23nov 11

Le bois dont on fait les flûtes

Bien faire et laisser braire

Ce billet a été lu 23 802 fois.

00L’actualité qui m’a percuté m’a poussé à reporter la publication de ce que j’ai déjà écrit sur l’actualité internationale. J’y viendrai demain ou après-demain. Quand à la politique de la droite UMP ou de la Marine Le Pen, cette fois-ci je réserve mon analyse au déplacement que je vais faire trois jours durant en Bretagne en fin de semaine. Ici donc, il est question de Danielle Mitterrand. D’une nouvelle composante de l’autre gauche qui intègre notre campagne. De l’accord Vert-PS, cette grande réussite humaine et politique de notre « prochain président ». Puis de la politique économique que Michel Sapin a révélé. Notez qu’il n’a pas fait couler un gramme d’encre des commentateurs ni des bonnes consciences de « gôche » qui nous ont régalé de leurs appréciations sur mon entretien au JDD. Il est vrai qu’aucun ne l’avait lu. J’en reste à une bonne vieille maxime : « Bien faire et laisser braire ». Voilà pourquoi, en fin de note, je parle de la campagne que nous menons avec application, méthode et inventivité. Puis je vous dis un mot de ce blog et du coup de main que je vous demande.

Ecoutes collectives le 20 novembre, à Montreuil par Insousciance et à Paris 20ème sous le regard de Stéphane Burlot.

Finalement c’est Martine Billard qui aura dit des mots d’hommage pour Danielle Mitterrand à l’Assemblée Nationale. Elle a profité d’une prise de parole en séance plénière pour dire ses mots et nous faire honneur. Les socialistes auraient pu profiter de la séance de questions au gouvernement pour le faire. Peut-être en interrogeant Fillon sur la question 01de l’accès à l’eau potable en France puisque c’était le dernier combat de Danielle. Non, ils avaient la tête ailleurs. Une femme à la mer ? Plouf ! On passe à l’ordre du jour. Au PS d’aujourd’hui votre trou dans l’eau se referme vite. Mais il est vrai que Danielle Mitterrand n’était pas membre du PS, même si elle y avait de très nombreux amis fidèles. Politiquement proche du Front de Gauche, elle vomissait les tièdes. La dernière fois que je l’ai rencontrée, c’était à Latché, en compagnie de Gabriel Amard, le militant des régies publiques de l’eau. Elle se fichait bien de savoir ce que les convenances dictaient. Elle nous instruisit avec méthode et application une heure et demie durant. C’était son style. Celui d’une militante et d’une autorité morale que nous lui reconnaissions tous. Elle a donc longuement défendu son thème de prédilection, la défense des biens communs de l’humanité comme l’eau. Sans oublier son sujet entre tous, la définition de ce qu’est la vraie richesse. Ce n’est pas celle que mesure l’argent, vous le devinez. Je vous dirais volontiers que pour elle c’était « l’Humain d’abord ». Mais si son combat nous englobait en effet, il nous dépassait aussi comme le tout dépasse la partie. C’était un modèle féminin de fidélité à soi, résistante toute sa vie, existant par elle-même nonobstant l’ombre immense du grand homme qu’elle accompagna toute son existence. Nous l’aimions.

Une bonne nouvelle. Elle vient d’ADS, Alternative Démocratie Socialisme, dont la figure la plus connue du grand public militant est celle de l’ancien ministre communiste Marcel Rigout. ADS a décidé de soutenir ma candidature à l’élection présidentielle. C’est un fait peu ordinaire concernant cette organisation qui n’avait soutenu aucun candidat en particulier au cours des précédentes élections présidentielles. Dans le Limousin, où cette organisation politique est influente, le rassemblement de l’autre gauche sur une candidature commune est donc pratiquement02 achevé. Reste bien sûr le NPA, unitaire dans cette région, qui soutient évidemment son candidat. Je publie donc le texte qui annonce cette décision. « Lors de son assemblée générale, ADS  a décidé d'apporter son soutien au candidat d'union du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon. Tout en gardant son originalité et fidèle à ses valeurs pour la construction d’une gauche forte, efficace et de transformation sociale, ADS entend ainsi appuyer une dynamique globale et être utile au rassemblement pour construire un projet alternatif susceptible de battre la droite. Il s'agit, plus que jamais, de répondre efficacement à l'attente de tous ceux qui souffrent des politiques d'austérité qui se mettent successivement en place. L'échec des politiques conduites au Royaume Uni, en Grèce, en Italie, en Espagne rejoint celui de la politique conduite en France par Nicolas Sarkozy. Dirigeants politiques et milieux financiers tentent au niveau européen de mettre en place une véritable machine de guerre contre les peuples afin de réduire à néant tous les droits et acquis sociaux. Il n'y a pas de fatalité. D'autres choix, d'autres ressources sont possibles…. en frappant à la bonne porte avec les bons outils. Pour les élections législatives qui suivront les présidentielles, ADS se prononce pour un soutien aux candidats présentés et soutenus par le Front de Gauche. »

De l’autre côté de la gauche, là où règne le PS c’est la pagnolade permanente. Avec de tels stratèges à la manœuvre, comme on l’a vu dans le cas de l’accord PS-Verts, avec de tels débatteurs comme on l’a vu avec Jack Lang face à Copé, avec un tel programme comme on l’a vu avec celui annoncé par Michel sapin au nom de François Hollande, on peut se demander si ces dirigeants socialistes ont réellement envie de gagner la prochaine élection. En une semaine, ils ont tué l’idée de rassemblement libre et enthousiaste à gauche, le goût du débat frontal et le moindre espoir de changement économique. Mais avec l’arrogance 03et le nombrilisme qui sont désormais leur marque de fabrique, les dirigeants socialistes sont déjà en train de pleurnicher que c’est de la faute des autres s’ils ne convainquent personne ! Avec de tels adversaires Nicolas Sarkozy est tranquille.

L’accord PS-Verts a provoqué un tremblement de terre chez les Verts. Eva Joly a un cran d’enfer. Non seulement parce qu’elle n’a pas accepté de renier ses convictions et déclarations. Mais surtout parce qu’elle n’a pas eu peur de le faire publiquement. Aussitôt la meute s’est déchaînée. Non seulement les pitbulls socialistes ont été lâchés mais les tireurs dans le dos se sont déployés. Record de perversité atteint par le pétulant Daniel Cohn-Bendit qui injurie tout le monde à la fois en exigeant d’Eva Joly qu’elle ne « fasse pas du Mélenchon, super Mélenchon ou du sous Mélenchon ». Puis la menue piétaille des écorcheurs s’est déployée. Selon l’inimitable tactique classique de la nomenclature socialiste, on envoie les clients devant. Les prochains députés du « prochain président » ont donc été priés d’aller défendre leurs prochaines picorées. Les socialistes n’ont eu qu’à attendre la fin de la04 battue qu’ont organisée ses propres « amis » pour tirer le gibier à découvert. Pourtant Joly ne cédera pas, je crois. Dorénavant elle est bien prévenue de ce que sont tous ces gens. Cet épisode est entièrement imputable à la méthode nombriliste et arrogante des dirigeants socialistes.

A moins qu’il s’agisse d’un sabotage délibéré. Car comment imaginer qu’un tel accord passe sans provoquer de dégâts ? Il n’y avait pas besoin d’être très grand politique pour le prévoir. Dès lors, le premier devoir de gens préoccupés de réussir n’était-il pas de lisser et border les plus grandes rugosités de l’opération au moins sur le plan humain ? Mais tous ces nomenclaturistes vivent dans le cynisme le plus complet. Pour eux, ce que disait Eva Joly n’était qu’une posture, juste un moyen de « faire monter les enchères » comme ils disent. Personne ne s’est donné le mal d’en tenir compte d’aucune façon. Ils comptaient sur ses « amis » pour la ramener à la raison, leur raison. Arrogance totale, mépris des gens, intimidation injurieuse, voila les nouvelles méthodes avec lesquelles se construit le « rassemblement » que veut « le prochain président ».

Dans tout cela elle n’a qu’un tort. Accepter d’aller dans la matinale de RTL avec Jean-Michel Aphatie. Un vrai traquenard, comme d’habitude. Celui-là n’était là une fois de plus que pour faire de la provocation et mettre son invité dans l’embarras. Avis aux amateurs ! Il a donc réussi à lui créer un problème qui n’existe pas pour elle ni pour aucune personne de gauche, à savoir : quel sera son vote au deuxième tour. Aphatie sait parfaitement quelle est la difficulté pour répondre à cette question. Il se garde bien de la poser à François Hollande ou à l'un de ses compères. Car celui qui répond est immédiatement placé dans la situation du perdant d’avance et qui le reconnaît. Pour Eva Joly ce matin-là, cela revenait à déclarer l’inutilité de sa candidature. Le rêve des repentis du PS du genre d’un Aphatie : un militant politique s’humiliant devant un « journaliste », le premier tour réduit à une comédie convenue, la gauche rabougrie sur la veille branche vermoulue du social-libéralisme et lui, pérorant et jubilant : « Est-ce que vous ne faites pas le jeu de la droite en maintenant votre candidature ? ».

C’est une affaire entendue : l’accord Verts-PS a soulevé de nombreux débats sur la toile entre les divers points de vue chez les adhérents de ces deux partis. Tout le monde analyse la signature de ce document comme une concession des Verts au PS. D’où notre surprise en découvrant l’interprétation de la situation que fait un grand titre du journal « le  Monde ». Pour lui, ce sont les écologistes qui ont réussi à « décrocher » les socialistes du nucléaire. Ce titre étonnant barre toute la page au-dessus d’un long papier consacré à cette mutation du PS. Si c’est le cas, alors il faut bien reconnaître que rien n’est plus curieux. Comment ! Il suffit de fermer les centrales en fin de vie qu’EDF a déjà décidé de fermer, de continuer à produire du carburant nucléaire recomposé et enfin de 10continuer le chantier du réacteur le plus controversé pour « décrocher du nucléaire » ! Je ne le crois pas. Fermer 24 réacteur d’ici 2025, c’est suivre la pente d’âge des centrales. Cela n’implique d’ailleurs concrètement qu’une seule fermeture d’ici 2017, fin du prochain quinquennat, comme l’a déclaré Michel Sapin lui-même, le bras droit de François Hollande. Et en bout de course, dans quatorze ans, la moitié du parc nucléaire serait encore en activité. Cela n’a pas de sens. En ce qui concerne le nucléaire on ne peut pas couper la poire en deux. Ou bien le nucléaire est un problème ou bien il ne l’est pas. Et dans les deux cas, une fois la question tranchée il y a encore deux manières de répondre à la gestion de la situation qui correspond à ces choix. Une logique marchande et une logique publique. On imagine que tout cela sera traité dans la « loi-cadre sur la transition énergétique soumise à la discussion parlementaire avant l’été 2013 » que mentionne l’accord. Le tout précédé d’un « grand débat public ». Un débat public ? Mais alors si c’est un débat sérieux, et s’il y a une loi sur la transition énergétique, pourquoi ne pas le conclure par un vote de tous ? C’est-à-dire par un référendum ?

A mon avis Eva Joly va manger bon pour son insolence. On se souvient que c’est dans Le Monde qu’elle a prononcé une appréciation d’une exceptionnelle gravité. « Le Monde : « N'est-il pas normal, dans une démocratie qui fonctionne, qu'Areva fasse connaître son point de vue, et ce publiquement ? » Eva Joly : « Faire connaître un point de vue est une chose. S'immiscer dans la vie démocratique pour réécrire un paragraphe d'un accord entre partis en est une autre. Au moins, agissent-ils désormais à visage découvert. Pour moi, il y a là une arrogance qui témoigne d'un certain sentiment d'impunité. Que les commentateurs n'aient pas davantage été choqués en dit long sur l'accoutumance à ces mœurs délétères. Mesurons la gravité de ce qui s'est passé. Il pèse désormais sur les socialistes le soupçon d'être du bois dont on fait les marionnettes, et on ne me fera pas croire que c'est bon pour la politique. ». Après de telles paroles, on a vu les molosses « en bois dont on fait les marionnettes » se déchaîner. Mais le registre est resté étroit. Du Vichinsky première manière. Un procès politique baclé. Les dirigeants socialistes ont plus de mépris que de répartie.

C’est donc avec prudence que j’ose vous faire connaître une nouvelle qui pourrait vous intéresser en vue de la présidentielle. Si je dis « j’ose » c’est parce qu’il s’agit de François Hollande. Tout ce qui pourrait être vécu comme une critique du « prochain président », comme il s’est lui-même nommé à la une du journal « Libération », est, vous le savez, la preuve d’une « convergence avec le cabinet noir de Sarkozy et Marine Le Pen », ainsi que l’a très bien asséné Jack Lang. Ce qui suit est donc juste une information tirée d’une dépêche de l’agence Reuter. Elle nous permet de savoir de quelle faveur nous gratifiera notre « prochain président » en matière de finances publiques. Vous ne pouviez pas le savoir puisque malheureusement il n’a pas eu le temps d’en parler avant son investiture aux primaires. Ce sera merveilleux. Jugez-en vous-même en préparant votre bulletin de « vote utile ». François Hollande envisage, pour 2012 et 2013, les deux premières années de son « prochain » quinquennat, un « effort » de 50 milliards d'euros de redressement budgétaire. Cette coupe claire s’ajoute  aux saignées déjà réalisée par les plans d’austérité de Fillon. Elles ne seront donc pas remises en cause. François hollande approuvera donc rétrospectivement le moment venu la politique qui s’applique sous la droite et son cabinet noir. A quoi bon alors les critiquer ? Le but annoncé est de « réduire le déficit public à 3%, en 2013 a déclaré, à l’agence Reuters, Karine Berger. Cette personne est économiste, conseillère du prochain « prochain président bien aimé » comme dirait Jack Lang, ancien délégué spécial de Nicolas Sarkozy pour la Corée du Nord et actuel « représentant spécial » de François Hollande. Ne plaisantons pas. C’est du sérieux et le prochain président est déterminé. "Quand François Hollande dit 3% du PIB en 2013 et tendre vers zéro déficit à la fin de son quinquennat, c'est un élément intangible", déclare son économiste.

Il y a aura donc un très grand changement avec le gouvernement actuel. Qu’on en juge : "Notre ligne est qu'il faut évidemment continuer un contrôle des dépenses extrêmement strict." Comment ? « Pour ramener le déficit à 3%, l'évolution des dépenses sera fortement contrainte. » Fortement, vous avez bien lu. « Le nombre de fonctionnaires n'augmentera pas », donc 12toutes les suppressions de l’ère Sarkozy sont validées. « Les 60.000 emplois supplémentaires prévus dans l'Education Nationale étant compensés par des départs en retraite ailleurs. » Cela signifie donc soixante mille postes de moins dans le reste de la fonction publique. Une vraie révolution, comme dirait Jack Lang, également un temps délégué de Nicolas Sarkozy pour Cuba. "On fera tout pour conserver la note 'triple A' et si, par malheur, on devait la perdre, on s'engage à tout faire pour la rétablir", a précisé l’économiste de François Hollande. Elle reproche donc au gouvernement d’avoir une austérité saccadée au lieu du bon coup sur la tête qui rassurerait les marchés : "Avoir deux plans d'austérité de moins de 10 milliards d'euros à deux mois d'intervalle n'est pas la bonne solution pour faire comprendre ce qu'on veut faire aux marchés financiers." Voyons le détail.  Deux tiers du plan Hollande viendraient de mesures fiscales. Parmi elles l'annulation du "paquet fiscal" de 2007. Un tiers viendrait d'économies, la répartition définitive pouvant aller jusqu'à moitié-moitié, a précisé l'économiste. « On parle de 50 milliards", a-t-elle déclaré. « L'accent sera mis sur le redressement des comptes de santé, avec un objectif de progression des dépenses d'assurance maladie nettement inférieur au 2,5% par an désormais prévu par le gouvernement, en mettant notamment les consultations médicales à contribution » précise Reuter. Pour prévenir un emballement des comptes sociaux, " il y a aura des13 propositions fortes sur la façon de limiter l'évolution des dépenses de santé » a dit Karine Berger. Mais, bien sûr, comme c’est le gouvernement Hollande, ce sera « de manière socialement juste". Evidemment !

Michel Sapin, l’homme du programme du prochain président, décrit la méthode générale du gouvernement Hollande: « Lorsque la gauche arrivera au pouvoir, ce ne sera pas pour donner pendant deux ans pour ensuite reprendre pendant trois ans ». « Cela peut être l'inverse : être extrêmement sérieux pendant deux ans pour pouvoir distribuer un peu plus pendant les trois ans qui suivront. » Fascinante, n’est-ce pas cette gauche-là. Non ? « Une fois le déficit ramené à 3% du PIB fin 2013, le PS mènera une politique de croissance et équilibrera les comptes publics d'ici 2017, consolidant la note "triple A" de la France auprès des agences de notation, ou permettant de la retrouver si elle est dégradée », a ajouté Karine Berger à Reuter. Vous êtes prévenu. Le vote utile est servi.

C’est certainement le plus pénible de ce qu’il faut subir dans une campagne nationale. L’injure. Celle à laquelle on ne peut répondre. La pire, l’insidieuse, celle qui ne dit pas son nom et cherche à passer pour de la bonne blague entre gens de bonne compagnie. Ainsi quand « les guignols de l’info », qui jusque-là me brocardaient sans méchanceté, me montrent en pochard qui s’enivre au bistrot. Révolutionnaire de comptoir, toujours entre deux vins, c’est la grande tradition des caricatures des journaux de droite de l’avant-guerre. Au début du mouvement ouvrier, les journaux de droite, c’est-à-dire tous les journaux, 14représentaient toujours l’ouvrier syndiqué comme un alcoolique paresseux et vociférant. Jaurès aussi, à son tour, était dessiné avec une bouteille de vin dans la poche par la presse qui le pourchassait. Comme je ne bois aucun alcool, c’est donc une invention davantage qu’une caricature. Mais c’est pour rire, bien sûr. Entre Le Pen et Mélenchon il faut savoir choisir son populisme. Même état d’esprit quand le journal « le Parisien », qui a fait depuis longtemps son choix entre Le Pen et moi, commente en direct le duel avec Copé. S’agissant de lui, « il s’amuse », il «plaisante ». Moi, dans ce compte-rendu, « j’éructe ». Ce mot signifie roter. Vous comprenez ? Moi, je rote mes arguments. C’est délicat, non ? Rien à voir avec mon style de brute pas vrai ? Protester ce serait une nouvelle fois « s’en prendre à la presse ». Il faut donc se taire. D’ailleurs, au premier mot de réplique la horde des conseillers spontanés en communication qui pullulent à gauche vous mettent en garde contre la « politique des petites phrases » et « l’agressivité ». Ainsi va toute cette société. Sous le fouet des injonctions comportementales des dominants chacun est poussé à être conforme. Nous passons donc à côté de gens qui mendient et couchent dehors mais nous ne faisons rien car « sinon on n’en finirait pas », nous nous faisons cracher au visage mais « il vaut mieux laisser dire, sinon on en finit plus ». Tous nos reflexes normaux, les plus humains et les plus sains, sont ainsi bridés, reformatés, défigurés par l’odieuse règle du jeu de cet ordre « globalitaire » qui enjoint en toute chose les comportements individuels qui le protège. La « force banale du mal », celle qui laisse passer les trains, est déjà à l’œuvre.

Ce qui m’amuse, par contre, ce sont les boucles d’informations bidons. Comme celle sur les « recadrages » que m’auraient fait subir mes « alliés du PCF ». Lesquels ne sont pas mes alliés puisque je suis leur candidat ce qui ne produit pas le même genre de rapport. Evidemment ce sont les communistes les premiers embarrassés. Le rôle de gardien des bonnes15 manières à l’égard du PS n’est pas un rôle très goûté au PCF. Qui choisirait cet habit serait bien mal vu. En toute hypothèse, qui me connait ou me devine sait de quelle portée seraient de tels « recadrages ». J’ai tenu tête à François Mitterrand et à Lionel Jospin. Lesquels ne se mêlèrent jamais de vouloir me recadrer. Donc depuis que cette « information » tourne, je ne manque pas de demander ici et là si quelqu’un à quelque chose à me dire. Personne !  La vérité est que la division au Front de Gauche donnerait un formidable point d’appui à nos adversaires. Il suffit de voir leur gourmandise et leur excitation dès que court une rumeur sur le thème. Martine Aubry a d’ailleurs été très claire en bureau national du PS en réponse à une question de Marie-Noëlle Lienemann qui s’inquiétait de la place du Front de Gauche dans la stratégie « unitaire »  du PS.  Elle a dit : « Le Front de Gauche et le PG, jamais. Mais ma porte est toujours ouverte au PC ». C’est clair. Leur rêve c’est le retour de la gauche plurielle et la domestication de toute la gauche sur le modèle du PRG et, dorénavant, des Verts. Au point d’un sectarisme sans bornes. Ainsi quand elle déclare que nous n’avons pas à « demander des circonscriptions » après avoir si mal parlé de François Hollande. Pour quelqu’un qui l’a traité de « gauche molle » et même « d’homme du système » cela ne manque pas de sel. Mais le plus fort est que nous n’avons jamais rien demandé. Les seules discussions commencées portaient sur les circonscriptions où la gauche serait menacée d’être expulsée par la droite et le Front National.  Même là, la discussion n’avait pas lieu d’être. Après quoi les chiens de garde viendront expliquer que je fais le jeu de l’extrême-droite.


J’ai évoqué dans une précédente note « les écoutes collectives »
que le Parti de Gauche a décidé d’organiser à l’occasion de mes passages significatifs dans des émissions de télé. L’idée est de « s’approprier» une émission TV. Devenir « 16télé participant » plutôt que « télé spectateur ». La marche est moins haute pour passer du quant à soi à une discussion autour d’une télé que pour passer du chacun chez soi à un meeting. En résumé, il s’agit d’utiliser un outil de masse qui favorise l’implication citoyenne. Nous avions fait un premier brouillon centré en Ile-de-France à l’occasion de mon passage à "Parole Directe" sur TF1. Cette fois-ci la demande était partie en région. Le Parti de Gauche qui a initié cette action avait confié sa mise en place à Eric Coquerel, secrétaire national. Son rapport figure sur le site « Place au Peuple ». J’en reprends des extraits dans cette note. « Ces écoutes publiques, environ 80 au total, ont revêtu des formats très différents : plusieurs dizaines dans des appartements et domiciles et plus d’une trentaine répertoriée, plus ambitieuse, dans des salles publiques et des restaurants. Ces dernières ont regroupé chaque fois 30 à 70 personnes. Il s’agit d’un vrai succès si l’on veut bien considérer le jour et les lieux de ces buffets : quartiers populaires des grandes villes, petites et moyennes communes, des villages parfois. Aux côtés des militants du FDG, on remarque beaucoup de nouveaux venus n’appartenant à aucune des formations du Front de Gauche. Mais aussi la présence de militants des Verts et du PS venus, souvent du fait de la position du candidat socialiste et de l’accord PS/Europe-Ecologie Les Verts. Enfin la presse quotidienne régionale s’est quasiment à chaque fois déplacée. »

« Quelques exemples montrent la variété et la diversité des débats sur ses écoutes. A Aubenas (Ardèche), une trentaine de participants, plus une dizaine de clients habituels du Bar Le Panorama, ont suivi ensemble l’émission. Le débat général s’est poursuivi en petits groupes au gré des différentes tables du restaurant. A Ytrac dans le Cantal, autour du maire et candidat aux législatives et de Manuel Bompard, secrétaire national du Parti de Gauche, ils étaient 40. C’est beaucoup au regard du nombre 11d’habitants dans la petite ville. Le débat a porté sur le nucléaire, la rigueur, les salaires. Plus de 40 participants au lieu-dit « le Morlay » en Saône-et-Loire avec Christophe Ventura : des militants politiques (PG et PCF dont la secrétaire fédérale Nathalie Vermorel et le responsable de la section mâconnaise Noël Vouillon) mais aussi associatifs, notamment ATTAC, et syndicaux. A noter plusieurs militants des Verts, dont un membre du bureau départemental d’Europe Ecologie, déboussolés, pour ne pas dire plus, par l’accord entre leur parti et le PS. Les interrogations : comment mettre en place le smic à 1 700 euros, quelles propositions pour les TPE, PME et les artisans ? Au Mans ils étaient 70 personnes… Un mélange entre des inconnus non encartés et des militants PG et PCF plus habitués à se retrouver. La planification écologique, l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, les salaires et la consommation sont au centre des discussions, et les luttes avec la présence de Laurence Sauvage du Front des Luttes. Les animateurs du Front de Gauche avait choisi à Rennes d’organiser leur buffet-citoyen dans le quartier populaire de Maurepas. Sur 35 personnes réunies avec Catherine Jouanneau (SN PG) et François Rubion, on compte une vingtaine de têtes nouvelles non "encartées" ! Une réussite incontestable. Les échanges ont tourné autour des constats et analyses de la situation sociale et de ses causes, des propositions du programme du Front de Gauche. Pour finir, plusieurs ont dit qu’il voulait continuer à rendre présent le Front de Gauche dans ce quartier. A Reims se sont également attablés trente personnes dont des militants socialistes en rupture de ban. On y a beaucoup discuté des rapports avec le Parti Socialiste et son orientation. A Toulon, la cinquantaine de personnes présentes constitue « une réussite pour un dimanche » note Luc Léandri, conseiller régional Front de Gauche. « L’intervention de Jean-Luc Mélenchon a été suivie d'un débat de plus d'une heure et quart avec plus d'une vingtaine de personnes qui ont pris la parole. Un débat de qualité qui a abordé les principales questions : la redistribution des richesses, la planification écologique associée à la question énergétique et la 05relocalisation de l'activité, le rôle des médias, l'immigration comme chance pour le pays, la relance de l'activité par la consommation tout en refusant le consumérisme du système… Chacun a souhaité  renouveler ce type de manifestation en y associant plus de nos concitoyens ».

« A Auvers sur Oise, la commune où mourut Van Gogh, il y avait également une trentaine de personnes, militants PC, PG, GU et non-encartés du Front de Gauche autour de Jean-Michel Ruiz 1er fédéral du PCF, Alexis Zakarevitchv de Gauche Unitaire, Patrice Lavaud co-secrétaire du Parti de Gauche. En Ile-de-France, les écoutes publiques ont souvent été organisées volontairement à l’échelle des quartiers donc réduites en nombre de participants quitte à en faire plusieurs par ville. Exemple à Montreuil (93) où à côté d’une écoute en appartement organisée par des enseignants du Front de Gauche à destination de leurs collègues, une quinzaine de personnes étaient au Huit Bar pour un « apéro-discussion » qui a permis de retrouver des personnes pas vues depuis longtemps et désireuses de se réinvestir à l'occasion de la campagne. »

« A Paris, dans le 14ème arrondissement, ils étaient une quarantaine de personne dans une écoute publique animée par Leila Chaibi. Dans la salle, en plus des militants PG et PCF, on trouve des citoyens non-encartés. La discussion a beaucoup tourné sur les accords entre Europe Ecologie-Les Verts et le PS, l'impossibilité de faire un accord de gouvernement avec ceux qui appliqueront la rigueur de gauche, etc. Sur le nucléaire, la proposition de référendum a rencontré un large consensus. Dans le 20ème arrondissement, on comptait une trentaine de convives au café Lou Pascalou au cœur du quartier très populaire des Amandiers. Compte-tenu de la préparation très rapide, c’est jugé positif. D’autant que six seulement étaient des militants politiques ! Danielle Simonnet, conseillère de Paris, du Front de Gauche, anime un débat foisonnant : les mouvements des indignés en Espagne et à Wall street, l'enjeu d'une06 gauche radicale qui porte la révolution citoyenne pour sortir du non choix entre rigueur et sens à la rigueur, les médias, le référendum sur le nucléaire, la bataille pour l'inscription sur les listes électorales. »

Des nouvelles de la vie de ce blog. Nous approchons du million de visiteurs uniques différents qui sont venus une fois au moins sur ce blog depuis janvier dernier. Au total nous avons reçu ici plus de trois millions de visites. Le compteur signale entre dix et seize mille visiteurs quotidiens selon les jours. La nouveauté est que ces visiteurs se répandent sur toutes les entrées du blog et pas seulement ou uniquement vers la note du jour. La diffusion du « Petit Courrier » du blog poursuit sa progression. Nous en sommes au soixante-deuxième numéro, déjà. Je croyais que nous avions quarante mille inscrits ! Erreur. Il n’y en avait que trente mille quand j’ai lancé mon appel. Nous venons d’atteindre les quarante deux mille destinataires. Pour arriver à cent mille fin décembre comme je l’espérais, la marche est vraiment très haute. Le webmestre pense que c’est possible. On va voir comment vous rendez ça possible ou non. N’empêche que ce « Petit courrier » se métamorphose petit à petit ! L’objet prend progressivement de l’autonomie par rapport au blog lui-même en contenant des informations spécifiques tel que l’argumentaire de la semaine. Avec l’insertion de documents prêts à reproduire et donc « mis en page », il prendra même un petit air d’outil d’agitation-propagande. En fait ce sera le plus souvent des mises en page d’entretiens de presse. Ceux-ci sont en effet souvent un gros travail pour le ou la  journaliste qui l’a réalisé, et pour moi aussi qui l’ai préparé et dont j’ai toujours validé la forme. On peut facilement faire un tirage papier de ces documents et les donner ici ou là. On peut aussi faire un mini tirage papier, entre cinq et dix ou vingt exemplaires, et les distribuer dans tout ou partie de la rangée de boites aux lettres de sa cage d’escalier. Ce système de la diffusion « diffuse », par micro zone, est un exercice extrêmement performant. Je l’ai moi-même testé il y a plusieurs années. Je suis donc très demandeur d’un coup de main pour élargir la diffusion de ce « Petit Courrier » d’où partira la fourniture de matériel à reproduire soi-même. Les listes de diffusion, les carnets d’adresses sont donc sollicités. Encore une sollicitation. Il s’agit des photos qui illustrent ce blog. Comme vous le savez nous avons ouvert un compte de réception pour les clichés que veulent bien nous proposer nos amis lecteurs dont nombre sont des amateurs très avancés. La diversité des thèmes qu’abordent leurs photos est un enchantement. Mais à présent je me décide à orienter mes demandes pour tenir compte de mes thèmes de campagne. Je souhaite donc recevoir des images d’ouvriers et ouvrières, de machines, de gens au travail, de gestes de travail. Et bien sûr tout ce qui montre « le peuple » en marche, en action. Mon objectif est de rendre « visible » les invisibles. Et d’esthétiser leur image. On comprend donc qu’il ne s’agit pas seulement de montrer le travail mais de faire sentir qu’il est une œuvre. Donc pas de misérabilisme ici, ni de compassionnel. Juste la beauté de la dignité. Au moins sur ce blog. 


269 commentaires à “Bien faire et laisser braire”

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 »

  1. 101
    Carole dit:

    Que ça fait du bien de lire ce blog et les commentaires ! Très bel hommage à Danielle Mitterrand que je trouvais formidable. Une grande humaniste.
    Pour info aux nordistes, il y a ce vendredi soir 25/11 et samedi à partir de 16h30 des ateliers front de gauche à la Maison de l'Education Permanente de Lille. Les ateliers du samedi sont suivis d'un repas à réserver. voir http://59.lepartidegauche.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=628:formation-militante&catid=400:actualite&Itemid=196
    Je ne sais plus qui à fait un commentaire pour que Jean-Luc Mélenchon parle aussi des non travailleurs. Je me suis déjà fait plusieurs fois la réflexion, oui ne pas oublier de parler des enfants, des jeunes, des chômeurs, des retraités etc car en effet je n'entends pas la richesse du programme du front de gauche avec l'eau publique et bien d'autres sujets. Autre réflexion pour les guignols de l'info, depuis quelques mois, je ne les regarde pratiquement plus car je les trouve beaucoup moins critiques contre tous les politiques et de plus, les invités avant ou après sont bien souvent de droite je trouve...... je n'ai vraiment pas l'impression que la pluralité soit respectée et en effet JM Aphatie et Ariane Massenet me deviennent insupportables à poser des questions fermées et sous entendant que la gauche c'est le PS ou que le journal de gauche c'est Libération... et Politis ? et l'Humanité ? et Fakir etc etc. A ce propos, voyez dans yahoo actualités, les revues de presse proposées. Même l'Humanité n'y est pas, journal existant depuis un siècle!

  2. 102
    Louis st O dit:

    Que dire de votre billet qui n'a déjà été dit et sûrement mieux dit que je ne ferait.
    Une seule chose, quand je me connecte, la première chose que je fais, c'est de regarder si vous avez un nouveau billet pour vous lire. Merci encore.
    Dans l’entretien de Danielle Mitterrand avec Hernando Calvo Ospina celle-ci rapporta ces deux phrases
    « Alors je lui demandais à François : Pourquoi maintenant que tu en as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais offert ? Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir. »
    Toujours en parlant de son mari. Au sujet de Cuba.
    « Il me disait que la France toute seule ne pouvait pas, et qu’en Europe personne ne la suivrait. Que les États-Unis détenaient tout le pouvoir économique, politique et de la propagande »
    Donc je comprends pourquoi, F. De Closets, à qui Jean-Luc disait ce qu’il voulait faire en France, lui dit qu’il allait faire de la France un Cuba, comme tout ceux qui s’opposent à leur économie « libre et non faussé ». Tous des trouillards.
    Moralité, beaucoup pourraient faire comme Jean-Luc mais ils n’en ont pas le courage.
    Nous c'est « Même pas peur ».

  3. 103
    AG91 dit:

    A ceux qui découvrent le "groupe de Franckort", en allant plus loin dans vos investigations, vous comprendrez que ce groupe n'est qu'un relais à vocation très politique et hégémonie financière et qui ne défend pas les Peuples de L'Europe ni du Monde, mais qui est de type "atlantiste " et protège les intérêtes des lobbies financiers internationaux via l'Amérique et Goldman Sachs ; ils ont beau être aux abois(d'où les coups d'état sur les gouvernements grec, espagnol, italien), ils ne lacheront rien de leur volonté de puissance financière dirigée par la super classe mondiale que représente ce groupe de Franckfort. Face à cela l'Humain d'abord devra déployer des nombreuses forces et énergies intelligentes. l'Union faisant notre force, il faudra rassembler encore et toujours, du coté des Verts, du coté des décus du PS, etc...

  4. 104
    hêtre_cyprès dit:

    "Je vous dirais volontiers que pour elle c’était « l’Humain d’abord ». Mais si son combat nous englobait en effet, il nous dépassait (...)"

    Mr Mélenchon l'exemple de Danielle Mitterrand est à suivre dans le dépassement. Je suis loin d'être sûr que les clivages et petites phrases soient le mieux du dépassement des crispations identitaires des uns et des autres.
    L'humain souffre d'un formatage qui souvent empêche de penser autrement.
    Notre société formatage n'accepte que les bonnes réponses allant dans son sens ; il est plus que temps d'en trouver d'autres.
    C'est donc un véritable défi d'humanité que ce programme Front de Gauche à l'étendard "l'humain d'abord"
    Dire que l'intérêt général fut décidé par une minorité pensante est un paradoxe que les urnes je l'espère dépasseront jusqu'à en amplifier la pertinence.

  5. 105
    redline69 dit:

    Je prolonge l'analyse du billet par la parti concernant cette phrase:
    « Le Front de Gauche et le PG, jamais. Mais ma porte est toujours ouverte au PC »

    Je remercie d'abord Mme Marie-Noëlle Lienemann pour la main tendu vers le FdG, et je souris derrière à la réponse qu'elle à reçu de la maitresse de maison Mme Aubry.
    Tout d'abord, je suis surpris de la visite "avec arrière pensée" de mme Aubry lors de la Fête de l'Huma. en effet pourquoi avoir voulu le rencontrer si elle n'avait d'autres desseins que d'utiliser les voix de ses amis pour sa primaire.
    une fois la primaire passée, les stapontins discutés avec mr Hollande, là voilà revenir au naturel et nous ignorer !
    d'ailleurs, il en est presque de même avec mme Royale, mr Montebourg tout deux promis à un beau fauteuil doré !
    derrière tout çà la politique n'a peu d'importance pour ses gens là !
    dans un calcul politicien des années 70 ! mme Aubry souhaite mettre un coin entre le PG, et le PCF ! quel farce!
    la réalité nous la voyons grandir chaque jour ! le rassemblement sur la plateforme FdG emporte sur la division organisée par le PS pour garder son partage des manettes avec leur ami Sarkozy (même politique économique)
    entre une élection avec soutien annoncer au PS avec un premier tour à 1.93% et un premier tour du FdG indépendant à 7 à 8%, il n'y a pas photo.
    la grande nouveauté du FdG est que notre indépendance nous ouvre réellement un électorat anti système, un électorat sincères et droit.
    nous aurons pas à rougir de notre score ! car il sera celui de l'humain devant la politique d'appareil.
    le PCF, le FdG, le NPA peuvent devenir rapidement un rassemblement à 25% si il savent tenir bon sur la politique de gauche (la vrai), s'ils savent s'unir.une chose est sûr ! comme le vote NON, ensemble nous balayerons tout ! et le PS doit pas oublier qu'il était du camp des perdant lors du vote "NON"
    encore merci mme Marie-Noëlle Lienemann...

  6. 106
    S.P dit:

    Jean-Luc, ton souhait (personnel) de vouloir sortir du nucléaire peut se comprendre. Par contre, il faudra pour cela réfléchir à un autre scénario que celui proposé par negawatt, qui même s'il se veut d'apparence sérieuse sur la forme, ne l'est pas du tout dans le fond
    D'autres scénario existent s'appuyant également massivement sur des économies d'energie, mais en maintenant la part du nucléaire dans notre production d'electricité, electricité qui serait appelée à devenir le principal vecteur d'energie (y compris dans des domaine où elle ne l'est pas actuellement comme les transports ou la chaleur). C'est le cas su scénario negatep, qui de façon bien plus crédible nous ferait sortir des énergies carbonnées. Scénario dont la mise en place serait par ailleurs grandement facilité dans le cadre de la planification écologique que tu proposes très justement.

  7. 107
    Christina dit:

    Je viens d'écouter la conférence de presse des dirigeants de la France, de l'Allemagne et de l'Italie. Ma première impression est que la chancelière allemande porte clairement le pantalon dans la famille européenne. Notre Président semblait mal à l'aise, déçu et irrité de devoir faire allégeance. L'orthodoxie allemande nous dirige vers une cure d'austérité générale et quasi-constitutionnelle. La chancelière a dégagé tout recours à une intervention musclée de la BCE. Prochaine étape, le 09 décembre. D'ici là, la dégringolade se poursuit et la récession s'installe durablement. Notre seul salut : les urnes ! Mais dans quel état allons-nous trouver le pays d'ici mai 2012...

  8. 108
    NANOU 50 dit:

    Et bien voilà! Angela Merkel a dit NEIN sur le statut de la BCE,mais elle est d'accord avec Sarkozy pour modifier les traités européens. Eh! nous le peuple,on a peut-être notre mot à dire aux changements des traités. N'acceptons pas qu'on bafoue la démocratie. Ce sont les citoyens qui décident de leur avenir. Résistons les amis !

  9. 109
    Hold-up dit:

    60 - Douaglin - Oui, tout à fait d'accord. La Gauche, c'est le Front de Gauche désormais. Comme dit Pierre Laurent, aux autres partis de se déterminer s'ils en font encore partie ou pas. Personnellement, je serais tout aussi d'accord au vu des propos de M.Hollande, de son staff et de Terra Nova (boîte à idées néolibérales du PS) de requalifier idéologiquement ce parti. Chaque fois qu'on nomme cette équipe ou ce parti en voie de scission future, on devrait le qualifier de " Libéral-démocrate ". Il est évident que plus de la moitié des militants sont encore à Gauche mais que la plupart des dirigeants du PS sont déjà au centre droit et proches du Modem, sinon déjà dans les bras de M. Bayrou. " Libéraux-démocrates" : Le PS n'a plus rien de " socialiste ". Nous nous en étions aperçu depuis longtemps mais particulièrement depuis les Papandréou et Zapatéro. Une faillite totale, une démission en rase campagne, un naufrage.

  10. 110
    vaillant dit:

    @Red@rt(96)
    "je n'arrive définitivement pas à comprendre ce qui permet aux électeurs socialistes de penser que Hollande est un bon candidat de gauche"

    Mais tout simplement la puissance médiatique aux heures de grande écoute. Vous ne devez pas souvent écouter les médias dominants, je me trompe ?
    Cette même puissance avait choisi Ségolène en 2007 pour affronter Sarko, il y avait même eu un feuilleton télé montrant un femme présidente de la France.
    Pour ceux qui ont vu "la conquête", présenté à Cannes (on ne peut faire mieux comme pub) le film sous prétexte de révélations est plutôt sympa pour Sarko. De plus à la sortie des enquêteurs demandaient l'avis des gens, un sondage pour qui ?

  11. 111
    Jip dit:

    A force de restrictions budgétaires grippant la machine nationale et l'activité de tous, nous finirons par atteindre les objectifs du projet Negawatt : ne plus rien consommer. Certes dans la souffrance, voire dans la mort ; mais après tout, au moins, la mort c'est écologique : on ne consomme plus rien, l'environnement est préservé. Super ! Merci qui ?

    Après ça, il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour oser prétendre que le PS et l'UMP ne se préoccupent pas d'écologie ! Tss tss tss...

  12. 112
    Berdagué dit:

    Cronos
    Tu es très prolixe question pets,je viens de signer ta nouvelle pet que je trouve très soulageante pour tout le Peuple et tout le monde du travail qui payeront moins d'impots indirects TVA et autres taxes et moins d'impots directs,ce n'est que Justice. L'ex petit ministre de l'intérieur et maintenant le dernier locataire éphémère de l'Elysée pourra avec tous ces sbires ficher à loisirs les signataires jusqu'au jour ou le prolétariat et le Peuple Français lui demanderont des comptes.L'addition va être salée.Calme toi question pet celle là j'avoue est particuliérement juste et très Révolutionnaire.
    Avant cette pet très utile question finance,je suis allé sur le pont des Arts avec la Résistance debout,hommage à une grande dame résistante et de Gauche Danielle,notre candidat Jean-Luc en forme très bien entouré,c'était à 13 heures.
    Avant à 11heures rue de Varennes Paris 75007, grande manifestation avec les lutteurs de FRALIB Unilever CGT en masse et la classe ouvrière très visible près de Fillon qui les ignore avec mépris sur ordre du locataire de monarchie quinquennale ;Prises de Paroles de Camarades de l'entreprise,de la fédé CGT,de Pierre Laurent très offensif de lutte de classe ainsi que le Député André Chassaigne ;Etaient présents du PG, Pascale,Martine de nombreux élus et militants ainsi que la présence de Christian Picquet et des Camarades Gauche Unitaire.
    Etaient présents 4 npa à qui je demande à chaque fois de rejoindre le Front de Gauche.
    Pour les Camarades FdG qui sont en régions nous sommes conscients que vous êtes aussi présents dans les luttes et aussi avec toutes les personnes derrière clavier qui soutiennent le FdG;

  13. 113
    blondel dit:

    Bonjour tous le monde, je pense que la micro diffusion est une excellente idée. Moi je bosse en usine et je pet demander l'appuie des collègues CGTiste. Je pense faire quelques photos pour vous les envoyé. C'est la première fois depuis bien longtemps que je trouve un parti et un candidat qui me motive autant. Continuez

  14. 114
    turmel jm dit:

    C'est notre regretté Jean Ferrat qui disait à Drucker :" Tout est politique, tu manges un saucisson,c'est du politique"
    L'émission "les guignols de l'info" n'échappe pas à la règle. La caricature de révolutionnaire de comptoir de Mélenchon est vraiment insultante, mais pas simplement envers sa personne ce qui somme toute serait un moindre mal, non,sutout en direction de la classe ouvrière! Là, le symbole politique est fort,c'est celui du prolo qui aprés" le turbin va au pichet"
    Comme cela ne suffisai pas, il y avait deux idiots, Besancenot et Laguiller (et oui,se sont des salariés comment pourrait il en être autrement), qui accompagné l'agréssif devenant gentil et amoureux avec 15 grammes dans le "cornet."
    Je ne savais pas que cette vision des travailleurs était reprise dans les journeaux de droite et d'extrême droite d'avant guerre, mais si notre candidat commun ne peut pas prendre le risque de protester sans que les médiacrates crient " : atteinte au droit d'expréssion", moi je me sens insulté en tant que salarié qui va parfois au bar, et qui goute au délice du culte de Bacchus, sans pour autant donner l'image du "bennet"ou de l'ivrogne.
    A partir de ce soir, je pense que je ferai autre chose que de regarder cette émission qui à dénigré ma condition sociale par un parti pris de classe.

    .

  15. 115
    bernard hugo dit:

    C’est peut-être le moment de prendre tout le monde à contre-pied, (le couple PS-EELV ; la droite Sarkozyste et le F-Haine) en lançant'(relançant ?) une vaste campagne d’explication et de prise de position sur l’illégitimité de la dette publique. Cette campagne a été initiée en Grèce et elle doit concerner tous les peuples d’ Europe et au delà. Elle est au centre du mouvement des indignés. Cet angle d’attaque va au cœur du problème : la dictature financière mondiale et la remise en question des politiques néolibérales. Elle peut fédérer l’immense majorité de la population à une échelle beaucoup plus vaste que la dimension nationale, sur une revendication centrale : l’audit de la dette et les raisons précises de son caractère illégitime qui permettraient de déterminer si elle doit être remboursée (et dans quelle proportion) ou annulée. J’y vois plusieurs avantages annexes : initiative politique d’auto-explication citoyenne, qui concerne toute la population, favorisant la compréhension des enjeux ; réintègration dans le mouvement de nombreuses composantes extérieures aux purs enjeux électoraux (Indignés, NPA, libertaires…) ; désamorçage des débats secondaires ou ultérieurs comme le nucléaire, qui font rentrer des considérations complexes, notamment techniques, dans un débat qui doit avoir lieu, lorsque les orientations politiques fondamentales auront été éclaircies et réglées, et enfin développement et enrichissement du programme « l’humain d’abord », notamment autour du partage des richesses…A discuter

  16. 116
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Il n'y avait évidemment rien de bon à attendre de la recontre Merkel/Sarkozy/Monti. Ils peuvent toujours touiller dans tous les sens les vieilles recettes, tourner autour du pot, échanger les mille et une façon de purger les peuples, tout cela ne débouchera sur rien. On ne peut co-gérer un système avec une infime minorité de profiteurs, sur la base du capitalisme sauvage, et sauvegarder les intérêts des pays et des peuples.
    Il y a un choix à faire. Ou on sert l'intérêt général, ou on sert les privilèges d'une petite mais très puissante caste internationale qui pilote l'économie mondiale. Ils me font penser à des mouches qui veulent absolument faire croire qu'ils veulent sortir de la pièce où ils sont enfermés, mais refusent absolument qu'on ouvre la fenêtre. Alors ils se cognent interminablement sur les vitres. Et on retombe toujours que ce que J. Généreux appelle " l'accumulation imbécile des plans de rigueur".
    Les remèdes existent : mettre à la poubelle les purges archaïques, arrêter d'emprunter la monnaie qu'on émet à des banquiers privés et spéculateurs et instaurer une solidarité financière européenne.
    Bien sûr personne ne veut emprunter ce chemin (c'est bien le cas de le dire). Quant à l'Allemagne, on commence, certes timidement, à réaliser ce que Jean-luc crie sur les toits depuis belle lurette, à savoir que le système qui échoue partout à assurer le bonheur des peuples, a échoué là aussi. Pour la bonne raison que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, et qu'un système fait pour 1% ne peut rien apporter de bon pour les autres. Et puis il y a ce rapport névrotique de certains allemands à l'inflation. On connait tous l'histoire des dégats de l'inflation en Allemangne après 29, maisi il serait temps, plus de 80 ans après, qu'ils comprennent que depuis toutes sortes d'outils ont été mis en place pour juguler ce genre de crise, notamment grace à un certain Keynes qui a tiré toutes les leçons de cette période.

  17. 117
    gerard du 70 dit:

    Bonjour toutes les têtes rebelles
    La campagne présidentielle fait son chemin Les arrangements de strapontins des éléphants roses et verts sont en première ligne. Ils se font plaisir pour leur intérêt personnel mais par contre les problèmes du peuple sont ignorés totalement. En avril 2012 n'oubliez pas de voter pour nous disent-ils. On s'occupe de la suite. Voila le projet accord PS Verts. Nous ne voulons plus de cette méthode. Le Front de Gauche avec son candidat Jean-Luc Mélenchon doit se démarquer de cette façon faire les élections qui décident de notre avenir.
    Les socialistes sont des collabos qui divisent les Français.

  18. 118
    teres dit:

    Tout est bien dit :...plus il y a de critiques... plus la vérité dérange vos prédateurs......
    Que de discussions depuis que vous êtes candidat d'une réelle gauche ! Au moins ça de gagné pour la démocratie que l'on voudrait faire avorter.
    Le lavage des cerveaux par la désinformation perpétuelle fait dire des énormités. Mais quand on discute vraiment avec les gens, on finit par être d'accord sur bien des réalisations non utopiques.
    La France aux Français, que de fois je l'entends, je dis : Ok ! L'industrie, le commerce etc. ne sont plus français ! Les riches étrangers achètent tout en France. Les actionnaires ramassent, les braves travailleurs français ou étrangers, comme tous les travailleurs, font vivre la France et ceux qui y vivent.
    Les pauvres n'existent que par ce qu'ils sont mal-payés ou pas payés !
    Et chacun de se poser la question : que font les banques avec notre argent ? etc. et on discute fort.
    Place au Peuple enfin !
    Merci à tous.

  19. 119
    renault dit:

    Je ne crois pas à la victoire de la gauche en mai 2012. Les ouvriers, chômeurs et précaires risquent de ne pas être au rendez-vous du tout.
    Les différends intra et inter-partis politiques sont usuels mais en cette période économique insupportable - alors que l'on devrait vivre dans le confort, le plein emploi par l'exercice d'une éco-citoyenneté avancée - pour ma part, je considère que cela n'a aucun intérêt.
    Ce qui m'intéresse c'est de savoir comment l'on en est arrivé là. Car ce qui est particulièrement scandaleux c’est la manipulation financière qui a été fabriquée en 1973 qui a empiré la situation économique et financière de notre pays plus encore depuis le traité de Maastricht et l’entrée en vigueur de l’article 123 du traité de Lisbonne.
    L'on nous serine avec le "tournant de 1983" alors même qu'aucun économiste, ni élu de la République absolument à aucun moment n’a dit aux Français que la courbe de la dette allait devenir exponentielle à la fin des années 2000 à partir d'une décennie antérieure à 83 !?
    Alors, aujourd’hui s’indigner, râler, se mettre en colère... oui mais quand on est suffisamment informé-e-s pour connaître les tenants et les aboutissants du processus depuis 38 ans NON !
    Je veux le procès avec citation à comparaître de Giscard puisque son prédécesseur est décédé !

  20. 120
    Jean Louis CHARPAL dit:

    @123 renault :
    " Je ne crois pas à la victoire de la gauche en mai 2012"

    Dites nous qu'en 2005 vous n'avez pas cru à la victoire du "non" au référendum, ça rassurerait tout le monde !

  21. 121
    redline69 dit:

    Finalement Mr Attali confirme ce que nous explique depuis des années Jean-Luc Mélenchon ! Comme quoi notre candidat est plus qu'a la hauteur.
    Du même coup vous verrez que derrière cette crise se cache le projet de nous imposer le Fédéralisme contre notre choix de départ !
    Les Allemands viennent de lancer une OPA sur la nation française !

  22. 122
    Manuel T dit:

    Bonjour à toute et à tous
    J’interviens pour la première fois sur ce blog même si je lis, avec beaucoup d’intérêt depuis quelques mois, les billets de Jean-Luc Mélenchon. Je me définis comme un déçu du socialisme à la sauce PS et je rompt ainsi avec une fidélité vieille de 20 ans, quoique jamais « encarté », ma personnalité supportant mal une discipline partisane fluctuante. Comme le signale un commentaire au détour de ce blog j’ai décidé depuis quelques temps « d’entrer en résistance ».
    Mon vote est donc acquis à Jean-Luc Mélenchon car j’ai été convaincu par son programme et plus encore par sa conviction. Je suis fatigué des tergiversations du PS et la victoire d’Hollande aux primaires a dissipé mes derniers doutes. Il n’incarne pas mes idées, idées qui entrent en résonnance avec celles de Jean-Luc Mélenchon et du FdG. Je tiens à saluer également la qualité des commentaires qui émaillent les interventions de Jean-Luc Mélenchon sur ce blog et qui me confortent dans ma décision de m’engager. Le combat que vous menez toutes et tous est le seul qui tienne vraiment compte « des petites gens », les laissés pour compte du pouvoir en place et les futurs oubliés du PS si Hollande est élu, les promesses n’engageant que ceux qui les reçoivent. Les tractations politiciennes et l’abandon de l’idéologie au prétexte d’influer sur la politique nationale (afin de changer les choses de l’intérieur) n’apparaissent que comme l’écho d’une excuse fumeuse pour les ambitieux de tout bord. J’en ai assez des gesticulations et des effets de manche (pourtant juriste je suis !). J’ai trouvé le discours de Jean-Luc Mélenchon sur le traitement des dettes souveraines des Etats de l’UE lumineux, pour moi qui me « pastille » de la Finance Publique au petit déjeuner, c’était du petit lait et je remercie le candidat du FdG pour sa clarté et sa pédagogie, qu’il ne change rien surtout !

  23. 123
    jprissoan dit:

    § 123 : renault dit:
    Je ne crois pas à la victoire de la gauche en mai 2012. Les ouvriers, chômeurs et précaires risquent de ne pas être au rendez-vous du tout.

    On ne peut pas généraliser "les ouvriers" de cette façon. A Montataire, lors d'une rencontre avec des ouvriers en lutte, l'un d'entre eux à dit que Jean-Luc Mélenchon était de mieux en mieux perçu chez les ouvriers. Évidemment, c'était des ouvriers syndiqués et qualifiés. Mais ce sont ces derniers qui ont -pas seuls, mais surtout- manifesté contre la manipulation des retraites. 5 millions de salariés ont manifesté lors de cette série de manifestations. Ce sont autant d'électeurs potentiels.

  24. 124
    komorowski dit:

    Eh oui, tout arrive.
    Le ministre des finances très libéral de la Pologne bien pensante vient lui aussi de s'apercevoir que se que disait Jean-Luc Mélenchon sur la dette était juste. Avec l'emphase polonaise il affirme que la BCE doit racheter les dettes des pays si nous ne voulons pas conduire l'Europe à la catastrophe. Je ne pense pas que ce monsieur soit socialiste mais il a du bon sens et il sait que sans cette politique le système capitaliste européen va vers une économie de cimetière. Tu vois, les libéraux polonais comprennent plus vite que les experts de Noël du PS. Triste tout cela !

    NB : Jean-Luc Mélenchon la Martine Aubry ne te pardonne pas de ne pas l'avoir aidé dans sa primaire bien au contraire, avec le candidat du système, ce que je comprends bien, dans tous les sens ! Pour te rabibocher avec elle il faudra que tu rompes avec tes principes monastique d'eau et de pain et que tu participes avec elle à une fiesta digne du Nord c'est à dire bien arrosée. Comme toi la cause oblige à bien des sacrifices !

  25. 125
    Berdagué dit:

    Oui Attali "Tout est encore possible" avec le Front de Gauche,le Programme Populaire Partagé,la Sixième République de Révolution Citoyenne.
    C'est dit,très clair et trés performant pour maîtriser les Finances Publques avec le Pôle Public bancaire et financier.
    Merci Redline pour doc.

  26. 126
    ActuAlex dit:

    La colère monte.
    Le PS demande de clore l'épisode EELV-PS (tu m'étonnes, ça fait tâche pour le capitaine de pédalo).
    Voici ce qu'aurait dit (bon, ça vient de Reuters quand-même) Moscovici, directeur de campagne, ""L'important, c'est de préparer l'alternative à Nicolas Sarkozy dans ce pays, tout le monde doit le comprendre"... " tout le monde doit le comprendre". Si je l'avais face à moi, j'aurais beaucoup de mal à rester zen, et pourtant je suis un non-violent de nature.
    Jean-Luc Mélenchon, nous savons que vous ne pouvez pas faire du rentre-dedans comme certains de nous le voudraient, mais là, ce manque de respect m'insupporte. Bien sur, il s'adresse aux indécis tout ça tout ça, mais clairement il nous envoie un message. Il faut casser cette ingérence dans notre combat, je ne supporte pas ces paroles de Mauvais. Le "rassemblement" et "battre Sarkozy", ils misent tout là-dessus, ils appliqueront une politique libérale, mais merd. à la fin, c'est quand-même pas possible que le FdG ne passe pas. Je suis énervé, en colère, et comme le disait quelqu'un ici (Cronos je crois), la colère peut être saine. Ils me dégoûtent, qu'ils dégagent tous.

  27. 127
    Cronos dit:

    @ TOUS Ceci est un libelle adressé à Nicolas Sarkozy.

    Voilà ce que le Président de la République française devrait déclarer aujourd'hui.

    Moi Président du peuple français et son mandant déclare qu'étant donnée la situation catastrophique dans laquelle se trouve la France, et des graves risques de récession qui la menaçent, il s'impose donc :

    Que les possédants des fortunes françaises doivent voir et comprendre qu'il est de leur devoir de sauver la patrie, qu'en cas de refus ils se comporteraient en éléments subversifs traîtres à leur nation.

    Qu'étant donné leur capacité à prendre en charge eux seuls les dettes de la France, pays sur lequel ils se sont enrichis.

    Que compte tenu des dizaines de milliers de milliards d'euros en leur possession.

    Nous exigeons, le peuple et moi-même, que le gouvernement de la République mette en demeure ces gens fortunés de :

    1°/ payer immédiatement, sous réserve de séquestre de leurs avoirs financiers, mobiliers et immobiliers, toutes les dettes de la France,

    2°/ de provisionner les besoins sociaux et de fonctionnement de la France pour une période de 5 ans,

    3°/ de provisionner à hauteur de 2000 milliards la ré-industrialisation raisonnée de notre pays.

    Cet effort financier, ou plus exactement ce remboursement d'un trop perçu, laissera aux fortunés, qui ont spolié les français pendant des dizaines d'années, suffisamment d'argent pour assurer pendant de nombreuses générations leur descendance.

    Si vous êtes d'accord avec cet APPEL merci de signer la pétition qui parviendra à NS pour son Noël.

    Ayez un peu de courage, cela prend tout au plus 1 minute pour faire rire, énerver ou peur au monarque selon le nombre de signataires, certes c'est du second degré, bien évidemment que cela ne portera pas les fruits escomptés, mais plus nous serons nombreux, plus l"estocade portera.

  28. 128
    breteau jean claude dit:

    A Christina(109) en mai 2012 les richesses creees existeront toujours ,la France sera encore la 5è puissance mondiale. Il s agit uniquement de repartir l argent autrement.Nous savons faire.Pas de panique nous ne sommes pas liberaux

  29. 129
    Gnou Libre dit:

    Voici un fichier PDF qui résume bien la générosité de l'état au profit des riches au détriments des classes de la population notamment la classe laborieuse: http://www.solidaires.org/IMG/pdf/solidaires_52_A3double_couleur.pdf

  30. 130
    papa dit:

    A Carole(103)
    Vous avez bien perçue que les revues de presse ne cite jamais l'Humanité !
    Aussi bien que sur LCI, BFM, etc...
    Ce matin la nouvelle formule de l'Huma, plus aérée ne sera jamais citée.
    Cela fait partie de l'arsenal idéologique de cette pourriture réactionnaire. Décervelons le peuple le plus possible. Telle est la devise. A nous de la dénoncer !

  31. 131
    Ruoma dit:

    Je viens de regarder l'intervention de Jean-Luc Mélenchon invité au 12/13 de FR3 du dimanche 20.
    Ça dure 30 minutes, c'est remarquable et ça mérite d'être vu et entendu.
    Une foule de réponses pertinentes à la litanie des problèmes qui se posent et qu'aborde le présentateur.
    À diffuser et à faire connaître.

    PS : Éva Joly devrait être avec le Front de Gauche !

  32. 132
    Sonia Bastille dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon @ Tous

    La zone euro et l'euro semblent à l'agonie...Si l'Allemagne et la France veulent sauver coûte que coûte, l'euro et bien elles le feront au détriment de l'économie productive et de leur état providence respectifs. On préfère conserver, sauver, l'euro avec une dernière option - les eurobonds - qui au vu de la situation catastrophique de la plupart des pays de la zone euro ne semble plus être la porte de sortie.

    La situation sur les marchés des obligations montre que différents pays comme la France (3,76%) ou la Belgique (5,77%) qui dérape mais aussi l'Allemagne (2,13%) ont de plus en plus de mal à lever des obligations. Les taux et les spreads à 10 ans sont partout en hausse et deviennent inquiétant pour l'Italie dont les taux s'envolent à 7,42 %.
    La Belgique (5,77 %)se retrouve dans la situation de l'Espagne (6,81 %) avec en plus une forte dette globale de l'ensemble de ses agents économiques qui n'est plus maitrisée !

    Dans ce climat de pessimisme et de détérioration à la fois des dettes des Etats, des finances publiques, des économies de la zone euro et de la très mauvaise tenue du marché obligataire, les "Eurobonds" envisagés seraient pas nécessairement la panacée voire mettrait des pays comme la France, l'Allemagne, l'Autriche, les Pays-Bas ou la Finlande dans la difficulté et renchériraient la charge de la dette avec un taux d'intérêt supérieur à 4 % !

    Est-il judicieux de s'enferrer encore et toujours plus dans une Union Européenne et une monnaie unique l'euro alors que les économies productives sont à l'agonie ?
    N'est-il pas temps de mettre en perspectives le retour aux monnaies nationales, la souveraineté monétaie nationale tant en matière de monnaie que de crédit et d'installer à côté des monnaies nationales une monnaie de réserve ?

    http://www.gecodia.fr/Le-10-ans-francais-repasse-au-dessus-de-37--la-Belgique-et-l-Italie-derivent-un-peu-plus_a2582.html

  33. 133
    DESIR dit:

    Bravo pour votre action, vos commentaires et courage, on vous soutient!

  34. 134
    Nuno dit:

    On est a la croisée des chemins. Soit on affronte la finance comme dans le scénario de "Nous on peut" de J. Généreux (audit de la dette, répudiation des dettes des spéculateurs, contrôle de la BdF, relance de l'économie) comme on déjà dû le faire la Russie, l'Equateur, l'Argentine, l'Islande ou on se couche et on en prendra pour des années et des années de rigueur à la sauce grec ou rigueur juste hollandaise !

  35. 135
    Brashen dit:

    Dans un débat quand on en vient au insultes c'est que adversaire est supérieur en arguments et que la peur commence. Donc quand les média passe du ricanement aux insultes c'est qu'il commence à craindre une possible défaite de leur camp. Ce qui veut dire que ça commence franchement à sentir bon pour les idées nouvelles.
    J'aimerais bien pouvoir participer aux futures "écoutes collectives" aussi si quelqu'un pouvait me donner un lien sur un agenda de ces manifestations.

    Et comme le chantait mon oncle (ancien déporté communiste)
    " Fischia il vento, urla la bufera Scarpe rotte eppur bisogna andar A conquistare la rossa primavera Dove brilla il sol dell'avveni "
    Ce qui en français pourrait se traduire par
    "le vent souffle, le tonnerre gronde chaussures trouées il faut pourtant y aller conquérir notre printemps là ou le soleil brille "

  36. 136
    J.doute dit:

    Sale temps pour la gauche ! Alors que la crise systémique du capitalisme financier mondialisé bat son plein et étend ses ravages dans toute la société au point que des millions de gens ici et ailleurs s'interrogent, s'inquiètent du lendemain et sont à la recherche d'une alternative, que propose la gauche ?
    Primo, elle ne peut rien actuellement proposer de crédible car elle est divisée et en désaccord profond sur ce qu'il convient de faire pour trouver une issue à cette crise ;
    Secundo, il faut bien avoir conscience que la peur de l'inconnu est mauvaise conseillère et pèse sur la volonté de rompre avec l'état actuel des choses ;
    Tertio, malgré ses efforts, le FdG ne parvient pas à tirer de cette torpeur résignée ceux qui auraient le plus intérêt au changement.

    Le vieil Hugo disait que "l'avenir appartient à ceux qui luttent" et Maïakowski que "l'avenir ne viendra pas tout seul "... C'est vrai, mais je constate que ceux qui luttent sont une minorité et que pour beaucoup (trop) l'avenir n'a pas besoin d'eux !

  37. 137
    oligarbophage dit:

    Hum, bonjour camarades,
    tout d'abord je tiens à féliciter Jean-Luc pour sa bonne tenue dans ses interventions, toujours posées, les médias ne retiennent que les petites phrases... J'aimerais savoir si des discutions seraient organisé avec Eva, et le NPA, ce serai pour le FdG de bons alliés. D'autre part j’apprends que notre cher président avec Mme Merkel, discutent à propos du traité de Lisbonne en ce moment, avez vous plus d'infos?
    En revanche je reste sceptique sur la relance par la consommation, je prendrais le mauvais exemple de la prime à la casse, cela a certes permis à la filière automobile de se maintenir pendant quelques temps, mais a quoi bon détruire des véhicules qui roulent?enfin quand tout le monde ou presque a une voiture, c'est normal que la demande baisse. Ne faisons pas l'apologie de l'obsolescence! A Cuba il roulent avec des voiture des année 50 et ils n'ont points de problème. Recentrons nous sur les réels besoins humains : manger, dormir, apprendre, se divertir, travailler, s’intégrer. Le triptyque "Liberté, Égalité, Fraternité" me semble complètement absent en ses jours sombres, redonnons lui un avenir!
    Bon courage a vous !

  38. 138
    stephan dit:

    Bonjour, merci pour cet article à fleur de peau et de discours courageux et lucide.

    Concernant Jaurès, je suis en train de lire une biographie / essai écrit par Jean Pierre Roux qui m'enthousiasme.
    J'aimerai savoir si quelqu'un pouvait me conseiller un livre des discours/articles/billets/écrits de Jean Jaurès.
    Merci d'avance pour vos conseils...

  39. 139
    jefmergen dit:

    Nous allons avoir un formidable soutien : le prochain plan gouvernemental d'austérité. Enfin nos concitoyens se réveilleront !
    Je vous engage à lire cet article bien construit.
    et... qu'ils s'en aillent tous !

  40. 140
    Jean Jolly dit:

    Jean-Luc écrit :

    Ce qui m’amuse, par contre, ce sont les boucles d’informations bidons. Comme celle sur les « recadrages » que m’auraient fait subir mes « alliés du PCF ». Lesquels ne sont pas mes alliés puisque je suis leur candidat ce qui ne produit pas le même genre de rapport. Evidemment ce sont les communistes les premiers embarrassés.

    Il ne faut pas chanter "l'alléluia" trop vite, nous avons vu que du côté des verts ça tournait au rosé selon les éternelles magouilles électorales. Comment ne pas appréhender les négociations pré ou post premier tour des élections présidentielles du FdG ?

  41. 141
    Cathar dit:

    à Stephan 139
    "Jaurès - L'intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans La Dépêche" aux éditions Privat, 950 pages.
    Du lourd et dans le contenu et dans le volume !

  42. 142
    Hold-up dit:

    Cette vidéo ne vient pas du Front de Gauche, mais elle participe à l'éveil populaire. Elle décortique la banque Goldman Sachs en particulier et le Frankenstein de la finance internationale en général. Comme le dit un journaliste du New Yorker dans cet excellent documentaire, aujourd'hui, les banques ne sont plus des banques, ce sont des " machines spéculatives ". A l'heure où ces machines spéculatives ont le pouvoir de renverser des gouvernements et de placer leur marionnettes maison à la tête des États, je demande de la compréhension au Webmaster pour permettre à toutes et à tous de bien comprendre ce qui nous arrive. Merci - " Goldman Sachs : Les nouveaux maîtres du monde " : http://www.les-crises.fr/video-goldman-sachs/

  43. 143
    lenfant aussant dit:

    Merci Monsieur de nous donner un nouvel espoir de construire une Société plus juste sur des basses durables "qui est l'humain", et non pas uniquement sur des profits financiers. Je constate que le PS ne nous représente pas, nous le peuple, mais les lobbies financiers. Je trouve cela est très décevant pour un parti de gauche...

  44. 144
    le Prolo du Biolo dit:

    Alors que tout s'écroule en Europe et que la "dette" partout explose (paraît que l'Allemagne serait attaquée...), peut-être serait-il bon de re-médiatiser la solution Islandaise ? Histoire d'enfoncer le clou sur "une autre solution est possible". On ne pourra pas nous opposer le TINA ni un prétendu trop-plein d'exotisme Sud-Américain, cette solution alternative fonctionne déjà, on l'a rencontrée, et elle est toute proche.

    @ - Sonia Bastille
    C'est le niveau européen qu'il faut viser, pas le syndrome du village gaulois. C'est là que se trouve la masse critique minimale nécessaire pour réussir. Et il faut non pas détruire l'Euro et la BCE, mais nous en emparer pour en changer les objectifs, même si dans un premier temps cela paraît plus difficile.

    A mon avis...

  45. 145
    A-J Holbecq dit:

    A l'heure où le modèle est l'Allemagne, je voudrais signaler une étude de Natixis qui mets à mal le mythe " Démystifions l’Allemagne"

  46. 146
    Jo93 dit:

    @Cronos - 128
    Concernant ta dernière pétition...Je comprends le 2ème degré, mais elle me semble un peu "grosses ficelles" (excuse-moi). Autant j'ai signé et fait signer la dernière, autant celle-là ne me tente pas. Peut-être ai-je perdu mon sens de l'humour, mais faire une pétition "juste pour rire", c'est amoindrir le sens qu'on peut donner à une pétition qui aurait du poids. J'aurais tendance à dire "trop de pétoches tuent la pétoche". je ne dis pas que ce que tu dis est faux (comprends-moi bien), mais là, pour le coup, j'en vois pas bien l'intérêt. (Ne te fâche pas, hein ?)

    Sinon, l'idée d'emprunter directement à la BCE fait son chemin. Sarko et Monti envisagent même de réformer les traités Européens (on croit rêver). L'Allemagne n'est plus l'exemple à suivre.
    "C'est fou comme le monde bouge !" (dixit une pub). Et on va dire, après, que Mélenchon c'est "yakafokon" ?

  47. 147
    HYBRIS dit:

    Martine Aubry a (…) dit : « Le Front de Gauche et le PG, jamais. Mais ma porte est toujours ouverte au PC ».
    Il y a un avantage pour le FG à la défaite de Martine Aubry au profit de F.Hollande dans la primaire socialiste: au moins les positions sont claires. Une porte s’est fermée aux franges du FG, celle des compromissions qui, cachées derrière le petit doigt de H. Emmanuelli ou de B. Hamon auraient pu se prévaloir de «l’image sociale » largement surfaite de « Martine ».Ceux qui choisissent cette voie, le font et le feront, en pleine lumière libérale.
    En fait, il était rapidement apparu que la coalition réputée de gauche qui avait porté Aubry à la tête de l’appareil socialiste fin 2008, s’était en continuation réengagée sur la voie libérale. Les élections européennes de 2009 notamment, et plus récemment la parenthèse Strauss-Kahn, les reculades sur l’âge de la retraite, la solidarité avec Papandréou, nous avaient largement éclairés sur la suite du programme.
    Désormais avec Hollande, Moscovici, Sapin et Valls, l’ambiguïté n’est plus tenable et Aubry se lâche. Pas de FG pour elle. Que le P.C. Sans blague ? La pêcheuse en eau trouble n’apprécie donc pas les métaphores maritimes ? Quant aux communistes, dans le rôle de caution de gauche d’une coalition libérale, ils ont dans un passé pas trop lointain, assez « payé pour voir ». Et je doute que la plupart des dirigeants actuels du P.C.aient envie de recommencer l’expérience.

    Deux mots encore. Eva Joly m’est plutôt sympathique et je ne mets pas en cause sa sincérité. Pour autant il est possible que par son attitude frondeuse, le comportement cynique des responsables de EELV soit récompensé deux fois. Par des sièges de députés souvent acquis d’avance et par un afflux de voix à la présidentielle en faveur d’une candidate « courageuse et rebelle ».

  48. 148
    Roquet François dit:

    Je dis cela de manière quelque peu embarrassé Je viens de voir l'émission de LCP avec M.Billard (PG), Coronado (porte-parole d'EELV), H.Kempf et un journaliste du monde, ayant comme sujet principal E. Joly, et les quelques remous qu'elle provoque dans la vague menant notre cher capitaine de pédalo vers la jetée présidentielle. Pourvu que l'on vienne troubler cette onde et l'emmener avec nous... la vague, pas Hollande . En une période importante, à mon avis, ou il serait de bon ton de faire entendre à des camarades écolos et à leurs électeurs l'ensemble de nos proximités politiques et l'arnaque de l'alliance avec le PS, M. Billard, je suis désolé, était complètement inaudible, non seulement sur le sujet du débat, la planification écologique mais aussi sur l'ensemble des propositions du FdG. Coronado, qui pourtant n'est pas un débatteur de première catégorie, s'est beaucoup plus fait entendre qu'elle, utilisant à loisir un argumentaire que je qualifierait de politicien (malgré un niveau bof, bof) pour noyer le poisson dans la nasse, et a réussi, sans difficulté, à évacuer tout débat de fond avec l'aide, bien entendu complice du journaliste de service. M.Billard, que j'apprécie par ailleurs n'a pas existé, m'a paru ne pas se rendre compte que, les médias (avec toutes les critiques légitimes que l'on peut en faire), sont un moyen vital pour introduire notre parole dans le débat public, et il faut s'y imposer. Raté ! Raté! Suis-je le seul à avoir ressenti cela de cette manière ? Nous avons besoin d'intervenant forts, et une parole que l'on entend pas ne sert à rien dans une campagne présidentielle comme celle-là. J'espère me tromper dans mon appréciation car cela me paraissait etre une opportunité importante. Je sais que nous n'avons pas 36 Jean-Luc Mélenchon, mais bon, nous avons les arguments. Nous nous devons de ne pas nous rater. Je crois que cela est vital pour beaucoup de monde.

  49. 149
    BIBI dit:

    Continue Jean Luc ne lâche rien et surtout ne change pas de stratégie, c'est à nous sur le terrain de convaincre. C'est dur mais çà avance. Deux exemples. Un copain qui vote depuis toujours à droite vient de m'acheter le programme et m'a dit qu'il allait voter Mélenchon (bien entendu c'est au bout de nombreuses heures de discussion). Un autre qui ne vote plus depuis 20 ans va certainement retourner aux urnes et votera Mélenchon ! Sa femme qui ne t'aimait pas (sans savoir pourquoi) m'a avoué que maintenant elle te regarde à la télé et qu'elle va peut-être voter pour toi ! C'est un travail de fourmi mais les voix il faut les gagner une à une, et celles là, elles viennent de loin et ne sont pas encore prises en compte dans les sondages.... il reste 5 mois...

  50. 150
    Daniel76 dit:

    @manuelT
    Bienvenu à vous. N'hésitez pas à en parler à vos anciens camarades et leur conseiller de venir goûter à la qualité de nos débats, à nos idées, afin qu'ils puissent vraiment voter utile en 2012.

    @renault
    Si vous voulez savoir comment on en est arrivé là, rendez-vous dans votre librairie préférée et achetez "Nous on peut" de Jacques Généreux. Vous aurez des explications très précises et très enrichissantes

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive