12mai 14

Le toc du Président

Ce billet a été lu 34 517 fois.

Ce jour-là, j’ai rencontré mon maître. La pensée est toujours davantage que le corps pensant, mais il est bien certain qu’elle ne sera jamais rien du tout sans lui. Au cas, de ce jour-là une grippe des plus agressives me saisit à la nuque deux heures avant le meeting de Périgueux. Je devrais dire qu’elle me saisit à l’estomac, moi qui n’ai jamais de nausée, même en lisant dans le sens inverse de la marche du train. Mais le pire fut qu’elle ouvrit une bonde dont j’ignorai l’existence. Tout s’en fut de ce que je contenais d’énergie et je restais comme une pauvre chose en sueurs, cramponné à la rampe, tout tremblant de crainte de tomber. Et comme j’en étais déjà là, après qu’on m’eut ramené au lit en me portant ou presque, toutes mes digues internes éclatèrent en même temps comme des barrages d’EDF passés au privé. Les fatigues accumulées, les nuits trop courtes, les semaines sans pauses, les chagrins refoulés, les outrages mal dissous, les aberrations de mon régime alimentaire de nomade dévalèrent hors de leurs bassins de confinement. Emportant tout sur leur passage et surtout le pauvre terreau des berges tendres qui sont en moi où je me tiens pour rêvasser. Je lâchais prise comme Robinson sur son île déserte, englouti dans la soue des boues de l’esprit, par temps de grosses fièvres. J’en ressors, trois jours plus tard au prix délicieux de treize heures de sommeil par « nuit » et d’une sieste quasi ininterrompue. Dimanche venu, début de la résurrection, je veux le croire. Je me devais à une émission de France 3, j’y participais. Rien à voir avec les traquenards et catch dans la boue aux prises avec des ignorants et des perroquets de propagande auxquels je suis si souvent contraint. Questions claires et directes, réponses, respect, tranquillité des tons. L’émission 12/13 du dimanche de France 3 est le record d’audience des émissions politiques du dimanche. Devinez pourquoi… Je me croyais revenu dans un monde qui serait tout neuf et habitable.

Mais un rapide tour d’horizon m’a montré une réalité plus glauque que celle que la fièvre m’avait infligée. Il est vrai que samedi, je ne sais pourquoi sinon les délires de la fièvre, j’avais allumé trente secondes ma télé. Je coupais bien vite en vue d’une nouvelle séquence de sieste. Entendre Yves Calvi comparer le défilé de la Place Rouge à ceux de Berlin nazi, le jour où se célèbre la victoire que nous devons aux sacrifices de plus de vingt millions de Russes me parut trop me demander, avant même ma convalescence.

J’écris aussi vite que je le puis, avant de faire ma valise pour quatre meetings cette semaine. Je le fais dans ma condition physique actuelle un peu hésitante. Le canotage de François Hollande et Angela Merkel, dictamous européens, m’a amusé. J’ai vu notre normal national muet sur l’enjeu européen et, sinon, disant un maximum d’énormités qui attestent son incompréhension des traditions géopolitiques françaises et de leurs raisons profondes. Muet sur l’Europe mais bavard sur le dernier stupéfiant bricolage de sa boite à outils institutionnels : Hollande vient d’inventer la réforme permanente. Il réforme ce qu’il a lui-même fait réformer, même si ça n’a pas encore eu le temps de s’appliquer. Le Lego de l’organisation administrative des collectivités locales est devenu compulsif ! C’est le TOC du président. Une maladie. Mais je l’aime mieux dans ce rôle que dans celui tellement absurde et belliciste qui lui fait dire devant Jean-Jacques Bourdin sur BFM qu’il souhaitait l’intervention armée en Syrie même sans mandat de l’ONU ! Ou jetant du feu sur le brasier Ukrainien pour le compte des nazis qui la dirigent et de l’OTAN qui les arme et leur envoie des mercenaires. Ici, en cours de semaine, au fil de mes allées et venues en train, je complèterai.

Merkel et Hollande nous mènent en bateau

Ce n’est pas la première fois que Merkel mène un président français en bateau. Interrogé sur l’effet de la séance de canotage, j’ai dit que l’image était belle. C’est une leçon politique. Je me suis gardé de dire ce que je pensais de l’exercice un huit mai. Je le fais maintenant. Nous avons brisé les reins des nazis, pas des Allemands. Le distinguo ne vaut que de façon abstraite, en quelque sorte, pour la génération impliquée mais cette abstraction est à notre honneur. Notre honneur d’êtres humains capable de surmonter le dégout, l’horreur et la méfiance inépuisable qu’ont inspirés les organisateurs et les agents du saccage de l’Europe, de l’euthanasie des handicapés, du génocide des tziganes, du meurtre de masse des homosexuels, de la boucherie de la gauche et par-dessus tout de l’entreprise d’assassinat total d’une population entière jusqu’aux nourrissons du fait de sa religion de naissance, ce que nous nommons la Shoah.

Si nous avons besoin d’un seul point d’appui mental pour ne pas confondre nazis et Allemands, quand bien même c’était la même chose alors, qu’on se souvienne que dans toutes les catégories que je viens de nommer, juifs inclus, une quantité considérable étaient eux-mêmes Allemands. Et que parmi la masse des salauds et collaborateurs de toutes ces entreprises criminelles, un nombre tout à fait considérable n’étaient pas allemands, comme les collabos français, les SS lettons et ukrainiens, qui furent parmi les plus sauvages assassins. J’imagine le dégoût de ceux qui ont entendu ce gouverneur ukrainien célébrer Hitler comme un libérateur et la peur qui doit les saisir de tomber sous la mains des héritiers des pires criminels de l’histoire politique de l’Ukraine. Au demeurant, la sauvagerie du crime d’Odessa en est un rappel abominable. Ainsi, de toutes les dates qui parlent immédiatement à notre conscience morale la plus actuelle, la victoire totale sur les nazis est la plus brûlante. Le 8 mai, le 9 mai sont des jours terribles. Ils auraient pu être à l’inverse. Dès lors, quoique l’on pense du régime soviétique, sans le sacrifice des Russes et leur combativité hors norme, jamais la victoire n’eut été acquise. Les Russes sont les artisans numéro un de la victoire ! Ca n’enlève rien au mérite des autres, et notamment de tous ceux qui sont venus se faire faucher sur les plages de Normandie. Mais ça n’aide rien ni personne de faire comme si tout cela n’avait pas eu lieu. Et nous Français, qui habitons sur place, et qui avons été envahis trois fois au cours du siècle passé, n’avons rien à gagner à oublier comme nous sommes le mieux défendus contre les tentations d’invasions.

Certains d’entre vous ont dû manquer cette émission sur le 12/13 de France 3. Je reprends donc ce qui fut mon mot de la fin et le restera ici aussi pour le moment sur ce sujet. "C'est une image sympathique des relations entre les Français et les Allemands mais c'est une tromperie, nos relations ont cessé d'être égalitaires. Le général de Gaulle comme M. (Konrad) Adenauer avaient posé comme base qu'il n'y avait de bonne entente possible entre Français et Allemands que sur la base de la stricte égalité. Actuellement ce n'est pas la situation (…). " "Les Allemands sont plus nombreux que nous au Parlement européen, les Allemands fixent le cap politique pour toute l'Europe, les Allemands ont regroupé dans un même gouvernement le Parti social-démocrate et la droite, et comme ils dirigent en même temps les deux grands partis européens, ce sont eux qui en toute chose font une politique qui est conforme aux intérêts de l'Allemagne". Cependant, "notre préoccupation constante doit être d'entretenir la relation la mieux construite avec l'Allemagne. Parce que nous sommes les deux peuples les plus nombreux, et puis que nous avons été envahis trois fois par les Allemands, c'est une raison suffisante pour penser que, souvent, il arrive que ce soit sur les vieilles cicatrices que se rouvrent les vieilles blessures. Il faut donc y mettre beaucoup de soin. En ce sens, la photo est belle, elle nous rappelle à nos devoirs".

"Néanmoins, nous ne devons pas faire de « l'irrealpolitik ». La realpolitik, c'est le cynisme (…), l'irrealpolitik est une sorte d'angélisme bêlant où on ne tient compte d'aucun rapport de force et on fait comme si ils n'existaient pas". M. Hollande fait donc de l'irrealpolitik ? "C'est conforme à sa faiblesse personnelle. Nicolas Sarkozy était en harmonie politique avec Mme Merkel en tant qu'homme de droite. M. Hollande est en harmonie avec la politique de Mme Merkel en tant que libéral, si bien que Mme Merkel est en réalité la dame qui commande en Europe et les autres sont des petits garçons".

Hollande, Merkel, symboles d’une collusion

Bien sûr, on peut évoquer aussi d’autres aspects que suggère l’image bucolique. Par exemple, celui du symbole de l’ordre politique actuel sur le vieux continent. Le PS et la droite gouvernent ensemble l’Europe. Ils gouvernent 16 pays sur 28, dont l’Allemagne. Et quoi qu’en dise le pétaradant Manuel Valls a la télévision, ça ne change absolument rien de voter Schultz ou Junker, social-démocrate ou conservateur. Rien ! C’est la même chose et c’est eux qui le disent eux-mêmes, ce qu’aucun assistant de manuel Valls n’a dû relever. De même, le vote à ce sujet n’a aucune valeur particulière. En effet, de toute façon, le parti dont Jean Christophe Cambadélis est le vice-président, le PSE, a décidé de rencontrer le parti de Junker et celui des libéraux sitôt l’élection achevée pour proposer un candidat en commun à la tête de la Commission. A supposer que les socialistes français n’en soit pas d’accord, cela n’a non plus aucune importance. La dernière fois ils avaient déjà fait le sketch « voter PS contre Barroso ». Résultat ? Seuls les socialistes français votèrent contre lui et tous les autres socialistes de toute l’Europe votèrent pour lui. Le parti de Hollande étant la risée du continent, on ne voit pas que son influence lui permette de faire mieux que de se ridiculiser une nouvelle fois. Et après tout cela en toute hypothèse tout ce petit monde a déjà un programme commun en Europe : GMT (Tafta) et austérité.

Si Hollande avait voulu profiter de la séance de canotage il aurait pu s’intéresser publiquement au Grand Marché Transatlantique. Sujet dont il n’a dit mot ni miette que ce soit. Sauf dans des journaux comme « Le Monde », dans une tribune signée avec le président des Etats-Unis. Telle est la nouvelle démocratie. L’entre-soi se parle à lui-même dans son journal. Le peuple ? Du terreau de populisme. Sans entrer sur le fond, juste se souvenant qu’il préside la deuxième population et économie du continent, il aurait dit un mot. Juste un mot sur la méthode. On se réveille François ! Pendant que madame Merkel te fait admirer les remous, les mauvais coups continuent : la Commission, par les intrigues du commissaire chargé du dossier, veut empêcher que le GMT soit soumis à la ratification de chaque parlement national. Alors ? Il en pense quoi le président de la République française ? Sans doute rien. Ou, comme il l’a dit, qu'« aller vite n’est pas un problème, c’est la solution ! » Sinon, dit-il, les gens vont avoir des peurs, et ainsi de suite. Pour Hollande, ce qui fait souci, c’est que les gens se fassent des peurs.

Le toc du Président dans son labyrinthe

Jeudi prochain, je suis invité à l’Elysée avec ma co-présidente, Martine Billard. François Hollande souhaite connaître notre approche de son projet de réforme territoriale. Malheureusement, le président de la République ne peut changer l’ordre de ses entrevues, ce que je comprends fort bien et ne lui tiens nulle rigueur. De mon côté, je ne puis non plus me dédire des engagements pris pour la campagne européenne. Il se trouve que je suis annoncé à la réunion publique d’Ondres. Et auparavant je suis à Tarbes. Pas question de détruire le travail militant accompli et en cours pour réussir ces deux moments. Je suis certain que le président qui a été aussi un militant politique dans le passé comprendra et excusera mon absence. De toute façon, il n’aura pas l’occasion de s’ennuyer puisque ma co-présidente lui dira tout ce que nous aurons décidé, d’ici là, de lui faire connaître sur le sujet.

Il y aura une ambiance un peu de revoyure dans cette rencontre. Car la dernière fois que nous l’avons vu, il s’agissait déjà d’une réforme institutionnelle. Dans ce domaine, mon cher François, est-ce que tu es bien sûr de ce que tu fais cette fois ci ? Je te trouve un air frénétique de monsieur bricolage permanent.

En 2013, François Hollande a déjà repoussé d’un an les élections locales (de 2014 à 2015), changé le mode de scrutin des cantonales et redécoupé tous les cantons de France. Tout est voté. C’était du sérieux. Ce n’était pas pour rien que l’Assemblée nationale et le Sénat avaient passé des heures à discuter. Et le PS à se déchirer. Dans son discours de politique générale, Valls annonçait donc des fusions de régions pour 2017, et la suppression des départements pour 2021 ! Il s’est fait Ayraultiser en moins d’un mois. Comme l’autre navré et sa « remise à plat fiscale », Valls peut aller mettre son calendrier annoncé dans la circonstance solennelle que l’on sait là où il range les os pour son chien.

Je me demande si François Hollande ne se croit pas au PS où en effet on passait son temps à voter des « projets pour dix ans » tous les deux ans, du temps où il régnait sur cette pétaudière. En effet, tout d’un coup, il annule tout. Hollande veut supprimer tout de suite les conseils généraux, diviser par deux le nombre de régions et reporter les élections régionales et cantonales prévues l’an prochain à 2016. Je ne serai pas là pour lui dire que je trouve un peu étrange cette frénésie de réforme de ses propres réformes, surtout quand elles ne sont même pas entrées en vigueur. Comme il aime les blagues il me répondrait que c’est le propre du réformisme. Je lui répliquerais que les bêtes de réformes ne donnent pas les meilleurs morceaux en cuisine.

Après les plaisanteries, Martine passera aux choses sérieuses. Autant qu’elle y aille toute seule : ce sera plus méthodique qu’avec moi qui ne pourrais m’empêcher de lui parler d’égal à égal, ce qui pourrait l’agacer. Mais voici le minimum de ce qu’il faut savoir. Je crois bien que les départements sont inscrits dans la Constitution. Les supprimer nécessite une révision de la Constitution, donc une majorité qualifiée. Il n’y en a pas sans la droite. Et sans une partie de la gauche non plus. Que c’est contrariant !

Pourquoi tout ce bazar, chers amis Shadoks qui pompez avec tant de conviction ? Mes lecteurs savent que Hollande et ses bons amis sont des républicains très volatils. Ils ne comprennent rien à l’Histoire qui a produit cette organisation territoriale. Elle n’est pas neutre, loin de là. Lisez les débats sur l’organisation des départements dans la Révolution de 1789 et vous verrez comment l’idée républicaine est liée à une organisation ethniquement et religieusement neutre. Les fédéralistes à peine cachés que sont tous ces bons amis de la mouvance hollandaise ne s’y trompent pas. Leurs masques, ce sont les comptes publics. Bobards ? oui et non. Ne perdons pas de vue que ce sont avant toute chose des technocrates. André Vallini, secrétaire d’Etat, parle de 12 à 25 milliards d’économies. Claudy Lebreton, président socialiste de l’association des départements de France traite ce chiffre de « farfelu ». Cool ! Valls a déjà prévu des fermetures de préfectures : « Le maillage territorial des préfectures, des sous-préfectures, il faudra l’adapter progressivement à la nouvelle donne territoriale » (discours de politique générale). L’État républicain, squelette de la nation, est mis en miette. Et ces gens n’ont même pas la dignité de faire semblant de produire une autre vision globale de l’organisation de leur pays.

Dans le programme de réforme envoyé à la Commission, la réforme territoriale figure dans la partie « redressement des finances publiques ». La France détruit son organisation administrative bicentenaire pour « faire des économies » qui assouplissent le cœur des androïdes ineptes de la Commission Européenne ! C’est elle qui l’a réclamé. Et des dirigeants français ont osé obtempérer. En effet, la réforme territoriale est une exigence de la Commission européenne. Dans ses « recommandations » de 2013, elle demande de « prendre des mesures destinées à améliorer les synergies et les économies entre les différents niveaux de l'administration, central, régional et local ». Quelle absurdité ! Supprimer les départements ne supprimera pas leurs dépenses : collèges, routes, RSA ! L’aide sociale, ce sont les 2/3 du budget des départements ! Quant aux bavardages stupides sur les « grandes régions à l’allemande », gargarisme ordinaire de la tête d’œuf de la promotion Voltaire, que veulent-ils dire ? « Grandes régions » ? Les régions françaises sont déjà plus grandes que les Länder allemands : 25 000 km2; en moyenne pour nos régions contre 21 000 km2; en Allemagne. L’œuvre de destruction et de démolition générale de ce gouvernement est consternante.


152 commentaires à “Le toc du Président”

Pages : [1] 2 3 4 »

  1. 1
    Francis dit:

    "Supprimer les départements ne supprimera pas leurs dépenses : collèges, routes, RSA ! L’aide sociale, ce sont les 2/3 du budget des départements"

    A moins qu'ils aient comme projet de supprimer l'aide sociale. Au point ou ils en sont, ils en sont parfaitement capables.

  2. 2
    Frédéric Boyer dit:

    Merci Jean-Luc Mélenchon de prendre position de façon aussi claire sur l'Ukraine, la Russie et l'OTAN.
    Le fait que le Front de Gauche et le Front National aient la même position sur ce sujet, alors que tout les oppose, est un signe très inquiétant. Le signe que le monde se met à trembler. Le vent mauvais qui souffle d'occident pousse l'Europe vers l'abîme. Avec Sarkozy, puis maintenant Hollande, la France s'est mise au service d'une alliance militaire néo-fasciste, l'OTAN. Et tout ce que la classe politique et médiatique compte de traîtres et de lâches pousse à la guerre. Merci, encore merci, de votre esprit de résistance.
    Frédéric Boyer

  3. 3
    seniorenforme dit:

    Enfin, un vrai homme de gauche et non pas ses pseudo-réformistes au gouvernement qui ne sont que là pour appliquer la doxa bruxello-libérale ! Le gouvernement a osé brisé le tabou de faire payer les retraités alors qu'ils ont cotisé toute leur vie. Et surtout, il faut rappeler le principe des retraites : vous payez toute votre vie des pensions et in fine on vous verse une pension. C’est un pacte de confiance qui ne peut être modifié tous les jours en fonction des humeurs des dirigeants. Décidément l'ennemi ce n'est plus la finance ce sont les retraités !

  4. 4
    Allan Berger dit:

    Je viens de remercier, sur Twitter, votre hôte sur FR3. Lui et la journaliste du Point ont été remarquables. Quelle oasis, soudain ! Quelle tapageuse différence avec les crasses habituelles !

  5. 5
    Alain Bobards dit:

    Dans ce projet de suppression des départements, on passe sous silence la fiscalité locale. Sachant que dans chaque département, il existe des communautés de communes avec des fiscalités différentes, je souhaite bien du plaisir au législateur pour harmoniser tout ça.
    Incohérence, quand tu nous tiens

  6. 6
    Antraigues dit:

    Camarade Jean-Luc Mélenchon : Cela fait longtemps que l'on te suggère de te ménager un minimum, tu vois, tu n'es pas un surhomme. Voilà qu'un vilain virus te met KO. Puisse cela te servir de leçon. Qui veut aller loin ménage sa monture (un minimum). Allez courage, on lâche rien.

  7. 7
    Fred dit:

    De grâce, qu'on cesse de parler "d'handicapés". Un "handicapé", ça n'existe pas. Il n'y a que des hommes, des femmes et des enfants souffrant de handicaps divers, physiques, mentaux. Qu'on cesse de définir des gens par leurs incapacités mais qu'on s'attache au contraire aux réussites et potentialités des gens. Comme le fait remarquer très justement François Bonnet dans son article sur Médiapart "Quelques pistes pour sortir du champ de ruines socialiste", celui qui est de gauche dira que les gens "ont des problèmes" et non qu'ils "sont des problèmes". Réfléchissez que du fait de notre fragilité, une mauvaise chute (qu'on ne vous souhaite surtout pas) peut faire de vous une personne avec un handicap. Mais le handicap, ça se pallie par des moyens, humains, financiers, intellectuels! Ou comment sortir d'une fatalité de droite pour passer à une perspective de gauche !
    Cordialement, Fred, éducateur spécialisé.

  8. 8
    Nicks dit:

    Bien entendu, la "réforme" territoriale est une fois de plus un pas vers la normalisation euro-néolibérale, elle même dans la direction de l'unité mercantile transatlantique. Nous devons lutter inflexiblement contre cette dissolution de notre pays et ses conséquences néfastes socialement, pour les plus fragiles comme d'habitude. L'Etat jacobin, malgré ses défauts, demeure le ciment de l'unité de la France. Il ne faut pas l'oublier. Les régionalistes ont toujours fait à mon sens le jeu des forces économiquement libérale. Quand ils sont de droite, c'est dans l'ordre des choses. Mais il en existe malheureusement à gauche...

  9. 9
    Michdesol dit:

    Mais pourquoi 10 à 12 régions de taille comparable "plus grandes que les Länder allemands" ? Quel intérêt ? Aux Etats-Unis les minuscules Connecticut et Massachusetts coexistent avec l'immense Texas. Et chacun y trouve son compte !
    Il y a décidément des a-priori que je ne comprends pas.

  10. 10
    AlainV dit:

    Bravo Jean-Luc, de nous être si vite revenu. Après le 25, le repos sera la mission prioritaire. La description de l'attaque grippale est un morceau d'anthologie. Un jour, il faudra publier toutes ces descriptions magnifiques dans un recueil. Succès littéraire garanti.

    "Supprimer les départements ne supprimera pas leurs dépenses".
    Ils vous rétorqueront que ces institutions font doublon. La réponse est simple : supprimons les doublons, sans toucher aux régions ni aux départements ! Il suffit d'être plus clair et plus strict sur les domaines de compétence. Les conseils généraux, par exemple, n'ont pas à décider de subventions quand les conseil régional le fait déjà (entreprises, lycées...) et vice-versa. Il y a ceux qui veulent que nos régions aient la taille des länder allemands. Mais les länder ont des entités intermédiaires, les Regierungsbezirke, comme nous, nous avons les départements. Cette réforme qui doit être "rapide" comme les négociations du GMT, afin que le peuple ne puisse s'emparer démocratiquement du sujet, n'est qu'une façade pour réduire davantage les modes d'expression de la démocratie. Il y a anguille sous roche.

  11. 11
    Gagnaire dit:

    Vous êtes un des plus grand Monsieur de notre temps, Prenez soin de vous, car nous avons tellement besoin de vous

  12. 12
    MsMichel dit:

    Il faut regarder Calvi, c'est un excellent entrainement à l'esprit critique. C'est tellement grossier que ça en devient pédagogique. Pour ma part je l'ai écouté au mitan des années 2000 presque tous les jours c'était à l'époque un think-tank Sarkozyste et une usine de gavage néo libérale. Les libéraux ont disparu quelques temps après octobre 2008, pas fou quand même, pour revenir de plus belle sous Hollande en tapant toujours sur les mêmes clous : la nécessaire austérité pour réduire la dette et la réforme des retraites.

  13. 13
    michel de toulon dit:

    Mots croisés ce soir sur l'élection européenne aucun représentant du Front de gauche. Sans commentaire.

  14. 14
    jc de Seraing dit:

    De Belgique
    Alors que je pensais que le GMT n'était pas encore ratifié par les états européens, j'ai reçu de ma banque ING cet avis:
    Vous trouverez ci-dessous un récapitulatif des principales modifications qui entreront en vigueur le 1/07/2014 :
    Rèlement Général des Opérations (RGO) et ses annexes : Ajout des obligations de la banque concernant la règlementation américaine FATCA (art. 5.6) etc.

    Soit les banquiers connaissent déjà le résultat des votes sur le GMT, soit ils se fichent complètement de la démocratie.

  15. 15
    Redon dit:

    Notre Président trouve scandaleux le référendum en Ukraine, avec beaucoup de politiques et de médias français. Ils condamnent ce référendum pour des raisons qui leurs sont propres, en toute hypocrisie. Mais personne ne s’élève contre la suppression des régions, des départements et des communes qui se font sans demander l’avis des intéressés, alors que c’est une remise en cause essentielle de la République au point qu’il faut modifier la Constitution (voir la paille chez le voisin et la poutre dans son œil). Je sens comme un retour des évêchés et des paroisses. En plus simple, le mieux serait de regrouper toutes les régions et les appeler France.

  16. 16
    Marie31 dit:

    Bonjour Jean-Luc !
    Ravie de votre prompt rétablissement. Comme le dit @ AlainV "La description de l'attaque grippale est un morceau d'anthologie". Et compte tenu de cette description, ce brusque arrêt était salutaire. Mille merci d'être là.

  17. 17
    Yann LARGOEN dit:

    La vie est faite de doublons. Le doublon est l'essence-même de notre système social. Au sein de l'oligarchie, le Medef, les médiacrates et les politiciens libéraux font également doublon. A tel point qu'ils sont complètement interchangeables. Hollande lui-même fait doublon avec Merkel et cela n'est pas assez signalé. On devrait réclamer la fin de la clause de compétence générale à ce niveau là aussi. Comme ça, on aurait un Medef qui défend les patrons, des Gouvernement qui défendent l'intérêt de leur pays et des médias qui permettent à chacun de se faire son idée. On se prend vraiment à rêver d'une démocratie sans doublons !

  18. 18
    lyonnais dit:

    Grand plaisir dimanche midi sur France 3. Un Jean-Luc Mélenchon reposé, des journalistes laissant leur invité terminer ses phrases... ça de vient rare aujourd'hui. Les Calvi, Pujadas, Aphatie, Duhamel, Elkabach et compagnie devrait rendre leur carte de journalistes.

  19. 19
    Denis F dit:

    @ 8 Nicks
    L'unité de la France doit s'établir par le système régalien et non par le jacobinisme centralisateur. La décentralisation doit voir son achèvement par encore plus de responsabilités et de maîtrise des régions qui doivent prendre en charge tous les aspects économiques de sa zone d'influence comprenant l'enseignement universitaire et la formation professionnelle, laissant aux départements la charge de la culture, des arts, de l'enseignement primaire et secondaire, laissant de même le social, l'enfance et la vieillesse aux intercommunalités, et enfin aux communes la charge des conseils de concitoyens qui doivent devenir la base de la démocratie participative en France, organisations au plus prés des populations donc de la possible démocratie, si jamais cette dernière doit voir le jour en France.
    Je ne vois pas en quoi la décentralisation de l'État et des prises de décision est plus de droite que de gauche et en l'occurrence puisse servir les vues du néolibéralisme, cela est une idée très particulière.
    Je m'excuse pour ce style télégraphique et peu disert qu'oblige l'espace destiné à l'expression des commentaires.

  20. 20
    L'écossais dit:

    Merci Jean-Luc pour votre obstination à nous expliquer tout ça. On croit rêver devant toutes ces histoires absurdes. Le 25 mai je pense que l'on sera un peu éclairé sur une partie de notre futur... Ensuite il faudra bien passer à l'essentiel. Plus on laissera les libéraux faire des conneries plus ils en feront, et comme pour les océans de plastique qui grossissent chaque jour, ils n'ont nullement l'intention d'y remédier, sauf si on les paie très cher pour ça. Après Alstom, les barrages, après les barrages... Et quand il faudra repartir de zéro, peut-être que quelques idées utopiques d'aujourd'hui pourront servir. Ce ne sont pas les spéculateurs qui se saliront les mains, eux c'est la guerre qui les intéresse ! Merci Jean-Luc pour votre lucidité et votre ténacité.

  21. 21
    ATON Guy dit:

    Oui, Monsieur Mélenchon, prenez soin de vous. Je suis sensible à votre courage d'expliquer sans relâche les choses à fond, dans un langage clair, votre souci de la transparence. Méfiez-vous de ces fielleux. Vous avez affaire à des gens formatés, frustrés que seule la compétition fait jouir. Nous sommes la classe de la conscience, les forces de vie. Courage.
    Relire peut-être certains passages de Wilheim Reich, sur la "peste émotionnelle" (écoute petit homme). Ils aiment se designer des ennemis et des boucs émissaires. La vie leur fait peur.
    Guy

  22. 22
    Joao dit:

    Quelle énergie, même dans ces moments de faiblesse.
    Merci pour ce petit mot tellement important et synthétique sur le cours du monde, de l’Europe et de la France

  23. 23
    TOMASSO DOMINIQUE dit:

    Effectivement Monsieur Mélenchon, ménagez-vous ! Vous êtes le moteur de Front de Gauche (mais par le seul). Il y a peu d'hommes politiques qui ont votre culture. Je suis au PCF mais je suis tous vos débats et conférences (à écouter votre dernière conférence sur l'éco-socialisme). Vous nous devez envie d'apprendre, de savoir et de convaincre. Et qu'ils sont médiocres tous ces journalistes !

  24. 24
    mouton noir dit:

    @ Fred (commentaire n°7)
    La prochaine fois qu'on me demande la différence entre la gauche et la droite, je crois que je réutiliserai votre texte. "Comment sortir d'une fatalité de droite pour passer à une perspective de gauche"... tout est résumé sur la manière dont nous devons, à mon avis, envisager la gauche aujourd'hui. Ouvrons grand nos esprits, inventons les alternatives, refusons la résignation, l'indifférence, et surtout, surtout, la haine.

  25. 25
    Nicolas B dit:

    Après l'Ukraine, l'Azerbaidjan, notre VRP de président et les médias annoncent ouvertement la couleur, sortir l'Azerbaidjan du giron de la Russie. J'en croyait pas mes oreilles, jusqu'où iront ils, ça sent le gaz comme aurait dis ma grand mère ! Ces incapables ou vendus donnent des leçons de démocratie, et ils sèment la discorde pour assurer leur bénéfices. Nos grands frères américains capitalisent les bienfaits du débarquement, De Gaule était à l'époque clairvoyant sur l'indépendance de la France, et son autonomie. Ceux qui dilapident cet héritage, en spoliant le peuple Français sont des traitres à leur pays et à la République. Quand on vous rétorque que vous voulez affoler les populations avec le GMT, il faudrait pouvoir leur demander qui payera les amendes des tribunaux arbitraires, sinon le peuple. Est ce que les Français, les Européens sont d'accord pour cela ? Est ce que nos dirigeants assumeront leur responsabilités d'élus et de représentant du peuple. Ceux qui s'abstiennent, acceptent sans conditions cet Europe soumise. Quand aux leurres médiatiques ils vont fleurir comme en 2005, mais j'espère que ce sera comme en 2005. No pasaran, et portez vous bien M...

  26. 26
    Khajidu dit:

    Coucou camarade partageux. Je vois que tu reviens. Continue d'être en forme et remplume-toi. Et pense à te faire vacciner, on ne sait jamais.

  27. 27
    gege dit:

    @1 Francis - @13 Lydie
    La suppression des prestations sociales semble se profiler bien en dehors des départements. vVient d'arriver sur le tapis l'ICC, instruments de convergence et de compétitivité dont l'objectif de la commission européenne est le démantélement de toutes les dispositions sociales sur les 28 états. Ceci doit se renégocier en décembre 2014, une fois la nouvelle commission élue avec bien sûr son nouveau président qui gouverne actuellement avec Merkel. On peut considérer que le GMT n'étant pas suffisant, un deuxième projet nous ramènera à la hauteur de la Grèce. Tout ressemble à une expérimentation qui sera appliquée aux autres nations de l'Europe. Citoyens tous aux urnes pour mettre en place un maximum de têtes dures ! Sachant que du PS à l'UMP en passant par le centre seront les caniches de Merkel et Schulz.

  28. 28
    Mandar_8 dit:

    A propos du traité transatlantique, il faut voir la vidéo de l'interview du Commissaire européen Karel De Gucht par un jounaliste allemand qui lui demande d'où il tire que des centaines de millers d'emplois vont être créés. M. De Gucht s'emmêle les pinceaux, cite une étude indépendante commandée par la Commission. Le journaliste la lui sort pour lui montrer qu'en réalité c'est une croissance de 0,5% en 10 ans qui est annoncée. De Gucht transpire, demande d'arrêter l'entretien pour vérifier ses chiffres puis botte en touche. C'est en giblish mais c'est assez compréhensible et c'est consternant.

  29. 29
    magda corelli dit:

    J'ai adoré votre billet Jean Luc. La grippe c'est grave et vous n'aviez pas bonne mine sur le plateau de télé. Comme il est dit plus haut, pensez au vaccin ! Les bises, les accolades et hop on se retrouve au lit. Bref ménagez-vous. J'ai regardé en différé l'émission dont il est question et j'ai remercié par un commentaire les responsables pour le respect manifesté à votre égard. Je trouve bien nul FH. In fine tous ces changements ne serviront pas à faire des économies mais à nuire à la République. Comptons sur Martine Billard pour lui dire son fait. C'est difficile de ne pas mettre tous les Allemands dans le même panier, merci de nous y aider. Mais moi qui petite fille ai entendu des récits de 14/18, puis de 45, qui passe des vacances depuis 40 ans dans le Vercors, je n'ai pas de sympathie spontanée pour ce peuple. J'en suis désolée.
    Bon rétablissement, nous avons besoin de vous.

  30. 30
    Sfar dit:

    Monsieur Mélenchon, c'est comme si c'était un membre de ma famille qui tombe malade. On vous imagine au lit et tout cassé, et on est bien contents de vous voir recollé maintenant. Mais attention, la colle est fraîche, il faut laisser sécher un minimum !

  31. 31
    Dominique Fargues dit:

    Hello,
    Le désespoir qui m'étreint, me pousse vers une attitude nihiliste, souhaitant au final la disparition de l'animal humain, tellement il est con et néfaste pour lui même et la création. Et puis j'écoute au hasard d'un lien, une intervention de Jean-Luc Mélenchon et là, imbécile que je suis, je me prends à rêver d'un miraculeux éclair de lucidité de la bête humaine, prenant conscience, dans sa masse, de sa force et de ses capacités à être moins con. Heureusement qu'il existe encore des types comme lui, parce que dans mes 62 ans de vieux con, je ne vois pas ce qui dans l'avenir pourrait me retenir sur cette foutue planète.
    Bon, maintenant mes deux sous de prospective politique. Sur cette affaire d'Union Européenne, de Régions, d'économie et de simplification administrativo/territoriale, retenez ce que je vais vous dire. Ils tentent de nous la refaire Saint Empire Romain Germanique. Les grands "Duchés" et "Principautés" n'auront de rapport de suzeraineté qu'avec Bruxelles, directement. Et l'Impérium sera détenu par un Elu parmi ses pairs et par ses pairs. Vous ne me croyez pas? Renseignez vous sur l'Histoire de l'Europe, réfléchissez y. Et bonne...

  32. 32
    Nicks dit:

    @DenisF
    C'est assez simple. Donnez plus de pouvoirs aux régions et vous aurez très vite, d'une part l'émergence de noblions locaux et leur clientèle, d'autre part, vous provoquerez des disparités de plus en plus grandes, qui, conjuguées au sentiment identitaire renforcé, donneront lieu à des volontés autonomistes et à la montée des égoïsmes. C'est un terreau rêvé pour le libéralisme économique. De plus, en parcellisant les résistances, vous facilitez l'implantation de projets comme le GMT.

  33. 33
    Noel dit:

    Le petit roi Hollande. Alors que le roi s’apprête à célébrer l'abolition de l'esclavage, que voit on lors de la rencontre (sous la pluie) Merkel/Hollande. Mme Merkel qui tient son parapluie et un esclave qui tient celui du roi.

  34. 34
    Titoune dit:

    Quand on aime on compte pas, pourtant le nombre de meetings auxquels j'ai assisté, peut être pas loin des dix depuis presque trois ans, sans parler de ceux visionner et bien c'est toujours le même bonheur le même intérêt et la même passion pour le Front de Gauche, aussi hier au soir à Grenoble en plus de tout ce que j'aime il y eu l'émotion qui met les poils et les larmes aux yeux juste un peu juste comme il faut et puis bien rebousté les camarades dans la voiture pendant le retour c'était reparti et si nous faisions ceci ou cela etc bref mission accomplie camarade et surtout bien accomplie, ton courage ton opiniâtreté plus le talent d'orateur de tribun, les salles bourrées d'amis chaleureux quand même ça devrait aider a bouger les lignes, j'ai bien aimé aussi dans ce billet le joli "traitement" de ta grippe, c'est vraiment bien écrit. Encore merci, si tu peux un peu penser à toi fais le pour nous, nous allons avoir besoin de toi longtemps, alors prend soin de toi tu nous importes.

  35. 35
    durluche dit:

    Quand même, on est des gentils non ? Bon, on a pleins de solutions pas si bêtes pour faire tourner la société plus dans le bon sens et avec un peu de patience, on arrive souvent à convaincre pas mal de monde mais persiste, l'image (très important l'image) d'une gauche trop radicale pour être possible/souhaitable dans l'esprit de la majorité des Français proches de "l'esprit de la gauche" (chacun trouvant une bonne raison de ne pas nous glisser leur bulletin). Il faut casser cette image de radicalisme en disant simplement que c'est la voie de gauche, la moins à gauche possible que celle que nous proposons, sinon on reste pris dans l'engrenage libérale. T'as l'habitude de dire que les députés de la gauche du PS font du bruit avec leur bouche, reconnaissant que ce bruit est sympathique et que s'accordant avec notre symphonie, ils pourraient participer au ballais et danser avec nous, tant qu'à faire. Oui, nous nous entendons dans le verbe et pourrions nous entendre dans l'action, ça vous dé-diabolise un front de gauche de dire qu'il pourrait travailler avec des vert et des PS de gauche. Parce que nous le somment (et il faut l'être), nous devons être perçus comme...

  36. 36
    Francis dit:

    De belles salles bien remplies pour l'élection européennes ça fait plaisir à voir après cette calamiteuse campagne des municipales. Néanmoins soyons vigilants car l'abstention sera l'élément qui déterminera le résultat des uns et des autres. Je suis partisan d'une campagne de proximité auprès des électeurs qui ont voté pour le Front de gauche à la présidentielle. Il faut impérativement mobiliser en priorité les plus conscients des citoyens de gauche. Téléphone, visite, mail, courrier à tous ceux que nous savons être proches de nos idées.

  37. 37
    jorie dit:

    Certains commentaires sur ce blog montrent l'affection qu'on vous porte, comme si vous étiez un membre de notre famille, n'en déplaise à ceux qui vous prennent pour un gourou, on se permet de vous réprimander comme un sale gosse qui risque sa santé, qui risque de tomber dans les pièges lyncheurs, tellement on vous suit, la boule au ventre parfois ! Bon courage,soignez-vous bien, on est avec vous et on a besoin de votre force, jusqu'à ce que vous passiez le flambeau j'espère à quelqu'un d'aussi percutant, humain et efficace. Toujours d'accord avec vos analyses, votre courage sur la gravité de la situation en Ukraine, sur la décomposition politique de nos partis "de gouvernement". La fibre républicaine est le fil d'or de vos interventions, votre patriotisme aussi. Il semble étrange que si peu de voix soient sensibles à l'amour de leur pays. Les gens vivent leur vie, leur pays, comme une entreprise, une zone à business où tout serait à vendre sans état d'âme. Dans un éternel présent jouissif et mesquin, sans aucune projection sur l'avenir, une politique de "grippe-sous", de revanche sociale, comme Gattaz qui fait appel à la dignité des pauvres, censés mourir sans...

  38. 38
    breteau jean claude dit:

    J'ai une proposition plus audacieuse que celle de Hollande. Je supprime toute les régions pour n'en faire qu'une, et on l'appellerait France, sans commune,sans département et sans région, les citoyens pourraient enfin ne plus se mêler de ce qui les regarde.

  39. 39
    Denis F dit:

    @ 33 Nicks
    Camarade, nous sommes rarement en désaccord, mais celui-ci s'avère sérieux. Que crois-tu qu'il en soit aujourd'hui de ces potentats locaux ? Penses-tu réellement que c'est en réduisant le nombre de régions et en supprimant les départements que la démocratie aura plus de chance de se mettre en place, ou plutôt en instaurant des conseils de citoyens au niveau des communes, avec des votations fréquentes sur les grands débats nationaux. Nous sommes déjà dans une configuration qui devrait pousser les autonomistes à se mettre en place, qu'en est-il en Bretagne, en Corse, au pays Basque, en Alsace, à la Réunion ou autres DOM-TOM ? Les gens ne sont pas assez stupides pour penser ne serait-ce qu'une seconde pouvoir survivre de manière indépendante, sauf quelques fous !
    Ton affirmation concernant le terreau favorable au libéralisme demande un développement, sinon elle est gratuite. Et pour l'heure se sont des régions et des villes qui se sont déclarées contre le GMT et non l'État français. Si le but est de réaliser des économies supprimons le Sénat, les commissions et sous commissions Ducon, les ministères inutiles notamment l'EN, et surtout l'ENA.

  40. 40
    Eric RAVEN dit:

    Pas seul à me réjouir de votre rétablissement camarade. Tant mieux ! Eclairer le chemin est la charge que tu portes bien, les coups de mou en font partie, quoi qu'en disent les commentacteurs de la vie politique qui te prennent pour un méchant acharné et violent, alors que tu es un pugnace passionné. Tes billets transpirent sensibilité et intelligence "chaude" donc incarnée. Tes analyses sont limpides et obligent à réfléchir car c'est pas du yaourt allégé pour attrape-gogo et montre tout ! D'ailleurs c'est consternant de voir ces journaleux qui te le reproche en raison du différentiel dans les sondages pour rien... ouaf... ouaf... Purs players de l'infotainment ils ne se rendent pas compte, ou trop bien, que tu fais de l'éducation populaire quand ils font de l'audimat. Bref, comme le cours des bourses, l'air du temps étant volatil, et je partage le mien avec ce qui me reste au bénéfice de la lecture de ce blog d'une richesse absolue et sans valeur marchande. Salutation camarade partageux.

  41. 41
    Nicks dit:

    @Denis F
    Il faut à mon avis supprimer les régions et remettre le département comme seul relais intermédiaire déconcentré et de proximité de l'Etat, en ajoutant de la démocratie directe à l'échelon communal (+ non cumul des mandats, carrière politique limitée à x années). La régionalisme est un moyen de normaliser la France en vue de l'intégration européenne et de permettre au management de s'infiltrer dans la fonction publique afin de légitimer la notion de compétition dans toutes les strates de la société (plus de pôles de résistance facile).
    Par ailleurs, le régionalisme s'accorde très bien avec la mise en concurrence des territoires. Cela flatte l'ego des petits féodaux, qui claquent des millions en communication et frais de représentation, et ravive les réflexes identitaires. Si l'Etat ne fait pas son boulot en ce moment, ce n'est pas par défaut structurel, mais tout simplement parce qu'il est piloté par des girondins qui ne visent qu'à le discréditer. Or même certaines régions résistent symboliquement contre le GMT, elle n'auront aucun pouvoir de le contrecarrer. Quant à l'égoïsme, on l'a vu avec les bonnets rouges et ailleurs en Europe (Catalogne etc).

  42. 42
    Nuno dit:

    Bientôt les élections européennes il en va de certaines organisations comme de certains édifices les malfaçons des fondations (les traités, euro-mark/BCE) sont tellement importantes qu'il est parfois bien mon couteux de tout raser pour reconstruire sur de nouvelles bases (charte de la havane, monnaie commune sur le modèle BANCOR) plutôt que de rajouter des rustines quitte à passer par une phase de replis sur le niveau national avec protectionnisme contrôle des mouvements de capitaux etc. pour une certaine gauche internationaliste se serait un cauchemar au nom du fait que le nation à été victime par le passé de certaines pathologies graves tout ce qui peut l'affaiblir est bon pour elle un peut comme si à l'échelle d'un individu parce qu'il est susceptible de développer un cancer mieux vos l'euthanasier de ce fait elle se fait l'idiote utile du libre échange néolibérale la liberté du renard libre dans le poulailler libre.

  43. 43
    pierre dit:

    Bonjour,
    le plus cocasse de l'entrevue Merkel-Hollande sur la Baltique, c'est que les autorités d'outre-Rhin se sont trompées de drapeau pour accueillir le président français. En effet, comme le relatent plusieurs journaux allemands, c'est bien un drapeau bleu blanc rouge qui a été hissé à l'hôtel de ville de Stralsund, mais les couleurs n'étaient pas verticales, mais horizontales. On pourrait supposer que notre drapeau aux couleurs debout a été remplacé par les mêmes couleurs mais couchées. Couchés comme les renoncements tricolores ?

  44. 44
    Antigone 34 dit:

    Tout d'abord dire que les mots sous la plume de JL Mélenchon sont magnétiques et il va bien falloir qu'il l'écrive son roman d'amour tellement son verbe est haut et inspiré.
    Puis @32 Dominique Fargues @ Nicks : tout à fait d'accord avec vous et ce qui se passe du côté de Barcelone dans sa volonté d'indépendance n'est pas étranger à tout cela. Créer des Euros -Régions directement reliées à Bruxelles, c'est bien pour affaiblir les Etats Nation et par là le sens même de nos valeurs citoyennes et républicaines qui n'ont plus aucune raison d'être dans le Grand Marché Européen voire transatlantique. Réponse le 25 mai, une deuxième fois le NON sortira des urnes par notre refus d'appuyer les partis libéraux du PSE/ PPE.

  45. 45
    Denis F dit:

    Bon, il faut savoir admettre que les autres peuvent avoir des arguments convaincants, alors puisqu'il semble que vous soyez plusieurs à dire la même chose avec la Catalogne comme exemple ce que j'admets bien volontier, et comme les régions ne sont pas indispensable à l'organisation de la république, pourquoi pas les supprimer, mais on donne aux départements plus de prérogatives avec le transfert des responsabilités de la région aux départements quitte à regrouper certains d'entre eux. Mais je persiste et signe pour que l'État n'est en charge que les obligations régaliennes et perde son aspect centralisateur jacobin qui est anti-démocratique. À l'instar des communautés de communes, les départements doivent s'organiser et se regrouper en communauté de départements pour les grands projets et infrastructures de pays ainsi que pour la gestion de l'enseignement, de la formation et des universités.

  46. 46
    Dodo30 dit:

    Bonjour
    Sur le débat européen télévisé à venir, tous les autres vont y aller en propos généreux (et généraux) sur l'Europe. Pour faire la différence Jean-Luc Mélenchon devra être concret et partir des votes émis par chacun.

  47. 47
    Tomasz dit:

    Oui nous devons nous rappeler de ce 8 mai, et remercier infiniment les soldats russes qui sont les vrais responsables de la chute du nazisme. Ce n'est pas moi qui le dis, mais Oliver Stone dans ses merveilleux documentaires de "l'Autre Histoire de l'Amérique", que l'on trouve un peu partout sur le net (10 épisodes en 2012 sur la période 2e G.M à nos jours). Juste une comparaison : pour 1 division nazie sur notre front Ouest, il y a en avait 6 envoyées contre les Russes. Résultat: 50 fois plus de pertes soviétiques que françaises !
    Nous serons toujours redevables au peuple russe pour avoir encaissé et su repousser le monstre nazi. Seuls les hypocrites médiacrates occidentaux osent se gausser de cet hommage de Poutine. Affligeant.

  48. 48
    Androu dit:

    Merci cher camarade pour ta hauteur de regard sur les provocations en Ukraine. Merci pour to analyse pertinent. Merci à ton équipe. Soigne-toi bien, nous sommes avec toi. Nous marchons, avec toi.

  49. 49
    AlainV dit:

    "Hollande veut supprimer tout de suite les conseils généraux, diviser par deux le nombre de régions et reporter les élections régionales et cantonales prévues l’an prochain à 2016"

    Et si nous profitions de cette frénésie hollandaise de détricotage institutionnel pour réfléchir entre nous, posément, sur le sujet, sans tomber dans les raccourcis faciles (régions = petits potentats locaux) ? Revenons à l'esprit dans lequel ont été créé les départements et conjuguons cela à la nécessité de faire participer les citoyens au fonctionnement démocratique. Et là, les propositions de Denis F font sens. Nous étions nombreux en Alsace à dire : Une région plus nombreuse et plus forte pour dialoguer (coopération et non compétition, comme "apprendre la langue du voisin" et les échanges d'enseignants) avec les régions voisines, y compris outre-rhin, pourquoi pas ? Le projet proposé au référendum, dans le contexte de la Ve République n'améliorait pas le fonctionnement démocratique. Dans le cadre de la VIe République, l'idée de région pourra être reprise. Et pourquoi pas mettre en place une 2e Chambre aux droits égaux à la première qui soit représentative des régions ?

  50. 50
    Guy-Yves Ganier d'Emilion dit:

    Une idée en passant. La disparition des petites et moyennes structures de décision "infra-nationales" en France serait bien en phase avec le projet du GMT. En effet, il serait bien plus rentable pour les transnationales de traiter les affaires avec un petit nombre de grandes concentrations comme les régions et leurs métropoles, gérées comme des entreprises au nom de la "compétitivité territoriale". En tout cas, ça serait plus intéressant pour le bizness que de se préparer à devoir multiplier les recours aux groupes d'arbitrage à une constellation de niveaux inférieurs incontrôlables.

Pages : [1] 2 3 4 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive