22jan 14

De Gucht était-il sur le scooter ?

Ce billet a été lu 41 310 fois.

Vous connaissez De Gucht ? Non, ce n’est pas celui qui a vendu son scooter à Hollande ! Je crains bien qu’il ne soit jamais monté sur un scooter et moins qu’aucun autre, sur celui de Hollande, qui est déjà bien chargé. De Gucht, c’est un Commissaire européen qui vient de lancer une consultation cruciale parmi les gouvernements de « l’Europe qui nous protège » : doit-on abolir l’autorité des justices nationales pour les entreprises transnationales ? Accepte-t-on les tribunaux d’arbitrage en Europe ? Heureusement que je suis là avec mes deux blogs pour vous parler d’Europe au fil de l’année. J’en parle, sinon pas grand monde ne le fait, y compris dans les médias européolâtres. Mais bon, il faut dire qu’il y a du lourd dans l’air pour les médias. Ils doivent se consacrer au devoir d’information et de transparence sur les allées et venues du chef de l’Etat ! Pas bégueules quand il s’agit du devoir sacré du droit de savoir ! Vous croyez que ce n’est pas pénible pour eux de courir après le travail d’un paparazzi et d’un journal qu’ils méprisent ! Comme d’habitude les hypocrites sont légions, mais je ne vous apprends rien.

Donc, cette semaine le paysage des kiosques était monotone : « Julie » partout et sinon rien que les enfumages habituels : le déclin de la France, les musulmans, le Front national. Il y avait aussi les tartines d’applaudissements pour les nouveaux fleuves de cadeaux au grand patronat. Normal : c’est lui qui paye. Je ne fais pas la distribution des prix de la diversion entre les deux pages du « Parisien » à la gloire des « baisses de charges » et le énième publi-reportage du « Monde » sur le Front national avant le énième ragot contre le Front de Gauche. Donc il ne reste que les blogs politiques pour parler des choses compliquées. Je vais donc vous tenir informés de ce qui se passe au comité de négociation sur le grand marché transatlantique. Un nouveau coup tordu de grande portée vient d’être engagé. Evidemment le gouvernement français est d’accord. Mais personne n’est au courant. Dommage que François Hollande ou Dominique Strauss-Kahn n’aient pas de copine en vue dans ce fichu Comité ! On aurait eu une chance d’en entendre parler. Ensuite je vais vous parler de François Hollande et de sa liaison avec le patronat le plus borné du monde sous le nom de pacte de responsabilité, que Pierre Laurent a bien fait de renommer « pacte d’irresponsabilité ».

La semaine passée j’ai vraiment eu beaucoup de tribunes entre deux matinales radios, mes vœux retransmis et l’excellente émission du dimanche midi sur France 3. J’ai donc évité de charger le clavier ici. J’en suis resté aux sujets de l’actualité qui ont du sens dans la durée à mes yeux.

Je ne dis rien de la rencontre au sommet avec le PCF car la suite se discute encore chez nos camarades. Notre délégation est venue à la rencontre avec une batterie de propositions sur tous les points de blocage constatés pour le présent et sur la méthode pour régler ceux qui pourraient survenir au futur. La longue discussion, sérieuse, a montré que sur bien des points, l’accord pouvait se faire avec moins de difficulté qu’on le pensait de part et d’autre. Restait un point en suspend au bout de quatre heures d’échanges sur six thèmes débattus. Il est évoqué dans toute la presse, je ne révèle donc rien. Le PG propose de renoncer à Manifestation à Marseilleexiger la sortie générale du PCF des listes conduite par le PS, contre le fait que le logo du Front de Gauche n’y soit utilisé d’aucune manière. Personne ne pavoise sur cette proposition mais c’est un bon moyen de cesser des combats qui nous épuisent tous. Je ne dis rien de plus à cet instant, de peur qu’un mot serve de prétexte pour relancer les difficultés. Car je vois bien le nombre de ceux qui y ont intérêt et qui sont déjà à la manœuvre. Nous sommes en attente à présent et nous sommes confiants. Notre devoir le commande.

Samedi, j’étais à Marseille. Je voudrais bien que la méthode de résistance sociale des Marseillais se répande dans tout le pays ! N’empêche que j’ai été douché à l’eau glacée comme tout le monde. J’ai pris froid. Six heures de train ce samedi-là m’ont achevé. Je me répare du mieux que je peux. Jeudi je vais à Saint-Malo. Il parait que les bonnets rouges veulent m’empêcher de parler. Je me demande pourquoi. On ne peut plus se critiquer dans ce coin-là ? Samedi je suis à Toulon pour les premières assises du Parti de gauche sur l’économie de la mer. Il y en aura autant d’autres sur ce thème qu’il y aura d’occasion d’en faire. Avis aux amateurs.

Les vies dans la vie ?

Attention ! Je n’ai pas changé d’avis : je suis contre la vie privée en public ! Tout le monde le sait. Du coup tout le monde le respecte puisque je n’y déroge jamais. Le premier qui essaierait de passer outre m’aura sur le dos et je lui taxerai un maximum d’argent du seul fait que j’ai écrit ces lignes et que je n’enfreins jamais la règle de la séparation stricte de mes existences. Ça ne m’empêchera pas d’aller m’exprimer dans Closer. Ou dans Gala (ce journal a publié la plus belles photo de moi que j’ai jamais vue au lieu des saletés manipulatrices de la soit disant « presse sérieuse »). J’irai, par exemple, si on trouve à parler d’un sujet Manifestation à Marseilleléger ou philosophique qui ne concerne pas ma vie privée.

Ne croyez pas que je méprise l’évènement ainsi créé, ni la rigolade générale. La preuve. Je vous propose un nouveau sujet pour le trou normand de dimanche prochain à table, quand les gosses seront partis jouer. Question : qui a donné l’adresse où allait le scooter ? Allez réfléchissez, les nigauds ! Comment vous croyez que ça s’est passé ? Un photographe passait dans la rue, il a vu un scooter avec deux gars dessus qui avaient des casques noirs et il s’est dit : « Bingo ! C’est Hollande ! » Vous croyez ça ? Non, bien sur ! Quelqu’un de très bien informé a balancé l’info : adresse, heure et jour de visite. Hum, je me demande qui ça pourrait bien être. Quelqu’un qui y a intérêt, non ? Un gars qui est capable de connaitre ce genre de choses, ça doit faire peur à tout le gouvernement, non ? Non ! Il n’y a que des petits saints dans ce gouvernement. Pas du genre scooter et tutti quanti. Ça me rappelle les soit disant « colonnes de djihadistes » au Mali qui attaquaient « par surprise » vers Bamako ! Devant la surprise et le danger, François, le futur scootériste-masqué, est monté sur son command-car du 14 juillet. Trop drôle ! Mais pas crédible non plus. Notre pays fait des photos depuis l’espace qui ont une résolution de moins d’un mètre. Sans oublier les Américains qui sont eux aussi installés dans ce coin, et pas qu’un peu ! Comment rassembler « par surprise », en plein désert, 400 pick-up Toyota portant chacun un bidon d’essence et six hommes ? Comment on se cache de tant de regards depuis l’espace ? On ne peut pas. Et qui est assez stupide pour proposer une telle manœuvre ? Quelqu’un qui y a intérêt. Félicitation à nos services, pour ce coup-là. Mais pour la rue du Cirque, les fauves se sont lâchés et des jongleurs ont été dévorés. Les pauvres.

L’Europe qui nous détruit manigance à plein pot

Depuis juillet de l’année dernière, la Commission européenne et les Etats-Unis négocient la mise en place d’un Grand Marché Transatlantique (GMT). Pour notre bien à tous, cela va de soi. En décembre dernier, un nouveau cycle de cette négociation s’est tenu. Dans le plus grand secret. Pour notre bien à tous, évidemment. Ce secret est en réalité le seul pouvoir dont dispose la Commission européenne. Elle s’y accroche ! Elle craint par-dessus tout que nous ne soyons pas capable de comprendre tout le bien qui nous attend avec cet accord. Elle craint une coalition d’ingrats. C’est-à-dire du côté Nord-Américain une « coalition de démocrates anti-GMT » et ici une « exploitation populiste des peurs » contre cet accord. Les élites UMP et PS sont déjà ralliées. Le Front de gauche et EELV sont en opposition. A mon avis, c’est une belle base d’action commune. Pour ma part, j’aimerai qu’elle se concrétise dans les élections aussi. 

Bien sûr, la Commission sait que si elle ne disait rien, quelqu’un dans une rédaction finirait par s’en rendre compte. Donc elle parle (in globich, of course). Un bruit de fond rassurant. Elle distribue aussi des documents (in globich, of course). « Tellement technique, jette un œil coco, mais laisse tomber si c’est pas du lourd » ! La Commission  commente même les tractations au fur et à mesure. En vérité, c’est une magnifique démonstration de l’art de parler pour ne rien dire qui est la grande contribution des organes de l’Union européenne à l’Histoire politique contemporaine. 

Cette vidéo a été consultée 6 894 fois

Pourtant, le Parlement européen a mis en place des « groupes de coordination » sur la négociation du grand marché transatlantique. Dans ces réunions secrètes du Parlement européen, la Commission promet systématiquement d’avancer sur la question de la transparence des négociations. « Nous n'avons pas trouvé de solutions pour permettre un meilleur accès du Parlement européen à ces négociations. Ce sont les pratiques américaines ». Mais le négociateur Ignacio Garcia Bercero nous rassure : ils ont pensé à « l’inclusion de la société civile ». Aaaaaah ! Les veinards ! Et pour cela, un groupe de conseil, « Advisory group », aura un accès, certes limité, « très prochainement », à certains de ces documents ! Il pourra même en débattre avec la Commission. Qui sont les représentants de cette « société civile » ? Les groupes de pression, à commencer par ceux du secteur de l’industrie. Les lobbies en général, en tous cas ceux qui ne sont pas déjà directement informés par leurs canaux très spéciaux sans doute. Pour les syndicats, ce sera plus difficile. Quant aux représentants du peuple, ils peuvent aller compter les pâquerettes !

Dans ce cadre, le négociateur en chef de la Commission européenne, Ignacio Garcia Bercero, vient de présenter les dernières « avancées » à l’issue du dernier cycle de négociation avec les Nord-Américains. En réalité, seuls les députés membres de la commission parlementaire du commerce international ainsi que les présidents des différentes commissions peuvent assister à cette présentation. Pourtant, nombre de mes collègues, comme moi, sont intéressés au plus haut point par le sujet. Dois-je rappeler que j’ai commencé à distribuer une brochure sur le sujet en 2009 pour les élections européennes ? Et Manifestation à Marseillede toutes les façons, nous avons le droit de savoir. Mais nous ne savons rien. Les membres de ce comité ne savent pas grand-chose non plus. Vous allez voir pourquoi.

Ces réunions du groupe de coordination se déroulent à huit clos, et sans traduction, dans cet anglais international approximatif qu'on appelle le globich. J’ai d’ailleurs interrogé la Commission européenne sur cette servitude acceptée au nom des exigences de « confidentialité » du gouvernement Etats-unien. En effet les USA nous espionnent ! Et, par-dessus le marché, ils nous imposent en même temps le secret sur ce qu’ils espionnent. Mais le secret pour qui ? Pour nous, les parlementaires, et pour les peuples que nous représentons. Sinon pour qui ?

Peut-être vous dites-vous : il exagère pour nous alerter. Non je n’exagère pas. Il y a un précédent sous nos yeux. Fin octobre, la Commission et le Canada sont parvenus à un accord de marché unique. Pourtant, à cette heure personne n’a pu accéder au texte final de cet accord. Et cette dissimulation continue, malgré nos demandes persistantes à la Commission. Nous n’avons que des bribes d’informations sur certaines des concessions qui ont été faites par l’Europe aux Canadiens et vice versa. Mais le peu que nous savons fait froid dans le dos. Par exemple, nous savons désormais que tous les services qui ne sont pas explicitement exclus dans le texte de l’accord peuvent Manifestation à Marseilleêtre libéralisés. C’est ce qu’ils appellent une « liste négative ». Trouvaille terrible ! Evidemment, les Etats-uniens demandent la mise en œuvre du même procédé de « liste négative » pour le grand marché transatlantique.  

Mais le fin du fin de cet accord avec le Canada c’est d’avoir validé une méthode d’arbitrage « de règlement des différends investisseurs-États » par un organisme particulier plutôt que devant la justice du pays considéré. Ce sont ces fameux « tribunaux d’arbitrage », dont j’ai déjà longuement traité dans ce blog, notamment à propos du cas Chevron. On connaît : des experts privés, constitués en cours de décision, condamnent les États à payer de lourdes amendes pour avoir imposé des législations sociales ou environnementales à des entreprises. Je crois l’avoir bien démontré : un tel mécanisme sonne le glas de la souveraineté populaire, en assurant la supériorité des droits des entreprises sur ceux des citoyens et sur la défense de l’intérêt général. Sur ce point la machine s’est emballée. C’est l’information cruciale.

Le commissaire européen au commerce Karel de Gucht vient de lancer une consultation publique sur ce thème. Il propose de discuter de l'intégration dans l'accord d'un mécanisme de règlement des différends entre Etats et les firmes transnationales. Problème : la France a déjà donné son avis. Son Parlement a dit « non ». En effet, le 29 mai 2013, l'Assemblée nationale a explicitement demandé dans une résolution « que soit exclu du mandat le recours à un mécanisme spécifique de règlement des différends entre les investisseurs et les États pour préserver le droit souverain des États ». De Gucht s’en fiche. Pour lui, ce que dit la France ne compte pas. Il a raison, car la ministre française Nicole Bricq a déjà salué, comme si de rien n’était, « l'initiative de la Commission ». Le gouvernement Hollande, est donc complice d’une forfaiture consistant à passer outre le vote du Parlement. Rien de moins. Cherchez le journal qui en parle. Le prochain cycle de négociation est prévu pour mars. Et, en mai, on vote aux élections européennes !

Hollande, l'ami du MEDEF

Cette vidéo a été consultée 9 558 fois

Hollande est le meilleur ami du MEDEF, Hollande est le vrai Père Noël du CAC 40, Hollande laisse même le MEDEF choisir le paquet cadeau ! Dans ses vœux aux "acteurs de l'entreprise et de l'emploi", ce mardi 21 janvier, le scootériste masqué a « donné les clefs du camion » au MEDEF, comme le dit Jean-Claude Mailly. Il s’est donc contenté d’exposer les options qu'il proposait au grand patronat pour récupérer les 30 milliards de cotisations familiales qu’il ne paiera plus. « Nous pouvons envisager d'augmenter le Crédit d'impôt Compétitivité » pour le porter de 20 à 30 milliards d'euros par an, ou le « transformer purement et simplement en baisse de charges » de 30 milliards. Ou encore, il pourrait « être maintenu et complété » par une baisse complémentaire de 15 milliards d'euros des cotisations sociales patronales. Oh que c’est aimable ! Pas de sucre pour moi, s’il vous plait.

Hollande est ainsi devenu une sorte de succursale du MEDEF. Son perroquet. Il répète. Dans sa conférence de presse du 14 janvier, il a énoncé quatre chantiers : la "baisse du coût du travail", "la fiscalité des entreprises", la "simplification" et "les contreparties" au nouveau cadeau. Trois de ces « chantiers » sont directement tirés du discours officiel du MEDEF. Sous couvert de "pacte de responsabilité" avec les Manifestation à Marseilleentreprises, Hollande a, en fait, ratifié le "pacte de confiance" que le MEDEF avait présenté quelques semaines plus tôt. Mais il ne faudrait pas croire que les deux autres exigences du MEDEF ont été oubliées. Sur les prétendus "freins à l'embauche", le MEDEF a déjà bénéficié de l'Accord National Interprofessionnel (ANI) sur l'emploi, signé l'an dernier. Quant à "la dépense publique", Hollande a déjà annoncé qu'il allait amplifier encore sa politique d'austérité. Dans ses vœux aux Français du 31 décembre, il annonçait même que "réduire la dépense publique" était la première "décision forte" qu'il entendait prendre en 2014. Il a même précisé qu'il s'agissait de "faire des économies partout où elles sont possibles" car il prétend avoir "la certitude que nous pouvons faire mieux en dépensant moins". Il a confirmé ce projet mardi 7 janvier et dans sa conférence de presse. Il a déclaré qu'il voulait imposer "cinquante milliards d’économies de plus d’ici à 2017" ! Ce mardi 7 janvier, Hollande s'en était pris aussi violemment à "l’Etat jugé trop lourd, trop lent, trop cher" ! Quelle honte !

Le MEDEF a donc été reçu 5 sur 5. Il a enregistré sa victoire sans détour. C’est le nouveau modèle solférinien : gouverner main dans la main avec le MEDEF. Dès le 4 janvier, dans « Le Monde », le président du MEDEF, Pierre Gattaz, avait chaudement applaudi le discours de François Hollande et l'annonce du "pacte de responsabilité". Pour le président du MEDEF: "c'est ce que nous demandions depuis plusieurs mois. Mi-novembre, nous avions porté sur le bureau du président de la République un pacte de confiance. Nous lui avons dit que nous étions capables de créer un million d'emplois. A la condition qu'on ouvre cinq chantiers : sur le coût du travail, sur la fiscalité, sur la baisse des dépenses publiques, sur la simplification et sur les freins à l'embauche. […] Quand j'entends le président de la République parler d'un « pacte de responsabilité », je suis satisfait. Il a lancé le projet général Manifestation à Marseillede sortir le pays de l'ornière et a montré un cap qui nous va bien. François Hollande a appelé cela « pacte de responsabilité », nous, on a parlé de « pacte de confiance » mais le contenu est très proche. On est prêt à jouer le jeu".

Les salariés devraient-ils danser dans rue de joie à l’annonce de tant de merveilles, de centaines de milliers d’emploi ainsi promis ? Non, ces ingrats font la gueule encore ! « Peut-on faire confiance aux patrons ? »  demande ingénument « Libération ». Bien sûr que oui, les gars, et d’abord au vôtre, pas vrai ? « Le Parisien » a dégotté un économiste zazou. On lui demande « combien d’emploi pourraient être créés grâce à une baisse de charge de 30 milliards d’euros ? » Bonne question. La réponse est grandiose : «  On doit être quelque part entre 750 000 et 1,5 d’emploi créés ou sauvegardés… » Une réponse "quelque part" entre le simple et le double n’a pas l’air d’émouvoir le questionneur. Le martien, de son côté a dû se rendre compte que c’était trop gros. Il précise donc « c’est une fourchette large car le chiffrage est réalisé sans tenir compte les effets négatifs de la mesure ». Ah, le brave professeur Nimbus que voici là ! Pas de chance pour nous le « journaliste » a oublié de lui demander quel pourraient bien être ces effets négatifs. Il ne peut pas y en avoir, cela va de soi. Pourtant, Hollande prétend quand même vouloir des "contreparties" pour ce nouveau Manifestation à Marseillecadeau qu'il accorde aux actionnaires. On croyait pourtant que les bienfaits étaient automatiques. De toute façon, comment le croire ? S'il tient tant à des contreparties, pourquoi le crédit d'impôt pour la compétitivité a-t-il été accordé sans contrepartie et "sans contrôle fiscal" ? La logique voudrait au moins qu'on commence par mettre des contreparties aux cadeaux déjà octroyés au MEDEF avant de lui en faire de nouveaux, non ?

Hollande a d’abord prétendu vouloir des contreparties "claires, précises, mesurables et donc vérifiables". Mais il n’a donné aucun chiffre. Gattaz dit qu'il pourrait créer un million d'emplois. D’accord, il s’est rétracté depuis. Mais au moins il a tenu compte du fait que ces mots devaient être prononcés tant l’énormité de la concession demandée était frappante. Et Hollande ? Rien ! Pas un chiffre ! Hollande fait l'hypocrite en appelant "les partenaires sociaux" à définir ces contreparties au niveau national et dans les branches professionnelles. Pourtant, quand il s'est agi d'annoncer le chiffre de 30 milliards d'euros de cadeau aux actionnaires, il a bien su le dire tout seul ! Et il n'a même pas demandé leur avis aux syndicats de salariés. On se demande bien pourquoi le MEDEF accepterait de négocier des contreparties maintenant qu'il a déjà gagné le cadeau ! Hollande a une nouvelle fois donné la main au MEDEF avant même d'établir un rapport de force.

C'est une stratégie libérale et non social-démocrate. Cela s'appelle une compromission et non un compromis. D'ailleurs Hollande a déjà prévu que les contreparties ne seraient qu'une illusion. Il ne s'est jamais prononcé en faveur du remboursement des aides si les contreparties ne sont pas appliquées. Or, que vaut un contrat si sa violation n'est assortie d'aucune sanction ? Rien. Le Président le sait parfaitement bien. Il a même prévu que ces « contreparties » ne seraient contrôlées ni par les salariés et leurs syndicats dans les entreprises, ni par les parlementaires. Il a seulement promis un "observatoire des contreparties" présidé par le Premier ministre, Ayrault. Quelle farce, tous ces Observatoires ! Et le Parlement ? Pourquoi ne pas confier cette tâche au Parlement ? Et sauf erreur, est-ce qu’il n’existe pas déjà un observatoire de l’application des politiques publiques ? Et quels seront ses moyens d'investigations de ce nouvel observatoire supplémentaire ? Quel sera son indépendance ? Quelle sera, surtout, sa légitimité ? Quels seront ses pouvoirs de sanctions ? Bien sûr, Hollande n'en parle pas. Et pour cause, il n'y en aura pas. D'ailleurs, il l'a avoué en déclarant "il ne peut être question d'indications générales, de critères inadaptés à la diversité des entreprises". Adieu les exigences de la veille. Ni indications générales, ni critères. Comment évaluer le respect des contreparties sans cela ? Cette histoire de contreparties tourne à la farce sous le poids des mots et Manifestation à Marseilledes phrases qui l’entortillent. 

En fait Hollande est volontairement très flou. Les « contreparties » c’est davantage une rhétorique qu’un programme. Dans ses vœux du 31 décembre, Hollande parlait seulement de "plus d'embauches et plus de dialogue social" "en contrepartie". Dans sa conférence de presse du 14 janvier, on a cru un instant à de la fermeté. Car, à ce moment-là, les contreparties "porteront sur des objectifs chiffrés d’embauches, d’insertion des jeunes, de travail des séniors, de qualité de l’emploi, de formation, d’ouvertures de négociations sur les rémunérations et la modernisation du dialogue social". Mais finalement, ce 21 janvier, le dispositif est en baisse Il ne reste plus que trois points : les créations d'emploi "prioritairement pour les jeunes et les seniors", la qualité des emplois et l'investissement. Au passage, "l'ouverture de négociations sur les rémunérations" évoqué le 14 janvier a disparu ! Et Hollande a ajouté que "pour être crédibles et respectées, ces contreparties doivent être peu nombreuses" ! Quelle embrouille ! 

Sur le fond, c’est le contresens qui impressionne ! Hollande reprend à son compte le refrain sur la baisse du "coût du travail" qui ferait baisser le chômage. Je sais bien que je me répète, mais comment faire autrement : la baisse des cotisations sociales n'a jamais créé un emploi. Sinon les 30 milliards d’exonérations déjà en vigueur depuis des années, ou les 20 milliards d'euros de cadeaux décidés pour la compétitivité donné l'an dernier aurait dû faire chuter le chômage. Au lieu de cela, le chômage a continué d'augmenter. Hollande applique les mêmes recettes qui ont échoué depuis 20 ans. Comment en a-t-il l’audace ? Voilà encore 30 milliards de cadeaux aux actionnaires qui s'ajoutent aux 30 milliards d'exonérations déjà existantes. N’a-t-on pas sous les yeux les résultats de cette politique : d'un côté, la part des salaires a réduit de 10 points dans la richesse du pays ; de l’autre, la part des dividendes a été multipliée par 3 en 20 ans. Pas un emploi n'a été ainsi créé et, au contraire, des dizaines de milliers de salariés ont été jetés à la rue. Pourquoi les faits n’ont-ils aucune importance pour ces gens ? Parce que tout cela n’est qu’un prétexte. Leur sujet ce n’est pas le chômage, c’est le taux de profit.

Un membre du MEDEF a vendu la mèche. Son propos est devenu un buzz dans l’autre gauche. C'est le journal « Le Courrier de l'Ouest » qui rapporte l'aveu. La scène s'est déroulée à Angers le 6 janvier. Lors de ses vœux, le président du MEDEF de la région Anjou l'a dit crûment : Hollande "a changé le nom mais c'est bien le pacte de confiance que nous avons proposé. Ne le répétez pas, surtout vous les médias, mais le président Hollande est à la solde du Medef".


135 commentaires à “De Gucht était-il sur le scooter ?”

Pages : « 1 2 [3]

  1. 101
    Courrierlecteur dit:

    "La logique devrait conduire le PG à appeler à boycotter les élections européennes de mai prochain puisque 60% des européens s'étaient abstenus aux dernières élections de 2009." (Marteau Henri à 15h37)

    La logique de qui ? D'un militant du FN ou du PS ? Comment un militant ou sympathisant du PG peut-il baisser les bras, découragé par 60% d'abstentions? N'est-ce pas au contraire le moment de s'activer intensément pour alerter, réveiller tous ces abstentionnistes? Une bonne part de ces éventuels abstentionnistes s'est laissé berné, à la présidentielle, par cette pseudo "gôche" qui mène aujourd'hui une politique antisociale? Faut-il les ignorer ? N'est-ce pas le moment, bien au contraire, de militer davantage, pour que la gauche sociale (je dis bien sociale et non "socialiste") c'est à dire en partie le PG (ou FdG ou autres évolutions des forces d'opposition de gauche) s'affirme et passe devant les solfériniens? Courage camarades! On ne lâche rien!

  2. 102
    Chris_84 dit:

    @90 kontarkhosz @93 Jean-François91
    Pour moi, on ne peut espérer un changement de l'intérieur, en opérant des réformes ou en utilisant un plan A. La dévaluation dont je parlais est celle du plan B directement, celle où nous abandonnons et l'euro, et l'enveloppe juridique contraignante constituée par les traités signés. En effet, les marchés financiers sont immédiats dans le fait qu'ils vont exploiter en "arbitrant", et les dettes des états, et la monnaie européenne, dès que la moindre annonce de plan A serait mise sur le marché politique. Aucun temps ne serait laissé à la négociation du plan A. L'immédiateté de la spéculation aurait donc pour conséquence la destruction immédiate du modèle de l'euro tel que pensé aujourd'hui. Ce que je dis, c'est d'arrêter de croire en l'existence d'un temps pour un plan A quelconque, car le plan B est le seul qui s'offre à nous. Autant le dire tout de suite en l'expliquant. Je suis persuadé que ce discours clair permettrait de toucher les 60% d'abstentions potentielle.

  3. 103
    thersite69 dit:

    Donato, en 108, dénonce le parti Nouvelle Donne, pour lequel parler comme le FdG relèverait fatalement de l'arnaque. Au contraire Alain en 108 demande de retrouver l'esprit du CNR par dépassement des clivages et fragmentations nés des aléas de l'histoire militante (à propos de l'impasse où aboutit le projet européen). Les réactions politiques sont purement tacticiennes, au coup par coup des calendriers électoraux, alors que c'est l'analyse de la situation générale qui devrait orienter les choix. Par exemple comment distribuer équitablement le revenu d'existence dès lors que l'humanité n'utiliserait plus les bras des plus pauvres pour créer, par l'emploi forcé (esclavage ou salariat), l'essentiel des richesses? Penser à l'échelle de l'élection d'un camarade dans telle circonscription pour renforcer le parti auprès duquel la vie a plutôt orienté l'électeur en tant qu'individu parait une option bien dérisoire au regard des transformations générales que l'histoire humaine a produites à partir du XVIIIeme siècle... Pour justifier la confiance du peuple envers des institutions démocratiques, les réalités actuelles exigent de bien plus fortes motivations.

  4. 104
    jpp2coutras dit:

    @109_thersite69
    "retrouver l'esprit du CNR par dépassement des clivages et fragmentations nés des aléas de l'histoire militante...Pour justifier la confiance du peuple envers des institutions démocratiques, les réalités actuelles exigent de bien plus fortes motivations."

    Retrouver le niveau le plus élevé, très au-dessus des cercles, partis, associations, factions, comités qui se multiplient, ça devient urgentissime pour sortir par le haut de l'Humain d'abord. Englués que nous sommes dans une gigantesque toile d'araignée culturelle poisseuse tissée par les tiques financières de la concurrence faussement libre et librement faussée. Jean-Luc Mélenchon met le plus souvent qu'il le peut cette dimension sur le métier dans ses explications vers une agglomération conquérante de ceux qui aspirent à un Front des peuples souverains vers l'écolo-socialisme responsable. Il entraîne avec lui un grand nombre de consciences, même certains qui lui reprochent des façons de planter le décor. Qu'il en soit très cordialement remercié ! Sa parole domine la cacophonie plurielle et nous éclaire.

  5. 105
    Denis F dit:

    "Nouvelle donne" n'est que le pare-feu mist en place par le PS pour casser le FdG, et éviter que les militants et sympathisants socialistes ne votent pour nous lors des élections prochaines.
    Ici je m'adresse à ces socialistes déçus par la manipulation qu'ils subissent au premier chef. Vous aurez rapidement le goût de la trahison, ne vous laissez pas berner une seconde fois.

  6. 106
    thersite69 dit:

    @Jpp2coutras
    Je suis d'accord que Jean-Luc Mélenchon pour sa part donne à ses paroles la vaste dimension qui convient, mais nous n'en recevons et répercutons que des bribes en écho, empêtrés que nous sommes dans la routine politicienne et les réflexes conformistes?

  7. 107
    jpp2coutras dit:

    Merci à tous ici de ce bouilonnement de pensée, instillé en grande partie par la pertinence et la vigilance de Jean-Luc Mélenchon sur l'histoire en marche. Cela nous nourrit.

    @thersite69
    Difficile en effet de faire ressortir une mélodie cristalline au beau milieu de l'orgie sonore produite en tous sens par un orchestre nombreux où chacun tient à jouer son petit air à sa façon et quand ça lui chante! Quand ce n'est pas tout simplement pour brouiller la partition générale. D'où l'importance d'une stratégie d'ensemble bien visible par tous.

  8. 108
    mercure40 dit:

    C'était le moment de vérité pour François Hollande : Le chômage augmente de 0,3% en décembre, pas d'inversion de la courbe en 2013.
    Après les promesses oubliées, les paris perdus.

  9. 109
    durluche dit:

    Toutes nos batailles se résument à une seule: la bataille pour la démocratie.

  10. 110
    Chacmol dit:

    Ce matin, Jean-Luc Mélenchon a été particulièrement brillant sur BFM. Comment fait-il ? Il ne cesse de voyager. Pourvu qu’il tienne physiquement. Toute mon admiration à l’écosocialiste.

  11. 111
    Vassivière dit:

    J-Luc Mélenchon, ce matin sur BFMTV, calme mais offensif, concis mais précis, exhaustif sans être ennuyeux et merci pour avoir qualifié de "mufle" Hollande. Très grande maîtrise du format de l'interview et de tous ses sujets.

  12. 112
    lemetayerv dit:

    @ Chacmol
    Vous avez remarqué la différence avec l'interview de Mariton. Flagrant, lui Bourdin le laisse parler et développer. Quant à JL Mélenchon, lui, on le pique comme un âne, dans l'idée peut être qui lui saute à la gorge et brouille ainsi encore son image, sa crédibilité. Bourdin, n'a pas arrêter de sauter d'un sujet à l'autre, le coupant sans cesse. C'est vraiment énervant. Cerise sur le gâteau lorsque RMC en fait le résumer qu'est ce qu'elle en ressort que nos gouvernants sont des bras cassés. Qu'ils s'en aillent tous ! Mais je ne crois pas qu'ils partiront d'eux-mêmes. Débarquons dans les rédactions et mettons les dehors. Car c'est vraiment une plaie. Ecoutez, mais écoutez comme les médias montent les gens les uns contre les autres et ce depuis 10 ans. Les classes moyennes contre les SMICards, les SMICards contre les RSA, les RSA contre les chômeurs, les classes moyennes, les SMICards, les RSA, les chômeurs contre les ROMS et les étrangers. C'est insupportable.

  13. 113
    Emmanuel l'Echassier dit:

    Cher camarade,
    J'ai relevé une erreur de mot de votre part durant l'interview sur BFmTV. Ce n'est pas avec les vagues que sont actionnées les hydroliennes, mais avec le courant marin.
    Ceci étant : grand courage !

  14. 114
    Jacqueline dit:

    Article de Laurent Mauduit dans Mediapart à lire absolument "Hollande dans la droite ligne de Sarkozy. Et revoici la RGPP !". L'ignoble trahison continue avec l'aide des pourris de McKinsey et du vieux corrompu Peter Hartz, le grand réformateur et initiateur des mesures contre le chômage (ou plutôt contre les chômeurs), impliqué dans le scandale Volkswagen pour corruption et prostitution où il est inculpé de 44 chefs d'accusation par le Tribunal de grande instance de Braunschweig. Jean-luc, vous tous du FdG et ceux dont le coeur est de la vraie gauche, dénoncez, dénoncez! Merci à tous.

  15. 115
    Nicolas.B dit:

    La France deuxième du monde pour la superficie de son territoire (terre + mer + océans), 300.000 m2 de moins que les USA.
    Vu sous cet angle, notre responsabilité est immense vis à vis du monde, et cela offre de nombreuse possibilité de partenariat avec les autres pays riverains, pour la mise en valeur, protection et partage des richesses. C'est une autre vision que la dilapidation de l'état à coup de milliards retirés des poches des Français, pour soit disant faire mieux avec moins. Les vidéos des assises de la mer sont en ligne, un grand dessein pour la France et les coiffeurs pourront à nouveau faire leur métier avec passion.

  16. 116
    Dominique(pas SK) dit:

    Nous sommes tous des "Valérie". Finalement l'équation ne serait-elle pas NS + DSK = FH ? Dommage, on pourrait en rire si ce n'était dramatiquement triste et dangereux pour la démocratie !
    Petit point que je voudrais soulever. Autour de moi il y a moult communes où il n'y aura qu'une seule liste aux municipales pour cause de vote par liste obligatoire à partir de 1000 hab et surtout par manque d'intérêt des citoyens pour la chose car ces "idiots" on cru comprendre que les communes n'ont quasiment aucun pouvoir et que pour les communautés de communes on fait semblant de les faire voter mais personne ne fait campagne sur la politique qui sera menée ! Hum, cela me rappelle quelque chose... voyons, voyons. Ah ! Oui c'est comme pour le parlement Européen. C'est beau le progrès antidémocratique !

  17. 117
    palumbo viviane dit:

    En ce qui concerne les USA rien n'est à prendre, tout est à laisser ! Je ne parle pas des millions d'humains survivant là-bas, parfois dans des conditions qu'on aurait du mal à visualiser, mais des dirigeants à la botte des grosses banques bien grasses qui nous entraînent encore une fois vers le gouffre et qui voudraient à présent se servir chez nous. Non ma confiance est toute relative envers un pays, pardon, une fédération d'états que nous sommes en train de devenir, qui a envoyé des bombes atomiques sur la tête de gens, sans que personne, encore aujourd'hui n'y trouve à redire. Un pays qui ne vit plus que sur une économie de la guerre permanente et qui nous vend des drones. Alors soyons mobilisés contre ce traité transatlantique uniquement tourné vers le profit que pourraient faire ces banques et les fonds de pensions qui en découlent !

  18. 118
    Julien_M77 dit:

    Du très bon Jean Luc Mélenchon chez Bourdin ce matin. Volontaire, précis, et pédagogue.
    Merci.

  19. 119
    Willia dit:

    Je félicite encore J-Luc pour sa prestation de ce matin avec Bourdin. Mais il es dommage qu'il ne soit pas entendu par des personnes qui ne veulent pas l'entendre, et qui ne gobent que ce que les médias nous rabâchent à longueur de journée, que c'est la crise, et surtout qu'on ne voit que le PS, l'UMP, l'UDI, et on n'oublie pas le FN à croire que F. Hollande fait tout pour que ce parti fasciste, raciste, ne reniant pas le nazisme, revienne au pouvoir. Et F. Hollande qui fait des cadeaux au patronat, qui demande de plus en plus de sacrifices aux pauvres ouvriers, qui fait la même politique que Sarkozy, voire pire n'a pas hésité à remettre la retraite à plus de 65 ans, et tous les autres acquis sociaux qui partent en fumée, le chômage qui devait si bien s'inverser avant la fin 2013. De plus, le PC qui fait alliance avec ce PS au lieu de la faire avec le FdG. C'est un comble de voir ça ! J-Luc a de la constance, et un courage que j'admire. Il n'est pas assez entendu, pas assez soutenu. Je crois qu'on n'est pas au but de nos peines avec tous ces corrompus jusqu'à la moelle. Mais je dis encore un grand bravo Jean-Luc Mélenchon !

  20. 120
    JDautz dit:

    Pour paraphraser Stiegler, si on élimine tout ce qui n'est pas démocratique, c'est une démocratie. On pourrait peut-être même dire que le nazisme était démocratique car, si on élimine tout le reste, Hitler a été élu démocratiquement.

  21. 121
    Alain Doumenjou dit:

    D'accord pour l'essentiel avec les commentaires sur la prestation de Jean-Luc de ce matin chez Bourdin. Mais pourquoi, lorsque le journaliste le titille sur le le pacte de responsabilité de Hollande, outre les arguments pertinents qu'il développe avec talent, se prive-t-il de citer Paul Krugman qui, voici 10 jours dans le N-York Times en commentant sa conférence de presse, qualifiait de désastreuse la politique économique de Hollande dont il dénonçait à cette occasion "l'effondrement intellectuel". Peu de journaleux se sentent à l'aise pour contrer de tels propos lorsqu'ils émanent d'un Prix Nobel d'économie qu'ils ne peuvent taxer de populisme d'extrême gauche sans se ridiculiser. Alors pourquoi s'en priver ? La dernière fois que j'ai évoqué ici ces propos de Krugman, mon commentaire a été supprimé et je n'en vois pas le motif. Par ailleurs, qu'attend donc Jean-Luc pour mettre à profit sa présence médiatique pour engager l'indispensable et urgent travail d'information sur ce que nous réserve le GMT ? Nous informer ici c'est très bien mais à quoi çà sert si l'information reste inaccessible au plus grand nombre ?

  22. 122
    Guy 51 dit:

    Ce matin Jean-Luc Mélenchon montre une innovation écologique issue de la mer sur BFM, ce soir au JT de France 2 eux ils présentent comme une prétendue innovation de l'aggloméré et du papier collé dessus qui existe depuis des decennies pour créer des meubles pourris. Le tout en plus fabriqué dans des pays à bas-couts. Misère...

  23. 123
    nr dit:

    Le Monde Diplo a publié un article pour les "non-globichphones", clair, efficace.
    En ce qui me concerne, ça sera vote nul pour ce mois de mai.

  24. 124
    Baptistina dit:

    Chez Mr Bourdin, la forme physique de notre hôte ne fait aucun doute, ainsi que son désir de poursuivre le travail que sa position d'acteur politique indépassable exige. Si nous militons de toute nos forces sur le terrain pour les deux échéances électorales qui viennent, alors le FdG pourra marquer des points. Il ne tient qu'à nous. Un seul homme (même exceptionnel) ne peut rien changer. Au boulot donc. Les imprimeries du pcf donnent du grain à moudre à tous les militants du FdG. il y a de quoi distribuer et répandre. A disposition de tous. Fraternellement.

  25. 125
    Hold-up dit:

    De Gucht était-il sur le scooter ? Visiblement oui. Mais il y a du monde maintenant sur la selle de la motocyclette : le Medef, Jean-François Copé, Peter Hartz (ancien conseiller de Gerhard Schröder, condamné à deux ans de prison avec sursis pour des faits de corruption commis lorsqu'il était directeur des ressources humaines de Volkswagen), tristement célèbre pour ses contre-réformes qui ont paupérisé des millions de travailleurs et chômeurs allemands (contre-réformes Hartz I, Hartz II, Hartz III et Hartz IV), sans compter le cabinet McKinsey qui se goinfre sur le dos des françaises et des français et pille le budget de l'Etat(111,64 millions d’euros) pour mieux appliquer des politiques rétrogrades d'austérité (RGPP), en taillant dans les dépenses sociales. Pas étonnant que le scooter quitte la chaussée après un gros dérapage à droite. La Nausée !

  26. 126
    durluche dit:

    Le GMT est une grosse daube anti-démocratique, une de plus et alors? @nr dit qu'il votera nul, c'est pas ça qui va changer le cours des choses, au contraire d'une forte mobilisation et un vote pour les nôtres. Nous ne sommes pas nationalistes mais pour une Europe solidaire et écologiste, pourquoi se priver de l'exprimer si cette privation n'a aucun effet ? Parce que s'exprimer ne changera rien non plus, en êtes vous si certain ?

  27. 127
    jerome dit:

    Alors que Hollande nous entraine sur idéologie de l'offre qui crée la demande, Obama à contre pieds se lance à nouveau sur le soutien de la consommation en appelant à une forte hausse du salaire minimum de 40% ! Le monde à l'envers.
    (©AFP / 29 janvier 2014 03h44) USA: Obama appelle à une forte hausse du salaire minimum

  28. 128
    verce alain dit:

    Cette clique à claques que nous avons aidé à conquérir le pouvoir est bien devenue une bande de traitres salopards. Pour moi il n'y aura plus aucune "discipline républicaine" lors des élections. UMP ou PS c'est strictement pareil. Ce sera la vraie gauche ou rien.

  29. 129
    vanier dit:

    Vous n'êtes pas le seul à nous parler d'Europe, de l'Europe contre les peuples, et il n'y a pas que les blogs politiques pour parler des choses compliquées. L'Humanité informe ses lecteurs, pas assez nombreux il est vrai, sur le GMT depuis des mois, son directeur Patrick Le Hyaric, également député européen, a publié un livre sur le sujet, y compris le texte du mandat de négociation que la Commission européenne avait prudemment classée diffusion restreinte. L'Assemblée Nationale a demandé dans une résolution que soit exclue du mandat le recours à un mécanisme spécifique de règlement des différends entre investisseurs et états. "Cherchez le journal qui en parle" écrivez-vous. L'Humanité en parle, dans son édition du 11/09/2013. Sur ce projet de partenariat USA/Europe, il y a aussi R. Stégassy pour la presse radio avec son invité R. M. Jennar dans l'émission Terre à terre de France Culture (dont la ligne éditoriale est hélas par ailleurs de plus en plus libérale, je vous l'accorde), ATTAC et de nombreuses autres publications militantes pertinentes. Heureusement nous avons encore plusieurs sources d'information, plusieurs commentateurs à gauche, et pas une seule parole.

  30. 130
    PrNIC dit:

    @vanier
    Franchement, camarade, tu nous vantes quoi ? Que l'huma, des élus, Attac, etc. font leur sacré boulot d'infos ? Encore heureux ! Mais je crois qu'ils ne font que ça en direction des citoyens (se réservant d'agir eux, s'ils sont élus, mandatés). T'as pas l'impression que toutes ces infos "intéressantes" nous invitent à une seule chose : savoir bien voter, attendre le lendemain des élections pour espérer des mieux et continuer à subir aujourd'hui ?

  31. 131
    JeanLapin dit:

    Si tu es parano, Jean-Luc, alors on est un certain nombre. Depuis l'inoubliable intervention de Salvador Allende à L'ONU, puis par quelques autres lectures et même expériences personnelles, je vois le monde en coupe réglée par un vrai, un très grand banditisme, installé au coeur des entreprises multinationales géantes. Ces gens-là ont financiers, médias, espions infiltrés, juristes spécialisés dans les limites "jusqu'auxquelles on peut aller trop loin", selon les pays (et ça va très loin, Allende l'a compris). Vendeurs d'armes, trafiquants de drogue, d'influence, corrupteurs, proxénètes, kidnappeurs, maîtres-chanteurs, blanchisseurs d'argent, pirates, tueurs bien sûr, et pas isolés, la vraie armée d'un régime corrompu, celle des rebelles, quand ce ne sont pas les deux ! (au hasard, Idi Amin et Joseph Koné en Uganda). Pourquoi et comment ? Parce qu'ils ne connaissent pas la démocratie, n'ont pas de lois. Le profit, c'est tout. Les leviers du pouvoir ont été attrapés par la pègre, et les nations ne pèsent rien pour eux. Les guerres et le terrorisme sont l'équivalent planétaire des querelles inter-gangs. Essayez : regardez l'actualité sous cet angle, c'est...

  32. 132
    marie dit:

    Je relève deux commentaires apparemment contradictoires qui me mettent le doute sur ce qu'il en est. Vous écrivez dans ce blog que les États Unis demandent la mise en oeuvre du procédé de liste négative (permettant que tous les services non explicitement exclus du texte de l'accord soient libéralisés), et dans un blog précédent (19/12/2013) vous écrivez que les nord-américains sont favorables à une liste positive dans laquelle seuls les services explicitement indiqués sont concernés par l'accord. Alors liste positive ou liste négative ?

  33. 133
    Jean Pierre 22 dit:

    Mon cher Jean Luc, tu(1) es étonné d'être "attendu" par les bonnets rouges à St Malo. Tu devrais te renseigner du côté de l'institut de Locarn qui "manage" en sous-main les fameux bonnets rouges (dont certains méritent le bonnet d'âne). Cet institut mérite qu'on s'y intéresse on y trouve des gens particulièrement puissants dont les idées ne sont pas sans rappeler certaines heures peu glorieuses de la Bretagne.

    1: je dis "tu" aux gens que j'aime

  34. 134
    palumbo viviane dit:

    cher JL,
    Je ne sais pas si tous les commentaires sont lus par toi, cela m'étonnerais mais je m'adresse à la personne qui les lit : voilà je sais depuis trois jours que JL va passer le 1er février chez Ruquier et j'aimerai qu'il aborde d'urgence dans cette émission le sujet brûlant du code électoral appliqué aux municipales pour 2014 ! C'est en partie ce code qui fait que on ne pourra pas faire autrement que rejoindre des listes du PS dans certaines villes au second tours car le vote blanc n'est pas pris en compte et la proportionnelle à 50 % détruit toute idée de démocratie réelle. Alors comme j'entends un peu de partout que JL baisse son pantalon dans cette affaire qu'il soit comme toujours un brillant pédagogue afin de mettre les pendules à l'heure de cette cinquième moribonde !

  35. 135
    Michel Matain dit:

    Pierre Laurent et Alexis Tsipras proposent une marche européenne contre l'austérité le samedi 12 avril. Alexis Tsipras s'engage à être présent à la marche parisienne. Après les municipales, ce serait une excellente façon de lancer le sprint final de la campagne des européennes.

Pages : « 1 2 [3]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive