez l'idée d'un réponse à la lettre aux candidats de Montebourg.
    Question subsidiaire: avant ou après le 2ème tour des primaires citoyennes ?
    De toute façon, super support pour faire avancer nos idées et piquer la place du futur-ex 3ème.

  9. 9
    Jip dit:

    On entend peu parler des propositions écologiques du FdG. Si les écologistes pouvaient s'en faire les porte-parole, quelle alliance !

  10. 10
    Aurélien Lafarge dit:

    Ce mois-ci, le mensuel La décroissance, qui a déjà interviewé Jean-Luc Mélenchon par le passé, et dont celui-ci a fait un chapitre (très bon) de "l'autre gauche", a souligné le caractère parfois un peu schizophrène des déclarations concernant l'écologie au Front de Gauche. Bien que sur la forme, la brève (titrée "la voiture de gauche") soit un peu méchante, le hiatus est assez terrible entre la phrase "... C'est une question technique, c'est tout. On met les ingénieurs autour d'une table et on leur dit de trouver...." et d'autres prises de positions récentes, lors du dernier meeting de Grenoble (très axé sur l'écologie et l'épuisement des ressources).
    Non, ce n'est pas une solution technique. Il n'y a pas de solutions techniques pour que chacun possède et fasse rouler une tonne de métal à sa convenance, surtout pour ramener 500 grammes de baguette à l'arrivée. C'est un problème physique. La question de la voiture, et donc de la mobilité devra être posée très clairement dans une perspective de planification écologique.
    De manière un peu provocante, le mensuel compare aussi votre déclaration "Personne n'a envie de renoncer à la mobilité" à la phrase de George Bush : "le mode de vie américain n'est pas négociable". Encore une fois, c'est un peu brut et méchant, mais au fond, déclarer que nous ne changerons pas nos modes de vie car les gens y sont trop attachés, c'est d'une part méconnaître les lois de la physique (qui à terme, s'affranchiront très bien de ce que l'on pense juste ou non) et d'autre part, empêcher les gens sur cette planète qui n'ont qu'un accès limité aux ressources à prendre leur juste part des choses.
    Nous n'en sortirons pas sans imagination et sans montrer que nous sommes vraiment des partageux. Commençons donc par inventer les nouveaux modes de vie de demain, avec notre cerveau, et sans s'en remettre à la "technique-qui-va-bien-trouver-quelque-chose".
    Avant de rêver à un super sèche-linge...

  11. 11
    marc dit:

    Des électeurs du Front de Gauche, incroyablement nombreux, ont voté lors des primaires socialistes.
    Réciproquement, j'ai constaté, depuis 2009, que bon nombre d'électeurs et même de militants du PS participent régulièrement aux réunions du front de gauche.
    Il y a d'un coté les états majors et puis les citoyens. la contradiction n'a rien d'antagonique, mais elle est réelle.
    Le plus important est qu'avec le score de Montebourg, nos idées s'invitent et s'installent dans l'arène de " crédibilité".
    Avec ses primaires, et grâce au score de Montebourg (merci les électeurs du FdG), le PS a mis le doigt dans le débat de fond. A l'instar de 2005, ils ne s'en dépêtreront plus. Si nous faisons bien notre boulot : populariser le programme " l'humain d'abord".
    Montebourg a bien raison de ne pas "se désister" car il sent bien que ses électeurs ne suivraient pas.
    Il faut tordre le cou à l'idée selon laquelle la gauche, pour gagner, devrait se déporter vers le centre ou choisir un candidat le plus droitier possible.
    Le front de gauche doit interpeller fermement le PS sur le fait que son leadership sur la gauche a fait perdre à la gauche 3 présidentielles consécutives. Le leadership du PS est arrivé à l'heure des comptes.
    Avec leur positionnement, Hollande ou Aubry seront battus, comme Jospin ou Royal en leur temps et pour les mêmes raisons.
    Si nous faisons bien notre boulot, nous pouvons installer l'idée que le front de gauche et son candidat unitaire, est le mieux placé pour faire gagner la gauche. Car l'électorat de gauche est majoritairement favorable à des mesures antilibérales (TCE 2005).

  12. 12
    A-J Holbecq dit:

    "Sur les 66,5 milliards dégagés, Eva Joly prévoit d’en affecter 30 milliards à la baisse du déficit "

    Cette phrase ne veut strictement rien dire. Ces 30 milliards d'impôts supplémentaires rentrent dans le budget de l'Etat et diminuent d'autant le déficit. C'est la simple application comptable de la différence entre les recettes et les dépenses qui détermine le solde déficitaire du budget.
    Disons que 30 Md€ d'impôts perçus en plus diminueront le déficit d'autant et donc les besoins d'emprunts sur les marchés financiers... alors qu'il serait si simple de monétiser le solde des déficits publics pour éviter de devoir les emprunter et donc payer des intérêts (ou emprunter à nouveau en plus ces intérêts, comme nous avons fait jusque maintenant).
    Je me permets de rappeler cette petit vidéo d'une dizaine de minutes, très vulgarisatrice: "comprendre la dette publique"

  13. 13
    jefmergen dit:

    Décidément, l'Europe n'en finit pas de patauger. D'où la difficulté d'avoir eu raison pour rien dans notre refus du traité de Lisbonne.
    Le score de A.Montebourg nous permet d'envisager sereinement un futur programme d'union des gauches, encore plus conséquent que l'actuel "front de gauche" et c'est tant mieux !
    Va falloir la faire, notre 6ème République !
    Courage, osons ! Nous étions plus de 2000 à manifester dans les rues de Pau, aujourd'hui.

  14. 14
    Sonia Bastille dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon

    "dans le travail de décryptage que fait l’équipe qui m’entoure. Il est destiné à confirmer que notre méthode en campagne reste le débat argumenté. Surtout avec les autres formations de gauche et de l’écologie politique. C’est une occasion pour moi de confirmer notre « offre publique de débat » notamment aux socialistes qui vont bientôt avoir fini avec l’investiture de leur candidat. Il ne faut pas rester en chiens de faïence. Le succès d’intérêt des débats télévisés a montré quel appétit de savoir et de comprendre existe à gauche et dans le pays d’une façon générale. Je pense que la confrontation des points de vue et des propositions entre candidat de gauche intéresserait au moins autant de monde que le seul débat entre socialistes. J’en suis même certain puisque davantage de monde serait concerné."

    Je vous suis ! Je suis entièrement d'accord avec tout ce que vous dîtes dans la conclusion de votre note. Je ne cesse de le souhaiter, de le revendiquer. Je souhaite même que le Front de Gauche aille plus loin vers des débats féconds, utiles pour les citoyens et des convergences avec les socialistes tout en restant fidèles les uns et les autres à leurs idées ou leurs projets ! Jaurès en son temps discuter, débatter avec tout le monde. Chercher sonmiel ici ou là y compris chez les radicaux ou les républicains dits "opportunistes" Tout cela servait sa réflexion sans ce qu'il se renie !

    La Gauche est bien disposée. Quelque chose à changé. Ne plus se regarder en chiens de faïence comme vous le dîtes (je le disais voilà quelques jours...).
    Merci Jean-Luc Mélenchon de contribuer demain à des débats féconds et utiles pour servir à la fois la victoire de la Gauche et la transformation sociale et républicaine de notre pays.
    Je reviendrai sur la première partie de votre billet un plus tard ou demain...

    @Dudu44 - 7-
    Et tout arrive ! Tout peu arriver !

  15. 15
    JC dit:

    Vous soulignez les accords "budgétaires" avec EELV.
    De deux choses l'une ou Mme Joly fait cavalier seul avec l'aile la plus à gauche des verts et il est probable qu'elle fasse un score anecdotique à la présidentielle, ou ce qu'elle propose l'est en accord avec tout EELV. Or, le Kid des barricades, Cochet et bien d'autres sont économiquement, socialement et politiquement des libéraux. Le Kid des barricades envisage même des alliances transcendants la gauche et la droite : de la gauche du PS à l'UMP (sauf la droite populaire). Donc soit son projet est bidon dès le départ et le but est de vous "syphoner" et d'obternir un max de siège à l'AN, soit il n'est pas crédible. Le grand crédo des verts est de taxer la consommation pour la rediriger vers de l'écolo : Vu la compression salariale depuis le tournant Delors de 1983, le choix est limité pour 90% de la population si ce n'est plus. Donc, les verts taxe la consommation au nom de l'écologie, mais en fait il font la même chose que l'UMP qui baisse l'IR et augmente les taxes sur la consommation. Je ne crois pas que quelqu'un qui a hésité entre Bayrou et les verts soit fiable. Je reste profondément presuadé que pour bcp de ces personnes taxer la consommation est la chose la plus naturelle, la plus simple et la plus facile : Qui pour voter un IR à 70% ? il n'y aura pas d'accord, par contre une bonne taxe carbonne à 12 milliards pour le bien de la planète, voilà un bonne idée que François ou Martine seront tout à fait d'accord de prendre en compte.
    Le reste n'est que foutaise, foutez ces gens foutre cul par dessus tête.
    Et de l'audace, de l'audace encore de l'audace, toujours de l'audace...

  16. 16
    agustin moreno dit:

    Bertrand Delanoë, : "Jacques Delors a eu deux enfants spirituels, l'une est de gauche, c'est Martine, et l'autre est de droite, c'est François." De bien des façons, je n’ai rien à ajouter.
    ja ja ja
    On peut donc peser sur le centre de gravite du candidat socialiste.

  17. 17
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Je retiens trois choses très claires de ce billet :
    - Ne pas se mêler des primaires d'un parti qui n'est pas le nôtre.
    - Ce qui n'empêche pas, sur le fond, de répondre aux interrogations de Montebourg.
    - Aubry et Hollande, c'est blanc-bonnet et bonnet-blanc.

    A bon entendeur, salut ! (fraternel bien entendu).

  18. 18
    Mario Morisi dit:

    Petit apparté "Manif" anti-austérité : Pouvez-vous nous dire si la présence des lycéens était importante chez vous cet après-midi ?
    A Dole, 300 d'entre eux, on en a profité pour faire un TV Place au Peuple 39 "Sarko, Hollande, Aubry, z'êtes fichus, les mômes sont dans la rue !" (cliquer sur le pseudo si ça vous intéresse, mais surtout essayez de nous répondre)...

    Les relations possibles avec la partie la moins social-démocrate ou bobo d'EELV sont une bonne nouvelle.
    A suivre, car leur stratégie des "parlementaires avant-tout" est un peu craignos pour notre Front de Gauche.

  19. 19
    Dudu44 dit:

    @A-J Holbecq12.
    Cette phrase ne veut strictement rien dire
    Sans être un spécialiste, je crois comprendre que ce que veut dire notre hôte : la diminution du déficit ne serait pas de 66,5 milliards mais de 30 milliards, tout simplement parce que 36,5 milliards des nouvelles recettes seraient affectés à des dépenses publiques nouvelles (embauche de fonctionnaires non remplacés, social, conversion écologique...). J'ai écrit quelque chose qui ne veut strictement rien dire?

  20. 20
    jean pierre carroué dit:

    Bien sûr il y a le poids des appareils, les egos des uns et des autres et bien des choses que j'ignore certainement mais je verrais bien A.Montebourg, qui revendique 7000 militants dans le courant qu'il représente, créer un mouvement extérieur au PS (Façon "désir d'avenir" de Ségolène) et rejoindre le FdG. Politiquement ce serait cohérent.
    Vous aurez compris que je suis un rêveur invétéré. Certains rêves se réalisent... parfois.

  21. 21
    Nicolas B. dit:

    Ça aurait de la gueule un débat télévisé avec notre candidat du Front de gauche, celui désigné du PS et Mme Eva Joly de EELV. Comme vous les Français ont soif de politique, quand celle ci n'est pas transformée à la sauce guignol, moi ça ne m'amuse plus, la situation est trop grave pour nos concitoyens, l'Europe et l'avenir que l'on nous prépare. Il pourrait y avoir la même chose pour la droite, le sieur Copé, Bayrou, C. Lepage, autre ?
    Mon avis c'est que le PS et EELV ne connaissent que le rapport de force pour qu'il acceptent de discuter, ils ont trop à perdre à se montrer avec le Front de Gauche, faut leur rappeler sans cesse que sans nous il n'y aura pas de victoire possible.
    Je reviens de la Manif à Nîmes, on devait être autour du millier, 500 selon la police certainement, les braises sont encore chaudes, on lâche rien !

  22. 22
    le Prolo du Biolo dit:

    à - 12 - J-A Holbecq
    "alors qu'il serait si simple de monétiser le solde des déficits publics pour éviter de devoir les emprunter et donc payer des intérêts (ou emprunter à nouveau en plus ces intérêts, comme nous avons fait jusque maintenant)."

    Merci pour cette petite vidéo explicative de la dette publique qui tranche sur les contresens économiques inlassablement développés par le désormais célèbre duo Hollande-Aubry.
    On ne parle pas assez en effet de cette mesure essentielle qui nous permettrait enfin de sortir de l'impasse, à savoir : rendre à la banque centrale (nationale ou européenne) son pouvoir d'émettre la monnaie à la place des banques privées. Et de ne plus emprunter "sur les marchés", mais auprès d'elle à 0%. On ne les questionne pas.
    Mesure qui nous distingue radicalement des impasses financières entretenues par la Gauche d’accommodation.
    Mesure qui nous fait comprendre aussi que c'est entretenir une illusion funeste que de chercher à réunir tous les appareils de "la Gauche" en général, et de vouloir "au nom de l'unité" passer sous le tapis les contradictions que nous avons notamment sur ce sujet avec le PS de François Hollande et de Martine Aubry. Il est au contraire plus que jamais urgent de rompre avec leurs voies sans issue, et de le dire clairement.
    Sauf à se préparer des lendemains qui déçoivent et qui déchantent une nouvelle fois.

  23. 23
    A-J Holbecq dit:

    @19 Dudu44
    La manière dont j'ai compris cette phrase c'est que Jean-Luc Mélenchon a retranscrit la proposition d'Eva Joly ; il n'y est donc pour rien si elle a dit un truc qui ne veut rien dire.
    36 milliards de nouvelles recettes ne suffisent même pas à payer les intérêts de la dette qui sont de 50 milliards par an (sous réserve que les taux n'augmentent pas)

    La seule solution reste bien une monétisation directe par la Banque de France (hélas totalement interdite par les traités et nos engagements dans l'eurozone)

  24. 24
    Jean Jolly dit:

    Jean-Luc conclut par :
    Il ne faut pas rester en chiens de faïence. Le succès d’intérêt des débats télévisés a montré quel appétit de savoir et de comprendre existe à gauche et dans le pays d’une façon générale.

    C'est bien là tout le problème du quatrième pouvoir dans une "démocratie" reléguée au quarante-quatrième rang mondial de la liberté journalistique. Il est de plus en plus difficile que d'exposer une autre vision d'un monde autre que celle matraquée par les serviles représentants du CAC 40, même s'ils sont contraints de répercuter une tendance du "raz le bol" qui se généralise dans le monde entier.
    En France, ça se précise avec Arnaud Montebourg, Ségolène Royal et Éva Joly qu'ils (les quarante voleurs) ne peuvent éviter tout en les descendant en les qualifiant d'utopistes (histoire de recentrer l'électorat qu'ils représentent vers la droite).
    Je reste persuadé que seul le Front de Gauche est dans le vrai et qu'il doit poursuivre cette extraordinaire volonté de rupture avec un système devenu obsolète et mortifère.

    N.B : Pour Nadine, je respecte tous les gens de la vraie gauche et tu en fais partie puisque tu dis vouloir voter Front de Gauche au premier tour des présidentielles monarchiques, passage obligé pour défaire ce paradoxe démocratique.

  25. 25
    Vincent R dit:

    Et bim dans leurs dents ! La réponse spontanée de notre candidat bien avant le ticket aubrihollandesque !
    L'info de la lettre de Jean-Luc et son contenu entier est déjà relayé par Marianne (oui Marianne !) et le reste va suivre. La révolution citoyenne est en marche...

  26. 26
    Sallé dit:

    Bravo !
    Pour la réactivité et le fond
    Je connais bien le sujet financier pour l'avoir vécu de l'intérieur
    On ne peut plus continuer comme cela, où ils nous emmène dans le mur
    Ce sont des imbéciles qui ne pensent qui ne pensent qu'à leur bonus de l'année prochaine
    Arnaud

  27. 27
    julie dit:

    Cette lettre est un super coup!

  28. 28
    Genialle dit:

    Cette lettre est géniale, non ? bien joué Mr Mélenchon. Continuez nous gagnons des points, c'est certain.

  29. 29
    A-J Holbecq dit:

    " C’est pourquoi nous organiserons un referendum pour proposer au peuple français une liste de dispositions sur lesquels la France désobéira sans attendre aux traités européens, prélude à une refondation de l’Union toute entière. "

    J'aime... mais ce sera difficile de résister aux pressions et au "il n'y a pas d'alternative" que nous lanceront tous les autres.

  30. 30
    olivier dit:

    Ce soir Montbourg déclare : "Je me sens plus proche de Mélenchon que de Hollande".
    Pourquoi reste-t-il au PS ?
    Je poste le même message sur le blog de Montbourg (on va voir si ça reste...).

  31. 31
    Hold-up dit:

    6 - FD
    " Sauf que les médias vont faire monter les centristes (Bayrou) et forcer le candidat socialiste à se détacher des thèmes de Montebourg pour le convaincre de "gagner le centre"

    A n'en pas douter mais alors dans ce cas là, ce sera une aubaine pour le Front de Gauche et une accélération de la Révolution Citoyenne. En pleine ruine du néolibéralisme mondial et en pleine crise de Régime en France, les deux compères "Pro-austérité et Pro-banques" que sont M.Bayrou et M.Hollande seraient vite balayés par un peuple Français en colère qui n'en peut plus après cinq années d'austérité Sarko-Fillonesque. Les deux compères apparaîtraient pour ce qu'ils sont : Les jumeaux passeurs de plats de l'ancien régime qui a vu sous le gouvernement de M.Fillon et la présidence de M.Sarkozy l'assèchement des finances publiques, le laxisme éhonté envers la spéculation Internationale, l'abdication de la souveraineté française envers les marchés financiers et la distribution de l'argent des contribuables aux banques zombies, comme ces derniers temps après la chute de la Banque Dexia. Que Se Vayan Todos !

  32. 32
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Superbe lettre ! A des années lumièrede la bouillie et des bafouillis des résignés et des soumis. Il est impossible que le FdG à terme ne gagne pas.
    Il faut qu'un maximum de gens en prennent connaissance.

  33. 33
    Gerard Blanchet dit:

    J'aime bien ce que dit Marc -11-
    Le PS ne peut plus refuser le débat de fond, comme en 2004-2005. Et tout va se jouer à la base, dans les assemblées citoyennes qu'il nous faut maintenant organiser partout dans le pays, dans toutes les localités et dans toutes les entreprises où il nous faut inviter les électeurs socialistes et les verts qui ont, avec nous, voté NON en 2005. Car le clivage il est là et Jean-Luc Mélenchon a raison de rajouter ce quatrième point. C'est l'acte fondateur de la gauche qui ne renonce pas, et l'acte fondateur de la France qui se rebelle et qui a été bafoué dans son choix. Bien sûr qu'il faut réclamer un débat national entre Jean-Luc Mélenchon, le(la) candidate du PS, et Eva Jolly pour parler du fond et non de celui qui est le mieux à même de battre Sarkozy. Mais comme en 2005 tout se jouera dans les débats jusque dans les familles. Cela promet des réunions familiales chaudes à Noël, à moins que comme c'est probable la crise nous ait rattrapé avant.

  34. 34
    MS dit:

    Mr Mélenchon est quand meme paru mal a l'aise et pas tres efficace face aux questions de Polony, Pulvar et l'autre... a "On n'est pas couché" et peu sur de ses positions dans le "Bondy Blog". Les reponses ne sont pas dialectiques et sont donc répétitives. Sûrement a l'avenir prévisibles pour ses adversaires. Attention, on est beaucoup a vous soutenir depuis le debut.

  35. 35
    Berdagué dit:

    "Rappelons en effet que le candidat du Front de Gauche est déjà investi"
    Oui et quel candidat avec tous les FdG les 3 Partis ont été très clairs en votant pour le candidat de la dernière cinquième de "régime de monarchie quinquennale". Excellent comme votre lettre à AM qui a les cartes en mains pour faire le pas et rejoindre le FdG, décision importante pour lui et son mouvement qui a toute sa place dans le rassemblement qui est loin d'être mollasson.
    A la manif parisienne du monde incroyable, le monde du travail mobilisé et tout notre FdG avec toutes les composantes et aussi les nouvelles et distributions de tracts et vente record du PPP, je ne sais combien mais ça être l'explosion des ventes.
    Merci au lien dessin animé de bains de papier monnaie et de la création monétaire de A-J Holbecq méme si ce n'est pas complet, c'est excellent, tu doutes dans 29 oui ça parait difficile voire impossible mais notre peuple génial a de ces ressources que de les évoquer sur ce blog dépasse son objet, mais tu peux les imaginer en résistances mobilisatrices très fermes sans aucune mollesse.

  36. 36
    Nicolas dit:

    Cher Jean-Luc,

    Tu as mangé du lion ces temps-ci. Je nous en félicite et t'adresse mes francs encouragements !
    Je fus déçu d'apprendre que tu ne participerais pas à un gouvernement sans le diriger, j'espère de tout cœur que tu mèneras en 2012 la révolution qu'il faut à la France. Tu es si bien parti pour !

    Je partage quasiment toutes tes prises de position.
    L'échelle maximale de salaire, tirant mécaniquement vers le haut ceux du bas quand celui du sommet augmente, me paraît une excellente idée.
    En revanche, « prendre tout » après un certain seuil est une idée à abandonner, non parce que cela empêcherait le peuple de rêver, mais pour les raisons suivantes bien
    concrètes :
    L'impôt sur le revenu établit un principe fort sain : plus je gagne, plus je paye d'impôt et plus il me reste d'argent. Donc j'aime l'impôt et payer beaucoup d'impôt
    sur le revenu est une perspective ravissante.
    Une dernière tranche taxée à 100 % détruirait ce beau principe.
    De plus, ce serait contre-productif. En effet, actuellement le très riche est incité à gagner plus, car au final il en gardera plus. Avec le seuil maximal, le très riche ayant atteint ce seuil, tout ce qu'il gagne en plus il le donnerait à l'État. Donc il ne serait plus incité à gagner plus d'argent, et, ayant le choix, il préférera s'adonner aux joies de la sieste, puisque quoi qu'il fasse lui rapporte zéro de plus au final. Ce qui serait fort dommage pour l'État : ce très riche cesse ces actions rémunératrices au-delà du seuil, autant de revenus disparaissant, dans la tranche la plus fortement taxée, donc un important manque à gagner pour l'État en impôt sur le revenu.
    Au-delà du seuil très élevé, prenons plutôt donc 80 %, par exemple. Ainsi, on supprime les inconvénients que j'évoque et on maintient l'aspect symbolique très forte taxation.

    ¡Hasta la victoria siempre!

    Nicolas

  37. 37
    nioub dit:

    La question qui m'interesse, c'est de savoir ce que vont voter les melenchonistes: Aubry pour eviter Hollande president, au risque de voir nombre d'electeurs de la "vraie gauche" voter utile Aubry au 1er tour des presidentielles et donc rendre la tache de Mélenchon plus difficile, ou Hollande pour laisser la possibilite de Mélenchon au 2nd tour des presidentielles, au risque de se coltiner Hollande president ?

  38. 38
    alexos dit:

    Que j'aimerais que JL Mélenchon et le Front de Gauche soient plus précis concernant l'assemblée constituante.
    Aujourd'hui, la constitution est modifiée par les députés et sénateurs qui sont juges et partie !
    Le conseil constitutionnel est composé de copins oligarques. Rappelons nous Roland Dumas qui fait falsifier des rapports pour sauver l'élection de 1995.
    La seule solution consiste à trouver une procédure de tirage au sort pour composer l'assemblée constituante parmi un panel à réfléchir. Ces constituants ne devront en aucun cas pouvoir être éligibles comme députés et sénateurs.
    Solution semblable pour le conseil constitutionnel.

  39. 39
    Sylvain dit:

    Bonsoir! J'ai entendu dire que la France, qui ne peut pas emprunter à la BCE directement, emprunte à un taux réel qui s'élèverait à 17% cumulé depuis 35 ans. Or Raffarin est intervenu dimanche sur Canal+ pour expliquer que l'état français emprunte sous forme d'OAT à 3%. Quelqu'un peut-il me dire si j'ai les oreilles sales ou si il y anguille sous roches avec un bidouillage financier?

  40. 40
    Eric Jamet dit:

    Il n'y a pas de Mélenchonistes. Le Front de Gauche ne participe pas aux primaires socialistes. Notre candidat c'est Jean-Luc-Mélenchon au premier tour comme au deuxième.

  41. 41
    LEULLIER dit:

    Encore bravo pour votre lettre/réponse à Arnaud Montebourg !

  42. 42
    françois dit:

    Je suis pêcheur et je sors à l'instant d'une petite entreprise d'électromécanique.
    En bavardant avec le patron, le sujet est venu sur les banques et la crise.
    Il m'a dit tout de go, qu'il avait entendu un bonhomme qui s'appelle Mélenchon qui expliquait clairement se qu'il fallait faire.
    Je pense que tous les matins, maintenant, cette personne va allez faire un tour sur notre blog (je veux dire celui de Mélenchon).
    La connaissance du programme du Front de Gauche avance selon une progression géométrique.

  43. 43
    ActuAlex dit:

    @nioub - 37 :
    La réponse est dans votre interrogation. En effet comment pourrait-on se revendiquer FdG et rendre la tâche plus compliquée à Jean-Luc Mélenchon ? Que certains aient voté Montebourg au 1er tour, je le comprends, et d'ailleurs, Jean-Luc Mélenchon, en soulignant le bon score de Montebourg, sait qu'une partie des votants est de son camp, mais je rappelle qu'il n'a jamais souhaité participer au vote de ces primaires. Donc, pour le PS, laissons les choisir leur représentant, les dés sont jetés. Concentrons nous sur la diffusion du programme du FdG, le bouche à oreille devrait faire le reste... enfin j'espère.
    Votons FdG.

  44. 44
    PATRICK F 32 dit:

    Super Jean-Luc Mélenchon !
    Ce commentaire sur la primaire, cette réponse à Arnaud Montebourg, cette offre de débat à la verte gauche...c'est parfait !
    Je pensais à Eva Joly cet AM : dommage qu'elle ait pris la place de Hulot, elle aurait été mieux au FdG.
    Je n'ai jamais cru à l'utilité d'un parti écolo. L'écologie doit être la conséquence d'une vraie politique de gauche: taxer les produits fabriqués dans des pays pratiquant le dumping social ce n'est pas faire du protectionisme c'est de l'écologie indirecte.

  45. 45
    citoyenne21 dit:

    Fameuse cette réponse à Montebourg ! Et quelle rapidité de réaction.Aubry et Hollande vont l'avoir mauvaise pour le coup.

  46. 46
    Menjine dit:

    Ce qu'il fallait faire! Cette lettre, juste, précise, reprenant à la fois les convergences possibles et les propositions spécifiques du FdG. Bravo, ce fut courageux de l'écrire et l'effet en sera profondément fructueux.
    Je suis plus réticente sur ce que vous dites d'EELV, il y a certes des propositions intéressantes chez eux, mais des manoeuvres partisanes, des bidouillages d'appareils à travers les alliances avec le PS, qui ont pour effet (et pour but peut-être) l'affaiblissement des positions du PCF, composante centrale du FdG (voir Montreuil). Eva Joly de ce point de vue n'est pas la dernière à tirer les ficelles.
    D'autre part, l'écologie ne peut être pensée sans une réflexion sociale, d'analyse de classes, et une réflexion sur les institutions qui la sous-tendent. Les groupes tentés par Bayrou, les braillements de l'ancien jeune Cohn-Bendit, les affirmations ni-gauche, ni droite, leur programme si déconnecté des préoccupations des ouvriers et des employés, bref tout cela est inquiétant.
    Je pense que les vrais écolos, ils sont au front de gauche, au Parti de gauche, c'est Martine Billard ce sont tous les autres.
    Discuter avec Eva Joly la rapprocher de nous, certes, chercher des voix du côté des électeurs verts, oui. Ne pas marquer la distance en ce qui concerne en particulier l'Europe, croire qu'un débat règlerait des incompatibilités me paraît tout aussi faux que d'aller voter aux primaires socialistes.

  47. 47
    Nicolas B. dit:

    Nicolas @36
    ...au dessus de 360000€ par an l'état prend tout, la tranche à 100% détruirait ce beau principe, de toujours vouloir gagner plus...

    Si la valeur de la vie se résumait à accumuler des richesses ça se saurait. Alors que beaucoup ne peuvent même pas s'acheter une baguette de pain par jour, commençons par partager les richesses. Au lieu d'un patron qui gagne beaucoup, il y aura beaucoup de patrons qui gagnerons suffisamment et pourront faire autre chose de leur vie. Moi j'y vois une révolution de comportement salutaire. La société de consommation telle que nous la connaissons dans les pays développés (?), est une infamie pour la planète, il est temps de devenir adulte et finir de jouer à qui a la plus belle voiture.

  48. 48
    ActuAlex dit:

    @citoyenne21 - 46
    Hollande ne l'a surement pas mauvaise puisqu'il a déjà dit qu'il n'était pas arrivé à 40% pour reprendre les idées des autres : circulez, y'a rien à voir.
    Bon, j'exagère, il a dit qu'il n'était pas contre le renouvellement de la république, notez qu'il n'énonce pas explicitement la VI République. Mais pour la reprise des politiques sur le système financier et les banques, il est où Hollande ?! Et pour le reste, il est où ? Allez je vais être provocateur (avec la "complicité" ou pas du webmestre) et dire que Sonia nous expliquera les convergences possibles avec Hollande.
    Aubry est un peu plus crédible pour reprendre les propositions de Montebourg. En même temps, Aubry avec les propositions de Montebourg ajoutées dans son programme, faudra alors voir comment s'articulerait tout ça avec le FdG.

  49. 49
    JCM31 dit:

    Cette lettre a le mérite de bien clarifier les choses et tombe à point nommé également après la soulante cacophonie dans l’émission de Yves Calvi d’hier soir « Mots croisés » où ils ont tous magistralement évités de mentionner le Front de Gauche ainsi que son légitime et exceptionnel représentant Jean-Luc Mélenchon. Qui en substance rappelle ceci : Qui croit pouvoir agir en nous contournant, en nous méprisant ou en nous insultant est condamné à être balayé. Le plus surprenant et écœurant, venant de la part des deux journalistes, parfaitement au parfum, puisque l'un a animé un forum "Libération" en mai 2011 en présence de Jean-Luc et l’autre y ayant participé très activement. Sur un tout autre sujet peut-être, mais ne pouvant surement pas ignorer au moment de cette n-nième mascarade à la Calvi sur France 2, les points forts et le contenu du Programme Populaire Partagé.
    J'espère ardemment que les futurs et incontournables débats qui vont avoir lieu seront à la hauteur de ce qu'attendent ardemment les citoyens que nous sommes tous et qui ne souhaitent que le rassemblement de la vraie Gauche avec le Front de Gauche.
    Moi aussi j'ai apporté mon soutien dimanche au seul candidat qui avait dit NON au traité constitutionnel en 2005. Cela a été une véritable torture pour l'esprit, mais je ne le regrette pas. Dimanche prochain Papandréou et Mamandréou feront sans moi.A u premier tour en 2012 Jean-Luc Mélenchon aura mon bulletin de vote et au deuxième tour même chose. Il y a encore du grain à moudre, mais nous allons y arriver.

  50. 50
    ermler dit:

    Très cher Jean-Luc Mélenchon,

    Bravo !
    Merci !
    Bien joué !

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive