11mar 12

Prenons nos dispositions pour le 18 mars !

L’insurrection c’est maintenant

Ce billet a été lu 120  939 fois.
Cette vidéo a été consultée 25 193 fois

Vous êtes dorénavant trente mille chaque jour à passer me rendre visite sur ce blog ! Je me sens donc un devoir encore plus fort de renouveler mes publications, même si le passage ici va dans toutes les rubriques et pas seulement à la une. Le Webmestre assure fidèlement le service de mise en page et l'écrasante gestion des milliers de messages qui sont postés. Cette note réjouira ceux qui me demandent souvent d'écrire plus brièvement. Mais je ne promets pas que ce soit plus simplement. Car j'écris de retour d'une grosse journée de présence studieuse. D'abord à la réunion du Front de Gauche des sports. Ensuite à la réunion nationale de l'association des associations. Un jour comme les autres : beaucoup de travail et de fraternité militante. Le service de protection rapprochée est parmi nous mais les camarades mettent leur point d'honneur à m'entourer comme avant. Hier j'ai reçu au courrier un cadeau hors du commun venant d'un camarade électeur. Il s'agit d'une plaquette de poésie de Paul Eluard : « Corps mémorables », édition achevée le 24 septembre 1948. La merveille est aussi que l'exemplaire comporte une signature manuscrite de Paul Eluard lui-même. Depuis je suis sur un petit nuage.

Le 18 mars prochain, avec l'appel du Front de Gauche à une marche sur la Bastille, un événement d'un genre nouveau va avoir lieu. Un genre tout à fait nouveau. A quand remonte la dernière manifestation politique, à l'appel d'une organisation politique, sur un mot d'ordre politique ? Je n'en ai pas de souvenir. Mais si je devais fouiller, je me reporterais aux plus chaudes heures de notre histoire : mai 1968, mai 1958. Une autre nouveauté doit être prise en considération. C'est la première fois qu'une campagne électorale se donne un tel moyen d'expression. C'est donc que cette campagne ne ressemble à aucune autre jusque-là. Et s'il en est ainsi c'est parce que jamais une campagne électorale n'a eu lieu dans un tel contexte. L'ampleur de la crise économique et financière en fait une crise politique. La preuve qui le montre et le résume est que, précisément, cet appel à la marche sur la Bastille connaît un grand succès d'enthousiasme. De partout il y a mobilisation, et les initiatives les plus diverses y préparent avec ardeur. De tous côtés, bien au-delà des cercles militants la date est connue et fait parler ! Cela montre qu'il y a une perception au niveau du grand nombre du caractère spécial du moment et que cela doit se traduire par des méthodes d'action qui y correspondent.

Le contenu de la marche est révolutionnaire. Il s'agit d'affirmer notre volonté de tourner la page des institutions actuelles et de passer à une nouvelle République. Une République sociale qui élargisse le champ de la démocratie en France. En ce sens il s'agit d'une insurrection citoyenne. Pacifique, calme, organisée, dirigée vers un objectif respectueux de la règle démocratique du vote au suffrage universel pluraliste. Une insurrection dont le rendez-vous opérationnel est le vote à l'élection présidentielle. Mais une insurrection. En quoi en est-ce une ? Le but et le moyen nous l'indiquent. Le but : le changement institutionnel. Le moyen : l'action du peuple lui-même se dressant contre un ordre inique. S'il en est ainsi c'est que nous partageons le constat de dangerosité du cadre actuel pour régler les problèmes urgents que le pays doit traiter. Le partage des richesses, la démocratie dans l'entreprise, la parité dans toutes les instances de représentation, la souveraineté populaire sur le parlement et de celui-ci sur toutes choses, ne peuvent être réalisés dans le cadre des institutions actuelles. Pire, celles-ci y font obstacle. Cette question ne concerne pas seulement le cadre national. Au contraire notre insurrection civique vise le pouvoir autoritaire qui s'impose à nous depuis les institutions actuelles de l'Union Européenne et contre lesquelles nous sommes rendus impuissants du fait de notre monarchie quinquennale. La gravité particulière et actuelle de la situation résulte de la signature du nouveau traité européen le premier mars dernier. Le gouvernement du pays consent  un renoncement à la souveraineté budgétaire du pays sans même l'excuse de la transférer à une autre instance démocratique. Cela permet de bien comprendre la légitimité de notre insurrection. La constitution de 1793 l'exprime bien : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A vrai dire, la conduite de notre campagne fait de cette marche une étape à l'intérieur d'une séquence maîtrisée de longue main. Le Front de Gauche a été constitué comme l'instrument politique d'un projet. Je ne parle pas du contenu du programme « L'Humain d'abord » qui en est l'expression à une étape du parcours, celle qui commencerait concrètement avec notre gouvernement. Ce projet c'est d'assumer le sens du refus de 2005 face au projet de Constitution européenne devenu depuis le Traité de Lisbonne sous l'empire duquel nous vivons. C'est le projet d'un changement profond de la règle d'organisation de la société. L'actualité et l'importance d'un tel projet est démontrée par le sort subi par ceux qui ont accepté la règle du jeu actuelle. Il s'agit de la Grèce ! Mais aussi du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne, pour ne citer que des voisins. Pour le futur de la France, il faut placer côte à côte le fait que les agences de notations veulent frapper notre pays et qu'un plan d'austérité terrible est programmé par le nouveau traité européen signé par Sarkozy. On devine ce qui attend notre pays s'il ne se prépare pas à résister et à contre attaquer, c'est-à-dire à proposer et à s'appliquer une autre règle du jeu.

J'ai promis, quelques lignes auparavant, un résumé de notre plan d'action dont la campagne présidentielle a été le cadre et l'instrument. Jusqu'en juin 2011 nous avons travaillé au rassemblement des forces de la gauche du « Non » autour d'un programme partagé et d'une candidature commune à l'élection présidentielle. Sur la place Stalingrad, le 29 juin dernier, nous avons lancé ce rassemblement. Puis nous l'avons développé jusqu'à la Fête de l'Humanité. Ce fut la période où le contenu du programme partagé a été bouclé et rendu public. Puis, tandis que se déroulait les primaires socialistes, nous avons ancré notre action sur le terrain. Nous avons permis que son contenu s'incruste dans le sol social du pays en organisant une diffusion massive du programme « L'Humain d'abord ». Ce fut le temps des premières assemblées citoyennes et des premiers meetings de popularisation. Nous sentions que la rencontre s'étendait en profondeur, que le discours touchait une masse de gens. Cette période nous a permis de faire comprendre notre différence d'approche avec le programme d'action du PS. Une démonstration argumentée a ainsi commencé à se diffuser. Elle a forgé des liens solides de convictions et de confiance. Nous avons alors avancé dans les esprits alors même que la tenue des primaires socialiste absorbait pourtant tout l'espace médiatique. Nous avons fini l'année avec le sentiment d'une force grandissante dont attestait déjà le niveau de participation à nos réunions et meetings.

En janvier, forts de cet ancrage, aidés par le succès de l'émission « Des paroles et des actes » sur France 2, nous avons lancé toute notre force dans la bataille contre l'extrême-droite. Compte tenu du processus d'extrême-droitisation dans lequel entrait alors l'UMP et son candidat, chaque pierre lancée atteignait deux cibles à la fois. Cette phase du combat nous permit de gagner en autorité et en confiance. L'affluence exceptionnelle à nos meetings, réunions et assemblées citoyennes, les soutiens financiers nous ont vite montré que nous avions franchi un nouveau pallier de mobilisation et de prise de conscience. L'évolution des propos de notre concurrent socialiste, les postures de notre adversaire de droite nous ont prouvé que le mouvement des esprits les conduisaient eux-mêmes à s'adapter et à valider notre tonalité, fusse à leur corps défendant. En se tirant une balle dans le pied sur le plateau de France 2 et en vacillant, puis en se faisant enfermer dans la position cruelle que l'on connaît sur le droit à l'avortement, la famille Le Pen nous a permis de prendre la main sur elle. Ce succès foudroyant sur le secteur où nous avions pris l'offensive et où nous étions pourtant presque seuls en lice nous a propulsé plus avant dans l'opinion. Et cela est depuis, une source supplémentaire de légitimité et de dynamique. C'est avec ces atouts en main que nous lançons l'étape suivante de notre marche. Le 18 mars est à la fois un point d'aboutissement de cette période et le point de départ de la suivante qu'il s'agit de porter à un plus haut niveau politique ! Celui de l'insurrection civique. A vous mes chers lecteurs de multiplier les initiatives de toutes tailles et de tous ordres pour rendre visibles et désirables l'insurrection que le 18 mars va impulser. A suivre ici et sur le site « place au peuple ».

Une fois n'est pas coutume et j'espère qu'il ne m'en voudra pas, je veux compléter le propos que je viens de tenir par un texte qui m'a paru bien résumer ce que j'aurais aimé dire et ce que je voudrais faire comprendre. Il s'agit de l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin paru dans « L'Humanité » du jeudi 8 mars dernier. Le titre résume bien le lien avec ce que je viens d'écrire : « Insurrection : acte I ».  Comme il y est question de moi, je prie mes lecteurs de me pardonner l'immodestie qu'il y a  dans ce « donné à voir », ici, au milieu de mes propres lignes. Voici le texte de cet éditorial.

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer la démarche fondamentale et presque fondatrice du Front de Gauche peut paraître présomptueuse. Elle ne l'est pas. Héritiers que nous sommes d'une illustre tradition politique qui a toujours marié la justice à l'égalité et fiers – oui fiers ! – de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l'un des plus beaux symboles du renouveau "de la" politique. Celui du retour à "quelque chose" d'assez sacré : l'Idée. Mais aussi celui du début "d'autre chose" : une gauche à la main ferme. »

« Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remuements essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l'histoire contemporaine qui, trop souvent, a vu la gauche s'accommoder du "principe de réalité", provoquant ce que certains pouvaient considérer comme un éternel recommencement : une espérance suivie d'une déception… À moins de sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, cette hypothèque sur l'espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de Gauche. Si nous n'aimons guère accorder trop de place aux logiques des sondages, néanmoins, les toutes dernières enquêtes d'opinion réchauffent le cœur et l'esprit et témoignent que le Front de Gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu'on se le dise, le citoyen candidat Mélenchon vient en effet de franchir la barre des 10% d'intentions de vote ! La gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour ! Il était temps. Non ? »

« Ne le cachons pas. La verve et l'intelligence oratoire de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas pour rien dans l'accélération de ce processus populaire, dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait : "Nous défendons des idées, pas un guide suprême ou un leader." Tous les artisans de la campagne du Front de Gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d'un discours de très haute ampleur programmatique, associé à l'élaboration d'arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l'appropriation et la diffusion des idées. On ne s'indigne plus seulement, on propose, on politise. L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d'une véritable pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée. Ce n'était pas "la" politique qui les avait quittés, mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu'ils ont un rôle à jouer… »

« Il y a du bonheur à réinventer l'à-venir. Le Front de Gauche, qui voit plus loin que l'horizon et affranchit ceux qui ont souffert d'années d'humiliations, a pour objectif de réveiller et/ou d'éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir eux-mêmes des acteurs d'idées et des propagateurs du bien commun. "Le Front de Gauche, c'est quelque chose de plus grand que nous", clame Mélenchon. Ce quelque chose porte un nom : la révolution citoyenne. Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! » Merci pour ce résumé si bien dit de ce que nous pensons tous qui nous assemblons de meeting en meeting, de réunions en réunions, de collages en tractages !

Le PS et le Mouvement de Jean Pierre Chevènement ont annoncé avoir signé un « contrat de législature » qui « fonde leur alliance pour 2012 ». On connaît donc le choix de Chevènement un mois après le retrait de sa candidature. Ce n'est pas un accord de coin de table. En effet cet « accord politique et électoral constitue le contrat de législature entre les deux partis et fonde leur alliance pour 2012 ». La centralité de la question  européenne avait déjà été rangée au magasin des accessoires en 2007. Il en est de même cette fois-ci. Un flot de bonnes et saines pensées contre le capitalisme et les autres malheurs du temps garnissent utilement la capitulation sans condition de l'ancienne sentinelle inflexible. Du refus de l'Europe du Traité de Lisbonne, il ne reste que d'émouvants et dérisoires coups de menton favorables à « une parité monétaire plus juste », « un soutien prioritaire à l'investissement et à la recherche pour les PME » et à « une politique de croissance (…) à l'échelle européenne ».

Bien-sûr le PS et le MRC conviennent que le traité récemment conclu est "inacceptable" et "doit être renégocié". Avec le président François Hollande c'est comme si c'était fait. Il s'est bien gardé de leur préciser que son porte-parole a déjà bien expliqué qu'il ne s'agira pas d'un nouveau traité mais d'un texte additif se prononçant en faveur de la croissance. Mais peut-être les chevènementistes n'avaient-ils pas envie de le savoir ou bien même le savaient-ils déjà. Après qu'ils ont rappelé leur opposition à Maastricht, le document ouvre une nouvelle étape qui gomme la précédente. Il déclare que les deux partis « doivent approfondir ensemble leur vision de l'Europe ». Il est temps en effet "d'approfondir la vision", deux mois avant de gouverner ensemble et après qu'on a passé six ans à cela depuis 2005 ! Mais précisément, c'est tout cela qui est fini. Car le texte se propose "d'approfondir la réflexion" jusqu'à un niveau de profondeur  inouï : « en dépassant les oppositions du passé ». Pour moi l'opposition du passé ne peut se régler que sur une seule base : le respect de la décision du vote des français. Mais Hollande ne veut pas de référendum sur le nouveau traité. Et Jean-Pierre Chevènement, docilement, n'en parle plus. 

L'autre volet des reniements est, par contre-coup pour les alliés écolos du Parti socialiste. Car Hollande et son allié se prononcent « pour une politique énergétique innovante en matière d'énergies renouvelables, et vigoureuse en matière d'économies d'énergie ». Ce qui est excellent, mais ne mange pas de pain. Car le même document précise le point de vue du parti de Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci estime « qu'il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d'une électricité moins chère et moins polluante ». Comment cela est-il conciliable avec un accord de législature qui l'unit par ailleurs à des gens qui pensent exactement le contraire ? Une telle ratatouille est servie à la veille du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous n'en tirons donc pas du tout la même conclusion. Car un an après avoir commencé, les effets de la catastrophe nucléaire de Fukushima durent toujours. Cela devrait suffire à montrer l'urgence d'un débat honnête en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique. Et il doit être tranché par le peuple souverain, notamment sur le nucléaire, par référendum. Le Front de Gauche est le seul à le proposer. Je déplore que l'UMP, le FN et le Parti socialiste le refusent. Mais je regrette surtout que l'accord de législature entre le PS et Jean-Pierre Chevènement n'en dise mot. L'importance du sujet devrait interdire que des accords politiciens se substituent au débat public sur le fond et au vote démocratique. Je n'en apprécie que davantage la déclaration de Paul Ariès en faveur de la candidature commune du Front de Gauche. Car s'il est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur bien des points, il n'en reste pas moins que notre position ne demande à personne de renoncer à ses convictions ni au moyen de les voir l'emporter. 

Au final, cet accord fonctionne comme une caricature de la "Gauche plurielle". Car à l'époque on pouvait penser que l'on avait fait pour le mieux en juxtaposant les programmes. Il est vrai aussi qu'on n'avait guère eu le temps de faire autre chose du fait de la dissolution surprise de l'Assemblée Nationale décidée par Chirac. Mais aujourd'hui on a l'expérience des inconvénients de cette méthode. Recommencer une erreur de méthode de sang-froid c'est seulement signaler qu'on est intéressé à obtenir le même résultat. Lequel ? Donner les pleins pouvoirs au parti qui dirige le gouvernement. C'est d'autant plus pitoyable que cette fois-ci le programme ne prévoit aucune sorte de conquête sociale comparable aux 35 heures ou à la CMU, ni aucune conquête institutionnelle comparable à la parité comme ce fut le cas avec le programme de Lionel Jospin.

Du passage de Nicolas Sarkozy dans l'émission « Des paroles et des actes » mercredi, on ne semble avoir retenu trois jours après que ses regrets d'avoir fêté sa victoire au Fouquet's et passé ses vacances sur le yacht de Bolloré. Pourtant, au milieu de ce numéro de repentance très convenu, Sarkozy a fait plusieurs déclarations et propositions qui méritent d'être prises très au sérieux. Elles dessinent un programme du candidat Sarkozy assez sinistre.  Il a notamment annoncé le plus grand plan social de ce début d'année en programmant une nouvelle hémorragie de 40 000 emplois publics. Mais dans les collectivités locales. Sans que cela n'ait visiblement ému grand monde, notamment chez les socialistes, pourtant concernés au premier chef. Personne ne sait d'ailleurs comment Nicolas Sarkozy compte s'y prendre pour qu'un gouvernement supprime ainsi des postes dans les collectivités locales qui gèrent leur propre personnel. Il a d'ailleurs aussi indiqué qu'il allait plus largement « poursuivre la réduction des effectifs de la fonction publique ». Les 150 000 postes supprimés depuis cinq ans ne sont donc qu'un début.

Sarkozy a aussi prévu de poursuivre sa thérapie de choc libérale en intensifiant sa chasse aux "assistés". Il n'a évidemment pas parlé des fraudeurs du fisc que le gouvernement exonère régulièrement de poursuites pénales, surtout s'ils ont beaucoup fraudé. C'est un des constats inouïs du dernier rapport de la Cour des comptes : plus vous volez le fisc moins vous avez de chance d'être poursuivi pénalement ! D'ailleurs Sarkozy a bien rappelé qu'« il n'y a pas eu de cadeaux aux riches ». Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois.  Deux fois moins que le seuil de pauvreté. Pour eux, Sarkozy propose de généraliser un travail forcé dit d'intérêt général de 7h hebdomadaire. Jusque-là, le "travail d'intérêt général" désignait une sanction pénale. Personne ne sait d'ailleurs dans quels secteurs devra s'exercer ce travail forcé, et avec quel encadrement. Les gestionnaires du RSA, c'est-à-dire les départements vont ainsi devoir gérer le travail forcé d'un million et demi de personnes. Et le projet UMP précise que des pénalités de 100 euros par mois seront appliquées à ceux qui refuseront le travail forcé. Avec les suppressions de postes prévues par Sarkozy dans les collectivités locales, cela promet ! A moins que le président candidat n'ait justement prévu de faire exercer certaines fonctions des collectivités par les bénéficiaires du RSA.

Ce soir-là, les immigrés étaient aussi dans le collimateur de Sarkozy. L'extrême-droitisation de son discours est désormais très avancée. Il a d'abord affirmé : « Si on ne maîtrise pas l'immigration, est-ce qu'on ne va pas à la faillite ? » Comme Mme Le Pen, il ignore l'étude que l'université de Lille a réalisée pour son gouvernement en 2009 et qui conclut que les étrangers rapportent 12 milliards par an aux comptes publics. Ils touchent en effet pour 48 milliards de prestations chaque année mais reversent 60 milliards en impôts et cotisations. Sarkozy a poursuivi ainsi : « Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et nous devons en accueillir moins ». Exactement ce que raconte Marine Le Pen. Et pourtant il y a moins d'étrangers aujourd'hui en France (5,8 % de la population) qu'il n'y en avait en 1975 (6,5 %) et en 1990 (6,3 %) ! Mais Sarkozy pense pourtant que « nous devons diviser par deux le nombre d'étrangers que nous accueillons ». Marine Le Pen va encore plus loin et propose de ramener ce nombre à 10 000 entrées par an. Mais ni l'un ni l'autre ne dit comment il compte s'y prendre. 65 000 entrées concernent chaque année des ressortissants européens. Marine Le Pen compte-t-elle interdire aux européens d'entrer en France ? Et ce n'est pas tout. Chaque année, autour de 50 000 entrées concernent des étrangers membres de la famille d'un Français, que ce dernier fait venir. Là aussi comment Sarkozy et Le Pen comptent-ils s'y prendre ? Vont-ils interdire à des milliers de Français de vivre en famille ? Enfin, 50 000 autres entrées concernent des étudiants. Comment y renoncer ? Faut-il rappeler le nombre d'étudiants étrangers qui deviennent des prix Nobel, des médailles Fields ou des médailles d'or du CNRS ? Ont-ils entendu parler du dernier prix Nobel de médecine, Jules Hoffmann, qui était un étudiant étranger avant de devenir français ?

Mais il y a plus odieux encore. C'est la volonté annoncée de Sarkozy de limiter l'accès des étrangers au minimum vieillesse et au RSA. Il a fixé les conditions suivantes : 10 ans de résidence régulière en France et au moins 5 ans de travail. Le caractère universel des droits serait ainsi sabordé. On exigerait des étrangers beaucoup plus que des français pour accéder à des droits sociaux fondamentaux. Les étrangers payent pourtant les mêmes impôts et cotisations que les français. Cette "discrimination", car c'est bien cela que Sarkozy veut institutionnaliser,  est une brèche vers la préférence nationale défendue par le FN. Dès le lendemain Louis Alliot, numéro 2 du FN, s'est d'ailleurs empressé sur « France Inter » de remarquer que Nicolas Sarkozy proposait de légaliser la préférence nationale. Car en effet, celle-ci est aujourd'hui contraire à la loi et même à la constitution qui garantit l'égalité en droits quelle que soit l'origine des personnes.
 


1  138 commentaires à “L’insurrection c’est maintenant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Laulau dit :

    Je viens de lire un article sur Mélenchon écrit par Christophe Barbier dans l'express. C'est à la foissi haineux et inepte que même les lecteurs de l'Express semblent choqués. Il semble que les libéraux s'affolent pour écrire une propagande de ce niveau. Jean-Luc a très bien fait de récuser ce jeanfoutre.

  2. Adrien dit :

    JL Mélenchon dans le trio de tête.

    Forcez un peu pour aller voter pour contrer les sondagieux soumis des Parisot, Bolloré et consors !

    François HOLLANDE (28%, 15 062 Votes)
    Nicolas SARKOZY (24%, 12 848 Votes)
    Jean-Luc MELENCHON (19%, 10 178 Votes)
    Marine LE PEN (15%, 8 069 Votes)
    François BAYROU (12%, 6 492 Votes)
    Eva JOLY (1%, 399 Votes)
    Nicolas DUPONT AIGNAN (1%, 268 Votes)
    Nathalie ARTHAUD (0%, 122 Votes)
    Total Voters: 53 444
    http://www.2012-presidentielles.com/

  3. nath35 dit :

    Maxou, jnps, je ne doute pas un seul instant que le front de gauche sera transparent sur ses comptes de campagne et si le doute cartésien est utile il n'a rien à voir avec semer le doute et je trouve que vos propos tentent de semer le doute. A votre avis le nombre de bus pour le 18 seraient aussi important sans le pc? En tout cas avec mes 630€ d'assedic ça me fait du bien de participer à hauteur de 30€ pour cette journée qui sera inoubliable. Ceux qui ne peuvent pas venir auront le plaisir de nous voir en direct sur le net. Et ça compte le nombre de connectés. Moi aussi je suis impatiente de tout savoir, d'avoir les moindres détails concernant NOTRE fdg mais j'ai bien compris à quel point ma patience et mon optimisme sont récompensé par les interventions de nos représentants fdg. Vous croyez que ce qui rapproche Jean-Luc Mélenchon et P Laurent c'est juste pour l'apparence "médiatique"? Et que les finances c'est chacun pour soi?

  4. vm dit :

    Moi aussi je monte à Paris (avec les copains FdG qui ont affrété un car). J'irai y célébrer la prise de la Bastille, l'anniversaire de la Commune, mai 68, le Non de 2005 qui avait triomphé du bourrage de crâne, la VIème République, et mes 74 ans d'humanisme bien vivant (même avec hanche ou genou qui grincent un peu), dont 52 ans de militantismes divers (et dont 25 au PCF...). Toutes choses que je n'aurais pas voulu manquer !
    "Non, rien de rien, non, je ne regrette rien..." (Edith Piaf bien sûr).
    Mais dimanche, c'est le Temps des cerises qu'on va chanter ! Et "La butte rouge, c'est son nom...", et aussi "Qu'la commun'n'est pas morte", et "Ami, entends-tu..." (celle-là, je vous la traduis illico en grec !)

    Je serai d'ailleurs non pas une mais cinq, pour représenter mes enfants et leurs conjoints, tristement empêchés, car la vie n'est vraiment pas tendre pour les nouvelles générations (pas besoin de détails, nous savons tous d'une manière ou d'une autre ce qu'il en est).
    On peut donc d'ores et déjà multiplier par 5 nos prévisions d'affluence les plus optimistes, car j'imagine que bien d'autres emporteront avec eux les noms ou les pseudos de tous ceux qui nous accompagnent de coeur...et de raison.
    Et je me réjouis d'avance de pouvoir regarder là-haut, se détachant sur le ciel,- Si loin si proche -, le Génie de la Bastille, avec sans doute quelque Bruno Ganz volant tout autour sur les Ailes du désir, comme dans le film (à vrai dire, c'était plutôt Berlin que Paris, et je ne sais pas si Wim Wenders a adhéré à Die Linke, mais il devrait...)

    Et s'il pleut, ce sera encore plus beau comme démonstration de clarté politique !

  5. maxou dit :

    Menjine 700 à 15h53,
    Merci à vous d'avoir repris mon dernier message posté, mais vous devriez remonter les messages précédents et vous verrez que c'est en réponse à quelqu'un d'autre que j'ai essayé de faire un petit peu "d'humour" en disant que c'est le PCF qui a les moyens, je suis un militant PCF encarté, donc "adhérent" PCF, je connais donc la question des finances de mon parti et je vous remercie de m'avoir remis en place, cela m'apprendra à me mieux faire comprendre à l'avenir.
    Max

  6. Damien dit :

    LCP vient de me répondre: ils ne diffusent pas le meeting de Clermont-Ferrand :-(

    En revanche, ils diffuseront l'allocution de Jean-Luc en direct de Bastille dimanche après-midi !

    Soyons des dizaines de milliers à Paris ce dimanche, n'en déplaise à la météo qui, comme les sondages, fluctue selon qui la formule/conçoit et la publie...

  7. GH18 dit :

    La santé est notre bien le plus précieux...
    Malheureusement, parce que je suis malade (maladie de Lyme) je ne pourrai pas me rendre à Paris,dimanche, mais mon cœur sera avec vous tous !
    Cher Mr Mélenchon, toujours fidèle à votre blog, à vos/nos idées que je ne manque pas de développer dans mon entourage, je veux évoquer ici quelque chose que j'estime grave et qui me préoccupe.
    Vous êtes le seul (au nom du Front de gauche) à dénoncer cette proposition aussi absurde que criminelle de Mme Le Pen concernant sa négation du droit à la santé des personnes étrangères, dont les maladies, si elles ne sont pas traitées, risquent de contaminer de très nombreuses personnes et vous avez tout à fait raison, non seulement sur le plan purement humain, mais, également d'un point de vue strictement sanitaire. Que cette proposition n'inquiète aucunement les riches, ceux qui habitent les beaux quartiers et disposent de médecins et d'infra-stuctures de santé optimales, n'a rien de surprenant. L'hyper-égoïsme de cette classe n'a d'égale que sa capacité de prédation dans tous les secteurs de la vie économique et sociale.
    Mais qu'il ne se trouve personne d'autre à gauche pour dénoncer cette absurdité innommable est très inquiétant. Soit la capacité de réflexion de leur porte-parole est en-dessous de la moyenne générale de celle de ses concitoyens, soit il se soucie si peu de ceux-ci que la question ne l'effleure même pas, soit il bénéficie des mêmes privilèges que la droite Sarkozyenne et lepéniste, et adopte le même comportement.

  8. JaB dit :

    701 - Laulau dit: Je viens de lire un article sur Mélenchon écrit par Christophe Barbier dans l'express. C'est à la foissi haineux et inepte que même les lecteurs de l'Express semblent choqués.

    Cette campagne va à toute allure..
    voici la réponse à cet article via Arret sur Images.

    Je ne veux même pas imaginer la presse aux ordres au lendemain du 18... ou plutôt si..
    Soyons constructifs, prenons encore un coup d'avance pour mieux les démonter : a votre avis qu'est-ce que vous imaginez qu'ils vont titrer ?

  9. JaB dit :

    WM désolé, sur mon post 708, j'ai oublié de refermer la balise du lien derrière Arrêt sur image du coup tout la phrase suivante est liée pouvez-vous y remédiez merci

  10. GH18 dit :

    La santé est notre bien le plus précieux...(suite...)
    Ce qui est également très inquiétant, c'est qu'il ne s'est élevé, à ma connaissance, aucune voix médicale ou scientifique, d'aucune autorité de santé, pour dénoncer cette conception inqualifiable, pour une candidate qui prétend à la responsabilité suprême de l'Etat, contraire à toutes les précautions liées à la prévention des maladies au sein d'une population.
    Notre système de santé, dont la performance durant de nombreuses années a été le résultat des structures mises en place à La Libération, principalement à travers la Sécurité Sociale et les organismes de prévention, souffre au moins autant que notre Education Nationale et la santé de tout un chacun en pâtit gravement, principalement pour ceux qui ont très peu de moyens.
    Témoin la lutte actuelle que mènent les malades atteints de la Maladie de Lyme, transmise par les piqûres de tiques, minuscules acariens hématophages qui pullulent dans de nombreuses zones naturelles, auxquels vous avez quelquefois comparé la Finance.
    Cette terrible maladie, en progression en France, en Europe, dans le monde, actuellement difficile à diagnostiquer et à traiter, est toujours, pour l'essentiel, l'objet du déni des autorités de santé et des pouvoirs publics. Aucune prévention n'est mise en œuvre auprès du grand public. Aucun crédit n'est débloqué pour la recherche. Les malades sont abandonnés comme l'ont été les malades du Sida les premières années... et ils sont de plus en plus nombreux, de tous âges et de toutes catégories sociales. De plus, les rares professionnels de santé qui essaient de leur venir en aide sont persécutés (voir ce qui se passe depuis quelques semaines en Alsace). Voici le lien de la pétition qui a été lancée sur le web
    http://www.mesopinions...

  11. Boris dit :

    J'ai laissé un commentaire sur l'article de Barbier dont le contenu est affligeant : quand la haine et la bêtise rentrent en raisonnance chez un petit bourgeois en cravate rouge, le résultat est une œuvre d'art dédiée à la connerie.

  12. papinard33 dit :

    J'ai écouté sur video l'interview de Jean-Luc Mélenchon lors du JT de M6, et son propos final m'a beaucoup intrigué. En effet, il a dit à peu près (j'essaie de me souvenir des mots exacts): "Je convoquerai une Constituante, pour sortir de cette absurde monarchie quinquennale" - "Je serai Président jusqu'à la conclusion de la Constituante (lorsqu'elle aura terminé ses travaux: peut-être un an, ou un peu plus) - "Mon rôle sera terminé. J'aurai apporté ma contribution à l'histoire de mon pays, la page de la Ve République aura été tournée. On aura modernisé la pays, et moi je rentre à la maison, quand ce travail sera fait" - "Je serai d'abord Président jusqu'au point de changer la constitution"...

    Ai-je mal compris ou bien Jean-Luc Mélenchon a-t-il voulu dire qu'après les travaux de la Constituante, il démissionnera de son mandat de Président avant son terme, alors que le Peuple lui aura clairement confié un mandat de 5 ans?... Qui peut m'expliciter ses propos, et me dire que j'ai mal compris?... Car si j'ai bien compris - et que c'est compris ainsi par d'autres, Jean-Luc Mélenchon risque fort de perdre des voix de gens qui se diront: à quoi bon voter pour quelqu'un qui abandonnera son poste en cours de route?...

  13. GH18 dit :

    La santé... (suite et fin)
    Cette terrible maladie, en progression en France, en Europe, dans le monde, actuellement difficile à diagnostiquer et à traiter, est toujours, pour l'essentiel, l'objet du déni des autorités de santé et des pouvoirs publics. Aucune prévention n'est mise en œuvre auprès du grand public. Aucun crédit n'est débloqué pour la recherche. Les malades sont abandonnés comme l'ont été les malades du Sida les premières années... et ils sont de plus en plus nombreux, de tous âges et de toutes catégories sociales. De plus, les rares professionnels de santé qui essaient de leur venir en aide sont persécutés (voir ce qui se passe depuis quelques semaines en Alsace). Voici le lien de la pétition qui a été lancée sur le web
    http://www.mesopinions.com/Borreliose-de-Lyme--revision-des-protocoles-de-detection-de-diagnostic-et-de-soins-petition-petitions-c53d39736ee2572b7660bad4335edd92.html
    La santé, comme l'Education fait partie intégrante des Droits Humains. La politique libérale veut en faire une marchandise. Résistance.

  14. JM77 dit :

    Concernant Barbier, on est plusieurs visiblement que son torchon a énervé à en croire les commentaires -de camarades notamment- sur son site.
    Pour Dimanche, une partie de mon couple sera à bastille vers 17 heures avec trois collègues (EN)... l'autre partie -moi- devant récupérer le gamin !
    J'espère que le disours ne commencera pas avant 5heures : prenez votre temps les camarades, profitez du momment !
    Sinon, je conseille à Hollande de se présenter en Russie : il n'y a qu'un tour car à l'écouter il faut tous qu'au premier tour on ne s'éparpille pas et qu'on vote non pas pour nos idées et pour le candidat (lui !) capable de battre Sarkozy !
    Désolé, Francois, le vote futile ne marche plus, la peur du risque UMP/FN a disparu (merci qui?) alors maintenant chacun doit aller se le chercher son deuxième tour ! On s'y retrouve?
    Tous avec vous à la Bastille !

  15. Laulau dit :

    @Papinard

    Si une constituante est élue et qu'elle vote une constitution, la 5eme république est terminée et son président est caduc. On ne peut pas vouloir changer le système autocratique de la 5eme et vouloir garder le président parce qu'il nous plait bien.

  16. jnsp dit :

    700 @Menjine
    Je vais supposer que vous êtes sincère dans votre remarque, mais le fait de ridiculiser une remarque en la déformant est cependant très malhonnête.
    C'était un peu la même attitude à propos des 360 000 € de revenu max qui à été partiellement éclaircie suite aux questions de nombreux participants.
    C'est un peu toujours la même réponse, ne pas poser de question mais foncer.
    Même dans un mur ?
     
    Personnellement je pense qu'il faut poser des questions et insister tant que l'on a pas la réponse (d'ailleurs c'est ce que tout le monde réclame des journalistes).
    Ce n'est pas parce qu'on demande de l'argent que l'on en a vraiment besoin
    Ce n'est pas parce que l'on se dit de gauche que l'on est honnête, que l'on ne pratique ni le népotisme ni la corruption comme le fait régulièrement la droite.
    C'est un service à rendre aux dirigeants et aux organisations d'être exigeant avec eux et avec elles cela les rend plus honnêtes.
     
    Si l'on veut sortir de ce système il ne faut pas être attaquable, exemple: si l'on veut supprimer les magouilles des organisations patronales il ne faut pas qu'elles nous'tiennent" par ailleurs.

  17. thierryjay93 dit :

    Quand Barbier tousse, le système UMP/PS tremble !
    Son édito, modèle de sectarisme, de haine, à l'encontrre Mélenchon est un régal provoquant indignation et surement déconsidération et ce faisant, paradoxalement, Barbier donne un beau coup de pouce à Mélenchon !
    Je suis d'avis à ce que Barbier vide son sac tous les jours, rien de tel pour favoriser la conscientisation citoyenne !

  18. Héloise dit :

    Sécurité : la meilleure protection de Mélenchon c'est l'intelligence du Front de gauche, car elle est contagieuse, et tout éventuel "assassin de jaurès" sera empêché car les dominants savent que "le mal est fait" : Mélenchon a déjà allumé la mèche: ils vont essayer au contraire de "dédramatiser", abandonnant la stratégie du "choc" pour celle du somnifère rose: à mon avis d'ici une semaine ou deux il va y avoir beaucoup de distractions romantiques dans les médias dominants: les extincteurs sentiront l'Oréal et les "chiens de garde " vont devenir des caniches pétant de la poudre aux yeux !

  19. Vincent R dit :

    Une question concernant l'augmentation du SMIC (1700 euros brut en début de mandat, 1700 net en fin de mandat). Comment éviter que les capitalistes gonflent leur prix en fonction, et que finalement en terme de pouvoir d'achat, on se retrouve a un statu quo ?
    Merci d'avance pour celui ou celle qui me répondrait.
    Tous à la Bastille ce dimanche !

  20. Fred Barbosa dit :

    Personnellement plus on me parle de vote utile et plus j'ai une furieuse envie de voter Front de Gauche.
    Rappelez donc à ceux qui vous parlent de vote utile que les socialistes en Grèce, au Portugal et en Espagne ont été en dessous de tout et ont permis par là même un retour de la droite au pouvoir.

  21. Fabrice Leiser dit :

    Pour en finir avec Barbier qui squatte le plateau de C dans l'air depuis des années.

    Au choix :

    Le Barbier de service
    Le Barbier servile avant d'être sénile
    Le Barbier sévit, encore !
    Le Barbier ? Rasoir au possible !
    Rasoir ce Barbier

    J'aime bien celle-ci : après le Barbier dans le Point, le poing dans le Barbier

    A vous.

  22. papinard33 dit :

    @ Laulau 716

    J'entends bien ce que vous dites. Mais, alors que nous ne savons évidemment pas ce que décidera la Constituante - et en particulier concernant le rôle d'un éventuel Président (tout cela sortira logiquement de ses travaux), je trouve qu'il est risqué de la part de Jean-Luc Mélenchon d'annoncer à l'avance que, en somme quelle que soit la décision de la Constituante quant au rôle du Président, il anticipe déjà qu'il partira sitôt les travaux en question achevés... Et c'est cette annonce même qui me paraît risquée, faite aujourd'hui: des électeurs attirés par le programme du Front de Gauche et par la personnalité ferme de Jean-Luc Mélenchon pourraient se dire: cet homme a le "caractère" qu'il faut à une telle situation, j'aurais bien voté pour lui, mais il vient de dire qu'il "rentre à la maison" avant la fin de son mandat: à qui ça va servir de l'élire?...

    Il me semble qu'un éclaircissement sur ce point de la part de Jean-Luc Mélenchon (ou de tout autre responsable du FdG) serait le bienvenu, car ce type d'interrogation peut très bien se faire jour parmi les "indécis" - sachant bien sûr et à nouveau qu'il est très possible que ce soit moi qui aie mal compris...

  23. lilou 45 dit :

    Barbier en à après Mélenchon ; Et alors ? Barbier sait d'où vient le danger pour ses deux poulains, Mimolette et Naimbus. Ce pauvre chouchou c'est fait éjecter d'une émission de télé par Jean-Luc, parait il. Comment un politicien qui défend le peuple peut il le récuser, lui, l'oligarque, le serviteur zélé des riches et des puissants. Un tel affront va lui faire jeter dans la première poubelle venue sa belle écharpe rouge. Misérable minus; le rouge est la couleur du peuple il n'a pas à la porter.
    La peuple il pourra le voir, dimanche à la Bastoche, mais il aura intérêt à ce que le peuple ne le voit pas.

  24. l'hallebardier_95 dit :

    "Pour en finir avec Mélenchon", chronique de Christophe Barbier dans l'Express,
    à lire ici
    décryptée sur "Arrêts sur images":
    à lire

  25. naif dit :

    papinard33 (723)

    "...il vient de dire qu'il "rentre à la maison" avant la fin de son mandat: à qui ça va servir de l'élire?... "

    Il rentrera à la maison quand la IV ème république sera en route. Si vous votez pour JL Mélenchon n'oubliez pas que vous votez pour le programme du FdG. C'est le B, A BA de notre engagement. C'est le peuple qui prend le pouvoir ! Ne l'oubliez pas ! C'est écrit sur l'affiche en gros et sur le pupitre des meetings.
    Nous avons beaucoup disserté sur le culte de la personnalité dans les derniers billets. Je vous engage à les relire. Ce soir au Meeting vous n'entendrez pas scander le nom de JL Mélenchon mais Résistance !
    Si cela vous rassure, il y aura peut-être un poste honorifique pour sa personne ou peut-être sera t-il dans une fonction exécutive si son engagement le lui permet et surtout si le peuple lui en donne mandat. Pour l'instant il ne peut-être que le dernier président de la V ème république c'est à ce titre qu'il se présente pour mettre en oeuvre les fondements de la VI ème. Aprés nous verrons....
    C'est une nouvelle page blanche....

  26. la pavana dit :

    papinard33 713 et Lalau716
    j'ai moi aussi, été intriguée par les propos de Jean luc Mélenchon et j'ai en effet, déduit que la VI république qui entrera en vigueur rendra caduc la V son président et les qui sait élus en tout cas la fin du sénat......mais un an me semble un peu court...
    dans quel site peut on trouver les grandes lignes de la construction de le VIème république?

  27. jean 28 dit :

    Pour ceux qui voudraient savoir pourquoi les "Chiens de Garde " de Canal+ ne sont pas chauds pour inviter Jean-Luc parce que certainement ils sont touchés par le" au dessus de 30 000 euros on prends tout" car si cette incompétente est à ce niveau, c'est presque certain!

  28. nina dit :

    Je n'en crois pas mes yeux ! Il parait que 28 salariés (oui, salariés mes amis !) montent la garde pour Hollande sur Internet, comptent les clics sur le bog du candidat du Front de Gauche (Le Monde), bref, qu'ils "montrent leurs muscles" sur le Net ! Sans compter tout le reste du staff de comm géré par un boite américainee.... Quand je pense qu'il y a des copains du Front de Gauche qui faute de fric ne peuvent monter à Paris à la Bastille !

  29. DANIELLE 77 dit :

    Le Meeting du Front de Gauche à Clermont-Ferrand en direct ce soir sur le site de humanite.fr

  30. jacques chanéac dit :

    Bonsoir à tous

    Ca me démange en lisant les posts de cette journée et j'en suis navré. Jnsp et quelques autres : Quand allez-vous arrêter de vous (nous) prendre la tête non pas avec des détails mais des sujets qui sont susceptibles d'alimenter la critique ou l'ironie de ceux (et ils sont nombreux) qui ne nous aiment pas et seraient ravis de nous voir nous titiller. ou même plus.
    Tout un après-midi à vous répondre, vous titiller (encore), vous en avez du temps....
    Une énième fois, nous sommes passés de 5 à 10% (et plus... et ce n'est pas fini) parce que ce qui nous sépare est bien plus fort et important que ce qui peut parfois (légitimement) nous séparer... et que je n'ignore absolument pas... Ne gâchez (gâchons) pas tout. Unité, Unité ! Fraternellement à tous.

  31. jean 76 dit :

    pour adrien, vous avez oubliez poutou qui fera au moins 2% car militant syndical!
    sinon oui il pleut dimanche,donc sortez vos parapluis et parka!
    c'est le temps de cerises aussi pour moi avec 35ans de militantisme dont 34 au pcf

  32. turmel jm dit :

    papa @ 709
    Vous avez une excellente idée. Camarades d'Auvergne si vous pouvez, 1 minute de silence eu égard au drame dont furent victimes ces pauvres enfants Belges.

  33. Ydaho dit :

    On en termine avec les "histoires" de pognon... Si le PC était riche, ça se saurait.. Je ne crois pas avoir entendu parlé du "trésor caché" de MG Buffet, ou alors j'ai mal écouté.. Quand aux aides indirectes JNSP, bien qu'une partie servent aussi a la campagne, souvent elles sont utilisés ça et là pour les actions sur le terrain et les militants du PC sont toujours sur le terrain et ça coute de plus en plus cher.. (je n'oublie pas les autres, hein ! ne me faite pas un "procès" lisez tout.. nous parlons de la cagnotte du PC).. Si le front de gauche avait les moyens de payer les trains soyez bien sur qu'il le ferait ! comment rater une aubaine comme celle là ? alors que les caméras de toutes l’Europe seront braquées sur la bastille !
    Barbier... belle engeance que celui là.. Lui et son "compère" Tréhard, étaient a l'époque des 44 jours du LKP les fers de lance de l'audio visuel pour commenter ce qui se passait en Guadeloupe : Je les écoutait et en même temps je suivait minutes par minutes sur canal 10 (internet) d'abord les négociations puis ensuite les manifestations.. et même les "violences"... Ils n'ont jamais commenté ces événement de façons impartiales et ont passés tout leurs temps de paroles a dénigrer ce mouvement, et je ne dit pas le fond de ma pensée.. Ces gens là n'ont aucune crédibilité, ils ne défendent que leur système et s'y accrochent bec et ongles !
    En mon for intérieur, je pense souvent que ces 44 jours sont le ferment de ce qui se passe en ce moment dans "l'hexagone", par contre j'espère que cette fois tous ensemble nous allons marquer l'essai ! Si Jean-Luc Mélenchon va en Guadeloupe, je pense qu'il y sera chaleureusement accueilli... Mais bon, c'est une autre histoire..

  34. Michel Berdagué dit :

    Le Peuple à la Bastille,nous recevons des mails nous indiquant que la mobilisation est telle que les heures sont avancées que le discours de Jean-Luc se fera à l'heure prévue 17heures. Les dernières estimations sont de 40 000; A mon avis largement sous-estimées,un Dimanche, et la progression géométrique du FdG, c'est plutôt à 10 puissance 5 voire 10 puissance 6 pour prendre la Bastille et la Sixième République. Les Communards vont être contents pas de Versaillais à l'horizon.

  35. Antigone dit :

    @723 papinard33
    En fait c'est de la révolution citoyenne dont il s'agit. La constituante va modifier toute nos représentations du pouvoir et du gouvernement. Encore une fois c'est ce qui s'est passé au Venezuela en Bolivie et en Equateur. On va avoir certainent de l'équivalent des conseills locaux de participation populaire et un rôle du accru du parlement. Au Venezuela le sminsitères et les municipalités ainsi que les états on dû composer avec cette nouvelle forme d'organisation (très efficace sur les décisions croncrètes d'ailleurs puisque les gens concernés prenaient leur part de la décision et l'Etat était là pour les financer). C'est une grande modification de nos shémas mentaux de gouvernement qui sont devenus obsolètes et anti démocratiques. Pour l'avoir vécu là-bas, je vous assure que c'est totalement exaltant soudain de reprendre pied et poids dans la décision de la chose publique. Voilà on ne va pas juste élire un homme, on va faire place au peuple.

  36. carlo dit :

    L'éditorial de C. Barbier n'est certes pas tendre à l'égard de Jean-Luc Mélenchon.
    CB lui reconnaît toutefois certaines qualités ("Républicain irréprochable, laïcard intransigeant et patriote lyrique, Jean-Luc Mélenchon a gagné l'estime de ses concitoyens") et, surtout, son éditorial a le mérite d'énoncer une vérité, rarement formulée, que NS et FH auraient intérêt à méditer : "Le succès dans les sondages de [JLM], c'est l'annonce, aussi, des conflits et des tensions qui déchireront à coup sûr la France dès après l'élection présidentielle, au plus tard à l'automne".
    CB fait un bon pronostic mais n'en tire évidemment pas la conclusion qui s'impose, à savoir que pour éviter ces conflits et ces tensions, il faut absolument que Jean-Luc Mélenchon soit élu.

  37. ISABELLE dit :

    Quand Marine le pen refuse de soigner les étrangers,auxquels,elle refuse le geste humanitaire le plus élémentaire ;alors que fera -t- elle de tous les malheureux du monde?J'oserai dire, qu'elle n'ouvre jamais son poste de télévision pour regarder ce qui se passe loin de son nez.Et je dirai qu'elle ne sait rien du role du medecin,car,ce dernier quand il recoit un malade dans son cabinet, d'après Le Pen,il devrait avoir la premiere impression ?type europeen ou type X ;donc à soigner ou à renvoyer; et biensur après vérification,le madecin,qui a preté serment,voir (http://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_d'Hippocrate) aura le lourd fardeau de dire à son patient:" ce n'est qu'un rhume,(et omettra de lui rediger une ordonnace),rentre chez toi;ou bien lui annoncer que cet un cancer et il est préférable de rentrer chez toi, fais tes valises rejoints les tiens pour leur faire tes dernier adieux ;et il est recommandable que tu te fasse inhumer chez toi au risque de contaminer les francais ;c'est inadmissible,c'est cruel de penser comme ca en 2012.Elle, elle est riche? elle ne connait pas la souffrance peut ètre qu'elle n'a jamais été malade,elle n'a jamais eu de rage de dent,j'en doute fort,comment peut- on refuser l'humanisme a l'humain,à une époque ou les chiens et chats ont parfois meilleure vie que certains humains dans le monde.

  38. langoureau dit :

    Hollande vient de faire pression sur nous pour que nous votions utile. Qu'il fasse bien attention, car à force de nous traiter d'inutile parceque nous votons Mélenchon, nous pourrions au deuxième tour, si par malchance le front de gauche n'y était pas, mériter vraiment son mépris, et être des électeurs inutiles en nous passant de nous déplacer aux bureaux de vote. Alors ? on est utile ou inutile, monsieur abstention sur le "Mécanisme de stabilité européenne" ? Et puis, nous sommes utiles puisque plus Mélenchon augmente dans les intentions de vote, plus Hollande propose des mesures de gauche dans son programme !...

  39. Jean-Philippe VEYTIZOUX dit :

    Ce gros "rot" de barbier dans l'Express, j'y suis allé de mon petit billet de blog sur médiapart

  40. Menjine dit :

    Vous avez vu le meeting très important qui va "montrer des inflexions et même promet des annonces", qui sera retransmis, urbi et même orbi sur les chaînes TV ce soir.? A votre avis la retransmission aura-t-elle lieu en direct de Clermont-Ferrand ?
    Mais non... vous n'y pensez pas elle viendra de Marseille !
    Ya pas à dire, vivement l'égalité !
    Je confirme ce que j'ai lu : il faudra des parapluies, il nous reste trois jours pour les décorer !

  41. carole dit :

    Et l'appel de Paul Ariès à voter pour JL.Mélenchon, ce n'est pas rien...

  42. Ydaho dit :

    @J. Chanéac : pour les "titillages" certes tu as raison, mais c'est lassant a la fin d'entendre toujours les mêmes ritournelles a propos du PC.. De son éventuel trésor caché, de sa place a l'intérieur du FdG... Et toujours sont cités en exergue les articles provenant de la presse de droite, comme si tout d'un coup en parlant du PC, elle prenait valeur de "bible", alors que la plupart sont toujours d'accord sur le fait qu'elle est partisane et peu objective ! Et quand c'est la presse dite de "gauche", comme le monde ou libé, hé ben c'est pareil ! On dirait que ces Médias gagnent en crédibilité lorsqu'ils se mettent a pérorer sur le PC !
    Il serait temps qu'a la fin, certains "impriment" définitivement que le PC est partie intégrante du FdG !
    Quand tu dis que l'on est passé de 5 a 10%... Je suis moins d'accord, je pense que l'on est a 10% depuis déjà un bon moment, et que le point de départ du FdG est dans ces eaux là.. Les instituts de sondage, même en ne mettant pas en doute leurs "honnêteté" n'ont absolument aucun "antécédents" a propos du FdG, n'oublions pas que nous sommes "neuf", tout neuf même ! Hors dans les modes de calculs statistiques, une grande part de la fiabilité est obtenus en "corrigeant" les chiffres brut avec toutes les données antérieures, ce qui fait qu'un sondage ne peut en aucun cas anticiper un soudain "attrait" vers un nouveau parti, de la même façon qu'il ne peut chiffrer une désaffection a un instant "T" pour un autre parti, ceci expliquant les scores "a peu près" pour le FdG et le fait que les le pen restent encore assez "haut"... En résumé, on peut chiffrer des variables de 1 a 3%, mais absolument pas des poussées de "fièvres" dans un sens ou dans un autre..

  43. bernard hugo dit :

    Ils s'imaginent pouvoir manipuler aussi la météo. Comme si la pluie nous faisait peur et allait nous empêcher de venir. Il fera beau dimanche sur Paris parce que nous y serons et que du soleil brille dans nos yeux ! Qu'on se le dise.

  44. dlauren dit :

    Joie, enthousiasme, espoir, mobilisation! Merci pour cette fête républicaine et solidaire du 18 !
    Voilà que les français s'unissent et découvrent qu'ensemble, tout est possible. Malheur à ceux qui ont tout fait pour les monter les uns contre les autres, la vague va déferler sur la Bastille!
    Pour affoler les compteurs cliqueurs du net : si chaque fidèle ouvrait et refermait 5,6 voire 10 fois ce blog à chaque passage... les compteurs s'affoleraient...
    A dimanche avec un vêtement rouge !

  45. jnsp dit :

    Quelques uns peut-être plus que ce que je crois sont agacés par le thème fric+aide au transport.
    Peut-être avez-vous raison.
    Mais la chose vraiment inquiétante est la peur que aborder des thèmes gênant pourrait entrainer un affaiblissement du mouvement. Sur ce point vous vous trompez, pouvoir remettre en cause publiquement un mouvement tout en étant favorable à ce mouvement ça fait du bien et....
    ... vous ne voulez pas l'entendre mais pour des gens plutôt hostiles au FdG au départ et bien ça donne une bonne image. C'est plutôt convaincant pour eux parce que ce qu'ils trouvent en face c'est le verrouillage et la peur, ne les imitez pas.

  46. pascal dit :

    le meeting du front de gauche à la télé? mais non, bien sûr, le GRAAAANNNNND meeting d'Hollande. Connectons-nous en nombre sur le site de humanite.fr

  47. ROUSSEL ERIC dit :

    Ici, Grenoble. Il commence ses journées par chantonner "Bella ciao" et connaît notre histoire de France, aime notre pays, notre langue. C'est un ami de loin et de lutte.
    Ce camarade italien est épuisé par toutes ces années Berlusconi, triste du naufrage de son pays. Une Italie effondrée, vaincue, dévitalisée, minée par le pape, les fascistes, la mafia, la corruption à tous les étages. je l'ai vu pleurer à Rome devant le spectacle du salut fasciste sur le perron de la mairie conquise. "Ils n'ont même plus besion de monter sur Rome!"
    Et bien, Umberto débarque à la maison samedi, nous demandant de nous serrer encore plus dans la voiture. Il veut être le témoin de notre prise de la Bastille. "Inimaginable" me confie t-il. "Je veux voir, chanter avec vous, écouter ce Mélenchon qui ose et dit des choses qu'ici semblent enterrées à jamais". Et de conclure: "Faîtes vite, on n'en peut plus! Avec Monti, le seul truc qui fait réagir, c'est la météo!" Il se pointe avec son drapeau et une bonne Buffala pour le voyage!

  48. Jean-Philippe dit :

    (1°) Lu ce jour dans "Libération" ce jour que Stéphane Hessel et Raymond Aubrac appelent à voter CONTRE "le sortant" (qui reste toujours "à sortir" et s'accroche...) et POUR François Hollande... sans rien dire de désobligeant sur la candidature de Jean-Luc...

    (2°) Bon... (heum !) et SI jamais nous n'étions pas au deuxième tour (je dis bien ": "Si jamais...") il nous faudrait quand même réussir AU MOINS à éjecter d'ici à début mai le Sarkozysme... Car, croyez-moi, Sarko - avec toute la puissance de feu dont il dispose - SERA au second tour ! Contre Jean-Luc Mélenchon ou FH... Forcément ! Vous imaginez un deuxième mandat Sarkozyste ? Un espèce de démagogisme sournois bien excluant (limite fascistoïde), "encouragé", flatte-cons, crétinisant donc encore un peu plus "la part de cerveau disponible" de nos concitoyens, laissant pourrir un peu plus les banlieues et "mariner" le chômage ("ça peut toujours servir..."), continuant de masquer le réel, de trafiquer les statistiques des commissariats...et TOUT cela pendant cinq nouvelles années ? Personnellement je ne suis pas prêt à courir le risque d'ACCEPTER "ça" à nouveau...

    Pour dire que... Bref, quel que soit le résultat des courses, ménageons un peu "nos futurs partenaires" (... car nous ne gagnerons pas seuls !) : partenaires dont ce "pôvre" PS, obligé de gauchir la tonalité générale de ses discours peu à peu, grâce au succès résultant du talent de Jean-Luc Mélenchon et de la belle énergie collective du FdG... D'ailleurs Arnaud Montebourg a pris de l'avancement dans la direction de campagne de FH... (Pas bête, le camarade Hollande !)

    Amitié à tous avec l'appel à voter et faire voter pour NOTRE candidat du FdG (au premier ET au second tour, si ça se présente bien... et pour Hollande par...

  49. citoyenne21 dit :

    Hollande reviendrait déjà sur sa proposition de tranche à 75%.....
    PARIS (Reuters) - La création d’une tranche d’imposition à 75% pour les revenus annuels dépassant un million d’euros, proposée par François Hollande, n’est pas destinée à être permanente, a déclaré mercredi Laurent Fabius.

  50. Jean-Philippe dit :

    Fin coupée de mon laïus trop long, plus haut (n°750)

    " Amitié à tous avec l'appel à voter et faire voter pour NOTRE candidat du FdG (au premier ET au second tour, si ça se présente "bien"... et pour Hollande par défaut si ça se présente "moins bien" !)..."


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive