09nov 10

Sarkozy nous donne aux anglais, le PS me tend la main et me gifle, Aphatie n'écoute pas sa radio!

Le lendemain du canapé rouge

Ce billet a été lu 24 060 fois.

D ans cette note je ne dis rien de mon passage chez Michel Drucker à « Vivement dimanche ». C’est trop frais. Et qu’en puis-je dire ? Il faut que la poussière retombe. Pour l’instant on me dit que c’est un record d’audience. Les amis ont l’air content du résultat. J’ai pu dire et montrer ce que je voulais. Et ne pas montrer ce que j’ai choisi de ne pas montrer, par principe, c'est-à-dire ma vie privé. Gare à ceux qui franchiraient cette limite. J’ai le bras long et imprévisible et je règle toujours mes comptes, capital et intérêt. Chez Drucker, j’ai été respecté, dans tous les sens que ce mot peut prendre. Pourtant personne ne peut dire que cet homme soit de mon bord. Les erreurs et ballons mal placés sont tous de mon fait. J’ai passé un bon moment. J’espère qu’il en a été de même pour tous ceux qui ont regardé.

Dans cette note je reviens sur l’accord franco anglais sur la Défense. Je le désapprouve entièrement et je veux que cela se sache et que l’on sache pourquoi. Je voudrais faire partager mon appréciation sur ce point. J’estime que ce devra être un point nullement secondaire du Programme commun au front de gauche. Je pense qu’avec le Parti de gauche nous sommes le seul parti qui s’exprime clairement et complètement sur les questions de politique de défense et d’alliance. Je renvoie sur ce point non seulement à la plateforme de mon parti mais aussi au dernier chapitre de mon livre.

Le onze novembre, une fois de plus, le parlement européen est convoqué alors qu'on célèbre la fin de la boucherie qui est la raison d'être de l'Europe. Je le déplore et le dénonce. Je serai de coeur avec vous aux monuments qui honorent la mémoire de tous ces malheureux! Maudite soit la guerre!

Puis je viens sur le sort que me réservent en ce moment les socialistes entre ceux qui me traitent de "danger pour la démocratie", ou de "pire que Le Pen" et ceux qui me disent d’entrer dans leur gouvernement.

Enfin je me moque (gentiment) des journalistes qui m’ont fait la leçon sur le salaire de madame Laurence Ferrari. Les pauvres (au figuré).

 Sans aucun débat public préalable en France, ni consultation du Parlement, qui devra cependant ratifier certains volets de cet accord, le Président de la République vient d'engager la France dans une coopération militaire extrêmement poussée avec le Royaume-Uni. Nicolas Sarkozy a insisté sur le caractère exceptionnel de cet accord : « C’est une décision sans précédent qui montre le degré de confiance qui règne entre nos deux nations, inégalé dans l’histoire ». C’est exact ! Et c’est bien le problème. Quand et où ce tournant a-t-il été discuté ? Au fil des jours une politique se confirme, dans l’indifférence générale. Car après la décision de rejoindre le commandement intégré de l'OTAN en 2008, ce nouveau bond en avant vers les anglo-saxons aggrave l'alignement de la France sur l'appareil militaire de l'Empire états-unien. Le Royaume-Uni est le passe plat du système nord américain. Au cas présent il s’agit d’une victoire britannique. Car cet accord est largement contradictoire avec les engagements souscrits par ailleurs en faveur de « l'Europe de la Défense ». Une illusion plus que jamais sans effet achève de mourir. La France des droites qui vont se gargariser cette semaine avec la mémoire du général De Gaulle est en train de tourner la page de l’indépendance militaire « tous azimuts » qu’il avait constitué. Je ne suis pas d’accord du tout avec cette nouvelle doctrine de fait d’une défense franco anglaise, c'est-à-dire à mes yeux franco américaine, intégrée. 

L'accord signé par Nicolas Sarkozy avec David Cameron comprend trois principaux volets : un traité de coopération, un traité spécifique sur les installations nucléaires communes qui ont été décidées, une lettre d'intention des ministres de la Défense des deux pays. Il y a un silence total sur un point. Aucune référence a une quelconque politique mondiale de désarmement ni à l’objectif de réduction des arsenaux nucléaires. L’intention n’est clairement pas d’aller dans ce sens. Le traité prévoit 13 domaines de coopération très variés. En termes de méthode, le point commun de tous ces domaines est le souci de mutualiser les moyens. L’argument est de réduire les dépenses de chaque pays, tout en continuant de renforcer et moderniser les capacités militaires. Avec un tel raisonnement où va-t-on ? Jusqu’au Etats-Unis, évidemment. Il est vrai que l’objectif du Grand marché transatlantique en 2015 surplombe toutes les politiques nationales des européens. Dans la plupart des domaines de coopération, le traité est plus intentionnel qu'opérationnel mais il l’est tout particulièrement dans deux domaines stratégiques. La gestion des arsenaux nucléaires et la formation d’un « corps expéditionnaire » commun. Rien de moins. 

Deux centres communs de gestion et de recherche sur les arsenaux nucléaires seront ouverts d'ici 2014, un en France et un au Royaume-Uni. L'objectif est de mutualiser les moyens pour « modéliser la performance des têtes nucléaires et des équipements associés, afin d’en assurer la viabilité, la sécurité et la sûreté à long terme ». Cette gestion commune portera donc aussi sur la simulation nucléaire. C’est central en la matière. Or, dans ce domaine, la France a une grande avance technique sur le Royaume-Uni. Elle dispose d'un des programmes de simulation les plus puissants au monde, grâce notamment au laser mégajoule, outil de simulation le plus énergétique au monde. Ce sera une aubaine pour les Britanniques. Ils vont dire merci ? Ce volet de l'accord ne modifie certes pas directement la compétence souveraine de chaque Etat et ses procédures d'emploi de l'arme nucléaire. Mais en prévoyant des outils communs de gestion et de développement des arsenaux, l'accord va permettre à chaque pays de disposer d'informations stratégiques sur l'arsenal de l'autre : son contenu, sa localisation, ses modalités de gestion, de maintenance et de surveillance etc. Cela pose le problème de l'indépendance réelle de la dissuasion nucléaire française, notamment face aux USA. Dorénavant ces derniers disposeront à partir du Royaume Uni qui est leur succursale de précieuses informations sur les arsenaux français. Je ne suis pas d’accord du tout. Il faudra revenir sur tout cela aussitôt que possible et restaurer la plénitude de l’indépendance militaire de notre pays. Je suis un tenant ferme de l’indépendance « tous azimuts ». Pas question de laisser une autre puissance quelle qu’elle soit disposer du moindre moyen de pression sur nous. Pas de laisse non plus dans ce domaine ! 

Voyons la création d'une "force expéditionnaire commune interarmées". L'expression utilisée de "force expéditionnaire" indique la dimension de projection de cette force. Donc le cœur de notre défense n’est plus essentiellement défensif ? L'expression est d’autant plus mal choisie qu'elle reprend la formule employée en 1956 où un "corps expéditionnaire commun" avait été envoyé sur le Canal de Suez. Cet épisode calamiteux est d'ailleurs un des principaux précédents de coopération militaire opérationnelle entre la France et le Royaume-Uni. Beau souvenir colonialiste de référence ! Cette force commune sera composée de plusieurs milliers d'hommes, disposera de moyens dédiés dans les trois corps d'armée, y compris en terme d'état major, de logistique et de soutien. Ses missions sont définies de manière large et elle pourra aussi bien participer à des opérations strictement bilatérales qu'à des opérations multilatérales dans le cadre de l'OTAN, de l'ONU ou de l'UE. 

Dans une dizaine d'autres domaines, les projets de coopération sont moins opérationnels dans l'immédiat même s'ils ne manquent pas de portée symbolique et politique qui toutes vont dans le sens d’une intégration qui met en question au delà des bonnes paroles la souveraineté de chacun. Exemple, la forme prévue d'intégration des forces aéronavales. L'idée est de rendre interopérables les porte avions. Il est prévu pour cela d'adapter rampes et catapultes. Dans ce domaine également l’accord va permettre dans un premier temps au Royaume Uni de se reposer sur l’équipement français. En effet depuis l’annonce par David Cameron du démantèlement immédiat du porte avion Ark Royal (pour raisons budgétaires), le Royaume Uni n’a plus d’ensemble aéroporté opérationnel et ne devrait pas en retrouver avant 2020, date à laquelle est prévue la mise en service d’un nouveau porte avions. Du côté français, le projet de 2ème porte avions est au point mort. Mais avec un seul porte avions, quand il est en maintenance ou réparation, on se retrouve régulièrement sans capacité d’action. L’interopérabilité avec les Britanniques peut permettre de résoudre par défaut le problème de la permanence aéroportée française. L’accord prévoit ainsi qu’à l'horizon 2020, la porte avion Charles de Gaulle servira de point d'appui pour se doter « de la capacité à déployer une force aéronavale d’attaque intégrée franco-britannique composée d’éléments des deux pays ». Ce n’est pas aussi simple qu’il y parait s’agissant de sujet de cette sorte. Au-delà du principe de cette intégration aéronavale, se pose le problème de la divergence stratégique pouvant exister entre les deux pays. Comment se reposer sur le porte avions de l’autre pays, si l’on n’est pas d’accord sur les missions qu’il doit accomplir ? Lors de l’invasion américaine en Irak les anglais ont collaboré et pas nous. Qui aurait eu l’usage du porte avion ?

Cet accord est aussi un mauvais coup pour le mythe de l'Europe de la défense. Les textes de l’accord n’abordent presque pas l’Europe de la défense et, à la demande des Britanniques, les différents axes de coopération sont exclusifs. Ils ne sont pas ouverts à d’autres pays membres de l’UE. Cette exclusivité de la coopération militaire franco-britannique tourne le dos à l’esprit des accords de Saint-Malo signés en 1998 par Chirac et Blair. Eux avaient affiché une volonté d’ouverture à l’Europe de la Défense. Il n’en reste rien. Quand en a-t-on délibéré ? En tous cas cette exclusivité percute maints projets européens en cours. Par exemple, l’A400 M il est évoqué dans l’accord alors que c’est un projet qui implique plusieurs autres Etats membres de l’UE. Surtout les Allemands, qui vont en être le principal acheteur. Pourquoi privilégier un entretien et une gestion commune des A400 M avec le Royaume Uni et pas avec l’Allemagne ? C’est d’autant plus aberrant que les Britanniques ne sont pas très investis dans le programme A 400 M. Ni sur le plan industriel, depuis le désengagement de British Aerospace d’Airbus ni sur le plan financier. En effet les anglais ont commandé 25 avions initialement (contre 50 pour la France et 60 pour l’Allemagne). Pire, la gestion commune de la flotte d’A400 M va permettre au Royaume Uni d’acheter moins d’appareils : 22 contre 25 initialement prévus. Ce qui fragilise le programme lui-même, dont la viabilité dépend d’un nombre suffisant de commandes. 

Mais cet accord est surtout une très bonne nouvelle pour l'OTAN. Donc mauvaise pour la France. En effet, l’accord ne se contente pas de manifester son attachement à l’OTAN. Il plaide pour que ses missions soient renforcées et son périmètre élargi. L’accord soutient également le dangereux projet de « défense antimissiles des territoires » impulsé par les USA. En introduisant une vulnérabilité inégale entre les détenteurs de l’arme nucléaire ce bouclier est un facteur de déséquilibre avec les puissances nucléaires non membres de l’OTAN, à commencer par la Chine, la Russie et l’Inde. Après lui le déluge, c’est ça ? 

Voici des nouvelles de mon livre. On peut dire qu’il tombe à pic. Sinon comment expliquer la rapidité de sa diffusion en trois semaines? On en est à un tirage de quarante mille exemplaires. Il entre dans toutes les listes des meilleures ventes. Je m’amuse de voir comment malgré certains commentaires sur ce livre les ventes vont à l’inverse. Prenons un exemple. Evidemment sans arrière pensée : à Figeac dans le Lot il s’est vendu cent cinquante exemplaires de ce livre en trois semaines. C’est, pour la même période, dans la même zone de chalandise, trente exemplaires de plus que le journal « Le Monde ». C’est beaucoup, non ? Car les huit exemplaires quotidiens, (oui, hélas huit !) vendus par « Le Monde » ne doivent guère toucher davantage de personnes d’un jour sur l’autre, d’une semaine à l’autre. Ce sont huit personnes au total. Les mêmes. Comme moi je le fais tous les jours, depuis plusieurs décennies, chacune de ces personnes achète un exemplaire du Monde. Tout le temps. Donc ils sont huit. Point. Mon livre, de son côté, en a intéressé cent cinquante. Différentes. C'est-à-dire cent quarante deux de plus que le journalissime lui-même. Evidemment je me compare au « Monde » compte tenu du prestige de ce journal. Et surtout en raison de l’autorité de ses commentaires au sujet des livres politiques. Hélas, trop peu de gens ont pu les lire à temps pour s’éviter d’acheter le mien. Il y était en effet titré « Mélenchon tombe à plat ». Hé ! Hé ! La maladie de la grosse tête a encore frappé un porte plume. Heureusement le peuple, à Figeac, n’en a rien à cirer. Il ne sait même pas que c’est écrit dans ce truc confidentiel que lisent huit personnes. Ils ont acheté mon livre ces benêts au lieu de lire « Le Monde » ce qui leur aurait permis de comprendre qu’il ne fallait pas l’acheter ! Mais je reconnais que mon travail est facilité par le fait que j’ai également, avec mon blog, bien plus de huit connexions différentes chaque jour sur Figeac et sa région. Si bien que, ce qui « tombe à plat » et ce qui « tombe à pic » est une question tranchée concrètement. Par le « marché », en quelque sorte. Mais on le savait déjà puisque l’éditeur de mon livre, Flammarion, peu habitué à ces sortes de perfidies, s’est offert une publicité sur mon livre. Elle est parue dans « Libération ». On pouvait y lire maints commentaires plutôt convaincus que mon livre, vaille que vaille, valait la peine d’être lu. A part « Le Figaro » et « Le Monde », à moins que ce soit l’inverse, comment distinguer, personne n’a l’air d’être si certain que je sois un populiste qui « fait peur, même à gauche » comme dit « Le Monde ». A moins que ce soit « le Figaro ». Comment distinguer ?

Un qui a du mal à distinguer aussi c’est le sieur Huchon. Son commentaire en faveur de Le Pen n’a pas ému les émotifs professionnels. Pourtant n’a-t-il pas déclaré que je serais « pire que Le Pen » ? J’imagine ce que j’aurais lu et entendu si j’en avais dit autant de Jean Paul Huchon. Je comprends bien l’intention de m’injurier. C’est bien dans le style arrogant des caciques socialistes. Il est vrai que, comme le dit Gérard Colomb, le maire de Lyon, le PS est « un parti qui va gouverner dans deux ans ». Juste après cette formalité qui s’appelle l’élection présidentielle que ces prétentieux ont déjà gagné d’avance, c’est sûr. Et justement Colomb dit que « l’aile radicale est nuisible à l’image du PS ». Il ne parlait pas de Huchon. Mais de Hamon. Ce qui est, de sa part, trouver bien radical ce qui l’est finalement assez timidement. Qu’a donc fait Hamon pour se mériter l’infamie d’être traité « d’aile radicale » ? N’a-t-il pas adopté comme tout le monde au PS, à l’unanimité, l’allongement des durées de cotisations de retraite ? Et aussi tous les textes des Conventions nationales du PS jusqu'à ce jour ? Colomb est un ingrat. Je dis ça pour rendre service à Hamon à qui Colomb reproche une influence dont il se plaint ainsi : « si on laisse partir Mélenchon pour reprendre le même discours que lui ce n’est pas la peine que le PS existe ». En effet. Je rassure Colomb et je suis sûr qu’Hamon en fera autant s’il ne veut pas être considéré lui aussi comme « pire que Le Pen » : ce n’est pas le cas. Le PS existe et fait son travail avant de gouverner dans deux ans : il est pour l’allongement des durées de cotisations. Et si on l’oublie nous nous chargerons de le rappeler. Reste Huchon et sa nouvelle compréhension pour Le Pen qui serait moins pire que moi. C’est tout de même une sacré banalisation de Le Pen qui est ainsi offerte gratuitement à l’extrême droite. Et c’est un sacré clin d’œil à ceux qui disaient en leur temps « plutôt Hitler que le front populaire ». La différence c’est que nous sommes prévenus. Il y a donc peu de chance que nous laissions passer.

D’autant que si nous ne disons rien la mode va se répandre. C’est d'ailleurs parti. Pour solliciter la bienveillance des médias qui les interrogent et cotiser au club des politiquement corrects, ces gens tueraient père et mère. Ainsi Valls à qui Eric Haquemand et Rosalie Lucas, supervisés cette fois ci par le rédacteur en chef Henri Vernet, posent la question « Jean-Luc Mélenchon est-il un allié ou une menace ? » Valls lèche avec application la main qui tient le fouet tout prêt : « Son langage et son comportement sont dangereux pour la démocratie ». Rien de moins ! Me voici carrément dangereux pour la démocratie. Puis il ajoute sentencieux « « S’attaquer aux médias en insultant les journalistes, publier un livre sur le thème « tous pourris » en pleine crise politique n’est pas responsable et ne correspond pas à nos valeurs. Ce n’est pas lui qui sortira vainqueur de ce type de dérive. Il y a toujours plus populiste que soi ». Manuel Valls parle l’espagnol s’il ne mémorise pas le français. « Que se vayan todos », le titre de mon livre, est directement référencé à un slogan de la gauche en Amérique du sud. Cela se traduit par « qu’ils s’en aillent tous » et non pas par « tous pourris ». A partir de là, le reste n’a pas d’importance. Ni même que les trois journalistes n’aient pas eu l’occasion de lui demander si ses petites remarques, télévisées et délibérées, sur la nécessité de « blanchir » les quartiers étaient compris dans ce qu’il appelle « nos valeurs ». Ni si dans ce type de dérive,  il comptait sortir vainqueur ? Et s’il ne craignait pas de trouver pire que lui ? Si c’est possible. Sans doute ses camarades ont-ils épuisé leur capacité d'indignation. Qu’ils ne protestent même pas contre une telle outrance est déjà assez choquant. Mais qu’ils n’aient même pas pensé à protester contre le fait que monsieur « nos valeurs » déclare « le mot socialisme est dépassé » montre l’état d’abaissement moral de ce parti. A moins qu’eux aussi pensent comme Valls : «les affaires ont un prix, la morale n’en a pas». C'est pas beau ça?

C’est dans cette ambiance que j’ai reçu la « main tendue » du camarade Hamon qui répondait à Aphatie au grand jury RTL, Le FIGARO, LCI. Avant d’en dire quoique ce soit sur le fond, je considère que c’est une réponse à ses petits camarades. Gérard Collomb ne va pas être content, c’est certain ! Tout de même ! Personne ne peut croire que le porte parole du PS propose à quelqu’un qui est « dangereux pour la démocratie », et même « pire que Le Pen » de gouverner ensemble ! A moins que ce soit Benoit Hamon qui ait parlé pour son compte et les autres pour le parti. Va savoir ! Nous allons donc poser la question à Martine Aubry. C’est elle le chef, n’est-ce pas. Nous lui demandons en préalable à toute discussion de désavouer les injures dont je fais l’objet. Il me semble que c’est un minimum. 

Mais je recommande la lecture du script de l’entretien de Benoit Hamon avec les journalistes du plateau du « Grand Jury ». Le déroulé est extrêmement politique. Mais il y a une dimension amusante aussi. Je commence par elle. Voyez comment Aphatie veut obtenir une condamnation de mon « populisme » et s’arrête tout net quand il voit que Hamon non seulement s’y refuse mais va passer à un décryptage du sens du mot qui va faire échouer la manœuvre. Notez aussi comment il évoque ma « référence à Georges Marchais » alors que je n’ai jamais fait que répondre sur le sujet a des gens qui auraient aimé que je partage leur caricature sur le sujet histoire de me créer une brouille avec les communistes. M’opposer aux autres, c’est le fil rouge des « questions » de ce cher Jean-Michel Aphatie. Hamon plonge mais c’est son jeu d’y souscrire cela va de soi. Comme de dessiner un tableau où nous opposerions une gauche qui gouverne à une gauche radicale. Hamon sait très bien que ce n’est pas du tout comme ca que nous formulons le problème de la gauche aujourd’hui. Nous opposons une gauche dont le programme capitule devant les exigences du nouvel âge du capitalisme et une gauche qui ouvre une alternative au programme des libéraux. Cette différence est une affaire de contenu de programme, pas d’étiquette pré distribuées. Donc nous sommes d’accord quand Hamon dit que cette question doit « être réglée par le suffrage universel ». C’est exactement ce que nous disons ! Chiche ! Par exemple, nous sommes pour la retraite à taux plein à soixante ans sans allongement des durées de cotisations. Pas les socialistes. Donc le suffrage universel doit trancher entre nous. A la loyale. Le programme qui s’appliquera est celui qu’aura voulu la majorité des français. Cela va de soi car nous sommes en démocratie. Donc il ne faut pas, après avoir dit cela, faire des numéros sur le « vote utile » qui devrait clore tous les débats et nous amener à nous incliner sans discussions devant le programme mitonné entre Hamon et Strauss Kahn, Valls et je ne sais qui encore. Car, renversant la formule de Gérard Collomb, il est clair que je n’ai pas quitté le PS pour accepter de l’extérieur ce que je n’acceptais pas de l’intérieur. Et le PG, qui n’a rien à voir avec tout ce passé, n’a pas été constitué pour améliorer la situation du Parti socialiste mais pour leur disputer la place de la locomotive de tête du train de la gauche.

Benoit Hamon, porte parole du PS, était donc l’invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, le dimanche 7 novembre 2010. Extrait du débat où il est question du Parti de Gauche et de votre serviteur qui n'en peut mais.

Aphatie : « Vous parlez de la gauche et des alliés du PS. Est-ce que le populisme revendiqué de Jean-Luc Mélenchon est un problème ou pas pour vous ? »

Hamon : Ce qui est un problème c'est qu'il explique qu'il y ait plus rien à faire avec le Parti socialiste. Le populisme, ça dépend ce que vous …

Aphatie : Lui-même le dit, je suis populiste, je l'assume …

Hamon : oui ça dépend, si c'est …

Aphatie : et son livre est intitulé Qu'ils s'en aillent tous … donc voila …

Hamon : si le populisme c'est aimer le peuple moi je … j'apprécie l'idée qu'en tout cas on soit attaché à ce que le suffrage universel ait du sens, que les hommes et les femmes retrouvent la maîtrise de leur destin …

Aphatie : J'enlève le mot populisme. Est-ce que le style et les mots qu'emploient Jean-Luc Mélenchon, sa référence à George Marchais, ce qu'il est aujourd'hui sur la scène politique puisque depuis quelques semaines on parle beaucoup de Jean-Luc Mélenchon, est-ce que c'est un problème pour vous ou pas ?

Hamon : je pense que Jean-Luc Mélenchon est dans une entreprise de séduction de l'encadrement et des militants communistes, évidente; que c'est aujourd'hui sa tache que d'essayer de rassembler cette famille, ce qui justifie l'usage de quelques références comme George Marchais. Moi ce n'est pas ma référence politique principale, vous l'aurez compris. En même temps, le point le plus important pour moi c'est que Jean-Luc Mélenchon clarifie la question de savoir si oui ou non à ses yeux il existe aujourd'hui deux gauches, deux gauche irréconciliables, et notamment sur le plan programmatique. Et c'est ce discours là que je n'apprécie pas et qui pourrait à mes yeux être extrêmement dangereux pour la gauche s'il devait se confirmer. Et c'est sur ce point que j'attends de sa part qu'il clarifie sa position.

Mougeotte : est-ce que le plus important pour vous n'est pas finalement qu'il appelle à voter socialiste au 2ème tour, le reste n'étant que littérature ?

Hamon : mais j'espère qu'il le fera. En tout cas il est clair que pour les socialistes la place du Parti de Gauche est au cœur demain, s'il le souhaite d'une majorité qui soit une majorité qui gouverne

Eric Revel : est-ce que vous ne croyez pas qu'il représente un danger fort pour le Parti socialiste ? Je vais employer des mots un peu forts mais quand on voit la façon avec laquelle il a phagocyté le NPA, il donne l'impression d'être en train de digérer ce qui restait du Parti communiste, est-ce que vous justement vous n'êtes pas là sur l'aile gauche du Parti socialiste pour empêcher avec vos déclarations que Jean-Luc Mélenchon ne vienne jardiner dans ce coin du carré ?

Hamon: dans ce que vous dites sur le NPA et sur le Parti communiste, vous allez vite en besogne. Moi je discute avec des communistes tous les jours, qui ont pas le sentiment d'avoir disparu du paysage politique …

Eric Revel : enfin le Parti communiste est moins puissant aujourd'hui qu'à l'époque de Jacques Duclos …

Hamon : vous savez il m'est arrivé de croiser un militant du NPA connu, une fois, qui n'avait pas le sentiment non plus qu'aujourd'hui ce qu'il porte se résume à ce que dit Jean-Luc Mélenchon. Ce qui se passe dans cette partie là de la gauche, je le regarde parce que ça m'intéresse ce qui se passe dans la gauche. Mais en même temps je leur laisse la responsabilité de s'allier ou pas. Ce que je leur dis c'est que le mouvement sur les retraites a illustré qu'il n'y avait pas deux gauches irréconciliables. Et que ce serait une faute politique que de continuer à jardiner en ce sens là, à vouloir faire croire que deux gauches sont irréconciliables et qu'il y aurait une gauche de gouvernement et une gauche radicale qui ne pourraient pas travailler ensemble …

Mougeotte : elles ne sont peut-être pas irréconciliables mais sur la retraite elles disent le contraire : les communistes et le Parti de Gauche disent 60 ans à taux plein, le Parti socialiste dit on augmente le nombre d'annuités … C'est un désaccord de fond.

Hamon : mais j'entends ce que vous dites. Mais une partie de ces questions là sera tranchée par le suffrage universel et nous discuterons d'un contrat de gouvernement, je le souhaite, ensemble, avec ceux qui veulent gouverner.

Aphatie : avant l'élection ?

Hamon : de préférence. le Parti communiste est prêt à gouverner. Le Mouvement des citoyens est prêt à gouverner.

Revel : pas le NPA …

Hamon : le NPA n'est pas prêt à gouverner. Je pense que le Parti de Gauche est toujours prêt à gouverner.

Aphatie : vous voulez discuter d'un accord de gouvernement avant les élections ?

Hamon : évidemment avant les élections …

Aphatie : avant le 1er tour ?

Hamon : ah beh si on discute d'un contrat de gouvernement après les élections présidentielles … non je pense qu'il faut commencer à discuter avant les élections législatives et présidentielles.

Eric Revel : mais une fois que vous êtes au gouvernement avec le Parti de gauche, comment est-ce que vous engagez votre grande réflexion sur l'avenir des retraites avec un Front de Gauche qui lui dit 60 ans à taux plein … comment est-ce que concrètement ça se met en place ?

Hamon : cette question je vous l'ai dit. Cette question elle sera tranchée par le suffrage universel. Y a un projet qui sera soumis à la discussion, qui sera celui de la candidate ou du candidat qui sera élu, et ce projet là pourra être amené à être discuté au sein de la majorité parlementaire, mais c'est ce projet là qui fera foi. Pourquoi ? Parce qu'il aura eu la légitimité d'un vote majoritaire des Français.

Eric Revel : et l'attitude de Jean-Luc Mélenchon sur les médias et les journalistes politiques en général, ça vous va aussi ?

Hamon : non ça ne me va pas, je pense qu'on peut dire très bien qu'on n'est pas d'accord avec les méthodes d'un certain nombre de journalistes, qu'on n'est pas d'accord avec ce qu'ils disent, parfois avec la caricature qu'ils font de ce que nous disons. Et moi parfois je me suis senti mal à l'aise devant des caricatures qui existent mais je pense pas qu'il faille tomber dans une forme d'injures qui n’est pas bonne pour le débat démocratique. Je crois pas que dans cette bagarre là ou dans ce simulacre de bagarre on y trouve beaucoup de choses très positives. »

Entre Pujadas et moi face à Xavier Mathieu, c'est moi qui insulte selon Benoit Hamon. Lèche fiston, lèche. Agitez, savourez !

Peut-être vous souvenez vous du ton sur lequel monsieur Aphatie me prit à partie en fin de rencontre dans son émission du matin, à propos du salaire de madame Ferrari. Ceux qui voudraient en connaitre peuvent regarder la vidéo de cette émission sur ce blog même. N’a-t-il pas sentencieusement fait remarquer que je ne vérifiais pas mes sources ? N’a-t-il pas surligné avec délice que les journalistes, eux, vérifieraient les leurs à la différence de pauvres amateurs de mon genre ? Il a ainsi lancé une mode. Me brocarder sur mon « erreur » à propos du salaire de madame Ferrari est devenu le refrain de maints papiers sur mon compte. Elise Karlin, de « l’Express »,  dans un article de l’édition papier hebdomadaire de ce journal,  par ailleurs bien instructif à mon sujet, se régale de souligner mes outrances jusqu’au point, dit-elle malicieusement, « de dire n’importe quoi », à propos du salaire de madame Ferrari ! Elle reprend ainsi son collègue monsieur Berreta du « Point » qui lui souligne que j’en « fait trop » sur ce même sujet. Connaissant la mauvaise habitude de ces durs travailleurs de la plume de se recopier les uns les autres, il est temps pour moi de siffler la fin de la récréation. Je veux leur éviter à tous davantage de ridicule. En effet cette information concernant le salaire de madame Ferrari a été donnée par… un journaliste. Et pas n’importe lequel ! Celui-là même qui  n’a pas hésité à me traiter « d’homme politique virtuel », de « poisseux », « incarnant tout ce que l’on déteste en politique ». On le voit : une autorité morale incontestable. Il s’agit de monsieur Renaud Revel et cela a été édité sur « l’express.fr ». A propos je ne suis pas arrivé a retrouver le lien. Quelqu’un peut-il le faire pour moi ?  Mais c’était sur son blog et tous les confrères, sur la toile et ailleurs avaient repris, en France. Ca on en retrouve la trace partout ! Google permet même de retrouver un titre en Suisse qui reproduit l’information! Le titre suisse, celui du « Matin » contenait même mot pour mot l’expression utilisée par moi « 1 million pour lire un prompteur ». Où étaient alors les écorchés et indignés d’à présent ? Rigolade. J’attends les repentances. Vous regrettez messieurs dames ? Vous appelez au calme ceux de vos confrères qui continuent à me chercher pouilles avec ce sujet ? Car maintenant j’ai fait la démonstration. Je n’ai fait que redire ce que l’un d’entre vous a écrit ! Et utiliser les phrases de commentaires d’un autre de vos confrères. Ca vous fait quoi comme effet ?

Alors monsieur Aphatie, madame Karlin, monsieur Beretta ? Que direz-vous à présent ? Votre confrère monsieur Revel n’avait pas vérifié ses sources ? Ou bien est-ce que vous avez tout simplement oublié de vérifier les vôtres. Ou bien encore avez-vous considéré qu’il suffisait que la direction de TF1 fasse un communiqué pour que son contenu soit réputé exact ? TF1 dit que madame Ferrari ne gagne « que » 30 000 euros par mois. Vous ne mesurez même pas l’effet que ça peut faire d’entendre une somme pareille ! Du coup vous ne remarquez pas non plus les précisions qu’ajoute le communiqué de TF1 : il faut y ajouter les primes et l’intéressement, bien sur. L’un d’entre vous fera-t-il le total de ce que tous ces petits riens cumulés finissent par faire ? Je crois que non. Vous allez juste passer à autre chose pour faire oublier l’énormité du tour que je vous ai joué en comptant sur le seul fait que vous êtes si sûrs de vous et de vos recopiages mutuels ! Dommage vous pourriez être beau joueur, fairplay, que sais-je encore, une de ces bonnes manières que vous me recommandez sans cesse de pratiquer.

Je m’en voudrai d’en rester là. Ces braves gens seraient en reste d’indignation. Allez hop ! Je reproduis l’article du « Matin » suisse. «  La nouvelle recrue de charme du 20 h de TF1 toucherait une fortune pour lire un prompteur. Grégoire Corthay – le 02 septembre 2008, 21h33. Le Matin Bleu. A TF1, Laurence Ferrari gagnerait un revenu aligné sur celui de son prédécesseur, Patrick Poivre d'Arvor, selon Renaud Revel, rédacteur en chef à «L'Express». Elle toucherait 115 000 francs par mois ainsi qu'une prime annuelle de 418 600 francs, soit un revenu annuel total de 1,8 million!  Selon Renaud Revel, la jolie Savoyarde a pu négocier ce pont en or dans la mesure où, en quittant Canal+, elle a fait une croix sur une partie des revenus de sa société de production. Interrogé sur RTL, David Pujadas, journaliste du 20 h de France 2, a avoué que le salaire supposé de Laurence Ferrari le «faisait rêver», précisant qu'à France Télévisions «ce ne sont pas du tout les mêmes ordres de grandeur…». Salaire plus modeste pour Darius Rochebin. «Selon ma dernière fiche de paie, je touche 8783 francs net par mois. Cela correspond au salaire d'un enseignant du secondaire», indique le présentateur vedette du 19:30 de la TSR. «On est loin des salaires mirobolants que touchent certains journalistes télé en France, dont le train de vie me laisse songeur. En Suisse, nous sommes dans une logique économique différente. Il n'y a pas de star-system, ce qui me semble plus sain», note Darius Rochebin ». Ce Rochebin doit être un agent mélenchoniste !

Zut ! J’ai failli oublier Pujadas ! Puisqu’il est cité dans cet article Eh oui, lui aussi avait réagi à l’annonce du salaire de sa collègue ! Noble et digne, comme d’habitude, pas de soucis. Une réaction qui l’honore si l’on se souvient de celle d’un rustre comme moi ! Lisez ce que disent mes professeurs de morale quand on leur parle d’un salaire d’un million « pour lire un prompteur ». Le comique de situation c’est que cette réaction eu lieu sur RTL, la chaine où travaille monsieur Aphatie lui-même. Mais il n’écoute pas, apparemment, car sinon sa soif de vérification des sources n’aurait fait qu’un tour dans son sang ! Il aurait bondi sur le plateau de l’interview pour faire la leçon à son collègue comme il me l’a faite à moi : « un journaliste vérifie ses sources, lui ! ». Allez, hop, encore un petit jus, facile à trouver sur Google. Laurence Ferrari : son salaire fait rêver David Pujadas. Info rédaction, publiée le 02 septembre 2008. http://www.news-de-stars.com « Le salaire de Laurence Ferrari fait rêver David Pujadas. Quand on sait combien elle gagne, on le comprend. Dans une interview à RTL, David Pujadas n'y est pas allé par quatre chemins : oui, le salaire de Laurence Ferrari le fait rêver. "Je vous le dis tout net : oui, ça me fait rêver. C'est clair, ce ne sont pas du tout les mêmes ordres de grandeur" a déclaré le présentateur du 20 heures de France 2.  Il faut dire que selon le journaliste spécialisé Renaud Revel, il est fort possible que TF1 ait aligné le salaire de Laurence Ferrari sur l'ancien salaire de PPDA à savoir 71 500 euros par mois plus une prime annuelle de 260 000 euros ! On comprend mieux David Pujadas du coup » Eh oui ! « Dis moi à quoi tu rêves je te dirai ce qui t’obsède », comme dirait Freud ! Sympath : je ne parle pas de la paye de monsieur Pujadas !

Bilan ? Monsieur Aphatie n’écoute pas la radio où il travaille, madame Karlin ne lit pas son propre journal. Monsieur Berretta ne lit pas la concurrence. Du coup ils passent à côté des informations que donnent leurs collègues et ils insultent ceux qui les répètent ! Il y a un problème, non ? Qui a raison entre eux ? Mieux vaut n’en croire aucun bien sur. Maintenant que les voici tous bien informés grâce à moi, nul doute qu’ils vont m’exprimer des regrets et appeler leur confrère au calme à ce sujet comme monsieur Pujadas (que cette information non vérifiée faisait rêver) va surement le faire aussi à l’instar de ses demandes à Xavier Mathieu !  Et puis ils vont préparer des papiers indignés contre la « fausse information ». Sans doute vont-ils aussi dénoncer le machisme des titres et sous-titres. Surtout pas deux poids deux mesures avec le devoir « d’information éthique et indépendant ». Ensuite, allez jouer, les enfants !


334 commentaires à “Le lendemain du canapé rouge”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 »

  1. 1
    Alin dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon:

    En effet cette information concernant le salaire de madame Ferrari a été donnée par…. un journaliste. Et pas n’importe lequel ! Celui-là même qui n’a pas hésité à me traiter « d’homme politique virtuel », de « poisseux », « incarnant tout ce que l’on déteste en politique ». On le voit : une autorité morale incontestable. Il s’agit de monsieur Renaud Revel et cela a été édité sur « l’express.fr ». A propos je ne suis pas arrivé a retrouver le lien. Quelqu’un peut-il le faire pour moi ?

    L'article dans lequel il parle se trouve à cette adresse: http://blogs.lexpress.fr/media/2008/08/29/ferrarippda_le_match_sans_comp/

    Merci pour votre dernier article. L'internet est vraiment un espace exceptionnel! Je ne sais pas où nous en serions dans notre critique si celui-ci n'existait pas!

  2. 2
    MAXIME dit:

    Sans faire injure à Jean-Luc Mélenchon, on ne peut pas le comparer à Georges Marchais, en premier lieu, le Secrétaire Général du Parti Communiste Français était celui d'un parti regroupant plusieurs centaines de milliers d'adhérents et de militants, de députés en nombre à l'assemblée nationale et de sénateurs malgré un mode d'élection très défavorable, issu d'un charcutage électoral terrible pour l'époque, 120 à 140 000 voix pour élire un député communiste, quelques dizaines de milliers voire moins pour élire un député de droite.
    En second lieu, Georges Marchais était le porte parole de la politique définie par les membres du Parti Communiste, il n'était pas un amuseur public, pour ceux qui ont assisté au meeting du stade vélodrome avec Enrico Berlinguer, les idées développées qui sortaient du cadre de l'internationale communiste avec l'URSS portaient un espoir pour les communistes français. Bien sûr, il y a eu cette période télévisuelle mais pendant ce temps, les communistes faisaient connaître le Programme Commun sans relâche, dans les entreprises, le soir au porte à porte, partout pour que la gauche française gagne démocratiquement son droit à gouverner.
    Vous comprenez qu'actuellement certains ont intérêt à noyer le poisson en caricaturant Georges Marchais, c'est facile, mais c'est injuste par rapport aux communistes français qui ont sû toujours choisir leur camp dans notre pays, celui des opprimés, pour le respect des hommes et femmes de notre pays, pour la liberté.
    Ne pas galvauder la Parti Communiste Français est une obligation pour notre histoire nationale et pourtant je ne suis plus membre du Parti Communiste Français depuis 1989 mais je lui dois beaucoup comme un parti qui a permis l'élévation de notre sens critique et surtout nous a appris à ne jamais renoncer.

  3. 3
    VCLR PG-06 Nice dit:

    Suite aux propos de notre "camarade" n°1 du PC, je tiens à renouiveler mon soutien à mon leader préféré Jean-Luc Mélenchon. Je ne vois aucun populisme dans les propos qu'il a tenus. Simplement un langage franc et direct. Si le PC se met lui aussi, à disserter sur le prétendu populisme de Mélenchon, on n'est pas prêt de s'entendre avec lui... Ils ne devraient pas prendre part à cette curée. Ils se tirent une balle dans le pied en agissant ainsi. D'autant que ce n'est pas un militant de base mais le chef du PC qui parlait. Ca a une vraie signification. Je suis inquiet de l'avenir du Front de gauuche navec un PC devenant hostile à notre leader.

    Jean-Luc, ne changez rien à ce que vous êtes!

  4. 4
    Jean Luka dit:

    J'ai bientôt 30 ans et je n'ai jusqu'à maintenant jamais eu envie de voter (je ne voyais pas de différence entre les partis). Mais si vous vous présentez aux élections de 2012, vous aurez mon vote. Cela fait longtemps que les Français attendent un homme comme vous à la tête de la France...

    Vous m'avez redonné un espoir en politique, je n'ai qu'une chose a dire :

    Courage, vous les aurez tous !

  5. 5
    Alin dit:

    Europe 1 continue la guerre contre Mélenchon: http://www.dailymotion.com/video/xfkmss_melenchon-un-atout-pour-le-front-de-gauche-y_news
    A la même antenne, hier, Guy Carlier a été plus qu'insultant envers Mélenchon.

    J'ai bien employé le mot guerre. Ca tombe très mal pour eux, puisque nous sommes aussi en état de guerre.

    Ils comprendront très bientôt le message du peuple: qu'ils s'en aillent tous!

  6. 6
    Philippe dit:

    Je ne comprends vraiment pas l'attitude du PC envers JL Mélanchon. Que craint-il? En quoi défendre les travailleurs et mettre le doigt sur les injustices dont est victime une majorité de nos concitoyens revient-t-il à faire du "populisme"? Unissons les forces de gauche, c'est notre intérêt. Se diviser c'est faire le jeu de la droite!

  7. 7
    Antoine Torrent dit:

    Merci Jean-Luc de nous nourrir de l'espoir du possible !

    « Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. » nous disait Francis Blanche.

    Comme beaucoup de citoyens nous pensons : « que l’heure est à une nouvelle donne ! »
    Pour accompagner ce changement inévitable, nous nous proposons d’organiser « Les Forums de la Plèbe »
    Leur objet unique sera d’aider à la prise de conscience citoyenne pour cheminer vers « Une Constituante »… Celle de la 6ème République !

    Quiconque veut organiser un débat public, en vue de la constituante, pourra le faire et se réclamer des Forums de la Plèbe… Sauf s’il est un élu ! (difficile d'être juge et partie)
    Pour participer au comité des organisateurs :
    http://www.lesforumsdelaplebe.com/

  8. 8
    de passage dit:

    Je rêve! Où ces journaleux vont-ils s'informer? 8783 nets par mois pour un enseignant du secondaire!
    S'il y a des enseignants ici, qu'ils envoient copie de leur feuille de paye à ce monsieur!.

  9. 9
    fred dit:

    @ jean luc Mélenchon
    que j'aime lire cela "Et le PG, qui n’a rien à voir avec tout ce passé, n’ pas été constitué pour améliorer la situation du Parti socialiste mais pour leur disputer la place de la locomotive de tête du train de la gauche"
    on va les cramer au ps a coup sur, pas d'ambiguité a fond les manos ne pas tourner autour du pot comme le fait le ps ils sont au bord de l'implosion malgré les apparences valls collomb dsk huchon n'ont rien de socialistes on est pas dupes,(mon pauvre Valls qu'on on voit de se que tu as fait de ton poste de conseiller auprès de jospin on a vu le résultat)qu'il se taise!
    et qu'on s'occupe de vrai probleme mince! comme vous le faite bien jean luc
    merci je compte sur vous

  10. 10
    de passage dit:

    J'avais mal lu! C'est leur salaire en Suisse, apparemment!

  11. 11
    Alin dit:

    @ 8 de passage: si vous relisez le passage que cite Mélenchon, il s'agit d'un journaliste suisse, qui parle de salaires suisses et qui sont exprimés en... francs suisses :-)

  12. 12
    Laurent Mely dit:

    Militant PCF, j'étais hier au meeting parisien du PCF. Après la "sortie" de Pierre Laurent, le journaliste d'Europe 1 ne cherchait dans sonicro-trottoir qu'à avoir un bon mot de militants de base du PCF sur la candidature Jean-Luc Mélenchon. Dans ce que j'ai entendu, la moisson n'etait pas aussi bonne qu'espérée, très peu de réponses hostiles. Mais Ca prouve en tout cas que Jean-Luc Mélenchon a raison de critiquer une certaine façon de faire du journalisme.
    A part ca, Pierre Laurent est revenu sur son mot de populisme, sans le désavouer mais en maintenant que Ca n'empêcherait pas une candidature commune, mais qu'il y'aurait quelques difficultés a surmonter, dont celle-la.

  13. 13
    Lionel-PG44 dit:

    8 de passage

    Ce monsieur parle de son salaire en francs suisses. Ce qui dont représenter, sans être passé par un site de chance, quelque chose comme 4000€. De quoi faire rêver bien des profs français. Sauf que la protection sociale suisse est loin d'être la française. La retraite type "sécu" est très basse, bonjour les fonds de pension. Quant à la santé, je ne sais plus où ils en sont, mais dans les années 70 où j'y étais, pas grand chose à voir avec notre sécu avec cependant quelques bémols...

  14. 14
    François 44 dit:

    Bonjour M. Mélenchon.
    Merci pour vos articles. Dans ce dernier, je retiendrai l'agumentaire construit contre une nouvelle preuve des errements de notre gouvernement enmatière de défence.
    Merci pour votre dernier livre. Je compte double dans les chiffres de vente : je l'ai offert à un ami de droite pour qu'il puisse se faire une idée plus juste de ce à quoi un programme de gauche pourrait ressembler.
    Ne changez rien : grâce à vous, on peut croire qu'une autre politique est possible.
    Je sais qu'il ne faut pas alimenter la polémique sur le populisme et que notre ami du PC aurais dû s'en abstenir. Cependant, je pense qu'il faudra profiter de votre passage à la matinale de Canal plus pour réagir à la chornique sociologique de ce matin de Guillaume Erner. Pour illustrer son propos sur le populisme, il a pris comme exemple évident votre cas en citant le titre de votre livre "qu'il s'en aillent tous" en y ajoutant "sauf lui". Il l'aura mal lu! Il a également raillé quelqu'un capable de taper sur les medias et les journalistes du lundi au samedi et d'aller sur le canapé rouge de Drucker le dimanche... Quelle pauvre argumentation. Tout cela devant des écrans reprenant votre portrait, sensé illustrer la figure de proue du populisme. De ces donneurs de leçon, le peuple en a marre!
    Merci encore et bon courage.

  15. 15
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    Pujadas, un grand Monsieur.

    Les avions du 11 Septembre sur les tours jumelles ? "Génial !" :
    http://dai.ly/bcwzcZ

    Ou la démonstration évidente de l'éthique de ce grand journaliste et du bien-fondé du soutien que lui apporte le syndicat de tous les lecteurs de prompteurs de ce pays.

  16. 16
    Abel dit:

    Tiens, on ne parle plus de la réforme des retraîtes ? "On ne lâche rien", mais en fait on lâche tout, la sécu, l'école, les hôpitaux, le chômage, l'emploi au profit d'une entente militaire alors que la résistance sociale s'effondre ! Les états d'âme de monsieur Aphatie ou autre Pujadas n'apportant rien sur le grave drame politique en train de se jouer,
    je reprends l'argument de mon post précédent qui est apparu en fin du billet antérieur.

    Il y a déjà plus d'un mois que, sur ce blog, j'avais dit que les syndicats étaient en train de nous ballader. Eh bien voilà, c'est fait ! Et maintenant rentrez chez vous, Noël approche. Allez donc maintenant remobiliser les gens pour une bataille contre la réforme de la sécu qui va faire mal. Puis ce sera le tour des hôpitaux et de l'école...
    Le seul, je dis bien le seul, combat qu'il fallait mener, et à mort, c'était celui sur l'emploi et particulièrement l'emploi des jeunes ; parcequ'il conditionne tout le reste.
    En ce qui concerne les actions pour la défense des retraîtes, la CFDT n'était là que comme caution au gouvernement que le mouvement ne déborderait pas. Encore un programme commun, mais cette fois syndical, qui capote grace au concours du courant socio-démocrate.
    Quant au passage chez Drucker, soyez sûr que ce qu'il en restera c'est le passage sur les droits de l'homme en chine ; faites confiance aux média pour le marteler. Cette émission n'a jamais fait passer un message politique. Drucker fait de l'audimat, c'est son fond de commerce.
    Pour 2012, les gens, écoeurés par l'échec syndical et les divisions de la gauche, soit s'abstiendront soit iront voter Le Pen. Regardez ce qui est en train de se passer en Grèce.

  17. 17
    C.R dit:

    Je ne vois pas en quoi l'émission de Drucker du 7 novembre (Vivement dimanche) fait avancer la cause de la révolution citoyenne....Comment peut-on être contre les médias....et participer à autant de niaiseries et de flatteries rampantes en tout genre...Est-ce qu'une telle émission entre dans l'éducation populaire....? Elle ressemble assez à un grand cirque et beaucoup penseront à nouveau : je ne vote pas : la politique c'est pas sérieux !

  18. 18
    brigitte du 57 dit:

    Ici en, Moselle, nous alimentons bien aussi la désormais sans fond série " À l'écoute de nos amis socialistes ". Entre celui qui m'accuse de récupération bassement politique parce que je soutiens très officiellement le combat d'ouvriers en galère (et en grève, ben oui, quand même !), le même qui me promet une kalashnikof si tu es présent à la présidentielle et le député de service qui défend sur France 3,(à l'heure où nous sommes 4000 dans les rues de Metz sous la flotte) la retraite par capitalisation, faudra que tu m'expliques comment tu fais, toi, pour garder ton calme ? Ça va devenir très très compliqué l'unité, même au second tour...

  19. 19
    pierre34 dit:

    @VCLR PG-06 Nice

    J'ai eu la même réaction lorsque j'ai vu le titre de l'EXPRESS, alors je suis aller voir sur le site du PCF le discours de Pierre Laurent et j'ai regardé l'interview de ce même Pierre Laurent sur LCI.

    Je n'ai vu ni entendu "populiste", PL n'a fait que dire sa vision du Front de Gauche, sur la base d'un programme partagé, et a insisté sur le collectif, en précisant qu'il n'y avait pas de "sauveur suprême".

    J'entends la critique mais je crois que pour gagner il va nous falloir les deux, un programme clair de transformation sociale et un candidat permettant de convaincre au delà du peuple de gauche habituel, notamment les abstentionnistes.

    La personnalisation sera imposée par les médias, nous devons prendre en compte ce phénomène et ne pas se voiler la face.

  20. 20
    Montabelais dit:

    @ de passage : L'indignation est inutile quand elle porte sur un sujet que l'on n'a pas compris. Le présentateur du JT gagne 8783 FRANCS SUISSES par mois, ce qui correspond grosso modo (ça varie d'un canton à l'autre) au salaire d'un enseignant du secondaire EN SUISSE!

    Cela écrit, Jean-Luc Mélenchon a parfaitement raison et je rêve de la création d'un véritable PG en Suisse.

  21. 21
    jean louis dit:

    Sans être électoraliste et sans avoir à renier les raisons justifiées pour lesquelles on prend à parti tel ou tel représentant d'une institution, il reste qu'un politique doit pouvoir convaincre.
    Il faut bien admettre que ceux à qui on s'adresse en particulier sont les hésitants, les fluctuants, les abstentionnistes, les apolitiques susceptibles de voter etc Beaucoup est fait, par ceux qui en ont les moyens, pour connaître les ressorts de ces catégories.
    En tout cas, je crois qu'il faut essayer de se mettre à leur place. Et à leur place, ce qui surnage du brouhaha politico-médiatique peut desservir Jean-Luc Mélenchon. Il n'y a pas que des justement révoltés dans ces catégories là.

  22. 22
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    @ 18 - C.R.

    "je ne vote pas : la politique c'est pas sérieux !"

    Tu préfères que d'autres décident pour toi, c'est un choix...
    Mais difficile ensuite de comprendre les notions de "révolution citoyenne" et "d'éducation populaire" auxquelles tu fais allusion...

    D'autre part si tu as d'autres moyens que la télé ou la radio pour t'adresser à autant de gens en même temps (tout le monde ne "surfe" pas sur internet parmi les nôtres), tu nous en parles, on est preneur.

    P.S.
    Le Conseil Constitutionnel vient de valider la contre-réforme des Retraites.
    Qu'ils s'en aillent tous, et ceux-là aussi. D'ailleurs quelle légitimité ont-ils ?

  23. 23
    Alin dit:

    Je remarque dans les attaques des chiens de garde du Système contre Mélenchon l'emploi des mêmes mots et notions, répétés à outrance (et surtout sans argumentation) qui ont servi à dresser le "portrait" de Chavez: populiste, tonitruant, bouillonnant, tribun populiste, "adepte du goulag", dictateur qui veut imposer la terreur, pas de programme, qui ne sait pas ce qu'il fait, qui n'aime pas la démocratie (sic!), etc, etc.

    Comme c'est bizarre qu'ils ressortent les mêmes clichés dès qu'il s'agit de cette alternative.

    A ceux qui disent qu'il faut adoucir le discours, je leurs réponds que ce serait une très grave erreur, car les "médias" qui défendent le Système n'adouciront pas un instant le leur. Il faut être naïf de croire que par le silence et la tranquillité on obtient la paix et la compréhension. Il faut continuer à les confronter à leur larbinage.

  24. 24
    vincent dit:

    quand a moi je suis de plus en plus étonné par le nombre de lecture de vos billets (qui sont toujours aussi agréable)

    j'ai particulièrement apprécié le passage sur le rattachement militaire aux britons.

    je tien a rappeler par contre, que rien n'est joué cher lecteurs, les scores des régionales étaient faible pour le PG (FG), beaucoup on protesté contre le locataire de l'élysée en votant PS.

    la marche n'est pas seulement haute, souvenez vous l'avènement du petit Nicola, la médiacratie médiocre l'a vendu pendant près de 5 ans de bourrage de crâne.

    la démarche du PG (FG) doit être je pense de convaincre façon porte à porte (même si vous l'avez déjà, avec tous ces interphones, les marchés n'étant plus le bon lieu..)

    espérons que les cantonales, mais si peu vont voter, seront un meilleur score que les régionales (ça serait encourageant de constater une progression)

    je conclue:
    monsieur Mélenchon, il est dit que plus un parti est grand, gros, important, plus il a de responsabilités. Monsieur, vous avez bien plus de responsabilité qu'eux, car vous êtes, non pas l'homme providentiel (car vous n'êtes pas seul), mais l'ultime espoir de la vieille Europe, de notre Vieille France, car si vous réveillez la france... peut être la dictature mondialiste ne s'étendra pas, ne s'abattra pas sur nous, et que les peuples d'Europe verront en nous l'avenir du genre humain, comme ce fut le cas, il y a de cela fort longtemps.

  25. 25
    guerin chrystel dit:

    Monsieur Mélenchon,
    Bcp trop de personnes ont trop à perdre si votre courant politique progresse.Je m'en suis vraiment rendue compte lors de l'émission de Drucker!
    Coffe,bourgeois culinaire faisant croire qu'il cuisine pour les pauvres et allant de ce pas voir les "gens qui crèvent de faim" au burkina faso.Mais à quoi cela sert il à part se donner bonne conscience?
    Ruquier qui n'hésite pas à dire de ne pas voter pour vous...
    Quant à Sérillon allant chercher la petite bête sur les droits de l'homme en chine et faisant fi de tout le reste du livre au moment même où Sarkozy signe des contrats juteux avec la chine (il a parlé des droits de l'homme,si,si,nadine Morano l'a dit hier à Mots croisés...)

    Je suis triste et découragée de toute cette médiacratie de mauvaise foi!Une poignée d'hommes dirige le monde et nous sommes contraints par un biais ou par un autre à faire avec!
    Je crois en vous mais ferez vous le poids face à cette mafia avide de pouvoir et le détenant déjà?

  26. 26
    Baradat Robert dit:

    Il reste toujours à expliquer comment le génial Georges Marchais a pu participer,malgré ses prestations clownesques à la télévision...participer à la descente en flèche d'un parti qui a refusé l'eurocommunisme (sur injonction de qui) dont nombre de militants orthodoxes à l'époque considéraient le PCI de Berlinguer comme traitre...le bilan globalement positif et autres aneries ont coutés bien plus chers aux PCF que tous les complots droitiers
    Il y aura t'il un jour à Fabien quelqu'un d'intellectuellement honnète pour expliquer comment Georges Marchais a pu être préféré à Roland Leroy?

  27. 27
    petit chouk dit:

    Pas un mot sur les retraites et la manifs de samedi? C'est foutu? Tout çà pour rien?
    Le PS ne fera rien sur les retraites s'ils sont élus! Il ne nous reste plus que vous.

    A travers l'interview RTL/LCI de Hamont voici ce qu'on peut déduire : Votre visibilité est aujourd'hui acquise et vos positions aussi. Les positions du PS vis à vis de vous aussi! On vous accorde la crédibilité et l'audience que vous méritez. Maintenant vous allez pouvoir prendre le temps pour théoriser et expliquez vos opinions à travers un discours sous la forme que les journalistes souhaite entendre et séduire davantage les électeurs du PS.

    Sinon d'accord avec vous pour l'accord Franco anglais sur la défense nucléaire il faudra vite remédier à çà. Encore un acte de notre gouvernement incompréhensible, je voudrais bien connaître les contreparties de cet accord pour me faire mon idée, car c'est vrai que sans contrepartie et vu l'implication de la GB dans l'Europe et son histoire avec la France on est en droit de se poser des questions!

  28. 28
    Nicolas dit:

    @ Mr. Jean-Luc Mélenchon.
    Monsieur vous êtes une personne qui nous redonne espoir. Le "nous" parlent pour un nombre grandissant de personnes n'ayant jamais eu ou plus confiance au PS. Mon grand père, ancien mineur, résistant, et militant, disait, (et je ne savais pas pourquoi à l'époque) Socialiste Traitre!
    Nous, chômeurs, médecins, employés, cadres, ouvriers, ne voulons pas d'un second tour de vote utile.
    Qu'ils s'en aillent tous! Personnellement j'irai plus loin que vous, qu'on les foute dehors!
    Au fait j'étais à la manifestation de Douai de samedi dernier, non loin de Marc Dolez, nous étions encore nombreux!

  29. 29
    Jean Marc SURCIN dit:

    Jean-Luc Mélenchon dit "Le onze novembre, une fois de plus, le parlement européen est convoqué alors qu'on célèbre la fin de la boucherie qui est la raison d'être de l'Europe. Je le déplore et le dénonce. Je serai de coeur avec vous aux monuments qui honorent la mémoire de tous ces malheureux! Maudite soit la guerre!"

    Le 11 novembre 2010, sur France 2, dans la nuit (00H50, le 12 donc!) mon documentaire "Adieu 14" sur les cinq derniers poilus sera diffusé.

    A vos écrans, camarades!

  30. 30
    Frédéric dit:

    Je rejoins le commentaire n°23 (Alin) : j'ai également remarqué que les mêmes techniques sont à l'oeuvre concernant Mélenchon et Chavez (et sans doute Morales) : attaque des socio-démocrates, des medias (forcément indépendants), du patronat et même de certains alliés pusillanimes (il est certain que des fils d'apparachiks, apparatchiks eux-mêmes, ne peuvent voir que d'un mauvais oeil l'appel au peuple.....), etc. Nous verrons si la même fin heureuse arrivera dans notre pays.
    Concernant le passage chez Drucker, il est difficile de trancher. Un certain message est peut-être passé chez des gens indécis. Vont-ils se politiser tout à coup, comme par magie en regardant la télévision ? On peut en douter, même si les circonstances sociales actuelles pourraient jouer en ce sens. N'en reste pas moins que l'épisode des droits de l'homme en Chine aura marqué (la preuve, la charge de ce lâche et imbécile Guy Carlier, à Radio-Lagardère !). Je ne sais si Mélenchon a menti et si aucune remarque sur les droits de l'homme en Chine ne se trouve dans son livre. Personnellement, je ne trouve guère intéressant de se donner bonne conscience, au fin fond des beaux quartiers de Paris, en critiquant, une fois l'an, le sort réservé aux chinois, et de s'en taper le reste de l'année. D'un autre côté, rappeler des droits élémentaires, même en quelques mots, ne fait jamais de mal. Quoi qu'il en soit, si ce rappel ne figure pas dans le livre, plutôt que de mentir, il aurait été plus efficace de souligner que la meute se déchaîne lorsque l'on prend la défense d'un syndicaliste français (Matthieu) contre Pujadas et qu'elle commande que l'on prenne la défense des travailleurs chinois, ce qui serait sans risque pour ces messieurs puisque le changement du sort des travailleurs chinois ne remet nullement en cause leur position social dominante, contrairement à un changement social en France.....

  31. 31
    Frédéric dit:

    Enfin, d'accord avec petit chouk : maintenant, il est temps d'appprofondir, de préciser, de mettre en forme et de faire passer la pensée et le programme, afin de trouver un echo chez le plus grand nombre de personnes possibles, qui attendent des réponses concrètes : quid des impôts, de l'école, de la sécurité, des transports, des services publics, des hopitaux, etc......
    En tout cas, merci pour l'espoir que vos nous donnez...

  32. 32
    AG91 dit:

    Je reprend à propos des retraites : déception énorme après tout le travail accompli de mobilisations, de rassemblements, d'explications, d'arguments à démontrer que si le système par répartition fonctionne, que mathématiquement on peut continuer à faire vivre ce régime d'épargne de nos cotisations sans spéculation pour les conserver en état d'être réparties auprès des nouveaux retraités, que si on alimente les comptes retraites grâce à la productivité et au plein emploi, avec un croissance même faible on peut faire vivre ce sytème. Hélas c'est compter sans les prédateurs et la financiarisation,c'est sans compter que ce système représente une manne, de même que la sécurité sociale et que les assoifés de spéculation sont déja dans la place.
    J'en veux pour preuve le dernier bulletin spécial retraites de novembre de la cfdt numéro 367 : 2 pages de pub pour le groupe médéric, rien que ça...
    Pourquoi l'idée d'une manifestation nationale ne semble pas faire son chemin alors qu'à chaque grande manifestation nationale cela fut un succés réel et significatif ?
    Est ce que avec une légitime et vraie envie de gagner il est normal que nous en soyons là aujourd'hui ?
    est ce la stratégie de l'intersyndicale qui est à remettre en cause?

  33. 33
    Nipontchik dit:

    "Gare à ceux qui franchiraient cette limite. J’ai le bras long et imprévisible et je règle toujours mes comptes, capital et intérêt."(Jean-Luc Mélenchon)

    ça "chauffe" tant que ça avec les "stals"?

  34. 34
    Christian Lacault dit:

    Et cette info a été reprise par Mme Morano:
    http://www.lepost.fr/article/2010/07/15/2152980_certains-journalistes-ont-des-sacrees-remunerations-pour-lire-des-prompteurs-nadine-morano.html
    On peut la lire ici:
    http://www.lepost.fr/article/2008/09/03/1256875_laurence-ferrari-1-180-000-euros-pour-lire-un-prompteur.html

  35. 35
    Belette dit:

    Bien évidemment, ces chers journalistes ultra compétents vont faire mine de ne pas avoir lu cet article de votre blog, et vont tenter de vous attaquer sur d'autres fronts, sans jamais s'excuser pour leur comportement honteux.

    J'ai retrouvé ce lien sur LePost.fr : http://www.lepost.fr/article/2008/09/03/1256875_laurence-ferrari-1-180-000-euros-pour-lire-un-prompteur.html

    Et le plus amusant dans cette histoire, c'est que, tenez-vous bien, notre cher Président lui-même a attaqué Ferrari sur son salaire ! : http://www.lepost.fr/article/2010/01/25/1906526_nicolas-sarkozy-a-laurence-ferrari-si-je-comparais-votre-salaire-a-celui-d-un-smicard-ca-choquerait-beaucoup.html

    Merci Jean-Luc de vous battre : vous défendre, c'est nous défendre. J'aimerais juste vous donner un conseil, dont vous n'avez sûrement pas besoin, mais au cas où : préparez-vous d'avance à être violemment attaqué sur la Chine. Même Daniel Schneidermann, qui vous admire beaucoup, j'en suis sûr, vous a attaqué à cause de la Chine. À vous de clarifier les choses, de manière simple et concise, le moment venu (vous savez qu'ils ne liront pas vos livres...).

  36. 36
    Gus dit:

    La démonstration est toujours aussi limpide : continuez Monsieur Mélenchon, ne lâchez-rien, nous sommes bon nombre à vous soutenir et nos rangs grossissent chaque jour un peu plus !

  37. 37
    AgentK dit:

    Hier, j'ai regardé Mots croisés (avec Yves Calvi qui me fatigue de plus en plus) mais j'ai remarqué qu'il a eu lieu encore une nouvelle étude de la signification du mot populisme (répété au moins 15 fois) sans vous nommer (peut-être qu'une fois).

    Vous connaissez l'expression "un ange passe !", maintenant on va pouvoir dire "un Mélenchon passe" ! Vous n'avez même plus besoin d'être sur le plateau.

    Par contre, ils n'ont pas encore compris ce qui se passe. C'est le moment de faire un prime time avec 1 ou 2 ou 3 politiques de l'UMP en même temps avant qu'ils sachent ce qui va leur tomber dessus durant les prochaines élections.
    Proposez un émission débat à 20h30 sur une grande ou petite chaîne de la TNT (toujours avide d'audience) !
    Il faut battre le fer tant qu'il est chaud !

  38. 38
    Rousseau dit:

    @ Belette " Daniel Schneidermann qui vous admire beaucoup " ! Sur Schneidermann, prudence, voir " Pas vu pas pris " et " Enfin pris " de Pierre Carles !

  39. 39
    janba dit:

    Vous connaissez "les chiens aboient la caravane passent"

  40. 40
    redline69 dit:

    Bon comme il y a plusieurs serge avec des avis contradictoires, je change de pseudo pour que çà embrouille moins les gens.
    sinon je reviens un instant sur une parti du texte de Hamon que j'avais d'ailleurs anticipé en en parlant sur le sujet d'avant et en ayant une interprétation un peu plus distante que celle de Jean-Luc Mélenchon.
    extrait :
    Hamon : je pense que Jean-Luc Mélenchon est dans une entreprise de séduction de l'encadrement et des militants communistes, évidente; que c'est aujourd'hui sa tache que d'essayer de rassembler cette famille, ce qui justifie l'usage de quelques références comme George Marchais. Moi ce n'est pas ma référence politique principale, vous l'aurez compris. En même temps, le point le plus important pour moi c'est que Jean-Luc Mélenchon clarifie la question de savoir si oui ou non à ses yeux il existe aujourd'hui deux gauches, deux gauche irréconciliables, et notamment sur le plan programmatique. Et c'est ce discours là que je n'apprécie pas et qui pourrait à mes yeux être extrêmement dangereux pour la gauche s'il devait se confirmer. Et c'est sur ce point que j'attends de sa part qu'il clarifie sa position.
    moi personnellement ce passage me rassure pas tant que çà et j'y vois 2 choses.
    1/ on sous entendrais que Jean-Luc Mélenchon essai de vider le PCF de ses militants ou cadres. çà me semble un peu curieux comme démarche.
    2/ il attend de Jean-Luc Mélenchon une assurance que Jean-Luc Mélenchon lui à déjà faite la preuve lors de l'election passé.mais lui Hamon, a t il clairement dit partout que si le Front de Gauche est au premier tour il votera sans hésitation?
    personnellement je trouve Mme Royale plus juste et crédible que Mr Hamon dont on sait que sa position au PS est très encadré.
    ceci dit Mr Mélenchon engage son parti sur un programme regroupant 3 entités différentes pour l'instant.
    nos amis qu'ils soient communistes ou autres doivent être associés à ses choix.Hamon discute ! oui ! hamon décide? non !
    cordialement

  41. 41
    de passage dit:

    @ Alin 11

    Eh oui, au temps pour moi! J'avais lu en diagonale, et je retire le "journaleux"! Mais cela fait combien, en euros, ces 8500 francs suisses?
    Ceci dit, je crois que Copé (ou un autre) avait prétendu qu'un certifié gagnait 4000 euros!
    Ces derniers l'auraient volontiers pris au mot!

  42. 42
    vayliess dit:

    Ce sont les rebelles qui ont fait avancer le monde, Jean-Luc, sois rebelle et fier de l'être, nous sommes avec toi!

  43. 43
    Iquique dit:

    Salut à tous,

    L'analyse de Revel est dans le lien ci dessous :

    http://blogs.lexpress.fr/media/2008/08/29/ferrarippda_le_match_sans_comp/

    J'ai vu que les lecteurs ont déjà retrouvé l'attaque de Sarkozy contre Ferrari qui lui dit "Si je comparais votre salaire à celui du SMIC, cela choquerait", mais avez vous vu que Pujadas avait dit (en parlant du salaire de Ferrari) que "ca le faisait rêver" ?

  44. 44
    Thomas P. dit:

    Bonjour camarade,
    Pouvez vous confirmer et donner les références de l'interview de Pujadas où il ose comparer son salaire avec celui d'un enseignant du secondaire? Beaucoup d'amis et camarades enseignants autour de moi seraient ravis de rectifier publiquement la "regrettable erreur" de ce monsieur! Je vous remercie et bon courage! Qu'ils s'en aillent tous!

  45. 45
    redline69 dit:

    complément sur le Maire de Lyon (une ville que je connais bien et où j'ai manifesté.
    question :
    où était le Maire de Lyon lors des défilés? quel fût sont rôle lors de la rafle de Bellecour auprès des jeunes ? savait il que le prefet allait isoler une grande partie des étudiants (environ 300) du corps principal de la manif qui parti sans eux?
    personnellement j'ai croisé André Gerin avec son écharpe tricolore sur le parcours de la manif ! Collomb était au abonnés absent (ou plutôt à la cellule de gestion policière des manifs). en tout cas il nous est permis de poser la question du vrai rôle des socialistes dans ce conflit majeur. j'ai franchement le sentiment qu'on tirait pas le chariot dans le même sens.
    Jean-Luc Mélenchon souviens toi des premières déclarations de Martine Aubry presque calquées sur le plan Fillon, souvenez vous des commentaires de DSK sur les retraites! souvenez vous de l'absence des leaders sur l'avant scene (Lang, etc) faut dire qu'ils ont pour beaucoup des "ménages" à faire pour mr Sarkozy !
    alors que Mr Hamon veut des réponses, je vais déjà lui donner la mienne !
    non ! je voterais pas pour DSK ! donc Mr Hamon regarder le Pays ! on a pas besoin d'un second Sarkozy. le secours populaire aujourd'hui annonce que les Français deviennent pauves ! c'est çà le Sarkozysme.

  46. 46
    de passage dit:

    Donc, le Conseil constitutionnel vient de valider la réforme des retraites!
    A quand la grande manif parisienne?

  47. 47
    VERGNES dit:

    Dans ce billet pas un mot sur la mobilisation sociale.
    Le sempiternel feuilleton des commentaires des journaleux raconté par le menu, avec le besoin impérieux de toujours se justifier.
    A croire que l’on vient de découvrir subitement, le rôle des médias et leur subordination au pouvoir en place. Quelle révélation !

    San oublier toutes les petites phrases assassines ou faussement complaisantes avec appel du pied de la part des ex-camarades du PS, avec lesquels Jean-Luc Mélenchon continue de régler des comptes personnels.
    Inutile de continuer à justifier pourquoi tu as quitté le PS. Tu n’es plus au PS, point barre.
    Attaches-toi plus à créer les conditions du travail en commun de la gauche radicale dans le respect des orgas qui la compose en utilisant le « NOUS » et en mettant de côté le « MOI JE ».

    Samedi, malgré le vote de la loi, le désengagement progressif de l’intersyndicale (confirmé dés lundi soir), des médias relayant en boucle la fin du mouvement, le samedi qui amène toujours moins de monde à la manif…et un temps pourri, nous étions 1,2 millions dans la rue. Ce n’est pas rien ! 1,2 millions d’irréductibles, c’est certes quantitativement moins, mais qualitativement cela représente un potentiel énorme.

    Faut-il encore se contenter d’attendre les consignes des directions syndicales et faire ce qu’elles nous diront de faire avec le petit doigt sur la couture du pantalon ?

    Si oui, alors chacun sera éparpillé dans son coin.
    Si non, s’atteler à construire et coordonner tous ceux qui au travers des AG interprofessionnelles, comités « retrait de la réforme »,dans différentes régions, regroupent syndiqués et non syndiqués, militants politiques, jeunes, retraités qui ne veulent rien lâcher et qui peuvent être une réelle force de propositions pour ceux qui se refusent d’attendre 2012.

    PS : Le choix de la photo (Jean-Luc Mélenchon avec le drapeau français avec croix de Lorraine) pour illustrer ce billet est un message envoyé à qui ?

  48. 48
    Marcel François dit:

    Merci pour les explications détaillées à propos de l'accord franco anglais sur la défense que je souhaitais dans mon petit commentaire du dernier post la semaine dernière. Au moins les choses sont claires. Je n'ai pas lu encore tout le projet du parti de gauche en particulier ce qui concerne la défense. Par contre je suis en train de lire " les discours de Jean Jaures en Amérique Latine " et il y a là une mine d'idées qui me semblent toujours aussi valables sur l'organisation d'une armée populaire de défense.En ce qui concerne les déclarations de Pierre Laurent aux médias à son arrivée au meeting du PCF au gymnase Japy (XIe arrondissement) elles me désolent. Je ne peux pas comprendre qu'il ait pu accepter l'invitation de Jean Luc Mélenchon chez Drucker et qu'il aille le lendemain se plaindre du soit disant populisme de ce dernier. J'espère vivement que Pierre Laurent fera amende honorable. Dernier point qu'en est il de ce beau projet de monter tous à Paris ?

  49. 49
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Il ne faudrait pas sous estimer, même si la "question sociale", notamment des injustices sociales, doit rester centrale, les répercussions que ne manqueront pas d'avoir cet "axe" militaire anglo-français.

    Il est ô combien révélateur des capacités de nuisance de Sarkozy. Passé en catimini dans le dos des citoyens et de leurs représentants, il est très grave de conséquences.

    Sarkozy finalement offre sur un plateau notre pays comme étant désormais une colonie des Etats-Unis, puisque la Grande Bretagne c'est l'Amérique. On se gaussait jadis des démocraties populaires satellites de l'URSS, notre pays va devenir une démocratie impopulaire satellite des Etats-Unis.

    Naturellement cette vassalisation scandaleuse emporte automatiquement adhésion officielle, intégrée et revendiquée à tout ce que le capitalisme peut avoir de plus monstrueusement injuste, inhumain et négalitaire.

  50. 50
    ab1818 dit:

    « … l’accord va permettre à chaque pays de disposer d'informations stratégiques sur l'arsenal de l'autre : son contenu, sa localisation, ses modalités de gestion … ».
    Pire que cela M. J-L M et vous le savez certainement, les loups (GB + les UK) seront dans la bergerie (F) avec la meute (US) aidée par de mauvais amis (D) proches de nous. Ils prendront l’entière possession et contrôle des lieux, jusqu’à en raser les murs pour en faire la tanière des enragés d’arsenaux militaires offensifs. Les pollueurs actuels de notre République sont des inadaptés sociaux nuisibles aux peuples. Avec eux, nous sommes repartis pour une autre guerre de cent ans dont la productivité en morts et d’estropiés sera sans commune mesure avec ce que l’histoire nous a appris. Alors M.M. les militaires républicains êtes vous prêts à rouler du coté gauche de la rue comme en (GB) pour défendre votre/notre Patrie...

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive