11mar 12

Prenons nos dispositions pour le 18 mars !

L’insurrection c’est maintenant

Ce billet a été lu 120  939 fois.
Cette vidéo a été consultée 25 193 fois

Vous êtes dorénavant trente mille chaque jour à passer me rendre visite sur ce blog ! Je me sens donc un devoir encore plus fort de renouveler mes publications, même si le passage ici va dans toutes les rubriques et pas seulement à la une. Le Webmestre assure fidèlement le service de mise en page et l'écrasante gestion des milliers de messages qui sont postés. Cette note réjouira ceux qui me demandent souvent d'écrire plus brièvement. Mais je ne promets pas que ce soit plus simplement. Car j'écris de retour d'une grosse journée de présence studieuse. D'abord à la réunion du Front de Gauche des sports. Ensuite à la réunion nationale de l'association des associations. Un jour comme les autres : beaucoup de travail et de fraternité militante. Le service de protection rapprochée est parmi nous mais les camarades mettent leur point d'honneur à m'entourer comme avant. Hier j'ai reçu au courrier un cadeau hors du commun venant d'un camarade électeur. Il s'agit d'une plaquette de poésie de Paul Eluard : « Corps mémorables », édition achevée le 24 septembre 1948. La merveille est aussi que l'exemplaire comporte une signature manuscrite de Paul Eluard lui-même. Depuis je suis sur un petit nuage.

Le 18 mars prochain, avec l'appel du Front de Gauche à une marche sur la Bastille, un événement d'un genre nouveau va avoir lieu. Un genre tout à fait nouveau. A quand remonte la dernière manifestation politique, à l'appel d'une organisation politique, sur un mot d'ordre politique ? Je n'en ai pas de souvenir. Mais si je devais fouiller, je me reporterais aux plus chaudes heures de notre histoire : mai 1968, mai 1958. Une autre nouveauté doit être prise en considération. C'est la première fois qu'une campagne électorale se donne un tel moyen d'expression. C'est donc que cette campagne ne ressemble à aucune autre jusque-là. Et s'il en est ainsi c'est parce que jamais une campagne électorale n'a eu lieu dans un tel contexte. L'ampleur de la crise économique et financière en fait une crise politique. La preuve qui le montre et le résume est que, précisément, cet appel à la marche sur la Bastille connaît un grand succès d'enthousiasme. De partout il y a mobilisation, et les initiatives les plus diverses y préparent avec ardeur. De tous côtés, bien au-delà des cercles militants la date est connue et fait parler ! Cela montre qu'il y a une perception au niveau du grand nombre du caractère spécial du moment et que cela doit se traduire par des méthodes d'action qui y correspondent.

Le contenu de la marche est révolutionnaire. Il s'agit d'affirmer notre volonté de tourner la page des institutions actuelles et de passer à une nouvelle République. Une République sociale qui élargisse le champ de la démocratie en France. En ce sens il s'agit d'une insurrection citoyenne. Pacifique, calme, organisée, dirigée vers un objectif respectueux de la règle démocratique du vote au suffrage universel pluraliste. Une insurrection dont le rendez-vous opérationnel est le vote à l'élection présidentielle. Mais une insurrection. En quoi en est-ce une ? Le but et le moyen nous l'indiquent. Le but : le changement institutionnel. Le moyen : l'action du peuple lui-même se dressant contre un ordre inique. S'il en est ainsi c'est que nous partageons le constat de dangerosité du cadre actuel pour régler les problèmes urgents que le pays doit traiter. Le partage des richesses, la démocratie dans l'entreprise, la parité dans toutes les instances de représentation, la souveraineté populaire sur le parlement et de celui-ci sur toutes choses, ne peuvent être réalisés dans le cadre des institutions actuelles. Pire, celles-ci y font obstacle. Cette question ne concerne pas seulement le cadre national. Au contraire notre insurrection civique vise le pouvoir autoritaire qui s'impose à nous depuis les institutions actuelles de l'Union Européenne et contre lesquelles nous sommes rendus impuissants du fait de notre monarchie quinquennale. La gravité particulière et actuelle de la situation résulte de la signature du nouveau traité européen le premier mars dernier. Le gouvernement du pays consent  un renoncement à la souveraineté budgétaire du pays sans même l'excuse de la transférer à une autre instance démocratique. Cela permet de bien comprendre la légitimité de notre insurrection. La constitution de 1793 l'exprime bien : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

A vrai dire, la conduite de notre campagne fait de cette marche une étape à l'intérieur d'une séquence maîtrisée de longue main. Le Front de Gauche a été constitué comme l'instrument politique d'un projet. Je ne parle pas du contenu du programme « L'Humain d'abord » qui en est l'expression à une étape du parcours, celle qui commencerait concrètement avec notre gouvernement. Ce projet c'est d'assumer le sens du refus de 2005 face au projet de Constitution européenne devenu depuis le Traité de Lisbonne sous l'empire duquel nous vivons. C'est le projet d'un changement profond de la règle d'organisation de la société. L'actualité et l'importance d'un tel projet est démontrée par le sort subi par ceux qui ont accepté la règle du jeu actuelle. Il s'agit de la Grèce ! Mais aussi du Portugal, de l'Italie et de l'Espagne, pour ne citer que des voisins. Pour le futur de la France, il faut placer côte à côte le fait que les agences de notations veulent frapper notre pays et qu'un plan d'austérité terrible est programmé par le nouveau traité européen signé par Sarkozy. On devine ce qui attend notre pays s'il ne se prépare pas à résister et à contre attaquer, c'est-à-dire à proposer et à s'appliquer une autre règle du jeu.

J'ai promis, quelques lignes auparavant, un résumé de notre plan d'action dont la campagne présidentielle a été le cadre et l'instrument. Jusqu'en juin 2011 nous avons travaillé au rassemblement des forces de la gauche du « Non » autour d'un programme partagé et d'une candidature commune à l'élection présidentielle. Sur la place Stalingrad, le 29 juin dernier, nous avons lancé ce rassemblement. Puis nous l'avons développé jusqu'à la Fête de l'Humanité. Ce fut la période où le contenu du programme partagé a été bouclé et rendu public. Puis, tandis que se déroulait les primaires socialistes, nous avons ancré notre action sur le terrain. Nous avons permis que son contenu s'incruste dans le sol social du pays en organisant une diffusion massive du programme « L'Humain d'abord ». Ce fut le temps des premières assemblées citoyennes et des premiers meetings de popularisation. Nous sentions que la rencontre s'étendait en profondeur, que le discours touchait une masse de gens. Cette période nous a permis de faire comprendre notre différence d'approche avec le programme d'action du PS. Une démonstration argumentée a ainsi commencé à se diffuser. Elle a forgé des liens solides de convictions et de confiance. Nous avons alors avancé dans les esprits alors même que la tenue des primaires socialiste absorbait pourtant tout l'espace médiatique. Nous avons fini l'année avec le sentiment d'une force grandissante dont attestait déjà le niveau de participation à nos réunions et meetings.

En janvier, forts de cet ancrage, aidés par le succès de l'émission « Des paroles et des actes » sur France 2, nous avons lancé toute notre force dans la bataille contre l'extrême-droite. Compte tenu du processus d'extrême-droitisation dans lequel entrait alors l'UMP et son candidat, chaque pierre lancée atteignait deux cibles à la fois. Cette phase du combat nous permit de gagner en autorité et en confiance. L'affluence exceptionnelle à nos meetings, réunions et assemblées citoyennes, les soutiens financiers nous ont vite montré que nous avions franchi un nouveau pallier de mobilisation et de prise de conscience. L'évolution des propos de notre concurrent socialiste, les postures de notre adversaire de droite nous ont prouvé que le mouvement des esprits les conduisaient eux-mêmes à s'adapter et à valider notre tonalité, fusse à leur corps défendant. En se tirant une balle dans le pied sur le plateau de France 2 et en vacillant, puis en se faisant enfermer dans la position cruelle que l'on connaît sur le droit à l'avortement, la famille Le Pen nous a permis de prendre la main sur elle. Ce succès foudroyant sur le secteur où nous avions pris l'offensive et où nous étions pourtant presque seuls en lice nous a propulsé plus avant dans l'opinion. Et cela est depuis, une source supplémentaire de légitimité et de dynamique. C'est avec ces atouts en main que nous lançons l'étape suivante de notre marche. Le 18 mars est à la fois un point d'aboutissement de cette période et le point de départ de la suivante qu'il s'agit de porter à un plus haut niveau politique ! Celui de l'insurrection civique. A vous mes chers lecteurs de multiplier les initiatives de toutes tailles et de tous ordres pour rendre visibles et désirables l'insurrection que le 18 mars va impulser. A suivre ici et sur le site « place au peuple ».

Une fois n'est pas coutume et j'espère qu'il ne m'en voudra pas, je veux compléter le propos que je viens de tenir par un texte qui m'a paru bien résumer ce que j'aurais aimé dire et ce que je voudrais faire comprendre. Il s'agit de l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin paru dans « L'Humanité » du jeudi 8 mars dernier. Le titre résume bien le lien avec ce que je viens d'écrire : « Insurrection : acte I ».  Comme il y est question de moi, je prie mes lecteurs de me pardonner l'immodestie qu'il y a  dans ce « donné à voir », ici, au milieu de mes propres lignes. Voici le texte de cet éditorial.

« Nous avons allumé la lumière. » Prise isolément, cette phrase que Jean-Luc Mélenchon distille çà et là pour expliquer la démarche fondamentale et presque fondatrice du Front de Gauche peut paraître présomptueuse. Elle ne l'est pas. Héritiers que nous sommes d'une illustre tradition politique qui a toujours marié la justice à l'égalité et fiers – oui fiers ! – de notre axiome marxien adossé aux piliers des concepts républicains, nous entendons cette phrase du candidat à la présidentielle comme l'un des plus beaux symboles du renouveau "de la" politique. Celui du retour à "quelque chose" d'assez sacré : l'Idée. Mais aussi celui du début "d'autre chose" : une gauche à la main ferme. »

« Le peuple a de la mémoire. Alors que nous vivons le temps des remuements essentiels (la crise, le capitalisme, le développement, etc.), nous connaissons l'histoire contemporaine qui, trop souvent, a vu la gauche s'accommoder du "principe de réalité", provoquant ce que certains pouvaient considérer comme un éternel recommencement : une espérance suivie d'une déception… À moins de sept semaines du premier tour de l'élection présidentielle, cette hypothèque sur l'espoir semble levée par la dynamique et la crédibilité du Front de Gauche. Si nous n'aimons guère accorder trop de place aux logiques des sondages, néanmoins, les toutes dernières enquêtes d'opinion réchauffent le cœur et l'esprit et témoignent que le Front de Gauche vient de gravir une marche importante, comme nous le pressentions. Qu'on se le dise, le citoyen candidat Mélenchon vient en effet de franchir la barre des 10% d'intentions de vote ! La gauche de combat, soutenue par un corps électoral solide, est de retour ! Il était temps. Non ? »

« Ne le cachons pas. La verve et l'intelligence oratoire de Jean-Luc Mélenchon ne sont pas pour rien dans l'accélération de ce processus populaire, dont nous ne mesurons pas encore toutes les possibilités. Lui-même le répète à souhait : "Nous défendons des idées, pas un guide suprême ou un leader." Tous les artisans de la campagne du Front de Gauche présents sur le terrain peuvent en témoigner. Grâce à la diffusion dans le corps social d'un discours de très haute ampleur programmatique, associé à l'élaboration d'arguments offensifs qui ne cèdent plus un mètre de terrain à qui que ce soit, tout devient possible, y compris l'appropriation et la diffusion des idées. On ne s'indigne plus seulement, on propose, on politise. L'ambition est si énorme que nous en tremblons de désir. Pour la première fois depuis des lustres, une grande partie du peuple de gauche, jadis déçu, parfois désespéré parce que trahi par la mise en œuvre systématique d'une véritable pédagogie du renoncement, se sent de nouveau concernée. Ce n'était pas "la" politique qui les avait quittés, mais la confiance dans sa capacité à changer leurs vies. Ils savent désormais qu'ils ont un rôle à jouer… »

« Il y a du bonheur à réinventer l'à-venir. Le Front de Gauche, qui voit plus loin que l'horizon et affranchit ceux qui ont souffert d'années d'humiliations, a pour objectif de réveiller et/ou d'éveiller les consciences. En y parvenant, il redonne aussi de la dignité à tous les citoyens, il les aide à devenir eux-mêmes des acteurs d'idées et des propagateurs du bien commun. "Le Front de Gauche, c'est quelque chose de plus grand que nous", clame Mélenchon. Ce quelque chose porte un nom : la révolution citoyenne. Et une méthode : l'insurrection civique. Nous en vivons l'acte I. Tôt ou tard, par la Raison et le Combat, cette insurrection bousculera puis renversera l'hégémonie de la gauche gestionnaire. Oui, la lumière est allumée ! » Merci pour ce résumé si bien dit de ce que nous pensons tous qui nous assemblons de meeting en meeting, de réunions en réunions, de collages en tractages !

Le PS et le Mouvement de Jean Pierre Chevènement ont annoncé avoir signé un « contrat de législature » qui « fonde leur alliance pour 2012 ». On connaît donc le choix de Chevènement un mois après le retrait de sa candidature. Ce n'est pas un accord de coin de table. En effet cet « accord politique et électoral constitue le contrat de législature entre les deux partis et fonde leur alliance pour 2012 ». La centralité de la question  européenne avait déjà été rangée au magasin des accessoires en 2007. Il en est de même cette fois-ci. Un flot de bonnes et saines pensées contre le capitalisme et les autres malheurs du temps garnissent utilement la capitulation sans condition de l'ancienne sentinelle inflexible. Du refus de l'Europe du Traité de Lisbonne, il ne reste que d'émouvants et dérisoires coups de menton favorables à « une parité monétaire plus juste », « un soutien prioritaire à l'investissement et à la recherche pour les PME » et à « une politique de croissance (…) à l'échelle européenne ».

Bien-sûr le PS et le MRC conviennent que le traité récemment conclu est "inacceptable" et "doit être renégocié". Avec le président François Hollande c'est comme si c'était fait. Il s'est bien gardé de leur préciser que son porte-parole a déjà bien expliqué qu'il ne s'agira pas d'un nouveau traité mais d'un texte additif se prononçant en faveur de la croissance. Mais peut-être les chevènementistes n'avaient-ils pas envie de le savoir ou bien même le savaient-ils déjà. Après qu'ils ont rappelé leur opposition à Maastricht, le document ouvre une nouvelle étape qui gomme la précédente. Il déclare que les deux partis « doivent approfondir ensemble leur vision de l'Europe ». Il est temps en effet "d'approfondir la vision", deux mois avant de gouverner ensemble et après qu'on a passé six ans à cela depuis 2005 ! Mais précisément, c'est tout cela qui est fini. Car le texte se propose "d'approfondir la réflexion" jusqu'à un niveau de profondeur  inouï : « en dépassant les oppositions du passé ». Pour moi l'opposition du passé ne peut se régler que sur une seule base : le respect de la décision du vote des français. Mais Hollande ne veut pas de référendum sur le nouveau traité. Et Jean-Pierre Chevènement, docilement, n'en parle plus. 

L'autre volet des reniements est, par contre-coup pour les alliés écolos du Parti socialiste. Car Hollande et son allié se prononcent « pour une politique énergétique innovante en matière d'énergies renouvelables, et vigoureuse en matière d'économies d'énergie ». Ce qui est excellent, mais ne mange pas de pain. Car le même document précise le point de vue du parti de Jean-Pierre Chevènement. Celui-ci estime « qu'il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d'une électricité moins chère et moins polluante ». Comment cela est-il conciliable avec un accord de législature qui l'unit par ailleurs à des gens qui pensent exactement le contraire ? Une telle ratatouille est servie à la veille du premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous n'en tirons donc pas du tout la même conclusion. Car un an après avoir commencé, les effets de la catastrophe nucléaire de Fukushima durent toujours. Cela devrait suffire à montrer l'urgence d'un débat honnête en France sur l'énergie et plus globalement sur la transition énergétique. Et il doit être tranché par le peuple souverain, notamment sur le nucléaire, par référendum. Le Front de Gauche est le seul à le proposer. Je déplore que l'UMP, le FN et le Parti socialiste le refusent. Mais je regrette surtout que l'accord de législature entre le PS et Jean-Pierre Chevènement n'en dise mot. L'importance du sujet devrait interdire que des accords politiciens se substituent au débat public sur le fond et au vote démocratique. Je n'en apprécie que davantage la déclaration de Paul Ariès en faveur de la candidature commune du Front de Gauche. Car s'il est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur bien des points, il n'en reste pas moins que notre position ne demande à personne de renoncer à ses convictions ni au moyen de les voir l'emporter. 

Au final, cet accord fonctionne comme une caricature de la "Gauche plurielle". Car à l'époque on pouvait penser que l'on avait fait pour le mieux en juxtaposant les programmes. Il est vrai aussi qu'on n'avait guère eu le temps de faire autre chose du fait de la dissolution surprise de l'Assemblée Nationale décidée par Chirac. Mais aujourd'hui on a l'expérience des inconvénients de cette méthode. Recommencer une erreur de méthode de sang-froid c'est seulement signaler qu'on est intéressé à obtenir le même résultat. Lequel ? Donner les pleins pouvoirs au parti qui dirige le gouvernement. C'est d'autant plus pitoyable que cette fois-ci le programme ne prévoit aucune sorte de conquête sociale comparable aux 35 heures ou à la CMU, ni aucune conquête institutionnelle comparable à la parité comme ce fut le cas avec le programme de Lionel Jospin.

Du passage de Nicolas Sarkozy dans l'émission « Des paroles et des actes » mercredi, on ne semble avoir retenu trois jours après que ses regrets d'avoir fêté sa victoire au Fouquet's et passé ses vacances sur le yacht de Bolloré. Pourtant, au milieu de ce numéro de repentance très convenu, Sarkozy a fait plusieurs déclarations et propositions qui méritent d'être prises très au sérieux. Elles dessinent un programme du candidat Sarkozy assez sinistre.  Il a notamment annoncé le plus grand plan social de ce début d'année en programmant une nouvelle hémorragie de 40 000 emplois publics. Mais dans les collectivités locales. Sans que cela n'ait visiblement ému grand monde, notamment chez les socialistes, pourtant concernés au premier chef. Personne ne sait d'ailleurs comment Nicolas Sarkozy compte s'y prendre pour qu'un gouvernement supprime ainsi des postes dans les collectivités locales qui gèrent leur propre personnel. Il a d'ailleurs aussi indiqué qu'il allait plus largement « poursuivre la réduction des effectifs de la fonction publique ». Les 150 000 postes supprimés depuis cinq ans ne sont donc qu'un début.

Sarkozy a aussi prévu de poursuivre sa thérapie de choc libérale en intensifiant sa chasse aux "assistés". Il n'a évidemment pas parlé des fraudeurs du fisc que le gouvernement exonère régulièrement de poursuites pénales, surtout s'ils ont beaucoup fraudé. C'est un des constats inouïs du dernier rapport de la Cour des comptes : plus vous volez le fisc moins vous avez de chance d'être poursuivi pénalement ! D'ailleurs Sarkozy a bien rappelé qu'« il n'y a pas eu de cadeaux aux riches ». Ceux qu'il a désignés comme assistés sont les bénéficiaires du RSA dit "socle ". C'est-à-dire ceux qui ne travaillent pas. Pour une personne seule, c'est 475 euros par mois.  Deux fois moins que le seuil de pauvreté. Pour eux, Sarkozy propose de généraliser un travail forcé dit d'intérêt général de 7h hebdomadaire. Jusque-là, le "travail d'intérêt général" désignait une sanction pénale. Personne ne sait d'ailleurs dans quels secteurs devra s'exercer ce travail forcé, et avec quel encadrement. Les gestionnaires du RSA, c'est-à-dire les départements vont ainsi devoir gérer le travail forcé d'un million et demi de personnes. Et le projet UMP précise que des pénalités de 100 euros par mois seront appliquées à ceux qui refuseront le travail forcé. Avec les suppressions de postes prévues par Sarkozy dans les collectivités locales, cela promet ! A moins que le président candidat n'ait justement prévu de faire exercer certaines fonctions des collectivités par les bénéficiaires du RSA.

Ce soir-là, les immigrés étaient aussi dans le collimateur de Sarkozy. L'extrême-droitisation de son discours est désormais très avancée. Il a d'abord affirmé : « Si on ne maîtrise pas l'immigration, est-ce qu'on ne va pas à la faillite ? » Comme Mme Le Pen, il ignore l'étude que l'université de Lille a réalisée pour son gouvernement en 2009 et qui conclut que les étrangers rapportent 12 milliards par an aux comptes publics. Ils touchent en effet pour 48 milliards de prestations chaque année mais reversent 60 milliards en impôts et cotisations. Sarkozy a poursuivi ainsi : « Nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et nous devons en accueillir moins ». Exactement ce que raconte Marine Le Pen. Et pourtant il y a moins d'étrangers aujourd'hui en France (5,8 % de la population) qu'il n'y en avait en 1975 (6,5 %) et en 1990 (6,3 %) ! Mais Sarkozy pense pourtant que « nous devons diviser par deux le nombre d'étrangers que nous accueillons ». Marine Le Pen va encore plus loin et propose de ramener ce nombre à 10 000 entrées par an. Mais ni l'un ni l'autre ne dit comment il compte s'y prendre. 65 000 entrées concernent chaque année des ressortissants européens. Marine Le Pen compte-t-elle interdire aux européens d'entrer en France ? Et ce n'est pas tout. Chaque année, autour de 50 000 entrées concernent des étrangers membres de la famille d'un Français, que ce dernier fait venir. Là aussi comment Sarkozy et Le Pen comptent-ils s'y prendre ? Vont-ils interdire à des milliers de Français de vivre en famille ? Enfin, 50 000 autres entrées concernent des étudiants. Comment y renoncer ? Faut-il rappeler le nombre d'étudiants étrangers qui deviennent des prix Nobel, des médailles Fields ou des médailles d'or du CNRS ? Ont-ils entendu parler du dernier prix Nobel de médecine, Jules Hoffmann, qui était un étudiant étranger avant de devenir français ?

Mais il y a plus odieux encore. C'est la volonté annoncée de Sarkozy de limiter l'accès des étrangers au minimum vieillesse et au RSA. Il a fixé les conditions suivantes : 10 ans de résidence régulière en France et au moins 5 ans de travail. Le caractère universel des droits serait ainsi sabordé. On exigerait des étrangers beaucoup plus que des français pour accéder à des droits sociaux fondamentaux. Les étrangers payent pourtant les mêmes impôts et cotisations que les français. Cette "discrimination", car c'est bien cela que Sarkozy veut institutionnaliser,  est une brèche vers la préférence nationale défendue par le FN. Dès le lendemain Louis Alliot, numéro 2 du FN, s'est d'ailleurs empressé sur « France Inter » de remarquer que Nicolas Sarkozy proposait de légaliser la préférence nationale. Car en effet, celle-ci est aujourd'hui contraire à la loi et même à la constitution qui garantit l'égalité en droits quelle que soit l'origine des personnes.
 


1  138 commentaires à “L’insurrection c’est maintenant”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Naco dit :

    Réponse tardive à Oliv artisan carreleur, 13 mars 14h12. Ton témoignage est important.
    Il est vrai que ce statut d'auto entrepreneur a induit une concurrence parfaitement déloyale entre les petites sociétés sociétés artisanales ou commerciales, soumises elles, à des charges démentielles (quand je vois ce que tu payes en assurance décennale) et ce million de personnes qui se sont inscrit à ce statut, soit pour regarnir une marmite désespérément pauvre, soit pour accomplir un second métier et subvenir aux charges du ménage, soit pour sortir des spirales infernales du chômage. Il est vrai également que ce statut est un ignoble piège, puisqu'il est une façon déguisée de détourner les subventions qui existaient autrefois à la création d'entreprise, pour les assujettir à un fonctionnement qui ne peut se pérenniser qu'en sortant effectivement de ce statut.
    Mais qui a trois sous de cervelle, doit penser que ce problème des toutes petites entreprises, artisanales ou commerciales doit être traité dans leur globalité. Il est vrai que Jean-Luc Mélenchon s'est assez peu exprimé sur ce sujet. Sauf pour dire qu'il allait se débarrasser de ce statut. Idem pour les économistes du Front de gauche, qui sont parfaits pour comprendre ce qu'il se passe à Bruxelles, mais peu expressifs sur les problèmes des micro-entreprises, ou même des scops. Sans parler de certains ici qui ne semblent pas avoir été plus loin qu'écouter les émissions de D. Mermet sur le sujet. Reste qu'il faut trouver des solutions techniques et humaines, pas seulement financière, et vite. Car la droite ne va pas nous louper la dessus, ni FH, qui semble avoir décidé d'évincer ces sujets.

  2. gabriela desde Uruguay dit :

    Je suis totalement émue: Je viens d'apprendre qu'un papa avec son fils iront à la Bastille en avion. Vu les prix du train, quelques 30 € de plus et hop! On vient même en avion pour un rassemblement, pour moi, c'est du jamais vu.
    Le climat cependant peu être un facteur importante. Bon, comme ça on va mesurer vraiment le dégrée d'engachement du peuple dans cette lute, n'est pas? Si je pouvais me payer 1300 € pour un avion j'y serais aussi... Mais 15 000 Km c'est trop. S'il vous plaît, est-ce qu'il aura un streaming pour la marche aussi ou seulement pour le meeting?

  3. l'ergonomiste dit :

    Il faut passer à la vitesse supérieure. Il faut imposer la dynamique du FdG.
    Dites-moi si j'ai tort, mais j'ai l'impression que Jean-Luc Mélenchon "observe" les débats en ce moment.
    Pourtant il a réussi à imposer des thématiques fortes, mais le plus difficile maintenant est de continuer à les imposer encore plus profondément.
    Le travail d'éducation doit maintenant déconstruire l'écran de fumée des grands partis qui ne veulent rien "changer" mais seulement "gérer".
    Ne vous en déplaise, la thématique de la 6eme république (qui me me plaît beaucoup par ailleurs) n'a que très peu de chance de se retrouver au centre de la campagne. Elle est malheureusement trop abstraite pour le moment. Jean-Luc Mélenchon risque de rester à la périphérie des préoccupations de la majorité des français.
    Car il ne faut pas être aveugle: Les français ont surtout peur de l'avenir, peur pour leur boulot. peur pour leur bien-être personnel (eh oui c'est comme ça).
    Je vais vous paraître idiot mais puisque Sarkozy a piqué une idée du FdG, eh bien je propose que Jean-Luc Mélenchon fasse de même et leur pique l'idée du "pouvoir d'achat".
    Car les propositions contenues dans le programme du FdG sont là pour justement améliorer le "pouvoir d'achat" des français en augmentant le SMIC, en rééquilibrant les tranches d'imposition, etc.
    Ce serait un formidable coup médiatique ! Le président du soi-disant "pouvoir d'achat" attaqué sur ses terres par les propositions du FdG. La réponse du berger à la bergère.
    Je suis certain que cela tournera à l'avantage du FdG et mettra Sarkozy face à son bilan, ce que personne n'a réussi à faire jusqu'à présent de façon intelligente. Jean-Luc Mélenchon a toutes les capacités pour le faire et nous rendre fiers...

  4. jeanmarc dit :

    A propos des vidéos:
    D'abord, merci à tous ceux qui donnent des liens
    Les transmettre autour de soi, c'est le meilleur support de campagne
    Mais on peut améliorer; parmi nos correspondants, certains ont peu de temps, d'autres maîtrisent mal, d'autres ont de vieux ordi qui ne captent pas Dailymotion
    Si on s'organisait? Il faudrait qu'on dissèque chaque vidéo, pour savoir quels points particuliers sont abordés et ne plus se contenter de citer le discours de Villeurbanne, celui de Nantes, etc...; si possible avec indication du tempo.
    Par exemple: pour les langues régionales, il y aurait Bastia; pour les croyants....., pour les enseignants.....
    Il ne s'agit pas de confiner nos correspondants à un seul thème, mais à partir de ce thème, ils auront la curiosité de
    chercher d'autres thèmes.
    nota- il m'est arrivé de dire à certains, cherche sur google! Catastrophe, google a choisi de mettre en premier les vidéos où Jean-Luc s'énerve.

  5. @576 naif
    Il y a je pense un malentendu. Je pense le même chose que toi sur Rocard et le reste !
    Je pense que tu as lu sur marianne 2 la lettre de l'écrivain Makridakis,dont le lien a été aimablement mis ici sur ce blog par 563 jppl
    Je ne voulais pas dire autre chose que ça, et que la grèce est effectivement un laboratoire à l'échelle du continent européen.
    J'espère de tout mon cœur qu'il n'est pas trop tard !
    Liberté, égalité, fraternité

  6. dan dit :

    C'est avec plaisir que je vois les idées du Front de Gauche s'emparer des esprits, mais je ne sais pas pourquoi, mais autant il y a quelques mois "Place au peuple" était un slogan qui me parlait, autant ce matin c'est plutôt "Pour une République sociale" qui m'anime...

    Résistance.

  7. citoyenne21 dit :

    Quels sont donc les mobiles de Sarkozy pour reprendre ainsi une idée du Front de Gauche sur les exilés fiscaux ?
    Soit il ne croit pas tant que ça en sa réélection (il peut être tout autant nuisible si pas réélu en siégeant au Conseil Constitutionnel, ce qui lui permettrait de bloquer les propositions de la gauche élue) et quitte à chuter, autant entrainer Hollande avec lui, en permettant au candidat du FdG de se tailler la part du lion ! soit il est complètement déphasé et est prêt à tout pour être réélu, quitte à prétendre vouloir appliquer le contraire de ce qu'il a fait en 5 ans (parole parole) ! J'imagine qu'un Copé doit bouillir après une telle annonce !

  8. Séb44 dit :

    Citoyenne 21 et tous.
    Voilà l'intérêt de voir Sarkozy reprendre une idée du Front de Gauche.
    C'est la première fois, qu'il existe un sondage sur une proposition du programme "L'Humain d'abord" et qu'il s'agit d'un plébiscite: 71% pour une taxation des évadés fiscaux!

  9. yohan dit :

    Bonjour, habitant non loin de Fougères et ayant été salarié de la SAGEM, la mise en scène politique du candidat Sarko m'a fait rire (et le parti pris de Ouest France aussi), cette entreprise fait travailler depuis longtemps beaucoup d'intérimaires et surtout des femmes. C'est plaisant de voir qu'il reprend l'idée du front de gauche de taxer les exilés fiscaux.
    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Nicolas-Sarkozy-en-Ille-et-Vilaine.-Les-points-forts-de-sa-visite-en-videos_40823-2054767------35115-aud_actu.Htm

  10. Agua Buena dit :

    A lire ici une contribution d'un lecteur des Inrocks, incitant ce journal, maintenant qu'il se montre mieux disposé à l'égard de Jean-Luc Mélenchon, à aller voir au-delà, et s'intéresser au Front de Gauche.

  11. marj dit :

    @578 Boris

    Je suis d'accord avec toi, on ne pourra pas échapper à la réalité, tôt ou tard nous serons la seule alternative. Comme dit JL Mélenchon, le peuple Français pourrait se passer de 9 plans d'austérité (si l'on regarde ce qui se passe en Grèce) mais à chacun de faire son chemin, malheureusement certains sont plus lents que d'autres..
    En attendant,le 7/9 de France Inter continue de faire campagne pour F Hollande.

  12. citoyenne21 dit :

    @Seb44 : Oui mais cette proposition n'attirera pas du tout ses électeurs de 2007, ceux à droite toute déçus, qui vont justement se jeter sur Le Pen et qui trouvent complètement toquée cette proposition ! Ecoutez-les vociférer à droite, ils ne supportent pas qu'on les empêche d'être libres de s'en foutre plein les poches et de garder leur pognon bien mérité pour eux tout seuls et ceux-là ne voteront pas pour lui après une telle annonce ! Si Jean-Luc Mélenchon propose la même chose à gauche, en quoi cela changera t-il la donne pour lui ? Il espère tout de même pas draguer les électeurs de gauche !

  13. Séb44 dit :

    Citoyenne 21.
    Je pense que NSarkozy est mal conseillé: peut-être aurait-il voulu faire une Nième loi pour que ce ne soit pas possible, mais pris sur le vif, cela aurait été trop gros et donc les électeurs volatiles ne se retournerait pas vers lui.
    En faisant cela, il pense affaiblir FHollande, parce qu'il est sûr que pour le 2nd tour ils se rencontreront et qu'il "gagnera" face à lui.
    C'est là, où il est mal conseillé, parce qu'en fait il s'affaiblit et nous renforce (FdG), et n'a pas encore compris que Jean-Luc peut être au 2nd tour et remporter l'élection présidentielle.
    Donc, nous sommes d'accord sur le constat, et mon message précédent servait à illustrer vos propos.
    Bonne journée camarade.

  14. Alain Tétart (60)(73 ANS) dit :

    La VO des idées pour l'humain d'abord, c'est le Front de Gauche avec Jean-Luc Mélenchon,
    tous les autres qui piquent des idées, Sarko,Hollande, Le Pen, ne sont que des adaptations, nous on veut la VO , donc nous voterons Jean-Luc Mélenchon.
    La VO c'est un smic à 1 700 Euro,
    La réquisition des 2 millions d'appartements vides,
    La construction de 200 000 logements sociaux neufs par an,
    La transformation des 750 000 CDD publiques en CDI,
    L'imposition des grosses entreprises supérieure à celle des petites entreprises,
    La création d'un pool bancaire pour favoriser la création d'entreprises nouvelles (fonds de trésorerie compris)
    La participation de tous au budget de l'état sur une base juste, (même si ils sont à l'étranger)
    Le salaire maximum à 360 000 Euro par an,
    L'écart maximum de 1 à 20 pour l'échelle des salaires dans une entreprise,
    Les loyers diminués de 20 %,
    La retraite minimum à 80% du smic,
    La retraite à 60 ans,
    Le remboursement à 100 % de l'IVG, et la gratuité des moyens contraceptifs pour les nécessiteux !
    etc,etc,etc....Ces idées sont forcément bonnes puisque Sarko, Hollande, et Le Pen les reprennent ! donc je voterai pour la VO de ces idées au premier tour, car en démocratie pour une élection à deux tours, on vote pour ses idées au premier tour et on élimine au second ! Je vote donc au premier tour pour Jean-Luc Mélenchon et le front de gauche, car ils auront les moyens de faire appliquer leurs idées, écoutez le, lisez le, et regardez le et vous en serez convaincus !
    Voici chers amis du Front de Gauche le message que j'enverrai début avril à TOUS mes contacts (158) en leur demandant de faire suivre et encore une fois, 3 jours avant le Premier tour

  15. ETIENNE dit :

    @tous
    des averses prevues sur PARIS ce dimanche......Priere de s'équiper en impers, parapluies ou maillots de bains....HAUT LES COEURS LES SANS CULOTTES!

  16. hansen dit :

    Nous serons à la Bastille toute la famille (avec mes 5 enfants) pour leur donner le goût de l'engagement et de l'ardeur militante...Cependant (car il y a un ""mais qui j'espère ne gâchera pas la fête) je demande aux organisateurs de cette magnifique marche d'être très vigilants au niveau du service d'ordre. Il y a tellement de gens en face (je nous laisse imaginer qui) qui auraient intérêt à ce que cette manifestation soit perturbée par des provocations et dégènère pour montrer combien le Front de Gauche peut engendrer la violence en lien avec la personnalité de Jean-Luc Mélenchon.
    Pour que celà n'assombrisse pas cette si belle idée de fêter cette magnifique ancienne et future Commune de Paris...
    A dimanche.
    Un peuple uni est invincible !

  17. citoyenne21 dit :

    Le FdG donc renforcé grâce au subtil machiavélisme d'un Sarkozy, persuadé d'être de nouveau le number one, face à un hollande atrophié !
    En résumé, cela n'inquièterait donc nullement Sarkozy que la lumière soit, pour un temps (pense t-il), projetée sur notre candidat, car il est tellement persuadé qu'il ne pèsera pas assez lourd au point d'être présent au second tour, que prendre ce risque en lui piquant une idée, plébiscitée par 71 % de sondés, ne lui semble pas le mettre en danger mais il oublie qu'à ce petit jeu, il risque de se faire piéger et d'ailleurs en a t-il seulement conscience ?
    C'est là qu'on va se marrer...
    Bonne journée à tous

  18. Merci à Menjine, 492, pour le lien vers le thème "Planification écologique". Personnellement, je reste un peu sur ma faim, j'ai déjà entendu tout ça. Par contre, ça me fait un lien rapide à passer aux copains dont c'est la préoccupation principale.

    Le lien exact est là

  19. Barbatruc dit :

    Cessons de regarder le cirque des sondages, qui finissent par prendre plus de place que les propositions des candidats! réclamons un véritable débat d'idée entre tous les candidats, sans favoritisme des médias selon le sens du vent du moment! Signez la pétition pour un débat avant le premier tour entre tous les candidats, et FAITES TOURNER! C'est notre election, notre avenir, notre pays.

  20. Patrice C. dit :

    Bonjour à tous,
    2 de plus à Paris j'irai avec un ami à moi il y a des bus au départ de Lyon.
    Après super menteur Chirac, voici Hyper menteur Sarko : je ne toucherai pas à la retraite à 60 ans, je n'ouvrirai pas le capital EDF-GDF et lors de son meeting à Villepinte le pompon : je suis pour le protectionisme.
    C'est un peu comme si Mélenchon disais je suis pour l'ouverture des marchés.
    Il se fout de qui ? HONTE à lui de mentir comme ça au Français, sans parler de son mépris au peuple qui avait voté NON au traité constitutionnel en 2005 ratifié un an après par ses soins.
    Pour rappel sur la couverture de Paris-Match on pouvait voir Sarko et FH se serrant la main.

  21. bonnet dit :

    Monsieur
    Il y a un débat actuellement sur la question de l'autisme et la psychanalyse.C'est un peu à part dans les préoccupations de cette campagne,certes, mais pourtant,la question de l'humain y est centrale.Quel est votre position?Avez-vous lu les derniers travaux de Marie-jean -Sauret ou Pierre Bruno concernant ces questions?Savez-vous combien la Psychanalyse est actuellement mise à mal?Je suis pour ma part psychologue et
    psychanalyste,vous ai déja écrit."l'humain d'abord " et les autistes sont à soutenir "humainement"....
    Je soutiendrai le front de gauche à toulouse le 5 avril.Véronique Bonnet

  22. Zapping dit :

    Des extraits de l'émission "Mardi politique" avec Jean-Luc Mélenchon sur rfi et France 24 sont publiés sur le blog :
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/03/13/invite-de-mardi-politique-sur-rfi-et-france-24/

    Hauts les coeurs ! Ardents à la lutte ! A la Bastille !

  23. JaB dit :

    Le 18, sur LCP retransmission en direct à 16 h du discours de Jean-Luc Mélenchon place de la Bastille. Pour ma part, à l’aide de mon mobile je diffuserai aussi en direct et depuis 11h des points et autres micro- évènements de la marche. Samedi, ici et ailleurs, je donnerai le lien sur Internet du stream émanant de mon tel. Pour ceux manipulant un petit peu les nlles technologies, je les invite à faire de même pour dé-multiplier sur la toile les points de dif tout au long de la journée. Ici des outils gratuits pour faire çà et là aussi un plus grand choix.Si un nombre conséquent de points de diffusion pouvait se mettre en place, on pourrait en faire une liste de liens.. Histoire déjà, que tout ceux qui ne peuvent être présents se sentent au cœur de l’événement, et pour les autres.. d’apprécier la clameur.

  24. Antraigues dit :

    Coûte que coûte, je serais dimanche 18 à la Bastille. Bougeons nous ! Le front de gauche, c'est notre dernière chance.

  25. Lecabestan dit :

    Je comprends que devant l'inégalité (le mot est faible) des temps de parole le Front de Gauche privilégie la diffusion de son programme et notre formation accélérée. Mais à défaut d'y consacrer du temps de parole, l'information ne nuit pas car c'est un argument contre nos adversaires.

    La corruption est à la base du système Sarkozyste, corruption au plus haut niveau dont les contours se précisent au point que l'ancien avocat général s'exprime sur le sujet et que les juges commencent à trouver l'argent !

    Mediapart démonte la machine médiatique de sarko et cite la position du Front de Gauche à travers son porte parole, Ian Brossat qui : estime que les révélations de Mediapart « sont accablantes et montrent combien le système Sarkozy est pourri jusqu’à la moelle ». « Une odeur de soufre règne autour de Nicolas Sarkozy. » La réaction du chef de l’État ne l’étonne pas : « Il balaye toujours d’un revers de main les affaires qui s’accumulent, mais elles lui collent à la peau comme un sparadrap. »

  26. paloma dit :

    Le 18 mars, il me semble que si la SNCF ne comprend pas ce que nous faisons, il faut qu'on l'aide à comprendre.
    Pourquoi, centaine par centaine, ne pas monter dans le train et nous agréger au cortège de gare en gare.
    Voilà... on peut même mettre 10 euros chacun comme pour les meeting de l'UMP.
    Et surtout, il faut se dire que c'est pour son bien, pour sa bonne compréhension de ce que devrait être le service public....
    De toutes manières, le temps pour le contrôleur de verbaliser tout le monde, il y aura déjà 100 personnes de plus montées à la gare suivante. Pour moi, c'est jouable. non?

  27. J-jour dit :

    @Malek @bannie fil 10

    C'est pas les vacances c'est l'histoire de France
    C'est pas qu'une élection c'est la fin des moutons
    Qu'on emmène et qu'on tond c'est la révolution
    Nous ne bêlerons plus à la gloire des bergers 
    Qui nous vendent aux loups une fois le jour passé

    C'est pas les vacances c'est l'histoire de France
    C'est pas qu'une élection c'est la fin des moutons
    Qu'on emmène et qu'on tond c'est la révolution
    On sait que les troupeaux ça finit en chaos
    On sait que les troupeaux c'est le lit de la haine
    Nous c'est la vie Humaine et on n'est pas couché
    Nous c'est non à la peine pour gaver les rentiers
    Nous c'est non aux traités qui nous jettent
    Pieds et poings liés au gré des financiers

    C'est pas les vacances c'est l'histoire de France
    C'est pas qu'une élection c'est la fin des moutons
    Qu'on emmène et qu'on tond c'est la révolution
    Citoy-en-ne

  28. mathias95 dit :

    Pourquoi reprent-il l'idée de Jean-Luc Mélenchon ? Parce que cette idée est d'adord largement plébiscitée par plus de 70% des gens qui trouvent scandaleux que les exilés, les plus riches, puissent bénéficier des avantages de ce pays et pouvoir en fuir les "inconvénients". Parce qu'il devient insupportable au monarque et aux libéraux du gouvernement qui adorent les US, de citer ce pays en exemple et de ne pas appliquer les mesures qu'il préconise ! De ce fait, l'argumentation développée par Jean-Luc Mélenchon à fait mouche dans l'opinion et se retourne contre le président des riches qui n'a pas d'autre choix que de la reprendre. Il faudrait aussi revenir largement sur l'article qui prévoit de juger les responsables qui auront, de par leurs actions, travaillés contre l'intéret de leur pays....Inutile de parler de la campagne pitoyable de F.H, bête à pleurer, qui passe son temps, avec 30 ans de retard, à singer F.M.!

  29. J-jour dit :

    @Bonnet
    Je suis tombée sur cet article fourre-tout dont j'avoue ne pas comprendre la logique si ce n'est de taper sur la psychanalyse et la gauche sous prétexte de défendre l'autisme.

  30. jonathan dit :

    Ce matin le soleil brille sur la ville de Clermont-Ferrand comme il brille dans mon coeur. La capitale des Arvernes retient son souffle en attendant le grand meeting régional de ce soir. Nous allons remplir pour la première fois le Zénith d'Auvergne et ainsi faire honneur à notre invité comme à tous ceux qui se démènent aux quatre coins de la France pour faire de cette grande Idée (la révolution citoyenne) une réalité matérielle. Et bien sûr nous nous retrouverons tous ensemble dimanche prochain à la Bastille pour faire tonner dans notre belle capitale les slogans de notre insurecction civique! Vive la VIème République sociale, écologique et féministe! RESISTANCE,RESISTANCE, RESISTANCE!

  31. Républicain Gascon dit :

    Grande figure du Socialisme et de la République, Didier Motchane apporte son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon

    Communiqué d’Eric Coquerel, Conseiller spécial de Jean-Luc Mélenchon

    "De plus en plus nombreux sont les républicains de gauche à soutenir le Front de Gauche individuellement ou à travers l’un des partis qui le composent. Mais le soutien affiché aujourd’hui par Didier Motchane à la candidature de Jean-Luc Mélenchon est d’une grande portée. Didier Motchane représente en effet toute la légitimité historique d’un responsable politique qui a cofondé le CERES avec Jean-Pierre Chevènement, le Parti Socialiste d’Epinay pour lequel il a été secrétaire international et député européen, le MDC puis le MRC.
    A travers ces différents engagements partisans, cette grande figure du socialisme et de la République n’a jamais varié dans ses convictions. Il s’agit d’un de ces “résistants à l’ordre établi capitaliste”, pour reprendre ses termes, que le Front de Gauche entend incarner. Il nous dit les raisons de son soutien : “dans l’ensemble, les déclarations et propositions de Jean-Luc Mélenchon correspondent à mes convictions. Elles sont celles qui conviennent à la France d’aujourd’hui. Je retrouve l’esprit du socialisme chez lui et dans sa campagne. Voilà pourquoi je le soutiens”.

  32. YellowZlabya dit :

    Bonjour !
    Je suis exigeant avec la campagne du FdG. Pour l'instant, je la trouve bien. Par contre, si j'ai un message à faire passer à Jean-Luc Mélenchon et l'équipe, arrêtons avec ces numéros d'autosatisfaction sur "Oui, on reprend nos propositions !". Faut mettre le doigt là où ça fait mal pour Sarko : "exilés fiscaux ? Et la liste que je vais citer, tous ces gens là sont en connivence avec vous, Monsieur Sarkozy. " Je me rappelle d'une discussion avec des amis : "Vous verrez, s'il le faut, Sarkozy deviendra communiste, il fera des propositions du FG". Personne ne m'a cru.
    Il faut faire une fixation sur le brouillage politique que met en place Sarko. Il faut taper sur lui et passer à une nouvelle séquence.
    La nouvelle séquence : détruire le PS ! Quitte à nous fâcher avec le PC : on a attaqué le FN, faut asséner ses coups sur le PS maintenant !

  33. Patricia Donars dit :

    Amis insurgés, qu'il est doux le vent de la révolte... Moi qui suis entourée de quinquas-sexas cacochymes et tamalous, de jeunes mous du genou, je désespérais de ne pas observer de mouvement aussi fort depuis une trentaine d'années... A quand remonte une manifestation politique d'une telle envergure ? Les violences sociales faites au peuple de France depuis des décennies ne peuvent plus durer, et les internautes présents sur ce site expriment leur désir de vrai changement de manière tellement vibrante... La marche sur la Bastille sera HENAURME et méfions-nous d'une météo annonçant vent et pluie pour ce dimanche : info ou intox ? De toutes façons, comme toute insurgée qui se respecte, je serai armée... de mon parapluie !
    Hasta la victoria !

  34. rienamoi dit :

    le 15 mars "des paroles et des actes" Copé face a Hollande:-"Alors Takieddine,Kadhafi...?"-"Alors Guerini,Dalongeville...?"

  35. nicotine dit :

    Ceux de Toulouse qui ne peuvent faire le voyage dimanche prochain à Paris se consolent en sachant que le 7 Avril verra la place du Capitole aussi noire de monde que celle de la Bastille. Tout mon soutient, ma solidarité et ma gratitude aux militants qui oeuvrent sans faille, à Jean-Luc Mélenchon de parler en mon nom et, dans la foulée, un grand merci aux communistes qui ont fait le meilleur choix.
    une "invisible smic-cdd"

  36. Pour donner du courage à celles et ceux qui ont encore des doutes sur l'arrivée de Jean-Luc au 2 ème tour, sur le CANTON de SAINT-REMY-SUR-DUROLLE, aux cantonales de 2010, le Front de Gauche a obtenu 21,3 % des suffrages et au second tour 35,9 % de ceux-ci. Et notre "adversaire" était un socialiste.... POUR UN JEUNE PARTI, dans une terre de gauche, IL FALLAIT OSER : la devise actuelle :NE PAS ATTENDRE LES CONSIGNES. Ce soir : meeting de Jean-Luc MELENCHON avec André CHASSAIGNE, je pense qu'il va falloir pousser les murs du Zénith d'Auvergne, à demain pour vous raconter.

  37. Cancel dit :

    Un véritable homme d’état semble émerger. Comme quoi, la nature a horreur du vide.

  38. Michel Berdagué dit :

    J-jour (631) à 10h19,Oui Gérard Miller soutient le Front de Gauche et son Candidat Jean-Luc Mélenchon,et cela dès les premiers jours, c'est de pure logique puisque ce psychanalyste,professeur à Paris 8,comprenant les enseignements de Jacques Lacan,a écrit-très jeune- en 1975 " Les pousse -au-jouir du maréchal Pétain" et avec une préface de Roland Barthes. Alors que dans cette période on nous serinait à longueur d'antenne que la bête immonde était définitivement KO, et que "l'ennemi" était le communisme Gérard en frère courage a pointé le regard sur les heures sombres des années 40.Oeuvre d'historien et d'analyste pour démasquer les mécanismes du pire enfouis.Au début du 21ième siècle,les Accoyer -docteur-,le guerrier de la civile,ont depuis qqs temps essayé de faire passer les évaluations avec la sponsorisation des comportementalistes -TCC-,il avait été recalé grâce à la résistance de la psychanalyse qui a toujours été attaqué dans notre pays,mais là ça vient d'outre-atlantique,et ce n'est pas fini.
    Que Jean-Luc Mélenchon,républicain,laique,ouvert,littéraire,professeur,écrivain,et penseur,laisse la psychanalyse toujours en recherche se développer montre sa grande humanité qui est dans la chaïne signifiante et symbolique,celle des Lumières.
    Vive la Révolution Citoyenne.A la Bastille,reprenons là.
    Au fait essayez de joindre l'Usine pour avoir l'affiche très rouge à la Bastille,le 18, elle est superbe,il en reste un stock énorme,gratuit (ou peu onéreux)vous aurez "un collector" qui fera date.

  39. tchoo dit :

    Je viens de regarder l'interview d'Eric Cocquerel sur M6/RTL
    Bravo!, son ton modéré mais ferme et sa parfaite connaissance des dossiers sont tout à l'avantage du FdG!

  40. ventdebout-38 dit :

    Sarkozy, nous le savons tous, est prés à tout pour être ré-élu car en fait il n'a pas d'autre choix. C'est cela ou la prison. Et oui, en effet, nombres de dossiers l'attendent à la sortie du palais, le jour même de la passasion du pouvoir. Que la JUSTICE passe enfin.

  41. moser dit :

    Continue fort Jean luc,Toi qui aime Eluard je te signal que le manuscrit original du poême "Liberté" se trouve au Musée de la Résistance Nationale à Champigny si un jour tu as le temps on se fera un plaisir de te le présenter.Une remarque si vous allez sur le site des locations d espaces à Villepinte le maximum possible est de 30 000 places debout et ils étaient assis! 2e remarque,attention les sondages et les signatures à le pen sont là pour nous refaire le scénario usé du vote utile, ne quittons pas le terrain des programmes.On les auras tous! A la Bastille dimanche même si il neige!

  42. Poncet dit :

    YelowZlabya (634) je ne vois pas l'intérêt d'attaquer le PS. Au contraire. Laissons François Hollande cueillir les voix de droite qui n'iront pas à Nicolas Sarkozy. Occupons nous des voix de gauche qui n'iront pas à François Hollande.
    Un second tour François Hollande / Jean-Luc Mélenchon, quoi de plus intéressant ?

  43. dany dit :

    Bonjour,
    mon message n°633 est toujours en attente de modération alors que j'ai validé le 17 fevrier l'adresse de ma messagerie,et là je ne reçois pas d'instructions....quel est le probléme
    Merci au webmester de me répondre et bon courage

  44. Charles dit :

    @citoyenne 21 seb 44 et co... sur la fiscalité des"exilés"...
    Il y a probablement aussi un choix tactique, au delà du fait que 70% approuvent cette mesure: ça fout le PS dans la mouise, d'une part, parce que s'il reprend ou approuve il s'avoue à la traîne des "idées" de NS (sans compter que du coup, il se retrouve "en sandwich" entre cette proposition qui vient du fdg et celle de l'UMP), mais surtout, je crois que NS choisit consciemment de "légitimer" les propositions du FdG dans le but de réduire le score du PS, voire, le faire perdre au 1er tour car je ne serais pas étonné qu'il pense que pour lui, un second tour ns-jlm serait plus "facile" à remporter que NS-FH...
    Si c'est ce calcul là qu'il fait, ce serait tout bon pour nous, et il risque d'avoir une drôle de surprise...Mais bon, va savoir avec ces spécialistes des coups tordus ce qu'ils sont capables de nous concocter....

  45. Michel Berdagué dit :

    YellowZlabya (634) à 10h39 "...quitte à nous fâcher avec le PC..." ?, c'est une erreur,je ne vois pas en quoi le PC serait fâché si les soc-dem-lib se retrouvaient avec un "score" de Monsieur X -Defferre- avec qqs 5% environ et qu'il retrouvasse les scores de Jacques Duclos et au dela, avec le Front de Gauche,force politique qui compte enfin et réunie pour construire,cette force est loin d'être éphémère;
    Quant à détruire le PS loin de Nous de s'occuper et de passer du temps à se battre,déjà qu'il est en panne avec toutes ses contradictions,et que nous avons déjà fort à faire avec la droitisation de la droite collaborant avec son extrême du pire.

  46. sergio dit :

    @ Maddy : très heureux d'apprendre un si beau score chez vous, mais vous n'indiquez pas le département qui doit être un de ceux de la région Auvergne, vu la chance que vous confiez d'aller voir nos deux anciens challengers du FdG réunis pour sa victoire aux présidentielles au meeting de ce soir. Il va falloir nous habituer aux deux chiffres et surtout à des chiffres bien bien supérieurs à ceux des "sondages-medef-ump-Cac40".
    Ayant parfois des surprises avec mes posts, partis trop tôt ou effacés intégralement, par une mauvaise manip, je suis un peu gêné de leur allure invertébrée par moments.Tant pis ; c'est le flux de l'instantané par rapport à l'écrit "dur" mieux maîtrisable.
    Quand j'évoquais le parallèle entre l'agressivité d'Elkabach sur europe1 à l'égard de Jean-Luc Mélenchon, j'aurais par exemple dû la faire correspondre avec celle de Sarko dans son cynisme et sa vision belliqueuse du monde.
    La vulgarité de Sarko tient à son manque de respect des non-friqués (90 % des citoyens), à son goût pour l'ostentatoire bling-bling et à sa cupidité personnelle de vautour. Celle d'Elkabach a à voir dans l'exercice de son métier de journaliste avec son incivilité, sa bassesse dans le mépris viscéral pour ce qu'il ne comprend pas ou pour ce qu'il réprouve.
    Globalement, à moins que je ne me trompe, j'ai l'impression que la plupart des médias, à l'opposé de cet anti-communiste archaïque et obsessionnel, commencent à respecter le FdG et ses porte-parole.
    Très bon signe parmi les multiples signes avant-coureurs du 18 Mars et des scrutins à venir !

  47. dany dit :

    Oups!Mille excuses au webmester,mon com ne passait pas à cause d'une erreur adresse messagerie
    @628
    nous sommes nombreux sur ce blog à penser comme vous,sur le site de Place du Peuple et autres twiter également
    c'est insupportable de constater que nombreux seront absents le 18 faute de moyens !
    Si "l'insurection c'est maintenant" cela ne doit pas rester un slogan.
    il est encore temps de se regrouper dans les gares et d'exiger de la sncf des voyages pour la Bastille à 10 euros
    (tarif ump)
    IL doit étre encore possible de s'organiser par les réseaux sociaux pour que personne ne soit exclus de la prise de la Bastille,programmez un rendez-vous dans les gares créera un rapport de force et les contrôleurs pourront
    tourner la tête ailleurs.......
    Bon courage à tous et
    le 18 appliquons :la RESISTANCE citoyenne

  48. ginette dit :

    pour les personnes intéressées par les débats actuels des psychanalystes et des psychologues, je vous mets un lien
    http://www.collectifpsychiatrie.fr/
    Il y aura une table ronde à Paris samedi et le front de gauche sera représenté

  49. 18 mars, reprenons la Bastille ! François Delapierre, directeur de campagne de Jean Luc Mélenchon, explique comment se présentera le cortège de la marche du 18 mars. Le cortège sera à la fois festif et composé de travailleurs, notamment d’entreprises en lutte. « On veut que cette journée soit un rassemblement joyeux, le symbole d’une nouvelle impulsion. Pas simplement un meeting, mais une marche dans laquelle chacun fera partie de l’évènement. On veut donner la voix aux invisible, faire surgir dans le cortège le peuple français, à majorité composé d’employés et d’ouvriers. C’est pourquoi on voudrait que chacun vienne en tenue de travail, avec sa pancarte et ses revendications, son mot d’ordre ou son slogan propre. Que toutes les pancartes du cortège forment comme un grand cahier de doléances ».
    En disant cela, le représentant du Front de Gauche retrouve les accents des pères fondateurs de la république, retrouve la volonté des ancêtres sans-culotte des manifestants Front de Gauche d’aujourd’hui. L’historien majeur de notre Grande révolution, Albert Soboul, a rédigé un article, comme toujours solidement étayé, sur le rôle de la fête dans l’histoire de la Révolution. Si le WM est d'accord, je vous invite à lire cet article sur mon site.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive