22sept 12

pantheon_00J'écris cette note alors que je suis encore un peu fébrile après ce discours sous la pluie devant le Panthéon. Ici, il est surtout question de la manifestation du 30 septembre et de l'événement que constitue le rejet massif par le conseil fédéral d'Europe-Ecologie-Les-Verts du traité européen. Je viens aussi sur les pénibles moments que nous avons dû passer tandis que la scène publique était encombrée par les retours agressifs de la religion. Je surligne ensuite une information passée inaperçue qui implique pourtant notre indépendance nationale. Enfin j'explique le sens de mes plaidoyers pour Chavez.

En illustration de ce billet, quelques portraits en costumes réalisés à l’occasion de la commémoration du 220ème anniversaire de la République au Panthéon le vendredi 21 septembre 2012. Photos : S. Burlot

Je viens d'apprendre le résultat du vote du conseil fédéral d'Europe-Ecologie-Les Verts à propos de la ratification du traité européen. 77 voix contre, 24 pour, 8 abstentions. C'est selon moi un événement politique d'ampleur. Majoritairement, un des deux partis de la coalition a rompu la solidarité politique gouvernementale. En soi ce n’est pas rien. Mais il s’agit d’un texte qui va être à l'origine de toute l'orientation du gouvernement pour les mois à venir. A cette heure, je ne me soucie pas de l'inconséquence qu'il y a pour Europe-Ecologie-Les Verts à voter de cette façon pour devoir ensuite appliquer les conséquences du texte qu'ils auront condamné aussi largement. Le fait marquant, le fait politique, le fait qui positionne cette formation pour l'avenir, pour les majorités politiques que nous pourrions constituer, c'est qu’Europe-Ecologie-Les-Verts ait dit « non » au traité européen. Ce vote met aussi la gauche du PS au pied du mur. Il devient plus difficile selon moi de se dédire quand une partie de la majorité gouvernementale et pantheon_01une aussi forte partie de la gauche parlementaire est aussi résolue. Car le « oui » et le « non » au traité européen ne sont pas une opinion parmi d’autres à propos de politique étrangère ! C’est une ligne d’ensemble dans chacun des deux cas. Elle concerne l’avenir de l’Europe et la conduite de la politique générale en France.

Ce vote tombe à pic. Il entre en résonance avec ce qui se passe dès à présent sur le terrain. J'en déduis que la mobilisation pour le 30 septembre devrait encore s'élargir. Car de jour en jour, d'heure en heure, la préparation de la manifestation prend de l'ampleur. Les cars et les trains s'affrètent, les covoiturages s'organisent. Il faut être conscient qu’un tel mouvement implique d’importants sacrifices financiers. La liste des organisations qui appellent s’allonge. Il y en a plus de 50 d'ores et déjà. Pour ne prendre que les syndicats j’ai noté la CFDT CFF, la CGT Finances, la CGT Educ'action, la CGT Livres (Filpac), la CGT Personnels des Organismes Sociaux, la très puissante Union régionale Ile-de-France de la CGT, la CGT FSA, le SNESUP-FSU, le SNU-FSU Pôle Emploi, le SNU-FSU Clias, le SNU-tefi. Et aussi la FSU et Solidaires Finances Publiques, Solidaires Douanes, Sud BPCE. On se souvient que l'Union syndicale Solidaires est déjà parmi les premiers signataires de l'appel unitaire. De réunion du collectif en réunion d’organisations la mise en place matérielle se précise. Il y a parfois de piquantes discussions. On se souvient des soupçons de « récupération » politique formulés et répandus en confidences « anonymes » (bien sûr) contre moi ou contre le Parti de Gauche. Qu’il est amusant de voir les mêmes à présent faire des pieds et des mains pour obtenir le droit de manifester distinctement avec leurs propres cortège et banderoles de parti ou de syndicat quand nous proposons de marcher tous ensemble, par région, par respect pour les montées collectives des camarades venus de loin. Qu’il est amusant aussi de voir toutes ces pressions pour organiser des prises de paroles finales quand nous proposons qu’il n’y en ait pas, tout simplement, parce que la sonorisation coûte affreusement cher, sachant que notre message est connu et que ce qui reste à savoir c’est si nous sommes en nombre ou pas. Pour finir, bien sûr, nous ne ferons de rien de tout cela un motif de fâcheries. Rien ne nous importe à part le succès, le sentiment de force qui se répandra, la prise de conscience qui émergera, le recul pantheon_02de la résignation, la vigueur du rapport de force. Parlez autant que vous voulez, défilez comme vous voulez, cela n’a pas d’importance. Ce qui compte c’est le nombre, la détermination, l’énergie, la dynamique ! Agissez, mobilisez, camarades ! Nous, nous n’avons pas d’intérêt distinct de ceux de l’ensemble du mouvement. Je crois celui-ci assez fort, dorénavant, pour rappeler à tous les états-majors le sens du collectif.

Un fait nouveau dans le contexte : la publication par « Le Monde » du texte de la loi organique qui serait déposée pour faire suite à l'adoption du traité par les assemblées. Du coup, avec la présentation du texte du traité au conseil des ministres, une certaine actualité s'organise. Des articles paraissent un peu partout dans la presse et les médias audiovisuels même y consacrent par-ci par-là quelques instants. J'estime que cela démultiplie notre capacité de sensibilisation. Une question paraît moins lointaine dès qu’on en entend parler à la télévision ou à la radio. Un appétit se réveille alors chez tout un chacun dans la mesure où nous avons entretenu au fil des années depuis 2005 une information polémique sur le thème. Dans ces conditions il est possible qu'au cours des prochains jours ce mouvement s'amplifie. Les médias peuvent décider que c'est un sujet d'intérêt dans la mesure où il existe assez de passion pour entretenir la discussion. Je pourrais assister également un retour des méthodes de diversion. Est-ce que ce n'est pas déjà le cas avec la relance du débat sur le droit de vote des immigrés aux élections locales que rien ne justifie sinon paraît-il pantheon_03des rumeurs de remise en cause de l'engagement du chef de l'État sur ce sujet. Les socialistes qui ont décidé de faire une pétition sur le thème ne sont-ils pas pourtant les mieux placés pour aller s'assurer par eux-mêmes de la véracité de cette rumeur ? Comédie ! Comment ne pas souligner l'incohérence de ces gens qui veulent étendre la citoyenneté à un nouveau groupe de personnes au moment même où par le vote d'un traité ils vont la réduire pour tout le monde. Une autre diversion, encore à la une du journal « Le Monde » aura été cette interview de Mme Le Pen. Car il fallait bien s'attendre à ce qu'elle profite de l'occasion si magnifique pour marquer son terrain. Elle l'a fait ! Et comment ! Elle a joué sur la confusion entre le port dans la rue de la Burqa et du voile pour exiger l'interdiction du voile et de la kippa ! Une provocation de plus dans une atmosphère déjà surchargée de surenchères à propos des religions. Je vois un avantage cependant à cette stupide nouveauté. Dorénavant il est devenu clair que Mme le Pen en revient bien aux traditions les plus profondes de l'extrême-droite française à propos de la communauté juive qu'elle veut montrer du doigt. C'est la deuxième fois. Ce fut le cas une première fois à propos de la viande halal. Dans le flot de sottises qui furent prononcées alors, très vite on en vint aussi à de nauséabondes considérations sur la viande kasher. Et déjà alors il s'agissait d'une diversion puisque cette « affaire » de la viande halal surgit en mêmepantheon_04 temps que nous essayions d'ouvrir le débat sur le MES, un autre traité européen, en pleine présidentielle où le thème était pourtant tout à fait à sa place.

Il n'en reste pas moins vrai qu'un intérêt médiatique pour le traité européen se constate. Je ne suis pas dupe des intérêts parfois mesquins qui sont de la partie. A droite, on jubile de voir le nouveau gouvernement venir, le béret à la main, défendre un texte rédigé par le précédent président ! A droite, on se réjouit de voir le Président de la République et le Premier ministre être contraints de diviser leur propre majorité et de voter avec l'opposition de droite pour faire passer un texte ! Mais à qui la faute sinon à ceux qui ont été assez cyniques pour penser que personne ne se rendrait compte de leur manœuvre ! Dès que Jean-Marc Ayrault a fait la bêtise de dire que « les lignes ont bougé », on se souvient que j'ai demandé lesquelles. La vérité est à la portée des moins curieux. Pas une ligne pas un mot pas un verbe pas un adjectif qui ait changé depuis la signature donnée par Nicolas Sarkozy. Comment Jean-Marc Ayrault pouvait-il croire que personne ne s’en rendrait compte ? Comment le ministre Cazeneuve pouvait-il croire qu'une aussi grossière ficelle de communication que son « oui de résistance » pouvait échapper aux sarcasmes du très grand nombre de ceux qui n'aiment pas qu'on les prenne pour des imbéciles ? Une fois de plus je note que les nouvelles excellences se croient toujours dans leur réunion de parti ou les pantheon_05mensonges et les arrangements avec la vérité passent sans difficulté du moment que les choses sont dites comme dans un murmure.

Je n'ai pas aimé du tout l'ambiance cette semaine avec ce retour violent et somme toute grotesque de la question religieuse sur la scène politique. J'avais eu un avant-goût avec l'empêchement fait à Caroline Fourest à la Fête de l'Humanité de pouvoir débattre. Cette histoire m'a beaucoup choqué. Qu'un débat soit rendu impossible à la Fête de l'Humanité décuple la violence du fait. Quelles que soient les raisons que peuvent avoir ceux qui veulent s'opposer à ces propos pourquoi le faire en empêchant qu'elle parle. Vraiment, je ne peux pas l’admettre. Je ne suis pas toujours d'accord avec Caroline Fourest, et comme les sujets qu'elle aborde touchent le plus souvent à des questions fondamentales, je reconnais qu'il peut m'arriver de mettre beaucoup de passion dans mes objections. Mais il ne me viendrait jamais à l'idée d'en venir à lui interdire d'exprimer son point de vue. Comment ceux qui pensent incarner les raisons d'une religion dont les fidèles souffrent déjà tant d'être minoritaires et souvent montrés du doigt peuvent-ils, à leur tour, recourir à l'ostracisme et à la stigmatisation par la force ! C'est incohérent. Je les crois très marginaux dans cette attitude. Ma conviction profonde est que dans leur masse les musulmans aujourd'hui, comme hier les juifs et les protestants, savent qu'ils ont un intérêt fondamental au respect du pantheon_06pluralisme et du droit d'expression des points de vue minoritaires. Quand il y a une religion dominante, toutes les autres ont intérêt à la laïcité de l'État et à la liberté de conscience la plus absolue.

J'en étais là quand histoire du film grotesque sur les musulmans tourné aux États-Unis devint une obsession médiatique du fait des violences qui se déclenchaient. L'affaire sent à plein nez la provocation bien organisée. Le déclenchement de manifestations de protestation et l'assaut meurtrier contre l'ambassade des États-Unis en Libye marquent une synchronisation troublante, intervenant soudain, des semaines après la mise en ligne du film. Tout surgit en pleine campagne électorale présidentielle aux États-Unis et tout est visiblement programmée pour nuire à Obama. Pour finir cela aura surtout permis, à échelle du monde entier, de remettre en scène l'équation qui sert d'épouvantail à la théorie du choc des civilisations qui est l'idéologie commune au 19 agences de sécurité et d'intelligence qui grenouillent dans l'ombre à Washington et se disputent les parts de subventions et les budgets. Nous en étions déjà la quand est arrivé la nouvelle « affaire » des caricatures dans « Charlie Hebdo ».

Aussitôt, de tous côtés, tombèrent les injonctions à se prononcer pour ou contre avec, dans chaque cas l'enfilade de conséquences soi-disant logique que les bons esprits y accrochent ! Reconnaître à « Charlie Hebdo » quand il le veut, comme il le veut, le droit de se moquer de qui il veut, avec bon ou mauvais goût, de faire ce qu’il veut du sujet qu’il décide de traiter n’est que l'application d'un principe fondamental de notre idéal : la liberté de la presse. Défendre la liberté de la presse n'implique d'aucune façon qu'on soit d'accord avec ce qu'elle pantheon_07publie. C'est quelque chose que nous savons-nous, dans l'autre gauche, mieux que les autres. Car la liberté que nous défendons là, c'est le droit pour la presse, dans la plupart des cas de nous insulter, de nous mépriser, de nous défigurer, de nous calomnier, de donner systématiquement raison à nos adversaires, de dédiaboliser les pires personnages de la vie politique tout en nous diabolisant chaque fois que possible. Nous défendons la liberté d’une presse partisane, hypocrite, faible devant les puissants et dure face aux faibles. Mais nous la défendons ! Le mauvais goût de « Charlie Hebdo » n'est rien à côté de celui d'un Christophe Barbier, d'un Alain Duhamel et autre médiacrâtes insultants, vaniteux et cupides. Et pourtant nous ne permettrions pas qu'on veuille les empêcher de débiter leurs obscénités intellectuelles. La liberté de la presse est une composante de la liberté une et indivisible que nous mettons au poste de commande de notre conception de la vie en société. Il n'y a pas d'autres bornes à la liberté que celles fixées par la loi. Comment avons-nous pu dévaler la pente au point qu'il soit nécessaire de rappeler de telles évidences ! Que le premier ministre se soit senti obligé de dénoncer dans ces caricatures une "provocation" montre le degré d’abaissement où en sont rendus dorénavant les technocrates sociaux-libéraux ! Parallèlement, que le ministre de l'intérieur ait interdit des manifestations de protestation contre ces caricatures est une autre aberration injustifiable. Avait-il des informations permettant de prévoir des troubles de l'ordre public ? Lesquelles ? Car, sinon, l'interdiction n'a aucun sens admissible du point de vue de nos libertés publiques. Le contenu d'une manifestation, ses mots d'ordre, ses raisons, ne saurait être un motif d'interdiction, sauf s'ils contreviennent à la loi. Le fait d'organiser une manifestation pour protester contre des caricatures ne contrevient pas davantage à la loi que le fait d'organiser, comme c'est le cas chaque année, une manifestation place de la Concorde à la mémoire de Louis XVI condamné pour avoir trahi la patrie il y a deux siècles de cela ! Mais, bien sûr, si pendant de telles manifestations étaient proférées des injures racistes ou bien des slogans hostiles à la République, ceux qui s'en rendraient coupables devraient être interpellés. Comment tous ces donneurs de leçons en matière de liberté, qui nous montrent aussi souvent du doigt, peuvent-ils à la première alerte méconnaître à ce point les bases élémentaires de l'esprit du droit républicain ? Ce sont des hypocrites ! Quand vont-ils se décider à interdire les séances de prière dans la rue contre les centres de santé où se pantheon_08pratique l’IVG ? Quand vont-ils faire évacuer l’église Saint Nicolas du Chardonnet occupée par des intégristes qui n’y sont pas autorisés ? Quelles mines font dorénavant tous ses grands esprits quand ils entendent dire que la justice pourrait être saisie au nom du droit local alsacien qui comprend le délit de blasphème comme nous n'avons cessé de le dénoncer sous le regard apitoyé de ces importants ! Que disent à présent ceux qui se risquèrent même, comme c'est le cas de François Hollande, à vouloir mettre le concordat dans la Constitution pour mieux protéger ce particularisme qui accable l'Alsace ? Ayrault, Valls, et les fanatiques religieux ont en commun de penser que le droit s'interprète au fur et à mesure d'après leurs émotions ou leurs convictions. C'est ce qui les rend dangereux pour la liberté davantage que l'idée qu'ils s'en font !

Vous n’avez pas dû remarquer l’information, sans doute. Moi, elle m’a percuté rudement. Une fusion est envisagée entre le géant franco-allemand de l’aéronautique EADS et le britannique BAE, héritier de British Aerospace. Ici où là, quand quelqu’un en parle dans les médias, l’information n’est abordée que sous son angle commercial et financier. Jamais dans sa dimension stratégique et politique. Il a d’ailleurs été annoncé dans l’indifférence du gouvernement. Pas un mot de commentaire. pantheon_09Pourtant l’Etat français est un des principaux actionnaires d’EADS. Ce projet est la première initiative d’envergure du nouveau président d’EADS, l’allemand Thomas Enders, qui a remplacé le français Louis Gallois depuis juin dernier. Alors que Gallois était un défenseur de l’industrie attaché au rôle de l’Etat dans l’économie, Enders est un libéral qui a longtemps milité au sein de la CSU, l’aile ultraconservatrice de la majorité de Mme Merkel. Ce monsieur préside le club patronal allemand qui œuvre au rapprochement transatlantique, l’Atlantik Brücke e.V. C’est donc un artisan actif et ardent du grand marché transatlantique, le fameux GMT, dont il est impossible d’entendre parler en France alors qu’il est censé se mettre en place en 2015. Le souhait de ce Thomas Enders de se rapprocher du groupe britannique d’aéronautique et de défense n’est donc pas limité à l’aspect commercial et financier. En rompant l’axe franco-allemand qui a porté Airbus et EADS, cette fusion rendrait possible un nouvel axe germano-britannique à la tête du nouveau groupe. Avec un tropisme beaucoup plus transatlantique qu’européen. Car le britannique BAE est d’ores et déjà un groupe fortement intégré au complexe militaro-industriel états-unien. Il possède des filiales aux USA. Et il participe directement au développement du nouvel avion de combat des USA, le F35, qui a vocation à remplacer le F16, l’avion militaire le plus vendu de l’histoire. Cela isolerait un peu plus le programme français Rafale en Europe. En matière d’industrie de défense, cette fusion enterrerait donc toute velléité d’indépendance européenne face aux USA. Quant à l’aéronautique civile, BAE n’y a pas laissé de bons souvenirs. Lors de la constitution d’EADS en 1998, BAE avait en effet fait l’acquisition de 20% dans Airbus après avoir renoncé à intégrer EADS en tant que tel. Avant de se débarrasser de cette participation en 2006, contribuant directement aux difficultés financières d’Airbus. Ici je résume autant que je le peux pour ne pas surcharger de considérations techniques et historiques cette information. Mais je crois avoir fait sentir l’essentiel. Je suis scandalisé de voir que le gouvernement ne dit et ne fait rien. L’atlantisme historique et aveuglé de Jean-Marc Ayrault et François Hollande coupe ces deux hommes d’une compréhension vraiment informée des exigences qu’impose le souci d’indépendance et de souveraineté face aux Etats-Unis. Les allemands, habitués à vivre sous parapluie nucléaire et militaire des nord-américains depuis la partition de l’Allemagne, ne sentent pas les choses comme nous. J’estime qu’il faut s’opposer à cette opération. Je pense que le gouvernement qui a déjà accepté à Washington le prétendu « bouclier anti-missiles » est en train de laisser volontairement se mettre en place une conception de la défense qui mériterait au moins d’être assumée pour pouvoir être discuté. La plus grande méfiance est donc de mise face à ce projet de fusion, tant pour pantheon_10l’indépendance de notre défense que pour l’avenir d’Airbus.

Je veux revenir un instant sur le sens que je donne à la publication dans mon précédent post d'un argumentaire à propos du bilan de la politique d'Hugo Chavez au Venezuela. Mon intention est d'expliquer les raisons pour lesquelles je soutiens la révolution bolivarienne. J'espère bien que mes arguments convaincront à leur tour d'autres personnes de regarder différemment la place particulière du processus politique en cours au Venezuela. Mais mon premier objectif est de contrecarrer deux attitudes qui me paraissent nuisibles à notre propre combat. La première est de se résigner, sans se renseigner, à avaler peu ou prou l'image générale que nos adversaires veulent donner de toute révolution qui contrecarre les intérêts de l'oligarchie où qu'elle soit dans le monde. Nos adversaires savent ce qu'ils font. Ils n'essaient pas de convaincre, ils ne citent jamais un fait précis. Leur but est de créer une ambiance de dénigrement en instillant l'idée qu'il existe une raison d'une dimension infâme chez celui qu’ils désignent à la vindicte. Leur intention n'est même pas de faire entrer quelque chose dans le crâne des autres. Il s'agit seulement de rendre suspect. Leur but est très précis. Ils veulent neutraliser l'opinion dans le cas où ils se décident à passer à l'action violente. Dans ce domaine leurs préparatifs sont constants et méthodiques. Ainsi, depuis plusieurs jours, voit-on dans la presse internationale que les enquêtes d'opinion, on ne dit jamais lesquelles, annonceraient un recul de Chavez, et un progrès de son concurrent, le candidat commun de la droite, de l’extrême-droite et des socialistes. Cette information ne correspond à aucun sondage. Ni à aucune donnée de terrain. Tout au contraire, les témoignages se recoupent pour montrer que la campagne de nos adversaires patine et que l'état-major qui la dirige est actuellement très divisé. Il n'empêche ! Quoiqu'il se passe sur le terrain, pour l’ennemi, le dispositif doit être mis en place pour contester le résultat si cela est possible. Cette contestation n'aura rien de rhétorique. Elle se déclenchera sous la forme d'occupations de places, de mouvements violents, comme dans le passé, à plusieurs reprises, la droite a essayé de le faire. Cette violence aura lieu si le résultat n’est pas massivement du côté de Chavez ! Le candidat des socialistes, de la droite et de l’extrême-droite, Capriles-Radonsky, a été lui-même personnellement extrêmement actif pendant le putsch et la séquestration de Chavez en 2002. C'est lui qui dirigeait le commando qui envahit l'ambassade de Cuba ce jour-là. Tel est en effet le « démocrate » que nous a vendu « Libération » et les autres journaux de la boucle des agences d'influence nord-américaines. De mon côté, en publiant des contre-pantheon_11informations comme d'autres le font partout dans le monde, je travaille à tenir les esprits en alerte et à aider à la compréhension de ce qui se passe vraiment. De cette manière, ceux que ces arguments auront intéressés, progressent en éducation politique. Ils comprennent mieux que la lutte que nous menons en France est insérée dans un front beaucoup plus large à l'échelle du monde où les avancées et les reculs des uns ou des autres nous impliquent tous. Et, bien sûr, en même temps nous préparons les esprits à devoir réagir en cas d’offensive putschiste pour former une chaîne internationale de résistance. Ceci me mène à la critique d'une autre attitude qui nous nuit beaucoup. C’est celle qui consiste à s'en tenir un point de vue de purs commentateurs, soupesant le bon et le moins bon, en acceptant de passer sur le terrain de nos adversaires. On parlera et on protestera contre tel aspect du chavisme en se taisant sur Guantanamo, le putsch au Honduras et au Paraguay. On ira parfois même jusqu’à ironiser sur la facilité de la distribution de la rente pétrolière. Et on oubliera que rien n’est moins habituel dans le monde que cette distribution comme en témoigne la situation dans les pétro-monarchies. Au fond, si ce qui est fait ici ou là par l'un des nôtres n'est pas parfait, exactement conforme à l'idée que nous nous faisons ici, en Europe, dans nos conditions particulières, et quand bien même nous avons cependant raison, de ce qui est le bien et ce qui est le mal, alors nous condamnons par avance, nous répandons notre scepticisme, et en définitive nous accompagnons la campagne de dénigrement. Ainsi s'agissant du Venezuela, de la Bolivie, du Paraguay, de l'Équateur, de l'Argentine, nous devrions ou bien admirer sans réserve, adorer, être émerveillés, ou bien, au contraire, acrimonieux et aigres, nous devrions d'un pantheon_13haussement d'épaules et avec dédain rejeter d’un bloc le tout pour la partie qui n'est pas assez bonne à notre goût ! Cette attitude binaire est celle qui convient évidemment au format médiatique. Est-ce une raison pour accepter de laisser notre esprit se laisser modeler sur ces registres simplistes ? Pour ma part, j'ai toujours dit que je n'étais l'admirateur de personnes au sens que les commentateurs donnent à ce mot. Chacun des processus politiques engagés dans les pays de la vague démocratique est une source d'inspiration. L’inspiration c'est autre chose que « l'admiration » au sens de béatitude que l'on accole généralement à cette expression. C'est au contraire une attitude raisonnée, argumentée, qui fait la part des choses et cherche à tirer de ce qui est entrepris des enseignements concrets pour soi-même et pour l'action que nous avons à conduire. Bien sûr, je ne veux pas cacher que cela n'exclut pas beaucoup d'empathie pour les personnages que je suis conduit à fréquenter dans ces circonstances. Hugo Chavez au Venezuela, Rafael Correa en Équateur, Pepe Mujica en Uruguay pour ne citer que ceux-là, mais en pensant aussi aux autres et à nombre de ceux qui les entourent. Ils m'inspirent chacun un sentiment de communauté de vie et d'espoir qui s'enracine profondément dans mon imaginaire politique et ma détermination humaine.


375 commentaires à “Le Front s’élargit contre le traité et pour la manifestation du 30 septembre”

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 [8]

  1. 351
    breteau jean claude dit:

    Aux pessimistes chroniques, en 1936 quand une poignée d'ouvriers auHavre, fermérent les portes de leur entreprise, et l'ont occupé avaient -ils idée de ce qu'ils déclenchaient, ont.- ils pensé à l'échec NON ils l'ont fait et ont bien fait Les combats perdus d'avance sont ceux que l'ont ne méne pas.Dimanche, c'est le début, pas la fin de l'histoire.d'autres actions vont se mettre en place et la pétition sera remise au pouvoir puis occupons nous des permanences des députés, qui peuvent étre submergées de mails.Ils n'en ont pas fini avec nous ni avec le peuple qui exige un référendum Des "sages " doivent bien éxistér au ps, alors que déjà, Bartelone explique que les 3%ne sont pas tenables, C'est la pression qu'il faut mettre et accentuer, encore et encore.

  2. 352
    Antraigues dit:

    @ phil68
    Pourquoi F. Langlet, après avoir prôné la rigueur et fustigé pendant des lustres "l'irresponsabilté" des dirigeants de gauche "toujours prêts à dépenser sans compter", se rendrait il compte subitement que l'austérité est dangereuse ? Je crois qu'il fait simplement parti de cette meute qui n'a pas avalé la défaite de la droite, et pour qui tous les arguments (même les meilleurs...) sont bons s'ils peuvent nuire à la majorité actuelle. Ne soyons pas dupes de ces économistes libéraux qui font mine de découvrir le fil à couper le beurre.
    Bon alors à dimanche les amis.

  3. 353
    Colette dit:

    Bonjour à Tous
    Jean Marc Ayault, ne nous a pas prédit un bel avenir. Et comme dab', lorsqu'il s'agit de discréditer Jean Luc, cela fait flop. Car faire remarquer qu'il a voté pour Maastricht, oui c'est vrai, (j'ajoute que, même qu’à l'époque nous, au PC, on était contre) ce n'est pas une raison de renier tous les combats qu'il a mené après contre. Bref, c'est le seul grief qu'il sort, même genre, pas élus, même pas député. Pas fort pour un 1er Ministre. M. Bourdin a cité Jean Luc Mélenchon ce matin, Arnaud Montebourg a fait celui qui ne l'a pas entendu. Sinon, je trouve que Jean Luc est bien mieux écouté par certains journalistes et les vacances passées (ce n'était pas un luxe, car épuisé par 2 campagnes), l'ont rendu beaucoup plus zen. Contente que la liste du front, s’élargit contre le traité Européen, écolos etc…
    Cordialement
    Colette

  4. 354
    jeannine dit:

    @lily54 et jacques bounoume
    Je viens de lire votre commentaire. Solidaire de votre réaction, je me dis qu'une telle abjection en 2012 c'est pas possible. La peste brune sommeille dans certains cerveaux. Amis, réagissons, ne laissons pas faire et je souhaite un bon sommeil a ceux qui ont commis ces actes. A propos jacques bounoume, une petite tape affectueuse a vos vaches de ma part.

  5. 355
    naif dit:

    @jean ai marre à 15h14 et @Antraigues à 15h46
    Tout à fait d'accord avec vos remarques. Ils sont d'extraordinaires militants du libéralisme. Ce ne sont en aucun cas des journalistes, ni des économistes, ni des rédacteurs en chef d'une chaine publique. Les élections passées, ils continuent comme avant. Les mêmes discours, les mêmes arguments voire les mêmes injonctions avec dans l'oeil et le sourcil ondulé un: "je vous l'avais bien dit".
    Ils préparent l'opinion à des mesures drastiques et austéritaires. Ils vont même plus loin que les faits. Ils veulent à tout prix que nous payons plus d'impôts, plus de CSG...., Même quand ce gouvernement annonce le contraire ils subodorrent que c'est en cours de préparation. Ils reprennent en boucle et récupèrent nos analyses pour les filer dans les pattes des socio-démocrates, comme adore le faire Le FN. Comme au judo, poussons nos idées et notre pédagogie pour faire gagner la gauche en se servant de la force médiatique de nos adversaires.
    Je ferais remarquer que nous venons de gagner trois points en une journée. Ayrault avoue, publiquement que le traité n'a pas été renégocié, que le PS est un parti social démocrate et qu'une tranche de 75% (un peu moins) et 45% d'imposition va s'appliquer aux plus riches. On avance, on avance (les sondages de la présidentielle en faveur de JL ont servi au moins à ça!).

  6. 356
    phil68 dit:

    @ 354 Antraigues
    Oui certes, c'est une possibilité, mais en attendant, en faisant cela, les économistes libéraux dont est M. Langlet donnent du crédit à nos thèses. Ils ne pourront plus nous faire passer pour des tocards en économie s'ils se servent de nos arguments pour contrer le gouvernement. De plus, austérité de droite ou austérité "de gauche" (si tant est que cette expression ait un sens), c'est un peu kif kif non ?

  7. 357
    naif dit:

    phil68 dit à 17h39
    "@ 354 Antraigues : Oui certes, c'est une possibilité, mais en attendant, en faisant cela, les économistes libéraux dont est M. Langlet donnent du crédit à nos thèses"

    Je fais remarquer que F.Langlet a été nommé en juin 2012, rédacteur en chef du service « France » au sein de la rédaction de France 2.
    Ce monsieur n'est pas qu'un "économiste" c'est un faiseur d'opinion. Car pour être économiste il faut être au fait de l'évolution de son métier. Il y a bien longtemps qu'il vit sur ses acquis. Par contre pour être rédacteur en chef (c'est à dire responsable des infos de son service) il faut être politiquement accrédité. Et là, c'est un autre métier qui nécessite des qualités de dévouement, loyauté et de fiabilité.

  8. 358
    libre62 dit:

    Lien pour le plan du cortège de la manif du 30.
    @ dimanche, amis, camarades!

  9. 359
    jean ai marre dit:

    @ 352 Antraigues dit:
    Pourquoi F. Langlet,.... se rendrait il compte subitement que l'austérité est dangereuse ?

    Ces experts en économie sont formatés pour analyser le présent. Seulement le présent. Ils n'ont pas assez de culture économique pour anticiper, pour innover. Ils sont d'une double personnalité : celle de journaliste et économiste. Difficile dans ce cas de couvrir la totalité de la tache pour laquelle ils sont payés, car comme disait ma grand-mère : trente six métiers, trente six misères. Bien faire du journalisme ou bien faire de l'économie est un art... donc bien faire les deux est impossible. Ils passent leur temps à éplucher tous les écrits, pour les reprendre à leur compte.
    Ce se vérifie, lorsqu'ils présentent les courbes du Front de Gauche, les argumentaires poussifs et poussiéreux, et leur incapacité à voir l'arrivée de la crise par les suprimes ! Ya n'a marre de leur vocabulaire fataliste.

  10. 360
    Alexandra Ma dit:

    Bravo Monsieur Mélenchon On est avec toi On ne lâche rien
    Résistance

  11. 361
    Jean Jolly dit:

    Le ministre du "redressement productif", Arnaud Montebourg, (en l’occurrence celui qui a pompé l'électorat de gauche en prônant la « démondialisation » et la VI ème République), garantit des monts et merveilles sur BFM-TV-RMC. Laissons lui le bénéfice du doute et puis sinon sa fin politique.

  12. 362
    PrNIC dit:

    Au soir de la monstre manif de ce dimanche 30 sept, les manifestants, comme ceux qui ne veulent pas de ce traité d'austérité et qui n'auront pu aller à Paris, vont décider quoi si le Gouvernement et la majorité du PS ne changent pas leur position d'un iota ? Allons nous passer à la vitesse supérieure ? Une grève générale sera-t-elle prévue le jour du vote de ce traité à l'Assemblée Nationale ?

  13. 363
    robin des voix dit:

    Ce Mr Langlet et son air de curé à 2 balles y a n'a marre de ces faiseurs de leçons de droite. Que cherchent-t-ils ces petits malins? A nous faire regretter de ne pas avoir remis leur nain toxique et de regretter le temps où on avez mis les riches sous nourrisseur. Mais ils sont épouvantables. Au secours, mettez Mr Mélenchon aux manettes et là ils auront raison de se morfondre avec leur œil de merlan frit et de mettre des cravates oranges avec crâne d’œuf ? C'est carrément eux ces petits journaleux à deux sous qui nous annoncent les mesures à venir du gouvernement. On croit vraiment rêver. Ils nous prennent vraiment pour des gros blaireaux! C'est qui qui commande ? Les médias ou ceux qui ont été élus par la volonté populaire.

  14. 364
    JCM31 dit:

    Comme la suggéré déjà un autre intervenant sur ce blog, c'est bien dommage qu'une retransmission en direct sur internet, ne soit pas possible, comme cela se passe en Espagne par le bais d'une caméra fixe à un endroit précis et qui permet de se rendre compte à distance, de l'ampleur du mouvement avec en plus, un compteur dans un bandeau qui défile en continu et au fur et à mesure des connections des personnes qui n'ont pas pu faire le déplacement, mais qui veulent partager de tout cœur ce moment fort.
    Il ne faudra pas compter bien sûr, sur les médias traditionnels pour relayer ce grand moment, mais je viens d'entendre que les journalistes de l'émission "là bas si j'y suis" de Mermet (France Inter) seront présents et cela sera l'objet de l'émission de lundi prochain à 15h. Je reste convaincu que cela va être le franchissement d'un cap supérieur et que d'autres mobilisations ainsi que d'autres formes de luttes pour notre révolution citoyenne vont s'organiser, tellement la trahison est grotesque et à plus forte raison, après l'enfumage en règle&collectif que nous avons subi hier soir dans "des paroles et des actes". Le gang des Solférinos étaient de sortie et malgré cela, la plus part des gens seront restés avec le doute et très mal informé sur les conséquences de l'application du TSCG. Il n'y aura que ceux qui auront suivi et bien retenu les explications de Jacques Généreux, suites aux deux émissions récentes, mais combien éclairantes, sur FR5 le 25 09 2012 "C à dire", ainsi que sur Europe 1 soir face à P.Dessertine le 24 09 2012. Quant à la leçon de choses du professeur Mélenchon sur LCP le 26 09 2012,à question d'info, ce fut 45 mn captivantes de démonstration sur l'état des lieux alarmant de la situation actuelle et avenir, que les médiacrates, économistes, spécialistes de circonstances et surtout de mauvaise fois qui ne veulent toujours pas entendre et ce malgré les mises en gardes d'hier et actuelles, avec les évènements dont ils sont les témoins chaque jour qui passe. Quelque par même, ils portent une lourde part de responsabilité du fait de leur complicité avec la mauvaise foi qu'ils transpirent, le mensonge et la déformation qu'ils propagent volontairement dans les médias au service de cette oligarchie répugnante.Oui c'est bien ce "Ayrault" et ses sbires tenues en laisse et muselière, le problème.Résistance!

  15. 365
    lemetayerv dit:

    Pour ceux qui veulent signer la pétition contre le traité, vous pouvez aller sur place au peuple 2012, sur le site unitaire. Dans la rue, dans les instances mais aussi dans les pétitions. Tout est bon. Vive l'Europe des peuples !

  16. 366
    Fabrice dit:

    Bonjour a tous,

    Vivant au Canada je ne pourrais malheureusement pas marcher a vos cotés ce dimanche. Néanmoins, supporter de votre action dans ce combat contre ce traité malsain, je tenais a vous faire part d'une suggestion. Vous serait-il possible, de proposer, d'inciter, d'encourager chaque participant à la marche de dimanche à contacter son député local pour lui faire savoir son opposition à la ratification du traité européen?
    Si le président de la République continue a vouloir faire passer en force l'adoption du traité de son prédécesseur par la voie parlementaire (malgré la marche de ce dimanche), alors, seul une élan citoyen d'ampleur pourra faire enrayer le processus. Au vu de l'étendu de la mobilisation des organisations de toutes sortes dans la mise en place de cette journée d'action, on peut supposer sans trop de risque que bon nombre des manifestants de ce dimanche ont dû "voter utile" lors des précédentes élections présidentielles mais surtout législatives (à la suite de la promesse de renégociation du traité). Puisque cette renégociation n'a pas eu lieu, les citoyens sont en droit d'exprimer leur désaccord à leur représentants à l'assemblé nationale, particulièrement lorsqu'ils sont élus PS. Si la représentation du peuple a toujours un sens pour les élus de notre pays, le choix de respecter la voix de leur administrés pour un certain nombre d'élus PS pourrait accentuer le trouble au sein de la majorité!
    Je me rend bien compte que m'a proposition arrive bien tard, mais peut-être que certains d'entre vous ont les moyens de la rédaction rapide d'un tract avec un "texte type" a envoyer a son député dès le retour de la manifestation. Si une fraction sensible des "marcheurs" de dimanche répond a cette initiative, on peut imaginé mettre la pression sur un certain nombre de députés…
    En résumé, ma suggestion est de trouver le moyen de faire voter les députés socialistes d'après l'opinion de leurs électeurs et non en suivant des consignes de parti! En vous souhaitant courage et succès dans votre juste combat.
    Fraternellement.

  17. 367
    Gerard Blanchet dit:

    Pour faire suite à la manif de dimanche, qui va être, si j'en crois le nombre de cars qui s'organisent dans ma Région, plus importante que La Bastille du 18 mars, je pense qu'il faudrait que, dans chaque circonscription où il y a un député socialiste, le front de gauche demande une rencontre urgente avec ce député.
    Nous sommes les ayants droits de sa victoire, comme de celle de Hollande et nous exigerons de lui qu'il vote contre, en s'appuyant sur la force de la manif. S'il ne nous reçoit pas, qu'il nous lanterne, il faut l'avertir que nous allons saisir la presse locale pour faire part de son attitude contraire à ce pourquoi nous l'avons élu. C'est un premier point mais il ne faut pas en rester là.
    Il faut faire vivre la VIe République dès maintenant et rassembler sur une pétition la demande de sa démission. La constitution du Wisconsin permet cela par exemple. Pourquoi ne le ferions-nous pas ici en France et maintenant sans attendre la VIe République?

  18. 368
    B.BALLESTER dit:

    J'ai le sentiment que l'on veut nous modeler vers le bas, en préparation à la rentrée dans le grand marché transatlantic de 2015, comme çà nous serons à point pour payer les retraites par capitalisation ?

  19. 369
    lemetayerv dit:

    @ fabrice 366 canada.
    Nous l'avons déjà fait, il n'y a pas de problème pour récidiver, mon député m'a répondu qu'il avait signé contre, je vais l'interpeler à nouveau. C'est beau le progrès. Bien à toi et à tous !

  20. 370
    Alain Doumenjou dit:

    Vivant en Argentine, je suis comme le camarade du Canada et j'enrage de ne pouvoir être avec vous dimanche. Mes enfants y seront et mon esprit et mon coeur ne vont cesser de faire le voyage jusqu'à Paris. Bien sur j'ai déjà signé la pétition et envoyé un mail à mon député (vert dans le 14eme ar de Paris). J'essaie le plus possible d'expliquer à mes amis argentins les enjeux de ce qui est en train de se produire en France et en Europe. Plusieurs d'entre eux ont, ou avaient, des proches en Espagne qui rentrent en Argentine et témoignent de ce qui s'y passe. Heureusement tout de même qu'il y a Internet.
    Merci à Jean-Luc et à vous tous. Suerte camaradas !

  21. 371
    Frédéric Charpié dit:

    Chers-ères ami-e-s,
    J'espère que demain cette manifestation à Paris soit un véritable raz-de-marée populaire, pour que puisse renaître l'espoir dans le coeur de millions de citoyens et de travailleurs opprimés par toutes ces mesures d'austérité. Je vous écrit depuis le coffre-fort helvétique, et je suis convaincu que les forces de la gauche alternative suisse, unies, peuvent encore aller de l'avant, encouragées notamment par les actions de nos camarades en Europe. Le mouvement du Front de Gauche en France, Die Linke en Allemagne, Syriza en Grèce, et tant d'autres en mouvement. Nous devons faire souffler de plus en plus fort ce vent anticapitaliste et écosocialiste, un vent de liberté, et porteur d'avenir Chaque souffle compte, chaque action. Ici, nous sommes sur le point de réussir la récolte des signatures nécessaires pour notre initiative fédérale demandant la suppression des forfaits fiscaux accordés au millionnaires étrangers. C'est un tout petit début, mais cette réussite, dont plus de 70% du travail sera à mettre au compte de la seule gauche alternative suisse, sera un encouragement pour les militants, qui peuvent entrevoir la possibilité toute proche de pouvoir actionner la machine politique suisse avec les 100'000 signatures requises, et faire voter aux citoyens des initiatives fédérales dont seule la gauche alternative à imposé le vote par sa propre capacité de récolter des signatures. Je voulais vous écrire pour vous dire tout notre soutien, mais aussi vous adresser nos remerciements chaleureux pour l'image de lutte que vous nous donnez, et je crois que nous avons tous besoin de ces encouragements, et de savoir que nous ne sommes pas les seuls à lutter, mais que nos luttes, visant les mêmes objectifs, s'intensifient et s'organisent toujours plus largement. La victoire doit venir de la rue, alors prenons-là !
    Avec les salutations solidaires et militantes de tout le collectif national
    Amitiés
    Frédéric Charpié - Secrétaire nationale de La Gauche - Alternative Linke - La Sinistra suisse

  22. 372
    alain verce dit:

    Par pitié, Jean Luc ou celui qui gère le blog : faites des renvois à la ligne après les phrases !
    Je ne dois pas être le seul à avoir les pires difficultés à suivre...

  23. 373
    Dindorf Michel dit:

    Le TSCG est une saloperie qui résulte d'endettements, non justifiés par l'urgence et cumulés pendant des dizaines d'années, décidés par des décideurs irresponsables qui devraient être poursuivi devant une justice populaire. C'est la population qui est lésée et a servi de garant à son insu pour les endettements injustifiés, qu'elles sont les réels emprunteurs, pour quoi faire, combien, quand, à qui, à quel taux, etc. Les décideurs avaient-t-ils des intérêts directs ou très indirects dans les organismes prêteurs français et étrangers ? Dans ce dernier cas, il y aurait alors prévarication, punie de mort à plusieurs époques et dans plusieurs pays aujourd'hui ? Se pourrait-il que ce soit pire ? Orchestré ? Prémédité ?
    Endettement de la population = assujettissement de la population !? Non, ne soyons pas paranoïaques, ils veulent juste des châteaux, des bateaux, des forêts privées, des chasses privées, des plages privées, des îles privées et des millions d'ouvriers endettés.
    Un bilan détaillé des endettements semble impératif, avant tout : Qui étaient au volant ? Qui a fait l'excès de vitesse ? Qui roulait à contre-sens ? Comment peut-on penser punir des populations entières pour des faits qu'elles n'ont pas commis, qu'elles n'ont pas signés, qu'elles n'ont pas décidés, ni par vote, ni par referendum, des actes qui n'étaient proposés en clair dans aucun programme politique ? L'analyse et la critique du TSCG semble n'être ici, qu'une diversion. C'est plus qu'un traité qu'il faut neutraliser, c'est une enquête et un procès qu'il faut imposer avant toute décision !
    [..]

  24. 374
    Baudry Laurent dit:

    C'est la guerre ! Nombreux sont ceux qui ne l'ont pas encore compris, la finance internationale tente de museler définitivement les peuples et de mettre les gouvernements à sa botte. C'est donc maintenant qu'il faut réagir massivement, et pas seulement au niveau de notre petit hexagone, mais se battre partout où la dictature financière tente de s'installer. Je pense notamment à Hugo Chavez qui lutte désespérément mais qui semble bien fragile face aux forces en présence. L'oncle Sam n'est jamais bien loin dès qu'il s'agit de faire taire une idée commune et donc le communisme. Si nous ne réagissons pas maintenant pacifiquement, je crains fort qu'un jour nous entendions à nouveau les canons. Je passerai probablement pour un illuminé surexcité en tenant de tels propos mais réfléchissez bien avant de juger, l'austérité mènera à coup sûr les peuples vers la rébellion.

  25. 375
    CRN dit:

    Camarade Jean-Luc. Lorsque tu seras invité où que tu t'exprimeras sur un média tous ou presque vendus au TSCG n'oublie pas de leur dire que les dirigeants de la banque centrale européenne ignorent la crise puisqu'ils ne vont pas hésiter à balancer 1,2 milliard d'euros pour le futur siège de leur BCE. Un autre véritable scandale financier que les oligarques libéraux qui foisonnent dans tous les médias se gardent bien de parler.
    Si par hasard un militant socialiste consulte le blog je veux lui dire : lève toi camarade et vient lutter avec nous contre ce traité européen qui fait le lit au libéralisme adulé par merkozy. Ne t'agenouille pas face à tes dirigeants qui trahissent la gauche. Courage.

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 [8]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive