27juin 11

Dimanche 26 juin Jean-Luc Mélenchon était l'invité du Grand rendez-vous Europe 1 – Le Parisien. Il s'y est notamment exprimé sur la situation dans l'éducation nationale, la crise de l'euro, le partage des richesses et la stratégie du Front de Gauche pour 2012.

 


26 commentaires à “Invité du Grand Rendez-vous sur Europe1”

  1. 1
    Henri-Georges Naton dit:

    Bravo pour cette belle performance. Ils étaient hargneux en face... Elkabbach avait déclaré forfait ?

  2. 2
    BAB64 dit:

    Même si je supporte le FG et partage l'essentiel de ses objectifs, la position de Jean-Luc Mélenchon et du FG sur l'Euro, dans le contexte des institutions européennes actuelles et de leur fonctionnement, me gêne terriblement. Croire que l'on puisse rendre l'euro plus "social" relève de l'utopie. Il n'est qu'un mark qui ne dit pas son nom et bloque toute marge de manoeuvre monétaire que les pays membres possédaient avant d'abdiquer leur souveraineté. L'euro, dans sa forme actuelle, me parait condamné mais le FG ne semble pas en avoir encore fait le deuil...

  3. 3
    Nicolas Negre dit:

    J'ai été un peu déçu que vous ne fermiez pas encore plus le clapet de vos inteviewers au sujet du classement de Shangaï.
    L'argument qui invalide complètement ce classement pour l'évaluation de la recherche est la non présence des instituts de recherche publics francais (CNRS, INSERM, INRA etc.). Pourtant "Le CNRS figure au premier rang mondial selon l'institut Scimago qui intègre institutions de recherche et universités dans son classement fondé entre autres sur la production scientifique, le nombre de citations, la collaboration internationale, à partir de la base Scopus6 intégrant plus de 18.000 revues scientifiques. Il figure au deuxième rang des contributeurs à la revue Nature en 2010." selon l'article Wikipedia sur le CNRS. Si le CNRS avait une mission d'enseignement universitaire et figurait sur le classement de Shangaï, il y a fort à parier qu'il serait difficile de parler de "France qui recule" dans le domaine scientifique.
    L'argument de favoritisme des publications en langue anglaise est peu recevable par contre. En effet, tous les scientifiques français (à part les sciences humaines) publient dans des revues de langue anglaise qui est devenue de fait la langue internationale de la recherche scientifique.
    Finalement la réflexion sur ce classement tient en une orientation politique. Veut-on conserver le système actuel : reconnaissance équivalente complète des diplômes et enseignements dans toutes les universités française, poids important des organismes de recherche dans les orientations scientifiques nationales? ou alors se calquer sur le modèle anglo-saxon mettant en concurrence des universités (privées pour les plus importantes) entre elles pour les diplômes et les laboratoires de recherche?
    C'est un choix, mais quoi qu'il en soit, il faut bien défendre le fait suivant: dans le système actuel, les étudiants et les scientifiques français ont une très bonne compétitivité internationale et il faut cesser de les dénigrer.

  4. 4
    Harry Corouge dit:

    BAB64
    " L'euro, dans sa forme actuelle, me parait condamné mais le FG ne semble pas en avoir encore fait le deuil... "

    En quoi le Franc nous protergerait - il mieux des prédateurs financiers ?

  5. 5
    BAB64 dit:

    @Harry Corrouge
    Le franc d'après la loi Pompidou-Giscard (dite "loi Rothschild") du 3 janvier 1973 ne nous protégerait effectivement pas mieux: vous avez raison!

  6. 6
    rienamoi dit:

    J'ai écouté Philippe Poutou sur C+. J'avais un peu d'espoir. CGtiste...

  7. 7
    yoann dit:

    Je sais pas ce que jean luc avait bouffé ce matin là, mais je prendrai bien la même chose ! Il a défendu et attaqué comme un vrai chef. Rien à dire de mon coté, si ce n'est que je suis un peu las des questions de ces journalistes qui tournent autour de l'idée de la bipolarité de l'espace politique Ps/Ump.
    Le front de gauche peut gagner en 2012, mettez vous bien ça dans le crâne !

  8. 8
    Rachid dit:

    Salut Jean-Luc Mélenchon,
    Je te kiffe ! Y’a pas a dire tu sais ne pas te faire embobiner.
    Si j'ai rejoint le Front de Gauche (au PG), c'est il faut bien le dire par tes qualités pédagogique.
    Pour une fois un homme politique ne nous fait pas de la langue de Copé (enfin je voulais dire langue de bois).
    Tu expose chaque argument sans te laisser impressionner, et en plus tu te fais comprendre de l'ouvrier de l'employé du petit cadre de l'artisan, bref de tout le monde (c'est ce qu'ils appellent le populisme !)
    Merci pour ta combattivité.

    Avec le Front de Gauche et tous les Caractères, je peux afin espérer que mon padré (un retraité-ouvrier agricole marocain du Gard, qui sait ce que vaut une année de retraite de plus ou de moins...) la verra notre révolution citoyenne.
    Parce que y'en a mare des petits-révolutionnaires-pure-autoproclamé-fils-a-papa-qui-connaissent-le-peuple-que-dans-
    leurs-lectures (qu'ils aillent trimer dans les champs pour un salaire et une retraite de misère aussi, à cause du salaire au noir..., et après cela ils viendront nous donner des leçons de puretés révolutionnaires).

    Comme on dit au Maroc : Allah i raounk ! ("Que dieu t'aide ! "=> mais comme on l'a jamais vu, on préférera "chèrb i raounk" ="Que le peuple t'aide !")
    Amitié révolutionnaire.

    Rachid.

  9. 9
    rosay dit:

    Bonsoir à tous,
    Merci Monsieur Jean Luc Mélechon, vraiment c'est toujours du bonheur que d'écouter vos discours, et c'est toujours du baume au coeur.
    Oui, le Front de Gauche va Révolutionner la politique de notre pays, et qui sait de l'Europe aussi !
    L'histoire de l'humanité crée ce qu'ont appelle un avatar, "un prophète" en quelque sorte, disons comme Jean Luc Ferry en son temps, il a bouleversé la société de son temps en rendant l'école publique obligatoire, alors que la classe dirigeante n'y comptait pas !
    Pour revenir à cette émission radio, franchement les journalistes sont très mal élevés, coupant la parole de J.L.M, pour tout simplement exprimer des sottises assez grosses et stupides, qu'ils ne se rendent pas compte du ridicule, face à l'attente que l'auditeur attend d'eux, dans l'espoir de s'instruire un peu.
    Nous sommes bien de retour du NON au du T.C.E. bataillé par les bien heureux naïfs du oui à l'Europe qui protège.

    Salut et Fraternité. Rosay à + (le 29 au soir)

  10. 10
    Brath-z dit:

    BAB64
    Je suis moi-même assez critique sur la position de Jean-Luc Mélenchon sur deux points dont l'euro (l'autre étant l'immigration). Mais il faut reconnaître à Jean-Luc Mélenchon comme d'ailleurs à Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan et d'autres l'honnêteté de convenir que, dans le contexte actuel, une sortie de l'euro serait catastrophique. Si sortie il doit y avoir, elle doit, comme la création de l'euro elle-même, comme avant l'euro, la création du serpent monétaire, être planifiée sur au moins une décennie. M. Mélenchon n'est pas - n'a jamais été - partisan de la politique du pire.
    Après, il lui faut à mes yeux éclaircir un point programmatique fondamental : et si son option privilégiée (protectionnisme européen et euro géré sainement) n'est pas acceptée par nos partenaires européens malgré l'importance de la France (qu'il a raison de mettre en avant car elle peut effectivement faire basculer la décision), que faire ? Sort-on de la zone euro ? Installe-t-on un protectionnisme national ?
    Pour ma part, je suis partisan de l'une comme de l'autre de ces possibilités. Même, un euro monnaie commune me semblerait une mesure raisonnable, fût-ce à titre transitoire.
    J'ai un mot d'ordre personnel pour qualifier cette position (que Jean-Luc Mélenchon - je sais qu'il lit les commentaire - ou n'importe qui d'autre peut reprendre, et peut-être même quelqu'un y a-t-il pensé avant moi) : "l'Europe contre la France se fera sans la France". Mais gardons à l'esprit que l'Europe peut aussi se construire pour la France, même si ça n'est pas la direction prise actuellement.

  11. 11
    Berdagué dit:

    Jauresist -169
    Vous venez de soulever un sacré machin de propositions complétement décalées avec le vécu quotidien : si j'ai bien compris vous ne voulez pas augmenter le SMIG et donc instituer un salaire minima plafond et de quels droits ?
    Votre argument c'est de porter le consumérisme sur les salaires de survie actuels boostés vers la chute par la précarité, certes c'est le plus grand nombre, mais croyez -moi les salaires qui ne sont pas une charge, ni un cout mais tout simplement un du et très exploité par la propriété privée des monopoles dans tous les secteurs, votre idée ferait la grande joie des pouvoirs de l'oligarchie. Enfin mains dans la main patrons (les gros) et salariés réclamant un statut-quo sur les salaires. Le meilleur des mondes, Warren Buffet a raison nous avons gagné, ils sont bien soumis. L'harmonie quoi.
    Or la réalité est toute autre ce sont les déficits du manque d'une dynamique vers l'augmentation des salaires, car par cette faible augmentation déjà nous pourrions acheter des épinards parce que l'huile d'olive est devenue un produit de luxe très rare.
    Qu'il soit préférable d’être dans la citoyenneté que dans le consumérisme et d’être en addiction avec les objets, les produits à gogo, l'automatisme d'acheter et de jeter tout de suite, d'être conso, oui de prendre une distance avec le fétichisme de la marchandise, oui, mais de nous réduire à une survie et de nous empêcher d'acheter des livres, places de cinoche, théâtre, vacances, voyages internationaliste, musées, découvrir et acheter un hamac de repos nécessaire c'est fort de café.
    Eh bin y a du boulot, à Stalingrad demain !

  12. 12
    marc dit:

    @ henri corouge 4 et bab64 5

    L'Euro est condamné à plus ou moins long terme. Jean-Luc Mélenchon le sait car j'étais à Nîmes lorsque Bernard Cassen l'a expliqué lors d'une rencontre sur le programme partagé.
    La sortie de l'Euro, posée en ces termes, est stérile.
    Contrairement aux USA ou la Chine, l'Euro est la seule monnaie qui soit émise par les banques privées dans le seul intérêt de leurs actionnaires.
    Franc ou Euro, il nous faut établir la souveraineté populaire sur la création monétaire. Seule la puissance publique, démocratiquement élue, est légitime pour émettre la monnaie (Franc ou Euro).
    C'est vrai que le FdG gagnerait à être plus clair.

  13. 13
    anonymous dit:

    Bonjour monsieur Mélenchon,

    Bravo pour tout et merci à tout le FdG de porter nos voix.
    J'ai une critique à faire à propos de cette interview. Lorsque vous avez une émission aussi longue, je pense que vous ne pouvez pas vous permettre de ne pas porter et exprimer les lignes de votre programme de manière claire et concise en empêchant de manière farouche qu'on ne vous interrompe. Je sais que le milieu était hostile et qu'il vous guerroyait, mais lorsque vous parlez, pensez aussi à l'auditeur qui n'a pas lu votre livre : "Qu'ils s'en aillent tous ! : Vite, la révolution citoyenne ".
    Je vous prie d'essayer d'agir à chaque fois comme si c'était l'unique fois qu'il vous écoutera. Je comprends que vous ne puissiez vous adresser qu'à ce type d'auditeur, mais je vous prie de lui donner sa part :)

    Je sais que vous avez plein d’excellents conseillers, mais je tenais à apporter mes modestes impressions.

    Bonne journée à tous et encore, merci beaucoup

  14. 14
    cousyn dominique dit:

    Vu sur le programme du front de gauche (à discuter) un smic a 1500 euros net dans les 2 ans suivant l'élection. Je trouve JL très pédagogique pour nous mettre au sujet du fonctionnement des institutions européennes, FMI, BCE et autres. Il me parait évident qu'il faudra très vite un profond bouleversement, le capitalisme et le libéralisme ne connaitront plus que des soubresauts de vitalité et toujours en tenant la tête sous l'eau a de plus en plus de gens. Il faut en finir avec les contrats précaires (cae), les statuts précaires (auto entrepreneurs), un salaire minimum ne permettant plus d arriver a la fin du mois. J'attends avec impatience les solutions du FdG. Que penser du comportement des dirigeants de syndicats de gauche ? On dirait qu ils ne font plus que défendre les intérêts des personnes syndiquées même quand elles ne sont pas des plus a plaindre. Il faut trouver les solutions, partager davantage ! J'essaie de parler du Front de gauche à des gens de gauche et je sens une réelle écoute mais aussi une réelle résistance. N'y aurait-il pas une peur d’être touchés par la notion de partage. Il serait je crois très utile de rassurer de façon sincère ce que l'on appelle peut-être la classe moyenne ! Ah, si cela pouvait le faire !

  15. 15
    dug dit:

    Merci Jean Luc pour cette interview et ce blog.

    Sur l'europe, je me doute que ce n'est pas facile de concilier tous les avis, mais il faut rester assez critique sur l'europe autant en interview que sur votre blog. Peut-être séparer plus clairement les institutions européennes non démocratique, et la monnaie euro...
    Sinon, je trouve que vos interviews, bien que magistrale, manque souvent de 6ème république, qui est important pour la majorité (hélas) des non votant dans ce pays. Un petit coup de planification écologique, en rajoutant une relocalisation de la production et anti-consummériste serait un plus pour nous démarquer de la social démocratie.

    Bon courage pour la suite, le peuple vaincra.

  16. 16
    Gombald dit:

    Harry Corouge
    En quoi le Franc nous protégerait - il mieux des prédateurs financiers ?

    Parce que les concepteurs de l'Euro ont voulu une monnaie qui ne soit pas dépréciée par des création monétaires d'Etat. Du coup tous les Etats ont abandonné leur droit régalien en matière de création monétaire.
    Donc pour se financer, que ce soit pour créer de nouvelles richesse réelle ou pour payer leurs factures de pétrole, les Etats font comme n'importe quel crétin que nous sommes, ils vont pleurer du crédit sur le marché des banques privées. Banques privées, abondamment alimentées en papier dollars ou livres anglaises qui se redonnent ainsi une vraie valeur aux frais et à la sueur des Européens nunuches qui croient encore que les banques possèdent réellement l'argent qu'elles prêtent. Ce qui est faux.
    Donc avec le système Euro, non seulement l'argent continue à sortir d'une planche à billets – planche à billets privée eu lieu de la planche à billets de l'Etat – mais en plus, maintenant, il faut que l'Etat, donc nous tous le remboursions. Alors qu'avant, on risquait juste, une dévaluation de la monnaie, maintenant, les banques menacent de vous envoyer ses huissiers. Comment ça se passe ? Voir comment le financiers ont pillé l'Argentine. Depuis une partie de la population habite sur des décharges à ordures.

  17. 17
    geoffrey dit:

    En tout cas, quel plaisir d'écouter une interview où l'on parle du fond, de programme, d'idées! Peu importe que les intervieweurs soient hargneux. Ils ont laissé le temps aux arguments de se développer (grâce à votre insistance cependant!). Quant à moi, Sarkozy-Le Pen, je le pense aussi, c'est insupportable, et c'est blanc-bonnet /bonnet-blanc.
    À demain Place Stalingrad !

  18. 18
    Née un 19-Août dit:

    Qu'est-ce que le nucléaire et l'Euro ont en commun ?
    Leurs sorties seront longues, risquées et laborieuses... et elles suscitent beaucoup de questions et d'émois.
    Car à la longue, je pense qu'à terme la zone Euro va bien imploser. Même bien plus tôt qu'on ne pourrait le penser.
    Ce que j'ai bien aimé dans cette interview, c'est que Jean-Luc a été plus rapide que ses interlocuteurs. Il ne les a pas laissé souffler une seconde, donc il a eu la dragée haute sur eux - en plus de la pertinence de ses arguments. Je sentais au fur et à mesure de l'interview que les journaleux en face commençaient à baisser les bras. Juste une impression mais j'ai été impressionnée. Efficace et magistral. Du grand art.
    Sinon, même si ses arguments fusaient en rafales, Jean-Luc restait très compréhensible et pédagogique, enthousiaste et déterminé. Un régal ! Que du bonheur !

  19. 19
    Louis st O PG31 dit:

    BAB64 - Brath-z

    Pour ceux qui ont des doutes sur la sortie ou non de l'Euro, et de l'option choisi par Jean-Luc Mélenchon, je leurs conseille de lire "L'argument" du 10 avril 2011, c'est très explicite.
    Résolution du Parti de Gauche sur l’euro

  20. 20
    Maryse dit:

    Cher Monsieur Mélenchon,

    Depuis maintenant plusieurs mois que je suis votre actualité par le biais de votre blog, c'est le premier commentaire que je m'autorise à vous adresser. Je tenais simplement à vous remercier pour toute l'énergie et la précision que vous mettez à défendre vos positions face à des journalistes qui se révèlent, au mieux partiaux, au pire incompétents, voire incultes. Vos arguments et vos analyses me confortent chaque jour un peu plus de voter pour vous, dès le premier tour. Je vous en prie, sachez vous entourer de gens compétents et avisés et vous ménager dès que l'occasion vous est offerte, afin de réussir au mieux cette course folle que représente une élection présidentielle. Tant de gens ont besoin de votre parole. Encore merci et bon courage à vous.

  21. 21
    Bien Modestement dit:

    Enrichissons-nous mutuellement !
    Intellectuellement, pratiquement, de façon humaniste et tolérante.
    Plutôt idéaliste à mes heures, mon engagement syndical m'oblige à être d'abord très réaliste pour être efficace dans mon quotidien de militant.
    Je crois que le Front de Gauche doit viser cette cohérence: être à la fois ardent défenseur des principes républicains et suffisamment au fait des réalités du terrain pour proposer très concrètement des mesures de justice sociale.
    Et sur ce blog, je retrouve d'extraordinaires compétences dans l'un et l'autre et l'autre de ces domaines.
    Que l'alchimie se fasse donc !

  22. 22
    BAB64 dit:

    @ Louis st O PG31

    Merci pour le lien qui explicite la position du PG sur l'Euro. C'est raisonnable...

  23. 23
    Brath-z dit:

    Louis st O PG31
    Merci pour ce lien (et moi qui étais sûr d'avoir lu tous les documents programmatiques du PG !).
    Là où je reste perplexe, c'est sur les étapes décrites au point n°6, c'est-à-dire ce qu'un gouvernement Front de Gauche ferait en cas de refus de nos partenaires européens de revoir la gestion de l'euro et de la BCE.
    Si je me réjouis que l'on n'en reste pas au point de la menace (étape 2) de la création d'une zone eurosud (on dirait la distinction eurofranc/euromark préconisée par Christian Saint-Etienne) et que l'étape 3 soit l'assumation de l'alternative proposée (ça fait tellement de bien de voir une ligne politique claire, nette, précise et surtout assumée), en revanche, en lisant ce qui suit (étape 5, vu que l'étape 4 décrit un scénario du pire où, après la dislocation de la zone euro, plus personne ou presque n'est attaché à une quelconque union monétaire), je m'interroge sur la pertinence de la création d'une zone eurosud, qui court le risque de devenir une simple vitrine de l'U", un peu comme faisaient les Hollandais au XVème siècle, avec une monnaie surestimée pour les échanges intérieurs et une monnaie correctement estimée pour les échanges extérieurs, ce qui permettait d'éviter de trop grandes fuites de capitaux mais étouffait l'économie productive, si la finalité est la création d'une monnaie commune (ce à quoi je suis favorable).

  24. 24
    JMF dit:

    Madame Coste,

    Qu'entendez-vous par "système barbare" ?
    Et savez-vous que les études PISA sont menées par l'OCDE réputée être d'avantage attirée par une population ayant des compétences directement exploitables en sortie d'école afin d'éviter au maximum aux entreprises la charge financière de la formation de ses salariés dont elle a besoin. La Finlande est également très bien classée par le Forum économique mondial en matière d'Education... bref par des gens d'avantage soucieux de rentabilité que d'instruction, qui rêvent d'une population compétente et obéissante et non pas d'une population très instruite et capable de contester à force d'arguments, laquelle peut aussi être très compétente mais qui sait alors très précisément pourquoi elle l'est à la différence de l'autre qui agit mécaniquement, très douée certes mais mécaniquement. Ca ne me fait pas rêver... désolé.

    Cordialement

  25. 25
    Christian B dit:

    @JLM
    Sur le BAC, il serait très nettement plus juste d'avoir un contrôle continu en trouvant les formes adaptées.
    Ensuite, d'une part nous manquons de professeurs afin d'avoir des classes en petit groupe, d'autre part, les programmes devraient aller plutôt dans le sens d'apprendre à apprendre que qu'apprendre pour apprendre.
    Ensuite les èlèves qui ont des difficultés psychologiques (ouautres) dus à diverses raisons sociales ou autres, sont laissés pour la plupart sur le quai. Ce qui est inadmissible pour une société qui se dit civilisée.
    Egalement, les cours sur le vivre ensemble et l"économie devraient être enseignées très tôt, de façon à donner des armes au futur citoyen.
    Vaste sujet qui est lié aussi au choix de société que nous voulons, un monde de classes ou un monde libre et citoyen. Voilà pour faire très court.

    Sincère soutien au FdG et à son digne et courageux représentant.
    Vive la révolution citoyenne.

  26. 26
    JMF dit:

    @Christian B
    Apprendre à apprendre au lieu d'apprendre pour apprendre. C'est ce que veut imposer la Commission européenne sous la pression des lobbies industriels qui mettent en avant les fameuses études PISA pour imposer leur desiderata.
    Apprendre à apprendre ça ne veut rien dire, c'est un jargon ultra-libéral pur jus qui a trouvé son représentant dans les Sciences de l'Education, sciences qui ont l'art de rendre compliqué ce qui est simple dans un jargon incompréhensible comme savent l'élaborer les experts libéraux pour écarter les citoyens du débat soit disant trop compliqué et que l'on ne peut mettre qu'entre leurs mains d'experts auto-proclamés.
    J'ai vécu ce que vous appelez peut-être l'école barbare des tables de multiplications puis des divisions avec décimales dès le CE2, des dictées, de la conjugaison rigoureuse, des règles du participe passé et des autres abominations telles que les baignoires qui se vident et qui se remplissent... vous savez ces petits problèmes de fin de primaire qui vous forcent à travailler intelligemment avec des poids qu'il faut convertir en volumes, des distances qu'il faut convertir en temps. Et bien figurez vous que je n'ai jamais eu le sentiment d'une barbarie ni d'abomination mais celui d'apprendre et de structurer ma pensée. J'aimais ça comme on aime boire de l'eau quand on a très soif, avoir cette sensation de se remplir d'une substance qui fait grandir.
    Si vous incluez cette école là dans la barbarie, je pense que vous êtes dans l'erreur comme vouloir enseigner l'économie très tôt alors que de nombreux collégiens d'aujourd'hui voire même les lycéens sont parfaitement incapables de poser une division sur une feuille de papier et encore moins de se la poser mentalement sans l'aide de la calculette. Cette satanée division avec décimales à faire de tête et qui démontre votre capacité à structurer votre pensée et à ordonner les choses, ce qui est le début du pouvoir.


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive