10nov 11

Berlusconi, Hollande, assemblée citoyenne et écoutes collectives

Pendant la tempête, la campagne

Ce billet a été lu 34 597 fois.

J’ai été tenu de nouveau à distance du clavier par maints rendez-vous de tous côtés. J’y reviens pour marquer le coup du nouveau plan d’austérité, début de la danse de saint Guy des gouvernements affolés. Puis, je parle assez longuement de la campagne qui me dévore pour donner mon coup d’œil et mes conseils.

© Image Eric Delion

Le plan d’austérité de François Fillon est une erreur en tous points. Erreur économique. L’activité va se ralentir. Donc les rentrées fiscales vont décroître et le déficit augmenter. Tout le monde va souffrir, pour rien. Comme les grecs. Quelle est la cause de deuxième plan de restriction ? C’est le premier plan d’austérité de cet été. A cause de lui et de ses petits frères dans tous les autres pays d’Europe, l’activité a décru. Etc… Deuxième erreur : le budget est à peine voté que le président de la République annule l’hypothèse économique sur laquelle il était construit. Et le premier ministre annonce un plan qui remet en cause toute la construction budgétaire précédente. La démocratie parlementaire n’en finit plus d’être piétinée. Les allemands ont obtenu un débat parlementaire et un vote sur le plan issu du sommet européen. Les français rien. Ni avant ni pendant ni après. Ni ensuite. Troisième erreur, politique. La danse de saint Guy des gouvernements qui prennent des mesures pour « rassurer les marchés » alerte les grands squales de la finance attirés par la bête malade qui se débat. Le tour des grandes puissances économiques de l’Union Européenne est venu après la série des essais sur les économies de second rang comme celle de l’Irlande, la Grèce et le Portugal.  La France, après l’Espagne et l’Italie est désormais dans la ligne de mire. Le plan Fillon en est l’aveu ! Donc la spirale est amorcée. La catastrophe est en vue.

Consternante chute de deux premiers ministres en Grèce et en Italie. On ne les regrette pas. Mais leur chute se fait d’une façon qui est glaçante ! Les « marchés » sont ouvertement plus forts que toute structure et institution politique. Dans le cas de Berlusconi, l’éditorial du journal « Le Monde » leur en donne acte comme d’un exploit dont « la gauche n’a pas été capable ». Etrange satisfecit. Mais la leçon se lit vite : à quoi bon une opposition si les marchés suffisent ? A quoi bon la démocratie ? Vous verrez bientôt comment les tenants de la « seule politique possible » ne se contenteront plus d’accompagner les coups de force de la finance, ni même de les justifier. Ils les appelleront ! La dérive autoritaire de l’Europe, son habituel mépris pour les votes populaires va devenir une culture politique banalisée pour la cohorte des satisfaits de droite et de la gauche social centriste. La nomination du nouveau premier ministre grec fait gagner un pari à l’un de mes proches camarades. En effet il annonçait que le tour d’un ministre « technicien », « économiste reconnu » arriverait désormais très vite en Grèce. Comment le savait-il ? Simple. Cet épisode a déjà eu lieu dans tous les pays occupés par le FMI. C’est un classique. Comme vous le voyez rien de ce qui se passe ne comporte de surprise. La suite n’en comportera pas davantage. Seul le rythme des événements est imprévisible. Pas leur contenu. Amusons-nous de constater que si la Banque Centrale Européenne ne prête pas directement aux Etats de l’Union, elle leur prête gratuitement ses membres pour être gouverné. Les socialistes grecs gouvernent avec la droite et l’extrême-droite. Où sont les protestations des Hollande et compagnie ? L’ami de Zapatero n’a pas de raison de protester. Il est d’accord. Son silence indique qu’il ferait sans doute de même le cas échéant. Ses amis du Parti Socialiste Européen ne lui laisseraient pas davantage de choix qu’ils ne l’ont fait avec Papandréou à qui ils ont fait remballer son référendum et quitter le pouvoir.

Je reviens encore un instant à la Grèce. Pour montrer une des absurdités auxquelles conduisent les montages et usines à gaz inventés pour protéger avant toute chose le cœur du système financier. Depuis des mois, le gouvernement privatise à tour de bras et à vil prix. Le dernier sommet de la zone euro a demandé au gouvernement grec de trouver encore 15 milliards d'euros et de mener fermement le plan de privatisations. Pour mémoire, en juin dernier, le gouvernement grec s'était engagé à vendre ses participations dans la Banque postale fin 2011 et dans la Banque agricole en 2012. Changement de consigne. Si tout doit être privatisé, ce ne sera pas le cas des banques. A l’inverse, le gouvernement grec est mis dans l’obligation de nationaliser les banques qui ne le sont pas ! Papandréou l'avait annoncé au lendemain du sommet : "Il est très probable qu'une partie importante des actions des banques passera sous le contrôle de l'Etat". Car les banques grecques sont les plus « exposées » à la dette grecque. C'est normal. Elles détiennent 44 milliards d'euros d'obligations de l’Etat. Avec la décote de 50% sur la dette du pays, l'autorité bancaire européenne estime qu'elles auront besoin de 30 milliards d'euros pour se recapitaliser. Donc le gouvernement va les nationaliser pour éponger lui-même la somme manquante. Mais il n’a pas cette somme, bien sûr. Il l’empruntera. Vous avez bien compris, le gouvernement grec privatise pour payer sa dette aux banques. Mais pour sauver ses banques il les nationalise. Donc en annulant une partie de sa dette, le gouvernement grec va augmenter sa dette ! L’absurde stupidité de ce système ne s’arrête pas là. La logique du libéralisme est implacable : privatiser les profits et socialiser les pertes. Georges Papandréou ne s'en est pas caché : "Après une restructuration, nous les remettrons sur le marché, comme d'autres pays l'ont fait. C'est une procédure normale et il n'y a aucune raison d'en avoir peur." Encore une fois, l'Etat va payer pour les erreurs du privé puis rendre au privé pour qu'il puisse recommencer à se gaver. Jusqu'à la prochaine crise. C’est très bientôt.
 
La campagne présidentielle du Front de Gauche va son chemin. Au galop. Mes journées ne désemplissent pas. Les équipes au travail « central » sont attelées soir et matin. J’y trouve la dose habituelle de réconfort militant et de problèmes. Côté réconfort le dévouement sans bornes de tous, chacun à son poste. Au siège de campagne l’ambiance est cependant glaciale. Le chauffage est en panne ! Que faire ? Des camarades travaillent avec une couverture sur le dos, tout le monde est en gros pull et écharpe. Le système électrique saute à intervalle régulier. Impossible de brancher les radiateurs. Ça passera. On serre les dents. J’ai attrapé un coup de froid. Je ne suis pas le seul. Les tours de garde nocturnes sont assurés. Les activités ont lieu. Les rendez-vous se tiennent. François Delapierre pilote ce qui peut l’être comme directeur de campagne et tâche d’aider le foisonnement des efforts à rester cohérent. De tous côtés me viennent des récits de moments de fraternité, des fou-rires et des prises de tête. La campagne est une aventure humaine. La vie des femmes et des hommes qui militent campe sur un rivage agité. De là on peut voir monter les eaux de la passion des français pour la politique.

Un aspect nouveau dans la campagne vient, pour moi, du terrain des luttes. Comme on le sait, dans le  comité de campagne, Marie-George Buffet anime le secteur du Front des Luttes. La structure est très active. J’en reçois des rapports quasi quotidiens par Laurence Sauvage qui s’y dépense sans compter. Les déplacements n’ont pas manqué pour moi : Fralib, Fonderies du Poitou, Arcelor-Mittal, et ainsi de suite. Le secteur a bien d’autres interventions et je ne participe qu’à une petite partie d’entre elles, cela va de soi. Ce qui est nouveau dans cette situation, c’est que ce sont les structures syndicales de base, parfois en configuration intersyndicale, qui font les invitations à venir sur place. J’ai noté que très souvent l’invitation est également adressée aux autres candidats. Je comprends que l’intention est d’attirer l’attention sur la lutte et ses enjeux. Les médias jouent le jeu souvent, puisqu’ils suivent les campagnes et les déplacements des candidats. Mais je crois qu’il faut voir davantage. Les organisations syndicales de base ne mélangent pas la politique et l’action syndicale. L’action reste pilotée par les syndicats, sur leurs propres bases et mots d’ordre. Elles ne les confondent pas non plus. Il ne sort de ces sortes de rencontres de soutien aux luttes aucune allégeance politique à l’un plutôt qu’à l’autre. Pourquoi alors ce changement de relation s’observe-t-il ? Les organisations syndicales de base vivent au rythme des esprits qui les entourent. Dans la tête du plus grand nombre, l’élection qui arrive est une occasion de dénouer les problèmes auxquels tous se heurtent. C’est légitime. Une délocalisation vient toujours d’un effet du système dans son ensemble et pas d’une conjoncture locale. Il est normal alors d’interpeler ceux qui prétendent diriger le pays. Cela permet de comprendre quelle déflagration guette notre pays si cette élection tourne à la comédie sans contenu ni perspectives de solutions concrètes.
 
Dans ces sortes d’action, nous trouvons aussi notre compte politique. Non pas, comme peuvent le croire des esprits trop simplistes, parce que nous ferions de « la pêche aux voix », ou bien parce que nous voudrions nous « attribuer le mérite de la lutte ». D’autant que le Front de Gauche, depuis son origine, n’a cessé de dire qu’il ne se mêlait jamais de donner des conseils et encore moins des directives à propos d’action de luttes sociales. C’est son originalité dans la mouvance de l’autre gauche. Cela nous fut parfois reproché, si je me souviens bien des discussions dans la lutte pour défendre les retraites où nous ne voulions pas nous prononcer sur le mot d’ordre de grève générale. Dans une lutte, le Front de Gauche cherche toujours où est l’intérêt général car c’est en son nom que le Front de Gauche veut s’exprimer. Il énonce alors les solutions politiques générales qui correspondent au problème particulier posé par la lutte et les revendications.  En ce sens, le cas particulier vient illustrer politiquement une cause commune qui va plus loin que le combat du moment et de ceux-là même qui le portent. Le Front de Gauche reste dans son registre, lui aussi. Il ne mélange pas les genres non plus. De tout cela peut ressortir du bon pour chacun.

Ainsi quand je suis allé au siège de Randstat, l’agence d’intérim à Saint-Denis. C’est le syndicat CGT de l’entreprise qui m’avait invité à venir pour soutenir la lutte qui commençait. Il insistait pour que je passe dès le premier jour, comptant que l’intérêt médiatique aiderait à conforter le démarrage du combat somme toute assez risqué. Le thème de l’intérim et du précariat est central dans notre programme « L’Humain d’abord », tous ceux qui écoutent mes discours le savent. Participer à ma manière à la lutte permettait de souligner l’actualité de ce que proclament mes discours. Sur place on nous raconta comment un jeune intérimaire de dix-neuf ans, mis trop vite sur une machine qu’il ne maîtrisait pas, se fit happer le bras. On nous décrivit le sort d’un camionneur journalier de 73 ans, ou celui d’un ingénieur payé à la mission comme un tâcheron. Chacun montrait à son tour comment d’innombrables violations du droit du travail se pratiquent seulement du fait de la logique du toujours plus vite avec toujours moins de monde. Je le précise parce que mon intention à cet instant n’est pas de flétrir une entreprise en particulier mais de dénoncer le fonctionnement d’un système. En tous cas cet exposé devant deux personnes en grève de la faim fait plus d’effet qu’une dizaine de discours pour le groupe de médias qui avaient choisi de m’accompagner. Et aux yeux de tous, le précariat commence à prendre un visage politique précis. Il s’agit de deux millions de personnes clouées dans cette condition sociale qui concerne aussi bien le haut des qualifications professionnelles que le bas. Ce déplacement fut particulièrement intense sur le plan humain. Parmi ceux qui luttaient je reconnus des visages que j’avais croisés ailleurs dans les manifestations et avec qui j’avais bavardé. Je retrouvais aussi un camarade qui se présenta à moi comme membre du Parti de Gauche. Une grande chaleur humaine s’exprimait dans les gestes et les remerciements qui m’étaient faits pour être venu si vite. On m’annonça qu’Olivier Besancenot aussi viendrait sur place. Je sortais du hall de l’entreprise quand on vint me dire que la table ronde demandée au ministère était accordée. L’émotion était à son comble. La campagne peut entrer utilement en résonance non seulement avec les thèmes des luttes sociales mais avec leur tactique elle-même.

Je ne laisserai pas mon récit dans une version univoque euphorique. S’il y a beaucoup de succès d’estime et de beaux moments en grands nombres, nous traînons aussi nos problèmes. Des problèmes ? L’insuffisante circulation de l’information. Elle est pour l’heure déléguée à chaque parti pour ses adhérents et réseaux. Je crois qu’il faudrait mettre sur pied un système d’envoi automatique direct de la lettre de liaison que met au point Marie-Pierre Vieu. Ce n’est pas seulement que je ne voudrais pas me voir reprocher une rétention de l’information qui n’est vraiment pas de mon fait. C’est surtout que je ne voudrais pas être privé de tous ceux qui veulent aider concrètement. Car comme dans toute campagne, celle-ci comporte la dose habituelle de donneurs de conseils qui ne font rien et d’actifs qui n’aiment pas se faire mousser. L’autre difficulté est de faire vivre une action vraiment collective. Car entre les déclarations sur le sujet et la réalité, il y a un monde. Je pense que la difficulté, une fois de plus, est très technique. Il s’interpose entre mon action et mon besoin terrible d’aide et de partage des tâches un formalisme qui tient aux mécanismes parfois lourds des structures de parti, à la difficulté naturelle d’information en leur sein et, parfois, aux diversités et aux enjeux de pouvoir qui s’y expriment. Je n’ai pas l’intention de m’en mêler ni d’y participer. D’ailleurs je n’ai pas le temps. Je suis dans l’action en permanence. Pour finir, cela me renforce dans l’idée que seul fonctionne très bien ce qui est fait à partir d’initiatives autonomes. C’est-à-dire ce qui vient de l’invention du terrain et des groupes de personnes qui s’assemblent pour agir d’après leur propre plan de travail. Je répète donc la consigne : « n’attendez pas les consignes ! ». Mon modèle de campagne reste celui de 2005. Chacun agit d’après ce qu’il sait utile.
 
Au demeurant je ne voudrais pas laisser penser que je me plains de l’action des partis du Front de Gauche, car j’en connais la contribution décisive à la mobilisation qui s’engage. Par exemple j’ai découvert avec intérêt le tract de quatre pages édité au niveau national par le Parti Communiste pour populariser le programme « L’Humain d’abord ». Certes, si on m’avait demandé mon avis j’aurais sûrement choisi une photo de moi moins… mouvementée. Mais après tout, le poing fermé et le programme à la main, pourquoi pas ? L’extrait de mon discours qui a été fait est intéressant et la version du résumé du programme est efficace. Certes je préfère la version de ce document qui a été établie collectivement. Mais comment ne pas mesurer le chemin parcouru dans l’intégration du Front de Gauche quand un tract de cette sorte est édité avec un éditorial de Pierre Laurent mais sous le seul timbre du Front de Gauche sans aucune référence partidaire. Ce signe, les contenus des discours, tout montre une intégration idéologique et pratique  croissante, d’autant plus forte qu’elle est choisie. Chacun emprunte aux autres et en fait son miel. Sur le terrain il en va de même. Mercredi soir, à Poitiers, avant la séance des assises internationales du journalisme à laquelle je participais, on fit entre militants une pause photo pour les législatives avec les candidats. Un moment amusé et joyeux où nul ne se souciait d’étiquettes. Cette scène se produit partout où je passe dans une ambiance d’amitié et de complicité qui sont un formidable moteur d’enthousiasme humain !

Cependant je ne crois pas du tout utile que les partis effacent leur identité. Du moins tant qu’il s’agit d’agir et de convaincre autour de soi. La personnalisation dans l’élection présidentielle est très forte. Dans la législative aussi, il faut bien le noter. La présence et l’expression des partis rééquilibre l’expression. Mais surtout elle donne à voir un processus collectif et civique. En le voyant, on comprend qu’il s’agit d’une campagne politique, qui met en mouvement une diversité de motivations et d’approches des problèmes. Ce que je dis là s’applique évidemment avec la même force aux collectifs, groupements et réseaux et personnalités qui sont déjà présents dans notre campagne. Bref, leur pluralité est un atout et non une difficulté ou un  problème. Si chacun explique, de son propre point de vue, ce qu’il fait là, nous sommes tous plus forts. Mais comment empêcher alors, du seul fait de leur force militante, que les organisations politiques n’écrasent la diversité des participations ou ne donne l’impression de vouloir s’approprier le Front de Gauche. Cette question tous les militants se la posent car tous veulent bien faire, je le sais. Tous veulent  élargir l’action tout en restant eux-mêmes, comme je le leur demande instamment. Elle concerne en premier lieux les plus importants partis en nombre de militants et présence de terrain, dans notre coalition, que sont le Parti Communiste et le Parti de Gauche.  Je ne sais pas répondre à leur place et ce n’est pas mon rôle de le faire. Mais ils doivent traiter ce problème. Et de plus ils doivent répondre au problème que posent ceux qui veulent militer et être associés à la campagne sans être membre d’aucune de nos formations parce que tel est leur choix. Ceux-là ne doivent pas être mis en tutelle non plus dans l’action et le débat. Mon conseil, je l’ai donné au secrétariat du Parti de Gauche qui m’avait associé à sa séance d’organisation de la campagne. Les assemblées citoyennes sont l’outil. Comment les constituer ? Il y a mille formules différentes. Ne figez rien. Multipliez les modèles. Surtout, tenez à distance le formalisme de nos anciennes pratiques. Le but est que des gens qui ne l’ont jamais fait s’impliquent, parlent, et surtout agissent.

Une formule très active et simple pour démarrer est l’écoute collective d’émissions politiques. Il faut avancer avec prudence et méthode. Prudence car ce ne sont pas des petits meetings. Une écoute collective peut aussi bien se faire à son propre domicile que dans une salle communale ou dans un bar qui l’accepte. Ce qui compte c’est de faire circuler la parole et de pousser à réagir. Dans cette campagne il faut que les émissions essentielles auxquelles je participerai, mais d’autres aussi, soit appropriées et leur contenu mis en débat. C’est le moyen de contourner la logique superficielle du rapport à la télé qui fascine, domine, puis s’efface de l’espace mental. Nos écoutes collectives font de nous des télé-participants, ce qui est tout autre chose que de la télé consommation. Nous avons fait un premier exercice de ce type avec mon passage à TF1 le 20 octobre. Nous recommençons l’opération écoute collective à l’occasion de mon prochain passage à France 3. J’ai donc confié l’impulsion de cette opération pour le 20 novembre prochain à Eric Coquerel. Eric vous le savez est en quelque sorte mon couteau suisse dans cette campagne. De son plein gré cela va de soi. C’est une sorte de conseiller spécial comme on dit, qui passe d’une mission à l’autre tout en gardant les attributions qu’il exerce au Parti de Gauche que préside Martine Billard et au comité de coordination de campagne qu’anime Christian Picquet. Il me permet de ne pas bousculer sans cesse le plan de travail de François Delapierre le directeur de campagne qui doit lui, organiser la lourde machine du quotidien avec sept formations politiques et la planification de l’action à plusieurs semaines. L’opération d’écoute collective permet une politisation diffuse et percolante en quelque sorte. Un bar où l’on suit une émission de politique aussi naturellement qu’à d’autres soirées on suit un match de foot, change l’ambiance et la perception de la politique dans la population environnante. Pour ceux qui y participent, à la maison, au bistrot, ou en salle, le débat, la parole rompt la glace, enhardit. Je vous signale deux liens qui permettent d’accéder à des vidéos qui racontent deux de ces soirées, en salle. J’aimerais qu’on dispose d’autres vidéos, donnant d’autres exemples. Beaucoup de mes lecteurs sont capables de faire de tels films. Je compte sur vous.

Cette vidéo a été consultée 1 870 fois
Cette vidéo a été consultée 3 938 fois

Peu de gens peuvent s’imaginer ce qu’est la cadence de travail dans de telles circonstances. La mienne, on la devine. Mais celle des camarades qui m’entourent ? C’est terrible. Aucun d’entre nous n’a jamais fait cet exercice. Les journées sont à rallonge pour ceux qui sont là en permanence. Et tout autant pour ceux qui viennent entre leurs heures de travail professionnel. De nouveaux venus sont arrivés qui viennent prendre le relais. Mon ami Christian Marre par exemple. Il fait le chef de cabinet. Bénévole, bien sûr. Il est même venu s’installer provisoirement aux Lilas. Six mois de sa retraite consacrés à la campagne ! Précis, efficace, fraternel. Et combien d’autres, femmes et hommes ! Porté par eux je me sens inépuisable. Les équipes qui sont au travail m’alimentent sans trêve de notes. Mais aussi d’actions que nous menons tambour battant, avec ou sans moi. Et partout où je passe je constate une formidable motivation humaine. La cadence ne faiblit pas. L’inventivité non plus. Lundi l’événement ce sera le lancement de la nouvelle version du site « Place au Peuple ». Un bond en avant. Je n’en dis rien vous irez voir. Nous avons tenu compte des centaines de messages reçus pour critiquer la précédente version. En fait nous savions tous que cette version était provisoire. Par la force des choses. Mais il était intéressant de savoir ce que les utilisateurs militants attendaient.

L’autre événement ce sera le lancement de la web-série ! Pour moi c’est un pari. Pour ceux qui la réalisent c’est un énorme défi. Une web-série en cours de campagne et qui la raconte, cela ne s’est jamais vu, jamais fait nulle part. Même pas « aux-Etats-Unis-dans-la-campagne-d’Obama », cette comparaison tarte à la crème de tous les ébahis de la com. Ceux-là veulent faire modernes et sont incapables de faire mieux que d’imiter ce qui a déjà été fait sans rien inventer de nouveau. Cette invention, voilà le défi, une fois de plus. Après les crieurs du métro, le théâtre de rue, les commandos culturels, en attendant les murales politiques, voici la web-série ! Et pour moi, le pari, c’est que je ne contrôle pas le récit. Ce n’est pas moi qui écrit le scénario, ni qui le relis. Ni le directeur de la campagne. Certes, le grand chef d’orchestre de la web-série, Arnaud Champremier-Trigano dirige la mise en œuvre de la communication de ma campagne. Et c’est un esprit politique engagé. Pour autant ce n’est pas un adhérent d’un de nos partis. Il fait partie de la génération « Front de Gauche ». C’est leur mentalité particulière, diverse par nature que je découvre avec eux et leur façon de faire. La web-série ne fonctionnera sûrement pas autrement, j’en suis certain. Il y aura trente cinq épisodes. Une bonne dizaine de réalisateurs bénévoles différents s’y impliquent. En fait, lundi, je découvre le premier épisode, comme tout le monde. J’ai confiance, bien sûr. Mais je me demande aussi ce que je vais découvrir.

De Gaza, vendredi dernier. Paul Murphy, membre du Socialiste Party d’Irlande, député GUE/NGL se dirigeait vers Gaza à bord d’une flottille irlando-canadienne venue apporter de l’aide humanitaire, des livres et des médicaments notamment, aux assiégés de Gaza. Comme on le devine l’armée israélienne s’y est opposée. On connaît la disproportion des forces. Elle a harcelé la flottille plus de trois heures. Jusqu’à faire entrer en collision les deux navires, le Saoirse et le Tahrir, au risque de les faire couler. La cargaison est bien évidemment endommagée. L’armée israélienne se félicite pour sa part d’un abordage sans blessés, réalisé avec toutes les précautions nécessaires. En toute hypothèse et quoi qu’il en soit, en droit, il s’agit d’un acte de piraterie puisque tout cela a eu lieu dans les eaux internationales. De plus Paul Murphy signale que l’un des passagers canadiens aura des difficultés à marcher à la suite des décharges de taser qu’il a reçu et après avoir été battu comme il l’a été. Les militants et le personnel navigant, dont aucun n’était armé, ont été menottés et privés de leurs effets personnels avant d’être emmenés de force en Israël. D’abord au port israélien d'Ashdod, puis à la prison de Givon. Sur place, il leur a été interdit de passer les appels téléphoniques auxquels pourtant tout détenu à droit. Pourquoi ? Ce n’est que dimanche que notre camarade Paul Murphy a pu donner quelques nouvelles lors d’un entretien téléphonique d’à peine trois minutes. Voici ce que Paul a rapporté : "A la prison de Givon les autorités ont tenté de nous désorienter par des privations de sommeil, le retrait de nos montres et les horloges de la prison indiquant de fausses heures. On ne nous a donné aucun délai sur la durée où nous allons être gardés avant le procès d'expulsion. On nous a nié le droit, prévu par le droit israélien, de contacter nos familles dans les 24h suivant notre arrestation". Pour l’heure, Paul et les autres militants sont toujours en prison. Pourquoi ? Parce qu’ils refusent de signer l’ordre de transfert vers leur pays d’origine. En effet celui-ci stipule qu’ils sont entrés illégalement sur le territoire israélien. De fait ils n’y sont pas entrés illégalement mais sous la contrainte de l’armée israélienne et n’ont jamais eu l’intention de se rendre en Israël puisqu’ils faisaient voiles vers Gaza. Tous ceux à qui j’en parle haussent les épaules. Entre amertume, révolte et indignation.


366 commentaires à “Pendant la tempête, la campagne”

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 [8]

  1. 351
    hft5555 dit:

    Bonjour,
    il est temps d'afficher une posture présidentielle, pour rassurer les français, il est temps d'être entendu pour grimper dans les sondages, vous avez la voix et le charisme, montrez votre sagesse et vous serez entendu, vous devez gagner, je dois gagner, je dois gagner, je dois gagner........

  2. 352
    Paul Pie dit:

    Jean-Luc, il y a danger à droite extrême. Se faire un succès (relatif probablement) électoral en bouffant le flotteur gauche du pedalo de Hollande, cela fera une belle jambe aux électeurs de gauche quand on se retrouvera au 2ème tour avec Le Pen et le gamin, qui enfin pourra passer en sur-multipliée dans la réalisation de ses désirs infantiles fous. Nous sommes nombreux à qui attendre un débarquement du gamin depuis 5 ans. On n'en peut plus. J'étais tenté de voter JLMélenchon, mais là, je réfléchis sincèrement à une autre solution.
    Les coups de gueule oui, mais il y a assez de boulot avec la droite et Le Pen.
    Stop, Jean-Luc! Ton projet est crédible même s'il choque. C'est par lui qu'il faut mobiliser.

  3. 353
    NM38 dit:

    Brillant sur BFM. Merci.

  4. 354
    JR84 dit:

    @ 350 Laurence
    Socialistes depuis toujours, Mitterrandistes, ils n'arrivent pas à se résoudre à quitter, "trahir" leur parti.
    Que ce soit bien clair, ce sont les dirigeants du PS qui ont trahi les militants et non l'inverse. Pour quelle raison craindre de rejeter ce parti alors que plus rien, chez eux; ne correspond aux valeurs du Socialisme. La Gauche, la vraie Gauche est avec nous, au Front de Gauche, 7 forces politiques de gauche le compose aujourd'hui. Là est le vrai rassemblement des gens de gauche. Là est la seule alternative aux politiques que nous promettent la droite, l'extrème droite et la sociale démocratie. Place au Peuple! maintenant.

  5. 355
    Jeff O'Nill dit:

    Bonjour Mr MELENCHON

    J'admire votre détermination et votre claivoyance et aussi la retenue que vous affichez sur des sujet politiquement incorrects que vous gardez bien au chaud pour plus tard (ex: la relève des énergies fossiles par des études encore confidentielles...).
    Vous êtes actuellement le seul, je dis bien le seul à avoir une vraie démarche avant-gardiste, une vue transhorizon, à voir au-dessus de la ligne bleue des Vosges.
    Vous êtes optimiste et bagarreur et cela se sent et se transmet à vos équipes qui "bossent" à leurs limites pour faire aboutir un rêve: être au premier tour des présidentielles. Et qui sait.... peut-être... touchons du bois!

    Je suis un électeur de droite mais n'ai aucun préjugé à voter pour la gauche, ou la gauche de la gauche; du moment ou l'homme a une réelle envergure et "monte au charbon" sans ménager sa peine. Car il s'agit d'élire un Président, pas de voter pour un Parti Politique.

    Vous êtes un vrai guerrier et c'est ce qu'il nous faut en ce moment!

    Continuez comme ça, il va y avoir du monde derrière vous en 2012!

  6. 356
    la pavana dit:

    JLM
    Je vous cite : Pour l’heure, Paul et les autres militants sont toujours en prison. Pourquoi ? Parce qu’ils refusent de signer l’ordre de transfert vers leur pays d’origine. En effet celui-ci stipule qu’ils sont entrés illégalement sur le territoire israélien. De fait ils n’y sont pas entrés illégalement mais sous la contrainte de l’armée israélienne et n’ont jamais eu l’intention de se rendre en Israël puisqu’ils faisaient voiles vers Gaza. Tous ceux à qui j’en parle haussent les épaules. Entre amertume, révolte et indignation.

    Qu'en est-il de nos amis ?

  7. 357
    gus003 dit:

    Que lis-je, que les communistes sont consternés de la petite phrase de Jean-Luc Mélenchon au sujet du "capitaine de radeau" ?
    Et bien moi ça me conviens. Si les cocos veulent ménager les socialos pour une petite place au ratelier, comme ils l'ont fait sous Mitterrand, et bien qu'ils votent au premier tour pour Hollande.Pour moi il n'y a aucune concession à faire.
    Les Gayssot et Cie qui une fois placés comme ministres, ont fait les sales besognes contre le peuple français au nom des socialos qui leurs donnaient une part du gâteau me dégoute au plus haut point. Exemple : casser les grèves des routiers, comme jamais cela n'avait été fait, pour plaire au lobby des autoroutes.
    Un jour il faudra que le peuple vote pour ses idées, et pas pour des mous sous prétexte qu'ils se donne le nom de parti de gauche, et qu'ils seraient les seuls capables de contrer le teigneux de l'Elysée.
    En tout cas pour moi ce sera Jean-Luc Mélenchon, tant qu'il ne vendra pas son âme au diable.

  8. 358
    zazenshin dit:

    @Paul Pie je vous cite: "Nous sommes nombreux à qui attendre un débarquement du gamin depuis 5 ans. On n'en peut plus. J'étais tenté de voter JLMélenchon, mais là, je réfléchis sincèrement à une autre solution."
    Je ne vous comprend pas, vous dites "j'étais tenté de voter Mélenchon"

    Pourquoi étiez-vous tenté, pour le fun, comme ça un petit coup de gueule au premier tour et puis après à la niche, on rentre bien sage et on vote pour le PS, parce que bien sûr le PS c'est du sérieux, ça a fait ses preuves (et quelles preuves!)
    Mais sachez que le vote c'est pour de bon c'est du sérieux. Donc si vous êtes convaincu qu'il y a une différence entre le PS et le Front de Gauche et que cette différence vous fera voter plus pour l'un ou pour l'autre, assumez. Mais avez-vous lu les programmes? Sinon vous vous faites l'écho des médias qui essaient de faire croire que de toute façon Mélenchon et le Front de Gauche c'est pas sérieux, c'est juste pour un premier tour (petit) et puis on s'en va, alors c'est pas bien grave d'y participer puisque de toute façon ce sera comme ça.

    Mais nous, nous ne jouons pas la même partie, car nous pensons par nous-même. Et je dis que Jean-Luc Mélenchon a bien raison d'user de bons mots (qui d'autre le fait) et de remettre les choses à leur place. Je rappelle une phrase prononcer par Hollande sur Europe1: "Pour la présidentielle de 2012, de toute façon il n'y a pas à choisir la route, elle est déjà toute tracée, (rigueur etc) il s'agit en fait de choisir entre la voiture bleu et la voiture rose" Je vous laisse apprécier. Et bien moi je dis que la route nous allons la tracer nous-même, si on le veut. Qu'ils s'en aillent tous ces donneurs de leçons. Mélenchon Présidons

  9. 359
    Olivier dit:

    La sortie de l'Europe isolerait-elle la France ? A quand un débat avec Mr Asselineau de l'U.P.R sur le sujet ?
    J'invite aussi à lire un article d’Ambrose Evans-Pritchard paru dans le Telegraph en date du 19 septembre 2000 et titré : "Les Euro-fédéralistes, financés par les chefs de l’espionnage US" - (article en anglais)
    Nous voyons encore aujourd'hui être sommés de changer sans passage aux urnes - sans l'avis des peuples - par les "Marchés" (?). Sachant déjà à quel point le système de suffrage universel est faussé mais surtout sachant que ce sont les "marchés" qui gouvernent bel et bien et plus nos politiques; pensez vous qu'il soit encore temps d'attendre des élections ? Il serait temps de reprendre la rue et donc notre souveraineté et très rapidement plus que de croire religieusement à la venue d'un messie en mai 2012. Arrêtons de remettre ce qui est de notre responsabilité à un berger. Arrêtons d'être les bons moutons qu'ils veulent que nous soyons. Nous ne faisons que servir au mieux leurs intérêts en croyant encore au système et à ce qu'il nous propose en "bergers". N'oublions pas que les médias sont aux mains des véritables dirigeants et que seuls ceux qui ne les dérangent pas trop y ont droit de cité... Ils sont les soupapes de décompression et de division du système. Réfléchissons mais vite...
    « Il est plus facile de croire ce qu'on nous affirme officiellement, que de s'aventurer dans l'indépendance intellectuelle... En fait, ce n'est pas l'opposition, mais le conformisme et l'inertie qui ont de tout temps été les plus sérieux obstacles à l'évolution des consciences !...

  10. 360
    furby dit:

    Monsieur,

    Bien que très proche de vos idées, et militante à 300%..de la " FASE" 56....je tiens à vous dire que si la question des langues régionales n'est pas abordée autrement par les militants du PG et bien! je m'abstiendrai d'apporter mon suffrage à un parti qui n'a rien compris à la question de l'identité...Bretonne, française ça va de soi parlant couramment l'Anglais, l'Allemand et accessoirement l'Espagnol, j'apprends l'Arabe....Ca suffit! L'Humain d'accord! sur ce plan on se retrouve. Mais même si " La Crise" fournit beaucoup de biscuits....pas question de vendre nos langues. Désolée, Cher Monsieur. Laissez- nous vivre. Kenavo. France Furby

  11. 361
    Philippe dit:

    Le vendredi 18 novembre 2011, je suis allé au meeting politique du Front de Gauche à Montataire, commune de l'Oise (60), et j'ai vu et entendu Monsieur Jean-Luc Mélenchon en direct.
    Je peux vous dire qu'il est impressionnant et brillant ; il est vif d'esprit et il est vraiment lyrique. Lorsque je l'écoute, et que je le vois, je comprends tout ce qu'il dit. En revanche, pour évoquer brièvement Monsieur Jean-François Copé : lui, il m'endort...
    Vive le Front de Gauche, car une brèche peut s'ouvrir. Il faut y croire, que la confiance soit omniprésente en nous !
    Bon courage à toutes et à tous ! Et bonne santé.

  12. 362
    bohan dit:

    Je souhaiterais apporter ma contribution au débat pour la campagne électorale du front de gauche. En effet la question du pouvoir d'achat et du relèvement du smic à 1700 euro brut doit être à mon avis plus mis en débat dans l'opinion et notamment dans les quartiers populaire ou le populisme du front nationale de MME LE PEN fait des ravages.. En 1979 je menais campagne pour les élections européennes dans un quartier défavorisé de Châtellerault. Dans les discussions j'abordais souvent la question des nationalisations lors d'une rencontre une dame m'a répondu" mon pauvre monsieur c'est bien beau ce que vous me dite mais je n'y comprend rien et hier j'ai demandé à ma voisine un paquet de pâte pour finir ma semaine. Quand des personnes sont dans ces détresses et difficultés,au chomage etc dans un état de pauvreté tel qu'ils ne perçoivent pas de solution pour en sortir.Et généralement il ne sont pas dans les manifs ils s'abtiennent de voter ou alors le front nationale leurs semble une issue parce qu'ils écoutent malgré tout la télé et que le réalisme n'apparait du coté du front de gauche, alors que nous somme les seules à dire qu'il faut réévaluer le smic et tout de suite. Ni le front nationale,ni le ps,ni ee lv, ni l'ump,y compris que ces derniers combattent l'idées d'un relèvement des salaires du fait qu'il ne faut pas aggraver les difficites publics déja bien trop et qui selon eux si l'on faisait cela, le remède serait pire que mal.alors àmon avis il faudra bien aborder dans les assemblées citoyens du front de gauche cette question et comment pour amener les salariés les chomeurs les précaires à ne pas s'abtenir ou à voter pour des partis qui les conduiraient dans une nouvelle impasse. C'est la réponsabilité non seulement de nos candidats quels qu'ils soient et de toutes les personnes qui veulent agir pour un véritable changement à gauche. Le ce n'est pas encore l'union européenne qui le fixe c'est le gouvernement français...

  13. 363
    Lahoblanc dit:

    Une troisième voie pour réorganiser la vie des humains serait "l'économie distributive". Connaissez-vous cette proposition ? Seriez-vous d'accord pour sa mise en place, au moins progressivement ? Un site existe sur ce sujet.
    Salutations distinguées.

  14. 364
    Danielle Lethorey dit:

    Merci et tenez bon car les Français ont besoin de quelqu'un comme vous.

  15. 365
    Philippe dit:

    Je suis écoeuré par les membres de ce gouvernement Fillon ; je ne les supporte plus ! Ce sont des imposteurs ! Il faut absolument que la Gauche revienne au pouvoir et je pense plus particulièrement au Front de Gauche. Mélenchon est un visionnaire, ce n'est pas comme ce naze de Sarkozy ; il va me faire attraper des boutons...
    Bravo pour les révolutions arabes ; Tunisie, Egypte (les insurgés recommencent et c'est tant mieux !), Libye, et également la Syrie... Qu'il faut aider dans les faits !
    Si Sarko vient faire des meetings politiques dans l'Oise (60), tout d'abord, je n'irai pas ; mais je peux lui annoncer qu'il se prendra des oeufs et des tomates !
    Je le déteste ! !

  16. 366
    ossamuelle dit:

    Frédéric Boyer a démissionné. Je comprends et partage sa position sur l'Euro, mais je crois qu'on y viendra immanquablement... à moins que les Allemands, avec le petit morveux gesticulant que Merkel traîne par la main dans les sommets, et d'autres ne renversent leur position et donnent à la BCE le rôle qu'elle devrait avoir, à l'exclusion des marchés ! Mais je ne crois pas que le bon sens leur vienne demain ! Car chaque jour qui passe nous enfonce dans l'absurde. Ce système est économiquement mort. Il est incompréhensible qu'il ne le soit pas politiquement, que la pensée unique ne soit pas plus mise en cause. Je suis convaincu qu'un nouveau Socialisme est obligatoire, mais je ne le vois pas venir, sinon dans quelques ouvrages à tirage confidentiel (si on se réfère à ce qu'il devrait être !). Ceux qui veulent sortir de ce système autrement que par les voies du FN ne doivent pas se diviser ou s'isoler, mais rester dans le débat. Tout n'est pas bouclé avant une élection, sauf en particulier dans cette aussi absurde "république" qui n'est qu'une dictature de fait, dirigée en apparence par des nains politiques et leurs moutons de Panurge médiatiques, et en réalité, comme ailleurs, par une mafia légale de profiteurs internationaux. qui tire les ficelles de ces marionnettes, tout en distribuant ses miettes à des pigeons paralysés par la peur de voir le sac de graines vide.

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 [8]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive