17mai 12

Nouveau gouvernement, foudre, Pas-de-Calais

Le jour de la foudre

Ce billet a été lu 91 931 fois.
Cette vidéo a été consultée 14 007 fois

Dans cette note se trouvent assemblés des pièces et des morceaux écrits au fil des jours. J’y parle du nouveau gouvernement, de la foudre, du sommet de Berlin, de mes détracteurs à propos de ma candidature dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais et ce que m’inspire la découverte des mœurs locales. Et comme le 17 mai est journée de lutte contre l’homophobie je viens sur ce sujet via un détour par une question qui m’a été posée sur Cuba.

Comme le gouvernement vient d’être annoncé sur le perron de l’Elysée, j’ai à peine eu le temps de le décrypter avant de souder en paragraphes les petits morceaux que j’ai eu le temps de rédiger au fil des tous petits moments creux depuis la précédente note éditée. Un premier coup d’œil montre une organisation resserrée sur les proches du président placés à tous les postes clefs. Le contraire eut été étonnant. C’est la logique des institutions et une sage précaution compte tenu de l’état du PS. Le quatuor qui pilote l’économique et le social est très droitier. Pierre Moscovici, Jérôme Cahuzac, Michel Sapin, Marisol Touraine c’est un groupe « d’austéritaires » ardents. Ils se feront concurrence dans ce registre… pour mieux se succéder.

Après ça, la faille c’est l’absence politique de Martine Aubry dans le gouvernement. Quelle en est la conséquence ? La conséquence est qu’il y aura une conséquence. Voilà pourquoi c’est une faille politique. Quant aux autres, faut-il gloser sur les tempéraments et les différences de celui-ci par rapport à celle-là ? Cela n’a pas grand sens en général. La règle « un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne », énoncée en son temps par Jean-Pierre Chevènement, fonctionne et les exceptions ont été rares dans le passé. A présent cela se vérifiera davantage que jamais. En effet tout ce petit monde, excepté sans doute Arnaud Montebourg, est fait de grands taiseux des débats socialistes. Et d’ailleurs il n’y a pas de débats entre eux.

La rencontre Hollande-Merkel n’est vraiment pas de bon augure. J’ai compris qu’il n’est plus question de renégocier le traité. Il est prévu d’examiner en juin ce qui pourrait se faire pour la croissance. Mais je sais aussi que la croissance n’est pas définie de la même façon par tous. Ce qui a été admis sur le sujet jusqu’à présent comme en témoignent les récentes déclarations de Barroso et Van Rompuy n’est rien d’autre que la vieille et très libérale politique de l’offre. Produire au plus bas prix possible des marchandises réputées innovantes. Faut-il reprendre ici une fois de plus la critique de cette sottise productiviste qui repose sur la baisse des coûts salariaux et les « réformes structurelles » du « marché du travail » qui détruisent tous les acquis sociaux. Reste que madame Merkel est prête à tout ce que l’on veut en matière de croissance si c’est bien de cette façon qu’elle est définie. Enfin j’ai bien noté aussi le rappel à l’ordre des Grecs. Il fonctionne aussi comme une déclaration d’allégeance au système absurde du refus du financement direct par la Banque centrale européenne des dettes souveraines. Pas un mot sur le sujet de ce financement direct, alors même qu’en fin de campagne François Hollande s’en était déclaré partisan « depuis longtemps ». Au total, la première rencontre entre les deux responsables n’est donc pas du tout de bon augure.

Je ne sais pas quel risque court au juste un avion frappé par la foudre. Mais sans doute peut-il être détruit d’une façon ou d’une autre. La probabilité qu’un avion en vol soit frappé par la foudre doit être très faible, je suppose, car sinon il n’y aurait pas d’aviation possible. Que le président de la République Française se trouve dedans a sans doute une probabilité encore plus faible. Sinon les présidents ne prendraient jamais l’avion. Que ce soit le président nouvellement élu, ce doit être encore plus faible. Tellement faible que c’est presque quasi inexistant. Nous passons donc du domaine des événements de l’univers matériel liés par des causalités physiques avérées à celui de la métaphysique. Et pourtant c’est une foudre réelle qui a frappé un avion réel dans lequel se trouvait un vrai président de la République Française qui venait tout juste d’entrer réellement en fonction. C’est le premier défi intellectuel que soulève cet épisode. Il y en a un autre à la clef. L’avion et le président sortent indemnes de l’affaire. Ainsi nous sommes en présence d’un événement matériel considérable, stupéfiant par sa rareté, sa dangerosité et ses enjeux historiques et politiques. Mais il n’a eu aucune sorte de conséquences matérielles, pour personne. Juste du temps de perdu dans un voyage. Voyage qui, d’ailleurs, n’a eu aucune conséquence, lui non plus. Madame Merkel a voulu voir dans tout ceci un augure favorable. Sa remarque est donc spécialement inamicale. Mais de quoi alors tout ceci est-il l’allégorie ? François Hollande peut cependant en tirer une immense satisfaction. Et les Français peuvent se sentir très soulagés. En effet, la probabilité pour Hollande qu’un tel événement se reproduise n’est pas statistiquement perceptible. Il peut donc reprendre l’avion sans craindre la foudre. Ceux qui craignent la foudre ne devraient donc prendre l’avion qu’avec lui.

Cette notice étant faite par goût du jeu intellectuel, j’en viens à un autre volet, plus sérieux. Tout ceci aurait pu très mal tourner. Des personnes auraient pu être cruellement frappées. Mais ce ne serait pas resté un malheur privé. Nous aurions tous été impliqués puisqu’il s’agit du président de notre pays. Essayez juste un instant d’imaginer ce qu’aurait été alors la chaîne des événements que tout ceci aurait entraîné. Cette rude confrontation à la part qu’occupent, en toute hypothèse, les individus dans l’Histoire est intéressante. Etendons l’idée. Elle nous montre quelle importance ont nos propres actes dans la chaîne des événements. Tous les déterminismes sont probabilistes et rien n’est jamais inéluctable. L’impact de nos actes affecte toujours la totalité du déroulement de la réalité. Loin d’être une vague agitation sans effet sur la grande roue de l’Histoire, l’action d’une personne introduit le degré de liberté qui demeure disponible dans toute situation, jusqu’à la plus apparemment fermée. A ce sujet me revient à l’esprit une pensée que je cite de mémoire. Elle est de l’auteur de science-fiction Ray Bradbury. Il disait faire partie de ces gens qui se pensent impliqués de façon indicible par le mouvement de la plus infime poussière de l’univers. Il parlait à ce propos de « magie ». C’est joliment dit. Mais non, cher maître, le matérialisme moderne confirme l’intuition poétique. Nafissatou Diallo et la foudre du 15 mai le confirment.

A l’heure où les représentants des institutions et les invités personnels du nouveau président assistaient à la cérémonie de passation de pouvoir, je vaquais à mes occupations. J’étais sur le marché d’Oignies, dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais. Ce n’est pas par mépris pour ce moment. Certainement pas. J’ai eu l’honneur d’y assister en tant que secrétaire du bureau du Sénat en 2007. Bien sûr c’était dans le cadre de mon mandat. Ce n’était pas ma personne l’invitée, mais la fonction que j’exerçais alors. Mais j’en avais été très honoré. D’abord parce que je « viens d’en bas » comme on dit. Ce n’est pas rien que de se trouver là, invité au moment clef du changement au sommet de la pyramide de l’Etat. Mais il y a davantage. Pour moi, comme pour beaucoup de gens, les rites républicains sont pleins de sens et d’une haute portée symbolique. La passation de pouvoir, temps terrible d’une transition difficile mais consentie, achève le temps du pouvoir et de l’autorité publique incertaine qui a cours tant que dure la campagne. Le moment signifie que le dernier mot est celui de la volonté du peuple exprimée par son vote. Nous ne réglons plus les problèmes à coups de bâton comme à d’autres âges de l’Histoire, mais avec des bulletins de vote.

Donc j’étais à Oignies, sur le marché ce jour-là. Le maire socialiste lui-même est venu m’accueillir sur le marché. Il m’a offert un parapluie de l’agglomération dont il est le président. Pratique. Mais il s’est arrêté de pleuvoir. Bon signe ! Cet homme-là était candidat à  l’investiture pour la députation dans le cadre du vote interne des socialistes. Il a été battu. On peut me dire que cela ne me regarde pas. En effet. Le choix des socialistes est leur affaire. Dans le Pas-de-Calais, la fédération pèse très lourdement sur les votes et cela de bien des façons. Faut-il en dire davantage ? Certes cela aussi ce n’est plus mon affaire même si j’ai encore en travers de la gorge maints arrangements dont j’ai fait les frais du temps où je militais au PS et où je croyais à la sincérité des scrutins internes. Mais il se trouve que le Front de Gauche est impliqué par les tricheries du vainqueur de la primaire interne du Parti socialiste. Vous allez voir.

Pour tricher, le vainqueur, monsieur Kemel, maire de Carvin, a truqué les listes électorales. Celles de sa section, cela va de soi. Il y a rajouté de nouveaux adhérents. Les communistes ont eu en main la liste des adhérents électeurs. Un ami qui approche ces mystères la leur a remise. Et là, surprise ! En effet, dans la liste électorale réaménagée par le tricheur figurent plusieurs adhérents communistes. Et aussi quelques morts notoires. Ceux-là aussi sont censés avoir voté, si l’on en croit les listes d’émargement. Les vivants communistes, une fois informés, ont protesté par courrier. Les morts restent sans défense. La fédération socialiste a été saisie de tout cela. Côté des perdants socialistes d’autres anomalies ont aussi été pointées. La fédération socialiste a tout couvert. Les votes communistes et ceux des morts ont été pris en compte dans le résultat. Telle est la façon de faire. Il est vrai que le vaincu était un partisan de Hollande à la primaire et le vainqueur un partisan de Aubry. C’est la raison pour laquelle de façon aussi imprévue Martine Aubry ne s’est pas seulement sentie obligée de soutenir ce Kemel. Après tout on pouvait le comprendre, ils sont membres du même parti. Mais pourquoi m’agresser par-dessus le marché ? Juste pour ça : c’était son pion dans le jeu vénéneux de la fédération du Pas-de-Calais. Cet épisode me fait penser que je vais avoir droit à quelques coups de billard à trois bandes spécialement tortueux. Car l’assaut des nordistes en cours contre l’actuelle équipe dirigeante du Pas-de-Calais en pleine déconfiture soulève toutes sortes d’appétits et donc de luttes de pouvoir aux contours les plus improbables. Comme beaucoup se tiennent par la barbichette sur arrière-plan de chantage mutuel je me demande par où va commencer le pilonnage contre moi qui leur sert de prétexte.

Mais sur le terrain les choses se présentent tout autrement. Les socialistes du rang, les électeurs, ne sont pas du tout convaincus de se laisser impliquer de force dans cette guerre de chefs. Car si, vu de loin, tout ça ne veut rien dire, vu de près, voter pour le candidat socialiste c’est lui faire allégeance et lui donner raison contre les autres. Voter pour donner raison à un tricheur qui fait voter les morts c’est rude. Surtout si c’est pour l’aider à virer Pierre, Paul ou Jacques de tel ou tel syndicat intercommunal ou comité d’agglomération. Bref la candidature du sieur Kemel n’est pas très motivante quand on est de gauche. Surtout quand on voudrait s’occuper plutôt de faire face à madame Le Pen.

Qu’est-ce qu’ils boivent chez les Le Pen avant d’aller à la radio ? L’autre jour c’est monsieur Alliot qui fait le malin à propos de ma candidature à Hénin-Beaumont : « Mélenchon ne connaît rien aux gens du Nord » pontifie-t-il. Sans doute. On ne peut pas tout bien connaître. Mais je sais au moins une chose à propos de l’endroit où je vais. C’est qu’Hénin-Beaumont se trouve dans le Pas-de-Calais et pas dans le Nord. Ça prouve donc que monsieur Alliot, lui, ne sais pas de quoi il parle. Madame Le Pen, de son côté, a du boire dans le même verre : «  Monsieur Mélenchon est un pauvre sénateur SDF, dit-elle, un sans circonscription fixe. » Qui va dire à madame Le Pen que je ne suis plus sénateur depuis… 2009 ? Mais en revanche je suis actuellement élu de la circonscription du grand Sud-ouest. Madame Le Pen a dû croire à la sale lettre anonyme que ses bons amis font circuler sur internet pour gruger les imbéciles qui les croient. On y lit en effet que j’encaisse des mille et des cent parce que je suis sénateur et député européen, ce qui est impossible.

D’ailleurs, les tracts anonymes, cela semble être une tradition de l’extrême-droite. Le premier jour de ma présence sur place, j’ai eu droit un superbe tract sans signature ni logo, imprimé en bleu, qui alignait les débilités de la famille Le Pen sur moi. Le pauvre bougre qui tractait ces bêtises devant la porte de la permanence du Front de Gauche où je me trouvais ne fut pris à partie d’aucune façon. Au contraire. A l’étonnement de mon escouade qui n’appréciait guère la provocation, les communistes qui étaient là le moquaient même gentiment. Explication donnée par l’intéressé : c’est un pauvre gars à qui madame Le Pen a donné vingt euros pour faire la diffusion. Bref ce type gagnait sa vie. On voit tout de suite la limite des refrains de madame Le Pen contre le clientélisme ! En fait c’est une lourde tradition chez ces gens-là. Leur gestion de la mairie de Vitrolles et de Toulon en a laissé de cruels souvenirs aux contribuables locaux.

Les couplets sur mon « parachutage » devraient bien me servir, comme tremplin dans mon argumentation sur ce qu’est le rôle d’un député national. J’ai déjà commencé à mon arrivée et j’ai bien vu que le raisonnement était apprécié. Le comique de situation c’est de se faire traiter de parachuté par la châtelaine de Montretout. Et même de « sans circonscription fixe ». Madame Le Pen a été élue en Ile-de-France avant de l’être dans le Nord au prix d’une scission de son parti dans cette région. Elle a même changé de circonscription dans le Pas-de-Calais entre 2002 et 2007 ! Naturellement, de cela et du reste il ne lui est demandé aucun compte par les commentateurs qui la dédiabolisent si gentiment. Elle est plus fine qu’eux, et je crois qu’elle a compris le risque de voir la supercherie de son prétendu « ancrage local » mis à jour. Du coup elle est en train d’acheter une maison sur place. En ce moment même ! Ça fait dix ans qu’elle est là à tourner en rond sans résultat et c’est seulement maintenant qu’elle se préoccupe de se loger sérieusement. Ce qui va être intéressant c’est d’en connaître le prix et ainsi de suite.

Naturellement je me moque absolument de son logement et du reste en ce qui concerne sa vie personnelle entre le château de Montretout et la ville de Hénin-Beaumont. Ce n’est pas mon sujet. Mais je le mentionne pour que chacun mesure bien l’hypocrisie des arguments de ces gens qui font la morale à tout le monde et donnent des leçons qu’ils n’appliquent pas. Jusque-là, personne ne lui répliquait parce que chacun de ses contradicteurs parmi les puissants du coin craignaient trop d’avoir à balayer devant sa propre porte, vous voyez ? Cela n’est plus possible avec moi ni avec les militants du Front de Gauche local. Il n’y a rien à balayer devant nos portes.  

Ce qui est affligeant c’est le concert d’indignés de commande qui viennent valider l’argumentaire de Marine Le Pen. Je serais là parce que je serais en manque de publicité et de caméras. On croit rêver. Pire : les caméras et la médiatisation seraient les ennemis dont la population aurait tout à craindre. Toute cette bouillie colportée par les médias eux-mêmes ! Stupéfiant ! La médiatisation d’un débat politique serait un obstacle à la démocratie ! Et comment comprendre que ces gens me reprochent de vouloir donner une dimension nationale a une élection qui concerne « surtout le terrain » lorsque les protagonistes de l’extrême-droite que j’affronte sur place sont la présidente du mouvement, son directeur de cabinet et le compagnon de celui-ci, le secrétaire général du Front National. Tous ces dirigeants centraux, concentrés au même endroit, sont censés être des « militants locaux » ? 

Et que dire de cette stupidité rabachée par les dirigeants socialistes sur le besoin d’un « élu de proximité qui connaisse les dossiers » à propos d’une élection législative ? C’est sommes toute assez drôle quand le responsable des élections du PS comme Christophe Borgel, élu de la Seine-Saint-Denis se parachute lui-même, contre le vote des militants, à la place d’une femme du coin dans la Haute-Garonne ! Quel genre de « dossier local » maîtrise cet important pour pouvoir faire taire tous les caciques locaux qui sont priés de l’accueillir ? Mais s’agissant du Pas-de-Calais c’est tout simplement atterrant. On peut dire que la précipitation en matière d’argumentaire ne peut servir qu’à donner des bâtons pour se faire battre ! Car le Parti socialiste a déjà parachuté dans ce département un connaisseur de dossiers locaux comme Jack Lang ! Mais surtout  il a encore essayé récemment d’envoyer précisément dans cette circonscription Aurélie Filippetti, Aquilino Morelle et le même Jack Lang !

Pourtant, pour tenir ce discours contre la médiatisation et les parachutages, ils sont tous d’accord : Marine Le Pen, Vincent Peillon connaisseur de dossier locaux vivant à Paris puis transporté dans la Somme avant de l’être dans le grand Sud est, Martine Aubry. Et bien entendu les  inévitables « politologues » Grumberg et Perrineau ! Et avec eux, à dose de fiel plus moins importante, toute la harka de ceux qui feignent de craindre « le risque d’un échec » pour moi dont, en réalité, ils se régaleraient.

Ce qui m’a frappé c’est qu’il n’était absolument rien demandé à madame Le Pen et à ses amis concernant leurs propres parachutages. Il y aurait pourtant de quoi dire ! Dans la famille c’est presque une spécialité ! Ainsi Marion Maréchal Le Pen, petite fille de Jean-Marie et nièce de Marine Le Pen, est candidate dans la 3ème circonscription du Vaucluse à Carpentras. Elle fait elle-même l’aveu de son nomadisme politique en direction des zones à moindre risque politique. « Je ne débute pas réellement en politique, dit-elle au Figaro, car j'ai déjà été candidate à deux reprises, aux municipales à Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine et aux dernières régionales en 2010 où j'étais deuxième de liste dans les Yvelines ». Dans cette circonscription tante Le Pen a obtenu 31% ! Tout le cœur de l’appareil du FN agit de même. Voyez ce Florian Philippot, directeur de campagne de Marine Le Pen à la présidentielle. Il est originaire du Nord et pressenti pour être candidat à Liévin aux législatives. Il sera finalement candidat à Forbach dans la 6ème circonscription de Moselle ! Le Pen y a obtenu 30%. Même l’immense monsieur Bruno Gollnisch, qui habite dans le Rhône où il siège comme président du groupe FN au conseil régional Rhône-Alpes ! Il est dorénavant candidat dans la 3ème circonscription du Var où Marine Le Pen a obtenu 23% ! Et n’oublions pas Gilbert Collard, l’ancien candidat à la mairie de Vichy dans l’Allier en 2001 et 2008 et dorénavant candidat aux législatives dans la 2ème circonscription du Gard où Le Pen a obtenu 29% ! Qui a entendu un seul mot un seul écho en réplique à l’argumentaire de la famille Le Pen contre mon « parachutage » ?    

La complicité objective, et même ouverte, que cette situation révèle, doit nous intéresser. On voit bien la racine de cette glissade dont l’acharnement contre moi, au moment où je vais affronter l’extrême-droite, n’est qu’un épisode. Les commentateurs situés à droite ne vivent pas dans l’azur des pures idées éternelles. Ils sont entrés dans la logique d’extrême-droitisation idéologique que Nicolas Sarkozy a libéré. Aucune conscience de droite n’en est sortie indemne intellectuellement. Dorénavant l’extrême-droitisation des thèmes de la droite est devenue irréversible. Elle prend le relais des délires du libéralisme de la période antérieure. Cette plasticité à l’air du temps n’est pas nouvelle à droite. Jacques Chirac s’était lui-même successivement et publiquement identifié aux travaillistes britanniques puis à Ronald Reagan sans problème. Pour cette droite de pouvoir, les idées ne sont rien. Seule compte la conservation du pouvoir et souvent, selon l’inusable adage, « il faut que tout change afin que rien ne change ». C’est spécialement vrai dans les périodes instables et volatiles comme la nôtre. Je l’ai dit et je veux le signaler de nouveau, ce transit du libéralisme vers l’extrême-droite a un précédent en Europe, en Hongrie avec le modèle de Viktor Orban. A côté de cela bien sûr il ne faut pas sous-estimer non plus le rôle que joue la culture de haine des arabes et des musulmans, plus ou moins bien emballée dans de prétendus habits de laïcité.

Cette ligne de pente, pour pouvoir fonctionner a besoin d’un constant travail de dédiabolisation de l’extrême-droite politique. Une des façons d’y arriver est précisément de diaboliser ceux qui voudraient diaboliser madame Le Pen. Il n’y a donc strictement rien d’innocent ni d’objectif dans le traitement qui m’est appliqué. Tout cela est la continuation de la lutte contre ce que j’incarne à cette heure avec le score à deux chiffres du Front de Gauche.  

Le sens général de ces discours est dans la même veine que celui qui m’a harcelé pendant toute la présidentielle. A droite, chez « les politologues » qui émargent c’est : « Plutôt Hitler que le Front Populaire ». Au PS : « Tout sauf Mélenchon ». Au lieu de se réjouir de voir arriver des renforts dans la bataille, des dirigeants socialistes me montrent du doigt et relaient l’argumentaire de l’extrême-droite. Il faut l’avoir entendu pour le croire. Pour être franc je ne les aurai jamais crus capable de ça. Je n’en goûte que davantage l’élégance de Ségolène Royal. Elle au moins, tout en soutenant son propre candidat, salue mon engagement personnel. Montebourg et Hamon en ont fait autant m’a-t-on dit. Mais aucun n’a poussé l’audace jusqu’à dire le dixième de ce qui a été dit en faveur du retrait de candidature face à monsieur Bayrou. Certes je ne demande rien aux socialistes, bien au contraire. Mais cela ne change rien au constat des audaces comparées dont sont capables les deux ailes du Parti socialiste.  

Le 17 mai c'est, comme chaque année la journée mondiale de lutte contre l'homophobie (IDAHO selon l'acronyme anglais)… Cela me fait devoir de revenir sur une erreur commise pendant l’émission de dimanche dernier sur France 5, « C/Politique ». Je suis impardonnable. Ou bien trop lent. Interpellé sur les droits des homosexuels à Cuba par Géraldine Mulhmann je n’ai pas répondu à la question qu’elle me posait. Pourtant elle semblait sous-entendre qu’il y aurait problème sur ce point. Mon ami Maxime Vivas, du journal « Le Grand Soir », qui suit tout ce que je dis et qui m’aide toujours fraternellement, m’a aussitôt fait parvenir une mise au point argumentée. : « Il se trouve, dit-il, que j’ai été à l’origine en 2010 de la tenue d’un colloque international à Cuba sur la question de l’homosexualité et de la transexualité. Le même colloque a eu lieu l’an dernier à Paris et a encore réuni des psychiatres de plusieurs pays, dont Mariela Castro, fille de Raoul. « Le Grand Soir » a patronné l’événement. J’y ai fait une intervention. Avec sa mère (aujourd’hui décédée), Mariela Castro a travaillé depuis de décennies pour faire reculer l’homophobie populaire et pour faire voter des lois contre l’homophobie. Les homosexuels sont protégés à Cuba comme dans peu de pays du monde et les transexuels peuvent s’y faire opérer (gratuitement). L’accusation d’homophobie à l’encontre du gouvernement cubain date d’erreurs commises par les guérilleros machos au début des années 60 (il y a un demi siècle tout de même !). A l’époque, ça n’était guère brillant ailleurs, pas même chez nous. Il a fallu attendre l’élection de François Mitterrand pour que notre code pénal soit (à peu près) dépoussiéré des lois homophobes, en 1982. Mais ça fait plus de 20 ans que les Cubains, au plus haut niveau de l’Etat (femme et épouse de Raoul Castro) font un travail idéologique unique en Amérique-latine sur cette question. Il faudra sans doute 20 ans pour que les médias qui ont ignoré le colloque international de Paris (malgré la présence de la fille du président cubain) découvrent que Cuba est un pays de liberté sexuelle que ne peuvent pas imaginer les qataris chers à Plantu. Je t’embrasse. Venceremos con la verdad ! Maxime ».

Ce n’est pas tout. Pour que votre information soit correcte, il vous reste à en apprendre davantage, comme moi-même je l’ai fait en lisant ce que les responsables de la commission du Parti de Gauche m’ont expliqué sitôt l’émission terminée. Il y a quelques mois, Castro (Fidel, je crois) a même fait son autocritique sur cette question. Il a dit que c'était la seule chose qu'il regrettait depuis la révolution cubaine. Comme il s’agit de la situation qui prévalait là -bas dans les années 1960-1970, il faut la mettre en rapport avec ce qui se faisait ailleurs dans le monde et d’abord chez nous en France. En France ? Oui, car en 1960 « l'amendement Mirguet » a été voté à la quasi-unanimité de la droite et des socialistes. Seuls les communistes s’étaient abstenus. Ce jour là, l’Assemblée Nationale a classé l'homosexualité parmi les « fléaux sociaux ». L’homosexualité n’a été dépénalisée qu’en 1982 par l’union de la gauche et François Mitterrand, on l’a vu. Mais le reste de l’Europe ne brillait pas non plus. Par exemple au Pays-Bas, on sait par un scandale récent qu’il y a eu des stérilisations forcées d'homosexuels dans les années 1960-1970. En Allemagne (RFA) : le « paragraphe 175 » du code pénal, introduit par Bismarck et utilise par Hitler pour organiser la déportation des homosexuels n'a été abrogé qu'en 1969 ! En fait l’homosexualité n’a été définitivement sortie du code pénal allemand qu’en 1994. Au Royaume-Uni la dépénalisation de l'homosexualité par une décision de justice (arrêt Dudgeon) date seulement de 1983. C’est pire pour les Etats-Unis puisque la dépénalisation fédérale de l'homosexualité s’est faite par une décision de la Cour suprême contre le Texas en… 2003 ! Donc, sans nier ce qui s'est passé à Cuba du fait des préjugés machistes aux débuts de la révolution, je crois que l’on doit rééquilibrer les jugements en plaçant dans le contexte de l'époque ce que faisaient aussi les pays capitalistes "libres" au même moment…


516 commentaires à “Le jour de la foudre”

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 9 10 11 »

  1. 251
    erlea2904 dit:

    Voici une courte biographie d'Emilienne Mopty. Merci Jean-Luc Mélenchon de faire connaître à la France entière cette femme du peuple courageuse parmi tant d'autres malheureusement inconnus.

  2. 252
    joan pere dit:

    Bonjour,
    C'est bien pour Jean-Luc Mélenchon le sondage le donnant gagnant à Henin, mais pour les autres candidats qu'en est-il ou quand en sera t-il ? Y a t-il une dynamique dans la campagne car dans l'Aube où j'habite c'est triste car le seul candidat representant le Parti de Gauche s'est enlevé par sécurité car elle faisait partie des circonscriptions tres difficiles où le FN et la Droite peuvent être seul au second tour et donc c'est facholand ici à Troyes et c'est un cauchemar pour moi !. J'aurais voulu sinon pouvoir regarder le meeting de Mericourt en entier si c'etait possible et si quelqu'un avait le lien à poser ici ?. Merci d'avance.
    Moi ce que j'aime dans ce blog c'est de venir et d'y trouver toute sortes de liens interessants sur des sujets divers et trés variés posté par des participants et cela je le trouve tres enrichissant et super !. Sinon à quand l'Humanité dans tous les kiosques de France comme dans le temps ? A quand aussi un media Papier pour le Parti de Gauche "style journal" je dis bien, distribué en librairies ou complementaire de l'Humanité ?. Amicalement.
    Une dernière chose, j'étais venu parler du Catalan et de la Charte des Langues Minoritaires et certains m'avaient traité "d'identitaire" ici même mais je vois que la position du Parti de Gauche a semble t-il un peu évolué et peut-être pourra t-on un jour abordé ce sujet-là sur ce blog sans ce faire traiter de militant d'extrême-droite ?

  3. 253
    Humaniste dit:

    Bonjour,
    Mon post a disparu alors qu'il était référencé 4. 204 Humaniste 19 mai 2012 à 23h05 !
    Je ne sais pas pourquoi, je ne pense pas du tout avoir été été incorrect, insultant, irrespectueux, ou avoir eu des propos à l'encontre du FdG bien au contraire je ne fais que louer le FdG et JL Mélenchon et les partis qui le composent.
    Je prend un post N° 227 Véronique P. 20 mai 2012 à 9h48 [Edit webmestre : Merci de vous abstenir de réaliser une revue de presse...] ou vous signifiez à l'auteur qu'elle ne respecte pas la charte. pour ma part j'aimerais savoir la raison de sa non mise en ligne du mien. même si je sais que vous êtes surchargé et ne puissiez répondre à tous.
    Bien cordialement H.H

  4. 254
    Jean-Luc DURIEZ dit:

    Commémoration du 27 mai 1941 : Y avez-vous pensé ?
    Jean-Luc, bonjour
    Avez-vous envisagé de commémorer le début de la Grande Grève des Mineurs de 1941 le 27 mai ? Ce serait l'occasion de marquer un grand coup médiatique et de rappeler aux habitants de la 11° circonscription où étaient les lignes à cette époque.
    Solidairement,
    Jean-Luc DURIEZ
    MARSEILLE

  5. 255
    jean ai marre dit:

    @ Mélenchon :
    " Les socialistes du rang, les électeurs, ne sont pas du tout convaincus de se laisser impliquer de force dans cette guerre de chefs ".

    Les électeurs Hollandais ne comprennent pas tout à la cuisine électorale Ils nous disent, ça y est, ça recommence ! Le non accord entre Front de Gauche et PS fait naître des réflexions.
    Le PS voulait enfermer le Front de Gauche dans la majorité présidentielledans le but évident de réduire son expression critique. Je pense qu'au nom de l'autonomie, l'attitude du Front de Gauche est cohérente.
    Néanmoins, je déplore l'absence d'accord ferme entre les formations composants le Front de Gauche, ce qui aurait évité au PC de demander que les candidats à la députation se présentent sous la dénomination : PS / PCF-Front de Gauche, alors que les socialistes proposaient : PS - Front de Gauche.
    Le PdG est le poil à gratter du PS, je comprends parfaitement l'irritation de ce dernier, mais à qui la faute si leur politique est celle de la social-démocratie ?
    Ceci étant qu'est ce qu'on fait ? On pleure ou on relève le défi signifié par Jean-Luc de passer devant eux ?
    Je ne suis pas un militant politique très averti, mais ma logique et que prendre 4 millions de voix ne dérange personne, seul le Parti de Gauche dérange, et bien dans ce cas, je vais voter Front de Gauche au premier et second tour. Garder notre autonomie veut dire aussi être dans la cohérence.

  6. 256
    Véronique P. dit:

    Je signalais des articles de la presse de centre gauche ce matin, chose que l'on m'a reprochée.
    Pourtant, je relève, dans le billet même de Jean-Luc Mélenchon :
    "...Au PS : « tout sauf Mélenchon ». Au lieu de se réjouir de voir arriver des renforts dans la bataille, des dirigeants socialistes me montrent du doigt et relaient l’argumentaire de l’extrême droite. Il faut l’avoir entendu pour le croire. Pour être franc je ne les aurai jamais crus capable de ça..."
    Et bien, c'est désolant, mais les liens que j'incluais illustrent tout à fait cela.

  7. 257
    alni dit:

    @ Henri 12:27
    il y a un onglet en haut à droite de cette page avec les liens pour les sites et blogs amis

  8. 258
    Lilly54 dit:

    A jnsp (239). Bêtise ? Mauvaise foi ? Et bé ! Je pensais outils à exploiter. Mais merci pour les compliments. No coment !

  9. 259
    jo5k dit:

    Merci erlea2904 (253) pour lien Emilienne Mopty,
    nous avons été si sensibles au choix de ce personnage par Jean-Luc Mélenchon pour 1) la faire connaître, 2) en faire une figure emblématique, 3) donner corps et consistance au discours féministe.
    Cette démarche est très importante, comme les références culturelles et historiques auxquelles se réfère le FdG : cela renforce la lisibilité de l'adressage à notre intelligence et du regard vers le haut, par des symboles clairs qui éveillent l'intelligence collective.

  10. 260
    Lilly54 dit:

    Je vous joins ce diaporama car le Pays-Haut lorrain a la même histoire minière que le Nord de la France. Pour que l'on n'oublie pas combien nos pères ont trimé !

  11. 261
    Mur dit:

    La statistique n'a pas de mémoire ! En effet si je lance une pièce de monnaie et que j'obtienne pile je n'ai pas davantage de chance d'avoir face au 2eme coup. C'est sur une longue série que cela s'équilibre.
    Et oui la statistique n'a pas de mémoire ! Donc on peut prendre la foudre 2 fois de suite ou jamais...

  12. 262
    Pierre de Marseille dit:

    Bonjour,
    Il nous reste un moyen pour permettre des candidatures uniques dans les circonscriptions à risques. Que le PS et le Front de Gauche retirent des candidats suite à une négociation. Il reste jusqu'au 10Juin. Maintenant la question reste de savoir si cela est souhaitable, et si la meilleure lecture de l'état des forces en présence n'est pas le vote des Français. S'il viennent en masse voter, il montreront qu'il ont compris les dangers de l'élimination des candidats de gauche au 1er tour. Le risque le plus évident étant de ne pas recueillir de majorité de Gauche.
    Vive la 6ème République! Vive La Sociale!

  13. 263
    Véronique P. dit:

    @ Pierre de Marseille
    Je suis tout à fait d'accord avec toi.
    Le problème avec tout ces "bugs" de négociation, c'est ce que je vois sur le forum (et que je comprends d'ailleurs fort bien sans le partager) : des électeurs du FdG qui disent ne pas vouloir voter pour un socialiste au 2° tour, dans le cas où ils n'auraient pas d'autre choix à gauche.
    Il faudrait que chacun mesure ce que cela veux dire : une majorité de droite, une cohabitation et un PS qui rejettera la "faute" sur sa gauche et restera, pour beaucoup, un "recours" contre la politique de droite. Ce serait un grand danger pour la France et pour le FdG.
    Il me semble que ce serait beaucoup plus profitable pour le pays de laisser au PS toute latitude, sans que nous ne participions activement à un gouvernement avec lequel nous ne sommes pas d'accord sur les options actuelles.
    Ainsi, le PS devra :
    soit continuer sur la voie qui semble la sienne actuellement et les gens verront bien qu'il n'y aura pas de différence pour eux dans leur vie (au contraire, les appétits des marchés ne feront qu'augmenter). Le PS ne pourra plus se targuer de "changer la vie", soit venir sur nos positions, avec l'aide de la pression que nous exercerons tant dans les institutions, les entreprises et dans la rue (hypothèse à laquelle j'ai peur de ne pas du tout croire, mais les choses bougeant très vite actuellement en Europe, on ne peut pas la gommer) et c'est quand même ce que nous voulons, non ?

  14. 264
    gamard dominique dit:

    Jean Luc

    Dans un de tes meeting ou autres interventions, dis un mot pour soutenir la candidature de Mickael Wamen, représentant CGT du site Goodyear Amiens-Nord, candidat apparenté communiste dans la 1ère circonscription de la Somme aux élections législatives. Fiodor Rilov, l'avocat de la CGT, devait initialement se présenter dans cette circonscription, vacante depuis la démission de Maxime Gremetz, et M. Wamen être son suppléant.

    "Tout a été fait pour que Fiodor ne puisse pas se présenter. Il attendait depuis plusieurs années d'être naturalisé français. Quand il s'est lancé dans la bataille, il avait eu la promesse du gouvernement sortant qu'il serait naturalisé, ça n'a pas été fait. On a pris la décision de changer la candidature et de ne pas jeter l'éponge", a déclaré Mickael Wamen à l'AFP. "Cette candidature a pour but de poursuivre le combat mené pendant de nombreuses années par Maxime Gremetz qui a démissionné en mai 2011 ", a poursuivi le représentant CGT, qui combat vigoureusement le projet de Goodyear de mettre un terme à la production de pneus de tourisme à Amiens-Nord, en supprimant 817 postes (sur les 1.300 que compte le site).
    M. Wamen a souligné la similitude de sa candidature et celle de M. Gremetz, ancien ouvrier chez Valeo, et dont il a le soutien, alors que "pas beaucoup d'ouvriers" sont candidats aux élections législatives.
    Ce serait bien pour la Picardie, bien pour les ouvriers et les syndicalistes d'avoir cet élu !
    chtis et...

  15. 265
    cat dit:

    Le premier sondage dans la 11ème du Pas de Calais met du baume au coeur...mais bien sûr, ce n'est qu'un sondage et le résultat du second tour dépend de l'attitude du candidat socialiste. Faut-il craindre un " coup de pied de l'âne " ?
    Ce qui est déjà certain, c'est que les 45% de Marion Anne Perrine Le Pen au second tour ne peuvent s'expliquer que par un report massif, en sa faveur, des voix du candidat Modem(soutenu par UMP)
    M. Copé sera toujours en mesure de nous expliquer qu'il s'agit d'arrangements locaux et que la direction UMP n'était pas informée.:-((

    @+

  16. 266
    Pierre de Marseille dit:

    @Véronique P. 20 mai 2012 à 14h03,

    Mon questionnement est essentiellement lié à la sortie du capitalisme et a la mise en place de la 6ème République avec le programme "l'Humain d'abord". Je souhaite, pour ma part, une arrivée du FdG au pouvoir via le suffrage des Francais.
    L'arrivée du FdG via un scénario à la Grecque ne me satisfait pas amplement, ni d'ailleurs pas plus par une révolution violente. D'ou mon questionnement sur le délai de l'arrivée au pouvoir, et sur l'éventuelle participation à la majorité absolue après le 17 juin cet année. Sans participer au gouvernement, nous pourrions alors peser vraiment dans les choix gouvernementaux pour obtenir le coup de gouvernail à gauche. il resterait d'obtenir plus tard un basculement vers nous plus évident, lors des futures échéances et la prise de direction des affaires. Mais n'est-il pas plus profitable d'attendre dès maintenant les futures échéances? Cela reste des questions pour moi à ce jour et je n'arrive pas encore à bien distinguer les enjeux pour chacun de ces choix.
    Bien sur dans le meilleur des scénarios nous serions aux affaires dès le 17 juin et le militant que je suis va oeuvrer dans cet objectif
    Vive la 6ème République! Vive La Sociale! Fraternellemnt

  17. 267
    R.G.(87) dit:

    La Politique est un délice Humain qui se déguste rétrospectivement. Juste à rectifier : la Bricq, sénatrice, ne peut etre sanctionnée aux législatives. Par contre,courroux total envers Lurel et Valls, lisbonniens de choc !
    Camarades du FdG,je vous-nous-adjure de ne pas les louper.

  18. 268
    pépéL dit:

    J'ai l'impression de l'état major du PS considère que ces élections législatives sont gagnées d'avance dans la mesure où elles ne seraient qu'une confirmation du résultat des présidentielles. La seul spectre de la paralysie institutionnelle a en effet de quoi justifier un vote qui aille dans le sens du nouvel exécutif. Cependant, il faut tout de même reconnaître que la victoire de François Hollande a été courte et qu'elle s'explique autant par le rejet de la personne de Sarkozy que par celui de sa politique. La victoire de François Hollande ne traduit pas une adhésion à son projet. Il ne suffit donc pas de reprendre la carte du vote du deuxième tour pour en déduire la composition de la future assemblée.
    Je regrette donc vivement que le PS ait refusé l'accord proposé par le Front de Gauche pour sécuriser les circonscriptions à risque. Martine Aubry préfère apparemment une majorité de gauche plus courte mais monocolore à une majorité plus large mais plurielle. On ne peut tout de même pas dire que,dans cette élection, le Front de Gauche, partant d'à peine 20 députés, soit très menaçant pour le PS. Si cela se concluait par une victoire de la droite avec une étrange cohabitation à la clef, il faudrait cerner rapidement les responsabilités de cet échec au PS.
    Le Front de gauche et Jean Luc Mélenchon ont apparemment fait bien des frayeurs aux responsables du PS mais ce n'est pas une raison pour essayer de l'écraser en remettant en jeu une victoire acquise de si...

  19. 269
    jnsp dit:

    @ Lilly54
    Vous avez répondu sur la forme qui, je le reconnais, était volontairement désagréable mais pas sur le fond. Si je le dis plus gentiment: essayez de regarder la "télé de gauche" avec quelqu'un qui ne serait pas convaincu d'avance vous serez peut-être surprise.
    S'il faut créer des média pour défendre d'autres alternatives que le consensus commun à la droite et au PS-EELV c'est pour arriver à déconstruire la justification argumentée du système actuel, ce n'est pas avec des petites rediffusions de quelques émission de propagande que ce sera possible, ni en se basant sur des média marqués et contrôlés par des appareils pas toujours très ouverts, j'en veux pour minuscule preuve la fameuse loi de 73 reprise dans le traité de Lisbonne qui n'avait été ni remarquée ni contestée par aucun des appareils de gauche mais qui par contre avait été attaqués par d'autres personnes souvent vouées aux gémonies pour droitisme ou extreme droitisme.
    La vérité est parfois exprimée par des "ennemis" et c'est pour ne pas la prendre en compte que l'on perd. Le but n'est pas de créer des média étiquetés FdG mais des média où la diversité des idées puisse s'exprimer ce qui n'est absolument pas le cas ni dans la télé de gauche ni dans l'humanité. Il n'y a aucun problème financier pour créer ces media. Le problème est le contenu, mais si l'on est incapable de créer un contenu comment prétendre à vouloir diriger un pays ?

  20. 270
    jean ai marre dit:

    @ 266 Véronique P
    .l faudrait que chacun mesure ce que cela veux dire : une majorité de droite, une cohabitation et un PS qui rejettera la "faute" sur sa gauche

    Vous en avez pas marre de voter utile ? Pourrions une seule fois voter pour des convictions ? Maintenznt que Sarko est dégagé, faut il encore se soumettre ? Au premier tour chacun vote pour sa paroisse, reste au PS ou au Front de Gauche à arriver en tête.

  21. 271
    Lilly54 dit:

    A jnsp. Excusez-moi mais vous êtes confus et je ne comprends rien. Je répète que je parlais d'outils, donc à exploiter. Quant au fond, je me suis déjà exprimée longuement sur le fonctionnement des médias et sur ce que nous souhaitons y trouver : démocratie, pluralité, diversité, contenu, etc... J'en termine là car nous ne sommes pas sur le même propos.

  22. 272
    Alain Tétart (60)(73 ANS) dit:

    Que vous êtes bien naïfs mes amis, et si je n'avais mon mon âge et mon expérience je serais encore comme vous ! donc à vous voir vous accrocher pour savoir pour qui voter aux législatives(PC,PG, Etc), je me permets un petit rappel !
    Au plan mondial où beaucoup de pays sont en train de mourir, nous n'avons toujours qu'un seul ennemi et celui-ci est bien le monde de la finance donc des banques ! depuis cette constatation appuyée par les preuves par Jean-Luc Mélenchon il y a eu chez nous une élection présidentielle, et il nous a fallu éliminer celui qui nous représentait et qui défendait les banques, nous avons réussi à le virer même si celui qui a été élu ne correspond pas à notre choix premier, c'est fait ! attendons maintenant avec patience la prochaine occasion pour élire notre représentant qui a déjà sous le coude plus de 4 millions d'électeurs, et à n'en pas douter, un jour ou l'autre il sera à la tête de notre pays ! mais les banques sont toujours là à nous égorger ! (taux d'usure des découverts environ 20%)et il va y avoir bientôt les législatives pour élire les députés qui font les lois ! donc je vous en supplie les amis une seule consigne même si ce n'est pas une bonne habitude ici, votons pour celui qui à le soutien du FdG et de Jean-Luc Mélenchon, et personnellement je voterai même pour un âne si celui-ci a le label FdG, oui je sais pas brillant mais pour moi il faut mettre en place un outil capable de mettre à genoux les banques, et c'est aujourd'hui le seul but à atteindre !

  23. 273
    Michel Berdagué dit:

    "Ils se sont réunis à 8 pour trouver ça : il faut encourager la croissance, tout en prenant des mesures contre les déficits ".
    Voyons Camarades FdG nos réponses : 1- le yaca en exclusion, leur croissance itou, nous avons le projet révolutionnaire de la Planification écologique et articulé avec le 2- bras d'honneur à la dette puisque intérêts relevant de la plainte de l'Humanité en Justice est particulièrement crapuleuse et criminelle : preuve en vraie grandeur le Peuple Grec qui subit tous ces criminels privés ennemis publics des Peuples, donc les déficits rien à l'horizon y a pas puisque les banques privées vont payer un max avec la B.C.E. complètement redirigée pour le 1 : la planification écologique sur notre continent avec projets universels, donc de prêter aux états en direct sans intermédiaire privé (proche des 1%). alors leurs déficits ils n'ont qu'à se les mettre....dans la case perte sans profit.Audit clair précis.
    Eh bien les dits 8 plus "grands maîtres" n'ont pas réussi à trouver ces solutions,pourtant elles sont inscrites en toutes lettres dans notre petit livre Rouge " L'Humain d'abord" à 2 euro,pas cher et disponible gratuit sur nos sites de haut niveau, à remarquer que cela fait depuis Septembre 2011 que ces solutions sont publiques.
    C'est dire qu'ils ont l'habitude de regarder les Peuples comme des nuls, la pyramide doit être inversée comme celle du Louvre,un vrai écrin de Lumière.
    Vive les Fronts de Gauche.

  24. 274
    RV dit:

    à 244 - Michel. S. à 11h59
    "Merci ERDE34 de conseiller d'aller voir le blog de Paul Jorion"

    Je vous conseille de lire ses livres qui sont très bien écrit, très accessibles, et d'aller voir ses vidéos, pas seulement celles du vendredi, sur son blog, mais celles de ses conférences.

  25. 275
    Carol DEBY dit:

    A jacquelin (n°241,17h48) et à tout le monde
    Avion « foudroyé » ; beaucoup de bruit pour rien ? Quelques précisions.
    Ayant été passager, il y a une vingtaine d’années dans un avion qui s’apprêtait à atterrir à Orly au cours d’un violent orage, et qui fut frappé par la foudre, je me suis étonné du tapage journalistique fait aujourd’hui autour de l’incident dont fut le théâtre le vol présidentiel.
    Il existe un site consacré à l’aéronautique, dans lequel on peut lire que la probabilité qu’un avion puisse être « frappé » par la foudre est relativement grande :
    « La foudre touche un avion en moyenne une à deux fois par an ou une fois tous les 1000 heures de vol. Les appareils de transport régional, eux, sont touchés par la foudre environ une fois par an car ils volent à une altitude inférieure à celle des long-courriers, là où le risque d'orages est plus élevé. »
    L’article date de 2009.

  26. 276
    educpop dit:

    Depuis longtemps on sait bien que l'élection présidentielle et les législatives de 2012 allaient constituer un test, pour voir le rapport de force entre le libéralisme et son opposition. Il y a eu d'autres tests avant et il y en aura peut-être encore un peu après, mais la guerre aura lieu. Je ne parle pas d'une simple guerre économique renforcée mais d'une conflagration provoquée par des évènements diplomatiques, ceux ci seront orchestrés par les stratèges du pouvoir réactionnaire.Soit que leur pouvoir soit contesté, soit que leurs bénéfices ne soient plus assez interessants. La droite va invoquer le repli nationaliste et la gauche le recours internationaliste, dans la cacophonie. Des militants deviendront des résistants et la majorité des citoyens seront mobilisés par les détenteurs légaux du patriotisme officiel. Instinctivement beaucoup de gens mal informés croient que la guerre permet de remettre les pendules à l'heure quels que soient les sacrifices à consentir . De ce point de vue, compter sur le PS pour éviter la guerre serait une erreur grave, il faudrait donc se préparer dès maintenant à ne soutenir que des candidats qui veulent vraiment changer la règle du jeu, quelles que soient les élections et les circonstances.C'est plus vital qu'on ne le pense encore, la tempête approche, et la foudre ne menacera pas qu'un avion par ci par là, sur ce blog certains ont évoqué Zeus, qui avait voulu détruire l'humanité qui lui résistait.

  27. 277
    zab dit:

    @joan pere, à 12 h 43

    Il ne faut pas désespérer comme ça du Parti de Gauche dans l’Aube, Joan, ni même du Front de Gauche ! La semaine dernière était celle des négociations nationales, entre Front de Gauche et PS ; ça n’a pas abouti, mais le PG n’a pas l’intention d’abandonner le terrain à une droite et à une extrême droite toutes puissantes, pas plus qu’il n’a l’intention de laisser mourir la belle mobilisation citoyenne du Front de Gauche. Dès demain, on reprend la lutte au niveau local et on lâche rien !
    [...]

  28. 278
    Véronique P. dit:

    @ jean ai marre (266)
    Bien sur, je préférerais avoir à voter pour un candidat FdG au deuxième tour (comme au premier).
    Mais il faut être réaliste, il y a quand même fort peut de chance que nous soyons majoritaire à l'Assemblée cette année. Il est fort possible que le choix au deuxième tour des législative soit le même qu'au second tour des présidentielles. Dans ce cas, renvoyer les candidats dos à dos en votant blanc (ou rien du tout) me semble tout à fait irresponsable.
    Nous avons notre mouvement à construire et surtout à mener à la victoire. Ce ne sera pas tout de suite, j'en ai bien peur, mais ce n'est pas en remettant la droite aux affaires que nous feront avancer les choses nous concernant (et concernant la Nation, si l'on veut bien penser que nos sorts sont liés).
    Au contraire, le PS avec tous les pouvoirs entre les mains devra montrer ce qu'il sait faire. Il ne pourra plus rejeter sur d'autres les problèmes de la France et de son peuple. Nous ne collaborerons pas avec ce gouvernement. Nous garderons notre autonomie totale pour que, quand le peuple va rejeter la politique libérale de Hollande, on ramasse la mise en continuant toutes nos actions militantes et citoyennes, comme on l'a fait pour la campagne présidentielle.
    Le FdG est passé de 4% aux cantonales de 2011 à 11,1 % pour ces présidentielle (merci Jean-Luc Mélenchon !). A ce rythme, nous seront bientôt LE parti de la Gauche.
    On lâche rien.

  29. 279
    Courrierlecteur dit:

    Bonjour,
    Attention, suite gamard dominique à 14h16 "Jean Luc Dans un de tes meeting ou autres interventions, dis un mot pour soutenir la candidature de...."représentant CGT du site Goodyear Amiens-Nord, candidat apparenté communiste dans la 1ère circonscription de la Somme aux élections législatives."
    C'est le candidat pour le PS...!
    Le candidat Front de Gauche est Jean-Claude Renaux.

  30. 280
    cobalt(19) dit:

    @ Michel Berdagué
    L'exemple de la Pyramide est un tres bon exemple de lumière qui doit rejaillir sur les consciences de nous tous. On attend toujours que la solution vienne d'en haut, de l'inaccessible. Faisons qu'elle vienne du peuple, faisons de l'humain d'abord notre lumière. On part de la base, on collecte les idées et on fait le neuf qui est nécessaire pour remettre l'homme au centre.

  31. 281
    jean ai marre dit:

    @ 282 Véronique P
    Dans ce cas, renvoyer les candidats dos à dos en votant blanc (ou rien du tout) me semble tout à fait irresponsable.

    Il s'agit de savoir qui est irresponsable : si c'est l'électeur ou la manière de faire. Dans le cas des présidentielles, j'ai suivi le mouvement : il s'agissait de virer l'autre. Pour les législatives, la donne est différente. Le PS ne veut pas d'accord, dans ce cas chacun se débrouille. Il faut pour qu'un candidat puisse rester en course faire 12 %. Il appartient au candidat FdG d'atteindre ce score. Si nous ne l'atteignons pas, on regarde en spectateur le match PS contre...? et on en tire les conséquences. Si nous allons porter nos voix sur le candidat PS, on cautionne leur sectarisme. Notre objectif est d'avoir assez de députés Front de Gauche pour former un groupe à l'Assemblée. Pas de donner une large majorité au PS. Ils nous ignorent, dans leur vocabulaire il y a : les communistes et Mélenchon.
    Et bien, non, il y a un Front de Gauche, point barre.

  32. 282
    Pierre de Marseille dit:

    @jean ai marre à 17h27
    Bonsoir,
    il faudra une forte participation et un vote en masse pour nos candidats car il s'agit de 12.5% des électeurs inscrits (et non pas des votes exprimé). Dons la campagne doit être forte et convainquante, quand à la nécessité d'aller voter. Ce point devra être souligné régulièrement et largement, voir par un tract spécifique
    Vive la 6ème République! Viva La Sociale et Vive le Front de Gauche qui nous ouvre la voie!

  33. 283
    Lecabestan dit:

    Jean Luc Mélenchon à 18h10 sur Radio France

  34. 284
    ActuAlex dit:

    Je suis partagé entre @jean ai marre et @Véronique P. Mon coeur me guiderait vers l'avis de jean ai marre (marre de "donner" son vote au PS qui nous ignore superbement), et la raison me ferait dire comme Véronique.
    Pour le 1er tour : s'il y a un candidat FdG dans ma circonscription, je vote pour lui. S'il n'y en a pas, je voterais PS, pour contribuer à une présence de la gauche au 2ème tour (et donc favoriser la victoire de la gauche majoritaire), et en espérant que le maximum de candidats FdG soit élu dans les autres circonscriptions.
    Pour le 2ème tour : FdG si candidat présent. Si absent, je me réserve le droit de m'abstenir SI il n'y a pas assez d'élus FdG pour assurer une présence significative à l'assemblée. En effet, dans le cas d'un nombre très faible d'élus FdG, je ne vois pas pourquoi je donnerais ma voix au PS, qui ne fait strictement rien pour nous. Certain(e)s vont me dire que c'est sans doute "puéril" comme comportement (sorte de vengeance envers le PS), mais tout en craignant une cohabitation, il faut bien que le PS comprenne ce que l'on attend d'une vraie politique de gauche. Soutenir Moscovici, Sapin (l'homme qui se moque du FdG et de Jean-Luc Mélenchon en ricanant) et autre Valls ne m'enchante vraiment pas.

  35. 285
    jean ai marre dit:

    @ 287 Pierre de Marseille
    Ce point devra être souligné régulièrement et largement, voir par un tract spécifique

    Tout à fait, il faudra que les électeurs connaissent les enjeux. Le vote utile est bien le Front de Gauche.

    @ 282 Véronique P.
    Nous garderons notre autonomie totale pour que, quand le peuple va rejeter la politique libérale de Hollande,

    Je cherche la cohérence entre : rejeter la politique libérale et voter pour un PS qui va faire cette politique. Je ne peux pas cautionner et ensuite rejeter.

  36. 286
    Paul dit:

    Emission radio france :
    Pourquoi ils posent pas des questions sur le programme du front de gauche, plutôt que sur des vétilles.... ça devient franchement désagréable

  37. 287
    Véronique P. dit:

    @ jean ai marre (292)
    Ne pas voter au 2° tour (dans le cas où un candidat FdG ne serait pas présent en second tour) pour le candidat PS c'est implicitement voter pour la droite et risquer de donner la majorité à l'UMP. Donc, c'est aussi voter pour une politique libérale. L'intérêt de voter pour le PS c'est de le mettre aux affaires et montrer clairement de quoi il est capable, car bien des gens "de gauche" se méprennent encore sur la vraie nature du PS.

  38. 288
    Menjine dit:

    @Véronique P
    Voter pour le PS c'est aussi voter pour une politique libérale, c'est bien là que gît le lièvre !
    Quant au PS aux affaires les plus vieux d'entre nous ont déjà vu et ont déjà compris...
    Evitons aux jeunes de refaire l'expérience.
    [...]

  39. 289
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Excellent Jean-Luc sur France Inter et pour une fois, on ne lui a quasiment pas coupé la parole. Quel bonheur de voir (et d'entendre en l'occurrence) un homme politique développer ses arguments ! Il a parlé de la Grèce. J'espère que le meeting de demain sera un franc succès. La solidarité entre les peuples d'Europe est encore trop peu développée, alors que les ultra libéraux et les banksters sont, eux parfaitement organisés au plan international. L'initiative de demain est donc très importante et sera ja l'espère le point de départ de solidarité qui devront absolument monter en puissance.

  40. 290
    zenzab dit:

    N'y a t-il point en France de journaliste sérieux et compétent ? La bêtise crasse, la mauvaise foi voire l'hostilité franchement déclarée de certains ne manqueront jamais de m'étonner. Mais peut-être ceux-là sont-ils embauchés à dessein. C'est en tout cas ce à quoi je ne peux m'empêcher de penser apres l'émission de ce soir à Radio France.
    Vive La VIème ! Vive La Sociale !

  41. 291
    Marie dit:

    Le pompon à Benjamin Illy qui s'est montré encore plus nul que tous les autres.
    Comment peut-on comparer des jeunes du Front de Gauche avec ceux du FN ? Faudrait qu'il lise les programmes !

  42. 292
    hiesel91 dit:

    Content qu'un hommage soit rendu à Emilienne Mopty. Il devrait y avoir des écoles ou des rues qui portent son nom. Merci M. Mélenchon de faire resurgir de notre histoire ouvrière ces humbles héros.

  43. 293
    Pierre de Marseille dit:

    Bonsoir,
    J'ai déjà dit cela lors de présidentielles, occupons nous de nos candidats pour être bien placé au 1er tour, on verra bien comment faire pour le second après. N'oublions pas pour autant de réfléchir, pour les circonscriptions à risque FN à la conclusion d'un accord pour des candidats unique de gauche, il suffit que certains se retirent avant le 10 juin.
    Vive la 6ème République! Vive la Sociale! Vive le Front de Gauche!

  44. 294
    Véronique P. dit:

    @ hieseil
    Il y a une rue Emilienne Mopty à Rouvroy tout près de Hénin-Beaumont dans le Pas de Calais, à Auby, dans le Nord et aussi à Solesmes également dans le Nord... peut être ailleurs...
    Mais c'est effectivement superbe de mettre cette femme extrêmement courageuse et au destin poignant en avant.
    Quel exemple !

  45. 295
    Sansebar dit:

    Assimiler Robespierre et Brasillach, comme le fait Copé, c'est scandaleux, énorme, mais surtout révélateur de ce que pensent au fond d'eux-mêmes ces gens de droite. Ils n'ont toujours pas digéré la révolution française de 1789. Et cela explique que coulent de source le "plutôt Hitler que le Front Populaire", ou les propos indulgents et complaisants envers MLP. Ils ne sont vraiment pas sur notre planète.
    Dommage qu'au sein de la gauche libérale et de ses médias certains ne soient pas loin de ça (cf Plantu, le Nobs...)

  46. 296
    jprissoan (69) dit:

    Véronique P. : Rouvroy est une municipalité communiste de longue date et se trouve dans la 11° circonscription du PDC, celle de Jean-Luc Mélenchon. C'est là que le candidat du Front de Gauche fit son meilleur résultat avec 24,7% des exprimés contre 20,9 à FH, loin devant NS avec 12,7. mais derrière LPen (34,2).

  47. 297
    Jean Jolly dit:

    @ Véronique P.
    Le retour de la droite serait une catastrophe pour nous : non seulement nous serions désignés comme les coupables de ce retour, mais encore le PS continuera à laisser croire que "le changement c'est lui".

    Nous pouvons discuter, bien sûr, des différentes stratégies possibles à entreprendre au second tour et imaginer les résultats, de la politique appliquée, qui en découleraient. Ton point de vue est intéressant et il entre dans les possibilités, le mien est différent et il entre aussi dans les possibilités.
    J'estime avoir accompli ma "B-A" le 6 mai, faut pas trop m'en demander non plus. La députée PS de ma circo s'est dynamiquement désistée lors du vote pour le "MES", j'en ferai donc de même si c'est elle qui est retenue. Et puis, si cohabitation il y a, il suffira de renvoyer cette histoire là dans les gencives du PS... faut pas prendre les enfants du canard pour des bons dieux sauvages tout de même.

  48. 298
    phil dit:

    Un sondage donne Jean-Luc Mélenchon gagnant même en cas de triangulaire. Jean-Luc Mélenchon a donc bien raison de s'y présenter !
    Vivement le 17 juin !

  49. 299
    martin dit:

    Merci pour cette excellent article, comme d'habitude. Tous ensemble, et nous sommes de plus en plus, pour les lgislatives. Aller la gauche! le coeur, la raison et l'espoir son en-elle!

  50. 300
    fidel dit:

    Z'avez écouté Mélenchon sur France Inter ce soir dimache à 18H ? Attention danger : La tactique journalistique consiste à cadrer l'interlocuteur (Mélenchon) dans un coin pour le présenter comme l'anti Le Pen. Du coup, c'est tout le FdG qui devient le parti qui s'oppose à Le Pen. C'est un peu court pour ralier derrière soi des sympatisants et avoir pour perspective de devenir le premier parti de gauche, voire le rassemblement de tous les français en 2017. Attention donc à l'image réductrice que les journalistes voudraient associer au FdG.

Pages : « 1 2 3 4 5 [6] 7 8 9 10 11 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive