28août 12

Après les estivales citoyennes

En marche contre le traité européen

Ce billet a été lu 27 464 fois.

Je publie un post super bref. J’y traite de nos « estivales citoyennes » et de notre appel à la marche sur le traité européen le 30 septembre prochain. Puis de la méthode « la muselière ou la gomme » que pratique le premier ministre du nouveau gouvernement, Jean-Marc Ayrault. Je replace à la fin de ces lignes celles que j’avais données dans mon précédent post car elles se complètent bien pour exprimer ma façon de voir et je ne voudrais pas qu’elles passent tout de suite dans les eaux sombres de l’oubli des profondeurs de mon blog. Le tout est en effet en quelque sorte mon rapport politique à propos de la stratégie que je crois utile de mettre en œuvre.

imp02Nous avons fait du neuf. Nos « estivales citoyennes » se distinguent totalement des universités d’été traditionnelles. Ni défilé mondain comme le rendez-vous de la Rochelle, ni hall de gare comme celle des Verts, le but pour nous n’est pas de se mettre en scène. Notre objectif était de faire de ce moment un temps d’action. Je laisse donc de côté à cet instant tout l’aspect formation et échange qui représente pourtant 90 % de l’activité effective du temps que passent sur place ceux qui participent aux estivales. De cette estivale venait une interpellation en direction de Jean-Marc Ayrault. Elle permettait un débat public qui aurait polarisé la rentrée sur la gauche dans l’opinion du pays. Nous avons essayé d’être utiles à notre camp. J’y reviens dans quelques lignes. Mais le plus important est l’appel à la marche sur le traité européen le 30 septembre prochain. Nos « estivales citoyennes » ont ainsi accompli une fonction d’appel à l’action de façon concrète et politique. Nous n’avons pas fait perdre leur temps à ceux qui sont venus ni à ceux qui nous ont écouté. Le sujet de nos estivales ce n’était pas nos nombrils, notre bronzage, ni nos vacances, ni l’applaudimètre de nos imp03porte-paroles comme entre Valls et Ayrault à la Rochelle, mais l’attente politique des nôtres et du pays.

Cette campagne revêt à mes yeux une importance majeure. Les « bénis oui-oui » du traité européen le savent ! Seule « la rue », comme ils disent, peut faire capoter le projet du PS et de la droite unis pour faire passer le traité ! Tout leur calcul est de réussir cette fois-ci comme en février dernier avec le MES un passage en force en étouffant toute possibilité pour le grand nombre de se rendre compte de ce qui se passe. C’est pourquoi le nouveau gouvernement se donne tant de mal à vouloir empêcher que le trouble de sa propre majorité se voie, alors même qu’il sait d’avance que le vote de la droite et des oui-ouistes de l’Assemblée lui donne une majorité parlementaire. La présence du « non de gauche » en masse dans la rue modifie la donne. Il donne à voir la force intacte de ceux qui n’acceptent pas. Donc il pèse sur la décision de chaque député et sénateur au moment de son vote, comme sur le chef de l’Etat qui a le pouvoir de convoquer le référendum. Il donne de la force à la motion référendaire que déposeront sans doute nos groupes. Cette marche sera le marqueur politique qui signalera le niveau de conscience acquis à propos du piège qu’est ce traité européen. Sa réussite ne concerne donc pas un parti, une personnalité ni même notre Front de Gauche mais tout le mouvement social. Notre but n’est donc pas de faire « notre »  marche mais de nous faire imp04récupérer et de nous dissoudre dans la marche de tous à gauche contre le traité.

Je reviens au deuxième aspect de notre utilisation des estivales. L’interpellation de Jean-Marc Ayrault. En début de semaine il m’avait traité de haut. Et même de très haut en donnant une dimension personnelle à sa réplique contre moi qui ne se trouvait pourtant pas dans mon entretien de presse avec le « Journal du Dimanche ». J’ai donc repris l’interpellation par un autre bout. J’ai posé des questions encore plus précises. Il pouvait y répondre dès le lendemain. L’offre de dialogue public que j’avais fait un an avant au même endroit, en vain, prenait là un nouveau sens. C’était simple, immédiatement réalisable. Pour faciliter les choses j’avais appelé à la tribune des travailleurs qui se trouvaient dans les cas que je décrivais dans mon discours. De cette façon Ayrault le sectaire n’était pas obligé de me répondre personnellement. Il pouvait saisir le prétexte de répondre aux travailleurs. La liste des sujets choisis pour l’interpellation n’était pas la plus rude à affronter pour lui. La gestion des mandats de l’Etat actionnaire dans le cas de Thalès, la réquisition de Fralib après les provocations de la multinationale Unilever, l’amnistie des syndicalistes, la punition du chef de cabinet de Le Foll qui s’est vendu dans un lobbying contre Gabriel Amard, la demande de recevoir nos deux présidents de groupe pour faire le point sur nos proposition de lois, rien de tout cela n’était hors de portée pour lui. En choisissant cette entrée facile pour lui nous voulions rendre l’échange possible et fixer le débat à gauche sur le contenu concret du changement plutôt que sur les bêtises dilatoires à propos du rythme de la durée et ainsi de suite ! Vous avez tous vu de quelle façon il aimp05 tout ignoré, tout méprisé. Il faut donc trouver un autre ouvre-boîte. C’est la marche du 30 septembre sur le traité. D’autant que le passage télé de Jean-Marc Ayrault ce lundi soir sur France 2 a encore épaissi le voile de ses intentions.

Le premier ministre a parlé. « Qu’a-t-il dit ? » ai-je demandé sitôt sorti du plateau de Canal + où je me trouvais ; « Je ne sais pas je n’ai pas regardé ! » « Hein ? Non, je ne sais pas », « Ah ? Bon ! il parlait ce soir ? » A la fin quelqu’un me répond : « Ils disent qu’il a recadré Montebourg sur le nucléaire ! ». La rentrée du nouveau gouvernement est faite. La gauche de retour au pouvoir après dix ans d’exil et une énorme vague anti-libérale a un message : recadrer Montebourg. La nombrilite aigüe des socialistes s’aggrave.

Ce pauvre Ayrault m’a l’air en voie de « cressonnisation » médiatique. Les moins de trente ans ne peuvent pas savoir. En moins de deux mois la parole du premier ministre de l’époque, Edith Cresson, était devenue inaudible. C’était d’ailleurs parfaitement injuste et souvent très lourdement et stupidement machiste. Mais l’idée avait fini par s’imposer que ce qu’elle disait ne portait pas à conséquence. La politique était ailleurs. Sarkozy a fait fonctionner son « collaborateur », François Fillon, de cette façon, mais cette fois-ci de propos délibéré. Ce que disait Fillon n’avait pas d’importance. Seule comptait la parole du président ou des membres de son cabinet. C’était délibéré et cela correspondait à une stratégie globale. Et bien sûr à une stratégie de communication. Le but était de submerger les journalistes d’informations et d’initiatives, trois les jours, parfois deux fois par jour et davantage, pour subjuguer la possibilité de recul et de regard critique pour donner le sentiment d’une présidence hyper active, efficace et réactive. Son fil à plomb c’était de donner le sentiment que la politique imp11pouvait changer le cours des choses. Chaque situation lui servait pour pousser plus loin le curseur des solutions libérales. Au cas actuel, quel est le sens de cette façon de diluer toute réalité dans un discours sans ancrage ni fil conducteur concret ? Mettons de côté l’hypothèse que les grands taiseux le sont souvent parce qu’ils n’ont rien à dire. Partons de l’idée que c’est une méthode et une stratégie. Laquelle ?

Hollande mise sur « l’apaisement ». Le choix d’un bonnet de nuit politique comme Jean-Marc Ayrault, combinaison mi-chair mi-poisson du soporifique et de l’autoritaire l’exprime très bien. L’aveu de Cécile Duflot à propos de la « muselière » qu’on lui aurait passée en entrant au gouvernement et le numéro de mépris absolu à l’égard du Front de Gauche dévoile la méthode. J’ai appelé ça « la muselière ou la gomme » ! En trois jours nous l’avons vu fonctionner besogneusement, sans délicatesse mais très méthodiquement. La stratégie de « l’apaisement » n’a d’apaisée que l’emballage du mot. C’est une anesthésie générale instillée de force.imp01

La « présidence normale » est une stratégie de communication qui vise deux cibles. La première est de reproduire sans cesse le contraste personnel avec Sarkozy. Façon de renouveler à perpétuité ce qu’il estime être la base de son succès. Façon aussi de tout ramener à une question de personne. Les réalités, elles, seraient les mêmes. Comme les réponses. Le numéro d’Ayrault devant les jeunes socialistes à propos de la dette que nous « allons léguer aux générations futures » est une pure et simple resucée des refrains libéraux de l’ère Sarkozy ! Voilà pourquoi il y aura d’autant plus de vocalises sur la « normalité et l’apaisement que pour le reste, comme dans le cas des roms ou du traité européen Merkozy, tout a changé pour que rien ne change ! Mais la seconde est surtout de tourner la page du contenu social de la défaite de Sarkozy parce que ça c’est la base de toutes les « impatiences »  comme ils disent. Eux connaissent la suite. Martine Aubry a tout dit crûment en rappelant que ceux qui ne voteront pas le traité européen annoncent qu’ils ne seront pas d’accord avec la suite. Elle a raison. Et vice versa. Ceux qui le voteront avaleront la suite. C’est à dire l’austérité à vie.

Dans les journaux « Var matin », « Nice matin », « Corse matin », l’expression qui a été retenue de mon propos pour résumer notre positionnement c’est : « Nous sommes les ayant droits de la victoire de la gauche ». J’en suis très satisfait, car cela décrit bien notre état d’esprit. Pour ceux qui n’auraient pas la patience de tout lire je surligne ici un moment de l’entretien qui décrit bien mon état d’esprit personnel. « Etes-vous déjà en campagne pour 2017 ? » demande André Fournon de « Nice Matin ». Voici ma réponse et je vous demande de bien imp09la noter : « Non, je veux des résultats tout de suite ! J’essaie de réveiller l’appétit politique en mettant des idées concrètes sur la table ! Les socialistes répondent sur la forme jamais sur le fond. Ils rêvaient de se débarrasser de nous, pendant la campagne des législatives. Ils ont une pratique brutale et monarchique de la République. Et là ? Cent jours et ils sont déjà dans leur tour d’ivoire ! »

Pourquoi s’inquiéter de cela, m’a-t-on dit parmi mes amis. Est-ce que cela ne va pas nous servir au contraire ? Précisément non ! Pour moi les stratégies du pire sont toujours perdantes pour toute la gauche. Voyez comment le torpillage de la campagne de Ségolène Royal par l’état major socialiste en 2007 nous a coûté cher pendant cinq ans ! Je sais qu’un certain nombre de mes lecteurs ne voient pas les choses de cette façon. Je le comprends d’autant plus facilement que l’arrogance des dirigeants du PS braque un nombre considérable des nôtres. Vous écrivez beaucoup pour dire que vous n’attendez rien d’eux et que dans ces conditions je perdrais mon temps à les interpeller. Funeste erreur selon moi. C’est renoncer au sens de la victoire contre Sarkozy que nous avons rendue possible. Nous avons fait la victoire, nous voulons notre dû. Pas des « places » ou des « postes » comme le pensent les caciques du PS qui sont incapables d’imaginer que les autres aient d’autres motivations que les leurs. Notre dû, cela signifie le fruit social et écologique du rapport de force démocratiquement obtenu avec la droite, la finance, le Medef. Ce sont des choses très concrètes, des lois très précises comme celles contre les licenciements boursiers, l’amnistie des syndicalistes condamnés pendant le règne de Sarkozy et ainsi de suite. Nous ne demandons pas l’application de notre programme. Celui-ci forme une cohérence globale. On ne peut en détacher des petits bouts comme s’il s’agissait d’un catalogue de mesures à prendre sur étagère. La cohérence économique de la relance de l’activité que nous proposons s’appuie sur un modèle économique global où la planification écologique et la reconstitution d’un secteur public nouvelle génération jouent un rôle central. Rien de tout cela n’est dans le programme socialiste. L’élection a eu lieu. Nous respectons sa décision. C’est la règle de la démocratie. Mais pour nous le débat n’est pas clos, il ne le sera jamais. Il ne faut pas qu’il le soit. Pour nous la démocratie ne se limite pas au jour du vote ! Le vote fait la décision légitime. Il n’impose pas une conviction. Faire vivre la diversité c’est aussi maintenir des voies de recours en cas de difficulté ou d’échec. Notre imp16démarche reste donc bien globale, puisque nous continuons à vouloir convaincre de notre programme dans son ensemble et que nous sommes prêts à l’appliquer nous-mêmes à tout moment, si nous y sommes appelés. Mais notre action est aussi inscrite dans le concret immédiat.

Pour cela nous partons du possible c’est-à-dire de ce sur quoi le plus grand nombre à gauche peut se retrouver. Le but est à la fois d’unir le grand nombre et de le dynamiser. Mais on ne peut ni l’un ni l’autre si l’on ne part pas du sens politique que les électeurs ont donné à leur rejet de Sarkozy. Et on ne peut agir efficacement et dans la durée si on n’a pas la lucidité de réaliser combien la victoire a été acquise de justesse, c’est à dire à quel point la société a pu être travaillée par les thèses de la droite extrémisée. Un pouvoir de gauche doit être sans cesse à la conquête de la conviction s’il veut durer et agir. Il dure parce qu’il agit, il agit parce qu’il peut durer. Au cas présent, nous partons de ce que les socialistes affirmaient vouloir faire et qui correspond à cette double exigence de dynamisation et de résultat.

Comment me répondent-ils ? Par le mépris. Aucun ne répond sur le fond, c’est-à-dire a propos des projets de lois ou des décisions que je suggère. Bien sûr, avec les heures le ton est monté. Je n’en suis pas surpris et je ne leur en veux pas. D’une façon générale je vois bien que la réplique quand elle ne se limite pas à la forme se imp07concentre sur le flingage personnel. La loi contre les licenciements boursiers par exemple ? Je l’évoque, je la réclame dans cet entretien de presse. Que répondent-ils ? Rien. Absolument rien. Habituel. Il ne faut pas s’arrêter à l’aspect tour de passe-passe ni aux agressions personnelles. Personnellement celles-là me sont dorénavant indifférentes. Il ne faut retenir que leur refus de répondre sur les mesures concrètes. Ce qui les aide, évidemment, c’est qu’aucun journaliste ne leur pose de question à ce propos. Beaucoup de bavardages donc à propos de la forme de mon intervention. Et beaucoup d’attaques personnelles, parmi les plus burlesques. Je m’amuse ainsi de voir que mes vacances au Venezuela deviennent un argument à charge contre mon argumentation. Michel Sapin, Jean-Marc Ayrault, Daniel Cohn-Bendit, y reviennent, lourdement persuadés qu’ils sont de me diaboliser. Grand renfort : « Le Monde » publie même une nouvelle fois son papier de cet été sur mon passage dans la campagne de Chavez ! Le ridicule de ce genre de répétition ne doit pas faire perdre de vue le but visé. Il s’agit d’établir la suite que voici : qui fait du social et se prononce contre le traité est pour Mélenchon, or Mélenchon c’est Chavez et Chavez comme tout le monde le sait c’est le diable ! On ne saurait mieux nous aider. A notre tour de retourner le théorème. En posant la question du bilan des révolutions démocratiques de l’Amérique latine, et notamment, bien sûr, de celle du Venezuela. Ce bilan ne nous fait pas peur. Au contraire.

Si je le propose ce n’est pas seulement parce que c’est l’intérêt de la démonstration de l’efficacité de nos politiques. C’est un enjeu du débat à gauche. Car c’est bien ainsi que le posent les sociaux-libéraux eux-mêmes. C’est ce que fait Michel Sapin. Il commence par dire que mon propos est « hors de la réalité ». Son interview au « Figaro » met les points sur les « i ». « Les imp10Français ne sont pas à la recherche d'un affrontement de plus. Ils sont lassés des discours fracassants, ils apprécient au contraire le climat d'apaisement que leur apportent le président et le gouvernement ». Sur Europe 1, il a complété sa pensée en la situant sur un terrain plus large. Voici ce que j’en ai lu sur le site d’Europe 1. « Interrogé sur la réponse que le gouvernement compte apporter à l'équation "rester compétitif et garder une approche socialiste de l’emploi", Michel Sapin a opposé deux gauches : celle du gouvernement… et celle de Jean-Luc Mélenchon » Ah ? Donc il y a deux gauches ? Lesquelles cher Michel ? "Mais c’est nous. C’est ça la social-démocratie. C’est la gauche d’aujourd'hui. La gauche qui réforme, la gauche qui apporte des solutions". Et le journaliste qui rend compte de ces déclarations, Geoffroy Bonnefey, ajoute : « Il a ensuite embrayé, expliquant que "[ce n'est] pas la gauche tonitruante. Pas la gauche qui manie uniquement le verbe, pas la gauche d’Amérique du sud". Oui, vous avez bien lu. La social-démocratie, le nouveau gouvernement, fait quelque chose et la gauche latino ne fait rien, sinon parler ! Le monde à l’envers ! Certes. Mais acceptons la confrontation entre ces deux conceptions de la gauche. Ne laissons pas passer cette disqualification méprisante de la lutte et de l’action des peuples de l’Amérique du sud passer comme une évidence ! Nous avons tout intérêt à la comparaison des résultats et des politiques.


200 commentaires à “En marche contre le traité européen”

Pages : « 1 [2] 3 4 »

  1. 51
    micmousse dit:

    vous n’attendez rien d’eux et que dans ces conditions je perdrais mon temps à les interpeller
    Martine Aubry a tout dit crument en rappelant que ceux qui ne voteront pas le traité européen annoncent qu’ils ne seront pas d’accord avec la suite. Elle a raison. Et vice versa. Ceux qui le voteront avaleront la suite. C’est à dire l’austérité à vie.

    Pour moi le Parti Socialiste n'est plus à gauche, donc pour moi il faudrait arrêter de les laisser dans notre camp car les médias s'empressent de diffuser la confusion ou comme certains journaux comme l'Est Républicain, ils ne parlent pas du tout du Front de Gauche. Les arrivistes ont déjà choisi, c'est pas possibles qu'ils soient plus imbéciles que moi alors maintenant ils seront aussi dans l'autre camp. Je l'ai vécu en 81 et je le revis aujourd'hui, une grosse partie des citoyens qui ont voté Hollande croient à l'application de mesures de gauche par ce gouvernement ou en tout cas ne veulent pas se battre ou n'écoutent pas ceux qui expliquent que l'on peut faire autrement.

  2. 52
    Sniper68 dit:

    Coucou mes chers camarades et camarade Mélenchon,
    vivement la sortie de "Résistance" avec votre préface camarade Mélenchon, l'album souvenir d'une formidable campagne "Présidentielle" et "Législatives" que nous avons vécu "de l'intérieur" accompagné des photos légendaires du camarade Stéphane Burlot et que nous avons pris part chacun à notre manière pour faire bouger le curseur cette année même si le combat continue encore en 2012. Bien sur offrez ce "beau livre" à votre entourage et à vos ami(e)s camarades de France et de Navarre en tout occasion de la vie.
    Le changement ce fera avec nous et surement pas contre nous, Monsieur le président Hollande et Monsieur le premier ministre Jean Marc Ayrault, puisque nous sommes (en bonne partie) les "ayant droit" de la victoire du 6 mai 2012.
    Résistance.

  3. 53
    Thomas313 dit:

    Bonjour a tous camarades, Bonjour Jean-Luc
    Pour tout ceux qui ont suivi le vif echange avec Aphatie sur le prix de l'essence et les capacites de raffinage je voulais faire partager ce lien vers un rapport de l'UFC-Que choisir sur le prix de l'essence. Ce rapport confirme que la demande en produit raffine est en train d'atteindre les limites de production des raffineries europeenes et qu'on assiste a une "tension quantitative sur le raffinage". A voir page 9.
    Il me semble donc qu'encore une fois le triste sire apathie aurait mieux fait de reflechir a deux fois avant de balancer des aaaneries (S'il y avait une epreuve olympique de l'affirmation peremptoire falsifiee cet homme serait champion olympique)
    On lache rien et bon courage a tous (pardon pour les accents j'ecris des etats unis sur un clavier americain = accent introuvables)

  4. 54
    alinber dit:

    @DUDU-73 post20
    Est-ce que cette vidéo ne répondrait pas à ton attente sachant que le conseil constitutionnel ne demande pas de modification de la constitution pour la ratification.
    Ta proposition de fin de post "Pour la marche du 30 septembre, il faudrait une large représentation des vraies gauches Européennes, (Syriza, Die linke, Izquierda Unida etc... pour bien montrer que nous sommes l'alternative à l'Europe libérale et non pas seulement le poil à gratter franco-français de notre gouvernement" + le souhait légitime de beaucoup d'étendre à toute la France, le fait que ce traitre traité concerne tous les Européens que leurs propres gouvernement aient ou n'aient pas encore pris position......
    Ne serait-ce pas le moment de faire la véritable Europe solidaire non résignée, sur le rejet de cette austérité imposée, en appelant à une journée de manifestation Européenne.
    Est-ce de l'utopie?

  5. 55
    vert pomme dit:

    Ne cherchez pas. S'ils ne répondent pas, c'est que vous les avez completement sonnés. En particulier vous avez porté à Valls, sur les roms, un coup mortel politiquement. Il ne se relevera pas. Ils ne sont que les serviteurs de leurs maîtres. Les maîtres inventent les discours, eux ne font que les reciter et ils n'en ont pas de rechange. Jusqu'à preuve du contraire, ce sont des hommes et des femmes, des êtres humains, qui portent les idées politiques. On n'a encore pas trouve mieux.

  6. 56
    Magda Corelli dit:

    Bonsoir à tous,
    ATTAC est aussi sur le pied de guerre et réclame un référendum. Suivre leurs actions en allant sur le site de l'Association.
    Je suis d'accord sur la stratégie de Jean Luc Mélenchon : il faut réclamer notre dû et empêcher ou tout au moins freiner la politique suicidaire de ce gouvernement. Qu'allons nous devenir ? J'ai apprécié le "meeting" de Grenoble mais moins l'intervention à Canal. Plus de Jean Luc Mélenchon. Je n'aime pas le voir dans ce genre d'émission. Cela lui enlève de l'authenticité. Enfin c'est une opinion personnelle.
    Amitiés à tous.

  7. 57
    Marcus dit:

    Bonjour,

    J'aimerais attirer votre attention à tous sur un article de la Constitution qui me semble pertinent dans ce cas.
    " Article 11
    Entrée en vigueur dans les conditions fixées par les lois et lois organiques nécessaires à leur application (article 46-I de la loi constitutionnelle n° 2008-724 du 23 juillet 2008)] Le Président de la République, sur proposition du Gouvernement pendant la durée des sessions ou sur proposition conjointe des deux Assemblées, publiées au Journal Officiel, peut soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d'un traité qui, sans être contraire à la Constitution, aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions.
    Lorsque le référendum est organisé sur proposition du Gouvernement, celui-ci fait, devant chaque assemblée, une déclaration qui est suivie d'un débat.
    Un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d'une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l'abrogation d'une disposition législative promulguée depuis moins d'un an.
    Les conditions de sa présentation et celles dans lesquelles le Conseil constitutionnel contrôle le respect des dispositions de l'alinéa précédent sont déterminées par une loi organique.
    Si la proposition de loi n'a pas été examinée par les deux assemblées dans un délai fixé par la loi organique, le Président de la République la soumet au référendum.
    (...)."
    Si j'ai bien compris, nous sommes exactement dans le cas prévu par cet article et une campagne demandant aux électeurs et aux parlementaires de soumettre ce traité au peuple via cette procédure serait on ne peut plus légitime.
    Les parlementaires et les électeurs qui porteraient cette proposition étant d'ailleurs tout à fait libres d'être pour ou d'être contre ce traité.

  8. 58
    Adrien dit:

    Où peut-on trouver le livre résistance ?
    Merci de vos réponses

  9. 59
    Rémi dit:

    @Marcus (00h51)
    La Constitution de 1958 a tellement été révisée, manipulée, magouillée, remaquillée... etc.
    De plus, couplée aux traités européens, elle ne fait que confirmer la puissance oligarchique présente. On ne peut plus s'y fier.
    C'est la raison pour laquelle la création d'une 6ème République est une chose cruciale, à l'aide d'une Assemblée constituante composée par des citoyens et non des professionnels de la politique afin d'éviter ce genre de flous constitutionnels.

  10. 60
    alinber dit:

    @DUDU-73 post20
    Il y a aussi celle-ci.

  11. 61
    ermler dit:

    L'escadrille des pédalos de Solférino fait de plus en plus fort !
    Le prix de l'essence va - pour trois mois ! - baisser de 6 centimes ! Perte sèche pour le budget de l'état : 300 millions d'euros... de quoi justifier un peu plus la rigueur qu'ils nous préparent. Gain pour l'automobiliste (à raison de deux pleins mensuels) : 4 euros 80 par mois. Et un carambar de plus par jour, un ! (Mais seulement pendant 3 mois).
    Ce que j'aime dans ce gouvernement c'est à la fois son audace sociale et la brillante intelligence de ses mesures.

  12. 62
    Sylvie - PG 03 dit:

    Au sujet de la journée du 30 septembre : pourquoi ne pas "refaire" la marche de Nation à Bastille ? Des manifestations éclatées partout en France n'auront pas l"écho médiatique ni le traitement d'un seul rassemblement "parisien". Si nous faisons le pari et le réussissons (ce que je crois possible) de mobiliser encore plus de personnes que le 18 mars, nous allons créer l'événement de la rentrée politique. Nous aurons les grands médias nationaux, bien obligés de couvrir l'événement, alors que les relais médiatiques en Province seront quasiment nuls. Si des camardes belges, espagnols,grecs, italiens et allemands nous rejoignent, c'est encore mieux, et plus facile pour eux de converger sur Paris pour faire masse.
    Dans chaque département, nos équipes PC et PG peuvent se concerter rapidement pour louer des bus et organiser cela. Ce qui permettra aux camarades et sympathisants de voyager moins cher. Retroussons nous les manches, nous avons un mois !

  13. 63
    Aline dit:

    Bonjour,
    Monsieur Mélenchon, quelle attention épatante à chaque mots et propos: U-ppercutance de gauche!
    Bonjour à tout le monde
    Pour rappel, un lien, Place au peuple, MES et TSCG.
    Mais, en cas de problème technique, il suffit de taper TSCG et des pages se proposent.
    Existe-t-il une série qui correspondrait dans l'excellent: "On va vous faire un dessin"? Je vais chercher...

  14. 64
    Nicola dit:

    Erratum : "La gauche de retour au pouvoir après dix ans d’exil et une énorme vague anti-libérale a un message :..."
    Il faut lire anti-sociale j'imagine ? Sinon je perds mon sang froid.

  15. 65
    mathias95 dit:

    Y'a pas d'argent qu'ils nous sussurent en permanence ! Chaque année 600 milliards s'évadent vers la Suisse, Luxembourg etc rémunérés à 7.5% ce qui constitue une double fraude pour l'état ! Depuis 30 ans, c'est une estimation de 25 à 36 000 milliards, sont planqués dans les " paradis gris" (Le Point). Qu'attendons nous pour faire une pétition nationale pour exiger que l'état fasse le nécessaire pour faire revenir cet argent et taxer fortement les fraudeurs ? Mais de qui se moque-t-on ?

  16. 66
    Mycroft dit:

    @51 Marcus Tu cites une bonne disposition de l'actuelle Constitution. Malheureusement, les législatives n'ont pas été victorieuses pour le FdG (que 10 députés). Au delà des 15 pour constituer un groupe propre, 60 députés sont nécessaires pour déférer un texte au Conseil constitutionnel et selon l'article cité 116 députés pour un tel référendum (soutenus par 1/10 des électeurs inscrits, soit environ 4,5 millions de personnes). Pas assez de députés FdG, trop de députés opportunistes (PS et consorts) pour espérer un tel processus démocratique. Mais, c'est une arme éventuelle pour l'avenir, avant l'adoption de la VIème. Comme le dit ce texte, le Président peut (faculté) sur proposition du Premier Ministre pendant la session parlementaire (laquelle débutera le 10 septembre). Je ne pense pas que Monsieur Ayrault présente une telle proposition au Président François Hollande. Il est autiste. Mais, nous devons montrer la force positive du pays, affirmer notre Résistance à ce coup de force que constitue le TSCG!
    La tactique de Front unique (du peuple) contre ce traité proposée par les cadres du FdG est la bonne stratégie. Oui, le PS et consorts sont à gauche, précisément au centre gauche. Mais, pour l'Humain d'Abord, nous devons les devancer en voix et en siège au Parlement. Le FdG, grand "parti" des travailleurs - vive "l'unité organique", doit s'affirmer et ainsi en 2014 aux européennes amorcer le changement en France et en Europe ! On ne lâche rien !
    Ps: La session avancée serait pour les emplois d'avenir (no comment) et le logement. Quand le bâtiment va tout va (car cela fait travailler de nombreux secteurs dits "résidentiels"). Mais, les chiffres publiés mardi 28 août 2012 par le ministère du Logement confirment que le secteur du logement neuf en France s'enfonce, mois après mois, dans la crise, faisant redouter que le nombre des mises en chantier ne tombe près des 300 000 en 2012, loin de l'objectif de 500 000 par an fixé par le nouveau gouvernement! « Tous les ressorts sont cassés. Après la promotion privée, c’est la construction de logements locatifs sociaux qui souffre car les agréments donnés par l’Etat dans ce secteur sont en repli par rapport à l’an dernier » a déclaré Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-Ouest à l'AFP. M-N Lieneman avec NOUS au FdG pour un vrai changement maintenant!

  17. 67
    Marie 46 dit:

    J'aimerais que quelqu'un parmi vous explique en quelques points très simples ce que la signature de ce traité changera dans nos vies de tous les jours. Qui peut nous éclairer ?
    Cela pourrait nous aider à convaincre les indécis et les "pas intéressés"

    @ Magda Corelli (56-0h19)
    Comme vous, je n'aime pas trop que J-Luc Mélenchon aille dans ces émissions, cela me fait toujours un peu peur, les paillettes, tout prendre à la rigolade,.... mais cela permettra de toucher d'autres personnes. D'autant plus que J-Luc Mélenchon s'est montré très à son avantage (Aphatie est devenu de plus en plus gris au fil des minutes, et ça, c'était jouissif !). Je n'ai pas aimé non plus la façon de faire de la jeune dame, à sa droite, il s'en est également très bien sorti !

  18. 68
    Denis F dit:

    Une analyse politique pertinente de Jorie post 269 du billet précédant «avant dire»du 23 aout 2012, m’a presque convaincu du bien fondé de la stratégie de Jean-Luc Mélenchon, mais pour que cette stratégie soit efficace il faudrait en face la prise en compte du peuple de gauche et de sa réalité, seulement les «solférinos boys» ne l’entendent pas de cette oreille et vont même jusqu’à mépriser leurs propres militants, le diktat de Martine Aubry concernant la motion du prochain congrès du PS est significatif de leur volonté d’ignorer la gauche de leur parti, donc ils ne vont certainement pas écouter une personne qu’ils considèrent comme un judas ; ils reconnaissent ainsi le fait de leur propre reniement à «la gauche sociale» telle que le voudrait le socialisme français, donc effectivement nous sommes les seuls à pouvoir prétendre aujourd’hui à cette appartenance. Jean-Luc Mélenchon aura au moins pris date devant l’histoire, mais je crains fort que cela ne soit d’aucune utilité dans l’immédiat et ne fasse reculer d’aucune façon l’autisme dont sont atteint tous les représentants du gouvernement à commencer par Jean-Marc Ayrault lui même.

    Nous ne devons sous aucun prétexte abandonner notre position, contrairement aux propositions de Jean-Luc Mélenchon, nous devons rester EN opposition au gouvernement actuel ainsi qu'au Président de la République, cela ne signifie aucunement que nous soyons DANS l'opposition parlementaire avec la droite. Comme l'a si bien expliquer JL Mélenchon, nous sommes dans une position d'"autonomie conquérante", et notre seul but est de conquérir de quelque manière que ce soit le pouvoir exécutif afin d'établir une constituante pour créer une nouvelle république réellement démocratique, celle dans laquelle nous vivons depuis 1958 ne l'est plus du tout et nous allons en avoir une nouvelle démonstration avec l'adoption du TSCG. Nous ne pouvons pas attendre 5 années supplémentaires de dégradation de notre environnement et de nos institutions.

  19. 69
    Alain Tétart (60)(73 ANS) dit:

    Mon cher Jean Luc,
    Il ne sert à rien de s'énerver contre ces gens qui se disent de gauche ! Ils se moquent complètement de vos agissements, alors je crois qu'il va falloir que vous réagissiez en notre nom nous gens de gauche donc le peuple pour faire cesser cette mascarade ! Je vous supplie donc de porter plainte contre tous ces gens qui vont voter ou faire voter pour ce fameux traité qui va lier pieds et poings le peuple, il faut porter plainte contre ces gens car assurément ces gens touchent ou ont touché ou toucheront des dividendes si ce traité passe donc ces gens favorisent les banques et les gens riches, même si nous n'en voyons pas les traces, ces gens touchent des pots de vin directs ou indirects mais assurément ils touchent, et ça c'est interdit par la loi, la corruption active ou passive est interdite dans un pays qui est régit par des lois et le notre l'est !
    Au nom du peuple Français, vous devez car vous avez quatre millions de personnes qui ont voté pour vous, vous devez empêcher ces gens d'agir !

  20. 70
    Nicolas VDR dit:

    Grand renfort : « Le Monde » publie même une nouvelle fois son papier de cet été sur mon passage dans la campagne de Chavez !

    Le journal Le Monde... Tiens tiens, n'est-ce pas là qu'un certain Plantu officie, sponsorisé par cette belle démocratie qu'est le Qatar, pays où la lapidation et autres joyeusetés sont encore en vigueur et qui considère Hugo Chavez, élu par le peuple, comme étant un dictateur ?

  21. 71
    DAVID JV dit:

    @ Marie 46
    "J'aimerais que quelqu'un parmi vous explique en quelques points très simples ce que la signature de ce traité changera dans nos vies de tous les jours. Qui peut nous éclairer ?
    Cela pourrait nous aider à convaincre les indécis et les "pas intéressés""

    Tout. A peu près. Ce traité institutionnalise les mécanisme d'avant (FESF puis MESF) :
    - D'un point de vue politique : il place les budgets des Etats membres de la zone euro sous tutelle des institutions de l'UE et plus particulièrement de la commission européenne (= non élue par le peuple et particulièrement libérale), sanctions automatiques (amendes) en cas de violation des principes d'austérité qu'il érige,..etc
    - d'un point de vue économique et social : il aboutit à limiter les dettes publiques à 0.5% du PIB (contre 3% auparavant) qui plus est dans un contexte de crise grave. Cela veut dire application de toutes les recettes des politique du FMI : libéralisation générale des services publics et déréglementation, donc baisse des dépenses affectées aux services publics, à l'éducation, à l'assurance chômage, libéralisation et déréglementation du droit du travail (accord possibles au sein d'une entreprise en dérogation aux dispositifs légaux...etc), fin programmée du CDI, et développement des jobs précaires...etc. Les exemples sont impossible à lister tant il y aura des répercussions sur tous les secteurs qui touchent notre modèle social français.
    - d'un point de vue démocratique : il fait fi du NON au TCE, à l'opposition des peuples aux politiques d'austérité en tant qu'il ne serait pas débattu publiquement (= référendum).
    Il existe pas mal d'analyse sur ce que le traité implique, tu en trouveras sans peine.

  22. 72
    CM28 dit:

    @ Marie 46. Patrick Le Hyaric (député européen PCF/FdG) a écrit un livre complet sur le sujet (254 pages, 5 €, "L'europe des peuple nous appelle". Jean-Luc fera certainement un billet sur ce sujet ici et/ou sur son blog européen.
    En quelques mots : Les critères de Maastricht limitaient l’endettement à 3% du PIB sans prévoir de sanction. Avec le TSCG, il sera verrouillé à 0,5 % du PIB, le ratio dette/PIB limité à 60% et en cas de dépassement, « un mécanisme de correction est déclenché automatiquement ». Soit de la spirale infernale de la crise pour de la crise ! Les parlements nationaux n’auront d’autre possibilité que de voter les mesures "calculées" par la Commission européenne. Cette austérité sera "mathématique" comme l'a dit avec le sourire Laurence Parisot, la chef de file de la réaction (dixit Jean-Luc ce matin sur France Info). Surtout, ce traité n'autorise pas la BCE à prêter aux Etats, à taux préférentiel, pour sortir de la crise (la relance, la croissance, la reconversion écologique etc.) car ils demeurent soumis aux marchés obligataires pour financer l'économique nationale à des taux prohibitifs. C'est la prime au crime ! La prime à la ploutocratie bancaire !
    Avec le remboursement de la dette à marche forcée par le nouveau traité, la désindustrialisation et à la récession augmenteront car il ne reste qu’une seule variable : la réduction des salaires, des pensions de retraites, des prestations sociales et la casse des services publics. C’est ce qui se passe en Grèce, au Portugal et en Espagne et ce que veut le patronat avec l’austérité perpétuelle. Nos gouvernements diront que c'est inéluctable, qu'il faut y consentir sinon aucune aide de l'Europe et donc qu'il n'y a pas le choix! C'est la souveraineté limitée, la fin de la démocratie pluraliste.
    Hollande et son gouvernement ont l’intention de faire ratifier ce traité le plus vite possible par le Parlement (soit le PS, les Verts et la Droite), en inscrivant la « règle d’or » dans la Constitution pour ainsi la rendre obligatoire, en toute circonstance, à tout gouvernement et donc aux députés votant la loi de finance. C'est une muselière financière de plus!

  23. 73
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Ci-après, résumé des propos que je tiens sur le TSCG autour de moi et que je poste sur certains forum (je n'aime pas dire "fora" - lol). Ils sont simples et généraux; on peur y adjoindre des arguments plus techniques :
    Actuellement, une scélératesse, ayant un goût de haute trahison de notre République démocratique, d'une extraordinaire gravité, se trame en coulisse : le vote en cachette d'un traité européen au Parlement, à la cession de septembre, dénommé TSCG.Ce traité consiste à inscrire dans la Constitution le dogme ultra libéral, sans demander l'avis des français ! Cette disposition est absurde et intolérable. Au niveau des principes d'abord. Une constitution est faite pour déterminer les conditions dans lesquelles s'acquiert, s'exerce et se transmet le pouvoir politique.En aucun cas elle n'a à définir le contenu des politiques à suivre. C'est le Gouvernement de la République qui "détermine et conduit la politique de la Nation". Sur le fond ensuite. Il s'agit en consacrant le mythe de la "règle d'or" de condamner à perpétuité le peuple français à l'austérité, c'est à dire à la récession, au chômage de masse, à la déflation continuelle, au massacre des services publics, à la clochardisation généralisée. Il s'agit d'aligner les français sur le destin calamiteux des grecs, portugais, italiens, espagnols etc... N'accepter un déficit public que de 0,5 % par an est une ânerie sans nom. De plus dans le contexte actuel de récession c'est tout bonnement impossible à atteindre.Il faut ajouter qu'adopter une telle disposition c'est amputer le Parlement d'une attribution cruciale en démocratie : le vote du budget en toute indépendance. C'est une atteinte grave à la séparation des pouvoirs. Une véritable forfaiture ! Des ONG, dont ATTAC, des associations, une formation politique (FdG) demandent qu'un référendum se tienne sans délai sur la question.Que tous ceux qui condamnent la sauvagerie économique et la barbarie financière ultra libérales et ne veulent pas finir comme les grecs, rejoignent ceux qui vont manifester, pétitionner, prendre toutes sortes d'initiatives, afin d'obtenir un référendum sur une question cruciale qui touche directement tous les français et engage leur avenir.Pour résister et mettre en échec la dictature des spéculateurs et des banksters : démocrates de tous horizons, unissez-vous !

  24. 74
    juste social dit:

    Pas facile de faire avancer les choses, les idées... les gens.
    Entre "anesthésie générale" et annonces (comme par exemple un taux de chômage à 2 chiffres) destinées à davantage encore nous faire accepter la résignation, à nous faire courber l'échine sans broncher (et espérer simplement ne pas faire partie de la prochaine charrette...), il y a de quoi s'alarmer sur notre capacité à faire avancer les choses plus vite et surtout plus à gauche.
    Tes billets sont très clairs et je pense abordables pour la plupart d'entre nous, mais encore faut-il se rendre sur ton blog.
    Comment toucher plus de monde en ces temps si durs ?
    La mondialisation, l'européanisation sont aussi des dimensions qui en rajoutent à la bonne compréhension des enjeux, des dangers, de l'urgence ; dès lors il devient encore plus difficile de se mettre à la portée du quidam "moyen" (normal quoi !) qui n'est pas forcément devenu nombriliste, ni égoïste, mais qui se bat pour sa survie au quotidien et ne prend pas forcément le temps de s'élever suffisamment au-dessus de sa condition pour prendre le temps de la réflexion, puis de l'action.
    Non pas que le citoyen soit devenu bête ou lâche, mais il a peur, il est manipulé, désinformé et vit dans un système dont les rouages sont très bien huilés...
    Nos médias se font également les colporteurs du désintéressement pour l'homme politique, pour la "chose publique" autrement qu'à travers la lorgnette du "people" et s'agissant du PS : qu'a-t-on à faire de savoir à ce point qu'un bouquin vient de paraître sur les sœurs ennemies que sont Ségolène R et Valérie T ?
    Mais les médias ne sont pas les seuls responsables de ce désintérêt pour la politique : tu rappelles justement le torpillage de la campagne de la candidate du PS en 2007, et là nos "zoms politiques" du PS, plus au service de leur carrière que de l'appareil ou d'un programme ont montré tout ce qu'il ne faut pas faire en pareil cas : ils n'ont pas joué collectif derrière le leader qui avait été désigné. C'est le PS qui a été responsable de l'élection de Sarkozy en 2007, et c'est encore le PS qui sera responsable de l'élection de... (le pen ?) en 2017 si notre gouvernement ne met pas davantage de conviction à respecter ses engagements de campagne.
    Réveillons-nous et n'attendons pas cette échéance car pour beaucoup d'entre nous il sera déjà trop tard !
    Le changement passe par la politique, c'est à nous citoyens qu'il appartient de choisir la politique à...

  25. 75
    Denis F dit:

    Ne dit-on pas qu’il n’y a que les imbéciles qui ne change pas d’avis, aussi vais-je faire un grand pas arrière et considérer que Madame Sonia Bastille à raison en grande partie et pour l'essentiel (post 31 28/08 18h51).

    Madame je suis d’accord avec vous lorsque vous dites que les États-Nations ont perdus leurs indépendances (souveraineté) lorsqu’ils ont adoptés le Traité de Maastricht en 1992, je le suis aussi quand vous dites qu’il faille sortir de l’UE, d’ailleurs soyons honnête vous le dites depuis fort longtemps, de même lorsque vous démontrez que le processus référendaire est vain et ne rendra jamais la souveraineté perdue, sauf si un référendum pose comme unique question - doit-on rester dans l'UE ? Oui ou non -, mais comme vous le dites, ne rêvons pas !…

    Par contre, je pense que nous ne devons pas nous retirer de l'euro, mais réintroduire le franc comme monnaie intérieure ayant une valeur égale à l'euro ; l'euro restant pour nous la monnaie d'échanges à l'extérieur de la France. Cela nécessitant l'abrogation de la loi dite "Rothschild" de 1973, nous permettant de battre notre propre monnaie sans avoir à emprunter aux banques privées, et ainsi de relancer l'économie et les salaires avec notre vision d'une production tenant compte de l'environnement, moyennant une inflation préjudiciable seulement pour les rentiers et les valeurs boursières. La monnaie nationale (franc) n'étant convertible qu'en monnaie commune (euro), le franc ne rentre pas sur le marché libre des changes, aucune spéculation n'est possible. En nous retirant de l'euro le franc serait attaqué de toute part par les spéculateurs.

  26. 76
    Invisible dit:

    Il est possible de résister. Dans un petit coin de France nommé Le Plateau, entre Ardèche et Haute-Loire, les habitants refusent les poubelles à puces que veut leur imposer Plastic Omnium au mépris d'un ramassage antérieur qui donnait pleinement satisfaction et au profit d'un tarif tellement augmenté qu'il s'apparente à du racket. Il est plaisant et revigorant pour le moral de voir les mamies, les gens ordinaires, refuser la livraison de leur poubelle. Le gars chargé de la distribution leur remet à la place un petit papier menaçant pour les intimider.
    Résistance !

  27. 77
    Sniper68 dit:

    @ Adrien (58)
    Salut camarade si tu veut trouvé "Résistance" le livre de Stéphane Burlot préfacé par le camarade Mélenchon, faut que tu aille en librairie le samedi 1 Septembre 2012 et à la "F.N.A.C" le lundi 3 Septembre 2012.
    Bonne lecture à toi et aux camarades de la "(R)évolution Citoyenne" en marche et qui n'est pas prêt de s'arrêter et qui ne s'arrêtera jamais.

  28. 78
    Claude Andrée dit:

    Encore un billet court...de 4 pages! On adore évidemment même si on commence a avoir quelques doutes sur vos qualités de concision!

    Quand aux socialistes de gouvernement, ils sont tout simplement navrants et confondants de médiocrité.
    Est-ce que Hollande a jamais eu d'autres ambitions que d'être un Sarkozy qui aurait troqué ses talonnettes pour des charentaises?
    Un Sarkozy pépère ?
    Je garde encore en mémoire cette une de Paris Match où lui et l'ex président posaient dans le même costard, tous deux ardents défenseurs du oui au référendum.
    Et le voilà à peine installé au pouvoir depuis cent jours, que déjà il est prêt à abandonner un des dernier pan de notre souveraineté et à se coucher devant les exigences démentes du gouvernement conservateur allemand.
    Quel est cet espèce d'aveuglement idéologique qui poussent tous ces politiciens à adopter des politiques qui a chaque fois nous ont conduit dans le mur?
    Ils ne se rendent pas compte qu'il en deviennent complètement ridicules ?
    Croient- ils que le monde entier nous envient nos dirigeants européens?
    On en est au 19 ème plan de sauvetage de l'Europe, ça en fait 18 de trop, non ?

  29. 79
    Superbo dit:

    Michel Sapin ne veut pas de la gauche latino ?
    C'est bien dommage : chez Chavez, le plein d'essence (j'ai bien dit "le plein", pas "le litre", hein !) coûte 0,40€.
    Vues les miettes que les socio-libéraux viennent d'annoncer sur le prix des carburants en France, ils feraient pourtant bien de s'en inspirer...
    Mais, bon, encore faudrait-il avoir la volonté politique d'engager un rapport de force avec les pétroliers, la finance et le patronat.
    Décidément, le changement, c'est pas pour maintenant.

    A ceux qui remarqueraient - à juste titre - que le Venezuela est un grand producteur de pétrole, ce qui peut expliquer le prix incroyablement bas pratiqué à la pompe, soulignons le cas de l'Arabie Saoudite - autre grand pays pétrolier - où le plein d'essence, également très bon marché, coûte quand même 15 fois plus que chez Chavez ! Alors, cher Michel Sapin, si au lieu de réduire les rentrées d'argent de l'Etat pour octroyer une baisse insignifiante du litre de carburant, on s'intéressait aux marges et dividendes des groupes pétroliers ? Mais ça, c'est sûr, ce serait vulgaire et tonitruant...

  30. 80
    Jacques CHEVALIER dit:

    Félicitations pour les discours de vendredi et dimanche, encore de ces grands moment qui nous font vibrer chez nous où il manque d'un si bon traducteur du vécu des gens, de leurs souffrance et de leurs espoirs.
    Je voudrais vous soumettre, cher Camarade, la page du site que j'ai lancé comme action presque personnelle de sensibilisation à la lutte contre le TSCG et pour le référendum en Belgique; ce "sondage" s'adresse exclusivement aux candidats de tous les partis (hors l'extrême droite) aux élections communales du 14 octobre 2012 en Wallonie et à Bruxelles, en fait pour les francophones belges.

  31. 81
    Michel Berdagué dit:

    De l'eau à nos déchets tout est bon pour les chefs de file droits patronaux tous et toutes privées s'entend, pour faire du profit un max et le coeur sur la main avec les pubs de nous seriner qu'"ils" font oeuvre publique. Rappelez vous la confusion entreprise et à tout propos que l'entreprise privée faisait dans le public, pour l'eau et les déchets c'est juteux de profits privés même qu'avec cette europe très d'intérêts privés ils te pondent des RGPP, des Traités sortis du chapeau pour que le public crache et toujours un max.
    Nous ne savons pas quoi faire de nos déchets disait un psychanalyste connu, eux les états majors privés le savent du profit pour les chers possédants. Nous saluons le camarade Gabriel Amard de tout notre soutien et combattons avec lui contre toutes ces manipulations violentes manoeuvres très barbouzes privées, c'est vrai que de l'eau de source publique pour la santé de tous et toute coule en Essonne : ça dérange. Du concret et du liquide d'eau vive.,ça change de leurs liquidités nauséabonds.
    Cet euro avec du franc hors atteinte des spécus et autres me paraît sur plusieurs points très judicieux, cela permettrait de battre monnaie, de faire la Banque de France Publique une centrale au service de la Révolution Citoyenne et avec la Planification écologique de donner aux productions décidées et contrôlées par le Prolétariat par la propriété collective des secteurs stratégiques et vitaux, en plus je ne crois pas à une inflation catastrophique surtout avec les échanges commerciaux avec le Brésil, l'Amérique du Sud et centrale et du Nord sans oublier la Chine et l'Inde, nous sommes loin du traité scélérat et des diktats qui mettent des camisoles des chaînes et cadenas à notre République. ça résiste en Ardêche et en Haute Loire il faut dire que c'est aussi historique la Résistance.
    Vive la Sixième après une Constituante.
    Ils sont malins ceux qui sont d'accord avec nous et qui dès les 1er tours se débinent, en plus c'est qu'ils risquent de nous dire : "mais qu'est-ce que vous faîtes, pas grand chose pour s'opposer...."
    Vive le Front de Gauche déjà nous sommes prêts à prendre le pouvoir en regard des incapacités et mollesses et en marge des petites très faibles mesures prises un petit peu.
    Alors que l'Urgence est patente nous sommes debout. en marche....

  32. 82
    Dufour dit:

    Juste ce petit mot pour vous dire mon fond de pensée :
    OK le PS se montre méprisant vis à vis du Front de gauche, comme il l'a toujours fait, mais ce n'est pas une surprise, ni la peine de faire la même chose !
    On n'a pas de carte d'imitation à jouer ! bien au contraire, mieux vaut se montrer plus fort et voir plus haut !
    De plus le PS n'est pas l'ennemi numéro 1 du Front de gauche, je pense qu'il vaut mieux se concentrer sur l'essentiel pour la France et les Français, et mettre de côté des intérêts d'égo qui n'apportent rien à ceux qui ont besoin de tout !
    Je vous demande, Jean-Luc de mettre en avant tous les problèmes que pourrait créer la ratification du traité avant de s'en prendre aux hommes et aux femmes du PS ! Le tout dans la bonne intelligence dont vous disposez !
    Il n'est nul besoin d'attaquer les hommes et les femmes qui soutiennent un traité négocié par Sarkozy avec Merkel, mieux vaut apporter des solutions, ratifications, des modifications à ce traité pour que toutes les personnes sensées enFrance vous suivent !
    Je suis certaine que tout peut se faire, et qu'aujourd'hui on se repose un peu des années tumultueuses que nous a fait subir Sarkozy, alors n'ajoutons pas d'agitation, mais augmentons les solutions !
    Je suis de tout coeur avec vous, je vous demande juste un peu de modération pour être mieux entendu !

  33. 83
    naif dit:

    Superbo dit à 13h03
    "Michel Sapin ne veut pas de la gauche latino ?
    C'est bien dommage : chez Chavez, le plein d'essence (j'ai bien dit "le plein", pas "le litre", hein !) coûte 0,40€."

    Arrêtez avec vos prix en valeur absolue. Cela ne veut rien dire si on ne les relativise pas au coûts de la vie de chaque pays. Que dire d'un loyer de 500 euro en France pour un Egyptien ! d'1 euro par jour pour un Somalien vu de France ! De 1000 euros par mois pour un Français vu par un Soudanais... Les écolos te diront que ce n'est pas bon pour la planète et les énergies renouvelables !

    Quant à la pseudo baisse du prix de l'essence, dans une semaine l'effet escompté n'existera plus si l'essence augmente de 5 ou 6 cents. Si par exemple l'euro s'effondre de 10% (c'est à dire de 0,125 euro par rapport au dollar) le prix augmentera de 7 cents. et l'état récupérera 4,2 cent. Je vous le fait à la louche. CQFD tout de même.
    Quand Moscovici insiste pour affirmer que la baisse annoncée est vraiment conséquente (il insiste parce qu'il n'est pas sûr que l'on ai bien compris) notamment pour les plus défavorisés et ceux qui roulent beaucoup, c'est un suicide politique en direct ! rendez vous compte 1,5 euro pour 25 litres c'est à dire au mieux 1,5 euro pour 400 ou 500 Km.
    S'il continuent comme ça la droite encore plus dure va revenir plutôt que prévue, mais cette fois ci pour 10 ans minimum.

    Concernant le TSCG il nous faut recommencer ce que nous avons fait en Février. Ecrire à tous les députés. (leur mettre la pression) Le modèle de lettre existe sur ce blog. (voir Blog précédent de Février).

    Quant à la manif il faudra compter que sur nos forces parce que le monde du travail sera encore divisé. La CFDT, FO, l'UNSA ne nous suivront pas. Pire ils vont se rallier aux socio-démocrates sous prétexte qu'ils ne font pas de politique.

  34. 84
    sensortir dit:

    Le but est de s'en sortir, la France a toujours fait mieux, les Français ont toujours pris le dessus et ne se sont jamais laissés marcher dessus ! Idem aujourd'hui, il faut pour se faire ne pas utiliser les mêmes principes que les autres !
    Il faut placer l'intelligence des réflexions et des solutions en avant sans tenir compte et sans répondre aux provocations de toute part !
    Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche ont des solutions, le mieux est de les exprimer sans prendre à témoin ou à rebours qui que ce soit !
    Le principal est de se faire entendre et comprendre et de ne pas tomber dans le piège médiatique qui n'a aucun intérêt à parler des solutions mais à faire du scoop qui n'apporte rien à personne !
    Etalons, exposons d'autres solutions, voyons mieux et plus grand et nous serons normalement et logiquement compris, cessons de prendre exemple, inovons !

  35. 85
    Guy-Yves Ganier d'Emilion dit:

    @David JV, @CM28
    Merci pour vos synthèses efficaces. Juste une correction: ce n'est pas l'endettement public qui est limité à 0,5 %, mais le déficit, c'est-à-dire le solde négatif annuel entre recettes et dépenses.

  36. 86
    Damien dit:

    Bonne intervention ce matin encore de Jean-Luc sur France Info, j'ai comme l'impression que les médias semblent moins mépriser ce que nous proposons, mais je pense que c'est davantage une stratégie pour contraindre leur serviteur Hollande à accélérer sur la voie de la rénovation du Sarkozysme qu'une véritable "bienveillance" au bon sens de nos propositions, les seules permettant pourtant la survie de l'humanité en osmose avec son écosystème.
    Bon le Parisien est toujours sur la ligne "flinguer Mélenchon", on ne hangera pas ce canard réac'et indigent qui confine à la bestialité en niant toute lumière intellectuelle chez l'homme.

  37. 87
    NICO 75 dit:

    Bravo jean luc super commentaires. Ils nous faut tous faire pour ce referundum nous devons être des centaines de milliers de Mélenchon dans le pays. On lâche rien.
    Amitiés.

  38. 88
    Marie Pierre dit:

    Depuis l'élection présidentielle, je suis témoin de réactions venimeuses et spontanées d'électeurs sarkozistes et/ou FN... Cette droite là est méchante, très ! Elle mord et ne lâche pas. Elle a la haine.
    Je suis heureuse de lire que Jean Luc Mélenchon devient indifférent aux réactions véhémentes à son égard, car il faudra une bonne dose d'indifférence aux morsures de toutes parts pour avancer !
    Amicalement, au 30 septembre !

  39. 89
    Superbo dit:

    à naif (13h58)
    L'important, dans mon message, n'était pas tant la valeur absolue que la démarche : pratiquer un tarif favorable au consommateur suppose de ne pas se soumettre à la logique libérale. Les "socio-libéraux" refusent tout affrontement avec le capitalisme ; ils préfèrent rogner sur les rentrées d'argent de l'Etat plutôt que sur les profits. Avouent-ils autre chose en critiquant à ce point la révolution bolivarienne ?

    Quant à ce que me diront "les écolos", je ne comprends pas ce que tu évoques puisque nous savons bien que, désormais, c'est au Front de Gauche que se situe l'écologie politique. Or, je ne crois pas être à côté de la plaque dans mon précédent message. Je ne suis pas un pro-voiture ni un pro-pétrole, je commente juste une position gouvernementale, évoquée par Jean-Luc dans cette note, à savoir le rejet de la gauche latino (et donc du projet économique et démocratique du Front de Gauche, par la même occasion).

    Enfin, "s'ils continuent comme ça", ce pourrait effectivement être la droite la plus dure, c'est-à-dire les fachos, qui tire les marrons du feu... mais c'est oublier un peu vite notre rôle à nous !

  40. 90
    Christine Duplaissy dit:

    Camarades et Amis : Qui fait des "risettes au MEDEF" est du côté de la droite et du patronat, donc il n'est pas mon "camarade", donc il est mon ennemi de classe parce que moi, je n'oublie pas d'où, ni de qui, je viens et je "lutte des classes". La session parlementaire avancée au 10 septembre, ben voyons, continuez à nos prendre pour des "billes" ! En effet, on ne parle pas encore de la date de la loi organique (je dirais même qu'ils s'en gardent pudiquement bien !), mais si là, y'a pas "un loup" comme disait Jean-Luc Mélenchon en clôture des estivales, hein ! Vous, je sais pas, mais moi, ça ne m'empêchera pas d'aller marcher dans les rues, à Paris ou ailleurs, et même je marcherai plus fort encore ! Salut et Fraternité, comme dirait l'Autre :!

  41. 91
    Jean Jolly dit:

    Oui, la dette, soit disant économique, n’est que du pipeau, de la roupie de sansonnet libérale pour esclavager toujours plus le peuple en le culpabilisant envers les générations futures pendant que le "1%" se gave indécemment tout en protégeant leur propre progéniture puisque cette caste considère la plèbe comme une variable d’ajustement à leurs profits toujours plus juteux. Qu’en est-il de la dette écologique, autrement plus gravissime envers notre descendance, aussi bien du point de vue économique que technique, pour assurer la santé de tous ?
    Pas un mot à ce sujet de la Ministre "écologiste" Cécile Duflot, ni du caméléon Cohn-Bendit qui fonctionne à voile et à vapeur (de shite ou schiste apparemment), le "démondialiste" Arnaud Montebourg affirme que le nucléaire est une filière d’avenir suivit de son collègue Valls… Ah la belle équipe de choc que voilà !
    Seul Jean-Luc (soutenu par les véritables écologistes que nous sommes) pointe ce paradoxe abracadabrant. La dette économique se règle en deux coups de cuillère à pot, il suffit d’une volonté politique pour ce faire, en revanche, la dette écologique s’étale sur des milliers d’années et sera exponentielle si aucune solution alternative n’est envisagée au plus vite.
    Jean-Luc désignera cet auto-autisme du gouvernement par "la muselière et la gomme"… ce n’est qu’une variante des "trois singes" en réalité.

  42. 92
    ventdebout-38 dit:

    Et hop! Le 9 octobre, grande manifs contre l'austérité. Tous dans les rues de France!

  43. 93
    Jean Jolly dit:

    @ Denis F.

    Bonjour Denis, ton commentaire sur la monnaie commune me rappelle le débat que nous avions eu avec notre camarade André-Jacques Holbecq, perso je trouve cette solution géniale car elle permettrai à la fois la souveraineté nationale tout en promulguant une politique européenne sans "muselière" ni même de "laisse"... un coup sur le museau des pitbulls et basta.

  44. 94
    Michel Berdagué dit:

    100 jours et un peu plus et déjà usé, ébranlé et dévoilé ce gouv.n'aura pas fait écran longtemps. Nous nous n'avions aucune illusion et quel bonheur de n'avoir aucun supplétif portant maroquin avec FdG se reniant de l'Humain d'Abord; Impatients et impatientes vous avez les solutions adéquates et en urgence pour reconstruire et de créer après les dégats de toutes ces guerres pas si invisbles que ça : économiques,financières,d'informations, de classe et à ce jour les 1% privés sont gâtés par la visite du gouv, même que la C.G.T. leur annonce une manif. sur les emplois et salaires et d'agir contre la ratification de ce 19 ième ! traité traitre le 9 Octobre, et même que les syndicats européens C.E.S. sont contre ce traité, c'est dire que la manifestation politique est incontournable pour l'action de Résistance des vivants -debout -qui ne sont pas prèts à se laisser passer les chaînes et la muselière et baillonner la République parlementaire.
    Debout les loups blancs tout de Rouge vêtu, actions. libres et chaînes brisées.

  45. 95
    Respect dit:

    @ Jean Louis CHARPAL
    Merci pour ton commentaire de 11h58. Je m'en suis servi pour fabriquer un tract que j'ai nommé : « Avis aux Français ». Et maintenant au travail, il ne me reste plus qu'à le placarder et le distribuer…
    @ tous
    Je vous invite, à inciter les personnes peu politisées de votre connaissance, à visionner mardi prochain, le 4 septembre, sur Arte à 20h50, le documentaire : « Goldman Sachs, la Banque qui dirige le monde ». Je pense qu'après ce visionnage, de nouvelles personnes pourraient être amenées à demander avec force, le référendum.

  46. 96
    kalos dit:

    bonjour à tous,
    les socialos nous mènent en bateau, oyez plutôt à propos de la tant déclamée baisse de l'essence : dans mon village le pompiste affichait jusqu'à lundi le gasoil à 1,45, puis hier mardi l'a passé à 1, 50, et ce matin à 1,51 (oui oui à 1,51 vous avez bien lu). Bref le pédalo prend la flotte de tous côtés.

  47. 97
    Armand Barbentane dit:

    Face à la route de la servitude ("remercier vos bons maîtres de bien vouloir vous faire survivre... par leur bonne charité"), heureusement qu'il y a l'Humain d'Abord pour défendre la dignité et la responsabilité individuelle ! "Prenez le pouvoir!" était un très beau slogan. Merci de lutter contre l'égoïsme (la jalousie etc.) et de proposer l'éthique. Merci à Jean-Luc de continuer son travail de pédagogie et de décliner le programme de l'Humain d'Abord. Ce n'est pas avec Ayrault qu'il y aura "l'euthanasie des rentiers et des oisifs" (dixit J.M. Keynes).
    Face au défaitisme anti-pratiotique des partisans de "sauvons les riches", rappelons notre proposition de mettre en place une FACTA à la française (Foreign account tax compliance act des Etats-Unis d'Amérique), permettant un rattrapage du différentiel d’imposition sur les revenus entre la France et le pays d’accueil de nos chers expatriés... Cet impôt différentiel prendra en considération des dépenses ainsi effectuées par les Français de l'étranger, comme la déduction les sommes dépensées en assurances santé-retraite-chômage d'une part et en scolarité d'autre part. Cette déduction de bon sens permet d'identifier correctement la cible de cette imposition qui vise essentiellement les grandes fortunes.

  48. 98
    Jean Jolly dit:

    @ Paisgresinhol.

    Sans oublier le refus de PSA de livrer annuellement 450 000 véhicules à l'Iran par la pression du groupe Général-Motors qui est actionnaire de PSA à hauteur de 7 % (ça peut paraître dérisoire a priori mais c'est décisif dans le conseil actionnarial). Cette pression découlant de la politique des Bush et suivie par le "grand démocrate" Obama.
    Ce manque à gagner de 25 % du carnet de commande de PSA coïncide pile poil aux déclarations de "déficit" du groupe PSA.
    On cherche à nous faire avaler les synchronicités par petites tranches puisque le peuple français n'arrive plus à avaler les "couleuvres constrictor" (sorte de couleuvre OGM adaptée au boa) d'un seul tenant... Ils devraient se référer à la cuisine de l'anguille de chez nous, autrement plus succulente et naturelle.

  49. 99
    Marie 46 dit:

    @respect (95-17h55)
    Ce tract, pourriez-vous nous en faire part ? Moi aussi, j'ai du monde à convaincre !

  50. 100
    Pierre Pifpoche dit:

    Je regarde en ce moment le discours de Jean-Luc, après celui de Pierre, à la clôture des Estivales du Front de Gauche, et cela remonte le moral.

    Tout d'abord, merci d'abord pour retrouver ce jour dans ce blog un formidable outil, non seulement un outil écrit efficace, comme l'est par ailleurs humanite.fr et quelques autres, mais aussi un outil multi-média aux couleurs pimpantes à nouveau vivantes qui redonne totalement coeur à l'ouvrage, ce qui ne veut pas dire que cet outil n'a pas bien servi ces dernières semaines.
    Un regret aussi : notre ancien "Place aux peuples", site qui a été l'expression vivante si efficace du Front du Gauche pendant toute la campagne, m'apparait aujourd'hui comme "mort", avec des nouvelles d'il y a au moins cinquante années, quasiment non renouvelées.
    Et enfin une question à tout notre Front de Gauche et une demande : où sont désormais les outils d'expression multi-média du Front de Gauche où nous trouveront toutes les expressions audio-visuelles de tous nos orateurs, autrement qu'en étant obligés d'aller faire des fouilles archéologiques, sans garantie de succès, sur Dailymotion.
    Je pose la question : la Télé de Gauche est une initiative, pour le moment, du PG. Comment l'élargir pour en faire un outil de toutes les composantes qui font aujourd'hui la richesse du Front de Gauche ?
    Voilà donc ma question, et je crois bien sûr, que c'est cela aussi l'utilité de ce blog et de ses commentaires.

Pages : « 1 [2] 3 4 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive