21juin 11

Interviews publiées dans "l'Humanité" et dans "Direct Matin"

« Il faut tourner la page ! »

Ce billet a été lu 16 744 fois.

Interview publiée dans "Direct Matin".

Le PCF n’avait pas soutenu un non-communiste à la présidentielle depuis Mitterrand en 1974…

C’est très émouvant. La décision franche des communistes place le Front de Gauche dans une posture inédite. Communistes, socialistes, écologistes, républicains… aujourd’hui, toutes les composantes de la gauche historique se rassemblent autour d’une candidature commune. L’image est forte. Nous sommes cinq partis autour d’un candidat alors qu’au PS, c’est un parti pour cinq candidats.

Vous n’êtes plus au PS, vous n’êtes pas communiste. Qu’est-ce que le «mélenchonisme» ?
Si cela existe, c’est une synthèse. Le républicanisme socialiste de Jaurès reste ma matrice. Je suis aussi lié aux idées fondatrices du communisme et je suis reconnaissant à l’écologie politique de nous avoir permis de rebrasser nos idées. Je suis autant que possible la synthèse de ces trois courants historiques auxquels je me suis ouvert successivement. Je suis en perpétuelle évolution à gauche.

Cela ne va pas sans paradoxe : votre Parti de Gauche prône la sortie du nucléaire, le PCF hésite…
C’est un débat qui touche toute la gauche, et peut-être toute la société. Il y a de vrais arguments d’un côté et de l’autre. En tant que candidat commun, je porterai la parole commune fixée par le Front de Gauche qui consiste à donner la parole au peuple souverain. Donc, un, il faudra un débat, deux il faudra un référendum. A l’occasion de ce referendum, chacun sera libre de défendre sa propre opinion, le Parti de Gauche de son côté, le PCF du sien. Seul le PS et l’Ump refusent ce référendum.
 
Devancer le PS en 2012 est-il votre objectif ?
Nous n’avons pas d’autre choix. Si nous voulons faire vivre une révolution citoyenne, pacifique et démocratique, il n’y a pas d’autre moyen que de passer devant le PS par les urnes.
 
Vous ne négocierez donc pas d’accord avec le PS avant le premier tour ?
Nous ne pouvons pas être dans une démarche d’arrangements politiciens. C’est notre crédibilité qui serait mise en cause. En l’état actuel de nos forces électorales, nous serions broyés par l’hégémonisme des socialistes. Il n’y a qu’une manière de leur faire entendre raison : être fort. Si malgré tout nous arrivons derrière eux, ils devront convaincre des millions de voix éclairés et vigilantes. Il ne pourront plus manipuler les gens.

Comment comptez-vous faire campagne à partir de maintenant ?
Mon obsession est d’ancrer la campagne dans le peuple, à l’image du Non au traité constitutionnel européen, où nous avions gagné contre tout le monde. Nous commencerons dès le 29 juin à Paris, avec un meeting en plein air place Stalingrad, métro Jaurès. Ce sera une vraie bataille. Le PS et l’UMP auront de pesantes armées régulières, gorgées de millions d’euros. Nous, nous serons des francs tireurs et des partisans comme des poissons dans l’eau parmi notre peuple.
 
Sur quoi se gagnera cette élection présidentielle ?
Sur la détermination à tourner la page. Tout le monde voit que le système est usé, à bout de souffle. Il faut tourner la page sur cette manière de partager les richesses, sur ce productivisme absurde où la planète devient une poubelle invivable. Et il faut le faire d’une manière radicale, concrète et démocratique. Tout passera par le peuple. Son heure est venue.

« Notre objectif sera de montrer que le peuple peut reprendre le pouvoir »

Entretien réalisé par Mina Kaci, publié dans l'Humanité le 20 juin 2011.

Jean-Luc Mélenchon, investi candidat du Front de gauche, estime qu'en prenant une décision exceptionnelle, le PCF est « fidèle aux seuls intérêts du peuple ».

Vous souhaitiez un vote « franc » en votre faveur. Avec près de 60 % des voix, êtes-vous satisfait ?

Jean-Luc Mélenchon. Je vis pleinement l'honneur qui m'est fait et le poids de la tâche qui est dorénavant la mienne. Je mesure surtout l'importance du moment. Les communistes viennent de prendre une décision exceptionnelle. Elle répond à la situation exceptionnelle que nous vivons. À gauche, nous avons le devoir de sortir de nos routines pour ouvrir au plus vite un chemin progressiste dans la catastrophe que répand le capitalisme. Les communistes ont su le faire. Cela démontre au passage à tous les sceptiques qu'un parti politique peut être fidèle aux seuls intérêts du peuple.

Comment, avec votre candidature, l'ensemble des partenaires, actuels et à venir, du Front de gauche vont-ils s'inscrire dans la campagne présidentielle et législative ?

Jean-Luc Mélenchon. Comme ils le souhaitent ! Nous sommes à la fois unis et divers. Dans notre rassemblement, chacun reste lui-même et apporte ce qu'il a de meilleur. Mon modèle est la campagne de 2005 (sur le traité constitutionnel européen – NDLR). Pas seulement parce que nous avons gagné. Mais aussi parce que, cette année-là, nous avons inventé un type de campagne radicalement collectif, fondé sur l'implication du peuple et l'imagination de chacun.

Vous vous référez volontiers à votre livre et ses cinq chapitres programmatiques. Le « programme partagé » du Front de gauche, qui vient d'être élaboré, sera-t-il celui du candidat que vous êtes devenu ?

Jean-Luc Mélenchon. Je suis le candidat du Front de gauche, de ses militants et de son programme. Ce n'est pas difficile car nous l'avons écrit ensemble ! Je m'y suis personnellement beaucoup impliqué. Mes convictions s'y retrouvent assez largement pour que je ne sois jamais embarrassé et plutôt enthousiaste. Et pour le reste, je suis comme tout le monde, j'ajouterais et je retrancherais volontiers ici ou là.

À la veille des congés d'été, quelle sera votre campagne sur le terrain ?

Jean-Luc Mélenchon. Mon premier déplacement sera dans les Bouches-du-Rhône, auprès de travailleurs de Fralib, qui veulent reprendre en coopérative leur usine menacée de délocalisation. Leur action résume bien ce que porte le Front de gauche. En se mobilisant et en dépassant les limites étroites de la propriété capitaliste, ces salariés défendent l'intérêt général contre les logiques financières. Ensuite, le 29 juin, à Paris, place Stalingrad, ce sera notre premier meeting de campagne et d'appel au rassemblement. Tous ceux qui le souhaitent pourront investir ce soir-là une place publique, comme le font les peuples arabes ou les Indignés en Espagne et en Grèce. C'est un symbole car nous pensons qu'en France aussi il nous faut une révolution citoyenne.

Face à Sarkozy, que porte d'original à gauche le Front de gauche ?

Jean-Luc Mélenchon. Il est le seul à porter l'ambition de regrouper une majorité pour gouverner la France sur un programme de radicalité concrète, sociale, écologique et républicaine. Il est le seul à appeler à une implication populaire forte à travers des assemblées citoyennes. Et il s'en donne les moyens : le Front de gauche incarne l'unité, comme va le confirmer dans les jours à venir son élargissement à plusieurs mouvements politiques.

Le Front de gauche peut-il forcer le passage face au vote utile qui se profile ?

Jean-Luc Mélenchon. C'est tout l'enjeu de la bataille. Personne ne peut en prédire l'issue. Nos idées sont en phase avec l'exaspération sans précédent que provoque la mise en coupe réglée des sociétés par les intérêts financiers. Dans la campagne, notre objectif sera de montrer que le peuple peut reprendre le pouvoir que l'oligarchie lui a confisqué. Si nous y parvenons, tout est possible. Nous sommes le vote utile pour le grand nombre. Les autres votes sont des votes de résignation ou d'accompagnement de la crise en cours.

Le débat est ouvert au sein du Front de gauche pour qu'il trouve sa voie dans son élargissement. Quelle est votre opinion ?

Jean-Luc Mélenchon. Cet élargissement est en train de se réaliser avec l'entrée de nouvelles organisations. J'invite maintenant tous ceux qui nous regardaient avec intérêt, mais hésitaient en se demandant si nous étions capables de continuer ensemble à franchir le pas, à venir participer à notre campagne. Surtout, j'appelle chaque chaque personne 
qui se sent concernée par notre action à s’y impliquer elle-même 
à son rythme et avec ses méthodes. 
Face aux millions d’euros que 
les autres vont mobiliser pour
faire campagne, notre grande force est celle qui vient du terrain, 
c’est notre nombre, notre 
savoir-faire, notre intimité 
avec notre peuple.

Interview publiée par l'Humanité.


201 commentaires à “« Il faut tourner la page ! »”

Pages : « 1 2 [3] 4 5 »

  1. 101
    Louis st O (PG31) dit:

    Le Prolo de Biolo

    Je reconnais que ma phrase est mal tournée, j’ai écrit ce commentaire pour arrêter la zizanie entre nous, ce n’est pas pour en remettre une couche et relancer la discussion pour où contre.

    Tous ensemble. Rassemblons.

    A partir d’aujourd’hui mon pseudo sera Louis st O (PG31)

  2. 102
    citoyenne21 dit:

    Gerin claironne qu'il n'excluerait pas de se présenter à la présidentielle !

  3. 103
    provola dit:

    Si la gauche
    Si la gauche n'est qu'un refuge de bobos en mal d'existence, persuadée que les classes populaires n'ont qu'à bien se tenir face à la mondialisation,
    si la gauche veut en fait profiter des avantages que lui offre la droite libérale sans en avoir l'air,
    si la gauche a peur que son bras gauche lui échappe pour écarter son assiette mal récurée et la tendre à l'indigent de service,
    si la gauche accepte les caméras du front national à tous les coins de rues sous prétexte de répandre une illusoire sécurité des coffres forts,
    si la gauche n'est qu'un repère de nantis, repentis d'abondance,
    si la gauche racle les fonds de tiroirs du vert pour rallier les arbres à sa cause,
    si la gauche n'est qu'un centre de la bonne conscience, si la gauche prône la défense de tous les nombrilismes,
    alors la gauche gagnera les élections mais elle aura perdu son âme.

  4. 104
    s joliet dit:

    Alerte pour JLM:
    sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/06/22/les-solutions-de-responsables-politiques-francais-pour-sortir-la-zone-euro-de-la-crise_1539159_3214.html#ens_id=1508090, au paragraphe "JL Mélenchon" je lis à 14h42: "la BCE doit racheter les titres de la dette publique des Etats. Il faut obliger ces derniers à se refinancer sur le marché".
    ces derniers: les Etats. Il faut obliger les Etats à se refinancer sur le marché ? Je crois bien que vous dites l'inverse!

  5. 105
    Pierre Kiroul dit:

    Partant du principe que le peuple français, dans sa grande majorité, ne comprend rien à l'économie et à la finance, que ces mêmes Français pensent que le m*****r vient du trop de fonctionnaires, du trop de fainéants qui ne veulent pas bosser, du trop d'allocs, du trop d'immigrés, qu'il n'est pas possible de sortir de l'Europe sans déclencher une catastrophe type guerre ou crise de 29, comment peut on avoir un discours simple et convaincant pour semer le trouble et faire réfléchir ?
    Ce n'est pas une question du bac.
    Tout ce que dit, ou dira Jean-Luc Mélenchon pour prouver le contraire sera tourné en ridicule par un simple mot : Populiste. Que ce soit par la droite ou par la gauche.
    Alors, quels sont les arguments qui pourraient faire vaciller les consciences, et qui peut les porter ?

  6. 106
    Berdagué dit:

    Chat in Programme:
    3 La planification écologique
    - Des choix énergétiques sous contrôle citoyen.
    - Relocaliser l'économie,coopérer.Une nouvelle politique de transport.
    - Contre la marchandisation des biens communs,préserver et partager les ressources naturelles.
    Dans le 1er § je lis : " Nous proposons un débat public national immédiat sur la politique énergétique en France."
    Tu vois je ne décide de rien mais je suis 100% d'accord avec cette méthode de démocratie réelle. Le débat public ouvert.
    Je te signale que je ne possède aucune voiture petite ou grosse gourmande en énergie vorace que ce soit celle de la marque que tu as citée ou une Trabant cachée et très polluante. Par contre j'ai un projet depuis 15 ans d'une voiture électrique, ce projet a été communiqué à qui de droit !
    Mais ce qui me préoccupe et depuis des lustres c'est le nucléaire militaire et en particulier celui qui est ou/et sera miniaturisé, la bombinette dans la pockette, perso. Et quand je lis dans le programme :" Nous agirons pour la dénucléarisation,pour le désarmement multilatéral et contrôlé de tous les types d'armement dans l'esprit de la culture de paix impulsée par l'Unesco et la charte des Nations-Unies. " dans la partie 8 dernier § / 100% d'accord.

  7. 107
    Julien H dit:

    Permettez moi un jugement sévère sur Gérin, dont je trouve l'attitude très lâche.
    Lâche car il a refusé de se présenter devant les siens le week-end dernier, sans doute certain qu'il allait perdre face à Mélenchon et même Chassaigne, puisque rappelons que les militants PC ont voté à 96% pour le FdG. Sans aucune crédibilité aujourd'hui, il menace donc de se présenter à la présidentielle, trois jours après l'élection de Mélenchon, histoire de saboter nos efforts et la campagne.
    Gérin ne veut pas du FdG, mais la violence de ses bêtes propos sur l’immigration (il pense d'abord à se faire réélire aux Minguettes) ne le mèneront pas très loin. Le PC a dénoncé cette attitude, et devrait l'exclure du Parti si jamais il comptait s'engager en solitaire dans la campagne, certainement pas, en tout cas, au nom d'un Parti Communiste pleinement engagé dans le FdG.
    Il veut que le plus grand nombre fasse l'amalgame entre ses propos racistes et le PC, donc le FdG, donc Mélenchon. Il veut nous nuire, et reviendra sans aucun doute à la charge d'ici 2012. Le PC doit penser à l'exclure au plus vite, pour lui signifier que le Parti est pleinement engagé avec le FdG, et qu'il ne laissera pas passer une autre candidature.
    Je l'ai toujours pensé, mais si le FdG veut se stabiliser (je pense aux municipales de 2014 où nous pourrons faire un coup, à l'italienne), il faudra que l'attitude du PC envers ses éléments perturbateurs soit la plus clair et stricte possible. Il en va de notre avenir que de peaufiner encore un peu plus le socle de l'union avec nos camarades.

  8. 108
    Rachel dit:

    J'ai aussi été choquée par les propos d'André Gérin sur l'immigration, qui n'ont rien à faire dans la bouche d'un communiste. Ça et cette histoire de communisme "identitaire", ça ne sent vraiment pas bon...

  9. 109
    thierry dit:

    Je viens de lire programme populaire partagé. Pas un chiffre. Je suis affligé.

  10. 110
    vm dit:

    @ Gilbert 97 et à tous :
    Un nouveau site du FdG est en train de se créer pour renforcer la dynamique et élargir l'unité : http://reseau.dynamique-frontdegauche.fr/
    Je pense qu'on pourra y trouver bientôt toutes sortes de documents et précisions, il y a déjà une déclaration de Gérard Aschiéri (FSU).
    Il sera intéressant d'y intervenir, tant pour soutenir Jean-Luc Mélenchon déjà attaqué de toutes parts - (comme le signale joliet 105, on ment déjà en son nom !) que pour proposer des initiatives au nom du PG et à l'adresse de toutes les composantes anciennes et nouvelles du FdG. Pour signaler aussi des initiatives et prises de position.
    Ceci pour consolider l'unité sur des bases sûres !
    Salut et fraternité à tous !

  11. 111
    Alain Guillou dit:

    Au sujet du programme partagé qui serait introuvable sur le site FdG... Il reste un an de révolution citoyenne à accomplir, çà veut dire, non seulement que nous allons bousculer les habitudes politiciennes pour faire tous ensemble de la grande politique, et alors, il est normal que le programme partagé ne soit pas bouclé à l'intérieur des partis du cartel initial. Ce qu'il faut partager, une fois les grands principes lancés pour rassembler, c'est l'implication populaire dans le partage de l'écriture finale car il s'agit d'une volonté populaire à faire émerger. Ce qu'il y a à partager n'est pas un programme électoral comme ceux des formations traditionnelles. Il faut co-écrire sur les bases déjà bien avancées dans le PG et dans le PCF, car les solutions à la crise ne sont pas toutes cuites. Pour devenir efficaces, elles devront à la fois être fortes d'une bonne expertise de la part des économistes remettant en cause les dogmes dominants ayant généré l'aggravation de cette crise du système, et là le partage se fait entre des experts comme Jacques généreux, ceux d'ATTAC, ceux de la revue Economie et politique qui sont tous porteurs de sorties de crise possibles, compatibles, mais des choix restent à faire car pour qu'un programme économique réussisse il doit être politique, vu que l'on demande tous ensemble que l'Etat joue son rôle en ce domaine. Donc ce programme partagé est à partager avec un peuple souverain qui, au cours de la campagne du Front de gauche, aura découvert l'importance de ses revendications sociale, politiques et environnementales dans la définition et le chiffrage des nouvelles valeurs économiques de sortie de crise.
    Car tout est inter-relationné, comme on s'en doute. La dignité de l'humain au travail aura à voir avec l'efficacité collective des équipes françaises, dont la vocation reste d'être des défricheurs de bonnes méthodes basées sur...

  12. 112
    sam dit:

    Le PS est un parti moribond complètement empêtré dans ses primaires dont le résultat sera bien évidemment l'implosion de ce parti de centre droit. Il y a beaucoup de courants au PS mais malheureusement peu de lumières.
    Il refusera la sortie du Traité de Lisbonne (puisqu'il est tenant du OUI de 2005!) donc il refusera toute désobéissance à l'UE. Il se couchera, comme Papandréou en Grèce, devant la finance et son bras armé le libéralisme lorsque les instituts de notation s'en prendront à la France pour lui faire rendre gorge. Ce parti n'a plus rien de populaire, mais il est constitué principalement d'élus qui ne veulent pas perdre leur place et qui se contentent de flatter le patronat, les banksters et sont prêt à collaborer avec une fange de la droite afin de conserver leur pré-carré.
    En aucun cas il ne peut être un vote de désistement républicain au deuxième tour car ils ont tout fait pour supprimer ce qui restait de républicain chez eux. Le vote utile, cette fois ci, les Français l'ont bien compris, c'est le vote Front de Gauche, la seule alternative à la catastrophe que la droite et la sociale démocratie envisage pour l'avenir de notre pays.

  13. 113
    marsouin dit:

    bonjour,
    Alerte "le Monde" a écrit une contre vérité sur le discours de J.L Mélenchon, voici ce qui est écrit :
    "Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche"
    "D'abord, il faut éteindre l'incendie et construire un coupe-feu : la BCE doit racheter les titres de la dette publique des Etats. Il faut obliger ces derniers à se refinancer sur le marché.
    "
    Alors que je l'ai toujours entendu dire le contraire, c'est à dire que les états puissent emprunter directement au près de la BCE au taux que celle-ci prête aux banques actuellement !
    Monsieur le webmestre je vous demande s'il vous plait de faire remonter l'alerte, merci.

  14. 114
    chat dit:

    À Louis st O (message n°99),

    Certes on ne peut pas sortir du nucléaire du jour au lendemain sans avoir trouvé une autre source (renouvelable) d’énergie. Or nous avons mille solutions. Celles du PG, ce sont les solutions du scénario Négawatt. Mais je voudrais quand même ajouter que même s'il n'y avait pas d'autre source, il faudrait quand même décider de la sortie du nucléaire. Pas du jour au lendemain certes. Mais il le faudrait. Ceux qui parlent de jour au lendemain et de bougie le font seulement dans le but de discréditer et d'empêcher tout débat. Et que les indécis et les pro nucléaires (pas toi donc, j'avais compris) arrêtent une fois pour toutes, par pitié, avec cette histoire de bougie, parce que ce les Japonais y sont, en ce moment, à la bougie, et malgré eux. Et ce n'est même pas à l'âge de pierre qu'ils vont retourner, c'est au néant.
    J'insiste : même s'il n'y avait pas de solutions, il faudrait sortir du nucléaire, que ce soit dans 10, 15 ou 30 ans. Avant le nucléaire les gens existaient aussi. Ce n'était pas l'enfer. C'est la terre irradiée qui est un enfer. Ce que les nucléocrates ont fait, ils doivent le défaire. Rien ne justifie l'industrie nucléaire. Rien. Pas même l'hypothétique absence d'alternatives.

  15. 115
    LASSUS dit:

    Après l'affirmation d'idées claires, voici que la stratégie de campagne s'affirme. Montrer au peuple qu'il peut récupérer le pouvoir confisqué par la finance et l'oligarchie. Bravo c'est cela que l'on veut. Porter le débat sur la place publique pour que chacun trouve une possibilité d'espérance.
    Courage, on est motivés!

  16. 116
    Toma dit:

    Après lecture du programme populaire partagé qui fait la synthèse des propositions des 3 partis, deux remarques :
    - Je trouve le texte un peu faiblard sur la dimension relocalisation de l'économie. Pourquoi ne pas travailler à la création de monnaies locales ?
    - Pourquoi le cumul des mandats n'est pas abordé dans la partie sur le VIe république ? (a moins que je n'ai mal lu). Ne pas voir le mandat unique dans le programme serait très décevant. Par ailleurs, on pourrait aller plus loin sur la démocratie participative, en tirant au sort une partie des sénateurs.

  17. 117
    stefo dit:

    Bonjour à vous,
    Conquis par le parti de gauche, je suis encore freiné dans mon adhésion par l'alliance avec le Parti communiste. Je ne connais de leurs idées que quelques clichés probablement dépassés : la dictature du prolétariat, la collectivisation etc., vieux restes de mes livres d'histoires sur les révolutions russe et chinoise ! Je voudrais savoir ce que veulent les communistes d'aujourd'hui. J'irai sur le site du PC, je chercherai... mais si une bonne âme de passage pouvait me conseiller un site, un article, un livre, je lui en serai très reconnaissant.
    Merci d'avance !

  18. 118
    arnould dit:

    Je me réjouis que JL Mélenchon soit notre candidat de gauche. Pour autant un décalage me préoccupe : Mélenchon fait un tabac avec son livre, ses meeting sont pleins, à la TV l'audimat augmente quand il est invité (les téléspectateurs attendent-ils un dérapage verbal de JL ?), la crise du capitalisme est montrée tous les jours dans les journaux (indignés en Espagne et en Grèce), alors pourquoi les intentions de vote en sa faveur ne décollent-elles pas ?

  19. 119
    jean ai marre dit:

    @ 118 arnould
    alors pourquoi les intentions de vote en sa faveur ne décollent-ils pas ?

    Cher ami : l'inertie, toujours l'inertie.
    N'oubliez pas que les enquêtes sur les intentions de vote sont commandées par les journaux pour vendre du papier.
    Rien ne vous empêche de faire des papiers : moi, je vote Mélenchonet de les mettre dans les boites à lettres tout autour de chez vous... je vous assure que c'est fait discuter.

  20. 120
    Nicolas VDR dit:

    @119
    Les sondages ne décollent pas. Peut-être est-ce dû à la manière dont ils sont faits et auprès de qui ils sont faits. Un exemple : si un journal de droite fait ses sondages auprès de ses lecteurs, il est bien évident qu'un candidat de gauche fera un mauvais score. En effet, tout le temps, les sondages dont on nous abreuve viennent des mêmes sources. Autant que je me souvienne, il n'y a pas de sondages du genre IPSOS/L'Huma car s'il y en avait, les résultats seraient sans doute très différents. Donc, dans notre belle démocratie, pays des droits de l'homme et tout et tout, les sondages viennent des mêmes sources, au même titre que les "journalistes experts ès-politique" que l'on voit à la TV, ce sont toujours les mêmes que l'on voit sur iTélé, France5, France2, Canal+ et en plus ce sont encore eux qui officient à la radio. La pensée unique quoi, pour bien faire rentrer dans la tête du bon peuple la pensée unique, car il est bien évident qu'ils savent ce qui est bon pour nous !

  21. 121
    jake B dit:

    @ 119 arnould

    Et bien cela ne décolle pas parce les Français sont des bœufs nourris à la sauce TF1 CANAL+ et qu'ils croient tout ce que les bonnes âmes leur racontent. Pas de salut hors l'Europe. Tout çà c'est la faute des fainéants, fraudeurs, et émigrés. La liberté du commerce vous garantit le meilleur. j'en passe et des meilleures. Et comme UMP et PS, des gars qui dirigent le pays depuis 50 ans quand même, le disent aussi, et bien y'a pas de raison de ne pas le croire.
    Qui va lire les blogs et forums sur internet pour se faire sa propre conviction ? Qui a 2 sous d'éducation en économie ?
    Et pour finir, tout le monde taille un joli costard à Jean-Luc Mélenchon en le comparant à Le Pen, Marchais, etc...

    La route sera longue et la pente est raide.....

  22. 122
    olivier dit:

    Voila c'est fait, dans notre petite camapagne, nous allons créer un collectif de soutien du front de gauche (comme nous l'avions fait en 2005 pour le non). Tract distribués à la population, et réunion d’information sur le programme du front de gauche. Peut être une initiative un peu plus importante fin août (fête). Je vous en reparlerai et vous tiendrai au courant. Ce collectif sera bien entendu ouvert à toute personne désireuse d'un changement profond de politique et se retrouvant autour d'une gauche progressiste et de transformation sociale digne de ce nom...
    Nous sommes déjà une dizaine (donc 3 cocos, et 8 sans étiquettes).

  23. 123
    antigone dit:

    @121 Nicolas VDR
    Pour la campagne du non c'était pareil on avait tous les appareils des partis majoritaires UMP, PS contre nous. On disait que nous étions sur la même position que Le Pen et les sondages nous donnaient perdants. Seulement on a fait une campagne hors sol sans les médias dans les bars, par internet.... et on a eu le NON. (Certes avec la droite souverainiste ou républicaine anti-libérale) mais là on peut compter sur les abstentionnistes, les déçus etc.
    Alors là moi j'y crois d'autant plus que dans ma famille, je viens de comptabiliser 4 ralliement inespérés qui allaient voter DSK ! On peut y arriver si tous on se prend le mel et on commence à envoyer des vidéos, des morceaux choisis, du programme et des articles à notre entourage, car parfois les gens ne vont pas à l'information. Le soir de la victoire ce sera le Grand Soir !

  24. 124
    REMI dit:

    Pour Stepho
    Avec mes 40 ans de militantisme communiste derrière moi (j'en ai 54), j'aimerai bien te parler des multiples évolutions du PC. Je te rassure de suite, la dictature du prolétariat et autre centralisme démocratique, y'a longtemps que c'est fini... Si tu participais à une réunion de section communiste, tu serai étonné par la liberté de ton et d'esprit. Et tu peux pas savoir combien je suis heureux que ce soit Mélénchon mon candidat, malgré que je ne sois pas OK avec tout ce qu'il dit. Mais je crois qu'avec lui, on tient le bon bout et qu'on va faire péter les urnes. Y'en a trop marre de ce système ! Peut être à bientôt... à la fête de l'Huma ?
    Amicalement.

  25. 125
    Née un 19-Août dit:

    @ sam (#113)
    Bien d'accord avec vous. Que le PS meure de sa belle mort et on lui fera un enterrement de 6ème République à défaut de 1ère classe !

    @ arnould (#119)
    Vous avez dit le mot : "sondages". Et si les sondages avaient tout faux par rapport à la réalité que vous décrivez ? Les faits sont têtus, comme disait Lénine. Les sondages ne sont que des extrapolations concoctées par des illuminés qui se croient tout-puissants à la tête de journaux dont les actionnaires sont contre les propositions du FdG. Rien d'étonnant.
    Ou alors, les sondages révèlent que les propositions du FdG décollent mais ces instituts de sondage ont bien trop la trouille de déplaire à leurs clients et/ou actionnaires. Et donc, ils travestissent les faits. On ne peut pas exclure les petites tambouilles d'arrière-cuisine journalistique.
    Dans la même veine, comment cela se fait-il que l'on continue à parler dans les média du PS (et accessoirement leurs supplétifs EELV) comme de la gauche, comme s'il n'y avait qu'eux ? Pour la même raison. Black-out sur le FdG ! Mais cela me paraît de bon augure. Rappelez-vous du black-out sur le Non en 2005 et vous avez vu le résultat.

    A ceux qui craignent une personnalisation de la candidature de Jean-Luc, je dirais ceci :
    - derrière son "je", puissant et déterminé, c'est le "nous" que j'entends. Pour ma part, son "je" ne me fais pas trembler. L'important, c'est qu'il fasse trembler ceux qui auront le plus à perdre du programme du FdG.
    - son "je" deviendra très pratique lorsqu'il faudra taper du poing sur la table face aux banksters.
    - enfin, voici un petit proverbe oriental que je me dis souvent devant l'imperfection de tout un chacun et surtout la mienne : "Il n'y a pas d'homme parfait, mais que de parfaites intentions". Tout est dans l'intention, c'est cela qui nourrit la sincérité qui touche les cœurs et les intellects.

  26. 126
    citoyenne21 dit:

    Je pense comme JakeB (122) que beaucoup de gens sont encore trop à se dire, défaitistes, "de toute façon, l'argent va à l'argent, tu nais pauvre, tu crèves pauvres". C'est la fatalité et puis basta et ils acceptent cela comme une vérité à ne jamais plus remettre en question. Que les riches se gavent éternellement et que les pauvres continuent à trimer dur pour un résultat nul car quand après un vie de labeur on ne peux même pas devenir propriétaire ne serait-ce que de son logement, j'estime que ce n'est pas normal. Dans ma propre famille, j'ai convaincu ma sœur de voter Mélenchon, mais ce ne fut pas bien difficile, elle n'a pas le temps soi disant de s'intéresser à la politique et j'aurais beau lui envoyer par mail des vidéos, elle ne les regarderait pas. Elle préfère se distraire autrement, c'est son droit mais alors qu'elle ne vienne pas se plaindre après que la vie est dure. Certes elle votera pour Mélenchon parce que je le lui aurais conseillé et parce que contre Sarko, et encore au final ira-t-elle vraiment voter ? (on n'habite pas la même région). C'est très difficile de réussir à déloger les gens de leur passivité ou de leur défaitisme. Je ne peux pas comprendre qu'on ne puisse pas avoir la rage et l'envie de tout changer devant les injustices actuelles. Depuis que je viens sur ce blog, j'ai une pêche d'enfer parce que je pense réellement que les lignes peuvent bouger. Les collègues au boulot, n'en parlons pas, ils étaient la plupart prêts à donner les clefs à DSK alors que quand je le pouvais je n'arrêtais pas de leur déconseiller mais bon ils ont la plupart des à priori sur Jean-Luc parce que lié aux communistes et pour certains hélas communisme égal goulag ! Ils en sont encore avec de tels clichés pour certains, on n'est pas sortis. Je ne pense pas que je pourrai avoir de la patience pour convaincre des gens qui pensent aussi étroitement si j'étais militante. Je souhaite bien du courage à ceux qui vont s'y coller !

  27. 127
    olivier dit:

    Les sondages d'opinion, on s'en fout, Mélenchon à 5 ou 6 ou 8 ou 9 peu importe. Ce qui est sûr, c'est que si nous arrivons à faire prendre le mayonnaise (constitution de collectifs, campagne active...) alors là on sera sur du 12 voir 15 et qui sait ?
    Nous on fait campagne avec nos moyens et en avant le Front de gauche.
    PS : pour certains cocos qui pensent que le parti est mort, je leur dit : c'est la candidature de Mélenchon qui va réanimer le PC. Bravo la direction du CN.
    Olivier (membre du PC et fier de l'être et encore plus fier après la désignation de Jean-Luc Mélenchon).

  28. 128
    bertgil dit:

    Europe: Aubry fait programme commun avec les socialistes allemands.
    Mme Aubry nous fait le coup cette fois de la gouvernance économique et sociale plus forte et plus efficace. La dernière fois c'était l'Europe qui protège, et d'autres sornettes. Bien entendu avec son camarade allemand, elle critique les Sarkozy et Merkel en oubliant de nous expliquer que les sociaux démocrates ont été au pouvoir en Allemagne. Schröder connait pas et encore moins les mesures rétrogrades qu'il a prise. La coalition avec Merkel connait pas. La nature première de ce PS c'est le mensonge.

  29. 129
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    @ - 102 - Louis St O

    "A partir d’aujourd’hui pseudo sera Louis st O (PG31)"

    Bienvenu à bord... :-)

  30. 130
    hold-up dit:

    129 - bertgil
    " Europe: Aubry fait programme commun avec les socialistes allemands "

    Programme Hartz IV pour tout le monde. Job à 1 euro de l'heure et tutti quanti. Les Grecs en rigolent déjà et commencent la Révolution Citoyenne. Ils commencent chez eux dans la joie, la bonne humeur et la détermination. Paraitrait que c'est contagieux.
    Loi Hartz IV : " L'inspirateur de ces réformes, Peter Hartz, était le directeur du personnel de Volkswagen, où il négocia des accords sur la flexibilité des horaires. Il a démissionné le 10 juillet 2005 à la suite d'une affaire de corruption " (voir wikipédia)
    Que Se Vayan Todos !

  31. 131
    Pancho dit:

    Va pour le Front de gauche!
    Mais que propose t-il concrètement aux employés des petites entreprises artisanales sachant que la majorité de ces petits patrons luttent tous les jours pour l'existence de leur travail. Je trouve que rien n'est dit pour cette catégorie et ce qui explique à mon sens pourquoi les sondages ne décollent pas car une grande majorité de travailleurs bossent dans ces boites. Serait-il possible de nous présenter un projet qui tienne la route?

    Je vois mal dans la conjoncture actuelle un patron augmenter de façon significative le salaire de son employé avec les lois de retenues sur le taux horaire actuelles et tant qu'à proposer une stratégie, ne serait-il pas de bon ton de proposer une alternative de fonctionnement de la fiscalité du travail aux très petits patrons et auto-entrepreneurs?

  32. 132
    Née un 19-Août dit:

    @ citoyenne21 (#127)
    Pour me coltiner régulièrement et depuis de nombreuses années à la question de semer la bonne parole, je me suis aperçue que justement, on sème. J'ai beaucoup aimé ce que disait Jean-Luc à propos de ce qu'est une campagne : On sème beaucoup pendant la campagne et on récolte le jour des élections (en substance).
    Je cherche à convaincre et je peux me montrer très persuasive. Mais si en face, je m'aperçois que la personne n'est pas réceptive, je laisse tomber - provisoirement. Je me contente de semer, c'est tout. Après, la graine semée peut germer - ou pas. Après tout, la personne n'a peut-être pas reçu ce que je lui disais parce qu'elle n'était pas réceptive à ce moment précis mais quelque temps après, elle a pu réfléchir et revenir sur son opinion. Et un jour, on découvre que la personne en question est du même avis que soi.

    Je garde à l'esprit les points suivants si l'on ne comprend pas mon propos :
    "Tout ce qu'un homme sait, il ne le peut toujours communiquer ; quant à ce qu'il peut communiquer, il n'est pas toujours opportun de le faire et ce qu'il pourrait opportunément communiquer ne correspond pas toujours à la capacité réceptive de ceux qui l'écoutent."

    Les mots parfois sont imparfaits et nous-mêmes, en tant que véhicule de ces mots, ne sommes pas mieux. Mais nous ne devons pas regarder nos limites, mais plutôt notre potentiel.
    Donc, je continue à semer, somme la Semeuse qui ornait certaines de nos francs. Si j'accroche une personne, tant mieux. Sinon, je laisse la graine prendre racine dans la personne en espérant que ça va germer. Enfin, il y a des personnes, et il faut l'accepter, qu'on ne peut pas convaincre. Je n'insiste pas et je les abandonne à leur sort.
    Semer, même si le résultat n'est pas évident de suite, c'est souvent ingrat. La récolte ne se fait pas toujours au même moment. Mais il faut le faire. Car on a parfois de jolies surprises au bout. Encouragements à tous !

  33. 133
    ddmm dit:

    Bien vu Pancho (132) voila pourquoi en grande partie, à mon avis également, les sondages ne décollent pas.
    Cette catégorie d’électeurs, ne se sent pas représentée par le Front de Gauche, ne vote pas ou pire vote FN, à tord bien entendu.
    C’est très bien de proposer un CDI aux 800.000 précaires de la fonction publique, ça c’est parlant, mais çà laisse de marbre les nombreux travailleurs des petites boites. Ils doivent je pense, avoir l’impression d’etre délaissés. Il faut également trouver pour eux, les paroles attirantes qui les sortiraient de leur torpeur. Gageons que le Front de Gauche, entre autre par la bouche de son meilleur représentant saura les réveiller, s’ils se sentent eux aussi concernés.

  34. 134
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    C'est parti.
    1ère Vidéo de Campagne. A diffuser largement et tous azymuts...

    http://www.pcf.fr/video/8895/0

  35. 135
    AG91 dit:

    Images et comm : si je peux me permettre, je trouve que la première image de "Invité du 20h" donne à Mr Mélenchon une belle allure de présidentiable, image souriante, engagée de présence forte, déterminée, franche, plus que la photo de l'affiche du meeting avec ce regard rêveur et lointain, qui était bien jusqu'à maintenant mais là nous y sommes, présents, assurés pour les virer tous, la tête haute.
    Regardant aujourd'hui les questions parlementaires, visionnant le dernier débat avec Y Calvi, je vois que la droite non seulement ne lachera rien, n'entendra rien, ne cherchera pas à voir l'intérêt du peuple mais juste le sien, assurée qu'elle est par la finance.
    Je me dis qu'ils semblent en guerre et n'hésiteront pas et je sais combien la puissance capitaliste est porteuse de la pulsion de la mort.
    La vie devant nous

  36. 136
    Erick dit:

    Communiste heureux et fier d'avoir voté pour vous, dans le cadre du département du Rhône, où ça a castagné sec (au sens figuré) à cause de Gerin, département rhôdanien où le débat a été pertinent et radical, je constate que les communistes FdG, majoritaires malgré les assauts gérinistes, vont s'engager avec toute l'ampleur de leur savoir-faire dans la campagne.
    La satisfaction s'accompagne d'un gros épuisement, d'une nécessité, en tout cas pour moi, d'un moment de pause et d'analyse. J'ai parfois l'impression qu'on s'imagine mal les débats animés et virulents qui ont traversé le P.C.F., pourtant à l'initiative du Front.
    J'aurais aimé de votre part une intervention audiovisuelle, comme celle qui a suivi le soutien officiel de votre candidature par le C.N. du P.C.F. Car le choix des militants a été courageux et il est plus important, à mon sens, que le choix de la direction. Un signe de gratitude pour la base est pour moi indispensable car, croyez-moi, elle s'est mobilisée et je pense que Pierre Laurent lui-même, en respectant le choix des militants d'indiquer les 4 options proposées, s'est fait du souci jusqu'à la fin (nous, membres du FdG, sommes toujours les premiers à remettre en cause les sondages). Alors après autant de stress, ça ne mange pas de pain.
    Il me semble surtout que dans le cadre de la communication, une telle intervention est nécessaire. Certes "direct Matin" est lu, mais l'Humanité prêche à une majorité de convaincus. J'aprécie d'ailleurs vos références aux FTP, en tant que fils de résistant, et le contrepied à la pensée unique avec la place Stalingrad, le metro Jaurès. Nombreux sont ceux qui ont oublié que la défaite du reich a commencé à Stalingrad. Nombreux sont ceux qui ne savent pas que Jaurès a été assassiné en essayant d'éviter une guerre voulue par le capitalisme.
    Une intervention visuelle est surtout plus commode à faire tourner, sur youtube, dailymotion, par courriel, etc. Usons du système pour le...

  37. 137
    olivier simon dit:

    Je ne fais parti d'aucun mouvement composant le Front de gauche et je n'ai pas envie d'adhérer à l'un plutôt qu'à l'autre. Pourtant j'ai envie de m'engager dans la campagne. Comment puis je faire pour participer aux réunions des différents comités ? J'ai essayé d'aller à une réunion départementale du Parti de gauche, mais je n'ai pu y assister car pas adhérent. Dommage. Je n'ai pas envie d'assister seulement aux reunions publiques et aux grandes messes mais d'avoir des débats de fond en gardant mon inépendance. Possible ?

  38. 138
    graine d'ananar dit:

    Recette pour combattre le FN : lui piquer ses idées. C'est ce qu'a fait Sarko en 2007. Aujourd'hui c'est un communiste (député) qui s'y colle. Ce qui nous donne, entre autre, ça :

    Non, l’immigration n’est pas une chance pour la France. C’est un mensonge entretenu depuis 30 ans.

    Nous serions contraints d’accepter tous ceux qui viendraient dans notre maison France. Il faut refuser cette réalité et faire en sorte que l’on combatte les dérives communautaristes.

    Aujourd’hui limiter y compris l’immigration régulière devient vital

    La sortie de l’Euro sera inéluctable

    (extraits de la conf. de presse de André Gérin, 20 juin)

  39. 139
    Gilbert Duroux dit:

    132 Pancho dit:
    "Je vois mal dans la conjoncture actuelle un patron augmenter de façon significative le salaire de son employé avec les lois de retenues sur le taux horaire actuelles et tant qu'à proposer une stratégie, ne serait-il pas de bon ton de proposer une alternative de fonctionnement de la fiscalité du travail aux très petits patrons et auto-entrepreneurs?"

    Ça part d'une bonne intention, mais concernant les auto-entrepreneurs, je ne peux pas te suivre. Je suis pour les supprimer (mais non, pas les descendre, je veux pas la mort de ceux qui ont ce statut ;-)).
    C'est un statut bâtard. La plupart sont en fait utilisés comme sous-traitants par les grosses boîtes qui les utilisent pour éviter d'embaucher. Ce qui fait qu'ils constituent un volant de main d'œuvre bon marché et flexible (je dis bien pour la plupart, certains s'en sortent, mais ils sont rares). Les auto-entrepreneurs se concurrencent entre eux. Ils n'ont aucune protection sociale quand ils n'arrivent pas à se payer les charges et leurs donneurs d'ordre n'ont pas à payer les charges qu'ils paieraient s'ils devaient embaucher des salariés.
    Si en plus on baisse leurs cotisations, comme tu le suggères, c'est les artisans, que tu dis défendre aussi, qui ne vont pas pouvoir survivre à des concurrents qui ne sont pas à armes égales.
    Non, franchement, le mieux est de supprimer ce statut créé pour le MEDEF, qui renvoie les travailleurs aux conditions des journaliers, des loueurs de bras, du Moyen-Âge.

  40. 140
    Michèle dit:

    "Il faut être forts" dites-vous et notre force de rassemblement qui se confirme par le vote des communistes génère un enchantement dont la force communicative est un mouvement révolutionnaire en soi dans ce monde livré à résignation morose.

  41. 141
    Né un 21 février 1966 dit:

    En vrac, quelques réflexions à propos de notre quotidien…
    Ce matin, petit message radiophonique laconique à propos des bouchons sur paris : 260 km de bouchon à 8 heures. incroyable
    Périodiquement, nous sommes abreuvés de statistiques a propos de l’automobile qui –relayés par les média- pollue, tue, détruit des vies.
    Conséquences : des radars, des taxes en abondance, des plans de circulation volontairement travaillés pour bloquer l’accès des grandes villes aux automobiles.
    Aujourd’hui ce gouvernement est en train d’installer gentiment un dégout de l’automobile dans la population, alors que celle-ci est un gros pourvoyeur d’emploi et devrait être associé au plaisir et à la liberté (cf les UsA ou l’auto est partout).
    Je ne veux pas faire l’oiseau de mauvais augure mais je pense que l’on est en train d’installer un rejet de l’automobile dans la population française… avec toutes les conséquences à long terme. Quel désastre. Demain on achètera nos voitures à l’étranger, en Allemagne bien entendu, puisque « Deutche qualitat » et que l’Allemagne semble être l’exemple à suivre (sic).
    Les hommes politiques ont une grande responsabilité sur le long terme

  42. 142
    job'oba dit:

    La gauche ne perdra pas son âme comme le dit le poète ci dessus Provola, au contraire parce que si la majorité de ceux qui sont engagés dans une lutte à gauche se sente portés, défendus et représentés alors c'est déjà cet immense rassemblement l'âme du Front de gauche !
    L'objectif principal est un tour de force parce que la peur et la torpeur s'est emparé depuis longtemps du peuple résigné par les trahisons à répétition du PS. Sil y a un combat essentiel qui est en même temps un symbole puissant: Le retour à l'implication réelle par référendum sur les question de la sortie ou pas du nucléaire entre autre.
    Rendons nous compte ! Les gens ont peur de changer la république. Certains se disent que c'est un rouage compliqué, qu'il faut faire des études... Parce qu'ils ont fait des études ces gens qui nous dirigent, pour faire ce qu'ils ont fait !
    On est en droit de demander un bilan de compétence parce que leurs études ne les ont pas qualifiés pour nous respecter.
    D'autres ont peur d'un pouvoir plus efficace et se disent qu'il vaut mieux un gouvernement mou qu'une dictature dure.
    A ceux là je répond que la pente que prend nos états dans toute l'Europe est propice aux galvaniseur de haine de tout poil, voilà pourquoi il faut que se rassemble les courants, la diversité des idées est une garantie contre la dérive d'un pouvoir autoritaire.
    Il faut vacciner ceux qui nous écoutent avec ces angoisses.
    On a des propositions concrètes mais renvoyons d'abord ce message: que celles et ceux qui votent pour nous font le choix de choisir !

  43. 143
    Maria dit:

    D'abord, félicitations M. Mélenchon, un peu d'espoir à l'horizon.
    Ensuite, la droite espagnole et catalane dit qu'en France et en Allemagne il n'à pas d'Indigados parce que là-bas vous êtes sortis de la crise, que le marché du travail et beaucoup plus libre qu'ici et que nous devons céder notre vie aux marchés (?).
    Comme vous voyez, la manipulation médiatique en général en Europe et terrible. Si c'est loin ça va l'Égypte, la Tunisie, la Libye...mais quand c'est à côté et ce qui se demande ne plaît pas aux marchés (?)
    De la même façon que tout ce qui est en train de se passer en Espagne avec le mouvement 15M (c'est vraiment important le niveau d'organisation et de travail qui est en train de se faire dans la rue) est absent des médias français (on dirait que des millier de personnes dans toutes les villes n'ont pas d'importance) ici nous n'entendons parler que de Merkel/Sarkozy et de leurs réunions, il faudrait peut-être faire du travail de recherche journalistique et trouver de l'information réelle surtout sur les réseau sociaux. Le pouvoir est en train de censurer un mouvement populaire très important.

  44. 144
    rodolphe dit:

    @ tous

    Dans le dernier sondage présidentiel en date, Jean Luc est entre 7 et 10 % "en hausse sensible".
    Il va monter jusqu'en septembre, pour plafonner autour de 15, jouer des coudes avec Le Pen.
    Attention, grand danger. Si l'on choisit d'emblée de n'accorder aucun intérêt ni crédit au sondage, il faudra à tout prix éviter d'être présenté comme "la surprise", ou l'homme qui monte par les journaleux. Toujours rester modeste "si je suis à 10 c'est qu'il m'en reste 90 à convaincre", ou "je ne sais pas ce que ces sondages valent, je me fie à l'expérience du terrain". Il faut éviter à tout prix l'effet Chevènement 2002, être annoncé longtemps avant au delà de 10 et finir le jour J à moins de 5.

  45. 145
    redline69 dit:

    @ 137 Erick

    Bonjour et merci pour votre analyse des événements du Rhône.
    Il me semble important que chaque parti gère ce qui relève de ce parti, ainsi Jean-Luc Mélenchon n'a pas à intervenir sur le débat du courant Gérin qui n'apporte rien ni à au FdG, ni à la gauche dans son ensemble.
    Mr Gerin à essayé d'utiliser les militants à des fins personnelles et c'est assez lamentable de sa part, mais çà reste un problème à gérer au niveau du PCF. Le Front de gauche n'a rien à voir avec un tel personnage qui se rapproche plus du FN que du PCF (voir ses dernières tirades).
    Ceci dit les communistes ont bien mené leurs affaires et ils sont clairement engagés au Front de Gauche. Çà c'est une excellente nouvelle.
    Même Mr Chassaigne pour lequel nous avons énormément de respect a lutté pour le Front de gauche. C'est tout à son honneur et je vous renvoie à ces textes dont l'un figure même chez Gérin.
    Maintenant Gerin dit clairement qu'il ne votera pas pour le Front de gauche et qu'il réfléchi à une candidature. Les communistes seront content de voir comment il tient compte de leur vote.
    L'important pour Jean-Luc Mélenchon est de développer nos idées au sein du FdG et le PCF fera ce qui est nécessaire pour nous accompagner.
    Merci aux communistes pour leur esprit de responsabilité car ils permettent dans la continuité et dans le sillage de leur secrétaire général de poursuivre notre action de prendre le leadership à gauche. Çà peut prendre du temps mais la vrai gauche c'est le Front de gauche.

    cordialement

  46. 146
    Jean Louis CHARPAL dit:

    @135 le Prolo du Biolo (PG 69)

    Grand merci à toi pour la video, je la trouve géniale ! Que tous ceux qui prétendent ne pas savoir quoi dire pour convaincre leurs semblables de voter Front de Gauche, et qui je dois le dire m'agacent un peu, la regarde. Qu'ils reprennent autour d'eux les arguments, les faits et les chiffres qui y figurent, ça sera déjà très bien !
    NB : je ne suis pas communiste. Mais que ceux qui, ici et ailleurs, s'interrogent de façon dubitative pour savoir si ce parti a changé, la regarde aussi. Ils se colleront d'eux mêmes des baffes ! Le PCF est de plain-pied avec son siècle, et ce sera un allié de poids dans le combat qui s'annonce.

  47. 147
    Fabrice Leiser dit:

    Bonjour à toutes et à tous,

    Le programme du Front de Gauche est en train d'être expérimenté grandeur nature en Islande comme je l'ai déjà signalé il y a peu, par la rédaction d'une nouvelle constitution par une Assemblée Constituante.
    Voir l'article de Télérama à diffuser largement : http://www.telerama.fr/monde/la-constitution-islandaise-s-ecrit-sur-les-reseaux-sociaux,70444.php
    Nous ferions bien de nous en inspirer et de l'utiliser comme preuve irréfutable dans notre campagne que cela est non seulement souhaitable mais réalisable et cela dans un pays d'Europe qui n'a pas fait de révolution comme en Tunisie où là aussi ils vont faire la même chose. Décidément, les journalistes des médias dominants ne sont pas seulement sourds mais aveugles. Il est vrai que l'Islande c'est loin, très loin, peut-être même plus loin que la Tunisie.
    Qu'ils s'en aillent, tous ! Vraiment.
    Préférons l'Islande à Hollande !

  48. 148
    tchoo dit:

    Bravo! Ça c'est fait. Le plus dur reste à venir mais le soleil brille!

  49. 149
    Ghanem dit:

    @ Gilbert Duroux 140

    La cible n'est pas l'auto entrepreneur qui est un emploi flexible déguisé.
    Pour les TPE, PME et Artisans ont besoin d'être accompagnées par une vrai banque. Combien d'entreprises étaient saine et pourtant les banques en 2008 les ont fragilisés pour un refus de trésorerie sur un ou deux mois en attendant d'être payer, et ont été obligé de licencier à tours de bras.
    La dessus Jean Luc doit s'adresser aux petites et moyennes entreprises qu'ils seront aidés pour s'agrandir et ainsi relancer le marché du travail avec soit la création du banque d'état pour l'investissement citoyenne auprès d'entreprise ou alors la nationalisation d'une banque, elle sera facilité par les pertes abyssaux de certaines banques françaises.

  50. 150
    Berdagué dit:

    A Pancho -134-
    Oh oui, tu soulèves un immense boulot de propositions concrètes qui manquent et heureusement que ce programme n'est ni une bible ni le petit livre rouge infaillible, ce programme populaire et partagé est dans la dynamique des propositions à soumettre pour prendre en compte les statuts des PME-PMI, de leurs salariés de leurs dirigeants, et de leurs patrons, vous avez bien lu patron, et c'est un rouge qui ose défendre l'existence du patron, celui qui possède avec d'autres ces entreprises, qui sont les plus créatrices d'emplois non seulement mais qui par leur existence permettent de créer une activité souple et dynamique, à charge pour qu'il y ait une sécurité de vision à court et moyen terme que des banques relookées sixième Rèpublique par une relation intime de soutien de vie -sans acharnement thérapeutique- devant la complexité des marchés faussés déstructurés et organisés pour gaver toujours les mêmes qui se foutent complètement que des PME-PMI déposent le bilan avec toutes les conséquences et même qui organisent leurs pertes - conférer un Tapi avec Wonder achat -dégraissage vente et fin- c'est de cela que le Front de Gauche doit s'atteler ferme et sans faiblesse car de soutenir ne suffit pas, c'est de préciser la qualité de la structure, le comment, le faire et le financer.
    Dans "Un renouveau industriel et technologique " : " Le soutien de l'Etat et des pouvoirs publics aux PME-PMI, lesquelles sont aujourd'hui les plus créatrices d'emplois, sera renforcé"
    Pancho tu as complètement raison mais sache qu'avec une autre gestion dans les conseils d'administration des Banques (propriété collective) et la création d'un pôle financier public des patrons des PME-PMI auront leur place, certes pas des requins pour abattre l'autre mais pour construire, de même l'appui des économistes est nécessaire et l'enseignement de Marx, incontournable chercheur de vérité, sera à nouveau dans le cursus d'étude...

Pages : « 1 2 [3] 4 5 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive