12avr 12

En marche vers Marseille

Le président de l’Equateur m’encourage

Ce billet a été lu 128  617 fois.

Ceci est un passage imprévu devant mon clavier. Je me ballade sans gravité d’un sujet à l’autre à mesure que je feuillete la presse. Je me suis en effet imposé un jour de repos. Et puis j’ai une nouvelle à donner : je viens de recevoir une lettre du président de la République de l’Equateur, Rafael Correa qui m’est parvenue via mon camarade Christophe Ventura. Sinon il est question du permis de conduire, d’un sondage étrange à propos de le percée de Le Pen dans la jeunesse, de Davina, du tir de barrage contre moi et même d’un clip un peu-beaucoup perché où je suis invité à prendre le pouvoir sur une chanteuse, ce dont il ne saurait être question. J’écris au fil du clavier en faisant des liens d’après les abondantes correspondances que je reçois. 

Les images N&B qui illustrent ce billet rendent hommage aux interprètes en langage des signes des discours des orateurs lors des meetings du Front de Gauche. Ici l'une d'entre eux dans la salle du Zénith de Limoges le 4 avril 2012. Photos : Stéphane Burlot.

limoges_07Ce matin la nouvelle, c’était la mort d’Aubrac. Je crois que tout le monde se sentait concerné. La puissance de l’évocation tient à ce que nous savons tous de son histoire personnelle. Mais il y a davantage je crois. C’est le moment politique qui le met en relief comme un panneau de direction quand on tourne en rond. Alors je pense au chant des partisans : « Ami, si tu tombes / Un ami sort de l’ombre / A ta place. » Comme l’a dit Lucie Aubrac : « Résister se conjugue au présent ». Aubrac n’est plus, sortons de l’ombre pour tenir le poste de combat.

Hier l’info c’était pour moi l’arrivée d’une lettre d’amitié que m’a adressée Rafael Correa, président de la République de l’Equateur. C’est lui qui est l’inventeur du concept de « révolution citoyenne ». Il a commencé à en mettre en œuvre une version dans son pays. C’est évidemment un moment assez émouvant que celui-ci. En fait, à « l’Usine », le siège de campagne, nous n’avons rien sollicité. C’est Rafael Correa qui en a pris l’initiative et cela me touche d’autant. En effet la semaine passée l’une de ses ministres était à Paris. J’avais été contacté pour savoir si je souhaitais la rencontrer puisqu’elle-même le proposait. A ma grande honte je n’ai pu répondre à l’invitation car j’étais sur les routes, en campagne. J’avais appris qu’elle était intéressée et impressionnée par notre travail. En effet, contrairement aux nôtres, les dirigeants limoges_01sud-américains ont un grand intérêt pour ce que nous faisons en Europe. Eux sont passés par les mêmes étapes du chemin de croix que nous, sous les fourches caudines du FMI et de la Banque mondiale. Puis ils se sont libérés. C’est cette libération qui m’a inspiré, vous le savez tous.

Quito, 9 avril 2012. A Jean-Luc Mélenchon Candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle de la République Française

« Cher Jean-Luc, les injustices et les inégalités générées par un système basé sur le pouvoir de quelques-uns et l'exploitation de la majorité, ont poussé, en Amérique latine, les citoyennes et les citoyens à s'unir pour redéfinir notre destin. La vérité, l'honnêteté, la force, la créativité et la simplicité des grandes idées résident en nos compatriotes et avec eux nous construisons ce futur que nous appelons tous de nos vœux.

En Amérique latine, ce système qui mettait le capital au-dessus de l'humain et les intérêts corporatistes au-dessus des droits citoyens s'est définitivement éteint. En Équateur, cela s'est traduit par le mot d'ordre du peuple : « Qu'ils s'en aillent tous ! » Et c'est ainsi que nous avons débuté une révolution citoyenne destinée à changer les structures du pouvoir et à instaurer le bien vivre pour toutes et tous. Nos pas ne sont pas guidés par les recommandations du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, mais par une nouvelle Constitution, adoptée directement par le peuple, et dont les droits de l'homme constituent la colonne vertébrale.

limoges_03Le nouveau Front de Gauche que tu mènes est une référence pour les mouvements progressistes de toute l'Europe, nous sommes sûrs que vous saurez affronter les défis posés par ce moment historique de la réalité européenne. Ce soutien populaire croissant est une preuve que l'Europe peut, elle aussi, surmonter le fondamentalisme néolibéral qui fait subir aux citoyens le coût de la crise, repoussant ainsi les aspirations sociales et enracinant les inégalités.

Les propositions sociales que tu fais ont d'ores et déjà commencé à être stigmatisées par les grands médias, lesquels te qualifient de « populiste » et « démagogue » : bienvenue dans la lutte, il s'agit là de la réaction du capital, lorsque se profilent les politiques et les mesures au bénéfice des travailleurs, des salariés, de la grande majorité.

Reçois, cher Jean-Luc, au nom du gouvernement de la Révolution citoyenne, de tous les révolutionnaires de l'Équateur, et de moi-même, le soutien à ton projet de société au service de ton pays. Ici comme en France a sonné l'heure de la Révolution citoyenne et de la marche vers un avenir fait de vie et de paix, fruits de la justice.

Nous saluons ta reconnaissance envers le travail quotidien que des millions d'Équatoriennes et d'Équatoriens mènent avec cohérence et volonté pour transformer radicalement et profondément les structures d'une réalité économique, sociale et politique qui nous avait plongés dans la pauvreté, la dépendance et le limoges_04sous-développement. Nous te souhaitons, compañero, le succès dans cette élection présidentielle. Compte sur notre solidarité militante. Hasta la victoria Siempre, Rafael Correa Delgado, Président constitutionnel de la République. »

Je ne peux en rester là. De tous les coins du monde nous arrivent des messages de soutien depuis que la presse internationale a donné de l’écho aux sondages qui ont confirmé notre avancée. D’autant que dans le même temps un comité de soutien d’internationalistes du monde entier a publié une liste de 166 noms parmi les plus prestigieux de l’altermondialisme. Je ne trie pas parmi eux, bien sûr et je me garderai bien de citer l’un plutôt que l’autre. Mais je sacrifie à un élan d’affection. Celui qui me lie au Chili et à ses merveilleux combattants, hommes et femmes, qui furent mes amis très chers de jeunesse. Martine Billard et moi nous étions alors, sans le savoir comme on le comprend, dans le même réseau de soutien aux camarades qui luttaient contre la dictature. Parmi eux combien le tyran en a fait assassiner ? Ainsi du président du syndicat des journalistes « Pépé » Carasco Tapia. Celui-là était mon ami depuis que nous avions monté ensemble des opérations de défense de la presse renaissante au Chili. J’ai monté une « commission d’enquête » et je me suis rendu sur place pour essayer de faire la lumière sur son assassinat. L’écrivant, il me revient que je n’ai jamais songé à me servir de cette histoire contre la hargne corporatiste qui m’a poursuivi depuis trois ans du fait du sketch immoral dit « du petit journaliste ». Je reviens au Chili. Je viens de recevoir une lettre. Un comité s’est constitué à Santiago pour soutenir ma candidature. Il s’est donné le nom de l’homme le plus lumineux que j’ai connu de ma vie, Oscar Espinosa. Je dis lumineux pour parler de sa manière d’être en tant qu’homme. Sauvagement torturé par les pinochetistes, il était en exil en France où il organisait le réseau de soutien à la résistance clandestine limoges_05avec  son épouse qu’on surnommait « la négra ». Lui on l’appelait Sambo. J’ai déjà parlé de lui sur ce blog. Sambo est mort il y a un an. La veille du départ il souriait encore. Sambo était mon frère chilien.

« Jean-Luc, aujourd'hui, avec un groupe d'amis d'Oscar Espinoza, "el Sambo", nous avons décidé la création d'un Comité "Sambo" de soutien à Jean-Luc Mélenchon. Nous nous sommes réunis ce dimanche 8 avril 2012 pour célébrer le premier anniversaire du départ du Sambo, dans cette même communauté où il vivait, où tu l'as visité, et où plusieurs d'entre nous avons fait ta connaissance. Nous avons décidé à l'unanimité de créer ce comité de soutien à ta candidature. Ce sera une manière de rester fidèle à notre ami Oscar et de continuer ses idées. Nous avons aussi décidé d'organiser une réunion publique à Santiago le 18 avril prochain, dans les locaux du Monde Diplomatique à Santiago. Parmi les gens qui ont signé l'acte de constitution de notre Comité que nous te ferons parvenir, tu pourras reconnaître: Luisa Barrios, sa femme, Oscar et Carlos Espinosa, ses enfants, Victor Hugo de la Fuente, Directeur du Monde Diplomatique Edición Chilena, Osvaldo Artaza, ancien ministre de la Santé du Chili, Margarita Romero, Présidente de Villa Grimaldi, Maria-Eugenia Camus y German Olmedo, Journalistes, François Richard, Président de la Corporación de Amistad Chileno-Francesa. »

Le permis de conduire a été le sujet de campagne du week-end dernier. C’est mieux que la viande hallal comme sujet. Ça reste quand même un peu irréel tout de même dans une élection présidentielle. Mais notons que ça ne l’est que parce que les médias s’en saisissent. Car c’est eux qui choisissent les sujets qui sont mis en débat. J’en sais quelque chose. Je ne suis arrivé à faire passer aucun thème, aucun sujet. limoges_06Sauf quand ils arrivaient par hasard, par la porte de service, parce que je me faisais reprendre mes idées sans que les autres le sachent comme ce fut le cas pour la taxation des riches par Hollande ou la taxation différentielle des revenus par Sarkozy, la fameuse « exit tax » comme ils disent. Ou seulement quand c’était censé souligner mon irréalisme comme à propos du SMIC à 1700 euros. Sinon tous mes efforts à propos de la conquête des mers, mes discours sur l’alliance altermondialiste, la planification écologique, la loi de préemption des entreprises par les travailleurs, n’ont eu aucun impact dans la presse écrite. Ça n’empêche pas quelques beaux numéros d’hypocrisie et d’arrogance médiatique. Comme lorsque « Le Monde » dénonce l’absence de la question écologique dans la campagne. Ils auraient dû lire « Le Monde » avant. Car Hervé Kempf, l’un de ses rédacteurs, avait précisément expliqué, en page deux du journal, en quoi notre planification écologique et la règle verte étaient deux apports importants à la pensée politique dans ce domaine. Il m’a aussi proposé un entretien sur le site « reporterre.net » dont je crois qu’il montrait également comment l’écologie politique a fini de conquérir le renouveau de la pensée de gauche qui se mitonne au Front de Gauche. Et après tout, une référence à notre réunion à « l’Usine » sur les projets écologiques des travailleurs en lutte n’aurait pas été forcément de trop. Tant pis, qui est-ce que cela influence ? Mais puisque je suis sur cette parenthèse dans mon propos sur le permis de conduire, j’en profite pour signaler un lien utile avec le compte rendu d’une réunion très passionnante qui a eu lieu autour de d’Eric Coquerel et Corinne Morel-Darleux rapprochant écologistes militants et syndicalistes qui s’opposaient sur la question des pollutions d’une usine locale. 

Donc à moins de deux semaines du premier tour de l'élection présidentielle, chacun est sommé de proposer sa réforme sur le permis de conduire séance tenante. Si je prends le soin d’en parler c’est parce que je veux montrer qu’il n’y a pas de sujet petit ou grand sur lesquels nous n’ayons notre cohérence de longue main. Au cas précis, il est vrai que c'est une question importante puisque 40 millions de Français ont le permis. Mais pas moi. Et chaque année, 750 000 nouveaux permis B sont délivrés. Bien sûr, l'essentiel de ces nouveaux conducteurs sont des jeunes : apprentis, lycéens, étudiants ou jeunes travailleurs. L'écrasante majorité a des revenus précaires, faibles ou inexistants. Or, obtenir son permis de conduire coûte en moyenne entre 1 200 et 2 000 euros ! C'est une somme très importante. Dans le détail, une heure de conduite coûte entre 40 et 50 euros. Comme il faut suivre au moins 20 heures de conduite avant de pouvoir passer le permis une première fois, on arrive déjà à 800 à 1 000 euros au minimum. Il faut y ajouter les frais de présentation à l'examen théorique, le code de la route, et à l'examen pratique, la conduite. Cela représente 85 euros pour le premier et 100 euros pour le second. Ajoutez encore divers frais et vous arrivez auxlimoges_08 sommes que j'ai mentionnées. Bien sûr, pour en rester là, il faut réussir du premier coup. Ce qui n'est évidemment pas le cas de tout le monde. Si vous échouez à l'examen du code, vous payez de nouveau 85 euros. Si vous échouez à la conduite, vous devez reprendre des heures supplémentaires et payer de nouveaux 100 euros pour l'inscription. C'est un vrai problème que ce coût.

La droite gesticule sur le sujet. Elle avait déjà inventé le dispositif libéral du « prêt à taux zéro » pour un « permis à un euro par jour ». En fait, le prêt est plafonné à 1 200 euros et c'est l’Etat qui prend en charge les intérêts que la banque encaisse bel et bien. Mais ce dispositif n'est même pas appliqué par toutes les banques et toutes les auto-écoles. Surtout, il revient à proposer aux jeunes de 16 à 20 ans de s'endetter sur plusieurs années pour payer leur permis. Et en janvier 2009, le premier ministre François Fillon avait déjà annoncé une réforme du permis de conduire. Il s'agissait, soi-disant, de le rendre « moins long, moins cher, plus sûr ». Chacun peut constater autour de lui le brillant succès de cette réforme. Si Nicolas Sarkozy parle aujourd'hui du permis de conduire, c’est que la réforme Fillon de 2009 n’a pas réglé le problème !

Dans l'affolement, chacun des candidats invente des rustines. Je m'en amuse. Car ma première proposition sur le sujet date de 1990. A l'époque, avec six de mes collègues sénateurs, nous avions déposé une proposition de loi prévoyant que « l'enseignement du permis de conduire est un service public gratuit ». Nous proposions que le permis de conduire comporte une troisième épreuve qui aurait été une épreuve de « secourisme et des gestes de survie ». Notre proposition prévoyait que « le ministère de l'Education nationale est chargé de l'enseignement et de la collation des grades concernant » les épreuves du code de la route et de secourisme. Concernant l'épreuve de conduite, nous proposions qu'elle relève aussi du service public mais en étant limoges_09assurée soit par le ministère de l'Education nationale via des auto-écoles publiques soit par des établissements privés sous contrat d'association avec l'Etat. Dans ce deuxième cas, nous proposions que l'Etat verse un forfait à l'auto-école pour assurer la gratuité pour l'usager.

Aujourd'hui, nous continuons de faire des propositions qui vont dans le sens de la gratuité du permis de conduire. Nous proposons des mesures immédiates. Par exemple, rendre gratuits la formation et l’examen théoriques, c'est-à-dire le code de la route, en les intégrant à l'Education nationale. Mais aussi la gratuité de l’examen pratique du permis de conduire. Et nous conservons l'horizon de la gratuité pour les heures de conduite. A ce stade, je veux donner des arguments. Aller vers la gratuité du permis de conduire est une nécessité. C’est une formation et une compétence indispensable dans le monde actuel. Le reconnaître n'enlève rien à la nécessité de repenser nos modes de déplacements et de privilégier, autant que possible, les transports collectifs. Ensuite, notre proposition est techniquement réaliste. Aujourd’hui, au collège, sont déjà délivrés une formation et un « Brevet de sécurité routière » (BSR) nécessaire pour conduire un scooter ou une mobylette. Ce BSR est même nécessaire pour pouvoir passer son permis de conduire. Notre idée revient donc à appliquer la même méthode au code de la route. Enfin, cette proposition est financièrement praticable. Lalimoges_10 gratuité de l’examen du code de la route et de l’examen de conduite coûterait moins de 300 millions d’euros par an. Il y a en effet, 1,5 millions de candidats par an et l'inscription à ces deux examens coûte au total 185 euros. 300 millions d'euros, cela représente 0,015% de la richesse que produit le pays en une année.

A l'inverse, les autres candidats font des propositions absurdes ou incomplètes. Par exemple, Nicolas Sarkozy reprend notre idée et propose que le code de la route soit enseigné et délivré au lycée. Il indique dans le Journal du Dimanche que « les auto-écoles viendront dans tous les lycées apprendre le code aux jeunes et l’examen sera organisé dans les établissements. Tous les lycéens quitteront l’école avec le code en poche ». J'ai deux remarques. D'abord, Sarkozy ne dit pas que ce devrait être gratuit. Ensuite, c'est incohérent. Car pour passer le code de la route il faut avoir 16 ans. Or c’est aussi l’âge de la fin de scolarité obligatoire. Que fait-il de ceux qui quittent l’école à cet âge-là et ne vont pas au lycée ? Auront-ils accès à la formation au code de la route ? Au contraire, dans notre programme, cette proposition est cohérente avec l’allongement à 18 ans de la scolarité obligatoire.

François Hollande, lui aussi, oublie une partie des jeunes. Il propose une prise en charge forfaitaire du permis de conduire par l’Etat pour les 100 000 jeunes qui effectueraient un service civique. Une « récompense » en quelque sorte. Mais que fait-il pour tous les autres ? Mystère. A travers cet exemple du permis de conduire, j’estime qu’une nouvelle fois on voit bien que le Front de Gauche a non seulement le programme le plus ambitieux mais aussi le plus précis et le plus sérieux. Et que les autres gros cakes, les « réalistes », ne le sont guère. Mais je reconnais que je suis de parti pris. Il n’en reste pas moins, comme le disait Albert Camus, que « l’engagement n’empêche pas le goût de la vérité ».

Je crois que ça s’appelle le fitness. Cette femme l’enseignait à la télé, si j’ai bien compris. Maintenant la voici bouddhiste au Tibet. Pourquoi pas. On la voit en photo avec des enfants moines. Ces enfants sont enlevés à leurs parents pour être placés dans les monastères. Ça n’a pas l’air de la déranger. Dois-je écrire : au contraire ! Cela correspondrait tellement bien aux propos déjantés qu’elle tient. En tous cas, des limoges_11enfants moines ça ne l’interroge pas. Par contre, moi, je lui pose un problème grave. Il faut dire que le journal « Paris-Match » lui pose la bonne question : « Que dites-vous quand Jean-Luc Mélenchon applaudit des deux mains la répression au Tibet ? » Voilà une question honnête, éthique et indépendante bien dans la tradition de la presse française « qui n’a pas de carte sauf la carte de journaliste ». Donc, j’applaudis « des deux mains » la répression au Tibet ? Une calomnie désormais servie en refrain. C’est à vomir ! Jamais je n’ai approuvé, où que ce soit, en France où dans le monde, une répression comme réponse à un problème politique. Et pas davantage au Tibet qu’ailleurs. Mais cette odieuse étiquette permet de me montrer du doigt sans frais. Et d’exciter quelques agités qui dès lors se sentent autorisés à me harceler. Dorénavant c’est devenu une figure imposée pour me décrire. Dans la presse anglo-saxonne qui parle de moi c’est un passage obligé de ma description. Sans oublier Cuba et Chavez. En paquet. Donc l’amie des enfants condamnés au monacat me prédit de grandes difficultés au moment de ma dernière heure et aussi pour ma réincarnation si je comprends bien son délire. Si je mentionne cet entretien entre une illuminée indifférente à la souffrance des enfants et une journaliste qui a réussi à se faire payer le voyage pour rapporter cet entretien décisif, c’est parce que j’y vois une illustration du niveau de stupidité des ventilateurs à boue qui sont branchés pour moi. Tout le monde déguste et d’abord ceux qui actionnent la machine. Acrimed, qui ne soutient personne mais tient la vigie, a fait un bilan bien serré de la ligne générale de ce nouveau sport médiatique qu’ils nomment le « Mélenchon bashing. »

Dans le petit monde politique je fais aussi l’objet d’une assez fascinante concentration de tirs à vue. Je ne suis pas surpris de voir la hargne de Cohn-Bendit. Son projet politique est en ruine. Il voulait l’alliance du PS avec le Modem et les verts. C’était sa ligne stratégique. Il ne reste rien de ça. Et c’est de notre faute. Et nous sommes bien contents d’y être arrivé. Le plan qui coince et marginalise Die Linke en Allemagne ne fonctionnera pas en France. Mais enfiler des adjectifs comme écran de fumée sur le vide de la pensée ne le mène nulle part. Sinon à de consternantes bêtises. Préférer le statut privé des sociétés de production d’énergie comme ELF, EDF ou GDF au motif que la nationalisation en ferait un monstre jacobin et ainsi de suite n’a pas de sens sinon de défendre les monopoles privés. En effet notre position n’est pas celle de la caricature qu’en fait Cohn-Bendit. Nous pensons que partout, et chaque fois que c’est possible, la propriété des moyens de production de l’énergie doit être diversifiée en fonction du niveau ou peut s’organiser la gestion la plus adaptée. Par exemple au niveau d’un bassin géothermique pour la ressource, au niveau national pour le réseau de distribution de l’électricité ainsi produite. La forme de la propriété peut être régionale, coopérative, mutualiste. C’est selon. Il n’y a donc pas de lien direct et automatique entre d’une part la forme de la propriété sociale et d’autre part son organisation concrète. Cohn-Bendit n’a pas limoges_12d’arguments écologiques rationnels. Juste des calculs politiciens.

Ce qui me chagrine vraiment c’est l’attitude de Philippe Poutou. Moi je ne dis jamais rien contre lui. Lui m’attaque tout soudain. Je lui reconnais bien volontiers ce droit, tant que c’est de l’argumentation politique. Mais pourquoi le faire sur le mode de l’insinuation personnelle fielleuse ? A quoi bon ces remarques incessantes contre le fait que je sois « un professionnel de la politique ». Parce que le métier de Krivine, c’est quoi déjà ? Pourquoi ajouter que j’en ai vécu, ce qui est vrai mais en susurrant « et bien vécu » ? Bien vécu ? C’est moi qui ai fixé l’indemnité d’un parlementaire européen ? Que sait-il de l’usage que j’ai fait de mes revenus ? C’est ça, dorénavant, la nature de nos polémiques politiques avec le NPA ? Une affaire de personnes ? Cela me rappelle le tract que fait circuler depuis des mois l’extrême-droite qui m’attribue soixante mille euros de revenus mensuels. C’est tout ce que le parti des alcolos bourrés qui font des descentes dans les bars, comme à Clermont, a trouvé pour essayer de faire oublier la fortune de la fille à papa qui leur tient lieu de chef. Mais ce ne doit être un modèle pour personne ! Et ce n’est pas nouveau ! A Blum on reprochait sa prétendue « vaisselle d’or », à Jaurès « l’or allemand ». Et ainsi de suite. Nostalgie des calomnies ? Pourquoi faire pire ? A tous je dis de même : tapez sur l’extrême-droite au lieu de l’aider à me taper dessus !

Mardi 10 avril, on trouvait en une et en page 3 du « Monde » un article intitulé « Le FN pourrait arriver en tête chez les jeunes ». Alors que Marine Le Pen est en difficulté, cette analyse est un pur montage médiatique sans rapport avec l'actualité. Quelle est donc cette fameuse enquête dont on entend parler depuis le week-end dernier et selon laquelle les jeunes voteraient majoritairement pour Marine Le Pen ? Elle n’existe tout simplement pas. En réalité, les chiffres publiés dans « Le Monde » proviennent de trois enquêtes réalisées par l’institut de sondage CSA entre le 12 mars et le 27 mars. Il s'agit donc de résultats ayant entre 15 jours et 1 mois. Ils n'ont donc aucun rapport avec l'état actuel de l'opinion et de la campagne. Cela montre aussi comment CSA a trouvé une nouvelle manière de contourner la loi de 1977 qui encadre la publication des sondages. Aucune notice n’a en effet été publiée par l’institut contrairement à ce que prévoit la loi. Aussi il est impossible de savoir combien de « jeunes » ont été interrogés pour arriver à ces résultats. Bien sûr, CSA avait publié une notice spécifique pour chacun des trois sondages mais ces documents n’indiquaient alors pas la part de jeunes interrogés. On peut néanmoins supposer que sur les 1 000 personnes interrogées dans chaque sondage, on compte au maximum 100 jeunes de 18 à 24 ans car cette tranche d’âge représente en effet 10% de la population. Même en cumulant ces trois sondages du mois de mars, CSA n’a donc interrogé au maximum que 300 jeunes ! Les sondeurs savent pertinemment qu’il est impossible de faire une enquête sérieuse avec un échantillon aussi réduit. Avec 300 personnes interrogées, les limoges_00marges d’erreurs sont en effet de 5%. Et encore, il s’agit d’une estimation basse car il est tout à fait possible que le nombre de jeunes interrogés soit encore plus faible. Quel rôle joue « Le Monde » dans cette histoire ? Pourquoi ce journal, qui se veut le quotidien de référence, accepte de participer à cette grossière manipulation ?

En lisant avec gourmandise comme d’habitude les commentaires de ma dernière note, j’ai trouvé cette analyse (commentaire 143) qui précise le tableau. Je vous le livre donc. Ne manquez pas de dire s’il y a erreur. « Gros titre du Monde aujourd'hui, relayé hier soir par tous les médias dans tous les journaux télévisés : « Marine Le Pen pourrait arriver en tête chez les 18-24 ans ; 26 % d'entre eux seraient prêts à voter pour elle au premier tour de la présidentielle, selon une étude de l'institut CSA fondée sur un cumul de trois vagues successives d'intentions de vote réalisées du 12 au 28mars. » Sans vouloir accorder trop de crédit aux sondages, je suis quand même allée voir les quatre sites des instituts pour lire leurs dernières enquêtes. Qu'y apprend-on ? « CSA dans sa dernière enquête en avril n'a pas travaillé sur la répartition des votes par âge. IFOP, dans son enquête du 9 avril, donne 17% des 18-24 ans pour Mélenchon, 27% pour Hollande, autant pour Sarkozy et 16% pour Le Pen. SOFRES n'a rien publié de récent. LH2 dans sa dernière enquête des 30 et 31 mars donne 26% des 18-24 ans pour Mélenchon, 23% pour Hollande, 20% pour Sarkozy et 11% pour Le Pen. On est donc très loin des "prédictions" du Monde. Mais après la une de « Libération » qui, en janvier, avait décompté pour Le Pen, dans un grand ensemble, les 18% qui avaient répondu voter "certainement" et "probablement" avec les 12% ayant déclaré "probablement pas", on peut s'attendre à tout ! Visiblement, les grands médias ont fait très ouvertement le choix d'une jeunesse raciste et toute imprégnée des thèses d'extrême-droite. »

J’en déduis que madame Le Pen leur manque. Elle est le verrou du système. Ils vont donc bien l’aider à ne pas se faire dépasser par nous. Car vous noterez que si tout ce petit monde nous tape avec constance, il reste d’une délicatesse amandine pour la politique de dédiabolisation entreprise par la madame. Comme ça tombe bien pour elle ce bain de jeunesse si bienveillamment accordé ! Aussitôt la garde rapprochée en a profité pour régler quelques comptes internes. Ainsi le chef des jeunes écervelés du Front National a sauté sur l’occasion ! Il a conclu sur « France Info » que cette génération n’avait pas connu la période des caricatures contre le FN et donc qu’elle avait été rendue disponible à leurs sottises par la dédiabolisation entreprise par madame Le Pen. Un message à usage interne au moment où le vieux Le Pen renâcle devant le gâchis de la politique néo-sarkozyste de la fille. Il n’a pas fini de s’inquiéter. Le soutien du journal « le Monde » est rarement de bon augure électoral.

Une autre déception c’est celle que m’inflige mon palmipède habituel, le « Canard enchainé ». Il m’annonce à la une ! Puis j’ai un super papier qui est destiné à se moquer de mon programme. Ça, je le comprends, car après tout on n’est pas obligé de me préférer aux socialistes. La déception c’est que les chiffres publiés sont bidons. Leur source n’est pas citée. C’est dommage. Car il s’agit de le brillante « étude » dont j’ai déjà parlé ici dans ma précédente note. C’est le prétendu « Institut de l’entreprise ». Pourquoi la source est-elle cachée ? Elle ne risque rien celle-là. En effet le conseil d’orientation de cette merveille est constitué par le gotha du CAC 40, une vingtaine de super friqués de choc. Quant aux chiffres ils ne valent rien. A moins de démontrer le contraire. Voir ce que j’en ai déjà écrit. Ce qui est vraiment dommage venant du « Canard » c’est d’avoir publié sans le dire, non seulement un bidonnage patronal mais surtout de ne pas avoir remarqué qu’il avait déjà été publié par le « Figaro » en début de semaine. Comme je connais le « Canard », j’en déduis qu’il s’est fait enfumer. A la place du chef je vérifierais le degré de proximité de certains informateurs de la rédaction avec le PS car les argumentaires de Solférino et ses coups tordus ont tendance à polluer la mare aux canards ces temps derniers. De toute façon je serai bientôt vengé car dès que François Hollande sera le « prochain président », ça m’étonnerait beaucoup que le « Canard enchaîné » devienne son journal officiel. Ou alors seulement le journal officiel de ses turpitudes. Et si c’est moi l’élu ? Ce sera ma croix, je le sais d’avance.

Un dernier commentaire. Il concerne un clip fort drôlement mené. Une jeune chanteuse me propose de prendre le pouvoir sur elle. Je n’y suis pas intéressé. Je sais bien qu’il s’agit de sourire et je sais bien que tout le monde n’a pas l’honneur d’être le sujet d’un clip, ni même d’une si bienveillante invite. Mais je ne peux laisser passer sans dire que je n’ai l’intention de prendre le pouvoir sur personne. Cela ne fait pas partie de ma façon de voir les rapports humains ni même les rapports amoureux. Et puis je crois que ça doit être épuisant de prendre le pouvoir sur quelqu’un d’aussi remuant que cette personne-ci ! Ensuite, sans dramatiser d’aucune façon, je dois aussi dire que je ne suis pas certain que cette caricature soit aussi bienveillante qu’il pourrait y paraître d’abord. Et d’abord parce que sinon, je suppose qu’on m’aurait prévenu ou demandé mon avis ce qui n’a pas été le cas. Enfin je suis bien gêné de savoir qu’il s’agit d’une publicité pour une agence. Et surtout je trouve très saumâtre que du fait de la législation en vigueur ce clip sera imputé dans mon compte de campagne ! Heureusement que je suis loin du plafond. Je voulais vous le dire. Je ne perds pas le sourire, j’ai bien rigolé. Mais, à froid, je me marre moins.


1  331 commentaires à “Le président de l’Equateur m’encourage”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. zab dit :

    Bonjour !
    Je n'arrive plus à accéder au dernier article de JL Mélenchon. Il s'ouvre une drôle de fenêtre avec les communiqués et les vidéos, pas les "une". Comment faire ?

  2. Nadine Carrieu dit :

    poésie et politique vont de pair, dans l'implication du corps et de l'esprit (intuitions, émotions, connaissances et intelligence ensemble) ; il y a urgence pour la poésie et pour la politique en actes sensés qui soit autre chose que les caricatures, les gesticulations, les aberrations, les absurdités relayées par les médias. Il y a urgence pour une vision de près comme de loin, mémoire, présent et projection ensemble, pour la lutte en faveur de la vie, de la dignité humaine; cette urgence vous la prenez à bras le corps, vous y consacrez votre vie, votre énergie; de plus en plus de personnes que l'on ne trompe pas sont avec vous et vous font confiance; confiance pour retourner l'innommable que l'on sent et voit arriver en victoire de l'humain qui donne sens à la vie. Que notre ferveur allège votre lassitude si elle pointe, qu'elle vous porte encore et encore à être ce que vous êtes, cet éclaireur en actes pour la révolution citoyenne.

  3. Farsi Abdelouahab dit :

    toute ma sympathie et hâta victoria simple

  4. Cerise dit :

    monsieur Mélenchon,
    ce que vous faites est très difficile mais votre succès vous le devez à votre Dévouement aux autres, à votre Ambition pour la France, à votre Compétence, vos Qualités humaines et professionnelles. Merci, à vous et à tous vos proches,la liste est longue mais quand on lit le Blog et le site des partis(PC et PG)on les connait.Je vous lis depuis deux ans,vais aux meetings.Vous faites naître un grand enthousiasme,pour plus de justice, plus de culture,plus d'humanité dans ce monde d'égoïstes (j'ai lu par exemple honte à Françoise Hardy, mais il y en a tant d'autres,qu'elle gagnait 150 000 euros par mois-la pauvre- elle a fait des économies toute la vie pour payer une résidence secondaire et une résidence principale- et elle comprend ceux qui veulent partir à l'étranger,si la gauche passe aux élections etc, etc...)Mais que font-ils avec leur argent? 150 000 euros par mois - quand beaucoup de français n'achètent pas un manteau tous les ans, ou un oeuf en chocolat à 10 euros pour leur petit garçon. Mais savent-ils celà? Ils s'en fichent ou pire ils ignorent, ils ne voient pas, ils sont ailleurs,c'est sûr.On pourrait continuer la litanie des lamentations, tant c'est révoltant et scandaleux.Changer la vie,réveiller les consciences et les esprits(c'est ce que vous faites,et ils ont peur les autres).Nos idées traverseront les fronières pour une autre société(si tous les gars du monde voulaient se donner la main,alors,on ferait le tour du monde.NO PASARA

  5. Farsi Abdelouahab dit :

    toute ma sympathie et hasta victoria simple!Bonne chance à la NG!

  6. Bernard Leprêtre dit :

    Le champagne est au frais pour le soir du 22. Nous le boirons à toi Jean-Luc et à tous ceux et celles qui auront fait le succès du Front de Gauche.

    Ce qui me fait penser qu'il me faudrait une deuxième bouteille pour le 6 mai...

  7. athena dit :

    M Mélenchon vous êtes un orateur exceptionnel, mais surtout un politicien roué, et peu crédible

  8. Rebelle dit :

    Cher Monsieur Mélenchon,
    J'étais à Marseille comme les 119 999 autres personnes. J'ai trouvé votre discours plein de franchise et d'espoir. C'est vrai où étions-nous ? Chez nous, en colère après une manif qui s'étiole... Devant la télé regardant des infos truquées dans l'espoir qu'un jour elles le seront moins. Je pensais des dirigeant de la gauche "ils sont trop mous, plus rien à espérer de ce côté-là". Donc plus d'espoir c'était le néant.
    Toujours dans l'attente d'un évènement qui soit digne de notre attention, patiemment... et puis le Front de gauche s'est construit sous mon regard plus ou moins indifférent n'y croyant pas trop. Et voilà votre voix qui s'élève qui nous interpelle "femmes, hommes" jusqu'à présent nous n'étions que des électeurs et nous revoilà des humains. Vous vous interessez à nous et nous buvons vos paroles. Pas comme un tribun, comme un homme qui nous donne espoir. Aussi, je vous le dis, Sarko ne m'a jamais trompée car pour être trompé il faut avoir aimé, avoir confiance. Cette confiance je vous l'accorde, je mets tout mon espoir en vous, en votre combat pour le peuple. A chaque parole que vous prononcerez n'oubliez pas que nous sommes des centaines de milliers, voire des millions à croire en vous. C'est une très grande responsabilité. Chaque soir avant de vous endormir posez-vous cette question : qu'ai-je fais aujourd'hui pour le peuple ? Ceci dit vivez heureux en bonne santé, nous avons besoin de vous. Merci...

  9. Rafaël Correa, président de l'Equateur, est un homme remarquable. Sa formation d'économiste l'a amené à réfléchir au problème de la dette colossale qui écrasait son pays; c'est lui qui a instauré le concept de "dette illégitime".Les forces vives de son pays étaient anéanties par la main-mise des capitaux des multi-nationales, les exigences drastiques du FMI, la spéculation de la finance... Il est clair que nous devons, nous aussi, en Europe, procéder à un audit de la dette. Pareil pour l'énergie : en Equateur, la production de pétrole a été nationalisée ; les contrats avec les multi-nationales rompus.C'est un travail colossal, que seuls peuvent fournir des politiciens intelligents et déterminés.Gageons que l'idée fera son chemin..!

  10. EPOC dit :

    Réponse à Fabrice FOURCAULT : Je me rends bien compte à lire certains commentaires provenant essentiellement des électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon que la répartition par sexe des réponses à nos questionnaires n'est pas comprise et pas lue comme elle devrait l'être. la lecture n'est pas par candidat mais linéaire par sexe et représentative pour 100 répondants.

    Puisque ce n'est pas lu dans le bon sens c'est que nous le présentons mal et puisque nous le présentons mal nous sommes fautifs http://www.election-politique.com/opinions.php?cle=v29

    Non, le résultat n'est pas de 30% pour JL Mélenchon
    Non, le résultat n'est pas non plus redressé
    La présentation du détail est simplement perçue d'une manière différente.

    Les prochaines enquêtes politiques d'EPOC présenteront donc des résultats de manière verticale pour éviter ce désagrément de lecture.

  11. DELMA dit :

    bonjour monsieur Mélanchon,

    Je souhaite que vous deveniez président pour faire la sixième république. Le peuple devrait élire aussi les ministres qui nous gouvernent est-ce possible?
    Il faut résorber la précarité et titulariser les contractuels dans la fonction publique, dans l'education nationale et donner des Cdi aux intérimaires et cdd

  12. Philipp17 dit :

    Front de Gauche à 17% - voire plus -, ça devient vraiment sérieux pour peser utilement afin d'avoir enfin une vraie gauche qui s'occupe des citoyens républicains "assoifés" de justice sociale, médical, salarial, etc....!

  13. yvon dit :

    mardi, les rats quittent le navire. avez-vous vu la listes des économistes experts sérieux que nous voyons dans les médias depuis des années? le monde diplomatique de mars mettait en face de chacun de ces noms les conseils d'administration dans lesquels ces experts "objectifs" siègent. il faudrait un tract national pour denoncer ce fait. dans le pmu politique le cannasson de la finance c'est hollande! il faut le dénoncer! dans tous les passages télé et radio journaux. un communiqué de presse urgent. à l'attaque!

  14. Missette dit :

    Bonjour,
    Bravo pour votre campagne, elle redonne espoir. Les blablas ? ça fait des années qu'on promet monts et merveilles, mais au final c'est de pire en pire. Vous, vous paraissez sincère, ferme et avez réponse à tout, j'espère que vous aurez un maximum de voix pour éliminer Fiasko.
    Mais j'ai une petite question à poser : Que pensez-vous faire envers la polygamie ? Ex : celui qui a 2 femmes habitant avec lui en FRANCE avec 17 enfants et touchant bien entendu les allocations familiales que nous payons ?
    ceci est un cas, mais il y a bien d'autres malhonnêtetés qui coûtent très chères. Toutes mes excuses si vous en avez déjà parlé.

  15. Joël P dit :

    Cher Jean-Luc!
    Quelle énergie, quel talent, quelle capacité de répartie!
    Merci de si bien nous représenter et de tenir cette forme en ce marathon, jusqu'au coup de théâtre jubilatoire qui ne manquera pas de se produire dimanche.2 petites interrogations cependant :1) le poivrot du FN, responsable départemental qui a fait le coup de poing dans un bar récemment n'était-il pas de Limoges plutôt que de Clermont-Ferrand? J'ai un doute.2) 300 millions d'euros par an pour la gratuité du permis de conduire ne suffiraient pas puisqu'il ne s'agirait que des droits d'inscription (1,5 X 185 = 277,5). Si l'Etat prend en charge l'ensemble de la formation, cela va représenter plutôt 0,15 % de la richesse annuelle produite, soit dix fois plus, ce qui devient plus sensible, vu le nombre et l'importance des thèmes à financer.Enfin, et je m'excuse par avance de ne pas avoir pris le temps de vérifier l'information, mais vous vous seriez prononcé pour l'introduction dans la constitution du droit à mourir dans la dignité.Or, les soignantes (des infirmières, plus nombreuses que les infirmiers) qui m'ont fait part de cela trouve l'idée aberrante, inadaptée en ceci qu'elles constatent que dès qu'un patient en fin de vie cesse de souffrir, il ne veut plus mourir et que la Loi Léonetti serait tout à fait adaptée.Ce qui manque, ce sont les moyens humains et matériels pour la faire appliquer et que de véritables soins palliatifs assureraient une mort digne dans la grande majorité des...

  16. francis FURGEAU dit :

    bonjour Monsieur Mélenchon.
    Je suis votre campagne depuis le début et je trouve que vous avez de bonnes idees et j'avais décidé de voter pour vous
    jusqu'à votre discours de Marseille sur l'intégration des étrangers et là quelle déception. Bien que je ne sois pas raciste, je ne comprends pas votre ouverture totale sur l'immigration des étrangers. Il est normal que ceux qui travaillent en france, aient les mêmes droits que les autres, mais j'aurai préféré,vous entendre dire qu'on ne pourrait pas accueillir tout le monde tout au moins tant que le plein emploi ne serait pas assuré et que donc les nouveaux arrivants ne seraient acceptés qu'au cas par cas. J'attends votre discvours de jeudi que je suivrai avec attention et que vous approndirai cette question qui est une ombre a votre tableau.

  17. luz11 dit :

    Je vois que les italiens attendent beaucoup de nous.Il ne faut pas oublier qu'il y avait grand nombre de communistes.Les italiens vont réagir et nous aussi!
    Hier soir sur france 5 : une émission instructive sur la Grèce de Daniel Leconte : comme quoi il y a des journalistes honnêtes(je vous recommande vivement de la revoir en replay: magnifique! mais quelle douleur pour ce peuple: Les grands capitalistes de l'europe veulent chasser les habitants des îles pour s'accaparer des beaux sites afin d'en faire des bronzes c... je crois que les urnes n'y suffiront pas en Grèce

  18. Ruiz A. dit :

    Hasta la victoria siempre !

  19. Arnaud GEORGE dit :

    Bonjour M. Mélenchon,

    Juste pour vous dire que dimanche prochain vous aurez ma voix dans les urnes. Je vous dis un gros m... Et vive la République sociale!

    Ps : ce mouvement n'est que le début...

  20. marechal dit :

    @ Diogéne
    C'est que j'ai vu des elephant rose dans un cocotiers et que j'avais fichtrement envie de secouer celui-ci crénom!..
    Une dictature éclairée serait une société ou les gens passent un permis pour voter. Que ce permis soit validé sous des critères de cultures, de connaissances, on d'intérêt pour la vie politique.
    Le peu d'ambition de la part de nos oligarques pour l'instruction civique est à l'évidence une trahison du devoir d'information minimum que doit recevoir tout citoyen.
    Une constituante par le peuple et pour le peuple peut se nommer ainsi...lyrisme ou pas...
    C'est en ce moment qu'on en ressent le manque, de "démocratie informée", (appelle ça comme tu veux je te laisse le bébé volontier)
    non ?

  21. pascal dit :

    Quelle bouffée d'air frais dans cette campagne ! L'espoir d'une société différente renaît n'en déplaise à l'establishment qui traite Jean-Luc Mélenchon et le FdG de" populistes", mot distillé perfidement, tel un venin, pour culpabiliser ceux qui ont le toupet d'oser critiquer tous ces oligarques (de l'Europe, de la finance etc...) emphatiques et interchangeables qui ne se remettent jamais en question, fiers de leurs réussites ! Et qui osent nous dire avec emphase "faites nous confiance car nous, nous savons mieux que vous ce qui est bon pour vous...! Bon vent...

  22. Bouboulina31 dit :

    Quel plaisir de vous lire, de vous entendre ! Je regrette de n'avoir pas consulté plus tôt votre blog...
    Merci de nous redonner espoir ! Toulousaine, j'étais sur la Place du Capitole...votre discours nous a tous fait vibrer. Le Mois de Germinal ! J'en avais la chair de poule...Je pensais à Jaurès...Enfin des discours où affleurent la culture, l'élégance et la force du verbe. Enfin des mots pour exprimer la difficulté de vivre des humbles, pour traduire leur sentiment d'injustice, leur révolte ! Et quels mots !
    Scandaleuses, ces calomnies de certains journaleux ! N'existe-t-il aucun recours juridique, une fois cette campagne terminée ? Je ne suis guère naïve mais, là, je suis atterrée ! Mais, après tout, n'est-ce pas révélateur de leur peur et de notre force, grandissante ?!
    Le vent de la révolte souffle...
    Une devise, livrée par Kazantzaki dans sa Lettre au Gréco, un conseil de son grand-père Crétois : " Va jusqu'où tu ne peux pas " ! J'aime cette phrase, elle vous ressemble..
    Amicalement...au 22 !

  23. vick dit :

    Salut The Mélenchon team,,

    Reveillez les RMIStes faites les votez car ils vont pouvoir toucher 1700 Euro, Pas de temps a perdre il faut trouvez un boulot et vite car 1700 euro c cool.

  24. Richard Kurzéjà dit :

    Jean-Luc, je suis désolé de t'apprendre que malgré ta laïcité et ton refus justifié d'incorporer la religion à la vie politique, tu es malgré toi le plus bouddhiste des politiciens que, ce 21 ième siecle, 20 ième pour dire vrai, aie enfanté.
    Tu réuni les trois principes fondamentaux du bouddhisme (qui n'est pas une religion, mais un constat de vie)
    1) tu as parfaitement assimilé le fait que la vie sous toutes ses formes est en mouvement et que rien n'y est permanent(le communisme à la papa ! Connais pas)
    2) l'interdépendance qui te fait dire qu'on ne peut être heureux si au seuil de sa porte où à l'autre bout du monde quelqu'un est malheureux et gagne une croûte de pain pour me faire mes baskets.
    3) le vide (plus difficile à comprendre) car il suppose une absence de l'égo sans plus et nous confondons être et égo. Tu es bourré de talent vertueux, mais c'est la raison une et indivisible qui mène le bal et non pas ce petit égo dont nous sommes tous tributaires mais qui n'est rien de plus qu'un logiciel d'exploitation.
    Merci de m'avoir (après 35 ans de rangement) redonné envie de milité à nouveau.
    Ricardov.

  25. NICPON dit :

    Je suis écoeurée par cette dictature médiatique. Rien sur le meeting du front de gauche ce soir ! Nul part ! Il est bien sur bien plus important de médiatiser la journée off de Mr Hollande ou le meeting, (une nouvelle fois raté) du président candidat paniqué (appelant les électeurs du FN à l'aide). Puis sur une autre chaine, un autre débat : la crise ou l'obligation pour les francais d'être non solidaire entre eux et dans leur système : invitée d'importance, Nicole Notat, référence syndicale ressortie du chapeau pour l'occas. Comment ne pas céder à l’énervement ? Se rendre très très nombreux ce soir au rassemblement meeting de la seule politique alternative : celle du Front de gauche.
    Courage camarade, on lâche rien, la révolution citoyenne ne fait que commencer !

  26. 41cobra dit :

    M.Mélenchon, je ne sais pas ce qui se passera dimanche, mais un grand merci à vous, qui nous avez redonner espoir. Monsieur, vous êtes un Grand bonhonne!

  27. Manuel dit :

    Bonsoir Jean-Luc,
    On a besoin de ton soutien ici, à Nantes, avec Françoise Verchère, en lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes et les expropriations en cours !
    Bon courage, tu tiens le bon bout !
    Manuel

  28. Papin dit :

    Depuis l'âge de 17 ans, (j'en ai 63), je cherche comment agir pour une société de progrès et de justice. J'ai participé à nombre de tentatives politiques, syndicales, culturelles, associatives, et autres. j'ai toujours agit en pensant que tout ce qu'on tentait, donnerait un jour ses fruits. Je n'ai jamais abandonné le combat, la réflexion, l'étude des faits, rarement douté. Les espérances étaient souvent déçues, j'en arrivais à penser que je mourrai un jour sans avoir vécu un début de transformation révolutionnaire. Et puis voilà qu'un beau vent de révolution citoyenne se lève. J'y participe à la mesure de mes moyens.
    Je vis dans le milieu rural. Ancien paysan, combien ais-je rencontré de gens trompés, résignés, fatalistes. Il n'était pas toujours aisé d'expliquer le monde et les solutions pour le transformer. Pourtant, nous avons le bonheur de goûter au fait que nos 2 enfants se retrouvent à militer au PG. Nous avons le bonheur de ne jamais avoir lâché la lutte, d’avoir gardé l'espoir. Bien sûr dans notre quête, j'ai fait quelques erreurs, et dans ma contrée tout le monde se connaît, on paie cash. Mais rien de catastrophique! Et voilà ce réveil arrive, quelle joie, quelle émotion à regarder les meetings sur mon ordinateur, loin de vous tous, à pleurer même comme un gamin ému. Vous ne le saviez pas : notre éloignement, notre isolement en est la cause, mais je vous le dis du fond du coeur, ce qui se passe en ce moment est en parfaite communion avec ma pensée...

  29. Fred dit :

    Mr Mélenchon,
    Votre discours était totalement génial. On va faire tout ce qu'on peut. Tout.
    Reposez vous bien, Quand même.
    A vous et à nous tous.

  30. antigocho dit :

    Bonjour,

    Je m'inquiète de l'importance que vous prenez sur la scène politique et implore les électeurs de faire preuve de bon sens.

    Ne votez pas un homme qui méprise les médias comme Monsieur Mélenchon. Cet homme est un fou furieux qui s'arrangera pour museler les médias comme le fait si bien son camarade Hugo Chavez ou, d'une façon différente mais tout aussi efficace, Silvio Berlusconi en Italie.

    Certainement mon message ne sera jamais publié, preuve de l'ouverture de Monsieur Mélenchon à la critique...

    Je suis inquiet...

    Terriblement inquiet

  31. jevotejlm dit :

    Merci Jean-Luc pour votre campagne. Elle ne mérite pas le résultat que l'on connait. Courage, nous sommes toujours derrière vous. Malheureusement, il faudra attendre que les paumés qui ont voté pour la 3ème personne voit sa politique appliquée pour qu'ils comprennent où est leur intérêt. Quand on est dans la misère on ne fait pas comme le peuple allemand, on ne vote pas nationaliste, pour Hitler, pour vivre ce que l'on a connu dans les années 40. La France est aujourd'hui dans la mm situation, les pauvres rejetent la faute sur l'autre et non pas sur le grand capital. Qui avait perdu : le peuple, toujours le peuple. Et à Vitrolles avec Maigret, ils s'en souviennent ? Mm pas ! : Aucune promesse tenue, fin des associations, aucun respect des jeunes ni des vieux et j'en passe...


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive