28sept 11

Manuel Barroso, Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Bel, Montebourg, Royal et leurs amis des primaires

De la défaite à l’empêchement, la fin d’un monde.

Ce billet a été lu 37 989 fois.

Cette note est faite au sortir de l’hémicycle du parlement européen, juste après le discours sur « l’état de l’union » prononcé par monsieur Barroso. Mazette ! C’est le jour où a été proposée la taxe Tobbin en Europe par la figure de proue de ceux qui l’ont toujours combattue. J’évoque quelques souvenirs personnels sur le sujet. Auparavant un petit mot rapide sur le deuxième débat de la primaire socialiste. Ensuite je dis un mot de la crise boule de neige dans laquelle entre la droite à partir de sa défaite aux élections sénatoriales et au moment où le rebondissement incroyable des affaires peut finir par fonctionner comme un empêchement de candidature pour le président sortant. Et après cela j’évoque le harcèlement dont je fais l’objet avec certains pseudos « reportages ».

Le hasard de ma journée de travail ne m’a pas permis d’être devant l’écran de télé avant l’alentour de 21 heures. Je n’ai donc vu que la fin du deuxième débat des primaires. Du coup j’ai commencé mon audition du sujet par la fin puisque j’ai bénéficié des commentaires d’après coup de messieurs Barbier et Jean-Marc Sylvestre. Leurs analyses rustiques m’ont aidé à y voir plus clair. L’un et l’autre ont distingué des « candidats de la raison » et ceux de « la déraison ». Les intelligents et les fous. C’est la resucée du « cercle de la raison » de monsieur Minc. Un clivage vu de droite dont je sais d’habitude de quel côté il place la gauche. Ma sympathie spontanée s’est donc immédiatement tournée vers ceux que Barbier et Sylvestre ont décrits comme coincés dans « l’incantation », « l’archaïsme » et ainsi de suite. Royal et Montebourg.

Le fait est que ces deux candidats ont parlé dru comme j’ai pu le vérifier en surfant ensuite sur internet pour en savoir davantage. D’une façon générale j’ai bien senti que le centre de gravité du débat était bien davantage sur la gauche que lors du premier passage. Pour nous, le Front de Gauche c’est excellent car cela désenclave notre univers de mots et de propositions. Il est important que ce genre d’émission et la parole des dirigeants socialistes fasse entendre une musique qui donne le goût de nos propres concerts. Du coup les poussées de Manuel Valls sur la TVA sociale, les reculades de Hollande sur les licenciements boursiers, la timidité sur le SMIC ressortent plus brutalement que s’ils avaient été dissous dans l’eau tiède d’un débat plus centriste. Chaque fois que l’ambiance donne du goût de gauche c’est bon pour nous.

En écoutant je guettais les réactions autour de moi, dans le restaurant de l’IBIS où je loge à Strasbourg. J’ai vu que les gens qui écoutaient n’avaient pas d’idée préconçue sur les personnages qu’ils découvraient. J’en déduis que les sondages vont se planter, une fois de plus. Cela recoupe ce que j’ai pu voir en bavardant ici ou là. Et notamment dans la manifestation des enseignants à Paris où je tenais le point fixe avec les autres animateurs du Front de Gauche. La vérité c’est que j’y ai passé l’essentiel de mon temps le nez dans les bouquins qu’on me demandait de dédicacer et notamment le programme « L’Humain d’abord ». Mais cela me donnait l’occasion de petits bavardages qui en disent plus long que certaines conversations. Je dois dire que nombre de nos électeurs déclarés m’ont dit qu’ils avaient pourtant l’intention d’aller voter aux primaires socialistes. A tous j’ai expliqué pourquoi moi je n’irai pas puisque je n’ai pas l’intention de voter pour le programme du PS ni pour son candidat. Personne ne me l’a reproché. On devine que j’ai cependant été pressé d’exprimer une préférence. Mais je ne l’ai pas fait, bien sûr. Nous ferons face avec le personnage que ce vote désignera. Dans cette manifestation c’est Montebourg sur lequel on m’interrogeait le plus. Les gens ne sont pas bêtes. Ils voient bien la proximité de son discours avec celui du Front de Gauche. Et comme la gauche du PS n’existe plus, il cristallise donc ce courant dans l’électorat des primaires. De même que Royal, j’en suis certain, a dû marquer des points avec ses propos contre les banques et les licenciements boursiers. Pourquoi devrais-je le taire ? Encore une fois, cela fait les affaires de nos idées. Et quand on m’a trop sollicité pour savoir ce que je comptais faire avec Montebourg, comme si c’était une question personnelle, j’ai répondu que j’en ferai volontiers mon premier ministre. Hollande ne peut pas en dire autant. J’espère que vous aimerez cet humour.

Ce matin 28 septembre, grand jour au parlement européen. Discours de monsieur de Barroso sur « l’état de l’union ». Sa proposition centrale est de créer une taxe sur les transactions financières. Certes, avant d’y venir, le discours enfile les tautologies bien pensantes. Non sans lucidité parfois, comme un aveu. « La situation est le plus grand défi de toute l’histoire de l’union. C’est aussi une crise de confiance à l’égard des dirigeants et de leur capacité à trouver des solutions ». A ce niveau de généralités, enrobé de compliments pour le parlement, le discours séduit la droite masochiste. L’analyse des causes de cette situation  est assez générale aussi pour plaire largement. «  Certains pays ont vécus au-dessus de leurs moyens », « l’Europe n’a pas su relever les défis compétitivité »,  « certains comportements financiers ont été irresponsables ». Et de « proposer un renouveau européen ». Pourquoi pas. Mais voilà la limite : « Avec nos institutions et non contre elles ». Le plus surprenant est alors le compliment que lui adresse Martin Schultz au nom du groupe socialiste. Il le qualifie de « réaliste et de combatif ». Il l’en « félicite ». Et ainsi de suite. Schultz sera bientôt élu à la présidence du parlement avec la droite. Il cotise donc au flot des poncifs et congratulations. Oublions. Voyons le reste du discours Barroso.

La parole du président de la Commission s’est faite un peu aigre douce. Et même un peu vindicative. Il rappelle qu’il existe un gouvernement économique et qu’il en est le chef. Double coup de gueule ! « L’Europe a besoin d’une autorité indépendante comme la Commission pour avancer et prendre les décisions courageuses ». « Les gouvernements ne peuvent pas le faire ». « La commission est le gouvernement économique de l’union, nous n’avons pas besoin d’autres choses. » A bon entendeur salut ! Le reste est connu. C’est un plaidoyer pour les mesures bricolées dans l’été et la fin de l’année écoulée avec le succès que l’on a pu constater.  Sinon qu’on apprend de sa bouche que le Fonds Européen de Stabilité devra en effet « soutenir la recapitalisation des banques ». Il propose aussi de faire cet instrument un moyen d’achat de dette souveraines sur le marché secondaire pour « empêcher la contagion ». Mais de changer le rôle de la Banque centrale, pas un mot. Sinon pour l’enjoindre d’agir dans le cadre des traités. Donc de ne se pas se mêler du financement des Etats pour leurs dettes souveraines
Pour autant le discours, nonobstant les poncifs, développe une vision cohérente de l’avenir que les orateurs de la droite ont repris, chacun à leur manière, à sa suite. Il s’agit d’approfondir la « coordination de la zone euro » par l’imposition de règles communes s’imposant aux Etats « incapables de prendre les mesures chacun devant leur opinion ». Joseph Daulh, UMP, président du groupe de la droite va plus loin. Il souligne que les élections dans chaque pays vont être un obstacle supplémentaire aux bons choix ! Bref, la démocratie quel encombrement ! Pour Barroso le progrès c’est d’avoir imposé le semestre européen. « Donc nous pourrons discuter des décisions budgétaires avant application dans les différents pays. » La souveraineté populaire voilà le problème. Telle est la vision de l’achèvement de l’union comme il le décrit : « Achever les objectifs monétaires par des objectifs budgétaires communs. » Selon lui ce serait « une illusion de croire possible une union monétaire sans union économique et une coordination budgétaire ». Dit comme ça, pourquoi pas. Mais le fond de l’affaire est que le fil conducteur de cette coordination c’est la dérégulation, le recul de l’Etat et la concurrence libre et non faussée pour tous. Donc ce qui nous a plongé dans la crise et rendu impuissants à y répliquer. Parfois on se pince en entendant la psalmodie des recettes éculées que Barroso rabâche. « Développer la croissance grâce à l’application de la  directive service. » « La réforme des systèmes des retraites est urgente ». Et enfin le plus grotesque : « Un quart de jeunes n’ont pas d’emplois en Europe. ! Je lance un appel aux entreprises pour proposer des stages aux jeunes ! Les fonds sociaux peuvent les aider. Mieux vaut un stage que rien ». Consternant !

Puis il évoque les « euros obligations » dont il se déclare partisan comme « instruments de stabilité ». Là-dessus il annonce des propositions à venir. Sans dire lesquelles. Mais, au détour, il note que certaines de ces propositions « seront conformes aux traité et d’autres non. » Alors ? « Il faudra donc faire des modifications des traités.» Ah bon ! Donc c’est possible ! N’est-ce pas ce que nous disons depuis des mois et des mois ? Et Barroso d’ajouter « qu’aujourd’hui règne la règle de l’Etat le plus lent. » « Souveraineté nationale disent-ils ! Mais les autres pays ont aussi une souveraineté nationale et ils ont le droit aussi d’aller plus vite. » Voilà ce qu’il faut noter pour mes répliques quand je dis que nous pouvons avancer avec ceux qui veulent vers l’harmonisation sociale et fiscale par le haut. En effet on me réplique chaque fois que j’ai une vision « brutale » ou que je veux faire « l’Europe française » ou que « les autres ne veulent pas ».

Vient la proposition phare de la matinée. « Ces trois dernières années, les Etats, je devrais dire les contribuables, ont donné  4,6 trillions d’euros de garanties financière. Il est temps pour le secteur financier d’assumer ses responsabilités ! ». 50 milliards de revenus sont attendus par lui de la taxe sur les transactions financières. Crise de bolchévisme ? Non ! « Questions d’équité ! » « Le secteur bancaire doit aussi apporter sa contribution. Allons-nous encore taxer le travail et la  consommation ? » Voilà qui est très nouveau. Il y a trois mois de tels propos ne s’entendaient pas autrement que comme un amusant folklore gauchiste. A présent, c’est parole officielle. Pour autant, la confusion reste de mise entre décideurs européens du même camp. Voyons le détail du moment.

Le Fond Européen de Stabilité est décrété d’ores et déjà insuffisant par une partie de ceux qui l’ont créé. Ils auraient gagné du temps pour le savoir en lisant les textes de notre mouvance. A peine ce diagnostic est-il posé par les uns que les autres, dont le ministre des finances allemand, le qualifient de « stupide ». Tout en nuance.  A cet aveu et cette prise de cheveu s’ajoute une série de projets spécialement calamiteux. Le premier serait de recapitaliser les banques avec ce fond, comme l’a proposé Barroso. Quelle trouvaille ! Les états vont emprunter aux banques pour prêter aux banques ! C’est fort ça ! Deuxième absurdité. Le Fond va acheter sur le marché secondaire des titres de dettes publiques. A qui ? Aux banques qui s’en sont gorgées ! De l’argent frais contre du papier pourri ! Génial. Mais prêter directement aux Etats ? Jamais ! Rien n’arrêtera donc le désastre en cours. Avant la catastrophe des petits malins vont gagner beaucoup d’argent. Ça leur donnera l’illusion que la fête n’aura pas de fin ! Vieille illusion. Puisque Barroso vient de proposer la création d’une taxe sur les transactions financières, je veux faire une part spéciale à mes souvenirs personnels à propos de cette taxe. Surtout à l’heure où le Sénat français change de majorité.

Car il se trouve que j’ai présenté le premier texte au Sénat en faveur d'une taxation sur les transactions financières, le 1er décembre 1999. Quelques jours auparavant j’avais participé avec dix-sept sénateurs à la création d’un groupe Attac du Sénat. Notre texte se présentait sous la forme d’un amendement au projet de loi de finances pour 2000. Je siégeais alors au groupe socialiste. J’y fus peu suivi. Mais le recrutement des signataires s’étendit à tout le groupe communiste. Nous étions pour finir quarante-six sénateurs à cosigner. Notre texte proposait de taxer toutes les transactions à hauteur de 0,05%. Des amendements similaires avaient été déposés à l'Assemblée Nationale en 1998 et 1999 par les députés communistes et les députés de la Gauche socialiste Yann Galut et Julien Dray.

Au Sénat, le gouvernement Jospin, représenté par le secrétaire d'Etat Christian Pierret, avait demandé le retrait de l'amendement. J’avais refusé d’obtempérer. L'amendement avait donc été maintenu mais rejeté. 53 sénateurs ont voté pour sur 260 exprimés. 207 ont voté contre. Dont un maximum de socialistes en plus de toute la droite. A l'annonce du résultat, la sénatrice communiste Hélène Luc s'est exclamé : "Dommage ! Ça viendra un jour ! ". Je tiens à signaler que Jean-Pierre Bel, sans doute très bientôt président du Sénat, figurait dans les premiers signataires. Le texte des débats est disponible sur les sites internet du Sénat  et d’Attac.

En relisant le texte de mon intervention en séance publique je mesure quel gâchis a été le temps perdu sur ce sujet. Tout ce qui est dit alors pourrait être répété mot pour mot. C’est bien notre diagnostic à l’époque qui était le bon ! Douze ans de perdus ! Je rappelle ce moment pour le seul bonheur de montrer qu’aucun combat juste n’est mené en vain quand bien même il commence sans grands renforts. Non seulement l’écrasante majorité de membres du groupe socialiste me tourna le dos mais je fus comme aujourd’hui accablé de sarcasmes. L’idée serait « ridicule », « inapplicable », bien sûr, dans un monde ouvert et Bla Bla Bla ! Pire : le rapporteur de la majorité de droite déclara que ma proposition faisait honte à l’intérêt des travaux d’une assemblée aussi sérieuse que le Sénat. Rien de moins. Je rappelle cet épisode pour le bonheur de moucher toutes ces belles personnes douze ans après de nouveau en les confrontant au bilan des faits !

L’idée avança dans les assemblées en dépit des blocages. En particulier contre celui qu’opérait Dominique Strauss-Kahn. Bernard Cassen, alors président d'ATTAC et directeur du « Monde Diplomatique », raconte que "dans un document accompagnant le projet de loi de finances 1999, le ministre avait fait tenir aux députés une longue charge, complètement hors sujet, contre la taxe Tobbin. Avec ce résultat paradoxal que trois amendements à ce projet de loi, réclamant précisément l’instauration de ladite taxe, avaient ensuite été déposés par des membres de sa majorité parlementaire ! Dans la nuit du 15 au 16 octobre 1998, M. Strauss-Kahn, arraché à son sommeil par l’un de ses conseillers, avait dû revenir en catastrophe dans l’hémicycle pour empêcher qu’ils soient adoptés…"

Obstruction dont il ne démordit jamais. A la suite du G20 de Pittsburgh, un échec total déjà, en octobre 2009, il qualifie l'idée de taxation des transactions financières de : "tout à fait simpliste" et "très difficile à mettre en œuvre".  Puis en novembre 2009, il revient à la charge pour disqualifier la taxe : « l’industrie financière a fait de telles innovations qu’il est probablement impossible de trouver une taxation sur les transactions qui ne serait pas contournée par les potentiels contributeurs ». Il en rajoute : « Nous ne voulons pas d’une solution extrêmement simpliste qui ne serait pas effective ». Mais, nous non plus, nous n’avons rien lâché. Et pour finir en 2001 et la loi de finances pour 2002 nous obtenions un vote favorable de l’Assemblée Nationale. Il donna lieu à l'article 235 ter ZD du code général des impôts qui prévoit une telle taxe et fixe un taux maximum de 0,1%. Jamais appliqué cependant puisqu’il est précisé que cela ne se mettra en œuvre que si tous les autres pays européens en font de même. Notre victoire était peut-être symbolique mais elle a préparé le terrain. Le 14 juin 2011, l'Assemblée a adopté à la quasi unanimité dont le Front de Gauche, une résolution proposée par le PS demandant à la Commission la mise en place d’une taxe de 0,05% sur les transactions financières dans l’UE, « ou à défaut d’abord au niveau de la zone euro ou d’un groupe de plusieurs États membres de l’UE ». C’est la solution que le sieur Barroso vient de découvrir. Pris dans les méandres de l'Union européenne, le projet de taxation présenté aujourd'hui ne pourra être appliqué au mieux qu’en 2014. Quinze ans de perdus depuis notre proposition devant le Sénat en 1999. Et maintenant que les voilà contraints de faire amende honorable, quelle timidité ! Je déplore en effet que la proposition Barroso envisage une taxation réduite pour les produits dérivés. Ce sont pourtant les transactions les plus massives et les plus nocives pour l'économie. Pour autant on peut se frotter les mains.

Car la proposition Barroso apporte un cinglant démenti à tous les beaux esprits qui ont expliqué pendant 15 ans combien cette taxe serait « dangereuse », « irréaliste », « inapplicable » et ainsi de suite. Ce n’est pas tout. Elle démontre aussi qu'il est possible, comme nous l’affirmons, de désobéir au Traité de Lisbonne qui interdit les limitations à la libre circulation des mouvements de capitaux ! Enfin cette proposition prouve aussi qu'il est possible d'appliquer cette taxe à un groupe de pays sans attendre que tous les autres l’aient décidé. En effet Barroso envisage la mise ne œuvre de sa proposition dans le cadre d’un projet de coopération renforcée. Nous lui laissons la joie de découvrir ce que le traité prévoit en la matière si l’interdiction tout à fait explicite qu’il contient concernant les mesures d’harmonisation fiscale parvient à être contournée.

Dans ces conditions, et sans attendre une éventuelle décision européenne en 2014, je crois possible l'application immédiate en France d'une taxation des transactions financières, comme nous y autorise déjà l'article du code des impôts, voté par la gauche en 2001. Et je peux dire que si en 2012, le Front de Gauche arrive au pouvoir, il pourra décider immédiatement d'appliquer une telle taxe de manière uniforme sur tous les types de transactions sans butter sur l’interdit européen. Et du coup d’autres propositions d’harmonisation fiscale seront aussi possibles. Il faut donc ouvrir la brèche dès à présent.

Pour la droite, la défaite aux élections sénatoriales ne peut être autre chose que celle de Nicolas Sarkozy.  Elle s’ajoute à tout ce qui est déjà mis à son passif. De la sorte un seuil est  franchi et qui croirait à une péripétie se tromperait, me semble-t-il. La spirale dépressive semble enclenchée. Je pense qu’il faut voir le nouveau tableau dans son ensemble. Et donc rapprocher ce tremblement de terre institutionnel avec le démarrage de l’affaire des inculpations dans l’affaire de Karachi. Sans oublier le retour de la comptable de l’affaire Bettencourt et de ses déclarations concernant l’usage de ses enveloppes. Il y a toujours un crochet de boucherie disponible à droite pour l’un ou pour l’autre. Car dans ce contexte à droite, ceux qui souhaitent empêcher Nicolas Sarkozy de se représenter ont de solides matériaux pour faire leur travail. Tout poussera dans ce sens. Ce que Nicolas Sarkozy avait tricoté avec sa victoire de 2007 part en lambeaux. L’unité contrainte ou forcée de son camp politique est minée par le retour de la bataille des coups tordus et les espérances que Karachi et Bettencourt donne aux vieilles haines. La suprématie idéologique dans la société qu’il voulait incarner est torpillée par la crise et l’échec de toutes ses méthodes et promesses. Depuis, ce qui se fait et décide indispose tout le monde à la fois. Un paradoxe qui fait se joindre midi et minuit dans un rejet unanime. En atteste la conjonction baroque du public et du privé dans la journée d’action enseignante. Le temps dont dispose le président pour reprendre la main est moins long que ce que l’on peut deviner de sa pensée sur le sujet en lisant les indiscrétions de presse. La fin du quinquennat pourrait aussi bien tourner à la crise de régime si se combinait l’impuissance institutionnelle, le scandale, et enfin la paralysie à faire face à une nouvelle crise bancaire. Sans oublier les risques liés à l’Etat de délabrement de l’Union européenne. La fin de ce quinquennat ressemble à une fin d’un monde.

Un mot, contraint et forcé par la campagne de harcèlement dont je fais l’objet à propos d’un micro incident à la Fête de l’Humanité. Comme d’habitude en de telle circonstance, un habile montage bien rabâché me contraint à des heures perdues à expliquer et démentir auprès de l’habituel lot de crédules ou d’inquiets qui viennent se faire rassurer en aggravant la propagation des fausses nouvelles. Sans oublier ceux qui protestent parce que je perds mon temps à répondre à ce qu’ils considèrent comme des vétilles. Gâchis de temps et d’énergie car encore une fois il s’agit juste d’une mise en scène, rien de plus. Je fais descendre de la tribune où elle n’avait rien à faire une personne qui y était montée en dépit des consignes et dans l’incroyable tension qui régnait sur place à l’occasion de la visite de Martine Aubry sur le stand du Front de Gauche. J’observe avec effarement le mécanisme de cette nouvelle production de « l’information-spectacle ». D’abord un court extrait de quelques secondes, hors contexte, tiré de mes trois jours de présence à la Fête de l’Huma. Il est présenté huit jours après les faits, sans possibilité de répondre, par des gens qui n’en ont pas parlé autrement que pour s’en moquer. Puis, la question étant sans doute d’importance décisive, l’AFP en fait une dépêche. Ce n’est déjà pas banal. Le journaliste qui se trouve là, n’a sans doute rien à faire et il prend donc le temps de décrypter tous les échanges de la scène. A moins qu'on lui ait procuré le texte avant, ce que je lui souhaite car le son n’était pas très bon. Ce qui est encore moins banal c’est que cinq « mises à jour » seront diffusées dans l’après-midi ! Cela veut dire que cette information a été rediffusée à cinq reprises à tous les abonnés de l’agence. Cela s’appelle « faire monter la mayonnaise ». Aussitôt des sites internet embrayent. Pas tant que ça, quand même ! Et le lundi certains organes de presse papier reprennent. Pas tous, loin de là, car il existe des journaux, dans le pays, qui n’avalent pas tout rond les potages qu’on leur sert à la  chaîne. Une mention spéciale pour le journal « Le Progrès » dont j’ai été l’humble pigiste il y a bien des années. Il affirme que j’ai expulsé « manu militari » l’impétrant. D’une main militaire ! Rien que ça ! Puis arrive l’inépuisable Jean-Michel Aphatie dans le wagon de tête des lyncheurs. A croire que cette histoire est taillée sur mesure pour lui. En effet pour une raison très ancienne, cet homme n’en finit plus de régler un compte avec moi. Déjà deux papiers sur son blog consacré à un but de pur dénigrement personnel. Voici sa thèse : certains pourraient croire que ma violence verbale était réservée aux journalistes, mais non elle l’est à l’égard de tout le monde. Je suis donc un violent. Dans une campagne électorale, et je suis en campagne depuis trois ans, c’est un parti pris militant contre moi. Est-ce une relation normale entre un journaliste et un homme politique que cet acharnement personnel ? Je ne le crois pas. Mais il se donne l’apparence d’un point de vue personnel sans implication politique. Je préfère répondre par l’humour. Je lui propose d’autres sujets de « reportages » qui feront la démonstration de mon incroyable violence verbale: quand je plante un clou et que je me tape sur le doigt, quand mon ordinateur me plante un texte mijoté pendant des heures. Ah oui, il y a aussi le moment où ma stupide machine à café me sert un breuvage tellement brûlant que la tasse me tombe des mains. Et quand la lumière de la cave s’éteint alors que je suis en train de ranger d’ineptes cartons mous et mal scotchés. Et ainsi de suite. Avec moi, Aphatie n’a pas fini de faire des « mises à jour » de sa brillante démonstration. En effet, je suis un être humain.

Cette vidéo a été consultée 4 606 fois

Au cas de ce jour-là, voici la situation. Martine Aubry est en train de sortir du stand du Front de Gauche. Dehors des gens crient contre elle. Nous sommes tous très mal à l’aise car notre intention politique en l’invitant n’était pas qu’elle soit mal traitée. Certains d’entre nous sont sous le choc. Car auparavant la bousculade des photographes et des caméramen avait atteint des sommets. Pour ma part aussi je n’avais jamais vécu ça. Des gens se piétinent et avancent en masse confuse de coups de coude et de caméras. Le service d’ordre, militant et bénévole, qui assure ma sûreté est enfoncé, la tribune est envahie par les professionnels, des gens se frappent et se bousculent, quantités de perches nous sont placées sous le nez. Impossible de parler tellement dans les cris et les vociférations. Tout cela, les médiacrâtes bronzés et parfumés, qui ne gagnent pas leur pain dans cette bousculade et qui n’ont pas été sur le moindre terrain depuis des années ne s’y intéressent pas. Comment a-t-on pu en arriver là ? Ces malheureux gagnent leur vie de cette façon ! Là, leur façon de suivre l’événement rend l’événement impossible ! Ce paradoxe me semble spectaculaire.

Voyons aussi du côté des personnages que vise cette activité. Nous. Martine Aubry est très affectée, François Lamy saute après les perches à micros comme après des mouches. Martine, elle-même, arrache un bonnet de micro. La ligne de camarades qui se trouve derrière moi recule vers le mur et tâche de faire bonne figure. Tout ce que nous avions prévu de faire tombe à l’eau. Impossible de contenir la situation. On décide d’en rester là. Martine repart. Nous avons la rage de voir ce gâchis humain et politique. Nous sommes restés de sang-froid pendant toute la scène. Survient dans mon dos quelqu’un qui veut prendre la parole. Qui est-ce ? Pas de badge, pas d’insigne que je discerne. Ami ou ennemi ? Je ne comprends pas ce qu’il dit. Va-t-il prendre la parole ? Pour dire quoi ? Compte-t-il s’en prendre à moi ? Dire du mal de la visite de Martine Aubry ? Je ne sais pas. Le service d’ordre hésite. J’assume ma responsabilité. Je donne une consigne.

J’ai bien dit une consigne. Un militant politique peut le comprendre dans ce contexte si tendu, c’est pourquoi j’ai évoqué cette qualité à ce moment à la personne qui se trouvait là. Je ne veux pas d’une prise de parole sauvage qui sera ensuite le plat qu’est venu chercher, à la commande, la caméra qui va filmer cette scène. Voilà. Ceux qui préféreraient que j’aie parlé autrement ne tiennent pas compte de l’ambiance qui régnait ni de la nécessité qu’une volonté impérieuse s’affirme pour que la situation soit de nouveau maîtrisée. Je suis naturellement désolé du style pour la personne concernée. Ceux qui ont dominé une telle situation sans hausser le ton ont toute mon admiration. Que quelques bonnes âmes n’aiment pas ce style montre à quel point ils n’ont plus aucun contact avec la réalité. L’appel à la discipline militante fait jaser. Le mot fait peur ? Pourquoi ? Ma propre vie est faite d’une discipline constante. Permanente. Du matin au soir. Notamment pendant cette Fête de l’Humanité. Mon emploi du temps, mes discours, mes textes, mes allées et venues, tout est décidé collectivement, planifié et soumis à cette discipline, heure par heure. J’y obéis de mon plein gré parce que je suis un militant et un responsable politique qui ne veut pas gâcher la peine que se donnent les dizaines de personnes que l’action engage. Deux provocateurs armés d’une caméra et un chroniqueur mal dans sa peau n’y changeront rien.

La suite m’est connue. D’un passage en boucle à l’autre la scène est raccourcie, de plus en plus hors contexte. Et puis un jour, comme avec le sketch du « petit journaliste », longtemps après, on découvre que quelqu’un avait filmé davantage, sous un autre angle et plus longuement. Et alors la manipulation éclate au grand jour. Mais c’est trop tard. Le mal est fait. Dans mon cas il s’agit d’un véritable harcèlement. Certains s’y livrent faute de sujet du jour, d’aucun par ce que cela les amuse, d’autres enfin parce qu’ils ont des comptes à régler, personnels ou politiques. Dans tous les cas ceux qui me demandent des marques de respect pour les autres ne m’en accordent guère ni comme personne ni comme homme politique.

Ici l’hypocrisie du beau monde est extrême. Tous les trois semaines, entre deux billets insultants sur son blog, Jean-Michel Aphatie, tout miel tout sucre et dans un tutoiement de connivence appelle mon secrétariat pour me proposer de venir à son émission du matin. Il me fait aussi passer des messages par des connaissances communes. Il suggère dans son blog que je le boycotte. Mon emploi du temps n’a pas rendu possible pour moi de répondre à ce qui s’apparente davantage à une convocation qu’à une invitation. Ses harcèlements actuels participent d’une vindicte obsessionnelle qui ne me flatte d’aucune façon et même paraît très inquiétante. Jean-Michel Aphatie, changez de disque, allez détester ailleurs !


416 commentaires à “De la défaite à l’empêchement, la fin d’un monde.”

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 8 [9]

  1. 401
    LE BORGNE dit:

    Bonjour,

    Autant j'apprécie de façon générale l'énergie que Mr Mélenchon met à vouloir changer les choses, autant une brève apparition à la télé l'autre jour m'a quelque peu désapointé. Vouloir réduire de 1 à 20 l'échelle des salaires alors qu'il doit être de 1 à 400 actuellement me parait totalement irréaliste donc pas viable,donc effet de manche. Autant vouloir qu'il n'y ait plus de pauvres. Et puis, plaindre ces pauvres intermittents du spectacle que je côtoie depuis plus de 20 ans et dont le statut est globalement l'opposé au mien ou chaque jour non travaillé me coute de l'argent, je me demande si l'on ne continue pas là à naviguer sur le même fleuve dans le même sens avec seulement une vitesse, un bateau ou un équipage différent ?
    Merci

  2. 402
    jean ai marre dit:

    @ 402 Berdagué
    là je crois que d'Ormesson a été touché par les arguments et la culture de Jean -Luc Mélenchon

    Nous connaissons D'Ormesson, homme de lettre, engagé, analyste du Figaro, j'en passe et des meilleures.
    Mais lors de l'émission dont vous faites état, il a entraîné Jean-Luc sur le rapport et la stratégie de F. Mitterrand envers les communistes. Il a même dit''Mittérand me l'a dit ". La manœuvre était subtile et grossière à la fois.
    Subtile pour faire entendre qu'il savait ce que F. Mitterrand voulait faire et grossière pour tacher d'enfermer Jean-Luc entre son admiration pour le socialiste et le mettre en difficulté dans ses relations avec les communistes.
    Ceci étant, le vieil homme connait parfaitement notre leader, et la mise en relation pour les besoins médiatiques, de ces deux hommes est téléguidée.
    Bravo à Jean-Luc pour sa prestations sur un plateau aussi savonné.

  3. 403
    Mario Morisi dit:

    @ Leborgne
    Je ne sais pas d'où vous venez et/ou si c'est la première fois que vous mettez les pieds ici. Amicalement, je vous recommanderais de consulter tous les documents de travail produit par le PG et le FdG, les pré-programmes PC et autres, les argumentaires de la commission économie et les livres de J. Généreux.
    Sans parler du Programme PPP l'Humain d'abord. Ah, cette mesure se fonde sur les revendications de l'organisation des syndicats européens.
    Pour conclure, 10% de la part du Travail sont passés du côté du Capital, il est temps que ça cesse, et que les choses reviennent à ce qu'elles étaient il y a trente ans, quand il était interdit de spéculer sur les dettes souveraines, lorsqu'une part des profits revenaient vers les investissements, et quand le rapport entre le plus pauvre et le plus riche était de 1 à 13, je crois.
    Alors, cher M. Leborgne, bossez un peu au lieu de troller bêtement.

  4. 404
    Arte dit:

    Reuters - 4 octobre 2011 : "Deutsche Bank a annoncé mardi que son objectif de réaliser un bénéfice imposable de 10 milliards d'euros en 2011 n'était pas tenable en raison de l'impact sur les marchés de la crise de la dette de la zone euro."
    Il faut vite rassurer les investisseurs...

  5. 405
    de Pontcharra dit:

    La stratégie politique, c'est exactement comme le jeu d'échec : il faut bien connaitre les pièces du moteur, avoir toujours une vision d'ensemble sur le jeu et anticiper sur les mouvements de l'adversaire. En fait c'est d'une simplicité enfantine. Ce n'est qu'une question de regard et d'angle de vision. ça c'est pour la stratégie, mais la politique est faite de bien autre chose aussi, c'est par excellence l'art de l'exactitude et de l'honnêteté: tout cela pour dire qu'il y a bien peu d'hommes ou de femmes qui soient vraiment rompus à cet exercice, il y faut aussi une sacré dose d'amour et de tendresse, et par les temps qui courent c'est pas vraiment ce qui saute aux yeux lorsque l'on regarde la scène politique dans son ensemble. Merci

  6. 406
    jean ai marre dit:

    @ Sonia Bastille et tous ceux qui doutent sur la redistribution des avoirs financiers.

    Vos pots m'ont beaucoup intéressés et quelque peu fait réfléchir.
    Je souhaiterais vous soumettre ce point de vue, qui permettra de comprendre pourquoi les situations après mai 2012 ne seront plus les mêmes que celles d'aujourd'hui, et pourquoi il est indispensable que le PS soit en rupture avec la système.
    Il y a un fossé gigantesque entre le monde de l'Entreprise industrielle et le monde des banques.
    Dans l'entreprise industrielle on rétribue les actionnaires pour garder leur confiance et leur capital. Pour garder la confiance on investi dans l'outil industriel, et, il arrive que les actionnaires acceptent d'être moins rémunérés à condition que l'on fasse progresser l'outil.
    Pour les banques, c'est différent, au lieu de consolider les fonds propres qui les protègeraient en cas de coups durs, elles versent tout les bénéfices aux actionnaires.
    Parisbas a versé 4 068 milliards d'euros de dividendes de 2008 à 2010, Crédits Agricole : 4 033 milliards et la Société Générale 2 188 milliards
    Elles agissent ainsi car elles savent qu'en cas de problème elles pourront faire appel à l'Etat. Et qu'importe si cette démarche va alourdir la dette publique. Le contribuable paiera, on désinvestira la fonction publique....
    Au moment où pointe les menaces de plan d'austérité, car comme vous dites il y a la crise, il serait pertinent que nos politiques agissent sur la redistribution et mettent les banques face à leurs responsabilités.
    Pour le PS je suis éberlué que les candidats (à part timidement A Montebourg) ne montent pas au créneau pour dénoncer et proposer. C'est cela que nous appelons être en rupture avec le système.

  7. 407
    lionel mutzenberg dit:

    Très positive prestation de Jean-Luc Mélenchon ce matin sur BFMTV. Il a marqué des points, cela me réconforte.
    Mais sur le SMIC il se trompe, et je me suis trompé aussi; sur le site Marianne2 Gérard Filoche fait la démonstration que, avec Martine Aubry le salaire minimum de croissance sera porté à 1650 euros brut à la fin de la prochaine mandature. Il faut noter qu'il y a la un vrai progrès par rapport à ce qu'elle a dit lors du deuxième débat, nous sommes ncore loin des 1700 euros brut, mais l'on se rapproche. Maintenant d'où, ou de qui, tient il ces informations, mystères, peut être avez vous la réponse ?
    Sur ce que j'ai dit à propos du débat Mélenchon/d'Ormesson, je ne retire rien, même si je ne suis pas un spécialiste de, " la belle langue française," il m'arrive de comprendre ce que des intellectuels disent, et surtout de bien replacer les propos dans le contexte de leurs utilisations.

  8. 408
    tony.morris dit:

    @françois
    Merci pour ton apport. Mais je n'arrive pas à mettre la main sur le chiffre que je recherche. En gros, si travailleurs et chômeurs devaient avoir un salaire égal, tout en maintenant retraites, sécu, éducation, etc... de combien serait ce salaire.

  9. 409
    graine d'ananar dit:

    @Citoyen93
    Hola, citoyen ! Ne mélangez pas tout, que diable ! Vous écrivez :
    "Cet état d'esprit ridicule qui vous présenterait Alexandre Dumas comme un grand homme de la langue française, quand bien même il aurait collaboré au génocide du peuple parisien en 1871,"

    ça part d'un bon sentiment mais... c'est tout faux. Vous confondez avec Alexandre Dumas fils. L'authentique n'a rien à voir avec les basses œuvres de son charognard de rejeton.

  10. 410
    esternome dit:

    Très beaux billets, mais ça, vous le savez déjà. Ne lâchez rien, Aphatie ne vous mérite pas.

  11. 411
    Violette BARRET dit:

    Nous sommes le 6 octobre et j'ai entendu les mots suivants qui m'ont scandalisée le 29 septembre à france inter dans une émission "les affranchis" de 11h à 12h30 dans la bouche d'un "philosophe" : Raphaël Enthoven qui a dit parlant de vous - Jean-Luc Mélenchon - que vos propos et votre voix étaient fétides! Et il n'y a eu personne parmi les commentateurs journalistes et autres humoristes entourant l'animatrice de l'émission I. Giordano pour protester. On voit qui pilote le service public!
    J'ai essayé de dire ce que je pensais à ce sous philosophe mais je n'ai pu trouver de blog ou quoique ce soit qui m'aurait permis de lui dire son fait directement.
    Jean-Luc Mélenchon continuez votre combat car, malgré tout il y a de plus en plus de gens qui vous soutiennent! Nous devons croire qu'il y a une alternative à tout ce gâchis européen et mondial.

  12. 412
    Claustaire dit:

    Je note la virulence groupique, partisane, sectaire de certains intervenants, ou plutôt (f)rigides thuriféraires du leader maximo qu'ils se sont trouvés. Je suis bien placé (mais nul n'est obligé de me croire) pour savoir que j'ai failli être des premiers adhérents au PdG quand il s'est créé. J'étais un noniste activement militant lors de la campagne du TCE. Mais pour avoir assisté à certaines réunions lors de la constitution du PdG, j'ai été atterré par l'hystérie anti-PS de beaucoup. Je la lis encore ici, cette hystérie. Et je souhaiterais rendre Jean-Luc Mélenchon attentif aux risques que l'on court à trop se contenter de penser entre soi, à se féliciter d'avoir raison ensemble (mais surtout contre d'autres). C'est Ferré qui chantait naguère qu'à force de penser en rond, on a les idées courbes".

  13. 413
    Bertaut dit:

    Mr Mélenchon
    J'ai vu votre entretien avec Mr d'Ormesson. Deux choses :
    1/ Éviter de tomber dans le piège qui vous a été tendu, à savoir votre opinion sur Mitterrand. Surtout que l'on pouvait sentir le coup venir.
    2/ Décidément l'anti-communisme est une obsession chez les d'Ormesson. Vous auriez pu rappeler à votre interlocuteur que sa parentèle, il s'appelait Wladimir je crois, appelait déjà, dans les colonnes du Figaro, pendant l'occupation, à fusiller les communistes.
    Attention. Vous êtes le candidat du Front de gauche, et c'est très bien. Mais n'oubliez pas que le gros des électeurs sont précisément de communistes, qui sont particulièrement chatouilleux sur certains sujets.
    Voilà, à part cela, bon courage et... continuez.
    Fraternellement.
    A.Bertaut

  14. 414
    prat dit:

    On ne dira jamais assez l'obstination à ne pas voir ce qui est évident et surtout à oublier le travail que la vraie gauche a mené pour ouvrir les yeux du monde. Votre article est remarquable de précision et je vais m'employer à le diffuser autour de moi. Bravo, continuez, vos idées finiront bien par aboutir.

  15. 415
    alric dit:

    Moi je suis d'accord avec pedro, dimanche je vais voter Montebourg (je l'avais déjà décidé depuis quelques temps déjà, j'ai lu son programme), cela ne m'empêchera pas de voter FdG au premier tour de la présidentielle. Les socialistes seront dans le vote utile, on leur a assez fait croire que 2002 c'était la faute de ceux qui ne se sont pas déplacé pour le premier tour et s'il y a un candidat socialiste au deuxième tour autant que se soit un que j'ai choisi et qui me va mieux.

  16. 416
    Mercereau Maryse dit:

    Beaucoup de mes amis et relations considèrent les "primaires" comme une avancée démocratique. Moi je suis totalement contre. Il n'y a qu'a écouter France Inter et regarder la télévision. Cela a été pour le parti socialiste un moyen avec l'aimable soutien du pouvoir en place, de monopoliser les ondes. Je n'en peux plus ! Militante P.G, je suis totalement désolée de constater que Jean Luc n'a jamais ou presque la parole. Il faut aussi compter avec les bidonnages style Fête de l'Huma, et nous perdons un temps fou dans nos discussions militantes.
    Je m'étonne donc qu'il n'y ait pas eu de protestations de la part du Front de Gauche face à cette monopolisation du temps de parole sur les ondes par le P.S. En plus nous devrons subir une édition spéciale primaire dimanche soir. Stop. Stop !
    Inutile de dire que je ne participerais pas au vote dimanche, même pour Montebourg car je considère qu'il est aussi un des éléments de la stratégie du P.S, a savoir avoir des pions dans tout l'éventail politique.
    Valls le plus à droite, Montebourg le plus à gauche(mais à la droite du FdG), les autres couvrant le reste de l’échiquier.
    Bon courage Jean Luc, et surtout continue à garder ton sang froid, nous sommes avec toi.

Pages : « 1 2 3 4 5 6 7 8 [9]


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive