03juin 11

Tron, Ferry, DSK, le régne des culculs

Savez-vous qu’il se passe des choses importantes pendant les plans culs médiatiques ?

Ce billet a été lu 24 584 fois.

C’était la semaine glauque. De l’affaire DSK à l’affaire Tron en passant par le coup de Ferry, on a bien pataugé. Je me suis tenu à distance des sollicitations médiatique sur ce thème. Car que dire ? Comment dire ? Ce qui est en cause met en jeu des principes également délicats et impératifs. C’est bien pourquoi il y a une justice organisée, avec ses procédures et ses méthodes. Les unes et les autres ne sont pas complexes et lentes du seul fait d’un goût des gens de lois pour les amphigouris. C’est au contraire consubstantiel à la nature des problèmes posés. A cette heure, tout cela est emporté et détruit. D’un côté la justice institutionnelle, de l’autre le tribunal médiatique. Voyeuriste, crapoteux, versatile, il fait feu de tout bois. Il organise le grand déballage et le condamne, fait parler puis fustige les propos. Reprend en boucle le moindre pet de mouche jusqu’à lui donner le retentissement d’une bombe nucléaire. Je suis fasciné par la tentative de prise du pouvoir que cette semaine a permis d’observer de la part des médias. D’abord c’était « avons-nous tu ce que nous savions ». Et de cette pseudo interrogation, puisqu’en réalité ils ne savaient rien qu’ils n’aient montré déjà de toutes les façons possibles, une décision a été notifiée en ritournelle. Dorénavant il y aurait un droit d’inquisition, nommé « devoir d’information » sur la vie privée des personnalités qui ont une activité publique. Ce discours nous en connaissons le fond finalement très années trente et anti-démocratique : c’est pire que « tous pourris », c’est  « tous pervers ». Les unes de « Marianne » et du « Nouvel Observateur » évoquent bien la presse d’extrême droite de la pire période. La palme au « Nouvel Observateur », qui m’a fait tant de leçon sur mon populisme, avant de publier sa une où la Rolls de « ceux qui ont tout » est représentée avec une Marianne républicaine comme bouchon de radiateur ! Et avec une cocarde tricolore sur le pare-brise ! C’est le fameux refrain de la « gueuse » des journaux de la cagoule et des autres officines antisémites. Dans ce registre le petit cochon à la une de Marianne ne vaut pas mieux. Mais eux au moins ne font pas la morale aux autres. La bonne technique selon moi est de parler d’autre chose et de laisser les voyeurs à leur étrange invasion de l’espace public. D’autant que pendant ce temps il se passe des choses autrement plus décisives.

On se souvient de la subtile déclaration d'Angela Merkel le 18 mai dernier à propos du farniente dans les pays du sud de l'Europe. La virago avait enfilé les clichés. Pour elles les gens du sud "prennent leur retraite plus tôt que les Allemands" et ils ont des "vacances très longues". En France aussi, ce discours a ses perroquets. Dimanche passé,  j'en ai rencontré un spécimen rustique sur le plateau de BFM TV, en la personne de l'économiste Michel Godet. Il était question de l'Allemagne et de son soi-disant merveilleux modèle de croissance. Godet a prétendu que je mentais quand j'ai indiqué que "nous sommes plus productifs qu'eux, nous travaillons plus longtemps qu'eux". Il a ensuite récité les mantras des libéraux : "il faut remettre la France au boulot, on travaille par habitant deux semaines de moins que l'Allemagne". Rien n’y fera pourtant. Je sais que j'ai raison, chiffres à l'appui. Je n’aurai pas attendu longtemps pour être confirmé. Dès lundi matin c’était chose faite. Le 30 mai en effet, une étude économique de la banque Natixis est venue confirmer ce que je disais.  Le titre de cette note est explicite : "Les Allemands travaillent-ils plus que les Européens du Sud ? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément". Vient alors une démonstration accablante pour le sieur Godet, graphiques et équations à l'appui. On y apprend par exemple que la durée annuelle moyenne du travail est largement supérieure en Grèce, Portugal, Espagne et France qu'en Allemagne. Et cela se vérifie non seulement pour la dernière année connue, 2009, mais aussi sur les 10 dernières années ! Les Grecs travaillent en moyenne 2 119 heures par an contre 1 390 heures pour les Allemands ! Sur les retraites, les mensonges de Merkel sont éclatants. L'âge effectif moyen de départ à la retraite est quasiment le même en Allemagne (62,2 ans) qu'en Espagne (62,3 ans), au Portugal (62,6 ans) et en Grèce (61,5 ans). Quant à ma démonstration sur la productivité des travailleurs français, elle est aussi confirmée par cette étude. Pour les derniers chiffres disponibles à fin 2010, la productivité horaire du travail de la France est supérieure à celle de l'Allemagne. Je ne sais pas si mes lignes peuvent avoir le moindre impact sur le niveau général du débat public quand par hasard il vient sur des faits concrets et des données techniques. Je sais cependant que nous avons pour nous toutes les raisons de tenir bon. Que tous ces gens mentent et truquent les faits n’est pas le plus grave. Ce qui est désolant c’est que leur obsession soit devenue des lieux communs répétés à tout bout de champ. Et que dès lors les décideurs puissent en toute impunité prolonger sans fin des traitements qui nous conduisent tous au désastre.

Le traitement des problèmes est si absurde ! Les menaces de non versement de « l’aide » à la Grèce n’ont aucun sens. Si la Grèce faisait défaut, plusieurs banques de niveau mondial tomberaient. Le choc effondrerait une bonne part du cœur financier du système. En tout cas cela frapperait à mort plusieurs grands établissements français et allemands. Qui peut vouloir cela ? De même la danse mortelle des agences de notation autour des pays du sud de l’Europe n’est pas innocente. Certes elles permettent aux banques de se gorger. Comme il est frappant de voir que les emprunts demandés par les Etats soit disant en faillite sont souscrits plusieurs fois. Il y a donc une masse de préteurs qui trouvent l’intérêt des taux de profits offerts supérieurs aux risques de ne pas être remboursés. Où est la rationalité de ce comportement ? Quoiqu’il en soit le système des notes ne mène nulle part.  Les agences baissent les notes et renchérissent les emprunts parce que le déficit serait excessif. Mais cela même contribue à augmenter les déficits puisque le service de la dette renchérit pendant que l’activité et les rentrées d’impôts diminuent. Du coup, les agences baissent de nouveau les notes et ainsi de suite. Loin d’être des régulateurs efficients, les « marchés » sont la cause du désordre dans « l’allocation des ressources ». Le libéralisme ça ne marche pas.

Mais si l’Espagne tombe après le Portugal, sans parler de l’entrée en lice du cas italien, le « fond européen de stabilité » bla bla, n’y suffira pas. D’ailleurs ce fonds n’existe pas réellement. L’argent promis n’existe pas. Aucun Etat n’en a l’avance puisque tous sont en déficit. La Commission Européenne pas davantage. Et le FMI vit des contributions de ses membres.  Pour constituer le fond et le mettre en mouvement tous les protagonistes devront donc emprunter. Leur surgissement sur le marché financier pour de tels montants est un facteur mécanique de renchérissement des prêts. Surtout que les années 2011 et 2012 sont celles où vont se présenter des besoins de financement gigantesques. Il s’agit du « mur de dette » pointé par les rapports du FMI.  Les banques elles-mêmes doivent se refinancer pour une masse de trois mille six cent milliards de dollars. La dette privée entre en scène en quelque sorte. Il faut bien se souvenir que c’est elle la plus importante et de loin aujourd’hui. Par conséquent compte tenu de l’instabilité fondamentale que cette situation implique les petits jeux mesquins et étroits de la Commission et de l’Union européenne sont spécialement dangereux. Ils peuvent déclencher la catastrophe du fait même des moyens qu’ils mettent en œuvre pour la conjurer.  Si je m’en tiens a ce que je crois et ce que j’ai vu dans un passé récent, je crois que cette échéance ne pourra pas être évitée. 

La destruction de la zone euro ne serait pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde ! Car si puissants que soient les effets de système qui sont à l’œuvre, nous devons aussi tenir compte du contexte géopolitique qui les environne. Tout n’est pas seulement pur effet de système dans ce qui se passe. La chute de l’Euro est même une très bonne chose pour les Etats Unis d’Amérique. L’existence de l’euro, surtout à une telle valeur d’échange, en fait une monnaie refuge. Le cauchemar. Les USA se rachètent déjà leurs titres de dette, ils ne publient plus de chiffres sur la masse monétaire dollar en circulation. Cette masse de papier surplombe aux Etats unis une production débile dans l’industrie comme dans l’agriculture. La part de ces deux activités dans le modèle nord américain est quasi résiduelle. Le dollar est un artefact. Un bout de papier. Rien de plus.

La planche à billets de la Réserve fédérale américaine est en effet lancée dans une fuite en avant. Pour elle il s’agit d’absorber coute que coute l’envolée des déficits américains. Depuis février s’est produit un basculement qui montre l’impasse financière dans laquelle les Etats-Unis sont en train de s’enfoncer. Le Trésor américain a annoncé que pour la première fois, le plus gros détenteur de bons du Trésor américains n’était plus la Chine qui ne possèderait plus « que » 900 milliards de bons US, mais la Réserve fédérale elle-même qui détenait alors autour de 1 400 milliards de bons dans le stock total de dette américaine (14 300 milliards de dollars). Au rythme actuel de creusement du déficit fédéral, ce chiffre doit avoir atteint les 1 600 milliards aujourd’hui. Avec plus de 1 400 milliards de trou en 2010, le déficit public états-unien dépasse les 10 % du PIB du pays. C’est-à-dire le même niveau de déficit qu’avait atteint la Grèce au printemps 2010 quand elle a été attaquée par les marchés. En valeur absolue, ce déficit public américain représente tout la richesse nationale de pays comme l’Espagne ou l’Inde. Et chaque jour ce trou se creuse en moyenne de 4 milliards de dollars de plus ! C'est-à-dire l’équivalent de la richesse nationale annuelle de la Guinée. A ce rythme le déficit fédéral devrait atteindre 1 600 milliards en 2011.

Pourquoi ce qui a été jugé inacceptable pour la Grèce est encore jugé acceptable pour les Etats-Unis ? Précisément grâce au moyen de financement illimité que constitue la planche à billets en dollar. Mais ce renflouement permanent en monnaie de singe fait de moins en moins illusion. Les agences de notation, aux mains des adversaires républicains d’Obama, multiplient les coups de canif. J’ai déjà signalé sur ce blog la première menace exprimée début avril par l’agence Standard and Poor’s. Avant-hier ce fut au tour de l’agence Moody’s de mettre la note américaine sous surveillance négative. Ce qui a entraîné une chute de Wall Street effrayée par le "risque très faible mais croissant de défaut passager" des Etats-Unis pointé par cette agence. Ce bras de fer avec les agences de notation recoupe un autre bras de fer entre Obama et les Républicains, désormais majoritaires à la Chambre des représentants qui vote le budget. Depuis le 16 mai, l’Etat fédéral a atteint son plafond légal de stock de dette qui est de 14 294 milliards. Et mardi Obama a essuyé un vote de rejet à la Chambre des représentants à laquelle il avait proposé en urgence de relever le plafond d’endettement à 16 694 milliards. Même sans ce relèvement, la dette publique états-unienne navigue donc désormais au-delà des 100 % du PIB du pays. Comme celle de la Grèce. Et comme le Trésor américain ne peut plus emprunter provisoirement du fait de ce vote de rejet, il bricole dans l’urgence des rustines financières. Il a annoncé jeudi soir la vente à Fiat de la part de 6 % détenue par l’Etat fédéral dans le constructeur automobile Chrysler. Soit plus d’un demi-milliard de dollars de rustine. Avec un impact symbolique énorme : cette vente permet à Fiat de franchir le seuil de 50 % dans le capital de Chrysler !

En ayant rattrapé les Etats Unis sur le plan de la production et ayant accumulé des excédents absurdes, la Chine est elle aussi fragilisée si le dollar va trop mal. Elle a prés de 3 000 milliards de dollars dans ses réserves de change. Mais comment s’en débarrasser ? En achetant tout se qui se présente ?  Elle le fait. Avec prudence, compte tenu du niveau de réactivité dès qu’elle se présente comme acquéreur quelque part. Ensuite, en vendant des dollars contre des euros. Mais chaque fois qu’elle le fait, elle mine elle-même la valeur du dollar et accroit le mal qu’elle cherche à parer pour protéger ses actifs. Cercle vicieux, équilibre super instable. La chute de l’euro et la mise au tapis de la vieille Europe est une affaire qui profiterait considérablement au G2, le tandem qui se tient par la barbichette et traine le monde à sa suite. Mon raisonnement est que la chute est inéluctable.  D’autres en sont convaincus comme moi. Deux choix se présentent alors.

Premier choix : la solidarité avec les Etats Unis. C’est la ligne de la constitution d’un grand marché transatlantique entre l’union européenne et les Etats unis d’Amérique. Cette stratégie est en route. Elle doit s’achever en 2015. Bien sûr elle n’est débattue dans aucun parlement national alors même que le projet avance à coup de déclarations communes et de plans de transition adoptés avec force congratulations dans les réunions internationales. Elle ne fait non plus l’objet d’aucun débat dans les médias. Mais la chose se fait. Pour moi c’est une faute lourde. Les Etats unis d’Amérique nous considèrent comme leur arrière cour. Ils négocient directement avec les Chinois sans tenir aucun compte de nos intérêts qui ne sont pas du tout les leurs. En caricaturant : eux spéculent, nous, nous produisons. Ils nous parasitent. Nous les alimentons.

Les Etats Unis nous entrainent dans leur chute. Et dans leur déclin. C’est pourquoi dans mon livre « Qu’ils s’en aillent tous », j’ai proposé de garantir notre indépendance et notre souveraineté en négociant de façon privilégiée avec ceux qui sont notre problème en matière de compétition dans la production. Ceux  qui seront « le numéro un » du monde, à coup sur, dans moins de vingt ans. Les Chinois ! Mon raisonnement est qu’il vaut mieux être en dialogue et partenariat avec le plus fort que de compter sur un autre pour le faire. De cette position des commentateurs superficiels ont déduit que j’aurais je ne sais quelle « tendresse pour la Chine ». Comme si dans ces sortes de sujet il y avait place pour des sottises de cette nature. Cette formule est née dans un commentaire de Marianne 2 sur mon livre. Et, depuis, elle circule dans les fiches argumentaires des gens qui n’ont pas lu mon livre. Ca leur donne des airs importants d’ami des droits de l’homme. Que je reçoive des leçons dans ce domaine, surtout venant de telles personnes, est proprement incroyable. Mais je dois l’admettre compte tenu de ce que sont mes contradicteurs et leurs liens divers ! Pour autant cela n’enlève rien à mon raisonnement sur lequel je suis étonné de ne jamais rien entendre. Je pense et je propose dans un cadre géopolitique. Je fais de la mondialisation un enjeu, peut-être même un point d’appui pour changer son cours et l’abaissement de la souveraineté populaire en Europe et dans mon pays. En face de moi je ne trouve que des gens qui se contentent d’en faire un phantasme et un prétexte à l’inaction.


221 commentaires à “Savez-vous qu’il se passe des choses importantes pendant les plans culs médiatiques ?”

Pages : « 1 [2] 3 4 5 »

  1. 51
    Anny Paule dit:

    Grand merci pour la distance prise face à des médias qui nous gavent de pseudo-infos (sur des affaires de cul et autres) pour que la vente continue dans le même temps, pour que l'essentiel soit passé sous silence.
    Deux remarques pour apporter de l'eau à ce moulin PG, FG (auquel j'appartiens) : dans la fin des années 70, début des années 80, à un moment où il était encore possible d'aller passer des vacances en Algérie, se construisait le complexe de liquéfaction de gaz d'Arzew, près d'Oran. Les constructeurs constituaient trois unités : une étatsunienne, une japonaise et une française. Trois méthodes de travail et des employés relevant de ces trois pays pour trois unités identiques à construire. Au grand étonnement des Japonais d'abord, des Etatsuniens ensuite, l'unité française a été terminée la première et était fonctionnelle sans malfaçons.
    Je me rappelle les discours des Japonais : "Comment se fait-il que vous, les Français, qui prenez des vacances nombreuses, avez l'air d'être "décontractés" ayez pu tout finir, et bien finir, dans les temps records alors que nous qui travaillons sans relâche en sommes loin ?". Ceci pour parler de la manière dont les français sont présentés et de leur réelle efficacité !
    Deuxième remarque, sans rapport avec la première mais qui touche à l'intox dont nous sommes abreuvés chaque jour : "Si vous répétez un mensonge inlassablement, les gens finiront par y croire." Celui qui disait cela était un certain Goebbels de triste mémoire mais qui a quelque chose à voir avec le totalitarisme que nous vivons en ces temps plus que glauques.
    Continuons à faire la lumière et à parler juste. Nous chasserons tous ces faiseurs d'opinion et ces prédateurs.
    Merci encore pour le bonheur de ces posts !

  2. 52
    Née un 19-Août dit:

    @ jb (#45) :

    "Non cumul des mandats." Tout à fait d'accord avec les exemples que vous citez. Après tout, quand vous postulez pour certains jobs (comme enseignant, par exemple), ou dans certaines professions de la compta, de la bank ou de la sécurité, et ce, même à un niveau de simple employé, il vous faut montrer patte blanche avec un casier judiciaire No. 3 vierge de toute inscription !
    Pourquoi pas la même chose pour les postes d'élus ? Non seulement une déclaration de patrimoine qui montrerait que l'élu ne s'est pas enrichi durant son mandat, mais aussi un casier judiciaire toujours vierge. Bonne idée.
    A cela, j'ajouterai au non cumul des mandats, je propose des mesures encore plus sévères : tous les mandats ramenés à 5 ans. Pas plus de 2 mandats, consécutifs ou pas, dans une vie. Après, le citoyen n'est plus éligible. Cela favoriserait un roulement parmi les citoyens pour occuper ces postes. Cela favoriserait aussi les projets politiques (au sens noble du terme) et non plus des personnalités, car si une personne n'est plus éligible, rien n'empêche à un projet (qui peut prendre du temps à se mettre en place, notamment administrativement) de se poursuivre. Enfin, ça casserait le copinage qui s'installe avec la permanence du personnel politique. Dernière conséquence : les vrais journalistes n'auraient plus peur d'écrire sur les politiques, car la durée de vie politique de ces derniers serait considérablement raccourcie (10 ans max au lieu des 30 ou 40 actuels).
    Tous les militants associatifs, syndicaux et politiques savent déjà combien donner du temps aux autres peut être parfois assez lourd à gérer dans une vie. Alors donner 10 ans de sa vie en tant qu'élu, me paraît amplement suffisant.

  3. 53
    françois dit:

    52 née le 4 août
    2 mandats cela fait 10 ans.
    Pourquoi pas un seul mandat. Les raisons que vous évoquez pour justifier 2 mandats sont encore plus valable pour 1.
    Il faut casser le carriérisme politique.

  4. 54
    Née un 19-Août dit:

    @ françois (#53) :

    Je proposais 5 ans, mais en effet, on peut ramener ça à 5. C'est comme lorsque Jean-Luc propose le salaire max avec un écart de 1 à 20 mais on peut tout à fait diminuer !

    Tout comme le salaire max sert à casser le cercle vicieux de l'accumulation indécente d'argent, effectivement, le non cumul de mandats, en temps et en nombre, permet aussi de casser l'accumulation de pouvoir. Tout comme on pourrait ajouter de casser le cumul argent/pouvoir/média (troïka aussi dangereuse que celle du FMI/UE/BCE !) en interdisant la possession d'un groupe ou organe de presse/media, par un consortium financier/industriel. Séparons l'Entreprise et l'Etat, tout comme on a séparé l'Eglise et l'Etat il y a plus d'un siècle.

    (Au fait, je suis née un 19 Août, pas un 4 ! Comme Jean-Luc. Même si je conviens tout à fait que la date du 4 a des vertus éminentes question abolition des privilèges. C'est aussi le jour de naissance de Barack Obama. Je précise car un autre commentateur du blog a le pseudo du 4-Août, si ma mémoire est bonne.)

  5. 55
    Helene Kemiktsi dit:

    Bonjour
    C’est un fan de mon site Projet Homere qui m’a fait part de votre page – Etant Grecque et directement concernée par le problème et vivant sur place les événements – Voici ce qu’on ne vous dit pas sur mon pays.
    Concernant la dette grecque. En effet depuis la chute de la dictature on a une mauvaise gestion économique du pays qui a abouti à une dette de 50 milliards – le reste de la note sont les taux usuriers qui l’élèvent jusqu'à 500 milliards – cela est un fait et les bons compte font les bons amis.
    Cependant, la Grèce a pris part directement à la seconde guerre mondiale perdant entre le conflit contre Mussolini, l’intervention nazie, puis la guerre civile - du fait que nos chers alliés britanniques voulaient le retour du roi – a eu pour conséquence qu’on a perdu 1/3 de la population c'est-à-dire plus de 1 500 000 morts. L’Allemagne officiellement doit à la Grèce depuis et sans taux 167 milliards à la Grèce cela est le prix officiel, sans compter les réparations qu’elles auraient dû donner aux victimes de la guerre or la Grèce n’a jamais été remboursé de la part de ceux qui veulent nous donner des cours de morale !
    Ce qui signifie que si l’on nous rendait notre dû la Grèce ne devrait rien et de plus avec une bonne gestion l’économie redeviendrait compétitive.

    [Edit Webmestre : En dehors de la connotation clairement germanophobe de votre propos, vos chiffres sont mensongers. Selon toutes les sources historiques, les pertes grecques dues à la seconde guerre mondiale sont estimées à moins de 500 000 morts et disparus, auxquels s'ajoutent 150 000 victimes de la guerre civile qui s'ensuivit. Les observateurs les plus pessimistes reconnaissent que la Grèce aurait perdu 8% de sa population totale, ce qui est déjà énorme. On est loin du tiers que vous évoquez. Je vous invite à cesser votre propagande.]

  6. 56
    loubet dit:

    Si j'écris ce sera la seconde fois, un léger coup d'ongle a envoyé mes lignes dans l'hyperespace. Je venais me plaindre, moi, catégorie enviée et heureuse, qui vit longtemps, trop longtemps, après la retraite. Mes diplômes conquis tout en travaillant dès l5 ans, pour arriver difficultueusement à un professorat technique, j'écris car pour une fois, il me semble que je ne suis plus transparente, alors que dans la vie de tous les jours, je le suis. Je ne suis qu'une retraitée qui vit trop longtemps, et qui fait pencher la balance commerciale avec un revenu qui n'a pas augmenté depuis deux ans, contrairement aux divers impôts. Nous avions beaucoup de vacances ? Mais pas les moyens de s'envoler, alors on retapait de vieilles maisons ardéchoises ou ariègeoises, comme si la vie était là, immobile. Erreur profonde ! Elle a passé, et si je croise des personnes dans la rue, ils ne me voient pas, je suis grise et grise je me fonds dans la grisaille des murs. J'ai laissé un instant mes écritures sans éditeur, mes pinceaux -seuls réconforts- et je me livre à des choses échevelées qui du moins relâchent un peu les cordes trop serrées. J'apprends au détour d'un média, les sommes fabuleuses qui circulent chez les Grands. Vous vous souvenez peut-être de la gravure du paysan courbé sous le poids de la noblesse et du clergé ? Toutes proportions gardées, après le coup de la Rose chez Jean Jaurès qui n'y pouvait mais, il y a eu la plus droite des soi-disant gauches, et nous avions voté, enseignants, gonflés d'espoir comme baudruches... à quel âge la nouvelle nomenclature fixera-t-elle celui du passage de la faucheuse ? Bon, assez de bêtises, je retourne dans ma muraille, mais je reviendrai, si le cours de la vie me le permet, en tout cas merci pour la vigueur de vos lignes. Je ne sens pas mon âge quand j'écris et vous lire est une eau fraîche venue tout droit de la montagne.

  7. 57
    Née un 19-Août dit:

    @ Loubet (# 56) : quelle belle plume, j'ai bien aimé vous lire !

    @ Hélène (#55) : bien dit, c'est bien de préciser ces points d'histoire ! En plus, j'ai entendu ce midi sur France Inter, que l'Allemagne avait bénéficié d'aides européennes assez importantes lors de la réunification après 1989. Tiens, à l'époque, personne - et surtout pas l'Allemagne elle-même - ne songeait à parler de mauvaise gestion ou de gaspillage ou je ne sais quoi d'autre !
    Je pense que question gestion économique, nous autres n'avons pas de leçons à donner non plus. Nous ne sommes pas des modèles du genre, vu les gaspillages auxquels on assiste régulièrement à tous les niveaux de la part de pas de nos élus.
    J'espère que Jean-Luc pourra utiliser vos informations dans son argumentaire à propos de la dette grecque. Rien que pour voir la tête de ses contradicteurs (surtout si ce sont des nuls du style Godet...) Leur figure devrait prendre alors une expression inestimable !
    De tout coeur avec nos semblables de Grèce - ce qui vous arrive, va nous arriver aussi. Tenez bon et ne lâchez rien !

  8. 58
    jb dit:

    à née un 19 Aout et François,

    5 ou 10 ans, mais OK pour un mandat limité.
    J'ai fait plus de 10 ans de bénévolat associatif et j'avoue que c'est épuisant
    Merci d'avoir lu mes propositions de "moralisation" du monde politique.
    Certains ne peuvent pas dire qu'on ira voir jusque dans les chambres à coucher et autres alcôves.

    A J.L MELENCHON, je vous trouve très bien en ce moment dans vos interventions comme vos non-interventions sur les plans Q du moment

  9. 59
    Fatalitas dit:

    Dans Marianne il n'y a pas que des insanités, il y'a l'article de Jacques Julliard dénonçant entre autre l'accord Aubry-DSK suite à une visite au riad de Marrackech. Nous savons discriminer je pense le vrai du faux.
    Cordialement

  10. 60
    jb dit:

    Loubet, je suis heureuse de vous lire. Votre style n'est pas gris. Pourquoi le reste le serait-il ?
    Mais il est vrai qu'être femme et retraitée -pas encore assez vieille- ça fait tache. Et faire tache,avouez que c'est bizarre quand on se sent transparent. Je le sais car je suis dans la même situation que vous. Souvent je me demande où est ma place dans cette société de rentabilité à tout va.

    Hélène Kemistki : Merci de votre témoignage.
    C'est bien d'avoir l'opinion de ceux qui peuvent nous dire ce qu'on n'entend jamais chez nous.
    L'Europe me fait l'effet d'un trio infernal (Allemagne, Royaume Uni, France) qui décide de tout, pour tous. Si les autres peuvent suivre, tant mieux, sinon. En France, c'est l'Allemagne qui est devenu le modèle économique pour Nico 1er
    Les leçons de morale n'engageraient-elles que ceux qui les reçoivent ?

  11. 61
    Chris22 dit:

    Je dis bravo à ce maire de Sevran que je ne connaissais pas. Il a osé demander des casques bleus dans les cités de sa ville tombée aux mains des dealers! ça tire à tout va à balle réelle à proximité de l'école primaire.
    Pour moi, il faut rendre la cité à ses habitants, investir les appartements et caves des suspects, vider la drogue et les armes des cités, y a du boulot! Car les pouvoirs publics ont oublié et laissé tomber la population depuis des années, y compris sous la gauche qui s'est contentée de réparer les boîtes aux lettres...Si les politiciens ne font rien un jour viendra ou les gens feront justice eux mêmes.
    Dans cette société de décadence, il est temps de mettre de l'ordre, du respect, du partage, de la générosité et de l'amour!

  12. 62
    David dit:

    Si je peux me permettre un conseil, il faut absolument intégrer encore plus dans les débats les sources et références des données statistiques et des rapports.
    Quel argument décisif cela aurait été que de jeter à la face de Monsieur Godet:
    " mais Monsieur Godet, d'où tenez vous vos informations ? Vous contentez vous de répéter des on-dit? Bien peu rigoureux pour un intellectuel. Manifestement vous n'avez pas lu le rapport de Natixis du 30/05/2011, établissement bien peu gauchiste, qui affirme le contraire de vos allégations mensongères. 2119 h/an pour les grecs contre 1390 h/an pour les allemands."
    Et paf ! Données référencées, vérifiables engendrant de la rigueur face à des allégations péremptoires. Les spectateurs sont contraints de sortir de l'affect où ils choisissent la personne qu'ils préfèrent et considère qu'elle a raison. En effet, avec ce genre de référence l'affect n'a plus lieu d'être, la raison l'emportera chez nombre de spectateurs: "et si Mélenchon savait de quoi il parle, en tout cas il a l'air de s'être renseigné. Je vais vérifier ce qu'il raconte".
    Et en plus glisser que toutes les références sont sur le blog (et un petit coup d'autopromo l'air de rien).
    Dans le fond la liste des rapports à citer n'est pas si importante et il émanent d'institutions officielles comme: l'INSEE, La PNUD, La Banque Mondiale, La BCE, Le FMI, La commission européenne, L'OCDE.
    Les institutions bancaires et les agences de notation disent des choses intéressantes pour peu qu'on s'intéresse au corpus de leurs rapports. La politique qu'ils appliquent est souvent en contradiction avec les rapports qu'ils émettent. C'est du pain béni.

  13. 63
    chris22 dit:

    Le système économique va s'effondrer! Comme le titre du livre de Paul Jorion le capitalisme est à l'agonie! S'il lui est difficile de prédire précisément quand, Paul Jorion dit que maintenant ce n'est plus qu'une question de mois! Ceux qui ont des éconocrocs ont du souci à se faire. Les politiques ont laissé faire, ils ont abandonné les commandes à la finance mondiale, qui va ruiner les petits citoyens. C'est scandaleux. Et personne ne le dénonce.
    Comme cette réunion du Siècle du 25 mai dernier Place de la Concorde à Paris, ou 5 curieux se sont vus interdire par une horde de CRS de rester sur le trottoir Place de la Concorde. Là non plus pas un seul politicien pour dénoncer cette interdiction interdite. Et pour cause, droite ou gauche, ils étaient conviés à ce fameux diner du siècle, cercle de réflexion présidé aujourd'hui par Nicole Notat. On récolte toujours ce que l'on sème.

  14. 64
    jefmergen dit:

    Je suis complètement d'accord : quand on cite des chiffres, c'est un grand impact que de donner ses sources.
    Mr.Godet n'est pas très Front de gauche, loin s'en faut.
    Pour les prochains débats, pensez aux gens sans avis à convaincre. Ce sont des électeurs.

  15. 65
    Leroux dit:

    Je suis tout-à fait d'accord avec Jean-Luc. C'est le grand déballage politique avec des médiats pas tout-à-fait objectifs. Après DSK, Tron, voilà que Ferry s'en mêle. Il fait des déclarations graves mais avoue n'avoir pas de preuves. Seulement comme se sont des faits qui se sont déroulés il y a 6 ou 7 ans, on peut, facilement s'imaginer de savoir de qui il s'agit. Seulement la justice (si il y en a une en politique pour certains) ne fait pas du tout son travail. Vraiment dans notre Pays tout est corrompu. Vivement un changement radical. Pour cela il faut que le Front de Gauche s'affirme et obtienne un bon scorre aux Présidentielles 2012. Les écologistes et les verts parlent d'un accord avec Borlo. Membre de l'UMP et ancien ministre de Sarkozy. C'est vraiment n'importe quoi.
    Quelle pagaille !
    A bientôt sur le Blog de Mélenchon. Et, bon courage.

  16. 66
    Martine dit:

    L'ensemble de la presse ne table, hélas, que sur les plans cul médiatiques. Et, lorsqu'elle s'intéresse à autre chose, c'est pour pointe ou faire croirer que les communistes seraient prêts à couper les cheveux en quatre pour la désignation d'un candidat, je ne dirait pas du Front de Gauche, mais représentant la gauche tout court, ou ce que l'on peut appeler tel.
    J'ai toujours voté préférablement pour les cocos : ce sont mes préférés car les seuls déterminés sur ce qui m'intéresse moi, farouchement antilibérale.
    Depuis longtemps, j'estime que vous êtes, vous Mélenchon, le mieux apte, (désormais le seul !) à pouvoir nous représenter et à offrir une option antilibérale.
    J'ai une profonde estime pour André Chassaigne. J'estime que, méconnu malgré son très grand talent et sa profonde humanité, il ne peut en aucun cas représenter la fraction antilibérale. Tout simplement, et même si l'on pourrait le regretter, parce que le jeu des médias et celui de la Présidentielle l'interdisent, si l'on veut réussir. Les dés sont jetés et ce sera vous ou personne. Rendez vous compte de votre responsabilité...
    Electrice communiste depuis 30 ans, je veux que Chassaigne en personne et son parti se rangent à cette raison. Je veux aussi qu'ils fassent et conduisent une campagne active et présente médiatiquement, en votre faveur en ouvrant leur gueule. Car nous n'en pouvons plus et les dissensions ridicules qui agitent le PS devraient être un contre exemple.
    Ce que je dis là n'est pas une compromission, loin de là. C'est une adhésion pour faire réussir ce qui doit réussir. La presse joue le jeu de la division : c'est couru et sans surprise !
    Que mes amis cocos me lisent !
    Merci et bien à vous.

  17. 67
    Fourment dit:

    Cher JL Mélenchon, tenez-bon, nous sommes avec vous. Une dernière information nous inquiète, comment se fait-il que Nicolas Hulot accroché en dernier au wagon de tête de eelv, avec son cortège de sponsors, se dit prêt à s'unir à JL Borloo à condition "dit-il", que celui-ci sorte de l'UMP. Tout ce cirque nous paraît louche, ne croyez-vous pas que c'est une tactique de la droite pour faire élire NS? Les voix de l'Ump + celles du NC + celles d'Hulot, joli concert de faux-culs réunis pour le deuxième tour. On hume comme un parfum de maroquins dans cette atmosphère fétide. Qu'en pensez-vous?
    Amicalement, Marie Fourment-

  18. 68
    Hold-up dit:

    Je viens de regarder la vidéo de Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV avec notamment Michel Godet. Je suis pessimiste sur l'état mental de ce ridicule bonhomme. D'où sort ce type ? C'est vraiment une honte que BFMTV invite un tel olibrius qui pérore à tort et à travers. Merci à M.Mélenchon d'avoir contrecarrer cet insupportable clown à l'heure des banksters qui nous refilent, sans complexe aucun, leur ardoise pharaonique à payer rubis sur l'ongle. Vite ! la Révolution citoyenne ! Qu'ils s'en aillent tous !

  19. 69
    David dit:

    Je vais être un peu provoquant, mais je n'adhère pas du tout à la thèse de la déliquescence du système financier comme moteur du retour de la démocratie, mais bien au contraire. L'économie joue aujourd'hui le rôle de la religion au moyen age: c'est une arme de domination des peuples.
    C'est un processus lent et sournois, mais bien à l'oeuvre. Quand la vrai crise sera là, l'oligarchie saura recruter les gens pour faire du "maintien de l'ordre" et pour protéger leur caste et leurs intérêts..
    [...]
    La démocratie n'est plus que formelle, vidée de toute substance, l'archétype en est le Parlement européen tant décrié par notre hôte. La liberté pour les riches et puissants, le goulag pour les autres (on y va tout droit). La philosophie positiviste précédent la 2ème guerre mondiale a fait son grand retour.
    [...]
    Papandreou a vendu des CDS grecs à ses amis juste avant d'avoir recours à l'aide du FMI, résultant en un profit juteux pour sa classe, le peuple grec, lui, on en connait désormais le sort.
    Monsieur Mélenchon, je vous en conjure, gagnez en 2012 ! Ce qui reste de démocratie survivra grâce à vous, mais quand vous serez président en 2012, ce ne sera que le début du combat. Vous qui avez prêté beaucoup d'attention à l'Histoire moderne de l'Amérique latine, vous ne savez que trop ce à quoi vous serez exposé.

  20. 70
    Jean Jolly dit:

    Si je n'avais qu'une seule remarque à faire sur cet excellent constat de notre société malade par le capitalisme effréné, ce serait qu'il deviendrait forcément dédommageable de dissocier le pouvoir, le sexe et l'argent.
    Andrew Lobaczewski explique dans son livre, La ponérologie politique : Etude de la genèse du mal, appliquée à des fins politiques que cette filière est généralement porteuse d'emplois pour cette tranche d'individus.
    Attention, ce n'est pas une généralité, ce n'est qu'une étude qui met en exergue le fait que le pouvoir n'est pas obligatoirement dans les bonnes mains et pour causes.

    Il devient donc logique de voter en 2012 pour le/la candidat/e qui aura le moins de casseroles au cul dans un premier temps et de faire confiance pour la mise en œuvre de son programme, dans le dernier temps.
    Ça va être coton dans l'ensemble de cette campagne a priori mouvementée mais elle deviendra d'autant plus intéressante qu'elle éliminera à mesure les maillons "forts", ou autrement dit, ceux qui sucent la moelle du corps jusqu'à la dernière goutte.
    Qui vivra verra disait "Machin"... Nous vivons tous et nous voyons tous que le progrès profite à certains et détruit l'ensemble.
    Nous ne sommes pas idiots non plus !

  21. 71
    Hold-up dit:

    69 -David

    Cher David. Je ne suis pas loin de partager vos vues mais il est précisément encore temps de conjurer le mauvais sort que nous concoctent les banksters. Oui, vous avez raison, l'oligarchie remplace en Grèce et ailleurs la démocratie, mais les Grecs, le peuple Grec en a vu d'autres de dictatures. Il ne s'agit pas d'hurler avec les loups contre eux, il est l'heure de redresser la tête en se préparant au pire et... au meilleur. N'ayez pas qu'une vision noire en pleine lucidité et œuvrez plutôt à votre échelle comme nous toutes et tous ici à propager la bonne nouvelle de la Résistance et du Front de Gauche. (Sur le diagnostic nous sommes d'accord).

  22. 72
    vieille dame dit:

    Il y a une petite victoire qui est aussi passée inaperçue : celle des salariés saisonniers...

  23. 73
    Erick dit:

    @Martine
    Je t'ai bien lu, camarade (ça me paraît mieux qu'"ami").
    Citation:"J'ai une profonde estime pour André Chassaigne. (...) il ne peut en aucun cas représenter la fraction antilibérale. Tout simplement, et même si l'on pourrait le regretter, parce que le jeu des médias et celui de la Présidentielle l'interdisent, si l'on veut réussir. Les dés sont jetés et ce sera vous ou personne."

    Je trouve l'emploi du conditionnel peu avenant. On pourrait regretter le jeu des media et le jeu présidentielle ? On ne le peut même pas. On le doit !
    Chiquenaude, me répondras-tu. Non, nuance sémantique. Il est tout simplement scandaleux que Chassaigne ait été censuré des médias. De même ces médias se sont comportés scandaleusement avec J.L. Mélenchon, mais lui a eu la parole pour se défendre, et défendre ses convictions. Ils ont bien joué leur coup, avec un arrière-goût de parisiannisme méprisant l'inconnu des campagnes (ce n'est qu'un des aspects).
    Je trouve donc tes injonctions un peu exagérées. Nos dissensions ne sont pas les ridicules querelles de personnes au P.S., ou tu ne fréquentes plus de coco.
    Une des question est: comment le programme partagé pourra-t-il être porté par un candidat qui sera garant de notre unité (P.C.F., P.G., G.U.), et qui ne partira pas en solo, happé par le "jeu présidentiel" ? Parce que pour beaucoup d'entre nous, le programme est plus important que le candidat (je reconnais que ça peut être un défaut).
    D'où effectivement, la responsabilité historique de Mélenchon, s'il est désigné candidat par le P.C.F. lors du vote.

    J'évite de vouloir à la place des autres. Les injonctions risquent de planter le FdG.
    Je préfère un Pacte solide entre le candidat et le programme, et imaginer une autre façon de faire campagne présidentielle...

  24. 74
    Pearle dit:

    Petit retour au débat télévisé en 2007 qui fut le dernier round entre Ségolène et Nicolas : Faute de temps, ou de place dans mes premiers post, je n’ai pas évoqué ces détails révélateurs, ceux qui nous ont montré encore la nature du personnage.
    [...]

    [Edit Webmestre: Petit retour à la charte du blog. Si vous avez l'intention de vous lancer dans une chronique personnelle sur des sujets variés, de préférence sans aucun rapport avec le billet de Jean-Luc Mélenchon, je préfère vous prévenir tout de suite que ça ne va pas être possible ici.]

  25. 75
    Michèle dit:

    Malgré vos explications je ne parviens pas à comprendre ce qui se passe sinon que l'économie mondiale s'auto détruit. Qui a intérêt a cela? Est-ce par un excès d'appétit qui ne souffre aucun délai, un emballement du système incontrôlable? Quelle peut être l'issue dans cette logique? Celle qui me vient à l'esprit s'habille des oripeaux de la mort. La solution-guerre nous attend et mieux, nous nous rendons au rendez-vous inconsciemment, par fatalisme, par identification panurgesque suicidaire.
    C'est vrai que les nuées d'orage envahissent le ciel ces jours-ci et que le temps est à la morosité. Vivement l'éclaircie de l'espoir, celle qui surprend "loubet 56", "retraitée qui vit trop longtemps" à la transparence lumineuse que vos écrits ressuscite.

  26. 76
    raoul dit:

    Bonjour,
    Un petit bémol aux statistiques sur la productivité au travail (je ne dis pas qu'elles sont fausses)
    Je parlerais des cadres, car je suis cadre et je parle donc de ce que je connais.
    Le fait est qu'en Allemagne, il y a une certaine honnêteté des entreprises quand au temps de travail. En Allemagne, les travailleurs arrivent à l'heure et partent à l'heure. Ainsi, si une entreprise Allemande déclare que ces cadres travaillent 8 heures par jours, c'est le cas.
    En France, les entreprises privés ont cette culture de la magouille, qui vous remplissent vos fiches de paye avec des journées de 8 heures, alors que vous travaillez 9h par jours.
    Ainsi, il est possible qu'à la fin du mois, on constate que le cadre francais a été plus productif que l'allemand. En réalité, il a travaillé plus. Voilà un point qui a mon sens, fausse les statistiques.
    En attendant la révolution citoyenne,
    Salutations

  27. 77
    AG91 dit:

    Et si, campagne faisant, et que Mr Mélenchon soit le candidat mis en avant par le Front de Gauche et le programme partagé qui va avec, Mr Chassaigne accompagnait le plus souvent possible médiatiquement parlant Mr Mélenchon ?
    Seraient ainsi représentées les forces antilibérales qui nous animent, sans que les communistes y perdent leur identité puisque c'est de cela qu'ils ont tant peur. Le parti communiste est dans un drame cornélien, il ne peut y aller seul, il doit donc y aller dans l'union d'une vraie gauche antilibérale qui permette qu'il ne soit pas laminé. Et pourtant que d'atermoiements : y aller ou pas avec Mélenchon devant. Ciel, mais Mr Mélenchon et le PG partie prenante du Front de Gauche sont une composante honnête, bosseuse et claire dans son fondement politique. En somme une base antilibérale montante et dynamique. Si les médias ont boycotté Mr Chassaigne, pourquoi s'en étonner et le reprocher à Mr Mélenchon. On sait bien les médias globalement au mains du pouvoir, qu'attendre d'autre ? Si ce n'est faire fi des manipulations et foncer dans la seule possibilité que représente le Front de Gauche, sans accuser Mr Mélenchon de tirer la couverture à lui. Ce n'est pas lui qui risque de faire perdre leur identité aux communistes, c'est leur valse hésitation, les divisions, les calomnies des uns sur les autres, les peurs de se faire prendre des places d'élus. L'argent n'est pas absent loin s'en faut de ces dissensions, et là c'est bien par logique libérale encore qu'il y a ce risque de faire capoter l'union des forces d'une Gauche qui sans lettres majuscules tombera de Charybde en Scilla. Pour ma part, si l'humain ne peut l'emporter sur les méfiances et que la vraie gauche ne puisse pas encore se mettre en oeuvre, je laisse tomber le militantisme et la politique, retour à la case départ et à mon jardin de comtemplation.
    Pourtant partout dans le Monde les forces populaires sont en marche.

  28. 78
    Michel Portal dit:

    Bonjour à vous et à tous les vôtres

    "Sauver la chose publique"
    Une proposition de transition
    Un aiguillage discret pour secouer le moins possible l'énorme bateau qu'est un pays mais l'orienter correctement.
    Bien qu'un peu "intello", la proposition part de la situation telle qu'elle est dans le cadre de la Vième, sur fond d'embrouillamini immoral gauche/droite. Puis, elle cherche à introduire un comportement surprenant, voire déstabilisant, mais adapté. Un comportement ne dépendant pas de lois mais de décisions personnelles pour trouver ou retrouver l'intérêt général.
    Ce pourrait-il que quelques tirages au sort bien placés (technique utilisée aux balbutiements de la démocratie) ouvrent une brèche dans des élections présidentielles promises à un second tour démocratiquement pervers et suivies de législatives "godillotes"?
    L'expérience du 21 avril 2002 a montré que l'éparpillement des voix résultant des libres choix des électeurs au premier tour pouvait entraîner la victoire d'un candidat en réalité minoritaire dans le pays. Seuls les deux candidats arrivés en tête sont qualifiés. Ce duel arrange l'oligarchie dominante mais il est très dangereux pour ce qui reste de démocratie en France. Nous serions bien inspirés de construire un plan spécial pour court-circuiter la malignité en marche.
    Les personnes dont les qualités et l'indépendance mériteraient qu'elles soient un jour présidentes ne manquent pas dans notre pays. Je ne veux pas établir de liste ici, mais des noms viennent spontanément dans nos têtes. Pourtant, contestaire dans leur propre parti ou portée par une organisation politique consistante, aucune n'a pour l'instant de chances de se qualifier pour le second tour, réservé au FN, au PS ou à l'UMP.
    Ces personnalités sont pressées d'entrer dans des marchandages d'appareils ou accusées et accusables d'être des diviseurs.

    Comment échapper à un vote...

  29. 79
    turmel jm dit:

    76 Ag 91

    Vous parlez des : communistes. Comme si nous étions une entité monolithique.
    Malgré notre mort annoncée par trop de monde qu'il la souhaite, y compris par des gens dit de gauche, nous sommes plus de 130 000 adhérents(es), 80 000 qui votons en interne, aux alentours de 13 000 élus, et une "petite machine" qui, lorsqu'elle se met en route pour une élection est très efficace.
    Il existe c'est une réalité, quelques réticences eu égard à la stratégie FdG, et vis à vis du personnage Mélenchon. Par rapport à notre diversité, aux nombre d'adhérents(e) rien d'anormal. Je tiens à vous rassurer, mon expérience d'ancien militant qui en à connu des "tempêtes" affirme sans crainte de se planter, que le résultat de notre vote (de la raison par rapport au coeur) à bulletin secret se situera autour des 60% pour la candidature Mélenchon. Qui plus est, lorsque l'heure sera venue, vous pourrez observer, sur les panneaux, aux portes des entreprises, sur les marchés de France et de Navarre, que la "petite entreprise connait pas la crise".
    Cordialement.

  30. 80
    kalamar31 dit:

    L'économiste Michel Godet, dans l’émission de BFM avec Jean-Luc Mélenchon a justifié les plans de rigueurs grecs en disant que les Grecs ne paient pas leurs impôts. Mais admettons que ce qu'il affirme est exact.
    Mais qui font le plus les frais de ces politiques de rigueurs? Ceux qui auraient dû payer ces impôts?
    Non, ce sont les plus pauvres évidemment, ceux qui, je l'espère pour eux ne paient pas d'impôts et qui, de fait, paieraient donc pour les mauvais payeurs. Et ce monsieur trouve cela normal !
    Qu'ils s'en aillent tous !

  31. 81
    Gerard Blanchet dit:

    Michel Soudais de Politis suit en direct la conférence nationale du PCF :
    http://www.politis.fr/-Michel-Soudais,076-.html

  32. 82
    antigone dit:

    @77 AG91
    Bonjour, vous dites: les peurs de se faire prendre des places d'élus.

    Et bien oui le problème est là (ce que je dénonçais en LR) les communistes (pas les militants) les élus qui sont pas encore passés au PS ou aux Verts (pour un poste que Frêche à l'époque leur aurait promis) et qui ont donc encore une place au soleil avec le PC, ne regardent plus que ça, ne calculent plus que ça.
    Et c'est ce qui ne va pas. Le PG fort de ses futurs succès électoraux court le même risque. Pour éviter que ce type d'individu s'empare des partis et finalement nuisent à nos luttes et à nos alliances et nous dégoûtent tous, une seule solution: un seul mandat renouvelable une seule fois (y compris pour le Président) et tirage au sort parmi les militants de ceux qui sont désignés pour un mandat.
    Là on commencerait à voir ce déliter les combinazione, les arrivistes et ceux qui ont déjà fait leur temps, ceux qui en perdent la boule, et et les profiteurs, tous ceux qui ont détruit le Parti et aujourd'hui s'allieraient au PS pour un plat de lentilles etc.
    A ce propos j'ai vu Gayssot à la sortie d'un cocktail de la Mairie à Montpellier (avec son chauffeur et sa bagnole) alors que nous étions là, auprès des indignés espagnols de Montpellier. La petite scène à laquelle j'ai assisté entre lui et nous, les indignés de la place, a fini de m'indigner totalement, trop c'est trop, là !

  33. 83
    HYBRIS dit:

    « D’un côté la justice institutionnelle, de l’autre le tribunal médiatique ».

    Oui c’est vrai, l’affaire Strauss-Kahn a conduit les grands médias français à des développements voyeuristes que ne renieraient pas leurs homologues anglo-américains. Si ça pouvait inciter à la prudence certains adeptes du droit de cuissage, nous aurions au moins quelques retombées positives autour de ce déballage.
    Naturellement, ce qu’il y a politiquement d’essentiel à dire sur le naufrage de l’opération DSK est ailleurs. Je suis d'accord avec la remarque de Fatalitas 59, le journal Marianne qui est capable du pire (voir ses unes par exemple…) nous sert parfois le meilleur. Cette semaine, moi aussi j’ai bien apprécié l’éditorial de Jacques Julliard intitulé « DSK, la gauche et l’argent ». Je vous en livre un bref passage :
    « Dans cette lutte des classes qui, je le répète, a été voulue et ranimée par le capitalisme lui-même, je ne sais plus où se trouvent les socialistes. Mais je sais bien de quel côté ils eussent été si Dominique Strauss-Kahn était devenu leur chef. Des hommes de gauche de cette espèce, j’en connais beaucoup qui sont réalistes, bien peu qui soient généreux ; j’en connais même qui sont socialistes, mais bien peu qui soient partageux. Que l’on puisse passer de DSK à Christine Lagarde à la tête du FMI (…) en dit assez sur la nature dans nos sociétés du pouvoir financier… »

  34. 84
    R.A dit:

    Bravo turmel jm post 79.
    C'est bon de temps en temps de remettre les pendules à l'heure.

  35. 85
    Delbrayelle Gilbert dit:

    Il est de bon ton de critiquer JL Mélenchon parce qu'il utiliserait trop souvent le "je" et pas assez le "nous".
    C'est un faux procès, il est normal de dire "je" quand un journaliste vous demande votre avis.
    J'ai d'ailleurs réécouté l'interview de Pierre Laurent (que j'apprécie beaucoup aussi) sur Itélé/Radio classique du 2 juin par Guillaume Durand et j'ai comptabilisé (sauf erreur) :
    > 16 nous
    > 16 moi et 24 je (donc 40) dont une majorité de "moi je".

  36. 86
    Perros Jean Michel dit:

    Un très bon article qui me sort des poubelles journalistiques (je suis - encore pour pas longtemps - lecteur historique de Libération tous les jours depuis pratiquement son 1er numéro).
    Mais je doute aussi, comme l'auteur de l'influence qu'aura cet écrit sur les perroquets des medias papier et audiovisuels.
    Un conseil"si je peux me permettre : faire un peu plus simple au niveau du vocabulaire en gardant la même hauteur de réflexion.
    Je suis en phase de reconquête (un ancien compagnon de route des années 70).

  37. 87
    Sourdon dit:

    Bravo Mr Mélenchon et merci.
    Il se dégage de vos analyses une pertinence et une sincérité rares dans le monde politique. Des médias faits pour entretenir une débilité légère, à l'analyse que vous faites sur la question chinoise, je ressens votre indépendance et, le courage que vous mettez à l'ouvrage pour vous frottez à l'oligarchie qui paraît omnipotente !
    Globalement, l'abolition des armes et un contrôle de nos naissances intelligent et concerté ne vous apparaisent-ils pas comme les clefs de voûtes cardinales de notre évolution vers davantage d'appaisement pour notre espèce ?
    Ne devons-nous pas mettre en exergue l'objectif sûprême consistant à se défaire de l'instinct de meutre ?
    Que se soit pour se nourrir, se défendre, plus maladif encore pour se dominer, n'en sommes-nous pas arrivés au point où notre conscience nous donne accès à l'édification d'une société d'où les armes sous toutes leurs formes seraient bânies ? Que le fait même d'en imaginer, soit considérer comme une déviance, induite par des peurs dépassées, qu'il convient de traiter comme un trouble du comportement !
    Je pense que nous avons besoin de visualiser du mieux possible le monde que nous poursuivons de construire car l'action au quotidien est directement motivée par sa finalité, et seuls les grands idéaux ont le pouvoir de mobiliser l'énergie puissante et saine des humains... Un monde sans armes est à la portée de notre raison et nous avons tous à coeur de pacifier le monde pour que nous puissions jouir de l'existence au lieu d'en payer le prix.
    A tous bon toujours.
    P.S. Sur le magazine NEXUS de ce mois-ci, il écrivent que la Chine possède 1 700 milliards en bons du trésor U.S. et que la Chine investie entre 50 et 100 milliards par mois dans l'agriculture, le pétrole et tout ce qui peut avoir d'intérêt à leurs yeux. Quels chiffrent sont exacts ? J.L.M. parle de 3000 milliards de bons U.S. détenus par la Chine. J'ai du mal à m'y retrouver.

  38. 88
    arnold dit:

    Conférence du PCF : 63,60 % des votes pour J-L Mélenchon, dixit C+

  39. 89
    françois dit:

    antigone 82
    "un seul mandat (renouvelable une seule fois)"
    Cela fait donc deux fois 5 ans, est ce que ce n'est pas un peu long?
    De plus:
    Si j'ai bien compris, Mélenchon donne l'exemple (je veux dire le programme): l'Assemblée constituante que nous appelons de nos voeux, est formée de personnes qui n'ont jamais été élues.
    De plus lors de l'élection de la première Assemblée, suite à la Constituante, les prétendants doivent ne jamais avoir été élus.
    Je comprends donc mal toutes les discussions actuelles, puisque tous les élus y compris mon cher Mélenchon, vont disparaitre avec la Constituante.

  40. 90
    Papa dit:

    La chaine parlementaire devais diffuser l'intervention de Pierre Laurent qui tirais les conclusions des travaux des trois jours de discussions de la conférence nationale du PCF.
    Comme par hasard incident technique!
    Et bien sur aucune excuse!
    Scandaleux!

  41. 91
    maxou dit:

    Bonjour à vous,
    Je renouvelle mes félicitations à Jean-Luc Mélenchon pour l'excellence de son billet.
    Merci françois (82), de plus un mandat renouvelable une fois seulement, n'est-ce pas déjà le cas actuellement ?
    Et puis, c'est vrai ça, qu'est devenue la constituante ?
    Hein ?

  42. 92
    Yves dit:

    Salut à tous et surtout aux communistes.
    Mon père né en 1922, dès 1936 s'est inscrit aux jeunesses communistes ce qui lui à valu des ennuis les années suivantes. Après guerre il a créé son entreprise de peinture en bâtiment et organisé son entreprise à l'image de ses convictions. Quand j'ai commencé mon apprentissage en 1977, c'était avec des anciens républicains espagnols à qui je pense beaucoup en ce moment. Ils m'ont beaucoup parlé de la guerre et de leurs convictions qui étaient intactes. C'est pour dire sur quel humus j'ai grandi. A cet heure, ou beaucoup de choses se passent, il est hors de question d'être absent au rendez-vous. La république souffre et les citoyens avec. Je ne vois quels hésitations il y a à avoir à se lier les uns aux autres. On est pas tous pareils, ok, mais on veut la même chose. Si on condamné au combat on est pas condamné à la défaite et à la division.
    Salut fraternel.

  43. 93
    boris dit:

    Reportage sur France 2 présentant les différents candidats pour 2012 sur fond de débat concernant marine Le Pen. Tous les possibles candidats sont présentés, même Borloo qui ne l'est pas officiellement, sauf... le Fdg ! La gauche c'est le PS, un point c'est tout. Le reportage s'attarde sur Valls, l'aile droite du PS, qui reprend les thèmes de "sécurité et des respects de règles", comme si ce thème n'était partagé que par lui : la sécurité au PS c'est lui. La gauche en France c'est le PS. Le bourrage de crâne continue, au secours... c'est quand la révolution citoyenne ? Mon impatience grandit.

  44. 94
    Berdagué dit:

    L'information pour le Front de Gauche, pour le peuple, que le PCF choisisse le candidat Jean-Luc Mélenchon par sa conférence nationale à plus de 60% montre une grande maturité politique des camarades communistes, et c'est tant mieux que ce ne soit pas des scores à plus de 90%, décisions sans un réel débat, mais ce que nous pouvons dire c'est que la réserve devrait être levée pour la plupart de ceux qui préféraient un autre candidat, car la décision claire est fondamentale et sans tergiversation de calculs politiciens de basse besogne, de s'engager pour une 6ième République enfin en phase avec notre grande révolution et pour beaucoup avec l'enseignement de la Commune, la séparation des églises et de l'état, d'avancer pour que toute la place soit réelle pour la citoyenneté et le monde du travail pensant, en action, et décidant.
    Cette dynamique sera gagnante à tous les coups, nous changerons les luttes de défense certes nécessaires devant les ravages imposés par une minorité de puissants, par une mise en mouvement de constructions intelligentes pour l'actuel et le futur, ce ne sera plus "no-futur" mais un futur à vivre et décidé.
    Historique.

  45. 95
    rosay dit:

    Bonjour à tous,

    Monsieur Jean Luc Mélenchon n'est pas le candidat à la présidentiel du parti Communiste, mais tout simplement le candidat du Front de Gauche.
    Rosay à +

  46. 96
    alain bobard dit:

    Le mal de l'Europe actuelle, ne serait-ce pas d'être constituée de 27 pays, avec des modes économiques différents ? Du mode de vote des décisions ? De s'être enfermée dans le dogme du "3% de déficit" ? D'avoir renoncé à la possibilité d'emprunts auprès des banques centrales ? D'avoir déconnecté la politique monétaire au détriment des gouvernements et au profit des banques ? D'être incapable de définir une politique sociale, fiscale et industrielle commune ? L'euro, dans tout cela, n'est qu'un élément qui pâtit de ces errements, au même titre que les pays européens touchés par la "crise".

  47. 97
    JC dit:

    Voici la liste des entreprises que l'Etat Grec va privatiser pour rembourser 50 milliards € d'ici 2015, sur le site de la tribune.
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110603trib000626657/ces-geants-grecs-que-l-etat-veut-ceder-au-prive.html
    Dans cette reconfiguration du système capitaliste, on sent de plus en plus le coup d'accélérateur cet outil qu'est la crise pour se débarrasser des remparts publics.
    Grèce, Portugal, Espagne… sont sur le billard, il est désormais certain que le cas de la France ne sera examiné qu'après les élections de 2012.

  48. 98
    fouray annick dit:

    Toutes ces affaires glauques prouvent que les Francais n'ont plus besoin de dieux. Comme la Belgique et les peuples africains. Il faudra que les hommes politiques s'en souviennent. Finie l'omerta, aussi bien le sexuel que les affaires, on en a marre...

  49. 99
    Alain Guillou dit:

    Le pire ennemi attend, à peine caché dans les coulisses de l'espoir. C'est le desespoir latent.
    Le système fonctionne aussi bien sans nous qu'avec nous. Nous sommes des aspirants citoyens d'une citoyenneté jusqu'ici illusoire.
    Il s'est construit au cours de l'Histoire pour perdurer de crise en crise, de révolutions populaires en coups d'etat.
    Francette Lazard, ex-dirigeante communiste, avait écrit il y a quelques années "La révolution inattendue". Ce livre est d'une actualité brûlante, avec les révolutions du Maghreb mais aussi avec les Indignados.
    Etienne Chouard montre sur son site que je vous recommande comment notre refus d'un Traité Constitution Européen en 2005 nous a révélé le cancer gangrenant notre propre Constitution.
    J'espère que la dynamique des indignés ira jusqu'à une dynamique de la désobéissance, et j'espère pour la même raison que la dynamique du Front de gauche ira jusqu'au dépassement du clivage trompeur droite-gauche. Non pas que je ne préfère pas la gauche à la droite, mais pour ne pas sombrer dans un populisme mensonger, il ne faut pas se complaire dans un mensonge de gauche ! Il est donc urgent d'ouvrir aux citoyens tout le champ qu'ils doivent investir pour qu'une véritable révolution citoyenne débouche sur la VIè république nécessaire ! Déjà l'élargissement du Front de gauche autorise une synergie entre dynamiques partisanes et convergences citoyennes. Va-t-on dépasser à la fois l'anachronisme des partis et celui du "tous pourris" ?
    Si le PCF choisit Mélenchon, c'est bon signe pour ce double processus, alliant lutte de classe et large rassemblement. On attend encore bien d'autres évènements nécessaires !

  50. 100
    Née un 19-Août dit:

    @ françois (#89) :

    Je pense qu'il est essentiel que la Constituante soit composée de personnes jamais élues et qui ne le seront pas après. Ainsi, les élus actuels seront écartés de ses travaux, ce qui n'a que des avantages :
    - ils ne pourront pas la tourner ni l'influencer à leur avantage
    - s'ils veulent avoir une chance de se faire élire encore une fois, ils ne voudront pas en faire partie

    Ce qui laisse le champ libre à tous les autres citoyens, qui veulent s'impliquer dans la refonte des institutions de leur pays, qu'ils soient militants associatifs, syndicaux ou autres, ou tout simplement citoyens "de base", mais qui ont tous en commun de vivre la "vraie" vie et de connaître ses difficultés et/ou ses espoirs. Nous aurions ainsi une Constitution conçue par les citoyens et pour les citoyens, pour des Institutions du peuple, par le peuple et pour le peuple.

    Les gens veulent s'impliquer. Dernièrement, dans le 06, le CG a organisé une consultation sur tous les sujets de la vie quotidienne et les améliorations qui pourraient être menées. Près de 30,000 citoyens ont contribué à hauteur d'environ 40,000 suggestions ! C'est dire si les gens sont demandeurs. Le tissu associatif en France est très dense, il y a plein de gens qui ont de bonnes idées.

    Jean-Luc a raison quand il dit qu'il faut faire confiance au peuple. Nous avons certes quelques excités et/ou imbéciles parmi la population, mais dans l'ensemble, les gens ne sont pas stupides et même ils sont souvent bien informés (quand ils s'en donnent la peine, il est vrai).

    Il ne s'agit pas de faire disparaître les élus, mais simplement les remplacer les actuels en mettant du sang neuf dans l'organisme vivant que devrait être la démocracie. Et surtout verrouiller les futures institutions pour que l'on puisse dire à propos du capitalisme financier prédateur : Plus jamais ça !

Pages : « 1 [2] 3 4 5 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive