28avr 12

Un 1er mai pour recentrer le débat

Le vote utile a favorisé l’extrême-droite

Ce billet a été lu 139 638 fois.

Je me remets à mon clavier. Les lignes que je jette à présent s’ajoutent à celles que j’ai déjà rédigées pour le précédent billet. J’y analysais déjà le résultat du premier tour de l’élection présidentielle pour comprendre l’étrange deuxième tour, si brun, que nous sommes en train de vivre. Je renvoie donc les nouveaux venus que ces nouvelles lignes intéresseraient assez pour cela sur le précédent texte. Après un bref rappel de mon appréciation sur notre score, je traite des effets dévastateurs du prétendu vote utile qui a donné la main à l’extrême-droite. Et je parle du 1er mai.

Je résume les traits essentiels de mon regard sur notre résultat. Avec 11,1% ce sont 4 millions de voix qui ont été rassemblées. C’est davantage que trois millions de voix supplémentaires par rapport aux européennes de 2009 où nous avons été candidats pour la première fois sur tout le territoire et dans une élection à contenu politique général. Cette percée représente les deux tiers de la progression du total des voix de gauche par rapport à 2007 qui passe ainsi de 36 à 44% des suffrages ! De la sorte naît aussi un nouveau paysage à gauche. Car pour la première fois depuis trente ans, les deux candidats de gauche ont un score à deux chiffres. Et l’autre gauche, la nôtre, représente 30% de la gauche là où elle n’en représentait que 15% en 2007. Le Front de Gauche est à la fois une force de haut niveau, et une réalité correctement répartie sur l’ensemble du territoire. Je précise ce point pour montrer qu’il s’agit bien d’une force nouvelle et d’une réalité nouvelle. Au contraire des allégations selon lesquelles le Front de Gauche serait une simple amplification du vote dans les bastions communistes. Si ce phénomène joue sans aucun doute, il est non moins vrai que sa diffusion à tout le territoire, montre une homogénéisation qui signale un fait nouveau. Tous les départements recueillent plus de 7% des voix ! 70 départements dépassent les 10%. Et, fait remarquable, 20 départements sont au-dessus de 13%. L’analyse des localisations géographiques des votes, qui fait fureur en ce moment pour décrire les scores du Front National, ne semble pas devoir être appliquée au Front de Gauche. Pourtant la percée dans les villes est un fait notable des résultats. Je vous propose pour en juger, la liste des dix-sept villes de notre pays qui comptent plus de 150 000 habitants. Les cinq premières sont spectaculaires. Toulouse 15,9%, Montpellier 15,7%, Lille 15,4%, Grenoble 15,4%, Le Havre 16,5%. Mais les suivantes sont tout aussi remarquables pour nous, compte tenu des décalages entre bureaux de vote populaire et bourgeois. Ainsi quand nous faisons à Marseille un 13,4% des voix, cela inclus que nous dépassons les 20% dans plusieurs bureaux névralgiques. De même à Rennes 13,4%, Saint-Etienne 13,3%, Nantes 12,4%, Bordeaux 12,1%, Lyon 11,8%, Paris 11,09%. Dans les villes plus habituées aux votes traditionnels et même très droitiers parmi ces dix-sept, les scores sont forts, là aussi. Ainsi à Reims 10,7%, Dijon 10,4%. La performance est soulignée quand on voit un 9,5% à Toulon, et un 9,2% à Nice. Mais, surtout, avec 11,4% à Strasbourg, le Front de Gauche gagne son bâton de maréchal du combat politique. Ce résultat est en effet acquis par un vote d’adhésion d’autant plus clair et net qu’il avait un contenu anti-raciste et anti-concordataire sans ambiguïté. Et cela alors même que l’argumentation adverse avait été d’une terrible force. Et qu’avait été savamment entretenue par la droite comme par les socialistes la confusion entre notre rejet du concordat et celui du droit local. Une remarque enfin sur un fait qui est passé tout le temps sous silence. Dans ces dix-sept villes le Front National est en recul par rapport à 2002. Et nous lui passons devant dans treize cas !

J’ai lu que trente pour cent des électeurs de François Hollande ont hésité à voter Front de Gauche. Cela représente neuf points dans le résultat final. Un simple jeu d’addition et de soustraction permet de voir que dans ces conditions la question se serait posée de savoir lequel de nous deux aurait été au second tour. On comprend mieux alors le sens de la convergence entre l’extrême-droite et les organes de presse socialistes pour nous calomnier sans relâche, mais surtout, dans les dix jours avant le premier tour, avec des arguments identiques. Et depuis cette date pour nier jusqu’à notre existence. On retrouve d’ailleurs leurs argumentaires dans la bouche de Nicolas Sarkozy : Cuba, Robespierre et ainsi de suite… Ainsi va la propagande. On notera avec dégoût la pratique de ces valeureux journalistes qui laissent Nicolas Sarkozy m’attribuer des propos que je n’ai jamais tenus sur les riches ou sur Cuba. Certes, nous savons ce que valent de tels hérauts de la liberté de parole ! Mais pas le grand public. Certes cette profession est considérée à juste titre comme plus manipulatrice et menteuse que les responsables politiques eux-mêmes. Ce n’est pas peu dire. Mais la dangerosité de son action n’en est pas moins grande. C’est elle qui installe le tableau de fond des raisonnements. A présent avec les « graphes », les sondages, et les cartographies, les préjugés de cette caste et sa mise en scène de la pensée dominante se présentent comme des vérités « objectives » puisque chiffrées et présentées comme des faits. Ce qu’ils ne sont jamais. Des records sont battus quand des éditorialistes sans foi ni loi assènent des affirmations où sont cités dans un même souffle, sur une même ligne, des sondages et des résultats électoraux.

En disant tout cela, je n’exprime pas une humeur. Ni même une généralité qui ne tiendrait pas compte des nuances et même des divergences dans les rédactions de ces médias. Au contraire. Je sais que ces nuances et divergences existent ! Et c’est bien pourquoi je maintiens la pression ! Car elle pousse chacun à réfléchir et à se positionner en conscience, et ce d’autant plus profondément que la polémique est vive et contraignante. Si 19% des voix de ceux du « Nouvel Observateur » se sont portés sur moi et davantage à « Libération », ce n’est pas « malgré » mes raisonnements sur les médias, mais aussi à cause d’eux. La volonté de résistance est forte aussi à l’intérieur des médias face aux conditions sociales qui font « moutonniser » les rédactions. Partout s’exprime, souvent en cachette et dans la peur de la répression, le refus d’une presse qui se laisse continuellement emporter par toutes les modes. La soumission à l’idéologie dominante n’est acquise nulle part. L’extension de cette résistance, son organisation, sa capacité d’action sont un des enjeux cruciaux du moment. La révolution citoyenne doit passer dans les médias. C’est un impératif. Je le dis au contraire de tous ceux qui considèrent que, la cause étant entendue, ce serait perdre son temps et son énergie que d’en parler. Cela n’est pas possible, car l’accès à une information de qualité exempte de manipulations et de volonté de nuire est un enjeu de démocratie. Je le dis après avoir reçu assez de messages de résistance de l’intérieur des médias d’une part et d’autre part, venant de l’extérieur, assez de demandes d’explications sur les calomnies qu’ils déversaient pour savoir quel enjeu c’est là. Ce système doit être détruit. Du moins son influence sur notre camp. Et pour cela, il faut frapper sans relâche comme lui-même le fait sur nous sans pause ni trêve. Ce n’est pas un à côté de notre stratégie de combat mais au contraire un élément de pointe. La mise en cause du contenu, de la fiabilité et de l’honorabilité des médias est au cœur de notre bataille culturelle, selon moi. Et cela jusqu’à ce que le système s’effondre où qu’un compromis honorable soit trouvé qui respecte notre identité et ne permette plus qu’elle soit instrumentalisée.

J’en reviens à ceux qui ont changé d’avis et de bulletin de vote en dernière minute. D’abord par « peur du 21 avril », cette rente de soumission dont les socialistes, pourtant responsables du désastre du 21 avril, tirent dorénavant argument pour regrouper un troupeau électoral affolé à dessein. Ou bien parce qu’ils ont cru à la sottise de « placer nettement en tête » le candidat « le mieux placé dans les sondages ». Naturellement tout cela est de très bas niveau politique. Les campagnes de calomnies du « Nouvel Observateur » et les tirs dans le dos de « Libération » ont joué leur rôle dans cet anéantissement du raisonnement politique. Certes cela ne touche que les moins réfléchis des électeurs socialistes, les plus pusillanimes et les moins éduqués politiquement, les plus drogués par les raisonnements enfantins de leur parti de référence. Mais cette faiblesse, l’efficacité de ce chantage permanent, est la clef du système de domination idéologique de l’état-major de ce parti. On ne la combattra pas par des invectives, cela va de soi. Mais il faut la combattre. Comment ? Je crois qu’il faut partir du raisonnement que se tiennent ceux qui s’abandonnent de cette façon.

Que voulaient-ils, ces électeurs « utiles » ? Se prémunir du Front National. Qu’ont-ils obtenu ? Le contraire ! C’est un fait. Comme le Front de Gauche n’est pas en tête devant Marine Le Pen, le rouleau compresseur s’est remis en route avec le but de nous achever. C’est notre « échec » qui est mis en scène sur tous les tons. Autre façon de nier notre résultat. Et de nous nier tout simplement. Non pas nos personnes, mais notre programme, c’est-à-dire tout ce que nous avons porté et qui nous a valu de rassembler quatre millions de voix. L’autre versant de la manœuvre est d’assigner de nouveau le peuple aux Le Pen. Un bon exemple de cette boucle qui part de mensonges hallucinogènes pour finir dans de prétendues démonstrations, est l’action sur ce plan du journal « Le Monde ». Il a commencé, on s’en souvient, par publier des sondages truqués sur l’influence du Front National dans la jeunesse. Il finit le cycle par un éditorial de jubilation de Françoise Fressoz, pétaradante d’allégresse de pouvoir constater que le peuple est « lepéniste » et pas « d’extrême-gauche », comme nous sommes censés l’être. Bonjour la démonstration à l’origine de ce « constat ». D’où tire-t-elle ce droit au déni ? Tel est le bilan du « vote utile ». Une carte blanche donnée aux ennemis de l’idée d’un peuple que souderaient ses revendications sociales. Le bon bourgeois et son plumitif peuvent décliner leurs couplets sur le « cri de colère », la « souffrance sociale » du malheureux lepéniste égaré par la douleur et donc incapable de se rendre compte qu’il soutient des racistes ! C’est le moyen de le réconforter avec des médicaments si agréables à administrer depuis les beaux quartiers : un bol de haine des arabes et des musulmans.

C’est donc derrière les Le Pen que court la presse, en toute bonne conscience. Le vote utile lui en a donné l’autorisation. Au lieu d’interviewer des ouvriers qui veulent voir leurs salaires augmenter, les mouches médiatiques interrogent des ouvriers qui n’aiment pas les arabes. Au lieu de parler du salaire maximum de 1 à 20, on parle de la « présomption de légitime défense », et ainsi de suite. Et que fait le héros socialiste face à cette déferlante ? Peu nous importe à vrai dire pour ce qui concerne notre vote puisque nous ne votons pas pour lui mais contre l’autre. Cependant, si nous avions été à sa place, nous aurions organisé une réplique massive, frontale, pour contrer le venin. Nous jouerions le bras de fer sur le 1er mai, car c’est sur ce terrain que nous pouvons avoir le meilleur rapport de force pour remettre au centre de tout la question sociale. Lui semble se laisser balloter. Electoralement cela semble payant. Le rejet de Sarkozy atteint des sommets ces jours-ci à mesure qu’il déploie les arpèges de ses imitations de l’extrême-droite. Mais les dégâts faits par le poison qui est instillé dans toute la population sont terribles. Pour la première fois depuis toujours le président en exercice a validé une bonne demi-douzaine de poncifs lepéniste parmi les plus ridicules. Dont celui des prétendus déficits sociaux liés à l’immigration, du lien entre chômage et immigration et ainsi de suite. Le dernier en date est parmi les plus absurdes comme cette « présomption de légitime défense des policiers ». Stupidité d’abord pour la sécurité des policiers eux-mêmes. Car c’est une façon de dire aux malfrats « tirez les premiers ! ». Non-sens juridique ensuite puisque la présomption d’innocence est aujourd’hui valable pour tout inculpé. Ainsi va la loi, quand elle est décidée à l’emporte-pièce et dans l’émotion d’un instant médiatique. Quoiqu’il en soit, courir derrière les balles jetées par Nicolas Sarkozy dans le jeu de quille de l’entre-deux tours se paierait par de la perplexité plus qu’agacée, parmi nos quatre millions d’électeurs. Déjà ignorés superbement, niés par la presse, seraient-ils considérés comme acquis d’avance ? C’est vrai en très grande partie. Puisqu’ils regardent plus haut que l’horizon et se servent du bulletin Hollande dans le seul but de sortir Sarkozy. Mais on aurait tort d’abuser de ce genre de certitude. Les astuces de langage d’Arnaud Montebourg sur un soit-disant « consensus entre le FN, l’UMP et le PS sur l’immigration clandestine » exaspèrent sans rien démontrer d’autre qu’un noir opportunisme. J’invite les socialistes à l’esprit de résistance et de contre-attaque frontale plutôt qu’aux atermoiements et à l’esprit de défense poussive que je leur vois prendre. J’ai résumé ma formule pour mettre un terme aux délires xénophobes et au soit-disant « devoir d’écoute » à l’égard des électeurs du Front National. Il n’y a rien à écouter de toutes leur sottises. Car il n’y a pas davantage de problème aujourd’hui avec les musulmans qu’hier avec les juifs. Tous ces délires n’ont aucune consistance. Ce sont des constructions mentales pourries injectées dans le cerveau des plus faibles mentalement. Valider l’injection de ces bêtises ne rend service qu’à ceux qui en ont fait leur fond de commerce.

Je suis déçu que François Hollande ait déclaré sur France Info : « Le 1er mai, c’est la fête des travailleurs. Je ne considère pas que les politiques doivent interférer ». Il est mal renseigné sur l’histoire du mouvement ouvrier. Le premier de tous les 1er mai a eu lieu en mai 1886. C’était une grève syndicale aux Etats-Unis, à l'appel de l'American Federation of Labor, 350 000 travailleurs se mettent en grève aux États-Unis pour réclamer la journée de travail de 8 heures. Le 3 mai, une manifestation est réprimée à Chicago : trois morts. L’événement impressionna les dirigeants de la première internationale qui en firent un symbole dans leur réflexion sur le mouvement ouvrier naissant. L’idée fit son chemin. Une journée fut décidée par l'Internationale socialiste en vue du 1er mai 1890. La deuxième Internationale décide en effet en 1889 que sera organisée une « journée internationale de revendication des travailleurs » : « Une grande manifestation à date fixe de manière que dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail ». Elle reprend la date décidée par le syndicat américain : le 1er mai 1890. Le mouvement était lancé. C’est une décision politique. Personne ne parle alors de « fête du travail ». C’est une grève, ce jour-là. C’est d’autant moins la fête que souvent le 1er mai tourne à l’épreuve de force violente et meurtrière. Par exemple, le 1er mai 1891 : A Fourmies, la troupe tire sur les grévistes et fait 10 morts. Mais des exemples de 1er mai sanglant, il y en a de nombreux. Fin 1891, l'Internationale socialiste renouvelle le « caractère revendicatif et international du 1er mai ». La politique est toujours en première ligne alors. Il faut attendre 1906 pour que la toute nouvelle CGT appelle à des manifestations le 1er mai pour la première fois. Son objet aboutit en 1919, avec le vote par le Sénat français de la journée de 8 heures. C’est Lénine qui fait du 1er mai un jour chômé dans la Russie soviétique pour la première fois en 1920. Et c’est, en 1941, Pétain qui décide d’en faire la récupération en décrétant que le 1er mai sera « la fête du Travail et de la Concorde sociale ». Il sera alors férié, chômé et payé. A la libération, en 1947, le 1er mai devient dans le code du travail un jour férié, chômé et payé pour tous les salariés sans conditions.

Tout cela montre que la politique a toujours interféré avec le 1er mai. Et cela continue car le rassemblement place de la Concorde à l’appel de l’UMP est le pendant du rassemblement de l’extrême-droite qui a commencé dans les années vingt, si mes souvenirs sont bons, dans le même but de récupération du mouvement ouvrier que l’extrême-droite s’est toujours assigné. Le 1er mai est donc le temps de rassemblement de la gauche syndicale et des partis de gauche. Depuis toujours. Dans de très nombreuses villes les cortèges politiques suivent le cortège syndical depuis la nuit des temps ou presque. Ce fut le cas à Paris l’année dernière encore et à Bordeaux. J’en parle parce que j’y étais.

Puisque Nicolas Sarkozy a décidé d’en faire une épreuve de force, à nous de faire du judo et de retourner la situation. Ne soyons pas dupes de la manœuvre qui se joue lorsque nous entendons parler d’un malaise des syndicats qui craindraient notre récupération. C’est un pur mensonge. Les contacts que nous avons pour le bon déroulement du caractère syndical de la manifestation prouvent que tout est en bon ordre et bonne intelligence. Une fois de plus la machine à désinformer veut amener le débat sur un terrain où il n’est pas. Ce n’est qu’un pure et simple décalque des arguments de la droite et de l’extrême-droite. Plutôt que de « craindre » ou de mégoter sur la places des organisations politiques de gauche, les médias feraient mieux leur travail d’information en faisant connaître les mots d’ordre et revendications sur lesquels portent la manifestation. En tous cas, le Front de Gauche tiendra son point fixe à Port Royal dès quatorze heures. Et si nous sommes assez nombreux, nous défilerons après le passage du dernier cortège de la manifestation syndicale. C’est-à-dire après la CFDT si j’ai bien compris ce que l’on m’a expliqué. Bien-sûr j’y serai avec les autres responsables du Front de Gauche. Et vous aussi bien sûr. D’abord vous faites le parcours avec votre syndicat. Puis vous revenez au point de départ et vous faites le parcours avec le Front de Gauche. Facile. Et très politique.


1 474 commentaires à “Le vote utile a favorisé l’extrême-droite”

Pages : « 19 10 11 12 13 [14] 15 16 17 18 1930 »

  1. 651
    Jean Louis CHARPAL dit:

    @ 657 ALEXANDRE 11h29 : " Tant d'électeurs du fdg sont prêts, la peur au ventre, à voter "utile".

    Tu t'égares camarade ! Tu as le droit de voter comme bon te semble, mais pas de dire que ceux qui vont voter contre Sarko, le feront "la peur au ventre". Tu imagine Jean-Luc faire quoique ce soit "la peur au ventre" ?
    Personnellement, sans vouloir "rouler des mécaniques", je peux te dire que je n'ai peur de rien, ni de personne !

  2. 652
    Antraigues dit:

    Encore bravo à notre candidat pour la magnifique campagne qu'il a réalisé. Et ce n'est qu'un début !
    Tout à fait d'accord avec Jean-Luc Mélenchon concernant les médias, je l'ai d'ailleurs souvent évoqué : aucun changement ne sera possible sans une remise à plat totale du système médiatique. Nous savons tous que c'est à ce système que l'on doit largement la différence entre les sondages et le résultat réel du 1er tour.

  3. 653
    carlo dit:

    @ citoyenne 21 9h33
    Je pense que la candidature de JL Mélenchon peut s'envisager partout mais symboliquement et en cohérence avec le premier tour de la présidentielle plus particulièrement à Hénin-Beaumont...

    Surtout pas, par pitié. JM ne doit pas accepter le rôle que veut lui faire jouer le PS. Il incombe à tous les partis républicains de combattre le discours xénophobe et nationaliste de MLP mais il appartient en propre à Jean-Luc Mélenchon de combattre l’Europe libérale au sujet de laquelle il existe un consensus entre l’UMP et le PS, ce dont témoignent les différents traités européens (Maastricht, Amsterdam, Lisbonne).

    @ tous
    Selon FH, il faut empêcher l’entrée de produits «qui ne respectent pas précisément des considérations écologiques ou sociales» et c’est au niveau européen que la réponse se fait.
    Le problème est que de telles réponses n’existent pas au niveau européen et qu’elles ne peuvent même pas exister car l’Europe est favorable au libre échange. Le PS n’a malheureusement pas changé depuis Maastricht. Il continue de nous faire croire que notre salut viendra de l’Europe alors qu’en l’absence de solutions européennes, il nous appartient de trouver des solutions nationales.
    C’est ce que suggère NS et c’est pourquoi son discours, au demeurant purement électoraliste, passe de mieux en mieux dans l’opinion, ainsi que le montrent ses progrès dans les sondages…

  4. 654
    Binsztock dit:

    Je voterai contre Sarko sans illusions Hollande comme dernier rempart contre le socialisme l'histoire ne se répète pas mais elle balbutie, un 1er mai sur les revendications sociales ce sont elles qui unifie le mouvement et lui donnent la force de gagner en construisant (syndicats et partis)

  5. 655
    tresorteo dit:

    Le journal l'humanité a fait et fait tjs une campagne exemplaire pour J.L. Mélenchon, le fdg, et je m'étonne qu'il ne soit pas cité plus souvent sur ce blog. Ce journal est et restera indispensable pour lire...Je me réjouis que certains évoquent la création d'une télé ou au moins d'une radio nationale (périphérique s'il le faut), comme je l'ai proposé il y a plusieurs mois, ce qui permettrait "aux ruraux " entre autres, de recevoir l'information du fdg. Alors M. Mélenchon, lancez une grande souscription pour que le fdg se dote de moyens indépendants débarrassés de tous les laquais des médias sarkhozystes. Le pcf sait le faire lui aussi. Pour son siège, place colonel Fabien, il a bien su lancer une souscription de 400 millions de franc dans les années 75. Faites pareil pour une radio ou télé.Les capitalistes en possèdent parfois plusieurs, alors? et nous?

  6. 656
    Pierre de Marseille dit:

    @Tous
    D'abords un extrait du Programme "lHumain d'abord"
    « LA SÉCURITÉ : UNE AFFAIRE DE SOLIDARITÉ NATIONALE
    Prévention, dissuasion, sanction : la lutte pour la sécurité ne saurait être efficace sans reposer sur ces trois exigences.
    ………
    Il faudra revoir de manière drastique la répartition des forces de police sur le territoire national : les communes
    populaires sont aujourd’hui les premières à souffrir de la « rationalisation » des effectifs à l’échelle des départements et un effort conséquent devra être opéré pour répondre à leurs besoins, effort relayé par un plan de construction de locaux et d’ouverture de commissariats.
    Nous redonnerons toute sa place à la police de proximité.
    L’aide de l’État aux actions de prévention et d’aide sociale, destinée aux collectivités territoriales et au mouvement associatif, sera doublée, sous forme de subventions ou d’investissements directs de l’État dans les services publics les plus touchés. »

    Voila un chapitre qu'il faut étendre avant les législatives. Les électeurs doivent aussi savoir que nous ne les abandonneront pas dans les quartiers avec la délinquance organisée, le trafic de drogue et tous les maux qui sont associés à cette forme d'exclusion.
    D'une manière associée, nous devons développer les actions qui remettent de la mixité sociale de partout.
    Vive la 6ème République, Vive La Sociale!

  7. 657
    jean ai marre dit:

    @ 554 Vinnie
    Ce qui m'a fait flipper, c'est l'arrogance et la violence des gens de l'UMP...Je n'ose imaginer une droite virant extrême dans sa décomposition et dont les partisans n'hésiteraient pas une seconde à se tourner vers MLP.

    Comment veux tu qu'ils réagissent ? sinon par cette façon de faire qui les a toujours caractérisée.
    Penses que Sarko étant battu, l'UMP va exploser et imploser. La droite populaire va aller vers le FN, la sociale vers le Centre et l'humaniste se recroquevillera sur l'ex gaulliste et nouveau Juppé.
    Dans ces conditions comment veux tu qu'ils réagissent ?
    Regarde Lucca, Nègre, Ciotti, où crois tu qu'ils vont aller ? La bétise de Lucca à St Laurent est significative.
    J'habite tout comme toi le 06, mais je ne supporte pas que Nice soit assimilé à un bastion de droite extrémiste, et qu'on la désigne : Facholand. Il y a beaucoup de gens de Gauche dans cette ville, beaucoup de résistants, et si la droite a réussi à s'implanter si durablement, c'est la faute au PS et au PC qui n'ont pas fait le boulot. Pourquoi les petites localités restent PC et Nice reste UMP ?
    Le Front de Gauche a ce pouvoir de rassembler mais aussi de poser les questions sur les alliances.
    Tout comme toi, je ne suis pas encarté, mais je vais adhérer au Parti de Gauche, pour justement aider à redistribuer les cartes.

  8. 658
    Lilly54 dit:

    Un journaliste Marcel Trillat dont je me souviens parfaitement avait participé à l'animation d'une radio de lutte en Lorraine : Lorraine Coeur d'Acier. La station était très écoutée et il continue de faire des documentaires sur le monde du travail. Il serait peut être intéressant de prendre contact avec lui. Je crois que ses conseils nous seraient très précieux.

  9. 659
    diatkine dit:

    En dépit des sondages positifs pour Hollande, je suis persuadée que Sarkozy sera réélu. Rien n'a changé depuis 2002, ni 2007. Le ps part en quenouilles et n'a même pas besoin de l'ump pour se mettre tout seul dans des situations déplorables, et hélas, révélatrices. Le climat politique est encore plus détestable, et les principaux médias sont de plus en plus asservis et médiocres. Je me prépare donc à entendre les discours triomphalistes de l'ump et une longue litanie de propos hypocrites du genre " vous voyez, en dépit des aboiements de la gauche et des syndicats, le peuple, le vrai, a su choisir celui qui a déjà prouvé sa valeur", à voir l'aveuglement volontaire et inexcusables des quelques républicains de droite restants sur les relants des discours Sarkozystes. Ca sera dur moralement. Mais j'irai voter Hollande bien sûr, c'est indispensable. Puis je m'inscrirai pour militer, si je ne suis pas contrainte de quitter le pays pour trouver du travail. Il faut que les français redeviennent un peuple lucide et éduqué. Là est le principal problème. Hier, j'ai regardé Une journée particulière, d'Ettore Scola.

  10. 660
    citoyenne21 dit:

    Franchement pas malins en plus les socialos à inviter leur pote DSK à l'anniversaire de l'un (je ne sais pas lequel et je m'en fous) ! Et nous, on se fait railler par ceux de droite qui se bidonnent, on est présentés comme des cocus parce qu'on va soutenir de tels faux derches ! même pas capables de se tenir entre les deux tours au PS, faut encore qu'ils se ridiculisent avec cette histoire de fiesta entre copains de toujours ! Quel gâchis que de devoir, par la force des choses, utiliser si mal son bulletin de vote !

  11. 661
    woshe dit:

    Le monde rural et le monde agricole sont deux choses différentes. Il y a des profs, des infirmières, des boulangers, des maçons et des facteurs aussi dans le milieu rural (même s'ils sont un peu moins nombreux depuis 5 ans). Ensuite, les agriculteurs sont comme les jeunes, les profs ou les immigrés : une catégorie très hétérogène. J'ai lu ici qu'ils mouraient à 40 ans à cause des pesticides. C'est un peu rapide, car l'agriculture ressemble aujourd'hui à l'industrie. Il y a les immenses exploitations et les PME. Et elles ne sont évidemment pas logées à la même enseigne. Je pense que les "petits" exploitants qui votent à droite le font par souci de protection de leurs biens. Ils travaillent dur, c'est très vrai, et pensent que l'arrivée de la gauche ponctionnerait l'essentiel de leurs biens pour le redistribuer, notamment à ceux qui n'ont pas d'emploi ou aux immigrés qu'ils connaissent mal. Dans cette construction mentale, la télé joue un rôle majeur. Ce qui manque dans le "milieu rural", ce sont des bibliothèques, des théâtres et des salles de cinéma. Les agriculteurs font partie de notre projet, à nous de les convaincre du rôle central qu'ils ont à jouer, pour le bien de tous, dans la planification écologique, par exemple. Et attention à ne pas les regarder comme certains d'entre eux regardent les chômeurs ou les jeunes des quartiers.

  12. 662
    Pierre de Marseille dit:

    Bonjour

    Pour faire suite à mon précédent message, je suis prêt, dès mon départ en retraite (dans 2 ans tout au plus), à donner de mon temps pour participer a des actions dans les quartiers défavorisés de Marseille. Ce sera aussi montrer à ceux qui en douterait que la retraite n'est pas forcement un poids pour la collectivité, mais permet d'éviter certaines dépenses qui coûtent par ailleurs très cher. Le gardiennage d'enfant, l'aide aux associations, etc., sont des capitaux humains entièrement gratuits quand nos retraités agissent!
    Vive la 6ème République, Vive la Sociale

  13. 663
    Alain Tétart (60)(73 ANS) dit:

    Ne pourront s'inscrire auprès des CCAS et restos du cœur que ceux qui présenteront une carte d'électeur dument remplie car ces braves gens dans la mouise oublient souvent de voter alors que c'est leur destin qui se joue !
    Oui nous voulons aider tout le monde, mais comme disent nos prêtres,: aide toi et le ciel t'aidera !
    Trop facile de tout critiquer, nos grands parents sont morts pour avoir le droit de vote alors respectons au moins la raison de leur mort !

  14. 664
    obermeyer dit:

    après le 2eme tour, continuons la lutte !
    l'insurrection citoyenne n'aura lieu (quelque soit le candidat élu, mais plus facile avec hollande) que si nous restons mobilisés. des assemblées citoyennes, de l'éducation populaire, mais aussi des actions (spectaculaires si possible) après chaque coup que nous subirons du futur pouvoir. votons ; votons aux législatives, aux européennes, aux cantonales. portons haut les couleurs du front de gauche et du seul programme qui donne de l'espoir d'une société meilleure et qui prend en compte les générations futures.
    encore bravo pour cette très belle campagne.
    résistons, ne lâchons rien !

  15. 665
    Yann Dantal dit:

    Beaucoup de commentaires laissent à penser que la solution viendra de la rue et le mot violence est souvent prononcé. Je tiens à m'élever contre cette idée pour plusieurs raisons. D'une part, c'est ce que nos ennemis attendent, car alors ils pourront brandir l'étendard de la démocratie face à nous. D'autre part, le problème réel est le manque de démocratie. Lorsque les grands groupes industriels nous vendent tout et n'importe quoi en nous matraquant de publicité, il n'y a plus de voix qui peuvent s'élever.. Lorsque l'on voit comment sont attribués les dépenses publiques, de manière totalement opaque, c'est encore un manque de démocratie. Lorsque l'on organise des élections avec la presque totalité des lignes éditorialistes acquises à une idéologie dominante, c'est un manque de démocratie..
    Par contre, dès que l'on peut débattre, avec le temps et le recul nécessaire, les décisions correctes sont prises...La véritable démocratie, c'est le rempart contre les formes finales du capitalisme, mafia et fachisme...
    Quand à la violence, on sait toujours quand elle démarre mais jamais quand elle s'arrête...
    Débattons, conflictons dans le respect nos idées, éduquons et choisissons ensemble, informé, citoyen de ce pays.

  16. 666
    Sylvain dit:

    Citoyenne21, pas malins les socialos? N'oublie pas trop vite non plus que c'est Sarkozy qui a permis que DSK soit parachuté directeur du FMI et n'oublie pas surtout que Julien Dray est un grand ami de Nicolas Sarkozy...! Nous ne faisons plus de politique à l'heure qu'il est. Nous sommes plongés dans un jeu médiatique terrifiant orchestré par le traître qui tue la démocratie avec encore plus de violence qu'il n'en a jamais témoignée jusqu'à présent. OUI, c'est vrai: Sarkozy peut être réélu mais pour que ça se fasse il aura pris des risques absolument incroyables et scandaleux. Il a fait ce que préconisait Machiavel: créer l'ignoble et le scandale afin de mieux en tenir l'adversaire pour responsable! A présent, tous les médias qui relaient ce phénomène avéré de com'perverse avec ses éléments de langage savamment distillés savent ce qu'ils font. Ils ne peuvent plus dire qu'ils ne savaient pas puisqu'ils prennent systématiquement le contre-pied du bon sens, de la logique et de la vérité! Ce n'est donc pas un hasard et il suffit de dire que Sarkozy s'exprime comme un collabo sans jamais dénoncer ceux qui le relaient et l'amplifient à longueur de journée sur les antennes. Les chiens de garde ne sont plus des chiens de garde, ils sont devenus des bêtes à tuer...Et ils tuent! Ils seront donc amener à rendre des comptes tôt ou tard mais faisons en sorte que le plus tôt soit le mieux!

  17. 667
    Michel Berdagué dit:

    tresorteo à 11 h 52
    Merci de relayer la souscription Radio/télé/CD/CDV, journal 4 pages gratos ou symbolique,pour Fabien je crois qu'il a fallu mettre par 2 fois la main à la poche et modifier un peu le projet,mais Niemeyer a été très militant question prix. Car s'il faut lutter pour des info dignes et démocratiques autant demander aux milliardaires et aux plus grands actionnaires des CAC 40 de céder-gratos- les moyens de production et d'échanges et tous leurs moyens d'intox et de manipulations, au collectif du travail à la citoyenneté et au Front de Gauche.
    La lutte de l'information politique,culturelle est déterminante dans cette guerre idéologique,psychologique,et médiatique. Nous sommes en guérilla,c'est notre seul espoir pour être debout les armes à la main,créations livres,chansons,films,documentaires,meetings,assemblées citoyennes,affiches,actions diverses,grèves,tracts,manifs,occupations des locaux et solidarités tout azimuth.
    Donc rendez-vous demain aux manifestations du 1er Mai,au 4 Mai à Stalingrad,le 6 dégage 3 fois, et le 7 continuons.

  18. 668
    Ourly dit:

    Au risque de paraître à contre courant, je m'étonne que l'on traite les ouvriers des bassins sidérurgiques de la Moselle de "beaufs", les chômeurs des bassins houillers du nord de la France de "beaufs" et ainsi de suite car c’est eux qui en masse ont voté Le Pen. On ne peut pas dire que ce soit le FN qui depuis trente ans leur pique leurs boulots ni qui votent les lois qui les appauvrissent chaque jour, je n'en dirai pas autant du PS et des différents courants de la droite républicaine. Je n'ai pas entendu autant de virulence sur ces partis pendant la campagne et c'est peut être cela qui fait défaut au moment du résultat. Nommer les coupables est toujours plus honnête et lutter pour les écarter du pouvoir également. On ne peut pas faire l’économie trop longtemps de ce genre d’action au risque d’être vus comme partiaux et donc complices du système qu’ils ont mis en place. Lutter contre le FN n’est pas insulter ceux qui votent pour lui (elle), lutter contre le FN c’est donner du travail à ceux qui n’en ont plus depuis trop longtemps et cesser de s’imaginer que ces gens là vont continuer à écouter les sempiternelles ritournelles qui leur demande leur confiance. Les paroles et les promesses ne les nourrissent pas. Maintenant ils ne seront accessibles qu’après des actes concrets qui leur redonneront l’envie de croire à nouveau que la vie est possible autrement. Les injures en cet instant ne sont que des coups de fouets supplémentaires qui attisent leur haine des donneurs...

  19. 669
    Antraigues dit:

    Je ne sais si quelqu'un l'a déja fait sur ce blog, revenant de vacances je n'ai pas eut le temps de lire tous les commentaires. Voici donc quelques chiffres concernant la capitale : dans le 20e arrondissement, le FdG talonne Sarkozy, 17,40 pour le FdG, 18,15 pour Sarkozy. Dans le 19e, 15,74 pour le FdG, 22,47 pour l'UMP. Dans le 18e, 15,34 FdG, 19,47 UMP. 10e : 14,89 FdG, 20,78 UMP. Le score du FN sur l'ensemble de la capitale est de 6,20/cent. Dans de nombreux bureaux de vote des arrondissements précités, le FdG est devant l'UMP. Quoiqu'on en pense, ces chiffres sont encourageants.
    A ceux d'entre nous qui hésitent à voter FH dimanche prochain (et je les comprend), je dirais d'abord qu'il est urgent de combattre l'extrème droite que Sarko représente désormais autant que Le Pen. D'autre part, si l'on veut que nos idées soient un jour mises en pratique, il est indispensable que les français soient écoeurés par les 5 ans de trahison de la part du PS qui sont inévitables. Politiquement, le PS en gouvernant s'éliminera de lui même...

  20. 670
    ourly dit:

    Pour en finir avec le soit disant score du FN (relayé jusqu'ici on se demande pourquoi!)
    Election 2002
    Maigret :2.34
    Le pen: 16.86
    Total 19.2

    Et je ne compte pas Madelin 3.91 qui pourtant n'est pas très éloigné.

    Alors il est ou le record du monde évoqué ?

  21. 671
    Maria dit:

    juste une idee pas trop geniale, mais qui pourrait remettre un peu de sourrire dans ce moment grave: pourquoi ne pas lancer une operation "Gants rouges"? Il y a tant de gens ici qui vont "mettre leur gants" dimache, que cela vaut la peine d'en profiter pour faire une demonstation de convictions. Enfin, peut etre...

  22. 672
    Pierre de Marseille dit:

    @Ourly 30 avril 2012
    Bonjour
    Il ne faut jamais stigmatiser un électeur quel qui soit. Les difficultés de l'époque sont telles qu'elles peuvent faire biaiser bien des réflexion. Je suis d'accord pour dire que le PS et FH, n'ont pas pris une part bien active et nous l'avons dénoncé ici même et cela très souvent.
    Mis vous évoquer en creux le problème du FN "Lutter contre le FN n’est pas insulter ceux qui votent pour lui (elle),". Vous pointer la le but avouer clairement des LP qui souhaitent prendre le pouvoir pour eux-même et, ce, en exploitants toutes les faiblesses évidentes du système politique et en faisant leurs cours programmatique dans tous les partis. Je veux parler la des parties de programmes qui peuvent rendre les rendre assimilables à la République. Mais une fois le verni gratté, li ne reste que les fondamentaux, immigration, peur de l'étranger, vol du travail des Francais etc.
    Il nous faut donc continuer à proposer des solutions qui permettront d'en sortir et je vous rejoins, pas des injures
    Vive la 6ème République, Vive la Sociale!
    Fraternellement

  23. 673
    obermeyer dit:

    les amis
    à défaut de référendums populaires et démocratiques (pour le moment), nous avons la possibilité de signer des pétitions sur des tas de sujets qui nous touchent.... gaz de schistes, soutien aux démocraties nouvelles etc...
    si nous sommes nombreux, ces sujets seront obligatoirement débattus publiquement.
    n'hésitez pas.
    et résistons !

  24. 674
    matrassy dit:

    Images images Faut il s'étonner du vote extrémiste des gens qui galèrent lorsque on peut voir comme hier au soir sur LCP les bijoux exhibés sans complexe par Martine Aubry;

  25. 675
    Pierre de Marseille dit:

    @WM pouvez vous SVP remplacer mon précédent article par celui-ci (trop vite écrit et pas corrigé)

    @Ourly 30 avril 2012
    Bonjour
    Il ne faut jamais stigmatiser un électeur quel qui soit. Les difficultés de l'époque sont telles qu'elles peuvent faire biaiser bien des réflexions. Je suis d'accord pour dire que le PS et FH, n'ont pas pris une part bien active et nous l'avons dénoncé ici même et cela très souvent.
    Vous évoquez en creux le problème du FN : "Lutter contre le FN n’est pas insulter ceux qui votent pour lui (elle),".
    Vous pointez la, le but clairement avoué des LP qui souhaitent prendre le pouvoir pour eux-même et, ce, en exploitant toutes les faiblesses évidentes du système politique et en faisant leurs courses programmatiques dans les propositions de tous les partis. Je veux parler la des éléments de programmes qui peuvent rendre les rendre assimilables à la République. Mais une fois le verni gratté, li ne reste que les fondamentaux, immigration, peur de l'étranger, vol du travail des Francais etc.
    Il nous faut donc continuer à proposer des solutions qui permettront de sortir des problèmes et je vous rejoins, pas des injures
    Vive la 6ème République, Vive la Sociale!
    Fraternellement

  26. 676
    Sylvain dit:

    Ourly, il y a deux façons de réagir. La première est celle de se mettre en colère après les gens qui lorgnent le "rêve" de verroteries et de babioles en tous genres que leur vendent les médias et l'autre est de se dire que si ils en sont là, il faut remonter plus loin afin de savoir pourquoi? J'invite tous ceux qui ne l'ont pas déjà fait à lire le livre d'Elisabeth Nuyts: "L'Ecole des Illusionnistes". L'auteur explique concrètement comment en amputant nos enseignements scolaires depuis plus de 60 ans nous en sommes arrivés à fabriquer des consciences sans conscience ou, autrement dit, comment les gens en sont venus à ne plus se considérer eux-mêmes comme des citoyens à part entière! C'est éloquent et ça permet de comprendre que si certains sont assez faibles pour voter FN, c'est voulu depuis belle lurette...! On nous a enfoncé sciemment dans le crâne que nous ne vivons chichement que parce que nous ne méritons rien de mieux que ce que nos efforts personnels nous ont permis d'acquérir alors que nous avions la "liberté" de nous édifier dans la société...à tout prix, l'homo œconomicus de Milton Friedman étant passé par là...! Les Chicago Boy's nous ont tendus leurs verroteries et nous ont fait croire qu nous étions libres et qu'en étant libres il ne tenait qu'à nous de nous en sortir. Sauf que le miroir aux alouettes n'était qu'un mirage.

  27. 677
    Olivier dit:

    Jean-Luc, merci encore pour votre belle campagne, ne vous démobilisez pas, on continue à vous suivre et à vous soutenir !

  28. 678
    Ouilya dit:

    Sarko, dés le début de son "règne" a embarqué dans son gouvernement des personnes venant de différents courants et ce, dans l'unique but de les crédibiliser à l'avenir. J'avais compris qu'il serait difficile à déboulonner.

    VIVE LE Front de Gauche !

  29. 679
    ourly dit:

    @Pierre de Marseille
    Lorsque je parle d'insulte des ouvrierrs qui ont voté FN, je parle des propos que JL Mélenchon tient sur son Blog voir article : "Après le premier tour, un moment de pause clavier" et ceux qu'il a tenus tout au long de la campagne. Le problème pour la gauche c'est le PS pas le FN lorsq'il gouverne et qu'il trahi le FN gagne encore des voix et la gauche en perd. Il faut se débarasser de l'égémonie de ce parti que l'on continue jusque sur ce site à considérer comme de gauche. Lorsque le verre est plein il est impossible d'y faire entrer autre chose sauf à vider ce qui occupe son volume. Cessons de parler du PS comme composante dela gauche et la place s'ouvrira pour autre chose.

  30. 680
    Ouilya dit:

    Erratum

    Lire décrédibiliser et non crédibiliser.

  31. 681
    Harry dit:

    Vu les résultats honteux du FN, je propose d'instituer un permis de voter qui serait obtenu à l'issue d'une formation au cours de laquelle serait enseigné l'histoire de France et les méfaits du fascisme dans ce pays, l'éducation civique, et le fonctionnement des institutions. Cette formation concernerait tout le monde avant 18 ans, français et étrangers, et elle viendrait en remplacement des 3 jours de service militaires, qui ne servent à rien.

  32. 682
    anna dit:

    82,1% des français n'ont pas voté FN, la résistance aux idées extrémistes existe bel et bien malgré ce que nous assènent les médias. J'en ai marre de ce cauchemar, j'ai la nostalgie de cette belle et saine campagne du FdG

  33. 683
    Sylvain dit:

    Aujourd'hui, quand l'ouvrier arrive à trouver du boulot, il ne le doit "qu'à son mérite d'homme libre et travailleur" et doit, à ce titre, bénéficier de tous les avantages de l'économie capitaliste. Quand cette économie va au bout de sa logique destructrice, "l'homme libre" s'estime lésé et gare à ceux qui le spolient: les bougnoules, les fainéants, les syndicalistes, les fraudeurs sociaux, toute cette catégorie de la société stigmatisée et prise pour cible par les vendeurs de mensonges qui, pendant ce temps-là, continuent à se remplir les poches. Cette interprétation de notre société est une interprétation perverse dans le sens qu'elle donne pour sain ce qui est malsain et répugnant. C'est le mensonge de l'ultralibéralisme largement répandu par ses cinq piliers: le FMI, l'ONU, la Banque Mondiale, l'Otan et l'Union européenne. C'est une logique mortifère qui nous conduit à la catastrophe bien au-delà de l'élection présidentielle française mais on ne peut pas en tenir les gens qui votent FN comme seuls responsables tant qu'on ne leur dit pas la vérité concrètement et à grande échelle. Qui l'a fait pendant cette échéance électorale? Le Front de Gauche! Et qui a abattu le Front de Gauche, trois semaines avant le premier tour, ceux qui votent FN ou les médias?

  34. 684
    Ourly dit:

    Je répète :

    Election présidentielle 2002

    Le Pen 16.86
    Maigret (scission FN) 2.34

    Total :19.2

    Il est ou le score de marine Le pen (17.9) et pourquoi au FdG parle t-on autant de cela ?

  35. 685
    marc dit:

    pourquoi n'explique ton pas le mécanisme de la création monétaire (ex nihilo)
    que seul les banques privées sont autorisées à faire.
    que cette dette à été provoqué depuis 30 ans par l'interdiction (loi Pompidou Giscard, voté en 1973 au parlement sans en avoir consulter le souverain) à la banque de France de créer le crédit(ex nihilo) et que par conséquent cette dette est illégitime.
    que cette crise est voulue et que le chômage de masse et entretenu pour maitriser l'inflation pour protéger l'argent des riches.
    que nos impôts servent à payer que les intérêts de la dette et non pas les besoins des services publics de l'état et que par ce fait l'état est obligé d'emprunter aux banques privées pour fonctionner et qui créer encore plus de dette et encore plus d'intérêt.
    que le gouvernement est dans un piège politico financier et qu'il joue le rôle de maintient de l'ordre pour une gigantesque association de malfaiteur anonyme.
    voila la réalité

  36. 686
    Marie-Laure dit:

    Merci d'exister. Le Front de Gauche est aussi une mosaïque de tous ces individus, citoyens (dont je fais partie) qui ne sont pas encartés, mais sont solidaires ou actifs dans de nombreuses associations, qui ont souvent les mêmes indignations, les mêmes lectures honnies ou préférées, des idées qui peuvent diverger mais qui se retrouvent dans une parole honnête,dans un discours qui ne leur dit plus " qu'on a mal compris et qu'on va nous ré-expliquer" dans une politique qui n'est pas clientéliste et qui accepte de dire les vérités les plus crues sans préjuger d'une sentence. Notre ennemi commun est le détournement des mots, des images et, la désinformation; le reste trouvera une solution si cela est résolu.

  37. 687
    Antigone dit:

    @669 tresorteo 11h52

    Oui, il nous faut une télé/ radio sur le net pour commencer, ça ne coûterait pas cher. Avec les billets vidéos de JL Mélenchon afin qu'il puisse développer le travail d'éducation populaire entamé dans les meetings. Un forum lié à ces vidéos. Des ITW des acteurs de terrain. Des conférences sur les idées pointes sur le partage sur le libre sur le vote par tirage au sort avec E. Chouard, sur l'économie avec J.Généreux, F.Lordon, sur les idées avec le monde Diplo et Serge Halimi, des émissions de terrain avec l'équipe de là bas si j'y suis, avec de la culture... Enfin demander une fréquence pour exister sur la TNT. Si nous avions eu cet outil avant la campagne présidentielle et depuis le Référendum nous aurions passé la barre.

  38. 688
    bourdin michel dit:

    Bonjour les amis,
    Le parait-il score historique de l'extrême droite à cette présidentielle, supposé supérieur à celui de ce cher Jean Marie en 2002 est un leurre ! En 2002, l'extrême droite était représentée par 2 candidats (et oui, souvenez-vous de Bruno Megret qui avait réuni 2,34% des voix à ajouter à celles de Le Pen père, soit un total de 20,13% pour les chemises brunes). Donc, bonne nouvelle, totalement ignorée de nos chers médias, on se demande vraiment pourquoi !,(sauf "Là-bas si j'y suis", merci Daniel!) le vote d'extrême droite en France a reculé en 10 ans de 2,23%. OUFFFFFFFFFFFFFFF.
    Bon, ne lâchons rien, bon 1er mai à tous et merci à toi Jean luc pour ta présence ô combien indispensable dans notre désolant paysage politique.

  39. 689
    Pierre de Marseille dit:

    @Ourly,
    Je suis bien votre raisonnement dans la suite de vos messages, mais quand vous semblez prendre la défense du FN, je préférerais que vous parliez plus directement des carences des grands partis, sans mettre en balance le FN.
    Pour le reste, la gauche c'est nous, d'accord avec vous!
    Vive la 6ème République! Vive la Sociale!
    Fraternellement

  40. 690
    jeanne dit:

    Certains sondages annoncent un résultat problématique, dimanche 6 : 50,03 %, pour l'un OU pour l'autre. c'est donc sans traîner les pieds, et sans me pincer le nez que j'irai voter pour F.H. ; par défaut, comme l'a dit un blogueur plus haut. N.S.est un excellent débatteur, et je pense que l'affaire n'est pas jouée, contrairement à ce que certains voudraient faire croire, car ils y ont intérêt,peut-être.

  41. 691
    Sylvain dit:

    Des choses curieuses sont en train de se dérouler:
    http://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-corps-de-l-ancien-ministre-libyen-du-petrole-choukri-ghanem-retrouve-dans-le-danube?id=7756746

  42. 692
    Maignial dit:

    Sam (message 679) dit:

    "Je pense qu'avec Hollande comme avec son concurrent, la France va rester dans une situation difficile et que cet échec ne peut profiter au Front de Gauche que si l'on se démarque clairement de Hollande.
    Donc, plutôt que de voter blanc, je me suis courageusement décidé à voter contre Hollande. Je voterai stratégiquement pour Sarkozy le 6 mai."

    C'est là que vous vous trompez! La victoire de Sarkozy serait catastrophique pour le FdG! Car en 2017, après l'échec cuisant de l'UMP, le PS pourrait à nouveau se poser en parti du changement! Notre mouvement ne ferait pas mieux qu'en 2012.
    Au contraire, si on vote massivement pour Hollande et qu'il passe, on a une chance de monter vraiment en puissance. Je m'explique: premièrement, il nous sera alors plus facile de réaliser de bonnes performances aux législatives, car ceux qui ont hésité entre PS et FdG à la présidentielle devraient se tourner vers nous (ce qui ne sera pas le cas si Sarkozy est élu). Et nous auront marqué un premier point en nous démarquant comme une force de plus en plus puissante par rapport au PS. Rapport de force qui pourra servir lors des municipales et des régionales. Deuxièmement, parce que le rapport de force aura alors évolué en faveur du FdG et que Hollande se sera planté à la présidence, nous pourrons espérer passer au second tour en 2017.
    Voilà pour les raisons stratégiques. Je ne reviendrai pas ici sur les raisons idéologiques, je pense que nous sommes tous...

  43. 693
    C.Laborde dit:

    Même sous la torture, j'aurais bien du mal à prétendre que Hollande est de gauche. C'est un de ces enarques qui ont choisi de rejoindre le PS parce que les places étaient déjà prises à droite. Je n'ai pas fait campagne tout ce temps sur Internet en dénonçant la dérive droitière du PS pour aller mettre un bulletin rosâtre dans l'urne, même en me bouchant le nez. Je n'ai pas voté Chirac en 2002, je ne voterai pas pour Hollande en 2012.
    Je suis certain que Hollande n'a pas besoin de ma voix pour être élu, je suis tout aussi certain que son élection sera une catastrophe pour la gauche. Son échec programmé et les désillusions qu'il apportera risque de faire le lit du FN dans 5 ans. Le FdG devra ramer dur pour contrer cela. Mais comment le faire si on maintient l'illusion que le PS c'est encore la gauche ?

  44. 694
    Inquiet dit:

    @ Harry : ah oui, interdire de vote les gens qui ne votent pas comme soi, ça c'est idée ! Pas forcément la plus démocratique m'enfin, il faut ce qu'il faut. Hein ?

  45. 695
    carlo dit:

    Je me demande de plus en plus si le FdG ne partage pas les illusions du PS, à savoir que les solutions sont à chercher au niveau de l'Europe.
    Nos propres positions étant incompatibles avec les principes de l'Europe telle qu'elle existe, il faut changer celle-ci. Mais si nous n'y parvenons pas - et, pour moi, nous n'y parviendrons pas, du moins à brève échéance- faut-il s'accomoder de l'Europe telle qu'elle existe ou faut-il chercher des solutions nationales alternatives?
    Nous devrons être clairs sur ce point pendant la campagne des législatives et nous démarquer du PS qui demeure prisonnier de sa foi européiste (l'Europe d'abord, le socialisme ensuite).
    Prenons garde à ne pas laisser le FN -soutenu par NS- incarner le "non" de 2005.

  46. 696
    Salem dit:

    @C.Laborde
    L'objectif n'est pas de maintenir l'illusion que le PS c'est la gauche. L'objectif est d'éviter le pire. Il faut comprendre aussi que FH devra quand même tenir compte de son électorat, qui s'est "gauchisé" grâce à nous. Enfin, si son "échec programmé" doit faire le lit du FN dans 5 ans, comment ne pas voir que le FN on l'aura tout de suite si Sarko repasse ?

  47. 697
    jprissoan dit:

    sam 12H19 : c'est scandaleux. Vous êtes Sarkozyste et n'avez plus rien à faire ici.
    la honte ! voter pour un pétainiste !

  48. 698
    Pierre de Marseille dit:

    @Sam 30 avril 2012 à 12h19

    Bonjour,
    Notre problématique et de porter au plus haut notre potentiel électoral pour être élu un jour. Éliminer FH, nous éloignerais de l'électorat qui penche aujourd'hui vers le PS. Bon nombre de ces électeurs sont à gauche.
    De plus voter NS risque d’approfondir gravement la misère du Peuple les problèmes de notre pays. Quand un choix est à faire, on se dit de 2 maux choisir le moindre, non?
    Enfin il reste les législatives, et la possibilité de peser sur le futur gouvernement existe. Dans l'hypothèse (la plus folle mais qui sait) ou nous remportions les législatives cela serait encore plus vrai. Dons la seule voie qui me semble praticable c'est voter FH. Ensuite à nous de convaincre l'électorat de voter pour nous en Juin. Miser sur le chaos ne mène nulle part.
    Vive la 6ème République, Vive La Sociale

  49. 699
    l'hallebardier_95 dit:

    Une Radio-TV intitulé "l'humain d'abord" du Front de Gauche et des Partis Frères en Europe ne pourrait-elle pas être un outil précieux d'informations politiques et luttes ouvrières, de débats économiques et politiques, d'émulation et de coordination des projets et actions pour préparer une alternative sociale et politique au plan européen?

  50. 700
    sylvie02 dit:

    A l'intention de Jean Luc M, avec toute mon amitié et mon soutien:
    Quand tu rencontreras Martine Aubry, tu pourras lui dire que, tandis que certains de ses amis se gobergent dans des bars branchouilles en bonne compagnie, tes copains du Front de Gauche, eux, font la campagne anti Sarko avec leurs pieds (et leur langue !) C'est eux les boulets, pas nous ! Des milliers de tracts acheminés avec obstination malgré la fatigue et les pieds écorchés, dans les petites communes rurales comme dans les ZUP et aux sorties d'usines (enfin celles qui subsistent en Picardie), car nous oeuvrons dans ce pays pour un VRAI changement,... d'URGENCE !
    ... Et demain manif, du 1er mai, badge du FdG à la boutonnière...
    On ne lâche rien !
    Bon courage à tous.

Pages : « 19 10 11 12 13 [14] 15 16 17 18 1930 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive