19mai 14

Hollande, le muet de l’Europe

Ce billet a été lu 48 330 fois.

Je pose mon sac juste un jour et demi à Paris avant de faire la dernière semaine de campagne. C’est la plus dangereuse. C’est celle des maxi boules puantes comme j’ai pu m’en rendre compte à la présidentielle. Peu importe, il faut marcher droit notre chemin. En relisant ce blog je réalise que mon précédent post aura tantôt une semaine. Je croyais quatre jours en y pensant et un mois en lisant. Quelle drôle d’ambiance politique. A six jours des élections européennes, le président de la République n’a toujours pas dit un mot public sur l’enjeu du Grand Marché Transatlantique pour la France. Ni sur l’élection européenne pour la France. Mais il amplement amusé la galerie avec son bricolage des régions et départements ! Pendant la bataille, il joue au Lego institutionnel !

Je n’écris que pour aider votre campagne personnelle. Dans ce post, j’ai pris le temps de rassembler des arguments à propos du Grand Marché Transatlantique puisque, enfin, le thème perce. Puis je viens de nouveau sur Alstom. Cette reconstruction de mon argumentaire, pour être honnête, est surtout à usage de campagne. Ordonner ses arguments par écrit permet de lâcher ensuite ses feuilles pendant les discours et les face-à-face médiatisés. Rude discipline. Je pense vous aider à mener campagne d’argumentation en faisant ce travail plutôt qu’a raconter mes impressions par monts et par vaux, quoi qu’elles m’obsèdent souvent plusieurs jours après que je les ai reçues. Ici, je ne dirais donc qu’un mot de la campagne que je vis sur le terrain. J’avoue que les jours et les lieux se mélangent un peu dans mon esprit. Mais la série des rendez-vous, que ce soit dans ma circonscription, Ondres et Bordeaux, ou bien dans celles où m’ont reçu Eric Coquerel, à Grenoble (grand Sud-Est), Corinne Morel Darleux à Clermont-Ferrand (Centre) ou Gabriel Amard à Nancy (grand Est) est sans équivoque : les nôtres sont là, ils se déplacent en nombre, ils sont enthousiastes. Savoir si c’est une force électorale, c’est une autre affaire, bien sûr. Mais c’est sans aucun doute une force civique consciente en croissance. Dans notre stratégie, rien n’est meilleur ! Rappelons-nous l’objectif : non pas construire un parti révolutionnaire mais un peuple qui le soit. Partout, les salles ont débordé de monde. Nous sommes les seuls dans ce cas. Nos rassemblements massifs attestent de la permanence de la force que nous construisons et de son ancrage. Je n’en dis rien de plus. Je verrai dans vos commentaires ce que vous avez pensé de tout ça quand vous y avez participé, et ce que vous pensez de ma manière de mener mes émissions télévisées ces temps-ci. Je le rappelle, ce blog est une de mes principales antennes pour capter le pays, vos humeurs et arguments. Je vous retrouve ici en fin de semaine.

Vivent les poulets !

Enfin ! On n’y croyait plus ! Après six ans de lutte dans un silence assourdissant, les médias découvrent enfin le projet de Grand Marché Transatlantique, marché unique entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique. Mieux vaut tard que jamais ! Nous avons fini par percer le mur du silence. C’est une nouvelle leçon sur le fonctionnement du système médiatique. En parler dans des discours, éditer un livre, imprimer 80 000 brochures, distribuer plus de 4 millions de tract sur le sujet n’affectaient pas les médiacrates. Même la une de « Marianne » ne leur en toucha une sans faire bouger l’autre, selon le mot de Chirac. Pour que l’on en parle, il aura fallu faire du spectacle. Passionnante leçon de chose. Merci, donc, à « la brigade des poulets anti-GMT » et aux camarades qui se sont déguisés en poulets ! Depuis, le panurgisme médiatique fait son œuvre : la une du Monde mercredi, celle du Parisien vendredi, etc. On ne s’en plaint pas. Pourtant, ce projet ne date pas d’hier !

La Commission européenne défend l’idée d’un « Nouveau Marché transatlantique » depuis 1998. Pendant quinze ans, le projet a avancé en secret à coup de sommets entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique et de résolutions ou déclarations du Parlement européen. En 2009, j’étais le premier et le seul candidat à faire campagne contre ce projet au point de le faire figurer dans ma profession de foi envoyée à tous les électeurs du Sud Ouest. Depuis 2013, tout s’est accéléré. Le 1er février 2013, la chancelière allemande Angela Merkel a relancé le projet en demandant d’« avancer dans les négociations sur un accord de libre-échange entre l’UE et les États-Unis ». Le 12 février, le président étatsunien Barack Obama lui a répondu favorablement dans son discours sur l’Etat de l’Union. Dès le lendemain, les Etats-Unis et l’Union européenne annonçaient « initier les procédures internes [à l’UE et aux USA] nécessaires au lancement des négociations » en vue d’établir un grand marché unique entre les deux rives de l’Atlantique, dans une déclaration commune de Barack Obama et du président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso et du président du Conseil européen Herman Van Rompuy.

Ce projet avance dans l’opacité la plus totale. Le 14 juin 2013, le Conseil des chefs d’Etats et de gouvernement et les ministres du Commerce extérieur des 28 pays de l’Union européenne ont donné un mandat à la Commission européenne pour négocier avec les Etats-Unis. Ce mandat a donc été accepté par François Hollande et son gouvernement. Ce mandat est secret. Les députés européens n’y ont jamais eu accès. Le Parlement européen a été tenu à l’écart. Il s’est seulement prononcé, le 23 mai 2013, sur une résolution sans valeur sur ce qui devrait être négocié. Mais le Parlement n’a jamais voté sur le mandat lui-même ! Et celui-ci est toujours confidentiel. Officiellement, pour ne pas que l’Union européenne donne ses positions aux Etats-Unis. Pourtant, les Etats-Unis connaissent sûrement le contenu du mandat puisqu’ils ont espionné la Commission, les Etats et plusieurs grandes entreprises européennes.

Ce projet est un grand danger. Un danger géopolitique d’abord. Il vise à arrimer un peu plus l’Europe aux Etats-Unis d’Amérique. C’est une sorte d’OTAN de l’économie pour renforcer le « bloc occidental » face à la Russie ou à la Chine. Mais c’est surtout un danger social et écologique. En effet, ce projet vise à construire un grand marché unique. Pour cela, il prévoit se supprimer les droits de douanes, quotas et autres protections contre les marchandises étatsuniennes. Mais il vise aussi à supprimer ce que les spécialistes appellent les « barrières non tarifaires ». C’est le plus important. C’est-à-dire à harmoniser les normes écologiques, sociales, sanitaires, techniques entre les Etats-Unis et l’Europe. C’est une bombe à fragmentation : les systèmes d’appellations contrôlées qui protègent les productions locales, les normes d’élevage ou d’abattage des animaux, les conditions d’exploitation des gaz de schiste ou de culture des OGM, tout est menacé ! C’est ainsi que les Etats-uniens qui désinfectent leur poulet à la javel pourrait obtenir le droit de les vendre en Europe où cette pratique est interdite. Voire obtenir la levée de cette interdiction !

Il y a plus dangereux encore. Le mandat donné à la Commission prévoit l’établissement d’un « mécanisme de règlements des différends entre Etats et investisseurs ». Car le Grand Marché Transatlantique vise aussi à libéraliser les investissements et la circulation des capitaux entre les Etats-Unis et l’Europe. Ces « mécanismes », ce sont les fameux « tribunaux d’arbitrages ». Ils ont un but précis : protéger les profits des multinationales contre les réglementations et les décisions des Etats. La logique est simple : les multinationales peuvent attaquer les Etats pour obtenir des dédommagements ou des changements de législation ! Mais ces procès ne se dérouleront pas devant la justice ordinaire des Etats. Ils se dérouleront devant des tribunaux spéciaux, privés : des tribunaux d’arbitrage. C’est là une attaque frontale contre la souveraineté des Etats. C’est tellement vrai que l’Assemblée nationale française avait demandé explicitement le 28 mai « que soit exclu du mandat le recours à un mécanisme spécifique de règlement des différends entre les investisseurs et les États pour préserver le droit souverain des États ». Pourtant, François Hollande a accepté que ce point figure dans le mandat de négociation de la Commission européenne ! La Commission a même lancé une consultation publique en ligne sur le sujet le 6 avril 2014. Officiellement, cette consultation est ouverte à tous mais dans les faits, on ne peut participer que pour « améliorer le système d’arbitrage », pas pour dire qu’on est contre ! Grosse ficelle, grosse arnaque, cruelle moquerie qui rend enragé dès qu’on découvre le pot aux roses de cette prétendue « consultation ».

Ce traité est l’un des principaux enjeux des élections européennes du 25 mai prochain. En effet, le Parlement européen aura le devoir d’approuver ou de rejeter ce marché unique. Chaque député compte dans un sens ou dans l’autre ! C’est la seule garantie que les peuples ont de pouvoir donner leur avis. En effet, aujourd’hui, on ne sait pas si les Parlements nationaux auront à ratifier eux aussi cet accord. C’est possible. Cela dépendra du contenu exact de l’accord à la fin de la négociation. Mais la Commission européenne fait tout pour l’empêcher. Selon le journal allemand Suddeutsche Zeitung du 29 avril, le Commissaire européen chargé de la négociation, Karel de Gucht, veut saisir la Cour de Justice de l’Union européenne pour empêcher les parlements nationaux de se prononcer ! Même pendant les élections, les mauvais coups continuent !

Une éléction référendum sur le GMT (TAFTA)

Les élections européennes sont donc une sorte de référendum pour ou contre le GMT. Ceux qui sont pour le bœuf aux hormones et le poulet à la javel peuvent voter UDI, PS ou UMP. Ceux qui sont contre peuvent voter « non ». Mais cette fois-ci, à la différence d’un référendum classique, vous pouvez choisir votre « non ». Le Front de Gauche porte depuis l’origine le « non de gauche » au Grand Marché Transatlantique. Nous sommes d’ailleurs les opposants les plus sérieux et les plus constants. En quelque sorte, nous sommes l’assurance tout risque contre le Grand Marché Transatlantique.

Les autres opposants à ce projet sont en fait des opposants plus récents et plus flottants. Ils sont devenus opposants au projet au fur et à mesure que les élections se rapprochaient ou que les médias commençaient à tendre l’oreille. La plus hypocrite est évidemment Madame Le Pen. Elle prétend aujourd’hui lutter contre le GMT. Pourtant, elle et son parti font tout l’inverse. En 2008, Madame Le Pen a voté au Parlement européen pour un amendement qui demande un « calendrier » pour « concrétiser l'engagement à long terme de réaliser le marché transatlantique ». Et plus récemment, le Front National n’a jamais soutenu aucune de nos résolutions soumises au vote dans les collectivités locales. Nous avons déposé des vœux ou des motions contre le GMT dans de nombreux Conseils régionaux, généraux ou municipaux. Dans toutes les régions où le débat a eu lieu, le Front National n’a jamais voté pour l’arrêt des négociations. Il a toujours voté contre ou trouvé un prétexte pour s’abstenir. Ce sont des opposants de pacotille !

De l’autre côté, nous sommes heureux de voir qu’Europe Ecologie nous a rejoints dans cette bataille. Cet appui n’est pas de trop. Nous comprenons même leur enthousiasme contre le projet. C’est celui des nouveaux convertis ! Car jusqu’à il y a peu, Europe Ecologie et ses animateurs soutenaient le projet de Grand Marché Transatlantique. En 2002, au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit a voté pour une résolution favorable au GMT. Il s’agissait d’une résolution intitulée « Vers un renforcement de la relation transatlantique axé sur la dimension stratégique et l'obtention de résultats ». Entre deux compliments à l’OTAN, elle appelait dans son article 31 F à « permettre un développement plus harmonieux du marché transatlantique » et dans son article 38 à « permettre au Nouvel Agenda transatlantique de se développer ». Or, le « Nouvel Agenda Transatlantique » est une décision de l’Europe et des Etats-Unis de 1995. Elle est très explicite. « Nous créerons un nouveau marché transatlantique en réduisant ou éliminant progressivement les barrières qui entravent les flux de biens, services et capital entre nous ». Daniel Cohn-Bendit savait tout ça. Et il a voté pour avec la droite et les socialistes dont Harlem Désir. Plus récemment, le 11 novembre 2010, le groupe des Verts au Parlement européen a soutenu une résolution pro-GMT en commun avec le PPE et le PSE. Cette résolution a été présentée par « Reinhard Bütikofer, Eva Lichtenberger, Indrek Tarand, Jan Philipp Albrecht au nom du groupe Verts/ALE ». Ce sont des collègues de José Bové dans le groupe que co-préside Daniel Cohn-Bendit. Cette résolution « invite instamment les partenaires [à] réaliser d'ici à 2015, sur la base du principe d'une économie sociale de marché, un marché transatlantique ». Encore plus près de nous, le 28 mai 2013, à l’Assemblée nationale, Danielle Auroi, députée EELV, présidente de la Commission des affaires européennes, a soutenu le projet de Grand Marché Transatlantique. Elle a voté en faveur de la résolution du groupe PS qui approuve le principe de négociations avec les Etats-Unis et « demande que le mandat de négociation donné à la Commission européenne concernant le «Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement » prévoie clairement que les avancées de la négociation devront être parallèles dans ses différents volets : accès aux marchés, barrières non tarifaires et règles communes pour répondre aux défis du commerce mondial ». Certes, c’est la même résolution qui demande qu’il n’y ait pas de recours aux tribunaux d’arbitrage. Mais cela justifie-t-il pour autant de voter pour l’ouverture de négociations en vue de conclure un accord de libre-échange impliquant « la convergence et la reconnaissance mutuelle de nombreuses réglementations » ? Evidemment non.

Nous avons désormais bon espoir que le débat dure jusqu’aux élections. Déjà, Le Monde dénonce les « fantasmes » des opposants au projet qui agiteraient un « épouvantail ». Pourtant, le projet avance. Lundi 19 mai s’ouvre un cinquième cycle de négociations entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique. Le même jour, ma camarade Danielle Simonnet dépose au Conseil de Paris un vœu demandant que la ville de Paris se prononce contre ce projet. Le 22 mai, à trois jours des élections européennes, c’est à l’Assemblée nationale que le débat aura lieu. Là encore, c’est grâce au Front de Gauche. Nos députés ont déposé une résolution qui demande l’arrêt des négociations. Mardi 13 mai, lors de l’examen en commission des affaires européennes, le PS et l’UMP se sont alliés pour vider notre texte de sa substance. Ils défendent becs et ongles le Grand Marché Transatlantique. Nous pouvons les mettre en échec. Le 25 mai, chaque voix comptera.

Alstom encore et jusqu'au bout

Comme vous le savez, Arnaud Montebourg s’est réveillé à propos d’Alstom ! Enfin ! A dix jours des élections européennes ! Et à moins de trois semaines de la décision du Conseil d’administration d’Alstom sur l’offre de General Electric ! Il était temps ! Ce jeudi 15 mai, on a appris que le gouvernement a décidé d’agir pour protéger les entreprises françaises contre leurs concurrentes. Il renforce un décret pris en 2005 par le gouvernement De Villepin, déjà soi-disant apôtre du « patriotisme économique ». Le décret en question permet à l’Etat d’empêcher les investissements étrangers dans des entreprises dont le siège social est en France. Il y a aurait beaucoup à dire sur les formules de ce décret mais allons à l’essentiel, c’est à dire à son intention. Jusqu’ici, cette possibilité n’était ouverte que pour onze activités dans les domaines de la sécurité et de la défense. Le gouvernement Valls vient d’étendre cette possibilité à de nouvelles activités dans les secteurs de l’énergie, les communications électroniques, la santé publique et les réseaux et services de transports.

C’était la moindre des choses à faire dans l’urgence. Mais ce réveil tardif indique-t-il un changement de cap ? François Hollande et Manuel Valls sont-ils devenus des adeptes du protectionnisme ? Non, bien sûr ! Au demeurant, la rédaction du décret en atteste. Ce décret aussi est largement hypocrite tant il survient à contretemps. A quoi bon renforcer les dispositifs protégeant notre industrie contre les investissements étrangers au même moment où se négocie un projet de marché unique avec les Etats-Unis ? Car ce projet de Grand Marché Transatlantique vise, entre autres, à libéraliser les investissements entre les deux rives de l’Atlantique. Montebourg lève un doigt pendant que l’Union européenne et François Hollande lui coupent le bras !

En tous cas, cela ne doit donc pas nous tromper dans le moment. D’ailleurs, Arnaud Montebourg explique assez clairement qu’il ne fera rien. Dans Le Monde daté du 16 mai, il explique tranquillement que ce décret n’a pas pour but d’empêcher General Electric de racheter la branche énergie d’Alstom. Seulement de mieux négocier ce rachat ! Comme le dit Montebourg « les conditions d’une négociation juste et équilibrée sont maintenant réunies ». Quelques lignes plus loin, c’est encore plus clair : « Le secret d’une union réussie, c’est qu’elle soit équilibrée. C’est le sens de la lettre que j’ai adressée au président de General Electric, dans laquelle je lui dis notre disponibilité pour une alliance avec Alstom ». Fermez le ban : Alstom sera vendu et dépecé. Montebourg cherche seulement à faire monter les enchères. On est loin de la « fin du laisser-faire » que revendique le ministre. D’ailleurs, Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie, l’a dit avec encore plus de franchise que son collègue de l’Economie : « General Electric est une très bonne opportunité pour Alstom. C’est le meilleur projet industriel. Pourquoi ne pas le dire? Et pourquoi vouloir systématiquement faire fuir les investissements étrangers? Nous en avons bien besoin, pourtant ». Loin de la tartufferie Montebourg, le véritable « patriotisme économique » consisterait à nationaliser Alstom pour empêcher que Bouygues ne vende ce joyau industriel à d’autres.

Alstom est un symbole du coût du capital et de la cupidité des « investisseurs ». Le groupe a présenté ses résultats annuels mercredi 7 mai. Ils portent sur la période avril 2013 – mars 2014. Les principaux médias ont relayé la communication du groupe présentant Alstom comme une entreprise fragilisée. Pourquoi ? Parce que son bénéfice net a baissé en 2013. Pourtant, Alstom reste bénéficiaire de plus de 500 millions d’euros en 2013 ! 556 millions d’euros exactement. Cette somme vient s’ajouter aux bénéfices accumulés depuis sept ans, soit 5,8 milliards d’euros. Alstom gagne donc de l’argent depuis 8 ans !

Une autre preuve de difficultés serait qu’Alstom a renoncé à verser un dividende à ses actionnaires cette année. Et alors ? Ceux-ci ont été grassement servis ces dernières années, avec plus de 1,5 milliards d’euros de dividendes en quatre ans. Quant à la trésorerie, négative sur l’année entière, la dépêche de l’Agence France Presse souligne qu’elle est « repassé en terrain positif au second semestre » et que c’est là un « signe encourageant ».

Si Alstom a une difficulté, c’est celle que nous pointons : son carnet de commandes. Il est rempli pour plus de deux ans. Mais les résultats 2013 indiquent que les nouvelles commandes ont reculé de 10% dans l’année écoulée. C’est une preuve de plus que notre analyse est la bonne. Si Alstom est malade, c’est de l’austérité qui réduit les investissements publics dans l’énergie et les transports collectifs. Et Alstom est malade du coût du capital, des dividendes dilapidés ces dernières années. Alstom souffre enfin de l’inconséquence de son principal actionnaire, Bouygues, qui veut s’en débarrasser pour faire une plus-value boursière et se recentrer sur la téléphonie mobile, transformant Alstom en proie facile pour General Electric ou Siemens.

Que ce soit avec General Electric ou Siemens, Alstom est condamné à mort. Il ne s’agit pas là d’un jugement moral sur ces deux entreprises. C’est seulement la froide vérité des affaires. Aucun des deux groupes ne propose d’entrer au capital d’Alstom pour nouer un partenariat. Les deux proposent d’acheter certaines activités d’Alstom. Aucun des deux ne propose d’acheter toutes les activités Alstom. Siemens et GE ne sont intéressés que par la branche énergie. Les deux proposent donc de dépecer Alstom en isolant son activité dans les transports.

Cette vision des entreprises « recentrées sur leur cœur de métier » est une conception idéologique de l’entreprise. Elle méconnaît les conditions de gestion réelle d’activités qui ont des cycles longs qui ne sont supportables que si une activité épaule l’autre par ses résultats. Et elle méconnait aussi ce que les métiers impliqués ont en commun pour ce qui concerne la qualification des travailleurs. Alstom forme un tout. Comme l’écrit la journaliste Martine Orange dans Mediapart, « même si les métiers sont très différents, il y a de nombreuses synergies entre les deux branches : l’ingénierie, des techniques comme la soudure, des équipements comme le contrôle commande. D’un seul coup, tout va être découpé » alors que « depuis un an, la direction avait lancé un vaste programme pour unifier plus étroitement les deux branches ». Surtout, une fois séparé de la branche énergie, Alstom transport mourra à petit feu faute de taille critique et d’adossement à un conglomérat regroupant plusieurs activités. C’est là un point décisif.

La force de Siemens comme de General Electric vient du fait qu’ils ont conservé un groupe diversifié. Là encore, Mediapart explique que « les métiers ferroviaires sont, comme ceux de l’énergie, des métiers à cycle long, demandant d’importants capitaux. Ce n’est pas par hasard que les concurrents d’Alstom sont tous de gros conglomérats avec de multiples métiers. GE compte ainsi plus de onze métiers, allant de l’équipement électroménager au nucléaire […] Certaines activités très rentables compensent les autres qui obligent à mobiliser d’énormes réserves financières. Les cycles et les marchés s’équilibrent ». Mais Alstom n’est plus un conglomérat. Même s’il garde encore plusieurs métiers et branches, il a progressivement abandonné plusieurs activités, notamment depuis 2004. Alstom a abandonné son secteur « transmission et distribution » en 2004, puis sa branche « power conversion » spécialisée en particulier dans la propulsion électrique en 2005, avant de se débarrasser des chantiers navals de l’Atlantique en 2006. Cette grande braderie a été imposée par la Commission européenne au moment de l’entrée de l’Etat dans le capital d’Alstom. Et de nouveau, a peine connu le projet de décret, le commissaire Barnier fait savoir qu’il ne saura être autorisé par la Commission. On va voir ce que valent les mouvements de menton du PS confronté a une résistance. Rien sans doute.

Le dépeçage d’Alstom est insupportable. Alstom est une entreprise indispensable à la souveraineté industrielle de la France. Comme je l’ai déjà écrit, et expliqué jusqu’au détail dans mes discours de cette campagne, ni la transition énergétique, ni le développement des transports collectifs ne sont possibles sans cet outil industriel, ses brevets, le savoir-faire de ses ouvriers, techniciens et ingénieurs.

Il y a un autre aspect qui est également très inquiétant. La vente d’Alstom menace la sécurité et l’indépendance nationales. J’ai dénoncé cette situation jeudi 7 avril dans un communiqué de presse. Je regrette beaucoup qu’aucun grand média ne l’ai repris. En effet, cinq pièces maitresses de la sécurité et de l’indépendance nationale fonctionnent avec des turbines produites par Alstom. Je parle ici du seul porte-avions et des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de notre Marine nationale. Le porte-avions Charles de Gaulle dépendra-t-il demain des Etats-Unis pour fonctionner si General Electric rachète Alstom ? La France devra-t-elle demander l’autorisation à Madame Merkel avant d’utiliser ses quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, piliers de la stratégie de dissuasion nucléaire, si Siemens rachète Alstom ? C’est l’indépendance de la France et donc la souveraineté de son peuple qui sont en cause à l’heure où l’attitude belliqueuse de l’OTAN menace la paix en Europe.

Il faut nationaliser Alstom. De la transition énergétique à la Défense nationale, tout démontre qu’Alstom est indispensable à l’avenir de notre pays. Son dépeçage contraire à l’intérêt national. Au lieu de cela, François Hollande parle pour ne rien dire et laisse faire le pillage. Mardi 6 mai, sur BFMTV, il a ainsi écarté sans aucun argument l’idée d’une nationalisation. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin sur un entrée au capital de l’Etat, François Hollande a répondu sèchement « pour l’instant ce n’est pas une hypothèse ». Avant d’ajouter cette phrase mystérieuse : « si l’Etat était présent au capital, on finirait par l’oublier ».

Hollande préfère abandonner Alstom à son conseil d’administration, composé de « quatorze administrateurs, dont sept ne sont pas de nationalité française » soit la moitié, comme le dit le site internet d’Alstom. Quant au PDG d’Alstom Patrick Kron, il a déjà assuré ses arrières. Il vient d’être élu au conseil d’administration du groupe pharmaceutique Sanofi. Là-bas aussi, les actionnaires enchaînent les mauvais coups contre les salariés et leur savoir-faire. Alors qu’il a caché son projet de vente d’Alstom aux autorités françaises, le voila déjà avec un nouveau fauteuil et les jetons de présence qui vont avec. C’est décidément très triste !

Bové cherche la bagarre. Et se tire une balle dans le pied !

A force de chercher la bagarre avec moi, José Bové a fini par se tirer une balle dans le pied. Il m’a reproché une absence lors d’un vote sur le plafonnement des aides publiques aux grosses exploitations. Cet amendement a bien été rejeté par deux voix le 13 mars 2013 : 334 contre, 332 pour. Mais les 2 voix manquantes sont à chercher dans le groupe des Verts ! Quatre membres du groupe Verts, des collègues de Bové, ont voté contre cet amendement.

Qui sont ces 4 membres du groupe Verts ? Il s’agit de deux nationalistes écossais, d’un nationaliste gallois et d’un nationaliste flamand. Car au Parlement européen, José Bové siège dans le même groupe que ceux-là ! Il siège en particulier à côté de la Nouvelle Alliance Flamande, la NVA. Ce parti a un député européen, Marc Demesmaeker. Au cas où vous ne le sauriez pas, la NVA prône l’autonomie de la Flandre et donc l’explosion de la Belgique. C’est un parti violemment anti-francophone et anti-wallon. Son président, Bart de Wever, compare la présence de francophones en Flandre à du « colonialisme ». Pour lui, « Il n'y a pas de minorité francophone en Flandre, il y a des immigrants qui doivent s'adapter ». Vous ne serez donc pas étonné d’apprendre que la NVA a ainsi recruté plusieurs anciens membres du parti d’extrême-droite flamand Vlaams Belang. Plutôt que de chercher la paille dans l’œil du Front de Gauche, José Bové ferait mieux de voir la poutre dans l’œil de son propre groupe au Parlement européen !

J’en viens au détail. Lundi soir, en débat sur France 2 avec cinq autres candidats aux européennes dont ma camarade Raquel Garrido, José Bové a cru faire le malin en affirmant : « Quand on a essayé de voter le plafonnement des aides, certains n’étaient pas là. C’est vrai, Madame Le Pen n’était pas là le jour où on a voté. C’est vrai, Monsieur Mélenchon n’était pas présent et on a perdu le vote a deux voix ».

José Bové aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue sans sa bouche avant de sortir un argument aussi grotesque. D’autant que José Bové sait bien que ce texte n’aurait rien décidé. En effet, le Parlement européen se prononçait alors pour donner un mandat à ses représentants dans les négociations à venir sur la politique agricole commune (PAC) avec les ministres de l’Agriculture des 28 pays de l’Union européenne et avec la Commission européenne. Il ne votait pas pour décider. Le vote final et décisionnel sur la PAC a eu lieu le 20 novembre 2013. Lors de ce vote décisionnel, j’ai voté contre ce texte, en particulier parce que les aides ne sont toujours pas plafonnées pour les gros exploitants agricoles comme le dit mon explication de vote déposée à l’époque.

J’en reviens au vote sur le mandat dont parle Bové. Les « mandats » que le Parlement donne à ses négociateurs sont des mandats bidons. Ils sont régulièrement passés par-dessus bord par les négociateurs pour ne pas déranger les chefs de gouvernement. Un exemple ? Le même jour que le vote dont parle Bové, le Parlement européen a aussi voté une résolution sur le projet de budget de l’Union européenne pour la période 2014-2020. Le « mandat » donné au président du Parlement Martin Schulz était de rejeter la baisse du budget européen proposé par la Commission et le budget. Mais Martin Schulz a réussi l’exploit de transformer ce « non » en « oui ». Au point qu’en novembre, les socialistes européens et la droite ont voté pour le projet de budget alors que son montant n’a pas changé d’un centime !

La même comédie a eu lieu avec le texte dont parle Bové. Certes, le Parlement n’a pas adopté l’amendement demandant le plafonnement des aides à 200 000 euros annuels par exploitation agricole. Mais le Parlement européen avait quand même soutenu un plafonnement à 300 000 euros. Le montant est très insuffisant. Mais il figurait dans le mandat donné aux négociateurs du Parlement. Pourtant, il ne figure plus dans l’accord « négocié » et soumis au vote du Parlement en novembre 2013 ? Pourquoi ? Parce que les négociateurs du Parlement européen l’ont passé par-dessus bord en cours de route. Il en aurait été de même avec un seuil à 200 000 euros et Bové le sait parfaitement. Car l’un des adversaires à ce plafonnement dans les négociations était le ministre français Stéphane Le Foll, membre du gouvernement de Jean-Marc Ayrault auquel participaient aussi deux camarades de José Bové : les ministres d’Europe Ecologie Cécile Duflot et Pascal Canfin.

Mais le plus cocasse n’est pas là. Il est sur le vote que Bové pointe lui-même. Il s’agit très précisément du vote de l’amendement 105 à la « proposition de décision sur l’ouverture et le mandat de négociations interinstitutionnelles » sur les règles relatives aux paiements directs en faveur des agriculteurs au titre de la politique agricole commune. Cet amendement est un amendement du groupe des socialistes et pas des Verts. Il prévoyait un plafonnement des aides à 200 000 euros par exploitation. Le groupe de José Bové, comme le mien, avaient déposé des amendements demandant un plafonnement à 100 000 euros par exploitation. Ils ont été battus nettement par 538 voix contre 113. Voila pour le rapport de force au Parlement européen sur ce sujet. Restait donc l’amendement a minima du groupe socialiste. Aujourd’hui Bové se plaint que cet amendement n’ait pas été voté. Pourtant, à l’époque, sur son blog, il le trouvait « insuffisant ». Pourquoi chercher une polémique avec le Front de Gauche qui défendait la même position qu’Europe Ecologie et défendre le PS et ses amendements « insuffisants » ?

Cet amendement a bien été rejeté par deux voix : 334 contre, 332 pour. Bové me reproche mon absence lors de ce vote. Il devrait pourtant savoir que ce jour-là je rencontrais le président de la République de Bolivie Evo Morales, de passage à Paris. José Bové a assisté la veille, mardi 12 mars, à sa conférence à la maison de l’Amérique Latine à Paris. Pour ma part, j’avais rendez-vous pour une audience mercredi 13 mars au matin. Il m’était donc matériellement impossible d’être à Paris avec Evo Morales le matin et à Strasbourg pour les votes au Parlement européen à midi.

José Bové me reproche donc d’avoir rencontré Evo Morales. J’assume. C’était mon devoir de le rencontrer. Nous étions une semaine après la mort d’Hugo Chavez qui a été un grand choc dans toute l’Amérique latine, en particulier pour les gouvernements progressistes. Mon devoir d’homme de gauche était donc d’apporter mon soutien à ces gouvernements et de témoigner mon affection aux camarades de lutte de Chavez parmi lesquels Evo Morales. Mais c’était aussi mon devoir de député européen ! Pourquoi ? Parce que je siège dans la délégation du Parlement européen pour l’Amérique latine !

Avant de m’attaquer sur un vote sans enjeu, Bové ferait mieux de balayer devant sa porte. Et de respecter ses camarades d’hier. Ils sont plus respectables que ses amis d’aujourd’hui ! Les responsables du rejet de l’amendement sont à chercher parmi ceux qui siègent avec Bové. Les 4 nationalistes auraient pu au moins s’abstenir pour faire plaisir à José Bové et ne pas faire obstacle à l’amendement ? Non, ils ont voté contre. S’ils s’étaient abstenus, l’amendement serait passé. En votant contre, c’est eux qui ont fait rejeter l’amendement.


220 commentaires à “Hollande, le muet de l’Europe”

Pages : « 1 2 3 4 [5]

  1. 201
    Haydée MARTIN dit:

    Impressions de fin de campagne.
    Il y a 10 jours lors des tractages les réactions dominantes étaient du genre indifférence maussade et désabusée. Cela s'est dégelé doucement, avec quelques sourires: "Oh! vous révez Madame." "Vous avez bien du courage" "Vous y croyez?". Ma réponse: "Je ne crois pas, je veux." Les tracts progressivement sont partis plus vite et, ce matin, vraiment vite, avec des passants qui s'approchaient de la bouche de métro pour prendre le tract ou qui tenaient à expliquer avec le sourire qu'ils ne le prenaient pas car ils l'avaient eu hier. L'émission d'hier, la proximité de l'élection ? Je ne déduis rien, sinon qu'il faut vouloir, et faire ce que l'on peut car comme le disait ma défunte mère, femme à principes: "Quand on a fait ce qu'on pouvait, on a fait ce qu'on devait".

  2. 202
    Chris54 dit:

    Pour info, sur l'opportunité de l'exemple du vin qui a peu convaincu Ajax (198). Il y a aussi une vidéo, mais je ne sais plus où.

  3. 203
    K-rol dit:

    Bravo ! J'ai trouvé ce débat jubilatoire. J'ai adoré que J-L remette à sa place Pujadas et sa "grande intelligence" qui pose plusieurs questions à la fois pour empêcher son interlocuteur de finir un raisonnement. C'était très drôle. D'ailleurs Pujadas méprisant au début, s'est plutôt calmé.
    EELV et sa défense d'un fédéralisme européen semble déconnecté de la réalité. Jadot a été convaincant sur les thèmes que nous défendons aussi (GMT, transition écologique). Belle entrée en matière de J-L sur la fin programmée par Bruxelles des AOC, hauteur de vue sur les autres sujets : GMT, immigration, Euro, démocratie, dont tu es le seul à avoir parlé. Chaleur et humanisme du côté du FdG. Le PS illisible (GMT : ils sont pour ? ils sont contre ? ils verront ?). Bayrou ne semblait pas avoir de message et cherchait souvent ses mots, jusqu'à donner raison à J-L sur l'immigration, tordant ! Le Pen renvoyée dans les cordes par tous, sur l'Euro, le GMT, leurs votes, agressive (avec une petite prise de bec entre elle et Copé), je l'ai trouvé peu convaincante, trop ricanante, un peu "bécasse". Il est apparu clairement la proximité FN/UMP, ce que Copé n'a pas réussi à cacher malgré...

  4. 204
    jean ai marre dit:

    Evidemment le débat d'hier soir, fallait le faire. La méthode est à revoir, il serait plus astucieux de poser les questions avec rebond aux intervenants et leurs réponses limitées à la minute. Nous avons vu du nouveau Jean-Luc, mais égal à lui même sur l'humain d'abord. Ce qui m'a frappé, c'est le silence de Langlet ! Tiens, tiens...J'ai le sentiment que ces élections vont être le tremplin pour le Front de Gauche, allié avec l'Europe du Sud, nous pouvons aisément démontrer le gâchis opéré par la finance.

  5. 205
    chris_84 dit:

    Mr Mélenchon, vraiment bravo.
    D'abords pour le meeting de Montpellier, où jusqu'au bout, on ne peut que boire vos paroles si denses de matière politique, et de bon sens. De loin le meilleur discours que j'ai pû écouter depuis longtemps. Bouleversant de sincérité, de générosité et d'altruisme. Vous avez survolé le débat d'hier, à tel point que à tour de rôle, certains contradicteurs ont rallié vos explications et arguments. Bravo, on est fier d'avoir un tel cerveau pour mener ce combat.

  6. 206
    Prakash dit:

    Encore une voix pour féliciter Jean-Luc Mélenchon pour sa prestation d'hier. Pour moi aussi (mais suis-je trop subjectif ?) il a largement survolé le débat ! Il a montré ce dont il est capable, à la fois dans la forme et sur le fond. C'était jouissif, c'est vrai. Je ne sais pas quelle a été l'audience, mais ce n'est pas grave. Aussi dire que quand il veut, Jean-Luc Mélenchon peut ! Dommage qu'il ne compte pas davantage sur ce savoir-faire et ce savoir-être devant les caméras et les journalistes-sic. Mais cette émission nous redonne confiance !
    Bravo, et merci !

  7. 207
    Poulette dit:

    J'en ai assez de lire et d'entendre que les poulets javellisés/chlorés sont produits exclusivement aux USA. Non, non, mille fois non. Nos chers grands producteurs français en produisent aussi. Donc nous en mangeons déjà !

  8. 208
    henri dit:

    Je ne voulais pas intervenir sur le blog, je n'ai pas pu regarder l'émission d'hier soir mais j'étais à Montpellier, j'ai dû participé à 6 ou 7 meetings de Jean-Luc Mélenchon dont un à Sète en 2009, je crois, où le grand marché transatlantique avait été évoqué après l'accord général sur le commerce et les services (1994). Ce jour là j'étais aux côtés de François Liberti (ancien Maire de Sète et Député de l'Hérault) et je lui avais posé cette question "penses-tu que Jean-Luc Mélenchon est un homme sincère", il m'avait répondu "oui". Aujourd'hui, je ne doute pas de la sincérité de Jean-Luc Mélenchon et il apporte de l'humanité où les autres politiciens jouent un rôle. En ce qui concerne le discours de Montpellier, je peux vous assurer que son intervention a été la plus brillante et la plus aboutie.

  9. 209
    Adrien dit:

    De plus en plus fort notre porte parole. Quel plaisir de cette confiance renaissante d'un autre avenir. Tant de satisfaction de ces derniers discours, de ses interventions média. Mais hier soir il a survolé le débat au point même de se faire "adouber" sur l’immigration par JF Bayrou. JL Mélenchon à l'aise, très décontracté, et gérant parfaitement son temps de parole pour même conclure. Il a même laissé les autres "s"empailler" avec le FN maitrisant parfaitement toutes ses interventions. Une stature d'homme d’État comme on le souhaiterait. Par contre le réalisateur de l'émission un véritable enfoiré quand il a laisser à l'écran l'image des candidats déambulants dans les couloirs des studios pendant que Jean-Luc Mélenchon détaillait son programme sur l'Europe. Je peux vous dire que personne n'a retenu son intervention tant cette image en mouvement attirait l'attention des téléspectateurs. Du véritable sabotage subliminal. Mais Jean-Luc Mélenchon à était tellement au-dessus de la mêlée qu'il a surement marqué des points et c'est tant mieux pour nous.

  10. 210
    mercure40 dit:

    Toulouse, Montpellier, DPDA : quelle humanité, quelle portée historique. Loin de ces politiciens défendant les sombres intérêts particuliers de quelques uns au détriment du plus grand nombre. À mille lieux des discours des sans scrupules des sans conscience. Jean Luc Mélenchon est bien au dessus des autres. Il faudra que la monde ouvre enfin les yeux sur les vrais prédateurs sur les véritables destructeurs de l’humanité, de la nature, de notre environnement social et philosophique. Sur les vrais objectifs de cette oligarchie maffieuse alliée aux lobbies, qui préside aux sommets de nos institutions nationale, européenne, mondiale. Ouvrir les yeux sur les effets criminels du libéralisme financier.
    Peut être, c’est mon vœu le plus cher, que de ce vote européen viendra enfin un rai de lumière tel que celui éclairant notre candidat Alexis Tsipras qui appelle a enfin « Briser la collusion entre milieux politiques et économiques », pour qu’enfin l’humain passe devant la finance, pour qu’enfin la solidarité la fraternité entre les hommes reprennent leurs droits.
    Vive le Front de gauche uni, vive la VIéme république.

  11. 211
    j-jour dit:

    Que s'est-il passé ici-même hier soir après le débat de DPDA ? Trop d'affluences pour venir féliciter Jean-Luc Mélenchon ? Toujours est-il qu'on ne pouvait pas atteindre ce site ! Un peu agacée par les jugements sur vos prestations, mieux ceci, moins cela, je réalise ce que ça représente. En quelque sorte, vous nous confiez le soin de vous renvoyer l'image que nous percevons de vous. Alors, comme bien d'autres viennent le dire, bravo et merci, entre autres, pour le débat de Des Paroles et des Actes et pour votre discours de Montpellier. Il me semble que vous accédez à une autre dimension, à la grâce d'un art plus vénusien que martial pour répondre aux intentions belliqueuses et provocantes sur le plateau télé, une espèce de lâcher-prise qui n'empêche en rien la pugnacité, au contraire. Et l'esprit de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, devait être avec vous à Montpellier! Rires et larmes en vous écoutant. Vous mettez la barre très haut, tout en nous permettant de comprendre pourquoi.

  12. 212
    LINUSSIO dit:

    Bonjour Monsieur,
    N'étant pas une citoyenne française (italienne de nationalité, née en France et habitant en Belgique depuis 43 ans), je me permets quand même de vous féliciter pour avoir le courage de braver les maîtres du capital (ou leur esclave ?). Ici, en Belgique, quand nous parlons politique, j'essaie souvent d'expliquer ma vision du monde (qui colle bien avec la vôtre) mais dès que je présente la maximalisation du profit comme un véritable cancer pour l'humain et la planète, on me traite d'idéaliste et de douce rêveuse. Mais enfin, Est-ce si difficile de replacer l'argent là où il doit être: bien après la planète, l'humain, l'économie et de l'utiliser comme un outil et non pas comme une arme de pouvoir absolu (cfr Susan George). J'ai suivi une partie d'un débat politique où vous étiez présent, j'ai trouvé en vous la force du sage et face à du bon sens, personne ne fait le poids. Espérons que les Français le comprendront le plus rapidement possible. Concernant la Belgique, je souhaiterai tellement qu'il y ait votre "pendant" parmi nos politiques, ce serait dès lors un plaisir de lui donner ma voix. Bonne m... et surtout merci pour vos idées si...

  13. 213
    chris_84 dit:

    Et si on ne refonde pas l'UE, et l'euro, il faudra s'attendre à ce que le capitalisme financier ajuste le déséquilibre par un nouveau krach, de la dette. Et cela se fera dans la douleur. En effet, la BCE n'octroit pas directement la liquidité aux Etats, et le système bancaire préfère spéculer sur les marchés avec la liquidité abondante à coût nul, que de prêter à l'économie. Résultat, maîtrise de l'inflation dans l'économie réelle et quasi déflation de la zone Euro, et hausse des indice boursiers. Or, la stagnation ou baisse des PIB nationaux devraient impliquer des indices ou des cotations d'actions d'entreprises à l'équilibre ou en baisse. La hausse des indices boursiers est le signe qu'il y a inflation sur les marchés financiers. Cette hausse est le reflet de la PERTE de valeur de notre monnaie Euro. Si on ne régule pas, le capital implosera donc en un nouveau krach au détriment de tous, c'est inéluctable. Acteurs économiques et politiques, restons vigilants. Tôt ou tard, les financiers voudront arbitrer ces euros accumulés, ces actifs purement financiers, sans valeur. (comme GE, cherchant à recycler sa trésorerie abondante en achetant Alstom).

  14. 214
    Denis F dit:

    @ 215 chris-84
    Très bien vue, votre analyse financière est dans le ton et dans l'ordre des choses prévisibles, ils nous promettent un CAC à 7 000 points pour 2015 c'est de la folie pure, le pire n'est pas encore arrivé, 2007/2008 furent des années merveilleuses en comparaison de celles qui nous arrivent dessus, mais comment faire comprendre cela à la bande d'abrutis qui nous gouvernent ? Là est l'urgence et la problématique, il ne faut pas non plus espérer que les androïdes de Bruxelles réagissent, cela serait trop beau !
    L'indigence des économistes qui ont l'oreille des décideurs est tellement crasse que je ne sais plus que répondre à mes interlocuteurs qui commencent à s'affoler, monsieur André-Jacques Holbecq devrait revenir nous en parler.

  15. 215
    christine dit:

    Félicitations Jean Luc pour le débat de hier soir que tu as survolé, excellent sur la forme et le fond (trop jubilatoire quand Bayrou approuve ton analyse sur les solutions au problème de l'immigration). Ceci m'a redonné du tonus pour finir de boiter ce soir. Prends soin de toi car tu es fatigué et égoïstement nous avons besoin de toi. Merci pour le très bon meeting de Bordeaux à la fête de l'huma. Tout le plaisir a été pour nous de t'accueillir. J'espère que l'on aura une heureuse surprise dimanche. Ne lâchons rien.

  16. 216
    polnareve83 dit:

    Franchement un grand bravo pour votre talent et votre présence
    "haut les coeurs,ardent la lutte"

  17. 217
    DUSSAUSSOIS dit:

    Bonjour Jean Luc
    Comme d'habitude je lis avec une grande jouissance tous tes écrits. Mais je dois te mettre en garde sur ta propension à décocher des flèches meurtrières contre certains leaders écolos et autre (Bové, Cohn-Bendit). Même s'ils ne sont pas tendres avec toi, ignore-les. Je lisais le dernier Siné mensuel intitulé "Bordel unissez-vous !". Siné se lamente dans son éditorial de la faculté de toutes les composantes de la gauche de s'étriper. Tu dois devenir l'homme de la main tendue dans tes actes tu le fais mais tu dois le faire dans tes propos. Petit conseil d'un ami qui voit en toi le leader incontournable d'une nouvelle union des gauches.

  18. 218
    coucies42 dit:

    Comme les autres camarades de ce blog félicitation pour cette campagne et le débat d'hier. Pour ma part j'ai déjà préparé ma carte d’électeur et bien sur que je vais voter FdG.
    A dimanche tous en espérant que les scores seront favorables.

  19. 219
    Nicolas B dit:

    Bravo d'avoir éviter le passage croisé avec MLP, avant votre intervention, les quelques seconde d'attente m'ont permis de respirer à nouveau, du calme après la tempête. Mais comme 211 Adrien, le traitement d'image m'a fortement choqué quand fut venu le tour de Jean Luc. Les plans se succédant avec une vitesse croissante, avec des effets visuels, floutés, travelling, et même une contre plongée réduisant de fait la taille de notre candidat. Pas un seul plan fixe permettant de se concentrer sur le discours, comme un interlude avec en bruit de fond la parole difficile à suivre.Vraiment pénible, j'ai eu du mal à suivre, à écouter, ce ne doit pas être l'effet du hasard. Un minimum d'explication serait souhaitable, venant de la part du service public, ce fut un vrai sévice public. La maîtrise du temps et des silences grandissent le discours. Votre intervention fut remarquable, la parole du Front de Gauche à l'honneur pour l'humain d'abord. Je souhaite que nos quatre millions des présidentielles se réveillerons enfin, pour mettre à bas ce système mortifère et stopper le Grand Méchant Traité. Bon week end de Mai à tous, le temps des cerises n'est pas encore fini, vive la...

  20. 220
    Denis BEDEREDE dit:

    A 48 heures d'élections sans importance puisque c'est l'Europe. Erreur ! Ces élections, comme toutes les élections permettent de faire des choix en élisant et en désignant une majorité qui se dessinera. Une orientation libérale donc de droite, ou une orientation plus égalitaire et équitable donc de gauche. Mais cette élection a un caractère particulier. Depuis 2005 et le NON au Traité Constitutionnel Européen où un déni de démocratie a été opéré par un président de la République en exercice par la suite, depuis 2012 où un candidat à l'élection présidentielle a enfin argumenté et montré une orientation différente possible par une sortie de crise par le haut, que les français ont rejeté à l'époque en faisant le choix de la continuité, cette fois-ci un autre projet se dessine par le Traité d'un Marché Transatlantique. De ce traité il faut retenir 2 choses essentielles : nivellement des normes par le bas (boeuf aux hormones, poulet au chlore), où les USA ont la phobie du microbe alors que nous européens considérons le goût et la qualité environnementale plus importantes, mais également l'instauration de juridictions privés qui pourront sanctionner des politiques...

Pages : « 1 2 3 4 [5]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive