31mar 12

En courant, j’écris quelques lignes

Face à l’artillerie lourde

Ce billet a été lu 100 774 fois.

colleurs-20Vous avez noté, bien-sûr, comment depuis quelques semaines, les intentions de vote pour le Front de Gauche relevées par les sondages sont à la hausse. Cette fois-ci cela correspond à ce que nous observons de toute part dans le pays avec nos propres instruments de mesure. La marche sur la Bastille et sa première réplique à Lille en attestent. Je n’en dis pas davantage. Cette situation déchaîne contre moi un ouragan de tirs tendus. Les arquebusiers les plus divers du Front National aux Verts en passant bien-sûr par les socialistes et l’UMP sont montés au feu. Je vois bien que cela énerve ! J’en dis le fond des raisons. Puis je viens sur une affaire largement sous signalée : la situation des lycées professionnels. Et comme il me faut faire vite, puisque je dispose de peu de temps pour monter cette note, je vais devoir après bien d’autres recourir à une méthode que je juge assez pauvre le reste du temps : donner des liens sur la toile pour dire ce que j’ai à dire.

En illustration de ce billet des militants du Front de Gauche colleurs d’affiches dans le XXème arrondissement de Paris : « Prenez le pouvoir ! », « Leurs profits polluent la planète », « Augmenter les salaires pas les actionnaires ». Photos : Insousciance et S. Burlot.

En ce moment ça bouge dans les lycées professionnels. Notamment dans le département dont j’ai été élu si longtemps, l’Essonne. Je ne peux m’empêcher de vouloir en parler. En effet ma passion pour le sujet est intacte et mon indignation est à hurler ! Les suppressions de postes pour la rentrée 2012 menacent désormais la survie de nombreux établissements. Les lycées professionnels vont en effet supporter les deux tiers des 6 550 suppressions de postes prévues à la rentrée prochaine dans le second degré. Alors qu'ils ne scolarisent qu'un tiers des élèves du secondaire ! Le gouvernement a donc délibérément choisi de colleurs-24faire cette voie d’enseignement une cible. C'est un choix cohérent avec la volonté de Nicolas Sarkozy de passer de 500 000 à un million d'apprentis dans le pays. Pour parvenir à un tel résultat, la droite a besoin de pousser hors des lycées professionnels les jeunes pour les mettre de force en apprentissage en entreprise.

Pour économiser ces postes, il ne s'agit plus seulement de supprimer des heures, ou d'éliminer les cours en petits groupes mais, carrément, de supprimer des formations. Depuis l'élection de Sarkozy ce sont donc 922 classes qui ont été fermées dans l'enseignement professionnel public. Dans le même temps la droite a ouvert 156 classes dans l'enseignement professionnel privé confessionnel. On ne peut avoir meilleure démonstration de l'option préférentielle pour l'enseignement privé qu'applique l'UMP. Mais désormais ce sont donc carrément des établissements entiers qui sont fermés : déjà 54 ont été rayés de la carte depuis 2007. Et la rentrée 2012 s'annonce la plus destructrice qu'ait jamais connue le secteur. Rien que dans l'académie de Lille, 14 lycées professionnels vont être « fusionnés ». Cela signifie que dans de nombreux endroits il n'y aura plus du tout d'offre de formation professionnelle accessible dans l'enseignement public. L'Association des régions de France s'en est émue. Elle dénonce un « gâchis financier incompréhensible ». En effet, des lycées récemment rénovés par les régions, avec du matériel neuf, vont devoir fermer faute de postes d'enseignants à colleurs-13y affecter. Pour les jeunes cela veut dire que les orientations "par défaut", c’est-à-dire non choisies, seront donc plus nombreuses et la réussite en pâtira.

Après ces chiffres se révèle ensuite une autre réforme plus profonde et perverse de l'enseignement professionnel. Appliquée depuis 2009, la réforme du bac-pro qui en a réduit la préparation à trois ans au lieu de quatre, produit son effet néfaste. Il conduit à l’échec un nombre croissant d'élèves. Comme je l'avais malheureusement prévu quand j'ai combattu d'arrache-pied cette réforme. Avec la suppression des cycles de formation BEP, les élèves qui sortent de CAP ont encore plus de mal à poursuivre leur formation et à réussir en bac pro en 3 ans. Les décrochages de jeunes augmentent donc. Dans l'académie de Versailles, la plus importante de France, les décrochages en cours de formation en bac pro ont été multipliés par trois depuis l'application du bac pro en trois ans. Rien que dans cette académie ce sont ainsi 1 500 jeunes qui décrochent sans arriver au bac pro. Et le taux de réussite nationale au bac pro a lui aussi commencé à pâtir du passage au bac pro en trois ans : en 2011 la colleurs-25réussite a baissé de 3,8 % alors qu'elle augmentait dans toutes les autres séries du baccalauréat. Un désastre éducatif prévisible qui prépare une catastrophe économique et sociale non moins prévisible.

Face à ce massacre, les mobilisations se multiplient dans les lycées professionnels en impliquant les enseignants mais aussi les parents et les jeunes. Ils ont raison. Je vous appelle tous à soutenir leurs luttes partout où elles se déclenchent. Car la lutte finit par payer. La mobilisation pour le lycée Le Mas Jambost à Limoges a, par exemple, obtenu la suspension de la fermeture de ce lycée des métiers du bois et de la céramique. Un remarquable établissement qui regroupe des formations du CAP au BTS mais aussi des passerelles avec les écoles d'ingénieurs du secteur ainsi qu'un centre de formation continue. C'est tout ce maillage qualifiant que le gouvernement voulait rayer de la carte. Avec le risque de terribles pertes de savoir-faire, notamment dans les techniques de modelage des matériaux et de fabrication de moules qui ont des applications dans toute l'industrie, de l'automobile à la fonderie en passant par l'ameublement. De nombreux autres lycées pro sont en lutte contre ce saccage de savoir-faire. En Ile-de-France, c'est notamment le cas de plusieurs lycées des métiers du bâtiment en luttes et en grève : Auguste Perret à Evry, Gustave Eiffel à Massy ou Jean-Pierre Timbaud à Brétigny. Mais aussi de lycées formant aux services et soins à la personne comme Baudelaire à Evry et Valmy à Colombes. Autant de secteurs où le besoin de professionnels qualifiés est permanent. Et où la mise en péril de l'outil public de formation et de qualification est une folie pour l'avenir économique du pays.

A présent je vais donner des liens pour diriger ceux que cela intéresse vers les échos de mon agenda de la semaine. Je commence par cette superbe réunion à l’Usine, le quartier général de campagne. Il s’agissait d’un rassemblement des ouvriers des entreprises en lutte pour l'emploi. L’idée était de démontrer comment est pensé l'avenir à long terme, à la base. Cela s’appelait « Forum Industrie et planification écologique ». C’était organisé par le Front des Luttes et plus particulièrement par Laurence Sauvage dont c’était le bébé en quelque colleurs-29sorte ! Un moment saisissant et sans précédent politique, avec les délégations ouvrières de plusieurs entreprises où je me suis moi-même rendu. Le trait commun des interventions était la présentation de projets alternatifs. Faute de pouvoir en traiter moi-même, voici le compte rendu évocateur qu'en a fait Corinne Morel-Darleux sur son blog.

Ensuite, je signale un moment très fort pour moi, encore une fois. Celui passé à la rencontre de l’association pour « le droit de mourir dans la dignité ». Vous vous souvenez sans doute que, à la Bastille, j’ai fait mention de ce droit comme d’une liberté fondamentale de la personne humaine. Au point de souhaiter l’inscrire comme un droit constitutionnel. Je suis intervenu devant les membres de l’association et leurs invités. Le film de mon discours me permet de garder une trace de ce discours que je n’ai pas davantage écrit que les autres. Et comme je crois que j’ai bien résumé mon point de vue je vous le propose pour vos propres méditations. Dernier lien à proposer. Il colleurs-04s’agit d’aller lire mon ami René Revol. A son appel, le Front de Gauche de l’Hérault se propose d’organiser une réplique locale de la mobilisation nationale de la Bastille. Elle aura lieu la veille de la deuxième marche pour la sixième République qui se tiendra sur la place du Capitole à Toulouse le 5 avril prochain.

Inutile, je suppose, de dire de nouveau combien le traitement médiatique de la campagne dans la presse écrite peut être décevant. Je parle de la presse écrite car c’est d’elle dont on attend recul et arguments par rapport à l’instantané du média audiovisuel. En réalité, à l’heure actuelle, l’audiovisuel est beaucoup plus factuel qu’une bonne partie de l’écrit. Je n’en juge pas en général mais au cas particulier qui me concerne. Pour l’humour de situation je veux souligner un événement d’un genre nouveau. Il s’agit du traitement du meeting de Lille. A peine avions nous donné le chiffre de la participation que la journaliste du Figaro « tweetait » de tous côtés des persiflages. Du journalisme pro actif en quelque sorte ! Aussitôt les deux autres faces de l’Everest médiatique parisien firent écho. Car la confraternité est plus importante que les faits. C’est donc une première qui a eu lieu. Elle ridiculise les fabricants de faits. Car cette fois-ci la police a… compté. Il y a donc trois chiffres. Celui des organisateurs : 23 000. Celui de la police, reproduit par toute la presse locale : 20 000. Et le chiffre du journal « Le Monde » : 10 000 ! Ah les braves gens. Et, bien sûr, objectivité oblige, le « reportage » avance le chiffre des « organisateurs » pour mieux souligner l’absurde exagération. Manque de chance pour ce type de manipulation, le chiffre de la police (un ramassis de bolcheviks à la solde du Front de Gauche ?) souligne au contraire que nous n’exagérons pas. Mais cet amusant ridicule nous instruit. Il nous rappelle combien le nombre des participants est un enjeu politique. Je ne parle pas de ce qu’en dit la presse parisienne. Cela n’a pas d’impact sur notre trajectoire comme on le voit à notre succès après qu’elle a tant fait pour nous nuire ! Je parle de la perception qu’en ont colleurs-07ceux qui en reçoivent le choc. Car il s’agit d’un choc. Le sentiment de la force décuple la force. La perception du rapport de force fait partie du rapport de force. Et c’est bien pourquoi on reconnaît nos ennemis à cette crispation qui les conduit à nier les faits jusqu’au ridicule !

A l’inverse, notre intérêt est de dire la vérité et rien de plus qu’elle. Nous le faisons parce que c’est notre intérêt de situer exactement le point où nous en sommes, non pour les commentateurs, mais pour l’auto-évaluation exacte que doit faire d’elle-même la force que nous cherchons à constituer. C’est ainsi que chacun peut ensuite apprécier l’effort qu’il veut faire pour améliorer notre rapport de force. Les actes de sous-évaluation sont intéressants aussi car ils permettent une saine éducation collective à propos du niveau de turpitudes auquel certains médias sont prêts à s’abaisser pour mener leur combat. Ainsi quand « Le Nouvel Observateur » nie purement et simplement l’événement de la Bastille. Pas une ligne pas une photo. Mais c’est tant mieux en quelque sorte. Rien n’est plus écœurant que les papiers qu’il nous consacre de temps à autre, plein de morgue, d’offenses de toutes sortes et de ragots de dîner aux bonnes table où invitent les dirigeants socialistes. C’est pourquoi le pire est à venir. Compte tenu de ce qu’est la propagande des socialistes depuis dix jours je m’attends à une entrée en scène spécialement odieuse de la part de l’organe bling-bling du colleurs-23social-libéralisme. Si l’on tient compte des projets de carrière de son principal dirigeant en cas de victoire de la gauche dont tout Paris bruit, sa cotisation à l’entreprise de démolition va être particulièrement gratinée.

Ce qui est frappant dans le tir de barrage que nous subissons en ce moment de Le Pen au PS, c’est le moment où il se déclenche. Bien sûr je suis capable de faire la part des choses. Je vois bien le côté « service commandé » de la désolante campagne de dénigrement des Verts. C’est leur cotisation pour leurs sièges de députés. Mais tout de même ! Je comprends aussi les excès de zèle de ceux qui ont beaucoup à se faire pardonner. Comme Fabius après son échec misérable face à Sarkozy dans l’émission « Des paroles et des actes » ! N’empêche tout cela « fait système », comme on dit. A quel moment tout cela se déclenche ? Je note que c‘est à l’instant où nous sommes en passe de hisser ma candidature plus haut que celle de Le Pen ! C’est là que tout le monde me tire dessus. Complicité objective avec l’extrême-droite ? Oui bien sûr même si elle est inconsciente. Car le fond de l’affaire est le suivant. Tant que Le Pen est troisième, la chanson du vote utile peut être passée en boucle. L’univers politique des quinze dernières années continue à ronronner avec ses rentes de situation et ses positionnements convenus ! Dès qu’elle n’y est plus, le verrouillage des deux premières places saute. Et les suivants de la file sont mis au pied du mur tout aussi fortement ! Dans cette manœuvre, la première bénéficiaire, madame Le Pen, prend toute sa place et vocifère avec le reste de la meute. Et alors apparaît l’incroyable. Il est frappant de constater que les arguments de madame Le Pen et de nombre de mescolleurs-15 détracteurs sont les mêmes. Notamment lorsqu’ils utilisent le registre grossier d’un anticommunisme nostalgique de la guerre froide. Chavez, Cuba, le Dalaï Lama sont ainsi régulièrement convoqués à la barre des témoins de mes turpitudes, sans oublier Pierre Lambert et mes trois ans de trotskisme actif il y a quarante ans de cela ! Cécile Duflot y ajoute de touchante remarque sur mon âge avec les mots de l’élégance qui la caractérise.

Certains médiacrâtes aussi semblent voir avec ennui leurs scénarios écrits à l'avance et leurs connivences mondaines ébranlées par un imprévu de cette sorte. Surtout quand cela menace d’affecter aussi les plans de carrière. Du lourd, donc. Me voici donc qualifié d'« allié objectif de Sarkozy », vieille expression héritée de la période du stalinisme. C’est la trouvaille de Patrick Jarreau dans Le Monde du 20 mars. Elle est répétée par tous les imaginatifs de la moutonnerie de luxe. Ainsi par François Martin dans l'éditorial de « Midi Libre ». Ces insinuations malveillantes sont ensuite passées directement dans la bouche de Marine Le Pen qui m'a qualifié le 28 mars de « colleurs-08meilleur allié de Nicolas Sarkozy ». Jarreau, Martin et Le Pen ont donc le même point de vue, devrais-je dire si je raisonnais avec les outils intellectuels de l’ancien trotskiste du « Monde ». La manière dont cette « analyse » circule, par qui elle passe et où elle passe est à elle seule instructive du monde de connivence qui s’agite derrière le rideau.

L’indice majeur de la volonté de propagande manœuvrière est la stupidité de la thèse. Si on prenait cela au sérieux il faudrait en conclure que quand la gauche grimpe cela profite à la droite… Car tels sont les faits : plus le Front de Gauche progresse, plus la gauche dans son ensemble progresse. La preuve en partant des mêmes bases de départ que ces brillants analystes : les sondages ! Pour l’ensemble des sondeurs qui nous « voient » en progression, le total des intentions de vote de la gauche dans son ensemble augmente : +3 points pour CSA, +2 points en une semaine pour l’IFOP ou encore +1 point pour l’IPSOS. Et, pour être plus précis, dans les prédictions des sondeurs, la forte montée du Front de Gauche ne se traduit jamais par un effondrement des intentions de vote du PS. Lorsque CSA observe 2 points supplémentaires pour le Front de Gauche, François Hollande reste stable. Lorsqu’IPSOS nous fait progresser de 1,5 point, François Hollande ne perd qu’un demi-point. Lorsque TNS Sofres colleurs-02voit une augmentation de 6 points pour le Front de Gauche, François Hollande perd 3,5 points. La progression du Front de Gauche est donc avant tout la percée d’une force qui rassemble la gauche et qui conquiert l'adhésion de milliers de personnes désemparées qui ne savaient plus pour qui voter.

Au PS c’est la confusion face à ma candidature. Car notre percée effondre le beau plan stratégique de départ. Que faire, se demande-t-on dans le bureau du tout puissant Manuel Valls qui dirige tout ? Car pour celui-là, nous sommes un danger. Du coup, depuis quarante-huit heures, faute d’idées ou de programme à défendre c’est une suite ininterrompue d’agressions pleine de postures pontifiantes qui se succèdent. Plusieurs caciques me conseillent de « réserver les coups à Sarkozy ». Mais eux-mêmes font exactement le contraire avec moi dans des termes d’une violence incroyable. A vrai dire, pire que cela ne fut jamais aux heures les plus difficiles à gauche au cours des vingt dernières années. D’où vient cette perte de sang froid ? En voici la raison. Hollande ne peut rompre l’ambivalence de sa stratégie politique. Il comptait que nous serions quantité négligeable, obligés de voter sans discuter. Seule importait l’affection de François Bayrou. A cette heure, Bayrou est dans les choux et nous sommes une force incontournable. Et il n’a aucune stratégie de rechange. Est-ce notre faute ? La droite, qui a vu la faille, presse là où ça fait mal. A qui la faute encore une fois ? colleurs-03N’avions-nous pas prévenu qu’il en serait ainsi ? N’avons-nous pas, dès décembre publié tracts et brochures pour expliquer que l’idée d’unir sous un même joug, dans le même attelage, Bayrou et le Front de Gauche serait impossible ?

Comment sortir de cette situation pour le camp Hollande ? Plutôt que de s’interroger sur les moyens de se doter d’une nouvelle dynamique, l’état-major de campagne socialiste cherche à mettre en place un nouveau verrou de contrainte qui prenne le relais de feu le « vote utile ». Celui-ci est en effet assez largement démonétisé. Ils en ont tellement abusé ! De plus voilà que Le Pen, sous notre pression, est cantonnée à plus de dix points derrière le « prochain président ». Ce dernier, comme d’habitude envoie ses snippers et se donne l’air de regarder de haut la mêlée qu’il déclenche. Le premier à avoir dégainé la nouvelle arme de contrition massive est Jérôme Cahuzac, le conseiller budgétaire de François Hollande et son gardien du temple de l’orthodoxie financière.

Son idée est de verrouiller la situation en passant en force. Mardi 27 mars sur Public Sénat, il a affirmé que le programme de Hollande est « à prendre ou à laisser ». Pour soulager la violence de la charge il a bien sûr ajouté que nous serions déjà d’accord. Puisqu’on nous aurait acheté : « Jean-Luc Mélenchon et son parti ont passé un accord avec le PS pour que leurs candidats aient quelques circonscriptions avec quelque espérance de gains ». J'ai répondu dans mon discours de Lille et je le redis pour que ce soit clair : il n'y a aucune négociation et aucun accord ni avec Hollande ni avec le Parti Socialiste. Cahuzac ment donc avec aplomb. C'est d'ailleurs ce qu'a reconnu son propre camarade Christophe Borgel. C'est le colleurs-01responsable des élections au PS. Il est donc le premier informé. A propos d'éventuelles discussions il a démenti : « Jean-Luc Mélenchon a raison: il n'y en a pas eu ».

D’autres socialistes ont été chargés par Hollande de puiser dans l’artillerie lourde des injures. Là encore avec des arguments de guerre froide style Patrick Jarreau. Le plus grossier est sans aucun doute Gérard Collomb, le maire de Lyon, vieux complice de Hollande dans les grandes manœuvres d’appareil au PS. Dans Le Figaro du 29 mars, il explique à mon propos : « Le modèle qu'il défend, on l'a essayé en URSS, au Cambodge, ça ne marche pas ». Jusqu'ici on n’entendait ces âneries que dans la bouche des soutiens de madame Le Pen. Désormais, le FN et le maire PS de la deuxième ville de France utilisent les mêmes mots contre le Front de Gauche. Mais me comparer à Pol Pot est une nouveauté dans l’infamie que je ne suis pas prêt d’oublier. Je cherche en vain quel brillant éditorialiste relèverait la violence du propos. J’attends le socialiste qui inviterait Collomb à « réserver ses coups à l’extrême droite ». En fait c’est une manière de dire. Car je n’attends rien de personne dans ces milieux globalement hostiles et fielleux.

D'autres responsables du PS ont relayé les grands airs du candidat. Ils demandent avec prétention et arrogance que l'on « parle du projet » et pas seulement des « colères ». C'est ce qu'a réclamé Michel Sapin ce jeudi sur Radio Classique et Public Sénat : « Il serait intéressant que chacun se détermine par rapport aux projets eux-mêmes et pas simplement par rapport à la sonorité de la voix ou par rapport à la couleur du discours ». Michel Sapin est le responsable du projet de François Hollande. Ce n'est pas n'importe qui au PS. Donc il sait qu’il pipeaute. Pas de projet au Front de Gauche ? Pas de projet dans mes discours ? Notre programme est disponible depuis le mois de septembre. Il s'est vendu à plus de 300 000 exemplaires. J'ai fait une offre publique de débat aux autres candidats de gauche le 28 août à Grenoble en conclusion de notre Remue-méninges. Voici ce que j'ai déclaré à cette occasion: « Rassembler le peuple, c'est parler clair. Alors, pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, et parce que je ne veux pas que nous passions notre campagne dans une espèce d'isolement mutuel : personne ne parle à personne et tout le monde s'enferme dans ses certitudes. Je fais une offre publique de débat à tous nos colleurs-26partenaires de gauche, qu'il s'agisse de nos camarades du NPA ou qu'il s'agisse de nos camarades socialistes. Je vous en prie, acceptez le débat ! Discutons de nos idées, demandons à notre peuple ce qu'il en pense. » Cela fait donc 7 mois que le Front de Gauche a proposé une discussion sur les programmes. 7 mois ! 214 jours ! A ce jour la réponse a consisté dans cette suite d’injures.

Il y a enfin notre cher Arnaud Montebourg. Il a déclaré sur Europe 1 : « Jean-Luc Mélenchon devrait s'interroger sur l'utilisation que fait Nicolas Sarkozy des mots qu'il emploie », avant d’ajouter : « Cela devrait interroger un certain nombre de citoyens sur l'instrumentalisation de l'agressivité de Jean-Luc Mélenchon ». J’ai bien reçu le message. Que ne l’a-t-il confié au représentant qu’il m’a envoyé à la Bastille me porter l’expression de sa solidarité ? Un peu double-langage le camarade. Par prudence donc et pour suivre son enseignement je ne dirai donc pas davantage que ce que lui-même a dit dans un passé récent. Car je suppose que cela doit être conforme aux précautions qu’il me recommande de prendre ! Sans autres commentaires, je rappelle juste quels étaient les mots d'Arnaud Montebourg sur François Hollande : « Il est impossible de construire quelque chose avec Hollande, il nous a conduits à deux désastres, celui de 2002 et celui de 2005. » (à Frangy-en-Bresse, 2005) ou encore : « Le point faible de Hollande, c'est sa candidature » en mars 2011 sur Rue 89. Et dans Libération encore, le 11 octobre : « François Hollande, par deux fois – au congrès de Dijon colleurs-28et à celui du Mans -, m’a refusé la VIe République. Aubry et Hollande, ce sont des dirigeants fermés aux idées nouvelles ! Ils risquent de faire perdre la gauche ! »

D’ailleurs Arnaud Montebourg a bien raison de dire qu’il faut se méfier de l’utilisation par l’UMP des mots que l'on emploie. Pour preuve, le terme « Flamby », qu'il a inventé, a les honneurs de multiples articles sur le site « planète-ump » : « Flamby se fait piquer son nom de domaine », « Le Flamby à la farine », « L’équipe de choc du Flamby », « Flamby hué par les ouvriers de Fessenheim », « Le bouclier fiscal à la sauce Flamby », « Flamby, la manipulation, c’est maintenant ». Jaloux peut-être, Montebourg affirme que je serais « devenu la nouvelle mascotte du Figaro. » Là encore je me contenterai de lui rappeler que je n’y ai jamais dit le dixième de qu’il a dit quand il y a déclaré, en juin 2011, évoquant l'impasse du socialisme de François Hollande et Martine Aubry : « Un socialisme soit déjà condamné par l’Histoire, c’est le socialisme d’accompagnement de la révolution libérale, le blairisme, qui a été condamné par le peuple anglais, soit un socialisme redistributif, qui est impuissant dans une période de disette budgétaire. »

Les donneurs de leçon médiatique finissent toujours par être confondus par la réalité. Ce n'est qu'une question de temps. Je le dis pensant à Jérôme Cahuzac dont le pire des déclarations n’est pas le mensonge politicien à propos de négociations qui n’existent pas. Pour en prendre la mesure vous vous souviendrez que j'ai exprimé à plusieurs reprises mes inquiétudes sur les coupes massives dans les dépenses publiques qu’implique le projet de François Hollande. Or Jérôme Cahuzac, chargé du budget dans son équipe vient de confirmer très précisément l'ampleur de ces coupes dans Le Monde du 28 mars. Cahuzac me donne malheureusement raison là où Patrick Cohen et Libération m'accusaient de tromperie. Le 1er février dernier, sur France Inter, j'avais indiqué que François Hollande prévoyait de baisser les dépenses publiques de 50 milliards d'euros. Je m'appuyais pour cela sur les tableaux présentés dans son programme aux pages 40 et 41. Hollande y propose que la part des dépenses publiques dans la richesse du pays passe de 56,5% en 2012 à 53,9% en 2017. Cela signifie qu'il veut moins de dépenses publiques pour le pays qu'il n'y en a aujourd'hui dans la France de Sarkozy. Son projet représente une baisse des dépenses publiques de 2,6 points de PIB soit 50 milliards environ. A l'époque, dans la deuxième partie de l'émission de France Inter, on se souvient que Patrick Cohen avait contesté ce chiffre. Il s’était fait l'écho de protestations reçues au moment même où nous parlions, en temps réel, de l'équipe de François Hollande. C'était une scène assez surréaliste. Puis, dans la foulée, c'est Libération qui prétendait contrer « l'intox » de Mélenchon en qualifiant mon analyse de « tordue ». Vous pouvez retrouver l'article sur le site internet du journal. Un mois et demi après, le conseiller budgétaire de François Hollande en personne passe aux aveux colleurs-22et me donne donc raison. Bien sûr, vous n'en lirez aucune mention dans Libération et n'en entendrez rien dans la matinale de France Inter. Je vous livre donc la citation exacte de Jérôme Cahuzac dans Le Monde du 28 mars : « François Hollande a choisi, lui, de ramener le rythme de progression, en volume, de la dépense publique, de 1,7 % l'an ces dernières années, à 1,1 %. Avec des hypothèses de croissance assumées, cela diminuera la dépense publique de 2,6 points de PIB en 2017, soit une économie de 50 milliards d'euros. » C'est exactement les chiffres que j'ai donnés, à la décimale près !

Chacun sait donc désormais à quoi s'en tenir quant au programme d’austérité du candidat socialiste. Et si vous n'avez pas bien compris, lisez encore Cahuzac : « Pour annuler le déficit public en 2017, il faut un effort de 4 à 5 points de PIB [produit intérieur brut] dans la mandature. Nous y sommes prêts. » « 4 à 5 points de PIB » représentent entre 80 et 100 milliards d'euros. Puis Cahuzac explique en quoi consiste l'austérité selon Hollande en prenant un exemple concret : « Clairement, cet objectif interdit la création nette de postes dans la fonction publique d'Etat pendant le prochain quinquennat ». Jérôme Cahuzac confirme ce que François Hollande a déjà reconnu : toutes les créations de postes seront compensées par des suppressions ailleurs. Dis autrement, pour créer 60 000 postes dans l'Education et 10 000 dans la sécurité publique, François Hollande va supprimer 70 000 postes de fonctionnaires supplémentaires. Je me permets donc de poser une question simple : où veut-t-il supprimer 70 colleurs-31000 postes de fonctionnaires supplémentaires dans les cinq prochaines années ? Où-juge-t-il que c'est possible ? Pourquoi ne le dit-il pas ?

Jérôme Cahuzac éclaire aussi dans cette interview un autre point épineux du projet de François Hollande. Je veux parler de l'avenir du Traité sur la stabilité budgétaire (TSCG) de Sarkozy et Merkel. Celui qui impose la « règle d'or » d'interdiction des déficits et prévoit des sanctions automatiques contre les Etats contrevenants. François Hollande dit vouloir « renégocier » ce traité. Mais depuis quelques temps, ses soutiens emploient d'autres mots. Il ne serait plus question de « renégocier » mais de « compléter » le TSCG. C'est-à-dire de lui ajouter un protocole pour la croissance mais d'accepter son contenu actuel. Une solution déjà mentionnée dans les Echos début mars où des proches de Hollande affirmaient officieusement qu'il s'agirait d'un protocole sans valeur contraignante. Au même moment, le porte-parole de la campagne socialiste, Bernard Cazeneuve avait expliqué lui aussi sur France Culture qu'il n'était pas question de changer le contenu du traité déjà signé mais de « faire en sorte que l’on mette, à côté de ce Traité sur l’austérité, un pacte de croissance ». C'est cette solution cosmétique que Cahuzac vient de confirmer dans Le Monde : « La France, et d'autres pays, sauront convaincre de la nécessité de compléter le nouveau traité européen par des mesures de relance et de croissance dans une claire répartition des tâches : aux Etats d'ajuster, à l'Europe de relancer ; et de le faire autant qu'il le faudra ! ». Ou encore : il y a « la nécessité d'une coopération européenne accrue et d'un traité qui, à la demande de la France, serait complété de mesures de croissance. » Cette ligne qui annonce l'austérité et renonce à refuser le traité qui l'institutionnalise forme un tout cohérent.


874 commentaires à “Face à l’artillerie lourde”

Pages : « 13 4 5 6 7 [8] 9 10 11 12 1318 »

  1. 351
    Antigone dit:

    @349 jean le hussard
    En fait n'ous n'avons pas d'autre solution que de battre le PS car ils ne modifieront pas leurs orientations économiques et c'est un point de non retour pour nous dans une situation aussi grave. On est presque plus proches sur ces points cruciaux de NDPAignant que de FH. La ligne de partage s'est vue sur le vote du NON et sur le MES. Par contre votre appel à la fraternité, nous l'adressons, bien sûr, aux militants de base sincères qui sont au PS et vont réfléchir et quitter cette planche pourrie qu'est Solférino aux mains d'un petit groupe d'ultralibéraux wich are not dangerous for the City.
    @350 citoyenne21
    Le PS n'est pas pris d'inertie, c'est leur stratégie qui volé en éclat. Avec DSK ils ne pensaient même pas faire campagne et pensaient aller à fond dans leur politque libérale. Mais là, ils sont démasqués, pris à la gorge, entre le mur et l'épée, que faire? venir sur nos thèses? Mais il n'en est pas question une seconde, pour eux la gauche devenue "moderme" "réaliste" soit libérale. Donc ils ne peuvent qu'essayer de se taire oublier pour cacher à la masse leur vérité inavouable, moins ils parlent et mieux ça vaut (preuve la tentative avortée de Hollande sur la finance qui n'a pas de nom). ça l'a refroidit, le pépère.Donc ils sont contraints d'attaquer notre porte parole et éviter de parler programme. Nous leur avons repris cette parole et maintenant nous devons absolument leur reprendre la gauche qu'ils ont confisquée au peuple. Et comme Dracula que la lumiète jetée sur eux, les fassent disparaître... à tout jamais.

  2. 352
    dan dit:

    En avant pour les + 20% !
    Allez j'ose : Jean Luc (tu permets que je t'interpelle ainsi...) j'ai beaucoup apprécié ce billet sur l'enseignement professionnel : j'ai beaucoup appris à l'occasion et cette situation me révolte, et çà parle aux jeunes ! Je pense qu'il faudrait faire le même billet sur la situation dans les Universités : la loi sur l'autonomie des universités est en effet une vraie machine de démolition. De même la nouvelle organisation du secondaire (absence de formation des enseignants, nouvelle notation des profs, l'école devenant une entreprise, etc.). Il y a là une vraie démolition de notre Education nationale et il faut ouvrir les yeux de nos scolaires. La Santé (Sécu, hopitaux) la Retraite : il faudrait en effet en remettre une couche !
    Et puis clé de voûte de l'édifice : La Culture et les médias !
    Tu as déjà beaucoup fait, tu es au top ! Change rien.
    Dans 3 semaines on sera tous prêts pour commencer la grande construction d'une République sociale.
    L'Europe nous regarde et attend le signal.
    Résistance !

  3. 353
    laurence84 dit:

    Une discussion très interressante sur le site de Place au peuple, à propos des pme et tpe et du projet de caisse de solidarité productive. Puisque les télés et les journaux nous ferment les portes, je ne vois que les meetings pour y développer ce sujet et le faire mieux connaître. Je suis auto- entrepreneur et je cumule les difficultés : précaire,saisonnier et pas de trésorerie ! Pour moi tout est bon dans notre programme, vrai projet de société humaniste de relance, aux perspectives passionnantes mais je rencontre au quotidien beaucoup d'artisans et de tout petits patrons avec un ou deux employés qui s'inquiètent surtout (et c'est normal) de leurs présent immédiat et de leurs problèmes de comptabilité : j'aimerai avoir des arguments clairs à leur proposer, beaucoup sont prêts à voter front de gauche.
    Si j'arrive à les convaincre de descendre à Marseille (comme moi !) ce serait bien que Jean- Luc s'adresse directement à eux.Le 22 arrive à grand pas !
    Hier, j'ai dis à une copine que je voterai front de gauche, elle s'exclame " ah ! toi aussi ! " elle aussi, et nos amis communs aussi !
    Viva !

  4. 354
    Courrierlecteur dit:

    "Pour revenir a Zemmour (ben oui !) ! Je crois que ce bonhomme est fasciné par Jean Luc Mélenchon !"

    Je l'ai perçu comme cela aussi. Voir aussi la broche de la journaliste: rouge! (hasard?)
    Cela ne m'étonne pas. La candidature de Jean-Luc Mélenchon porte un projet républicain avec une haute vision de la projection de la France. D'autre part, (à l'opposé d'un nationalisme exacerbé) il ne faut pas oublier que nous avons repris la Bastille (120 000 personnes et plus), en redonnant ses véritables valeurs à notre République: liberté, égalité, fraternité. Ce drapeau bleu, blanc, rouge, (que le FN s'était accaparé) nous lui avons redonné de belles couleurs.
    Notre Porte Drapeau est à la hauteur, pour nous mobiliser avec lui, face au tsunami financier qui se prépare (Grèce, Espagne,...) Nous devons rassembler tout le monde avec nous, bien au delà des partis. La Patrie est en danger.
    La 6ème République nous appelle!
    En marche Citoyens.

  5. 355
    Ingo dit:

    Voici une réponse concernant les argumentaire suite aux accusation de "Castriste", "Chavez" etc. Question pose à Jean-Luc Concrètement, dans quel modèle sud-américain vous retrouvez-vous le plus ?
    Jean-Luc répond:
    Il n’y a pas un modèle, j’ai emprunté partout. Par exemple, nous avons beaucoup étudié la sortie de crise de l’argentine et sa façon de gouverner face aux banques. Je suis très intéressé aussi par les techniques de communication des Kirchner, un mélange de silence et d’affrontement avec la presse. Au Brésil, c’est la formation même du Parti des Travailleurs, une fédération de toute sortes de gens, comme le Frente Amplio en Uruguay, c’est comme cela que nous construisons le Front de Gauche. Le Brésil est aussi l’exemple de la question des pauvres et du rôle de la théologie de la libération. De Venezuela, ce que je reprendrais sans hésiter, c’est l’idée d’une nouvelle Constitution.
    Le lien ici.

  6. 356
    airelle dit:

    Maintenant je me dis: Tout faire pour que Sarko ne soit pas au second tour.

  7. 357
    cheriere dit:

    J'étais déjà convaincu de l'impérieuse nécessité de voter Jean-Luc Mélanchon. La lecture de ce blog de grande qualité me le confirme. Je pense que de plus en plus de gens vont se rendre compte que Hollande c'est seulement Sarkozy en à peine moins pire. La présence du FdG au second tour m'apparaît comme possible. Bravo et courage, on va y arriver !

  8. 358
    jacques bounoume dit:

    Vingtras-370
    Completement d'accord, les impressions de terrain confirment ce sentiment.
    Parisot a fait une sortie tout en finesse et en nuances "Jean-Luc Mélenchon héritier de la Terreur" "des piques brandies par les militants" !

  9. 359
    sergelerouge dit:

    Face a la monté du veritable representant des forces populaires de la france laborieuse, la pseudo oligarchie bourgeoise et ceux qui s'y assimilent, a savoir les manges **** de tout accabits qui espèrent ramasser les miettes du festin, l'invective et la calomnie sont leur dernier recour. Hélas pour eux, les jours de leur glorieuse nullité sont comptés. Non seulement ça ne decourage pas les electeurs sensés,mais ça encourages les indécis a se mettre de notre coté. Il n'y a pas de compromission possible avec des partis qui ne rejettent pas fermement le modèle neo liberal capitaliste. Le changement pour une société humaine égalitaire et juste,ne peux s'obtenir qu'en remettant en cause les fondement du modèle social, et le rejet des non valeurs capitalistes. Courage Jean-luc nous sommes des millions derriere toi !

  10. 360
    Maurice dit:

    Mes amis, quel plaisir de se réveiller avec un sondage encourageant et une L. Parisot qui perd son latin. Ils ont peur et on les comprend. Encore un peu de courage, encore quelques indécis par ci par là et le second tour deviendra une réalité.

    Résistance!

  11. 361
    Barbara dit:

    Cet article est à mourir de rire !

  12. 362
    lionel-pg44 dit:

    384 MaDalton

    Merci pour le lien, c'est un vrai régal que ce poulet de la dadame du Medef et de l'institut Opif. De la balle, dirait mon fils. Cela dit, qu'elle ait les jetons de voir des partageux arriver au pouvoir c'est bien normal, on va lui raboter un peu de dividendes. Qu'elle aille au diable !

  13. 363
    Jean-Philippe dit:

    @ nuno (288)
    "Macé-Scaron nous a traité avec mépris "le FdG c'est juste un ramassis de bobos".

    Macé-Scaron, l'homme qui a propulsé le "Grand Ecrivain" Houellebecq et sa philo de bistrot vers le Goncourt. En tout cas, les "bobos" que nous serions commencent à cerner ces tristes mafias retranchées dans leurs citadelles de pacotille. Leur règne du "non-littéraire le plus agressif" a bien du souci à se faire.
    15% d'intentions de vote, je rêve. Bravo à vous, Jean-Luc Mélenchon ! Continuons tous'Ils ne nous auront pas. Beau dimanche à tous !

  14. 364
    Fred Barbosa dit:

    15%, c'est bien. Maintenant, il faut talonner les deux premiers. Avec les rassemblements et meeting qui s'annoncent c'est possible. La France est le pays qui montrera la voie aux peuples Européens qui cherchent de l'espoir.
    Pas à pas, on y arrive

  15. 365
    papinard33 dit:

    Pour abonder dans le sens des mots de cette pauvre Mme Parisot à propos de Jean-Luc Mélenchon en "héritier de la Terreur", ces propos tenus par De Gaulle en 1944, au moment de la Libération, au radical Queuille (élu de Corrèze, avant Chirac et Hollande): "Oui, nous sommes une bande de révolutionnaires, et moi je suis leur chef!"... Et, savez-vous Mme Parisot - qui dites avoir vu à la Bastille ce 18 mars des gens brandissant des piques, il y en avait même qui étaient coiffés de bonnets phrygiens! Mais, chère Madame, à la différence de 1793, en 2012 vous ne risquerez rien: nous avons aboli la peine de mort, et le "rasoir républicain" s'en est allé au musée.

  16. 366
    SNIPER68 dit:

    Le FdG est à 15% d'intention de vote, génial les camarades et Jean Luc Mélenchon.
    On lâche rien. Bisous et Résistance.

  17. 367
    françois Lacoste dit:

    Il faut absolument écouter le discours pour «une Défense souveraine et altermondialiste» prononcé par Jean-Luc Mélenchon au Cercle Républicain à Paris. Voir la vidéothèque. Ce discours n'est pas encore rodé ni affiné mais tout y est. Je suis émerveillé d'entendre enfin et après quarante cinq ans d'un silence tragique sur ce sujet que la politique d'indépendance de la France est de nouveau considérée comme fondamentale.
    Que de sa définition et de sa mise en œuvre découle le reste. Elle est à la fois le symbole et la réalité de l'indépendance donc de l'existance. Elle rend possible de déterminer toute la politique du pays et d'affirmer nos propres choix dans le concert des nations Européennes en bonne entente il va sans dire et tant que faire se peut, tel que la propose le frond de gauche par la voix de Jean-Luc Mélenchon.

  18. 368
    Méliné 13 dit:

    A lire, la grande peur du capital devant le peuple en marche : Mme Parisot agite le spectre de la terreur pour qualifier Jean-Luc Mélenchon, tous à vos piques ! Voici le lien de l'article.

  19. 369
    CJ7556 dit:

    Mme Parisot n'a pas bien regardé à la Bastille Elle n'a pas vu qu'aux bouts des piques, il y avait des têtes coupées!

  20. 370
    Menjine dit:

    La "forme" de Terreur:
    Oui Mme Parisot il y a eu la terreur pour répondre à la Patrie en danger et aux insurrections royalistes en 1793 mais il y a aussi eu les terreurs Blanches qui ont eu lieu en 1795 "la Réaction Thermidorienne", les événements de 1799, les compagnons de Jéhu, la Terreur de 1815, les massacres en Provence de 1851 (lisez Zola), et surtout la "semaine sanglante" en 1871 quand la Commune commencée le 18 mars a été écrasée par les Versaillais 30000 en une semaine, au bas mot (les contemporains disaient 100000).
    Il n'est pas question de terreur, car il n'est pas question de guerre civile, on n'aura pas besoin d'expier en construisant un Sacré Coeur, ou un temple à la Finance,, vous vivrez bien en VI ème République, chez vous dans la solidarité avec vos 360 000 euros par an,la petite coupe budgétaire vous conservera la tête sur votre cou.
    Vive la Révolution Citoyenne!

  21. 371
    thersite69 dit:

    @l’ergonaute 7h50
    Merci pour ce lien vers "Médiapart". Jean Luc s’exprime ailleurs. Et c'est nécessaire de le faire circuler
    Ici interrogé pour un journal Brésilien :
    Q. Comment expliquez-vous que vos anciens camarades, les socialistes, n’adhèrent pas à [votre]« rationalité » ?
    R.« C’est une caractéristique des fins d’ancien régime. Les élites ne prennent pas la mesure des changements, elles ne peuvent pas imaginer un nouveau monde. Quand on étudie l’histoire, on voit clairement comment Louis XVI aurait pu s’en sortir, tout comme Nicolas II. C’est pareil dans n’importe quelle révolution. Les dirigeants socialistes actuels ont capitulé, ils se sont alignés sur le modèle social-démocrate européen. Et le modèle social-démocrate européen s’est effondré sous nos yeux en Grèce, avec une ironie de l’histoire, car le premier ministre était socialiste et président de l’internationale socialiste. Ils sont toujours dans les anciens scénarios de la politique de l’offre. C'est-à-dire produire n’importe quoi n’importe comment, le vendre grâce à la publicité, exporter et baisser les coûts de production, et se décharger de tout le reste sur la société : coûts sociaux, coûts environnementaux, coûts d’innovation »

  22. 372
    Ydaho dit:

    il ne faut pas décrier MacéScaron, lui et les autres qui nous "traitent" de bobos, n'ont strictement rien a dire d'autres, le problème c'est qu'ils n'ont qu'une obsession : il ne faut pas que Sarkozy passe ! Et pour cela a mon sens, ils ont choisi une option stupide, c'est penser que même si hollande n'était pas a la hauteur (d’où le choix premier de DSK), ils sont persuadés que l'appareil du PS est bien "armé" pour l'emporter.. En fait je pense que "leur haine" les aveugle ! Ils sous estiment fortement Sarko, ils supposent bêtement qu'avec son "bilan" il peut être battu, mais toujours a mon sens, ils oublient une chose primordiale c'est que le président ne se tient absolument pas sur "ce terrain" ! il s'est fait élire avec du clinquant et des promesses, et si rien ne se passe, il se fera réélire avec ce même clinquant et d'autres promesse ! Fait divers, stature internationale, promesse redites, tout y passe et y passera !
    Et vous non plus ne vous y trompez pas, pour vaincre Sarkozy, il faudra un homme fort (dont les convictions ne s'effondrent pas au premier assaut), surement irrespectueux, (tout comme lui), avec un programme cohérent (pour affronter le sien, qui ne l'est pas mais qui "brille") et il faudra rendre les coups ! Et pour ce "coup la", il n'y a aujourd'hui qu'un seul homme qui en ait les moyens ! Et ce ne sera pas une chose facile, loin de là ! car même avec le soutient de tous les gens de gauche qui peuplent ce pays c'est loin d'être en passe de se concrétiser ! Les coups vont pleuvoir sur nous a la minute même ou nous deviendrons dangereux pour lui !
    Ils nous faut du courage, des convictions, un Front de gauche a toutes épreuves et sans failles, un candidat sans reproche (désolé), et de la chance.

  23. 373
    Lilly54 dit:

    A Carlo
    J'ai du mal interprété ton propos. Le terme "renégocié" me donne toujours des boutons. Car tu sembles dire autre chose maintenant. Bon. Pas grave.
    Parisot apparente Jean-Luc ce matin sur Europe 1 à la terreur. Madame IFOP (22 000 euros/mois pour 2 h de travail plus dividendes empochés car 75 % des actions de cet organisme d'enfumage du peuple) a loué le travail de ces 5 années présidentielles et s'est offusquée du soutien de B. Thibaut au FdG.
    Puis Hollande à la réunion qui félicité le PCR pour son intelligence de le soutenir au 1er tour.
    Et pour terminer la matinée, nous avons droit à un portrait de Jean-Luc Mélenchon sur l'A2 là tout de suite. Invité : BARBIER.
    Vivement 16 h. Bon dimanche à tous !

  24. 374
    jeune dit:

    il faut taper a fond contre sarko et sa bande:il faut se lever,s'indigner,se revolter de tant d'injustice!nous sommes dans le monde tous fait du mème moule(noir,blanc,jaune etc)il faut que tous ces nantis de la societe soient mis au ban des accuses pour spolier des millions d'etres humains::la france est tres riche par sa diversitè,et il est anormal de voir tant de misere!nos parents se sont battus en 1936,en1945,pour avoir des droits,conges,securite sociale,e.t.c mrs et surtout mesdames,allez voter..c'est un droit que nous avons gagnè par nos combats et que pour tout les enfants aient une vie remplie de bonheur c'est a dire une egalitè entre nous et par toute notre fraternitè merci

  25. 375
    ydaho dit:

    Et puis finalement cette manie de traiter les "gens" de bobos, ça me fait rire, car ici même quelquefois, lorsque certains n'avaient plus rien a dire, c'était l'insulte "suprême" : bobos ! Quand on n'a plus rien a dire finalement on sort cette connerie..
    J’espère m'être bien exprimé plus haut, mais j'ai la conviction que depuis longtemps et, toujours pour le moment, l'homme qui a le plus de chance d'être élu président c'est Sarko ! L'homme est retors, utilise tous les moyens, promet comme il respire, est maitre dans l'art d'utiliser les médias, ou d'ailleurs il n'a que des partisans (même forcés) et il est loin d'être "fini".. D'autant que comme toujours, la droite, il brandira le drapeau de la "légitimité" a gouverner de son camp ! Il ne fait pas de "politique", il fait de l’esbroufe et roule les mécaniques !
    Et pour les battre (le) battre il faudra (excusez moi l'expression) il faudra les niquer !

  26. 376
    Lecabestan dit:

    Je viens de voir sur FR3 le représentant des Restos du coeur, Olivier Berthe. "80 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté en Europe", dit-il avec l'air contrit. Mais il n'a trouvé aucun candidat qui a des propositions contre la pauvreté, les petites retraites, le logement des travailleurs pauvres ce qui est le thème de l'émission.
    Il se lamente sur les pauvres mais il a aussi demandé un statut pour ses "bénévoles".
    Aujourd'hui, on a un grand débat politique où les positions vis à vis des salaires, des retraites, de l'emploi, sont au coeur des revendications des français, où on constate que sarko et Hollande ne disent quasiment rien sur le sujet.
    Seul le Front de Gauche propose des solutions. Mais ce type qui parle au nom des pauvres, n'a rien lu, rien entendu du programme L'Humain d'abord. Je pense qu'il a tout intérêt à faire perdurer la charité. La pauvreté peut continuer à augmenter, la charité à prospérer au propre et au figuré et la solidarité à régresser !

  27. 377
    JM77 dit:

    "l'héritier de la terreur ! "
    Merci madame Parisot il ne manquait plus que vous: c'est sur les 20% on n'en est pas loin !

  28. 378
    Mandrin dit:

    Ohé, les Gueux !

    Ce matin, dans un article du Point, Laurence Parisot craint pour sa tête, car le "vulgaire" Jean-Luc Mélenchon est "l'héritier de la terreur". La preuve, certains d'entre nous brandissaient... des piques lors du rassemblement à la Bastille ! Ne riez pas, si elle le dit, c'est que c'est vrai, sinon le journaliste ne l'aurait pas écrit. Un éclair de lucidité de sa part cependant : "Le programme de Jean-Luc Mélenchon est un programme qui installerait une modalité de contrôle de l'économie et pas seulement de l'économie, peut-être comme on n'en a jamais vu". En voilà une que la souveraineté populaire effraie au plus haut point.

    Ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates...

  29. 379
    Papa dit:

    Si l'on écoute la 2,Le discours de Jean-Luc à la Bastille était trop court.Vous savez pourquoi?"Il aurait eu peur"!
    C'est la meilleure celle là!
    Alors que nous savons que se sont les camarades qui lui on demandé de raccourcir pour la simple raison que nous risquions d'avoir des problèmes de sécurité.Confirmé par Jean-Luc lui même.
    Mais çà,les auditeurs ne le seront jamais.Quelle bande de malfrats!

  30. 380
    sergio dit:

    Les Quinze pour cent aujourd'hui, c'est un nouveau seuil énorme, même s'il devra être revu à la hausse quand on sera arrivé au scrutin. Jean-Luc est devenu officiellement le troisième homme de la campagne présidentielle. La campagne du FdG est la seule qui réchauffe les coeurs et prépare le printemps politique dont le pays a besoin : relance industrielle avec les visas sociaux et environnementaux à l'importation, relance du pouvoir d'achat par le biais de la revalorisation du smic, restauration du secteur public avec la titularisation des 80 000 précaires (Poste, Education nationale), la renaissance de la DDE sur tout le le territoire et de l'hôpital, la renationalisation des pôles de l'énergie par exemple.
    Que des bonnes choses ! Si évidentes et pourtant si redoutées des banksters et des actionnaires internationaux.
    Normal que parmi les hyènes effrayées, il y ait Parisot qui tente d'exciter les peurs. J'aimerais savoir d'ailleurs ce que celle qui vantait le travail précaire ("comme l'amour" serinait cette bique) appelle dans son entretien avec "le Point" les "belles valeurs de la Révolution".
    Peu à peu il y a clairement aux yeux des Français d'un côté la droite dure (sarko, Le Pen) et la droite molle avec les Tartuffe du libéralisme social (bayrou et hollande) et de l'autre la Gauche avec le FdG et tous les ex abstentionnistes et ex-PS, ex-modem, ex-NDA et autres ex-, déçus et convaincus.

  31. 381
    Annie penseelibre dit:

    Sur le Tibet. Les Français ont été pris de folie durant les jeux Olympiques. Les Chinois demandent-ils la libération de la Corse ou de la Bretagne, et s'ils le faisaient qu'en penseriez-vous ?
    Le Tibet est la source de la diffusion de la 2ème vague du bouddhisme en Chine au 10è s. Une relation d'interdépendance s'est établi ainsi au fil du temps, renforcé durant les Ming (14è-17è), avec une place de province autonome, comme d'autres provinces de Chine au cours des siècles. Le Tibet en 1949 (Révolution chinoise) est une féodalité moyenâgeuse, les paysans sont des serfs. Le nouveau régime chinois veut un autre ordre politique dans cette province autonome. Bien sûr les choses ne se font pas en douceur, et la Révolution Française, et 1871 ce fut la douceur ? De plus la Chine a besoin de l'eau pour son riz, nourrir son peuple, l'eau est là dans l'Himalaya. (On le voit aussi au Golem ou ailleurs dans le monde). Donc l'argument est que nous ne pouvons juger à notre aune d'Occidentaux, mais seulement à celui de l'histoire de ces peuples. Le Dalaï-Lama n'est pas reconnu par tous les Tibétains, c'est une propagande de plus. Et le Pape est-il un chef d'état ?

  32. 382
    bibi dit:

    Sur la 2, avec Bouvard, débât autour de FdG. Je résume : "on en parle, mais on ne devrait pas". Du bout des lèvres, ils consentent que c'est un candidat exceptionnel. Les images sont rares...
    Ca leur écorche la bouche :le FdG monte dans les sondages, autour de 14% alors que ce matin sur BFM et I télé, il serait à 15...).
    Mais, mais... ils commencent à prendre des précautions de langage :
    "normalement, sans doute "! : le 2ème tour, NS/FH. Ils sont beaucoup moins catégoriques et je reste persuadée que c'est parce qu'ils savent que Jean-Luc Mélenchon est bien au delà des 15% annoncés.

  33. 383
    alain 07 dit:

    réveillez vous les ardechois du sud ! merci aux maires de CRUAS,ANTRAIGUES,LES SALELLES d avoir soutenu Jean-Luc Mélenchon.ardechois cœur fidèle et tête de bois...tous ensemble,tous ensemble,tous ensemble OUAIS OUAIS!merci jean luc.

  34. 384
    Sylvie 02 dit:

    à Ventdebout12H55 et naif 13H30:
    D'accord pour dire que nous avons été trahis par les appareils de la CFDT et de FO (Je respecte les militants, je leur demande juste d'ouvrir les yeux...) mais n'oubliez pas de citer la FSU qui a été de TOUTES les luttes dans les secteurs de syndicalisation qui sont les siens: éducation, enseignement, recherche, culture... et qui a toujours porté et continue de porter haut son "U" d'Unitaire...Que de militants FSU à la Bastille et à Lille ! Que de militants FSU dans la campagne du Front de Gauche !
    Cet aprèm'dans mon village picard, c'est distribution des derniers tracts reçus: "Prenez le pouvoir" et "Le vote rouge et vert". Le soleil au coeur, avec les 15% dans la tête et l'énergie communiquée dans les rassemblements !

  35. 385
    sebidf dit:

    Ce qui est terrorisant mme Parisot, c'est justement les idées néo-libérales appliquées depuis 15 ans par les divers gouvernements conservateurs ou socialistes partout dans le monde et qui ont toutes échouées et qui échoueront encore (cela dépend de quel côté on se place: échec pour les peuples, pas pour les gens que défendent mme Parisot, NS, LP, FH ou FB). Donc mme Parisot votre mauvaise foi, gardez-la pour vos amis et oui, ayez peur car nous allons vous faire revenir dans le domaine du raisonnable au niveau revenus....
    15%, on doit être à 20, je crois que la surprise va vraiment avoir lieu.
    Merci le fdg, merci ses militants, merci jean-Luc Mélenchon.

    PS: où puis-je trouver les coordonnées des militants qui s'occupent de mon secteur pour le tractage, collage, etc...? Je voudrais m'y mettre avec eux (plutôt que de faire ça tout seul dans mon coin) et les prévenir que je ne vois que des ump en ce moment et les soc qui commencent à rappliquer. Merci

  36. 386
    thersite69 dit:

    @annie penseelibre 14h07
    Jean Luc M. a repris récemment nos positions sur l'état du monde actuel, disponibles sur nos sites.Pour Cuba, un blogueur a déjà donné un lien vers le remue- méninges 2011 de Grenoble où Raquel Garrido faisait une conférence (vidéo) sur l'intérêt essentiel des révolutions citoyennes amérindiennes. Excellente initiation sur notre stratégie, au-delà du court terme électoral? http://www.dailymotion.com/video/xh4ssd_assemblees-constituantes-formation-pg-par-raquel-garrido_news. Pour la Chine, Jean Luc parle de prendre en compte les réalités d'une des plus anciennes civilisations du monde, dans le podcast (long mais passionnant) disponible sur son blog, au sujet de la politique étrangère du Front de Gauche. Bon dimanche. On ne lache rien!

  37. 387
    Vincent Daudin dit:

    Enfoiré Jean-Luc, parti de 5% dans les sondages en septembre 2011, ta candidature est à 15% en avril 2012, 10 points de plus presque 7 mois après.
    La Le Pen descend du podium et son discours incohérent et haineux mord la poussière.
    Sarko et l'UMP (Un Mépris Permanent), sont déjà dans les cartons de déménagement.
    Bayrou il est où ?
    Europe Ecologie les Verts sont toujours scotchés sur la piste de décollage, pendant ce temps, ils ne polluent pas.
    Hollande reste un Capitaine de pédalo, ses moussaillons rament un coup à droite, puis un coup à gauche, donc ils tournent en rond.
    Tous ces beaux parleurs avaient écris le scénario à l'avance, mais la surprise Mélenchon les renvoient à leurs chères études.
    En attendant de trouver de nouvelles stratégies vouées à l'échec, ils sortent l'artillerie lourde avec la logistique d'une majorité de médias complices.
    Ils occultent la principale raison de ce chamboule tout : C'est un peuple responsable et intelligent qui déclenche cette insurrection civique.
    Plus personne n'arrêtera la révolution citoyenne !

  38. 388
    lionel-pg44 dit:

    Vincent Daudin
    Vincent, mon camarade, ne t'en déplaise, quand on rame un coup à droite et un coup à gauche on va tout droit.
    Sans rancune.

  39. 389
    bernard schneider dit:

    Madame Parisot a comme prévu choisi son candidat,Sarkozy, qui présente pour elle un bilan favorable. Favorable pour le patronat, c'est une évidence et elle confirme. Elle a le culot d'accuser la CGT de faire de la politique alors qu'elle et son syndicat, le MEDEF, ne font que ça ! Elle demande encore plus d'austérité, exige des réformes sur l'assurance maladie, moins de service public. En revanche, comme prévu, elle pointe son adversaire principal JL Mélenchon qu'elle définit comme l'homme de la terreur...Comme si tous les jours, dans les entreprises, le patronat ne terrorisait pas les salariés en les entrainant parfois au suicide à cause de sa politique anti-sociale.
    En battant Sarkozy et sa bande du Fouquet's en votant pour le Front de Gauche et son candidat, les salariés émettront un vote de classe et infligeront également une claque au MEDEF et à sa patronne.

  40. 390
    bernard dit:

    Je viens d'écouter le discours "pour une défense souveraine et altermondialiste"...
    Accents gaulliens(Québec,Pnom Penh) re-définissant la politique étrangère de la France, souveraine et non plus alignée sur l'Otan bras armée des EU et altermondialiste replaçant la République dans une autre dimension géostratégique au service de la paix,du progrès,de la préservation des ressources,une politique par et pour l'homme.
    Tu seras un grand président...le dernier de la V ème,la boucle sera bouclée
    Tous avec toi pour l'élaboration de la VI ème

  41. 391
    Nina dit:

    Notre très chère Madame Parisot, patronne du MEDEF a déclaré ceci :
    "Il y a aussi des phases dans les révolutions qui sont terribles. Je trouve que Mélenchon est beaucoup plus l'héritier d'une forme de Terreur que l'héritier des plus belles valeurs de la Révolution"

    Bin, oui... Je comprends qu'elle soit terrorisée ! Elle, et tous les gros patrons qui s'empiffrent sur le dos de leurs employés et qui créent des tensions et du harcèlement tels qu'il ne se passe pas une semaine sans qu'il n'y ait ici ou là une tentative de suicide ! Politique du chiffre... rentabilité
    si vous faites les moutons... vous serez TONDUS!
    On l'est déjà ! On n'a plus rien à perdre !

  42. 392
    Vincent Daudin dit:

    Merci Lionel, tu as raison d'un point de vue technique.
    Il n'y a pas de rame sur un pédalo, c'était juste pour faire un bon mot.
    Sans rancune non plus et RDV le 22 avril 2012 pour échanger nos impressions sur ce blog fort sympathique !

  43. 393
    AF30 dit:

    Dans les prochains discours - Toulouse, Marseille - il faut maintenant taper et taper encore sur le bilan Sarkozy et sur ses projets car il y a du danger à ne pas en parler. Il faut lui maintenir la tête dans l'eau afin d'écarter toute mauvaise surprise.

  44. 394
    Vingtras dit:

    @406 sylvie02
    C'est vrai qu'il ne faut pas oublier la FSU qui a lâché et trahi en rase campagne les camarades en 2003 en refusant d'appeler à la grève au moment du bac...la vigilance citoyenne impose de s'en souvenir: que les appareils syndicaux montent aux créneaux, c'est à mettre en relation avec la volonté de l'UMP de supprimer "les corps intermédiaires", mais ne nous leurrons pas, si un vent plus favorable soufflait de la droite, ils freineraient des quatre fers.

  45. 395
    sylvie974 dit:

    A la Réunion, pour le meeting de Hollande ils attendaient 7000 personnes, comptant sur le PC qui a annoncé officiellement son soutient au PS, mais gulps ! le PC n'a pas été au rendez vous comme ils l'escomptaient.En définitif ils étaient 4500 curieux (pour reprendre les termes d'un journaliste du journal de l'île lors du passage de Jean Luc sur notre île) Le vent tourne ici aussi !
    Plus que jamais on y croit.
    Naboléon nous parle d'amour et de justice, mort de rire.

  46. 396
    Bélatar dit:

    Madame Parisot et le MEDEF, avec leurs petites mains UMP, sont ceux qui terrorisent les salariés et les Français d'une façon générale depuis des années. Des terroristes en bas de soie en quelque sorte... le sang n'en coule pas moins (suicides au travail, vies mutilées, sentiment généralisé d'impuissance, disqualification de tout ce qui n'est pas le marché : voilà ce qui tue ! avec ou sans pique).

  47. 397
    paul dit:

    Assidu dans la lecture de ce blog je me permet de vous alerter sur un fait d'actualité : une sorte deTwo-packs au parlement européen, ou une autre façon d'imposer la règle d'or qui va bouculer les agendas ! j'espère que notre fort occupé jl Mélenchon va nous tenir au courant.
    [...]
    merci a tous et courage !

  48. 398
    chenaie dit:

    Bonjour à toutes et tous
    Je suis un peu hors sujet mais.....
    Quel que soit le résultat du 1er tour (que je souhaite ardemment favorable à notre cause), il y aura, avant le 2ème tour, une date dont nous devons nous emparer dès maintenant pour en faire un autre temps très fort dans cette campagne. Le 1er mai doit être l'occasion à "notre peuple" de montrer une nouvelle fois (après la bastille) sa puissance sage, organisée et décidée.
    Je pense qu'il appartient à NOTRE Front de Gauche (rôle de locomotive de la gauche), de prendre l'initiative dans tout le pays avec l'ensemble des acteurs concernés (politiques, syndicaux, associatifs, etc.) pour que ce jour face date.
    De plus, dans la foulée la campagne des législatives arrivera très vite et il faut absolument entretenir la flamme qui s'est rallumée pour que vive notre insurrection citoyenne.
    Et comme je dis souvent "On a ce qu'on mérite". Battons nous encore et encore, pour changer tout ça.
    Bien à vous toutes et tous mes camarades.

  49. 399
    Nina dit:

    http://www.lavoixdunord.frLittoral -Aprés le suicide par pendaison en janvier dernier d'un éducateur de l'AAE, ce matin, nouvelle tentative d'une autre éducatrice de l'AAE (Association Action Educative) qui a tenté de mettre fin à ses jours au siège de l'association. - La Voix du Nord Littoral Nord Pas de Calais

    Ca, Madame Parisot, c'est la VRAIE TERREUR ! La vraie qui fait souffrir au propre et au figuré...
    La terreur QUI TUE
    Donc, mercredi 4 avril A 10H00 devant la caserne des pompiers de Dunkerque :
    tous les salariés du social vont manifester contre la souffrance au travail en solidarité avec cette éducatrice qui a tenté de mettre fin à ses jours et en mémoire de Fabrice décédé en début d'année
    Tous les citoyens solidaires sont les bienvenus en soutien à l'A.A.E, l'AFEJI, les Papillons blancs... et tous les travailleurs sociaux qui donnent sans jamais rien recevoir... pas même un minimum de considétation
    Nous travaillons pour vivre... pas pour mourir !

  50. 400
    albireve dit:

    Mme Parisot, il n'est pas vulgaire d'affirmer qu'on ne peut vivre heureux dan un océan de malheur. En revanche, il est très vulgaire de confondre son coeur et son portefeuille.

Pages : « 13 4 5 6 7 [8] 9 10 11 12 1318 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive