19mai 11

DSK, Grèce, école, tireur dans le dos

Le spectacle continue mais la vie aussi

Ce billet a été lu 30 728 fois.
Communiqué de Presse de Jean Luc Mélenchon

Une bonne nouvelle espagnole

Le Feuilleton DSK continue certes mais la vie des gens ordinaires que menace le FMI aussi.
Une bonne nouvelle vient d'Espagne. Sous le mot d'ordre "une vraie démocratie maintenant". Le début d'une révolution citoyenne est engagé à Madrid avec la manifestation et campement permanent de la jeunesse précaire. Ainsi le précariat entre sur la scène politique pour la première fois en Europe. Vivement la réplique en France.

 

Encore un peu de DSK ? En voici quelques lignes. Puis un mot d’épouvante à propos d’une de ses victimes avérées : la Grèce. C’est à dire de ses millions de plaignants, le peuple grec en grève générale pour la dixième fois avant une nouvelle saignée. Et de là j’en viens à la contagion du mauvais état d’esprit qui prévaut désormais parmi les puissants et du régime de terreur économique qu’ils imposent. Enfin, j’en viens une histoire à dormir debout.

Non, vraiment ce n’est pas un évènement banal que celui qui est advenu autour de Strauss-Kahn. Il est bien probable que l’onde de choc perturbe longuement et durablement les esprits. Des millions de personnes se sont identifiées à la candidature de Strauss-Kahn. Elles avaient commencé le lent et profond processus d’appropriation du candidat qui est le versant affectif de l’engagement à gauche. Processus d’autant plus prégnant que la personnalisation de la politique est dorénavant très avancée. Toutes ces personnes n’ont pas été simplement spectateurs d’un drame. Ils l’ont intériorisé. C’est une affaire intime pour eux. L’enjeu pour la droite est de transformer ce deuil en ressentiment contre ceux qui l’ont provoqué. Le notre est de parvenir à ramener le débat sur les contenus. Le vide nous le permet. Non, la gauche n’est pas orpheline ! Cette situation peut ouvrir un moment nouveau pour nous. Il n’y a plus cette invasion de l’écran par le candidat qui a « gagné d’avance » qui tuait toute discussion par son silence et son éloignement. Au PS, les suivants de liste doivent gagner leurs galons. Ils doivent convaincre. Il leur faudra avoir des arguments. Déjà ils commenceront par s’affronter dans leurs primaires. Et un seul gagnera, selon qu’il aura plus ou moins convaincu. Bien sûr la matraque des sondages va taper sur les cranes comme un marteau piqueur. Mais le nombre des résistants va augmenter, du moins dans la période des primaires socialistes, car le nombre de personnes brutalisées par ces injonctions sera plus grand. Dans cette faille de l’espace politique jusque là sévèrement cadenassée par l’opium du « vote utile », nous avons notre chance de faire avancer les idées et d’installer nos marqueurs programmatiques. Tout se joue dans l’aptitude à installer des débats plutôt qu’une mode.

Bien sûr, on sait aussi que la puissance des images est dorénavant telle que de nouvelles images, sur d’autres sujets chassent les précédentes avec la même vigueur que celles–ci se sont collées sur notre cerveau. De toute façon cette histoire va lasser. Il y a un seuil dans la société du spectacle où tout finit par se valoir et où un méga coup doit chasser un giga coup. Alors dans un mois, peut-être bien moins, on parlera d’autres choses. Et tout ce qui vient de se passer sera comme ailleurs, dans un autre temps, sur une autre planète. Le temps court peut dominer les esprits. Ce n’est pas une découverte pour moi. Mais, pour autant, le temps long n’est pas aboli. Depuis le tremblement de terre au Japon, on parle d’autre chose. Mais l’axe de la terre est quand même déplacé de dix centimètres, la pourriture irradiée a bien engagé son chemin de concentration dans les organismes vivants, sur terre et dans la mer, le Japon s’est déplacé de plusieurs mètres en mer. Voila : on parlera d’autres choses mais les dégâts ne cesseront pas pour autant.

Des premières heures de propagation de l’évènement, il restera ce florilège de déclarations où la stupeur s’est aussitôt accompagnée d’une sorte de solidarité qui mettait mal à l’aise, même si on en comprenait les ressorts affectifs. Nous fûmes une petite poignée, toute petite, avec Marie-George Buffet, à nous soucier du fait qu’à côté du présumé coupable il y avait une présumée victime. Une femme de chambre. Je ne le dis pas pour me rengorger mais seulement pour souligner que j’étais certain, au moment où j’écrivais mes trois lignes de communiqué par sms cette fin de matinée du dimanche, que ce serait aussi la pensée de tous ceux qui s’exprimeraient. Il n’en a rien été. Certain(e)s n’arrivaient pas à dire le mot, cherchant comment on nomme ces personnes qui font le ménage dans les hôtels. D’autres la nommèrent sans s’en rendre compte « la soubrette ». Et cela aussi faisait partie de mes motifs de sidération. Ainsi, tandis que comme tout le monde je tachais de mettre de l’ordre dans mes idées devant l’énormité de l’évènement, je relevais aussi comment chacun abordait le sujet. Là était l’évènement, de bien des façons.

Pour finir, il y avait davantage à apprendre des réactions que des faits, dont finalement on ne sait toujours rien. Par la suite, les commentaires ont réintégré la présumée victime. Sitôt qu’elles ont eu la parole, il y eut des bonnes et belles choses de dites notamment par Clémentine Autain et Caroline de Hass. Les bouches officielles ont aussi commencé à prendre le thème. Jusqu’au point où comme le titre le Monde avec une certaine perfidie « le PS ne sait plus quelle victime il doit défendre » Je note que la présumée victime est revenue dans le paysage au moment où elle fournissait une habile transition pour la mise à distance avec le présumé coupable. Je pense que cette personne va maintenant occuper une place grandissante pour cette même raison. Bientôt il y aura sa photo. C’est là que le présumé coupable va encore descendre d’un cran vers le fond. Sa présumée victime aura un visage, une histoire. Il faudra que cette histoire soit décortiquée par des connaisseurs. J’aimerai beaucoup une enquête sur ce thème. Je crois que Daniel Schneidermann et son équipe  « Arrêt sur Images » aurait du pain sur la planche. Mais d’ores et déjà je vous conseille de suivre la série d’articles qu'ACRIMED publie sur ce thème.

La scène médiatique fonctionne à coup de rebondissements. C’est son aliment. Et quand il n’y en a plus de disponible, elle fait d’elle-même son objet. Ce phénomène est récurrent dorénavant. Premier temps la curée, deuxième temps l’introspection et l’auto-absolution, troisième temps l’évaporation du sujet. D’abord donc ce fut le début de la séquence introspection-absolution. « Tout le monde savait » affiche France Soir ! Là, c’est au socialiste que le journal s’en prend. Enorme. Le journal cite, entre guillemet, un proche de DSK qui aurait mis en garde contre les comportements de DSK mais qui ne fut pas entendu. Ce thème, « tout le monde savait » plus ou moins délicatement traité parcourt tous les quotidiens. Il est mortel. Qui est « tout le monde ?». Pas moi. Et qui savait quoi, s’il vous plait ? C’est une chose d’avoir entendu dire que telle ou telle personne est érotomane mais s’en est une toute autre de lui connaitre un penchant criminel, alors même que celui-ci n’est pas prouvé. On en revient toujours au même point sur le sujet. C’est comme si le viol, puisque telle est l’accusation, était une variante du sexe. J’ai même entendu dans un reportage une personne dire « on savait qu’il aimait les femmes mais pas à ce point ». Je vais rappeler une banalité mais « aimer les femmes » et les violer sont deux attitudes qui n’ont pas de lien. Elles sont même antinomiques. En tous cas ici le coup est destiné aux socialistes. Il s’agit de laisser penser qu’ils « savaient » mais le cachaient parce que, pour eux, ce ne serait pas important. Il s’agit donc de saper la confiance morale qu’on pourrait leur porter. On voit le but recherché.

Donc la séquence introspection-absolution de la sphère médiatique finira dans quelques heures. Les uns vont guerroyer sur le terrain finalement bien balisé de  « en a-t-on trop fait ? ». D’autres « mais non, nous ne savions rien de sûr et certain. Et notre éthique nous contraint à ne parler que de ce qui est assuré. » La vraie question concrète restera de côté. La voici. La loi interdit que l’on montre une personne menottée ni aucune image humiliante pour elle. Or, pendant des heures, tous les médias audiovisuels se sont souciés comme d’une guigne de la loi ! Au moment-même où ils montraient ce qu’il en coute de la bafouer ! De la délinquance réelle pour dénoncer de la délinquance supposée. Et quelle suite ? Ici ou là quelques commentaires sur le mode des refrains traditionnels sur le « devoir d’informer avant tout » placé au dessus même du respect de la loi et de la souveraineté qu’elle incarne. Et pour quoi cette désobéissance ? Quelle information aurions-nous pu perdre sans cet héroïque acte de désobéissance civile ? Pour une longue orgie voyeuriste ! Rien de plus. La sortie de Strauss-Khan en direct et sans pause ne nous apprenait rien sur rien.

Et pendant ce temps la catastrophe avance ses gros pieds. Je parle des victimes avérées et prouvées du FMI. Les millions de Grecs. Pourtant il n’aura pas manqué d’articles pour célébrer l’action de DSK en Grèce et regretter que dorénavant il ne pourra plus la faire bénéficier de ses précieux conseils et recommandations. Pourtant sur place rien ne marche et tout va de travers. Tandis que les titres de presse se réjouissent d’une prétendue reprise pour en signaler l’impact bienfaisant sur la Grèce, la vie va son chemin de son côté. 0,8 % de croissance en Grèce, annonce-t-on. Sourire bienveillant des bons docteurs qui ont infligé le remède de cheval aux Grecs. Façade. Oui, façade. Car c’est par rapport à quoi ce petit plus ? On se garde de le dire. Voila l’arnaque. En fait, en un an, l’économie grecque a reculé de 7,4 %. Un recul sans équivalent dans le monde ! Les bons docteurs prévoient encore pour cette année quatre points de moins, car rien ne se passe comme prévu. Le prétendu cercle vertueux des libéraux ne donne absolument aucun des résultats annoncés.

Par contre le pillage va bon train et il va continuer à grande cadence. Ce qui est incroyable c’est la cupidité des banksters. Ils ont d’abord ruiné le pays, ils continuent à l’étrangler avec des taux usuraires. Et en plus ils sont commissionnés, c'est-à-dire largement payés pour organiser les privatisations. Le gouvernement grec a annoncé mercredi avoir nommé des conseillers pour la cession au privé d'une série d'organismes publics privatisables. Par exemple : la société des paris sportifs (Opap). Détenue à près de 35% par l'Etat grec, c’est l'une de plus importantes sociétés du pays. Elle a dégagé en 2010 un bénéfice net de 575,8 millions d'euros ! La branche londonienne de la Deutsche Bank et la Banque Nationale de Grèce (BNG) seront payées pour réaliser cette privatisation. Pour la loterie nationale, Papandréou a désigné le Crédit Suisse et l’Eurobank grecque. Le Crédit Agricole CIB et sa filiale grecque Emporiki Bank, vendront l'organisme des courses hippiques (Odie). Pas belle la vie ? Pour les concessions des autoroutes grecques, le gouvernement a nommé Ernst&Young, Rothschild & Sons et Barclays Bank PLC tandis que pour l'industrie grecque des véhicules (Elvo) la Société Générale et sa filiale grecque Géniki Finance SA. A table ! A table les bandits la soupe est chaude ! Quant à "la mise en valeur de l'immobilier de l'Etat", le gouvernement prévoit "la création des sociétés pour répertorier l'immobilier appartenant à des ministères et définir leur statut juridique". Une dizaine de banques grecques, menées par la BNG, ont été désignées pour procéder au dépeçage de la bête. Ce n’est pas tout. La Grèce avait commencé à nommer des conseillers de privatisation fin mars, pour des cessions dans l'aéroport international d'Athènes, l'ancien aéroport d'Athènes situé à Hellenikon, une vaste zone de 55 hectares dans la banlieue balnéaire. Les mêmes dépouilleront aussi les chemins de fer grecs. Jusqu'à quand ? Les Grecs ont fait leur dixième grève générale. Où est le relais politique ? Papandréou, président de l’internationale socialiste et premier ministre. C’est comme ça que s’est appelé « le vote utile » en Grèce.

Pour les banksters, la Grèce sert de cadavre exposé sur un gibet pour impressionner tous les peuples d'Europe. Pour que l'intimidation fonctionne dans la durée, le supplice doit être entretenu, spectaculaire et public. Non seulement la Grèce est donc dépecée mais on lui maintiendra coût que coût la tête enfouie dans la dette. Dans cette stratégie, la Grèce joue le rôle du condamné pour l'exemple. Angela Merkel a donc de nouveau mis en garde tous les pays qui ne rentreraient pas dans le rang. Comme aux premiers jours de la crise grecque, elle a ressorti les grossiers arguments contre les pays du sud qui se la coulent douce. "Il faudrait que dans des pays comme la Grèce, l'Espagne, le Portugal, on ne parte pas à la retraite plus tôt qu'en Allemagne." "Nous ne pouvons pas avoir une monnaie commune et certains avoir beaucoup de vacances et d'autres peu, à la longue cela ne va pas." Moins de retraite et moins de congés, voila le programme de l'Europe allemande. Écœurante arrogance ! Sarkozy n'y oppose pas la moindre résistance. Au contraire. Sa ministre en rajoute donc bien tranquillement. Pressée à droite de se présenter à la direction du FMI, Mme Lagarde en fait des tonnes pour montrer quelle bonne élève libérale elle est. A ceux qui suggèrent de desserrer l'étau de la dette grecque et de mettre pour cela les banques à contribution, elle répond à l'unisson de la Banque centrale européenne : "c'est hors de question, qu'il s'agisse de restructuration, de rééchelonnement ou de reprofilage de la dette".

A domicile, la droite pratique aussi désormais le chantage à  la dette, sur une grande échelle. Pour justifier les 16 000 suppressions de postes dans l'éducation, le ministre Chatel n'a plus qu'un seul argument à la bouche : "réduire la dette" ! Au point qu'on ne sait plus s'il existe encore un ministre de l'éducation en France. Il a calculé qu'"on lègue aux enfants scolarisés aujourd'hui 20 000 euros de dettes" ! Pur mensonge. Les titres de dette ont une échéance moyenne à sept ans devant nous. La seule vraie dette que l'on livre au pays c'est celle que laisse une éducation au rabais. Cette dette c’est l’ignorance accumulée et le recul du progrès humain. Celle là est incalculable. Moins instruites, moins qualifiées, moins éduquées, les générations futures paieront les pots cassés du présent fumeux où un Luc Chatel amputait leur futur humain. Et pour ceux qui n’aiment que les arguments économiques soulignons que cette politique se paiera dans la qualité de la production et le niveau de vie du pays qui dépend de la qualification des travailleurs. 50 000 élèves en plus et 16 000 postes en moins. Tout ça pour économiser 500 millions d'euros par an, là où la seule baisse de TVA dans la restauration fait perdre 3 milliards par an à l'Etat. Les parents et enseignants ont donc raison de se mobiliser demain pour la Nuit des écoles.

Les bras m’en sont tombés. Il faut dire que je lisais « Le Figaro ». J’y découvrais dans un article de Sophie de Ravinel des propos entre guillemets tout a fait stupéfiants. « Mais la crise liée à l’affaire DSK suivie d'un possible affaiblissement du PS, provoque tout de même une certaine inquiétude au PCF. Au point d'envisager possible un soutien du Front de gauche au candidat socialiste dès le premier tour. Chargée des élections au sein de la coordination nationale, l'instance restreinte du PCF, Lydie Benoit est convaincue que «le Front de gauche ira au premier tour avec un programme». Mais, «s'il était annoncé assez fort, avec évidence dans les sondages, que la gauche ne devait pas passer au deuxième tour, nous prendrions nos responsabilités». «Tout» doit être envisagé pour «bloquer» Marine Le Pen et éviter un autre 21 avril. Lydie Benoit croit Jean-Luc Mélenchon sur la même ligne. «Il n'est pas un aventurier», note-t-elle, alors que le PCF doit donner, en juin, son avis définitif sur la candidature de l'eurodéputé. ».

J’ai sans doute bien des reproches à faire au « Figaro » en général et à madame Ravinel en particulier si l’on tient compte de nos opinions politiques respectives. Mais jusqu'à présent je ne l’ai jamais trouvée inventant des dialogues entre guillemets. J’ai donc pris très au sérieux ce que je lisais. Que certains  dirigeants du PCF pensent ce que dit Lydie Benoit est une chose. Qu’ils se sentent en situation de le dire dans « Le Figaro » est un fait assez exceptionnel pour être noté. Mais il y a plusieurs choses que je sais aussi. La première est que les socialistes, même en deuil, ont le bras long. Mais pas assez pour m’attraper, même par Lydie Benoit interposée. Elle croit et elle dit ce qu’elle veut mais que, du moins, elle ne parle que pour elle. Et non pour moi, dont je me demande comment elle fait pour savoir ce que je pense sachant que je ne crois pas avoir eu de discussion personnelle avec elle depuis au moins deux ans. Et s’il s’agit d’être traité « d’aventurier » si l’on n’est pas de son avis sur cette proposition de capitulation, elle aura tôt fait de découvrir que son propre parti en est rempli. Car la seconde chose que je sais c’est que son point de vue n’est pas celui qui est majoritaire dans les instances du PCF et encore moins à la base de ce parti.

Evidemment c’est un ballon d’essai. Et un mauvais coup. Car ouvrir la période qui suit le retrait de Strauss Kahn par une annonce de ce type c’est tirer une balle dans le pied du candidat du Front de gauche. Au lieu de commencer la suite en parlant du fond, on commence par s’exposer à d’inutiles et toujours suspectes mise au point. Les médias qui m’ont proposé de parler ont donc tous relayé la question. Bien joué les tireurs dans le dos !  Les réactions d’inquiétudes venues de divers secteurs m’ont conduit à ne pas négliger cette déclaration. Elle est tellement nuisible ! Elle jette un doute sur la crédibilité de notre démarche ! Politiquement ce serait un pur désastre qui reviendrait à donner à l’extrême droite le monopole de la rupture avec le système. Nous anéantirions nous même notre existence politique. Cela signifierait que tout ce qui a été fait pour contrecarrer la disparition du courant du socialisme historique sous les coups du social libéralisme n’aurait servi à rien. Et tout ça pourquoi ? Sur quelle injonction ? Les sondages ! Jamais les sondages n'ont commandé mon engagement politique. Pas plus aujourd'hui qu'au moment du référendum du 2005. J’ai donc dû démentir fermement les propos de Lydie Benoit. Et je le refais ici pour m’assurer qu’il n’y ait pas de doute parmi ceux qui me lisent. Et aussi pour prendre date. Le retrait de Dominique Strauss-Kahn de la primaire socialiste ne change rien aux profondes divergences que le Front de Gauche constate avec le contenu du programme adopté unanimement par le PS. Ce projet ni socialiste ni réaliste. Il ne propose aucune des ruptures nécessaires face à la crise. En toute hypothèse, nous proposerons notre candidature pour proposer un autre chemin.

Satisfaction : au festival de cannes le film Pater met en scène un président et son premier ministre. Sujet applaudi par la salle : le salaire maximum autorisé.
Grosse blague : un nouveau sondage indique que je ne « profite pas du retrait de Besancenot ». Non seulement je fais cinq points de moins que nos résultats électoraux dans cette « enquête d’opinion » mais tous les électeurs d’Olivier Besancenot se sont répartis sur Hollande, Hulot ou la droite. Cela seul suffit à situer le sérieux du bidouillage secret duquel est issu ce genre de « résultats ».


288 commentaires à “Le spectacle continue mais la vie aussi”

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 »

  1. 151
    Marcel Barjeon dit:

    J'ai adoré ce communiqué espagnol, il n'y a pas un mot de trop.
    Adelante ! La gauche à tête dure avec Meluche en pointe de couteau
    5 millions de chômeurs... combien de précaires en France ? Combien de soutiers qui n'ont pas l'heur de plaire aux Grrrand médias m****ux ?
    Aiguisons les couteaux, et que ça leur cuise.

  2. 152
    Leroux dit:

    Outrée également pour les réactions des médiats sur l'affaire DSK. Le FMI n'est pas en soi une très bonne
    affaire il me semble. Pendant ce temps là le petit peuple de l'Europe est en faillite. Les Banques, elles, ne le sont
    pas. Quant à Christine Lagarde potentielle candidate à la succession, j'ai tenté d'exprimer mon opinion sur Internet
    au Parisien, mais, mon commentaire a été "rejeté". Raison : non conforme à l'esprit de ce que pense être
    l'intégrité du Parisien. Autrement dit: toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire dans ce journal. Il n'y a rien à
    faire il faut toujours être en accord avec ceux qui sont puissants riches et qui nous gouvernent. La démocratie ne
    les étouffe pas...
    Je suis stupéfaite que Besancenot soutienne Hollande... C'est le monde à l'envers...
    Il n'y a vraiment que le FG qui reste fidèle à son engagement. Vive le FG!

  3. 153
    PATRICK F 32 dit:

    JL MELENCHON bonjour,
    Votre billet est juste (comme d'habitude) sur "l'affaire DSK", la situation grecque...mais quand sortirez vous de la critique des médias, des journalistes qui devient lassante? A force vous passez pour un "aboyeur".
    Vos participations aux émissions politiques sur les TV et radios sont parfaites mais peu de français les regardent.
    DSK out, exit Besancenot...vous devez occuper le terrain de la vraie gauche, l'expliquer aux français à travers un programme (et ne parler pas de Constituante à l'ouvrier du coin, il ne comprend pas) celui du FdG. Ce n'est pas en 2012 qu'il faudra commencer mais tout de suite.
    Vous ne devez pas rester un électron libre, fut il brillant, vous devez impulser le mouvement citoyen pour 2012... ça démarre en Espagne, comme vous le notez, pourquoi pas en France?

  4. 154
    denis alexis dit:

    Merci Mr Mélenchon pour votre attitude dans l'affaire DSK. Et c'est vrai que l'on a plus appris des réactions des uns et des autres que sur ce qui s'est passé. Même JF Khan a dérapé. Quand on pense que c'est l'humoriste de la fin du journal Marianne qui a eu le mot le plus touchant en demandant pardon à la présumée victime.
    Sinon, j'ai vu votre interview avec Elkabach; l'avis des économistes américains sur le rôle exceptionnel de DSK. C'est comme si on avait entendu l'avis des amis de Sarko sur sa politique. Difficile d'imaginer un avis négatif !
    Elkabach est toujours la voix se son maître: quelle arrogance !

  5. 155
    Lorraine dit:

    Lorsque j'entends de quelle manière l'enquête va être faite par les avocats de DSK, je suis ulcérée. On va chercher dans la vie de la jeune femme tout ce qui pourrait la discréditer. Alors je dis, et si elle était une prostituée, est-ce que cela donnait le droit à DSK de la souiller, de la salir à tout jamais. La vie antérieure, son passé, n'ont rien à voir avec la gravité de ce qui s'est passé. Et on pourrait attendre du PS de la dignité, de la vertu, du respect pour les plus faibles. En fait, c'est un parti qui me dégoûte.
    Et des journalistes tels que JFK ont été ignobles. Alors que j'appréciais particulièrement JFK, il est à présent grillé à mes yeux, à ceux de mon entourage de façon durable. Il peut dire à présent tout ce qu'il veut pour se disculper, il peut faire le beau, gesticuler dans tous les sens, ce qui a été dit ne s'effacera plus jamais. Je suis sévère. Ma déception est proportionnelle à l'estime dans laquelle je le tenais. C'est fini.
    Et en ce qui concerne l'entourage proche de DSK, honte à eux qui vont utiliser leur argent pour faire passer cette pauvre femme de chambre pour une menteuse. Mais que j'ai honte pour eux.
    Et vous Jean-Luc Mélenchon, j'attends que vous vous indigniez. Ces procédés devraient vous révulser. En tout cas c'est ce que j'attends de vous. Pour 2012, j'hésite encore entre vous et Bayrou. Alors montrez ce que vous êtes vraiment.

  6. 156
    cyril dit:

    @ lorraine

    De quelle obédience politique êtes vous? Parce qu'entre Jean-Luc Mélenchon (front de gauche) et Bayrou (modem), la vision de la société est très différente. Je ne crois pas que le chantage au vote suite a une affaire judiciaire qui ne regarde que les protagonistes (DSK et femme de chambre) fera avancer notre société vers des jours meilleurs. Voter pour le front de gauche, c'est voter pour une société plus égalitaire et pas pour des indignations ponctuelles purement stratégique et électoraliste, car ça, c'est la méthode Sarkozy.

  7. 157
    Marcel Debêque dit:

    L'affaire DSK permet en réalité aux média d'en faire des caisses à longueur de temps et d'antenne pour mieux occulter les vraies infos, du moins celles qui touchent notre quotidien et notre futur. A les entendre, ces média omnipotents, DSK "out", plus de salut pour la Gauche, qui serait de surcroit "sonnée" et exangue? Le désert, laissant le champ libre à la facho et à son Speedy Gonzalez d'adversaire pour parachever la démolition de ce qui fut la France? Ne serait-il pas temps de passer à la vitesse supérieure, d'oser enfin parler de projet pour le Pays, d'une nouvelle République, d'abolition du système libéral, de socialisation de tous les organismes privés qui font des profits énormes sur notre dos-et en nous tirant, dans le dos-, de la reprise en main de notre avenir? La vie est trop courte pour qu'on la confie à une bande de requins incapables mais affamés de pouvoir et de profit; il y a un Monde à réinventer, alors assez de discours et de critiques dans le vide, on se sort les pouces et on s'y colle, tous, et Mainteant! Alors, Jean-Luc, nous passons en deuxiéme ou nous restons au point mort?

  8. 158
    Delbrayelle Gilbert dit:

    @ Patrick F32 (153)

    Je crois que vous ne suivez pas correctement les interventions de JL Mélenchon.
    Il y a maintenant beaucoup d'interventions de haut niveau, très posées et écoutées.
    (Les coups de gueule sont des épiphénomènes créés par certains journalistes)

  9. 159
    bernard jusserand dit:

    bonjour

    Est-ce que les événements espagnols ne suggèrent pas de préparer un plan B: le boycott populaire des élections présidentielles de 2012? Aujourd'hui ce n'est pas mûr, loin de là, mais ne vaut-il pas mieux s'y préparer?

  10. 160
    Daniel MERINO dit:

    "En quoi le fait que Clémentine aussi l'ait dit, change quoi que ce soit ? Pratique, à tout le moins peu élégante. En langage populaire ça s'appelle "tirer la couverture à soi" !

    Non, ce n'est pas tirer la couverture à soi. M-G Buffet et J-L Mélenchon se sont exprimés en tant que responsables d'organisations politiques à qui l'on est venu demander leur avis et ses propos visent les "responsables politiques". Clémentine Autain, journaliste, bénéficie d'une tribune sur France Inter et ne pas juger bon de citer J-L Mélenchon pour le distinguer des politiques qui ne s'étaient pas souciés du sort de la jeune femme, voilà ce qui me semble inélégant.

  11. 161
    Sébastien dit:

    Mr Mélenchon, hier soir encore à Barcelone, des milliers de personnes scandant "que se vayan todos !", "El pueblo unido jamas sera vencido !", "Yo no soy antisistema, el sistema es anti-yo !" quelle émotion !
    C’est incroyable ce qu’il se passe ! Je n’ai encore jamais été témoin d’une telle concentration d’énergie et d'exaspération. Il vous faut venir, et à Madrid et Séville, maintenant, tout de suite - apporter votre soutien, montrer aux Espagnols qu'ils ne sont pas seuls et que la révolution citoyenne qu'ils appellent est aussi portée par leurs amis et voisins Français. Vous mettriez les pieds dans le plat et seriez le premier des leaders de la Gauche à clairement prendre position, ce qui aiderait peut-être à diffuser le mouvement !
    Para una primavera mundial ! Y no solo arabe ! Un immense merci pour votre engagement.

  12. 162
    Air One dit:

    Vu "la mécanique Mélenchon" sur LCP et accessible sur Dailymotion.
    J'en recommande le visionnage, c'est excellent et pour une fois qu'on laisse parler Jean-Luc Mélenchon sans le couper ou lui glisser des peaux de banane, ça change !
    L'homme a une vision, un programme solide, des analyses radicales et pertinentes qui battent en brèche l'image que les médias veulent donner de lui.
    "Je suis le chien qui monte sur la table", conclut il.
    J'ai beaucoup aimé cet avertissement lancé à l'oligarchie.

  13. 163
    turmel jm dit:

    @ lorraine 154

    Je partage votre indignation eu égard aux méthodes américaine de défense du "sieur" DSK. Par contre,politiquement entre vous et moi (...) J'ai conscience depuis bien longtemps, et c'est une chance d'appartenir à une classe sociale qui à dû tout se gagner par le rapport de force. Je dit bien tout !
    Alors lorsque je vous vois hésiter entre : Jean-Luc Mélenchon et F Bayrou. Ce n'est absolument pas la même vision du monde, de la société. Les idées de l'un c'est de dépasser le système capitaliste, celles de l'autre c'est de s'en accommoder, l'un souhaite redonner le pouvoir au peuple, l'autre prétend le représenter, et enfin, l'un considère les banques comme propriété publique, l'autre comme entité privée ! Et je n'insisterai pas sur l'Europe des marchands, et des financiers via le traité de Lisbonne.
    Il y a une grande différence entre vouloir une révolution citoyenne, et vouloir civiliser le capitalisme. Lorraine, il vous faudra réfléchir à tout cela, sérieusement,sinon aux élections vous allez commettre une bêtise.

  14. 164
    marsouin dit:

    Bonjour,

    L'orage gronde, les nuages s'amoncellent et se font de plus en plus menaçants pour cette démocratie dévoyée, corrompue, cette république où les dirigeants, aussi bien de droite que de gauche, se croient intouchables, au-dessus des lois qu'ils imposent au reste de la population, et ceci dans tous les domaines !
    affaires Tapie, Bettencourt, Wildenstein, Karachi, Chirac, Pasqua, et combien, combien d'autres ?
    Tout est tenu secret par les médias à la botte de ce pouvoir, de cette oligarchie pourrie par le fric, ces gens qui maintiennent la majorité de la population dans l'ignorance, dans le mensonge par leurs fadaises, leurs fourberies quotidiennes !
    Il faut que ça bouge une bonne fois pour toutes. Il faut suivre l'exemple des jeunes Espagnols, il ne faut pas avoir peur, cher J.Luc de le clamer haut et fort à chacune de tes interventions publiques que au PS aussi bien qu'à l'UMP tous les dirigeants sont bons à mettre dans le même sac !
    Quelle différence entre Strauss-Kahn et Sarkozy ? Aucune. Quelle différence entre le projet du PS et celui de la droite ? Aucune.
    Il faut cette fois-ci une réelle rupture, à commencer par la fin de la Vème république et de son président Roi accompagné d'un parlement croupion aux ordres du tout puissant !
    Il faut un réel partage des richesses produites !
    Je te fais entièrement confiance pour défendre ces idées qui sont les tiennes comme tu as déjà pu le montrer et ma voix t'est déjà acquise pour 2012.

  15. 165
    PATRICK F 32 dit:

    @ Delbrayelle Gilbert (158)
    Je n'ai pas remis en cause la qualité et le niveau des interventions (TV, radio) de JL M. au contraire je les trouve parfaites mais je ne suis pas sûr du tout qu'elles soient aussi écoutées que vous le pensez: combien serons nous ce soir à 17h50 sur France 5 (il fait beau, c'est l'heure de Stade 2...) et mardi à 19h30 sur LCP (c'est quoi LCP?). Faites un sondage... autour de vous.
    Pour en revenir à la critique des journalistes : on s'en fout que Sophie de Ravinel ait écrit le papier incriminé dans le Figaro; l'ouvrier du coin ne lit pas le Figaro. Que JL M. le démente en 3 mots serait suffisant et qu'il rebondisse plus fort sur l'union de la Vraie Gauche me paraîtrait plus utile

  16. 166
    Jean-Pierre MONTREUIL dit:

    L'affaire pitoyable DSK montre à quel point le commun des citoyens se fait berner à longueur de journée par ceux qui ont décidés de ce qu'ils serait bon pour eux (nous) de voter et donc qui élire pour 2012.
    En effet, en dehors de ce qui s'est passé ou non dans une chambre d'hôtel outre atlantique, quel média aurait pu nous alerter sur la fortune colossale du couple DSK/Anne Sinclair sans cet épisode sordide ? Quelle indécence d'afficher aux yeux de l'Europe la vanité du pouvoir de l'argent permettant un traitement différencié et non équitable en face d'une situation semblable pour celui qui n'en a pas les moyens.
    Ma question est simple, même si ces « belles personnes » se sont rangée par conviction, (ou opportunisme) dans la  case "gauche ", comment peuvent-elles imaginer le quotidien des Français qui survivent avec des revenus qui gravitent plus ou moins dans les parages du SMIC ? (je ne parle pas des pauvres!).
    Pour ma part, je ne pense pas que ce soit ce genre d'individus qui soient le mieux placé pour prendre en main le destin du peuple Français.
    Il y a quelques mois, j'ai découvert qui était JL Mélenchon au travers d'émission de télévision, notamment pour présenter son livre, « Qu'ils s'en aillent tous ».... Après lecture, je me suis reconnu dans mes convictions d'un fonctionnement « durable » de la société.
    Depuis j'invite ouvertement mes proches et mes amis à aller voir de près ce qui se passe du coté du Front de Gauche. Ayant toujours voté PS je ne me retrouvais pas dans cette gigantesque foire au candidat potentiel, qui de toutes les façon, même s'il n'en disait rien DSK aurait été le « vainqueur ». Pour moi, « non merci » !
    La seule façon de se projeter vers un avenir plus démocratique qui prenne en compte le devenir du peuple Français, est de permettre au FG de continuer à se démarquer de la soupe tiédasse et insipide qui nous est servi actuellement par les notables bien pensants du...

  17. 167
    Berdagué dit:

    C'est incroyable ce qui se passe il y a une semaine beaucoup spéculaient sur le deuxième tour pour savoir quid de son vote ou pas en se cassant la tète, le cogito en émoi, les neurones en agitations constantes et figés par l'hallucination de ce sacré deuxième tour par le choix d'un,une, sauveur suprême en rajoutant sur la providence du tout est dit d'avance, et aujourd'hui Dimanche 22 mai, notre regard se tourne vers les mobilisations de la jeunesse dans cette Europe amochée par le régime sec imposé, c'est dire l'importance de la découverte palpable, lisible, du programme du Front de Gauche dans une semaine : à ne pas douter ça fera évènement pour la suite et de nos engagements, là le premier tour sera un objectif sérieux et joyeux, et mettra au rencard toutes les spéculations.
    En tous les cas, rien à perdre, tout à gagner et même pas peur.

  18. 168
    citoyenne21 dit:

    J'ai visionné moi aussi "la mécanique Mélenchon" et certains y ont vu d'après les commentaires que j'ai lu sous la vidéo, des passages non nécessaires, comme Jean-Luc allant faire un somme ou Jean-Luc mangeant son sandwich ! Moi j'ai bien aimé mais ne trouvant jamais Jean-Luc a son désavantage, je ne suis peut être pas objective ! J'ai adoré la fin en tout cas, ça semblait si vrai dans le ton ! Je ne peux pas croire que d'autres que moi, en masse, ne puissent pas avoir la preuve devant leurs yeux en écoutant parler cet homme, qu'il vaut mieux que les autres et qu'ils ne vont pas avoir cet éclair de lucidité qui vont orienter leur vote dans le bon sens ! Bon sang ce n'est pas compliqué de se rendre compte qu'il n'y a que le choix du parti de gauche pour 2012 qui pourra être bénéfique pour le peuple en général ! Enfin vendredi en quittant mon boulot après une petite discussion avec les femmes de ménage venant faire les bureaux et bien j'ai pu constater que les petites gens ne sont pas si dupes que ça et qu'ils avaient bien compris que la grossesse de la première dame de France avait été programmée dans un but purement électoraliste et leur "je ne voterai pas Sarkozy" m'a ravie ! (rire)

  19. 169
    Lorraine dit:

    156 cyril
    Elevée par un père communiste, j'ai appris à mettre en doute le sectarisme de gauche et bien évidemment celui de droite. Mon père était sectaire et cela s'est expliqué par son vécu. Travailleur social de formation, j'ai pris du recul depuis des années et Mitterrand m'a aidé à me ressaisir. La gauche caviar, merci. Et pour toujours. Je me suis retrouvée dans les idées de Bayrou et je pense que son idée de constituer un gouvernement, que j'appellerais de salut public, m'a séduite.. Mais il est vrai que dans mon for intérieur la colère gronde et que je partage en grande partie les prises de position de Jean-Luc Mélenchon. Cependant un peu trop Robespierre à mes yeux.
    Je ne sais plus en fait qui croire et à qui donner ma confiance. Nous sommes nombreux dans mon entourage, constitué de personnes éduquées; instruites et qui ne savent plus à quels saints se vouer. Il est vrai que j'ai été bouleversée par des gens du Front de Gauche avec qui j'ai manifestée en juin dernier. J'ai même pleurée quand j'ai vu autant de braves gens réunis pour une bataille commune que nous avons d'ailleurs perdue. Ces anciens mineurs des mines de charbon m'ont fait regretter que nous, les gens de l'Est, n'ayons pas tout cassé lors de la fermeture des mines. J'ai alors dit à la personne qui m'accompagnait que j'avais envie de faire la révolution. Et alors j'ai pensé à Jean Yanne dans son film "Deux heures moins le quart avant J-C" mais t'es toute seule connarde.
    Oui, on est bien seul, face au pouvoir de l'argent. Et l'affaire DSK prouve que cette gauche et la droite, c'est du pareil au même.

  20. 170
    cyril dit:

    @ lorraine

    Tout ce que je voulais vous dire, c'est que les enjeux qui nous attendent ne sont pas affaire de personne, mais bien de programme et de vision d'ensemble de la société a mon sens. D'après moi, Bayrou n'est qu'une version édulcoré et relooké de la politique que nous subissons aujourd'hui. Il n'y a pas de sectarisme a choisir une voie différente et clairement a gauche, mais tout ça n'est qu'une histoire d'opinion. Hésiter entre le centre droit et la gauche, c'est hésiter entre deux politiques et deux visions du monde et je crains que nous n'aillons plus le luxe de perdre du temps. Loin d’être une groupie Mélenchonienne, il me parait évident qu'aujourd'hui, il est le plus en phase avec les réalités économiques et avec ce que la France doit faire face a la prédation tant des marchés financiers, l’ultralibéralisme et l'influence parasitaire d'une certaine élite (ou qui se prétend telle). Je pense que nous avons besoin d'une figure charismatique avec une voix qui porte et je ne vois pas ça chez Bayrou.

  21. 171
    JGPOUZET dit:

    Je ne suis pas adhérent PG mais je soutiens les hommes lucides et courageux. Alors, jusqu'au bout !

  22. 172
    lola roa dit:

    Monsieur Mélenchon,

    Je suis Française, résidente à Barcelone et je voudrais rectifier votre communiqué en témoignant de ce qui ce passe ici. L'indignation des citoyens a pris la rue et occupe la place centrale, lplaces de toutes les villes espagnoles sans exception, et pas seulement la Puerta del Sol à Madrid, Monsieur Mélenchon. Ce mouvement n’est pas confiné à Madrid. La place Catalunya à Barcelone est, depuis le 15 Mai occupée par los « indignados » (les indignés), des gens de tout âge et de toute condition : des jeunes, des chômeurs, mais aussi beaucoup de parents, des travailleurs, des fonctionnaires, qui se sont organisés en réunions et assemblées régulières, transformant la place en Forum de débats citoyens». C’est aussi 700 places à présent dans le monde qui sont en résistance. Sortez de votre réserve Monsieur Mélenchon, le mouvement: #spanishrevolution se propage, s’étend dans les grandes villes d’Europe et d’Amérique Latine, avec des rassemblements attendus ou déjà en place dans de nombreux pays –y compris quelques pays de l’ancien bloc de l’Est- et de nombreuses villes de Grande-Bretagne, France, Italie, Belgique, Allemagne, Mexique, etc
    Leur mot d’ordre Démocratie Réelle Maintenant. Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques et des banquiers.

    Merci Stephane Hessel ! Ya era hora...

  23. 173
    citoyenne21 dit:

    J'ai relevé cette phrase qui m'a profondément interpellée au détour de lectures de commentaires de blogs : "La seule chose qui fasse trembler les puissants, c’est l’apparition d’un individu intègre et génial, en communion avec les aspirations profondes du peuple. Mais si tant est qu’un tel candidat existe en France, le Système est sûr de pouvoir le battre." On le sait nous qu'un tel candidat existe et c'est pour ça qu'on est là pour le soutenir et qu'on veut croire en la victoire alors faisons que ce candidat puisse ne pas être battu.

  24. 174
    marie dit:

    Les infos française toujours en mode DSK, ça gronde en Espagne mais ça gronde. J'en parle au café du coin personne n'est au courant. Tant qu'il n'y a pas de morts les journaleux ferment leur gueule. C'est dingue. Et ici on boit le pastaga pour oublier les emmerd.
    Commentaire de Marina en Espagne "Si quereis que vuestra protesta sea util no voteis in blanco, este va para los partidos mas grandes y deja atràs a los pequénos, votar a partidos pequenos alternativos seguro que los hay, o no voteis." Il n'y a en forces que 2 partis politiques, une droite très franquiste et zapatero socialiste mais pris comme partout dans l'économie mondiale, et quelques petits partis sans argent qui n'arrivent pas à avancer. Le vote blanc est comptabilisé pour les grands partis donc dans ce cas là il vaut mieux ne pas voter (abstention) mais ils ne sont pas dans la rue que parce qu'il y a le vote hein ! C'est une prise de parole non représentée de la majeure partie des gens, c'est une révolution pour une vraie démocratie.
    Voir un site : concentracion "virtual" por una democracia real y participativa, 22 mayo, lieu : in toda Espana, de forma "virtual" a travès de internet. date/heure : dim 22 mai 2011, 21 :00

  25. 175
    Arte dit:

    Le populisme, c'est d'enfoncer dans les crânes qu'il n'y a pas d'autres politiques possibles.
    Fier de vous, M. Mélenchon !

  26. 176
    Roland011 dit:

    Bonjour, ça serait gentil de donner le lien de la vidéo !

    Le voila : Documentaire "La Mécanique Mélenchon" sur LCP
    http://www.dailymotion.com/video/xitpze_la-mecanique-melenchon-sur-lcp-le-20-05-2011_news
    Bonne écoute

  27. 177
    Sonia Bastille dit:

    @jean-marc (140)
    « Parce qu'il n'y aurait qu'en France que les choses vont mal et qu'il faille orienter différement ? »

    Je n'ai rien dit de tel ! Je pense que chaque Etat de l'UE doit « reprendre ses billes » ! c'est à dire sa pleine et entière souveraineté et indépendance par rapport à l'UE et l'euro qui sont seulement catastrophes pour les Etats-Nations et les peuples souverains. Faire croire que l'on va « faire » la « révolution citoyenne » en restant dans l'UE et dans l'euro s'est s'amener à avoir les pires désillusions et aussi n'entraîner que les franges des classes moyennes les plus aisées ou encore la petite bourgeoisie. La classe ouvrière, les paysans ont tout perdu et l'on a détruit l'appareil productif et l'Europe du Traité de Rome en est la première responsable ! Notre projet devrait tourner autour de la nation libre et souveraine, du peuple libre, souverain et citoyen permetent une autre politique économique (industrielle, agricole), sociale, d'intérêt général volontariste. Faire la Révolution et s'en donnant les moyens voilà l'objectif que devrait se fixer la gauche républicaine et radicale ! Non ?

  28. 178
    llavador jean dit:

    Mes respects, Monsieur,
    Bonjour à tous,
    La question est: comment toucher les masses?
    De la même façon que vous avez subtilement introduit dans le paysage des termes qui commencent à être repris dans les discours: oligarques, oligarchie, médiacrates, précariat... mais qui sont difficiles- à prononcer, à comprendre, à s'approprier- me semble devoir suivre celui d'anti-capitaliste.
    Un mot slogan simple, pas si facile que ça de s'en réclamer- se donner le droit de transgresser, et après s'en sentir tout confus d'avoir osé, à la fois heureux et soulagé: " T'es pour qui, toi? - Oh, moi, je suis anti- capitaliste."
    Les mots et la manière de les dire se trouvent dans le discours de Jacques généreux à Nantes vers la troisième minute.
    Cordialement.

  29. 179
    ydaho dit:

    Les médias français ne parlent pas des campements en France ou ailleurs qu'en Espagne, pourtant le mouvement s'amplifie, doucement mais sûrement. Nous sommes peut-être au début de quelque chose d'inédit... "Si vous ne nous laissez pas rêver... nous ne vous laisserons pas dormir !"
    http://www.thetechnoant.info/campmap/
    Et que feront-ils quand ils sentiront que la situation leur échappe ?

  30. 180
    redline69 dit:

    bonjour
    C'est édifiant comment le PS est devenu la remorque de l'UMP ! Mme Aubry soutient la candidature de Mme Lagarde au FMI ! On croit rêver, on se pince mais non nous ne rêvons pas... mais quel est le jeu du PS dans la politique ?
    Madame Aubry, en réalité, n'est que la deuxième face d'une même pièce du libéralisme et de l'Europe destructrice du modèle social. L'UMP l'autre face.
    Socialistes ? Réveillez vous, on vous mène en bateau à la direction du PS ! C'est quoi la prochaine étape ? Mme Aubry soutien et vote pour l'UMP.

    cordialement

  31. 181
    Michel Matain dit:

    @ 155 Lorraine
    Lorsque j'entends de quelle manière l'enquête va être faite par les avocats de DSK, je suis ulcérée.

    Parce que le système de justice US ne permet rien d'autre. La police US n'est pas en train de chercher la vérité, elle monte un dossier au service d'un procureur élu qui va affronter de nouveau des élections l'année prochaine. La question de l'innocence ou la culpabilité pèse peu en regards des considérations annexes. Et la défence va devoir monter un dossier de la même façon. Les uns et les autres vont aller dans le passé de l'adversaire, vont mener des campagnes de presse (leurs avocats réciproques ont commencé)... Mais surtout c'est à la défense de mener une contre-enquete de A à Z. C'est une véritable justice de classe. Imaginez une situation inversée : la victime (potentielle jusqu'au jugement) une riche blanche et le prévenu (innocent jusqu'à son éventuelle condamnation) un jeune noir pauvre ? Le résultat est courru d'avance. Celui qui est pauvre n'aura jamais les moyens de s'offrir une contre-enquete, une recherche de preuves, une campagne de presse...

    Pour tous ces dérapages, je suis fortement partisan du maintien en France du juge d'instruction. Notre cher président souhaite l'éliminer pour se rapprocher du système US. Notre système est très loin d'être parfait mais je crois qu'il serait encore plus imparfait si le juge d'instruction venait à être supprimé.

  32. 182
    citoyenne21 dit:

    Quel moyen de défense a la victime avec son petit avocat commis d'office face aux gros pros qui vont défendre DSK ? Tout ça va se régler à coup de chantage ou de gros chèques distribués à droite et à gauche et il sera déclaré innocent et basta, quelle que soit la vérité ! Tout est déjà joué d'avance, c'est bon ! La crapulerie n'a plus de limite ! Et combien il ferait de la prison, il aura des passe droits ! Allez c'est bon. Même JP Chevènement y est allé de son petit ton indigné sur LCP. Il y en a même qui prônent un traitement de faveur ou adouci pour les génies du genre DSK !

  33. 183
    lionel.deschamps dit:

    Ce que je viens de lire est affligeant. Le front de gauche qui n'est pourtant pas un colosse, a décidément des pieds d'argile !
    Si le PCF est incapable de démentir les propos de Lydie Benoît, c'est bien la preuve que ce parti est cliniquement mort et ne bouge plus qu'avec l'aide de sa grosse machine impulsant encore un léger "jus" sur ses batteries de secours (bientôt épuisées...).
    Quant aux voix de Besancenot se reportant sur le PS. Faut-il tirer sur une ambulance ? Le NPA n'a été qu'une sinistre pitrerie depuis sa création.
    Mélenchon écrit juste et pense clair. Si jamais il ne devait représenter que le Parti de gauche en 2012, ce serait déjà nécessaire et peut-être suffisant.

  34. 184
    Cathar dit:

    Un point commun entre les dernières élections locales en Italie et les mots d'ordre du mouvement espagnol actuellement en cours au coeur géographique et symbolique des cités : la méfiance envers les structures partidaires aliénées aux pouvoirs économiques et financiers dominants, envers des appareils recroquevillés sur leurs acquis et privilèges, niant ou étouffant la voix des citoyens. En Italie des candidats hors appareils, porteurs de revendications de justice de solidarité arrivent en tête à la surprise de l'establishment, souvent en-dehors des partis et avec le vote populaire. En Espagne la rue exprime son désarroi de ne pas avoir de structure-relais porteuse de ses demandes. Le FdG doit se pencher sur ce qui est exprimé là, et en tirer les conséquences, entre autres ne pas se laisser aller à la confiscation de l'expression citoyenne par des stratégies d'appareils (suivez mon regard). En dernier ressort Jean-Luc Mélenchon doit pouvoir garder sa liberté et être présent quoi qu'il advienne pour montrer ce chemin-là. Autrement dit la Révolution Citoyenne peut-elle aller jusqu'à remettre en cause l'existence des partis tels qu'ils fonctionnent jusqu'à présent pour permettre l'émergence d'autres dispositifs d'expression, de pouvoir et de contrôle des citoyens. La démarche participative du Programme Partagé, des ateliers législatifs sont des amorces de solution à faire connaître et à populariser...

  35. 185
    Papa dit:

    A 183.
    Il n'est pire sourd que celui qui ne veux pas entendre. Lydia Benoist dans une mise au point, suite à l'article du "Figaro" a déclaré : "Jamais il n'a été question de se désister au premier tour en faveur du candidat socialiste!". Si je vous comprend bien, vous faite plus confiance au "Figaro" qu'a Lydia Benoist. Vos propos puent l'anticommuniste viscéral.

  36. 186
    Terrasse dit:

    Attention! Restons prudents avec l'affaire DSK. On a toujours qu'un seul son de cloche. Il ne faudrait pas que ce soit une nouvelle affaire Dreyfus. J'ai apprécié les commentaires prudents de Mr Mélenchon à son égard, et suivons son exemple. Bonne chance au FdG

  37. 187
    Née un 19-Août dit:

    @ citoyenne21 (#182) :

    Ca ne marche pas tout à fait comme ça. Dans cette affaire en particulier, l'employée de l'hôtel n'a pas hérité d'un avocat commis d'office. Jeff Shapiro est un avocat connu sur la place de NY et s'il va plaider gratuitement pour une femme humble, il sait aussi qu'il aura un pourcentage rondelet à la sortie, sur les dommages et intérêts à l'issue du procès. Sans parler du coup de pub.
    De plus, derrière la victime, il y le Ministère public, le procureur Cyrus Vance Jr. Pas un débutant ni un rigolo. L'affaire DSK, c'est l'affaire de sa vie, celle qui pourrait le propulser du poste actuel de District Attorney de NY à celui de General Attorney de l'Etat, et même plus haut encore. C'est dire s'il ne lâchera pas le morceau comme ça.
    Donc, rien n'est joué d'avance. Bien au contraire. Tous ces gens sont motivés (je ne dis pas que leurs motivations soient altruistes) et je pense qu'ils iront jusqu'au bout. Un proc'qui va au bout de ses affaires, c'est toujours un bon argument de compétence pour les électeurs.
    Enfin, dans l'hypothèse d'un "plea bargaining", vu que DSK risque déjà 74 ans de cabane tout cumulé, ce n'est pas sûr que le proc'n'accède à toutes ses demandes... Si DSK est reconnu coupable, il va quand même devoir faire de la cabane. Aux USA, vu qu'il a renoncé à son droit d'extradition. S'il y avait eu un traitement de faveur, c'est du côté des prisons françaises qu'il aurait été.
    Je ne dis pas que le system US est meilleur que le nôtre. Je pense même que le system du juge d'instruction français, surtout en collégiale, est une bonne chose pour la poursuite d'une enquête. Cependant, le fait que le proc'soit redevable aux électeurs et non à une autorité qui le nomme, c'est pas mal non plus.
    Peut-être que toute cette histoire fera bouger les magistrats français qui auront de moins en moins peur de condamner les politiques lorsque ceux-ci enfreignent la loi. Je l'espère.

  38. 188
    Bettina dit:

    Bravo JL Mélenchon pour votre soutien total et non retenu, spontané, au mouvement révolutionnaire espagnol.
    Je ne doute pas que la contagion nous gagnera. Et les DSK, Sarko (qui l'a nommé au FMI) et Marine Le pen et autres malades systémiques" seront derrière nous.
    Nous sommes la force, l'élite et le travail. Ils sont la magouille!
    Avanti populo!

  39. 189
    Robin CIPOLLA dit:

    J'ai cherché où cette honorable blogueuse avait lu ou vu que Besancenot soutenait Hollande ?
    J'ai lu, par contre, que Martine Aubry et ineffable Delanoe soutenaient.... Lagarde au FMI. Le renvoi d’ascenseur d'il y a quatre ans ? J'espère que ça aussi, Jean-Luc Mélenchon s'en rappellera si celle qui a pleuré une seule fois dans sa vie à la vue d'une paire de menottes, arrive au second tour en lieu et place de Jean-Luc Mélenchon.
    J'espère vivement un second tour à la Péruvienne. J'aime les choix clairs et pas les "moins pires" que l'électorat m'impose et auxquels je ne répondrai plus.
    Plus jamais.

  40. 190
    Laute Annie dit:

    Bonjour. Je viens de suivre l'émission C politique de ce dimanche sur la 5. Compliments à M. Mélenchon de nous avoir détaillé son programme avec autant de clarté et de clairvoyance.

  41. 191
    Alain44 dit:

    C/Politique: Très bonne intervention Mr Mélenchon, bravo, magnifique, 5 points de plus dans les sondages ce soir.

  42. 192
    Miskiti dit:

    Excellent C/Politique.

  43. 193
    Zazenshin dit:

    Bravo Mr Mélenchon pour votre intervention sur France5!
    Vous avez su répondre avec calme mais détermination à tous les petits pièges tendus par la journaliste. Je me permets modestement de vous dire que vous gagnez en stature et que comme vous les larmes me sont venues quand j'ai vu ce qui se passe en Espagne. Vive la révolution citoyenne!

  44. 194
    Xam2OV dit:

    C/politique : superbe Mélenchon malgré le petit roquet en face de lui,il a ete clairvoyant et interessant il a gagné mon vote et mon adhésion et c'était pas simple. Merci pour ce moment de fraicheur et d'honnêteté.
    Il n y a plus qu'à espérer, mais comme il l'a si bien dit la France est un grand pays.
    Encore merci.

  45. 195
    Alin dit:

    Je me rappelle qu'il y a quelques mois, Michel Onfray apportait son soutien à Jean-Luc Mélenchon. Certains ici ont congratulé Onfray et lui ont chanté des louanges. D'autres, plus méfiants, nous ont rappelé qu'Onfray est plutôt du style à changer de veste. Hélas, ils n'avaient pas tort.
    Hier, F. Hollande s'est déplacé à Argentan, où il a été accueilli par Onfray. Ce dernier a dit, d'après un tweet que je viens de lire: "il ne faut pas imaginer que Mélenchon sera élu", "ses idées m'intéressent, le personnage est un peu décevant". Il parait aussi qu'il espère une union de la gauche PS-PCF. Maintenant, Onfray soutient Hollande.

  46. 196
    boris dit:

    Une belle prestation : des propos clairs, une vision lucide de la vie politique...un Jean-Luc Mélenchon posé et percutant. A renouveler le plus souvent possible. Bon courage pour la suite...

  47. 197
    citoyenne21 dit:

    A née un 19 aout (187) : merci pour toutes ces précisions, cela me permet de regarder cette affaire sous un autre angle :)
    Et quant à Jean-Luc, une tuerie sa prestation de ce soir à C Politique ! Bravo ! Waouh quelle présence d'enfer, quelle répartie, quel aplomb, quel talent !Jj'espère qu'un maximum de citoyens ont visionné cette émission. Franchement la différence avec les autres, on la voit, on l'entend, on la ressens, il n'y a pas photo !
    Souriez, ca va bouger :)

  48. 198
    Humbert [PG32] dit:

    Bravo ! cette émission sur la 5 : super !

  49. 199
    lepierrot dit:

    Bravo Mr Mélenchon pour votre brillante prestation sur France 5, vous avez été excellent. Continuez comme cela avec ce langage clair tout en étant incisif, vous marquez des points.

  50. 200
    Delbrayelle Gilbert dit:

    Très bonne prestation ce soir sur C Politique en effet mais contrairement à ce que disent les commentaires 193 et 194, la journaliste Géraldine Mulhmann est très intéressante. Elle essaie d'aller au fond des choses et laisse l'invité s'exprimer quand il le faut. Vous avez remarqué d'ailleurs que Jean-Luc Mélenchon est très courtois quand on le respecte.

Pages : « 1 2 3 [4] 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive