14déc 06



Dans les jours qui viennent les traits essentiels de la présence de la gauche dans l’élection présidentielle seront dessinés. Depuis dimanche, le ralliement à Ségolène Royal de Jean-Pierre Chevènement après celui du PRG préfigure la centralité absolue de la candidature socialiste. L’impasse de « l’autre gauche », si elle se confirme, la certifierait. Dans ce tableau chacun est bien pleinement responsable de son sort actuel. Côté socialiste : l’énergie d’une dynamique construite sur le remord du 21 Avril s’est nourrie de toutes les révoltes contre la droite. Ensuite, une compétition âpre entre trois personnes et trois lignes a débouché sur une décision claire que personne ne conteste. Côté de « l’autre gauche » c’était l’hésitation. C’est devenu l’impuissance. A présent une débandade pleine de rancoeurs semble s’annoncer.

Ici, la contradiction est complète avec l’attente exaspérée d’un ample secteur du peuple de gauche. A l’image de ces milliers de personnes qui se rassemblent dans les meetings de cette gauche, il est à la fois anti libéral et fondamentalement unitaire. Et il est surtout avide d’une recomposition qui lui donne une force politique nouvelle, à l’image de la diversité d’origine de ceux qui le compose. Cependant « l’autre gauche » est, à cette heure, en voie de pulvérisation. Les dégâts impliqueraient toute la gauche. Car si efficace et convaincant que parvienne à devenir où non le rassemblement qui s’opère autour de Ségolène Royal, qui, pourtant, est prêt à dire qu’il suffira à entraîner la masse profonde de désemparés qui est l’enjeu de cette élection? Qui, par exemple, est certain que le cancer lepéniste a cessé de ronger les masses populaires que l’arrogance de la droite ne suffit pas à pousser vers l’évanescence de la gauche social démocrate? En réponse a ces question c’est la thèse en faveur de « l’union dans l’union » que je propose avec un nombre croissant de socialistes inquiets du resserrement de la gauche. Nous avons agi de toutes nos forces, de toutes les façons possibles, pour favoriser l’union de « l’autre gauche ». Nous avons voulu être un trait d’union actif et fraternel. Bien des gauchistes s’en sont contrariés. Les sectaires sont aussi de ce côté, rappelons le. Nous n’avons pas toujours été bien compris par certains de nos camarades socialistes. Beaucoup nous ont regardé avec scepticisme. Ils sourient aujourd’hui. D’autres ont demandé des sanctions contre ce qui leur paraissait être une transgression de l’esprit de parti. Quoiqu’il en soit, à cette heure, la dynamique se concentre d’un seul côté. De fait, par exemple, la candidature socialiste de Ségolène Royal semble avoir enjambé le oui et le non de gauche quand elle affiche ses alliances. De fait, l’autre gauche ne parvient pas à trouver le moyen de représenter l’arc de force qu’elle incarnait le 29 mai! Au contraire, le front se fractionne. D’un côté une dynamique de l’autre côté une dépression. Tout nom proposé dans la machinerie du « double consensus » chère au « collectif national » est déchiqueté avec plus ou moins de délicatesse. Dorénavant les forces politiques constituées sont traitées avec la même brutalité. Absurde ! Quel peut-être la finalité de la violence qui se tourne depuis peu contre les communistes, leur parti ou leurs décisions collectives? Aucune recomposition de l’autre gauche ne peut se faire sans eux ou contre eux. Dans les conditions actuelles, le Parti Communiste, quelque soit sa faiblesse électorale, est le lieu de plantation de la force nouvelle. Mais cela non plus ne lui est pas acquis pour toujours. Pourtant il y a urgence. Car il faut y revenir: en France comme dans le reste de l’Europe et du monde il s’agit de passer à l’invention d’une autre voie à gauche, au delà de la faillite du communisme d’Etat et du naufrage de la social démocratie dans le social libéralisme. C’est le raisonnement fondateur de l’association PRS que je préside. Il est proposé à toute la gauche et non aux uns pour nuire aux autres ! Ce n’est pas un prétexte à dispute pour justifier des répartitions de circonscriptions. C’est le constat que je tire de ce que j’observe à ce moment de la mondialisation libérale. Ce diagnostic, je n’ai cessé de le nourrir d’observations de terrain notamment au fil de mes déplacements politiques à l’étranger, dans les forums sociaux européens ou dans l’Amérique latine des révolutions démocratiques. Je l’ai surtout inscrit dans une réalité militante avec mes camarades en allant par exemple faire un meeting à Berlin sur les enseignements du « non » français avec Oskar Lafontaine et les dirigeants du Linkspartei. Ainsi, quand mon nom a été proposé au pire moment de blocage de la réunion place du colonel Fabien samedi, mes camarades qui ont beaucoup donné de leur temps et de leur énergie m’ont pris au mot de mes propres déclarations à ce sujet. Qu’ils s’agissent d’eux, des communistes ou des républicains de gauche qui ont repris cette proposition, je sais qu’aucun n’a voulu proposer autre chose que ce qui allait avec dans leur esprit: commencer concrètement cette construction politique nouvelle. Trop tôt, trop tard?



La réponse sur ce point aussi dépend de la décision des communistes et de leurs instances ce week-end. Ils ont la clef de ce processus. En toute hypothèse nulle force politique ne peut penser se donner le confort du huis clos. En effet, le nombre à gauche s’intéresse de près à toutes ces constructions dont il est meilleur connaisseur que beaucoup le croient. Mais il le fait dans la limite du raisonnable. Au delà de cette limite, chacun en revient à l’essentiel: comment battre la droite et avec qui? S’il y a deux propositions gouvernementales solides à gauche, il y aura une compétition dont la dynamique entraînera jusqu’au plus désorienté. Le Pen y perdra. Bayrou y perdra. Sarkozy s’y bloquera. Et donc, toute la gauche y gagnera. Et sinon? Oui, sinon : quoi ? La vie est si dure pour un si grand nombre! La logique de l’efficacité politique ne quittera pas les esprits, j’en suis certain. Mais trouvera-t-elle son chemin à gauche jusqu’aux urnes ? L’utilité consistera à l’y aider, quoiqu’il en soit.


Aucun commentaire à “Aider à gauche”

Pages : [1] 2 »

  1. 1
    hamed dit:

    Nous y sommes donc. Oui JL, tu es le plus à même de rassembler les antilibéraux (sauf la lcr qui a pris sa décision). S j'ai bien compris, les communistes discutent ce week-end et ils pourraient aller dans ce sens?

    Peut-on savoir comment la proposition de R. revol a été acceuillie?

  2. 2
    Didier de Toulon dit:

    Bonjour Jean-Luc Mélenchon

    Allons y, c'est une décision qui me convient pleinement.

    Redonnons une dynamisme à ce mouvement.

    Pour ma part je suis dans les start in blocs

  3. 3
    Boudine Jean-Pierre dit:

    Il est bien dommage que le nom de José Bové ne soit pas prononcé dans ce texte énigmatique, qui semble hésiter sur la lisère du ralliement.

    José Bové ne se ralliera certainement pas à Ségolène. Et Jean-Luc Mélenchon ?

    Le grand responsable de la situation actuelle, ce n'est pas MGB et le PCF.

    C'est plutôt le Collectif qui n'oppose à MGB que des nains politiques, après avoir sciemment cassé Bové, et toutes les chances d'union. Où est le choix pour le PCF ? Clémentine à la place de MGB ? Qui peut prendre une chose pareille au sérieux ?

    C'est vrai, JL Mélenchon a des cartes en mains. Il faut voir comment il va les jouer.

    Peut-être qu'une entente au sommet (Bové, Mélenchon, Buffet)ne correspond pas à ses principes ?

    Quoi qu'il en soit, c'est le résultat qui compte.

    Et on a le résultat que l'on mérite.

    JP Boudine

  4. 4
    christine dit:

    Que de bla bla, y'en a marre.

    On se choisit Jean Luc Mélenchon, et on se bat pour gagner.

    Tous les autres sont bien gentils, mais à la longue très ennuyeux. Ils ne motiveront que leur chapelle.

  5. 5
    G. GRIMAUD dit:

    LECON DE CHOSE: Elections municipales à Istres (13)

    Malgré la venue de F.Hollande,de P.Menucci, de TOUS les cadres du P.S.des Bouches du Rhône (C.G, C.R..) la fédération 13 a perdu ces municipales.

    La liste gagnante conduite par Nicole Joulia, soutenue par F. Bernardini, a gagné.

    Composée de militants syndicaux, associatifs, communistes,cette liste de gauche a enlevé la seule grande ville (40 000 hab)du P.S 13.

    pour plus d'info visiter ces liens:

    http://www.wmaker.net/Guy_Queytan/

    http://www.istres.eu.com/nicole_joulia/

    http://www.istres.eu.com/

  6. 6
    AJ Holbecq dit:

    Seul J-L Mélenchon n'attise pas les passions (négatives) des collectifs autour de son nom. C'est donc LE candidat qu'il nous faut, à gauche de la gauche car c'est aussi celui qui a le mieux su argumenter logiquement pour le "NON".

    AJH

  7. 7
    Sycilia dit:

    Je pense que l?on doit faire preuve d?une très grande vigilance car s?il est certain que les problèmes rencontrés samedi 9 et dimanche 10 décembre 2006 sont des coups de gueules sincères portés par des militant-es de conviction antilibérale, il est aussi fort à pârier (étant donnés les enjeux) qu?il y ait des infiltrations visant à mettre en pièce la démarche unitaire de la Gauche antilibérale afin de l?écarter des élections de 2007, celle-ci représentant un danger pour les projets de droite (du PS comme de l?UMP). Ne marchons pas dans leur jeu dont l?objectif reste de nous diviser et allons de l?avant en discutant sans haine ni violence. Je ne supporterai pas encore 5 ans de droite, qu?elle soit menée par l?UMP ou le PS. De plus, il y a Le Pen qui est un danger de plus pour la démocratie. Beaucoup trop de personnes comptent sur l?Union de Gauche antilibérale pour accepter d?être mis en pièce. C?est exclu. Nous devons nous décider et vite. Il nous faut entrer en campagne. C?est primordial. Pour ma part, si la Gauche antilibérale ne se présentait pas, je ne pourrai voter pour personne, et comme je ne suis pas la seule, cela qui risque fort de favoriser le PS, l?UMP ou Le Pen

  8. 8
    Hulou dit:

    Vas y Jean Luc tu es celui qu'il faut, je vais pas faire de grandes théories fumeuses, mais toi Jean-Luc tu as de la gouaille !

    Union, Union, Union pour Mélenchon

  9. 9
    Lug dit:

    Non ! voter pour MSR au 1er ou au 2eme tour n'est pas envisageable... jamais

  10. 10
    ArbreBlanc dit:

    Totalement d'accord avec votre analyse.

    Je pense que cet espace politique manque de structure. Cette structure peut se créer sans le PCF, et sans en faire son centre. Mais elle jouerait la fragmentation. L?initiative ne peut donc venir que de la seule direction du PCF, qu?il faut convaincre de se refonder ou passer la main pour mieux revivre, ou bien d?une personnalité au-dessus de la mêlée, apolitique. Pourquoi pas une personnalité étrangère ?

    Vues les réactions à la tête de l?appareil, c?est pas gagné. Mais j'ai du mal à croire que cette rigidité soit rédhibitoire. Elle est aussi le fruit de la mésentente.

  11. 11
    Yaneck dit:

    Merci le PCF, merci pour ces vieilles méthodes bourrines. Heureusement que l'on veut faire de la politique autrement.

    Reste que nous sommes dans une belle impasse en effet. Pour ma part, je ne sais plus pour qui je vais bien pouvoir voter. Après 6 ans de militantisme politique actif, c'est bien le comble.

    Alors comme ça, Jean-Luc pourrait être un compromis intéressant? Surement. Pour ma part, je préfèrerai une candidature Autain. Une femme compétente, au fait des réalités de gestion, jeune et dynamique.

    En tous cas, Jean-Luc, si le choix des collectifs se portait sur toi, c'est sûr que cela te ferait une belle exclusion du PS. Prêts, camarades de PRS?

  12. 12
    JPR dit:

    Que ce soit MGB, Jean-Luc Mélenchon ou un autre, une candidature antilibérale unitaire est nécessaire; la plupart des collectifs locaux souhaitent réellement aboutir, et c'est en eux qu'il faut voir le dernier espoir. Qu'ils s'élargissent, qu'ils se prononcent? et vite, très vite. Car il y a urgence?

    L'échec était peut-être inévitable, car justement les collectifs n'avaient pas su déborder du cadre des militants ou des citoyens très engagés déjà : il a, en dépit de sa nature nouvelle, originale, différente de celle d'un parti, conservé des logiques d'appareil.

    Besancenot me semble en passe de gagner le pari qu'il a fait, en partant tout seul, de ramasser la mise après l'échec des collectifs auquel il aura bien contribué en cassant le premier l'arc du 29 mai. Pour cela, il ne pourra pas être mon candidat.

    Bové a aggravé la situation en quittant le collectif national, l'affaiblissant un peu plus dans l'opinion. Alors, lui non plus ne sera pas mon candidat.

    Et finalement Autain et Salesse, pour moi et de nombreux militants, se sont également disqualifiés par le préalable opposé à MGB, en déni total des procédures décidées en commun.

    Comment la confiance pourrait-elle se rétablir ? Je crains que nous ayons perdu notre peut-être dernière chance de briser le bipartisme et la pensée unique en marche.

    Le facteur comptera les siens, auxquels se seront ajoutés les déçus des collectifs et n'aura finalement remporté qu'une victoire sans avenir : avoir dépassé la candidate du PCF, lequel sera forcément traversé par une crise grave (agonie?)et tenté par un repli sectaire?

    Le Picto-Blairisme et le Sarko-Le Penisme s'installeront au pouvoir à tour de rôle et Billancourt pourra crever de désespoir.

  13. 13
    Jean dit:

    Il ne faut tout de même pas étre sorti de Sciences-Po, pour se rendre compte que MGB en candidate des collectifs sera entendu par TOUS les électeurs comme la candidate du PCF et rien d'autre. Que le PCF ne se rende pas compte de ça me rend plus que trés sceptique sur la finalité réelle de ses buts.

    Tout comme il ne faut pas étre diplomé de la même école pour se rendre compte que la LCR et le PCF tentent de récupérer ce mouvement antilibéral.

    Mais attendons.

    Pour Jean-Luc, ce serai bien s'il s'impliquait un peu plus pour fédérer tout ça parce que ça part en vrille sévère.

  14. 14
    militant_ps dit:

    aux 2 pros-MGB : cette dernière que j'apprécie est ringardisée. En matière de com c'est un fait. Seule Clem (la jeune louve) ou Jean-Luc Mélenchon (le rebelle) pourront trouver leur place dans ce cirque médiatique.

    MGB porte une image négative de perdante car le PCF est estampillé en tant que tel.

    Tant pis donc si vous choisissez MGB, vous vous couperez de plus de voix que vous auriez pu.

  15. 15
    l union fait la force dit:

    Je suis trés déçu du visage que prennent ces futures elections,il n'y a toujours pas de rassemblement total de l'extrême gauche, d'un coté nous avons arlette laguiller et besancenot qui font cavalier seul, je me demande quel est leur interet,n'étant pas representé au parlement de l'autre il y a ceux qui veulent se rassembler mais je commence à avoir des doutes au sujet du pc qui me semble t il essaye par tous les moyens de mettre mgb au pouvoir.quand es que tous ces politiques penseront avant tout au peuple de gauche avant de penser à eux.

    un sympatisant du pc depuis 35ans

  16. 16
    fred dit:

    Jean-Luc,deviens le vecteur commun entre la gauche qui ne veut pas mettre les mains dans le cambouis des actes gouvernementaux et celle qui est prête a s'y coller avec ardeur.Réconcilie ceux qui pensaient -et j'en suis- oeuvrer pour un moindre mal en votant oui au réferendum et ceux qui refusaient un texte teinté d'innécessaire libéralisme.Sois cohérent,tu appelais très justement la gauche à voter Jospin dès le premier tour,et ce malgrès ses insuffisances, en Avril 2002.Tu connais la suite, et bien des amis se sont mordu les doigts pour cause "d'éparpillement".

    L'équilibre que tu entretiens entre l'activisme sénatorial et la défense des travailleurs doit faire de toi un acteur privilégié de la campagne de Ségolène Royal.

  17. 17
    Clarence dit:

    Bonjour.

    Le rassemblement anti-libéral "à la gauche du PS" ne se fera pas, c'est désormais évident.

    Le "splendide" isolement d'Arlette, les préalables posés par la LCR (et inacceptables pour le PCF), les manoeuvres et le sectarisme du PCF otage de sa "vieille garde", l'inorganisation des soutiens à Salesse et Autain, le départ de Bové, tout ça condamne la candidature qui, oui, aurait pu "faire mal" du côté de la gauche de la gauche.

    Au lieu de ça, on peut prévoir un Besancenot à 4% (au mieux..), une Arlette à 3, une MG Buffet à 2...

    Dérisoire, parfaitement inefficace,...

    ... et carrément dangereux, face notamment à un Le Pen dont l'image et les intentions de vote ne cessent de progresser (voir les chiffres de la dernière enquête TNS-Sofres qui non seulement donnent à Le Pen 17% d'intentions de vote, mais indiquent que 26% des Français sont désormais globalement d'accord avec ses positions, que seuls 34% des sondés persistent à trouver inacceptables !)

    Mesure-t'on bien ce que serait, 5 ans plus tard, une nouvelle défaite de la gauche dès le premier tour, et un second tour opposant cette fois-ci Le Pen à Sarkozy ?

    Désolé Jean-Luc Mélenchon, mais dans ce contexte, je ne vois pas bien ce que votre candidature pourrait apporter.

    - Vous ne ferez de toute façon pas revenir la LCR dans un très hypothétique rassemblement anti-libéral (pour ne pas parler de LO).

    - Vous serez immédiatement rejeté par l'aile du PCF qui ne veut, quitte à passer en force, que MGB.

    Parions qu'à court terme, c'est l'autre solution que selon votre post vous semblez étudier, à savoir rallier Ségolène Royal, que vous choisirez.

  18. 18
    Georges Boutolleau dit:

    Appel à Jean-Luc comme modérateur dans l'autre Gauche.

    La réunion du collectif national ce week-end a donné une image déplorable du mouvement des antilibéraux. Il y a d'ores et déjà beaucoup de dégâts dans les esprits de ceux qui espèrent en ce mouvement qui hélas se déchire.

    Dès lors qu'il y a blocage à l'encontre des candidats représentant des partis politiques, l'équation me parait simple.

    1) De ce fait Marie-George est éliminée et doit l'admettre au plus tôt.

    2) Restent Clémentine et Yves à départager au niveau des comités locaux.

    3) Pour moi il n'y a pas photo. Clémentine par son intelligence, son charisme, sa prestance face aux médias l'emporte et de loin.

    En outre, qu'on le veuille ou non l'autre candidate de la gauche tiède est un pur produit de la médiatisation à outrance, de ce fait et même si c'est navrant il faut jouer sur ce registre.

    Puissiez-vous défendre mon idée que je sens amplement partagée dans l'opinion.

    Georges Boutolleau

  19. 19
    lecoq patrice dit:

    Pour voter Ségolène au 2ème tour,il faut d'abord qu'au premier la gauche non libérale,la gauche du non au référendum pèse de tout son poids et puisse avoir des députés aux législatives en nombre important.Je reste persuadé que la synthèse du Mans a été une erreur.La clarification aurait du avoir lieu,nous avons eu un marché de dupes.

    Jean-Luc Mélenchon est le seul qui puisse dynamiser,actuellement,la gauche anti-libérale.

    Sinon au 2ème tour,les abstentionnistes seront très nombreux.

  20. 20
    G?rard P. dit:

    bonjour,

    Toutes ces énergies dépensées pour ça. Depuis 35 ans que je m'intéresse à la politique, je n'ai jamais vu un collectif viable. Toujours la même rengaine. On se regroupe, on discute, la lcr fout le camps pour garder sa pureté révolutionnaire. Les survivants s'étripent, des militants sont ecoeurés. On nourrit des haines pour le prochain coup.

    Déjà en 1992, pour les législatives de mars 93, mes mêmes s'étaient regroupés. C'était une plateforme pour "l'autre gauche". J'ai sous les yeux un article de libération du 4 décembre 92.

    "face au syndrome de l'émiettement et du groupuscule, cet appel veut rassembler" - Marcel Rigout

    "C'est moins un accord électoral que la volonté de faire apparaitre une perspective commune à gauche"-Guy Hermier

    "c'est le premier signe fort envoyé aux gens en attente d'un rassemblement"-Alain Krivine

    Le résultat de ces élections n'a rien à voir avec ce collectif : on prend une grosse baffe. Balladur est nommé premier ministre. Fabius est débarqué et Rocard devient premier secrétaire.

    Je regrette bien sur que tous cela n'aboutisse pas et je n'ai pas de recette. Mais qui en a?

    Ce serait un erreur que Jean Luc M. devienne le leader de ce reste de collectif. Souvenons nous de Pierre Juquin. Il avait osé défier le pcf et était devenu un héros de la gauche de la gauche. Résultat 2%.

    Restons à l'intérieur du ps et continuons à nous bagarrer. Et pour le faire changer personne n'empeche personne d'adhérer.

    Gerard P.91

  21. 21
    Raymond dit:

    Si les antilibéraux trouvent un candidat d'union, je vote pour lui (ou elle).

    Sinon je vote pour Ségolène. Elle m'horripile mais tant pis.

    Si Sarkozy passe, je me casse, je ne veux pas vivre dans un pays fachiste.

  22. 22
    Lo?c RIIVERE dit:

    L'"aide" du camarade Jean-Luc Mélenchon semble sentir le début de l'arrimage à MSR au 1er tour de l'EP. Dommage j'y croyais, -étant moi-même militant socialio et membre de PRS,que nous allions être partie prenante du CUIN. Sincèrement, nous sommes bien les roidecs; nous avions tout pour réussir(l'union ne fait-elle pas la force?),une demande forte du peuple avec une prise de conscience que l'extrême-droite n'est pas une solution, des gens prêts à s'investir, enfin une vraie gauche qui allait nous faire rêver!

    Et patatras! Alésia faute d'union, nous allons parler la langue du capitalisme libéral encore pour un moment...

    Que faire? si je pose cette question, c'est bien parce que je suis troublé, désorienté, mais je ne suis pas le seul.

    ken ar c'hentañ.

  23. 23
    daniel dit:

    JL tu n'as que quelques heures pour convaincre MGB,c'est pas Gremetz qui va le faire à ta place. Je suis militant PC et le dis depuis le TCE, le trait d'union pour gagner c'est toi.

    Ne déconnes pas,il y a urgence, et il y a un peuple qui souffre, si si.

  24. 24
    JPR dit:

    Je vais vous dire pourquoi je crois (maintenant, je n'ai pas toujours été de cet avis, j'ai penché un temps pour Salesse)que MGB est incontournable.

    1° Ne rêvons pas: il sera impossible, quelle que soit la position adoptée par la direction, après les exclusives de dimanche, de transformer les militants du PCF en colleurs d'affiches ou ditributeurs de tracts pour Autain ou Bové. Qui d'autre le fera ?

    2° Ne rêvons toujours pas : d'où viendra le fric de la campagne sinon du PC ?

    3° Continuons à rester éveillés : après la présidentielle, viennent les législatives, sans cadidature unitaire à la première, il n'y en aura pas aux secondes (pensez que c'est sur la répartition des voix par organisation que se fait le financement des partis?).

    On est rentré dans la logique perdant-perdant. Sauf le facteur qui tire les marrons du feu sans ouvrir aucune perspective?

    Est-ce que nous voulons ?

    Moi, je suis prêt à voter Jean-Luc Mélenchon, mais je crains que l'étoile rose PS ne soit encore plus lourde à porter que la rouge PC aux yeux des collectifs.

  25. 25
    militant remont dit:

    @JPR

    votre position et témoignage montre une similitude avec la campagne PS. En effet, je n'irai pas coller des affiches et participer au debat participatif de Sego dans mon camp donc j'imagine la difficulté dans un rassemblement qui n'est pas un parti.

    Mais tant pis, choississez donc MGB, ultra-ringarde. Comme l'a dit Georges Boutoulleau, on est rentré dans une ère de communication avec la désignation de Royal (pour qui je ne voterai pas sur les 2 tours car je me refuse à cautionner la Le Penisation des esprits et le populisme). Et dans cette ère, MGB est à des années-lumières de l'importance des idées qu'elle pourra défendre. Seule Autain pouvait le faire !

    Alors, comme l'a dit qq'un tant pis, ça va faire du 3% au plus. Vous aurez ptet l'honneur de battre Voynet, l'autre ringarde de gauche...J'aurais ete pret à voter pour un candidat présentable mais tant pis, je m'en vais rejoindre l'opposition dans mon propre camp tout comme Jean-Luc Mélenchon devrait faire. On va tranquillement attendre le prochain Congrès, s'organiser et au moins etre influent pour tenter de faire changer les choses...MGB résume la vente éternelle des chimères du PC. Tant pis.

  26. 26
    paysan bio dit:

    bonjour la suite dans les idées:

    Jean-Luc ce vote pas contre le projet du PS,

    fait la campagne présidentielle POUR FABIUS.

    perd l'investiture,

    puis.............

    se représente comme la candidat de la gauche anti-libérale dont il est l'INCARNATION du projet.

    belle leçon de suite dans les idées,

    ou belle leçon de parasitage intensif d'un système politique?

    tel le bernique,le politique professionnel trouve un nouveau rocher chaque fois qu'on le décroche.

    même si entre élites de gauche,vous êtes capable de cette "entente au sommet" qui va finir par un ralliement contre des postes à ségolène,

    vous croyez que nous,le peuple qui souffre,on va vous suivre dans cette manipulation cousue de fil blanc?

    au lieu d'imposer à l'électorat vos politiques politiciennes,

    vous feriez mieux de l'écouter

    et de vous engager à vraiment défendre le peuple qui souffre sans ceder aux sirènes de la compromission.

    les compromissions à gauche sont depuis des années le lit des injustices sociales.

    plus JAMAIS la gauche plurielle.

    vous vous rendez compte que vous ne nous proposez AUCUN ESPOIR?

    bienvenue à une gauche qui s'ENGAGE à défendre les gens.

    pascal caradec

  27. 27
    JPR dit:

    @ militant remonté

    Le choix des collectifs est de s'inscrire, dès cette campagne, contre le fonctionnement personnalisé des institutions de la Vème, c'est pourquoi ce qui était mis en avant était une candidature collective, avec certes un seul nom sur l'affiche, système oblige.

    Le nom de MGB est celui qui est remonté des collectifs locaux et ils n'ont pas été noyautés, mais c'est vrai qu'il est impossible d'interdire aux communistes d'y participer, non ?

    De surcroît de nombreux cocos n'ont pas choisi MGB mais Autain, Salesse, voire Braouezec (!). Encore une preuve qu'il n'y a pas eu d'OPA du PC : 16000 votants dans les collectifs seulement? Si le PC avait voulu lancer ses divisions, il y en aurait eu 100000 !

    Membre d'un collectif de base, je me sens un peu frustré d'être désavoué par des combines d'appareil au niveau du collectif national.

    Deuxième point, je ne suis absolument pas d'accord avec l'idée que MGB soit une candidate ringarde; et sans tomber dans la personnalisation voulue par cette élection, je pense qu'elle est la seule à pouvoir regagner du terrain dans les couches populaires car elle est la seule à y être suffisamment connue ?et pas en mal.

    Troisième point, j'ai peur que l'opposition interne au PS, entre le picto-blairisme à la sauce scandinave et la social-démocratie "assumée" à la sauce euro-libérale, ne doive se préparer à une longue apnée qui pourrait fort bien se terminer aux soins palliatifs, ou vous remplaceriez le PCF dont c'était naguère le rôle de rabattre les voix à gauche?

    Dernier point, en ce qui concerne les "chimères du PC", vous avez tort de vous laisser aller à des jugements à l'emporte-pièce et je crois que MGB justement, et avec beaucoup de difficultés internes, réussit peu à peu sa transformation par un chemin étroit entre les refondateurs-liquidateurs et les stalino-identitaires. Je pense qque vous avez un jugement beaucoup trop hâtif sur sa personnalité, comme sur son intelligence politique.

    Cela dit, et je le répète, je voterai pour un candidat unitaire, quel qu'il soit s'il s'en dégage un.

    Et, hélas! contrairement à vous, pour Ségo au second tour, si elle est opposé à Sarko (avec le même enthousiame que quand j'ai voté Chirac la dernière fois?)

  28. 28
    Lug dit:

    Personnellement, je voterai par ordre de priorité

    1/ candidat unitaire anti-libéral

    2/ MGB

    3/ Blanc

    à tous les tours, car il est inenvisageable de voter pour quelqu'un qui a soutenu le oui, et ancore moins pour une msr qui n'a de ps que l'ambition affichée par tous ses cadors...

  29. 29
    militant remont dit:

    @JPR

    tout d'abord précision : j'apprécie MGB en tant que personne et personnalité.

    Cependant, je ne peux qu'afficher mon désaccord sur certains points

    1er : dépersonnalisation

    je suis ok avec une reforme des institutions. Mais avant, il faut conquérir le pouvoir et jouer les règles du jeu en cours sinon comment faire ? Si De Gaulle n'avait pas joué les règles de la IV République, il n'aurait pas pu accéder à sa Ve République.

    2e point : ringardisation ?

    La campagne de Sego faisant suite aux methodes de Sarko a montré que la communication avait désormais un role majeur dans la campagne politique. "L'opinion, ça se travaille". Et les médias tissent un scenario dans lequel les candidats trouvent leur role caricaturale. "Marie-Sego, touchée par la grace" "Nico, l'arriviste" etc etc. Quelle place pour MGB dans ce jeu ? Nul doute, celle de la ringarde, coincée entre la vraie "Arlette" le jeunot "Olivier" et la louve "Clem". Elle incarne le vieux PCF jadis à 15/20%. Qui plus est, je suis atterré de le dire car ce n'est pas un argument à mes yeux mais ça l'est aux yeux de pas mal de personnes : MGB passe moins bien esthétiquement parlant. Quand on prend ces considérations qui ne sont pas politiques (donc c'est triste oui). MGB est une ringarde. Et qu'elle ait un relais populaire ne fera rien de rien. Il n'y a pas que les classes populaires à convaincre pour décoller un peu. Et les classes populaires parties vers le FN, ça m'etonnerait qu'elles reviennent vu que Sarko et Sego leur confirment leur bon choix en allant sur les terres de Le Pen les chercher. Le PC doit rajeunir son image et cela passait par Clementine Autain. La LCR l'a compris, LO pas encore, le PCF non plus donc.

    3e point : 100% ok par contre et ça me désole

    4e point : il s'agissait plus d'une tournure de phrase ;) je devais faire vite. Donc, autant pour moi pour la méprise

    5e point : vote Sego ? mmm tout n'est pas encore figé pour le 2nd tour mais la pillule a du mal a passé. Le PS dérive deja vers la droite en eco et sociale, passe encore. Mais quand il rajoute une dérive sur les questions societales, j'ai mal au ventre à cautionner ceci en mettant mon bulletin et donc en me tirant une balle dans le pied. Ca fait un mois que ça me mine assez comme cela :(

  30. 30
    r?mi 2 dit:

    Jean-luc, il faut que tu te présentes pour rassembler la VRAIE gauche; Il n'y a que toi qui puisse rassembler et même capable de ramener Olivier avec nous (et dans ce cas de figure je suis prêt à parier que Notre Arlette nationale se désisterait pour la première fois, rien que pour voir la VRAIE gauche battre cette gauche libérale

    Allez saute le pas, applique tes idées, c'est bien la dernière occasion qui nous est présentée........ il n'y aura plus d'après et nous serons embarqués une fois pour toute dans ce tourbillon du libéralisme qui détruit toutes nos valeurs et presse l'homme comme un vulgaire citron jusqu'à sa mort!

  31. 31
    paysan bio dit:

    une question qui me tracasse depuis le début:

    quel intérêt voyez-vous,pour nous de voter pour l'anti-libéralisme au premier tour,

    pour ensuite voter POUR LE LIBERALISME de ségo au deuxième?

    je comprends l'intérêt pour certains intellectuels de gauche et pour des professionnels de la politique:ça leur fournit des postes

    MAIS POUR NOUS?

    en fait,avec vous on va voter pour obtenir le CONTRAIRE de nos idées et avaller des couleuvres.

    l'impression finale est que vous nous prenez pour des boeufs.

    pascal

  32. 32
    paysan bio dit:

    on se retrouve en position d'avoir envie de défendre des idées,un programme,

    mais on ne ne peut pas car si on respecte nos valeurs,on ne peut que refuser de CAUTIONNER des pratiques politiques "au sommet"qui ne sont rien d'autre que de la manipulation:

    jouer du violon à gauche pour pratiquer à droite.

    pascal

  33. 33
    Peff dit:

    Jean-Luc Mélenchon présentes toi sinon je vais pas savoir pour qui voter! (puisque c'est hors de question de soutenir Besancenot le lacheur ou Buffet et ses méthodes staliennes)

    Qui sait, si tu ne te présentes pas, je pourrai, de désespoir, voter Royal (errrgggg) ou pire Bayrou (bbbeeeuuuark). Je t'en prie Jean-Luc Mélenchon sauve moi de ce mauvais pas: PRESENTES TOI ;)

  34. 34
    Jacques dit:

    Pour moi, je voterai le candidat unitaire.

    S'il n'y a pas de consensus, aucun des partis de gauche n'aura ma voix, la droite, PS compris, je n'en parle même pas !

  35. 35
    zab dit:

    réponse à jean (hier à 23 heures)

    Je suis d'accord avec ton point de vue ; je suis particulièrement d'accord avec le paragraphe suivant :

    "Le gros bléme me semble se trouver ici, que les antilibéraux semblent maintenant partir convaincus d'avance qu'ils n'ont aucune chance de décrocher le pompon et que par conséquent peu importe le candidat."

    La vraie dynamique, c'est vrai, c'est de se dire : unis, on est bien plus que l'addition des pourcentages minables des uns et des autres ; j'en suis absolument persuadée. A quoi bon voter pour tel ou tel petit parti, sachant qu'il n'a aucune chance ; par contre, unis et unitaires, voilà une vraie force potentielle. Beaucoup tiennent ce raisonnement. C'est cette force là que je soutiendrai (de toutes mes forces !)

  36. 36
    paysan bio dit:

    vous nous présentez l'UNION comme si c'était le but à atteindre,le but suprême.

    je pense que l'union est un OUTIL.

    le but suprême est de faire passer des idées d'égalité,de fraternité,d'écologie dans la vie des Français.

    on tape sur ségo qui manipule les concepts

    MAIS je trouve que les intellectuels de gauche et les professionnels de la politique ne sont pas en reste pour tenter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

    on part d'un mouvement de la base qui estdétourné dès que les pros entrent en piste.

    lamentable,à mon avis car ils le torpillent.

    pascal

  37. 37
    zab dit:

    Je vous réponds, pascal, mais je ne suis pas douée pour les débats, alors parfois, je ne sais pas bien me faire comprendre.

    J'ai cru comprendre que les "unitaires" étaient d'accord sur un projet, qu'il n'était pas besoin de revenir dessus... et qu'il ne manquait plus qu'un nom pour porter tout ça. J'espère vraiment que ça se fera.

    cordialement

  38. 38
    paysan bio dit:

    Zab,

    ne vois aucune agressivité dans ma réponse:

    c'est justement ce qui me désole:

    avec la stratégie d'alignement au second tour derrière Ségolène contre des postes aux législatives,quand est-ce que le projet anti-libéral a une chance d'être appliqué?

    JAMAIS Ségolène ne va appliquer nos idées juste pour nous faire plaisir:

    il ne faut pas rêver.

    dans le scénari que nos élites (le sommet) veulent imposer,je ne vois que désespoir pour les gens comme moi.

    la politique appliquée sera Blairiste.

    le Blairisme est une CATASTROPHE pour les pauvres:

    non seulement ils touchent moins mais on les culpabilise.

    cette pôlitique est déjà en place pour le RMI dans les conseils généraux PS:

    je l'ai vécue dans ma chair.

    je ne voterai pas le Pen parce que mes enfants sont métis

    MAIS autour de moi,le vote du désespoir,c'est lui.

    cette responsabilité,elle est portée par nos "élites" qui,soit-disant pour notre bien,passent leur temps à nous imposer LEURS CHOIX.

    pascal

  39. 39
    paysan bio dit:

    je suis comme Jacques dans cet article:

    http://www.salaudsdepauvres.com/.shared/image.html?/photos/uncategorized/deroo7dec20minutes_2.jpg

    qu'est ce qu'on peut répondre à Marco et Pascal quand on voit ce qui se trâme loin de notre réalité quotidienne?

    il est où l'espoir?

    pascal

  40. 40
    Jean dit:

    Il me semble clair que si une candidature antilibérale échoue ce sera parce que le PC, la LCR et LO l'auront fait capoter. Il faudra donc fonder rapidement un nouveau parti de gauche antilibéral en excluant absolument toute alliance avec cette gauche antidéluvienne la plus con du monde qui fait le jeu de la droite depuis des dizaines d'années avec ses divisions et ses petits, tous petits intéréts hystériques. Ensuite la majorité des militants de ces partis sauront faire la différence et nous rejoindre. La première des luttes à engager au cas ou une candidature antilibérale échoue à cause d'eux, sera donc celle-là, ne surtout pas voter pour LO, la LCR ou le PC, pour faire crever par tous les moyens les responsables de cette échec. Ce sera d'autant moins difficile qu'ils seront certainement après 2007 réduits à l'état de groupuscules du pourcentage. L'espace est ouvert pour une gauche de renouveau sans y intégrer ces perdants perpétuels qui ne se maintiennent et balladent le peuple qui souffre depuis des années que parce que aucun véritable parti de gauche structuré et crédible ne leur est opposé. En cas d'échec c'est tout de suite qu'il faudra commencer, ne pas attendre les élections de 2007 pour les déclarer personna non grata, on aura de toute façon plus rien à perdre, le plus vite accompli sera le mieux.

  41. 41
    militant_remont dit:

    @JPR

    quand je parlais du jeu de De Gaulle dans les institutions, c'est qu'il a accepté d'etre president du Conseil après Pflimlin, et ainsi mettre en oeuvre sa réforme.

    visiblement, il semble que les militants PC doivent décider du sort de MGB. Bref, le sort des collectifs est joué sauf gros gros retournement de situation.

  42. 42
    b?ber dit:

    Comment unifier un groupe, si ce n'est en lui proposant une action commune, une action où il prendra plaisir SANS AUCUN DOUTE, où les résultats seront si GRATIFIANTS que les uns voudrons bien prendre de nouveau avec respect les autres en considération?

    Mais, quel est ce pays où des enfants sont terrorisés parcequ'ils n'ont pas de papiers?

    Vous voyez toujours pas ce qu'il y a de commun dans "l'autre gauche"?

    En restera t'on toujours à l'état "d'inaccessible étoile", laissant les dégoutés de la politique rejoindre le camp des abstentionnistes, corresponsables du succès Le Peniste ?

  43. 43
    brigetoun ou brigitte.celerier dit:

    le problème est que je ne vois pas Jean Luc Mélenchon se proposer lui-même, sans aucune garantie que les égos des candidats déclarés se calment. Le problème de dire que l'on ne peut voter pour SR c'est que (bon je sais tout ce qu'on peut dire contre le PS) ce n'est tout de même pas Sarkozy (ou le borgne) ni même le libéral compassionnel Bayrou - et que je ne me sens pas le droit de décider que, outre la pauvreté, les gens perdont aussi de grands pans de liberté.

    Travaillons pour la prochaine fois, et pour créer quelque chose de crédible. J'ai 64 ans et je ne suis jamais à mon grand désarroi arrivée à croire en ces têtes d'affiche auto-proclamées (peut être Salesse)

  44. 44
    Tomas dit:

    Jean-Luc tu es le seul qui peut incarner le mouvement de la gauche unitaire. Tous savent que tu sauras contenter tous les esprits et que tu ne favoriseras pas un groupe ou mouvement plus qu'un autre. Tu es aussi l'un des seuls à avoir participé aux affaires de la République au plus haut niveau et à avoir travaillé dur dans un ministère de l'éducation nationale. De plus tu es sénateur. Enfin tu n'as pas la grosse tête et on ne sent pas chez toi cette soif de pouvoir et cet orgueil narcissique.

    PS : tu es le meilleur orateur du PS, toi seul peut rivaliser face à un le pen ou un sarkosy grâce à tes convictions.

    te deseo lo mejor.

  45. 45
    Aur?lien Sfodail dit:

    Tout cela sent le ralliement piteux à Ségolène Royal. Pathétique !

  46. 46
    zab dit:

    Aurélien,

    Pourquoi dis-tu ça ?

    Et si le mouvement "unitaires de gauche" faisait plus en score que le PS au premier tour ?

    Et si ce mouvement capote, est-ce que ça n'est pas, à ce moment-là, laisser toute la place à la droite (l'extrême, la droite et la droite de gauche)

    Je voterai pour le candidat unitaire de gauche, parce que je sais que ce sera un vrai vote utile.

    Je ne voterai pour aucun des petits partis de gauche restés chacun dans leur coin, parce que ça ne sert à rien (je l'ai fait en 2002, je ne le referai pas).

    Voilà pourquoi je (nous) mets (mettons) beaucoup d'espoir dans la conclusion heureuse de ce processus unitaire.

    Amicalement

  47. 47
    Vincent BARRIAC dit:

    La proposition de Tiago Jaïme est séduisante. Moi non plus n'étant pas membre des collectifs, je n'ai pas d'intérêt particulier dans la démarche, mais j'y vois plusieurs avantages :

    - Cela mettra la LCR et le PCF devant leurs responsabilités et leur permettra de prouver leur bonne foi éventuelle.

    - On y aborde enfin la présidentielle comme faisant partie d'un tout électoral avec les législatives. On est certainement plus enclins à accepter un autre comme candidat à la présidentielle si on sait à l'avance qu'en retour on peut gagner des députés.

    - C'est simple, clair et compréhensible par tout le monde, même en dehors des collectofs (grand public, presse...).

    Le seul souci, c'est qu'il est peut-être déjà trop tard. Les collectifs auront-ils la force de redéfinir des règles après tant de temps et d'efforts dépensés.

    Il faudrait un soutien fort d'une telle démarche par des personnalités de poids, genre Bové ou Mélenchon, pour qu'elle ait une chance d'aboutir.

    C'est utopiste ?

  48. 48
    Thomas Rudolf dit:

    Il ne reste plus que Jean-Luc Mélenchon.

    Pour moi la campagne 007 est finie.

    J'attends la fin du Tour n°4 pour voir quel Parlement de droite va légiférer et quel gouvernement musclé de droite va nous gouverner.

    J'ai nettoyé mon propre site des dernières traces de campagne et je traite de thèmes de gauche. Je participe avec moi-même. Me lira quui voudra.

    Hop, Mélenchon, mach'ebs"!

  49. 49
    Thomas Rudolf dit:

    Il ne reste plus que Jean-Luc Mélenchon.

    Pour moi la campagne 007 est finie.

    J'attends la fin du Tour n°4 pour voir quel Parlement de droite va légiférer et quel gouvernement musclé de droite va nous gouverner.

    J'ai nettoyé mon propre site des dernières traces de campagne et je traite de thèmes de gauche. Je participe avec moi-même. Me lira quui voudra.

    http://www.renovezmaintenant67.eu

    Hop, Mélenchon, mach'ebs"!

  50. 50
    R?mi dit:

    marre y en a marre de tous ces petits chefs, on croirait voir Sarkozy, vous savez celui qui y pense pas que tous les matins en se rasant!

    C'est quand même dur à avaler, quand on sait que 60% des votes des sympathisants de gauche au traité européen ont refusé cette dérive libérale!

    C'est quand même inconcevable de constater que l'égoïsme de certains va mettre à bas ce courant, notre dernière chance pour 2007, car après ce sera terminé, le PS aura accentué son virage à droite et jamais, jamais plus nous n'aurons l'opportunité de faire machine arrière!

    Il faut à tout prix une entente, il y a possibilité de faire un meilleur résultat que le PS au 1er tour, si, si........... on ne tarde pas à faire campagne!

    Pour ma part je ne voterai plus PS et pourtant c'est ce que j'ai fait depuis près de 40 ans, jusqu'à cette constitution europèenne ou j'ai voté NON

    Alors Jean-Luc, il faut que tu interviennes, tu es un des seul capable à rassembler, à ramener Olivier et José parmi nous !

Pages : [1] 2 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive