25nov 11

L’Allemagne trinque comme tout le monde, l’Espagne tâtonne

Je suis en Bretagne

Ce billet a été lu 43 184 fois.

J'ai fini ce post juste avant de faire mon bagage. Depuis ce matin, je suis en Bretagne. Ici je tire des leçons de l’actualité sur le déroulement de la crise en Europe. Je traite de la situation en Allemagne et de l’exemple très parlant de ce qui s’est passé dans l’élection législative espagnole ! Mais avant cela j’explique le sens de ce "Carnet de route" que vous voyez en illustration de cette note. Enfin, je vous dis un mot du déroulement de la campagne et de la désormais célèbre « web-série » ! Et je plaisante un peu avec les sondages alors qu’ils me deviennent plus favorables.

En premier lieu je vous donne une explication sur le fonctionnement de ce post. Peut-être fera-t-il école ! A la page d’accueil vous avez repéré le "Carnet de route". En cliquant dessus vous accédez au récit suivi de mon périple en Bretagne. Je m’y trouverai trois jours passant d’un point à l’autre, d’une réunion à une rencontre. L’idée de départ était que je tienne un carnet de route comme lorsque je m’en vais au loin. Mais l’effort a paru trop lourd. Et le temps pour le faire est trop compté alors même qu’il faut déjà à chaque étape avoir potassé les dossiers et prononcer des discours. Mon petit conseil, composé des jeunes camarades qui m’alimentent en notes et trouvailles m’a proposé de confier l’exercice à quelqu’un d’autre. Mais qui ? Le sort tomba sur la plus jeune. Céline, 26 ans. Membre du secrétariat international du Parti de gauche, elle siège aussi en son nom au bureau exécutif du Parti de gauche européen que dirige Pierre Laurent. Tout ça ne sert à rien pour écrire correctement, j’en conviens. Je le signale pour indiquer qu’une direction politique peut aussi organiser méthodiquement l’accès des nouvelles générations aux responsabilités, et de veiller à une stricte parité dans ces mouvements. Mais au cas précis, Céline est choisie en raison de l’expérience qu’elle a acquise dans le domaine du récit politique qui emprunte à la forme du reportage. En effet Céline a été membre de nombreuses brigades internationalistes ces trois dernières années. Elle y a pris le coup d’œil des situations. Par exemple, elle a été déléguée sur la place de la Puerta Del Sol à Madrid, puis de même en Grèce et en Italie. Chaque fois elle a campé avec les « indignés » et partagé leurs combats concrètement. Et de cela elle tirait des notes rapides que nous avons été nombreux à diffuser. Je lui ai donc proposé de nous accompagner pour faire le travail du "Carnet de route". Nous allons donc expérimenter la formule. Peut-être en ferons-nous de même à chaque fois. J’ai déjà repéré deux ou trois jeunes têtes qui ne militent pas au maximum de leur talent. Mais je sais aussi que j’ai de la réserve dans les générations suivantes où il y a quelques bonnes plumes.

L’actualité internationale, et surtout européenne confirme chaque jour la supériorité de l’analyse dominante dans l’autre gauche à propos de la crise et des solutions à y apporter. Il est heureux de lire à la une du "Monde" des mises en garde contre le risque de récession que portent les politiques d’austérité. Il est extraordinaire de lire aussi un long papier sur les récriminations contre le risque d’une « Europe allemande ». Des diagnostics convergents y soulignent l’absurdité d’imposer à toute l’Europe une politique taillée sur mesure pour un modèle économique par ailleurs défaillant. Bien sûr, l’enquête ne va pas jusqu’à me donner la parole alors que c’est ma thèse depuis des mois et qu’on m’a auparavant copieusement injurié pour cela. Mais tout de même l’important est que cette idée avance et qu’on en tire toutes les conséquences avant que le désastre qui guette soit consommé. Ce qui est certain c’est que les dirigeants allemands ne vont pas faire les malins longtemps. Comme nous l’avons dit, l’attaque de la finance n’a pas de fondement économique. Seulement des causes politiques. Les failles du système permettaient une attaque spéculative. Au lieu de la briser, les grands chefs européens l’ont approuvé en mettant en cause la fiabilité des Grecs puis en augmentant le pouvoir des agences de notation. Par conséquent il était évident qu’un après l’autre tous les pays seraient attaqués et même l’Allemagne. C’est fait ! Les taux d’intérêts sur la dette allemande aussi décollent. 

"Et si l'Allemagne n'était pas si exemplaire". C'est le titre provocateur que le journal Le Monde avait déjà donné à un précédent article dans son édition du 20 novembre. Heureuse sortie. Je me sens moins seul à le dire ! Ma tribune sur le sujet parue dans « Les Echos » il y a quinze jours n’avait pas du tout retenu l’attention. Pas même celle de tous ceux qui me reprochent de ne « pas être assez sur le fond » et trop dans « les petites phrases ». Dans cet article, il est question de la situation budgétaire et économique de l'Allemagne. Car à y regarder de plus près, le "modèle allemand" est encore moins glorieux que ce que j’en disais. L'article du « Monde » cite Sylvain Broyer, un économiste de la banque Natixis. Que dit-il ? Que "le déficit allemand est honteusement tronqué !". Oui vous avez bien lu, "honteusement tronqué". Voila qui devrait attirer la critique de Nicolas Sarkozy contre les "fraudeurs" et autres "voleurs". En tout cas, on voit que les Grecs ne sont pas les seuls accusés d'avoir maquillé leurs comptes. L'économiste de Natixis évoque un mécanisme légal mais "peu éthique" selon Le Monde.  Ce mécanisme a été utilisé après la crise de 2008 : l'Allemagne n'a pas comptabilisé dans son déficit public des dizaines de milliards d'euros d'aides ou de garanties à l'économie et aux banques. Ces sommes ont été regroupées dans un fonds spécial, "Sondervermögen" en allemand. Certes elles sont comptabilisées dans le poids de la dette allemande qui a atteint 83,2% du PIB en 2010. Mais ces aides et garanties ne sont pas comptées dans le déficit public. Cela permet à l'Allemagne d'afficher des chiffres flatteurs. Mais faux. Selon Le Monde qui reprend les chiffres de Natixis "sans cette astuce le déficit allemand en 2009 n'aurait pas été de 3,2% mais de 5,1%" du PIB.

"Maintenant l’Europe parle allemand !". C'est ce qu'a affirmé Volker Kauder, le président du groupe de la droite allemande, CDU-CSU, au Bundestag, mardi 15 novembre. Incroyable arrogance de bravache ! Les déclinistes et autres amis du « modèle allemand » ont dû gémir de plaisir ! Mais là encore, Le Monde explique que les libéraux et conservateurs allemands n'ont pas de raison d'être aussi fiers d'eux. Le quotidien rapporte des propos très sévères de Jean-Claude-Juncker, président de l'Eurogroupe : "En Allemagne, on fait souvent comme si le pays n'avait aucun problème, comme si l'Allemagne était exempte de dettes tandis que tous les autres auraient des dettes excessives. L'Allemagne a une dette plus élevée que celle de l'Espagne. Seulement personne ne veut le savoir". On sait ce que je pense du ratio habituel qui rapporte la dette sur le PIB. Mais puisque c'est celui qu'utilise les libéraux pour faire peur, utilisons-le aussi. Que voit-on ? L'Allemagne fait moins bien que neuf Etats de la zone euro. L'Allemagne est donc dixième sur dix-sept Etats. Voila pour le "modèle allemand". Et sa dette en valeur continue de croître en 2011 de 25 milliards d'euros, malgré une croissance de 3%.

Autre argument contre le mythe du "modèle allemand". Il s'agit de l'argument démographique. C'est un élément central. Je l'ai déjà évoqué plusieurs fois, notamment dans la tribune que j'ai publiée le 4 novembre dans le journal "Les Echos". Le Monde cite un économiste allemand. Il s'agit de Henrik Enderlein, de la « Hertie School of governance » qui s’écrit en anglais mais qui est basée à Berlin. C'est un ancien de la BCE et il est diplômé de Sciences-Po Paris. Selon lui, le déclin démographique "va entraîner une baisse massive des recettes du gouvernement. Dans le même temps, le vieillissement de la population va faire exploser les coûts de la sécurité sociale et de l'assurance-maladie". Pour accréditer cette idée, le journal du soir fait aussi référence à une étude de 2010 de la Banque des règlements internationaux. Celle-ci chiffre l'explosion des dépenses de santé en Allemagne à 10% du PIB en 2035 à cause du vieillissement de la population. Le déclin démographique coûtera très cher. Et il pèse d'ores et déjà sur la vision de l'économie. Les Allemands doivent gérer leur richesse actuelle en prévision d'un avenir plus difficile. Nous, les Français, nous avons beaucoup d'enfants et notre population va croître. Il faut donc, par exemple, des enseignants pour éduquer ces enfants. Des soins adaptés, des équipements collectifs. Et assez de projets pour que chacun trouve sa place. C’est autant de postes de travail à pourvoir, d’activités dynamisées. C'est pourquoi l'austérité budgétaire est encore plus néfaste chez nous qu'ailleurs où elle fait pourtant aussi de sérieux dégâts sociaux.

Et à force d'imposer des tours de vis partout, les libéraux allemands ne martyrisent pas seulement les autres peuples. Ils se tirent aussi une balle dans le pied. Car l'austérité appliquée partout, y compris en Allemagne, contracte l'activité. Cette année, la croissance allemande devrait atteindre 3% du PIB. Sans même regarder de quoi est faite cette "croissance", les libéraux s'extasient devant ce résultat. Qu'ils en profitent. Cela ne durera pas. D'ailleurs, l'article du Monde le dit. Il cite les prévisions de la Deutsche Bank pour l'an prochain. La croissance devrait chuter à 0,9%. Au mieux.

Dans ce contexte, les élections en Espagne doivent nous faire réfléchir. C’est une très bonne mise à l’épreuve des orientations politiques en présence. Le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol a connu une sévère déroute. On connait le refrain qui a aussitôt été entonné : quand le PS perd la droite gagne. Pouet ! pouet ! Donc l’autre gauche ne sert à rien. Certain disent même que nous serions responsables de la déroute en ayant éparpillé les voix. Naturellement ce raisonnement n’en n’est pas un. Les faits sont bien plus clairs que ne le veut cette caricature intéressée. Car bien sûr la façon d’analyser l’Espagne est souvent une façon de parler de la France. Regardons de près la victoire écrasante de la droite. Le Partido Popular, de droite, ne connaît pas du tout une progression spectaculaire. Il ne gagne que 500 000 voix de plus qu'en 2008. Par contre nos camarades d'Izquierda Unida progressent eux de 700 000 voix ! C’est considérable compte tenu du point très bas d’où ils partaient. On voit donc que l'élection de dimanche ne marque pas tant le triomphe de la droite que la déroute des socialistes du PSOE et de Zapatero. Ils obtiennent seulement 28,7% des voix. Le score peut paraître élevé pour un lecteur français. Mais en Espagne le bipartisme règne absolument. Aux précédentes élections législatives, en 2008, le PSOE avait obtenu près de 44% des voix. Il a donc perdu 16 points ! Cette fois-ci il subit son plus mauvais score depuis la chute de Franco et le retour de la démocratie. On mesure mieux la chute si l’on raisonne  partir du nombre des voix. C’est vertigineux. Entre 2008 et 2011, le PSOE a perdu 4,3 millions de suffrages! Rien n’est plus normal. Le PSOE est responsable de la crise. Il l’a laissé s’installer sans combattre. La racine de la défaite est toute entière dans ce fait et nulle part ailleurs.

Zapatero, comme Papandréou en Grèce, a obéi au doigt et à l'œil aux marchés financiers. Il a annoncé trois plans d'austérité pour "rassurer les marchés". Le gouvernement Zapatero a pourtant été le bon élève de l'Europe libérale. L'Espagne a une dette publique de 67% du PIB en 2011. C'est plus qu'en 2010 (61%), mais c'est nettement moins que l'Allemagne (82,3%) par exemple. L'Espagne de Zapatero a aussi drastiquement réduit son déficit budgétaire. De 11,2% en 2009, il devrait être ramené à 6% cette année ! Le PSOE de Zapatero a même voté avec la droite la "règle d'or" si chère à Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Et pourtant ! Bien qu'il se soit couché devant les marchés et la Commission européenne, les taux d'intérêt des emprunts espagnols n'ont pas baissé et les agences de notation n'ont pas été rassasiées. Il est donc parfaitement clair que céder ne paye d’aucune façon. Ceux qui le font sont donc soit stupides, ce qui est aussi une possibilité, soit aliénés. Le résultat est le même. Vu avec juste un peu de recul, ceux qui cèdent ne peuvent pas être distingués de ceux qui agressent.

On comprend que les Espagnols aient rejeté un tel gouvernement. Ils ne pouvaient voter ni pour un projet ni pour un bilan. Le projet c’était l’austérité à perpétuité. Le bilan c’était l’austérité à n’importe quel prix social. Sa mesure la plus emblématique est sans aucun doute la réforme des retraites. Elle prévoit le relèvement de l'âge de départ de 65 à 67 ans. Elle prévoit aussi l'allongement de la durée de cotisation de 35 à 38,5 annuités. Dans le même temps, les pensions ne seront plus calculées sur les 15 dernières années mais sur les 25 dernières. Donc elles baisseront. Et sans attendre, Zapatero a décidé de geler le montant des pensions en 2011. Pour éclairer ces décisions, je précise que le montant moyen des retraites espagnoles est de 776 euros par mois.

Dans le même temps, la TVA a été relevée de deux points. Elle est passée de 16% à 18% pour l'alimentation, les vêtements, l'électroménager, les loisirs, la restauration. Même Sarkozy n'a pas osé aller jusque-là. Il en est resté, pour l'instant, à relever le taux réduit de TVA de 1,5 points. Les socialistes espagnols ont aussi annoncé 65 milliards d'euros de coupes dans les dépenses publiques et une baisse de 6 milliards d'euros de l'investissement public pour les années 2010-2011. Zapatero a également décidé de baisser de 5% le salaire des fonctionnaires en 2010 et de le geler en 2011. Il a aussi supprimé des prestations sociales qu'il avait lui-même instituées. Ainsi, le "chèque bébé", une aide attribuée à la naissance d’un enfant égale à 2 500 euros. Instaurée en 2007, elle a été supprimée l'an dernier. Et depuis février dernier, l'allocation de 426 euros qui était attribuée aux chômeurs de longue durée a été supprimée elle aussi. Elle avait été créée en 2009 pour faire face à l'envolée du chômage. Le chômage a continué son envol, la prime a été supprimée.

Zapatero a fragilisé la situation des salariés espagnols en cassant les protections collectives. Il a fait voter une réforme du marché du travail en septembre 2010. Officiellement, il s'agissait de faire baisser le nombre de CDD en "assouplissant" le CDI. C'est la théorie du CPE bien connu des Français et que Nicolas Sarkozy voulait généraliser en 2007. Concrètement, le gouvernement Zapatero a créé un nouveau CDI avec des indemnités de licenciement réduites d'un tiers. Elles ont été réduites de 45 jours de salaires par année travaillée à 33 jours. Et l'indemnité peut même être réduite à 20 jours de salaire par année travaillée si l'entreprise est "en difficultés économiques". Comme dans le même temps, les socialistes espagnols ont élargi la définition des "difficultés économiques", ils ont augmenté le nombre de salariés moins bien protégés. Pourtant, historiquement, la gauche s'est construite sur la recherche de protection sociale et socialisée contre les risques de perte de revenu. On a vu ce qu'il en était avec le risque du vieillissement et la réforme des retraites. On vient de voir ce qu'il en est contre le risque du licenciement et du chômage. Bref, cette gauche-là ne sert à rien pour protéger les travailleurs. Ils en ont tirés les conclusions électorales.

Nous avons donc eu en Espagne une démonstration grandeur nature de ce qu’est l’austérité de gauche. Elle a été déclarée source d’inspiration par François Hollande qui a réservé son premier voyage à l’étranger après son investiture à aller recueillir l’onction de Zapatero ! Quel a été le résultat de cette politique ? Bien sûr, l'austérité a eu les mêmes effets qu'ailleurs. Elle a contracté l'activité. En 2010, année des premières mesures, l'Espagne était en récession de 0,1%. Pour cette année, la prévision initiale était de 1,8%. Finalement, la croissance du PIB atteindra au mieux 0,7%. Et on annonce le retour de la récession pour l'an prochain. En conséquence, le chômage explose. Il est passé de 10% en 2008 à 23% aujourd'hui. Il atteint même 45% pour les moins de 25 ans. L'éclatement de la bulle immobilière a jeté des milliers de salariés au chômage mais l'austérité de Zapatero a aggravé la crise. Et la précarisation du marché du travail a entraîné des souffrances et des incertitudes supplémentaires. Pour rien. C'est "Le Figaro" qui l'a écrit le 20 novembre : "la réforme structurelle, initiée par le gouvernement Zapatero, visant à flexibiliser le marché du travail, n'a pas eu d'effet positif sur les créations d'emploi.". Tout ça pour rien.

Zapatero et le PSOE ne sont pas un cas isolé ou exotique. La politique de Zapatero correspond à la ligne qui règne sans partage sur la sociale-démocratie européenne. C'est la même politique qui a été appliquée en Grèce par Papandréou, président de l'Internationale Socialiste. Et depuis les défaites des travaillistes anglais, du SPD allemand et du Parti socialiste portugais, Zapatero était le principal dirigeant social-démocrate européen. Il incarne parfaitement la ligne "démocrate" que j'ai analysée en 2007 dans mon livre En quête de gauche. Cette ligne politique vient des Etats-Unis. Elle a été transposée et relayée en Europe par Blair et Schröder dans les années 1990. Elle repose sur l'idée que la gauche ne doit plus mettre en avant la question du partage des richesses et la lutte sociale. Comme la fondation Terra Nova en France, les démocrates préconisent "une stratégie fondée sur les valeurs" et les sujets de société plutôt que sur les questions sociales. Et une politique économie libérale.

C'est ce qu'a fait Zapatero. Il a espéré le masquer en prenant des mesures de droits de l’homme certes très courageuses comme lors de légalisation du mariage homosexuel ou de l’adoption d’une loi sur la parité et l'égalité homme-femme par exemple. Ces mesures sont justes et elles l'étaient encore plus en Espagne où l'Eglise catholique est très influente et agressive. Mais cette ligne ne permet pas de faire oublier que les exigences sociales, inclues celle des couples homosexuels ou des femmes discriminées, ne sont pas traitées. Alors la défaite électorale suit la déroute sociale. Aujourd'hui, nous voyons où mène la ligne "démocrate" quand elle est mise en œuvre. Comme au Royaume-Uni, comme en Italie, comme en Allemagne et comme en France en 2007, elle mène à la défaite d’une telle ampleur qu’elle laisse ensuite à la droite les mains libres pour les pires politiques sociales.

Car Zapatero et le PSOE sont parmi les ardents défenseurs de cette stratégie politique. En 2000, c'est Zapatero qui diffuse l'idée de la Troisième voie blairiste au sein du PSOE en créant le courant Nueva Via, nouvelle voie. Et au niveau européen, le PSOE est un des fervents artisans et gardien du temple de "la seule politique possible". Un de ses membres, Joaquim Almunia est commissaire européen de Barroso depuis 2004. Il a été en charge des affaires économiques et monétaire de 2004 à 2009. Depuis 2010, il est commissaire à la concurrence ! Et il a même été promu vice-président de la Commission européenne ! Et rappelez-vous aussi que c'est Zapatero lui-même qui, en janvier 2007 à Madrid, avait réuni les chefs de gouvernements des pays européens qui avaient voté "oui" au traité constitutionnel européen. La France et les Pays-Bas avait été mis au ban. L'objectif de cette réunion était de forcer l'Union Européenne à passer outre les votes populaires de 2005.

Voilà qui est Zapatero. Pour ne pas trop forcer le trait, laissons Benoît Hamon résumer. Voici ce qu'a déclaré le porte-parole du Parti Socialiste lors de son point presse au lendemain des élections espagnoles : c'est la "défaite historique et cuisante d'un gouvernement qui est arrivé à ces élections épuisé sur le plan politique et idéologique, étranglé par les politiques d'austérité mises en œuvre en Espagne". Pas sûr que Hollande soit d’accord avec ça. Car le projet de Hollande c’est de faire la même chose en France.

Des nouvelles de la campagne. Je vous parle de « En marche ». C’est la web-série sur les coulisses de la campagne. Une nouveauté aussi bien pour ce qui est de la forme que du fond. J’en ai dit un mot avant qu’elle paraisse, la semaine passée, à l’occasion de la présentation des outils de campagne sur la toile. Souvenez-vous que nous avons une large palette de supports du message qui sont eux-mêmes autant de novations : le site, des courts-métrages, des films d'animation sur le programme, « l'appli mobile », version du site accessible sur vos portables, et ainsi de suite. Je reviens ici sur la web-série. Un journaliste de « L’Express » a noté que je voulais « esthétiser nos valeurs et notre démarche ». C’est juste. Très juste. En ce sens cette web-série est davantage encore une première. L’imagerie, le ton, le style sont ceux de la fresque. Le développement du concept découvert par Arnauld Champremier-Trigano est promis à un brillant avenir. Il y aura bientôt des web-séries partout.

Les épisodes sont construits en trois temps. Le tournage est comparable à un reportage de journaliste, personne ne joue la comédie, tout est authentique. Le choix de ce que nous voulons retenir des événements est un choix de communication politique. La mise en forme se rapproche des fictions pour être plus accessible et proche de codes familiers au très grand nombre : générique, musique, épisode précédent, etc… La résonance existe. En effet, la bande annonce a fait le meilleur « buzz » de  Dailymotion le jour de sa sortie avec plus de cinq mille vues dans la journée. Puis elle a été regardée 22.000 fois en une semaine. Comme tout cela tourne avec du bénévolat autour d’un noyau professionnel, et en totale autonomie narrative, je suis très satisfait de constater qu’un mouvement se fait vers nous du côté des gens de la partie qui se proposent de nous aider. Ce n’est pas le seul. D’autres se forment. Ainsi quand nous est offerte, par un militant sachant créer ce type de produit, la mise au point originale de l’application du site pour le téléphone portable. Ce n’est pas seulement l’accès au site dont il est question à ce sujet. Il s’agit de toute une gamme d’activités politiques rendues possibles par cette application. J’en parlerai le moment venu quand elle sera mise en action. Sous quinze jours. Je mentionne ces innovations qui ouvrent des portes nouvelles de militantisme et d’action politique parce que je suis convaincu que ce sont des outils fondamentaux et non pas accessoires. Je crois que certaines formes de militantisme sont devenues périmées, non conforme aux pratiques spontanées de notre temps. Je l’ai dit dans la note précédente en montrant pourquoi les écoutes collectives de télévision réussissaient des mobilisations que les autres formes d’action ne permettent pas en atteignant des publics qui étaient hors de portée de nos meetings et réunions classiques. Plus fondamentalement encore, je crois que tout cela procède d’un réarmement collectif. Avec toutes ces méthodes se développent des moyens de combat personnels, de liaisons collectives qui sont autant « d’armes de conviction massive » pour faire mûrir la révolution citoyenne.

Quatre sondages sur les intentions de vote à l’élection présidentielle ont été réalisés la semaine dernière à des dates très proches. BVA et LH2 ont interrogé un échantillon de Français du 18 au 19 novembre, l’IFOP du 14 au 16 et CSA du 14 au 15 novembre. En toute logique, les résultats de ces sondages devraient être relativement similaires puisqu’ils ont été réalisés quasiment simultanément. Pourtant, il n’en est rien.

En début de semaine, l’ensemble de la presse a repris en cœur l’annonce d’une remontée spectaculaire de Nicolas Sarkozy dans les sondages et la chute de François Hollande. Mais les quatre instituts ne semblent pas être d’accord sur ce constat. LH2 annonce effectivement une forte progression des intentions de vote pour Nicolas Sarkozy avec 5 points supplémentaires. Mais pour l’IFOP, le président de la République ne progresse que d’un demi-point. Même chose du côté de François Hollande : LH2 fait perdre 9 points au candidat socialiste mais pour l’IFOP, les intentions de vote pour François Hollande restent stables. Il faudrait savoir ! Nicolas Sarkozy remonte-t-il dans les sondages ? François Hollande descend-il ? Les sondeurs qui ne cessent de défendre le sérieux de leurs méthodes sont incapables de se mettre d’accord sur l’évolution des scores des deux candidats en tête des sondages.

A défaut de réussir à prédire les mêmes évolutions, les sondeurs pourraient peut être tomber d’accord sur les scores des différents candidats. Raté. Pour Nicolas Sarkozy, on a le choix entre 26%, 27% ou 29%. Pour François Hollande le choix est varié : 30%, 32%, 32,5% ou 34. Marine Le Pen dispose elle aussi d’un éventail de score diversifié : 15%, 16%, 18% ou 19%. A chaque fois, les écarts entre les différents sondeurs sont de 3 à 4 points par candidats. C’est loin d’être négligeable. Qui croire ? Le score attribué au Front de Gauche fait lui aussi du yo-yo. Il varie entre 5 et 7% pour les cinq derniers sondages. Trois sondages nous placent à sept pour cent, deux à cinq. Cela fait tout de même une variation de près de 50%. A ce niveau cependant, l’histoire des sondages montre que la suite peut conduire à des différences spectaculaires avec le score final réel. Voyez pour Bayrou à la précédente présidentielle. Le 8 novembre 2006, CSA annonce 7% des intentions de votes pour François Bayrou ; IPSOS lui attribue un score de 8% le 15 novembre ; TNS-Sofres prédit le 18 novembre un score de 7%… Mais le 22 avril 2007, François Bayrou recueille 18,57% des suffrages.

Les sondeurs, sans blêmir, continuent de refuser les nombreuses critiques que nous pouvons leur faire. L’un de leur leaders, Brice Teinturier – directeur général délégué d’Ipsos – dans une tribune publiée sur Lemonde.fr présente même un contre-argumentaire. Il me semble intéressant de le lire pour que chacun se fasse une conviction raisonnée sur le sujet en examinant les arguments de part et d’autres. Le directeur de notre campagne, François Delapierre lui a répondu point par point. De cet exercice il ressort cependant quelques sujets de rigolade. D’abord quand on refait le film des sondages et des résultats réels dans le passé. Pour ma part je ne vise pas, à ce sujet, que les précédentes élections présidentielles. Je me souviens assez précisément des sondages pour les élections européennes de 2009. CSA nous estimait à 4%. Nous fîmes 6% au niveau national. Et 8% des électeurs dans la circonscription du grand sud-ouest, trois régions et dix-huit départements, se rassemblèrent dans les urnes sur ma candidature. Je donne toutes ces informations pour qu’elles servent de vaccin contre le pouvoir d’injonction des sondages.


458 commentaires à “Je suis en Bretagne”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 »

  1. 1
    Jip dit:

    Raaah, ils vont craquer les Allemands : ils tentent de se la jouer perso pour tenir l'Europe à bout de bras face aux marchés pour préserver la valeur de l'euro. Ca ne peut pas tenir, on le sait depuis le début. Tôt ou tard, ils vont devoir se lier aux "pays dépensiers" pour avoir le poids suffisant, que ce soit par la BCE ou par tout autre mécanisme qui leur permette de sauver la face.

    La banque centrale de tous les pays la joue en force face aux marchés ; on ne peut pas faire les vertueux tout seuls dans notre coin. Encore un argument en faveur de la théorie du rapport de force. C'est triste mais c'est comme ça...

  2. 2
    Madiran dit:

    Voici un autre argument contre le mythe du : "modèle allemand"
    Si demain nous prenions pour modèle l'Allemagne...
    Dans ce cas il faudrait que le nombre de personnes syndiquées dans les entreprises soit beaucoup plus important pour égaler ce qui se passe en Allemagne.
    Et d'autre part, si les Allemands ont moins de Grèves "nationales" que nous, ici en France...
    Il se trouve que le nombre de grèves, outre Rhin est beaucoup plus important que le nôtre ! Hé oui !
    Le modèle Allemand que nous prônent nos dirigeants est loin loin d'être la solution, comme vous le savez tous !
    Ou alors, dites à Hollande, EELV et l'UMP de se préparer à une syndicalisation beaucoup plus prononcée.
    Là, je suis certain que les banques elles mêmes n'en veulent pas ! Et Barroso non plus !

  3. 3
    Gorfou breizhou dit:

    Jean-Luc Mélenchon à Brest-même, youpi !

  4. 4
    Genialle dit:

    Quelle bonne idée ce carnet de route. Excellente même.
    Que de bonnes nouvelles. Restons zens et confiants. Asta la vista.

  5. 5
    Sitouaillain dit:

    je suis tombé sur un article d'el pais que j'ai traduit et l'on y apprend que lors d'une émission d'obligations le 22/11 l'Allemagne n'a réussi à en vendre que la moitié de ses obligations. Pourquoi? Parce que les taux d'intérêt étaient trop bas!
    En effet, les obligations proposées le 22/11 avaient un taux d'intérêt inférieur à l'inflation de la zone euro et souvent inférieur à celle de l'Allemagne, elles n'étaient donc pas attractives, pas rentables en comparaison de la dette espagnole ou même française, introduisant une difficulté de financement pour le trésor allemand...
    Ce dernier est donc obligé de faire remonter les taux d'intérêts pour attirer à nouveau des créanciers....faire croire que l'Allemagne va mal y participe.
    Que l'on se comprenne bien, je ne nie pas les analyses de Jean-Luc, si l'Allemagne est montrée comme exemple c'est que le social démocrate Schröder y a mené les réformes qui satisfont les cupidités néolibérales, plongeant les classes populaires allemandes dans la précarité et la pauvreté,
    mais on ne peut pas dire d'un côté que la crise de la dette est basée sur une attaque d'ordre psychologique pour entretenir une pseudo inquiétude sur la capacité des pays d'Europe à rembourser et de l'autre, qu'effectivement ces pays sont fragiles!
    l'économie de l'argent-dette a besoin de créer de la valeur pour les créanciers, quand les taux d'intérêts sont trop bas, ça ne les intéresse plus, la panique les enrichit bien mieux...il reste encore bien des choses à piller avant que les peuples à genoux acceptent tout à fait la "gouvernance mondiale". Donc n'entretenons pas la panique, qui plus est sur la base d'infos frelatées comme on en lit souvent dans le Monde, libé, el pais ou le washington post, les mêmes qui participent à la grande offensive anti-Chavez du département d'Etat US...leurs intérêts et leurs centres d’intérêt ne sont pas...

  6. 6
    RA dit:

    C'est très bien comme d'habitude. L'exemple espagnol illustre le passé, le présent et le futur si nous ne réagissons pas à la mesure de la menace. Pour le billet, chapeau Céline... mais nous le savons depuis longtemps,la valeur n'attend pas le nombre des années...

  7. 7
    A-J Holbecq dit:

    Même Natixis titre un article d'analyse économique " Démystifions l'Allemagne" dans lequel on peut lire "L’économie allemande est souvent louée sans réserve, en France, en Europe. Il nous semble pourtant que certaines vertus invoquées du modèle relèvent parfois de raccourcis faciles, sinon du mythe "

    Et Natixis de mettre à mal le mythe de
    - la rigueur budgétaire
    - la compétitivité-coût
    - les succès à l’exportation
    - l'aptitude à réformer

  8. 8
    bertrand dit:

    Il y a un proverbe breton qui dit : " Si vous faites le mouton, on vous tondra."
    Ca fait penser à Zapatéro et à Papandréou, non ?
    Mad éo Jean-Luc, tiens bon !

  9. 9
    Michel Giacomazzi dit:

    Cette Allemagne qui serait exemplaire et devrait servire de modèle.
    Curieusement, j'ai peu entendu parler de la dégradation par Moody's de 10 banques allemandes la semaine dernière (JT Arte 12h15 17/11, comportant aussi une séquence sur la financiarisation de la politique)
    La veille (même JT), un Anglais expliquait sa vision de Merkozy qui veut diriger l'Europe, mais avec un Sarko en caniche (sic) de Merkel.

    Mais l'agument de la démographie ne me semble par très "fort", même s'il est réel : la question de fond est quand même le partage des richesses, même en Allemagne. Nous ne devons pas donner l'impression de nous opposer au peuple Allemand, qui souffre aussi.

    Et il ne faut surtout pas perdre de vue que cette dette est d'origine privée et non publique. Même l'OFCE (qui n'est pas un repaire de gauchistes) le signalait dans une note d'avril 2011 :
    "Terrifiés par les dettes publiques, on semble oublier qu’elles ne sont en fait que des dettes privées qui n’étaient pas soutenables en tant que dettes privées et que la seule solution était de les socialiser."

  10. 10
    un révolté dit:

    Je m'aperçois que je n'ai pas toujours le temps de lire et d'analyser le billet de JL. Mais cest plus fort que moi, j'ai vraiment honte de voir ce président jouer sur la peur des gens (au tricastin, cataclysme sur les entreprises, sur les ménages, sur vos emplois, que vont devenir vos enfants !). C'est vraiment indigne. D'autre part comme chaque année on nous demande de donner à manger à de plus en plus de compatriotes, j'hésite à participer et j'ai envie de crier : mais cessez déja de voter pour des s...... et vous n'aurez plus besoin d'être là et votre conscience sera pour le moins mieux soulagée. Ce nest peut etre pas si simple car en attendant... Je ne doute pas que tous vos commentaires ont peut être plus leurs places et j'apprends plein de choses mais des fois je me sens las.
    Allez amitiés.

  11. 11
    Pascal-Oberson Gilbert dit:

    La bonne question à laquelle il faudrait répondre est: pourquoi le 22 avril 2007, François Bayrou recueille 18,57% des suffrages ?
    J'aimerais beaucoup connaître l'avis de Jean Luc Mélenchon ?

  12. 12
    Pascal397 dit:

    Jean-luc, je viens de lire le carnet de note et une chose m'a sauté aux yeux: votre repas ingurgité de façon expresse. L'alimentation est la pierre angulaire de la santé et il ne faut pas la négliger! Le rythme qui est le votre est trop important pour laisser de côté l'élément nutritionnel.
    Bien cordialement

  13. 13
    Perig, militant PG & CGT dit:

    Brest La Rouge. Ma ville que j'ai quitté, forcé, voilà 7 ans pour le PACA. 7 ans prof TZR à enchainer des remplacements, sans cesse, désormais à la journée, au pied levé, au garde à vous. L'Education Nationale est désormais un rafiot à la dérive. Quand te reverrais-je ô ma Recouvrance, mes grands mères et mes amis laissés derrière moi. Bon week end en Bretagne Jean Luc!

  14. 14
    antigone dit:

    @12Pascal-Oberson Gilbert
    Parce qu'il n'y avait pas l'alternative Unie et anti libérale : Front de gauche avec Mélenchon.
    Et comme certains à gauche ne voulaient Ni Sarko Ni Ségo, au premier tour et Bové qui était issu des luttes du NON, nous avait vraiment déçus en disant dès sont premier discours, en gros, qu'il se désisterait pour le PS, là on avait vu poindre le traite à la sauce Cohn Bendit et le PC ou Besancenot ne représentaient pas une solution possible. Donc ils ont voté pour faire émerger un 3e larron qui déquille le jeu de la droite socialiste et la droite dure. Ca a failli marcher, mais ça aurait été juste pour s'éviter Sarko. C'est ce que l'on appelle une tentative désespérée, ou un calcul à la mords-moi... Heureusement cette fois-ci on a une solution électorale, ce qui change la donne. Il faut donc mécaniquement intégrer une partie des voix qui sont allées à Bayrou vers Mélenchon.

  15. 15
    Denis dit:

    Les vrais slogans de campagne comme je les ressens :

    UMP : Résignez-vous c’est bien pour nous
    PS : Résignons nous c’est mieux pour vous
    Modem : C’est la loi du milieu : Résignons nous
    FN : Tous contre Tous c’est avec nous
    EELV : Pas Rose notre Joly verte, vous en voulez ? Plus nous
    NPA : Juste un Poutou c’est tout pour nous
    FdG : L’humain d’abord, Nous on peut, NOUS.

    Avec le FdG c’est bien plus Généreux non ?
    Si oui alors faîtes le savoir autour de vous.

  16. 16
    André Curtillat dit:

    "Par chance et par vouloir, je dors en Bretagne ce soir " G Servat.
    Bon séjour en Bretagne à J Luc. Nul doute que l'air du grand large va gonfler les voiles du Front de Gauche

  17. 17
    jprissoan dit:

    les mises au point successives de Jean-Luc Mélenchon sur le soi-disant "modèle allemand" portent leurs fruits. C'est manifeste. et puis, il y a la réalité économique : depuis qu'elle existe, l'Europe des Marchands a intégré les économies : en moyenne chaque pays de l'Europe des 15 de naguère fait environ 60% voire les 2/3 de son commerce extérieur avec les 14 autres !
    c'est le cas de l'Allemagne. Avec tous les plans d'austérité qui se surajoutent, l'Allemagne vendra de moins en moins à ses voisins européens; C'est bien pourquoi, elle aussi est menacée.
    Il est grand temps de changer de route !

  18. 18
    corsica dit:

    Je partage l'analyse de J.L Mélenchon concernat les sondages et d'ailleurs il ne faut surtout pas se laisser impressionner. Le Front de gauche et son candidat ont un bon programme et ménent une très bone campagne. Donc çà va payé. Par contre il y a un domaine ou il fait que notre candidat s'exprime plus clairement c'est sur le droit à la sécurité des citoyens. Ne laissons pas cette questions à la droite et le F.N. Nous pouvons et devons gangner des citoyens au vote du front de gauche si nous répondons à leurs préoccupations dans ce domaine..
    Je préconise que J.L Mélenchon prenne une initiative pour s'addresser aux citoyens sur le droit à la sécurité en y associants des policiers qui veulent que çà changent et considèrent que la politique de Mr Sarkozy et Guéant est néfaste et ne sésoud absolument pas l'insécurité dans notre pays. En 2002 pour l'éléction présidentielle, j'avais personnellemnt prédit que Le Pen serait au deuxieme tour parce que justement l'insécurité des citoyens était la préoccupation majeur. En 2007 le candidat Sarkozy en a fait son cheval de bataille. En 2012 Ils recommenceront. Donc le Front de gauche doit formuler des propositions opposées au tout sécuritaire du pouvoir actuel. Le Front de Gauche selon moi peut créer la surprise pour les présientielles. D'aprés tout avec les 8 millions de pauvres et les millions de précaires, il y a un potentiel pour atteindre les 15 à 20 %. Utopique diront certains. Non moi je dit réaliste car le peuple va à un moment se réveiller. L'espoir est en marche.

  19. 19
    Dauphinoise dit:

    @unrévolté
    Comme je vous comprends et vous rejoins !
    Bon c'est pas le tout mais ensuite... Oui le PSOE s'est lamentablement casser la g..., oui IU a gagné 700 000 voix. Seulement voilà, la droite est passée et rien n'arrêtera, pour les Espagnols, la machine infernale de la descente aux enfers. En France, non seulement je rêve que le PS et l'UMP se prennent la plus grosse gamèle jamais envisagée possible, mais que le Front de Gauche gagne. Mais mes rêves suffisent-ils...
    En attendant, je conseille vivement à tous ceux qui pensent encore que voter utile c'est voter PS, aux socialistes qui sont apparemment assez nombreux à lire ce blog et les commentaires, de lire ce blog (dont je ne remercierai jamais assez la personne qui avait mis le lien dans un billet précédent). Voilà ce qui nous attend si nous persistons dans l'erreur de la social-démocratie et l'aveuglement.

  20. 20
    Damien dit:

    Comme en France en 2007 : mais en 2007, c'était déjà la droite au pouvoir. (depuis 2002 pour le gouvernement et 1995 pour les présidents)

  21. 21
    aaa dit:

    Pour ceux qui ne l'aurait pas encore lu, je vous invite à lire le manifeste des economistes attérés. A faire connaitre au plus grand nombre car leur diagnostic et leurs propositions sont tres proche des notres, et le fait qu'ils soient neutres et "au dessus" des clivages politiques peut faire progresser nos idées plus facilement dans la population car je pense que beaucoup de gens se braquent et n'ecoutent pas les arguments dès qu'ils entendent "front de gauche", "parti de gauche" ou "parti communiste"

  22. 22
    vaillant dit:

    Les écoutes collectives de télévision sont une très riche idée pour atteindre les gens peu politisés. Par contre la web série, "concept découvert par..." c'est vraiment du trés banal, je ne comprends pas votre enthousiasme. Les concepteurs avaient annoncé dans un journal en ligne, Agoravox, si ma mémoire est bonne, quelque chose de nouveau, je suis trés déçue aussi bien sur le concept que sur la mise en forme et mème sur le choix des images qui risque de trop vous personnaliser, ce que vous ne voulez pas.

  23. 23
    Jo93 dit:

    Pour moi, qui suis à l'affût de toute information pour pouvoir mieux appréhender les questions qui me sont posées, ce blog est une mine d'informations ! De la part de Jean-Luc, mais aussi de la part de tous les intervenants...merci à Jean-Luc, et merci à tous ! Avec vous, je me sens plus forte !

  24. 24
    Sitouaillain dit:

    Pourquoi un type qui n'a aucun charisme, n'a rien à proposer et ne représente rien a-t-il remporté les primaires? le "candidat du système", remplaçant de DSK, n'était-il pas sans cesse rappelé au bons souvenirs des électeurs par des journalistes inféodés, admiratif de son régime? Un début d'explication?
    Comment faire pour que cette campagne où l'on voit une nouvelle fois se mettre en branle la machine à faire perdre la démocratie avec la sempiternelle chanson machiavleo-prophétique d'une victoire assurée d'un membre de l'oligarchie PS ou UMP, où les interviewers bien pensant et autres analystes de sondages inventent d'avance les duels entre frères ennemis et tancent les non-alignés, goguenards, leur demandant de se justifier d'être candidats, comment faire sauter aux yeux l'évidence du pacte de punto fijo.

  25. 25
    Laurent Vermeulin dit:

    C'est super d'être en bretagne, Notre Dame des Landes aussi est en Bretagne.
    C'est un sujet d'autan plus opportun de se saisir que EELV est entrain de se saborder. C'est le moment ou jamais d'en parler de la même manière que le nucléaire parcequ'il y a plus a y gagner qu'a perdre... beaucoup plus a y gagner... pour le candidat et beaucoup d'autres

  26. 26
    le Prolo du Biolo dit:

    C'est vrai ou c'est une blague ?

    Si j'ai bien entendu, pour ne pas avoir à augmenter les cotisations patronales, l'Unedic emprunterait sur les marchés financiers pour faire ses échéances (cf blog de François Delapierre : http://www.francoisdelapierre.fr/ :"Opération andouillettes contre l'Unedic").

    Manquerait plus que Moodies passe par là et se mette à noter l'Unedic...
    Ben tiens, puisque le Parlement Européen lui a donné l'autorisation de noter tout ce qui bouge, elle va s'gêner... Genre : "Pas assez rentable votre truc, faudra baisser les indemnités de vos chômeurs, sinon fini le triple A et on vous assomme un peu plus au prochain emprunt"

    Au bout du compte un bon moyen pour tuer l'assurance-chômage ce type de financement-là.

    On vit dans un monde formidable, moi j'dis.

  27. 27
    redline69 dit:

    bonsoir,
    j'attendais patiemment l'analyse de l'élection Espagnole et je suis satisfait de la progression du'FdG Espagnol" en terme de voix.
    le PSOE, à l'instar du modèle Français çà été d'une très grande malhonnêteté envers les Espagnoles et finalement c'est Mr Hamon qui fait le lien entre la politique Espagnol de Zapatero et la l'Echec cuissant et mérité des socialistes quo n'ont bien sûr que le nom !
    la vérité Espagnole, sera la vérité Française de 2012 si le PS prend les manettes de l'UMP. le modèle Grec du PS fait son oeuvre ! je suis surpris d'ailleurs d'y voir Stéphane Hessel du fameux "indignez-vous!" suivre Hollande dans la décomposission programmé de la gauche pour le centre mou type modem !
    comme le dit Jean-Luc Mélenchon, les capitaines vont devoir tenir ferme la barque et le PS que l'on a vu lancinant, pour pas dire en vacances sur le combat des retraites s'apprête à finir d'offrir le Pays au Fédéralisme Allemand.
    à la convocation de miss Merkel, nos élites accourent pour prendre la becqué Européenne du traité de Lisbonne que soutien Hollande comme le oui au fédéralisme qui la vu mordre la poussière dans son association malheureuse avec Sarkozy. (souvenez vous bien de la couverture épaule contre épaule de Sarkozy - hollande dans Paris Match)
    je suis d'accord avec Jean-Luc Mélenchon, si le PS se ratatine en 2012 ou juste après ! le Front de gauche ne sera en rien responsable de la haute trahison de ce parti envers son peuple de gauche !
    à vouloir trop ressembler à la droite, au modem, le PS sera identifié comme tel. certains anciens du PS ont compris le danger qui menace hollande et son équipe de droite (mr Valls).je pense à marie noëlle Lienemann par exemple.
    les Montebourg et royale qui jouaient la participation pour un fauteuil de velours seront pas surpris à l'avenir que le peuple leur tourne le dos !
    j'ai vu de mes yeux la posture du PS lors de l'affaire des retraites ! je les vois au Sénat maintenant...
    cordialement

  28. 28
    Thersite69 dit:

    J'interviens ici relativement à l'action militante. Je conseille de veiller à ce que sur les tracts ou invitations locaux du Front de Gauche apparaissent tous les logos des composantes du Front, même celles qui n'auraient pas d'adhérent
    local. Car il y a des gens qui sont de gauche, qui ont voté non au referendum, qui vont aux manifs, mais ne sont inscrits nulle part, et peuvent avoir plus de sympathies envers tel ou tel petit groupe soutenant le Front que pour sa composante principale. Mon parti, le PG est lui-même faible dans ma petite ville. Ce n'est pas une raison pour le laisser oublier!

  29. 29
    Nicolas dit:

    A propos des sondages, il ne faut pas se tromper. Je pense que les sondeurs essayent de faire un travail sérieux (tout comme les banquiers, les ingieurs du nucléaires, etc...). Faut juste les regarder pour ce qu'ils sont. La question est du genre "Si le 1er tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain......". Donc ceci est un sondage sur un evènement qui n'arrivera pas... Quel poids !... Ensuite les sondeurs eux-même avouent une imprécisions sur leurs résultats, "cela peut varier de 1 ou 2 points". Regardons les sondages pour ce qu'ils sont: un regard assez flou sur l'opinion publique. Et le gros problème c'est qu'on nous les présentent comme des prédictions, à la décimale de point près...
    Et à propos de l'effet de l'annonce de la prédiction-sondage sur l'opinion publique, qui n'a jamais entendu argumenter qu'un candidat n'en valait pas la peine parce qu'il était bas dans les sondages. Et de citer un témoignage que j'ai lu dans Médiapart :
    "Après, il a voté Mitterrand, puis «déçu», il est quand même resté fidèle à la gauche. Sauf en 2002: il a voté Le Pen. L'an prochain, il n'a pas décidé encore. Mélenchon, le NPA ou LO sont condamnés à de trop faibles pourcentages: «Cela ne sert à rien.»"
    Tant qu'à faire des sondages sur des trucs qui n'existent pas, pourquoi ne pas faire le sondage suivant: "Si le candidat X est crédité de 15% dans les sondages, alors que Y seulement 4%, vous voteriez pour qui ?". Je suis sûr ce serait très instructif :)

    Tout ca pour dire que je suis persuadé que le jour où un sondage osera prédire que M. Mélenchon fera 0,5 point de plus que MM. Le Pen, les sondages suivant feront complètement disparaître le FN. Et je pourrais alors voter pour le dernier président de la 5ème république :)

  30. 30
    jefmergen dit:

    je suis définitivement écoeuré par la politique politicienne du PS.
    que les Bling-bling présidenciels nous aient plongé dans le marasme, je le constate tous les jours, mais que ce grand parti "de gauche"qu'est le PS.continue son chemin vers la droite me laisse sans voix, et qu'ils prônent les mesures "qui plaisent aux marchés"pour nous enfoncer dans la récession, le déficit de la balance commerciale et la ruine de nos acquis sociaux, là c'est trop !
    déjà leur refus d'une union à gauche et leurs regards vers la droite est une fourberie.
    Le capitaine du pédalo (celui qui est fait du bois à marionnette, taillé dans la même branche que le bois à flute dont on a fait nos ministres !), à force de tirer son troupeau à travers la porte de droite, risque fort de l'envoyer trop loin dans cette direction...Danger!

  31. 31
    Nicolas G30 dit:

    Faudrait pas oublier qu'aux dernières élections nous étions à 10%, avec une forte progression en nombre de voix.
    Donc ringardiser le FdG à 5%, 7%, c'est un moyen de décourager les gens à se rallier à notre programme. Pour chaque sondage faudrait annoncer le groupe ou dirigeant de l'institut, cela relativiserait leurs résultats. Beaucoup de matheux savent combien il est facile de présenter des chiffres pour favoriser telle ou telle argumentaire, cela s'appelle de la manipulation. Ne nous laissons pas intimider. Si vous êtes en Bretagne c'est aussi l'occasion de parler des langues régionales, de voir comment la culture d'une région peut être belle et diverse. Bon voyage.

  32. 32
    marechal dit:

    @ POG 11
    la bonne question à laquelle il faudrait répondre est: pourquoi le 22 avril 2007, François Bayrou recueille 18,57% des suffrages ?

    Je ne suis pas Jean-Luc Mélenchon et la camarade Antigone t'a très bien répondu. Je vais aussi te donner mon d'avis; un autre angle de vue.
    acte 1 : avril 2007 : une campagne sur le thème de l'insécurité a était lancée par la droite.
    acte 2 : les Français (je veux là parler d'une frange de la population capable de faire mentir les sondages) n'avaient envie ni de la droite ni de la gauche, par ras-le-bol de ce qu'ils perçoivent des politiques comme étant des promesses à deux balles, et ils avaient envie de bien le montrer en enfonçant le clou bien profond. (je rejoins là Antigone).
    acte 3 Bayrou répond au thème de l’insécurité par une claque à un gamin, ça passe en boucle sur les médias : bien joué l'ancien bègue (ce petit détail du bégaiement aura aussi joué sur la fibre compassionnelle d'une partie de son électorat en mal de délire hagiographique)
    acte 4 : Les médias, que Bayrou a aussi attaqué, ont tenté de "diriger" ces 13.5 point "d’électrons libres" par des rabâchages incessants sur l'insécurité pour servir le pouvoir en place ou en voie de l'être, autant dire qu'ils se sont pris eux aussi une calotte.
    acte 5 : selon ces mêmes médias, les sondages ne s'étaient pas trompés (comment ignorer une torgnole quand on s'en reçoit une, du grand art...)
    conclusion : cette petite histoire en dit long sur ce que Jean-Luc Mélenchon peut leur mettre comme dérouillée à tout ces empaffés, mais encore faut-il que les quelques 13.5 points 2012 aient du courage et qu'ils ne se fassent pas dessus dés qu'on leur parle d'oligarchie, là il s'agit de la couardise des gens et c'est tellement intangible qu'on ne peut guère faire de pronostic. Mais tous de même : les Français n'aiment pas qu'on (les médias) leur dise ce qu'il faut voter, dixit Jospin avant sa rouste à lui, hé hé hé.

  33. 33
    Nicolas Rousseau dit:

    Un excellent billet camarade Jean Luc, tant politique qu'économique (sujet sur lequel on va nous attendre au tournant, quand on verra que nos analyses sont plutôt bien meilleures que les autres)
    Je peste quand même contre cette saloperie de machin qu'on appelle encore "démocratie" qui met la droite au pouvoir à la place de la "gauche" en Espagne, pour faire strictement la même chose, voire pire!
    Où est la démocratie quand la "populace" abreuvée de publicités, d'analyses "politiques" ou "économiques" viciées et dogmatisées à grands coups de néolibéralisme, ou de slogans "TF1-esque" ne comprend plus rien à rien et vote contre ses intérêts? La démocratie sert elle encore à autre chose qu'à maintenir le peuple dans son état de soumission? Ma question est volontairement provocatrice, mais il faudra quand même se la poser un jour!

    Je suis persuadé que l'Euro vit ses derniers jours, du fait d'une Allemagne qui vampirise la zone Euro en tondant la laine de ses partenaires européens. Seulement là, on est en train d'attaquer la peau et bientôt c'est la chair qui sera à vif. Merkel serait elle décidément trop bornée pour comprendre que quand 70% de ses exportations ne trouveront plus d'acheteur (c'est à dire les pays de la zone Euro), l'Allemagne suivra dans le même mouvement cet effondrement général?

    J'aimerais savoir également quid de la Grèce, dont on ne parle plus du tout mais qui a l'obligation de se refinancer au 15 décembre faute de quoi elle fera un défaut total sur sa dette (nous n'en sommes qu'à 50% en ce moment).

    Quelle banque va couler? Sera ce une banque systémique? Combien d'autres après?
    Quoi après?

  34. 34
    phiphi the biker dit:

    Bonjour,
    Je sais que cette adresse internet a déjà été donnée, mais il me semble utile de la rediffuser, elle peut servir de support pour expliquer la dette des états.

    A +

  35. 35
    damiani dit:

    Merci Jean-Luc pour l'espoir que tu fais lever.

  36. 36
    guillaume dit:

    Bonjour à toutes et tous,
    Voici un petit lien limpide et clair, qui met en perspective historique notre Europe, et lui donne le rôle de Jacques Villeret, paix à son âme, dans le dîner de cons....

    Hasta luego companeros!

  37. 37
    Pulchérie D dit:

    Non, Jean-Luc, l'Allemagne n'est plus exemplaire (si elle l'a jamais été).
    Témoignage ;
    J'ai reçu la visite, hier, d'une amie allemande expatriée mais qui garde de nombreuses attaches avec son pays d'origine (parents, amis...).
    Auparavant, les manifs germaniques étaient seulement fréquentées par les Verts qui brandissaient des affiches pour la protection de la nature, des castors etc.
    Cette année, elle a vu des défilés pour la protection sociale des bipèdes, avec la présence de vieilles gens plaidant pour leur retraite, de sans-travail miséreux etc.
    Mon amie affirme que les conditions de vie deviennent nettement plus dures en RFA.

  38. 38
    gerard du 70 dit:

    Bonjour le FdG et Jean-Luc
    Cette semaine s'est déroulé le 94è congres des maires. Qui est responsable pour en donner les principales informations. Des candidats pour la présidentielle étaient aux portes pour avoir des soutiens. Merci de me faire suivre le bilan de cette manifestation.

  39. 39
    bsna dit:

    Avec le Front de gauche, c'est bien sûr "l'Humain, d'abord" mais c'est surtout le retour de la dignité. Et elle n'émane pas des membres du Front de gauche, comme cela. Elle est venue du travail d'analyse politique et de la recherche d'une sortie de la crise par le haut. Comme le note très souvent JL Mélenchon dans ses interviews, Roosevelt n'a pas hésité, à l'époque, de poser les actes politiques qu'il fallait : séparer les banques de dépôt des banques d'investissement, taxer les plus riches et fortement, etc... C'est l'absence de vision politique qui fait qu'un peuple perd sa dignité. On le voit bien avec l'Espagne, le Portugal, la Grèce et maintenant la Belgique : ils auront beau faire le "mieux" qu'ils peuvent pour se plier aux exigences du marché, rien n'y fera. Ce qu'il faut, c'est une reprise en mains du politique. Comme Sarkozy et Hollande ne voudront aucune confrontation d'idées pour sortir de cette crise avec Mélenchon, il nous faut militer de manière intelligente, non rasoire pour être entendu. Pas facile, dans une société ou l'homo faber a été remplacé par l'homo ludus. A ce niveau, l'intervention de Mr Mélenchon est de toute beauté, de l'escrime médiatique dans l'émission c à vous. Superbe de travail.

  40. 40
    couderc dit:

    Concernant l'Espagne, Jean-Luc Mélenchon nous prouve que JLZ a mené une politique de droite (un peu comme en France avec le "la droite en a rêvé, la gauche l'a fait" de Jospin (mon projet n'est un projet socialiste) et que votent les Espagnols en réaction ?
    La droite encore et encore. On n'en sort pas, c'est désespérant.
    Qu'est qu'il faut faire ? Personnellement ça me décourage.

  41. 41
    phiphi the biker dit:

    @ 21 aaa
    Très bon post et je souscrit à ce qui y est écrit.
    Pour comprendre pourquoi, et en essayant de faire le plus court possible, voici mon profil : J'ai 58 ans et suis fils, petit fils et arrière petit fils d'agriculteur (qui lui, avait débuté sa vie professionnelle dans les mines du nord, avant de créer sa ferme), je suis donc attaché aux valeurs de l'entreprise, mais humaine (je veux dire par là que "patron" n'est pas pour moi un mot dont il faut avoir peur, mais dans le respect de l'être humain bien évidemment), mais je suis aussi attaché aux valeurs de la (vraie) gauche. J'aime donc les gens qui prennent des risques, qui savent tracer des objectifs clairs, s'y tenir, mais qui savent aussi se remettre en cause (pugnace mais sans être têtu). Ce sont des qualités qu'a pour moi Jean Luc Mélenchon. Il porte très bien les idées du parti de gauche,et je l’apprécie beaucoup.En fait c'est le seul à ce jour, qui donne de l'oxygène à mon (nos) cerveau(x).
    J'évolue professionnellement dans un milieu de cadres et maitrises dans un laboratoire de développement de produits industriels et je fais tout ce que je peux pour y faire passer les idées du P G. Et c'est là qu'effectivement je dois"prendre des gants" pour parler car dès que mes collègues entendent " front de gauche ", "parti de gauche" ou "parti communiste", je sent bien que ça "coince" (dans mon milieu professionnel en tout cas) Et je suis toujours obligé de rajouter à chaque fois que je ne suis pas contre l'entreprise et d'expliquer que je n'ai pas ma carte au P G et que je pense qu'avec cette démarche, j'arrive beaucoup mieux en fait à en faire avancer les idées du PG, dans cet environnement en tous cas, même si tout le monde sait très bien que j'apprécie beaucoup Jean Luc Mélénchon et toutes les équipes qui l'aident.
    Bien à vous !

  42. 42
    citoyenne21 dit:

    @ Antigone (14) et Maréchal (32) :
    Il y a de cela dans vos explications du succès de Bayrou en 2007. Perso, je sortais d'une période assez longue d'abstentionnisme. Je n'étais à l'époque donc pas aussi dégrossie que je le suis aujourd'hui d'un point de vue politique, mais franchement ce spectacle à gauche d'une bande de charognards malmenant leur candidate, ne m'a pas donné envie du tout de voter PS (au second tour, je me suis abstenue). Je trouvais Bayrou plus intègre et aussi parce que comme vous dites, il représentait ni la gauche, ni la droite et pour les non encartés, cela était un très bon motif.
    Il faut donc espérer que ceux, comme moi, qui ont voté Bayrou en 2007, par forcément par adhésion totale à sa vision des choses, votent Front de Gauche en 2012. Cependant je le répète, je trouve encore aujourd'hui, Bayrou plus respectable que Hollande et si je devais choisir là tout de suite entre Hollande et Bayrou, je voterais Bayrou sans hésiter !
    Nous avons en 2012 avec le Front de Gauche, une alternative crédible, un candidat en or, il faut qu'on gagne !

  43. 43
    Guilloux dit:

    Bonjour,

    @Antigone14
    Analyse d'une grande justesse. En 2007, Bayrou a su enfumer une partie de l'électorat sensible aux idées de gauche en lui faisant croire qu'il représentait une troisième voie alors qu'en fait il était un homme de droite acquis aux idées libérales. Actuellement Bayrou est contraint de dévoiler son véritable programme,, par ailleurs le FdG a entretemps émergé dont les idées sont portées par un candidat excellent passeur d'idées. Il faut donc effectivement s'attendre à un report de voix de ceux qui, en 2007, ont voté pour Bayrou en désespoir de cause, vers le FdG mais il faut aussi tenir compte de la dynamique créée par ce mouvement. L'apport de voix sera donc, me semble-t-il, exponentiel. L'heure de vérité est arrivée mais tout ne s'arrête pas en avril 2012, la trajectoire du FdG se situe sur la longue durée.
    Amicalement.

  44. 44
    VERTPOMME dit:

    Raisons pour les quelles je quitte EELV.
    Nous n'avons pas besoin d'une candidate qui est en désaccord avec l'accord conclu avant même le 1er tour.
    EELV sera réduit en cendres par le PS comme le PC.
    Les citoyens n'approuvent pas, c'est le moins qu'on puisse dire, ce genre de manœuvres électorales dans un pays ou les élus sont considérés violemment comme corrompus et ou ils sont de plus en plus nombreux à s'abstenir.
    Et pour le moins Eva Joly va passer pour incompétente.
    Pourquoi je vote Mélenchon au 1er tour ? Eva Joly est quelqu'un de bien mais politiquement elle est flambée à gauche même à l'insu de son plein gré.
    Les sondages c'est un travail de sape. "Mélenchon c'est bien mais il est trop à l’extrême les gens ne voteront pas pour lui". Mais qu'en savent-ils même si ce sont des pros? Rien !
    Rien parce qu'ils sont dans leur bulle bien à l'abri de la crise ou du moins à la marge, or d’après moi, tout dépend de la violence de la crise.

  45. 45
    Berdagué dit:

    Indignez-vous,insurgez-vous,engagez-vous, et une fois cette progression de liberté de conscience,de pensée,de choix,prise: nous rejoignons la résistance. Sur ce blog beaucoup d'Humanités avec les incompréhensions que ça ne va pas assez vite,et là les sondages nous bloquent,voire nous mettent à la marge,à part,et là nous nous confrontons souvent à toutes sortes d'hésitations,de passivités lâches " oui vous avez raison dans votre programme,, mais vous pensez,ça ne se fait pas d'agir contre tous ces pouvoirs,ils sont trop forts..."
    C'est vrai que nous avons à faire à forte partie,surtout que le matraquage subit est à l'unisson les mêmes litanies sous forme des seules informations qui percutent le quotidien de chacun, mais dès qu'une petite flamme apparait,lumiére fragile au début,l'engagement se précise et les habitudes passives,subies se transforment en actions décisions.C'est déjà une grande victoire.
    L'unique modèle écono/financier se fissure,va dans le mur,avec les coups d'états de dernièrs règnes sans partage et une certaine timidité apparait et est confortée avec le candidat Solférino du "pas trop de vagues" normal quoi alors que la tempéte fait rage à tous les niveaux,mais que fait-il B. Hamon dans cette galère vouée à s'échouer lamentablement :du courage en étant à Gauche,ça éclaircirait l'horizon.
    Sondages ou pas,nous nous obstinons,tètus,tètes dures de ne rien lâcher.Un grand salut à la Bretagne.

  46. 46
    vaillant dit:

    Le monarque qui nous protège,un fan du nucléaire.
    1967, chargé de mission pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques(attaché parlementaire au cabinet de Pasqua). Avril 2006,anniversaire de Tchernoby,question du Réseau"soir du nucléaire"Quelles mesures sanitaires avez- vous prises à cette période?Pas de réponse,cet épisode de sa carrière ne figure plus dans ses biographies.
    2004,ministre de l'industrie,défend le projet EPR devant les députés
    2007,présidentielles,le seul candidat à approuver la construction de EPR
    2007,grenelle de l'environnement,le nucléaire est exclu
    2009,arrèté du 5mai,autorisation d'inclure des déchets radioactifs dans les biens de consommation,la presse se tait.

  47. 47
    Zapping dit:

    Petite vidéo de Jean-Luc Mélenchon à Brest par le journal Le Télégramme :
    http://videos.letelegramme.com/player.php?sig=iLyROoaf2Opb&overlay=1&rub=0

  48. 48
    vaillant dit:

    Le monarque qui nous protège, un fan du nucléaire.
    1967, chargé de mission pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques(attaché parlementaire au cabinet de Pasqua). Avril 2006, anniversaire de Tchernoby, question du Réseau "sortir du nucléaire" Quelles mesures sanitaires avez- vous pris à cette période? Pas de réponse, cet épisode de sa carrière ne figure plus dans ses biographies.
    2004, ministre de l'industrie,défend le projet EPR devant les députés.
    2007, présidentielles,le seul candidat à approuver la construction de EPR.
    2007, grenelle de l'environnement,le nucléaire est exclu.
    2009, arrêté du 5mai, autorisation d'inclure des déchets radioactifs dans les biens de consommation, la presse se tait.

  49. 49
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Ce qui vient de se passer en Espagne, remarquablement analysé par Jean-Luc, illustre le "syndrome de l'essuie glace" caractéristique de nos démocraties formelles, dérisoires et désespérantes coquilles vides. Comme l'essuie glace qui inlassablement passe de gauche à droite, les gouvernements passent de la droite dure (avec les peuples) à la gauche molle (avec l'oligarchie) : le résultat, au-delà de l'attrappe nigaud, est évidemment rigoureusement (c'est le mot qui convient) le même.
    Faut-il pour autant désespérer en France ? Je ne le crois pas. Il reste 5 mois, c'est peu et beaucoup à la fois. On dit parfois dans le domaine social : les prix prennent l'ascenseur et les salaires l'escalier. L'UMP et le PS ont pris l'ascenseur des sondages, le FdG l'escalier des réalités. Tout porte à croire que l'ascenseur connaît des soubresauts, des ratés de plus en plus fréquents, annonciateurs de la panne fatale.
    Une raison d'espérer : le nombre croissant de déçus. Déçus du PS, déçus d'EELV, déçus du centre, déçus de Sarkozy. Si on les additionne, on se retrouve devant les français !
    A nous de les convaincre qu'ils ont le droit de voter FdG sans demander la permission à personne, que le ciel ne leur tombera pas sur la tête, qu'ils ne risquent rien, sauf améliorer leur sort. Que par contre,en votant blanc bonnet ou bonnet blanc, ils risqent de perdre le peu qui leur reste, en s'enfonçant pour des années dans la nuit ultra libarale. Leur dire qu'à coup sûr ils rejoindrons les grecs, les espagnols, les portugais, et bientôt les allemands.
    Ne pas hésiter à faire peur, d'autant qu'il ne s'agit pas d'exagération. Voulez vous tous devenir des clodos ? La peur étant le commencement de la sagesse, voilà qui devrait faire réfléchir.Il faut carrément leur dire: préférez vous la clochardisation planifiée ou la planification écologique ?

  50. 50
    Eve37 dit:

    @ Vaillant 48

    Pour la 1ère date, cela doit être 1987, sinon il doit être précoce notre "président" à neufs cerveaux ;-)

Pages : [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive