18fév 12

La campagne électorale rebondit

Sarkozy veut un régime plébiscitaire

Ce billet a été lu 126  995 fois.

09Cette note s’est préparée dans le train du retour de Strasbourg puis à la pause d’hier. Écrire me détend et m’aide à mettre en ordre mes idées. Puisque madame Le Pen s’est dégonflée, j’ai du temps pour préparer très à fond mon discours en Corse où je serai la semaine prochaine. Madame Le Pen a réussi à me gâcher la moitié du plaisir car mes amis avaient dû annuler le meeting prévu pour que je puisse participer à cette émission qui n’aura pas lieu pour finir. Ici, il va surtout être question de Sarkozy et du vote sur les nouveaux traités européens le 21 et le 28 février prochains. Un peu de Hollande et davantage de la vie qui passe. Sarkozy annonce avec son premier discours un régime plébiscitaire. Les commentateurs complètement vissés dans les apparences n’y voient que du feu. Notre réplique, la sixième République, va se montrer le 18 mars à la Bastille !

Les photos qui illustrent ce billet ont été prises par Stéphane Burlot lors du meeting de Villeurbanne dans le Rhône qui a réuni 10000 personnes le 7 février dernier

Cette vidéo a été consultée 4 695 fois

J’avais dit que sitôt que je pourrais mettre le lien vers le film réalisé par les femmes qui m’ont accueilli au foyer près de la Bastille, je le ferai. Voici le moment venu de le faire en bonne place et visibilité. Je pense qu’il y aura de nombreuses reprises sur les réseaux sociaux. J’ai pensé de nouveau à elles quand j’étais à la maison de santé de Neuhoff, dans le quartier populaire à Strasbourg. Une nouvelle fois, j’entendais parler de cette difficulté à se faire soigner quand on en a besoin et que l’on bénéficie de la CMU. Et avant cela, tout commence par le temps que dévore l’activité pour faire valoir ses droits. La difficulté des formulaires à remplir. L’impression que tout est fait pour pousser à renoncer, à laisser tomber. Déjà que pour faire valoir ses droits, il faut déjà les connaître ! Et ceux qu’on a sont déjà tellement menacés. Par exemple à propos du travail du dimanche. Sarkozy veut le généraliser ! Hollande bredouille comme d’habitude du mi-chèvre mi-chou. Moi je m’en tiens à ce que m’ont dit les caissières d’Albertville au cours de notre rencontre dont j’ai parlé dans ma précédente note. Je suis radicalement contre. Vivre en famille un jour par semaine c’est un petit bonheur simple. Même ça est disputé !
Résistance !

A Neuhoff, les personnels médicaux et les gestionnaires de la maison me présentaient le régime local alsacien de sécurité sociale. A une exception près, c’étaient des femmes. Le régime local de sécurité sociale est un régime à l’équilibre financier. Il se présente comme complémentaire à celui du régime de base. Moyennant une cotisation supplémentaire de 1,6 pour cent du salaire, on est remboursé à 90%. Et les forfaits sont effacés. Comme celui à dix-huit euros par jour d’hôpital. Et ainsi de suite. On a parlé des ouvrières de la distribution. Les caissières. Elles brassent trois à quatre tonnes par jour avec un bras. Les tendinites et autres maladies frappent durement. A 57 ans et même avant les gens sont cassés. Mais il faut des mois pour faire reconnaître la maladie professionnelle. Des mois sans couverture ni beaucoup de revenu. Combien de fois, de guerre lasse, la femme devenue sans ressource doit retourner au travail, aggraver son mal avant d’être de nouveau indisponible du fait des progrès de la maladie. J’ai pris des pages de notes. Ça va faire des arguments de discours et de médias. C’est mon travail, celui-là. Ce que je vois c’est un monde d‘institutions et de règlements destinés à expulser les « ayant droits ». Les soi-disant « assistés » sont en vérité les cibles d’une vaste machinerie qui tourne davantage pour écarter que pour quoi07 que ce soit d’autre. Comme me l’a dit un ami : « Etre pauvre c’est une activité à plein temps devant les guichets .

Là-dessus Sarkozy annonce sa candidature. Quel incroyable cynisme que celui de cet homme ! Le travail au poste de commande, le peuple au pouvoir et ainsi de suite, tout le contraire de ce qu’il a fait durant tout un mandat. Par exemple, lorsqu'il dit que « ce qui affaiblit la France, c'est cette obsession de dévaloriser le travail alors que nous devons au contraire, tout faire pour valoriser le travail ». Celui qui le dit est celui-là même qui a refusé le moindre coup de pouce au SMIC depuis cinq ans. Or, la première valeur du travail, n'est-ce pas le prix qu'on le paye, donc le salaire ? Ici je touche la maladie cruciale de la vie politique : la falsification des mots, leur retournement. Tony Blair et Nicolas Sarkozy auront été les champions de cet exercice. Avec eux les mots ont été rendus inoffensifs à force de servir à tout et son contraire c’est-à-dire à rien. « La France du non » est vidée de sa charge quand un Sarkozy, qui l’a odieusement trahie avec l’adoption du Traité de Lisbonne, l’évoque à 27son profit. Toutefois ce n’est pas le plus important de ce que je crois qu’il fait et prépare en ce moment dans l’hypothèse qui est la sienne d’un prochain mandat.

Ceux qui ont fait des charges si violentes contre le populisme et m’ont si souvent imputé des positions politiques qui n’étaient pas les miennes ont crié au loup quand il n’y était pas. Maintenant, il y est et vous noterez leur silence. Sarkozy vient en effet de tirer tout le profit possible de la confusion créée par le mot « populisme ». Il s'est livré à une charge violente contre les « élites » et « les corps intermédiaires ». Cela n’a plus rien à voir avec ma dénonciation de l’oligarchie. C’est un basculement inouï dans un autre univers sémantique. Les petits rigolos ont bien préparé la banalisation de tout cela en m’attaquant des mois durant sur le thème « vous dénoncez les élites donc vous êtes un danger pour la démocratie ». Pour eux il s’agissait de nier ou de masquer le contenu de classe que je donnais au slogan « Qu’ils s’en aillent tous ». Il fallait le diluer dans la solidarité corporatiste, en quelque sorte. Sarkozy bénéficie de l’accoutumance que ces gens ont préparée. Maintenant ils se taisent. Mais lui a bel et bien repris et théorisé le fond d’un discours hostile aux élites. Dans le détail, Sarkozy a d'abord déclaré : « Il y a de plus en plus de Français qui ont l'impression que tout se décide en dehors d'eux ». Ensuite, il a dit : « J'ai pu mesurer pendant cinq ans à quel point les corps intermédiaires font écran entre le peuple et le gouvernement : les syndicats, les partis, les groupes de pression, les experts, les commentateurs. Tout le monde veut parler à la place du peuple, sans jamais se soucier de ce que23 le peuple veut, de ce qu'il pense et de ce qu'il décide ». C’est d’un culot à couper le souffle. On se demande si lui-même se souvient comment il a odieusement trahi la volonté populaire exprimée dans le référendum de 2005.

Puis il nous indique qu'il a « beaucoup réfléchi à cette question de l'entre-soi des élites politiques, des élites économiques, des élites administratives, des élites syndicales. De cet entre-soi, il ne sort que des compromis boiteux et au final il ne sort que l'immobilisme ». L’habileté c’est évidement de partir du constat que tout le monde fait dans les milieux populaires. Nous l’avons-nous même popularisé en dénonçant la grande collusion des riches, qu’il ne nomme pas, avec les médiacrates et les têtes d’œuf corrompues par l’idéologie libérale. Mais il en donne une autre formulation. Il montre du doigt « les élites ». Ce que personne n’avait fait avant lui. Et il y inclut les syndicats. C’est le point crucial. Notons d’abord quelle claire doctrine cela exprime. Détruire les corps intermédiaires et inclure dans la liste, comme seuls corps identifié et doté d’une personnalité juridique et morale, les syndicats, c’est le fond de sauce des mouvements autoritaires. La haine anti-syndicale, c’est la haine de la classe ouvrière organisée. Ce discours-là, on le connaît. C’est une doctrine politique connue. Puis Sarkozy affirme que : « S'il y a blocage, je me tournerai vers le peuple ». Pour contourner le blocage qui ne peut venir, d'après lui, que des corps intermédiaires, c’est-à-dire des syndicats ouvriers, il créera un lien direct avec « le peuple ». « Je savais très bien que je m'attaquerais à des intérêts puissants, à des castes qui ne veulent rien lâcher et dont la violence des réactions donnent la mesure de ce qu'elles ont peur de perdre ». Ce n’est pas des riches dont il parle. Les « castes » ce sont les salariés des diverses professions qui ne veulent pas lâcher leurs conquêtes sociales. Il veut instaurer 21une relation directe entre un « guide » et le peuple. Il recourt au plébiscite pour effacer toutes les médiations qui constituent comme classe le très grand nombre.

On ne peut mieux apercevoir ce fond doctrinal que dans cette vantardise de Nicolas Sarkozy : « Une de mes plus grandes fiertés est de n'avoir jamais cédé à la pression de la rue ». La « rue » dont il parle, ce sont les manifestations et grèves contre la suppression de la retraite à 60 ans. C'est le « peuple » défini par des intérêts collectifs de classe. Non comme la masse informe et manipulable par de bas instincts de haine et de jalousie dont il rêve et qu’il cherche à instituer. Pour toutes ces raisons j’estime que l’extrême-droitisation de la droite vient de franchir un palier. Nicolas Sarkozy est passé de la manipulation de ses thèmes de propagande à l’expression construite d’une doctrine politique. Il se situe dans la veine des 26Berlusconi et Viktor Orban. L’histoire est coutumière de ce genre de polarisation politique. Nous en sommes l’autre face. Tout se met en ordre.

Nous avons décidé Pierre Laurent et moi que « l’incident » était clos avec François Hollande après qu’il a fait amende honorable et qu’il a dit ses regrets d’avoir injurié les communistes. Pourquoi ? Parce qu’il y avait la déclaration de candidature de Sarkozy qui arrivait. Et que nous ne voulions pas être scotchés dans une polémique subalterne qui ressemblait très fort à une provocation. A preuve la une du « Figaro ». Bien sur les communistes ont de la mémoire. Moi de même. Je suis aussi le candidat des communistes. En cessant le feu, nous devons compter sans cesse sur l’intelligence populaire. Elle a capté la faute. Pas la peine d’en rajouter en se laissant déporter hors de notre rail conquérant. Notre ligne d’action de campagne veut tenir à distance les polémiques avec François Hollande. Il n’est pas notre sujet. La délimitation avec lui est finie depuis la fin de l’année dernière. La vie se chargera du reste à faire. Nous gagnons nos galons en étant utiles au combat contre la droite 28et l’extrême-droite. Le terrain que nous voulons reconquérir n’est pas de ceux qu’on reprend par des disputes avec lui sur notre existence ou non. Notre existence se constate.

Pour autant, pas question non plus de mentir par omission ou bien de faire preuve d’une complaisance qui se retournerait contre la confiance qui se crée pour nous. Comment passer à côté des provocations qu’il distille de réunion en réunion. Surtout quand il apparaît clairement que celles-ci fonctionnent comme autant de coups de force. Contre nos positions ? Après tout ce serait bien son droit. Mais ce n’est pas son sujet. Sa façon de faire est une véritable mise au pas du PS lui-même. Car les thèmes où les positions qu’il exprime seraient ultra-minoritaires s’il les mettait en débat dans son parti. Profitant de son altitude sondagière et des compétitions pour les postes qui sont engagées autour de sa « prochaine présidence », il sait que tout lui est permis, sans réplique. On a vu les dirigeants de la gauche du parti se coucher sans bruit sur la retraite à 60 ans, le SMIC et ainsi de suite. Qui a déjà bu la mer doit aussi digérer les poissons. Tout allait y passer. Arrive le vote du « Mécanisme européen de stabilité ». Cette fois-ci c’est la fin pour ceux qui cèderaient. Les bases ne suivraient plus. Le harcèlement des interpellations à la base a déjà donné ses fruits. Le mouvement en cours vers nous s’accélère. Ils vont donc résister. Ils l’ont dit au bureau national de 20mardi soir par la voix de Benoît Hamon et Marie-Noëlle Lienemann ! Emmanuelli et Montebourg ne tarderont pas, souhaitons-le. Ceux qui voteront « oui » ou s’abstiendront pour laisser passer le texte sans s’y opposer ne peuvent survivre qu’en se reniant du tout au tout. On verra jusqu’à quel point tous sont prêts à aller dans notre direction. Mais le coin est enfoncé. Si notre pression aboutit à une majorité contre le vote, tout sera changé. L’espace de notre programme sera élargi considérablement. Celui du retour de la gauche encore davantage. Hollande devra changer son cap et la campagne électorale peut alors voir le centre de gravité de la gauche beaucoup bouger. C’est l’enjeu du moment. Donc il faut absolument continuer la mise sous surveillance citoyenne des députés jusqu’au 21 février. Et des sénateurs jusqu’au 28. Interpellations, publication des réponses sur le net et les réseaux sociaux : au travail ! Attention à ne pas lâcher d’une semelle les députés de droite car leur vote deviendra vite notre premier argument de campagne législative contre eux.

Dans les jours qui viennent de passer j’ai suivi de l’œil l’affaire de l’introduction de la loi de 1905 dans la Constitution proposée par Hollande. C’est énorme quand même ! A la fin cela aboutit à introduire le Concordat dans la Constitution sous prétexte d’y faire entrer la laïcité. Comme la laïcité est déjà dans la Constitution, on se disait que c’était soit une erreur, une confusion, soit une combine. C’est une combine. Pourtant tout le secteur laïque du PS se tait. On voit ce que valent les principes 25au pays des carrières. Les Glavany, Guy Georges, Vincent Peillon, Alain Vidalies, Emmanuel Maurel, Philippe Gugliemi et tous les autres ont disparu. On attend avec intérêt de savoir si les obédiences maçonniques ont aussi l’intention de regarder ailleurs. Pourtant ceux qui ont plaidé auprès de moi l’erreur ou le cafouillage en sont pour leurs illusions. Dans une lettre, François Hollande s’adresse aux « représentants des cultes reconnus d’Alsace-Moselle » le 13 février 2012. « Reconnus ». Les musulmans sont donc exclus des cajoleries socialistes. L’intérêt de cette lettre est que François Hollande y est d’une absolue clarté : « Le maintien du Concordat doit être abordé avec respect et compréhension de ce que fut l'histoire de ce territoire français ». Respecter les conséquences de l’annexion de l’Alsace au Reich et de deux défaites de nos armes face à l’envahisseur, voilà qui est nouveau à gauche. Les communards doivent se retourner dans leurs tombes. Pour manifester ce « respect », il indique vouloir insérer à l'article 1er de la Constitution un deuxième alinéa ainsi rédigé : « La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des églises et de l'Etat, conformément au titre premier de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace-Moselle ». Donc le Concordat en tant que tel ferait bien son entrée dans la Constitution par la porte honteuse des « règles particulières ». Oui, mais le « sous réserve » disaient d’aucuns, voudrait seulement dire qu’il s’agit d’un compromis temporaire, bref de la continuation de ce qui est déjà. J’ai objecté que c’était 24précisément faire du définitif avec du provisoire que de le mettre dans la Constitution.

Pour finir, Hollande a lui-même fourni la clef d’interprétation de son propos. C’est la version la plus anti-laïque qui prévaut. Car dans sa lettre, il écrit : « Bien loin de porter atteinte aux règles qui régissent, de façon particulière, les relations entre l'Etat et les cultes concordataires en Alsace-Moselle, elles seront au contraire confortées dans leur spécificité, en se voyant reconnues au niveau constitutionnel ». Ainsi grâce à cet étrange version du socialisme, François Hollande ferait entrer Dieu et ses églises dans un alinéa de la Constitution. Ce que personne ne lui demandait, pas même en Alsace-Moselle. Le crime contre l’esprit est signé quand on sait que le même Hollande n’envisage pas d’abroger le « délit de blasphème » contenu dans les dites dispositions concordataires et résultant du droit hérité de l’occupation après 1870. L’acquis de Bismarck doit-il être « respecté » du fait de l’histoire ! Cela ne sera pas admis. Jamais. Par aucune conscience éclairée qui connaît les enjeux de ces 22sortes de questions. Surtout quand, au même moment, au cours d’une réunion en Alsace où se trouvaient trois ministres on déclare que le Concordat est le « futur de l’Europe ».  Sale ambiance !

Voici une nouvelle passée quasi inaperçue. Les nord-américains ont voté une loi nommée « Dodd-Franck » pour limiter les prises de risque des banques américaines. Quelle saine préoccupation ! Mais comme d’habitude quand ils prennent une mine raisonnable, c’est toujours l’indice du fait qu’il y a anguille impérialiste sous la roche des pieuses intentions. Celle-là n’est pas mal du tout. Car la dite loi ne s’applique pas seulement aux banques américaines mais, de fait, à toutes celles qui travaillent aux Etats-Unis quelle que soit leur nationalité. Ou bien qui mettent en garantie de leurs opérations des titres américains. C’est-à-dire, en fait, tout le milieu bancaire mondial. Avant de regarder ce que cela implique, notons cette habitude qu’ont prise les Etats-Unis d’obliger tout le monde à se conformer à leur législation. C’est une autre façon d’exprimer qu’ils se donnent le statut de maîtres du monde ! C’est avec cette méthode qu’ils parviennent à imposer le blocus de Cuba, pourtant condamné par les Nations Unies, à tous les fournisseurs et transporteurs du monde. Je reviens à cette législation pour contrôler les prises de risques. Donc, dès qu’une activité est réputée trop risquée, couic, elle est sanctionnée. Qu’ils fassent comme ils veulent chez eux c’est bien leur droit. Mais de quel droit par contre viendraient-ils sanctionner une transaction faite entre deux banques européennes en Europe au motif de leurs contreparties en titres nord-américains ? Bizarre ! Surtout que certains titres spécialement dangereux ne sont pas inclus dans le périmètre des sanctions potentielles. Lesquels ? Ceux de la dette fédérale des USA ! Gros malins ! Et l’inverse ? 08C’est-à-dire la possibilité pour les banques européennes de proposer aux Etats-Unis des titres de dette d’états européens ? Sur ce point il n’y a pas de garantie. Tout simplement.

Imaginons la suite : un Etat lambda a une mauvaise note. Les autorités nord-américaines décident que ces titres de dette souveraine sont un placement dangereux. Aussitôt il devient interdit d’en acheter aux Etats-Unis. Ou d’en posséder ailleurs si l’on a une activité aux Etats-Unis. Et ainsi de suite. Ce pauvre Michel Barnier, commissaire européen issu de l’UMP française a donc couiné et tapé du pied. « Nous demandons que les titres souverains de l’Union européenne reçoivent le même traitement que les titres souverains américains ».  Mais oui, biquet ! Compte là-dessus ! Cette nouvelle loi entre en vigueur en juillet prochain. A partir de là, une note des agences de notation devient un instrument direct de blocage pour les USA qui peuvent interdire à un Etat l’accès au marché financier. Donc le condamner à mort puisqu’il est interdit aux Etats européens de se financer ailleurs. Imaginons encore. Supposons que les Etats-Unis veuillent faire exploser la zone euro parce que la monnaie unique serait un placement refuge par rapport au dollar pourri jusqu’à la moelle. Supposons qu’ils aient attaqué un pays pour faire tomber la zone et même plusieurs alentours pour accroître la tension. Supposons qu’ils aient ordonné à leurs banques de bloquer les liquidités en dollar pour les assécher et déstabiliser le prêt interbancaire des seuls agents autorisés à venir à la rescousse de l’Etat attaqué. Supposons que tout cela n’ait servi à rien parce que la Banque Centrale Européenne aurait aussitôt ouvert une ligne de crédit illimitée aux banques nationales. Oui supposons ce scénario. Paranoïaque, bien sûr. Pure hypothèse d’école, cela va de soi. Alors, dans ce cas, la nouvelle loi « Dodd-Franck » permettrait de disposer d’un nouvel instrument pour étrangler sans être contourné. J’ai bien dit que c’était de l’imaginaire. En fait les Etats-Unis sont nos alliés et nos amis. Bien sûr. La preuve en 2015, grâce au « Grand Marché transatlantique » le marché commun unifié sur les deux rives de l’atlantique sera constitué.

Cette fois-ci les trompettes de la renommée populiste n’ont pas sonné tranquillement. Le grand titre de la une du Monde assimilant le Front de Gauche et le Front national par une même étiquette « populiste » a fait long feu. Nombreux ont été les commentaires défavorables dans les médias eux-mêmes. Outre la chronique de Pierre Marcelle dans « Libération », Jack Dion dans « Marianne 2 », et même « Les Inrockuptibles » ont réagi. D’après moi nous ne sommes plus loin du moment où cette basse manœuvre ne sera plus possible compte tenu du nombre des mises en garde que les intellectuels ont formulé contre cet amalgame. « Le Monde », qui se veut le journal de référence ne pourra pas longtemps en rester à ce niveau d’inculture politique. D’autant plus après le dérapage de l’odieux faux naïf Plantu qui a fait un dessin germanophobe plus que suspect contre Eva Joly à la une de l’édition du mercredi 15 février.  Pour contribuer au débat qui semble s’imposer encore on doit recommander la lecture du livre de Benoît Schneckenburger « Populisme, le fantasme des élites » aux éditions Bruno Leprince. Et dans l’attente je vous propose ce texte de Rafael Correa, président de la République d’Equateur. Il s’agit d’un message qu’il destina à l’Institut Egmon en Belgique en 2009. Savoureux.

«Ils sont nombreux à dire, en Europe et en Amérique, qu'actuellement il existe deux gauches dans la région latino-Américaine : l'une populiste et l'autre pragmatique, la première est révolutionnaire et l'autre réformatrice. Cette distinction cache mal une forte charge normative qui prétend délégitimer les perturbateurs qui veulent rompre avec l'ordre hérité du Consensus de Washington. En Sciences sociales, rares sont les concepts unanimement acceptés, et « le populisme », est justement l'un d'entre eux. A l'origine, on l'a employé pour résumer les processus sociaux menés par Juan Domingo Perón en Argentine et Guetúlo Vargas au Brésil. Aujourd'hui, malgré son élasticité, on l'utilise de façon systématique pour critiquer des Présidents qui, paradoxalement, ont été élus avec un large soutien populaire. Le mot est sorti des cénacles universitaires et s'est imposé comme qualificatif unificateur pour les mandataires de Bolivie, d'Equateur et du Venezuela. L'objectif est clair : disqualifier des dirigeants qui ont le mauvais goût de ne pas s'adapter aux canons qui, au XXIème siècle, selon les critiques de droite, devraient caractériser les leaders de gauche.

Dans son emploi contemporain, le populisme désigne deux caractéristiques : premièrement, la supposée irresponsabilité politique qui implique de faire des promesses que l'on peut tenir immédiatement, selon les attentes de l'électorat, deuxièmement, qu'il n'y a pas de médiation entre le leader démocratique et les citoyens. Une « promesse que l'on peut tenir immédiatement » correspond à « l'économie politique du possible ». Mais, comment peut-on définir à l'avance « le champ du possible »? Est-ce qu'une politique destinée à remettre en cause les structures économiques et sociales d'un pays ne court pas le risque de se voir toujours accusée de populisme, sans que l'on puisse en débattre ? Il s'avère que si l'on accepte cette critique du populisme, l'on doit aussi accepter que cela implique l'affaiblissement de l'espace politique. La négation de la politique du possible, préconisée par les spécialistes du populisme, constitue, en elle-même, un projet politique. Et si l'on ajoute à ce projet, la crainte du retour du totalitarisme, cette vision du populisme suppose un « possibilisme » qui, d'emblée, condamne tout projet de transformation sociale.

C'est précisément ce type de politique, qualifiée de populiste, qui a promu les droits universels consacrés dans les nouvelles constitutions de Bolivie et d'Equateur. Une politique qui n'a pas eu peur, en engageant cette conquête sociale, de courir le risque de perdre les mécanismes traditionnels de contrôle sur les populations les plus pauvres. Au vu de ces considérations, il est évident que ni la scène mondiale, ni la scène latino-américaine, ni la scène européenne ne sembleraient favorables à l'intensification et à l'approfondissement des relations bi-régionales. Le problème de fond n'est cependant pas un problème de scènes. Le problème fondamental repose sur le fait que les relations bi-régionales restent enclavées dans des présupposés caractéristiques du milieu des années 90, qui correspondent à des réalités très différentes, à des intérêts latino-américains et européens distincts et à des cycles d'intégration latino-américains et européens qui ont été dépassés."
Rafael Correa Delgado, Président de la République de l'Equateur

Plantu l’interlope, lauréat du prix de la liberté (10 000 euros) décerné par le Qatar a encore frappé. Sous couleur d’humour contre Eva Joly, il s’est abaissé à un dessin germanophobe à la une du « Monde ». Mon ami Alexis Corbière a immédiatement réagi par un communiqué qui pointait le côté nauséabond de ces sortes de « plaisanteries ». Le faux naïf, suivant sa technique habituelle, loin de regretter son dérapage a répondu comme si nous critiquions le droit à la caricature. Lisez ce qu’on en lit dans « Le Point.fr » : « Je les laisse s'enfoncer », rétorque Jean Plantu, lassé des « attaques régulières et dérisoires » du Front de Gauche contre ses dessins. « Je constate que tous les fronts ne sont pas mûrs pour la démocratie, déplore le dessinateur. C'est sûr qu'il est plus confortable de faire dans l'anti-sarkozysme peinard ou de l'anti-Le Pen. La gauche a encore beaucoup à apprendre en matière de tolérance. Je reviens d'Algérie où j'ai remplacé un dessinateur. J'ai caricaturé le leader du FLN. Il accepte plus facilement la plaisanterie que certains ici. » Vous avez bien lu : l’ami du Qatar ne nous croit pas « mûrs pour la démocratie », nous reproche notre hostilité à Sarkozy et Le Pen et déclare que la gauche a « beaucoup à apprendre en matière de tolérance ». Vous avez compris cette fois-ci ce qu’est Plantu ? Le reste on connaît. C’est sa façon de botter en touche. Pris la main dans le sac d’un dessin répugnant où il m’assimilait aux Le Pen, mis en cause de tous côtés, il s’était déjà défendu en m’imputant le régime cubain ce qui n’avait rien à voir avec le sujet. Ce genre de vache sacrée n’est pas habitué à ce qu’on lui tienne tête. Pour lui aussi la vie va changer avec nous. Au-delà de trois cent mille euros : on prend tout !


1  508 commentaires à “Sarkozy veut un régime plébiscitaire”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Michel Berdagué dit :

    Avec ce vote à l'Assemblée Nationale du premier volet dit mécanisme de soumission financière MES nous allons observer ce qu'il reste comme socialistes.En tous les cas,hier avec des Camarades Grecs nous sommes allés en manifestation joyeuse et fournie ensemble du parvis des Droits Humains jusqu'à la Chambre de la Députation. Manifestation importante fraternelle qui a effectué une traversée de Paris originale et militante. Donc du parvis où des Camarades Grecs ont pris la parole,Annick Coupé Solidaires/Sud, Igor PC ,Eric PG, un Camarade NPA ont apporté toute notre Solidarité et exprimé toutes les Luttes de Résistance et de rupture pour construire une Alternative. Ensemble,unis, nous sous sommes arrêtés à l'ambassade de Grèce gardée par la Gendarmerie,nous étions tellement nombreux que la manifestation a continué en passant par un petit arrêt devant l'église orthodoxe pour leur rappeler leurs obligations financières vis à vis du Peuple Grec,c'est dommage que nous n'avons pas pu rattraper les armateurs grecs en fuite valoches pleines,mais ce n'est que partie remise et bientôt, surtout si les 41% se regroupent et prennent le pouvoir.
    Riche en mobilisations une autre manifestation très importante à Aulnay avec les travailleurs hommes et femmes de PSA pour imposer une autre gestion de cette industrie stratégique qui en mimétisme de Renault veut délocaliser. Philippe NPA et Nathalie LO présents. Le 21 les votes de l'argent d'aide pour nous faire avaler le serpent du nouveau traité franco-allemand impossible pour la vie des Peuples indiqueront où le malaise dans la dite Gauche se passe et les choix de certains pour accompagner l'ultra libéralisme dérivant vers le pire.
    Soit un arrêt,soit une collaboration.
    Vive le FdG.

  2. Vallerustie dit :

    @ georges 70et 25..
    Merci georges et à tous les autres..
    Oui, c'est ici que se trouve la gauche et pas au PS !
    Non d'un chien, je vais finir par m'énerver, si les PseudoSocialistes n'étaient pas la roue de rechange du capitalisme financier, comme ils le démontrent depuis toujours, quand ils gouvernent en Europe, pensez-vous que les médias qui occupent la presque totalité du PAF, auraient consacré autant de temps aux " primaires" ?
    Il seraient tant que Solal et beaucoup d'autres reviennent sur terre, sinon, ils vont au devant de sérieuses désillusuions.

  3. Ardéchoise dit :

    Une question que je me pose. Est-ce que parmi ces intermédiaires dont N Sarkozy ne veut plus entre le peuple et lui, se trouvent nos représentants parlementaires? N'est-il pas en train de préparer un coup d'état?
    J'ai assisté hier à ma première assemblée citoyenne. J'ai été très déçue par ceux qui l'avaient organisée: des militants locaux du PCF et du PG. Les chaises étaient disposées en lignes parallèles avec une belle table pour séparer les ceux qui savent de ceux qui viennent écouter la bonne parole. Personne pour noter ce qui se disait. Pas de décision sur la suite à donner à cette assemblée.
    Je sais bien que la consigne, c'est pas de consignes, mais assister à cette parodie d'assemblée citoyenne m'a attristée. J'espère que ce n'est qu'un cas isolé.

  4. jmdest62 dit :

    A propos du MES
    4200 personnes ont à ce jour signé la pétition ici.
    et vous ?
    @+

  5. Mihèle dit :

    "tout faire pour valoriser le travail." Nous sommes indignés par le rapt des mots, du vocabulaire de Gauche et dénonçons la manoeuvre et ses mensonges. Sauf que la valorisation du travail peut être une chose ou son contraire selon la logique suivie. La valorisation du travail adéquat au diktat libéral n'est pas la valorisation du travail de qualité à savoir du "métier". D'ailleurs ce mot s'absente tragiquement des discours politiques hors-résistance, de même lorsque "l'assurance maladie" remplace la "sécurité sociale" dans le discours, valorisant l'une et abandonnant l'autre.
    A l'école la valorisation du travail suit désormais cette logique avec la multiplication et l'accélération des mesures visant le principe et l'objectif "d'employabilité" du "capital humain" pour une "économie de la connaissance" laquelle fait l'économie de la connaissance qui ne sert pas cette logique.
    Notre logique "l'humain d'abord" vise une transformation radicale de l'actuel.

  6. redline69 dit :

    Jean-Luc Mélenchon, aborde avec responsabilité le rôle du PS dans cette élection et donc son positionnement pour la suite.
    il est très clair de la part de Jean-Luc Mélenchon, que nous jouons notre partition en dehors de celle de Hollande contrairement à ce que sous entend mme Arnaud qui va se décrédibilisé à force de nous placer en force d'appui à Hollande.
    Jean-Luc Mélenchon l'a dit clairement, au PCF les militants commence à s'irriter du clan Hollande qui d'un coté critique les communistes et de l'autre leur passe de la pomades dans le dos.
    la Réalité est crue! Hollande n'a aucune affinité avec le PCF et seul les électeurs de ce parti peuvent l'interresser ! et encore, juste le temps d'un vote de 2ème tour.
    je pense que Hollande sait maintenant qu'une grosse partie du vote Bayrou va courrir naturellement au soutien de Sarkozy pour le deuxième tour et donc il lui faut envoyer un SMS à pierre Laurent pour lui dire combien il l'apprécie, lui qui vote des tonnes de textes en parallèle de l'UMP comme le TCE, le bidulle de Lisbonne.
    Sur Sarkozy, j'ai rien d'autre à dire que c'est le candidat des médias bien dressés et qui vont faire bien attention de poser les questions que les communicants vont leur glisser la veille. une armée de Médiocres Journaleux à la solde du capitale et servant de carpettes à un aéropage de politiciens très en dessous du niveau requis pour faire de la politique.
    Jean-Luc Mélenchon, nous parlera du retour fracassant et risible de Claude Allègre qui vient remercier sans doute Sarkozy pour sa Légion d'honneur où le poste bien doré que lui offrira le candidat de l'ULTRA droite pour un ancien de Jospin ! décidement le PS c'est la rue des courants d'air ! de gauche ou de droite, ils sont à l'aise partout ! sauf à la fête de l'Huma !

  7. citoyenne21 dit :

    @Ardéchoise (103)
    Même remarque que pour vous au cours d'une assemblée citoyenne à laquelle j'avais assisté il y a un peu plus d'un mois ! Cela ne m'a pas donné envie de poursuivre ! Je pensais pouvoir nouer des contacts et puis tout le monde est reparti bredouilles ! après, c'est peut être juste mon aperçu et peut-être est-il tronqué par je ne sais quelle attente déçue ? En plus tout ça organisé dans une salle non chauffée ! après voilà j'imagine que trouver des salles n'est peut être pas toujours évident...Ce n'est pas une critique, j'imagine que chacun fait tout ce qu'il peut ! J'ai juste écouté, pas assez sûre de moi en ce qui concerne le programme pour pouvoir le détailler autour d'une table mais devant leur acceptation de voir Hollande élu, à la fin quand tout le monde était debout, j'ai bien dit haut et fort, que la solution Hollande je n'en voulais pas et que si je votais Front de Gauche, c'était de manière très affirmée et sans concession ! J'aurais voulu sentir au cours de cette assemblée, qu'ils croyaient en la victoire de notre candidat et j'ai davantage ressenti de la résignation de se contenter d'un pâle moussaillon, ça m'a foutu le bourdon !
    Quant à Sarko, moi aussi je pense qu'il mijote un sale coup (d'ici à décréter l'état d'urgence avant les élections) car à moins de vivre dans sa bulle, je ne pense pas qu'il ignore le taux de détestation que suscite sa personne ! oui faut le dire, ce n'est pas seulement ses actions qui sont visées mais également sa personne ! ce type est un égocentrique puissance mille ! il se fout du peuple français !
    Oui j'ai la trouille de ce qui va nous arriver, quand en plus on voit la duplicité du PS !

  8. albireve dit :

    Un détail (hors-sujet ?) à propos du "vote populaire": Tous les sondages "sortie des urnes" mettent en évidence le caractère fortement masculin (= macho) du vote F.N. Or, 80% des ouvriers français sont des hommes. (de meme que 80% des employés sont des femmes). La surreprésentation des ouvriers au F.N. est donc inévitable.

  9. redline69 dit :

    @107 Citoyenne 21
    N'ayons pas peur ! notre mouvement demande encore à être structuré, mais il reste viable ! regardez vous même les résultats électoraux des deux derniers scrutin, regarder la présence des gens dans les meetings, regardez le soutiens sans faille de nos amis du PCF et de GU qui militent sérieusement pour le meilleur score possible.
    Nous allons sûrement gagner ! même si c'est pas immédiatement. qui pourra dire que nous n'y avons pas cru ? personne. en effet loyalement et depuis un moment sur ce blog. comme vous je pousse, j'essaie d'ouvrir les yeux des gens qui les uns en votant pour Hollande et les autres pour mlp se trompe et indirectement sont trompés.
    On avance, et vous le savez, on progresse. la dynamique et un travaille de rigueur, un travaille qui se mesure dans la continuité.
    Je voulais dire dans mon précédent post, que l'on minimise trop " La Télé de Gauche" c'est un point que j'aimerai que Jean-Luc Mélenchon aborde ! cet outils formidable est une arme politique qui pourrait montrer la complicité des Daltons.

  10. maxou dit :

    Bonjour à vous,
    je viens malheureusement d'entendre sur BFM un syndicaliste de Molex dire qu'il ne sait pas pour qui il va voter, il a l'air (il se dit) très déçu de tous les politiques...
    Max

  11. Lupi jean-claude dit :

    Bonjour à toutes et à tous
    @citoyenne 21
    Je te rejoins dans ta peur concernant les élections mais je l'avais deja dit que si soit Sarko soit Hollande sentaient le vent tourner ils risqueraient de nous envoyer les chars.Mais je te rapelle que si nos deputés votent le MES et son frére de lait aprés la derive totalitaire ne fait que commencer car nous aurons aprés le traité transantlantique avec dedans à tout les coups "le patriot act " et là ce genre de loi mis à la sauce européenne cela avait donner les camps de concentration.Si Sarko n'en ouvrent pas avant pour accelerer le mouvement.

  12. Peggy dit :

    M. Mélenchon
    Vous mettez des mots sur mon ressenti concernant le discour de Sarko. Je constate qu'effectivement vous êtes entouré de la RollsRoy des intellos pour avoir un dicernement aussi clair et perspicace sur ce discour. Je suis à chaque fois éclairée plus profondément lorsque je lis vos billets. Sans vous, je garderai un doute dû à mon ignorance. A ce jour, je peu dire que je commence à avoir une culture politique,car depuis deux ans que je vous lis et écoute vos discours j'ai apris beaucoup. Et grâce aussi aux liens des commentaires, j'ai découvert de nombreuses sources d'informations autres que de l'enfumage. Aujourd'hui j'ai des arguments pour expliquer le programme du front de gauche et j'en discute avec mon voisinage qui semble très réceptif.

  13. Je comprends fort bien, s'agissant des rapports avec le PS, que les responsables des diverses composantes du Front de Gauche sont contraints d'éviter toutes sortes de pièges. Jean-Luc s'en explique souvent d'ailleurs.Très ferme sur le fond, les principes et le programme, et donc critique avec le PS à ce sujet, il ne peut au plan relationnel lui taper dessus en permanence. Cela dit, il ne faut pas se voiler la face. La position officielle du PS de s'abstenir à propos du MES va faire des dégâts à la base considérables. Je vois bien les réactions des partisans du FdG autour de moi, ou sur certains blogs ; elles sont virulentes et même parfois violentes, et il faut dire qu'il y a de quoi. La coupe est pleine et même déborde : le "oui" en 2005, l'abstention au moment du traité de Lisbonne, les déclarations diverses et variées d'Hollande (toujours dans le même sens, c'est à dire le mauvais) et maintenant le MES. A force de jouer les Ponce- Pilate (Lavabo manes !) en clair de toujours s'abstenir sur tout, les électeurs considérant que l'exemple "vient de haut", vont aussi s'abstenir de voter pour lui. Logique !

  14. marechal dit :

    @ Ermler post 28
    Pris sous l'angle de la liberté d'expression et de la bave du crapaud qui n'atteint pas la blanche colombe, je te donnerai raison...
    Mais :
    Plantu est d'autant plus une "vache sacrée", qu'on trouve quelques uns de ses dessins dans les livres d'Histoire de nos collégiens....dés la 3 ém les enfants sont habitués grâce à lui à ce que les fonctionnaires de France soient assimilés à des feignasses (de mémoire : Plantu y montre un infirmier d'une ONG tendant un journal à son patient malade de la faim, cela se passe quelque part en Afrique. Titre du journal : en France les fonctionnaires font "encore" gréve. L'infirmier demande au patient s'il veut le lire pour se distraire...)
    Conclusion : ce dessin participe d'une espèce de propagande de la résignation pour nos jeunes têtes : genre en France on est pas si mal lotis...
    Il y en a un autre dans le livre d'histoire de 4èm; où l'industrie Française est ridiculisée à côté de l'industrie Chinoise,on entrevoit même un possible relan raciste vers le "monstre Chinois"
    Bref, celui qui fourre le nez dans certains livres scolaire, en ayant en tête nos idées, ne peut s'empêcher de sursauter...
    Plantu participe bel et bien à ce qui est pour nous l'ennemi : La "pensée unique", celle qui cache l'"oligarchie" (ce mot est d'ailleurs absent des livres en question, comme par hasard...et il n'est au programme que pour être énoncé qu'ici "on est pas concerné par les oligarques" qu'on peut dormir tranquille en démocratie..)
    C'est une lutte politique que la notre, elle se passe aussi sur un terrain culturel...et cultuel (pour ma part je pense que la pensée unique est plus un culte avec ses tics et ses tocs, qu'une culture...et cela commence dés le plus jeune âge)

  15. Mario Morisi 39 dit :

    Que le service politique de France Inter est pitoyable !
    Ce matin dimanche, un nouveau coup de triolisme libéral à peine déguisé entre Colombani, Fourest et Reynier, présenté comme un "politologue".
    Sujet, la bipolarisation est un fait définitif, ce sera Sarko/Hollande, comment vont-ils faire pour piquer des voix au FN, qui est le pivot de l'élection... puisque tout le monde reprend une sémantique et une syntaxe d'extrême-droite... y compris Mélenchon qui utiliserait "oligarchie", mot estampillé "ex.droite" (sic, ce monsieur ne doit pas avoir lu Macchiavel !). D'où la volonté de tout le monde d'être contre le système, même le prdt..
    La ratification du nouveau traité d'esclavage des peuples et le Mécanisme d'asservissement des budgets à la finance ? Rien ! Rien ! Rien ! Si, Hollande est méchant parce qu'il laisse entendre que les riches vivent ensemble dans des ghettos de luxe et sont la seule raison de la crise...
    Pitoyable !

  16. Lecabestan dit :

    @ citoyenne21 et Ardéchoise
    J'ai eu la même impression que vous au moment des cantonales en me disant qu'au vu des chances du candidat Front de Gauche de mon coin celui-ci opterait pour une campagne axée sur la diffusion des idées développées par JL Mélenchon. Malheureusement, il a choisi des thèmes locaux comme la déviation de la route, etc.. Que de temps et d'énergie perdus !
    Je pense que tout cela est du à la structure militante, aux habitudes dans les formes d'action, et à la distance entre les modes de pensée. N'oubliez pas que le FdG est un rassemblement d'organisations.
    Il faut dire que l'équipe autour de notre candidat et lui même nous emmènent vers le haut de la réflexion intellectuelle. Et il faudra plus que le temps d'une campagne pour en voir tous les effets. Mais si c'est un succès, l'évolution se fera. Donc, soyons patients (ceci est valable aussi pour moi).

  17. anna dit :

    J'apprécie vos réflexions citoyenne21 et Ardéchoise. Bon dimanche à tous

  18. Citoyen Gascon dit :

    A propos du travail du dimanche, Jaurès écrivait déjà :
    « Demandons que dans l’industrie la journée de travail soit réduite à huit heures. De cette façon, les heures de travail en sus que ne feront plus ceux qui travaillent se convertiront en journées de travail pour ceux qui chôment. Chaque ouvrier travaillant moins longtemps, il y aura du travail pour un plus grand nombre d’ouvriers. Et, en même temps, les industriels routiniers, qui ne luttaient qu’en prolongeant outre mesure la journée de travail, seront obligés de perfectionner leur organisation et leur outillage…
    « Des ouvriers intelligents se lèveraient et ils diraient : « …Nous demandons que la loi nous garantisse un jour de repos par semaine.» Et on leur répondrait, comme aujourd’hui pour les huit heures : « Mais vous n’y pensez pas ! Mais vous allez priver les ouvriers qui veulent travailler d’un jour de salaire sur sept ! »
    Or, le dimanche existe, dans les faits sinon dans la loi ; et les ouvriers ne sont pas moins payés, en somme, que s’il n’existait pas, car si tous travaillaient aussi le dimanche, on les paierait moins les autres jours de la semaine. Ils n’auraient pas le moindre loisir régulier ; ils auraient des chômages plus terribles, et ils ne gagneraient pas un sou de plus. Concluez ! »
    (Article, La Dépêche de Toulouse - 01 avril 1891)

  19. morvandiaux dit :

    Ne pas rater : Les émeutes grecques février 2012
    Voir la vidéo 45' Alain Bertho, professeur d'anthropologie à l'Université de Paris8-Saint-Denis.
    Mettre en place une Constituante est une nécessité pour sauvegarder la Démocratie !

  20. jean 76 dit :

    Hollande veut pas débattre, c'est pas un problème ! Notre adversaire c'est Sarkozy et Le Pen!
    Prouvons que nos revendications sont bonnes!
    Un retour à une sécurité sociale à 100%.
    La retraite à partir de 40 ans de cotisations pour les métiers pénibles, les femmes qui ont élevés des enfants, les carrières longues (ceux qui ont commencés à 16, 17 ans à travailler). Ceux qui disent çà coutera cher ne disent pas que si c'est en compensation d'une embauche en CDI d'un jeune, c'est tout bénéfice.
    Si pendant les 5ans, 10 000 personne peuvent partir à ou avant 60 ans, çà redonnera une bouffée d’oxygène.
    Abrogation des directives européennes nocives et des lois françaises votées par l'UMP depuis 2007.
    Il faut nous fidéliser nos possibles électeurs, car le vote utile est utilisé depuis le meeting de Hollande à Rouen !

  21. Lupi jean-claude dit :

    @Jean Louis Charpal
    Tu nous dit et je le comprend que l'exemple venant d'en haut il se pourrait qu'il y ai de l'abstension. Dans le cas du MES l'abstension = OUI et cela n'est pas tolérable n'est plus tolérable. La position du PS est que nous en avons tellement marre de Sarko que FH est élu dans un fauteuil et que nous n'avons pas le choix d'où la position de refus de discussion avec le Front de gauche et sûrement des essais d'accord en sous main au niveau local avec le PC. Aussi je pense que si Jean-Luc Mélenchon n'est pas par malheur (et cela en sera un pour la France et l'Europe) au deuxième tour nous devons reconsidérer notre position face à Hollande et la question de l’abstention doit se reposer.

  22. celine m dit :

    Michel Sapin, ce soir sur France Inter. Une "résistante" a démarré les hostilités.

  23. marsouin dit :

    bonjour,
    Je ne comprends pas J.Luc, qui s'acharne à combattre presque uniquement et principalement Le Pen ?
    Je pense qu'il y a mieux à faire qu'à dépenser son temps dans les médias à combattre le FN.
    Moi aussi je n'aime pas ce parti et ses idées, mais pour l'instant le combat est bien ailleurs, car même si Le Pen arrive au second tour nous savons tous que de toute façon ce parti ne prendra pas le pouvoir dans notre pays. Pourquoi ne s'attaque-t-il pas frontalement à Sarkozy, d'abord cela le ramènerait sur le premier plan de la scène et les médias seraient obligés de parler du Front de Gauche !
    Il est grand temps de rappeler aux Français ce qu'a été le quinquennat de Sarkozy, ses piteux résultats en matière d'emploi, le recul dans la protection sociale, les prélèvements qui ont augmenté, etc. etc. Il y a pourtant de quoi faire, non ?
    et par la même occasion cela marquera la différence entre la politique du front de Gauche et celle du PS qui approuve l'ultra libéralisme en s’accommodant des dégâts qu'il engendre et pour cela il suffit d'écouter Hollande qui ne fera rien pour les plus démunis, rien pour les smicards, rien rien rien !
    Il faut que le Front de Gauche marque une bonne fois pour toutes sa différence.

  24. Jean-Philippe VEYTIZOUX dit :

    @ marsouin

    Je crois que l'on entre dans cette phase à présent avec la déclaration de Sarkozy sur TF1. Jean-Luc a très bien expliqué le virage "césariste" de Sarkozy et identifié clairement le populisme de Sarkozy, en lien avec la vague d'extrême-droitisation de la droite européenne en règle générale.

  25. marianne du 76 dit :

    Oui il nous marquer notre différence avec le PS, et attaquer une à une les mesures de Sarkozy pendant les 5ans passés!
    L'abstention du PS sur le prochain traité, il faut pas hésiter, car le ps PS est récidiviste !
    Et quand il est au pouvoir, il vote toutes les transpositions européennes : en 2000 le travail de nuit des femmes dans l'industrie, le travail à 14 ans des jeunes!

  26. Paton dit :

    @ Mario Morisi 117
    Je comprends cette colère mais ça ne va pas s'arrêter. Plein de gens hors FdG sont exaspérés par les médias dominants, qui ne vont pas changer comme ça. Leur emprise est réelle mais sur le déclin je pense (voir le référendum sur le TCE). Il faut exiger de France Inter que le FdG soit représenté au moins deux fois mieux sur la station que jusqu'à présent, au nom du "pluralisme" dont ils se targue... Après les Jean-Marie Colombani, Bernard Guetta, Dominique Seux continueront, eux, leur credo libéral. Et avec Caroline Fourest, en effet. Tout comme Mélenchon a raison de prendre des distances avec Chavez quand il en vient a trouver que tout ennemi des USA est dans le camp du bien (car c'est la géo politique qui prend le dessus sur la révolution citoyenne), je me permets de lui conseiller de prendre des distances avec Caroline Fourest, qui défend la laïcité on ne peut plus mal. Elle en en fait, quoi qu'on en dise, une sorte de passion anti-religieuse, une contre religion. Or, la laïcité n'est pas un camp ou une catégorie, mais un principe qu'il faut défendre de manière un peu plus subtile. Mais cette dame refuse le débat avec Didier Lestrade, coupable sans doute de défendre des musulmans gays, combat Ramadan (OK sur le principe), mais en racontant plein de conneries à son endroit... et ainsi de suite. Pascal Boniface a raison de la mettre dans le sac des intellectuels faussaires.

  27. Cervetti dit :

    Merci, pour les jeunes que vous avez rencontrées dans notre centre près de la Bastille, d'avoir tenu promesse en plaçant leur film "on prend la campagne" dans votre blog.
    Pour votre visite en Corse, n'oubliez pas notre devise "a populu fattu bisogna a marchja" ou moins compliqué à dire "la Corse toujours conquise, jamais soumise" :)

  28. dan dit :

    Signes annonciateurs ?
    Le Concordia s'échoue en mer : Jean Luc Godard y avait tourné des images de son dernier film "film socialisme" réflexions sur l'Europe...
    La mer en fond de l'affiche de Sarkozy a été prise en mer Egée... et la Grèce est entrain de mourir !
    Stéphane Courbit (ami de qui ?) vient de perdre son super yacht... en mer Egée !
    Hollande : un capitaine de pédalo dans a tempête....
    Vous sentez rien venir ?

  29. Odette dit :

    Tiens, une idée, en passant:
    Supposons (sait-on jamais?) que la prochaine présidentielle voit la victoire éclatante de J.L.Mélenchon.
    Hé bien, je vous fiche mon billet qu'aussitôt à l'ONU, les Etats-Unis et leurs affidés (Qatar et autres) vont se déclarer "préoccupés par la situation des Droits de l'Homme en France"... Vous pariez?

  30. MARO dit :

    A Ardéchoise 103
    Moi aussi, j'ai assisté à ma première assemblée citoyenne le 15, organisée je pense collectivement par des militants PCF,PG et GU. Chaque porte-parole s'est brièvement présenté et la salle a pu donner ses avis librement après avoir visionné une présentation imagée de la Dette puisque c'était le thème choisi.
    Des adresses mails ont été relevées et des décisions prises. Distribution de tracts dès le samedi matin au marché, incitation à s'adresser au député (j'ai porté ma lettre écrite avec mes "tripes") le vendredi après-midi et mardi à 17h30, un rassemblement est prévu devant la permanence de l'UMP.
    Le militant qui a relevé les adresses nous a envoyé une "affiche" annonçant le rassemblement avec un coupon indiquant des données permettant aux intéressés de devenir acteurs. C'est ainsi que j'ai effectué un premier versement et que j'ai imprimé 5 exemplaires de l'affiche que je vais porter à des personnes susceptibles de répondre favorablement.
    Pour être tout à fait franc, j'ai été déçu du nombre de présents : une cinquantaine seulement et du manque d'enthousiasme (la lecture du blog n'est-elle pas trop euphorisante?) Le sujet sur le nucléaire a créé une certaine gêne et personnellement j'aurais préféré des sujet rassembleurs, plus mobilisateurs. Globalement, je suis satisfait et j'attends de voir comment nous allons faire connaître notre programme "L'Humain D'abord".
    Alors, ardéchoise, à vous aussi de nous dire la suite.

  31. le Prolo du Biolo dit :

    Divers @
    Arrêtez de déconner à propos de Caroline Fourest, allez plutôt consulter sa bibliograpie et les vidéos dans lesquelles elle s'expriment. C'est facile avec un moteur de recherche...
    Elle s'attaque en réalité à tous les extrémismes, de toutes les religions, et non aux seuls "islamistes".

  32. Pierre Nocroi dit :

    "En Sciences sociales, rares sont les concepts unanimement acceptés, et « le populisme », est justement l'un d'entre eux. A l'origine, on l'a employé pour résumer les processus sociaux menés par Juan Domingo Perón en Argentine et Guetúlo Vargas au Brésil."

    Il semble que le terme "populisme" désigne depuis 1825 et la révolte des décembristes, l'arrestation de Herzen et du groupe des saint-simonien de Moscou (1834) en passant par Bakounine, Netchaiev, etc. jusqu’à l'attentat contre Alexandre II en 1881 un mouvement révolutionnaire (plutôt une mouvance car bien des distinctions sont à faire...) qui agita la Russie en cette fin du XIXeme.
    Voir " Les intellectuels, le peuple et la révolution" de Franco Venturi (Bibliothèque des Histoires - Gallimard)

  33. Bruno dit :

    B'jour à tutti,
    @ citoyenne 21, ardéchoise et lecabestan
    Ici dans la capitale des Gaules et plus précisément dans les pentes de la Croix-Rousse (haut lieu des Canuts), nous avons établi un calendrier d'assemblées citoyennes d'ici à la présidentielle et nous ferons de même pour les législatives. C'est un groupe de sympathisants du FdG qui s'en est chargé (militants associatifs, syndicaux et non encartés) en lien direct bien entendu avec le collectif FdG de la circonscription. Créer les conditions d'une bonne assemblée citoyenne suppose qu'on en définisse préalablement le rôle et l'objet. C'est à dire en gros que ce ne soit pas une conférence, un mini-meeting ou l'espace dans lequel des "spécialistes" viendraient porter leurs bonnes paroles. Exercice délicat donc mais d'une importance cruciale car c'est dans ces assemblées que se joueront les élections. A Lyon, nous en avons déjà tenus quatre et tant dans la forme que dans le fond, elles ont fait mouche. Aussi, et bien que je partage vos interrogations ou vos déceptions, ne vous découragez pas, remettez le couvert si nécessaire, organisez-les vous-mêmes.

    Bien à vous

  34. S'agissant des médias, une citation, vue sur un autre blog, mais qui est tellement sidérante que je crois qu'elle vaut la peine d'être connue. Encore que quand je dis "sidérante" ça n'est pas au sujet des faits, car ce qui est dit, on le sait très bien ; ce qui est incroyable, c'est le cynisme avec lequel ce milliardire américain " de légende " avoue ses turpitudes:
    “ Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au Time Magazine et autres grandes publications, dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté les promesses de discrétion pendant près de quarante ans. Il nous aurait été bien impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été soumis aux pleins feux de l’actualité pendant ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et disposé à marcher vers un gouvernement mondial… La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’autodétermination nationale que l’on pratiquait les siècles passés…” (David Rockefeller, Le 8 juin 1991 à Essen en Allemagne).

  35. LAFORCE JEAN-LUC dit :

    F Hollande est-il de gauche ? Il fait assurément partie de ce courant de la gauche dit "social démocrate" qui considère que le capitalisme est indépassable et qu'il faut en tempérer au mieux les excès. Est-ce faire injure au PS que de dire cela ? sûrement pas puisque c'est une position assumée qui explique la plupart de ses choix. En cela il ressemble à ce qu'ont fait ses "frères" européens T Blair, J L Zapatero et A Papandreou. Il existe un autre courant de la gauche qui estime que le capitalisme est le problème et que dès lors il convient de changer de système. Ce courant est tenu d'innover de construire de l'inédit en permanence pour cela il lui faut du courage, de l'audace et l'intervention populaire souvent à contre courant des idées dominantes. c'est ce qui se passe notamment en Amérique Latine en Equateur, en Bolivie au Vénézuela ou à Cuba, chacun dans un contexte ou une histoire différente et des particularismes qui lui est propre. En France ce courant est de nouveau rassemblé, uni au sein du front de gauche et derrière son candidat à l'élection présidentielle (J L Mélenchon) et ses candidats aux législatives. Je récuse les termes fdg = gauche de la gauche, autre gauche, gauche radicale. Non ! le fdg c'est le coeur de la gauche. Il fait battre le pouls du changement de société. L'aveu de F Hollande au Guardian est éclairant quand il dit qu'il n'y a plus de communistes en France puis qui se rattrape en disant que ce n'est pas pareil à 20 ou à 10 %. Ce qu'il veut dire inconsciemment c'est que s'il est élu il ne fera pas la même politique si J L Mélenchon fait 10 % ou à 15 % voire plus. Dans ces conditions le vote utile c'est Mélenchon, le vote futile c'est Hollande.

  36. Messaoud dit :

    @ Jean Louis CHARPAL (134)

    Effrayant, ça froid dans le dos, plus aucun doute à avoir pour les indécis

  37. Antigone 34 dit :

    @90 Marvejols
    "Mais je ne sais toujours pas si je vais voter Mélenchon car je crains qu'il ne nous serve l'habituelle soupe qui depuis 30 ans (Mitterrand).

    Au contraire de ce que vous affirmez, JL Mélenchon dans ses dernières émissions, alors que les journalistes essaient de lui faire dire comme dans "C à vous ", qu'il va se reporter sur le PS, il répond: mais les temps ont changé, et puis vous ne connaissez pas mon électorat, nous sommes des têtes dures,ce n'est pas si simple, c'est à dire qu'il donne des signes gros comme ça, que nous sommes et resteront FdG au 1 et 2 tour. Le coup de Mitterrand et du PC ça va, on a vu, on a compris. Maintenant il reste à ce que le partenaire PC du FdG fasse de même, mais de toutes façons nous ne nous sentirons aucunement engagés sur leur ligne si elle divergait. Reste les législatives. Il faudra être tout aussi clair, mais là le fort résultat de la présidentielle nous aidera. Alors voilà de bonnes raisons de tout laisser là et venir faire la révolution citoyenne.
    Comme nos frères équatoriens ou Venezueliens ou Boliviens qui ont littéralement repris goût à la vie par la révolution.(A ce propos il ne faut pas utiliser le mot (douteux) tiers mondiste, encore moins dans ce contexte. Disons que" Tiers Mondiste" c'est Kouchner et ses sacs de riz. En gros.) Ce sont des pays en révolution citoyenne qui, ont été mis avant nous sous le joug libéral comme le Chili et donc Correa ne fait pas un discours tiers mondiste mais au contraire montre avec clarté une politique anti libérale en discriminant les deux gauches, alors qu'ici même une partie de la gauche n'a pas encore sincèrement compris qu'elle est libérale et pro alantiste.

  38. Ardéchoise dit :

    A Marsouin (121)
    Vous dites "Il faut que le Front de Gauche marque une bonne fois sa différence".
    Mais en même temps vous appelez le Front de Gauche à "combattre" Le FN, l'UMP et le PS. C'est ce que veulent les médias: que chaque candidat dise tout le mal qu'il pense des autres candidats. Et quand les invectives pleuvent, les médias se réjouissent. Ils ont quelque chose à se mettre sous la dent pour quelques jours.
    Oui, il faut que le Front de Gauche marque sa différence mais pas de cette façon-là. Il faut que la campagne du Front de Gauche mette en conformité ses paroles et ses actes. "l'humain d'abord", "place au peuple", "prenez le pouvoir" ne doivent pas être de simples slogans. Ils doivent se concrétiser sur le terrain. La révolution citoyenne ne se fera pas sans les citoyens et ce n'est pas en créant la division que nous y arriverons.
    Nous avons la chance de défendre un programme construit, partagé, cohérent, ne gachons pas cette chance.

  39. mimi24 dit :

    Jean Luc Mélenchon ecrit "j'estime que l'extrème droitisation de la droite vient de franchir un palier.Nicolas Sarkozy est passé de la manipulation de ses thèmes de propagande à l'expression construite d'une doctrine politique.Il se situe dans la veine des Berlusconi et Viktor Orban."

    De cela nous avions de nombreux indices dans des domaines différents.
    Sur la question de la liberté de la presse,en 2009, quelques journalistes se sont confiés,en 2009, à leurs homologues suisses. Le documentaire qui en a suivi a fait exploser l'audimat de l'autre coté de la frontière. Voir ici le vampire des médias

  40. Louis St O dit :

    Bonjour Mr Mélenchon, bonjour à tous,
    Toujours autant de plaisir à vous lire, vos explications toujours pertinentes me donnent matière à argumenter.
    Bien que je ne rate jamais la lecture d’un billet, je n'ai guère le temps de commenter avec vous les billets de JL, et croyez bien que je le regrette.
    La distribution de tracts, les réunions, les assemblées citoyennes sont des « bouffeurs » de temps. Néanmoins, si je ne participe plus, je vous suis avec envie.

    Pour @citoyenne21 et @Ardéchoise, que je salue au passage, il ne faut pas désespérer, du manque de professionnalisme des organisateurs des assemblées, ils sont comme nous tous des débutants, et il faut que vous n’hésitiez pas à signaler vos idées pour améliorer la réunion. Il faut leur signaler, qu’à la fin de la réunion, soit préparé une liste à remplir, avec le nom, l’Email, le Tel etc.., et demander de remplir cette liste à ceux qui le souhaitent, pour leur envoyer un Compte-rendu ou l’agenda des actions à venir, distribution de tracts… il ne faut pas perdre le contact.
    Je dois vous laisser, je salue marechal, Berdagué, Blanchet, Hold-up, …, que les autres m’excusent, la liste est trop longue… sans oublier notre Webmestre toujours sur le pont.

    À notre victoire
    Louis

  41. Lupi jean-claude dit :

    @ Jean Louis Charpal
    N'oubliez pas que ce même Rockfeller et ces même têtes pensantes prônent le dépopulation à l'échelle de la planète et que leur type de gouvernement serait en fait un système de caste avec des dominants et des serfs des dominants.Donc merci d'aller jusqu'au bout pour bien montrer la monstruosité de ces gens et le tout couvert par les gouvernements les mediats.Nous pouvons retrouver ces gens à Davos au Bildberg et autres réunions secrètes non connues parce que secrète.

  42. vicmarnin dit :

    Assemblée citoyenne à Cambrai mercredi dernier, une quarantaine de places étaient prévues...
    Salle comble avec plus d'une centaine de citoyens...
    La révolution par les urnes est en marche !

  43. jmdest62 dit :

    Je pense que SARKO ne souhaite pas un deuxième mandat en France.
    Il vise à mon avis "La présidence du conseil Européen" dont il fera en sorte (avec l'aide d'Angela) d'augmenter les pouvoirs.....

    @ suivre

  44. le métayer dit :

    Ce qu'il faut comprendre, que ce qui nous caractérise, c'est que nous n'attendons pas que JL Mélenchon fasse le travail à notre place mais qu'il soit le porte parole de nos convictions et de nos luttes. C'est à dire que l'on s'implique à notre niveau, que nous soyons solidaire entre-nous. Comment m'exprimer : nous nous prenons en main et faisons nos choix. Dans ce mouvement, nous ne sommes pas des moutons et tous ont le droit à la parole, à la réflexion... Et c'est ça que moi, je trouve bien pour une fois. Je ne fais pas parti d'un parti car à chaque fois un leader se démarque puis s'accapare la parole et puis ensuite décide pour tous. J'espère que ce ne sera pas le cas cette fois ci car j'aime la lutte et la réflexion collective car c'est elle qui permet d'avancer plus loin (plus de cerveaux, plus de solutions, tout à chacun avec ses compétences, tous à chacun avec ses expériences). C'est ça la vraie liberté et non un messie qui nous dirait et déciderai de ce qui est bon pour nous, comme à des petits enfants dont le cerveau s'éveillerai au monde.
    Pour finir, mon bulletin de vote du second tour, si le Front de Gauche ne passe pas sera : Blanc benêt + benêt blanc = révolution. Quoiqu'il en soit, que le FdG passe ou non, je continuerai la lutte, car la lutte ne s'arrête pas à un vote. Et je ne m'endormirai pas quelque soit l'issue, nous devons être actifs et non passifs. D'ailleurs ça donne la pêche, c'est bon pour la santé.

  45. Guitton dit :

    Le cynisme de certains élus me laisse pantois. Comment est-il possible de respecter quelqu'un dont le discours est à l'opposé de son bilan présidentiel, de ses actes? Respectez le sens des mots M.O.T.S. pour que seuls les maux M.A.U.X. disparaissent!
    Des adultes reprochent aux jeunes d'utiliser des mots à mauvais escient: "arrête ou je te tue!". Certes, cela ne favorise pas une conversation sereine. Heureusement, ils ne passent pas aux actes dans plus de 99,99 % des cas.
    Par contre, il serait appréciable que les bonnes intentions orales des élus se concrétisent sinon c'est de la publicité mensongère, de la manipulation. Comment la communication, les échanges peuvent-ils progresser lorsque le sens des mots n'est plus respecté, n'est plus le même pour tous?
    Nous sommes en train de créer une langue étrangère à l'intérieur de notre propre langue! C'est génial pour diviser un peuple. Tiens, c'était une des devises de Jules César :"diviser pour régner". Tout comme il existe des cycles de l'eau, des roches... il semblerait que l'Histoire puisse se répéter sauf si... Aux urnes citoyens!

  46. citoyenne21 dit :

    Il est clair que pour les assemblées citoyennes, la dynamique n'est pas la même selon les régions ! Tant mieux pour celles organisées, plus nombreuses, dont l'objectif de faire évoluer les consciences est atteint ! Positivons donc et ne laissons pas les rabat-joies nous saper le moral !

  47. David dit :

    Allez voir cet article de Jean-Emmanuel Ducoin, il est excellent et très juste :
    http://www.humanite.fr/politique/fronts-eloge-militant-jean-luc-melenchon-490331

  48. Arnould dit :

    Bravo Jean luc ! Continue ! On est avec toi. On tracte, on colle, on organise des assemblées.

    Souvent on entend le même discours : " on voterait bien Front de Gauche, Mélenchon est super, on le comprend quand il parle, mais on a peur d'un 21 avril, on veut en finir avec Sarkozy, Mélenchon n'a aucune chance, on préfére assurer en votant Hollande dès le 1er tour".
    Difficile d'argumenter.

    Mais haut les coeurs, on continue ! Les législatives sont derrières et elles sont primordiales tant elles marqueront l'orientation du paysage politique durant 5 ans.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive