19mar 12

On s'est retrouvés !

De la fête aux larmes

Ce billet a été lu 197 795 fois.

Communiqué de Jean-Luc Mélenchon

Le 21 mars 2012

L’identification du criminel dégénéré qui nous défiait est une bonne nouvelle. Je félicite la police nationale et salue très chaleureusement ceux qui ont été blessés ce matin au cours de l’opération. Si les informations de la matinée se confirment nous serons d’autant plus déterminés à combattre tous ceux qui ont en commun la haine des autres, la guerre religieuse et les autres habillages de la démence criminelle. Dorénavant notre premier devoir est de lutter contre les assimilations et stigmatisations haineuses à qui cette situation pourrait servir de prétexte.

Ce matin la fête est finie, déjà. L’idée de nos pauvres petits assassinés et de ce criminel qui court nous déchire le ventre. En une seconde, sitôt qu’on sait, on s’identifie. Nous sommes tous les parents foudroyés, ce sont nos petits qui nous ont été arrachés ! De toute part on m’assaille pour que je fasse je ne sais quoi. J’écris. C’est le mieux. Un communiqué. Rien ne serait plus obscène, selon ma manière d’être, que d’imposer le fracas et les bousculades de la campagne présidentielle aux familles et aux enfants qui vivent cette horreur. Chacun choisit sa façon de dire. Mais le plus urgent du point de vue de la vie commune que nous menons ensemble dans notre pays est de se sentir et de se montrer unis étroitement dans la compassion. Aucun criminel ne doit s’attendre à autre chose qu’à un mépris universel. A l’antique, il ne faut pas prononcer leur nom propre pour qu’ils n’aient pas droit à la renommée que l’ignominie peut donner. On dira le « fou », le « criminel », le « détraqué », pour que les autres dérangés qui errent n’aillent pas se rêver une part de notoriété au prix du sang. Si la suite montre qu’il y a une motivation, en réalité une prétexte et une croûte sur la démence, on aura soin de ne pas la mettre en scène. Ces enfants, comme ces militaires assassinés, sont nos enfants à tous. Un point c’est tout ! Je suis certain que la police et la justice vont rattraper le criminel sous peu. Citoyens policiers, vous n’avez pas besoin qu’on vous le dise, mais quand même je le fais : mettez les bouchées doubles. On compte sur vous. On a besoin pour la paix civile que vous régliez ça très vite. Pour l’heure, nos cœurs saignent.

C’était seize heures place de la Bastille. Eric Coquerel puis Marie-George Buffet venaient de quitter la petite tente où je terminais de préparer mon discours. Sur les écrans nous suivions la suite de la marche que nous venions de finir puisque nous marchions dans un improbable « carré de tête » pourtant précédé de plusieurs milliers de marcheurs ! Entrent Gabriel Amard, l’homme de l’organisation logistique et François Delapierre. Ce sont mes compagnons de combat depuis des années bien qu’ils soient plutôt jeunes. Nous avons les mêmes codes les mêmes mots pour désigner les choses. A leurs mines exaltées et à leurs sourires ennuyés j’ai compris qu’on allait se dire des choses peu banales. Alors j’ai su que nous avions atteint notre objectif. Ils sont venus me poser le problème le plus extravagant que j’ai jamais rencontré dans mon parcours d’orateur politique. Un problème technique. Résumons en mots aussi brefs que furent les leurs.

« La place de la Bastille est pleine. Les avenues et les rues immédiatement adjacentes se remplissent. Les issues de dégagement de la place seront donc bloquées dans peu de temps. Le parcours jusqu’à Nation est toujours plein. Et la place de la Nation ne s’est toujours pas vidée ». Pour décoincer un système qui est déjà quasiment incontrôlable, il faut vider la place de la Bastille ou du moins la débonder. Trop de gens commencent à s’écraser sur les barrières, notre propre service d’ordre ne peut plus circuler, les véhicules de secours ne pourraient pas passer, il y a beaucoup d’enfants au milieu de la foule. Bref il y a danger. Je dois donc limiter la durée de mon temps de parole. « On pense qu’une fois que tu auras fini, les hymnes étant chantés, la place se videra. Ton discours étant filmé il pourra être diffusé une seconde fois quand la place se sera remplie une seconde fois. Mais là encore il ne faudra pas bloquer trop longtemps car la place de la Nation continue de se remplir » De cette façon le flux sera possible. J’approuve le dispositif qui m’est proposé. Je me suis donc adapté. Faire plus court que les trois quart d’heure de prise de parole prévue sur le format de notre premier meeting place Stalingrad en juin dernier.

Commence un exercice littéraire dont à la vérité je suis très gourmand : la contraction de texte. Merci aux années de travail la plume en main et aux maîtres qui m’ont enseigné la littérature. Le défi me galvanise. Je change la musique, je change le rythme, j’allège la phrase, je reprends tout le travail d’envahissement du texte dans mon esprit. Tout cela ce sont des images. Car je n’écris rien. Juste un plan posé sur un format à l’italienne. Il faut avec un quart d’heure de moins, déchirer le ciel et m’envoler avec le génie de la Bastille. C’est une image, bien sûr, chers lecteurs nouveaux venus ici qui ne connaîtraient pas ma façon de dire. Je répète la voix haute les quasi vers que j’ai improvisés dans mon esprit : « Ça se voit, ça se sent, ça se sait, le printemps est dans trois jours. Chaque matin qui commence la lumière étend son domaine dans la journée, la nuit recule. Viennent le temps des cerises et des jours heureux ». Le moment politique y est, et les deux programmes : la Commune de Paris et le Conseil National de la Résistance. Plus une touche empruntée au phrasé des révolutions de l’Amérique du Sud : « Se ve, se siente, Allende esta présente ! ». La maquilleuse tâche de faire son travail tandis que je suis déjà ailleurs ruisselant d’adrénaline. Son sourire apaisant me tient vaguement au sol. Ça y est je dois y aller, la chef de l’escouade vient me chercher. Passage dans le carré des dirigeants du Front de Gauche. On se tombe dans les bras. Martine, Marie-George, Danette en chaise roulante, tous, toutes, et Pierre Laurent, si ému tandis qu’on n’en finit plus de se taper dans le dos. Tous nous savons que la partie est gagnée.

Car pour nous l’événement ce n’est pas seulement le discours. Le discours compte bien sûr. Celui-là comptera, je le sais très bien et je ne fais pas le faux modeste. Mais l’important c’est la marche. Car la marche c’est l’implication populaire concrète. Une action à laquelle chacun participe et fabrique de soi-même. Tout le monde le savait en venant ! Tous sont venus pour cela. Chacun a compris ce qu’il devait faire ce jour-là non comme un badaud mais comme acteur à part entière de cet événement. Les délégations ouvrières des entreprises en lutte s’étaient réparties tout au long des vingt-sept cortèges. Certaines venues de bien loin et partie fort tôt le matin, qui en co-voiturage, qui en car, qui même en avion comme ceux de Bastia ! La réussite du rassemblement tenait à sa forme joyeuse, bonne enfant, faites de sourires partagés et de mots narquois ! Dans les rames de métro, à l’aller et au retour, des groupes chantaient et scandaient encore des slogans. Des chars défilaient, les pancartes les plus inventives pullulaient. C’est cela l’événement : la naissance d’une force consciente, active, politiquement éduquée, autonome qui agit sans besoin de consigne ni organisation infantilisante comme chez les gros bonnets du showbiz politique. Voila pourquoi nous sommes les plus forts et que notre heure est inéluctable. Que ceux qui en doutent voient Ridan, courageux et facétieux aller chanter chez Hollande et les précieux pour leur dire à la fin qu’il votait Front de Gauche. Et toute la salle d’applaudir réduisant à néant le flot des postures prétentieuses dont j’avais été accablé peu avant.

J’ai donc enlevé un quart d’heure de discours. Et tout s’est passé tranquillement comme mes amis l’avaient prévu. Le soir venu, les responsables du service d’ordre m’ont raconté ce moment d’angoisse qu’ils ont vécu quand tout était bloqué et que mon discours stoppait l’écoulement depuis Nation, qu’on commençait à se bousculer et à envahir un nombre croissant de rues entre Nation et Bastille. A la joie et le bonheur de notre éblouissante réussite s’est ajouté un moment terrible de peur rétrospective.

Des couinements fielleux des jaspineurs et politiques hors sol, qui miaulent ce matin leur jalousie blasée, je me console en pensant à ces magnifiques militants que j’ai vus hier à la manœuvre. Je suis très fier du sang-froid de l’organisation de mes camarades. Comment pourrions-nous avoir l’audace d’appeler à une insurrection civique si nous n’étions pas capables de cette superbe discipline d’action ? Les gens qui se sont spontanément relayés par centaines pour donner le coup de main savent que nous sommes une force responsable, stable et forte ! Contrôlant le déroulé de la marche, le service d’ordre du PCF sous la direction de Xavier, a fait une tâche politique formidable. Quatre cent camarades disciplinés ont fluidifié le parcours en dépit de tout ce qui s’y opposait. C’était le poste le plus exposé et incertain car c’est celui du mouvement. L’amont commande l’aval comme on l’a vu. Fantastique ! Pas un incident, pas une casse, des gosses extraits à la chaîne. Sur la place et sur les camions deux cent pégistes, répartis en trois escouades sous la direction générale de Benoît, ont essuyé un rude baptême du feu avec plus de cent engagés volontaires, filles et garçons. Ils ont diffusé deux tonnes de matériels, quadrillé la place et son flux. Valérie, la musicienne et Manu, le docteur en maths, dirigeants sur la place ont tenu la place sans répit de quatre heures du matin à vingt heures le soir ! Autour de moi, qui suis devenu un problème physique non négligeable en raison des mouvements imprévus que mon passage peut provoquer, l’escouade a souffert chaque fois qu’il fallait me faire passer d’un endroit à l’autre. C’est à peine si je reconnaissais mes camarades de la première escouade tant on devait « faire vite », la consigne générale s’agissant de mes déplacements. Laurent, l’instit spécialisé, Clémentine l’étudiante, Henri mon pote le cadre télécom, Hubert, Nathalie, Sakina, tous âges toutes professions, soudés comme les doigts d’une main, eux parmi qui j’en connais qui ne faisaient pas une heure de politique il y a encore un an ou deux et que je vois ici, le sourire aux lèvres ou bien le visage tendu par l’effort et la fatigue, manœuvrer comme une force aguerrie ! Ils concentrent ce que je comprends et ressens de ce qui se passe dans notre campagne. Le processus de la révolution citoyenne c’est celui de la montée de cette insurrection civique et du mouvement politique cohérent qui la porte et l’organise. Amis qui êtes venus, aucun effort n’a été perdu. Le respect dû à ceux qui ont fait des sacrifices pour être là s’ancre dans la claire conscience du travail qu’il nous reste a accomplir. Car il faut penser à la suite. Les mobilisations suivantes. Et notamment les deux répliques prévues à Toulouse et à Marseille. Nous avons un plan de marche qui commence le 18 mars mais s’étend bien au-delà. L’insurrection ne se décrète pas, elle se construit.

Le monde pourri où l’imaginaire d’un misérable détraqué prend pour cible des enfants finira.


1 963 commentaires à “De la fête aux larmes”

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10 1140 »

  1. 151
    NM38 dit:

    J'aurais dû prendre quelques minutes hier soir de retour à Grenoble pour vous dire merci, Monsieur Mélenchon, ainsi qu'à tous ceux qui vous entourent et vous aident ! Les mots auraient alors dansé, sans réserve, sur mon écran...

  2. 152
    alain dit:

    Vive le Rouge Bastille!
    Nous pourrions toutes et tous porter quelque chose de rouge Bastille,
    Ce que chacun veut: sur soi, sur la voiture, sur la maison, sur le telephone etc etc.
    Nous pourrions en cherchant un peu, nous reconnaitre
    (attention à un certain C. B. Il porte une écharpe rouge à la tv...)
    C'est notre signal, c'est le départ de l'insurrection civique
    Alain

  3. 153
    JM77 dit:

    Hier un ami camarade de la Riposte Mélenchonosceptique pour pas dire hostile m'appelle pour savoir si j'étais à la Bastille. Là, surprise: lui y était, enthousiaste, reconnaissant la qualité indéniable de notre -son- candidat et m'explique que depuis quelques temps il tracte et colle des affiches dans sa région..
    Aujourd'hui des sourires en salle des profs et des collègues qui me demandent si j'étais à la Bastille.Ils ne m'avaient jamais parlé politique avant, tout en connaissant mes convictions!
    Ca sent vraiment très, très bon !
    @webmestre : n'y aurait-il pas un afflux de nouveaux pseudos sur le blog aujourd'hui?

  4. 154
    Ardéchoise dit:

    A Boris (123, 128)
    Entièrement d'accord avec vous, honte à ceux qui instrumentalisent la haine raciale à des fins électoralistes.
    A tous
    C'est décidé, cette année, mon jardin sera semé de fleurs rouges.

  5. 155
    ETIENNETTE dit:

    Que demain soit comme ce 18 mars 2012, une marée humaine d'espoir et d'envie de partager cette 6 ème République que nous ferons ensemble. Aujourd'hui notre France pleure ses enfants, demain nous offrirons un autre modèle de vie à ceux qui les larmes séchées, mais le coeur à jamais marqué, verront naître cette belle Res Publica !
    A tous les partageux, au Front de Gauche et à vous Jean-Luc Mélenchon qui nous représenté: MERCI

  6. 156
    Truth dit:

    Je n'ai malheureusement pas pu être présent à cette grande manifestation, je l'ai donc suivis sur internet. Un grand bravo à vous.
    "Comme faucheurs rasant un pré,
    Comme on abat des pommes,
    Les Versaillais ont massacré
    Pour le moins cent-mille hommes !
    Et les cent-mille assassinats,
    Voyez c'que ça rapporte...
    Tout ça n'empêche pas, Nicolas,
    Qu'la Commune n'est pas morte !
    "
    http://www.dailymotion.com/video/xp3zev_elle-n-est-pas-morte_webcam

  7. 157
    olivier dit:

    merci merci jl et tous ceux qui sont autour de vous au fdg,vous avez marquez l'histoire en ce dimanche 18 mars a la bastille,aucun n'autre homme politique ne reussira a vous arrivez a la cheville,votre courage et vos efforts ainsi que votre inttélligence seront recompencés je l'espere,en tout cas on se rappelera de ce jour toute notre vie,continuez ne lachez rien,vive le fdg et vive jl

  8. 158
    ETIENNETTE dit:

    Que demain soit comme ce 18 mars 2012, une marée humaine d'espoir et d'envie de partager cette 6 ème République que nous ferons ensemble. Aujourd'hui notre France pleure ses enfants, demain nous offrirons un autre modèle de vie à ceux qui les larmes séchées, mais le coeur à jamais marqué, verront naître cette belle Res Publica !
    A tous les partageux, au Front de Gauche et à vous Jean-Luc Mélenchon qui nous représentez: MERCI

  9. 159
    bouvier dit:

    triste réveil le rêve a fait place au cauchemar je me sens a la fois juif et musulman ce soir comment peut-on mépriser a ce point la vie
    l'homme ne tire aucune leçon du passé et que dire sur ces pauvres enfants dont le voyage c'est achevé sur une autoroute
    et pourtant je veux croire que tout n'est pas perdu merci Monsieur Mélenchon

  10. 160
    JMS66 dit:

    Au plaisir de vous voir enfin au Port, à la Réunion dimanche. Nous avons besoin d'oxygène, c'est ce qui me vient à l'esprit à chaque fois que je vous lis ou vous écoute. Un vent plein de promesse souffle, je souhaite qu'il frappe les côtés de notre DOM comme il a agité la Bastille.
    A bientôt.

  11. 161
    John Deckard dit:

    De Grenoble, nous irons à Toulouse pour que naisse le Printemps et porter ainsi ENSEMBLE notre noble CAUSE.

  12. 162
    Hugo Chavez dit:

    J'y étais sous la colonne, conscient de vivre un moment historique.
    Je n'ai jamais vu de ma vie autant de monde, autant rassemblé, sur une place immense bien que trop petite. Je n'arrivais pas à me concentrer sur le discours de Jean-Luc tellement mes idées s'entrecroisaient, et j'entendais les clameurs venant du boulevard ou tant de gens tentaient d'arriver sur la place.

    Merci pour ce moment magique.

    Et aux médias qui ont dit qu'il y avait quelques dizaine de milliers de personnes, 100000 selon le Front de gauche, je leur marche dessus du pied gauche ça porte bonheur et je leur dit :

    "Rien n'arrête une idée dont le temps est venu"

    Un petit goût de 2005...

  13. 163
    Jean-Luc Barts-Andreetto dit:

    À propos d'hier, je paraphraserai :" François réveille toi, nous sommes devenus forts !"
    À propos d'aujourd'hui, une incalculable tristesse…

  14. 164
    adeheurtaumont dit:

    De paris nous irons à Toulouse pour que naisse le printemps et porter ainsi ensemble notre noble cause
    John Deckard

  15. 165
    Thomas de Belgique dit:

    Un carnet de campagne retraçant la journée du 18 mars, une série de portraits de militants croisés dans le défilé : c'est ici !

  16. 166
    Hélène JAUBERT dit:

    Le drame de Montauban-Toulouse est triste et effrayant.
    La réaction du Front de gauche est digne.
    Je suis et reste très choquée par ce que j'ai entendu ce soir sur France 5 c'est dans l'air, en fin d'émission : question de Calvi à propos de Jean-Luc Mélenchon et réponse de Régnier. Il faut aller écouter. Je ne sais pas faire de lien !
    Et réagir !
    Journée d'hier fantastique: ne pouvant etre présente, je suis restée "scotchée" devant BFMTV toute l"après-midi et je n'ai pas été décue.

  17. 167
    Ingo dit:

    Jean-Luc, merci, merci a Toi et toute l'équipe d’avoir osé et de tenir bon.
    Je suis de nationalité allemand, j’ai 47 ans et je suis depuis maintenant 25 ans en France. J’ai été submergé des larmes en regardent l’assemble et votre discours de Clermont-Ferrand, et totalement surprise par l’émotion. Je suis allé sur le site de Parti de Gauche et je payé alors sans hésiter la cotisation de 36 euros pour manifester dans le concret mon soutien, de participer au mouvement. C’est la première fois dans ma vie de m’engager dans un mouvement politique et en plus dans un pays, dans lequel je ne pourrais même pas voter.
    Oui, je te remercie de me permettre de trouver une place pour participer activement à la création d’un monde nouveau.
    Tout est possible ! TOUT EST AUJOURD'HUI POSSIBLE !...on est en route...on y va...

  18. 168
    Esperenza dit:

    Impressionnée de voir que la place de la Bastille ne pouvait nous contenir tous et que la foule se massait sur les boulevards alentour, c'était incroyable. Un vrai bonheur de voir avec quel calme et bonne humeur nous nous sommes rendus déterminés et sereins au rendez-vous que Jean-Luc Mélenchon nous avait fixé. Pas de violence, pas de cris, une organisation de maître, et une auto discipline digne des citoyens que nous sommes. L'euphorie retombée, on ne lâche rien, on se prend en mains !

  19. 169
    Philippe Hubert dit:

    Jusqu'ici, je ne votais pas, certain de ne pas devoir contribuer au fonctionnement d'un système qui ne me convient pas.
    Vous avez suggéré l'insurection civique.
    Cette fois je vais voter.
    Pour vous.

  20. 170
    berland dit:

    Merci Jean-Luc

  21. 171
    olivier 31 dit:

    apres la fete le dégout
    aujourd'hui 3enfants et un adulte de confession juive se sont fait assasiné
    la semaine derniere 4soldats de confession musulmane se sont fait assasiné
    il y a 3 semaines un camarade du front de gauche c"est fait tabassé par les gas du bloc identitaire
    il y a un mois la manif anti Le Pens s"est fait contenir a 1km de son meeting
    il y a un mois nous avons demandé au maire qu'il fasse fermer le local du bloc tout nouvellement installé
    lors du mouvement des retraites les AG de sud etudiant étaient perturbé par des militants d'extréme droite
    le ministre de l"intérieur fait de la sur enchère aux propos limite xénophobe de md Le Pen
    et tout cela dans notre bonne ville de toulouse,qui a sus acceuillir les anar espagnol fuyant le régime de franco,les arki et les francais venant d'algérie,les italiens fuiyant la misère,et tout les magrébiens qui aprécient le bon vivre
    toulousain NE PAS LAISSER UN POUCE DE TERRAIN A L EXTEME DROITE,POURTANT C EST ARRIVEE!
    et demain?
    un militant et toulousain dégouté Toulouse patrie de jean jaures

  22. 172
    un indignés lyonnais dit:

    Bonjour, chère conscience civique du peuple que vous incarnez, augures de l'accélérations du reveil des consciences.

    Cela va faire bientôt un an que les indignés lyonnais se bagarrent... Avec quelques coups d'éclats déjà... (la prise du parc gerland avec 6000 personnes et des assemblées, un campement de 19 jours place des terreaux, la défense des roms dont nous avons réussi à empêcher quelques expulsions, des occupations de banques... etc mais surtout nous oeuvrons tous les jours à favoriser le reveil des consciences et à favoriser la mise en réseau des collectifs de luttes...

    Les amabilités faites, nous vous convions au joyeux bordel que nous préparons ce week-end sur Lyon.

  23. 173
    Hold-up dit:

    38- Fennec Ironique dit " Malheur, oeuvre d'un fou, sans doute, mais qui flatte les bas instincts, qui parle de casher et de hallal, qui s'ingénie à monter les uns contre les autres ? Et après on peut venir verser des larmes de crocodile..."Oui, le 22 avril prochain, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen devront payer leurs dettes de haine. Une haine qu'ils ont lentement et sûrement distillés tous les deux depuis des décennies dans le pays jusqu'à allumer l'imaginaire fou d'un psychopathe armé. Je viens d'entendre le premier à la radio verser des larmes de crocodiles à gros et chaud bouillon. La seconde annoncer (et pour cause !) que la campagne présidentielle était " suspendue ", et appeler à "l'union nationale", etc. Le premier va nous refaire le coup de "Human Bomber", du "petit-vieux- tabassé-filmé-par-TF1" et du " groupe AZF ", pendant que la seconde occupera le terrain, jurant sur le coeur, Robert Brasillach à l'appui, qu'elle n'y est pour rien - Un fou rôde à Toulouse, il est le candidat " Tout-en-un " et l'incarnation de la démence totale de " Je suis partout " - Horreur, Faits-divers fou et "Stratégie de la tension" ? - Honte à lui ! Honte à elle ! Il faut gueuler bien fort que le taré en scooter est le fruit pourri de l'union sacrée de ces deux zombies de la V° république ! Vive la VI ° ! Que Se Vayan Todos !

  24. 174
    PRS dit:

    D'apres le dernier sondage sorti, les résultats serait:
    FH 28,5%
    NS: 27,5%
    MLP: 15%
    FB: 13%
    Jean Luc: 11,5%

    On voit que si on attire les électeurs de FH qui veulent un changement profond à gauche, ça ne compromettrait pas la participation de la gauche au 2nd tour puisqu'on passerait rapidement en 3eme position avec seulement 4% de pris sur Hollande.

    Concernant la volonté du PS d’être en tete au 1er tour, vous avez parler de 1995, 1981 mais vous avez oublier 1974, avec un scénario inverse à celui de 1981, où Mitterrand devançait VGE au 1er tour et c'est VGE qui avait gagné. Donc statistiquement sur les 6 dernières présidentielles, le fait d'arrivé 1er au 1er tour n'augmente pas les chances de gagner le second.

  25. 175
    Claire Parisot dit:

    Merci Mr Mélenchon d'être vous, des mots justes que vous savez trouver pour qualifier l'horreur de la haine qui habite certains êtres.
    Les informations d'aujourd'hui ternissent l'immense joie que nous avons éprouvée à marcher ENSEMBLE hier. Même la pluie s'était arrêtée en début d'après-midi.Il y avait un infini respect, de l'entraide pour tous les êtres qui se trouvaient là, des seniors de plus de 80 ans qui ont fait tout le parcours et traversé la foule en s'appuyant sur une canne! Des parents venus avec leurs jeunes enfants, certains en poussette. C'est ça le bonheur et on a fait la démonstration que l'HUMAIN peut triompher et qu'on sait vivre ensemble. Il faut continuer et on est prêt et à chaque fois qu'on se trouve ensemble dans ces foules, la vie frémit de partout. Vous avez bien pensé en abrégeant votre discours pour assurer la sécurité de tous, mais nous sommes attentifs aux autres et n'aurions laissé personne faire du mal à quiconque.

  26. 176
    Ariane Walter dit:

    En hommage, Monsieur, mon article ce matin sur Agoravox
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/dans-les-cris-du-volcan-112825

    Dans les cris du volcan! (Avec la retranscription de votre magnifique discours).
    Bien à vous et tous nos voeux de victoire!

  27. 177
    Lyendith dit:

    Un article fort décevant d'un homme que je pensais un peu plus respectable que ça : François Asselineau de l'UPR.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-manipulation-politique-s-112790?debut_forums=300#pagination_forums

    Je suis surpris de voir que ce monsieur n'a manifestement pas écouté un seul discours ni une seule interview de Mélenchon et n'a pas lu une ligne du programme du Front de Gauche.

  28. 178
    Laurent dit:

    merci M. Mélenchon. J'ai 52 ans j'ai toujours "pensé" et voté à droite. Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas ou plutôt, je ne sais plus. Il y a un peu plus d'un an, j'ai entendu parler de vous, de vos idées, de vos projets pour notre beau pays. J'ai commencé à vous lire et à vous écouter. Vous m'avez ouvert les yeux et l'esprit. Je vous ai rejoint au mois de janvier et hier......... j'y étais. Ce n'était certainement que le hors d'oeuvre du dernier festin de M. Sarkozy et consors.
    Ne lâchez rien. Courage.

  29. 179
    LAFORCE JEAN-LUC dit:

    pour aller dans le sens de PRS j'ajouterai qu'en 1974 F MITTERRAND était le candidat commun de toute la gauche dès le 1er tour...comme quoi ce n'est pas une garantie de victoire

  30. 180
    vm dit:

    @ jenaimarre N°74 (18h37)
    Je pense que l'oeillet rouge est un hommage à la Grèce et à Nikos Belogiannis, "l'homme à l'oeillet", résistant anti-fasciste condamné à mort en 1952 et peint par Picasso :
    http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-le-parti-communiste-de-grece-rend-hommage-a-l-homme-a-l-oeillet-rouge-nikos-belogiannis-execute-il-y-a-58-ans-48447670.html

    Mais il y a aussi la "révoution des oeillets" (Portugal).
    Et puis il y a nous et la Bastille : 120.000 oeillets rouges à la boutonnière...

  31. 181
    Pascal397 dit:

    Bonjour et merci à tous pour votre bonheur communicatif (pléonasme).

    1er point: la tuerie de Toulouse. Le système libéral de la compétition à tout prix mène à ce genre d'extrémité, cela a déjà été démontré notamment dans un documentaire nommé "moving forward " que l'on peut trouver sur la toile.

    2ième point: félicitation à Olivier Mazerolles de bfmtv pour l'émission de dimanche, enfin une émission dont on a senti qu'elle a été préparée par les journalistes, vous allez voir que bientôt, ils vont adhérer au programme du front de gauche car IL EST LE SEUL PROGRAMME VIABLE pour tous (enfin manque les 1% les plus riches...)

    3ième point: Jean-luc, je n'ai pu m'empêcher d'applaudir quand vous avez évoqué (fin de l'émission avec O. Mazerolles) l'obsolescence programmée qui, dans ma pensée revêt un caractère central contre l'esclavagisme dont font l'objet autant de travailleurs dans le monde entier.

    Le capitalisme complètement libéralisé est l'antithèse de la vie sur terre!

    Le pouvoir est en nous et il est illimité... ne le laissons à personne d'autre!

  32. 182
    Schellinger dit:

    Lutter ouvertement contre les discriminations sous toutes leurs formes, les ostracismes, les racismes, les intolérances, les petites haines devenues trop ordinaires… Construire des réponses collectives en créant un débat permanent utile pour apprendre à se reparler, à se découvrir, à se connaitre, à se comprendre... La droite n'a fait que casser le lien social. Le Front de Gauche doit impérativement comme il le fait actuellement lutter contre l'ignominie. Nous avons aussi une pensée profonde pour les enfants, les femmes et les hommes qui meurent en Palestine sans que personnes ne s'en émeuve plus que cela. La tristesse doit être la même, on ne peu pas avoir une tristesse sélective.

  33. 183
    le métayerv dit:

    La journée du 18 à la Bastille était une belle journée de communion, dans la conviction de la justesse de notre programme. Ce rassemblement préparée par un front de gauche audacieux qui a lu dans nos pensées le besoin que nous avions de nous retrouver, nous le peuple avec nous le peuple. Je suis contente de m'être décarcassée pour venir car je savais que j'aspirais à vivre ce moment comme beaucoup d'autres. Nous étions extrêmement nombreux et plus encore de ceux qui n'ont pu faire le voyage. Ca fait du bien de se sentir portée par les mêmes idéaux et d'être "un" et "plusieurs". (Je mettrais mes photos demain).
    D'autre part, je pense comme beaucoup ici que l'actualité de ce jour à Toulouse, n'est pas le fruit du hasard. Lorsqu'on met le feu qu'on ne soit pas étonné que ça brûle. (les jeunes filles décédées de l'autoroute, les militaires, la tuerie de l'école et j'irai plus loin : les suicides au travail...).tout ce qui fait l'horreur d'une inhumanité qui vient de la classe dominante qui écrase tout. Mourir pour un ticket, mourir pour des paroles prononcées au plus haut de l'état, mourir par la pression hiérarchique dominée par la finance.

  34. 184
    Red Lion dit:

    La position de Hollande au sujet de la dette...
    Mais d'où il sort ce mec ? De l'ENA ? Sérieux ? Alors il prend les gens pour des rigolos.
    Je me demande comment Jean-Luc a fait pour le supporter toutes ces années.
    Au 2nd tour, sans le Front de Gauche, nous le peuple, notre porte-voix et nos idées, point de salut.
    Camarades, haut les coeurs et ardents à la lutte !

  35. 185
    Laurent dit:

    Dimanche, dans l'intimité de ma demeure cadurcienne, en écoutant ce discours historique proclamé devant une incroyable marée humaine, l'émotion me submergeant je n'ai pu retenir mes larmes, des larmes de bonheur, des larmes d'espoir. Ce matin d'autres larmes encore se sont mises à couler, celles de l'horreur d'une déchirure jamais refermée... mais à ces larmes de tristesse se mêlait le souvenir des mots entendus hier comme la promesse de jours meilleurs.
    Je viens de prendre, deux ans avant la date, ma retraite de la gendarmerie après avoir assisté pendant des années jusqu'à n'en plus pouvoir au démantèlement progressif des services publiques, à la réduction des effectifs, au rétrécissement des services psychiatriques, à la désertification et à l'évolution affolante de la misère sociale...
    Je compte sur vous M. Mélenchon autant que vous pouvez compter sur moi.

  36. 186
    Elohh dit:

    Quelle honte ! Quelle ignominie que sont ces crimes ! Des enfants, des combattants... nous perdons par le sang nos enfants comme le dit si bien M. Mélenchon ! Il faut stopper ce massacre ! Il faut stopper les larmes et le sang !

  37. 187
    André Vernot-Rochey dit:

    Citoyen Jean-Luc, Merci, et à tous les vôtres.
    Avec vous, on a plus les foies... Que plus de Foi.
    Et pile poil pour avoir dit...à quelques autres candides...ha..? qu'il est vital de réfléchir à ce qu'ils disent pour éviter d'attiser les...foies, et les haines.
    Tolérance, Solidarité, Justice.
    Attiser le mieux penser, et le mieux panser, est un souci plus sain.
    Citoyen André. Psychiatre, 56 berges.

  38. 188
    CHAP'S dit dit:

    J'avais pris l'habitude de discours de quarante..cinquante..soixante..minutes,et je viens de comprendre le pourquoi du comment,de cette superbe "contraction de texte".Il vous faudra l'expliquer au plus vite,pour éviter certaines suggestions de journalistes(i télé par exemple) peu ou pas argumentées,mais nuisibles!.Il y a huit jours,dans un commentaire,je rêvais d'une confrontation,avec Sarkozy....osera-t-il?Toujours est-il que votre enthousiasme,votre ferveur,votre argumentation,sont des moteurs pour accéder à une vie plus juste. 5ème aujourd'hui...demain 4ème...après demain!pourquoi pas 3ème....Merci

  39. 189
    CHAP'S dit dit:

    J'avais pris l'habitude de discours de quarante..cinquante..soixante..minutes,et je viens de comprendre le pourquoi du comment,de cette superbe "contraction de texte".Il vous faudra l'expliquer au plus vite,pour éviter certaines suggestions de journalistes(i télé par exemple) peu ou pas argumentées,mais nuisibles!.Il y a huit jours,dans un commentaire,je rêvais d'une confrontation,avec Sarkozy....osera-t-il?Toujours est-il que votre enthousiasme,votre ferveur,votre argumentation,sont des moteurs pour accéder à une vie plus juste. 5ème aujourd'hui...demain 4ème...après demain!pourquoi pas 3ème....Merci

  40. 190
    micmousse dit:

    J'y étais.Je n'ai rien vu, pas entendu le discours, mais j'y étais.J'ai été bloqué avec mes camarades lorrains au départ tellement il y avait de monde.J'ai été bloqué et compressé sur la place tellement la foule voulait continuer cette fête.Je voulais absolument participer à cette manifestation pour donner la preuve que une force immense est en marche.
    « Ça se voit, ça se sent, ça se sait, le printemps est dans trois jours. Chaque matin qui commence la lumière étend son domaine dans la journée, la nuit recule. Viennent le temps des cerises et des jours heureux ».
    Résistance

  41. 191
    Paul.G dit:

    L'horreur a pris Toulouse pour cible.
    Les "importants" s'y pressent comme s'ils étaient attirés par l'odeur du cadavre.
    Qui les y a invité?
    Nul familier touché dans sa propre chair, nul écolier qui sans doute doivent avoir encore plus peur de tout ce fratras.
    Ils s'y imposent de façon grotesque, ils en deviennent définitivement grotesques.
    Six enfants viennent de mourir en France, trois victimes symboliques de la machinisation privatisée de notre société, expulsées d'un train, écrasées sur l'autoroute.Trois autres victimes d'une folie armée, simplement parce qu'ils étaient nés de ces parents là, qu'ils allaient dans cette école là, et que celà rend fou les abrutis à l'écoute de la haine d'où qu'elle vienne.
    Nous sommes obligés d'avoir pris connaissance de ces drames, vu la puissance informative moderne.La destruction violente et morbide de ces six jeunes être humains encadre exactement l'énorme soif de VIe (Vie ou 6° suivant lecture) manifestée à Bastille.
    L'horreur voudrait-elle nous réduire au silence?
    Je m'y réduis volontier, écouter le silence d'un deuil permet la naissance des plus belles musiques.

  42. 192
    Hold-up dit:

    Edwy Plenel (Médiapart) : "Une haine meurtrière défie désormais la France, sa République et sa campagne présidentielle. Précédée des meurtres de militaires à Toulouse et Montauban auxquels elle serait reliée, la tuerie antisémite de Toulouse est peut-être l’œuvre d’un fou. Mais, dans ce cas, sa folie est d’époque. D’une époque où l’on s’habitue à diviser l’humanité plutôt qu’à la rassembler, où l’on attise les violences plutôt que d’apaiser la société. Et c’est cette folie qu’il importe de conjurer d’urgence, en convoquant la raison contre la peur et la fraternité contre la haine".

  43. 193
    carlos dit:

    Je vis en espagne, je vous suis depuis quelques années, vous etes le premier homme politique a qui j'entends dire: La verité. Merci

  44. 194
    Nina 01 dit:

    Hier ! des larmes... de joie et d'espoir pour avoir assisté au spectacle d'un immense rassemblement d'hommes et de femmes fiers d'appartenir à une humanité citoyenne responsable et solidaire. Merci au Front de Gauche d'exister, merci Mr Mélenchon pour votre façon d'être, de porter les aspirations de ceux qui sont les petites mains de ce peuple de la France d'en-bas, riche des seules valeurs de justice et de partage. Petit peuple de France trop souvent bafoué et spolié..

    .Aujourd'hui ! des larmes d'infinie tristesse pour ces vies volées, saccagées par la folie meurtrière d'un homme.
    Larmes de colère pour toute cette violence malsaine, cette noirceur qui plane autour de nous. Violence idéologique et raciste, entretenue régulièrement à des fins politiques par ceux qui, après avoir attisé le feu, viennent la main sur le coeur pleurer sur nos écrans des larmes de crocodiles...

    Ce soir, j'ai mal à ma France !

  45. 195
    Antibrouillard69 dit:

    Que retenir de ce blog, un fait divers malheureusement instrumentalisé. Mais je lis ci et là, que personne n'est dupe.

    Donc repassons à une des phrase clé de ce dit Jean-Luc en haut :

    (...) soudés comme les doigts d’une main, eux parmi qui j’en connais qui ne faisaient pas une heure de politique il y a encore un an ou deux et que je vois ici, le sourire aux lèvres ou bien le visage tendu par l’effort et la fatigue, manœuvrer comme une force aguerrie !(...).

    Voila sur quoi nous devons nous concentrer, car les drames médiatisés il y en a bien souvent.

    Retenir aussi, que la souffrance et le dégoût qu'inspire ce système inique, fait fleurir un langage cru et direct sur le blog, et il ne faut le taire (...).
    Du dégoût qui devra se muer en colère consciente. Le rejet du libéralisme est viscérale, il devra se formaliser.

  46. 196
    duis dit:

    Un article intéressant (ainsi que les commentaires)

  47. 197
    martin dit:

    Voyez avec quel empressement les candidats les plus dépourvus de programme, d'idées, de contenu, s'accordent pour arrêter temporairement la campagne suite aux meurtres de Toulouse. Ce matin, sur France-Inter, Thomas Legrand et compagnie distribuaient des bons points à Sarkozy, Hollande, Le Pen, Bayrou, et un "bémol pour Mélenchon"...
    Mais la politique ne s'arrête jamais, messieurs-dames les bonimenteurs. Il y a toujours des choses politiques à dire et elles ont été très bien dites ici par plusieurs camarades. Il faut faire reculer l'horreur et faire cesser les palinodies de tous ces charlatans.

  48. 198
    BARDY Dominique dit:

    Hier, nous étions portés par ces milliers de gens venus de toute la France pour éxiger le droit de vivre dignement, pour une autre solution.
    Ce matin, nos coeurs saignent. Comment peut on assassiner des enfants ? Des innocents qui ne demandaient que de vivre, de rentrer dans leur école pour que les enseignants leur transmettent leur savoir.
    Que rapidement ce détraqué soit arrêté et que nos enfants puissent vivre dans la paix. Liberté, Egalité, Fraternité doit être ce qui nous rassemblent tous aujourd'hui.
    Il nous faut une autre société plus juste, plus humaine et très vite.

  49. 199
    ROUSSEL ERIC dit:

    Ah, la Bastoche, perché tout là haut, la tête dans les étoiles et les yeux dans les fumigènes. Puis,comme souvent, le temps du soir apaisé, je réécoute pour comprendre au mieux cette voix qui vient du profond de son ventre. Et quelle n'a pas été sa première expression à la tribune,en guise de communion avec le peuple de France. Un rire. Un éclat de rire. Pas de celui de Chaplin des temps modernes, mais un rire libérateur, un rire d'émancipation! De ce rire, comme au jazz, de contre temps. Un rire de provocation des puissants. Son rire le sait: nous jouons la gagne!

  50. 200
    tchoo dit:

    ce midi, une journaliste, sur le terrain, déclamait, la communauté, toute la communauté est affectée (sans préciser laquelle)
    mais c'est toute la communauté humaine qui est affecté par le drame de Toulouse, douloureusement, donc nous tous, rouge, blanc, bleu ou vert!

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10 1140 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive