09nov 05

Première scène. Ca se passe au Bureau National du parti Socialiste. On croise dans la cour des maires socialistes des banlieues qui sont là. Ceux des villes les plus chaudes vont être admis à nous présenter leur analyse. Visiblement ils sont épuisés. Chaque poignée de main semble leur faire plaisir. Je me doute qu’ils sont aussi fiers d’eux mêmes. Ils ont fait en effet du bon travail de vrais républicains. On va le vérifier ensuite, dans la discussion en face des poules mouillées de la direction Hollande qui couvrent les surenchères sécuritaires de la droite. Deuxième scène: je réponds sur France Culture au chef du syndicat policier Alliance. Il ose traiter les élus qui ne veulent pas du couvre feu d’élus qui « vivent dans un monde virtuel »! Je réplique. Ce type répond, comme un démagogue populiste qu’il est, qu’il « ne m’a pas vu sur le terrain »… Moi non plus, ai je envie de répondre, je ne l’ai pas vu. Et pour de bon il y a bien des chances que ce monsieur n’ai pas vu un tour de garde depuis longtemps! Je lui ai dit qu’on ne devait pas être sur le même terrain… Mais voila la leçon de situation. Si ce type peut me parler de cette façon et insulter les élus de la ligne de front c’est que la veille, le bureau national du PS a donné carte blanche à la droite et renvoyé chacun d’entre nous à son « appréciation personnelle de la situation ». Les héritiers de la SFIO ont approuvé la mise en oeuvre de la loi d’exception que leur ainés avaient déjà voté avec des mouvements de mentons. Ils ont mis le doigt dans l’engrenage. Tout y passera et sera perdu. Inclus l’honneur.


Aucun commentaire à “J’étais pas sûr de comprendre”

  1. 1
    refalo dit:

    je suis souvent déçu par tes interventions dans les médiats. Tu finiras par nous rappeler Georges Marché.

    Je crois qu'il faut situer les journalistes des grands médiats systèmatiquement à droite, sauf Daniel Mermet, et leur faire savoir. Ainsi tu lui aurais fait sentir que cette m**** de flic avait eu le droit de répondre et toi on te demandait de passer à autre chose.Et Merde. Comme disait Cambronne.

    Je crois que ce qui discréditait Marché c'était ses emportements, donc il faut les tuer avec calme et raisonnement, et ne pas prendre les journalistes pour des gens neutres. (ils sont tous là issus de la même classe sociale)

    Mais tu te bas, et non sommes si peu. Alors à toi Jean-Luc Merci!

  2. 2
    Bernard C-C dit:

    Cher Jean-Luc,

    on est maintenant à la croisée des chemins... avec le résultat du vote d'hier soir, avec les déclarations "pétainiste" de Ségolène Royal sur le fait que "le problème de tranquillité est tel qu'il est difficile de s'opposer" au couvre-feu, qu'il faut rétablir "une forme de service national" (tout en étant d'accord que la conscription est une forme de garantie d'une défense populaire mais ce n'est en aucun cas une réponse adaptée à ce qui se passe actuellement dans les banlieues), ces déclaration venant après celle de Jean-Marc Ayrault "nous ne sommes pas hostile en principe au couvre-feu" et donnant son accord "vigilant" à cette décision disproportionnée.

    Est-il vraiment possible de cohabiter avec ces gens là ?

    PS : et dire que sympathisant depuis toujours je me suis décidé il y a maintenant un peu plus d'un mois à faire une demande d'adhésion au PS ! Enfin, comme je n'ai jamais reçu de réponse...

  3. 3
    seb22560 dit:

    Décidément le Ps ne comprend rien...toujours la meme rangaine, les mêmes têtes, les mêmes projets, les mêmes défaites....

    Je m'appretais à faire preuve aux prochaines élections de vote utile dès le premier tour si le ps changeait d'orientation mais hélas ce parti de fonctionnaires ne veux rien savoir du peuple qui souffre...donc je ne suivrais probablement pas comme beaucoups de gens de gauche...

    Il va falloir creer quelque chose d'autre avant les elections à l'image de ce qui s'est fait en allemagne...

  4. 4
    fmi dit:

    Bonjour,

    Je vous trouve intéressant... mais, que faites vous encore au PS avec ce que vous rapportez des pratiques "démocratiques" dans ce parti ?

    2007 est perdu pour la gauche : je ne voterai jamais pour de telles personnes, à moins que... Que la gauche se retrouve ailleurs ? Mais où ?

    Vous avez du boulot pour convaincre des centaines de milliers de personnes d'ici 1 an : bon courage.

    Cordialement.

  5. 5
    herv dit:

    Arlette, Jospin, Le Pen.

    3 personnages aux idées similaires

    Ne seriez vous pas perdu ou égaré rire!

  6. 6
    philippe kilo dit:

    "L'immigration est aussi facteur de guerre civile, en l'absence de communauté ethnique tant que les citoyens n'en sont pas arrivés à respirer d'un même souffle"

    Aristote

Blog basé sur Wordpress © 2009/2013 INFO Service - V4
Screenshot