19jan 10

Retraites, parlement européen,vie des pipoles de la popol

Martine! Ça va pas?

J e suis à Strasbourg. Je fais cette note depuis l'hémicycle. Je parle de la déclaration de Martine Aubry sur les retraites parce que les élus de droite ici nous narguent. Au parlement européen, ce sont les auditions des commissaires: quelle comédie! Puis je musarde à propos de Vincent Peillon et sujets connexes de la vie médiatique.

DOGME ET TABOU MONTE DANS UN BATEAU

Quelle mouche l’a piquée ? Martine Aubry a passé par-dessus bord la retraite à soixante ans. Avant même le début de la bataille sur les retraites, et avant même que le gouvernement ait confirmé son intention de reporter l’âge légal de la retraite, Martine Aubry a rendu les armes lors du grand Jury RTL LCI Le Figaro dimanche 17 janvier. Citons : Martine Aubry : « Il nous faut réfléchir à la façon d’organiser la retraite de manière juste. S’il faut donner un peu plus de temps de travail ou autre, je pense que les Français y sont prêts. » […] Jean Michel Aphatie : « La règle qui donne la possibilité de départ à 60 ans, elle est terminée d’après vous ? On a encore les moyens de financer cela ? » Martine Aubry : « Moi je pense qu’on doit aller, qu’on va aller très certainement vers 61 ou 62 ans. Je n’imagine pas qu’on aille plus loin. » Se rend-on compte ? La retraite à soixante ans c’est la grande mesure du programme commun, entrée en vigueur en 1983, celle qui a marqué l’esprit des générations d’hommes et de femmes qui s’étaient battus pour cela ! Pendant un temps, les arpèges contre la retraite à soixante ans étaient déclinés dans le cadre global du dénigrement de la retraite par répartition. Cette guerre au système de retraites était menée parce qu’il s’agissait de pousser les gens dans le dos vers le système par capitalisation. Maintenant personne n’oserait plus parler de ça après la déroute du système bancaire qui a ruiné un nombre considérable d’épargnants piégés dans cette chausse trappe !  Les pianos mécaniques sur le sujet ont remisé leurs ritournelles un peu partout.

C’est le moment que choisit Martine Aubry pour prendre à revers les syndicats à la veille d’un bras de fer sur le sujet avec le pouvoir de droite. CGT, FO, CFTC et Solidaires se sont à l’inverse déjà prononcés contre tout recul au-delà de 60 ans du droit au départ à la retraite. Même la CFDT exprime des réserves  sur le report de l’âge légal : « Si on remet en question les 60 ans, on sanctionne ceux qui ont commencé à travailler tôt, donc les ouvriers. A la CFDT, nous privilégions la durée de cotisation pour réformer sur le long terme. » (Chérèque 8 janvier 2010, interview aux Echos).  « Le Figaro », malicieux, ne se trompe pas sur l’énormité de la situation. Gros titre : « retraite après soixante ans la fin d’un tabou ». Tabou. Vous connaissez. C’est toujours la même musique. Une conquête sociale est un tabou. Les privilèges honteux des dominants sont des récompense pour leurs efforts et ils ne doivent pas être «démotivés». Madame Parisot a eu le nez creux – ou bien des informations privilégiées – quand elle déclare à son point de presse mensuel : « Le sujet beaucoup plus consensuel qu'on ne le dit » « nous pensons que nous pouvons avancer significativement sur ce dossier, à la fois en faisant bouger le paramètre clef, tabou jusqu'alors, de l'âge légal de départ à la retraite » Evidemment elle ne renonce à rien pour le reste. Elle rappelle donc  comment les idées s’enchainent à ce sujet. Car elle précise que cette remise en cause de l’âge du départ à la retraite doit se faire « en commençant à réfléchir à d'autres systèmes que la répartition ». En page intérieure du Figaro, on pavoise « Aubry renonce au dogme de la retraite à soixante ans ». Le «dogme», bien sur.  Décidément la bataille du vocabulaire continue.

Mais en réalité, Martine Aubry peut-elle tenir cette ligne ?  Pas sur qu’il y ait une majorité sur ce sujet dans la direction du PS. Et comme nous sommes en pleine campagne électorale, je recommande de demander largement autour de nous aux électeurs de gauche ce qu’ils pensent de cette trouvaille.  J’avais très explicitement pointé ce sujet dans mon discours de lancement de la campagne au Palais des congrès. Nous aurons des renforts dans la place. Benoit Hamon, lors du point presse du PS lundi 18 janvier 2010, a contredit la première secrétaire: « aujourd'hui l'âge légal du départ à la retraite est de 60 ans et le PS a toujours dit qu'il était attaché à ce que ce soit l'âge du départ à la retraite » affirme-t-il. « Nous disons qu'il faut négocier avec les partenaires sociaux et diversifier les recettes. La pénibilité ne peut pas être une contrepartie au recul de l'âge du départ à la retraites ». Mais que valent ces résistances ? Il est impossible d’être sur que ce soit davantage qu’un moment de honte. Le «réalisme» d’appareil pourrait revenir bien vite. 

UN SYMBOLE MAJEUR

Ce serait alors un pas de plus vers la normalisation « démocrate » du Parti Socialiste, à la sauce européenne. Car cette affaire des retraites est au cœur de ce modèle que certains nomment « l’état providence » dont la social démocratie en Europe a construit l’essentiel. C’est la marque de fabrique de ce nouvel âge de la social démocratie que de passer par-dessus bord les conquêtes du passé. C’est un symbole très fort de le faire. Par conséquent la sortie de Martine Aubry est un très mauvais coup pour la cause. On voit bien qu’elle veut cotiser pour entrer dans le club des «responsables courageux» qu’affectionne  la bien pensance des pages saumon du Figaro et tutti quanti. On connait la musique. La retraite se doit d’être à la carte pour « tenir compte » des parcours individuels. Ces hypocrites mettent en avant la pénibilité du travail comme motif de différenciation. Ils se croient imparables de ce côté. Je les attends au pied du mur le jour où ils devront expliquer au plus grand nombre que son travail n’est pas assez pénible pour bénéficier de considération particulière !  Mais qui avale la mer doit aussi digérer les poissons. La pénibilité est un sujet immaitrisable. Le thème ne fonctionne que comme une pente. Car le MEDEF a déjà attaqué l’épisode suivant. « Pénibilité, » disent les patrons ? « Mais cela dépend des réactions de chaque personne ! » Vu ? La marche vers l’individualisation complète des droits sociaux n’est pas prêt de trouver sa buttée. C’est sans fin. Martine Aubry ne pourra pas se contenter de manger son chapeau. Il lui faudra aussi avaler ses chaussettes. Ou résister pour de bon en commençant par cesser de donner des gages à nos adversaires.         

 Les débutants ont déjà un passif.

Je suis au parlement européen pour les quatre jours de session. En ce moment donc se déroulent les auditions au Parlement européen des membres de la nouvelle Commission Barroso. Elles passent à côté de l’essentiel. En effet, la quasi-totalité des critiques et réserves émises par les commissions parlementaires porte sur la «compétence» des candidats. Celle-ci est censée être évaluée au terme de ces auditions en réalité très rituelles. Dans les faits il s’agit d’un défilé de récitants de la doxa libérale répétant phrases creuses et postures convenues. Mais où est la discussion sur le contenu de leurs projets ? Où est l’intérêt général de l’Europe et de ses habitants ? Silence radio ! Que faisons-nous là ? J’ai juste l’impression que les élus européens sont priés de se la jouer en faisant les singes savants du congrès américain. Mais ils n’en ont aucun des pouvoirs. Dans ces conditions, la démocratie européenne se résume à un grand oral entre belles personnes pour sélectionner le «gouvernement des meilleurs ». Le gouvernement des meilleurs, c’est le sens littéral du terme aristocratie. En tous cas ceux qui défilent devant nous ne sont pas des débutants. Loin de là. Nombreux sont ceux qui ont déjà un bilan dans le passé proche. Mais qui leur demande des comptes a ce sujet ? Personne. Ce n’est pas le sujet. Pourtant, ils sont déjà responsables d’immenses dégâts sociaux et industriels en Europe. Leur obsession libérale est intacte. Ils doivent l’afficher. C’est le tarif pour leur nomination. Quelques uns mériteraient tout bonnement d’être jetés dehors. Je déplore par exemple que le Parlement envisage de reconduire la Commissaire Nelly Kroes et même de la promouvoir comme vice-présidente de la Commission. En charge jusque là de la concurrence, cette Commissaire s’est illustrée par son dogmatisme libéral, dans sa chasse aux aides publiques et ses initiatives contre les services publics et toute forme de politique industrielle.

Sa dernière intervention pour favoriser la délocalisation de Renault en Turquie est particulièrement déplorable. On se demande au nom de quel intérêt général européen, elle prétend interdire aux gouvernements d’exiger de grandes entreprises, enrichies par l’action publique, qu’elles continuent de localiser leur production en Europe ? C’est avec ce genre de méthode européenne que fut dépecé Péchiney et l’aluminium français au profit des entreprises outre atlantique ! Pour quel avantage aux européens ? Pour quel résultat en ce qui concerne la production d’aluminium ? Aucun bien sur ! Aucun. Juste le bonheur d’avoir démantelé un géant français. Car on ne doit pas perdre de vue que la plupart des technocrates qui peuplent les instances européennes sont lourdement anti français. Pour eux la France c’est le colbertisme, cette antichambre du communisme.  Pour ne rien dire de ce qu’ils ont en tête quand au reste a notre sujet dès qu’il s’agit de laïcité et d’égalité ou même de République. Le projet européen s’étouffe dans sa camisole de force libérale. La France y suffoque.

DEVINE QUI J’AI CROISE DANS LA RUE !

 Hasard de la vie, je croise Vincent Peillon devant le jardin du Luxembourg ce dimanche. Qu’est ce qu’on s’est dit ? Je crois que je ne vais pas le raconter. Sinon avec qui parler tranquillement dans la rue ? Pas avec Lipietz en tous cas. Lui m’a croisé dans le métro. Enfin, c’est ce que je croyais. Vu ce qu’il en raconte et qui n’a rien à voir avec ce qu’on s’est dit je me demande si c’est bien moi qu’il a rencontré dans le métro. Il est si caractéristique ! Lisons : "Hasard : dans le métro, je tombe sur Jean-Luc Mélenchon, leader du Parti de Gauche, qui rejoint le meeting de lancement du Front de Gauche.
Je lui demande s'il n'est pas trop pris par le Parlement européen. Non : pour lui, le PE ne présente aucun intérêt.  Je n'ai jamais compris les gens qui se font élire pour des boulots qui ne les intéressent pas. " Pure invention que ce dialogue. D’abord, comme le savent tous ceux qui le connaissent, Lipiezt ne s’intéresse pas assez aux autres pour leur demander de leurs nouvelles.  Il parle tout le temps et surtout de lui si bien que pour en caser une, c’est laborieux, surtout entre deux stations de métro ! En fait j’ai eu le malheur de lui dire ce que je pense de ce parlement et de ses travaux. Lui l’a très mal pris car il se rengorgeait beaucoup des rapports qu’il y a défendu du temps où il y siégeait et dont il prétendait, en toute modestie, cela va de soi, que lui seul comprenait le sujet à traiter. Bref, c’est l’inépuisable haine des battus du « oui » en 2005 pour qui toute occasion de sortir une saloperie sur ex du « non » est toujours bienvenue. Faut pas leur parler ! Ca m’apprendra à être sympath dans le métro avec ces vieux donneurs de leçons ! Les Verts, c’est spécial quand même sur le plan des rapports humains. Par exemple la camarade Duflot, qui ne m’a toujours donné aucun rendez vous,  m’a martelé tous les cinq secondes « j’espère que je ne vais pas lire ça dans ton blog » quand on bavardait au tribunal d’Amiens pour tuer le temps, en attendant de témoigner pour les ouvriers de Continental jugés pour l’exemple. C’est bien connu : mon blog est le lieu de toutes les indiscrétions.

LES PIPOLES DE LA POPOL

En fait, je me demande si, tout compte fait, je ne devrais pas vraiment tenir une rubrique des pipoles de la politique. Ca s’appellerait « les pipoles de la popol ». Je raconterai les problèmes de baby- Sitter des uns et des autres (vu qu’ils ne nous sont pas épargnés in situ), je décernerai des prix genre « prix de la meilleure copine » dans la salle des témoins du tribunal (et la gagnante est…. Marie Georges Buffet ! Alors que les témoins crevaient de faim, elle  a trouvé des madeleines à manger et les a distribuées à tout le monde), le prix du type « le plus détesté par tous les autres sur le plateau de télé » (et le gagnant est …. Robert Menard, ce rat,  tellement  odieux  que personne ne voulait plus saluer à la sortie du plateau de « cactus »  sur Paris Première vendredi dernier !). Je raconterai que je n’ai plus de nouvelle de Julien Dray depuis son absolution et que je ne pourrais pas aller le lui reprocher de vive voix à ses vœux cette année parce que je serai le même soir à Montpellier pour le meeting de lancement de la campagne régionale de René Revol dans le Languedoc Roussillon. Je n’ai pas de regrets. Ce meeting est un évènement politique : toute l’autre gauche est rassemblée. Buffet et moi allons côtoyer Besancenot sur la tribune. Le pot de Julien va être moins classe. L’an passé il y avait largement de quoi pour le verre de l’amitié vu qu’on ne s’y bousculait pas. Alors que cette année il ne restera rien à mon heure habituelle vu l’invasion de repentis que ca va être ! Bon voila que j’y prends gout ! Une rubrique pipole ! Rien que des récits décalés, vrais et vécus, comme à la télé ! Genre : j’étais présent au sommet de Copenhague et je vous raconte les aventures du livreur de pizzas qui a servi Sarkozy ! Je vais  demander à mes amis et conseillers ce qu’ils en pensent. Est-ce que ca servira mes « ambitions présidentielles » ?

MOI ET MES AMBITIONS A MOI

Cette expression je la trouve pour la énième fois sous la plume d’un agité du bocal qui scrute mes « vraies raisons » d’agir. Car, bien sur, l’état d’insurrection morale permanente dans lequel je baigne depuis le premier mendiant vu dans la rue en bas de chez moi quand j’étais gosse ne peut suffire à expliquer mon acharnement. Il y faut une raison plus vulgaire que seul un plumitif sait mettre à nu grâce à son travail d’investigation. L’expression « ambition présidentielle » désigne le fait que certains me voient disputer l’honneur de faire un pourcentage meilleur que celui de Besancenot, Buffet, Bové ou Voynet et tous les amis à moins de cinq pour cent. Cette bataille de chiens et la lutte pour aller me faire essorer serait mon ambition. Amusante contagion du délire présidentialiste qui fait confondre candidature et fonction !

ME SUIS-JE BIEN LU!

 Dimanche soir, une aventure média m’a bien fait rire. En effet, j’ai donné un entretien dans « Le Parisien dimanche », qui est l’équivalent en ile de France des pages saumon du Figaro chez un notaire de province : une référence que personne ne peut effacer du tableau. Ca passera, bien sur,  quand la direction de ce journal aura réussi à faire partir le tiers des effectifs de la rédaction comme elle le prévoit.  Mais pour l’instant c’est presque aussi couru que pour une interview dans un gratuit du matin. J’étais donc spécialement satisfait. Donc, dans cet entretien,  je dis, pour illustrer mon propos et plaisanter (genre je ne parle pas la langue de bois) : « Avec les lois qu’il a fait voter, Nicolas Sarkozy ne pourrait pas être français ! Il ferait bien d'y réfléchir. Qui sait si un jour il ne trouvera pas plus sauvage que lui, quelqu'un qui contestera la carte d'identité de ses petits-enfants, puisque maintenant il est grand-père ! ». Malheureusement la journaliste a oublié de noter aussitôt « attention ! C’est une vanne (rire) ». Du coup l’agence Associated Press lance une dépêche : « Jean Luc Mélenchon s’interroge : selon les lois en vigueur le président est-il bien français ? » Même un bourrin voit bien que ce n’est pas du tout ce que j’ai dit, mais à quoi bon ergoter ? Encore un journaliste  d’agence, de garde le dimanche avec un contrat d’intermittent du spectacle qui écrit des dépêches avec les pieds pendant que ses mains tournent un reportage en direct !  J’exagère bien sur. Cette année il ya encore cinquante pour cent des cartes de presse qui ont été attribuée a des journalistes en CDI. Mais c’est une première qu’il y en ait cinquante pour cent en pleine précarité !

 LES MAL ELEVES AU POUVOIR !

Mon avis sur ce que je dis compte-t- il ? Bien sur que non ! Comme dirait madame Chabot à Peillon ou à moi: « De toute façon vous êtes trop mal élevé ! » Mal élevé ! Qu’est-ce que nos pauvres parents ont à voir avec les bastons de leurs fils ? Rien ne dit mieux à quel arrogant magistère de censeurs des mœurs ces sortes de personne se croient dorénavant autorisées ! Je ne risque rien à le dire. Je suis tricard dans toutes les émissions de madame Chabot. Elle m’a invité une fois en 2005 et la suivante en 2009. Logiquement on peut penser m’y voir de nouveau en 2013. Parce que certains seront encore là, croyez moi et peu importe quelles ambitions auront été couronnées en 2012. Dans cette caste qui pleure si souvent pour le renouvellement des élites, les brahmanes médiatiques sont inamovibles. Pour l’instant, en tous cas, je ne suis pas prêt d’y être vu de nouveau. En effet, j’ai commis le crime de dire « allez au diable, madame Chabod » (oh ! quelle horreur ! quelle vulgarité ! quel crime de lèse majesté médiatique). En dépit d’un déjeuner de courtoisie, car je n’aime pas rester sur des conflits sans objet de ce type, qui fut aussi riant qu’un séjour sur la banquise, ma condamnation a été maintenue ! Donc, je ne risque plus d’être ostracisé par elle puisque c’est déjà fait. En fait je le suis depuis 2005 et ma participation à un plateau ou madame Royal et madame Weil, ostensiblement briffée par l’allante au diable, ridiculisèrent leur engagement pour le «oui» à coup d’erreurs et d’approximations tellement énormes qu’il fallu surtout se retenir d’éclater de rire sur le plateau.  De ce moment de honte pour les ardents du «oui», il semble qu’on me tient rigueur car je n’ai pas ménagé mes sarcasmes ! Peillon va maintenant gouter à l’ostracisme ! Il va être privé du bonheur de participer aux exploits ordinaires de ce coin sombre du service public et de ses émissions anxiogènes : les minarets, le voile intégral, la recrudescence des cambriolages et agressions, et tout le reste du service après vente de la propagande des gorilles du stress-biseness. La liste des sujets traités au cours des derniers mois est tout simplement suffocante ! Peillon la détaille à qui veut le savoir. Mais personne ne dit rien. Jamais. Merveilleuse unanimité professionnelle ? Je ne crois pas. Ca grommelle dans les rangs! Donc Vincent Peillon va être privé de ces merveilleux débats organisés comme des rings, et pour que ca saigne, avec ses six ou huit participants contraints de se voler la parole distribuée au hasard de «l’équité» dans une confusion dégradante. Quelle perte ! En réalité c’est tellement énorme cette comédie du « service public » de l’information ! Tout le monde s’en rend compte. Tout le monde le dit. Mais loin d’en tirer quelque alarme que ce soit, étourdis d’orgueil, les médiacrates y voient le signe confirmant leur perfection : "puisque la droite comme la gauche nous tapent dessus, disent-ils, c’est donc que nous ne sommes au service de personne ! ». En effet, sinon à leur propre service. Tout ça me rappelle l’ambiance qui régnait à propos de ces mêmes médias avant 1981 ! On doit donc se réconforter en pensant aux applaudissements qui accompagneront le moment venu l’œuvre de salut public qu’un gouvernement de gauche devra faire quand il libérera le service public !  Par exemple on pourrait imaginer d’établir l’élection du directeur général de France Télévision par tous les cotisants de la redevance télé. On pourrait faire de même pour la direction de l’information. Il suffirait que les professionnels, tous les professionnels et pas seulement la nomenclature, établissent une liste d’aptitude. Les électeurs téléspectateurs choisiraient dedans ! On verrait alors que les français, de tous bords, sauraient faire le tri et imposer à la télé publique des programmes d’informations indépendants.  


107 commentaires à “Martine! Ça va pas?”

Pages : [1] 2 3 »

  1. 1
    abenmerdealors dit:

    Non à la répression du mouvement étudiant !

    Le printemps 2009 a été marqué par la plus longue grève que l’université stéphanoise
    ait connue dans son histoire. Les étudiant-e-s et les personnels de l’université Jean
    Monnet, mobilisé-e-s contre les lois Pécresse, combattent depuis plus de deux ans des
    réformes qui leur semblent menacer gravement l’université publique et en particulier les
    petites et moyennes structures, comme celle de Saint Etienne.

    Malgré la mobilisation massive de la communauté universitaire, la présidence de
    l’Université Jean Monnet n’a cessé d’essayer de briser le mouvement de contestation :
    présence de vigiles sur le campus, intervention des CRS le 13 mai dernier, présence
    policière le 14, filtrage des entrées, contrôle au faciès, suspension des droits syndicaux,
    etc.

    En septembre dernier, en convoquant devant des conseils de discipline 9
    étudiant-e-s grévistes, sélectionnés de manière arbitraire, la présidence de
    l’Université Jean Monnet a franchi une nouvelle étape dans la logique
    répressive. Il leur était reproché d’avoir participé à une action collective lors d’une
    cérémonie d’inauguration d’un nouveau bâtiment universitaire et d’avoir été présents,
    parmi un grand nombre de participants, à la soirée de clôture de tout un programme
    mis en place pendant la grève, dans le cadre d’une université alternative. Les sanctions
    s'étalent du blâme à 2 ans d'exclusion avec sursis.

    Aujourd'hui, suite à l'appel émis par 8 étudiant-e-s, celles et ceux-ci sont
    convoqué-e-s devant la section disciplinaire du CNESER (Conseil National de
    l'Enseignement Supérieure Et de la Recherche)

    Il est intolérable que des jeunes qui font entendre leur refus d’orientations parce
    qu’elles leur semblent néfastes aient été poursuivis en conseil de discipline. Là
    comme ailleurs, il s’agit d’une répression inacceptable du mouvement social,
    d’une tentative d’intimidation et d’une volonté de punir pour l’exemple.
    Nous exigeons le retrait de toute forme de sanction à l’encontre de ces
    étudiant-e-s.

    Signataires : Capagauche ! Saint-Etienne, CGT cheminots 42, CGT Santé/Action sociale 42, CNT 42,
    Collectif étudiant de Saint-Etienne, FCPE 42, FERC SUP CGT, FSU 42, Jeunes Communistes 42, La Ligue
    des droits de l’Homme, MJS Loire, NPA Saint-Etienne, PCF 42, Parti de gauche Loire, PCF Saint-Etienne,
    Réseaux Citoyens, Section CNT Université de Saint-Etienne, SUD Éducation 42, UD CGT 42, Union des
    Étudiants Communistes 42...
    Contact : Comité de soutien UJM – Bourse du Travail – 4, cours Victor Hugo
    42028 SAINT-ÉTIENNE CEDEX 1
    Courriel : soutien.ujm42@gmail.com

  2. 2
    abenmerdealors dit:

    Excellent billet.

    Ce passage :"Il va être privé du bonheur de participer aux exploits ordinaires de ce coin sombre du service public et de ses émissions anxiogènes : les minarets, le voile intégral, la recrudescence des cambriolages et agressions, et tout le reste du service après vente de la propagande des gorilles du stress-biseness."

    Fort bien. Il est dommage que, dans votre note précédente, vous n'ayez pas résisté au même type d'"anxiogènes" et autre " propagande des gorilles du stress-biseness" en vous lançant dans ce faux débat sur "le voile intégral" que vous reprochez, à bon droit, aux autres.

    Cela nous aurait évité les 95% de commentaires inutiles qu'il a suscités (et m'est avis que ça va repartir ici...)

  3. 3
    abenmerdealors dit:

    Pour ce qui est d'Aubry rien ne peut surprendre venant de quelqu'un
    qui fut le bras droit de Jean Gandois (patron du CNPF, ancêtre du medef) à Pechiney...

    Parmi ses exploits : c'est elle qui, ministre en 1992, supprima le droit à l'allocation d'insertion pour
    les jeunes et modernisa radicalement le contrôle des chômeurs en
    inversant la charge de la preuve. Désormais ce sera au chômeur de prouver qu'il
    cherche, pas à l'anpe de proposer des offres "acceptables" et de
    sanctionner ensuite si la preuve est faite que le chômeur refuse des
    emplois correspondant à sa qualification, son ancien salaire, ses projets pros.

    Pensons à la remercier aussi souvent que possible.

  4. 4
    Pierre L dit:

    Jean-Luc Mélenchon dit :
    Martine Ça va pas ?
    Quelle mouche l’a piquée ? Martine Aubry a passé par-dessus bord la retraite à soixante ans.
    "

    Je pense qu'elle va très bien et qu'elle n'a pas besoin de mouche pour choisir son camp.

  5. 5
    Pierre L dit:

    Et avec Martine Aubry,

    Votez PS pour battre la droite.

  6. 6
    André Assiétoi dit:

    Parfois, à le lire, on jurerait que Jean-Luc Mélenchon est adhérent à cette association.

  7. 7
    descartes dit:

    @Mazan (#844 fil anterieur)

    Pour le moment, ton raisonnement détruit ton raisonnement. Selon « l’acquis le plus important de la révolution », la loi n’ordonne pas l’interdiction de la burka. Donc son port est conforme à la loi. Ce n’est pas en anticipant une loi qui n’existe pas que l’on fonde la loi. L’interprétation d’un « comportement » n’a pas jusqu’à ce jour valeur de loi et d’argument d’autorité juridique pour démontrer que ce comportement est non conforme, sinon qu’à prendre ses désirs pour la réalité.

    Je ne vois pas dans quel "raisonnement" j'ai pu écrire qu'il faut anticiper la loi. Pourtant j'ai été très clair: s'il faut une loi, c'est justement parce que, dans notre ordre juridique, on ne peut obliger personne à faire ce que la loi n'ordonne pas. Tant qu'on fait pas une loi, j'ai le droit de dire que je n'aime pas la burqua, j'ai le droit de manifester mon mécontentement devant celles qui le portent, mais c'est tout ce que je peux faire.

    Si tu avais lu ce que j'ai écrit avec attention (au lieu d'aboyer comme le roquet proverbial), tu aurais compris que que je n'ai jamais contesté le fait que le port de la burqua soit légal...

    Pour le reste, désolé mais je ne réponds pas aux délires.

  8. 8
    Pierre L dit:

    Rions un peu avec le PS :

    "Quelle est donc la solution que nous propose le gouvernement ? un nouvel allongement de la durée des cotisations d’un an. La proposition est présentée sous l’apparence du bon sens puisque l’espérance de vie augmente régulièrement. Mais alors pourquoi l’ensemble des syndicats font-ils front commun contre cette mesure ?"

  9. 9
    descartes dit:

    @ermler #(845)

    J’ ‘ai appris, en parcourant ton blog, que tu avais longuement milité au PCF, ce qui nous fait au moins un point commun. Peut-être même, as tu – comme moi – voté Chevènement en 2002. Qui sait ?…

    Oui, j'ai voté Chévènement en 2002, et je ne regrette rien! Peut être cela aussi, nous l'avons en commun ? ;-)

    Une fois cette émouvante réminiscence commune évoquée, je veux bien, malgré mes bonnes résolutions, répondre à ton post.

    Fais comme moi, ne prends jamais de bonnes résolutions. Cela t'évitera de les briser... ;-)

    Je constate seulement que ton positionnement politique majeur consiste à affirmer sans cesse que « être de gauche, (ou de droite) n’a plus aucun sens ! «. Ce n’est quand même pas un hasard si tu as choisi le site du fondateur du Parti de Gauche – dont le combat principal est précisément de redonner tout son sens à la gauche politique – pour venir prêcher ton nouvel évangile ? Si ?

    Bien sur que ce n'est pas par hasard. D'abord, la gauche est ma famille intellectuelle. C'est là que je me suis formé, c'est là que j'ai appris le langage qui me sert à penser, a une époque où gauche et droite avaient un sens. Je me suis battu contre un certain nombre de conneries qui ont été faites (avec beaucoup d'autres) et nous avons été battus. Et cela m'énerve qu'on continue dans cette voie. Mais cela reste ma famille... même si la mère est alcoholique et le père volage. Et je serais le plus heureux des hommes si "gauche" et "droite" reprenaient du sens.

    Si le PG peut contribuer à cela, alors il faut que certains problèmes soient posés. On ne peut pas continuer à vivre dans le monde des bisounours, ou tous les problèmes qui fâchent sont des "faux problèmes" et ou il suffit de vouloir pour que les choses se réalisent. La réalité a ses contraintes, et il faut d'abord les admettre, ensuite les comprendre. Ce forum est donc le lieux idéal pour poser ces problèmes. Il faut sortir les gens de la complaisance et de la croyance que nous sommes tous d'accord sur le fond, qu'il n'y a que les alliances qui clochent.

    Mais si tel était le cas, ça n’enlèverai rien à la « noblesse » de ta démarche. Car rien n’est plus noble, pour un prédicateur sincère que de vouloir ramener les « brebis égarées » sur le « bon chemin ». Au fait, quel chemin ?

    Je n'ai pas de chemin. Ce qui m'effraie, c'est à quel point les gens fonctionnent par slogans. Il y a des affirmations qui a force de répétition sont devenus des dogmes, et personne ne fait usage de son sens critique pour se dire de temps en temps: tiens, tel truc... est-ce que c'est vraiment vrai ? Untel, qu'on me dit être un méprisable écrivain de droite, est-ce vraiment que ses livres sont si pleins d'erreurs ? Regardons la documentation... Il n'y a qu'à voir: ici tout le monde citait Badiou comme parole d'évangile. Combien de gens se souvenaient de son "Kampuchéa Vaincra" ? Et pourtant, c'est pas dur de se documenter, à l'âge d'internet...

    Je ne veux mettre personne sur "mon chemin". Ce que je veux, c'est que les gens réflechissent. Si je peu contribuer à liquider quelques vaches sacrées, je serais satisfait.

    Autre question : T’arrive-t- il aussi d’aller « ferrailler » sur un site « de droite » ?

    Oui, mais c'est beaucoup moins marrant. D'abord, ca ne m'intéresse pas forcément de faire réflechir les gens de droite, et ensuite je connais beaucoup moins l'univers politique de la droite à l'heure de prévoir les réactions ou de constituer des arguments qui puissent les destabiliser... mais sur les forums de droite on peut aussi observer et essayer de comprendre comment les gens de droite pensent... et ça, c'est passionnant! (et non, je ne te dirai pas sous quel nom je "ferraille" à droite...)

  10. 10
    Pierre L dit:

    Martine, le PS et les retaites,
    encore pleins pleins de blagues ici.

    Blague : Farce, plaisanterie, histoire imaginée pour faire rire ou pour tromper. (Petit Larousse 1996)

  11. 11
    eoleo dit:

    Faites attention, Mme Buffet s'appelle Marie-George et non Marie-Georges (c'est tout aussi insupportable que de lire mélanchon sur tous les sites de presse régionale)

    Vous parlez de Chabot comme d'une journaliste, mais qu'a-t-elle de commun avec ces précaires que vous décrivez? Mme Chabot ne sert qu'à faire sa propagande sur le service public. N'est-ce pas elle qui avait en 2007 fait toute une émission avec un énorme compteur de la dette en fond? Si au moins elle assumait son parti pris idéologique...

  12. 12
    descartes dit:

    @vindicte (#855 dernier fil)

    Ce n’est pas ni-ni du tout cette position, puisqu’elle dit clairement ce qu’il s’agit de faire si l’on est en position (et ce qu’il s’agit de faire est beaucoup beaucoup plus radical qu’une loi sur le voil à l’ecole ou le voile intégral, beaucoup plus équilibré aussi.

    Mais c'est quoi, précisement ? Mais je dis bien précisement, pas une suite de bonnes intentions. Qu'est ce qu'on fait, comment on le fait, qui le fait...

  13. 13
    descartes dit:

    @pierre L (#852)

    Et alors ? C'est ça ton exemple "d'islamophobie" ? Comment tu sais que l'auteur de ce forfait a "peur de l'Islam" (c'est le sens strict du mot "islamophobie"), et qu'il n'a pas agi simplement par racisme ? Crois-tu qu'il aurait eu plus de respect pour les tombes d'arabes chrétiens ?

  14. 14
    Pierre L dit:

    à Descartes

  15. 15
    fégniasses dit:

    La retraite. Pour les métiers contraignants retraite à 55 ans pour ceux qui arrivent, là je parle de métiers ou en 1 année vous en prenez 2 ou 3 (pour la plupart des métiers manuels ou toute votre vie vous trimez pour survivre). Parce que travailler toute sa vie et crever deux ans plus tard, cela devrait être d'un autre âge. Pour les gros salaires retraite à 50 ans assortie d'une peine de travaux d'intérêts généraux de 20 ans à leur frais.

  16. 16
    Hold-up dit:

    @ Pierre L

    Je l'ai déjà en plusieurs exemplaires pour distribuer autour de moi.

  17. 17
    Hold-up dit:

    Retourner la situation en commençant par nos mots et en parlant correctement

    La taxation des produits financiers ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    La nationalisation des banques ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    La semaine de 30 heures ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    L'abrogation du bouclier fiscal ? OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    L'avancée de l'âge légal de la retraite à 55 ans ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    L'augmentation du smig à 2000 euros ? : OK !
    LA FIN d'UN TABOU
    L'abrogation des lois Sarkozystes ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    La Réforme démocratique des médias de masse ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    Le vote des Etrangers aux élections régionales ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    La fin de la Justice de classe ? OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    Le possible emprisonnement des puissants jugés irresponsables ? : OK !
    La FIN D'UN TABOU
    La mort de la 5 ° République et la proclamation de la 6° république ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    La fin des guerres impériales menées par la France puissance vassale des USA ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    La sortie de l'OTAN ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    La sortie de l'Europe néolibérale ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    L'appropriation des moyens de production par les travailleurs eux-mêmes ? : OK !
    LA FIN D'UN TABOU
    Etc...
    LA FIN DES TABOUS : TOUT UN PROGRAMME !

  18. 18
    Counch dit:

    Jean-Luc, vous paraissez quelque peu remonté...
    Faites-nous plutôt avancer quelques bonnes idées novatrices plutôt que de vous acharner sur ces misérables...

    Et puis, votre appareil photo est-il en panne?

    La présence de vos clichés adoucit si bien votre discours...

    Aller courage!

  19. 19
    sylvie boussand - PG 03 dit:

    Bonsoir à tous,
    tout d'abord, Aubry. La retraite à 60 ans, c'est un symbole fort de l'ère Mitterand. Le faire tomber ne grandira pas ses fossoyeurs : le nb de trimestre exigé pour un taux plein se suffit à lui même. Et je constate que ceux qui se mêlent de "savoir" à quel âge un travailleur doit enfin se reposer n'ont jamais pour la plupart beaucoup usé leur corps et leur mental sur un lieu de travail de smicard. J'éviterai le couplet sur l'âge de la retraite pour les politiques…
    Par ailleurs, je reproche à Martine Aubry de n'avoir pas eu, soit le courage, soit la clairvoyance de coupler réforme des 35 heures ET réforme des retraites. Car une réforme était sans doute nécessaire, mais sûrement pas celle que l'on nous "vend": qui va avoir le culot extraordinaire de soutenir qu'un travailleur de 60 ans et plus (à de très rares exceptions près) fait le "bonheur" de son employeur, ou est en capacité de retrouver un emploi à 57 ou 59 ans ? J'attends… J'en profite pour rappeler que la France, avec ses 35 heures soit disant mortifères pour l'activité reste championne de la productivité et que beaucoup de pays ont en moyenne une durée de travail inférieure à la nôtre et ne s'en portent pas plus mal.
    Bon, je m'arrête là. Comme je fais partie des imbéciles qui travaillent depuis l'âge de 16 ans et à qui on va demander de renoncer purement et simplement à l'idée de "retraite" -car, ne nous leurrons pas, c'est bien de cela dont il s'agit -
    ayant eu la mauvaise idée de naître en 61, je vais aller me reposer, au moins pour ce soir…

  20. 20
    4 Août dit:

    "pousser les gens dans le dos vers le système par capitalisation. Maintenant personne n’oserait plus parler de ça après la déroute du système bancaire qui a ruiné un nombre considérable d’épargnants piégés dans cette chausse trappe ! Les pianos mécaniques sur le sujet ont remisé leurs ritournelles un peu partout."

    Tout à l'heure sur France Info, j'ai entendu Martine proposer ce système de capitalisation. Je me suis pincé. Dites-moi que j'ai rêvé !

  21. 21
    Hold-up dit:

    @ 4 Août

    Voir plus haut : Post N° 5 / Pierre L -

  22. 22
    Darthe-Payan dit:

    @Jean-Luc Mélenchon
    Salut frère républicain.

    La relocalisation industrielle, agricole et commerciale de la France doit-être un objectif déterminant pour un gouvernement de gauche et pour le PG.

    D'abord reprendre le contrôle sur l'économie et les marchés ce qui veut dire procéder à de vastes appropriation collective et sociale (nationalisations,municpalisations, régies, ofices publics, société publique de participations, services publics, coopératives, entreprises associatives, entreprises mutualistes, entreprises autogérées, ateliers sociaux, collectifs locaux, collectifs ruraux). Le groupe automobile Renault rentre dans ce cadre là.

    Ensuite établir le monopole étatique et public du commerce extérieur. Le commerce et les échanges sont vitaux pour l'avenir et l'économie d'un pays. Ils ne doivent en aucun cas rester aux mains des groupes capitalistes privés nationaux ou transnationaux.

    Ensuite mettre en place un protectionnisme mutuel pour protéger et éloigner les dumping tant social que fiscal. Dès le moyen âge, les commerçant demandaient droits et franchises. Le protectionnisme n'est pas un nationalisme. Le libre échange, de la jouïssance libre et sans entrave de la profession commerciale ou industrielle doit cesser. Les capitaux ne doivent pas circuler librement comme le conçoit le capitalisme et son pendant affirmé de libre échange. Les hommes ne doivent pas circuler librement comme de vulgaires marchandises ou comme simple variante d'ajustement de main d'oeuvre délocalisée ou louées. Le libre échange est la négation de la république universelle. Il nie les états nations comme il nie les peuples citoyens. Le citoyen n'est qu'un client, un acheteur, un consommateur. Le salarié n'est qu'un coût.

    Partout dans ces nouvelles structures le citoyen sera souverain. Le salarié, citoyen dans la cité, n'est que sujet et servile dans l'entreprise. A nous de changer cette donnée. Jaurès voulait la république jusqu'au bout et nous que voulons nous ? Le citoyen souverain dans l'entreprise ? Je n'en suis pas sur !

    A propos de la retraite à 60 ans. La dame Aubry abat un nouveau tabou. Les salariés ne sont vu que sous l'angle de cotisants et encore je dirais de cotisants de faiblesse. Ils coûtent trop !

    Il faut maintenir la retraite à 60 ans, pour 37,5 années de cotisations et une retraite basée sur le salaire moyen des dix meilleurs années. Reprendre mots pour mots, les ordonnances de 1983 sur la retraite à 60 ans.

    Nous devons remettre dans nos pensées, nos modes d'action, l'esprit révolutionnaire de 1793 et du Conseil national de la Résistance. Mes références c'est Robespierre, Jaurès, Jean-Moulin pas les Tariq Ramadan et autres rétheurs et prédicateurs, et tous les véhéments discours de défense du voile intégral qui veulent mettre à bas la république.

    Et puis sortons de cette Europe qui n'est qu'un cimetière des droits et conquètes civiques et sociales. Est-ce que les directives sur les services va-t-elle appliquée ? Et les régions (de droite et de gauche) vont ils continuer dans le sens des directives transports et permettre l'ouverture à la concurence du transports ferroviaires régionaux. La SNCF l'a déjà actée et fermera des miliers de lignes y compris du TGV.

    L'Europe devient l'ennemi du peuple, du citoyen, de nos services publics et de notre république. Nous devons, nous PG,nous la gauche demander que la France notre patrie républicaine et laïque sorte de poulailler géant ou les renards sont libres de tuer toutes les poules qui elles aussi libres. La concurence libre et non faussée voici le malheur des peuples, des salairiés. Donc sortons de l'Europe, de la BCE, retirons nos signatures (sans aval du peuple souverain) du traité de Lisbonne et du grand marché transatlantique. Réapproprions nous notre banque nationale, le pouvoir de battre monnaie sous le contrôle du parlement et des citoyens.

    Il nous faut sortir de l'Otan, organisation criminelle et de l'OMC pour mettre en place l'équilibre et le respect mutuel des nations et des peuples et engager le développement maitrisé et mutuel de tous. La république sociale et universelle doit être notre horizon et le refus des soumissions aux détenteurs du capitalisme et le refus des soumissions aux obscurantismes religieux, sectaires et mercantiles doivent être notre combat et notre affirmation de chaque jour. L'émancipation humaine se réaliser qu'à ce prix !

    Salut fraternel à toi, Jean-Luc, mon frère républicain.

    Fabien.

  23. 23
    vindicte dit:

    @Descartes
    Ben en gros la position ici (elle est aussi enterrée quelque part au fin fond des commentaires du sujet précédent).

    je suis curieux d'avoir ta réponse sur mon post 832 (désolé tu es très solicité).

  24. 24
    Mister Cyril dit:

    Je ne suis ni à LO, ni au NPA, je suis même pas troskyste ou communiste...mais je ne souscrirai mon vote qu'à des candidats qui auront ouvertement rompu avec la social-démocratie; prière de m'éviter les arguments culpabilisateurs du style battre la droite ou on ne peut pas gouverner tout seul; la droite idéologique occupe déjà la majorité de l'espace de la "gôche"; pour moi c'est rupture ou abstention!

  25. 25
    Pierre L dit:

    Elle veut plaire à ses hôtes, not'Martine, tout simplement !

  26. 26
    Raphael Q. dit:

    olivier besancenot tête de liste régionale en Ile de France!

    http://www.leparisien.fr/elections-regionales/regionales-besancenot-tete-de-liste-npa-en-ile-de-france-19-01-2010-783835.php

  27. 27
    vindicte dit:

    @Descartes
    On ne peut pas continuer à vivre dans le monde des bisounours, ou tous les problèmes qui fâchent sont des « faux problèmes » et ou il suffit de vouloir pour que les choses se réalisent. La réalité a ses contraintes, et il faut d’abord les admettre, ensuite les comprendre. Ce forum est donc le lieux idéal pour poser ces problèmes. Il faut sortir les gens de la complaisance et de la croyance que nous sommes tous d’accord sur le fond, qu’il n’y a que les alliances qui clochent.

    il y a un hic: Beaucoup de problèmes qui fachent SONT de faux problèmes. Le trou de la sécu par exemple est un faux problème (le seul vrai problème, c'est une petite réorganisation par rapport aux technologies les plus honéreuses dans les hopitaux), l'organisation de la recherche (avant Pécresse) est un faux problème (INSERMiser le CNRS et recruter plus de statutaires aurait suffit, et coûte moins chers), pour les retraites il y a PEUT-ÊTRE un vrai problème, je n'en sais rien, mais il est clair pour moi que sans analyse argumentée et chiffrée, on ne peut pas vraiment le savoir puisque ni les médias ni le PS ne savent dénicher et démontrer la vacuité de beaucup de "problèmes". Idem pour les solutions bien sûr.

    Il y a un certain masochisme à gauche je crois (et dans la population en général, ce qui est peut être un élément à prendre en compte pour comprendre la victoire de Sarkozy) qui consiste à croire que des mesures que l'on n'aime pas, qui ne seraient pas adossés à de nobles idéaux, serait plus efficaces ou "réalistes" précisément parce qu'elles nous déplaisent. La souffrance politique ou idéologique que l'on s'infligerait serait alors un gage de rédemption économique et sécuritaire.
    C'est faux, et dans le cas que j'ai regardé le plus en profondeur (la recherche), c'est l'inverse.
    Pour la santé, idem. (et là je parle couverture maladie, je ne parle même pas des conséquences humaines de la notion de propriété intélectuelle, dont j'aimerais savoir d'ailleur à combien de millier ou plutot de million de mort elle a put conduire).
    Quid des retraites ?

  28. 28
    Gilles dit:

    Et les travers des sociaux démocrates réapparaissent.

  29. 29
    4 Août dit:

    @ Mister cyril

    qu’à des candidats qui auront ouvertement rompu avec la social-démocratie (...) pour moi c’est rupture ou abstention!

    On est d'accord ! Même Jean-Luc est conscient qu'il ne pourra pas nous demander l'impossible sur ce coup là !

    Par contre, pour ce qui est de l'abstention, je préfère le bulletin de Pierre L pour exprimer mon opinion.

    Ah ! Si ce bulletin pouvait devenir l'emblème de l'abstention et du vote blanc !

  30. 30
    Mazan dit:

    Martine! Ça va pas? Chérèque! Ça va pas mieux!

    Les Echos 8 janvier 2010 - Extrait interview de Chérèque sur retraite :

    Comment la CFDT aborde-t-elle la réforme des retraites ?
    Il faut être lucide : le système créé en 1945 n'est plus adapté. Un rafistolage n'est plus possible. Il faut une réforme d'ampleur du système par répartition pour faire face au vieillissement de la population, à des carrières plus erratiques et à l'enjeu de la pénibilité du travail. Les retraites doivent mieux coller aux parcours de vie des assurés, avec plus de choix personnels et de lisibilité car le système actuel est trop complexe.

    Ce que vous décrivez ressemble au système de retraites par points, l'une des pistes envisagées. La CFDT y est favorable ?
    Je ne veux pas choisir aujourd'hui. Ce que je viens de décrire, c'est la problématique sur laquelle nous allons travailler à notre congrès.

    Nicolas Sarkozy a annoncé que l'âge légal de départ, aujourd'hui fixé à 60 ans, pourrait être reporté. Qu'en pense la CFDT ?
    Si le chef de l'Etat précipite la réforme, c'est évident qu'il privilégiera le report de l'âge légal, qui permet de réaliser des économies à court terme. Si on remet en question les 60 ans, on sanctionne ceux qui ont commencé à travailler tôt, donc les ouvriers. A la CFDT, nous privilégions la durée de cotisation pour réformer sur le long terme.

    Pour qui veut se faire une idée de ce qui sépare la CFDT de Martine Aubry, voici le cadre défini par le gouvernement de la nouvelle contre réforme du régime de retraite :

    Loi du 24 décembre 2009 de financement de la sécurité sociale pour 2010 - Annexe B : « En matière de retraites (…) Le rendez-vous 2010 est essentiel (...) Conformément à la demande du Président de la République exprimée devant le Congrès le 22 juin 2009, tous les thèmes devront être abordés : l'âge, la durée de cotisations, la pénibilité, le niveau des cotisations, la transition entre vie active et retraite, la mobilité entre les régimes... Le Conseil d'orientation des retraites doit également, à la demande du Parlement, remettre un rapport début 2010 sur les pistes d'une évolution globale du système de retraite français, en examinant les modalités techniques de passage à un régime par points ou de « comptes notionnels ».

    Il n'y a aucune différence sur le fond entre Aubry et Chérèque ou plutôt cette différence ne relève que de la division des taches dans le cadre de l'acceptation de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2010. Comme Aubry, Chérèque laboure le terrain gouvernemental, commence à conditionner l'opinion publique.

    Formulation pour le moins incompréhensible de Mélenchon écrivant : « Même la CFDT exprime des réserves  sur le report de l’âge légal : « Si on remet en question les 60 ans, on sanctionne ceux qui ont commencé à travailler tôt, donc les ouvriers. A la CFDT, nous privilégions la durée de cotisation pour réformer sur le long terme. »

    Comment opposer l'allongement de la durée de cotisation à la remise en cause du départ à la retraite à 60 ans? C'est fatalement la même chose.

    Pour maintenir la retraite à 60 ans, il faudrait déjà annuler les effets de la contre réforme Fillon de 2003 qui a vidé le symbole de tout contenu de pouvoir d'achat pouvant le maintenir vivant pour les futurs et actuels retraités. Et pour en annuler ses effets, c'est la contre réforme Fillon qu'il faut annuler.

    A partir du moment où Mélenchon aborde ce sujet par le biais d'autres forces politiques, son billet botte plutôt en touche.

    Mélenchon dit : « Et comme nous sommes en pleine campagne électorale, je recommande de demander largement autour de nous aux électeurs de gauche ce qu’ils pensent de cette trouvaille. »

    Ce qui serait une vraie trouvaille, c'est que s'il est utile de connaître le positionnement de tel ou tel parti ou personnalité, il serait plus utile, en tout exercice de démocratie, de le faire en comparant par rapport à son propre programme en pleine campagne électorale pour éclairer les électeurs.

  31. 31
    4 Août dit:

    @ Raphaël Q

    "olivier besancenot tête de liste régionale en Ile de France!"

    C'est une mauvaise nouvelle pour moi. On va mener une campagne contre et en concurrence d'un allié. Ca me débecte. On va se dire quoi sur les marchés ?
    Faut-il un Frêches dans chaque région pour que la gauche de la gauche arrête d'être conne ?

  32. 32
    André Assiétoi dit:

    Besancenot tête de liste, c'est une très bonne nouvelle. La plupart des camarades que j'ai au PG voteront pour lui plutôt que pour Laurent. Peut-être qu'il faut que Besancenot soit devant le FdG pour faire comprendre à Mélenchon et ses amis qu'ils ont fait une connerie en privilégiant la vieille gauche archaïque qui n'aspire qu'à retourner dans le giron du PS.

  33. 33
    Claude 2 dit:

    le 21 janvier 2010 : actions, manifestations, grèves. Le Gouvernement persiste à attaquer l’enseignement supérieur et la recherche, l’ensemble de la Fonction publique et des services publics. Ainsi, cette politique conduit à supprimer plus de 100 000 emplois dans la fonction publique d’Etat depuis 2007, dont 30 000 annoncés pour cette année (16 000 dans l’Education Nationale).

    L’Enseignement Supérieur et la Recherche sont frappés de plein fouet par des réformes (Pacte Recherche, loi LRU, …) et des restructurations aux conséquences désastreuses sur l’emploi, les conditions de travail des personnels, d’études des étudiants et sur la qualité du service public rendu à la population : augmentation de la précarité modifications des statuts des personnels de l’enseignement supérieur risquant de fragiliser le lien enseignement - recherche, individualisation des rémunérations et mise en concurrence de tous personnels par le recours systématique aux primes au « mérite » et à la « performance », réforme de la formation des enseignants de premier et second degré mettant en cause la qualité de la formation des futurs enseignants et des jeunes, modification du rôle et de la gestion des organismes, ainsi que multiplication des regroupements de type Alliances pour la recherche, …

    Le budget de l’enseignement supérieur et l’absence de créations d’emplois ne permettent pas d’améliorer les conditions d’études et l’environnement social des étudiants. De plus, les hôpitaux publics, dont les CHU, sont asphyxiés par la pénurie gravissime d’emplois et la recherche de rentabilité.

    Malgré l’opposition large de la communauté universitaire à l’actuelle réforme de la formation et du recrutement des enseignants, le gouvernement poursuit sa mise en œuvre en adressant aux établissements une circulaire de « cadrage » (rejetée en CNESER par 35 voix Contre, 3 pour) et en publiant les arrêtés d’organisation des concours. Les organisations signataires considèrent que, dans l’état actuel, cette réforme est inapplicable et ne doit pas être appliquée. Elles exigent la remise à plat de la réforme. Cela implique le retrait des décrets concernant la formation des enseignants et des textes d’application déjà publiés et l’ouverture indispensable de réelles négociations. Elles revendiquent une réforme qui réponde aux besoins du système éducatif et permette une véritable amélioration de la formation des futurs enseignants.

    Pour répondre à l’urgence de la situation sociale du pays, le rôle de l’enseignement supérieur et de la recherche, celui de la fonction publique et des services publics n’ont jamais été aussi importants.

    Les personnels et les étudiants se mobilisent depuis plus de deux ans contre cette politique du gouvernement. Ils l’ont contraint à renoncer aux suppressions d’emplois dans l’enseignement supérieur et la recherche en 2010. Les organisations signataires appellent dès maintenant les personnels et les étudiants à débattre dans les établissements et à agir en convergence avec l’ensemble des services publics. Ce temps fort s’inscrit dans l’ensemble des mobilisations pour la défense des services publics et de leurs agents. le 21 janvier 2010 : actions, manifestations, grèves. POUR créer les emplois nécessaires et donner aux services publics les moyens de répondre aux besoins croissants de la population sur l’ensemble du territoire ; revenir sur les suppressions d’emplois inscrites au budget 2010, pourvoir aux remplacements des départs en retraite et mettre en œuvre des mesures pour combattre la précarité augmenter le budget consacré à l’aide sociale et au logement des étudiants obtenir la progression du pouvoir d’achat de tous les personnels

    Signataires : FSU (SNESUP- SNCS- SNASUB – SNEP – SNETAP) ; CGT (SNTRS- FERC Sup- CGT INRA) – UNSA (Sup’Recherche – SNPTES – A&I) – Solidaires (Sud Recherche EPST – Sud Education – Sud Etudiant) ; UNEF ; SLR ; SLU.

  34. 34
    ermler dit:

    @ JLM

    Enfin, je vous retrouve, monsieur Mélenchon !...Comme je vous ai toujours aimé !.
    Vous n'êtes jamais aussi bon que lorsque vous retirez le "voile" qui découvre la vraie nature des caciques du PS et autres Verts. (Quand je pense qu'il faudra passer une alliance au deuxième tour avec ces gens -là !.. Beurk...)
    ...Jamais aussi bon que lorsque vous nous "dévoilez" - et avec quelle sagacité !- la fumisterie libérale de cette Europe dont plus personne ne veut (au mieux) ou dont tout le monde se fout.(au" pire").
    Merci pour ce grand bol d'air.

    @ Hold-up (17)

    Merci pour cette magistrale petite litanie sur les tabous !
    Je soutiens, J'adhère, j'approuve, j'applaudis ! A 100% !
    Heureusement que tu es là, Hold-up. Ca fait du bien de te lire.

    @ descartes (9)

    Je confirme. Comme toi, je n'ai AUCUN regret d'avoir voté Chevènement en 2002.
    Et en 2007, tu as fait quoi, toi ? (Histoire de mesurer à quel moment nos chemins se sont séparés)

    Je note cette phrase dans ton dernier post :
    Et je serais le plus heureux des hommes si « gauche » et « droite » reprenaient du sens.
    Ah bon ? Quand même ! "Le plus heureux des hommes si..." Alors, c'est pas définitif ton histoire de "plus de gauche, plus de droite ?"..
    Et si le Parti de Gauche devenait ce creuset qui permettait de repenser tout ça ?
    Tu as bien vu que sur le voile intégral c'est avec toi que Mélenchon est d'accord, pas avec moi.
    Alors...?

    Le vrai clivage :
    Apparemment tu penses que je vis dans le monde des "bisounours."...
    Et moi je pense que tu vis dans le monde des "croquemitaines "
    Finalement ce qui nous sépare, c'est rien d'autre que des histoires...de gamins !
    XD ! (Désolé j'ai pas de soleil qui rit dans mon "attirail"..)

  35. 35
    Claude 2 dit:

    Le 21 : Appel aux citoyens !

    Liste des manifestations et rassemblements du 21 janvier 2010:

    •(01) Bourg en Bresse: manifestation à 14h30 au Champ de foire.
    •(02) Laon: rassemblement à 10h00 cité administrative, manifestation jusqu'à la Préfecture.
    •(03) Moulin: 15h, Conseil Général.
    •(05) Gap: Rassemblement à 10h devant la cité Desmichels et devant l'IA (pour l'Education). Convergence au rond point du Cèdre (création d'une zone franche anti RGPP) puis défilé jusqu'au Conseil Général.
    •(06) Nice: 9h, Place Masséna.
    •(08) Charleville-Mézières: rassemblement à 10h30 Place Ducale. Manifestation jusqu'à la Préfecture.
    •(09) Foix: 14h, Allées de Villote.
    •(13) Marseille: rendez-vous à 10h30 devant l'inspection académique. Le cortège se rendra à la mairie de Marseille en passant par la Canebière et le Vieux-Port. Il sera rejoint par le cortège unitaire des retraités. Une manifestation unitaire est également organisée à Arles.
    •(14) Caen:

    •AG "fonction publique" à 9h à l'université.
    •Manifestation 11h, Place du Théâtre direction Préfecture.
    •AG "lycées" l'après-midi.
    •(16) Angoulême: 10h Place de la Gare.
    •(18) Bourges: 10h30, Place séraucourt.
    •(18) Vierzon: 10h30, forum République St-Amand : devant l'Hôpital.
    •(19) Tulle : 11h00, rassemblement à la CCI
    •(20) Ajaccio: rassemblement à 10h, Préfecture
    •(21) Dijon:
    •14h : AG Education à la Bourse du travail de Dijon
    •15h30 : à l'issue de l'AG, RV place Wilson pour départemental en cortège
    •16h30 : rassemblement place du Bareuzai pour manifestation (avec tractage en direction des usagers des services publics).
    •(22) Saint-Brieuc: rassemblement et manifestation à 10h30 Place de Robien.
    •(23) Guéret: 9h. Centre de Gestion de la Fonction publique territoriale de la Creuse.
    •(24) Périgueux:
    •10h. AG-DEBAT en intersyndicale sur les services publics, Grande salle de la Bourse du travail.
    •11h. 30 manifestation.
    •(25) Besançon: manifestation à 14h Place de la Révolution. AG Fonction publique (horaire et lieu sur http://www. sd25. FSU. fr/)
    •(25) Montbéliard: AG Fonction publique : 10h15 Ateliers municipaux (Faubourg de Besançon).
    •(26) Valence: manifestation à 14h30 Champ de Mars.
    •(27) Évreux: Manifestation à 14h 30, Préfecture.
    •(28) Chartres: Manifestation à 14h 30, Place des halle.
    •(29) Brest: 10h30, place de la Liberté.
    •(29) Quimper: 10h30, Préfecture : place de la Résistance
    •(29) Morlaix: 10h30, Sous Préfecture.
    •(30) Nîmes: Manifestation à 14h30, Maison Carrée. Initiative prévue le matin à Alès. AG Fonction Publique le soir à Nîmes.
    •(31) Toulouse:
    •12h-14h Convergence des différents secteurs Place du Capitole avec stands d'accueil et de débats, diffusion de tracts, prises de parole.
    •14h: manifestation unitaire
    •(32) Auch: manifestation 10h Escaliers d'Etigny.
    •(33) Bordeaux: Rassemblement place de la République à 11h, défilé jusqu'à la Préfecture.
    •(34) Montpellier: 14h30, rassemblement pour manifestation au départ du Peyrou.
    •(35) Rennes: Rassemblement 11h devant la Préfecture de Région, rue Martenot. Manifestation jusqu'à Esplanade Général de Gaulle avec des haltes et des interventions devant des services publics (Education nationale, Trésor-Impôts, DRAS, Poste).
    •(36) Châteauroux: Rassemblement 10h00 place de la République. Puis manifestation avec notamment les salariés du privé de MEAD qui connaissent une 2ème vague de licenciements (162) et la fermeture définitive de l'usine.
    •(37) Tours: 10h, lieu?
    •(38) Grenoble: départ à 14h de la gare SNCF.
    •(39) Dole: 10h Place Barberousse
    •(39) Lons-Le-Saulnier: 14h30 Place de la Liberté.
    •(40) Mont-de-Marsan: 10h30, Place de la Caserne Bosquet (Maison des Syndicats).
    •(42) Saint-Étienne :

    •AG à 8h45 à la Bourse du Travail.
    •Manifestation à 10h30 (Bourse- Préfecture)
    •Audience auprès du Préfet à 11h45 Lecture de la plateforme unitaire devant la Préfecture.
    •(43) Puy-en-Velay: 11h, Conseil Général.
    •(44) Nantes: manifestation, Préfecture, 10h30.
    •(45) Orléans: manifestation à 10h30 Place du Martroi.
    •(46) Cahors: Rassemblements à Cahors à 10h00. Devant la mairie pour les personnels territoriaux, Place Charles de Gaulle pour les autres. La manifestation, au départ de la Place Charles de Gaulle rejoindra la mairie et le cortège se rendra à la Préfecture.
    •(47) Agen:
    •10h Assemblée générale Education à l'IUFM.
    •12h pique nique à l'IUFM.
    •14h manifestation au départ de la place de la Préfecture.
    •(48) Mende: Manifestation 11h La chicanette.
    •(49) Angers: Assemblée Générale à 9h00, suivie d'une conférence de presse et d'une manifestation en direction de la Préfecture.
    •(51) Reims: 10h, Maison des syndicats -15, boulevard de la Paix
    •Chalons en Champagne : 10h00 Maison des syndicats - 1, place de Verdun
    •(52) Chaumont: Assemblée débat à 14h Marché couvert de Chaumont Avec les 3 fonctions publiques : enseignement, hôpitaux et collectivités territoriales. puis dépôt motion à Chatel des employés communaux pour le Maire, des enseignants pour le ministre et des hospitaliers pour le président de du CA de l'hôpital de chaumont Usagers des services publics invités manifestation en fonction du monde.
    •(54) Nancy: rassemblement à 14h30 Place Dombasle.
    •(55) Bar-le-Duc: rassemblement à 14h30 Préfecture, puis manifestation ves l'Inspection d'Académie covoiturage à partir de Verdun parking du 8 mai départ 13h30.
    •(56) Lorient: 11h, Sous-Préfecture.
    •(57) Metz: départ de la manifetsation à 14h00 de la place de la gare.
    •(58) Nevers: manifestation au départemental de la Préfecture à 15h.
    •(59) Lille: manifestation à 14 h 30 au départ de la Porte de Paris.
    •(62) Béthune: 10h15, Sous-Préfecture.
    •(62) Boulogne-sur-Mer: 10h15, Sous-Préfecture.
    •(62) Lens: 10h15, Sous-Préfecture.
    •(63) Clermont-Ferrand: 10h, Place Delille.
    •(64) Bayonne: 10h30, Place Sainte-Ursule.
    •(64) Pau: 11h, Complexe de la République.
    •(66) Perpignan: Manifestation 10h Place de la Victoire.
    •(68) Mulhouse: 16h, Place de la Réunion.
    •(69) Lyon: Manifestation à 10h30 Place Jean Macé (Lyon 7) pour aller vers la Préfecture.
    •(70) Vesoul: manifestation à 10h Place Edwige Feuillères.
    •(71) Mâcon: 16h à la Cité Administrative.
    •(72) Le Mans: 10h30, Maison des Syndicats.
    •(73) Chambéry: Manifestation à 14h au départ de la Place de la Sasson.
    •(75) Paris: départ de la manifestation à 14h30 place de la République, en direction de Richelieu-Drouot.
    •(76) Rouen:
    •rassemblement à 10h30 Cour Clémenceau pour manifestation.
    •AG à 14h30 à la Halle aux Toiles.
    •(76) Dieppe:
    •9h00 AG Éducation, Maison des Associations
    •10h30, rassemblement à la Sous-Préfecture pour manifestation.
    •(76) Le Havre:
    •9h00 AG Éducation, Franklin.
    •10h30 rassemblement au Cercle Franklin pour manifestation.
    •14h00 à Franklin, AG Fonction publique.
    •(79) Niort:

    •Rassemblement des personnels de l'Education à 11h devant l'Inspection Académique.
    •Manifestation fonction publique à 11h30 Place de la brèche.
    •(80) Amiens:
    •rassemblement à 10h au Lycée Robert de Luzarches.
    •rassemblement à 14h00, Hôtel de ville.
    •(82) Montauban: 14h30, Place des Fontaines.
    •(83) Toulon: 10h30 Place de la liberté.
    •(84) Avignon: 10h, Cours Jean Jaurès/Cité Administrative/Mairie.
    •(85) La-Roche-sur-Yon: 14h, Préfecture.
    •(86) Poitiers: rassemblement à 11h30 devant la Préfecture.
    •(88) Épinal:

    •9h Bourse du travail. Assemblée des grévistes toutes fonctions publiques.
    •11h manifestation RDV Préfecture.
    •(89) Auxerre:
    •AG à la Maison des Syndicats à 10h30
    •manifestation à 11h45, avec les lycéens (lieu?).

  36. 36
    Claude 2 dit:

    Le samedi 30 janvier avec l'ensemble des citoyens !

    Manifestation Nationale pour l’Education le 30 janvier
    La FSU appelle l’ensemble des personnels de l’Education, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à se mobiliser pour une politique qui assure la réussite de tous les jeunes. Il s’agit de porter des propositions pour un système éducatif plus juste et plus égalitaire qui réponde pleinement aux besoins de la société, qui dispose à tous les niveaux des moyens nécessaires à ses missions et qui refuse les déterminismes scolaires et sociaux, relance la démocratisation de l’accès au baccalauréat, et diminue le nombre de sorties sans qualification du système éducatif.

    Contre le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite et la suppression systématique de dizaines de milliers de postes, contre la RGPP et ses conséquences sur les services et les missions
    Pour la création de postes répondant aux besoins du service public et assurant l’amélioration des conditions de travail et d’étude
    Pour l’abandon de l’actuelle réforme de la formation des maîtres, de ses textes d’application concernant la formation et la négociation d’une tout autre réforme
    Pour le retrait de la réforme des LP, des projets actuels de réforme des lycées et de la gouvernance des établissements du second degré et la reprise des discussions sur d’autres bases
    Pour l’arrêt de la déstructuration du service public d’Enseignement Supérieur et de Recherche (universités, CNRS et autres organismes, …)
    Pour une véritable politique de l’éducation prioritaire qui assure partout le droit à une éducation de qualité et à la réussite
    Pour l’abandon de la suppression des cartes scolaire et universitaires
    Pour la revalorisation de l’ensemble de nos métiers, la requalification des emplois, la défense de nos statuts, la résorption de la précarité
    Contre les logiques d’individualisation de la gestion des carrières, de mise en concurrence des individus et des services.
    APRES LA GREVE DU 21 JANVIER
    PARTICIPEZ MASSIVEMENT
    A LA MANIFESTATION NATIONALE
    LE 30 JANVIER
    PARIS - PLACE DENFERT ROCHEREAU - 13H30

  37. 37
    Claude 2 dit:

    Le 26 janvier, les personnels de soins passent à l'action:

    Mobilisation dans l’unité le 26 janvier contre les ordres

    L’intersyndicale (CGT, la CFDT, la CFTC, FO, Snics-FSU et l’Unsa santé) a appelé mercredi les infirmières et l’ensemble des personnels de soins à une grève nationale et à des manifestations à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes et Strasbourg le 26 janvier pour protester contre les ordres professionnels.
    "Nous continuons à interpeller les élus de la Nation pour leur demander de déposer un projet de loi visant à l’abrogation des structures ordinales", ont-il précisé.
    Les syndicats rejettent, notamment la création de l’Ordre infirmier, instauré par un décret de 2007, dont ils contestent l’utilité et la légitimité, notamment sur les questions de déontologie. Les syndicats affirment que "les personnels ont besoin de moyens pour remplir leurs missions dans leur quotidien professionnel et réclament des effectifs supplémentaires pour améliorer les conditions de travail et les conditions de prise en charge des patients".
    Version imprimable

  38. 38
    Claude 2 dit:

    Le 3 février, Les cheminots (re)passent à l'action

    La CGT propose une journée unitaire le 3 février
    lundi 18 janvier 2010, par Frédéric Dayan
    La CGT-cheminots a proposé vendredi lors d’une réunion intersyndicale un appel national à la grève le 3 février pour dénoncer les suppressions d’emplois prévues en 2010 et la diminution de la part de l’Etablissement public dans le groupe SNCF.
    La CGT appelle aussi les cheminots à se joindre aux manifestations de fonctionnaires organisées en France le 21 janvier notamment pour la défense des services publics.

  39. 39
    claude2 dit:

    La scolarisation des moins de 3 ans: On la fête le samedi 6 fevrierLe Collectif « pas de bébés à la consigne » fait son carnaval

    Depuis le printemps 2009 le collectif défend l’amélioration et le développement des modes d’accueil et la scolarisation des jeunes enfants et s’oppose aux différentes mesures qui convergent vers une dégradation des dispositifs existants : modifications envisagées du décret relatif aux établissements et services d’accueil, expérimentation des jardins d’éveil, application de la directive européenne « services », modification des conditions d’agrément et projet de maisons assistantes maternelles… Par la mobilisation, le collectif a réussi à ralentir certaines mesures ! Ensemble, continuons en 2010 pour empêcher leur application !

     Les actions du collectif ont permis jusqu’ici de repousser la publication des modifications du décret d’accueil collectif des jeunes enfants (qui prévoient notamment la baisse de 50 à 40% des professionnels les plus qualifiés et l’augmentation de l’accueil en surnombre des enfants de 10% à 20%). Mais ce décret reste suspendu comme une épée de Damoclès et risque d’être présenté lors d’un prochain conseil d’administration de la Cnaf.  Le gouvernement s’apprête à transposer la directive européenne « services » (ex-Bolkenstein) dans le droit français ce qui inclura le secteur d’accueil des jeunes enfants dans le champ concurrentiel. Cela ouvrirait la porte à la déréglementation totale de l’accueil collectif : le Collectif demande donc l’exclusion de ces modes d’accueil de la directive. (Cf. l’argumentaire sur le site du Collectif).  A l’initiative des sénateurs, un nouveau projet de loi « création des maisons des assistantes maternelles » est à l’étude et passera au Sénat mi-janvier. Ce projet réitère la volonté de développer des « crèches low cost », c’est-à-dire des petites structures collectives, sans normes de fonctionnement et d’encadrement suffisantes. Le collectif demande que cette proposition de loi soit retirée. Un argumentaire développé se trouve sur le site.  Dans l’Education, les suppressions massives de postes d’enseignants se sont traduites ces dernières années par une chute drastique de la scolarisation des moins de 3 ans (35% en 2000, 18% en 2009). A l’heure où s’élaborent les cartes scolaires dans les départements, dans un contexte de nouvelles suppressions de postes (16000) pour la rentrée 2010, la maternelle ne doit pas faire les frais des coupes budgétaires. Nous exigeons le rétablissement des postes supprimés dans l’éducation et les garanties d’une amélioration des conditions de scolarisation.

    Continuons ensemble à défendre la qualité d’accueil et de scolarisation des jeunes enfants !
    Samedi 6 février à 14h30 le Collectif fait son carnaval
    Départ : face à la Mairie du 12ème, avenue Daumesnil
    Défilé le long de la coulée verte pour terminer à la Bastille.

    Version imprimable

  40. 40
    Claude2 dit:

    Le 21 janvier,
    Le 26 janvier,
    Le 30 janvier,
    Le 3 février,
    Le 6 février,
    Et le 27 février: Manifestation pour la suppression du Ministère de l’identité nationale et de l’Immigration

    la Place de la Bourse au Ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale

    Le colonialisme et ses produits dérivés ont aujourd’hui de nouvelles formes et de nouvelles dynamiques, qui s’inscrivent dans la réaction mondialisée contre tous les acquis des luttes populaires de la deuxième moitié du XXème siècle.

    En France, le ministère de l’identité nationale, de l’immigration et du codéveloppement, c’est le Ministère de la rafle et de la Honte, c’est le Ministère des colonies. En créant un « ministère de l’immigration et de l’identité française », puis en organisant avec le Ministre Besson un « Grand débat » sur l’identité nationale qui mobilise les moyens de l’Etat, Nicolas Sarkozy encourage et organise le racisme dont l’islamophobie et la stigmatisation d’une partie de la population.

    Ouvertement ciblés, les musulmans, destinataires d’une loi annoncée sur la Burqa, en butte aux faux dérapages/vraies insultes d’un Hortefeux ou d’une Morano, ministres en exercice d’un gouvernement qui tombe le masque. Le Président de la République met aujourd’hui en cohérence ses idées développées dans les discours de Marseille, Toulon et Dakar avec ses actes. C’est tout simplement la réintroduction d’un « Ministère des colonies » qu’il impose à la France. Comme l’on déclaré les historiens et démographes qui ont démissionné des instances du musée de l’immigration : « Associer immigration et identité nationale, c’est inscrire l’immigration comme “problème” pour la France et les Français dans leur être même ». C’est utiliser sans vergogne la technique déjà éprouvée du « bouc émissaire », afin de dresser les gens les uns contre les autres et les détourner des vrais problèmes. C’est aussi permettre à un système toxique de perdurer en privilégiant les véritables responsables de la crise, bénéficiaires d’une mondialisation inhumaine.

    Ce Ministère utilise des méthodes dignes du temps des colonies : rafles de sans papiers, contrôle d’identité au faciès illégaux, contrôle dans les restaurants, les cafés, les épiceries, devant les écoles, dans les hôpitaux, jusqu’aux administrations (centres de Sécurité Sociale, impôts, pôle emploi) cyniquement invitées à la délation. Il organise des centres de rétention surpeuplés avec miradors, barbelés, fouilles, contrôles et vexations. La police expulse des familles arrêtées au petit matin à leur domicile. Au nom de l’identité nationale on démantèle le droit d’asile, on renvoie des Afghans dans un pays en guerre après les avoir traqués, et on casse le droit au regroupement familial. La politique dite de « codéveloppement » n’est qu’un trompe l’œil permettant la continuation des politiques néo-coloniales. L’« immigration choisie » débouche sur un pillage des cerveaux qui renforce le pillage des ressources naturelles des pays d’immigration, rendu possible par la complicité des dictateurs africains « amis de la France ». Cette grande famille françafricaine sera d’ailleurs au complet pour le défilé du 14 juillet en cette année 2010, cinquantenaire hypocrite des indépendances africaines.

    Cette politique anti immigré se double d’une stigmatisation et d’une ségrégation des quartiers populaires qu’il s’agit de quadriller à l’aide des BAC et des CRS. Lors des émeutes de novembre 2005, le pouvoir avait même été jusqu’à reprendre la loi sur l’Etat d’urgence utilisée durant la guerre d’Algérie.

    Malgré les promesses faites à la suite des mouvements de protestation et de la grève générale contre la « Pwofitasyon », dans les territoires d’outre-mer, les pratiques coloniales perdurent comme le montre les révoltes sociales actuelles.

    Au mois de février le Ministre Besson rendra son rapport sur l’identité nationale. A un mois des élections régionales, le pouvoir veut utiliser la haine contre les immigrés et leurs descendants pour siphonner les voix du Front national. Nous devons refuser cette politique qui sème la division et nous appelons à une manifestation pour la suppression du ministère de l’Immigration. ` Cette manifestation est organisée 5 ans après le vote de la loi sur la colonisation positive et dans le cadre de la 5eme semaine anticoloniale du 19 au 28 février 2010

    Le 23 février 2005, l’Assemblée nationale votait un amendement qui consacrait "le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord » alors que pendant plus de quatre siècles le colonialisme français a participé activement à la traite négrière, au pillage et à l’oppression violente de peuple dont elle a pillé les richesses, détruit les cultures, ruiné les traditions, nié l’histoire, effacé la mémoire.

    Nous avons fait reculer le pouvoir il y a 5 ans qui a du supprimer l’article 4 de la loi colonialiste du 23 février 2005. Nous pouvons le faire reculer aujourd’hui en exigeant et en obtenant la suppression du Ministère de l’Immigration. Participons à la création d’un ministère de la décolonisation et de l’égalité réelle. Obtenons la régularisation de tous les sans-papiers et le droit de vote des immigrés. Construisons et préparons dès maintenant les changements et propositions permettant de sortir du colonialisme !

    Tous ensemble exigeons, la suppression du Ministère de l’Immigration !

    Tous ensemble pour sortir du colonialisme !

    Premiers signataires :

    ACCA, Afaspa, ATMF, CAAC-Comores, CCIPPP, Cedetim, Cercle Frantz Fanon, Conscience Musulmane, CMF, Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI), CREF, Droits Devant, ENAAC, FETAF, Fondation Frantz Fanon, FTCR, Generation Diversité, Identité Plurielle, Ishtar, Les Indivisibles, Les Oranges, Les Verts, MCD, MJKF,Mrap, NPA, Peace Breather, PCF, Pôle Ethique, Respaix, Réveil des Consciences, Survie, UJFP, USTKE, ZEP, 93 au cœur de la république, Union syndicale Solidaires

    L'agenda est chargé mais je crois que beaucoup de choses se joueront en fonction de la mobilisation que nous saurons faire naitre...

    Au plaisir de vous croiser à ces occasions,

  41. 41
    bastille dit:

    Mazan 30 :
    entièrement d’accord avec ton post. La CFDT nous prépare un nouveau coup bas comme en 1995 et 2003. Le « copinage » Thibaut/Chérèque menace de reproduire le scénario de 2003. D’ailleurs Thibaut lors du congrès de la CGT a parlé de « maison commune des retraites » ce va dans le sens d’effacer les différences de régimes de retraites. Inquiétant alors que le Comité d’Orientation pour les Retraites multiplie les scenarii sur le régime à points qui vise l’égalisation par le bas (co-hauteur d’un de ces rapports : Thomas Piketty, ça ne vous dit rien ?). Ce nouveau régime ferait abstraction des modes de calcul antérieurs pour les retraites, et serait basé sur l’accumulation de points. Soyons clairs : il suffirait de faire varier la valeur du point en fonction de l’état des « caisses » (dont chacun sait qu’elle sont vides…selon nos gouvernants, tout le monde n’étant pas banquier).
    La dernière crise financière ayant suffisamment discrédité la capitalisation, ils ont des solutions de rechange…
    Je pense que tu ne sera pas contre que je complète ta phrase : « annuler les effets de la contre réforme Fillon de 2003 » par « et celle de 1993 de Balladur ». Amendement accepté ?

  42. 42
    Claude2 dit:

    Bayrou, cet ami de l'école... confessionale
    Une video sur la loi falloux pour rafraichir la mémoire des anciens ou futur anciens du PS...
    http://www.ina.fr/economie-et-societe/education-et-enseignement/video/CAB93081482/loi-falloux-senat.fr.html

    PS: Notons la constance de Mélenchon....

  43. 43
    lola dit:

    @Annie

    Une description victimaire de la situation des musulmans en france n'est
    certainement pas à la hauteur de l'enjeu et n'oriente pas
    l'action dans un sens émancipateur, tu as raison.

    Dans le même temps il faut prendre la mesure des discriminations
    faites aux musulmans et ne pas à notre tour considérer qu'une
    voilée est est de fait une victime.

    Pour le coup, il y a là il me semble une victimisation injustifiée.

    Les "civilisés" plaignaient beaucoup les "barbares" au moment
    de les éduquer.Voulons-nous verser de l'eau au moulins impérialistes?

    Par ailleurs, je ne dis pas exactement que les burqas sont la
    signature d'un héroïsme anticapitaliste.
    Je dis que possiblement, le voile islamique en général peut
    être attaché à un élément d'hostilité au capitalisme.

    Ce point m'apparaît fort intéreressant et devrait inspirer de
    la retenue chez ceux qui voudraient jeter les religions aux enfers,
    ce que jamais toi tu ne fais.

    Plus loin tu me parles de la nudité et là encore, je dirais que
    comme il y a 2 burqas,il y a 2 nudités.

    Toute nudité ne relève pas de l'exposition marchande intégrale.

    Ce dont avec moi tu conviens.

    Pour finir, je voudrais te dire que pour ma part je tiens toujours JLM
    en haute estime et que comme beaucoup je savais déjà que sur sa vision
    de la république, nous avons des désaccords forts.

    Mais à l'impossible, nul n'est tenu, et Jean-Luc Mélenchon ne peut être accusé d'être
    imparfait.

    Sur le plan théorique tout de même il me plairait que soit élucidée
    Cette drôle d'idée que la république puisse être ni de gauche ni de droite.

    Ermler et d'autres ont raison. Il me semble que si en effet nous voyons
    qu'indubitablement il se trouve des gens de droite et prétendus républicains, je
    pense que s'ils sont réellement républicains, alors ils portent un élément de gauche.

    Autrement, ils ont lemot mais pas la chosesi je peux dire.

    La république est un mot de la gauche par sa nature même.

    Les uns et les autres peuvent bien se jouer des étiquettes, au delà de ces apparences
    reste la vérité de ce qu'ils sont: progressistes ou réactionnaires?

    Je conclus que la conception que ce fait Jean-Luc Mélenchon de la république très largement inattaquable
    tandis que sur le point du voile, il introduit un élément réactionnaire.

    C'est pas encore trop grâve, mais très malheureux tout de même.

    Je voudrais pourtant me tromper...

  44. 44
    lola dit:

    @Jennifer

    Parfaitement d'accord sur l'islamophobie, l'arabophobie etc

    Et même une hausse de la xénophobie en général, d'expérience je crois que le 11/09 a été
    un tournant bien désastreux, j'ai presque immédiatement éprouvé un point de bascule: la situation, les gens
    avaient changé.

    En dépit de la position de Jean-Luc Mélenchon sur le voile, il faut tout de même donner la perspective globale
    de son orientation et ne pas considérer que nous sommes faits d'un bloc: sur un point identifié
    (important c'est vrai) Jean-Luc Mélenchon nous apparaît infidèle à son engagement progressiste.

    Pour le reste il est comme chacun, la tresse compliquée de deux orientations antagonistes: une gauche, une droite.

    Il y a 2500 ans Empédocle d'Agrigente voulait que la marche du cosmos soit gouvernée par la lutte entre l'Amour et la Haine.

    J'ai voulu attirer ton attention sur les différences entre voiles car si en effet, ce sont tous les voiles
    islamiques qui seront engagés dans la même charette des indésirés, je voudrais savoir ce sur quoi planchent
    exactement nos parlementaires dans leurs débats.

    Le voile vraiment intégral ou tous les autres infinis dans leurs nuances?

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20091229.OBS1989/burqa_hidjab_tchador_de_quoi_parleton_.html

  45. 45
    Annie dit:

    @Lola post 43 : tu dis Je conclus que la conception que ce fait Jean-Luc Mélenchon de la république très largement inattaquable tandis que sur le point du voile, il introduit un élément réactionnaire.
    Non, c'est la dissimulation totale du visage qu'il estime discriminatoire pour les femmes, et non émancipatrice. Je ne vois pas où est le caractère réactionnaire de cela.

    Alors que l'obession de l'argument "liberté de choix" tel qu'il est scandé par certains, les amènent jusqu'à rester neutres devant les costumes SS ou KKK.
    Tu dis que possiblement, le voile islamique en général peut être attaché à un élément d’hostilité au capitalisme, ce que j'admets tout à fait, mais moi je distingue la dissimulation complète du visage de tous les autres voiles. Et je te renvois à mon post 856 du billet précédent sur mon refus de faire de la dissimulation totale du visage un signe d'islamité. Pour moi tous les signes d'islamité ont toute leur place dans l'espace public, mais la dissimulation du visage n'en n'est pas un (et je ne dis pas ça en tant qu'exégèse islamique, je détache la burqa du pays où elle est née, pour n'en voir que la dissimulation du visage). J'avais pas vu ce post http://www.jean-luc-melenchon.fr/2010/01/la-baronne-me-saoule/all-comments/#comment-54237 mais il parle bien du mélange de l'intégrisme et de la victimisation.

    Et encore une fois, comment définirais-tu le "capitalisme" dans ton assertation ? La nudité généralisée ? Comme je l'ai déjà dit, je suis gênée par le fait de reprendre la vision cauchemardesque des illuminés sur la soi-disant nudité et l'immoralité des sociétés pas assez religieuses.

    Quand à tes questions sur le Republique, je pense que la réponse se trouve tout simplement dans le "on vote la loi ensemble, en se l'applique à soi-même et on la fait appliquer" de Jean-Luc Mélenchon. Tu sembles oublier que dans la république, il n'y aura pas que des gens de gauche. Jean-Luc Mélenchon ne se propose pas d'erradiquer ou minimiser la parole des gens de droite. Il reste pour la liberté de conscience politique, quand bien même la res-publica serait un concept de gauche.

  46. 46
    Annie dit:

    De mieux en mieux le Pé-èsse !
    spéciale dédicace à Taigo-Jaime, si bien au chaud avec un parti qui ne heurte pas trop les sensibilités religieuses. Comment des croyants revandiqués peuvent-ils être si tolérants face au mensonge (que je croyais condamné par leur religion) et l'attaque d'un droit fondamental sur la retraite acquis à la sueur du front, du moment qu'on ne les bouscule pas trop ? La modémisation est bien entammée sinon, et la bachelet-isation de la mère Aubry se fait sous nos yeux par les meRdias (merci Michelle B. ou plutôt ton parti d'avoir été le complice objectif du retour légal des pinochétistes au Chili).
    Heureusement qu'il y a des croyants qui regardent au delà de leur petite chapelle.

  47. 47
    Thaumasios dit:

    @ Hold-up
    Hold-up, tu es un génie ! Avec ta "litanie des tabous", tu nous livres un tract clef en main, là !
    Non, mais je suis sérieux… On aurait ton accord de principe pour pouvoir en faire un tract ou une affichette, voire pour s'en inspirer et le proposer en vrai tract officiel du PG (on sait jamais…) ?
    En tous cas, bravo, tu me fais commencer vachement bien la journée ! :-D

  48. 48
    Anny Paule dit:

    J'ai eu la même idée que Thaumasios... et je fais la même demande à Hod-up. Cette "litanie des tabous" est tellement juste et parlante!
    Merci de nous répondre!

  49. 49
    Raphael Q. dit:

    @ 4 Aout

    Je veux bien. Il est vrai que c'est dommage de voir autant de candidatures à la gauche du PS en Ile de France et ailleurs.

    Mais en Ile de France, il y a eu 3 réunions unitaires à l'initiative du NPA, le PC n'est venu qu'à la première avec un statut "d'observateur", le PG aux deux premières en disant être solidaire avec le PC(je peux ressortir les comptes rendus), seuls la FASE, les alters ont participé aux 3, mais n'ont pas donné de suite après l'accord national.

    Donc en Ile de France, la rupture n'est pas du fait du NPA, nous on a demandé à OB d'être candidat, il a accepté, chacun défendra son programme (même si par moment ce sera plus ou moins dans le même sens), vous défendrez le bilan de vos sortants, jouons fair play, car nous sommes partenaires ailleurs, et nous pourrons aussi être partenaires dans l'avenir, et on fera le bilan à la fin.

  50. 50
    Raphael Q. dit:

    Mais entre nous, Olivier Besancenot avec 2 ou 3 autres militants NPA conseillers régionaux, ça aurait de la gueule, non?

Pages : [1] 2 3 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive