02nov 12

Un novembre Moch

Ce billet a été lu 43 527 fois.

J’écris ces lignes depuis mon séjour de repos, traditionnel à cette époque de l’année : la campagne. Je crois que j’ai raté le meilleur de l’automne. C’est-à-dire le moment où les feuillages virent au feu dans les forêts de feuillus. Ce que j’en vois à présent me semble plus piteux. Mais il pleut, c’est vrai. Le ciel est bas, la lumière pauvre, le ciel sale dégorge sans grâce. C’est le mois du ressac dans la nature. Je n’y ai jamais été à l’aise. C’est un temps de cimetière et programmé comme tel par les êtres humains depuis des millénaires. Prenons la vague comme elle est. Demain il fera beau de toute façon.

Je me mets en retrait de l’actualité et de son commentaire ces temps-ci. Il me faut rattraper les retards liés à mes voyages et préparer les suivants. Mais surtout il me faut écrire tout ce que je dois produire pour être dans le rythme de la vie du Parti de Gauche. C’est dense : il tient son congrès en mars prochain et des assises pour l’éco-socialisme dans un mois. Ce sont deux moments fondateurs pour nous compte tenu du fait, je le rappelle, que notre formation n’a que quatre ans ce mois-ci. Elle n’est pas achevée, loin de là. Et le Parti de Gauche n’est pas une fin en soi. Juste un outil, une étape dans la refondation de la grande force de gauche dont nous avons besoin pour changer le futur.

Le syndrome Jules Moch

Que se passe-t-il ? Je crois que les chefs socialistes se font un drôle d’idée du moment politique. Ils pensent que la société « penche à droite ». Ils s’expliquent de cette façon le succès de Valls qui rend tout le petit monde des importants malade de jalousie. En fait, la société réclame de la décision et de l’action. Ne pas confondre. A moins de considérer que savoir ce que l’on veut et le faire est une attitude de droite ! Ce n’est pas notre façon de voir, en tous cas.

Lire la suite »

En attendant c’est surtout à la tête du dispositif gouvernemental que cette approche fait le plus de dégâts. Il y règne donc dorénavant un syndrome Jules Moch, du nom du ministre de l’intérieur socialiste qui, à la Libération, se fit une réputation en réprimant avec cruauté les grèves ouvrières comme garantie de l’appartenance au bon camp de l’ancienne SFIO. Nous y voilà. Avec l’affaire Notre-Dame-des-Landes et avec l’extradition d’Aurore Martin.

En témoigne l’incroyable déploiement de force contre les occupants de la zone réservée au prétendu futur aéroport Notre-Dame-des-Landes. Comment ont-ils pu croire que cela ne serait pas le point de départ d’un nouveau divorce à gauche ? D’abord au gouvernement. Le parti des Verts-Europe-Ecologie se met en mouvement. Qui peut croire que cela ne va pas ouvrir une contradiction dans le gouvernement d’autant plus crue que le responsable de tout ce gâchis est le premier ministre en personne. Ensuite sur le terrain. Pour des dizaines de milliers d’écologistes de toutes les organisations et associations, cette décision et sa mise en œuvre déclenchent un haut le cœur. L’onde de choc de ce mouvement de menton totalement contre performant va parcourir tout le pays. Déjà l’annonce de la manifestation citoyenne du 17 novembre engage un processus de mobilisation générale dans nos rangs. Je vois bien comment les comités de base du Parti de Gauche se sont déjà mis à l’œuvre, alors même qu’ils étaient sous pression pour répondre à l’appel des syndicats pour la journée d’action du 14 novembre.     

Mais le syndrome Jules Moch est dorénavant profondément engagé. En atteste l’expulsion honteuse d’Aurore Martin. Je sais que bien des lecteurs seront surpris de me voir en défense d’une militante du Parti indépendantiste basque Batasuna. Ceux-là vont apprendre à me connaître autrement que sous le jour des caricatures qui circulent à mon sujet. En toute circonstance je défends le droit pour chacun d’être traité à égalité de droit. Je sais parfaitement que ce Parti est interdit en Espagne. Mais il est légal en France. Et cela me suffit pour défendre le droit à la liberté d’Aurore Martin, citoyenne française. Et ce n’est pas un détail à mes yeux qu’elle soit française. Totalement. Avec la totalité des droits qui s’attachent à ce statut. Les républicains de mon acabit doivent donc mettre leur point d’honneur à défendre cette femme à qui d’aucuns nient ses droits d’une manière qui semble lui nier aussi sa carte d’identité. Pour le reste, toute indépendantiste basque qu’elle soit, je note qu’elle n’a jamais incité personne à la haine ethnique, ni fait aucune des mauvaises blagues sur Durafour ou les pains au chocolat volés. Elle n’a jamais menacé les porteurs de Kippas ni les femmes en foulards dans la rue. Tous ceux qui se sont abaissés à ces activités sont libres en France. Elle est poursuivie en Espagne pour avoir participé à des réunions publiques d’une organisation interdite. Ce qui provoque, en Espagne une inculpation de « faits de participation à une organisation terroriste, et terrorisme » ! L’Espagne fait bien ce qu’elle veut et je note que ce n’est pas toujours brillant. Tout cela à l’abri et sous le prétexte d’un mandat d’arrêt européen. Mais d’où vient qu’un mandat d’arrêt européen permette la déportation d’une citoyenne française qui n’est sous le coup d’aucun acte illégal dans son pays ni d’aucune activité que son pays condamne ? Elle vient d'être interpellée dans les Pyrénées Atlantiques à l’occasion d’un contrôle routier auquel elle n’a nullement cherché à se soustraire. Et la voilà immédiatement extradée en Espagne où elle est aujourd'hui passible d'une peine de 12 ans de prison. Elle sera traduite devant des juridictions d'exception, alors même que nous, Français, récusons les juridictions d’exception et les avons toutes supprimées, sous François Mitterrand ! Le plus choquant de cette affaire c’est de voir la différence de traitement du dossier entre hier et aujourd’hui.

En 2011, Guéant et Sarkozy avaient reculé devant la mobilisation des nombreux soutiens de gauche comme de droite en défense de la militante politique. Eux, Valls et Hollande n'ont pas hésité une seconde à livrer, sous couvert d'un mandat d’arrêt européen, une citoyenne française poursuivie pour des faits parfaitement légaux dans notre pays. C’est un nouveau seuil franchi contre l’identité traditionnelle du mouvement socialiste en France. Les désaccords politiques que nous avons avec Aurore Martin et son parti sont une chose bien connue. Mais ils ne constituent pas une raison pour accepter que le droit de tous soit bafoué à travers celui qui est dénié à Aurore Martin. Ni pour que nous acceptions maintenant la criminalisation des activités militantes, syndicales et associatives que nous combattions sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Autrefois le Parti socialiste était sur ce sujet extrêmement pointilleux. Il a changé de camp. Les dirigeants français viennent de remettre une pièce dans la machine à taper sur les indépendantistes basques espagnols. Alors qu’il s’agit d’une citoyenne française, c’est d’Espagne dont il est question ici. Il faut en mesurer toute la signification. En exécutant sans discuter une extradition de cette sorte les responsables français viennent de faire le jeu de ceux qui n’acceptent pas la trêve proclamée par ETA en Espagne. Ils refusent de donner une chance à sa décision de renoncer à la lutte armée. Ils vont contre le sens du vote récent au pays basque espagnol qui a validé cette démarche. C’est donc davantage qu’une démonstration de force à bon marché qu’ils font.

Des nouvelles de l'astre mort

Ces jours-ci, je me suis mis en retrait. Je ne veux pas que soit brouillé le message de ce qui se passe d’essentiel pour nous. Car pour tout le mois qui vient de s’écouler, l’essentiel de l’activité politique du Front de Gauche s’est joué dans les assemblées parlementaires. C’est peut-être pourquoi nous avons bénéficié de moins d’attention encore que d’habitude. Le gouvernement et ses groupes parlementaires reçoivent tous les feux de la rampe. Il n’empêche c’est là que ça se passe pour nous. Les votes sur les sujets essentiels se font à l’occasion de cette session. Ils vont définir notre profil politique. Pour l’instant nous marchons d’un bon pas, bien groupés sur l’essentiel. Mais il ne faut pas se cacher que le vote sur le budget est une épreuve compliquée. La pression qu’exercent sur nous les chefs socialistes est terrible.

Lire la suite »

C’est leur façon de faire. Les dirigeants socialistes manient d’un même geste le fouet le plus outrageant et la pause unitaire. Ainsi de l’indépassable Bruno Le Roux, ci-devant président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Il dénonce mes « invectives » après mon passage à France inter. Mon diagnostic sur l’état du mouvement socialiste et le problème qui nous est posé de ce fait : invective. Il y oppose des considérations pontifiantes sur le nécessaire respect que l’on se devrait à gauche. Ceux qui se sont donnés le ridicule de ne pas inviter le Parti de Gauche à leur congrès par pur sectarisme, donnent des leçons de respect ! Tels sont les dirigeants socialistes d’aujourd’hui.

J’ai osé dire que la social-démocratie est un astre mort. Je persiste et signe. J’ai osé dire qu’il n’y avait plus de projet social-démocrate et montré à quels abimes conduit la politique des Papandréou, Zapatero et Socratès ! Je persiste et signe. Il n’a rien à répondre sur le fond du sujet. S’il y avait de quoi il le ferait en une phrase j’imagine ? Mais non. Juste des formules de convenances et l’agitation des vieux mantras du culte qui serait dû aux vieilles badernes parce qu’elles commandent. Que pouvait-il dire d’autre ? Quelqu’un pense-t-il que Bruno Le Roux a une idée sur quelque chose ? D’où cela lui viendrait-il ? De sa brillante trajectoire bureaucratique depuis Léo Lagrange jusqu’au meurtre du père Bonnemaison ? Ou bien des dons de prévoyance qu’il a manifesté avec son livre annonçant la grande crue de la Seine en 2010 sur le modèle de celle de 1910 ? Tout Bruno Le Roux est dans cette allure mi chair, mi poisson qui est le style du moment, à l’image des deux hommes forts de l’époque, Jean-Marc Ayrault et François Hollande. Bruno Le Roux prend donc son air de vieux fauteuil Louis XV outragé pour m’admonester. Les naïfs habituels n’ont pas eu le temps de me demander d’y « aller moins fort » avant de bénéficier du spectacle de la violence de leurs altesses les chefs socialistes. Ainsi quand nos sénateurs votent contre la prétendue loi de tarification « sociale » de l’énergie. Ils sont aussitôt accusés d’être les agents de l’UMP !

« Vous avez voté avec l’UMP » accusent les chefs socialistes, la lèvre vibrante d’indignation ! Sans oublier les lourdes insinuations sur le rôle mystérieux des privilèges des agents d’EDF dans la décision de nos sénateurs. Mille mercis d’avoir pris les choses sur ce ton, cher Bruno. Le sénateur du Front de Gauche le moins belliqueux vient de comprendre tout à fait qui vous êtes ! Car la réplique n’a pas tardé. Aucun(e) n’a supporté ce ton. « Ceux qui ont eu la majorité au Sénat sur le traité européen, la loi organique et compagnie avec la droite sont-ils bien placés pour faire ce reproche ? » ont-ils répliqué. Nous serions donc condamnés à voter tout et n’importe quoi du moment que les socialistes le décident et que leur commensaux le supportent ? J’ai bien écrit : « N’importe quoi ». Car c’est ce qu’ont voulu nous faire avaler les socialistes. Leur tarification n’a de sociale que le nom. Elle impose un malus, c’est-à-dire une punition par les coûts aux locataires dont les logements sont mal isolés. Mais sans prévoir la responsabilité des logeurs. Et sans prévoir non plus un bilan généralisé de la situation actuelle ni des travaux à faire pour l’avenir dans ce domaine. Ainsi la responsabilité des propriétaires n'est pas engagée pour améliorer l'isolation des logements. Les locataires restent démunis face à leur facture énergétique. En effet, à usage équivalent, les logements les moins bien isolés, souvent ceux des ménages les plus pauvres, se verraient appliquer un malus supérieur. Autrement dit la loi socialiste garantit l’impunité à long terme des bailleurs. Ce n’est pas tout. Le texte était enfin l'occasion pour le gouvernement de Jean-Marc Ayrault de faire passer des mesures de libéralisation du marché de l'énergie. Pourtant ils avaient combattus la loi "NOME" (Nouvelle Organisation du Marché de l’Energie) quand ils étaient dans l’opposition. Pour quelle raison aurions-nous du les suivre dans ce genre de reniement ? L'écologie ne peut être le faux nez de la libéralisation des marchés et du démantèlement de l'égalité républicaine. Comment un Bruno Le Roux a-t-il pu croire qu’il pouvait nous contraindre ? Je vais le dire.

Dans la haute hiérarchie socialiste, l’idée est de nier le Front de Gauche. Et bien sûr d’abord le PG puisqu’il a fourni le candidat qui a incarné cette formule politique à l’élection présidentielle. La hantise que le Front de Gauche représente a été bien résumée dans un article du « Monde » rapportant une remarque de François Hollande selon laquelle la nouveauté de la situation à gauche vient du fait que le Front de Gauche « cherche davantage à être une alternative qu’un aiguillon de la majorité socialiste ». Le but est donc de diviser cette nouvelle force. Comment ? En isolant les « méchants PG » des « gentils PC avec qui on peut parler ». A partir de là toutes sortes de « journalistes » passent leur temps à donner cette signification au moindre débat entre nous, à la moindre divergence. Peine perdue. Le principal résultat de cette trouvaille est de renforcer sans cesse les liens au sein du Front de Gauche où l’on a parfaitement identifié la manœuvre. Il y eut donc une certaine surprise quand nos groupes s’abstinrent dans le vote sur la confiance au gouvernement. Elle marqua le début de la nouvelle période politique au moment solennel où elle se mettait en place. Les chefs socialistes pensaient que « tout rentrerait dans l’ordre » ensuite. Le vote favorable de notre groupe sur le collectif budgétaire en juillet en donna l’illusion. Ce que nous en avions dit pour expliquer ce vote et mettre en garde ne fut pas pris au sérieux. Les chefs socialistes pensent que tout est une comédie dont ils tirent les ficelles en tenant les caisses par où ils pensent tenir les moyens de convaincre. Erreur qui n’a pas fini de nous ouvrir des brèches. Puis ce fut un échec complet quand les agents d’influence socialistes activèrent leurs réseaux syndicaux les plus coopératifs pour tenter de disloquer l’appel à la manifestation du 30 septembre contre le traité européen. Mais là encore les fils de la dépendance ont été repérés et nous gagnions du temps pour la suite.

Le but des chefs socialiste était que l’échec de la manifestation du 30 septembre permette de faire passer le vote du traité comme un événement sans importance, une formalité. Exactement comme ils y étaient parvenus pendant la campagne présidentielle en substituant le débat sur la viande hallal à celui sur le « mécanisme européen de stabilité ». Rééditer l’enterrement du sujet : c’était la ligne prescrite d’en haut. Là était alors le bras de fer ! Les fanfarons des sommets socialistes avaient déjà annoncé « à peine cinq dissidents » dans leurs rangs pour le vote. Plusieurs plumes complaisantes ou facilement intoxiquées avaient relayé « l’information ». Il s’agissait de briser le moral de ceux qui comptaient résister. Ce fut tout le contraire. Notre démonstration de force dans la rue a donné un autre contexte au vote à l’Assemblée. Il a renforcé le camp du refus ! Le vote à l’Assemblée permit de montrer les limites du contrôle de l’appareil politique socialiste. J’ai observé attentivement ce qui se passait et comment le dispositif se mettait en place contre nous pour bien en comprendre les rouages et les personnages clés. J’étais alors certain qu’ils n’anticiperaient pas la suite. Non seulement à cause de leur arrogance mais parce que progressivement ils perdent le contrôle de ce qu’ils font. Je ne suis plus sûr que quelqu’un contrôle vraiment ce qui se passe à l’heure qu’il est. Par conséquent nous avons l’opportunité de mettre davantage de coups au but. Et un Bruno Le Roux à la manœuvre au parlement n’est pas précisément ce que je peux considérer comme un problème angoissant. Tout le monde comprend je suppose ? Ce qui se joue en ce moment est décisif.

Notre groupe à l’Assemblée s’est abstenu sur la partie recette du budget. Puis il a voté contre la loi de programmation budgétaire. Et contre la loi de financement de la Sécurité sociale. Sans aucune réaction du côté des grands chefs socialistes. C’est un bon signal du fait qu’ils ne sont plus dans le rythme. La seule réaction observée est qu’ils ont durci le régime des mauvais traitements contre les initiatives de nos parlementaires. Excellente leçon de choses. Car ceux-ci ont durci en retour leur détermination à se faire respecter. L’épisode sur la prétendue tarification sociale de l’énergie va marquer le paysage.  Car à présent arrive le vote général sur le budget dans son ensemble.

Le grand jeu recommence. Avec en toile de fond les prochaines municipales, les chefs socialistes font la tournée des oreilles qui peuvent entendre. Douce musique. A condition d’être bien sages, il y aurait des récompenses en 2014. Selon moi c’est peine perdue. D’abord parce que en 2014 il n’est pas sûr du tout que les socialistes soient une fréquentation si populaire que ça. Souvenons-nous du sort qui fut fait aux listes unitaires en 2001, sous le gouvernement Jospin, alors même que tous les comptes publics étaient au vert. La conquête de Paris et Lyon fonctionna comme un écran masquant la débâcle dans des dizaines de communes populaires de toutes tailles. Ensuite parce que tout le monde sait que les socialistes ne tiennent aucune parole ni aucun accord, comme l’exemple leur en vient de haut. Ils ne connaissent que les rapports de force. Bien fou donc qui se fie à leurs caresses et promesses un an et demi avant l’heure. Le plus sage est de refuser la petite musique municipale et de s’en tenir à ce budget pour ce qu’il est : la plus grande restriction de finance publique depuis le milieu du siècle dernier.

Avec ce budget, un cercle vicieux infernal va être amorcé qui va enchaîner récession, endettement croissant et chômage aggravé. Selon moi on ne peut absolument pas laisser passer sans réagir avec une extrême fermeté. Il faut voter contre, résolument. Il s’agit de cette façon de poser un acte politique qui ait un sens clair et compréhensible par tous. Car ce budget va déclencher des luttes et des protestations sociales en chaînes dans tous les secteurs de la société. Nous nous préparons à être solidaire des luttes et non pas du budget qui les aura déclenchées. Pas question d’être pris en otage d’un vote qui liera tous ceux qui ne s’y seront pas opposés. On peut compter sur les chefs socialistes pour le rappeler à chaque occasion. Il n’y a qu’à voir comment est utilisé le vote positif de nos groupes sur le collectif budgétaire pour avoir une idée de ce qui attend ceux qui feront l’erreur de voter en pensant à autre chose. Voter contre le budget a un sens politique clair : un autre budget est possible. Et c’est exactement ce que nous voulons dire et signifier. Voilà pourquoi notre camarade Jacques Généreux et la commission économique du Parti de Gauche ont décidé de présenter un autre budget. Nous sommes capables de gouverner autrement le pays à gauche. Nous ne sommes pas l’aiguillon de l’actuel gouvernement. Nous sommes sa relève. Et d’ici la relève, les groupes se prononcent texte par texte, amendement par amendement pour améliorer tout ce qui peut l’être, comme c’est le rôle de tout parlementaire. C’est simple. 

Oncle Sam et Oncle Ben

Il faut le subir avec patience. Le récit de l’élection présidentielle nord-américaine déroule ses épisodes. Bien des médias suivent de près, comme le chien suit son maître. Le ton est le plus souvent enamouré, juste légèrement tinté d’interrogations bien dosées pour que la trace de la laisse mentale ne se voie pas trop. « I>Télé » se vante même d’être « la chaîne de l’élection américaine ». Rien de moins. Les autres ne le disent pas mais en font tout autant.

Lire la suite »

Que voit-on ? La compétition entre un réactionnaire mormon aveuglé de nationalisme le plus obscurantiste et un démocrate à la ramasse qui n’a tenu parole sur presque aucune de ses promesses et rend le monde dans un état pire qu’il l’a trouvé en arrivant. Leur commune intention de maintenir le reste du monde à leur botte, le bilan épouvantable de leurs aventures militaires, l’incroyable dictature de leur monnaie qui déstabilise le monde entier, leurs prisons secrètes, les tortures qu’ils utilisent, l’affreux camp de torture de Guantanamo, leur 19 agences « d’intelligence », leur droit d’entrer dans les comptes en banques de chaque européen, leur droit de contrôle des embarquements à bord des avions qui survolent leur territoires et tous ces indices de la décadence paranoïaque de ce pays, ne seront pas évoqués. Un spectacle beaucoup plus simple a été sélectionné pour nous. Nous ne serons pas désorientés. On nous donnera nos points de repères habituels. Nous disposons donc du frisson convenu, chacun selon son camp. Un Disneyland pur et sans tache. Le grand classique qui nous permet d’être gratifié partout d’un Hollande ou d’un Sarkozy pour tout potage, et pour que rien ne change. Pour nous, à gauche, le « moins pire » est évidemment Obama et l’affreux réac est Mitt Romney. Facile à comprendre. Cinq autres candidats s’agitent en arrière-plan, soigneusement tenu à distance des lumières par la masse de fric qui gorge les deux premiers et la dictature du format médiatique qui ne saurait aller, même dans la « première démocratie du monde » au-delà de deux candidats. Deux candidat c’est le maximum de ce qui peut entrer dans le cerveau de la ménagère de moins de cinquante ans telle que se la figure les marchands de temps de cerveau disponible. Au moins ne font-ils pas semblant comme en France d’avoir des conseils supérieurs machin chose et autre « haute autorité » prétexte à bonne conscience et occasion de belles prébendes. Je crois que je préfère leur grossièreté à la sophistication de l’art de prendre les gens pour des imbéciles qui caractérise notre système.  

Pour le démontrer je fais un petit retour en arrière. Il s’agit des passages médias des candidats à l’élection présidentielle en France. La statistique officielle vient juste d’être donnée et un des commentateurs de ce blog nous l’a signalée très récemment. « En 2012, quatre candidats dépassent les 100 passages : Nicolas Sarkozy (290), François Hollande (246), Marine Le Pen (166) et François Bayrou (128). Ils comptabilisent 830 interventions contre seulement 108 pour les deux « petits », Philippe Poutou (49) et Jacques Cheminade (45). Entre les deux, un groupe intermédiaire où l’on retrouve Nathalie Arthaud (64), Nicolas Dupont-Aignan (68), Eva Joly (87) et Jean-Luc Mélenchon (95) qui se répartissent un total de 695 passages. » Ces chiffres montrent l’ampleur de la spoliation dont nous avons fait l’objet au profit d’un quatuor prévu de longue main et installé dans le paysage quoiqu’il soit advenu ensuite, c’est-à-dire même si la campagne électorale, les meetings et même les sondages disaient autre chose. Ces chiffres confirment bien la thèse sur l’origine préfabriquée de l’information politique. Et ceci jusqu’au détail. Ainsi de l’opération « dédiabolisation » de Marine le Pen, véritable promotion de la candidate d’extrême-droite. C’était avant qu’elle mette en cause les kippas et quand elle se contentait de montrer du doigt les musulmans. N’était-elle pas délicieuse ? Certains médias écrits n’avaient-ils pas même relevé son « érotisme » ? En tous cas les chiffres parlent. Elle a obtenu presque le double de mes passages à la télé. Mais surtout elle a eu droit à 166 passages quand son père en obtenait 94 à l’élection présidentielle précédente, en 2007… Pourquoi ? Pourquoi cette soudaine faveur ? Devinez.

J’en reviens à l’élection nord-américaine. J’ai trouvé un bon résumé de ce que je voudrais dire des débats entre l’oncle Sam et l’oncle Ben. Je l’ai lu dans  le supplément « New York Times (international weekly) » du Figaro, le 26 octobre dernier, sous la plume de monsieur Scott Shane.
« Imaginez un candidat à la présidentielle américaine abordant sans tabou le problèmes et insistant sur le retard des Etats-Unis par rapport à des puissances économiques comparables. Ce candidat hypothétique pourrait ainsi s’engager à inverser la situation calamiteuse de la pauvreté infantile en s’indignant que parmi les 35 pays les plus avancés l’Amérique occupe la 34ème place juste devant la Roumanie. Il pourrait s’attaquer à la politique éducative en observant que son pays ne se classe que 28ème pour le taux de scolarisation des enfants de quatre ans. Il pourrait encore évoquer la mortalité pour laquelle les Etats-Unis font pire que 48 autres pays et territoires ou signaler qu’en terme de mobilité sociale contrairement à une croyance fortement répandue, les Américains se trouvent à la remorque de la majorité des Européens, des Australiens et des Canadiens. Un tel candidat pourrait essayer d’enflammer son auditoire avec une figure de rhétorique bien connue en campagne : « America is indeed number one » (« l’Amérique est toujours la première ») serait-il en mesure de clamer : elle excelle à emprisonner ses citoyens forte d’un taux d’incarcération bien supérieur à celui de la Russie, de Cuba, de l’Iran ou de la Chine ; elle brille loin devant le Mexique, deuxième pays au monde touché par l’obésité ; et consomme deux fois plus d’énergie que l’Allemagne. Ce type de candidat est quasiment inimaginable au regard de la culture politique des Etats-Unis. Les américains exigent constamment d’être assurés que leur pays, leur réussite et leurs valeurs sont extraordinaires. Les candidats et les présidents obtempèrent généralement, MM Obama et Romney en tête. »
Quand vous verrez reprendre le spectacle des marionnettes nord-américaines pensez-y !


264 commentaires à “Un novembre Moch”

Pages : « 1 2 3 4 5 [6]

  1. 251
    naif dit:

    Bernard Maris, vous connaissez ? Il est membre du conseil général de la Banque de France. Ce n'est pas un bolchévick. Il sévit toutes les semaines ouvrables le samedi matin sur France Inter et parfois sur quelques plateaux télé. Lisez ce papier publié par Libération aujourd'hui, ici. On ne pas dire que c'est faux.

  2. 252
    jean ai marre dit:

    @ 249 Denis F dit:
    " Quant à mon poing gauche, crois moi il est mieux au fond de ma poche, c'est plus prudent par les temps qui courent."

    Camarade, par les temps qui courent nous n'y arriverons pas si on se met à boxer
    Mon post @ 248 en réponse à christine, est dans ce sens là. Servons nous de ces leviers qui peuvent nous aider à enfoncer les lignes. Je souhaite ardemment voir un Jean-Luc dans un calme olympien expliquer avec toute sa pédagogie qui fait merveille, que nous on peut. Il doit se servir du rapport Gallois, pour mettre les patrons en face de leurs responsabilités. Il y a dans ce rapport des points où on doit dire " chiche " Par exemple la mutualisation des compétences entre Pme et Groupe industriel, ou encore que la compétitivité des entreprises ne repose pas que sur le coût du travail, comme il le dit L Gallois.
    Sortons le point et nous le brandirons bien haut, disant aux Groupes industriels, comme le dit le rapport, " que la finance ne doit pas prendre le pas sur l'industrie, que la matière grise ne doit pas se brader au prix de la ferraille.
    Si le Front de Gauche ne prend pas le contre pied, dans 5 ans c'est le FN qui sera au commande.

  3. 253
    stephane dit:

    Avec le PS qui fait une politique de droite, très libérale, les médias qui consirérent ce même PS comme représentant la gauche en France, le Front de gauche étant lui a l'extrême gauche, la soupe liberale est servie. La gauche comme la droite n'ont d'autre solution que d'appliquer cette politique face à la crise, le PS par son attitude porte en lui les germes du vote FN, décrédibilisant toute la gauche française. Heureusement la non participation du Front de gauche au gouvernement nous laisse libre de nos explications pour dénoncer cette imposture.

  4. 254
    Alain Doumenjou dit:

    Je comprends que ce à quoi nous assistons à peu près quotidiennement ait de quoi mettre le moral de quelques uns en berne. Mais à quoi vous attendiez-vous ? Vous étiez pourtant un nombre non négligeable ici-même, voici encore quelques mois, à rechigner à donner vos voix à Hollande pour chasser Nicolas le hutin du pouvoir !
    Hereusement la majorité d'entre vous n'a pas cèdé à la politique du pire et s'est fait, tout comme moi, violence pour donner au second tour, non pas un bulletin de vote à François le "no dangerous", mais un bulletin de sortie au voyou de la République.
    Soyons réalistes (peu de naïfs fréquentent ce blog de façon assidue) mais, mille millions de mille sabords ! Ne sombrons en aucun cas dans le pessimisme.
    Qui aurait prévu le 10 mai 1968, en période de quasi plein emploi et alors que les trente glorieuses battaient encore leur plein, que des barricades autour du quartier latin allaient mettre le feu, trois jours plus tard, aux poudres d'une grève générale illimitée de nature insurectionnelle qui ferait vaciller le pouvoir au point de faire douter (pendant trois jours) De Gaulle lui-même de s'y maintenir ? Moins de deux mois plus tard ce fut certes un raz de marée gaulliste à l'assemblée, mais qui oserait dire que la situation que nous sommes en train de vivre ait quoi que ce soit de semblable avec celle de 68 ?
    La "contestation" était alors dans l'air du temps ? Le "fond de l'air" était rouge comme disait alors Chris Marker ?
    On en a très vite vu les limites car,précisément, la situation socio-économique n'était absolument pas révolutionnaire et il n'existait pas davantage la moindre avant garde unitaire à même de mener avec succès une révolution quelconque.
    Aujourd'hui les choses sont tout à fait différentes, et en dépit du lavage de cerveau en overdose des médias, la réalité est toute autre et la réalité finit toujours par l'emporter sur les catéchismes et les incantations. Personne, ni à droite ni dans notre camp, n'est à même de prévoir ce que sera l'histoire de ces toutes prochaines années, voire celle des prochains mois, sinon la perspective d'un échec cinglant des politiques menées de plus en plus à marche forcée contre le peuple et l'immense majorité d'entre nous.
    Alors ce n'est certainement pas le temps de baisser les bras et de se laisser gagner par la morosité, mais bien au contraire, c'est celui d'être mobilisés et prêts aux grands rendez-vous avec l'histoire qui sont peut-être pour demain.

  5. 255
    naif dit:

    Dans le rapport Gallois, il est défini en renvoi bas de page, la compétitivité:
    Nous adoptons la définition de la compétitivité retenue par le Conseil économique, social et environnemental (CESE)
    « La compétitivité est la capacité de la France à améliorer durablement le niveau de vie de ses habitants, et à leur procurer un haut niveau d’emploi et de cohésion sociale, dans un environnement de qualité. Elle peut s’apprécier (c'est à dire se mesurer) par l’aptitude des territoires à maintenir et à attirer les activités, et par celle des entreprises à faire face à leurs concurrentes. »

    A chaque fois que vous entendrez ou lirez ce mot "compétitivité" remplacez le par la définition. C'est impossible ! Car l'indicateur de mesure peut très bien se réaliser tout en détruisant les conditions de ses habitants ou de l'environnement, sans que ceux-ci puissent agir sur ces conditions. (baisse de salaires, dégradation de la protection sociale, du temps de travail, des horaires... aides aux entreprises, suppression de taxes, réductions d'impôts, cogestion... concourent à faire face à la concurrence et à l'attraction des territoires. L'inverse non!)

    jean ai marre dit à 19h40
    "Je souhaite ardemment voir un Jean-Luc dans un calme olympien expliquer avec toute sa pédagogie qui fait merveille, que nous on peut. Il doit se servir du rapport Gallois, pour mettre les patrons en face de leurs responsabilités."

    Je vois mal Jean-Luc se servir du rapport Gallois après avoir dit haut et fort que tout est à jeter et que c'est un rapport lamentable.

  6. 256
    educpop dit:

    Le gouvernement fait preuve d'une telle obstination, malgré les alertes de toutes sortes, qu'il est certainement pris en otage au delà de ce que nous pouvons imaginer. Qui peut croire que des gens expérimentés, instruits et cultivés peuvent se comporter comme des girouettes sans cervelle, qui conduisent stupidement leur pays droit à la récession ? Bien sûr que dans la logique d'appareil une dérive libérale s'est installée, mais à ce point là! Si l'état ne peut s'opposer à la pensée dominante ultra libérale, seul le peuple serait en mesure de faire mais il est pour le moment aux abonnés absents. Le peu de conscientisation réussie par l'effort des militants a peu de chances de faire craindre au pouvoir une insurrection imminente.
    C'est parce qu'ils ont peur de perdre leur pouvoir que les dirigeants renoncent à faire leur devoir, c'est donc qu'ils savent que des maîtres en détiennent la clé dans des instances non démocratiques. Il faudrait qu'ils n'aient plus rien à perdre pour assumer même partiellement leurs responsabilité. La force peu nombreuse mais responsabilisée que nous représentons est forcement le levier pour un éventuel basculement, mais si interressant que soit le débat institutionnel, vu les forces en présence il ne suffira pas avant longtemps à changer la donne, il faudrait donc lui donner du grain à moudre. A la lecture des commentaires ici, à part quelques exceptions, Je ne crois pas qu'une détermination existe pour une radicalisation. Soit on n'agit pas et notre colère est puérile, soit on agit mais on risque d'être aspiré dans une spirale de la violence contre productive. La politique du FG semble se positionner dans une perspective de rassemblement, mais on va pouvoir gagner une guerre sans livrer des batailles?

  7. 257
    Odile dit:

    Nos jeunes (enfants, collègues) passent au moins autant de temps devant leur messagerie internet, facebook et twitter que devant la télévision, si j'ai bien observé mon cher entourage. Et ils ne sont pas contre le fait de recevoir une dose d'information politique autre que dominante, sur leurs ordinateurs et j'imagine qu'ainsi leurs sujets de conversations pourraient se diriger vers l'actualité politique, sociale et écologique (ce dernier sujet les intéresse particulièrement). A nous, les "viocs", d'aller à leur rencontre avec l'internet. Ils sont la relève, mais si nous ne faisons pas le lien. Alors là, oui, nous aurons de quoi nous inquiéter. A noter que les intervenants sur le télé de gauche (voir vidéos) sont jeunes et compétents. Il est important de créer ces liens, sinon la chaîne risque de se rompre. Fraternellement.

  8. 258
    Antraigues dit:

    A tous ceux qui seraient tentés de douter ou de sombrer dans le pessimisme, il est important de comprendre que le pouvoir économique en place mondialement ne réussit à tenir qu’en plongeant les peuples dans la résignation, et utilise pour cela des techniques de manipulation éprouvées. A nous de ne pas nous laisser influencer, de ne pas croire que rien n’est possible, et de cesser de penser que « les gens ne nous écoutent pas » car ils adhèrent forcément à la pensée dominante. A titre d’exemple, observons le fait suivant : le fameux film « les nouveaux chiens de garde », qui n’a bénéficié d’aucune couverture médiatique, et malgré une distribution confidentielle, a fait 200 000 entrées. Celui de BHL, « le serment de Tobrouk », malgré un battage médiatique intense et le soutien de la majorité des hebdos, en a fait 5000 ! Ceci illustre bien le fait que :
    1/ les gens ne sont pas si bête qu’on le dit.
    2/ les médias dominants n’atteignent pas toujours leurs objectifs.
    Alors ne baissons pas les bras, relevons la tête et au boulot !

  9. 259
    JCM31 dit:

    Il est vraiment moche ce mois de novembre
    Ils ont fait fort ce matin sur France inter où effectivement la voix est libre (sic).30 mn avec la ministre garde des seaux des pelles et des râteaux et pas 1 mn pour évoquer l’expulsion honteuse d'Aurore Martin,ainsi que le coup&le coût de force à NDDL. Par contre, le matraquage abusif avec des hors sujets,(de mon point de vue):Comme les élections aux États Unis et en ce moment, le mariage gaies,tout cela pour bien occuper les esprits et les détourner des vrais problèmes préoccupants,fonctionne à plein tube.Petite consolation,le diable US est sorti pour l'instant par la petite porte,pendant que le moins pire,est entrain de nous mijoter dans l'ombre et la grisaille de ce mois de novembre,un autre bourbier bien gluant avec ses redevables, Nétanyahu et compagnies discrètes, pendant que Hollande,lui, fait le tour des cantines en ce moment,allez donc savoir pourquoi? Et il ne faudra pas compter sur les médias spécialistes de l'enfumage collectif des cerveaux limités,pour apporter quelques informations objectives et éclairantes. Si non tout va bien:Les très riches vont continuer à se gaver&spéculer,ceux un peu en dessous pourront dépenser sans trop compter pour les fêtes qui s'annoncent,submerger les autoroutes qui mènent aux sports d'hiver et peut-être même,aller à la messe du Dimanche pour s'émouvoir du contexte lugubre dans lequel nous pataugeons, afin de se donner bonne conscience et compatir,impuissants qu'ils sont, au désastre qui s'annonce,pendant que d'autres comptent et recomptent en se grattant la tête et ce demandent comment tout cela va se terminer, tellement l'avenir est de plus en plus sombre et "semble" sans aucunes échappatoires et ce malgré les gesticulations pour brasser du vent des PSeudos de gôche aux affaires.Quant aux pauvres (bientôt 1O millions) aucune chance de voir leurs conditions s'améliorer,si on en croit le constat alarmant du président du secours catholique,ce matin à 9 h sur la radio citée plus haut où c'est une certitude maintenant,"les voix et les conséquences de la pensée unique sont libres". Voilà de bonnes raisons pour moi d'aller exprimer ma colère le 14 novembre prochain,si mon organisme m'en donne encore la force pour battre le pavé Toulousain. Qu'on se rassure,tout cela n'est que ma façon bien à moi d’interpréter les évènements du moment,dont toutes ressemblances avec des faits similaires,ne seraient que pure coïncidences et imaginations.*** Résistance !

  10. 260
    BOUTHILLON dit:

    Excellent tout cela ! Et surtout d'apprendre à quel point les élus du Front de Gauche ont souffert des manoeuvres socialistes dans les assemblées ! Déterminant non ? Alors....,on se met dans l'opposition à l'austérité, c'et à dire contre la Droite et le socialisme libéral ? Il est peut-être tant d'assumer l'alternative contre la seudo alternance ? Parce que Pierre Laurent qui s'invoque dans la majorité sur Public Sénat, me fait penser qu'il y a un retard à l'allumage au Front de Gauche ! Quand on se dit dans le rythme de la 3ème phase. Je veux bien admettre le "step by step" ! Mais avec la compétitivité Galloise, considérons qu'on est arrivé au bout de l'échelle, t qu'il faille maintenant assurerle grand saut, le lâcher prise dans la prise de pouvoir ! ET cela, de la manière la plus officielle, pour se rendre pertinents vis à vis des citoyens et devenir réellement leur recours et leur avenir ! Amitiés fraternelles.

  11. 261
    Blagueàpart dit:

    Bonsoir, M. Mélenchon, vous êtes très bon et vous savez être rafraîchissant. Je suis tout de même un peu inquiet de vos propos sur l'Euro qui serait trop fort. L'Euro fort contient les prix intérieurs, l'Euro affaibli n'apporterait que de nouvelles misères pour le petit peuple. Chacun doit porter sa croix : les grandes firmes exportatrices n'ont qu'à se débrouiller avec leur marché et leur intelligence, par exemple en mettant un peu plus leurs actionnaires à contribution. Concernant les "hollandais", je les trouve bien piteux d'avoir reculé devant l'objectif qu'aurait certainement tenu le précédent gouvernement, qui était de payer les retraites à la fin de chaque mois. On aurait gagné un petit peu en croissance, et même gagné un peu de sous en empruntant à un taux négatif. Bon cela doit être fini maintenant, vu les nouvelles du front. N'empêche que les crânes des aparachiks me semblent devenus secs, et encombrés de toiles d'araignées.
    Merci pour tout.

  12. 262
    Isabel .T dit:

    La betise humaine est le fléau de notre planète. Implorer la paix, croire, c'est possible. L'humain est stupide. Je crois en vous Jean Luc car vous êtes l'homme qui peut nous apporter un changement demain. A vos cotés,continuons ce combat !

  13. 263
    Titoune dit:

    Abasourdis, un grand coup de massue sur les plus modestes, alors qu'en Grèce cela prend des allures de guerre civile et nos médias sont muets donc mercredi tous dans nos rues, chez nous une manif à Montélimar une autre à dieulefit le pays des justes au moins les journaux locaux en parlerons,nous affichons notre différence nous sommes fiers et libres sans muselières, le PS c'est la chronique d'une mort annoncée, un sabordage pareil pose question ? Mais comment est ce possible de se fiche de son électorat à ce point, le changement c'est quoi, plus jamais je ne voterai pour ces pourris, vous avez été bien inspiré il y a 4 ans en claquant la porte,aujourd'hui vous êtes incontournable, pas un jour sans que vous soyez cité pour vos propos intelligents, qu'attendons nous pour prendre le pouvoir qui nous a été volé le changement ne peut venir que du FdG nous devons nous imposer encore plus. Les résistants de Notre Dame des Landes vous attendent, cette lutte semble juste, j'aimerai connaitre votre avis. la résistance s'organise merci de vous.

  14. 264
    grya26 dit:

    Merci Jean Luc pour ce tour d'horizon toujours plein de pédagogie qui à pour souci évident d'éclairer le chemin de ceux qui luttent pour l'avènement d'une autre société, où l'homme trouve toute sa place.
    En ce qui me concerne, pour ce qui est du bilan de notre nouveau gouvernement, le constat est plus que révélateur de sa félonie et d'une droitisation sans complexe. Ce qui ne me surprend pas car j'ai bien garder en mémoire une petite phrase du candidat F. Hollande qui, se voulant rassurant pour la finance, déclarait " je ne me sent tenu par aucun programme car je suis avant tout le candidat de tous les français" ce qui en disait long sur son positionnement futur.
    Ceci dit; je considère que pour nous il est temps de poursuivre notre engagement vers le but à atteindre, l'avènement de la 6e RÉPUBLIQUE, qui pour moi doit constituer le fil rouge de tous nos engagements, car sans changement radical de nos institutions point d'issue à nos maux.
    Aujourd'hui je suis dans l'attente sans pour autant rester dans l'expectative d'un signe fort signifiant à toutes les composantes du Front de Gauche qu'il est temps de poursuivre ce qui a été commencé. Il s'agit maintenant d'aller de l'avant avec pour feuille de route un objectif commun ne laissant pas de place aux petits arrangements ni aux défaillances possibles susceptibles de faire obstacle à l'unité qui conditionne la réussite de notre grand projet.
    Tu l'auras compris je parle là de 2014 et des vieux démons qui viendraient sans cela troubler les esprits de nos camarades les plus aguerris. Tant il est urgent de travailler à dégager une charte de bonne conduite conditionnant nos accords locaux et définissant les grandes lignes de la politique de la ville que nous voulons.
    Je suis rendu très inquiet par toute cette agitation protestataire qui fait l'agenda de nos structures militantes qui risque de peser lourd en terme d'engagement militant sans pour autant faire la preuve de son efficacité.
    Pour l'heure il est urgent de travailler collectivement à l'élaboration et à la popularisation de nos objectifs; sociétal,politique, économique et social.

Pages : « 1 2 3 4 5 [6]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive