24fév 12

Un mois en une semaine

La vie sans Le Pen, un avant-goût du bonheur.

Ce billet a été lu 98 307 fois.

000_gilles_perretComme je suis désolé de n’avoir pas goûté ces instants de calme, approximatifs, devant mon clavier depuis une semaine ! Ma cadence d’écriture a été ralentie par une semaine bouillonnante dont vous avez dû apercevoir quelques moments drôles l’autre soir devant Marine Le Pen. Dans les lignes qui suivent je dis ce que j’ai fait. Juste pour essayer d’évoquer une ambiance de vie. Puis je viens sur la soirée de non-débat sur le plateau de France 2. Et je reviens sur le « Mécanisme européen de stabilité », la machine infernale de l’Europe austéritaire. Pour l’information de votre argumentation je viens un moment sur les déclarations de Sarkozy sur l’emploi. Puis je me sauve en courant faire ma valise.

Deux séries de photos d'ouvriers métallurgistes au travail et dans la lutte illustrent ce billet. Les premières sont tirées du film documentaire de Gilles Perret "De Mémoires d'ouvriers" qui sort en salle le 29 février prochain. Les autres ont été prises jeudi 23 février par Rémy Blang sur le site de l'usine Arcelor-Mittal de Florange en Moselle.

Encore une semaine au pas de charge. J’en fais le récit en survol et l’on verra qu’on pourrait en faire un livre ! Le milieu de semaine déjà était dense comme une brique. Entre une grande interview à Nice avec la rédaction de « Nice matin » et « Corse matin » entre deux avions (bonjour mon bilan carbone !) et mon séjour à Bastia c’était déjà sous pression. A Bastia ensuite, quelle histoire encore ! Tant de monde, tant de visages de tous âges et cette furia incroyable qui répondait à chaque moment des discours lorsqu’ils faisaient écho aux valeurs qui nous rassemblent ! Pour moi c’était aussi la rencontre avec les communistes de l’île. Je ne les connaissais pas. J’avais seulement passé quelques instants avec Dominique Bucchini à la Fête de l’Humanité. Ici je le retrouvais chez lui, parmi les siens. Gourmand de personnages et de personnalités comme je le suis, lui fut un festin. Ces sortes d’hommes sont un mélange méditerranéen dans lequel je reconnais la pâte dont je suis moi-même pétri. Mais Dominique domine tout d’une tête, tranquille, entre sourires amusés et silences éloquents. Cependant nous étions tous au même étonnement devant tant de monde rassemblé pour une des plus importantes réunions vue dans l’Ile depuis bien longtemps, m’a-t-on dit. 00_gilles-perretDominique Bucchini était cependant le moins étonné. Lui avait déjà beaucoup tourné sur son secteur en tenant douze réunions sur la présidentielle. Il me raconte comment, quand dans un village de dix-neuf habitants il en a vu venir huit à la réunion, il s’est dit que cela valait tous les sondages !

Mardi on a fait la conférence de presse à l’Assemblée avant le « Mécanisme européen de stabilité ». L’enjeu du jour c’était le nombre de députés socialistes et écologistes qui voteraient avec nous. Pour moi c’était une affaire très émotionnante, car je retrouvais toutes le données politiques qui ont conduit à mon départ du PS avec Marc Dolez et les autres. Toute la journée de la veille, j’ai eu des socialistes au téléphone pour mesurer la situation, argumenter, rassurer. Ce n’est pas facile dans l’ambiance actuelle au PS de tenir tête. A peine cinquante députés socialistes à la réunion de groupe. Un vrai dispositif de contrôle politique était ensuite en place pour accueillir un par un ceux qui arrivaient dans l’hémicycle à l’heure du vote. Malgré cela, il y a eu des têtes dures. Et quelques incompréhensibles capitulations. Pourquoi01_gilles_perret Montebourg a-t-il cédé ? Il aurait dû être en première ligne. Dans un autre genre de registre, pourquoi ceux qui ont voté « non » en sont-ils resté à une démarche individuelle, isolée et muette ? Le PS est un astre mort.

J’en viens à la bataille contre les nouveaux traités européens. Les événements qui s’y rapportent sont couverts par une lourde et significative indifférence médiatique. En dehors de « Libération » et du « Monde », toute la bien-pensance qui pétarade son « oui-ouisme » européen aigu s’est inscrite au registre des absents. Pas là, pas au courant. Rien à signaler. Mardi 21 février, les députés devaient se prononcer sur l’instauration du « Mécanisme européen de stabilité ». Dans cette affaire rien n’est simple. Même le processus de ratification est complexe puisque les députés étaient amenés à se prononcer sur deux projets de loi. Le premier projet de loi autorise la ratification de la décision du Conseil européen modifiant un article du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne afin de permettre la mise en place d’un « Mécanisme européen de stabilité ». Un « Mécanisme » en général, sans dire lequel précisément. Le deuxième projet de loi autorise la ratification du traité instituant le « Mécanisme européen de stabilité ». Celui-là en particulier. Vu ? En résumé, les députés devaient d’abord voter sur le principe d’un « Mécanisme européen de stabilité » puis sur le projet en tant que tel du MES dont j’ai déjà parlé ici. Mardi soir, les députés du Front de Gauche ont donc voté contre à deux reprises. Les députés du Front de Gauche ont fait bloc face à « un projet qui saigne les Etats européens » et ont voté « NON » au MES. Les 3 députés d’Europe-Ecologie-Les-Verts ont également voté contre le MES. Malheureusement les socialistes ont eu besoin pour se mettre d’accord entre eux de diviser toute la gauche. Alors que nous aurions pu tous nous unir pour rejeter ce dangereux projet, les députés du groupe socialiste ont choisi de s’abstenir. Seuls 16 députés socialistes ont eu le courage de ne pas respecter la consigne et ont également voté contre. Leur vote est la preuve que contrairement à ce que dit la direction socialiste, le vote lamentable qu’elle a choisi ne va pas de soi, qu’il est critiquable. A la demande des députés du Front de Gauche, le scrutin était public pour que chaque citoyen ait le droit de connaître le vote de nos députés. La droite étant majoritaire, 02_gilles_perretl’Assemblée Nationale a donc adopté mardi le MES. Sans opposition du Parti Socialiste qui n’aura jamais voté sur la question ni en bureau national, ni en groupe. Le député de la Corrèze François Hollande, « prochain président », s’est abstenu.

Mais le texte doit encore passer au Sénat où cette fois-ci la gauche est majoritaire. Les sénateurs du Front de Gauche continuent le combat. Ils seront présents mardi prochain pour voter contre le MES. Ce n’est pas tout. Nicole Borvo, la présidente du groupe Front de Gauche, a également interpellé l’ensemble des sénateurs de gauche afin de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. En effet, pour les traités précédents (Traité d’Amsterdam, TCE, Traité de Lisbonne) le Président de la République avait saisi le Conseil constitutionnel en amont de la ratification. C’est une figure imposée par l’usage car il est évident que chaque nouveau traité modifie le périmètre de la souveraineté nationale en en déléguant une part au niveau européen. Or la Constitution ne permet pas ce genre de transfert sans que cela soit expressément délimité et affirmé en congrès du parlement. Cette fois-ci Nicolas Sarkozy n’a pas osé prendre le risque d’un rejet par le Conseil constitutionnel. En effet, pour bénéficier du MES, les Etats devront se soumettre à la tutelle budgétaire de Bruxelles. Or, l’article 14 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, préambule de notre Constitution, établit la souveraineté du peuple en matière de politique budgétaire. Le MES et le traité Merkel-Sarkozy ne respecte donc pas notre Constitution. Il faut maintenant réussir à réunir les 60 sénateurs ou députés pour pouvoir déposer ce recours devant le Conseil constitutionnel. Il est décisif que nos amis se mobilisent partout pour exercer l’interpellation des parlementaires sans laquelle tout cet épisode03_gilles_perret sombrerait dans le néant de l’indifférence et de l’oubli auquel aspirent ceux qui organisent cette manœuvre. Je vous retrouve bientôt et à tout le moins le 29 dans les rues de Paris.

Jeudi, je suis rentré de Bastia après avoir enregistré l’émission de débat politique de France 3 – Corse qui passe ce dimanche. Quarante minutes sur une heure d’émission consacrées aux langues régionales ! Une occasion inespérée de faire le point en public. Puis, départ en courant toujours, jusqu’à l’aéroport. Là une pause plus tranquille que la veille pour parler en ami à ces jeunes gens si courageux qui campent depuis cent dix-huit jours dans le hall de l’aéroport, les indignés d’Air France. Vainqueurs en justice contre la compagnie qui nie leurs droits, ils n’ont pour autant aucune application de ces décisions de justice. Telle est la France de Nicolas Sarkozy. De retour à Paris, après une interview sur la situation à La Réunion et un long contact téléphonique avec le député européen sur place Younous Omarjee, ce fut aussitôt la réunion de mise au point pour l’émission avec Marine le Pen. De cette émission je parle plus avant dans cette note. La nuit fut courte compte tenu de la charge d’adrénaline à éponger ! Le lendemain matin, petit moment de bonheur avec la réunion nationale des Fralib à la Bourse du travail. Là, j’étais aux côtés de Pierre Laurent, Martine Billard et André Chassaigne, sans oublier Laurence sauvage et Eric Corbeau, les chevilles ouvrières du Front des luttes. J’en suis parti avant qu’Olivier ne parle, le dernier orateur des Fralib. Je suis sorti tellement vite vu mon retard que j’ai lâché toute la presse et oublié de saluer tous les amis. Puis dès le retour au pas de charge à l’Usine je me suis mis au clavier pour commencer cette note. Et ensuite recevoir le roi des boucher, Yves-Marie le Bourdonnec qui venait présenter son livre dans nos murs ! De là, je suis passé au copain qui me représente en Nouvelle Calédonie et aux réponses à la revue qui l’accompagnait. Avant cela c’était le journal « L’équipe » à propos du régime de l’athlète politique. J’ai fait une pause pour dormir vingt minutes dans mon fauteuil, ma veste sur la tête pour masquer la lumière. Une vieille technique apprise dans les nuits de congrès. L’œil à peine ouvert, voici le moment de faire le point avec le directeur de campagne François Delapierre. Puis d’examiner le bilan de la communication de campagne sur les spots à venir avec Arnauld Champremier. La suite ressemble à ce début. On court beaucoup. La vie finit par être comme suspendue et décalée. Autour de moi, selon leur poste de combat, les uns et les autres sont dans le commentaire ou le bilan de tel ou tel événement qui a eu lieu il y a 04_gilles_perretun ou deux jours. Tout cela me paraît déjà si lointain ! Il faut revenir sur terre ! Je vais faire deux pauses de quatre jours entrecoupées d’un retour à Paris pour la manifestation du 29 février à l’appel de la Confédération européenne des syndicats. Et pour aller au Salon de l’agriculture.

C’est sans doute l’événement politique le plus étrange que j’aurai vécu. Je suis obligé de dire que j’ai bien ri, ensuite, alors même que le sujet est très sérieux. Dans le véhicule du retour, l’un des nôtres fut pris d’un fou-rire inextinguible en évoquant la mine de panique et de ridicule de Marine Le Pen s’agitant avec ses papiers et faisant mine de lire son journal. Sur France 2, Madame Le Pen s’est tiré une balle dans le pied devant six millions de personnes avant de s’assommer elle-même. Je ne sais pas qui lui a suggéré cette tactique stupide ni pourquoi elle l’a appliquée alors qu’elle ne m’a pas semblé manquer de flair politique jusque-là. Je vous renvoie au récit d’Alexis Corbière qui se trouvait à mes côtés toute la soirée. Autour de moi, le groupe des spécialistes du Front National dans mon équipe se frottent les mains. Pour eux, je leur en donne acte, Madame Le Pen n’a jamais été le visage d’une nouvelle extrême-droite. Et dans le registre traditionnel de l’extrême-droite elle serait loin d’être la plus performante. Pour eux donc, la soirée marque le tournant de la carrière de Marine flor-2Le Pen à la tête du Front National. C’est son premier revers lourd, humiliant et public. Tout ne peut qu’aller plus mal pour elle désormais. Non de notre seul fait mais du fait de ses limitations visibles comme dirigeante et comme porte-parole de sa propre mouvance. Ce point doit être éclairé.

La banalisation du Front National à laquelle elle aspirait est un échec. Je pense que sur ce point nous avons joué un rôle décisif en brisant l’ambiance de sidération qui l’entourait du fait de la contamination des idées hostiles aux musulmans dans de larges sphères de la bonne société. Dorénavant, de tous côtés la machine est en train de s’inverser. A l’exception notée de « L’Express » où elle garde un solide appui, tout le reste de la presse est en train de tourner.  Face à ce retour de bâton Marine Le Pen est sans stratégie de rechange. Elle a joué son va-tout. En même temps elle s’est coupée d’une partie de ses bases qui n’a jamais accepté le prix à payer pour cet objectif fumeux de « dédiabolisation ». Son engagement à revenir aux « fondamentaux du FN » dans une maigre salle comme celle qu’elle a réunie à Strasbourg sonnait comme un aveu de flor-28distance que les commentateurs ont laissé passer sans le noter. Mais pas nos analystes. Nous en avons tiré les conséquences.

Mon cap d’entrée avec elle sur le dossier de l’égalité homme-femme m’a permis d’entrer au cœur du rideau de fumée qui masque les contradictions d’orientation au FN. Notre intérêt tactique est donc de la laisser clouée là où elle est : dans cet « entre deux » asphyxiant pour le FN. Car sa tactique de quête de respectabilité l’a coupé de ses bases militantes actives et de ses milieux sociaux d’élection sans la rapprocher d’une capacité de relève sur la droite à la peine avec Sarkozy. Face à nous, cette position c’est tout bénéfice. En premier lieu son programme commun avec Sarkozy la situe dans le camp le plus détesté du point de vue de ceux qui s’opposent au système. Nous avons vu la contre-performance se jouer sous nos yeux. Même si nous avons été très exaspéré du ton et du contenu des propos d’Henri Guaino face à elle, force est de reconnaître que celui-ci l'a bien scotchée dans un espace commun et même équivalent à certains moment. Les « je vous donne raison », « vos mots me parlent » de Guaino ont certes permis à Madame Le Pen de reprendre son souffle sur le plateau. Mais cette bienveillance l’a asphyxiée. Là encore elle n’a rien vu venir du fait de l’aveuglement qu’elle s’inflige dans sa quête de respectabilité. Si bien qu’elle a fini par féliciter Guaino et se réjouir du fait que l’échange avec lui était « très agréable ».flor-3 Comme candidate « anti-système » on fait mieux. En second lieu, tout ce qui met à nu les pénombres de Madame Le Pen l’oblige à se révéler à contre-emploi.

Ainsi de la question du droit à l’avortement « réservé » à celles qui peuvent se le payer. Fin janvier, Marine Le Pen avance devant la rédaction de Rue 89 sa proposition de déremboursement de l’IVG. Le directeur de campagne de Madame Le Pen et n°2 du FN, Louis Alliot, est allé encore plus loin dans l’émission « Mots croisés » du lundi 30 janvier en osant évoquer ce qu’il appelle les « IVG de confort ». L’indignation que de tels propos soulèvent quand on les découvre fait partie du plan de communication. Vous allez voir pourquoi. A nos yeux c'est ici l'égalité humaine dans la capacité à disposer de son corps qui est mise en cause. Avec Madame Le Pen seuls les riches pourraient avorter. Que feront les femmes qui n’ont pas les moyens financiers d’avorter ? Devront-elles recourir aux « faiseuses d’anges »  comme cela été le cas pour des milliers de femmes dans le passé ? Ici, Marine Le Pen promet aux femmes les moins argentées un retour en arrière de 30 ans. En effet, après la loi Veil de 1975 légalisant l'IVG, c'est François Mitterrand qui avait permis en 1982 de concrétiser ce droit en décidant de son remboursement par la Sécurité sociale. Nous, ça nous indigne ! Mais à l’extrême-droite aussi. Pour la raison diamétralement inverse ! Car vu avec un œil de sympathisant du Front National, le tableau est tout autre. Voici ce qu’il découvre : après avoir passé 38 ans à combattre le droit à l'avortement, le Front flor-29National l’accepte. Qu’il s’agisse de le réserver à celles qui peuvent se le laisser payer ne change rien pour eux. Ils ont passé les quarante dernières années à combattre non pas le remboursement ou non, mais le droit à l’IVG lui-même. Aborder le thème coupe Madame Le Pen sur ses deux rives : celle de la respectabilité et celle de ses bases.

Même situation à propos du « salaire parental » qu’elle propose du bout des lèvres. C’est une idée aussi vieille que l’extrême-droite : les femmes à la maison avec les enfants ! Mais ce dispositif serait créé selon elle « dès que les finances publiques » le permettront. Hum ! Marine Le Pen dit permettre à chaque « parent » de « choisir » d’arrêter son activité professionnelle pour s’occuper de ses enfants. Pour cela ce parent disposerait d’une allocation équivalente à 80% du SMIC, pendant trois ans, à partir du deuxième enfant. 80% du SMIC net cela représente 878€ par mois. A comparer. Car le seuil de pauvreté pour une personne seule avec deux enfants est de 1 526€, et de 2000€ pour un couple avec deux enfants. Voilà ce que propose réellement Marine Le Pen : une allocation inférieure au seuil de pauvreté ! Comme incitation au retour à la maison il y a mieux !

Ce n’est pas la seule arnaque de son projet sur le sujet. Voyez plutôt. Aujourd’hui, un parent seul avec deux enfants et ne travaillant pas, peut prétendre au RSA. Il reçoit alors 1016€ si l’un des enfants a moins de 3 ans. Soit 330 euros de plus que le « salaire parental » de Madame Le Pen ! Marine Le Pen propose donc moins que ce qui existe aujourd’hui ! En fait, son « salaire parental » plongerait de nombreuses familles dans une situation de plus grande précarité. Encore une fois, les femmes seraient les premières victimes de cette précarité. Les femmes seules avec enfants représentent en effet plus de 85% des familles monoparentales. Et dans un couple, c’est bien plus souvent la femme plutôt que l’homme qui arrête de travailler pour s’occuper des enfants. Ainsi, au point de départ, il s’agit seulement d’une traditionnelle politique du retour des femmes à la maison. C’est le refrain « social-familial » des politiques réactionnaires depuis toujours. A l’arrivée, il s’agit juste d’une pauvre arnaque de type Sarkozyste : échanger ce qu’on a contre pire ! Dans ces conditions allumer la lumière sur ce projet révulse sur deux fronts. D’abord tous ceux qui s’opposent à la réduction du rôle des femmes aux tâches familiales qui flor-5interdit leur émancipation professionnelle. Pas une once de respectabilité et de dédiabolisation à attendre de ce côté sitôt que le projet est connu. Mais dans cette version Sarkozyste, il écœure aussi le gros réactionnaire nataliste et nuptialiste traditionnel de l’extrême-droite classique.

Un sujet qui l’a aussi bien mise mal à l’aise est l’affaire de la citation de Robert Brasillach faite par Jean-Marie Le Pen lors de la réunion à Lille du Front National. Je n’y reviens que pour expliquer de quoi il retourne avec assez de soin pour que chacun de mes lecteurs situent de quoi nous parlions sur le plateau de France 2. Madame Le Pen me donnait des leçons sur ce que doit être le comportement « convenable » d’un candidat à la présidence de le République. Je lui ai répondu que le comportement correct d’un candidat est de hurler, de se lever et de quitter la salle quand on cite un collabo antisémite en exemple dans une réunion où l’on se trouve. Samedi 18 février à Lille, Jean-Marie Le Pen a conclu son discours par une citation de Robert Brasillach. Cette citation a été chaleureusement applaudie par le public composé de militants et flor-33cadres du Front National. Madame Le Pen, présente dans la salle n'y a rien trouvé à redire. C’est très grave ! C’est indigne. Voici pourquoi, afin que nul n’en ignore.

Robert Brasillach a été condamné à mort et fusillé pour « intelligence avec l'ennemi ». C'était un collabo patenté. Je le dis pour que ceux qui pensent que Madame Le Pen défend la France sachent que son parti applaudit un traître à la patrie. Pire, sous le régime du maréchal Pétain, Brasillach dirigeait le journal antisémite « Je suis partout » édité à 250 000 exemplaires. Le plus important journal de la collaboration. C'est dans ce journal infâme qu'il a notamment écrit le 25 septembre 1942 : « Il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas garder les petits ». Enfin, pour être complet, voyons les dernières paroles de Brasillach. A son procès, il affirme : « Je n'ai rien à regretter de l'intention qui m'a fait agir ». Et avant d'être fusillé, le 6 février 1945, il déclare à son avocat : « C’est aujourd’hui le 6 février, vous penserez à moi et vous penserez aussi aux autres qui sont morts le même jour, il y a 11 ans », en référence à la tentative de coup d'Etat fasciste du 6 février 1934. Madame Le Pen accepte donc sans broncher qu'on cite dans ses meetings un fasciste, collabo, appelant au crime antisémite de masse, nostalgique d’une tentative de coup d’Etat.

Pour se défendre, Madame Le Pen explique qu'il faut « détacher l'œuvre de l'homme ». Cet argument ne tient pas. Je m'explique. D'abord, Jean-Marie Le Pen fait des discours depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'on cite autant une œuvre que son auteur. C’est donc toujours un choix politique de citer. Jean-Marie Le Pen a donc délibérément et politiquement choisi de citer Brasillach. Ensuite, le discours de Jean-Marie Le Pen est un discours de stratégie politique dans un week-end militant qui comporte un important volet de "formation" des militants du FN. Il termine son discours en parlant de la question de "l'Honneur" et c'est à ce sujet qu'il cite Brasillach et son poème « L'enfant d'honneur ». Pour ce qui est des enfants, on sait ce que Brasillach pensait. Quant à l'honneur d'un collabo, on se demande bien ce que cela peut-être. Le texte cité par Jean-Marie Le Pen est extrait du recueil « Les poèmes de Fresnes » de Brasillach. Tous les poèmes de ce recueil ont été écrits en prison en 1945. Brasillach a écrit ce poème après avoir été condamné à mort et une semaine avantflor-36 son exécution. C'est donc un testament littéraire et politique. Il est donc impossible de « séparer » les deux pour reprendre le mot de Madame Le Pen … et de Robert Brasillach. J’en reste là pour cette fois-ci.

Mercredi soir sur France 2, Nicolas Sarkozy a présenté ses propositions pour l'emploi et le pouvoir d'achat.  Il a proposé de généraliser le travail forcé pour les allocataires du RSA. Il veut obliger les allocataires qui n'ont ni emploi ni formation à travailler 7 heures par semaine. Sarkozy propose qu'ils fassent des "travaux d'intérêt général" et soient payés au SMIC. Il a même ajouté : « Tous les ans, on évaluera sa situation » et « s'il n'y a pas de problème, il continuera à avoir le RSA ». Et sinon ? Sarkozy indique clairement qu'on pourrait lui supprimer le RSA. Et donc le laisser sans ressources. Voilà jusqu'où mène la logique brutale et absurde de l'équilibre entre droits et devoirs. J'ai déjà eu l'occasion de l'écrire il y a plusieurs années sur ce blog. Pour nous, il existe des droits qui n'appellent aucune contrepartie en termes de devoirs. Par exemple, les droits de l'Homme.

Dans le détail, la proposition de Nicolas Sarkozy est tout aussi stupide. J'ai déjà démontré la bêtise du raisonnement sur BFMTV en mai 2011, au moment où Laurent Wauquiez avait fait cette proposition. Car si les 7 heures de travail hebdomadaire que veut imposer Nicolas Sarkozy étaient disponibles, il n'y aurait pas autant de chômeurs en France. Plus exactement, elles sont déjà effectuées par des gens qui en vivent et sont payés pour ça. Ce que propose Nicolas Sarkozy reviendrait à remplacer ces salariés par des bénéficiaires du RSA. Et donc de mettre les salariés actuels au chômage et demain au RSA. Faire travailler de force les allocataires du RSA pour mettre au RSA les salariés d'aujourd'hui : il fallait l'inventer ! Et la plupart de ces tâches d'intérêt général sont organisées et financées par les collectivités locales : entretien d'espaces verts, sécurisation des sorties d'écoles, etc. Comme Sarkozy répète qu'il faut supprimer des emplois dans les collectivités locales, c'est assez curieux de venir ensuite leur demander d'en créer d'autres pour les allocataires du RSA. De toute flor-9façon, cette proposition n'a pas vocation à s'appliquer. Son seul but est de dresser une catégorie de Français contre une autre, ceux qui n'ont presque rien contre ceux qui n'ont rien du tout.

La deuxième proposition de Nicolas Sarkozy est un copié-collé du programme de Madame Le Pen. Aucun journaliste ne l'a relevé. Comme Madame Le Pen, le candidat UMP essaie de faire croire qu'il veut augmenter les salaires. Il faut dire que celui qui promettait d'être « le président de l'augmentation du pouvoir d'achat » a beaucoup à faire oublier. Mais la proposition commune UMP-FN est de l'esbroufe. Sarkozy propose d'exonérer de cotisations sociales salariés les salaires jusqu'à 1,2 SMIC. Sur France 2 il a indiqué que cela profiterait à ceux qui gagnent jusqu'à 1 450 euros. Il ment. Un salarié qui gagne 1,2 SMIC gagne 1 315 euros net. Pas 1 450 euros. Sarkozy a annoncé qu'il verrait leur salaire augmenter de 1 000 euros par an. Mais jeudi soir, France 2 a indiqué que ce ne serait que 840 euros par an pour un salarié payé au SMIC. Sauf que la proposition de Sarkozy consiste à supprimer en contrepartie la Prime pour l'emploi (PPE). Aujourd'hui, cette PPE permet à un salarié au SMIC de toucher 770 euros par an. Donc la proposition Sarkozy revient en fait à lui donner 70 euros de plus par an. Soit 5 euros et 80 centimes de plus par mois. Voilà la grande mesure de flor-23Nicolas Sarkozy pour le pouvoir d'achat !

Nicolas Sarkozy s'en est aussi pris aux revenus indécents des grands patrons. Là encore, il propose des mesurettes pour occuper le terrain. Il a ainsi promis une nouvelle fois d'interdire  les « retraites-chapeau », comme il l'avait promis en 2007. Il a promis plus de transparence sur les salaires des dirigeants d'entreprises. Il a aussi promis que les rémunérations des PDG seraient décidées en assemblée générale des actionnaires et non en conseil d'administration. Ça ne changera rien car dans l'assemblée générale comme au conseil d'administration, l'actionnaire majoritaire est majoritaire… et décide donc comme il veut. Enfin, la promesse d'un représentant des salariés dans les comités de rémunérations est une mauvaise plaisanterie. Bien sûr, elle ne changera rien non plus car la décision des actionnaires s'imposera. Face à la flor-25cupidité sans limite, seule la loi et l'impôt sont des réponses efficaces. C'est tout le sens de nos propositions de salaire maximum et de revenu maximum.

Enfin, comme réponse au chômage des jeunes, Nicolas Sarkozy a proposé que « la troisième année du baccalauréat professionnel se fasse systématiquement en apprentissage, en alternance ». Sottise ! D'abord il entretient volontairement la confusion entre deux choses différentes : l'apprentissage et l'alternance. L'apprentissage relève du droit du travail. L'alternance relève du statut scolaire. Dans un cas, le jeune est un travailleur, dans l'autre un élève. En termes de protection et de statut, les différences sont nombreuses. L'apprentissage est un statut beaucoup plus précaire pour les jeunes : 25% des contrats d'apprentissage sont rompus dans les trois premiers mois. Ensuite, Sarkozy exploite la méconnaissance de beaucoup de monde sur ce sujet. Car tous les diplômes de l'enseignement professionnel comportent déjà de longues périodes obligatoires de formation en alternance. Ce que veut faire Sarkozy c'est remplacer cette alternance sous statut scolaire par de l'apprentissage. Et précariser les jeunes un peu plus. J’ai l’intention de m’exprimer en détail sur le sujet dans les prochaines semaines car le sujet est d’importance pour des milliers de garçons et filles dans notre pays. Et parce qu’il engage l’avenir du niveau de qualification de la main d’œuvre de notre économie. Le projet Sarkozy est une ruine pure et simple. D’ici là je crois voir que ma valise s’agite d’impatience. Il va falloir faire mon paquet de jeans et de chemises.


928 commentaires à “La vie sans Le Pen, un avant-goût du bonheur.”

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10 1119 »

  1. 151
    marianne du 76 dit:

    je suis une femme qui n'as jamais eu recours à l'IVG, mais je suis pour son remboursement par la sécurité sociale, afin d’éviter des recours a des méthodes d'antan !
    Le salaire parental, mais si çà pourrait être une avancée, c'est un recul car le droit de travailler pour la femme c'est un droit, et pas que pendant que les hommes sont à la guerre.
    J'ai 56 ans, j'invite les femmes à voter Jean-Luc Mélenchon !

  2. 152
    Philippe dit:

    Moi aussi, je voterai pour le candidat du Front de Gauche, Jean Luc Mélenchon. Non pas pour un homme ni pour un parti, mais pour l'humanisme fraternel qu’ils défendent et pour le projet de société du coeur, éclairée, joyeuse et durable que nous souhaitons et qu’ils proposent.

  3. 153
    Hold-up dit:

    Excellent accueil ce jour-ci sur les marchés et les places publiques. Les visages souvent hier austères s'illuminent soudain lorsque le tract est proposé, où l'on voit - outre le texte d'analyse politique contre le FN - le visage du candidat du Front de Gauche. Les personnes associent parfaitement le visage de Jean Luc Mélenchon et le tract du Front de Gauche par rapport à la soirée de Jeudi soir, où MLP se tira en direct, une "balle dans la tête". Jean-Luc Mélenchon a mordu sur un autre pan de l'électorat populaire qui encore hier, ne prenait pas le tract ou par simple politesse le prenait sans le lire. Aujourd'hui, le tract est pris, il est lu, les sourires sont là et souvent les langues se délient et l'on échange en toute simplicité, fraternellement. Voilà, revenir sur le terrain, c'est comprendre les nuances, entendre les avis, les paroles et vérifier la validité d'une fière stratégie tout en prenant le pouls de la conscience politique réelle du peuple dans sa diversité d'approche. Rares sont les personnes qui regrettent le ton très affirmé du candidat du FdG et la tendance est plutôt, au vu de l'humiliation sarkozienne quotidienne et des souffrances sociales, de relever la tête et de parler franchement. Souvent avec humour. Les citoyennes et les citoyens français ne s'y trompent pas. Ils reconnaissent maintenant Jean-Luc Mélenchon comme une voix amicale sinon leur candidat préféré pour qui ils iront voter sans doute aucun. Il y a bien un autre pan du mur médiatique qui vient de s'effriter et cela renforce la représentativité du candidat du Front de Gauche au delà de ce que l'on pouvait hier encore imaginer. (A suivre).

  4. 154
    Cécile 63 dit:

    @ Jean Jolly (47)
    Pas d'accord, la pression des citoyens peut payer. A ceux qui séchaient sur la lettre aux sénateurs, voici une possibilité:

    Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,
    Je me permet d'ajouter ma voix à celle d'autres citoyens qui vous ont certainement déjà écrit pour vous appeler à voter contre le MES le 28 février. Le fait que la droite ne soit pas majoritaire au Sénat me redonne l'espoir qu'un rassemblement de gauche s'oppose enfin efficacement à l'orientation définitivement anti-démocratique et libérale que veulent donner M. Sarkozy et Mme Merkel au fonctionnement européen. Je vous rappelle les nombreux arguments en faveur de cette opposition:
    -liaison étroite entre MES et TSCG qui nécessite de refuser l'un afin d'établir le rapport de force politique nécessaire à la renégociation de l'autre
    -automatisation de l'austérité qui aggrave le mal qu'elle prétend soigner
    -sanctions aberrantes pour les états en difficulté qui voudraient refuser cette austérité et pratiquer une politique de relance
    -déni des prérogatives budgétaires des parlements nationaux.
    Si l'on ajoute à cela l'accélération suspecte du calendrier (alors qu'il n'y a pas d'urgence puisque le FESF joue déjà son rôle), la complexité du montage concocté (deux traités dont l'un semble au premier abord plus acceptable que l'autre) et surtout l'absence de débat public sur un sujet qui concerne directement le peuple, ce qui accentue encore le déficit démocratique de l'Europe que tout le monde déplore mais que personne ne combat, il me semble évident que repose sur vous la dernière chance qu'il nous reste de réorienter l'Europe vers plus de croissance, de protection sociale, de solidarité réelle et d'adhésion de la part des citoyens.

    Je vous demande donc de voter en conscience et en toute indépendance, de défendre l'intérêt général du peuple français dont vous tenez votre mandat par l'intermédiaire de nos grands électeurs, de vous rappeler que le « S » dans MES ne signifie en aucun cas "solidarité" mais bien "stabilité" et de faire mentir tous ceux qui disent qu'un autre « S » a totalement perdu son sens, celui contenu dans le sigle de votre parti.
    Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations républicaines et socialistes.

    @ ceux qui trouvent Jean-Luc Mélenchon trop aggressif avec Marine Le Pen:
    Retour de tractage de marché ce matin dans une ville où le FN a pas mal d'écho: deux-trois frontistes nous ont demandé si nous n'avions pas "honte", ce qui nous a fait beaucoup rire, et une vingtaine de personnes d'origine diverses nous ont remercié de les défendre "enfin". Beaucoup ont dit qu'ils ne connaissaient pas notre programme et viendraient certainement assister aux assemblées citoyennes pour le découvrir... A suivre.

  5. 155
    jean ai marre dit:

    Cher Jean-Luc,,
    Je n'aime pas le mot KO. En politique c'est une erreur de se satisfaire d'un KO quel que soit le round, Il faut éliminer l'adversaire et c'est ce qui va se passer après les présidentielles, lorsque le FN va ramasser 10 à 12 % de voix.
    C'est une marine d'eau douce, en rade, qui est obligée de revenir à son port d'attache pour s'ancrer dans les fondamentaux du FN, rejeter la dédiabolisation.
    Ce parti va faire des alliances pour retrouver un nouveau souffle. Je fais le pari que si Sarko est battu (mon souhait) l'UMP va exploser et la droite populaire de l'UMP ira rejoindre le FN.
    Je pense qu'au stade où nous en sommes (à 2 mois des présidentielles) il faut en finir avec les critiques envers MLP et F Hollande. Maintenant chacun sait qui nous sommes.
    Soyons résolument offensif, continuons à expliquer, re expliquer nos solutions pour sortir de cette crise, pour en sortir par le haut, réaffirmons notre position de Gauche radicale, débattons autour et à partir de notre programme, l'humain d'abord, rien que son titre suffit à imaginer ce que nous voulons faire.
    Soyons nous, ignorons les autres et regardons droit devant.
    N'hypothéquons pas le futur, il serait regrettable d'oublier tout le chemin parcouru, regardons où nous en sommes, cette progression ne doit rien au hasard, c'est le fruit de la pédagogie de Jean-Luc et du travail de toutes les petites mains...

  6. 156
    R.A dit:

    @F.P-A (117)
    Rassure-toi, j'ai fait des études, je suis ingénieur, j'ai été cadre dans une multinationale du CAC 40 et je me suis toujours considéré comme un ouvrier. Tous ceux que la république a instruit ne doivent pas être ingrats. Il faut le faire savoir.

  7. 157
    Gerard Blanchet dit:

    Salut Maïté (13h15)
    Ce matin j'étais à la conférence de presse présentant les candidat(e)s du Front de gauche aux législatives dans l'Allier. Les propos de l'Hallerbardier_95 sont ceux que j'ai tenu à cette présentation. Maintenant que nous avons (Jean-Luc par le KO jeudi soir mais aussi le tract que nous diffusons) ramené MLP aux 10% de son père en 2007 le vote utile (ne pas recommencer 2002) a disparu. Le vote en abstention du PS à l'assemblée (y compris Odile Saugues) et le vote qu'ils vont vraisemblablement de même au Sénat nous donne à nous front de gauche la légitimité pour être les meilleurs artisans contre la politique Merkel/Sarkozy, les meilleurs défenseurs de tous ces invisibles qui s'abstiennent, les meilleurs garants pour que notre pays ne devienne pas la Grèce de demain.
    Je ne sais si nous aurons le temps en 2 mois maintenant de suffisamment convaincre pour être au 2e tour mais ce qui est sûr c'est que nous pouvons être en 3e position. Bayrou va à mon avis se dégonfler contrairement à 2007 où il avait été le 3e homme, tout simplement parce que la droite a deux fers au feu : Sarkozy représentant la droite extrêmedroitisée et Hollande pour la droite démocrate et rassurer la City. Plus notre score sera fort (je prédis au moins 15% comme aux Régionales) plus il faudra bien qu'Hollande signe un pacte (comme l'a évoqué Julien Dray) et moi j'y vois un seul point : une constituante. Ensuite aux Législatives nous continuons le travail et en reparlant du vote MES et de l'abstention à Versailles en 2008, nous pouvons être majoritaires à gauche et donc avoir Jean-Luc Mélenchon comme premier Ministre et Dédé comme Ministre de l'Agriculture. [...]

  8. 158
    C2P dit:

    Marine Le Pen 0 - Front de Gauche 1

    Nous avons gagné face au FN un grand combat qui parait peut être anecdotique sur la forme (un non-débat organisé par celui qui fut jadis traité de laquais du pouvoir) mais qui a une porté incroyable au niveau du symbole. Pour la première fois depuis que le FN est ce qu'il est, son représentant principal a été obligé de baisser les yeux ! Et quand l'agitation du moment serat retrombé dans plusieurs mois voir plusieurs années de quoi les gens se souviendrons ? Qu'est ce qui s'inscrira dans la mémoire collective ? Les non-arguments de MLP pour refuser le débat ? La recherche d'audimat de France 2 ? Non ca serat la déculloté prise par un parti en direct face a Jean Luc ! cette image est désastreuse pour cette éléction mais aussi pour le FN, Marine le Pen décridibilisé il ne leur reste plus que des second couteaux et il finniront par être marginalisé car incapable de répondre au jeux mediatique.

    Les dégats collateraux de ce débat qui font peut etre que certain hésitent a voter pour nous car effrayé par le bruit et la fureur, seront déja oublié au profit des nouveaux combat que nous feront demain ! Je pense vraiment que nous sommes gagnat sur toute la ligne

  9. 159
    naif dit:

    @margotte (149)

    De quelles insultes parlez-vous? Je viens de regarder l'émission à nouveau pour chercher une insulte. Je n'en vois et n'entends pas! C'est elle qui rappelle ce que JL a dit en meeting a des gens qui se sont déplacé pour l'entendre. En politique il n'est pas rare que des noms d'oiseaux soient échangés. Ne vous méprenez pas, le FN est habitué depuis plus de 30 ans aux insultes souvent justifiées. Où j'habite, dans ma ville on a réussi a interdire qu'ils implantent un siège. On a manifesté tous les jours. Le FN n'est pas un parti républicain, il faut le rappeller, malgré les apparences qu'il et qu'on veut lui donner. Il faut absolument pas perdre de vue ce fait.
    Passons au autres maintenant.

  10. 160
    j.lou dit:

    Jean-Luc.
    Dans le combat pour la dignité de l'homme, ici contre les forces obscures et ténébreuses d'un parti inhumain représenté par une personne de pauvre esprit, merci de nous représenter.

  11. 161
    nath35 dit:

    Dardanos c'était pas facile,
    Mais là maintenant tous ceux qui considèrent l'extrème-droite pour ce qu'elle est savent que le seul qui la combat, c'est Jean Luc Mélenchon. Il aura montré que face à des exemples simples, l'avortement, l'égalité homme femme, les mères porteuses, le salaire familial, Brasillac, elle n'oppose que le ridicule d'une posture immature. Melle ne maitrisait pas ses nerfs, heureusement qu'elle s'est pas bouchée les oreilles avec ses doigts, dans le genre cour de récré! En 8 mn!
    Elle a cru jouer le jeu médiatique en faisant son cinéma, elle a été ridicule. Simplement. Elle n'aura berné que les sots.
    Les citoyens veulent qu'on leur parle politique clairement et Jean Luc ne va pas à la tv pour paraître, il est le représentant de tous ceux qui veulent reprendre le pouvoir, spolié aux citoyens, pour et dans l'intérêt général. Il n'est pas un messie, il a cette intelligence de savoir rassembler. En tout cas il a raison de compter sur nous, on a pas "lémédia" mais on tisse la toile sur le net et dans la vraie vie et ça s'étend. Alors dès le départ Jean Luc a été tolérant, patient, il a continué avec humour mais face à la bêtise vouliez vous qu'il lui tende l'autre joue. Et ceux qui trouvent ses rictus ceci, cela, et bien regardez les heures de vidéos qui répondent à l'ensemble de toutes vos questions "existentialistes", et comme Jean Luc est plutôt sincère vous aurez à peu près toute la palette des émotions, en visu. Comment ne pas avoir de rictus de dégoût face aux idées et manières de cette femme.
    Des tas d'hommes et femmes ont appris durant les 8 mn de Jean Luc, deux trois p'tites choses, tout le monde ne connaissait pas ces positions là du FN.

  12. 162
    Christian Troy dit:

    Merci pour l'espoir que vous apportez aux petites gens, merci pour la hauteur auquel vous placez le débat, je retrouve dans vos paroles la flamme des conversations de mon père et mon grand-père, ouvriers sidérurgiques en Lorraine, travaillant durant des décennies de poste auprès des hauts-fourneaux de Thionville et Uckange en Moselle. Idéalement je rêve que vous puissiez rassembler au delà de la gauche et votre victoire devant MLP m'encourage à penser que de nombreux déçus du FN vont pouvoir ouvrir les yeux sur le peu de valeur de leur représentante et trouver en vous une meilleure voix (et voie) pour exprimer leur indignation.
    Je suis de tout coeur avec vous et je consacre mes voeux à votre santé et votre repos.

  13. 163
    une partageuse de la commune dit:

    réponse à Dadanos

    Par une affligeante bêtise ou par racisme (voir l'affaire du gang des barbares qui a coûté la Vie, dans d'atroces conditions, d'un jeune homme de 21 ans, parce qu'il était Juif (donc ayant des tunes), et dont je reste profondément marquée), l'antisémitisme est toujours présent dans ce pays. Il est bon, devant la mollesse et/ ou la complicité des partis politiques et des médias, qu'un Républicain Laïc tel que JL Mélenchon rappelle que Le Pen Fille, sous ses airs de respectabilité, est la fille de son père et que ce parti est antisémite, anti-musulman, anti-étrangers. Car certaines personnes pensent (j'en suis le témoin quotidien à mon travail) que ce parti a changé depuis Elle.
    De plus, vous devez être un homme (je dis cela sans sexisme!) pour considérer que le sujet des mères porteuses n'est pas important. Je ne reviendrais pas sur les explications de Jean-Luc Mélenchon faites lors de ce débat mais tout de même, les femmes (et des hommes) se sont battus pour obtenir le droit de disposer de leur corps en toute liberté (IVG, liberté sexuelle,contraception) ce n'est pas pour redevenir des mineures obéissantes, devant rester à la maison ou faire des enfants pour des riches simplement pour pouvoir manger. Notre corps n'est pas une marchandise !

  14. 164
    panda dit:

    Jean-Luc grâce au Front de Gauche et à ta prestation, la cause des femmes est de nouveau sur le devant de la scène. Ce matin, nous avons vu les effets positifs de ta prestation au débat avec Le Pen [...]. Dans ma ville, nous n'arrêtons pas : porte à porte, boîtes aux lettres, marché, magasins, notre collectif s'étoffe tous les jours un peu plus et un gros noyau de militants est constitué. Nous sentons une envie de changement, mais ne nous voilons pas trop la face, le vote utile est encore dans les têtes. 60 jours pour convaincre les hésitants. Un deux trois, tous les jours nous gagnons des suffrages. Repose toi "un tout petit peu " pendant ce temps nous on continue. Tous dans la rue le 29 février.

    [Edit webmestre : "lepen (je ne lui mets pas de majuscule)". Moi si ! Et vous n'en aviez pas mis non plus à Jean-Luc et au Front de Gauche, ce qui ôte un peu de sens au symbole! Cessons ces enfantillages, voulez-vous ?]

  15. 165
    souley dit:

    Toutes mes félicitations pour jeudi soir, Jean Luc, vous avez été excellent! Bravo aux têtes pensantes du Front de Gauche qui mettent à votre disposition des missiles aussi efficaces! Bravo encore une fois et bon courage!

  16. 166
    redline69 dit:

    3 points que je relève dans ce billet de Jean-Luc Mélenchon.
    1/ en effet Arnaud Montebourg à cédé ! Celui qu'on nous avait présenté partout comme un pilier solide de gauche est en réalité un plus que mou sauce Hollande ! Pour sûr qu'il aura un beau ministère. çà fini comme cela au PS. Encore et toujours. Ceci dit Montebourg est définitivement grillé sur le MES, çà va rester collé sous ses semelles pendant de longues, très longues années. Il n'est pas de gauche celui ci.
    2/ Jean-Luc Mélenchon dit "Le PS est un astre mort " ! Bien sûr que nous partageons votre avis cher Jean-Luc Mélenchon. mais comment envisager une relation avec ce parti devenu moribond dans la sphère de gauche et surtout, ne faudrait-il pas plus développer car en effet comme Poutou le dit souvent le FdG travaille en région pour le PS et vote ses projets. Tout çà doit être plus expliquer car il y a ambiguïté sérieuse.
    3/ enfin, la dernière chose concernant se vote au Sénat ! Qui à t-il à faire croire que la gauche serait majoritaire au Sénat (ce qui reste à démontrer) et qu'au vote du 28 nous verrons les "sauces" voter un projet qu'ils soutiennent et çà ce n'ai pas assez dit et qu'en plus l'impact que va laisser ce vote sera terrible sur notre électorat. J'avoue qu'il n'est pas simple pour vous de dire que le parti socialiste est un parti de traitres. Ce mot est très lourd et personnellement je veut rien avoir à faire avec ses gens que je vais rapidement mettre au même niveau que l'UMP. En attendant consécutivement au vote de l'AN qui ont permis de sauver le MES et qui vont confirmer lors du vote du Sénat du 28. Je ne voterais jamais plus pour le PS. Je pense que notre crédit sera plus fort sans eux qu'avec eux.
    Mon vote reste acquis au FdG, mais aucun contrat ne devra nous lier au PS.

  17. 167
    Dominique de Bollène dit:

    Bravo et encore bravo !
    Juste une demande et une suggestion : dans un pays où nous sommes nombreux à être privés de travail et à en souffrir, j'aimerais entendre un peu plus le terme "Citoyens" et pas seulement "Travailleurs"...
    Pour le reste, ne change(z) rien, Camarade(s) !

  18. 168
    Chris68 dit:

    Je conseille aux 50-60 élus dont les parrainages manqueraient encore au FN de regarder encore une fois la vidéo de l'émission pour vraiment se rendre compte de l'ignorance et de la stupidité de la "leader" de ce parti raciste..... moi, je ne voudrais pas d'une telle "filleule"!
    Repose toi bien Jean-Luc, toute ma sympathie à toi et à ton équipe.

  19. 169
    Enki dit:

    Le 18 mars, reprenons la Bastille
    Rendez-vous à partir de 14h00 place de la Nation. Marche jusqu'à Bastille puis intervention de Jean-Luc Mélenchon.

  20. 170
    Coline dit:

    Monsieur Mélenchon,
    Je tiens à vous féliciter pour votre courage et votre ténacité dans le combat contre Mme Le Pen et son parti infâme. Son attitude était, lors de l'émission Des paroles et des actes, des plus méprisantes et aussi des plus pathétiques. Vous avez su par la raison et aussi par l'humour/l'ironie à démontrer qu'elle est sans aucun doute un véritable danger pour notre pays et la démocratie. Merci pour votre combat, merci pour votre engagement pour notre pays.

  21. 171
    Marvejols dit:

    @ Poppa 67
    Bonjour Monsieur Mélenchon,
    L'autre soir, il m'a bien semblé, que dame Le Pen était à un cil de pleurer quand elle vous écoutait la démonter. Si ma remarque est bonne, pourquoi ne pas l'avoir mise KO ? L'émission aurait pris une sacrée tournure.
    "

    Surtout pas ! Ce serait méconnaître les effets médias : qui pleure (sincèrement) est à tous coups le vainqueur dans ce qui est transformé systématiquement en match. Et celui qui fait pleurer se traine la honte (il perd doublement s'il est homme à faire pleurer une femme). C'est comme dans une cour d'école (eh oui la télé infantilise, c'est l'un de ses ressorts principaux) après la dispute, si l'un des mômes pleure tout se calme.
    Bon, moi je commence à en avoir marre de n'entendre que parler de Le Pen. Il y a une dame là au post 51 qui nous parle de la Poste -un service public devenu miséreux et très très cher et très très inefficace (pardon à ceux qui y travaillent mais l'usager ne peut tout gober sous prétexte de ne pas faire de la peine à ceux qui travaillent dans un service ou une boîte qu'on critique). Voilà c'est comme ça, pendant que les militants sautent de joie en criant "on a gagné!" la souffrance des travailleur continue. Et s'exprime humblement, discrètement, comme en s'excusant. La force de Mélenchon c'est d'écouter ça et de lui faire sa place (parfois un peu trop compassionellement, en la citant seulement), de la transformer en argument de conviction et de changement.
    Occupons-nous du post 51. Les gens qui posent ce genre de problème, faute de réponse, d'espoir, ils vous quittent. Et il arrive qu'ils aillent voter à la Marine.
    Il y a aurait d'ailleurs beaucoup à dire sur les entreprises et services publics, un immense champ de rénovation à gauche.

  22. 172
    Red@rt (13) dit:

    Beaucoup de blabla sur ce faux débat. Quoi qu'on en pense;
    Les arguments de Jean Luc Mélenchon ont nécessairement touché beaucoup d'auditeurs, même au FN! Marine Le Pen a perdu beaucoup de crédibilité. L'objectif de la démystifier est atteint.
    6 000 000 de personnes ont pu comparer la contradiction apportée par Jean Luc Mélenchon avec celles apportées par tous les autres intervenants. Ils ont pu apprécier une certaine qualité d'argumentation et l'idée que nous nous faisons du débat politique. Encore faut il pouvoir y répondre. Beaucoup de travail, de stratégie, d'intelligence et ça paye!
    Enfin je pense qu'on a gagné la bataille, on est très fier, ça nous a beaucoup motivé, on s'est bien marré! Un mot dur n'est pas une insulte. Le politiquement correct me débecte. "La correction" vis à vis du Front National est un luxe qu'il ne mérite pas aux vues des multiples infamies qu'ils véhicules chaque jour et par son histoire. La force de caractère de Jean Luc Mélenchon est un minimum requis. Je me sent parfaitement représenté a chaque fois qu'il s'insurge et que je suis par ailleurs effaré par le degrés de tolérance du monde médiatique et politique. Je suis heureux d'être représenté par une grande gueule. J'apprend beaucoup plus de chose en lisant le média Front de Gauche que sur l'ensemble de la sphère médiatique nationale.
    Enfin, je suis stupéfait par l'intelligence que révèle chaque jour la campagne du Fdg. Cette intelligence est contagieuse. J'ai de l'admiration pour l'équipe de campagne, je suis tous les jours un peu plus bleuffé! Pour sourire, je terminerais par une phrase creuse, pour la blague: Quelque chose s'est levé qui ne s'arrêtera pas!

  23. 173
    le goff dit:

    Bonjour,
    je tiens à préciser que contrairement à beaucoup d'idées recues les patrons du CAC 40 se sont déjà mis au gout du jour. En effet cela fait déjà 3 ou 4 ans que les retraites chapeaux ne sont plus d'actualité, y a que les ringards qui continuent et qui mettent à mal les gouvernants conservateurs.
    Voilà la nouvelle façon de payer. Les primes de bienvenue. Lorsque qu'un grand patron arrive dans une nouvelle société il reçoit une prime à peu prés équivalente à une retraite chapeau et quand il s'en va il a déjà ramasser la mise. Clic clac l'affaire est dans le sac en silence.

  24. 174
    bibi dit:

    Bon passons à autre chose que le FN. Il faut tourner cette page DPDA.
    Cette semaine, salon de l'agriculture. C'est devant, tout est à faire. Il y a là un auditoire complètement déboussolé et en attente de perspectives.
    Ce matin donc, dans Ouest France, programmes des candidats concernant l'agriculture :
    Jean-Luc Mélenchon : "taxation à hauteur de 80% des terrains agricoles devenus constructibles".

    Je suis boulversée quand je lis ça.
    Alors, des exploitants propriétaires des terres (jamais sans sacrifice l'investissement, tout le monde n'est pas héritier), pourront voir leurs terres requisitionnées par les communes (pour des zones, des routes ou du lotissement), et l'agriculteur explusé n'aura qu'à pleurer sur la plus value réalisée ? Est ce à dire qu'ils ne seraient pas traités comme un chef d'entreprise qui cède ses parts sociales (taxées autour de 35 %).
    Les agriculteurs seront ils toujours des citoyens traités différemment des autres catégories d'entrepreneurs ? Sur ce coup là, j'ai cherché partout des explications (je ne peux pas croire à une telle injustice de la part du FdG) et je n'ai rien trouvé. Quelqu'un a t'il les éléments précis pour me rassurer ?

  25. 175
    Jean-Yves Glockunsiol-Thghuigdiz dit:

    @Marvejols # 174,
    Quelle est la sociologie (employés, CSP, CSP+, ouvriers, étudiants, professeurs...) du vote acquis à Monsieur Mélenchon ? Est-ce que les ouvriers votent pour Monsieur Mélenchon ? Si oui dans quelle proportion au sein de son électorat et au sein de la population, ainsi également qu'au sein de la classe ouvrière ?
    Merci de me renseigner précisément.
    Cordialement,
    J-Y-G-T

  26. 176
    Ydaho dit:

    Puisque vous parlez de la Réunion, j'en profite un peu pour m'étendre sur le sujet.. Tout d'abord il a fallu que la toile en parle pour que les médias s'y "intéresse" ces trois ou quatre derniers jours, mais les "troubles" et les affrontements ne sont pas du tout récent, un de mes amis Réunionnais a mis il y a déjà 15 jours un message du genre "la Réunion brule et tout le monde s'en fout" !
    Ensuite on présente ça, bien sur, de façon tronquée, fustiger les casseurs déconsidèrent plus surement les vrais revendications d'un peuple qui est complètement étouffé et surtout complétement abandonné! Ce n'est pas seulement une "crise de la vie chère", c'est un malaise sociétal ! (A la réunion, 60% des jeunes n'ont pas de boulot ! et ces saloperies de boites qui emploient des gens continuent de faire venir des gens de l'hexagone!
    Je résume, parce que soit je ne trouve pas mes mots, soit je suis écœuré par le comportement d'une infime minorité qui pour des raisons essentiellement idéologique étouffent les habitants de la réunion ! Je n'ai pas besoin de faire un dessin! Bien sur, c'est pareil en Gwada ou en Martinique. Et si vous le voulez vous pouvez prendre connaissance de cet article.
    Il faut savoir aussi que dans amour permanent des Français, L’hôte de l’Élisée en campagne au salon de l'agriculture, a évité soigneusement tous les stands d'outre mer, ça fait toujours plaisir de contempler le mépris. Si par hasard vous y faite une petit visite, tachez de ne pas les oublier, ils vous en seront grès, je pense.

  27. 177
    jean 76 dit:

    Bravo pour la prestation face a MLP, le Front de gauche a marqué des points, le sondage du parisien en date du 24 fevrier et sans appel (90% Mélenchon, 10% MLP)
    Maintenant allons à la rencontre de tous les ouvriers (et on verra les 40% tentés par le vote front national) proposons le débat avec eux !
    Il nous renverser la vapeur et repasser au dessus du front national comme avant 1981 !
    C'est sur l'UMP et le PS n'en ont pas envie, exigeons !

  28. 178
    sergio dit:

    @ Nafissatou
    Merci encore pour les beaux liens que tu donnes : "la stratégie du chaos", "debtocracy", "l'alba" colorée d'Amérique latine.
    Pour Montebourg, je crois me rappeler qu'après l'échec électoral de Jospin-le-privatiseur et signataire du Traité de Lisbonne, si je ne me trompe, Montebourg avait déclaré à une réunion dans son département : "le temps des éléphants est terminé, c'est maintenant celui des lions". Du pur arrivisme ! Pour le congrès de Metz, alors que Hamon, Emmanuelli, Filloche, Liehnman, Jean-Luc en personne, Dolez et d'autres obtenaient 20 % et le courant Aubry-Fabius un gros score contre les droitiers Delanoé-Royal-Hollande-Valls, notre Montebourg était très très discret.
    Il a fallu le "créneau" des primaires-citoyennes pour qu'il saisisse l'occasion de redonner très éphémèrement existence au courant de gauche du PS, puis, dès le 2d tour, il se vend à Hollande. Qu'il se soit couché devant le MES et l'ordre capitulard d'Ayrault, est dans la pure logique de son arrivisme perso (@ redline69).
    Tout parti charrie ces opportunistes. Au PS, ca a été facile vu le fromage offert et la fin de son combat éthique en 83 : Bruno Julliard, Moscovici auparavant, Rocard, Lang ou Allègre encore plus loin dans le passé : capables des pires collaborations et trahisons pour leur gloriole, les intérêts et le pouvoir.
    Notre seule issue pour gagner désormais, c'est de nous attaquer aux mensonges et aux désastres que Sarkozy a créés avec l'UMP. Un FdG à 25 %, c'est largement possible si on continue et convainc encore plus d'abstentionnistes et d'ex-PS, d'ex-Modem, et bien sûr d'ex-lepénistes et ex-sarkozystes d'un jour, détrompés et réveillés grâce à Jean-Luc et à toute l'équipe du FdG.

  29. 179
    Pierre Richard dit:

    Bonjour, merci pour cette note, je savoure comme beaucoup ici votre éclatante victoire face à Le Pen jeudi soir.
    Je suis étonnée de lire des commentaires déçus parmi les nôtres. Qui aurait gagné entre Le Pen et Mélenchon ? la question dépasse de loin le cadre de ce faux débat, et même de l'élection à venir, c'est la raison et l'humanisme qui ont gagné ce soir-là, et comme beaucoup cela fait 30 ans qu'on attendait ça, c'est réellement historique.
    Quel panache de monter seul au front, face à Le Pen, à l'UMP, aux journalistes qui tous ont contribué à la répugnante extrème-droitisation de notre pays !

  30. 180
    Stephane dit:

    Ce qui fut significatif, également, se sont les moult courbettes en fleuritures que se sont adressées mutuellement Guaino et Le Pen. Ils se sont retronvés bien à droite, bien ensembles.

  31. 181
    Nicolas dit:

    Ce n'est je crois pas partisan de ma part de vous dire que vous avez été génial sur France 2 face à Marine Le Pen. Non, franchement, génial. J'ai pas mieux à dire.
    Quand je pense que Hollande pour qui se devrait aussi être le rôle - en tant que représentant d'un parti de gauche - d'attaquer ce parti de la haine pour tout ce qu'il représente ne bouge pas d'un poil sur ce terrain, il est heureux de pouvoir compter sur vous et tous vos militants. Pour le coup, vous avez à vous seuls fait le travail pour toute la gauche. Grand merci. C'est heureux pour nous français, mais également pour toute l'Europe, quand on sait les liaisons qu'elle entretien. J'imagine mal ce qu'en serait la politique s'il n'y avait eu le Front de Gauche. Je penserais à m'organiser pour le maquis je pense.
    Et à la Marine, ma foi je n'ai qu'un message : du vent ! Ouste ! Du balai ! Bon débarras !

  32. 182
    Menjine dit:

    Arrêtons de gloser sur les sondages, les retombées, de chercher à savoir si il y eu une larme de crocodile ou de dépit. Les choses ont été faites, bien faites et ce qu'il va falloir compter, c'est dans deux mois, un dimanche soir, des bulletins de vote Mélenchon.
    Alors, pas de temps à perdre car Mardi, dans deux jours c'est le vote du MES au Sénat, remuons-nous pour les obliger à se déterminer bravement, autrement que dans "la dynamique abstention", et il y a le 29 où une manifestation européenne est programmée. On a de quoi parler, et de quoi faire.

  33. 183
    Fabrice64 dit:

    Excellente idée d'avoir attaqué Marine Le Pen sur les droits des femmes! Et maintenant, je crois moi aussi que la cible principale doit être NS. Réagir à toutes ses propositions grotesques systématiquement. Peut être oublier un peu François Hollande. NS se pose en challenger du soit disant futur président, et avec sa grande g... il est capable de rattraper son retard. Et comme il ne faut pas compter sur les mediacrâtes pour le contredire, vu que leur seule
    préoccupation est de payer moins d'impôts.

  34. 184
    shakti dit:

    Très bonne prestation de Jean Luc Mélenchon Face à Le Pen !
    Nous avons gagné un match, mais il ne faut pas oublier que pour plus de la moitié des gens qui vote Le Pen, pour eux,
    c'est un vote de contestation!
    Et c'est à nous de leur montrer que le vote "contestation" (et bien plus encore) c'est nous, Mélenchon, le front de gauche, le programme!

  35. 185
    Humain de la terre dit:

    Merci Monsieur Mélenchon, « Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire. » de Jean Jaurès !
    Vous avez je l’espère désillusionné bon nombre de gens qui voulaient voté MLP comme vote de contestation.
    Nous attendons très impatiemment un débat face a Sarko, n'oubliez pas s'il vous plait de parler ce jour là, de la destruction du système de santé, par les diminutions des protections sociales, mais aussi par la restructuration des hôpitaux!
    Merci encore!

  36. 186
    Julien dit:

    Monsieur Mélenchon
    Je viens de visiter votre blog pour la première fois. C'est un délice. On apprend plein de choses que l'on nous cache par ailleurs. De plus les commentaires de vos lecteurs sont très éclairés et cerise sur le gateau pratiquement sans faute d'orthographe. C'est flagrant par rapport à ce que l'on peut lire sur les sites des journaux ou des radios. J'ai visionné vos meetings sur le site de LCP. Formidable. Une petite proposition: ne pourrait on pas entendre dans vos meetings à un moment ou un autre la chanson du regretté Jean Ferrat "Ma France" ? J'en ai la chair de poule chaque fois que je l'entends. Continuez le bon travail que vous faites ça paiera bien un jour.

  37. 187
    Jean Jolly dit:

    @ Cécile 63.
    Bien sûr que si nous sommes d'accord, peut être pas sur la forme mais forcément sur le fond. Je ne crois pas un seul instant que les sénateurs procèdent sous la pression (écrite) des quelques lambdas que nous sommes, même par quelques milliers, contrairement aux députés élus par le peuple. Une sénatrice ou un sénateur travaille en groupe et donc par définition sous les directives d'un parti ou d'un groupement de partis, c'est le défaut même de cette constitution.
    Nous allons donc connaître la stratégie de la droite du PS et le pourquoi de cette décision de s'abstenir massivement plutôt que de choisir le vote contre... manifestement, ils ont une idée derrière la tête.
    Pour être clair, les Français vont découvrir si oui ou non le PS est encore un parti de gauche, c'est aussi simple que ça.

  38. 188
    ROFFO dit:

    Bonjour
    Juste un mot concernant le MSE. Si j'ai bien compris, cette machine de guerre contre les peuples n'est ni plus ni moins une mise sous tutelle, en abrégé: MST, des budgets des pays européens (voir la Grèce) qui nous pend au nez, au seul profit de la finance internationale et c'est un aveu de taille d'avoir choisi le Luxembourg comme siège!
    Salut et fraternité.

  39. 189
    Habchi Nordine dit:

    Bonjour à vous Mr. Mélenchon et à tous les blogeurs! Je suis en total accord avec tous ceux qui expriment leur souhait de vous voir rediriger la tête du missille en direction de notre "grand leader". Ma conviction fondé par l'observation d'une partie de mon entourage et de ses réactions (J'habite en ardèche région où malheureusement l'extrème droite fait de très bon score) me porte à croire qu'en vous positionnant comme son principal contradicteur les personnes qui prevoyent de voter F.Hollande non par conviction mais par peur de revivre un 21 avril 2002 ou parcequ'elles ne vous prennent pas assez aux serieux verraient en vous une personne qui a les épaules et l'entregent assez large pour s'imposer comme LE candidant de la gauche aujourd'hui!
    Très bonne mise en lumière de l'hypocrisie médiatique qui me révulse de plus en plus chaque jour de bacon sur la prétendu complexité du débat! Soit les médias nous prennent pour des abrutis, soit ils sont eux même abrutis, soit tous cela est cyniquement organisé pour empécher - attention quintuple guillemets - "la venue des chars rouges". Au final c'est un mix d'un peut tout ça qui rend compte d'un travail plus que limitée de pas mal de journalistes ! Le Bruit et la Fureur Place Au Peuple ! Petit hymne touchant et plein d'humour à Jean Luc Mélenchon [...]
    (PS: Avez vous un passage prévu en Ardeche ou dans la Drôme ?)

  40. 190
    jean 76 dit:

    Gérard blanchet a raison, il faut viser les 15%,et ensuite exiger une assemblée constituante et en juin battre la droite encore !
    Mais si Bayrou se dégonfle se sera pour Sarkozy ! alors pas de relâche, rien n'est gagné ! C'est la seule chance de faire bouger le curseur à gauche n'en déplaise à la finance.
    Soyons fou, je disais dans une assemblée non prévue (50 militants) à la permanence du mercredi, nous pouvons gagner le siège de député, mais le responsable de section n'y croit pas.
    Va-t-on coller, distribuer sans espoir de battre ses sortants qui s'abstiennent ou qui vote OUI sur le MES ?

  41. 191
    breteau jean claude dit:

    J en vois ici s enflamer et disant au suivant,attention en politique notre objectif premier c est de gagner des voix, c est le contact direct avec l electeur qui fait progresser.Avant de s en prendre a un autre candidat pour lui faire perdre des voix, il est utile de regarder si elles vont renforcer notre potentiel ou les envoyer chez un concurent, ce qui aurait l effet inverse du but recherche.En politique -(moins) pour l un c est + (plus) pour l autre, notre objectif etant la presence de J L Mélenchon au second tour notre strategie doit etre tres fine pour ne pas envoyer betement des voix a un concurent.Les 2 candidats interchangeables choisies par la bourgeoisie qui leur offre sondages et portes ouvertes dans les media, laissons les se debrouiller entre eux qu ils se neutralise c est leur probleme,pas le notre.je remarque avec interet que seul le duo " officiel" a droit de citer, c est la preuve de nos progres que le debat faisande a fait croitre a leur grande deception (f o g)

  42. 192
    Jean Lelong dit:

    Renvoyer les immigrés en masse profiterait tant à l’hyperclasse qu’on peut se demander si elle n’aurait pas dicté ce projet à Mme Le Pen (et à Mr Guéant).
    Privées de main d’œuvre, des usines fermeraient avec pas ou peu de licenciements. Il suffirait à l’hyperclasse de faire emporter les machines en Afrique pour y retrouver les ouvriers déjà formés, rapatriés aux frais de la France et contraints de travailler aux conditions locales.
    Quant aux nigauds qui auraient cru assez nombreux aux sirènes de la préférence nationale pour élire Mme Le Pen, ils constateraient vite que les fermetures d’usines ont empiré le chômage des Français de souche, les contraignant à encore plus de docilité.
    Comme un malheur ne vient jamais seul, le pays aurait encore moins de produits à exporter et plus à importer.
    Non Mr Mélanchon, Mme Le Pen n’est pas inutile. Elle estnuisible, surtout en détournant avec ses arguments en forme d’évidences trompeuses les victimes du système du seul moyen de combattre leur oppresseur : l’unité dans le Front de Gauche.

  43. 193
    Dauphinoise dit:

    Merci Mr Mélenchon pour cette "vue" de l'intérieur et votre commentaire sur le non-débat avec MLP. Elle a été pitoyable, je ne reviens pas dessus.
    Au sujet du MES, j'ai écrit aux députés de mon départements, un seul m'a répondu. Je livre ici quelques extraits en espérant avoir toute la place :
    Cette prise de position est mûrement réfléchie. Elle reflète tout à la fois notre attachement à la construction d'une Europe fraternelle et unie et notre refus simultané de l'austérité pour les peuples et de la timidité face aux marchés financiers.[...] Le MES nous semble un outil indispensable pour faire face à la crise que nous traversons {...] Il est enfin à déplorer que le MES soit lié au TSCG [...] Ce traité, exclusivement centré sur la rigueur budgétaire conduirait, s'il était signé et ratifié en l'état, à l'aggravation des difficultés pour les européens. Faire du MES l’antichambre du TSCG reviendrait à faire du renforcement de l'austérité la condition de la solidarité.La situation aujourd’hui endurée par le peuple grec, et dans une moindre mesure par les peuples espagnol, portugais, italien ou irlandais, rend cette perspective inacceptable.
    Je la fais courte mais il le faut. Alors je sais pas vous mais pour moi, il dit tout et son contraire. Ça tient pas debout une minute ! Ou alors j'ai pas tout compris. Mais voici un axe de réponse, surtout à la fin du texte.
    Quant aux sénateurs ils ont déjà dit qu'ils s'abstiendront ! En attendant, j'envoie un mail à tous les sénateurs. C'est long mais pas grave. J'avoue avoir reçu une réponse de Madame Annie David qui votera contre mais ça je n'en doutais pas une seconde.

  44. 194
    Mélopée dit:

    @bibi
    "taxation à hauteur de 80% des terrains agricoles devenus constructibles"

    Je crois qu'il ne s'agit pas de léser l'agriculteur dont les terres agricoles seraient réquisitionnées. Je pense qu'il s'agit des taxes pour les futurs propriétaires.
    A vérifier.

  45. 195
    Alzouheri dit:

    Guaino, bienveillant avec l'extrême droite, agressif avec les gens de gauche
    Sur France 3 Ile-de-France, Henri Guaino s’est emporté en direct samedi lors d’un débat télévisé avec un élu socialiste, tapant sur la table et lui lançant : «taisez-vous, c’est insupportable à la fin !».
    Dans la première moitié de l’émission, M. Guaino a pris la mouche quand son contradicteur a parlé de «débat délétère», «indigne» sur l’identité nationale. «Si vous répétez indigne, on va arrêter là», a tranché M. Guaino. «Je ne viens pas sur des plateaux pour me faire insulter». «Si je vous traite de sale con, ça va vous plaire ?», a-t-il demandé, alors que la conversation virait au brouhaha. Et d’ajouter à la reprise du débat «Mais c’est insupportable à la fin, je peux parler oui ?» a-t-il crié, tapant sur la table. «Taisez-vous, vous avez assez parlé !».
    A un moment, l’élu de l’Essonne a regretté que le conseiller de Nicolas Sarkozy n’ait pas montré la même agressivité vis-à-vis de Marine Le Pen à laquelle il avait été opposé jeudi soir.

  46. 196
    polnareve83 dit:

    Vraiment bravo ! Mais le combat continue et deux mois ca passent tres vite et tout s'emballe les dernieres semaines.
    Le chemin est tracé maintenant faut concrétiser. Il faut s'ouvrir les medias, tout passe en grande partie par eux.
    Quel bonheur la joie et l'espoir sont de retour.
    Haut et fort.

  47. 197
    alain dit:

    à Bibi 16h40
    Le programme du Front de gauche pour un modèle agricole, est a télécharger sur le site Place au peuple (Militer, tous les appels). Le programme étant beaucoup plus complet que ce que veut bien en rapporter Ouest France. A noter que cette taxe sera affectée a l'installation d'agriculteurs.

  48. 198
    de passage 54 (64) dit:

    Que pensez-vous de ces propositions émanant d'un agronome? je les trouve frappées au coin du bon sens.

  49. 199
    Louis Cardenac dit:

    [...]

    [Edit webmestre : Cher Jacky, tant que vous changerez de pseudo à chaque commentaire, ceux-ci ne seront pas publiés, quel que soit l'intérêt qu'ils présentent. Ce sont des méthodes de trolls, et c'est à titre personnel qu'elles m'indisposent ! J'en ai dénombré 105, tous différents, parfois assortis de la mention FdG et d'un département différent. La plaisanterie est terminée.]

  50. 200
    bibi dit:

    @Mélopée
    Merci de ta réponse et elle pourrait me rassurer et surtout autour de moi. Tu me dis "je crois". Sais tu où je pourrais trouver l'information précise ?
    Quelqu'un sur le blog connait-il la réponse ? Comme tu dis, "à vérifier" et la nuance est d'importance.

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10 1119 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive