29mai 12

11ème circonscription du Pas-de-Calais - Hénin-Beaumont

Appel aux retraités, veuves et invalides de la mine à leurs enfants et petits-enfants

Ce billet a été lu 2 025 fois.

Dans la dure épreuve que traverse la population de notre bassin minier, il est bon de se souvenir du passé pour assurer l’avenir.

Pendant une longue période, notre corporation minière a assuré l’essor et la richesse du bassin. C’est son unité qui faisait sa force. Près de la moitié des mineurs de fond était des immigrés, venant, avant la dernière guerre, essentiellement de Pologne, d’Italie et d’Espagne. Déjà l’extrême droite les accusait d’être venus manger le pain des français. Les mineurs français ne sont pas tombés dans le piège. Ils ont su s’unir avec leurs camarades de travail immigrés.

Ensemble, en 1936, avec le Front Populaire, ils ont battu les Compagnies Minières. Ensemble, sous l’occupation nazie, ils ont mené un combat courageux et difficile. C’est du puits Dahomey, à Montigny-en-Gohelle qu’est parti le 27 mai 1941 la grande grève revendicative et patriotique des mineurs du Pas-de-Calais et du Nord qui montra le chemin de la lutte à toute la classe ouvrière. Dans les 10 revendications figurant dans le cahier déposé à la Compagnie lors de cette grève on peut lire au point n° 9 : bénéfice de l’allocation familiale aux mineurs étrangers.

Ensemble, mineurs français et immigrés ont gagné, en 1945-46, la bataille de la production qui a permis le relèvement du pays. Rappelons également notamment la grande grève unie de 1963 qui, outre les revendications obtenues, sauvegarda le droit de grève.

Dans la nécessaire activité revendicative permanente, vous avez toujours pu compter sur la C.G.T. et ses militants. Rappelons notamment Nestor Calonne qui fut Maire d’Hénin-Liétard, Joseph Legrand Député-maire de Carvin, René Six, Maire de Montigny-en-Gohelle, sans oublier Léon Delfosse, qui, après ses responsabilités syndicales, fut élu Maire à Libercourt.

Seule la C.G.T. et le P.C.F. ont lutté contre le démantèlement du bassin minier, pour l’industrialisation et du travail pour tous. La vie serait meilleure aujourd’hui si on les avait écoutés et suivis.

Où était à l’époque le Front National ? Les Le Pen étaient bien au chaud dans leur château de Saint Cloud. Toujours, l’extrême droite a été aux côtés des Compagnies Minières et de l’ÉTAT Patron. Jamais, nous disons bien, jamais, le Front National n’a levé le petit doigt pour défendre les mineurs et leurs familles. Et les médias osent essayer de faire croire à la France entière que les travailleurs du Pas-de-Calais seraient derrière Marine Le Pen. Assez de mensonges, assez d’intoxication, assez de mystification. La corporation minière a toujours été à l’avant-garde de la lutte anti fasciste, le bassin minier, c’est le fief des travailleurs qui l’ont payé de leur sueur, de leur sang, de leur vie.

Nous luttons actuellement pour la sauvegarde de notre régime minier de Sécurité Sociale en grand danger et également pour la revalorisation des retraites. Les ressources de nombre de veuves sont scandaleusement basses. Quant au taux des retraites minières, nous subissons toujours l’incompréhensible et inadmissible décision de la Ministre Élisabeth Guigou qui nous a privés d’une légitime revalorisation de 17%. Le scandale n’a que trop duré. Comme nous, vous avez suivi la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. Vous avez apprécié son talent, ses idéaux de justice et de fraternité, ses propositions pour la France et les travailleurs. Voilà le Député qu’il nous faut, pour porter bien au haut au Parlement les intérêts de notre région et avec notre appui et celui de tout le Front de Gauche, contribuer à faire aboutir nos revendications.

Sans hésitation, votez et faites voter Jean-Luc Mélenchon et Hervé Poly

Achille Blondeau, ancien Secrétaire Général de la Fédération Nationale des Mineurs C.G.T.
Raymond Frackowiak, militant syndical mineur
Arlette Alban, fille de mineur
Jaurès Cambray, militant syndical mineur
Blanche Bellanger, fille de mineur, militante syndicale
Norbert Gilmez, mineur licencié grève de 1948
Laignel Jeanine, veuve de mineur
Eugène Morelle et son épouse, militant syndical mineurs de Oignies
Section Multipro retraités (es) de Carvin
Marceline Cambray, épouse de mineur
Bertha Szymczak, veuve de mineur
Sacha Burcicki, veuve de mineur
Jean-Marie Viseur, syndicaliste mineur
Evelyne Wojcik, épouse de mineur
Mr et Mme Victor Deweer, mineur de Carvin
Guy Bourez, ancien délégué mineur
Elisa Willot, épouse de mineur
André Bart, Cokerie de Drocourt
Emilie Puppo, veuve de mineur



Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive