Résultats pour le mot-clef «Eva Joly»

25sept 13

Petit à petit la réalité de ce qu’est le « nouveau PS », c’est à dire le parti solférinien, se précise sous les yeux de tous… Libéral en économie, sécuritaire-ethniciste en société, aligné sur Berlin et Washington sur la scène européenne et mondiale, autoritaire et brutal dans sa pratique politique. Cette semaine est un festival. Le discours à l’ONU de François Hollande, la présentation du budget, le licenciement de Pascal Durand de la tête d’Europe-Écologie-les-verts, l’inacceptable stigmatisation anti-républicaine des Roms par Valls forment un tout cohérent. La dissidence de Noël Mamère et son vote contre le budget cristallisent le rejet et le dégout que tout cela soulève jusque dans les rangs de la coalition gouvernementale. Il annonce, selon moi, le commencement de l’agonie de l’attelage politique qui soutient le gouvernement.

Dans cette note je parle très rapidement (c’est le nouveau style…) de ces trois sujets. Non sans la jubilation de celui qui a été beaucoup agressé pour avoir dit clair et net, cru et dru, à chaque étape ce qui allait se produire, en nommant les gens par leur nom et adjectifs qualificatifs. Ainsi quand, par exemple, les propos odieux de Valls sur les Roms provoquent enfin une prise de conscience sur ce personnage et la politique qu'il conduit ! A présent il vient de nier un principe républicain fondateur en assignant les individus à leur ethnie et leur ethnie à un invariant. Mettre en cause l’universalité humaine, il fallait oser ! Le pire c’est qu’il ne comprend même pas ce qu’on lui reproche. Qui donc avait écrit, cet été, à propos de ce monsieur ? Où sont passés ceux qui dénonçaient des « invectives » et des «outrances » là où il ne s'agissait que d'une bonne évaluation des faits ? L’agonie de ce gouvernement sera douloureuse socialement, mais aussi moralement.

Lire la suite »


25sept 13

Communiqué du 25 septembre 2013

Bienvenue au club des « sans muselière »

Ce billet a été lu 4 413 fois.

Noël Mamère quitte son parti et il va voter contre le budget. C’est un acte politique retentissant. D’abord en raison de la personnalité en cause et de la place qu’il a occupée dans la construction de son parti. Ensuite parce qu’il s’agit du seul candidat des Verts qui ait franchi la barre des cinq pour cent à l’élection présidentielle. Enfin parce qu’il donne un sens politique à sa critique de la politique gouvernementale en s’opposant au budget qui le concrétise. Ses critiques préalables n’ont été jamais été entendues ni même écoutées. Après la prise de distance d’Eva Joly, l’éviction de Delphine Batho et le congédiement de Pascal Durand pour lèse-majesté, la liste des victimes du règne de la muselière s’allonge.

Au final, le départ de Noël Mamère et son vote contre le budget fait constater officiellement l’entrée en agonie de l’alliance gouvernementale. Dans quelques mois la compétition des listes vertes avec celles du PS au premier tour des municipales puis des européennes achèveront le constat d’incohérence. 

L’acte que pose Noël Mamère peut être fondateur s’il permet une action collective positive et unifiante. Je forme le vœu que Noël Mamère entende nos appels à la formation d’une alliance alternative à gauche. Oui, la politique austéritaire du gouvernement et son goût pour la mise au pas des récalcitrants sème le désespoir. Il ne doit pas être amplifié par notre incapacité à trouver le moyen de proposer à notre peuple de faire autre chose, autrement ! A bientôt peut-être Noël, Eva et vous autres nos camarades rebelles et têtes dures. 





Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive