08avr 13

Le 5 mai, marchons pour la Sixième République

Ce billet a été lu 69 609 fois.

En septembre 2011, Ségolène Royal, exprimait son indignation à propos des affaires qui impliquaient la sphère Sarkozy. Elle s’était exprimée dru et cru : « A ce stade d'accumulation d'affaires et d'atteintes graves portées à la morale publique, la seule solution, c'est un bon coup de balai à ceux qui dirigent si mal le pays, font honte à la France ». Aucune des indignations qui m’accablent ne s’exprima. Les socialistes qui pérorent sur ce mot « balai » pour en faire un épouvantail par référence aux années trente et aux fascistes, ignorent que le thème du balai était précisément le leur dans les années trente ! C’était d’ailleurs aussi celui des communistes dans les années vingt ! D’une certaine façon rien n’est donc plus banal que ce balai que l’on va voir dans la rue d’autant plus nombreux que glapissent les tartuffes : « Cachez ce balai que je ne saurais voir ». En fait ce balai n’a aucune sorte d’importance doctrinale pour nous. C’est juste une expression. Ce qui compte c’est la marche du 5 Mai. Son caractère citoyen. Son contenu : la constituante pour la VIème République. Ceux qui parlent tant du « balai » ne le font que pour ne pas parler d’autre chose. C’est-à-dire pour ne pas avoir à expliquer comment ils comptent sortir de la situation par le haut. La situation est explosive. Autant du fait de la matière accumulée que du fait du nombre d’imprudents affolés qui courent de tous côtés en faisant n’importe quoi.

Cahuzac est allé à la poubelle en passant par le même vide-ordure social et médiatique que Strauss-Kahn. Premier temps, stupeur et compréhension (exceptions faites de Marie-George Buffet, Clémentine Autain, Martine Billard et moi, personne n’évoque le viol pendant les premières heures). Puis ce sont les adieux compréhensifs avec rappel des grandes heures. Enfin c’est le lâchage et lynchage généralisé (phase : « Tout le monde savait depuis longtemps »). Cahuzac est parti avec les compliments de toute la caste pour son œuvre remarquable comme ministre alors même qu’à ce moment « tous » savaient à quoi s’en tenir sur son compte. Et même « depuis longtemps » (dixit Anne Hidalgo !). Comment ces gens font-ils pour choisir de tels responsables pour de telles fonctions alors que « tout le monde savait » et de plus « depuis longtemps » ?

Cette vidéo a été consultée 9 761 fois

Même manque d’originalité dans la façon de me traiter. Si bien que c’est cette banalité qui interroge davantage que les mots qu’elle utilise. Donc, c’est reparti. Mais ce n’est même plus original. En deux jours le grand guignol de mes détracteurs a repassé presque tous les refrains classiques de la haine de caste contre moi. D’abord les photos pourries qui sont autant de caricatures à prétention objectives : violent, méchant, sombre, grimaçant et menaçant à souhait. Ensuite le filet garni : trotskiste (tendance Lambert ce qui est une circonstance aggravante), populiste, et comme antisémite n’avait pas marché, même relayé par l’abject Attali, me voici à présent « purificateur éthique » que je ne développe pas pour ne pas vomir sur mon clavier, « petit Mussolini » et ainsi de suite. Toutes ces fortes pensées morales et modérées sont naturellement proférées par ceux qui me reprochent mes excès langage, mes « outrances », mes positions caricaturales, et ainsi de suite. Leur modération est admirable. Leur stupidité tout autant. Car chacune de ces charges s’enlisent misérablement dans des démentis qui ridiculisent leur fabricant. Passons sur « Libération » que personne ne peut plus prendre au sérieux. Chaque jour une manipulation. Après le démenti de Christian Salmon, manipulé selon la technique habituelle, le coup de grâce est donné par Edwy Plenel contre le faux « scoop du jour » sur Fabius : « Libération perd la tête: demain, il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart ». Sans commentaire. Sinon celui-ci : c’est cette équipe minable à Libération qui m’accusaient « d’escalade », de « souffler sur les braises » de « surenchère populiste ».…

Dans la série Rantanplan chef des armées, Harlem Désir a aussi émerveillé son monde. Après s’être donné le ridicule que l’on sait en m’accusant d’antisémitisme, il réédite l’indépassable numéro de l’arroseur arrosé ! D’un côté il m’accuse de donner dans le « tous pourris ». Puis il invente un référendum sur des mesures de « moralisation de la vie publique » sur des sujets tels que le « contrôle du patrimoine des élus», ou encore « l’incompatibilité entre des tâches de lobbying et la fonction d’élu ». Autant déclarer les élus « tous suspects ». Quel aigle ! Mais personne n’en a tenu compte. Ses propres portes-paroles au PS l’ont démenti. Puis le président l’a enterré. Débâcle totale ! Le chef du gouvernement devait être trop occupé à regarder les avions décoller à Nantes, raison pour laquelle personne ne sait ce qu’il pense de quoi que ce soit. Nous n’avons eu qu’à regarder couler Harlem Désir, sans avoir besoin d’user nos munitions. J’ai dit non à son référendum, une heure après il n’y avait plus de référendum. Sic transit gloria mundi !

Dans la série « les pieds dans le tapis », j’accorde aussi une palme particulière au petit génie du « Monde » qui avait cru spirituel de conclure son article « d’information » sur le référendum en Alsace par une petite giclée de fiel contre moi, comme cotisation à la bonne société. Rappelons avec jubilation ces lignes si délicates : «Mais le coup de gueule de Jean-Luc Mélenchon contre la création d’un grand conseil d’Alsace pourrait être un « plus » pour le projet dans cette région ancré à droite. » Et de citer le chef local d’EELV : « En expliquant aux alsaciens pourquoi ils doivent voter non, Mélenchon ne peut mieux faire pour la victoire du « oui », espère Jacques Fernique. » Bref moi je fais des « coups de gueule » quand j’explique pendant une heure l’unité et l’indivisibilité de la République et le sens du patriotisme républicain de gauche. Et ce pécore fait un article d’analyse quand il résume mon propos à un « coup de gueule » ! Rions ! Ces petits prétentieux en ont été pour leur frais. Les sondages donnaient 75% au « oui ». Le « non » l’a emporté justement dans le département du Haut-Rhin où je suis allé avec Pierre Laurent faire un meeting. Et bien sûr le « oui » n’a pas obtenu 25% des inscrits où que ce soit. Echec total de tous nos adversaires. Et aussi de l’extrême-droite, absente de « l’information » donnée par « Le Monde ». Pourtant c’était une occasion de rigolade. Car sur place madame Le Pen était pour le « non » mais ses troupes locales militaient pour le « oui ». Les socialistes étaient divisés dans la région et muets nationalement. Bayrou avait appelé à voter « oui ». Bien évidemment, pour la soirée électorale, sur le plateau de télé locale France 3 et les autres médias éthiques et indépendants pas un des nôtres n’étaient invités. Juste des partisans du « oui ». Tous battus. Un festival de l’entre-soi. Autant dire une préfiguration suggestive de la géographie politique en cours de formation. Une mention spéciale manipulation gagnée une fois de plus par « Libération » qui résume les positions prises sans jamais mentionner le Front de Gauche mais affirme doctement : « Tous les partis étaient divisés sauf EELV. » En oubliant juste de préciser que EELV était d’accord sur le « oui » et fut battu et le Front de Gauche était uni sur le « non » et a gagné ! Sacré « Libération ».

Mais le plus significatif c’est de voir comment le système médiatique et la propagande des socialistes protègent madame le Pen. Cherchez le communiqué du PS condamnant le silence du FN qui « savait » alors que, eux, les socialistes, sont censés « ne pas avoir su ». Cherchez la moindre dénonciation du fait que le conseiller de la madame ouvre des comptes à l’étranger et trafique sur les mines péruviennes : rien. (Les mines péruviennes…. Il n’y a pas eu une histoire sur ce sujet dans le passé ? Personne n’a de mémoire dans ce pays). En tous cas il est frappant de voir de quelle bienveillance elle bénéficie quand pour la première fois depuis tant d’années, madame Le Pen est prise personnellement dans la chaîne des connivences du système de l’argent et de l’entre-soi. Cela a une valeur extrêmement précieuse. Toutes nos hypothèses sur le sujet sont validées. La suite du comportement du FN est donc prévisible : dans cette phase de crise aigüe, ils n’iront pas plus loin que la longueur de la laisse. C’est pourquoi toute l’énergie du système se tourne contre nous et contre nous seuls. Car c’est de là et de là seulement que vient le danger pour lui.


455 commentaires à “Le 5 mai, marchons pour la Sixième République”

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 8 9 [10]

  1. 451
    Marcel dit:

    60 milliards dans les paradis fiscaux chaque année! Combien de fonctionnaires spécialisés faudrait-il recruter pour qu'adossés à une "vraie" loi anti "évasion"? ils parviennent à récupérer une partie significative de ce pactole ? On (les médias) nous distrait et nous amuse avec des commentaires à connotation moralistes.(comme si la morale et l'argent avaient des points communs). Sarkozy l'avait déjà claironné il y a quelque temps "Les paradis fiscaux, c'est fini". Hollande n'est-il pas en train de dire la même chose ? Où sont les moyens pour amorcer quelque chose de significatif ?

  2. 452
    BACHAUD YVAN dit:

    M. Mélenchon, aujourd'hui nous avons une Constituante. C'est le Parlement, qui peut modifier la Constitution à la majorité des 3/5ème.
    Il ne sert donc à rien de demander l'élection d'une Constituante puisque nous aurons les mêmes avec 16% de FN si cela se fait a la proportionnelle. Si on veut une Constituante il est impératif qu'elle soit tirée au sort comme les jurés d'assises pour avoir une juste représentation du peuple français.
    Mais il y a plus simple, non pas à demander en défilant comme vous le faite mais tout simplement à faire car c'est dans votre pouvoir. Faire mettre a l'ordre du jour de l'Assemblée nationale ou du Sénat par le groupe Front de Gauche une proposition de loi en faveur du référendum d'initiative citoyenne souhaité par 82 à 88% des Français et qui vous permettra d'imposer une référendum abrogatif sur l'ANI. Ce référendum d'initiative citoyenne est inscrit dans le programme 2012 du Front de gauche. Ses députés se sont fait élire avec cette promesse qui vous permettrait de soumettre au peuple vos propositions alternatives.
    Pourquoi ne parlez vous jamais du RIC ?
    Front de gauche 2012. Programme : « L’humain d’abord »
    L'implication populaire permanente, page 25 : "Nous créerons de nouveaux domaines d’intervention populaire. Le référendum, ou toute autre forme de consultation populaire directe, pourra être initié par voie de pétition réunissant un pourcentage conséquent de la population. (…) L’initiative d’une loi sera ouverte aux citoyennes et aux citoyens, aux organisations syndicales et aux associations."
    Congrès du Parti de gauche, Plateforme d’orientation politique adoptée le 24 mars 2013. Extraits ligne 832 à 839 : "Pour combattre les logiques de délégation à l’œuvre dans la démocratie représentative, nous proposons des institutions permettant la souveraineté du peuple et la participation des citoyens à travers la pratique des referendums révocatoires ou d'initiative populaire. C’est-à-dire une démocratie « protagonique », pour reprendre le mot des latino-américains."

  3. 453
    cormeyl dit:

    Bonjour,
    C'est l'occasion de réutiliser ma chanson : "Mélenchons-nous !"
    Cormeyl

  4. 454
    FdG34 dit:

    Et pour celles et ceux qui souhaitent monter depuis l'Hérault, c'est par ici qu'on peut avoir les informations sur les trains et les bus.

  5. 455
    alain verce dit:

    Je vomis tous ces journalistes d'une malhonnêteté incroyable !
    Prenez l'émission "C dans l'air" sur la 5. Déjà, elle devrait s'appeler "C dans le Nouvel Obs et le Figaro" tant y sont omniprésents les représentants de ces journaux. Lors d'une émission, tout le monde s'offusque que Mélenchon ait traité Cahuzac de "salaud" (comme si ce n'était pas vrai !). Deux jours (ou trois) plus tard, le dénommé Thréard (du Figaro), dans la même émission, dit textuellement que Cahuzac est "un voyou et un escroc". Personne n'a relevé la contradiction de l'individu ! Imaginez si Mélenchon avait dit "voyou et escroc". Thréard aurait trouvé que "salaud" était plus correct ?

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 8 9 [10]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive