24mar 11

Cantonales, Libye, OTAN et ONU, session à Bruxelles

Avant le second tour

Ce billet a été lu 25 421 fois.

Elisbonnencore une note à l’arrache ! Je l’ai rédigée en pensant qu’il était inutile pour moi de répéter tout ce que j’ai eu l’occasion de dire sur Europe 1 et sur France Inter cette semaine puisque j’ai eu le privilège de pouvoir m’y exprimer. Donc mes appels au rassemblement électoral de la gauche sont accessibles à tous. Ils ont été entendus par le million d’auditeurs d’Europe 1 et les deux millions d’auditeurs de France inter présents aux heures d’écoute auxquelles je suis passé à l’antenne. Je parle donc autour de l’actualité. La farce de la péniche, et de l’union bidon mise en mouvement à gauche, pendant cette semaine de désarroi de la superstructure politique du pays est suspendue dans le vide de l’abstention. La crise de régime que fait murir la décomposition de l’UMP reçoit un écho dans la paralysie de la gauche politique avec la dislocation de l’axe entre le PS et les Verts.

Merci à Seb pour les photographies qui illustrent ce billet.

J’ai refusé d’aller faire tapisserie à la soirée privée du PS sur la péniche. Crime de lèse majesté. Dès lundi j’ai eu droit à la morgue des chefs socialistes. Je ne devrais pas « jouer nouvelle-zelandesolitaire », « on a besoin de tout le monde ». Bla Bla. Ces bonnes âmes donneuses de leçons auraient voulu que je fasse comme si leur duplicité ne m’était pas connue. Comme si je ne savais pas, de longue main, qui a décidé quoi et où, à propos du deuxième tour pour lequel ces messieurs dames avaient déjà pris leur disposition de division ! Comme si je pouvais croire que les socialistes ne savaient pas que les Verts allaient se maintenir en Seine Saint Denis et dans le Val de Marne ! C’est eux, les dirigeants socialistes, qui ont organisé la présentation de candidats communs Verts/PS dans le but assumé que les Verts se chargent de la sale besogne et délogent les élus sortants du Front de Gauche. Comme ils l’ont fait en Essonne, dans tous les cantons où il y avait un candidat sortant renouvelable. Et jusque dans mon ancien canton dont l’élue est la trésorière nationale du PG. Lequel canton est dans la circonscription du bras droit de Martine Aubry, le député François Lamy. J’en passe et des meilleures. La volonté d’éradication était affichée et assumée. En Essonne elle aboutit à avoir affaibli la gauche. Ces coalitions Verts/Socialistes recueillent moins de voix que les seuls socialistes aux élections précédentes. Il faut les voir venir entre les deux tours, la bouche enfarinée, nous demander un désistement loyal. Comme si c’était un jeu. Comme si tout ce qui a été patiemment construit et élargi par notre travail était sans importance, sans fragilité, sans énergie militante dépensée sans compter. Les nôtres serrent les poings. Les voici trainés derrière le char de ces vainqueurs de pacotille qui comptent cyniquement sur notre dévouement à la cause pour remplir leurs urnes désertées. La peine est la plus forte. Le mépris recouvre tout. En Essonne un canton du Front de gauche fut pris en otage pour nous arracher en échange des mots de soutien quasiment dictés en faveur de candidats qui nous soulèvent le cœur de dégout personnel. La désunion sans raison au premier tour a sévèrement dégradé le rapport de force droite gauche. Dans ces cantons on voit les importants ramenés à leur dimension réelle quand nos militants sont trop tristes pour faire le travail. Une armée de permanents et d’obligés ne fait pas un parti. Tout va être emporté.

C’est le moment où ces belles bouches font des reproches et des gros yeux. Arrogants, tellement méprisants,moscou insultants, qu’il est de plus en plus difficile de convaincre les militants qui doivent tout endurer de leur part avant d’être sommés de se désister ensuite. Ici l’infect chef socialiste fait du bouche à oreille pour dénoncer comme une candidature islamiste notre camarade qui se prénomme Mohamed. Là un bureaucrate à cervelle de pigeon croit avoir fait un bon tour en prenant notre logo Front de Gauche sans autorisation et le prostituer avec celui du Modem. Ca le fait rire, bien sûr. Le désarroi des militants et la pagaille de ceux qui découvrent tout cela les amuse. Rude école de formation pour tous ces militants dont c’est le premier engagement politique ! Mais un solide vaccin est ainsi injecté. Ce qu’est devenu le PS jouit parmi nous d’une réputation à couper au couteau. Et quand nous avons été invités sur leur péniche de comédie on nous précisa pour nous allécher le périmètre de l’invitation : « ceux qui peuvent gouverner avec nous en 2012 ». A pleurer !

Je sais combien les questions de guerre et de paix sont difficiles à traiter. J’ai eu à en connaitre à propos de la première guerre du Golfe, de celle du Kosovo et de l’Afghanistan. Je me suis opposé à chacune d’entre elles sur le critère de ce qu’est l’ordre international dans une conception de gauche. La seule communauté internationale acceptable est la communauté légale. Celle qui est construite sur des accords et des traités reconnus par les parties prenantes et d’application universelle. Si imparfaites qu’elles soient les institutions internationales incarnent cette communauté. C’est une question essentielle. Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, un cadre fut posé avec l’ONU. Mais le mécanisme régulateur n’était pas dans ses murs. Il ne s’y trouvait souvent que pour la forme ou pour l’accessoire. La véritable communauté internationale dont les décisions et mésententes avaient force de loi s’organisait autour des deux camps est et ouest, sur la base du partage du monde de Yalta et tenu en respect par l’équilibre de la terreur atomique.  Au lendemain de la chute du mur de Berlin, l’hyper puissance nord américaine désormais seule prétendit organiser à sa main un nouvel ordre mondial. Ce fut le discours de Bush père sur le sujet qui en donna le signal. Et la première guerre du golfe en fut l’acte fondateur.

Depuis lors, l’enjeu est de savoir si l’ordre du monde est celui de l’empire et de son bras armé l’Otan ou celuicoree-du-sud d’une communauté internationale légale et multipolaire. Ce ne sont pas seulement des principes moraux ou démocratiques qui se jouent dans cette affaire mais des intérêts gigantesques. L’empire ne peut s’offrir le luxe d’être mis en cause. Non par mégalomanie. Ni même du fait de l’incroyable prégnance de la bureaucratie des services et des militaires dans le pouvoir aux USA, nés de l’effet miroir avec leur adversaire soviétique. Mais parce que l’empire ne peut accepter de voir sa monnaie réduite à sa valeur réelle qui est à peine celle du papier qui la représente ou des bits qui la conserve en mémoire électronique. J’ai déjà beaucoup écrit sur ce sujet sur ce blog et je craindrais de lasser en reprenant mes démonstrations. La nouvelle situation combine foule de facteurs où s’ajoutent aux formes classiques des crises particulières du capitalisme celles plus spécifiques liée au capitalisme financier de notre époque. C’est dans ce contexte que se présente les faits du quotidien qui le transforment mais en résultent. La guerre est difficile à interpréter.

Seuls les pacifistes sont constants en toutes circonstances puisqu’ils s’opposent par principe au recours à la russieforce. Je suis pacifique mais pas pacifiste. Fasciné par la discipline mentale de la non violence, j’avoue mon incapacité à la manier comme principe d’action pour un Etat. Je ne dis pas que ce soit impossible. Je dis que je ne sais pas le faire. D’autre part, quel que soit le contexte, la difficulté est grande quand il s’agit de transformer une analyse en action politique. L’analyse est polychrome, tout faite de nuances. Tel est l’esprit. Mais l’action est binaire. Avec du noir et blanc il faut faire un tableau efficace. L’intervention en Libye combine tant de facteurs ! Une nouvelle fois elle prend à revers tant de schémas. Ce qui compte c’est qu’elle ne nous conduise pas à lâcher nos principes.

Par exemple j’ai lu que c’était en Libye une guerre pour le pétrole. Non, s’exclame l’association « Mémoire des luttes » où je compte maints amis. « L'action armée en cours contre les cibles militaires libyennes ne vise pas à s'approprier le pétrole du pays, pour une raison bien simple : c’est déjà le cas ! Total (France), ENI (Italie), Repsol (Espagne), OMV (Autriche), PetroCanada (Canada), Wintershall (Allemagne) etc., exploitent déjà des gisements. Par ailleurs, de nombreux permis de forage et d'exploration ont déjà été concédés par Kadhafi à des compagnies étrangères, principalement américaines. » Une autre explication m’a été proposée parmi les eurodéputés à Bruxelles : Kadhafi serait un dirigeant anti impérialiste. Pour ma part je ne l’ai jamais cru. « Mémoire des luttes » relève pour sa part que «russie-2 Kadhafi a été un temps, mais n'est plus du tout, un dirigeant anti-impérialiste. Jusqu'à il y a deux mois, il entretenait les meilleures relations avec Sarkozy, Berlusconi, Cameron, l'administration américaine,  et il servait de barrage protecteur et rémunéré contre l’émigration africaine vers l’Europe. C’était plus qu’un ami : un allié ! »

Je ne suis donc pas parti de cela pour analyser et décider mon action. Ni naturellement des émotions et impressions du moment. A vrai dire celles-ci sont tout à fait contradictoires pour moi. Elles m’atteignent comme tout le monde. Mais je ne crois absolument pas à l’objectivité médiatique. Et je sais, de plus, qu’en temps de guerre toute communication est de la propagande encadrée par les armées respectives. Dans cette affaire je défends un principe, celui de l’ordre Onusien. Comme je le fais depuis 1991. Et comme vous me voyez le faire chaque fois que se réunissent le G8 ou le G20, réunions de puissants sans légitimité. J’ai défendu l’idée de briser le tyran pour qu’il ne puisse pas briser la révolution. J’ai été confirmé sur ce point et démenti sur l’autre.

Le point positif c’est que la démonstration a été faite qu’il ne suffisait pas de cogner pour avoir le dernier mot. L'intervention a relancé les processus révolutionnaires dans plusieurs pays du Maghreb et du Moyen Orient. Elle les a encouragés. Le point négatif est que l’ordre onusien n’a pas tenu une semaine. Pour des esprits superficiels tout cela ce sont des détails, du pareil au même. Ils ne remarquent pas le poids des officines sur la presse par exemple. Avez-vous vu revenir le vocabulaire de la période de guerre du Kosovo ? On parle de « la coalition », de la guerre de Libye et ainsi de suite. Tout ce vocabulaire aide le glissement qui vide l’ordre onusien de son sens. Il couvre le bras de fer entre puissances qui ramène dans les mains de l’Otan ce qu’il a fallu lâcher quasi par surprise à l’ONU. Dès lors, c’est le moment de constater la faute qu’a été le retour de la France dans le commandement militaire intégré de l’OTAN. La nomination d’officiers français dans la chaine de commandement que dirigent les nord américains est un fil à la patte ! Celle de l’officier qui commande le pseudo organe de planification stratégique de cette alliance militaire est une caution incapacitante ! La pression qui s’exerce pour imposer la présence de l’OTAN dans l’action en Libye ne correspond à aucune nécessité militaire pour cette action et notamment pour les Français. Elle signale seulement notre lamentable perte d’indépendance. Je crois utile de rappeler ici que le programme partagé du Front de gauche prévoit le retrait de la France de l’OTAN et la sortie de ses opérations à commencer par celle en cours en Afghanistan.

J’ai donc rédigé une déclaration publiée en alerte de ma précédente note. Elle dit que l’OTAN n'a rien à faire en Lybie.  La résolution 1973 de l’ONU concernant la Lybie dont l’objet est bien délimité doit être strictement appliqué. Il s’agit de mettre en place une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils Libyens. La résolution 1973 exclut sans amtunisiebigüité toute autre forme de l’intervention militaire. Si la question de la coordination de l’action se pose il n’y a pas de difficulté à répondre au problème dans le cadre du système onusien. En effet le Conseil de Sécurité de l’ONU dispose d’un organe militaire. C’est lui que les statuts de l’organisation charge de mettre en œuvre ses décisions. C’est le comité d’Etat-major. Il est institué par l’article 47 de la Charte de l’ONU. C’est à lui et à lui seul de piloter les opérations de l’organisation. J’ai argumenté en faisant valoir l’enjeu du point de vue de l’action engagée. « Le respect du strict périmètre de  cette résolution est la condition de sa pérennité. Faute de quoi dans les heures qui viennent, l’intervention changeant de signification, l’accord international qui a permis l’absence de veto au sein du Conseil de Sécurité, sera remis en cause. » Je ne soutiendrai pas davantage que par le passé une nouvelle guerre de l’Otan. Je suis donc ce qui se passe, les yeux grands ouverts et l’esprit tout autant.

Ce mercredi j’ai fait l’aller retour à Bruxelles pour le vote sur la première partie du fameux mécanisme d’austérité générale en Europe. Je rate la séance de jeudi pour cause d’élections cantonales. Je reconnais que j’ai été furieusement distrait des affaires européennes cette quinzaine. Je n’ai donc rien compris au prêche de notre président du parlement, l’indépassable Buzek. Cette fois-ci il offrait son corps aux balles de la lutte contre la corruption sur le mode pleurnichard du clergé polonais. De quoi diable pouvait-il bien parler ? Vérifications faites auprès de mes voisins, il s’agissait de la sanction à prendre contre deux députés européens, un ancien vice premier ministre et un ancien ministre des affaires étrangères, qui se sont fait payer leur vote au parlement européen par des lobbies. L’indignation et les phrases ronflantes ont été spectaculaires contre ces deux voyous. Mais personne n’a pensé à remettre en cause la présence officielle et autorisée des lobbies. Il y en a cinquante par membre de la Commission. Et je ne sais plus combien par parlementaire.

Cette honte est au contraire un sujet d’auto satisfaction au royaume des larbins de la concurrence libre et non faussée. Certaines de ces personnes ont également des liens avec des journalistes inamovibles qui croupissent dans les bureaux où leur rbruxellesédaction les a oubliés car l’élite de ce métier ne fait pas de vieux os dans ce mouroir d’ennui. Comment s’étonner après ça que pour certains les votes soient un marché comme les autres. D’ailleurs halls et couloirs, à Bruxelles, sont une fête permanente. On peut passer sa journée à boire des boissons, champagne, jus de fruits et ainsi de suite, en mangeant de succulents petits fours. Tous les lobbies politiques ou commerciaux ont le droit de venir tenir un stand et d’offrir une tournée. La dernière fois j’ai repéré un de ces pinces fesses offert par les industries des cosmétiques. Mais oui ! Cette fois-ci je n’ai pas identifié qui régalait dans le couloir où se tenait ma réunion. Mais au rez de chaussée on dégustait des vins du pays de Loire et un chœur donna un formidable récital très applaudi.

Enfin informé du sujet qui agitait les collègues j’ai assisté à la suite des empoignades sans signification de ce parlement. Il s’agissait des protestations contre le fait que Brice Hortefeux ministre démissionné retrouve sa place au parlement où il a été élu. « Impossible » disent les opposants, Brice Hortefeux n’a jamais siégé même un jour puisqu’il était ministre et sa suivante de liste a siégé dès la première séance. Donc il doit être considéré comme démissionnaire ! Cohn-Bendit en fait beaucoup sur le sujet. Et une libérale, parlant français, a fustigé la France à ce propos. Le degré zéro de la politique. Je viens sur mon vote de l’après midi.

Le 10 Mai dernier, après la crise de la dette grecque, les euro-importants nous annonçaient en fanfare la future mise en place d'un "mécanisme de solidarité européenne". Avec un pareil nom, la chose pouvait sembler sympathique. Mais l'illusion est interdite avec notre « Europe qui protège ». Le pire y est presque toujours certain quand il s’agit d’argent. Voyons cette chose. De « solidarité » on est bien vite passé à « stabilité », ce qui sent bon le technocrate.  Voici donc servi prêt à l’emploi un "mécanisme européen de stabilité". Il repose sur un "Fonds européen de stabilité financière". Il est composé de contributions des Etats membres de la zone euro pour 440 milliards d'euros. Naturellement ils n’ont pas cette somme en caisse. Ca se saurait. Le moment venu ils l'emprunteront donc, cela va de soi. A côté de cela il y a un petit nouveau dans le tableau : le FMI qui entre officiellement dans les mécanismes institutionnels de l’Union. Lui prévoit 250 milliards d'euros. Milliards qui viennent des Etats membres du fond. Ce sont donc toujours les Etats qui passent à la caisse. Mais ça ne leur donne droit à aucune bienveillance. Car l'octroi de tout prêt est conditionnel. Le demandeur doit accepter un plan de rigueur validé par  la Commission européenne de Monsieur Baroso, la Banque Centrale européenne de Monsieur Trichet et le FMI de Monsieur Strauss-Kahn. Il est entendu que les marges de négociation de l'Etat demandeur sont très maigres. En vérité, elles sont nulles, tout le monde le sait. Soit il accepte la casse de ses services publics, le gel et la privatisation des pensions, les baisses de salaires et les hausses de TVA et des frais d'inscription à l'université, soit les agences de notations, désormais libres d'agir dans toute l'UE, dégradent leur note. Tu casques ou tu coules. C'est au choix. J'exagère? L'énumération qui précède est en tout point conforme au plan imposé à l'Irlande le 28 novembre dernier.

Mais, concrètement, comment cela va-t-il se mettre en mouvement ? On a compris le cadre. Mais quel est le mécanisme de déclenchement et de mise eportugal-drapeau-nationaln œuvre ? Il faut dire que sa mise en place n'était pas prévue avant la mi 2013. On savait juste que la Commission serait chargée d'organiser sa gestion. L'Eurogroupe, réunion informelle des ministres des finances de l'UE, avaient quand même commencé à en fixer les grands traits dès novembre. On apprenait ainsi que le dispositif serait ouvert aux créanciers privés. Certes, ils seront soumis à une clause d'action collective pour le gel des remboursements, l'allongement des échéances et la réduction des taux d'intérêt. Formidable! Mais qu'est-ce c'est qu'une clause d'action collective? C'est le vote à la majorité de tous les créanciers privés. Il serait bien étonnant que ceux là soient motivés par l'intérêt général des citoyens de l'Etat déficitaire ! Restait à institutionnaliser ce mécanisme. Problème : rien de tout cela n’est prévu par le traité de Lisbonne. Alors comment faire ? Pour établir la mainmise du FMI, de la Commission européenne et de la BCE sur les budgets et les politiques des Etats membres, pas question de prendre le risque de la démocratie. L'oligarchie européenne et les eurocrates ont déjà été échaudés par trois référendums où les peuples ont dit non au TCE-traité de Lisbonne.

L'eurocratie a donc trouvé une issue pour échapper à la volonté populaire. L'amendement nécessaire au traité de Lisbonne pour y inscrire toutes ces merveilles se fera par une "procédure de révision simplifiée" et pas par "la procédure de révision ordinaire". Subtil. Trop peut-être. Car la procédure de révision dite « simplifiée » ne s’applique qu’aux cas où aucune nouvelle compétence n'est attribuée à une institution européenne. Et là on en donne. On en donne même à une institution, le FMI, qui n'est même pas une institution européenne. Pardon pour cet enfouissement dans les procédures. Mais si l’on veut comprendre il faut s’en donner les moyens. Donc vous demandez vous pourquoi ces gens s’encombrent-ils de vouloir cette procédure « simplifiée » ? D’abord pour que ça aille plus vite. Ensuite pour un petit rien, un détail de mot décisif. Car la procédure dite simplifiée permet de demander aux Etats une « approbation » tandis que la procédure ordinaire exige une « ratification ». Enorme conséquence ! En droit international, si le premier terme est très flou, l'autre est très clair. La ratification est une procédure prévue par les constitutions de chaque pays. Dans nombre de cas elle rend possible un référendum. Ainsi, en France, selon l'article 11 de la Constitution, il suffit qu'un cinquième des parlementaires et un dixième des électeurs et électrices le demandent pour qu'il soit mis en œuvre.

Le moment tant attendu est arrivé : le Conseil européen réuni en grande pompe à Bruxelles jeudi et vendredi dernier a tranché. Le Parlement européen est seulement consulté sur le sujet. Ca ne le gène pas. Il ne proteste pas. Il ne s'insurge pas contre ces entorses à la démocratie. Il se contente de demander à contrôler l'application des plans de rigueur ! J’ai voté contre ce texte, évidemment, ainsi que tout mon groupe, la GUE. Les socialistes et le Verts ont voté pour. Seul mon groupe a amendé le texte pour réclamer un référendum pour chaque révision du traité et ce dans tous les Etats membres. Les socialistes et les Verts ont voté contre. Ca ne doit pas nous bloquer dans l’action. Je propose que l’on reconstitue le Comité national pour le référendum qui s’était constitué avant la ratification du Traité de Lisbonne.

Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises dans mes notes de blog, je fais l’objet d’une campagne de calomnie sur la toile. Il circule une sorte de message en collage qui m’attribue des revenus incroyables, un cumul de fonction impossible entre sénateur et député européen et une somme de retraites additionnées que je ne touche pas davantage. Ce document a été relayé par des socialistes comme cela a été prouvé dans les Yvelines, par les amis de Jean Paul Huchon. Depuis cette campagne a élargi ses moyens. La veille du vote fonctionnait une chaine par SMS sur le même registre. Au parlement européen, Jean Quatremer agit de même. Répétant à toute occasion que je ne suis jamais là, il en profite pour présenter d’étranges additions de moyens à tout propos manifestant une obsession pour l’argent inversement proportionnelle à son intérêt pour celui des lobbyistes qui devraient pourtant lui offrir d’amples sujets d’enquête. Ainsi n’a-t-il soufflé mot de l’épisode de la corruption des députés dans la note où il fustige l’épisode Hortefeux. Mais il en profite pour me mettre en cause de nouveau. L’influence malsaine, et sans aucun doute très indirecte, de ce genre de procédé sur l’alimentation des rumeurs est avérée. Voyez cette coïncidence très parlante. Après avoir dénoncé nominalement l’absence au téléphone pour lui répondre d’une assistante du groupe qui travaille avec moi, celle-ci a eu la surprise de découvrir une campagne sur Twitter mettant en cause de manière très grossière son « inactivité » au parlement européen. Contre cela que puis-je faire ? Rien. Bien sûr. Ou presque. Juste vous le dire et solliciter la protection de votre vigilance. Ne relayez pas, même pour dénoncer le procédé, les mots et les « arguments » de la calomnie.


338 commentaires à “Avant le second tour”

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 7 »

  1. 101
    Antoine dit:

    @Sonia Bastille

    Front National avec 2 ou 3 élus mais plus inquiétant encore, des scores de près de 40 % en Limousin, en Bretagne et beaucoup de cantons, dans différents départements de France avec la barre des 50 % à portée de mains

    Avec 56% d'abstention ça fait (au mieux) entre 17,5 et 22% des inscrits.. Donc le problème est bien moins le FN que la nullité des autres partis, incapables de susciter l'enthousiasme ni même l'adhésion.

  2. 102
    neb dit:

    Bonjour à tous,

    Ras le bol des sondages pipos qui servent à influencer l'opinion. Si j'avais le choix entre un kangourou, DSK et Marine Le Pen je choisirai le kangourou, qu'ils viennent me sonder tiens !
    Bref, je suis outré par l'absence d'affichage de résultats pour le Front de gauche. Ce qui rassure c'est que l'opinion change et que JL ne lache pas le morceau en indiquant qu'il faut débatre. Il ne faut pas désserrer les dents car les absentionnistes vont se réveiller et quand ca arrivera ca va faire mal.

  3. 103
    Nico dit:

    Jean-Luc, vous dites que l'action est un choix binaire. Permettez moi d'apporter une nuance, puisqu'entre l'attentisme et la guerre, il existe une multitudes de solution envisageables et pacifiques. Hugo Chavez a d'ailleurs sans doute proposé la solution la plus sensée (encore faudrait-il qu'on ait eu d'autres solutions proposées) à savoir organiser une médiation, propos que vous avez ensuite critiqués. Vous condamnez de plus avec acharnement les guerres en Afghanistan et en Irak, quelle est donc alors la cohérence dans votre vote pour la résolution de l'ONU ?

    Vous dites de plus dans cette note que vous ne croyez absolument pas à l'objectivité médiatique. J'aimerais ajouter que les images montrées de manifestants en Lybie restaient très troubles. En effet parmi les manifestants : pas de jeunes, pas de femmes, juste une trentaine d'énervés armés. A partir de là comment croire au bienfait, à l'utilité et à l'honnêteté d'une intervention armée de l'ONU, surtout dans la période de crise qu'on connait ?

    Il s'agit actuellement d'envoyer des bombes pour instaurer la démocratie, je ne marche pas. De plus, le message envoyé est : "si vous voulez changer les choses, prenez les armes". En envisageant ceci, pourquoi ne pas balayer devant notre porte au lieu d'aller chez les autres ?

  4. 104
    kontarkhosz dit:

    Çà suffit, le PCF tient deux discours et court derrière deux lièvres à la fois, ce soir, je l'ai vu une fois sur la péniche où il s'affiche avec les sociaux libéraux, et une autre fois sur les plateaux télés pour louer l'avancée significative du front de gauche. Tout cela sonne faux...
    Je vous demande instamment d'éclaircir nos rapports avec celui ci, je sais que vous attendez ou souhaitez son "l'imprimatur" pour vous déclarer aux élections présidentielles mais il n'y a pour cela nul besoin de ménager la chèvre et le choux comme nous le faisons actuellement. Ce hochet qu'ils nous baladent devant les yeux, est un artifice qui ne peut s'accommoder des enjeux qui nous occupent. soit nous faisons cavalier seul, soit ils coopèrent avec nous pleinement et cesse le jeu de un tien vaut mieux que deux tu l'auras,et cessez je vous prie d'être "demandeur" de cette menace qui pèse sur nos épaules au travers de ce rapport de force que pierre laurent nous impose...car les places vont être chères aux balcons et sous les ors de la république habitués qu'ils sont à la distribution de quelques porte feuille et d'un groupe à l'assemblée nationale, il se pourrait que vous ne pesiez pas bien lourd le jour du retour d'ascenseur pour services rendus qui se joue actuellement dans notre dos..!

  5. 105
    citoyenne21 dit:

    Un article bien documenté où l'on apprend entre autres qu'on a risqué un : incident nucléaire à Bordeaux en 1999

  6. 106
    Jean-Michel dit:

    2012 le candidat gagnant à la présidentielle sera celui ou celle qui abandonnera le nucléaire !

  7. 107
    citoyenne21 dit:

    Le candidat gagnant en 2012 sera celui qui ramènera dans son giron le plus d'électeurs possible parmi les 50 % d'abstentionnistes et parmi eux se trouve une bonne partie de la classe populaire qui est la plus touchée par les inégalités sociales et la baisse du pouvoir d'achat ! Ok pour la 6ème république, ok pour la souveraineté du peuple retrouvée mais ce ne sont pas les préoccupations premières de la classe populaire ! J'ai apprécié qu'hier, toujours fidèle à lui-même, Jean-Luc ait pu recadrer Elisabeth Guigou au sujet du revenu maximum et précisé que cela concernerait le privé aussi, non mais, elle commençait à en faire une interprétation biaisée...

  8. 108
    41cobra dit:

    Je suis scandalisé par les scores du FN.
    On s’aperçoit que les zones rurales votent FN. La culture TF1 y est pour quelque chose.
    Dans la région où j’habite ; pas d’émigrés pas de problème particulier, les gens sont racistes.
    La seule ouverture sur l’extérieure, c’est le journal de Pernaud avec leur petit village qui fabrique la saucisse truc et le fromage machin, et bien sur l’exploitation de la peur : encore un arabe qui a attaqué une petite vieille (rappelez vous de l’élection de 2002 avec Papi Voise).
    On ne lit pas à la campagne, on regarde le loft, Star chose et les séries débiles. On essaye pas de comprendre pourquoi on a des problème financiers, c’est forcement la faute des émigrés.
    Sophia Aram a raison les électeurs du FN sont des gros C.. ; je sais c’est maladroit mais c’est la vérité.

  9. 109
    Jean Emmanuel dit:

    Tout le monde semble content d'avoir gagné, mais bon quand on a en face le FN c'est pas très compliqué. J'espère que l'UMP et le PS s'en rendent compte, parce que c'est quand même gagné par défaut. Quant à Guigou qui privilégie comme tous ceux du PS ceux qui bossent dans le public en oubliant le privé ras-le-bol. Je suis agent de sécurité et à cause des 35h chaque fois que je fais des heures supplémentaires elles ne nous sont pas payées à cause de la modulation mais mis en repos compensateur. J'ajoute que le messie des sondages DSK et M.Aubry se sont bien gardés de faire réviser par la loi les conventions collectives. Conclusion il est toujours possible dans mon métier de travailler 48h et sans avoir l'avis de l'inspection générale du travail, ça fait bien longtemps que le PS nous as abandonné et la démonstration de Guigou le démontre une fois de plus

  10. 110
    Jacques G dit:

    Mon admiration pour Jean-Luc Mélenchon ne va pas jusqu'à le féliciter pour le discernement avec lequel il choisit les émissions qui l'invitent. En effet, il sera ce soir sur "Mots Croisés" d'Yves Calvi à 22h05. Aux côtés de, tenez-vous bien, Morano, Le Pen, Duflot et Désir ! Que des grands gueules ! Qui va crier le plus fort ? Et vendredi il va chez Franz-Olivier Giesbert (sur France 2 aussi, à 23h), émission qui concentre les plus belles têtes à claques du PAF (pif, paf !), à commencer par FOG lui-même, et Elisabeth Lévy, Nicolas Bedos, David Abiker...

  11. 111
    Jean Emmanuel dit:

    @ 41 Cobra

    J'habite la campagne, je n'ai jamais voté FN et regarde encore moins les débilités de télé réalité. Ce sont des clichés, je ne suis pas débile, je lis pas mal de livres politiques, je m'informe etc... Après sur le vote FN j'avoue ne pas comprendre non plus le score que le FN fait de manière quasi systématique alors qu'il y a peu d'immigrés et pas de délinquance.

  12. 112
    Nicolas dit:

    Toujours le même baratin de la part des médias : le FN à fait de bons scores car les gens votent par mécontentement, ils sanctionnent les autres partis politiques de droite comme de gauche, et nanani et nanana.

    Foutaises ! à quel titre, si l'on suit ce raisonnement, les gens ne voteraient pas pour le PC car ils sont mécontents ?

    Non, une bonne partie des habitants de ce pays sont profondément xénophobes, voire même attirés par le fascisme et votent donc FN. Les générations changent, pas les mentalités. L'histoire récente de ce pays est là pour nous le rappeler.

  13. 113
    Jacques G dit:

    Le concept de prophétie autoréalisatrice me paraît particulièrement approprié pour expliquer le succès de Marine Le Pen.

  14. 114
    Nicolas dit:

    Entendu hier soir, sur France 3 Midi-Pyrénées de la mairesse (UMP) de Montauban (82, Tarn et Garonne) : pour moi, le FN et le PG sont à mettre dans le même panier.
    Quel niveau ! c'est l'hôpital qui se fout de la charité.

  15. 115
    Stéphane dit:

    Je tiens à exprimer ici la position que j'ai adoptée pour ces élections, et celles à venir. Je pense qu'il est important que les militants et dirigeants du Front de Gauche comprennent ce point de vue, dont je suis sûr que d'autres le partagent.

    Je me suis donc abstenu ce week-end, pour la première fois depuis que j'ai ma carte d'électeur (10 ans). Dans mon canton, le deuxième tour se jouait entre UMP et PS, celui-ci soutenu par EELV, FdG et autres divers gauches. Ma position est simple : un vote de "désistement républicain" en faveur du PS est une erreur que j'ai commise plusieurs fois, et que je ne commettrai plus. Je ne donnerai plus mon vote au PS, jamais, quelle que soit la situation (deuxième tour face au FN compris). Que ce soit clair, le PS utilise ces votes par défaut pour mieux détruire la gauche, ses idées, ses espoirs. Chaque fois que le PS gagne grâce aux voix de l'autre gauche, il en devient plus puissant, plus arrogant et plus destructeur. Je préfère m'abstenir et voir le FN gagner que de voter pour le PS. Désormais, je voterai FdG ou NPA à défaut, assumerai mes convictions jusqu'au bout, et m'abstiendrai sans hésiter devant l'absence d'alternative.

    Le FdG ne peut plus se compromettre avec le PS. Le faire est une trahison des militants et électeurs de gauche. J'invite les dirigeants du FdG à n'appeler à voter pour le PS sous aucun prétexte, y compris au deuxième tour des présidentielles, dans l'éventualité où il ne serait pas présent. Si c'était le cas, et j'en serais désolé, je ne suivrais pas la consigne. J'espère que Jean-Luc Mélenchon, que j'admire beaucoup par ailleurs, recevra ce message ferme et définitif.

  16. 116
    Pschitt ! dit:

    LE POINT avoue : Marine Le Pen avait parlé au premier tour d'un scrutin historique pour son parti ; on a vécu ensuite une semaine hystérique. À l'arrivée, c'est une défaite assez... catégorique.

    S'abstenir quand le fascisme vient prendre la relève de la droite, moralement c'est ce que Sartre désignait comme acte de "salauds": c'est une tradition de la vieille france pétainiste "de gauche anticommuniste"...

  17. 117
    Mary Vaut dit:

    @115

    Je suis tout à fait dans votre position. Je pense que les électeurs du Front de Gauche sont des citoyens avec une conscience politique qui s'informent et sont de fait en mesure de prendre des décisions responsables devant les urnes à plus forte raison dans un scrutin local. Redonner confiance aux électeurs, faire connaitre le programme du FdG, aller chercher les abstentionnistes leur prouver que que rien n'est inéluctable voilà le seul espoir de sortir de ce bourbier.

  18. 118
    Nicolas dit:

    @115

    Également d'accord avec vous, et apparemment, à en discuter dans mon entourage, beaucoup d'entre-nous, semble-t-il, s'abstiendront plutôt que de participer à une parodie de démocratie.

  19. 119
    Jacques G dit:

    Pas brillants les résultats de Die Linke aux élections régionales d'hier :
    En Bade-Würtemberg 3,1 % en 2006, 2,8 % en 2011, 0 siège avant, 0 siège après ;
    En Rhénanie-Pfalz 2,6 % en 2006, 3 % en 2011, 0 siège avant, 0 siège après.

  20. 120
    Jean Louis CHARPAL dit:

    114Nicolas 8h33
    "Entendu hier soir, sur France 3 Midi-Pyrénées de la mairesse (UMP) de Montauban (82, Tarn et Garonne) : pour moi, le FN et le PG sont à mettre dans le même panier."

    Et si on leur répondait : " Pour moi, l'UMP et le PS sont à mettre dans le même panier" ?
    C'est pourquoi, je suis d'accord avec Stéphane @115

  21. 121
    leniglo dit:

    Succès indéniable du front de gauche, le candidat PC Robert Hue a la présidentielle de 2002 recueillait 960 480 voix.
    A celle de 2007 Marie Georges BUFFET recueillait 707 268 voix sur 37.254.000 votants environ.
    Sur ces cantonales 2011 le Front de Gauche recueille 815 142 voix sur 7.547.000 votants environ.

    Ce qui signifie que nous avons multiplié par 5 les voix obtenues par le PC % Marie-George Buffet en 4 ans.
    L'apport du PG-GU-et des autres composantes est indéniable.
    Il faut poursuivre le combat.
    Stimuler les abstentionnistes et démontrer la nocivité et l'anti républicanisme du Front National.
    Au boulot
    le niglo

  22. 122
    lubin dit:

    Entièrement ok avec Stéphane je ne donnerai plus ma voix au second tour à certains candidats même face au FN.
    Ici la verte Anny Poursinoff a été élue députée en 2010 avec des voix FdG: en 2012 elle n'aura pas la mienne et je ferai campagne en ce sens autour de moi je lui ai dit sur son blog (l'a-t-elle reçu ?) l'union se doit d'être réciproque.

  23. 123
    de passage dit:

    @cobra 108
    Je crois que les électeurs ruraux dont tu parles votent FN contre l'Europe et contre l'euro, non par racisme (en tout cas, ce n'est pas leur première motivation), mais par hostilité à l'Europe. Il suffit d'écouter les gens dans les transports en commun ou les petits commerces pour le constater.

  24. 124
    François dit:

    Je partage aussi l'attitude de Stéphane @115, en revanche peu m'importe les mots d'ordre des dirigeants du FG dont je peut comprendre, entre autre, qu'ils ne veulent pas heurter les éventuels militants socialistes susceptibles de nous soutenir, voire de nous rejoindre, à l'occasion.

  25. 125
    Cronos dit:

    @ 104 kontarkhosz dit:
    Çà suffit, le PCF tient deux discours et court derrière deux lièvres à la fois, ce soir, je l'ai vu une fois sur la péniche où il s'affiche avec les sociaux libéraux, et une autre fois sur les plateaux télés pour louer l'avancée significative du front de gauche. Tout cela sonne faux...

    Entièrement d'accord avec vous, d'ailleurs l'appellation Front de Gauche semble avoir disparue des discours et des annonces des résultats, pour laisser place à divers gauche et parti communiste, et quand on dit la gauche dans les médias cela signifie PS, PC et EELV, nous avons comme par miracle disparu de la circulation, il est urgent de redresser le tir, sinon on va se retrouver totalement enterré.

  26. 126
    redline69 dit:

    bonjour

    Sur le FN, c'est très clair qu'il y a eu des reports de voix de l'UMP sur le FN au 2eme tour des cantonales.
    C'est grave et assez honteux ! Pour que l'électorat de l'UMP en vienne à soutenir un parti comme le FN.
    Sans ce soutien UMP, aucun FN n'aurait été élu ! (il sont deux ou trois)
    Maintenant il est clair qu'ils pourront mettre sur les affiches du FN le terme " majorité présidentielle" Sarkozy s'est vendu au FN ! Triste sire ! Il a cru trop longtemps qu'il pourrait réaliser ses projets contre les Français ! Ils viennent de lui adresser une gifle en pleine poire...
    cordialement

  27. 127
    Fred dit:

    100% d'accord avec Stéphane @115. Ancien militant NPA, j'ai moi-même voté "nul" dimanche matin. A ce sujet, je trouve la stratégie du Front de Gauche parfaitement illisible et la tradition du "désistement républicain" incompréhensible. On ne peut passer son temps à dire tout sauf DSK et finalement faire ami-ami avec ses copains dans tous les cantons. Quand le NPA refusait les alliances avec le Front de Gauche, c'était pour éviter ce genre de compromissions, et je crois qu'il avait raison.

  28. 128
    Louis st O dit:

    15 h après les élections, je ne sais toujours pas quel est le nombre de nos gagnants aux élections cantonales.
    Je m’étonne que ni le Front de Gauche, ni le PG ne donne la liste de tous ces participants et gagnants aux élections cantonales. (Sauf GU qui donne une liste de 26 noms dont je ne sais pas si ce sont les gagnants FdG ou GU ? Il ne faut pas s’étonner si le parti au pouvoir nous compte dans les DVG, FdG, EXG, PG et autres.
    Hier, dans les infos (en bas de l’écran) on avait, tantôt, des PG, des FdG, des PC tout pour noyer le poisson.
    Alors les %tage c’est bien, mais les noms, avec les cantons, si FdG ou sympathisant, et le parti (PG, PC, GU ou autre pour sympathisant ou unitaire Ex :PG-NPA) seraient une bonne initiative.
    Dans les résultats de l’état, il faut se taper tous les cantons et il est impossible de savoir. J’en ai rien à cirer si dans un canton ou PS ou EEV se sont présentés, qui à gagné ?
    Puisque l’état n’a pas fait son travail nous concernant, peut pourriez vous nous donner quelque billes ? Ou est-ce trop tôt.
    Si ça existe et que je ne l’ai pas trouvé, dites moi où, et excusez-moi.

  29. 129
    dudu87 dit:

    Bonjour à vous,

    Allez parlons « Cantonales », nbres de voix, %...
    Avec 55% d'abstentions, difficile de faire une projection sur 2012 pour les présidentielles et les législatives, ne les oublions pas celle-là !
    1° Après la batailles des retraites, l'inflation qui galope, le comportement bonimenteur et mensonger de notre 1°, nous aurions pu penser assister à une raz de marée vers la gauche. Enfin la logique aurait voulu que... Qui est la gagnante, l'abstention et... la perdante, la démocratie et là danger ! Mais « on sait tout ça » vous allez dire. Peut-être, vous croyez que Jean-Luc Mélenchon élu président avec 45% de votants et 50,1% des voix pourrait gouverner le pays longtemps ? Non... à moins d'employer la manière « forte » ce qui veut dire sans la démocratie puisqu'elle est perdante !
    2° Et la gauche, où la voyez-vous majoritaire dans ce pays ? Je parle des 3  grandes composantes, FdG, PS et NPA. Désolé pour EE mais il faudra qu'ils clarifient leur position à ce sujet !
    3° Le FN avec 2 élus, tout un symbole... Y paraît que les électeurs/trices du FN seraient de gros C... ou grosses C..., c'est selon. Ah ! Bon, sacrée analyse, circulez, rien à voir. N'oublions jamais que ce parti possède un énorme réservoir de voix avec ces abstentionnistes et que les forces conservatrices et dirigeantes (les milieux économiques et financiers) de ce pays auront vite fait leur choix, ils sont sur des positions de classe, eux. Les gens de la droite « républicaines » ne pèseront pas lourds dans la balance quitte à faire donner du - - par les agences de notations.
    Que nous reste t-il ?
    Faire pression sur nos états-major du FdG pour que ce « programme partagé » soit publié le plus rapidement et que nous y voyons plus clair. Le PS publie le sien le 5 avril, nous arriverons après la bataille, évitons de nous disperser sur leur annonces qui ne manqueront pas d'alimenter les commentaires.

  30. 130
    Sonia Bastille dit:

    @ redline69

    Le Front national a aussi bénéficié des voix d'électeurs de gauche au second tour dans les duels UMP-FN. Le FN double son score du premier tour et notamment dans les quartiers populaires. En restait qu'a un basculement au second tour d'électeurs UMP mécontents votant pour le FN est un peu court !

    De plus, de plus en plus de jeunes qui hier s'abstenaient votent FN. Ne pas balayer cela d'un revers de main ou l'ignorer. La Droite et la Gauche ont été enfoncées par l'attraction du FN. C'est très inquiétant et je me rends compte que relativise la chose soit parce qu'il y a une faute abstention, soit parce que ce vote FN c'est de la pure constestation ou un pur'vase communicant" entre UMP et FN au second tour ! C'est se leurer fortement !

    S'il n'y avait pas eu le "front républicain" de bonne conscience des foireux de gauche et de droite qui masque temporairement les choses et bien le FN aurait plus d'élus que les deux de hier soir !

    La république se meurt, les citoyens en partance pour le FN sont bien arrivés et ont bien glissé un bulletin correspond dans l'urne et nous on vante ici ou là, la victoire machin, la défaite bidule et on préfère faire de mauvaises analyses pour moins se faire peur et surtout moins assumer l'échec des politiques soumises au dicktat de l'UE et de l'Euro ou bien des communautaristes intérieurs. Bref, on met la poussière'vote FN " et abstention sous le tapis et puis on crit que l'on a gagné ou que l'autre a perdu. Pauvre évolution ! Pauvre République !

  31. 131
    Meligh dit:

    Pour revenir sur la Libye.
    Souvenez vous de l'Afghanistan, des talibans, il y a pas 20 ans. On soutient des combats, mais pour que cela donne quoi ?

    A lire cet article sur le travail des services secret pour "préparer" l'intervention en Libye. On aimerait ne pas y croire.

    http://www.voltairenet.org/article169058.html

  32. 132
    Cronos dit:

    @ 115 Stéphane

    Entièrement d'accord avec vôtre commentaire, et ma foi tant pis si nous nous comportons comme des "salauds" aux yeux de Jean-Paul Sartre, on est toujours le "salaud" de quelqu'un.

    @ 112 Nicolas dit:
    …Non, une bonne partie des habitants de ce pays sont profondément xénophobes, voire même attirés par le fascisme et votent donc FN. Les générations changent, pas les mentalités. L'histoire récente de ce pays est là pour nous le rappeler.

    He oui !.… L'histoire, les français n'ont pas de mémoire, Il y a un peu plus d'un demi siècle, le peuple français s'était donné à plus de 75% au maréchal Pétain, et beaucoup firent fortune sous son égide (les collabos), bons nombres d'oligarques d'aujourd'hui se sont enrichis à cette époque !…

    Par contre si l'on fait le calcul des voix, cela ne donne que 4% du corps électoral français qui vote FN, c'est à dire que si peu de gens peuvent nous faire peur comme cela, on est très fragile !…

  33. 133
    Sauvageonne84 dit:

    Cherche désespérément le nombre d'élus du PG et/ou FG.
    Quelqu'un a-t-il des infos ?
    Merci

  34. 134
    pichenette dit:

    Quelques mois pour caler "une nuance" basée sur des valeurs bien définies et un programme clair et net, mais pas détaillé.
    Nuance appelée Front de Gauche ouvert avec inscription sans obligation d'appartenir à un parti, à une association.
    De nombreux individus sont dépossédés de leur vie, n'ont prise sur rien, se calfeutrent dans un isolement destructeur. Comment alors vouloir qu'ils aient foi dans un bulletin de vote?
    Sciamment tout est désorganisé, rendu instable, éphémère, société du déchet.
    La société est devenue irréelle, scène de théâtre, jeu de comédiens aux rôles de lobbies, de journalistes, de politiques et les autres sont spectateurs. Rideau!
    Devenons souris, filons dans les coulisses, faisons tomber les masques, changeons les textes....
    Zut au piège final où le PS devient encore une fois le seul porteur de la gauche.
    C'est d'une bonne gauche dont le pays a besoin. Une dynamique imaginative est indispensable. Tous égos.
    Ce samedi les hôpitaux publics appellent au secours, une grande main gantée les étrangle, tous dehors en blanc pour défendre une des bases de la société!
    En face des génies bienfaisants, construisent un hôpital public (idem pour des facs, les prisons) sur fonds privés et généreusement ensuite louent à prix exhorbitant les bâtiments au public, qu'ils tiennet ainsi sous leur coupe..Gaspillage, inéfficacité, brisures sociétales.
    Stop au clientélisme, l'hôpital n'est pas un hôtel de vacances, redevenons des usagers du service public et l'homme n'est pas un collage d'organes, c'est une personne, un Tout pas un toutou.
    Retrouvons de la rage, de la colère. Sociétés viellissantes, n'étions-nous pas un bon cru, si c'est non alors c'est cuit.

  35. 135
    odp dit:

    @ prolo. Sur la nation. Excuse-moi d'avoir été aggressif: mon clavier a dépassé ma pensée. Le point que je voulais faire c'est que la nation est le seul cadre d'expression démocratique et que vouloir nier la nation c'est tout simplement nier l'action politique. Ensuite, qui dit nation dit bien évidemment frontière de même que qui dit élection dit carte d'électeur, mais c'est un peu par défaut et cela ne veut surtout pas dire que le ciment de la nation doive être l'appartenance ethnique, religieuse ou même culturelle. Le ciment de la nation, c'est la volonté de ses membres, quels qu'ils soient, de vivre ensemble et de partager un avenir commun, toutes choses qui de mon point de vue sont à la base de ce qu'est le programme du PG. Quant à l'internationalisme, c'est très bien, c'est juste que, pour l'instant, ça n'existe pas, ou plutôt que ce qui s'en rapproche le plus c'est ce Parlement Européen qui est villipendé ici à longueur de colonne, à tort de mon point vue.

  36. 136
    françois dit:

    115-117-118-120-122-123-125 et les autres...
    Je suis d'accord avec vous. Il faut être clair. En aucun cas vote pour le PS.
    Dans le cas contraire je rends ma carte du Parti de Gauche.

  37. 137
    Cathare dit:

    Depuis de longues années j'ai au second tour, comme beaucoup voté par défaut.
    Dimanche j'ai rejoint le parti vainqueur de ce scrutin celui des abstentionnistes, puis dans la soirée j'ai allumé mon écran plat sachant par avance ce que les têtes plates chargées de l'animer allaient mettre comme ardeur à commenter l'évènement frontiste.
    Une ardeur inversement proportionnelle à celle développée pour la promotion de ce scrutin "provincial" sinon par la mise en avant de débats putrides.Peut être trop entier, le pragmatisme ne pouvant pour moi justifier la compromission je préfère, c'est mon choix, me confronter à un ennemi identifié qu'à de faux amis quitte à me reprendre cinq ans de sarkozisme et aller chercher le ciment de l'unité non dans les écrans des médias définitivement bleus, mais dans la rue et que les socialos aillent voter " utile "puisque tel semble être leur destin.

  38. 138
    Alin dit:

    @ Jean-Luc Mélenchon et @ux autres:

    "Le véritable sondage sera le résultat des élections cantonales".

    FdG à 5%.

    Il va falloir batailler dur dur, il ne reste plus que 13 mois pour que Jean-Luc Mélenchon puisse afficher un bon % en intention de vote et en vote réel et pour qu'il figure au 2eme tour. Je pense que c'est toujours faisable, mais sans perdre un seul jour. On sort l'artillerie lourde ou on pratique la guérilla?

  39. 139
    diaouled dit:

    Comme toujours bla bla bla.
    Cela ne nous fait pas avancer.
    Moi, je souhaite un vrai front de gauche sans les communistes.
    Des millier de gens sont déçus par le socialisme caviar, il va donc falloir trouver une réelle alternative.
    L'écologie n'appartient pas au parti des verts (elle appartient à tout le monde).
    Mais monsieur Mélenchon, vous n'avez pas besoin des communistes pour exister.
    Par ailleurs, j'ai constaté que les verts avait maintenu leur candidature au deuxième tour contre les divers gauches.
    Il va donc falloir vous démarquer.
    Vous avec le PC, je dirai non.
    Un vrai parti de gauche, c'est possible ?
    En fait un vrai parti de gauche républicain.

  40. 140
    Jacques G dit:

    Hier soir, au hasard du zapping, je suis tombé sur un représentant du PCF (un porte-parole ? il est en tous cas très présent dans les médias puisqu'il était aussi tout à l'heure sur Europe 1) (il y avait là aussi l'ineffable Roland Cayrol) nommé Patrice Bessac, lequel est contre la candidature de Jean-Luc Mélenchon comme représentant du Front de Gauche en 2012. Je l'ai écouté et me suis fait la réflexion : avec de tels soutiens le Front de Gauche n'a pas besoin d'ennemis...

  41. 141
    Alin dit:

    @ ceux qui cherchent les résultats des élections cantonales, c'est sur le site du Front de Gauche:

    En tout, 118 élus du Fdg, dont 5 du PG et 104 du PCF (d'après les infos lues sur le site de Slate).

    Les Verts et les Martiens ont obtenu 49 élus.

  42. 142
    Née un 19-Août dit:

    Dans notre canton, l'UMP est passé à 50,83%, le FN a fait 49,17%. Une centaine de voix de différence ! Dans d'autres cantons du 06, ça c'est parfois joué à moins. Evidemment, l'UMP du 06 roule des mécaniques mais ils ne devraient pas faire les fiers avec des scores de ce type et surtout, une abstention importante.

    Tout à fait d'accord avec Stephane (#115) et les autres dans le même sens : il est hors de question pour moi de donner ma voix au PS. Pour moi, ce sont les collabos de notre époque, les collabos du capitalisme. Dans les endroits où c'est déjà difficile pour la gauche d'exister, ils présentent des candidats face au FdG car ils ont peur du FdG. Ce qui ne manque pas d'arranger les affaires de l'UMP locale. Désolée, mais quand le FN parle d'UMP et le PS, c'est la réalité. Sérieusement, quand on entend ce que dit Rocard au MEDEF... ça laisse songeur.

    Qu'on ne vienne pas nous bassiner avec un mouvement républicain non plus : il n'est pas réciproque entre la gauche et la droite d'une part. D'autre part, je ne vois pas de différence entre la xénophobie UMP et celle du FN.

    Enfin, je crois que le FdG doit faire un important effort de communication pour se faire connaître. Tout le monde connaît le NPA mais pas le FdG ?! En plus, j'entendais ce matin à la radio qu'on parle de "Frontisme" pour parler du FN. Qu'est-ce qu'on va faire quand on va arriver avec notre "Front" de Gauche ? Il faut aller vite sur ce coup-là. J'espère qu'on aura Front contre Front en 2012, avec si possible JL Mélenchon en candidat (& président après !). Mais avant, il faut se positionner de manière absolue et sans ambiguité.

    Il faut vite faire connaître le programme du FdG avant que le FN ne commence à s'emparer de thèmes que le FdG a déjà développés. Cela fait plus d'un an que je dis que le FN sera élu s'il ne s'occupe que du social et de l'économique. Le processus est en marche. Les gens ont compris que UMP/PS = euro + libre-échange.

  43. 143
    Jacques G dit:

    Parmi les satisfactions des résultats du scrutin il y a bien sûr la fessée pris par Isabelle Balkany (quel délice !). Il y a aussi la raclée de Minime Gremetz (moins de 40 % des voix) !

  44. 144
    odp dit:

    @115-117-118-120-122-123-125 et les autres. Je pense que la stratégie du cavalier seul est suicidaire, d'abord parce que le PCF qui, je le rappelle, est notre partenaire dans le FdG et notre principal soutien logistique, ne compte pas remettre en cause sa stratégie d'alliance gauche plurielle; surtout face à l'hypothèse d'une victoire socialiste en 2012. D'ailleurs, si je ne m'abuse, dans Front de Gauche, il y a Front, qui est une notion inclusive, voire ouverte: on ne fait pas un Front tout seul dans son coin. Ce qu'on fait tout seul dans son coin ce sont ses besoins; pas de la politique. Pour ceux qui ne s'en rendent pas compte, et/ou qui ne vivent heureux que dans la solitude groupusculaire, le NPA et LO sont là pour vous accueillir!

    PS: je me permets de vous poster le lien vers la déclaration du FdG à l'issue du premier tour des cantonales et vous engage à lire plus particulièrement la dernière phrase: "Nous appelons ce soir toutes les forces de gauche, sans exclusive, à se rassembler derrière les candidats de gauche arrivés en tête au premier tour pour battre la droite et l'extrême droite." http://www.pcf.fr/8385

  45. 145
    citoyenne21 dit:

    Ce qui est effarant c'est comment Copé se l'est joué sourd, arrogant et si peu humble face aux résultats de l'UMP ! regardez moi cet accrochage pour ceux qui l'aurait loupé avec MLP comme c'est explicite : accrochage Copé/Marine Le Pen

  46. 146
    diaouled dit:

    C'est donc très clair, nous réclamons un vrai parti démocratique de gauche...
    Sans les communistes et pour les soit disant verts, je leur signale au passage que nous sommes également attentifs à la planète.

  47. 147
    citoyenne21 dit:

    Je pense aussi que Jean-Luc exploite le quart de ses possibilités avec toutes ces alliances, s'obligeant à ne pas froisser le PC continuellement dont il dépend pour être nommé candidat ; il n'est pas en mesure de cibler le peuple dans son ensemble dans ces conditions ! excellent tribun qu'il est, en faisant cavalier seul, n'aurait-il pas plus de chance ? et imaginons que le PC ne le choisisse pas, on fait quoi ? on remballe nos gaules ? Perso c'est sur Jean-Luc que je mise ! Vous voyez Chassaigne ou Gérin à sa place ? moi non.

  48. 148
    Pulchérie D dit:

    Est-il exact que Gisèle Halimi ait voté FdG ou PG ?
    Si oui, quel encouragement !

  49. 149
    Née un 19-Août dit:

    @ citoyenne21 : merci pour le lien. C'est exactement ça qui fait que MLP fait sympa face aux petits, aux sans-grade, etc. C'est vrai que Copé, c'est une vraie tête à claque ! Il y a des baffes qui se perdent...

    Elle l'a bien mouché, et ce faisant, elle fait aussi mouche dans le coeur de l'électeur. Elle est plus subtile que son père mais lui aussi dans ses discours savait toucher le coeur des gens qui se sentent abandonnés par le system en cours. Il ne faut pas tomber dans l'aveuglement et la surdité d'un Copé et voir la réalité telle quelle. L'arrogance de l'oligarchie, que dénonce JL Mélenchon, est ici pleinement démontrée par le "mépris" manifesté par un Copé. Mépris qui se rapproche de celui de Christine Lagarde pour l'initiative Cantona il y a quelques temps de cela. Comme si seule une poignée d'individus (souvent énarques) étaient les seuls à savoir et que les autres la bouclent.

    Mais bon, pas besoin du FN et de MLP pour nous le prouver... on le savait déjà !

    Qu'est-ce qui est le plus scandaleux : l'idéologie du FN ou bien le mépris et l'arrogance de l'oligarchie dirigeante ?

    (Les deux, mon commandant.)

  50. 150
    kikid'auber dit:

    N'oubliez pas de dire à Jean-Luc que pour le débat de ce soir, il s'approche bien du micro. En effet comme l'avait fait remarquer sur ce blog quelqu'un du métier, lors du débat avec Marine Le Pen sur BFM, il était plus loin du micro que ne l'était Marine Le Pen ce qui le désavantageait.

Pages : « 1 2 [3] 4 5 6 7 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive