24fév 12

Un mois en une semaine

La vie sans Le Pen, un avant-goût du bonheur.

Ce billet a été lu 98 307 fois.

000_gilles_perretComme je suis désolé de n’avoir pas goûté ces instants de calme, approximatifs, devant mon clavier depuis une semaine ! Ma cadence d’écriture a été ralentie par une semaine bouillonnante dont vous avez dû apercevoir quelques moments drôles l’autre soir devant Marine Le Pen. Dans les lignes qui suivent je dis ce que j’ai fait. Juste pour essayer d’évoquer une ambiance de vie. Puis je viens sur la soirée de non-débat sur le plateau de France 2. Et je reviens sur le « Mécanisme européen de stabilité », la machine infernale de l’Europe austéritaire. Pour l’information de votre argumentation je viens un moment sur les déclarations de Sarkozy sur l’emploi. Puis je me sauve en courant faire ma valise.

Deux séries de photos d'ouvriers métallurgistes au travail et dans la lutte illustrent ce billet. Les premières sont tirées du film documentaire de Gilles Perret "De Mémoires d'ouvriers" qui sort en salle le 29 février prochain. Les autres ont été prises jeudi 23 février par Rémy Blang sur le site de l'usine Arcelor-Mittal de Florange en Moselle.

Encore une semaine au pas de charge. J’en fais le récit en survol et l’on verra qu’on pourrait en faire un livre ! Le milieu de semaine déjà était dense comme une brique. Entre une grande interview à Nice avec la rédaction de « Nice matin » et « Corse matin » entre deux avions (bonjour mon bilan carbone !) et mon séjour à Bastia c’était déjà sous pression. A Bastia ensuite, quelle histoire encore ! Tant de monde, tant de visages de tous âges et cette furia incroyable qui répondait à chaque moment des discours lorsqu’ils faisaient écho aux valeurs qui nous rassemblent ! Pour moi c’était aussi la rencontre avec les communistes de l’île. Je ne les connaissais pas. J’avais seulement passé quelques instants avec Dominique Bucchini à la Fête de l’Humanité. Ici je le retrouvais chez lui, parmi les siens. Gourmand de personnages et de personnalités comme je le suis, lui fut un festin. Ces sortes d’hommes sont un mélange méditerranéen dans lequel je reconnais la pâte dont je suis moi-même pétri. Mais Dominique domine tout d’une tête, tranquille, entre sourires amusés et silences éloquents. Cependant nous étions tous au même étonnement devant tant de monde rassemblé pour une des plus importantes réunions vue dans l’Ile depuis bien longtemps, m’a-t-on dit. 00_gilles-perretDominique Bucchini était cependant le moins étonné. Lui avait déjà beaucoup tourné sur son secteur en tenant douze réunions sur la présidentielle. Il me raconte comment, quand dans un village de dix-neuf habitants il en a vu venir huit à la réunion, il s’est dit que cela valait tous les sondages !

Mardi on a fait la conférence de presse à l’Assemblée avant le « Mécanisme européen de stabilité ». L’enjeu du jour c’était le nombre de députés socialistes et écologistes qui voteraient avec nous. Pour moi c’était une affaire très émotionnante, car je retrouvais toutes le données politiques qui ont conduit à mon départ du PS avec Marc Dolez et les autres. Toute la journée de la veille, j’ai eu des socialistes au téléphone pour mesurer la situation, argumenter, rassurer. Ce n’est pas facile dans l’ambiance actuelle au PS de tenir tête. A peine cinquante députés socialistes à la réunion de groupe. Un vrai dispositif de contrôle politique était ensuite en place pour accueillir un par un ceux qui arrivaient dans l’hémicycle à l’heure du vote. Malgré cela, il y a eu des têtes dures. Et quelques incompréhensibles capitulations. Pourquoi01_gilles_perret Montebourg a-t-il cédé ? Il aurait dû être en première ligne. Dans un autre genre de registre, pourquoi ceux qui ont voté « non » en sont-ils resté à une démarche individuelle, isolée et muette ? Le PS est un astre mort.

J’en viens à la bataille contre les nouveaux traités européens. Les événements qui s’y rapportent sont couverts par une lourde et significative indifférence médiatique. En dehors de « Libération » et du « Monde », toute la bien-pensance qui pétarade son « oui-ouisme » européen aigu s’est inscrite au registre des absents. Pas là, pas au courant. Rien à signaler. Mardi 21 février, les députés devaient se prononcer sur l’instauration du « Mécanisme européen de stabilité ». Dans cette affaire rien n’est simple. Même le processus de ratification est complexe puisque les députés étaient amenés à se prononcer sur deux projets de loi. Le premier projet de loi autorise la ratification de la décision du Conseil européen modifiant un article du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne afin de permettre la mise en place d’un « Mécanisme européen de stabilité ». Un « Mécanisme » en général, sans dire lequel précisément. Le deuxième projet de loi autorise la ratification du traité instituant le « Mécanisme européen de stabilité ». Celui-là en particulier. Vu ? En résumé, les députés devaient d’abord voter sur le principe d’un « Mécanisme européen de stabilité » puis sur le projet en tant que tel du MES dont j’ai déjà parlé ici. Mardi soir, les députés du Front de Gauche ont donc voté contre à deux reprises. Les députés du Front de Gauche ont fait bloc face à « un projet qui saigne les Etats européens » et ont voté « NON » au MES. Les 3 députés d’Europe-Ecologie-Les-Verts ont également voté contre le MES. Malheureusement les socialistes ont eu besoin pour se mettre d’accord entre eux de diviser toute la gauche. Alors que nous aurions pu tous nous unir pour rejeter ce dangereux projet, les députés du groupe socialiste ont choisi de s’abstenir. Seuls 16 députés socialistes ont eu le courage de ne pas respecter la consigne et ont également voté contre. Leur vote est la preuve que contrairement à ce que dit la direction socialiste, le vote lamentable qu’elle a choisi ne va pas de soi, qu’il est critiquable. A la demande des députés du Front de Gauche, le scrutin était public pour que chaque citoyen ait le droit de connaître le vote de nos députés. La droite étant majoritaire, 02_gilles_perretl’Assemblée Nationale a donc adopté mardi le MES. Sans opposition du Parti Socialiste qui n’aura jamais voté sur la question ni en bureau national, ni en groupe. Le député de la Corrèze François Hollande, « prochain président », s’est abstenu.

Mais le texte doit encore passer au Sénat où cette fois-ci la gauche est majoritaire. Les sénateurs du Front de Gauche continuent le combat. Ils seront présents mardi prochain pour voter contre le MES. Ce n’est pas tout. Nicole Borvo, la présidente du groupe Front de Gauche, a également interpellé l’ensemble des sénateurs de gauche afin de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. En effet, pour les traités précédents (Traité d’Amsterdam, TCE, Traité de Lisbonne) le Président de la République avait saisi le Conseil constitutionnel en amont de la ratification. C’est une figure imposée par l’usage car il est évident que chaque nouveau traité modifie le périmètre de la souveraineté nationale en en déléguant une part au niveau européen. Or la Constitution ne permet pas ce genre de transfert sans que cela soit expressément délimité et affirmé en congrès du parlement. Cette fois-ci Nicolas Sarkozy n’a pas osé prendre le risque d’un rejet par le Conseil constitutionnel. En effet, pour bénéficier du MES, les Etats devront se soumettre à la tutelle budgétaire de Bruxelles. Or, l’article 14 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, préambule de notre Constitution, établit la souveraineté du peuple en matière de politique budgétaire. Le MES et le traité Merkel-Sarkozy ne respecte donc pas notre Constitution. Il faut maintenant réussir à réunir les 60 sénateurs ou députés pour pouvoir déposer ce recours devant le Conseil constitutionnel. Il est décisif que nos amis se mobilisent partout pour exercer l’interpellation des parlementaires sans laquelle tout cet épisode03_gilles_perret sombrerait dans le néant de l’indifférence et de l’oubli auquel aspirent ceux qui organisent cette manœuvre. Je vous retrouve bientôt et à tout le moins le 29 dans les rues de Paris.

Jeudi, je suis rentré de Bastia après avoir enregistré l’émission de débat politique de France 3 – Corse qui passe ce dimanche. Quarante minutes sur une heure d’émission consacrées aux langues régionales ! Une occasion inespérée de faire le point en public. Puis, départ en courant toujours, jusqu’à l’aéroport. Là une pause plus tranquille que la veille pour parler en ami à ces jeunes gens si courageux qui campent depuis cent dix-huit jours dans le hall de l’aéroport, les indignés d’Air France. Vainqueurs en justice contre la compagnie qui nie leurs droits, ils n’ont pour autant aucune application de ces décisions de justice. Telle est la France de Nicolas Sarkozy. De retour à Paris, après une interview sur la situation à La Réunion et un long contact téléphonique avec le député européen sur place Younous Omarjee, ce fut aussitôt la réunion de mise au point pour l’émission avec Marine le Pen. De cette émission je parle plus avant dans cette note. La nuit fut courte compte tenu de la charge d’adrénaline à éponger ! Le lendemain matin, petit moment de bonheur avec la réunion nationale des Fralib à la Bourse du travail. Là, j’étais aux côtés de Pierre Laurent, Martine Billard et André Chassaigne, sans oublier Laurence sauvage et Eric Corbeau, les chevilles ouvrières du Front des luttes. J’en suis parti avant qu’Olivier ne parle, le dernier orateur des Fralib. Je suis sorti tellement vite vu mon retard que j’ai lâché toute la presse et oublié de saluer tous les amis. Puis dès le retour au pas de charge à l’Usine je me suis mis au clavier pour commencer cette note. Et ensuite recevoir le roi des boucher, Yves-Marie le Bourdonnec qui venait présenter son livre dans nos murs ! De là, je suis passé au copain qui me représente en Nouvelle Calédonie et aux réponses à la revue qui l’accompagnait. Avant cela c’était le journal « L’équipe » à propos du régime de l’athlète politique. J’ai fait une pause pour dormir vingt minutes dans mon fauteuil, ma veste sur la tête pour masquer la lumière. Une vieille technique apprise dans les nuits de congrès. L’œil à peine ouvert, voici le moment de faire le point avec le directeur de campagne François Delapierre. Puis d’examiner le bilan de la communication de campagne sur les spots à venir avec Arnauld Champremier. La suite ressemble à ce début. On court beaucoup. La vie finit par être comme suspendue et décalée. Autour de moi, selon leur poste de combat, les uns et les autres sont dans le commentaire ou le bilan de tel ou tel événement qui a eu lieu il y a 04_gilles_perretun ou deux jours. Tout cela me paraît déjà si lointain ! Il faut revenir sur terre ! Je vais faire deux pauses de quatre jours entrecoupées d’un retour à Paris pour la manifestation du 29 février à l’appel de la Confédération européenne des syndicats. Et pour aller au Salon de l’agriculture.

C’est sans doute l’événement politique le plus étrange que j’aurai vécu. Je suis obligé de dire que j’ai bien ri, ensuite, alors même que le sujet est très sérieux. Dans le véhicule du retour, l’un des nôtres fut pris d’un fou-rire inextinguible en évoquant la mine de panique et de ridicule de Marine Le Pen s’agitant avec ses papiers et faisant mine de lire son journal. Sur France 2, Madame Le Pen s’est tiré une balle dans le pied devant six millions de personnes avant de s’assommer elle-même. Je ne sais pas qui lui a suggéré cette tactique stupide ni pourquoi elle l’a appliquée alors qu’elle ne m’a pas semblé manquer de flair politique jusque-là. Je vous renvoie au récit d’Alexis Corbière qui se trouvait à mes côtés toute la soirée. Autour de moi, le groupe des spécialistes du Front National dans mon équipe se frottent les mains. Pour eux, je leur en donne acte, Madame Le Pen n’a jamais été le visage d’une nouvelle extrême-droite. Et dans le registre traditionnel de l’extrême-droite elle serait loin d’être la plus performante. Pour eux donc, la soirée marque le tournant de la carrière de Marine flor-2Le Pen à la tête du Front National. C’est son premier revers lourd, humiliant et public. Tout ne peut qu’aller plus mal pour elle désormais. Non de notre seul fait mais du fait de ses limitations visibles comme dirigeante et comme porte-parole de sa propre mouvance. Ce point doit être éclairé.

La banalisation du Front National à laquelle elle aspirait est un échec. Je pense que sur ce point nous avons joué un rôle décisif en brisant l’ambiance de sidération qui l’entourait du fait de la contamination des idées hostiles aux musulmans dans de larges sphères de la bonne société. Dorénavant, de tous côtés la machine est en train de s’inverser. A l’exception notée de « L’Express » où elle garde un solide appui, tout le reste de la presse est en train de tourner.  Face à ce retour de bâton Marine Le Pen est sans stratégie de rechange. Elle a joué son va-tout. En même temps elle s’est coupée d’une partie de ses bases qui n’a jamais accepté le prix à payer pour cet objectif fumeux de « dédiabolisation ». Son engagement à revenir aux « fondamentaux du FN » dans une maigre salle comme celle qu’elle a réunie à Strasbourg sonnait comme un aveu de flor-28distance que les commentateurs ont laissé passer sans le noter. Mais pas nos analystes. Nous en avons tiré les conséquences.

Mon cap d’entrée avec elle sur le dossier de l’égalité homme-femme m’a permis d’entrer au cœur du rideau de fumée qui masque les contradictions d’orientation au FN. Notre intérêt tactique est donc de la laisser clouée là où elle est : dans cet « entre deux » asphyxiant pour le FN. Car sa tactique de quête de respectabilité l’a coupé de ses bases militantes actives et de ses milieux sociaux d’élection sans la rapprocher d’une capacité de relève sur la droite à la peine avec Sarkozy. Face à nous, cette position c’est tout bénéfice. En premier lieu son programme commun avec Sarkozy la situe dans le camp le plus détesté du point de vue de ceux qui s’opposent au système. Nous avons vu la contre-performance se jouer sous nos yeux. Même si nous avons été très exaspéré du ton et du contenu des propos d’Henri Guaino face à elle, force est de reconnaître que celui-ci l'a bien scotchée dans un espace commun et même équivalent à certains moment. Les « je vous donne raison », « vos mots me parlent » de Guaino ont certes permis à Madame Le Pen de reprendre son souffle sur le plateau. Mais cette bienveillance l’a asphyxiée. Là encore elle n’a rien vu venir du fait de l’aveuglement qu’elle s’inflige dans sa quête de respectabilité. Si bien qu’elle a fini par féliciter Guaino et se réjouir du fait que l’échange avec lui était « très agréable ».flor-3 Comme candidate « anti-système » on fait mieux. En second lieu, tout ce qui met à nu les pénombres de Madame Le Pen l’oblige à se révéler à contre-emploi.

Ainsi de la question du droit à l’avortement « réservé » à celles qui peuvent se le payer. Fin janvier, Marine Le Pen avance devant la rédaction de Rue 89 sa proposition de déremboursement de l’IVG. Le directeur de campagne de Madame Le Pen et n°2 du FN, Louis Alliot, est allé encore plus loin dans l’émission « Mots croisés » du lundi 30 janvier en osant évoquer ce qu’il appelle les « IVG de confort ». L’indignation que de tels propos soulèvent quand on les découvre fait partie du plan de communication. Vous allez voir pourquoi. A nos yeux c'est ici l'égalité humaine dans la capacité à disposer de son corps qui est mise en cause. Avec Madame Le Pen seuls les riches pourraient avorter. Que feront les femmes qui n’ont pas les moyens financiers d’avorter ? Devront-elles recourir aux « faiseuses d’anges »  comme cela été le cas pour des milliers de femmes dans le passé ? Ici, Marine Le Pen promet aux femmes les moins argentées un retour en arrière de 30 ans. En effet, après la loi Veil de 1975 légalisant l'IVG, c'est François Mitterrand qui avait permis en 1982 de concrétiser ce droit en décidant de son remboursement par la Sécurité sociale. Nous, ça nous indigne ! Mais à l’extrême-droite aussi. Pour la raison diamétralement inverse ! Car vu avec un œil de sympathisant du Front National, le tableau est tout autre. Voici ce qu’il découvre : après avoir passé 38 ans à combattre le droit à l'avortement, le Front flor-29National l’accepte. Qu’il s’agisse de le réserver à celles qui peuvent se le laisser payer ne change rien pour eux. Ils ont passé les quarante dernières années à combattre non pas le remboursement ou non, mais le droit à l’IVG lui-même. Aborder le thème coupe Madame Le Pen sur ses deux rives : celle de la respectabilité et celle de ses bases.

Même situation à propos du « salaire parental » qu’elle propose du bout des lèvres. C’est une idée aussi vieille que l’extrême-droite : les femmes à la maison avec les enfants ! Mais ce dispositif serait créé selon elle « dès que les finances publiques » le permettront. Hum ! Marine Le Pen dit permettre à chaque « parent » de « choisir » d’arrêter son activité professionnelle pour s’occuper de ses enfants. Pour cela ce parent disposerait d’une allocation équivalente à 80% du SMIC, pendant trois ans, à partir du deuxième enfant. 80% du SMIC net cela représente 878€ par mois. A comparer. Car le seuil de pauvreté pour une personne seule avec deux enfants est de 1 526€, et de 2000€ pour un couple avec deux enfants. Voilà ce que propose réellement Marine Le Pen : une allocation inférieure au seuil de pauvreté ! Comme incitation au retour à la maison il y a mieux !

Ce n’est pas la seule arnaque de son projet sur le sujet. Voyez plutôt. Aujourd’hui, un parent seul avec deux enfants et ne travaillant pas, peut prétendre au RSA. Il reçoit alors 1016€ si l’un des enfants a moins de 3 ans. Soit 330 euros de plus que le « salaire parental » de Madame Le Pen ! Marine Le Pen propose donc moins que ce qui existe aujourd’hui ! En fait, son « salaire parental » plongerait de nombreuses familles dans une situation de plus grande précarité. Encore une fois, les femmes seraient les premières victimes de cette précarité. Les femmes seules avec enfants représentent en effet plus de 85% des familles monoparentales. Et dans un couple, c’est bien plus souvent la femme plutôt que l’homme qui arrête de travailler pour s’occuper des enfants. Ainsi, au point de départ, il s’agit seulement d’une traditionnelle politique du retour des femmes à la maison. C’est le refrain « social-familial » des politiques réactionnaires depuis toujours. A l’arrivée, il s’agit juste d’une pauvre arnaque de type Sarkozyste : échanger ce qu’on a contre pire ! Dans ces conditions allumer la lumière sur ce projet révulse sur deux fronts. D’abord tous ceux qui s’opposent à la réduction du rôle des femmes aux tâches familiales qui flor-5interdit leur émancipation professionnelle. Pas une once de respectabilité et de dédiabolisation à attendre de ce côté sitôt que le projet est connu. Mais dans cette version Sarkozyste, il écœure aussi le gros réactionnaire nataliste et nuptialiste traditionnel de l’extrême-droite classique.

Un sujet qui l’a aussi bien mise mal à l’aise est l’affaire de la citation de Robert Brasillach faite par Jean-Marie Le Pen lors de la réunion à Lille du Front National. Je n’y reviens que pour expliquer de quoi il retourne avec assez de soin pour que chacun de mes lecteurs situent de quoi nous parlions sur le plateau de France 2. Madame Le Pen me donnait des leçons sur ce que doit être le comportement « convenable » d’un candidat à la présidence de le République. Je lui ai répondu que le comportement correct d’un candidat est de hurler, de se lever et de quitter la salle quand on cite un collabo antisémite en exemple dans une réunion où l’on se trouve. Samedi 18 février à Lille, Jean-Marie Le Pen a conclu son discours par une citation de Robert Brasillach. Cette citation a été chaleureusement applaudie par le public composé de militants et flor-33cadres du Front National. Madame Le Pen, présente dans la salle n'y a rien trouvé à redire. C’est très grave ! C’est indigne. Voici pourquoi, afin que nul n’en ignore.

Robert Brasillach a été condamné à mort et fusillé pour « intelligence avec l'ennemi ». C'était un collabo patenté. Je le dis pour que ceux qui pensent que Madame Le Pen défend la France sachent que son parti applaudit un traître à la patrie. Pire, sous le régime du maréchal Pétain, Brasillach dirigeait le journal antisémite « Je suis partout » édité à 250 000 exemplaires. Le plus important journal de la collaboration. C'est dans ce journal infâme qu'il a notamment écrit le 25 septembre 1942 : « Il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas garder les petits ». Enfin, pour être complet, voyons les dernières paroles de Brasillach. A son procès, il affirme : « Je n'ai rien à regretter de l'intention qui m'a fait agir ». Et avant d'être fusillé, le 6 février 1945, il déclare à son avocat : « C’est aujourd’hui le 6 février, vous penserez à moi et vous penserez aussi aux autres qui sont morts le même jour, il y a 11 ans », en référence à la tentative de coup d'Etat fasciste du 6 février 1934. Madame Le Pen accepte donc sans broncher qu'on cite dans ses meetings un fasciste, collabo, appelant au crime antisémite de masse, nostalgique d’une tentative de coup d’Etat.

Pour se défendre, Madame Le Pen explique qu'il faut « détacher l'œuvre de l'homme ». Cet argument ne tient pas. Je m'explique. D'abord, Jean-Marie Le Pen fait des discours depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'on cite autant une œuvre que son auteur. C’est donc toujours un choix politique de citer. Jean-Marie Le Pen a donc délibérément et politiquement choisi de citer Brasillach. Ensuite, le discours de Jean-Marie Le Pen est un discours de stratégie politique dans un week-end militant qui comporte un important volet de "formation" des militants du FN. Il termine son discours en parlant de la question de "l'Honneur" et c'est à ce sujet qu'il cite Brasillach et son poème « L'enfant d'honneur ». Pour ce qui est des enfants, on sait ce que Brasillach pensait. Quant à l'honneur d'un collabo, on se demande bien ce que cela peut-être. Le texte cité par Jean-Marie Le Pen est extrait du recueil « Les poèmes de Fresnes » de Brasillach. Tous les poèmes de ce recueil ont été écrits en prison en 1945. Brasillach a écrit ce poème après avoir été condamné à mort et une semaine avantflor-36 son exécution. C'est donc un testament littéraire et politique. Il est donc impossible de « séparer » les deux pour reprendre le mot de Madame Le Pen … et de Robert Brasillach. J’en reste là pour cette fois-ci.

Mercredi soir sur France 2, Nicolas Sarkozy a présenté ses propositions pour l'emploi et le pouvoir d'achat.  Il a proposé de généraliser le travail forcé pour les allocataires du RSA. Il veut obliger les allocataires qui n'ont ni emploi ni formation à travailler 7 heures par semaine. Sarkozy propose qu'ils fassent des "travaux d'intérêt général" et soient payés au SMIC. Il a même ajouté : « Tous les ans, on évaluera sa situation » et « s'il n'y a pas de problème, il continuera à avoir le RSA ». Et sinon ? Sarkozy indique clairement qu'on pourrait lui supprimer le RSA. Et donc le laisser sans ressources. Voilà jusqu'où mène la logique brutale et absurde de l'équilibre entre droits et devoirs. J'ai déjà eu l'occasion de l'écrire il y a plusieurs années sur ce blog. Pour nous, il existe des droits qui n'appellent aucune contrepartie en termes de devoirs. Par exemple, les droits de l'Homme.

Dans le détail, la proposition de Nicolas Sarkozy est tout aussi stupide. J'ai déjà démontré la bêtise du raisonnement sur BFMTV en mai 2011, au moment où Laurent Wauquiez avait fait cette proposition. Car si les 7 heures de travail hebdomadaire que veut imposer Nicolas Sarkozy étaient disponibles, il n'y aurait pas autant de chômeurs en France. Plus exactement, elles sont déjà effectuées par des gens qui en vivent et sont payés pour ça. Ce que propose Nicolas Sarkozy reviendrait à remplacer ces salariés par des bénéficiaires du RSA. Et donc de mettre les salariés actuels au chômage et demain au RSA. Faire travailler de force les allocataires du RSA pour mettre au RSA les salariés d'aujourd'hui : il fallait l'inventer ! Et la plupart de ces tâches d'intérêt général sont organisées et financées par les collectivités locales : entretien d'espaces verts, sécurisation des sorties d'écoles, etc. Comme Sarkozy répète qu'il faut supprimer des emplois dans les collectivités locales, c'est assez curieux de venir ensuite leur demander d'en créer d'autres pour les allocataires du RSA. De toute flor-9façon, cette proposition n'a pas vocation à s'appliquer. Son seul but est de dresser une catégorie de Français contre une autre, ceux qui n'ont presque rien contre ceux qui n'ont rien du tout.

La deuxième proposition de Nicolas Sarkozy est un copié-collé du programme de Madame Le Pen. Aucun journaliste ne l'a relevé. Comme Madame Le Pen, le candidat UMP essaie de faire croire qu'il veut augmenter les salaires. Il faut dire que celui qui promettait d'être « le président de l'augmentation du pouvoir d'achat » a beaucoup à faire oublier. Mais la proposition commune UMP-FN est de l'esbroufe. Sarkozy propose d'exonérer de cotisations sociales salariés les salaires jusqu'à 1,2 SMIC. Sur France 2 il a indiqué que cela profiterait à ceux qui gagnent jusqu'à 1 450 euros. Il ment. Un salarié qui gagne 1,2 SMIC gagne 1 315 euros net. Pas 1 450 euros. Sarkozy a annoncé qu'il verrait leur salaire augmenter de 1 000 euros par an. Mais jeudi soir, France 2 a indiqué que ce ne serait que 840 euros par an pour un salarié payé au SMIC. Sauf que la proposition de Sarkozy consiste à supprimer en contrepartie la Prime pour l'emploi (PPE). Aujourd'hui, cette PPE permet à un salarié au SMIC de toucher 770 euros par an. Donc la proposition Sarkozy revient en fait à lui donner 70 euros de plus par an. Soit 5 euros et 80 centimes de plus par mois. Voilà la grande mesure de flor-23Nicolas Sarkozy pour le pouvoir d'achat !

Nicolas Sarkozy s'en est aussi pris aux revenus indécents des grands patrons. Là encore, il propose des mesurettes pour occuper le terrain. Il a ainsi promis une nouvelle fois d'interdire  les « retraites-chapeau », comme il l'avait promis en 2007. Il a promis plus de transparence sur les salaires des dirigeants d'entreprises. Il a aussi promis que les rémunérations des PDG seraient décidées en assemblée générale des actionnaires et non en conseil d'administration. Ça ne changera rien car dans l'assemblée générale comme au conseil d'administration, l'actionnaire majoritaire est majoritaire… et décide donc comme il veut. Enfin, la promesse d'un représentant des salariés dans les comités de rémunérations est une mauvaise plaisanterie. Bien sûr, elle ne changera rien non plus car la décision des actionnaires s'imposera. Face à la flor-25cupidité sans limite, seule la loi et l'impôt sont des réponses efficaces. C'est tout le sens de nos propositions de salaire maximum et de revenu maximum.

Enfin, comme réponse au chômage des jeunes, Nicolas Sarkozy a proposé que « la troisième année du baccalauréat professionnel se fasse systématiquement en apprentissage, en alternance ». Sottise ! D'abord il entretient volontairement la confusion entre deux choses différentes : l'apprentissage et l'alternance. L'apprentissage relève du droit du travail. L'alternance relève du statut scolaire. Dans un cas, le jeune est un travailleur, dans l'autre un élève. En termes de protection et de statut, les différences sont nombreuses. L'apprentissage est un statut beaucoup plus précaire pour les jeunes : 25% des contrats d'apprentissage sont rompus dans les trois premiers mois. Ensuite, Sarkozy exploite la méconnaissance de beaucoup de monde sur ce sujet. Car tous les diplômes de l'enseignement professionnel comportent déjà de longues périodes obligatoires de formation en alternance. Ce que veut faire Sarkozy c'est remplacer cette alternance sous statut scolaire par de l'apprentissage. Et précariser les jeunes un peu plus. J’ai l’intention de m’exprimer en détail sur le sujet dans les prochaines semaines car le sujet est d’importance pour des milliers de garçons et filles dans notre pays. Et parce qu’il engage l’avenir du niveau de qualification de la main d’œuvre de notre économie. Le projet Sarkozy est une ruine pure et simple. D’ici là je crois voir que ma valise s’agite d’impatience. Il va falloir faire mon paquet de jeans et de chemises.


928 commentaires à “La vie sans Le Pen, un avant-goût du bonheur.”

Pages : « 16 7 8 9 10 [11] 12 13 14 15 1619 »

  1. 501
    Cocu 77 dit:

    "Quelle horreur ce Le Pen, heureusement qu'il n'est pas armé, on y passerait tous !"
    Telle est la réflexion d'une amie que je n'avais jamais entendu parler comme cela.
    Oui la bête est blessée, laissons-la crever sans manquer une occasion de l'achever.
    Au sujet des médiacrates, ils sont dans la mouise. Ils font (et feront) tout pour ne pas annoncer nos 10-11% car on serait à égalité avec Bayrou et compte tenu de notre dynamique 15 jour après on passe en 4eme position.
    Comment nous cacher si nous sommes devant Bayrou ? Impossible. Le poids du FdG devient alors considérable. Déjà politiquement incontournable mais pas toujours évident à comprendre pour tous les citoyens, là ça va sauter aux yeux de tous et renforcer encore d'avantage la dynamique. Ça, il ne le veulent pas, car Hollande serait obligé de s'assoir publiquement face à Jean Luc, et là, ça exploserait pour un nouveau renforcement de la dynamique.
    Donc continuons le boulot de terrain, ça a payé et ça va continuer à payer.

  2. 502
    Gilles Duval dit:

    Bonjour, je suis acquis au vote FG depuis la 1ère heure, j'admire Jean-Luc Mélenchon, je viens de vendre -ou d'offrir- mon 26ème programme FG... donc pas de problème de conviction. Je suis d'accord avec la position du FG sur les langues régionales, mais je trouve que Jean-Luc Mélenchon aborde très maladroitement cette question (voir conf de presse à Montpellier, voir aussi le ton agacé du dernier billet sur le temps passé sur ce sujet sur une radio en Corse). Les langues régionales vivantes, pour les locuteurs, ne sont pas qu'une sorte d'enrichissement culturel ou de complément éducatif qui se situerait sur le même plan que l'apprentissage -tout à fait souhaitable et bénéfique- d'une langue étrangère. Il y a quelque chose de "charnel" dans la relation du locuteur avec sa langue maternelle ou celle de ses aînés. La langue est chargée d'histoire, de liens, d'environnement, de culture. Elle est un enjeu considérable de l'impérieuse nécessité de sauvegarder et de développer droits, diversité, dignités et patrimoine culturels. La construction de la pensée, son expression sont en connexion permanente avec le langage. Je ne suis pas linguiste et j'essaie ici de me faire comprendre avec des mots simples. Ma langue maternelle -que j'aime- est le français. Je ne suis donc pas directement concerné. J'aborde la question car elle est beaucoup plus sensible qu'on ne pense chez les locuteurs de langues régionales dans les différents pays de France. (Nous en aurons sans doute la démonstration lors des manifestations prévues le 31mars pour la défense des langues régionales. A part cela, un grand bravo - souvent chargé d'émotion - pour cette magnifique campagne et toute l'énergie déployée par J-L Mélenchon. Merci de m'avoir lu.

  3. 503
    bastille dit:

    Encore le MES, sujet prioritaire, ne lâchons pas. On peut se dire que c’est peine perdue depuis l’abstention écrasante du PS à l’assemblée nationale mais l’on peut aussi se poser la question : si Jean-Luc Mélenchon n’avait pas alerté sur ce qui se préparait, le PS n’aurait-il pas voté « oui » ?
    C’est, en tout cas ce que suggère l’article du « Monde » du 16/02 : «Plusieurs responsables du PS, initialement, penchaient pour le oui. ». Ne peut-on pas aussi penser que malgré le contexte de l’élection présidentielle impliquant un surcroît de discipline à l’égard de leur candidat, 16 députés PS pour le non, c’est un premier résultat.
    Au sénat, nous ne pouvons que nous féliciter de l’action de M-N Lienemann à ce sujet et cette fois le PS, il faut le souligner, n’a pas l’excuse de la minorité. Responsabilité pleine et entière à marteler.
    Plus important me semble-t-il que de discourir sur la névrose obsessionnelle d’une candidate fixée sur les estrangers…

  4. 504
    Nicolas G30 dit:

    @490 bebeuss
    En revoyant les résultats de 2002, on comprend mieux pourquoi ils veulent nous garder en dessous des 10 %, c'est l'effet 9,99 € des supermarchés. Demain il devrait y avoir de nouveaux sondages, le front de gauche gagnera un point, et sera à 9% comme d'habitude. Ils se décrédibilisent tous seuls comme en 2005. Qui sera le premier à annoncer le 10 ou 11% ?
    Avant d'accepter un débat avec le papa, il faudrait être sûr qu'il puisse le supporter physiquement, un avis médical me paraît indispensable, en toute humanité bien sûr. Pour le 18 mars, ils doivent déjà cogiter à une diversion médiatique, comment masquer un tel événement ? on peut s'attendre au pire.
    Bravo pour cette belle semaine, et aussi pour l'émission sur fr3 Corse ou il est question des langues régionales, vous me surprenez à chaque fois. Avec les grands principes de la République et la notion de l'intérêt général, le choix des solutions pour la résolution des maux de notre société s'en trouvent facilitée. Mélenchon présidons.

  5. 505
    Frederic Leccia dit:

    Je voulais aussi vous féliciter pour votre émission sur FR3 Corse et je trouve que vous vous en êtes très bien tiré.
    Vive la Corse Vive la France et Vive la republique !

  6. 506
    Jérémy dit:

    Honnêtement, un débat Mélenchon-Sarkozy, ça aurait de la gueule comme on dit certes, mais ça serait aussi très utile pour les citoyens-téléspectateurs afin de leur permettre d'assister à la confrontation des programmes respectifs du Front de Gauche et de l'UMP. Pour ma part, je viens d'émettre la demande auprès de France2 quant à une éventuelle organisation d'un tel débat, qui d'après moi aurait beaucoup à apporter face à la situation actuelle. Largement plus qu'un débat Le Pen père-Mélenchon qui permettrait aux moulins à papiers des médiacrates de brasser de l'air pendant des semaines et des semaines.
    Amitiés militantes.
    Jérémy.

  7. 507
    Oliv dit:

    Salut à tous ! Je n'ose pas dire camarades, tellement j'ai révé de ce jour. Ce jour où j'entendrai quelqu'un parler comme je pense. Et ce jour est arrivé ! J'ai retrouvé un Grand et noble espoir. J'ai 31 ans. Je suis artisan et je rame. Je n'ai jamais voté (je sais c'est moche) mais il m'était juste impossible de cautionner cette mascarade.
    Puis vint ce jour incroyable où, à force d'écumer le Net (j'ai jeté ma TV depuis longtemps) j'ai découvert, sidéré, JL Mélenchon. Et j'ai pleuré. Pour la première fois de ma vie, j'ai pleuré derrière mon écran, en lisant un discours politique francais !
    Nous avons été trahis et salis par ce système immonde, et ses collabarateurs. Soumis par cette monstruosité financière. Et je voyais venir le pire sans plus d'espoir, juste la culture et la colère pour me tenir debout. Luttant sans plus rien à perdre contre l'ignorance et l'indifference, quitte à passer toujours pour un étrange révolté perdu d'avance. Quitte à être condamné à cette solitude artificielle et cruelle.
    Ce temps est révolu ! J'ai trouvé ma famille ! J'ai trouvé ma voix en Jean-Luc et ma foi au Front de Gauche ! Ma solitude est terminée ! Mon combat avait un sens !
    J'ai cherché, en mode paranoïaque à quel moment je me faisais flouer par ce M. Mélenchon qui parle si bien, tellement habitué à la méfiance.
    J'ai cherché en vain. Et depuis, je fais tout ce que je peux pour que nous soyons à nouveau la France (la belle, la rebelle).
    Je suis pour la première fois fier d'être francais, et fier d'avoir en France la parole de Jean-Luc Mélenchon.

  8. 508
    Zapping dit:

    L'émission intégrale "Cuntrastu" avec Jean-Luc Mélenchon sur France 3 Corse est publiée sur le blog :
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/02/26/invite-de-cuntrastu-sur-france-3-corse/

    Haut les cœurs ! Ardents à la lutte !

  9. 509
    thierry martinage dit:

    Est-ce bien utile de vouloir débattre avec ces gens là? au moins contrairement aux potentiels repris de justices qui nous gouvernent, ils avancent a visages découverts.

  10. 510
    Oliv dit:

    Je vois que je ne suis pas le seul insomniaque ici ;-)
    J'écoutais "Cuntrastu" en écrivant ces mots, et je crois qu'il est toujours utile de débattre, ou au moins pouvoir s'exprimer devant le plus grand nombre.

    Aprés la honte et la trahison que nous a infligé l'insignifiant Sarko et sa clique, droite comme fausse gauche, c'est un espoir immense qui souffle dans ce pays. Malgré le vilain jeu des medias, le peuple n'est pas dupe. J'ose espérer enfin.
    Des millions de gens comme moi vont sortir de l'ombre et voter, cette fois.
    Et nous serons à nouveau une grande nation libre.

    Désolé si j'ai raconté ma vie au mauvais endroit mais je devais partager tout ca avec vous, camarades.

  11. 511
    ermler dit:

    Visionnage de "Cuntrastu" sur France 3 Corse : Mélenchon, c'est la grande classe !

  12. 512
    cassan dit:

    On ne peut s'en sortir sans utopie ! Tu incarnes l'espoir dans cette campagne. Tu vas au fond des choses, tu as le courage de faire front, mais attention à ne pas perdre le fil de l'utopie dans le combat de tous les jours si âpre. Je te joins ci-dessous le texte d'une conférence sur les artisans de l'avenir qui date de 1921 qui reste à mes yeux d'actualité. Bravo camarade.
    [...]

    [Edit webmestre : Non, vous ne joignez pas... Un lien, à la rigueur, mais certainement pas un copié/collé d'un texte intégral.]

  13. 513
    MICHEL D dit:

    Que c'est agréable d'avoir accès à toutes les interventions de J.Luc et toute l'équipe! Plus de petites phrases,d'extraits tronqués et malveillants qui ne puissent être vérifiés et donc dénoncés.Merci aux trois journalistes corses qui ont mené une belle interview.Les continentaux pourraient s'inspirer de leur professionnalisme.Oui,sur tous les médias français le nom et les idées de fond du fg sont soigneusement évités.L'oscar à la chaine parlementaire de 8h30 à 9h30 ! Je ne peux pas m'empécher d'assister,mi amusée,mi écoeurée à ce spectacle jounalistique ridicule et d'un autre age.Zappé,J-Luc,avec application...Il a fallu attendre vendredi dernier pour que deux journalistes,dont un de l'huma,le gratifie d'un soleil,qui distingue pour chacun "l'homme du jour".Comment vont-ils s'y prendre pour continuer à le contourner,le minorer,faire l'impasse sur ses propositions,leur cohérence et leur intérêt.Le suspence est à son comble!Je me marre en écrivant,à qui croient-ils s'adresser ?Pour aller sur LCP il faut s'ennuyer beaucoup où chercher des informations.Et bien ils sont cinq ou six bien pensant-pareil a se congratuler,papoter,ressasser les mêmes âneries reprises dans tous les médias et l'exercice s'intitule "ça va faire du bruit! "Quand au débat de chaque jour il est systématiquement offert à PS contre UMP.Cherchez l'arrière pensée.Cherchez surtout la pensée...On peut leur pardonner d'ailleurs car cela ressemble à un gagne pain pour les journalistes en question,sauf pour Lévy,le sondeur qui fait sa promo:un jeune homme bien cnonvenable!..Allez,bonne journée,je vais m'y recoller à 8h30.Soignez bien J-Luc,et gardez tous la forme nous avons besoin de vous et comptez sur notre travail de fourmis pour faire croître et embellir notre combat.

  14. 514
    Leroux Jeannine dit:

    Merci à Jean-Luc Mélenchon pour tout ce qu'il fait et ce qu'il dit. Marine Le Pen perd ses moyens quand elle a en face d'elle quelqu'un comme Jean-Luc qui ose la défier. Elle se trouble, s'énerve, ricane bêtement, n'a aucun argument à présenter, ne sait pas quoi répondre, et finalement se désiste du face à face, elle a perdu d'avance. Elle VEUT CHOISIR ses adversaires pour les débats. Elle refuse ses contraires, ça montre bien sa faiblesse. Au contraire de Jean-Luc qui lui, ose affronter celle qui ne doute de rien et qui se dit "amie des ouvriers" Elle est comme la clique de Sarkozy, de guaino, d'Hortefeux, et les autres, tout ça ça se rejoint très bien. DROITE ou EXTREME-DROITE c'est pareil. Ils ont les mêmes arguments sur les religions, et leur racisme, mais ne dit-on pas
    : "tel Père telle Fille" Elle suit les traces de Jean-Marie le pen. J'ai vu à la télé cette journaliste qui a écrit : "Bienvenue au front" et qui nous dit bien que la face de marine le pen cache en réalité la même chose que son Père et insiste sur le fait qu'hélas l'extrême droite monte en puissance en Europe, et malheureusement aussi en france, avec ses belles paroles, il y en a qui se laissent encore attendrir,et qui lui apporteraient leurs voix. mais j'espère que les Français ne seront duppes ni de l'UMP, ni du PS, et surtout du FN qui veut à tous prix nous imposer sa dictature...
    Amitiés républicaines à tous.

  15. 515
    Humanity2357 dit:

    Le Front de Gauche, par l'intermédiaire de notre candidat Jean-Luc Mélenchon, a accepté une invitation à DPDA pour débatre du programme du FN, défendu par sa candidate MLP.
    A cette occasion chacun a pu observer que le FN, après des tergiversations multiples sur l'occurence d'un tel débat, c'est présenté et refusant ce débat c'est vu clairement démasqué dans son complot contre la classe laborieuse.
    Ce n'est pas le changement de porte-parole d'un programme politique qui changera ce programme. C'est aussi le cas pour le Front de Gauche. A moins d'un duel FN-Front de Gauche au 2eme tour, entretenir des élucubrations sur un débat avec JMLP correspond à de la distillation de parfum de troll. Ces élections ne sont pas un jeu. La vie et l'avenir de millions de citoyens de France en dépend. Le risque FN n'est plus maintenant une excuse intellectuellement honête pour céder aux sireines du vote "utile".

    Le potentiel refut de débatre de FH avant le 1er tour est malheureusement (pour le PS) une excellente nouvelle pour le Front de Gauche. Cela permet de nous positionner, par l'intermédiaire de notre candidat, comme les interlocuteurs principaux de la Gauche, dans un/des débat(s) avec NS et FB. C'est la meilleur façon de ralier les abstentionistes et les indécis au 1er tour.

    Il est peu probable que NS est le courrage débatre avec Jean-Luc avant le 1er tour, par contre un débat avec FB serait excellent pour les deux candidats, car cela préfigurerait la second tour (;-))... Cela permettrait enfin de discuter des vraies questions qui concernent le Peuple et d'avoir un clivage claire entre la Droite et la Gauche.

    Bonne Résistance!

  16. 516
    Claude DELORME dit:

    Un bonheur sans Mme LE PEN pas si sûr...
    Essai de politique fiction :
    Mme LE Pen nous a habitué à crié au loup : « je n’aurais pas mes 500 signatures ». Et si c’était vrai…
    Mme Le Pen a évoqué le passage d’une voiture balai. Et si c’était vrai….
    M. Sarkozy est donné perdant dans tous les sondages quelque soit le cas de figure. Et si c’était vrai…
    M. Sarkozy pourrait être tenté par un coup dé, faire passer la voiture balai dès le 1er tour, au nom de la défense des « vrais valeurs de la civilisation » et ainsi redonner un élan à la droite, un vrai coup de fouet …. Siphonner d’un coup le FN ! Non pas sans contreparties : un bon accord de désistement réciproque FN/UMP pour les législatives ressusciteraient « le parti de l’ordre » oh combien nécessaire pour encadrer le peuple soumis aux cures d’austérités promises par « la règle d’or » ; enfin l’outil de gouvernance au service de la dictature des marchés et de la finance. Avec Mme Le PEN, ministre d’Etat aux affaires sociales et à la famille. Ainsi un parti qui ne sert à rien depuis qu’il existe deviendrait parti de gouvernement…. le Graal pour le FN.
    Deux plébiscites, anti immigrés et anti chômeurs, pour valider l’affaire… Et si c’était vrai ?
    Nous entrons dans une période de tempêtes. Et si c’était vrai…
    Mais, comme dit le poète Mallarmé : « Un coup de dé, jamais n’abolira le hasard ».
    Dans cette affaire, nous le Front de Gauche, nous sommes le hasard.

  17. 517
    cassan dit:

    bravo pour ta liberté de l'esprit et de cœur, oui il nous faut comme toi être et se donner, être de plus en plus, de se donner de plus en plus. C'est ainsi que nous allons réaliser la fraternité en se dégageant de toutes les contraintes qu'on veut nous imposer. A nous tous de s'y filer.

  18. 518
    gilles06 dit:

    Selon Libération, Jean - Marie Le Pen défie Jean - Luc Mélenchon en une joute oratoire[...]
    C'est le signe qu'il y a le feu dans la maison FN : ce parti va se battre pour sa survie et c'est à M. Mélenchon qu'échoit la terrible responsabilité de porter une estocade fatale. Personne d'autre que lui ne le fera (ni Hollande, ni Bayrou), car tout ces "humanistes" espèrent que les deux fronts vont s'exterminer l'un l'autre. La vraie bataille historique et séculaire s'incarne enfin sous nos yeux et les fausses factions progressistes que sont le centre et le PS n'y participeront pas. De cette bataille violente et éclaire dépend l'orientation que va prendre notre pays dans les années à venir.
    [...]
    Soyons lucides, prenons le pouvoir : Mélenchon, présidons !

  19. 519
    MAURICE dit:

    Bonjour,
    L'entreprise de destruction de la fille par le père est lancée, cela remet les idées en place au FN, et cela éclairci le tableau. C'est Bien!
    Nous savons maintenant que les femme sont faibles et qu'il ne faut pas les mettre en questions, n'est-ce pas.
    Bonne journée

  20. 520
    citoyenne21 dit:

    Je trouve ça hallucinant que des candidats à la présidentielle ne veulent pas débattre ! ils devraient au contraire être fiers de pouvoir nous prouver qu'ils sont les mieux placés pour ce job et avoir du plaisir à nous démontrer la justesse de leurs programmes, pour sortir la France de la mouise ! (pas dur à comprendre que s'ils n'osent se confronter au seul qui leur propose de débattre, c'est qu'ils se savent perdus d'avance, soumis à une telle épreuve).
    Ils considèrent donc qu'ils n'ont aucun compte à rendre au peuple, que celui-ci votera les yeux fermés au regard de vagues promesses et du côté hollandais, ils sont déjà certains de remporter le pompon, avant l'heure ! et le Front de Gauche ne serait qu'un faire-valoir à leurs yeux, utile à leur ascension quasi assurée, à les entendre s'en vanter sur tous les plateaux télé !
    Ce n'est pas admissible de tels comportements ! Cela fait trop longtemps que le citoyen est passif et du coup, ils se permettent toutes les tartufferies ! Ce n'est pas comme ça que ça marche ! nous simples citoyens, nous avons dû nous aussi, passer des examens, faire nos preuves quoi, pour parvenir à un résultat précis dans nos vie et cela devrait être d'autant plus nécessaire quand on brigue un poste de cette importance ! Alors Hollande n'a qu'à claquer des doigts et hop, il est propulsé au sommet !
    Les citoyens en masse auraient bien les moyens de pouvoir faire pression sur les candidats : pas de débat, pas de vote !

  21. 521
    Maat64 dit:

    Eh bien, pour tout vous dire, lassée de tous les discours politiques en général, j'avais décidé de ne plus aller voter. Et je vous ai entendu. Et pour la première fois j'ai tout compris ! Vous êtes "clair" et vous parlez "humain".
    Et c'est bien d'"humain" dont nous avons besoin. Je vous accorde toute ma confiance.

  22. 522
    Colonel walter Kurtz dit:

    Suite à l'intervention de JM Le Pen, j'aime beaucoup les leçons de moralité des leupénistes.
    En plus d'avoir une vision à géométrie variable sur la stature de leur candidate, tantôt une "bête" politique, tantôt une femme fragile, il existe chez eux une capacité hors du commun à formater leur cerveau lorsqu'il s'agit d'évoquer le casier judiciaire de Papa Le Pen.
    Aussi, papa Le Pen, furibard et honteux, aussi semi dément et vulgaire que sa progéniture, veux venger son honneur inexistant en volant au secours de sa gamine immature, mal élevée et de surcroit très mauvaise élève (notamment en économie et en histoire de France), prise la main dans le sac à mensonges devant la France entière, et vient surtout confirmer que ça fille n'est pas à la hauteur, mais aussi et ce qui paraissait déjà comme une évidence pour des millions de citoyens, à savoir que "prof" Mélenchon a infligé une belle punition à un cancre qui le méritait.
    Papa Le Pen veut rattraper la monumentale bétise que lui et son staff en com avait décidé de mettre en oeuvre jeudi dernier, à savoir refuser un débat avec JL Mélenchon, et s'en mord les doigts aujourd'hui.
    40 ans de LeuPenisme ayant été pulvérisé par Jean-Luc Mélenchon en 1/4 d'heure jeudi, on comprend qu'il est dans l'intêret de JM Le Pen et de son FN de vouloir reconstruire le plus rapidement possible un semblant de consistance au sein de son parti. S'il voulait débattre, il avait qu'à le faire jeudi dernier. On comprend aisément que la manoeuvre n'a d'intêret que pour le FN. Le Front de Gauche, et en particulier JL Mélenchon, n'ont plus de temps à perdre avec les rabatteur de l'UMP et du PS, c'est à dire la famille Le Pen.
    L'essentiel étant de parler du programme du FdG, et de combattre les 2 imposteurs champions des...

  23. 523
    gabriela dit:

    505 Oliv: tu met dans tes mots les miennes.

    Je voit que presque personne soulève le vrai fait que s'est passé hier, (que n'est pas la demande de débat avec notre charmant voyou): Papa vient de dynamiter la campagne de la fillette! Imaginez vous la tête des votants FN plutôt friands des personnalités à forte caractère, fortes, solides. Après passage télé raté, mais bon, encore on pouvait dire qu'il n'y a pas eu de débat... mais là papa vient d'avouer l'échec en direct à la radio! et en plus est en la nécessité de venir défendre la fillette de voyou... qui l'a fait faire le ridicule! "à une femme"! Vous voyez? Tout y est: "faiblesse de femme", "elle aura ses raisons" a dit lui en ne pas s'expliquant lui même pour quoi elle n'a pas débattu, donc, "semi-démente" c'est correct y compris pour papa! Je ne sais pas qu'est ce que Jean-Luc Mélenchon fera, je lui fais confiance. Mais c'est papa qu'a fini pour vraiment mettre Marine KO envers son propre publique! On avait fait le boulot pour tous les français et papa l'a fait pour eux mêmes.
    [...]

  24. 524
    ROSE dit:

    La prestation de la "Dadame Le Pen" fut d'un ridicule que s'il ne tue pas laisse des traces... On a pu ainsi se rendre compte du puéril des thèses voulu d'un niveau, que même le caniveau semble insurmontable. Mr Mélenchon vous êtes le vrai défenseur du petit, du sans grade,celui qui donne des perspectives crédible à une société plus juste.
    Malheureusement de part mes erreurs de jeunesse mes droit à voter me sont interdits, mais croyez moi ma vigueur à rallier nombres de mes proches à vous rejoindre est intacte. Tout comme le cite si bien dans son article Max Despin, le Front de Gauche est l'unique partis de poids face aux 2 grosses machines (PS-UMP), voter Sarko serait un sacrilège et PS n'offre pas de vrais ruptures avec ce système. Donc au premiers tour j'espère de mes voeux que votre voie soit la plus forte et la plus haute possible,de façon a ce que nos revendications est écho dans le second tours.
    Pour clore je vous remercie d’être le phare de nous "les sans grades", vous redonnez ses lettres de noblesses au petit peuple.

  25. 525
    brelge dit:

    En république, on ne débat ni avec les enfants, ni avec les parents des candidats, mais avec les candidats eux-mêmes. Ce n'est pas parce que les Le Pen ont transformé leur parti en petite entreprise familiale qu'il faudrait déroger à cette règle.[...]

  26. 526
    breteau jean claude dit:

    lepen pere, pas de temps a perdre avec un senile.Poursuivons l education populaire que nous sommes seul a faire

  27. 527
    paloma dit:

    Nickel! Le père Le Pen nous démontre lui-même que sa fille et lui, c'est la même chose.
    CQFD pour la stratégie du FdG....
    Maintenant, regardons devant: 29 février et 18 mars;

  28. 528
    ydaho dit:

    Jour J-1 pour envoyer votre mail au sénateurs socialistes qui sont majoritaires au Sénat !
    Voici mon texte : "Mesdames, messieurs les Sénateurs(trices) du groupe socialiste, nous ne voulons pas du MES, pas plus que nous ne voulons du nouveau traité qui suivra, nous ne voulons pas que vous vous absteniez et vous ne pouvez suspendre notre avenir a l'éventualité incertaine de l'élection de F. Hollande : s'il n'était pas élu ? qui donc renégocierait ce traité !
    Comment pouvez vous ainsi prendre le risque de jouer a la roulette russe avec le peuple Français qui vous a élu en toute confiance ? Aussi le 28 Février il ne faudra pas vous abstenir mais voter contre le MES !"

    Présidence du sénat : Jean-Pierre Bel
    président du groupe socialiste au sénat : François Rebsamen
    Plus la liste de tous les sénateurs ou vous n'aurez aucune difficultés a trouver les vôtres !

  29. 529
    jmdest62 dit:

    @ brelge
    "En république, on ne débat ni avec les enfants, ni avec les parents des candidats, mais avec les candidats eux-mêmes. Ce n'est pas parce que les Le Pen ont transformé leur parti en petite entreprise familiale qu'il faudrait déroger à cette règle.[...]

    En république tout le monde peut débattre avec tout le monde le problème n'est pas le débat mais le "cadre" ou le "support" (radio, télé.....etc)
    Si une chaine de télé ou une radio propose un débat entre Jean-Luc Mélenchon et JMLP (qui va, peut-être, finalement se présenter à la place de sa fille : qui sait ? (dépôt des candidatures le 16 mars) je proposerai à mon tour, à cette chaine, de débattre avec JMLP. Juste pour rire !
    Blague à part, je pense qu'aucun "journaleux" n'osera organiser un tel débat.
    @+

  30. 530
    Lupi jean-claude dit:

    Bonjour à toutes et à tous
    Ces quelques jours qui ont passé depuis ce non débat on mis en lumière plusieurs choses.
    Dans notre camp beaucoup sont a demandé à Jean-Luc Mélenchon d'avoir une posture présidentielle plus importante car si il devient président il le sera pour tout le monde et oui même celui de fifille et de papa. Oups pas facile à avaler.
    Mais du coté adverse là les choses sont de plus en plus claires. Il n'est plus besoin de faire la démonstration de la connivence UMP FN, Guaino s'en est très bien chargé. Mais l'attitude du PS pour les législatives sur ces fameuses 90 circonscriptions s'explique clairement c'est le prix à payer des entourloupes de Moscovici avec ses patrons du CAC 40. Laisser une chance au FN, voire peut être un siège de ministre. L'UMP a deja Peltier directement issu du FN ou peut être délégué du FN pour apprendre à être ministrable. Nous savons tous que MLP n'a aucune capacité intellectuelle même pas "une bonne moitié" et qu'en sous main c'est le retour de papa. Je pense que Jean-Luc Mélenchon n'a pas à débattre avec lui non pas par peur car le guignol va jouer à fond la carte de la provoc et des contre vérités (débat peut être même arrangé par l'UMP/PS car Jean-Luc Mélenchon dérange gravement) mais tout simplement parce qu'il n'est pas candidat.

  31. 531
    gabriela dit:

    Dans la ligne de ce que je disait au post 523, je vous invite chaleureusement à lire l'excellent article de Corbiere http://alexis-corbiere.com/

  32. 532
    Colonel walter Kurtz dit:

    @ydaho (#528)
    Très bien de rappeler cette consigne.
    Pour ma part, j'ai dans un 1er temps adressé un mail gratiné à mon député, malheureusement UMPiste, qui a voté favorablement au traité, lors de la session à l'Assemblée Nationale.
    Dans un deuxième temps, j'ai adressé des mails d'avertissements aux différents sénateurs de gauche de mon département, et surtout à celui qui est également maire de ma commune, pour rappeler ce qu'est le MES, et ce qu'il engage comme catastrophe pour la France et ses citoyens, histoire qu'ils soient bien au courant de la situation, et afin d'avoir une infime chance, lorsqu'ils voteront en leur âme et conscience le 28, d'en faire douter quelques uns qui, jusqu'à présent aurait été amenés à suivre, tels des moutons de panurge, les 1ères consignes du PS, à savoir s'abstenir, et donc à trahir la France et une majorité de français.
    On ne les lache pas de l'oeil.
    Place au Peuple !

  33. 533
    nathan.snidaro dit:

    "la vie sans le pen, un avant-gout du bonheur" quelle superbe phrase !
    Sinon il n'y à pas une vidéo du meeting à Bastia ?

  34. 534
    samdusoleil dit:

    La ficelle est trop grosse. Devant l'incapacité de sa fille voici Le Pen père à la rescousse. Il voudrait une session de rattrapage. Il voudrait tenter une ultime manoeuvre pour rattraper l'énorme erreur de sa fille. Jean Luc a maintenant d'autres priorités. Je ne sais la réponse que sera donné part l'équipe. Mais s'il faut aller au combat pour affronter le père que cela soit fait par une femme du Front de Gauche.
    Nous connaissons son argumentaire il développerai comme il l'a fait depuis 40 ans. Un anti communiste forcené. Cela lui évitera de parler du programme du FN.
    Les invisibles prennent la parole.
    Non monsieur (c'est encore trop d'honneur que de vous appeler ainsi) contre cette barbarie le PC a payé un très lourd tribu c'est pour cela qu'au lendemain de la Libération il était devenu "le Parti des fusillés".
    Vous nous avez encore retrouvé en face de vous lorsque vous souteniez l'Algérie française avec comme bras armé l'OAS. Qu'avez vous dit contre les attentats ? Qu'avez vous dit quand la petite Delphine Renard a été gravement blessée ? Qu'avez vous dit quand Papon a organisé la tuerie de Charonne ou 9 hommes et femmes dont 8 communistes ont trouvé la mort ?
    Alors que les médiats cessent de vouloir procéder à un amalgame honteux. Non le Front de gauche a d'autres valeurs.
    Veuillez m'excuser pour la longueur de ce post.

  35. 535
    Dunizel dit:

    Bonjour à tous, et merci pour vos participations qui motivent au moins autant que les discours (trop rares !) de notre candidat.
    @ Colonel walter Kurtz : pourquoi se limiter aux sénateurs de votre département ? Mélenchon a rappelé, je ne sais plus où, que nous sommes en droit de les interpeller tous. Dont acte, voici la liste des emails !
    Salut fraternel à vous tous

  36. 536
    nathan.snidaro dit:

    Le Pen père essaye clairement de retourner la situation. Il veut pouvoir dire que notre candidat à peur de lui en refusant de débattre avec lui. Et puis qu'est ce qu'il m'énerve quant il dit que les communistes ont du sang sur les mains ! D'une c'est vrai qu'il peut causer lui, les partis d’extrême droite n'ont jamais tué personne. Et puis d'autre part il n'y a jamais eu de vrais communistes au pouvoir, comme il n'y à jamais eu de communisme (tel que Marx le défini). Il suffit pas de se dire communiste pour l’être, c'est ce qu'on fait Staline, les Chinois etc... C'est comme le PS, ils se disent de gauche mais ils sont du centre.

  37. 537
    John Deckard dit:

    Bonjour à tous,
    Je ne sais pas si ce lien a déjà été diffusé mais il serait intéressant que Jean Luc reprenne ces arguments lorsqu'on lui parle de position dans les sondages ou lorsqu'une candidate lui dit qu'elle représente 40% de la population.

  38. 538
    Michel S. dit:

    Mais pourquoi est-il aussi peu question du scandale de la faillite de Dexia, pire que l'affaire du Crédit Lyonnais en son temps et qui va coûter combien de milliards au budget de l'Etat ? Silence quasi total des médias, à part un article de Martine Orange à lire sur Médiapart.

  39. 539
    adeheurtaumont dit:

    Bonjour à toutes et à tous
    Quelqu'un peut-il me redonner le lien vers le blog du camarade qui s'était avalé la comparaison des programmes.
    Merci et bonne journée

  40. 540
    Gilles dit:

    J'ai déjà vu par le passé (reportages, etc...) les liens que le front de gauche a tissé avec certains peuples résistants dans le monde (c'était en particulier en Amérique du Sud) et c'est excellent. Ce positionnement international, au noble sens du terme, a beaucoup de valeur à mes yeux.
    Est-ce que le front de gauche a les mêmes liens en Europe avec des partis qui s'en rapprocheraient ? Si oui, lesquels ? Et est-ce que, en ces temps pathétiques de manque de solidarité entre pays européens (côté manche), le front de gauche peut-il plus mettre en valeur ce positionnement (côté outil) ?
    Et pardon d'avance si tout cela est déjà mis en oeuvre et que j'en suis juste ignorant...

  41. 541
    jorie dit:

    Zapping 508,
    Merci pour ce lien vers l'interview de Mélenchon par 3 journalistes au FR3 "contrastu". Génial, percutant et approfondi sur les identités régionales, les langues et l'esprit républicain de Mélenchon qui a l'intelligence de relier les choses les unes aux autres. Parfois, le nez dans les chaussettes, on ne perçoit pas ces liens politiques et les dérives dangereuses que peuvent parfois contenir des revendications légitimes ! On perçoit aussi la force politique du bonhomme et la chance qu'on aurait d'avoir un mec comme ça pour fédérer tous les français si les média ne s'amusaient pas constamment à cancaner sur leurs impressions de psycho de bazar. Félicitations aussi à un type de journalistes, piquants, mais qui connaissent leurs dossiers. La discussion est largement d'un autre niveau de ce qu'on voit chez nous. Bravo les corses ! les "importants" de la caste journalistique "parisianiste" ferait bien de s'inspirer de l'acuité politique de leurs confrères de Corse !

  42. 542
    naif dit:

    @Sylvain (487)
    "Madame Valérie Trierweiler a répondu à Jean-Luc: "Trop facile, M. Mélenchon, de parler de piège quand on vous voit si consentant devant les caméras face à Mme Le Pen. Basse polémique".

    Cette dame travaille pour Direct 8 (propriété de Vincent Bolloré) future chaine de Canal. Elle a travaillée également pour Paris Match (groupe Lagardère). Les lignes éditoriales de ces deux médias ne sont pas en notre faveur c'est le moins que l'on puisse dire. Sa polémique sur JL Mélenchon la situe parfaitement dans toute son ambiguité. En sociologie de conduite du changement nous pourrions la classer dans le groupe des "déchirés".

    @NMS (500)
    Vous avez raison on ne voit pas suffisamment JL Mélenchon sur les écrans. Si vous pensez que c'est à cause de son emploi du temps, c'est que vous avez raté une bonne partie de l'histoire. Il va falloir bosser un peu !

  43. 543
    Daniel GUSTAVE dit:

    Bonjour Monsieur Mélenchon.
    Merveilleux travail d'analyse politique, économique, sociale,... tout se tient, encore fait-il le montrer ! Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat à s'être attelé sérieusement à cette immense tâche. Le démontage consciencieux de la mystification Le Pen est nécessaire, il fait partie de l'ensemble. Attention aux médias qui cherchent maintenant à "spécialiser" Jean-Luc Mélenchon dans ce créneau, pour éviter ainsi de parler du reste du programme du FG et pour laisser les "Grands candidats" faire leur salade en évitant soigneusement le débat d'idées.
    Mention très bien.

  44. 544
    Michelle dit:

    @adeheurtaumont (539)
    Voici le lien.

  45. 545
    nathan.snidaro dit:

    Ce qu'il faudrait faire c'est arrêter de parler de Marine Le Pen, que les médias "l'effacent" comme ça on est sûrs qu'elle passera pas au second.

  46. 546
    Colonel walter Kurtz dit:

    @Dunizel (#535)
    Je suis un partageux, alors partageons les richesses, mais aussi le boulot quand c'est possible.
    J'essaye de concilier mon emploi du temps prof avec ma "petite" action militante FdG dés que c'est possible.
    Concernant les parlementaires de droite, je ne me fais aucune illusion sur leur vote.
    Sur mon secteur, ils sont 8 sénateurs, sans compter les cumuls de mandats pour certains, et les différentes adresses de messagerie, au senat, à la mairie, et pour certains sur le blog et facebook, où on peut les joindre.
    Quand on transmets un mail à ces gens là, le minimum est de leur faire parvenir quelque chose de sérieux, de concret, qui interpelle et ça prend un peu de temps.
    Et si je me suis limité aux parlementaires de mon département ou ma région, je suis sur que d'autres partisans du FdG auront pris le relais pour faire le job auprès des autres, les réseaux sociaux étant là pour confirmer le dynamisme exponentiel du FdG.
    Place au Peuple !

  47. 547
    Françon dit:

    Il est certes difficile, voire acrobatique, de s'engager dans un débat politique avec Mme Le Pen. Les argumentaires du Front National n'affichant jamais leur idéologie véritables.La masquant d'une soi-disant victimisation, entretenant la confusion, stigmatisant populations et réalités sociétales. C'est un paradoxe -inacceptable pour un(e)politicien(ne)-que de prétendre "servir les français"tout en occultant des questions cruciales concernant le droit des femmes, donc des familles. Où est donc cette capacité d'analyser, d'apporter des réponses réelles, de se concerter sur des stratégies cohérentes et novatrices ? Les reproches et noms d'oiseaux n'ont absolument rien à faire dans les débats-justifiés ou non-Lorsque je prends le temps de décrypter le programme du FN j'entrevois surtout la volonté de ce parti, d'enfermer la France dans un repli qui équivaudrait à un appauvrissement et des restrictions collatérales dangereuses pour l'évolution même de tout un chacun.
    Pendant la guerre , sous le pétainisme, les colons français se retrouvèrent seuls maîtres à bord de la côte d'Ivoire, entre autres. Leur arme était l'idéologie du fascisme de l'Allemagne. Ils appliquèrent un apartheid, ne tolérant plus que les blancs se mêlent aux noirs. Avec force répression.
    Mme Le Pen a pris le temps de diluer son discours idéologique dans des expressions moins tranchées. Le fond n'a pas changé d'un iota. Ce parti politique ne supporte pas le métissage et le brassage des cultures. Il reste persuadé d'une race supérieure...

  48. 548
    FAUVEL Georges dit:

    Comme moi, vous recevez sans doute plein de"blagues" douteuses, souvent racistes. Ne les laissez pas sans réponse. Par exemple copiez la partie de ce billet consacrée à Mme Le Pen et Robert Brasillach et envoyez leur en réponse. Ne pas leur laisser croire que leurs arguments xénophobes deviennent banals et acceptés de tous. Et si les adresses sont apparentes, envoyez à tous. Courage, on avance!.

  49. 549
    naif dit:

    nathan.snidaro (545)
    "Ce qu'il faudrait faire c'est arrêter de parler de Marine Le Pen, que les médias "l'effacent"...

    Vous le faites exprès ou quoi ! Vous pensez réellement que le FdG peut exiger que les médias effacent le FN ?
    Lisez les billets et les commentaires. Vous apprendrez qu'il est bien question d'une stratégie (sondage compris) concertée et volontaire d'entretenir ce parti a un haut niveau de médiatisation. Si nous en parlons au FdG c'est pour le combattre et éviter que l'on nous associe à cet extrémisme. Il existe un véritable danger de banalisation et d'appel au vote utile.

  50. 550
    JM77 dit:

    Aujourd'hui dans Libé (que je n'ai pas acheté ! pour les lecteurs assidus) il faut aller en page 12/13 pour trouver le sondage sur le candidat qui défend le mieux les ouvriers. Et, surprise le titre en gras " 31% des ouvriers...Hollande". Ils mettent en avant la deuxième étude tout en la relativisant -vu le faible nombre d'ouvriers sur 975 sondés!- celle donnant FH défendant le mieux les ouvriers pour les ouvriers juste devant Mélenchon à 25%.
    Au bout de quelques lignes, Libé consent à donner le résultat de la première étude sur l'ensemble des sondés : 1er Mélenchon à 35% et deuxième Hollande à 30% !
    Très forts à Libé ! Espérons que demain l'Huma titre en une sur ce sondage plus qu'encourageant !

Pages : « 16 7 8 9 10 [11] 12 13 14 15 1619 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive