11mar 12

Prenons nos dispositions pour le 18 mars !

L’insurrection c’est maintenant

Ce billet a été lu 120  943 fois.
Cette vidéo a été consultée 25 195 fois

Vous êtes dorénavant trente mille chaque jour à passer me rendre visite sur ce blog ! Je me sens donc un devoir encore plus fort de renouveler mes publications, même si le passage ici va dans toutes les rubriques et pas seulement à la une. Le Webmestre assure fidèlement le service de mise en page et l'écrasante gestion des milliers de messages qui sont postés. Cette note réjouira ceux qui me demandent souvent d'écrire plus brièvement. Mais je ne promets pas que ce soit plus simplement. Car j'écris de retour d'une grosse journée de présence studieuse. D'abord à la réunion du Front de Gauche des sports. Ensuite à la réunion nationale de l'association des associations. Un jour comme les autres : beaucoup de travail et de fraternité militante. Le service de protection rapprochée est parmi nous mais les camarades mettent leur point d'honneur à m'entourer comme avant. Hier j'ai reçu au courrier un cadeau hors du commun venant d'un camarade électeur. Il s'agit d'une plaquette de poésie de Paul Eluard : « Corps mémorables », édition achevée le 24 septembre 1948. La merveille est aussi que l'exemplaire comporte une signature manuscrite de Paul Eluard lui-même. Depuis je suis sur un petit nuage.

Le 18 mars prochain, avec l'appel du Front de Gauche à une marche sur la Bastille, un événement d'un genre nouveau va avoir lieu. Un genre tout à fait nouveau. A quand remonte la dernière manifestation politique, à l'appel d'une organisation politique, sur un mot d'ordre politique ? Je n'en ai pas de souvenir. Mais si je devais fouiller, je me reporterais aux plus chaudes heures de notre histoire : mai 1968, mai 1958. Une autre nouveauté doit être prise en considération. C'est la première fois qu'une campagne électorale se donne un tel moyen d'expression. C'est donc que cette campagne ne ressemble à aucune autre jusque-là. Et s'il en est ainsi c'est parce que jamais une campagne électorale n'a eu lieu dans un tel contexte. L'ampleur de la crise économique et financière en fait une crise politique. La preuve qui le montre et le résume est que, précisément, cet appel à la marche sur la Bastille connaît un grand succès d'enthousiasme. De partout il y a mobilisation, et les initiatives les plus diverses y préparent avec ardeur. De tous côtés, bien au-delà des cercles militants la date est connue et fait parler ! Cela montre qu'il y a une perception au niveau du grand nombre du caractère spécial du moment et que cela doit se traduire par des méthodes d'action qui y correspondent.

Le contenu de la marche est révolutionnaire. Il s'agit d'affirmer notre volonté de tourner la page des institutions actuelles et de passer à une nouvelle République. Une République sociale qui élargisse le champ de la démocratie en France. En ce sens il s'agit d'une insurrection citoyenne. Pacifique, calme, organisée, dirigée vers un objectif respectueux de la règle démocratique du vote au suffrage universel pluraliste. Une insurrection dont le rendez-vous opérationnel est le vote à l'élection présidentielle. Mais une insurrection. En quoi en est-ce une ? Le but et le moyen nous l'indiquent. Le but : le changement institutionnel. Le moyen : l'action du peuple lui-même se dressant contre un ordre inique. S'il en est ainsi c'est que nous partageons le constat de dangerosité du cadre actuel pour régler les problèmes urgents que le pays doit traiter. Le partage des richesses, la démocratie dans l'entreprise, la parité dans toutes les instances de représentation, la souveraineté populaire sur le parlement et de celui-ci sur toutes choses, ne peuvent être réalisés dans le cadre des institutions actuelles. Pire, celles-ci y font obstacle. Cette question ne concerne pas seulement le cadre national. Au contraire notre insurrection civique vise le pouvoir autoritaire qui s'impose à nous depuis les institutions actuelles de l'Union Européenne et contre lesquelles nous sommes rendus impuissants du fait de notre monarchie quinquennale. La gravité particulière et actuelle de la situation résulte de la signature du nouveau traité européen le premier mars dernier. Le gouvernement du pays consent  un renoncement à la souveraineté budgétaire du pays sans même l'excuse de la transférer à une autre instance démocratique. Cela permet de bien comprendre la légitimité de notre insurrection. La constitution de 1793 l'exprime bien : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A vrai dire, la conduite de notre campagne fait de cette marche une étape à l'intérieur d'une séquence maîtrisée de longue main. Le Front de Gauche a été constitué comme l'instrument politique d'un projet. Je ne parle pas du contenu du programme « L'Humain d'abord » qui en est l'expression à une étape du parcours, celle qui commencerait concrètement avec notre gouvernement. Ce projet c'est d'assumer le sens du refus de 2005 face au projet de Constitution européenne devenu depuis le Traité de Lisbonne sous l'empire duquel nous vivons. C'est le projet d'un changement profond de la règle d'organisation de la société. L'actualité et l'importance d'un tel projet est démontrée par le sort subi par ceux qui ont accepté la règle du jeu actuelle. Il s'agit de la Grèce ! Mais aussi du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne, pour ne citer que des voisins. Pour le futur de la France, il faut placer côte à côte le fait que les agences de notations veulent frapper notre pays et qu'un plan d'austérité terrible est programmé par le nouveau traité européen signé par Sarkozy. On devine ce qui attend notre pays s'il ne se prépare pas à résister et à contre attaquer, c'est-à-dire à proposer et à s'appliquer une autre règle du jeu.

J'ai promis, quelques lignes auparavant, un résumé de notre plan d'action dont la campagne présidentielle a été le cadre et l'instrument. Jusqu'en juin 2011 nous avons travaillé au rassemblement des forces de la gauche du « Non » autour d'un programme partagé et d'une candidature commune à l'élection présidentielle. Sur la place Stalingrad, le 29 juin dernier, nous avons lancé ce rassemblement. Puis nous l'avons développé jusqu'à la Fête de l'Humanité. Ce fut la période où le contenu du programme partagé a été bouclé et rendu public. Puis, tandis que se déroulait les primaires socialistes, nous avons ancré notre action sur le terrain. Nous avons permis que son contenu s'incruste dans le sol social du pays en organisant une diffusion massive du programme « L'Humain d'abord ». Ce fut le temps des premières assemblées citoyennes et des premiers meetings de popularisation. Nous sentions que la rencontre s'étendait en profondeur, que le discours touchait une masse de gens. Cette période nous a permis de faire comprendre notre différence d'approche avec le programme d'action du PS. Une démonstration argumentée a ainsi commencé à se diffuser. Elle a forgé des liens solides de convictions et de confiance. Nous avons alors avancé dans les esprits alors même que la tenue des primaires socialiste absorbait pourtant tout l'espace médiatique. Nous avons fini l'année avec le sentiment d'une force grandissante dont attestait déjà le niveau de participation à nos réunions et meetings.

En janvier, forts de cet ancrage, aidés par le succès de l'émission « Des paroles et des actes » sur France 2, nous avons lancé toute notre force dans la bataille contre l'extrême-droite. Compte tenu du processus d'extrême-droitisation dans lequel entrait alors l'UMP et son candidat, chaque pierre lancée atteignait deux cibles à la fois. Cette phase du combat nous permit de gagner en autorité et en confiance. L'affluence exceptionnelle à nos meetings, réunions et assemblées citoyennes, les soutiens financiers nous ont vite montré que nous avions franchi un nouveau pallier de mobilisation et de prise de conscience. L'évolution des propos de notre concurrent socialiste, les postures de notre adversaire de droite nous ont prouvé que le mouvement des esprits les conduisaient eux-mêmes à s'adapter et à valider notre tonalité, fusse à leur corps défendant. En se tirant une balle dans le pied sur le plateau de France 2 et en vacillant, puis en se faisant enfermer dans la position cruelle que l'on connaît sur le droit à l'avortement, la famille Le Pen nous a permis de prendre la main sur elle. Ce succès foudroyant sur le secteur où nous avions pris l'offensive et où nous étions pourtant presque seuls en lice nous a propulsé plus avant dans l'opinion. Et cela est depuis, une source supplémentaire de légitimité et de dynamique. C'est avec ces atouts en main que nous lançons l'étape suivante de notre marche. Le 18 mars est à la fois un point d'aboutissement de cette période et le point de départ de la suivante qu'il s'agit de porter à un plus haut niveau politique ! Celui de l'insurrection civique. A vous mes chers lecteurs de multiplier les initiatives de toutes tailles et de tous ordres pour rendre visibles et désirables l'insurrection que le 18 mars va impulser. A suivre ici et sur le site « place au peuple ».

Une fois n'est pas coutume et j'espère qu'il ne m'en voudra pas, je veux compléter le propos que je viens de tenir par un texte qui m'a paru bien résumer ce que j'aurais aimé dire et ce que je voudrais faire comprendre. Il s'agit de l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin paru dans « L'Humanité » du jeudi 8 mars dernier. Le titre résume bien le lien avec ce que je viens d'écrire : « Insurrection : acte I ».  Comme il y est question de moi, je prie mes lecteurs de me pardonner l'immodestie qu'il y a  dans ce « donné à voir », ici, au milieu de mes propres lignes. Voici le texte de cet éditorial.

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer la démarche fondamentale et presque fondatrice du Front de Gauche peut paraître présomptueuse. Elle ne l'est pas. Héritiers que nous sommes d'une illustre tradition politique qui a toujours marié la justice à l'égalité et fiers – oui fiers ! – de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l'un des plus beaux symboles du renouveau "de la" politique. Celui du retour à "quelque chose" d'assez sacré : l'Idée. Mais aussi celui du début "d'autre chose" : une gauche à la main ferme. »

« Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remuements essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l'histoire contemporaine qui, trop souvent, a vu la gauche s'accommoder du "principe de réalité", provoquant ce que certains pouvaient considérer comme un éternel recommencement : une espérance suivie d'une déception… À moins de sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, cette hypothèque sur l'espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de Gauche. Si nous n'aimons guère accorder trop de place aux logiques des sondages, néanmoins, les toutes dernières enquêtes d'opinion réchauffent le cœur et l'esprit et témoignent que le Front de Gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu'on se le dise, le citoyen candidat Mélenchon vient en effet de franchir la barre des 10% d'intentions de vote ! La gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour ! Il était temps. Non ? »

« Ne le cachons pas. La verve et l'intelligence oratoire de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas pour rien dans l'accélération de ce processus populaire, dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait : "Nous défendons des idées, pas un guide suprême ou un leader." Tous les artisans de la campagne du Front de Gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d'un discours de très haute ampleur programmatique, associé à l'élaboration d'arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l'appropriation et la diffusion des idées. On ne s'indigne plus seulement, on propose, on politise. L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d'une véritable pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée. Ce n'était pas "la" politique qui les avait quittés, mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu'ils ont un rôle à jouer… »

« Il y a du bonheur à réinventer l'à-venir. Le Front de Gauche, qui voit plus loin que l'horizon et affranchit ceux qui ont souffert d'années d'humiliations, a pour objectif de réveiller et/ou d'éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir eux-mêmes des acteurs d'idées et des propagateurs du bien commun. "Le Front de Gauche, c'est quelque chose de plus grand que nous", clame Mélenchon. Ce quelque chose porte un nom : la révolution citoyenne. Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! » Merci pour ce résumé si bien dit de ce que nous pensons tous qui nous assemblons de meeting en meeting, de réunions en réunions, de collages en tractages !

Le PS et le Mouvement de Jean Pierre Chevènement ont annoncé avoir signé un « contrat de législature » qui « fonde leur alliance pour 2012 ». On connaît donc le choix de Chevènement un mois après le retrait de sa candidature. Ce n'est pas un accord de coin de table. En effet cet « accord politique et électoral constitue le contrat de législature entre les deux partis et fonde leur alliance pour 2012 ». La centralité de la question  européenne avait déjà été rangée au magasin des accessoires en 2007. Il en est de même cette fois-ci. Un flot de bonnes et saines pensées contre le capitalisme et les autres malheurs du temps garnissent utilement la capitulation sans condition de l'ancienne sentinelle inflexible. Du refus de l'Europe du Traité de Lisbonne, il ne reste que d'émouvants et dérisoires coups de menton favorables à « une parité monétaire plus juste », « un soutien prioritaire à l'investissement et à la recherche pour les PME » et à « une politique de croissance (…) à l'échelle européenne ».

Bien-sûr le PS et le MRC conviennent que le traité récemment conclu est "inacceptable" et "doit être renégocié". Avec le président François Hollande c'est comme si c'était fait. Il s'est bien gardé de leur préciser que son porte-parole a déjà bien expliqué qu'il ne s'agira pas d'un nouveau traité mais d'un texte additif se prononçant en faveur de la croissance. Mais peut-être les chevènementistes n'avaient-ils pas envie de le savoir ou bien même le savaient-ils déjà. Après qu'ils ont rappelé leur opposition à Maastricht, le document ouvre une nouvelle étape qui gomme la précédente. Il déclare que les deux partis « doivent approfondir ensemble leur vision de l'Europe ». Il est temps en effet "d'approfondir la vision", deux mois avant de gouverner ensemble et après qu'on a passé six ans à cela depuis 2005 ! Mais précisément, c'est tout cela qui est fini. Car le texte se propose "d'approfondir la réflexion" jusqu'à un niveau de profondeur  inouï : « en dépassant les oppositions du passé ». Pour moi l'opposition du passé ne peut se régler que sur une seule base : le respect de la décision du vote des français. Mais Hollande ne veut pas de référendum sur le nouveau traité. Et Jean-Pierre Chevènement, docilement, n'en parle plus. 

L'autre volet des reniements est, par contre-coup pour les alliés écolos du Parti socialiste. Car Hollande et son allié se prononcent « pour une politique énergétique innovante en matière d'énergies renouvelables, et vigoureuse en matière d'économies d'énergie ». Ce qui est excellent, mais ne mange pas de pain. Car le même document précise le point de vue du parti de Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci estime « qu'il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d'une électricité moins chère et moins polluante ». Comment cela est-il conciliable avec un accord de législature qui l'unit par ailleurs à des gens qui pensent exactement le contraire ? Une telle ratatouille est servie à la veille du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous n'en tirons donc pas du tout la même conclusion. Car un an après avoir commencé, les effets de la catastrophe nucléaire de Fukushima durent toujours. Cela devrait suffire à montrer l'urgence d'un débat honnête en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique. Et il doit être tranché par le peuple souverain, notamment sur le nucléaire, par référendum. Le Front de Gauche est le seul à le proposer. Je déplore que l'UMP, le FN et le Parti socialiste le refusent. Mais je regrette surtout que l'accord de législature entre le PS et Jean-Pierre Chevènement n'en dise mot. L'importance du sujet devrait interdire que des accords politiciens se substituent au débat public sur le fond et au vote démocratique. Je n'en apprécie que davantage la déclaration de Paul Ariès en faveur de la candidature commune du Front de Gauche. Car s'il est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur bien des points, il n'en reste pas moins que notre position ne demande à personne de renoncer à ses convictions ni au moyen de les voir l'emporter. 

Au final, cet accord fonctionne comme une caricature de la "Gauche plurielle". Car à l'époque on pouvait penser que l'on avait fait pour le mieux en juxtaposant les programmes. Il est vrai aussi qu'on n'avait guère eu le temps de faire autre chose du fait de la dissolution surprise de l'Assemblée Nationale décidée par Chirac. Mais aujourd'hui on a l'expérience des inconvénients de cette méthode. Recommencer une erreur de méthode de sang-froid c'est seulement signaler qu'on est intéressé à obtenir le même résultat. Lequel ? Donner les pleins pouvoirs au parti qui dirige le gouvernement. C'est d'autant plus pitoyable que cette fois-ci le programme ne prévoit aucune sorte de conquête sociale comparable aux 35 heures ou à la CMU, ni aucune conquête institutionnelle comparable à la parité comme ce fut le cas avec le programme de Lionel Jospin.

Du passage de Nicolas Sarkozy dans l'émission « Des paroles et des actes » mercredi, on ne semble avoir retenu trois jours après que ses regrets d'avoir fêté sa victoire au Fouquet's et passé ses vacances sur le yacht de Bolloré. Pourtant, au milieu de ce numéro de repentance très convenu, Sarkozy a fait plusieurs déclarations et propositions qui méritent d'être prises très au sérieux. Elles dessinent un programme du candidat Sarkozy assez sinistre.  Il a notamment annoncé le plus grand plan social de ce début d'année en programmant une nouvelle hémorragie de 40 000 emplois publics. Mais dans les collectivités locales. Sans que cela n'ait visiblement ému grand monde, notamment chez les socialistes, pourtant concernés au premier chef. Personne ne sait d'ailleurs comment Nicolas Sarkozy compte s'y prendre pour qu'un gouvernement supprime ainsi des postes dans les collectivités locales qui gèrent leur propre personnel. Il a d'ailleurs aussi indiqué qu'il allait plus largement « poursuivre la réduction des effectifs de la fonction publique ». Les 150 000 postes supprimés depuis cinq ans ne sont donc qu'un début.

Sarkozy a aussi prévu de poursuivre sa thérapie de choc libérale en intensifiant sa chasse aux "assistés". Il n'a évidemment pas parlé des fraudeurs du fisc que le gouvernement exonère régulièrement de poursuites pénales, surtout s'ils ont beaucoup fraudé. C'est un des constats inouïs du dernier rapport de la Cour des comptes : plus vous volez le fisc moins vous avez de chance d'être poursuivi pénalement ! D'ailleurs Sarkozy a bien rappelé qu'« il n'y a pas eu de cadeaux aux riches ». Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois.  Deux fois moins que le seuil de pauvreté. Pour eux, Sarkozy propose de généraliser un travail forcé dit d'intérêt général de 7h hebdomadaire. Jusque-là, le "travail d'intérêt général" désignait une sanction pénale. Personne ne sait d'ailleurs dans quels secteurs devra s'exercer ce travail forcé, et avec quel encadrement. Les gestionnaires du RSA, c'est-à-dire les départements vont ainsi devoir gérer le travail forcé d'un million et demi de personnes. Et le projet UMP précise que des pénalités de 100 euros par mois seront appliquées à ceux qui refuseront le travail forcé. Avec les suppressions de postes prévues par Sarkozy dans les collectivités locales, cela promet ! A moins que le président candidat n'ait justement prévu de faire exercer certaines fonctions des collectivités par les bénéficiaires du RSA.

Ce soir-là, les immigrés étaient aussi dans le collimateur de Sarkozy. L'extrême-droitisation de son discours est désormais très avancée. Il a d'abord affirmé : « Si on ne maîtrise pas l'immigration, est-ce qu'on ne va pas à la faillite ? » Comme Mme Le Pen, il ignore l'étude que l'université de Lille a réalisée pour son gouvernement en 2009 et qui conclut que les étrangers rapportent 12 milliards par an aux comptes publics. Ils touchent en effet pour 48 milliards de prestations chaque année mais reversent 60 milliards en impôts et cotisations. Sarkozy a poursuivi ainsi : « Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et nous devons en accueillir moins ». Exactement ce que raconte Marine Le Pen. Et pourtant il y a moins d'étrangers aujourd'hui en France (5,8 % de la population) qu'il n'y en avait en 1975 (6,5 %) et en 1990 (6,3 %) ! Mais Sarkozy pense pourtant que « nous devons diviser par deux le nombre d'étrangers que nous accueillons ». Marine Le Pen va encore plus loin et propose de ramener ce nombre à 10 000 entrées par an. Mais ni l'un ni l'autre ne dit comment il compte s'y prendre. 65 000 entrées concernent chaque année des ressortissants européens. Marine Le Pen compte-t-elle interdire aux européens d'entrer en France ? Et ce n'est pas tout. Chaque année, autour de 50 000 entrées concernent des étrangers membres de la famille d'un Français, que ce dernier fait venir. Là aussi comment Sarkozy et Le Pen comptent-ils s'y prendre ? Vont-ils interdire à des milliers de Français de vivre en famille ? Enfin, 50 000 autres entrées concernent des étudiants. Comment y renoncer ? Faut-il rappeler le nombre d'étudiants étrangers qui deviennent des prix Nobel, des médailles Fields ou des médailles d'or du CNRS ? Ont-ils entendu parler du dernier prix Nobel de médecine, Jules Hoffmann, qui était un étudiant étranger avant de devenir français ?

Mais il y a plus odieux encore. C'est la volonté annoncée de Sarkozy de limiter l'accès des étrangers au minimum vieillesse et au RSA. Il a fixé les conditions suivantes : 10 ans de résidence régulière en France et au moins 5 ans de travail. Le caractère universel des droits serait ainsi sabordé. On exigerait des étrangers beaucoup plus que des français pour accéder à des droits sociaux fondamentaux. Les étrangers payent pourtant les mêmes impôts et cotisations que les français. Cette "discrimination", car c'est bien cela que Sarkozy veut institutionnaliser,  est une brèche vers la préférence nationale défendue par le FN. Dès le lendemain Louis Alliot, numéro 2 du FN, s'est d'ailleurs empressé sur « France Inter » de remarquer que Nicolas Sarkozy proposait de légaliser la préférence nationale. Car en effet, celle-ci est aujourd'hui contraire à la loi et même à la constitution qui garantit l'égalité en droits quelle que soit l'origine des personnes.
 


1  138 commentaires à “L’insurrection c’est maintenant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Claude46 dit :

    Notre programme "L'Humain d'abord", les idées développées par notre porte-parole Jean-Luc Mélenchon sur ce blog, dans les meetings et les médias nous aident considérablement dans le travail de conviction et d'explications autour de nous. La dynamique autour du Front de Gauche monte en puissance. L'insurrection civique est en marche pour dépasser les institutions actuelles et installer une nouvelle république où le peuple dans la cité et dans les entreprises aura son mot à dire... Pour exercer réellement notre droit à la citoyenneté. Vive la VIe république !
    Le 18 mars, place au peuple ! Tous à la Bastille. J'y serai en famille. Ce sera l'évènement à ne pas manquer et du jamais vu lors d'une campagne présidentielle... C'est déjà une révolution !

  2. Louise M. dit :

    Je n'ai pas encore lu tous les commentaires. Je rentre à l'instant de la chaîne humaine contre le nucléaire (60 000 personnes, plus que Sarko à Villepinte, et fallait payer le voyage). Journée grandiose, fraternelle et hautement symbolique. Nous étions là avec nos drapeaux FdG, parce que, tant qu'à faire, quelques drapeaux rouges avaient toute leur place puisque nous y étions. Bien sûr nous aurions souhaité entendre ce soir à la radio que Jean-Luc Mélenchon était de tout cœur avec tous ces manifestants de tous âges, la plupart non encartés. Dommage ! Sur le terrain, aucune antipathie, bien au contraire, des discussions sur la nécessité d'un référendum et sur notre grand rendez-vous dimanche 18 à Paris…

  3. Leila dit :

    @ le révolté
    Merci de la précision et bravo pour l'ordre des chansons. Vu du Québec j'ignorais mais n'oubliez pas peuple de France. La gauche, le peuple du Québec, du Canada, les peuples arabes à qui on vient de voler les révolutions, les peuples du monde vous regardent, vous attendent. Prenez la Bastille. Levez vous enfin !

  4. Biert75 dit :

    Et si on parlait du revenu d'existence universel et de relever les minimas sociaux?

  5. kontarkhosz dit :

    Mes amis, mes camarades,
    Les choses changent. En effet, pour être depuis 6 mois dans l'action de "lobbying" et de réunions organisés chez moi auprès de mes collègues de travail, ainsi qu'auprès de mes voisins, pour faire connaitre notre programme partagé par des écoutes citoyennes, les choses changent.
    Désormais, à chaque passage de Jean-Luc sur médias, c'est moi qui reçois des sms ou e-mail de ceux ci, m'indiquant l'heure et l'émission où il se présentera. J'avoue que parfois, je feins d'ignorer pour jauger leur attachement à leur nouvelle et récente "cause". C'est vraiment un bonheur sans nom que de récompenser le FdG, de tout nos efforts. Pourtant il y a 6 mois, je peux vous dire que rien n'était gagné, et rien n'est encore gagné, mais l'espoir est revenu chez ces nouveaux sympathisants, c'est même parfois les plus acharnés pour certains.
    Donc,continuons partout où nous le pouvons par diverses manières et à divers endroits,à faire connaitre et partager notre projet.

  6. Yannick (sympathisant pdg) dit :

    Quelle est la position de FdG sur la santé de proximité ?
    Nos laboratoires seraient destinés à disparaitre, une pétition est en ligne.
    Quelqu'un peut m'en dire plus sur ce sujet ?

    A tout le monde, rendez vous le 18 à la bastille

  7. baladin dit :

    Eteignez vos téléviseurs braves gents! et incitez votre entourage à en faire de même. Aller chercher vos informations sur le net!
    Les médias traditionnels, sous la direction de Sarko et sa clic sont en train de procéder à un bourrage de crane sur le peuple par cette petite fenêtre présente dans tout les foyers!
    Soyons nombreux le 18 mars pour nous donner la force du combat qui nous attend.
    résistance!

  8. Séb44 dit :

    Allumez votre écran dés maintenant (à effacer après 9h) sur Europe1 en vidéo.

  9. papinard33 dit :

    "Ce que la France peut et doit apporter à l'humanité, c'est le levain qui fait lever la pâte. C'est là son rôle; mais c'est un rôle que l'Allemagne se refuse à lui laisser jouer" - André Gide, Journal - 27 septembre 1942

    70 ans après, les mêmes "rôles" semblent en place, même si l'Allemagne de 2012 n'a rien à voir avec celle de 1942! N'empêche, qu'est le Front de Gauche de 2012 sinon une sorte de "levain" au sens de Gide?... Alors, levons-nous et marchons, déjà vers la Bastille ce 18 mars - du moins pour ceux qui pourront en être (et que les autres soutiendrons par la pensée...)!

  10. Nadine Bompart dit :

    Villepinte hier, vile pinte amère.
    Ah, les soutiens de Nicolas.... Les petits jeunes à la mèche bien peignée criants leur enthousiasme au premier rang, pour que la caméra ne les rate pas, les mémères au brushing impeccable et à la bouche amère, les messieurs bien mis, faussement décontractés, se sentant légèrement décalés dans un exercice dévolu d'habitude aux "gauchos", tout ce "peuple" de droite confits dans leur bon droit, celui de "vrai Français moi, Monsieur", celui qui travaille sa vie durant pour enfin se permettre aujourd'hui de vivre sur le dos des autres, sans rien donner en retour, parce que "mon argent, il est à moi, je ne l'ai pas volé, moi!", celui des "non-assistés", des "non-profiteur", des "je me suis fait tout seul, je ne dois rien à personne, moi!", celui des "dém****z-vous" et du "chacun pour soi", celui du repli, social et identitaire, parce que "vous comprenez, ma brave dame, je voudrais pas dire, mais...", celui des images toutes faites et des clichés tout prêts, du refus de l'autre, de l'entre-soi, de la fermeture obtuse des yeux et du coeur, du mépris, de la haine.......
    Ces gens-là me foutent la gerbe!

  11. yann guérin dit :

    @ jean 76
    J'aimerais donner un petit avis sur ce que tu dis et sur ce que je lis ça et là sur le vote Hollande, si ce dernier est en, lice au second tour. Tout d'abord faisons tout pour passer en tête, mais en supposant que la marche soit un peu haute,et que le ps soit encore devant nous, je pense qu'il faudra vraiment aller voter sans état d'âme, même en se bouchant le nez.
    Et pour deux raisons simples : si la droite repasse, déjà on va s'en prendre quand même plus dans la tête qu'avec le PS, ensuite pour une autre raison majeure: si la droite repasse ce coup-çi, ça redonne au PS la possibilité d'être encore devant nous dans 5 ans, alors que si le prochain quinquennat est socialiste, avec la politique que Hollande veut appliquer, il y a gros à parier que le front de gauche restera seul en lice, dans 5 ans, pour représenter la gauche." Il faut parfois savoir reculer d'un pas pour avancer de deux" disait Lénine.
    Pour changer de sujet, ce matin sur france inter, petit moment de jouissance en écoutant le 7-9. Pierre Bergé, puis dominique Seux, "l'économiste"de service, venus expliquer qu'ils ne fallait pas s'en prendre au riches. Notre discours commence à porter ses fruits, la bourgeoisie s'affole.

  12. Mad dit :

    @ hase 201
    D'accord pour les "Bastilles à prendre" moins spectaculaires mais tout aussi nécessaires, dans les villages, les quartiers, les régions.
    @ JLM
    Merci quand même "Mélenchon le plébéien" (oui, je l'ai lu) d'avoir su par ton talent de tribun réveiller le peuple. Il en faut un de siècle en siècle mais quand on a pris les Bastille les petits matins difficiles et les soirées plombées sont encore douloureuses et il faut encore s'accrocher au jour le jour.
    Merci quand même de nous donner la parole par ta voix à la télé et ailleurs dans ce monde du spectacle où il faut être percutant pour être entendu.

  13. Monsieur Mélenchon je suis entrain de vous écouter sur la radio - j'apprécie - Anne Roumanoff m'a fait mourir de rire - je reviendrai vous lire plus tard -

  14. sebidf dit :

    J'espère que le discours de Mr Mélenchon va dorénavant se réorienter contre NS (voire FB) car eux sont dangereux car pouvant être élus....
    L'ennemi de la France et de son peuple est NS et il faut le mettre face à sas responsabilités. Il est le symbole de ce système qui ne peut plus marcher (s'il a fonctionné un jour...) et donc cette crise est aussi sa crise, celle de ses idées, de ses décisions, de ce qu'il a mis en place avec ses "réformes".
    Alors," taper" sur Le Pen oui, "taper" sur NS, impératif car il va, lui et sa machine de guerre médiatique, enfumer son monde et il se pourrait qu'il soit réélu car je doute si ce n'est Jean-Luc Mélenchon au second tour que FH fasse une seconde le poids (il est déjà KO avant le début de la campagne il me semble).
    Qu'ils s'en aillent tous oui, mais lui en premier et définitivement.

  15. jennifer dit :

    merci des réponses sur le RSA, c'est plus clair

    @Sebidf

    Oui avec Hollande président, on va augmenter notre audience car évidemment il appliquera l'austérité et évidemment ce sera un bide. On va donc devenir une opposition consistante à 15% ou plus et là on sera obligé de tenir compte de nous. J'espère aussi qu'on aura pas mal de sièges aux législatives pour être cette épine dans le pied. Et je préconise qu'on "lobby" nos députés locaux PS pour qu'ils arrêtent de s'abstenir sur des textes inacceptables. C'est un truc qu'on ne sait pas faire mais nos élus sont redevables devant leurs électeurs et on se prive de beaucoup si on ne leur fait pas savoir.

    Si on repart avec Sarko (improbable vu sa dégringolade dont on se doutait) là ce serait plus dur car le PS a une facilité à retourner sa veste et à se présenter sous des allures "de gauche" et donc on gagnera moins d'audience.

  16. marechal dit :

    @ ermler (99)
    Si seulement ces paires de claques pouvaient vous réveiller un peu, vous aussi ! Je parle du réveil de la conscience politique endormie par trente ans d'idéologie libérale. Les claques dans la figure ce sont les peuples qui les ont pris, maintenant on est passé aux coups de massue comme en Grèce. A quand la mise à mort ?
    Je trouve ça bien ficelé, violent comme y faut. Mais la suite se gâte. Ô combien.
    Ne vous faîtes pas du mauvais sang pour rien. Ceux qui proclament sur ce blog qu'ils ne voteront pas au 2e tour soit sont ultra-minoritaires dans l’électorat FdG, soit jouent les "fiers à bras" qui s'empresseront quand même de voter contre Sarkozy le 6 mai !
    Il se trouve que je fais parti des fiers à bras, j’espère que nous sommes nombreux.
    Non seulement se servir de l'opinion des camarades en guise d'argument pour convaincre un électeur PS je trouve ça "petit"... mais "nous" traiter avec une tel condescendance est contreproductif. C'est justement "l'argument" des moutons du vote utile pour voter PS : " mais de toute façon Jean-Luc Mélenchon se ralliera et son électorat aussi, donc il sert à rien il est comme les autres gnagnagna"
    Tu n'as pas assez tracté sur les marchés...?
    Pourquoi ne pas servir la soupe aux socialos ? Parce que ce parti libérale qui avance masqué nous a trahi à plusieurs reprises. L'affaire du MES n'est que trop révélatrice de leur attitude capitularde face à la menace qui nous guette.
    Résultat de la menace en pages 10/11 ici.
    Le PS ne fait pas dans le chaud et froid avec le libéralisme, il est sans réel projet pour le contrer, il en est donc complice.
    Pourquoi faire si peu de cas des camarades qui en prennent acte ?

  17. jnsp dit :

    Quelqu'un connait-il le tarif fait par la SNCF pour le transport des militants UMP ?

  18. Oliv dit :

    @ Yannick à propos de la santé de proximité,

    Je ne sais pas quelle est la position officielle. Voici ma vision des choses :
    En cessant la capitalisation des hopitaux et labos, on remet l'argent dans le service et la recherche.
    CA de Sanofi-Aventis seul : 33 389 000 000 € (pour l'ordre de grandeur)
    Dans l'esprit de la planification écologique, la proximité est une notion essentielle et inhérente. Aider les médecins à vivre et travailler là où ils (et elles) sont manquants. Permettre l'accés aux soins sur place plutôt qu'à 60km dans des hopitaux usines.

    Subventionner la "vraie" recherche, pas seulement celle qui rapporte aprés études de marché...
    Cette re-création d'un système de santé "décentralisé" creera de l'emploi et du service. Besoin de batiments, de personnels, de machines...
    Et la recherche hors capitalisme nous permettra certainement de grandes avancées.

    Et encourager les médecines "douces", au passage, en cassant la puissance démesurée des grands groupes. C'est moins cher, c'est naturel ou pas, mais si ca fonctionne, pourquoi s'en priver.

    La proximité est une clef de l'écologie. La centralisation des services ne s'est faite que pour une logique d'économie, de rentabilité.

    (et je suis pas toubib, je suis carreleur... :)

    Salut fraternel à tous.

  19. le métayerv dit :

    A Hadrien (184). Cette chanson pour l'appel de la bastille correspond bien à l'état d'esprit de cette manifestation qui se veut revendicative certes mais aussi festive et bon enfant. J'adore Keny Arkana surtout la chanson, "ils ont peur de la liberté" car ça correspond bien à la prise de conscience qui doit s'effectuer pour recouvrer notre liberté collective.

  20. jennifer dit :

    Je viens de lire qu'hier soir François Hollande a estimé sur le plateau de l'émission Capital diffusée sur M6, "que le doublement du livret A qu'il préconise permettrait de collecter «15 à 20 milliards d'euros». Une mesure qui permettrait de financer beaucoup plus de logements sociaux, selon lui"

    Je me trompe peut être mais pourquoi il faut encore que ce soit l'épargne des ménages qui finance? Le peuple en a de moins en moins d'épargne parce que pour boucler les fins de mois (ou parfois les milieux de mois) de plus en plus on va piocher dans notre épargne. Par contre il y en a qui en ont du fric et ce fric ils ne l'investissent pas. C'est pour moi encore une fois détourner le problème véritable: les capitalistes ne font plus d'investissement productifs. L'économie se rétracte, la production n'avance plus, stagne ou régresse. Et la crise s'approfondit de par ce fait. Le capital ils le gardent pour eux.

    J'ai dû me tromper de nom dans mon post précédent ce n'était pas Sedlib

  21. Muriel dit :

    Excellente prestation ce matin sur Europe ! Bravo.

    Pas les moyens de me rendre à la Bastille, mais je serai de tout coeur avec vous...

  22. Abel dit :

    Avez-vous remarqué qu'après chaque discours de campagne de NS, le contenu est repris par les différentes antennes et radios pour bien l'expliquer aux benêts que nous sommes. Mais, du même coup, ça multiplie par autant les interventions du Président. Ou on les déduit du temps d'antenne, ou on accorde les mêmes facilités aux autres candidats, non ?

  23. Pascal397 dit :

    Bonjour, petite réflexion du matin:
    le problème n'est pas tant qu'il y ait des riches, mais qu'il y a trop de pauvres et que son nombre va grandissant.
    Il me semble que cet angle de vue n'est pas assez visible dans les interventions du FdG (pour plein de bonnes raisons).
    La pauvreté n'est pas inéluctable, elle est voulue et entretenue par des groupes bien intentionnés pour, le croient-ils, leur propre bien-être. Et les cerveaux disponibles suivent...
    merci à tous de reprogrammer les cerveaux!

  24. Sylvain dit :

    Bonjour! Jean-Luc, comme d'hab', impeccable sur Europe1! La grande classe: clarté, intelligence, sensibilité, pédagogie...Bref, rien que du normal pour lui! C'est la première fois que je suis un candidat au jour le jour. Je rate rarement ses passages dans les médias et c'est vraiment une opportunité extraordinaire de pouvoir le faire tant sa qualité est exceptionnelle. D'autant que je ne cesse de répéter autour de moi, aux gens qui apprécient d'entendre le leader du Front de Gauche, que le candidat est bon mais que son programme est bien meilleur...Et du coup, ça fait réfléchir!
    Grosse déception par contre pour le déplacement en T.G.V sur Paris qu'on va devoir sans doute payer au prix fort! L'intervenant qui s'interroge sur les tarifs pratiqués pour les militants Ump qui se sont rendus à Villepinte a raison et j'aimerais bien qu'on tire cette histoire au clair.

  25. Denis F dit :

    @ Jennifer 216 - 221

    Savez-vous où vous habitez camarade ? Un coup je projette FH président, l'autre coup je le casse, on s'y perd savez vous ! Eh bien NON, nous ne ferons pas une opposition à X% à celui qui se rêve président, car il ne le sera pas, c'est ce que dit "Sebidf", votre défaitisme et chiant à la fin …

    Ne vous faites aucune illusion, nous n'aurons aucun problème au second tour, nous voterons pour notre représentant Jean-Luc Mélenchon, et ceci de manière écrasante, la surprise est là pas ailleurs ; d'ailleurs les commentateurs politiques commencent à s'en apercevoir, et ils en sont mort de trouille.

    Nous avons abordé la montée au sommet, en bas de pente, en tête de la course, nous ne la quitterons plus jusqu'à l'arrivée ; Jean-Luc Mélenchon est dopé à "l'Humain d'abord" et ça c'est imbattable, la victoire est au bout de la route à coup sûr, nous le constaterons Dimanche prochain le 18 à la Bastille.

  26. Patricia Donars dit :

    C'est nouveau, ça vient de sortir : le vote pied-noir ! D'après les sondages, nous voterions à une forte majorité pour la semi-démente du FN... J'avais 7 ans lorsque j'ai quitté l'Algérie... Les moins de 50 ans nés dans des familles rapatriées ne sont pas pieds-noirs... Donc, les medias tentent une fois de plus de manipuler l'opinion en essayant de nous faire croire qu'une poignée de nostalgiques de l'Algérie française aurait du poids dans les intentions de vote !
    Soyons sérieux... Certes ce fut une réelle déchirure pour la génération de mes parents de quitter un pays qui était aussi le leur... Et je n'ai pas oublié les sentiments de haine raciste qui accueillirent l'enfant que j'étais à mon arrivée dans cette école de Gironde où ma mère instit était mutée...Ce pays que je ne connaissais pas, cet hiver glacial qui mordait mes genoux, ont laissé une épine dans un coin de mon coeur... Mais je n'ai pas grandi dans la nostalgie, j'ai construit ma vie en m'attachant à ne pas déroger à la devise républicaine, j'ai même choisi de l'enseigner en devenant à mon tour un hussard de la République !
    Alors, amis "pieds-noirs", écoutez le présent, regardez l'avenir, et faites la paix avec vos démons du passé, c'est la seule façon d'avancer pour donner à vos enfants une chance de devenir des êtres humains... tout simplement.
    Mélenchon Présidons !

  27. steph24 dit :

    Bonjour, y aurait-il des personnes de la dordogne qui monterait a paris pour la bastille ce dimanche.
    Merci.

  28. jean 28 dit :

    @ steph 24 (230)
    Va sur le site rubrique 18 mars où tu sera redirigé pour poser ta question

  29. @ 212 yann guérin
    " ce matin sur france inter, petit moment de jouissance en écoutant le 7-9. Pierre Bergé, puis dominique Seux, "l'économiste"de service, venus expliquer qu'ils ne fallait pas s'en prendre au riches."

    Il me semble que de nôtre côté il faut expliquer que nous voulons non pas nous en prendre aux riches, mais mettre au pas et neutraliser politiquement les hyper riches, ceux qui pilotent l'économie du monde et donc de la France, dans leur seul intérêt. Aux hyper riches d'arrêter de s'en prendre aux pauvres !
    De la même façon, nous ne voulons pas "prendre aux riches", mais les empêcher de continuer à piller le pays en détournant les richesses qu'ils n'ont pas produites. A eux d'arrêter de nous voler.
    Il me semble que présenter les choses ainsi prend "à revers" les ultra libéraux, déculpabilise le camp progressiste et culpabilise, par un juste retour des choses, les profiteurs du système, alors que leur propoagande repose très largement sur la culpabilisation du peuple, qui n'est pour rien dans leur système détestable.

  30. ventdebout-38 dit :

    M- Mélenchon, je ne vous entends plus dans vos propositions fortes, parler de la retraite à 60 ans et à taux plein. Que se passe t-il? Vous semblez avoir renoncé à être au deuxième tour de l'élection. Vous me paraisez soudainement défaitiste. Votre créneau semble désormais être l'alliance (la soumission) au PS qui pourtant ne représente en rien notre idéale commun "l'Humain d'abord". Rappelez-vous que lors des manifestations sur l'âge et les conditions de départ en retraite, et en une seule journée il y eu plus de 3 millions de manifestants dans les rues de France. Ne nous abandonné pas aux désiratas libérales du PS. Nous ne voulons pas attendre 5 années de plus.

  31. optimiste du 38 dit :

    Article 35 de la Déclaration des Droits de L'Homme et du Citoyen
    "Quand le gouvernement viole les droits du Peuple,l'insurrection est pour le Peuple,et pour chaque fraction du Peuple,le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs "

  32. renouard dit :

    Le "dumping social" est la recherche pour les entreprises de pays où les salaires et la protection sociale sont les plus bas... Avec toutes ses conséquences et notamment l'appauvrissement des travailleurs dans les pays aujourd'hui plus développés.

  33. Jeannot dit :

    Laissons Chévènement à ses états d'âmes et à ses contorsions.
    Par contre saluons bien haut la déclaration de Paul Aries qui appuie la candidature de Front de Gauche.
    Dans le texte" L'insurrection c'est maintenant" je relève cette phrase sublime.
    L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir

  34. serge ivanoff dit :

    Une idée pour ceux qui ne peuvent se rendre à La Bastille.
    L'année dernière, le PG35 a organisé la prise du Chateau de Vitré. Joli succès !
    Je ne suis plus tout jeune non plus et handicapé de surcroit mais je vais à La Bastille. Je mettrai peut être une semaine à m'en remettre, mais c'est dans l'espoir que mes enfants, que mes voisins et que mes amis tous d'origines culturelles du monde entier puissent vivre en paix dans notre pays au moins, en Europe en tout cas et dans le monde également.
    Nos oligarques n'arrêtent pas d'essayer de nous séparer de toutes les façons possibles: le sexe, la religion, les croyances, et bientôt la couleur des cheveux ?
    Ils veulent nous séparer, car ils savent parfaitement que "l'intelligence du Peuple est supérieure à l'intelligence des experts".
    Si je ne pouvais pas aller à La Bastille, je me planterais devant la mairie de ma ville, Rennes, avec une banderolle "Reprenons La Bastille" et "Tous ensemble". Notre slogan "prenez le pouvoir" c'est reprendre nos mairies aussi, et pas seulement La Bastille à Paris. Et suivant l'adage que chacun fait ce qu'il peut en fonction de ses moyens, il est aussi possible de mettre à sa fenêtre la même banderole. Et puisque nous avons allumé la lumière, éclairons également nos fenêtres, nos jardins, nos balcons...
    El pueblo unido jamas sera vincido... Le peuple uni ne sera jamais vaincu.

  35. vm dit :

    Sylvain 225 (9h40)
    JL Mélenchon sur Europe 1 : "La grande classe: clarté, intelligence, sensibilité,pédagogie...Bref, rien que du normal pour lui!".

    Nos ennemis ordinaires consentent parfois avec un mépris ricanant à reconnaître que JL Mélenchon a du "talent oratoire",comme s'il s'agissait d'un simple ornement de langage.Ces messieurs de la Com ne connaissent que le vernis et les clinquants propres aux politiciens. Mais d'où notre candidat tire-t-il son éloquence ? Avant tout,du fait qu'il est sincère,et que le programme du Front de Gauche est pertinent.Et aussi parce qu'il a personnellement une sorte de génie dans l'analyse politique d'actualité en rapport avec notre histoire.Mais qu'est-ce que le génie ?
    Lucien Sève, meilleur défenseur de la version humaniste du marxisme, montre dans ses ouvrages que les génies sont en réalité les homme normaux de leur temps, dont l'esprit et le coeur ont pu se développer librement à partir de leur individualité originale.Ce qui requiert explication,dit-il,ce n'est pas le génie,c'est le sous-développement,la distorsion,le rabougrissement,le rétrécissement généralisés. Et c'est là qu'apparaît dans toute sa laideur et sa cruauté le fonctionnement aliénant de la société du fric et du toc.
    La preuve ? On voit refleurir sur ce blog,- parce qu'il ouvre toutes les fenêtres-,le génie naturel de l'humanité.Je prendrai pour exemple (mais il y en a à toutes les pages) la contribution du citoyen Oliv N°219 (9h10),qui nous trace un excellent programme pour une politique de la santé, et qui conclut : mais je ne suis pas toubib, je suis carreleur...
    C'est ça la révolution en marche !

  36. pichenette dit :

    Ce matin, "la fabrique de l'histoire", "les banques" après "l'histoire et les candidats à la Présidentielle" (intégralité à réécouter de notre candidat), donc ce matin Monsieur Hervé de Carmoy expliquant les changements intervenus dans les banques.. très intéressant, recréer des cercles vertueux, penser le long terme pour les entreprises, aider les PME, j'ai senti que Emmanuel Laurentin, avait le portrait de notre Candidat sous les yeux!
    Femmes et Hommes de vertus et de talents refaites "les Jours Heureux", non plus dans la clandestinité mais avec les peuples!
    Que les idées s'incarnent dans quelques humains plus réceptifs, plus talentueux, moins rabougris c'est l'Humain dans sa diversité. Etre humble, "savoir ce que l'on ne sait pas",modeste, oui pour s'effacer le moment venu, déléguer, mais accepter aussi la force physique, symbolique que l'on porte quand elle est ainsi si justifiée.
    Stop aux idoles, stars fabriquées sur des apparences pour ôter toute réflexion!
    Le charisme fondé sur une résistance permanente avec recherche de vérité, de sens pour le bien commun mérite une immense reconnaissance, saluée dans l'édito du journal "l'humanité".
    Distribuer des tracts en ce moment, c'est la rencontre extraordinaire de tous ceux qui vivent en France, paroles échangées, liant social. C'est parfois marrant, du militant UMP qui "veut pas la ruine de la France", en refusant notre tract, à la Dame Ivoirienne qui ne peut pas voter, mais je lui donne tract, vous partagez notre vie, et nous parlons...la veille un débat avec le superbe film émouvant de Nicolas Ferran, "les amoureux du ban public" m'avait fait vivre la douleur d'aimer un venu d'ailleurs dans ce pays où les lois sont violées pour humilier, briser la République.
    L'étranger,...

  37. gus003 dit :

    El Kabach, bien recadré par Jean-Luc Mélenchon ce matin, mais malheureusement sans espoir de le faire réfléchir car son travail c'est servir son prince Sarko.
    J'espère que si JL est président il lui fera fermer sa grande bouche pour longtemps.
    Dans la rubrique des chiens écrasés il y aurait un travail à la juste mesure de son intelligence.
    Et après ça on dépeint Jean-Luc Mélenchon comme un personnage impoli et gueulard. Je le trouve au contraire très patient, car il lui aurait retourné son bureau que ça n'aurait été que justice.

  38. Robin dit :

    Monsieur Mélenchon, vous avez réussi à faire grandir plusieurs débat entre tous les partis politiques sur l’IVG et la viande Halal.
    Moi je vous demanderais de bien vouloir lancer un débat sur toutes les ondes concernant encore bien plus de personnes à savoir celui des droits et des ressources pour les chômeurs, les bénéficiaires des minima sociaux, les handicapés, les malades, les retraités et futur retraités les gens abîmés par la vie.
    Il ne suffit pas pour les candidats de dire que l’on va créer du travail d’une façon ou d’une autre, il y a et il aura encore longtemps des gros problèmes pour les personnes que j’ai citées et ces gens là sont aussi des électeurs à part entière et des animateurs de la croissance qui profitera à tous si on leur en donne les moyens.
    Alors je vous le demande solennellement, posez la question ?
    Que va t’on faire pour ses humains la, qui ne vont pas disparaître du jour au lendemain, quel revenu pour les gens au chômage, au RMI, handicapés, retraités, lancez un grand débat afin que tous les partis soient obligés de donner leur point de vu sur la question.
    Aucun candidat sur les médias ne parlent de ses gens la et pourtant nous sommes des millions dans ce cas.

  39. Alain Tétart (60)(73 ANS) dit :

    @224 Pascal397 dit: reprogrammer vos cerveaux..... et il a raison !
    A croire que tous les gens de "gauche" sont atteints du syndrome de Stockholm, c'est à dire qu'ils donnent raison à leur tortionnaire ! donc il faut à tout prix lutter contre cette gauche qui n'a de gauche que le nom qui la met en opposition à la droite, mais en réalité la seule gauche maintenant c'est le Front de Gauche et son représentant Jean-Luc Mélenchon, donc déprogrammons et reprogrammons nos cerveaux ! ce Pascal a raison !
    Je voulais écrire que nous étions comme les chiens au réflexe conditionné comme l'a si bien démontré Pavlov physiologiste russe sur le réflexe conditionné des hommes qui ressemble étrangement au réflexe des animaux, nous avons cette habitude de faire confiance à celui qui nous nourrit ! il faut donc que nous réussissions à faire comprendre à nos frères que nous pouvons manger donc vivre mieux en changeant nos dirigeants, il faut couper ce cordon qui nous étrangle et respirer enfin d'une façon différente en reprogrammant une nouvelle république, le cycle actuel a prouvé qu'il était à son terme,(dans la nature tout à un début et une fin, pourquoi une république ferait différemment ?) à nous de créer et lancer un nouveau cycle et c'est maintenant ! le 18 mars va prouver que nous pouvons le faire !

  40. Naudin dit :

    Je voudrais intervenir en tant qu'originaire d'Algérie("pied-noir").
    Jean - Luc Mélenchon nous rend notre honneur, par rapport aux tentatives pitoyables du candidat-président.
    J appelle mes compatriotes à se référer non pas aux tortureurs comme Le Pen ou Aussaresse ou Massu, mais à Albert Camus,Emmanuel Roblès et à Mouloud Ferraoun.
    Nous serons (des Ardéchois résistants)dimanche prochain à la Bastille.
    Pierre

  41. Poncet dit :

    Je suis inquiet, je n'ai pas encore vu d'affiche collée pour dimanche prochain. L'affiche est pourtant un bien meilleur moyen de propagande que le tract (les publicitaires professionnels l'utilisent d'ailleurs beaucoup plus).

    A part ça je suis ravi du discours de Nicolas Sarkozy hier, pour la même raison que notre Jean-Luc. Il est maintenant "normal" pour un candidat d'annoncer qu'il renégociera les traités européens, ou bien y désobéira...
    J'ai vu aussi dans un petit livret distribué par des militants du PS, que la limitation de l'écart des rémunération de 1 à 20 était au programme de François Hollande.

    Il se confirme que tous les candidats, d'une façon ou d'une autre, sont amenés à copier le nôtre. Si l'élection du président de la république était un acte logique, c'est Jean-Luc Mélenchon qui devrait être élu ; puisque tous, chacun à sa façon, lui donnent raison.

  42. jacques dit :

    pour la 1° fois de ma vie je vais voter communiste.j'ai 50 ans, des rêves encore plein la tête...j'en ai assez de me faire rouler,dêtre trahi, marre de payer, maintenant c'est le moment, l'heure est venu:c'est la révolte des Braves et honnêtes gens.*qui à dit: ne comptez pas sur ceux qui on créé des problèmes pour les résoudre...
    Mr Mélenchon merci pour ce que vous faites.
    jacques

  43. jeff22 dit :

    Adjoint au maire d'une commune de Bretagne (22) et candidat aux législatives du FdG en juin prochain, je voulais vous dire que je ne serais pas avec vous le 18 mars.Dommage, mais je dois rester dans ma commune car nous organisons ce même week-end un hommage à Jean Ferrat. Je voulais vous dire qu'après l'initiative de dimanche qui sera un immense rassemblement d'espoir et de luttes pour une vie meilleure(3 cars au moins partiront des côtes d'Armor) il sera nécessaire de prolonger d'une manière plus forte encore notre action dans les quartiers,dans la rue, aux portes des entreprises,sur les marchés, aux portes à portes....la révolution citoyenne!.Ils nous faut désormais mobiliser encore plus fortement, celles et ceux qui souhaitent participer à nos campagnes (présidentielles et législatives) en les invitant dans nos collectifs, assemblées. Nous montrer, êtres au plus près des gens, débattre avec eux sur nos propositions.... est aujourd'hui un objectif essentiel pour amplifier après le 18 mars notre action citoyenne et gagner ensemble les batailles de mai et juin.
    Rassemblons-nous, prenons le pouvoir avec" l'humain d'abord."

  44. gerald rossell dit :

    A que la bataille fut belle.
    Se croyant fine lame, Elkabach essayait de placer ses bottes et à chaque fois, c'est lu qui était botté.
    Je suis pas fait de l'étoffe des fans et autre groupies, mais là j'apprécie cette langue de haute tenue.
    Ce n'est pas le ton que vous haussez, mais c'est la langue que vous portez plus haut.

  45. Gilbert Delbrayelle dit :

    Poncet dit:
    Je suis inquiet, je n'ai pas encore vu d'affiche collée pour dimanche prochain. L'affiche est pourtant un bien meilleur moyen de propagande que le tract (les publicitaires professionnels l'utilisent d'ailleurs beaucoup plus).

    Tout à fait d'accord ! Nous en avons collé plus de 130 ce dimanche mais je me désole aussi de voir des endroits où il n'y a aucune affiche Front de Gauche/Prenez le pouvoir ou Bastille..
    Certains semblent penser que ça ne sert à rien alors qu'il est important d'être présent et de fixer dans l'imaginaire l'image de nos idées et le vecteur-affiche est primordial

  46. Patricia Donars dit :

    Naudin, lis mon commentaire 228, tu verras que tu n'es pas seul pied-noir à croire en la liberté-égalité-fraternité...
    A dimanche prochain !

  47. nina dit :

    @ Poncet et Gilbert
    Les affiches oui mais les petits autocollants qu'on met vite fait sur le chemin du travail dans le métro, sur les arrêts de bus ou ailleurs, c'est bien aussi !

  48. François Châtelet dit :

    @156 Patrick
    Du petit bout de ma lorgnette je propose l'hypothèse suivante:
    LO N Arthaud boucle sans problème ses signatures, je suppose que c'est le traditionnel coup de pouce du PS pour affaiblir si possible la gauche radicale parlementaire.
    Pour le NPA je note qu'aux régionales dans le limousin entre les deux tours le PS a exigé (sans succès) que le PC abandonne NPA pour le deuxième tour. J'en conclue que le PS (les stratèges) font la différence entre une extrême-gauche stérile non dangereuse LO et le NPA qui donne des signes prémonitoires (tendance minoritaire interne pro front commun) inquiétants de front commun avec le FdG.

  49. erde34 dit :

    Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus de la perfidie du PS....
    "Nucléaire : l'accord PS-Europe Ecologie déjà caduc ?"
    Comment leur faire confiance dans de futures et possibles négociations?
    A lire.
    Petite pensée émue pour les sympathisants et militants du Ps....car ils ne sont pas au bout de leur déconvenue...
    Qu'ils rejoignent au plus vite le FdG, ils seront les bienvenus

  50. kastus dit :

    Bonjour à tous.
    Je milite à ma façon en répondant le plus systématiquement que je peux aux commentaires que les séides du FN distillent ici et la sur le site web des journaux comme par exemple Libération.
    Je vous soumet mon petit échange d'hier soir qui démarre sur la forme d'un concours de poème.
    A voir si le coeur vous en dit.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive