11mar 12

Prenons nos dispositions pour le 18 mars !

L’insurrection c’est maintenant

Ce billet a été lu 120  943 fois.
Cette vidéo a été consultée 25 195 fois

Vous êtes dorénavant trente mille chaque jour à passer me rendre visite sur ce blog ! Je me sens donc un devoir encore plus fort de renouveler mes publications, même si le passage ici va dans toutes les rubriques et pas seulement à la une. Le Webmestre assure fidèlement le service de mise en page et l'écrasante gestion des milliers de messages qui sont postés. Cette note réjouira ceux qui me demandent souvent d'écrire plus brièvement. Mais je ne promets pas que ce soit plus simplement. Car j'écris de retour d'une grosse journée de présence studieuse. D'abord à la réunion du Front de Gauche des sports. Ensuite à la réunion nationale de l'association des associations. Un jour comme les autres : beaucoup de travail et de fraternité militante. Le service de protection rapprochée est parmi nous mais les camarades mettent leur point d'honneur à m'entourer comme avant. Hier j'ai reçu au courrier un cadeau hors du commun venant d'un camarade électeur. Il s'agit d'une plaquette de poésie de Paul Eluard : « Corps mémorables », édition achevée le 24 septembre 1948. La merveille est aussi que l'exemplaire comporte une signature manuscrite de Paul Eluard lui-même. Depuis je suis sur un petit nuage.

Le 18 mars prochain, avec l'appel du Front de Gauche à une marche sur la Bastille, un événement d'un genre nouveau va avoir lieu. Un genre tout à fait nouveau. A quand remonte la dernière manifestation politique, à l'appel d'une organisation politique, sur un mot d'ordre politique ? Je n'en ai pas de souvenir. Mais si je devais fouiller, je me reporterais aux plus chaudes heures de notre histoire : mai 1968, mai 1958. Une autre nouveauté doit être prise en considération. C'est la première fois qu'une campagne électorale se donne un tel moyen d'expression. C'est donc que cette campagne ne ressemble à aucune autre jusque-là. Et s'il en est ainsi c'est parce que jamais une campagne électorale n'a eu lieu dans un tel contexte. L'ampleur de la crise économique et financière en fait une crise politique. La preuve qui le montre et le résume est que, précisément, cet appel à la marche sur la Bastille connaît un grand succès d'enthousiasme. De partout il y a mobilisation, et les initiatives les plus diverses y préparent avec ardeur. De tous côtés, bien au-delà des cercles militants la date est connue et fait parler ! Cela montre qu'il y a une perception au niveau du grand nombre du caractère spécial du moment et que cela doit se traduire par des méthodes d'action qui y correspondent.

Le contenu de la marche est révolutionnaire. Il s'agit d'affirmer notre volonté de tourner la page des institutions actuelles et de passer à une nouvelle République. Une République sociale qui élargisse le champ de la démocratie en France. En ce sens il s'agit d'une insurrection citoyenne. Pacifique, calme, organisée, dirigée vers un objectif respectueux de la règle démocratique du vote au suffrage universel pluraliste. Une insurrection dont le rendez-vous opérationnel est le vote à l'élection présidentielle. Mais une insurrection. En quoi en est-ce une ? Le but et le moyen nous l'indiquent. Le but : le changement institutionnel. Le moyen : l'action du peuple lui-même se dressant contre un ordre inique. S'il en est ainsi c'est que nous partageons le constat de dangerosité du cadre actuel pour régler les problèmes urgents que le pays doit traiter. Le partage des richesses, la démocratie dans l'entreprise, la parité dans toutes les instances de représentation, la souveraineté populaire sur le parlement et de celui-ci sur toutes choses, ne peuvent être réalisés dans le cadre des institutions actuelles. Pire, celles-ci y font obstacle. Cette question ne concerne pas seulement le cadre national. Au contraire notre insurrection civique vise le pouvoir autoritaire qui s'impose à nous depuis les institutions actuelles de l'Union Européenne et contre lesquelles nous sommes rendus impuissants du fait de notre monarchie quinquennale. La gravité particulière et actuelle de la situation résulte de la signature du nouveau traité européen le premier mars dernier. Le gouvernement du pays consent  un renoncement à la souveraineté budgétaire du pays sans même l'excuse de la transférer à une autre instance démocratique. Cela permet de bien comprendre la légitimité de notre insurrection. La constitution de 1793 l'exprime bien : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A vrai dire, la conduite de notre campagne fait de cette marche une étape à l'intérieur d'une séquence maîtrisée de longue main. Le Front de Gauche a été constitué comme l'instrument politique d'un projet. Je ne parle pas du contenu du programme « L'Humain d'abord » qui en est l'expression à une étape du parcours, celle qui commencerait concrètement avec notre gouvernement. Ce projet c'est d'assumer le sens du refus de 2005 face au projet de Constitution européenne devenu depuis le Traité de Lisbonne sous l'empire duquel nous vivons. C'est le projet d'un changement profond de la règle d'organisation de la société. L'actualité et l'importance d'un tel projet est démontrée par le sort subi par ceux qui ont accepté la règle du jeu actuelle. Il s'agit de la Grèce ! Mais aussi du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne, pour ne citer que des voisins. Pour le futur de la France, il faut placer côte à côte le fait que les agences de notations veulent frapper notre pays et qu'un plan d'austérité terrible est programmé par le nouveau traité européen signé par Sarkozy. On devine ce qui attend notre pays s'il ne se prépare pas à résister et à contre attaquer, c'est-à-dire à proposer et à s'appliquer une autre règle du jeu.

J'ai promis, quelques lignes auparavant, un résumé de notre plan d'action dont la campagne présidentielle a été le cadre et l'instrument. Jusqu'en juin 2011 nous avons travaillé au rassemblement des forces de la gauche du « Non » autour d'un programme partagé et d'une candidature commune à l'élection présidentielle. Sur la place Stalingrad, le 29 juin dernier, nous avons lancé ce rassemblement. Puis nous l'avons développé jusqu'à la Fête de l'Humanité. Ce fut la période où le contenu du programme partagé a été bouclé et rendu public. Puis, tandis que se déroulait les primaires socialistes, nous avons ancré notre action sur le terrain. Nous avons permis que son contenu s'incruste dans le sol social du pays en organisant une diffusion massive du programme « L'Humain d'abord ». Ce fut le temps des premières assemblées citoyennes et des premiers meetings de popularisation. Nous sentions que la rencontre s'étendait en profondeur, que le discours touchait une masse de gens. Cette période nous a permis de faire comprendre notre différence d'approche avec le programme d'action du PS. Une démonstration argumentée a ainsi commencé à se diffuser. Elle a forgé des liens solides de convictions et de confiance. Nous avons alors avancé dans les esprits alors même que la tenue des primaires socialiste absorbait pourtant tout l'espace médiatique. Nous avons fini l'année avec le sentiment d'une force grandissante dont attestait déjà le niveau de participation à nos réunions et meetings.

En janvier, forts de cet ancrage, aidés par le succès de l'émission « Des paroles et des actes » sur France 2, nous avons lancé toute notre force dans la bataille contre l'extrême-droite. Compte tenu du processus d'extrême-droitisation dans lequel entrait alors l'UMP et son candidat, chaque pierre lancée atteignait deux cibles à la fois. Cette phase du combat nous permit de gagner en autorité et en confiance. L'affluence exceptionnelle à nos meetings, réunions et assemblées citoyennes, les soutiens financiers nous ont vite montré que nous avions franchi un nouveau pallier de mobilisation et de prise de conscience. L'évolution des propos de notre concurrent socialiste, les postures de notre adversaire de droite nous ont prouvé que le mouvement des esprits les conduisaient eux-mêmes à s'adapter et à valider notre tonalité, fusse à leur corps défendant. En se tirant une balle dans le pied sur le plateau de France 2 et en vacillant, puis en se faisant enfermer dans la position cruelle que l'on connaît sur le droit à l'avortement, la famille Le Pen nous a permis de prendre la main sur elle. Ce succès foudroyant sur le secteur où nous avions pris l'offensive et où nous étions pourtant presque seuls en lice nous a propulsé plus avant dans l'opinion. Et cela est depuis, une source supplémentaire de légitimité et de dynamique. C'est avec ces atouts en main que nous lançons l'étape suivante de notre marche. Le 18 mars est à la fois un point d'aboutissement de cette période et le point de départ de la suivante qu'il s'agit de porter à un plus haut niveau politique ! Celui de l'insurrection civique. A vous mes chers lecteurs de multiplier les initiatives de toutes tailles et de tous ordres pour rendre visibles et désirables l'insurrection que le 18 mars va impulser. A suivre ici et sur le site « place au peuple ».

Une fois n'est pas coutume et j'espère qu'il ne m'en voudra pas, je veux compléter le propos que je viens de tenir par un texte qui m'a paru bien résumer ce que j'aurais aimé dire et ce que je voudrais faire comprendre. Il s'agit de l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin paru dans « L'Humanité » du jeudi 8 mars dernier. Le titre résume bien le lien avec ce que je viens d'écrire : « Insurrection : acte I ».  Comme il y est question de moi, je prie mes lecteurs de me pardonner l'immodestie qu'il y a  dans ce « donné à voir », ici, au milieu de mes propres lignes. Voici le texte de cet éditorial.

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer la démarche fondamentale et presque fondatrice du Front de Gauche peut paraître présomptueuse. Elle ne l'est pas. Héritiers que nous sommes d'une illustre tradition politique qui a toujours marié la justice à l'égalité et fiers – oui fiers ! – de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l'un des plus beaux symboles du renouveau "de la" politique. Celui du retour à "quelque chose" d'assez sacré : l'Idée. Mais aussi celui du début "d'autre chose" : une gauche à la main ferme. »

« Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remuements essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l'histoire contemporaine qui, trop souvent, a vu la gauche s'accommoder du "principe de réalité", provoquant ce que certains pouvaient considérer comme un éternel recommencement : une espérance suivie d'une déception… À moins de sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, cette hypothèque sur l'espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de Gauche. Si nous n'aimons guère accorder trop de place aux logiques des sondages, néanmoins, les toutes dernières enquêtes d'opinion réchauffent le cœur et l'esprit et témoignent que le Front de Gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu'on se le dise, le citoyen candidat Mélenchon vient en effet de franchir la barre des 10% d'intentions de vote ! La gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour ! Il était temps. Non ? »

« Ne le cachons pas. La verve et l'intelligence oratoire de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas pour rien dans l'accélération de ce processus populaire, dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait : "Nous défendons des idées, pas un guide suprême ou un leader." Tous les artisans de la campagne du Front de Gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d'un discours de très haute ampleur programmatique, associé à l'élaboration d'arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l'appropriation et la diffusion des idées. On ne s'indigne plus seulement, on propose, on politise. L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d'une véritable pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée. Ce n'était pas "la" politique qui les avait quittés, mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu'ils ont un rôle à jouer… »

« Il y a du bonheur à réinventer l'à-venir. Le Front de Gauche, qui voit plus loin que l'horizon et affranchit ceux qui ont souffert d'années d'humiliations, a pour objectif de réveiller et/ou d'éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir eux-mêmes des acteurs d'idées et des propagateurs du bien commun. "Le Front de Gauche, c'est quelque chose de plus grand que nous", clame Mélenchon. Ce quelque chose porte un nom : la révolution citoyenne. Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! » Merci pour ce résumé si bien dit de ce que nous pensons tous qui nous assemblons de meeting en meeting, de réunions en réunions, de collages en tractages !

Le PS et le Mouvement de Jean Pierre Chevènement ont annoncé avoir signé un « contrat de législature » qui « fonde leur alliance pour 2012 ». On connaît donc le choix de Chevènement un mois après le retrait de sa candidature. Ce n'est pas un accord de coin de table. En effet cet « accord politique et électoral constitue le contrat de législature entre les deux partis et fonde leur alliance pour 2012 ». La centralité de la question  européenne avait déjà été rangée au magasin des accessoires en 2007. Il en est de même cette fois-ci. Un flot de bonnes et saines pensées contre le capitalisme et les autres malheurs du temps garnissent utilement la capitulation sans condition de l'ancienne sentinelle inflexible. Du refus de l'Europe du Traité de Lisbonne, il ne reste que d'émouvants et dérisoires coups de menton favorables à « une parité monétaire plus juste », « un soutien prioritaire à l'investissement et à la recherche pour les PME » et à « une politique de croissance (…) à l'échelle européenne ».

Bien-sûr le PS et le MRC conviennent que le traité récemment conclu est "inacceptable" et "doit être renégocié". Avec le président François Hollande c'est comme si c'était fait. Il s'est bien gardé de leur préciser que son porte-parole a déjà bien expliqué qu'il ne s'agira pas d'un nouveau traité mais d'un texte additif se prononçant en faveur de la croissance. Mais peut-être les chevènementistes n'avaient-ils pas envie de le savoir ou bien même le savaient-ils déjà. Après qu'ils ont rappelé leur opposition à Maastricht, le document ouvre une nouvelle étape qui gomme la précédente. Il déclare que les deux partis « doivent approfondir ensemble leur vision de l'Europe ». Il est temps en effet "d'approfondir la vision", deux mois avant de gouverner ensemble et après qu'on a passé six ans à cela depuis 2005 ! Mais précisément, c'est tout cela qui est fini. Car le texte se propose "d'approfondir la réflexion" jusqu'à un niveau de profondeur  inouï : « en dépassant les oppositions du passé ». Pour moi l'opposition du passé ne peut se régler que sur une seule base : le respect de la décision du vote des français. Mais Hollande ne veut pas de référendum sur le nouveau traité. Et Jean-Pierre Chevènement, docilement, n'en parle plus. 

L'autre volet des reniements est, par contre-coup pour les alliés écolos du Parti socialiste. Car Hollande et son allié se prononcent « pour une politique énergétique innovante en matière d'énergies renouvelables, et vigoureuse en matière d'économies d'énergie ». Ce qui est excellent, mais ne mange pas de pain. Car le même document précise le point de vue du parti de Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci estime « qu'il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d'une électricité moins chère et moins polluante ». Comment cela est-il conciliable avec un accord de législature qui l'unit par ailleurs à des gens qui pensent exactement le contraire ? Une telle ratatouille est servie à la veille du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous n'en tirons donc pas du tout la même conclusion. Car un an après avoir commencé, les effets de la catastrophe nucléaire de Fukushima durent toujours. Cela devrait suffire à montrer l'urgence d'un débat honnête en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique. Et il doit être tranché par le peuple souverain, notamment sur le nucléaire, par référendum. Le Front de Gauche est le seul à le proposer. Je déplore que l'UMP, le FN et le Parti socialiste le refusent. Mais je regrette surtout que l'accord de législature entre le PS et Jean-Pierre Chevènement n'en dise mot. L'importance du sujet devrait interdire que des accords politiciens se substituent au débat public sur le fond et au vote démocratique. Je n'en apprécie que davantage la déclaration de Paul Ariès en faveur de la candidature commune du Front de Gauche. Car s'il est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur bien des points, il n'en reste pas moins que notre position ne demande à personne de renoncer à ses convictions ni au moyen de les voir l'emporter. 

Au final, cet accord fonctionne comme une caricature de la "Gauche plurielle". Car à l'époque on pouvait penser que l'on avait fait pour le mieux en juxtaposant les programmes. Il est vrai aussi qu'on n'avait guère eu le temps de faire autre chose du fait de la dissolution surprise de l'Assemblée Nationale décidée par Chirac. Mais aujourd'hui on a l'expérience des inconvénients de cette méthode. Recommencer une erreur de méthode de sang-froid c'est seulement signaler qu'on est intéressé à obtenir le même résultat. Lequel ? Donner les pleins pouvoirs au parti qui dirige le gouvernement. C'est d'autant plus pitoyable que cette fois-ci le programme ne prévoit aucune sorte de conquête sociale comparable aux 35 heures ou à la CMU, ni aucune conquête institutionnelle comparable à la parité comme ce fut le cas avec le programme de Lionel Jospin.

Du passage de Nicolas Sarkozy dans l'émission « Des paroles et des actes » mercredi, on ne semble avoir retenu trois jours après que ses regrets d'avoir fêté sa victoire au Fouquet's et passé ses vacances sur le yacht de Bolloré. Pourtant, au milieu de ce numéro de repentance très convenu, Sarkozy a fait plusieurs déclarations et propositions qui méritent d'être prises très au sérieux. Elles dessinent un programme du candidat Sarkozy assez sinistre.  Il a notamment annoncé le plus grand plan social de ce début d'année en programmant une nouvelle hémorragie de 40 000 emplois publics. Mais dans les collectivités locales. Sans que cela n'ait visiblement ému grand monde, notamment chez les socialistes, pourtant concernés au premier chef. Personne ne sait d'ailleurs comment Nicolas Sarkozy compte s'y prendre pour qu'un gouvernement supprime ainsi des postes dans les collectivités locales qui gèrent leur propre personnel. Il a d'ailleurs aussi indiqué qu'il allait plus largement « poursuivre la réduction des effectifs de la fonction publique ». Les 150 000 postes supprimés depuis cinq ans ne sont donc qu'un début.

Sarkozy a aussi prévu de poursuivre sa thérapie de choc libérale en intensifiant sa chasse aux "assistés". Il n'a évidemment pas parlé des fraudeurs du fisc que le gouvernement exonère régulièrement de poursuites pénales, surtout s'ils ont beaucoup fraudé. C'est un des constats inouïs du dernier rapport de la Cour des comptes : plus vous volez le fisc moins vous avez de chance d'être poursuivi pénalement ! D'ailleurs Sarkozy a bien rappelé qu'« il n'y a pas eu de cadeaux aux riches ». Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois.  Deux fois moins que le seuil de pauvreté. Pour eux, Sarkozy propose de généraliser un travail forcé dit d'intérêt général de 7h hebdomadaire. Jusque-là, le "travail d'intérêt général" désignait une sanction pénale. Personne ne sait d'ailleurs dans quels secteurs devra s'exercer ce travail forcé, et avec quel encadrement. Les gestionnaires du RSA, c'est-à-dire les départements vont ainsi devoir gérer le travail forcé d'un million et demi de personnes. Et le projet UMP précise que des pénalités de 100 euros par mois seront appliquées à ceux qui refuseront le travail forcé. Avec les suppressions de postes prévues par Sarkozy dans les collectivités locales, cela promet ! A moins que le président candidat n'ait justement prévu de faire exercer certaines fonctions des collectivités par les bénéficiaires du RSA.

Ce soir-là, les immigrés étaient aussi dans le collimateur de Sarkozy. L'extrême-droitisation de son discours est désormais très avancée. Il a d'abord affirmé : « Si on ne maîtrise pas l'immigration, est-ce qu'on ne va pas à la faillite ? » Comme Mme Le Pen, il ignore l'étude que l'université de Lille a réalisée pour son gouvernement en 2009 et qui conclut que les étrangers rapportent 12 milliards par an aux comptes publics. Ils touchent en effet pour 48 milliards de prestations chaque année mais reversent 60 milliards en impôts et cotisations. Sarkozy a poursuivi ainsi : « Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et nous devons en accueillir moins ». Exactement ce que raconte Marine Le Pen. Et pourtant il y a moins d'étrangers aujourd'hui en France (5,8 % de la population) qu'il n'y en avait en 1975 (6,5 %) et en 1990 (6,3 %) ! Mais Sarkozy pense pourtant que « nous devons diviser par deux le nombre d'étrangers que nous accueillons ». Marine Le Pen va encore plus loin et propose de ramener ce nombre à 10 000 entrées par an. Mais ni l'un ni l'autre ne dit comment il compte s'y prendre. 65 000 entrées concernent chaque année des ressortissants européens. Marine Le Pen compte-t-elle interdire aux européens d'entrer en France ? Et ce n'est pas tout. Chaque année, autour de 50 000 entrées concernent des étrangers membres de la famille d'un Français, que ce dernier fait venir. Là aussi comment Sarkozy et Le Pen comptent-ils s'y prendre ? Vont-ils interdire à des milliers de Français de vivre en famille ? Enfin, 50 000 autres entrées concernent des étudiants. Comment y renoncer ? Faut-il rappeler le nombre d'étudiants étrangers qui deviennent des prix Nobel, des médailles Fields ou des médailles d'or du CNRS ? Ont-ils entendu parler du dernier prix Nobel de médecine, Jules Hoffmann, qui était un étudiant étranger avant de devenir français ?

Mais il y a plus odieux encore. C'est la volonté annoncée de Sarkozy de limiter l'accès des étrangers au minimum vieillesse et au RSA. Il a fixé les conditions suivantes : 10 ans de résidence régulière en France et au moins 5 ans de travail. Le caractère universel des droits serait ainsi sabordé. On exigerait des étrangers beaucoup plus que des français pour accéder à des droits sociaux fondamentaux. Les étrangers payent pourtant les mêmes impôts et cotisations que les français. Cette "discrimination", car c'est bien cela que Sarkozy veut institutionnaliser,  est une brèche vers la préférence nationale défendue par le FN. Dès le lendemain Louis Alliot, numéro 2 du FN, s'est d'ailleurs empressé sur « France Inter » de remarquer que Nicolas Sarkozy proposait de légaliser la préférence nationale. Car en effet, celle-ci est aujourd'hui contraire à la loi et même à la constitution qui garantit l'égalité en droits quelle que soit l'origine des personnes.
 


1  138 commentaires à “L’insurrection c’est maintenant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. PAA dit :

    Sondage à deux chiffres ! Super ! Mais surtout que l'objectif reste celui des 2 bons chiffres !
    Ceux qui donnent le pouvoir de changer les choses. Le seul objectif qui tienne...
    Alors, certes, on peut regarder le chemin parcouru, mais c'est devant, qu'est la route.
    Pas trop de relâchements, d'auto satisfaction... juste un regain d'énergie pour y aller encore plus fort... et profiter de tout ce qui peut s'ouvrir... Aller encore plus loin.
    Fédérer toutes les énergies nouvelles et constructives qui voudront participer. Parce que le cœur offre des aventures humaines puissantes. Et lorsque son énergie est en route, cela peut faire peur.

    Ce serait trop bête de s'entendre dire après coup "...on a eu nos 10% ou plus.. et on n'a pas vu que la voie était vraiment ouverte que pour y aller il fallait tendre encore un peu plus la main à tous ceux qui n'attendent que cela pour ne plus avoir peur... on s'est laissé endormir par le côté un peu plus affable des journalistes et on l'a raté d'un millimètre... l'occasion de ce changement... ou on s'est un peu trop reposé sur Jean Luc... faut dire quel talent...et on a oublié que le boulot c'était à nous aussi de le faire dans notre entourage, partout où cela est nécessaire et pas seulement là où on peut en avoir l'habitude mais aussi parmi les classes moyennes, hautes, les artisans, patrons de PME, les footballeurs professionnels, etc,... "
    Cette "compétition", c'est aussi celle de tous les exploits possibles, de toutes les fulgurances nécessaires.
    Parce qu'avec le cœur (au ventre, à l'ouvrage, à l'ouverture et au rassemblement des forces citoyennes), il ne peut être question de défaite. Juste d'être en éveil, individuellement, collectivement. Et pour longtemps !

  2. henri dit :

    Discours de Sarkozy ce dimanche, à écouter les commentateurs, la salle était aussi grande que le stade vélodrome de Marseille (60000 places), mais que dire du contenu, pitoyable et dangereux. J'ai écouté Jean Luc Mélenchon sur la 5, une bonne émission mais qui a sur la position européenne était reprise a contrario plus tard par les médias et un rapprochement avec les idées de Sarkozy qui m'a indigné. Si le Front de Gauche remet en cause le traité européen sur la concurrence libre et non faussée, nous n'avons jamais parlé de la libre circulation des êtres humains, telle est la différence avec les détenteurs du pouvoir actuel dont la campagne xénophobe est à l'encontre de nos idéaux. Notre force, c'est notre programme qui tient la route et qui doit être le centre de nos préoccupations.

  3. François Châtelet dit :

    @252 erde34
    Je ne vois pas d'autre interprétation:
    FH neutralise EELV avec la promesse de fermeture de quelques centrales (et des circonscriptions)
    FH neutralise Chevènement avec la promesse de n'en fermer aucune (et des circonscriptions)
    FH est fine lame, mais je crains que ça ne suffise pas face aux crises sociétales, européennes et écologiques. L'humain d'abord!

  4. Oliv dit :

    Je viens d'écouter Pecresse et Sapin sur Inter. C'était extrèmement technocratique, idéologique et incompréhensible. Une bataille de chiffres stérile et inaudible, même pour qui possède encore des références et du "temps de cerveau disponible". Ce genre de pseudo confrontation aurait pu faire illusion seulement quelque mois auparavant, les gentils et les méchants, les raisonnables et les serieux, si seulement ce M. Mélenchon, sous-marin nucléaire de son état, n'avait pas fait voler en éclats cette langue de bois mortifère enrichie au PipoPlus® actif.
    Bref, depuis que j'ai gouté, en bon paranoîaque déçu fataliste, à la parole inattendue de Jean-Luc et du FdG, tous les débats spectacles ineptes organisés par la petite clique qui commence à trouiller sévère, mais n'ose pas encore se retourner contre son maître, et tente le coup de l'illusion de la dernière chance, ont une saveur sépia... Comme un monde qui aurait vécu, que je voyais mort, mais qui bouge encore..
    Ne soyons pas trop durs avec eux. Admettre que l'on s'est fait planter toute une vie est salvateur mais douloureux sur le coup.
    Ne pas s'opposer frontalement, accompagnons-les, comme des mourants, quitte à faire des concessions. Pensez qu'ils souffrent, nos adversaires, ils ne sont pas mauvais par conviction. Ne rentrons pas dedans comme des gladiateurs, même si nous en avons les raisons. Pensons leurs peurs et leurs souffrances quand nous tentons de convaincre. C'est facile, nous avons les mêmes.
    Nous ne sommes pas ennemis, même si c'est dur avec le dernier des fachos, je sais.
    Les fachos sont des brutes à la recherche d'un peu de paix, ils le cachent à coup de lance-flamme mais ca ne prend pas avec nous.
    Nous sommes ingnifugés.
    Salut camarades.

  5. Rogue dit :

    @kastus (253)

    Absolument excellent votre échange à "coups" de poèmes... ça leur cloue le bec à ces fascistes qui se prennent pour Mallarmé, je me suis beaucoup amusé. Ça change des insultes et des menaces auxquelles on a droit d'habitude avec ce genre d'individus.

  6. etienne dit :

    @ tous
    je me suis bien poilé ce matin sur europe1,non pas avec elkabbach bien sur qui fait son numero habituel,mais avec canteloup agrémenté des réparties de JEAN LUC. tres en forme notre candidat,en tout le studio etait écroulé de rires

  7. Nicolas G30 dit :

    Le partage coté UMP, 30000 chaises installées, 60000personnes, en gros une chaise pour deux, c'est pas beau ça ! Europe 1 ce matin, avant on avait le "Jacques a dit", maintenant c'est "le nicol'a dit", un grand journaliste au sommet de son art ! Merci de ne pas lui avoir céder le moindre espace. En tout cas du discours de Rouen silence radio et TV complet, les candidats doivent se prononcer sur les déclarations des deux prétendants principalement, refusons d'aller sur ce terrain. Parlons du programme partagé, du partage des richesses, de la planification écologique et les emplois qui en découlerons, du précariat, etc... Laissons leur la haine,la vanité,le repli sur soi,la peur,l'avarice,....

  8. citoyenne21 dit :

    Jean-Luc Mélenchon est tellement épatant qu'il inspire la jalousie et attise la frustration de ceux qui n'ont pas son potentiel (les biens dans leur peau au contraire ne sont pas jaloux mais heureux de devoir se frotter de manière qualitative à la réalité politique) ! donc l'attitude de certains qui ne se rallient pas bien que non en désaccord sur le fond, est compréhensible : ils ne vont pas se risquer à faire trop pâle figure ! le talent quand il est flagrant, ça fait des jaloux, c'est aussi simple et bête que ça ! Leur égo qu'ils souhaitent ne pas égratigner, passe avant les intérêts du peuple, c'est dire !

  9. Oliv dit :

    Hollande neutralise des partis qui lui ont fait allégeance... Des partis oui, mais pas des citoyens électeurs.
    Soi-disant, les français trouveraient cette présidentielle ininterressante... C'est étrange, je n'ai jamais vu un tel remuement depuis le réferendum de 2005...
    Les électeurs sont encore, je le crois, en pleine disposition de leurs cerveaux.
    Qui vote EELV a une conscience plus élevée que le dogme "croissance à tous prix de n'importe quoi = bonheur karmique"
    Qui votait Chevènement a eu une reflexion politique independante du matraquage mediateux.
    Quand à la fine lame hollandaise, je crois qu'elle ne sert plus qu'à trancher du flan. Le contraste est tellement saisisant entre Mélenchon et Francois le Flexible, et tous les autres, que tous ceux qui ont encore, malgré tout ce qu'ils subissent, le courage de penser, voteront comme toujours avec leurs neurones et avec le sourire en pensant aux 127 millions de personnes au meeting de Son Altesse Régente Kisskool Oligarque.
    Comme tous les gens qui ne votent plus depuis des lustres (comme moi), ca sent la belle surprise du 22.

    Salut et courage.

  10. Séverine dit :

    re.229 Steph 24: J'habite à 30 kms de PX et pense monter par le car de Limoges. Peut être pourrions nous covoiturer jusque là... j'attends un conseil de classe en me délectant de la prose gauchiste. Bravo à Kastus en particulier!

  11. gerlub dit :

    Bonjour,

    Afin d'éviter de perdre trop de temps face à des énergumènes, comme ce matin à la radio, et plutôt que de commenter ce que dit Sarkozy, il serait bon d'aller très vite, plus vite sur ce genre de chose.
    Pourquoi ne pas dire que quoique Sarkozy promette il ne le fera pas, quand ça concerne "les pauvres" et les classes moyennes. En se basant sur ses promesses non tenues. Idem pour Schengen ou autres...... IL faut faire ressortir qu'il n'est plus audible parce que plus crédible et enchainer sur nos propositions et les développer au maximum.

    Car tout ce qui est dans l'"Humain d'abord" est non seulement applicable immédiatement, mais en faveur de plus de 9 français sur 10 !

  12. Zapping dit :

    Plusieurs vidéos du passage de Jean-Luc Mélenchon sur Europe 1 ce matin de 7h à 9h sont publiées sur le blog :
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/03/12/invite-de-la-matinale-presidentielle-deurope-1/

    Hauts les coeurs ! Ardents à la lutte ! A la Bastille !

  13. FILHOL dit :

    Sur la question de la fiscalité des revenus, je partage en partie vos propositions. Toutefois, j'estime que le plafond de 360 000 € de revenus est trop bas, il n'est pas suffisamment incitatif et récompense mal l'émergence, la création, les découvertes, l'effort,... ce plafond devrait être revu à la hausse.
    Sur la question de l'augmentation du SMIG, votre proposition, telle que je la comprends, exclue ceux qui gagnent au-dessus et un peu plus. Il ne serait pas raisonnable d'écarter de toute augmentation les autres salariés.

  14. nath35 dit :

    A jacques 12h40, Einstein ou Gandhi?

  15. ariane.walter dit :

    Un de vos discours que je préfère est celui du dejazet. on le trouve en vidéo sur le net. je l'ai intégralement retranscrit et j'en ai fait un article en joignant la vidéo.
    Avec vous, avec tous et à bientôt à Paris.

  16. jorie dit :

    Les moutons tondus ou pas relèvent la tête, prêts à la transhumance vers la bastille! nos idées avancent, contaminent tout le monde. Ils reprennent nos slogans, tour à tour et sans y croire et ça fait rire tout lemonde ! les pirouettes cacahuètes de M.Sarkozy sont impressionnantes! un vrai cirque, un vrai barnum. Ce matin, Elkabbache s'est dévoilé dans son mépris vulgaire et partisan envers notre présidentiable. Hier Mme Muhlmann si méprisante au début de c'politique a finalement éclaté de rire devant cette force joyeuse de Mélenchon. Rien ne pourra résister au front de gauche, sinon la haine, la brute, la fondamentale Haine à laquelle, camarades, nous seront tous confrontés dans lesjours qui viennent. Attention. Les méchants vont commencer à montrer les crocs, on avance sur leurs platebandes sacrées. Je neparle pas que du FN, je parle des "médiocres", des "asservis" des "opportunistes de tout poil" au vernis glacé, mais qui n'en est pas moins féroce. Protégeons-nous de leurs pièges mortels. Restons solidaires et fraternels, même envers ceux qui nous dérangent. Je pense à GIBUS, triste de la condition animale.Ce n'est pas 1 détail, je lui réponds "violence du profit capitaliste" le point essentiel de cette histoire,mais nous n'oublions aucun être vivant dans cette bagarre de "l'humain d'abord". Une agriculture paysanne, le bio sont capables d'empêcher toute cruauté envers l'animal. C'est ça qui compte. On n'a pas à se mêler des rites. A nous d'agir dansle bon sens et à tous les niveaux de ce qu'on est,de ce qu'on consomme, de ce qu'on produit.

  17. nath35 dit :

    Effectivement le discours du Dejazet est excellent, et les discours, meetings sont tous sur le blog de Jean Luc Mélenchon! Ca fait un paquet d'archives...

  18. ElGuido dit :

    Un coup de pouce à notre candidat ici.
    Il est 3ème avec 18% avec 6864 votes derrière Hollande 28% et Sarkozy 24% mais devant Le Pen avec 16%.
    Je sens que ce sondage est le plus proche de la réalité en ce moment. Encore un cran supérieur dans la campagne et on va doubler Sarkozy.
    De toutes façons, avec ça on peut détruire le vote utile. On est presque sûr qu'au moins un candidat de gauche passera.

  19. Républicain Gascon dit :

    Cher Jean Luc,
    J'ai eu le plaisir de te rencontrer par trois fois, la première le 31 mars 2007 à Firmi dans l'Aveyron pour la journée national des services publics, ou j'animais avec mes amis le stand du MRC.
    La seconde à Toulouse pour l'élection européenne, où nous étions les vilains canards du MRC,qui contre la consigne de JPC, avons soutenu le FdG. La dernière fois en banlieue parisienne, lors d'une convention nationale du P.G., où je représentais République et Socialisme aujourd'hui membre à part entière du FdG.
    Le chemin parcouru par le militant sexagénaire que je suis (du CERES à nos jours), a toujours été guidé par la défense de nos valeurs républicaines. Et au delà du positionnement de JPC, il faut dire à tous nos camarades, que beaucoup d'anciens adhérents du MRC ont déjà rejoint le P.G. ou R&S. Que le MRC est moribond, et que même dans les fédérations qui survivent (en particulier celles du Nord et de Paris), une très très large majorité votera au premier tour FdG. Et oui le Front de gauche est beaucoup plus large que l'on veux bien nous le dire.

  20. 336 dit :

    "...Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois."...

    Deux sujets d’énervement en deux lignes me poussent à écrire:
    - le montant du RSA est de 414€/mois pour une personne seule, à cela se rajoute une allocation logement maximum de 262€ maximum pour celles et ceux qui ont un logement (avec bail, quittances de loyer et toute la paperasse) ou un forfait logement (de 60,93€ soit un total de près de 475€, chiffre cité par Jean-Luc dans son article) pour les sans-abri afin qu'ils puissent se payer un foyer ou hôtel de temps à autres, mais le montant du rsa est bien 414€
    - de même que les usagers de la SNCF sont des voyageurs et non des clients, les usagers d'EDF des abonnés et non des clients, les usagers du système de solidarité ne sont ni des assistés ni des bénéficiaires mais des allocataires (ou alors il faut m'expliquer où est le bénéfice avec...414€/mois
    Le poids politique des mots, Jean-Luc, c'est pas moi qui vais te l'apprendre.
    fraternité

  21. marianne du 76 dit :

    la retraite, hollande en parle peu et bayrou, sakosy un peu,mais au final c'est la retraite à la carte qu'ils veulent mettrent en plaçe des 2013 ! et dire que la cfdt de mr chevenement est pour ! c'est un danger pour le montant des retraites ! et çà sauve rien,par contre çà laisse plaçe aux fonds de pensions !
    il nous faut réafirmer la date des 60 ans a taux plein, aussi bien pour les femmes qui ont élevés des enfants que les hommes!
    voilà un enjeu de société !
    expliquons le mieux en meeting ou en reunion publique !
    tous a paris bastille dimanche, on doit faire mieux que 70.000 personnes! celà doit étre le super meeting de la campagne qui nous fait monter dans la cote, car n'oublions pas que sarko va monter cette semaine,vu ses déclarations gaulistes sur l'europe !

  22. Eliane Sarasin-Cerveau dit :

    Je connais le FdG depuis longtemps et je suis une sympathisante et ai participé à quelques actions locales. Par hasard, je suis tombée sur la retransmission du meeting de Rouen. Que d'émotion ! Enfin, un mouvement qui reconnaît la lutte des classes, qui valorise les femmes, qui cite Danton et Condorcet. Jean-Luc continue à mettre la politique à la portée de tous, avec des mots simples. J'étais aussi enthousiaste en 81, place du Panthéon, j'y croyais aussi et on a vu FM ménager la chèvre et le chou et puis rien on est resté déçu car les vrais combats n'ont pas eu lieu.
    J'y serai à la Bastille, qu'on reprenne les idéaux républicains, que "liberté, égalité, fraternité" sur le fronton de nos mairies, reprennent tous leurs sens !

  23. kimble 44 dit :

    Bonjour à tous,
    Merci à Zapping (post 264) pour le lien.
    Je viens de regarder la video Mélenchon/Elkabach.
    Ce personnage pose des questions ou émet des affirmations "vous etes d'accord avec Sarkozy" et ne laisse pas à son interlocuteur le temps de répondre. Comme l'a dit jadis un autre homme politique "Taisez-vous Elkabach".
    Moi j'aurais été moins poli,moins "politiquement correct" j'aurais dis "Ta gu...le".
    Je n'ai jamais eu autant envie de foutre des baffes à quelqu'un.
    Evidement cela ne ferais pas avancer le débat.
    Kimble

  24. jppl dit :

    Merci J. Luc pour ce festival d'intelligence et de lucidité sur la 5 hier et sur Europe 1 ce matin. Il ne fait aucun doute que la provocation est la règle notamment avec Mme Mulhmann et J.P.Elkabach. Jeux pervers et radotages qui ne vous déstabilisent jamais.
    Pardonnez-moi la métaphore maritime, mais vous m'évoquez un puissant brise-glace qui nous ouvre le chenal de l'humain d'abord sans que rien ne la fasse dévier de son cap, contrastant avec l'imposture de nos concurrents et adversaires qui louvoient laborieusement au grès de programmes à géométries variables avec les sondages...
    Le FdG sait où il va !

  25. Sylvain dit :

    Tout à l'heure, Rocard est passé sur Bfm radio et tout ce que monsieur raconte est par essence ce que dit le programme du Front de Gauche. Franchement, Rocard SUR Bfm en début d'après-midi qui succède à Jean-Luc ce matin sur Europe1, c'est quasiment le même discours! Qu'est-ce qu'il attend pour appeler à voter Front de Gauche l'ami Michel, le déluge? Il préfère se faire préfacer son bouquin par François Hollande alors que le type nous a dit clairement il y a quelques minutes où allait nous mener ce genre de calculs bidons de fonds de boutique. Je comprends de moins en moins ce qu'il se passe dans ce pays et dans la tête de tous ces guignols?

  26. jean 76 dit :

    Je me sens dans le même état d'esprit que pendant la campagne de 1981 !
    A l'époque virer Giscard, mon rêve s'est arrêté en 1983 quand FM à ménager la chèvre et le chou et a commencer la rigueur !
    Car çà fait 29 ans qu'on nous enlève des droits, sous prétexte de dettes. çà suffit ! JL tu dois être au 2e tour, sinon on va morfler dur comme disent nos jeunes.
    Rendez-vous à la Bastille dimanche, il parait que le préfet de Paris et le maire de Paris sont un peu embêtés de cet évènement. Il faut qu'ils soient tous étonnés de voir plus de 70.000 personnes de Nation à la Bastille.
    Malgré mes douleurs, je tracte comme en 1981.

  27. MichelP dit :

    @Poncet, 12h37
    Sauf erreur de ma part l'écart de 1 à 20 dans le programme Hollande ne concernerait pas le secteur privé. S'il s'agit dorénavant de la même proposition que le FdG, nous avons là une sacré évolution...

  28. bertgil dit :

    Sarkozy souhaite renégocier le traité de Schengen, avant sans doute que les roumains et les bulgares y entrent. Ce serait une bonne chose. Il faudrait sortir des traités européens.

  29. Menjine dit :

    Hier, j'ai écouté Mélenchon sur la 5.
    J'ai été très frustrée, car à chaque fois que Mélenchon élaborait un raisonnement, il était coupé, juste au moment m'a -t-il semblé à plusieurs reprises où il allait développer quelque chose de nouveau ou de plus précis. Pour qui le suis à chaque intervention depuis plusieurs années comme moi, je suis restée sur ma faim.
    1- J'aimerai que M.Mélenchon puisse développer l'idée de "planification écologique". En quoi une planification est-elle importante, qu'est-ce qui est incontournable dans l'idée de planification ? mais aussi quels ont été les impasses historiques de la planification dans les pays du bloc socialiste et pourquoi la planification du vingt et unième siècle est -elle nécessairement écologique? C'est un point sur lequel tous les partis du fdg se sont accordés, qui est comme la clef de voûte de notre combat et pourtant qui reste un peu fumeux dans nos têtes et nos discours car pas assez mis en relief à chaque intervention, certes le mot est prononcé, mais la chose n'est pas expliquée.
    Vraiment ce point où Jean-Luc arrivait hier dans son raisonnement n'a pas été développé suffisamment pour être éclairé, par sa voix et sa force de conviction et d'argumentation incomparables.
    2- Il a parlé de trois lois pour contrôler les profits illimités : augmentation du smig, on prend tout au dessus de 20 fois le salaire médian européen, et la troisième ? On l'a coupé, car il fallait des images de Villepinte.

  30. orchidee dit :

    Sylvain, je voudrais te dire d'aller regarder la vidéo sur internet de Rocard s'exprimant auprès du Medef, tu verras qu'il ne parle pas du tout comme Mr Mélenchon, mais alors pas du tout....

  31. Lecabestan dit :

    L'article de Mediapart sur le financement de Sarko par Kadhafi est disponible sans devoir être abonné : ICI

  32. schneider bernard dit :

    Je pense que tout en continuant à dénoncer ceux qui sont contre le retour à la retraite à 60 ans et s'opposent au smic à 1700 euros, Jean- Luc Mélenchon doit insister sur la manière dont le Front de Gauche finance ces propositions. Il semble qu'elles ne soient pas encore bien perçues,et que des personnes, tout en estimant ces mesures fondées, ont encore des doutes sur une possible réalisation. Avec sa pédagogie qui a déja excellé sur d'autres sujets, Jean-Luc Mélenchon doit donc marteler avec plus de force comment le FdG les finance. Ce sont deux points forts intéressant le monde du travail.

  33. Superbo dit :

    A thierry (quelques pages plus haut) :
    Cher ami socialiste, tu te prends à "rêver" d'un second tour "JLM-FH"...
    A ton avis, à tout prendre, s'il faut vraiment choisir, elle votera pour lequel des deux, la droite ?
    Et le monde de la finance, lequel écartera-t-il en priorité ?
    Ca, ça ne te met pas la puce à l'oreille ?

  34. jorie dit :

    MENJINE283:
    Le terme "planification" est plutôt à rapprocher d'une stratégie de type gaullien, vous étiez trop jeune, mais àl'époque on parlait de 1er plan, 2e plan etc...En fait,il s'agit de développer une stratégie de production sur du long terme. En ce moment, tout s'organise à 3 mois du fait de la financiarisation de l'économie. "Ecologique", signifie que l'on neproduira pas pour une croissance "aveugle". Il faut produire ce dont on a besoin, baser la production sur la demande plutôt que sur l'offre. On ne produira plus des gadgets inutiles, polluants, uniquement pour répondre à une croissance débile, avec des gadgets vantés par le marketing. On a besoin de bcp de choses:de nouvelles énergies (hydroliennes,photovoltaïques,éoliennes,hydrogène,centrale de géothermie etc.). Les gens ont besoin de logements et de rénovation écolo (contre la précarité énergétique).On a besoin de transports en commun,de ferroutage pour les marchandises lointaines. On a besoin d'une agriculture de proximité et de qualité,donc, écologique.Pour ça il faut payer lesproducteurs et éviter les coeff multiplicateurs de la distribution. On peut développer des synergies écolos entre les productions: par ex, le traitement des matières organiques d'un élevage peut fournir une centrale de chauffage pour la commune, le traitement des huiles de papèterie peut fournir de la matière à un site de raffinage etc...Plein d'innovations à développer. Exploitation intelligente dela façade maritime (transports, construction et déconstruction navale,etc). Certains sites de production peuvent coopérer écologiquement, tout est à étudier. Les nouveaux process peuvent nous placer à l'avant-garde de l'écologie. Sans compter lesénormes économies réalisées, toujours au benef des consommateurs et de...

  35. marechal dit :

    @ Alain Tétart
    A croire que tous les gens de "gauche" sont atteints du syndrome de Stockholm, c'est à dire qu'ils donnent raison à leur tortionnaire ! donc il faut à tout prix lutter contre cette gauche qui n'a de gauche que le nom qui la met en opposition à la droite, mais en réalité la seule gauche maintenant c'est le FdG

    Heureusement il y en a des comme toi camarade, pour ne pas se laisser intimider d'une quelconque façon par la léthargie ambiante.
    Tu le sais le 1er tour se passe le 18 à la Bastille. On a pas besoin d'être bien nombreux d'ici là pour clamer que nous allons gagner, car nous allons gagner ! Il n'y a aucune raison d'en douter. Pour se faire prenons le pouvoir. Et le pouvoir c'est quoi en démocratie sinon faire vivre le débat ? Pour faire vivre le débat j'ai déjà parlé ici d'une expérience particulière; celle de ne pas hésiter à faire vivre nos idées y compris chez l'ennemi à l'ump, ce que j'ai fais, ayant invité tout le monde à en faire de même (aucune réaction ça rebondit pas mais passons)
    A la distribution de tracts on est fier de faire vivre les quartiers en clamant nos idées, de faire les crieurs, les cabotins... et ça marche. Tandis que le militant PS se contentent de tendre le bras en silence avec son bout de papier rose...et blanc. Nous sommes les têtes dures donc on se retire le manche à balai qu'on a de coincer là ou la décence m'interdit de dire où c'est. Et le plus beau c'est que les gens nous entendent et se marrent, viennent débattre... c'est cela la vie aussi à la fin.

    @Pour le 18 : préparation d'une banderole en référence à Guernica de Picasso. [...]

  36. poppa dit :

    A propos du Sarko-show de Villepinte, JF Copé a annoncé 70 000 personnes présentes, les médias 30 000.
    Le Parc Expo a une capacité déclarée de "maxi assis" 20 000. En déduisant le volume de la scène monumentale façon 3e Reich surmontée d'un autel sacrificiel, le Chanoine de Latran a donc dit sa messe devant 12 à 15 000 pélerins. A Villeurbanne nous étions 10 000 Têtes Dures, dans 2 salles. Et sans couverture médiatique, les Meetings du Front de Gauche font salles combles.

  37. Lecabestan dit :

    Les preuves du financement par Kadhafi de la campagne de sarko fournies par Mediapart, sont reprises maintenant par toute la presse et bien que les "affaires" n'aient pas été évoquées dans la campagne, il serait impensable que cette histoire reste sans effet sur l'opinion des français.
    L'UMP a-t-elle encore le temps d'investir un autre candidat ? (je blague !)

  38. Nicolas G30 dit :

    Un peu avant le passage sur M6 de Jean Luc Mélenchon à 19h45, Alexis Corbière sera à 19h au téléphone sonne, avec pour thème : "faut il faire payer les riches ? " la question aurait pu être formulée autrement, Faut il une autre répartition des richesses, et pour quoi faire ? cela ouvre plus de pistes de réflexion et évite le clivage dans lequel on veut nous enfermer.
    Webmestre, ne pourrait il pas y avoir un agenda des autres personnalités du Front de Gauche ? De la même manière qu'il y a les liens pour les sites et blogs amis. On gagnerait en synergie, on a pas toujours le temps de tout les visiter. Cela permettrait d'augmenter les audiences des autres intervenants.

    [Edit webmestre: Non, il ne pourrait pas ! Tenir un agenda est quelque chose de compliqué. Les rendez-vous évoluent, s'annulent, se confirment... Vous êtes ici sur le blog de Jean-Luc Mélenchon et nulle part ailleurs. Vous y trouvez donc l'agenda de Jean-Luc Mélenchon et c'est déjà beaucoup de travail. D'ailleurs, ce que vous demandez est déjà présent (me semble-t-il) sur le site placeaupeuple2012 dont c'est la fonction.]

  39. daniel martin dit :

    Pour des raisons familiales (je sois m'occuper de mes parents qui sont très âgés et sortent tous deux d'un période d'hospitalisation) je ne pourrai venir a Paris le 18 mars.
    Je suis cependant de tout coeur avec tous ceux, tres nombreux, qui seront présents ce jour la !
    Sachez que tous les sondages "officiels" mentent effrontément, nous sommes aujourd'hui a plus de 13% (sondage DCRI -incluant les anciens RG- du 18 fevrier) voila qui donne du baume au coeur n'est ce pas ?

  40. Barousset dit :

    @Patricia 227 et 248, Naudin 241
    Pieds noirs "de gauche",non revanchards (dont certains n'ont pas oublié que leur premier ancêtre à fouler la terre algérienne fut un déporté de 1848), nous sommes invisibles car "irrécupérables" pour les ultras et totalement en phase avec les luttes de nos concitoyens.
    Certes l'arrivée fut rude et l'accueil plus que déroutant car nous ne correspondions pas au schéma annoncé. Prétendre s'inscrire à l'unef, arrivant en fac marquée par un bac obtenu à Oran, relevait du défi...
    Cependant il est des occasions pour lesquelles notre histoire refait surface : impossible d'être avec vous pour "prendre la Bastille"...Nous serons à Evian, pour un colloque : "50 ans après les Accords d'Evian. Sortir de la guerre d'Algérie : regards croisés, regards apaisés".
    Que la lutte contre le F Haine, entreprise par Jean Luc et le FdG, alimentée par les livres de Alexis Corbières et Laurent Mafféis, éradique ce mal absolu que nous avons connu à travers les crimes de l'OAS.
    Patricia, Naudin, je serai de tout coeur avec vous à la Bastille et nul doute que vous y serez nombreux, parmi toutes les "têtes dures", les pieds noirs du Front de Gauche pour demander la fin de cette république de coup d'état, et l'avenement de la VIeme.
    Vive le Constituante!
    A toi Jean Luc un grand merci. Garde toi bien

  41. jpp2coutras dit :

    "Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera, puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! »"...
    Le journal de Jaurès nous propose souvent de bonnes analyses (au moins un vrai journal). Et ici, cela vient en écho avec le film-documentaire sur la guerre d'Algérie d'hier soir où on a pu voir un raccourci sur ce cheminement insurrectionnel dans l'esprit collectif et à son dénouement incontournable (avec les diverses vicissitudes tragiques, revirements sanglants liés à la faiblesse des politiques face aux défis contradictoires que seul le référendum a pu trancher... édifiant.

    @jppl-275
    Bien vu: le FdG est bien le brise-glaces "l'Humain d'abord" qui ouvre la voie à la réactivation de l'activité au service du bien commun. (FH le pédalo trimaran, NS le Titanic rollex, FB la goélette, MlP la canonnière du yangtsé...)
    par Mélenchon l'omerta brisons!

  42. Anny Paule dit :

    @Lecabestan 289,
    Vous avez relayé l'info de Médiapart relative aux preuves du financement de la campagne de Ns par Kadhafi. Il faut absolument que le plus grand nombre soit au courant de cette sombre affaire (une de plus !).
    Merci de cette transmission, j'allais la faire.

    @Ariane Walter
    Ariane, j'ai eu, à plusieurs reprises, l'occasion de vous lire et de vous commenter sur AV. Je me rendrai à Paris ce 18 mars... j'aimerais vous rencontrer, nous avons bien des choses à construire et nos itinéraires ont quelques ressemblances, à l'âge près. Je suis une "vieille" dame ! Est possible de trouver un signe de ralliement, cela me plairait... malgré la foule que j'espère dense !

  43. ermler dit :

    Tout faire pour combattre l'argument du vote "utile", principal obstacle à notre progression !
    La peur d'un 21 avril étant presque écartée, reste pour cetains l'idée débile, colportée entre autre par le PS, qu'il faudrait absolument que Hollande soit devant Sarkozy au premier tour pour le battre au second. Cette soi-disant "dynamique" est démentie par trois contre- exemples:
    1974 : 1er tour : Mitterrrand 43% Giscard 32% et pourtant, c'est Giscard qui l'emporte !
    1981 : 1er tour : Giscard 28% Mitterand 25% et pourtant Mitterrand l'emporte !
    1995 : 1er tour : Jospin 23% Chirac 20% et pourtant Chirac l'emporte !
    Ceci prouve que l'argument bidon selon le quel affaiblir Hollande au 1et tour ouvrirait un "boulevard" à Sarkozy est complètement...bidon.
    On ne lâche rien !

  44. Revenons à l'idée d'hier de "procurations" pour la Bastille le 18 mars. J'ai saisi placeaupeuple et l'Usine. J'ai eu une réponse. Ils sont le nez dans le guidon et me parlent liste de contacts/soutien qu'ils vont rassembler dans la manif!
    Or justement les gens que nous voulons associer ne seront pas à la manif pour des raisons de santé ou de coût. Or ils sont des citoyen-ne-s à part entière. Donc je l'ai fait : ici en.pdf (il y a aussi un bastille.doc).
    Je n'ai pas mis front de gauche exprès car je suis persuadé qu'on peut associer à ce rassemblement bien au delà de celles et ceux qui sont d'ores et déjà décidés à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Je pense notamment à celles et ceux qui avaient voté Montebourg aux primaires du PS. Une fois qu'on les aura associés à la prise de la Bastille, alors on les entrainera ensuite à voter Jean-Luc Mélenchon.
    J'ai aussi demandé au secteur assemblées citoyennes de placeaupeuple de transmettre ce texte dans la prochaine circulaire aux AC et aux responsables de cars et de trains afin qu'ils la transmettent à leurs voyageurs avant le départ pour qu'ils rassemblent dix noms. Le responsable de train ou de car rassemblent les feuilles et les mettent dans l'urne géante que les travailleurs de l'Usine peuvent prévoir. Où est la difficulté? Je ne vais quand même pas ramener un grand carton depuis Clermont-Ferrand.
    Et les lecteurs de ce blog téléchargent la feuille et la remette à quelqu'un qui monte à Paris ou lui envoie par mail.

    [Edit Webmestre: Votre démarche n'a absolument pas sa place sur ce blog. Un site de campagne a été créé pour centraliser les initiatives relatives à la campagne. Utilisez le site de campagne. J'ai déjà assez de boulot sans que vous veniez tester ici le concept de manif par "procuration" (!) qui va immanquablement générer des échanges inutiles...]

  45. Joel Spiggott dit :

    Enorme ce que je viens d'entendre ce soir dans C dans l'air ! Le remplaçant de Calvi et son acolyte à perpétuité, Christophe Barbier, affirment sans rire que l'électorat de Mélenchon est susceptible de voter pour Sarkozy en raison de son caractère "populaire". Il faut qu'ils arrêtent la drogue...

  46. sebidf dit :

    Bonsoir,
    Deux interrogations: le début de la campagne officielle ne débutant que le 18 ou 20 mars prochain (je ne sais plus), n'y a t-il pas moyen de faire un recours (envers l'organisme concerné) pour exiger que ce meeting de l'UMP qui a coûté de manière indécente si cher (3 millions on m'a dit quand les caisses sont vides!) ne soit pas comptabiliser dans les frais de campagne qui seront remboursés puisque la campagne officielle n'a pas commencé?
    Je sais ce sera dur pour beaucoup mais là pour le coup ça leur ferait mal au portefeuille (pour le fdg aussi mais beaucoup moins j'espère). C'est inadmissible et j'en ai mal au ventre à l'idée que mes impôts vont servir à rembourser cette horreur de réunion...
    La seconde: y a t il une estimation pour le rendez-vous de dimanche? Le fdg a t l prévu une grande banderole visible par tous en tête de cortège où on afficherait haut et fort que nous ne voulons pas de l'avenir, pour nous, nos enfants et petits-enfants, que nous programment FH, FB, NS et LP? Le fdg doit apparaître comme le seul recours valable, la seule solution contre ces 4 personnages (bien que j'ai bien plus de respect pour deux que pour deux autres) et cela pourrait être le moment de passer le message. Ne pas les ménager, tous car le dernierr accord du ps avec Chevènement me désespère, le mensonge et la tactique politicienne apparaissant au grand jour. J'ai une pensée pour E.Joly et les Verts en général. Ce parti si important pourtant à notre époque s'estr fait détruire.... et c'est terrible dans la situation écologique que nous sommes... Qu'elle rejoigne Jean-Luc Mélenchon, elle serait si excellente en ministre de la justice
    Vive le fdg, ses militants et Jean-Luc Mélenchon, il n'y plus qu'eux pour défendre la France et son peuple, celle que nous voulons pour nous et nos...

  47. gabriela dit :

    Je crois qu'on a depuis ce matin des nouveaux arguments pour faire bouger la campagne, parce que ça y est, la chasse aux idées censés est ouverte! Tout le monde se met à piocher dans le programme du Front de Gauche "L'humain d'abord". Hier c'était Sarko affirmant qu'on pouvait faire la désobéissance aux diktats européens, avant Hollande avec sa taxe à 75%, et là maintenant Sapin.
    La question c'est pour quoi font ils cela?
    2 options: 1) parce que ce sont d'excellentes idées.
    2)parce qu'il savent que le Front de Gauche monte en puissance chaque jour.
    Mais le problème ce que toutes ces mesures n'ont aucun sens si elles ne sont pas en accord avec une logique globale. Donc, ils peuvent toujours piocher dans le programme du FdG mais ce ne serait que de la démagogie puisque répond à un besoin du moment de la campagne mais pas de tout à une logique cohérente. Je crois qu'on devrait commencer à mettre l'accent sur la démagogie des uns et des autres, ils sont en train de nous donner la corde pour les pendre, utilisons-la.

  48. cantalou dit :

    Pourquoi ne parle-t-on pas du meeting de mercredi 14 mars à Clermont-Ferrand avec Jean-Luc Mélenchon ?

  49. mercure40 dit :

    Guy Bedos annonce au JT de Canal + qu'il soutiendrait volontiers JL Mélenchon.
    Yes pardon oui.

  50. Choplin dit :

    Un rumeur insistante se propage dans les média du monde entier sauf en france. 13 militaires français participant a des combats avec les insurgés Syriens auraient été arrétés en Syrie. Pour l'instant aucun homme politique français n'a demandé si cette info est vrai. L'autre que rumeur qui circule est relative à l'obligation pour le pouvoir exécutif d'informer le parlement dans les trois jours après le début de l'engagement de troupes française. Si cette information se vérifie l'ensemble de la classe politique française sera prise en défaut. En république le peuple doit être informé. Si ce n'est pas le cas, et si en plus l'opposition de gauche ne joue pas son rôle de contrôle, les citoyens ne peuvent U'en déduire que nous ne sommes en république. Dans ce cas la révolution par la force peut s'imposer au peuple. Comptez vous participer à la dissimulation d'informations aussi grave ?


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive