17mar 11

La planification écologique pour sortir du nucléaire. La dynamique du Front de Gauche pour les cantonales.

La bifurcation est en marche

Ce billet a été lu 21  214 fois.

Si je reprends le clavier c’est pour une mise en garde politique. J’ai quelque chose de plus à dire et je dois le faire avant minuit car cela concerne les élections cantonales. A l’heure où les carrosses sont transformés en citrouille, le silence de la propagande est obligatoire. C’est la loi.

Lire la suite…

 

Dans cette note rédigée en cours de route et entre deux escales, je parle de mon périple électoral, de ville en ville, dans la bataille pour réussir à gauche les élections cantonales. Hier soir, mercredi 16 mars, il y avait mille deux cents personnes à Toulouse au meeting du Front de Gauche. Vous allez avoir les images en lignes d’ici quelques heures. C’est le plus grand meeting de cette élection, j’en suis certain. N’attendez pas d’en voir des images sur la station voyou France 3, spécialiste des coups tordus avec nous. Rien : pas un mot, pas une image. Les petits malins qui dirigent cette station considèrent qu’elle est leur propriété personnelle et ils règlent leur compte en confisquant l’outil public. La « Dépêche du midi » relègue l’événement en page locale. Le reste de la région n’a pas besoin de savoir. Ainsi va la vie depuis 2005 année de la conjuration du «Oui ». Après quoi, bien sûr, je serai déclaré caricatural et violent par toutes ces précieuses personnes délicates et modérées. Détestez-les ! C’est un bon vaccin contre les blessures que leur mépris pourrait vous faire subir.

Merci à Jean-Marie Legros, photographe indépendant à Paris, pour cette série originale.

Ce matin-là, mercredi, j’entrai dans la belle nef de la gare de Limoges, en route vers Montauban et Toulouse pour mes réunions cantonales. J’ai reçu le SMS d’information que me fait à intervalles réguliers mon équipe lorsque je ne peux me connecter à l’or10-8-23pa_-(100)chestre universel de la machine informative. « L’empereur du Japon dit qu’il faut prier ». Je comprends. Tout est perdu. La fusion du cœur des centrales frappées va avoir lieu. Je ne sais à quel espoir me raccrocher en esprit. J’imagine la terreur de ceux qui savent, l’horreur de ceux qui vont subir. Et la tête politique, qui fonctionne toujours tandis que le cœur bat la chamade, me dit que notre histoire humaine vient de bifurquer.
Sous la belle voute de la gare de Limoges un pigeon passe. Une femme pilote une balayeuse qui laisse le sol brillant comme un sou neuf. Deux jeunes parents marchent au grand ralenti, tenant chacun par une main un enfant bien concentré sur ses premiers pas. La lumière traverse une superbe baie de vitraux modernes. Qu’il est puissant l’esprit humain capable de concevoir cette beauté et de la réaliser. Comme la vie peut être belle, aussi. Cela vaut la peine de l’aider à l’être.

Une bifurcation c’est un changement de trajectoire. L’énergie propulsive du système en cause s’exerce toujours mais dans une direction différente qui en change la nature. Au fond, la fusion du cœur d’un réacteur relève aussi de ce concept. L’histoire humaine globale va bifurquer. L’impact matériel de la catastrophe japonaise est immense dans toutes les dimensions. A court terme c’est évidemment l’impact sur l’éco-système qui va dérouler une onde d’événements aujourd’hui incalculables. Puis le système intégré de l’économie monde. Et les esprits. Les esprits ! Plus rien ne sera comme avant quand il s’agira de penser le futur. Cet événement est un tournant dans l’histoire de l’humanité. En réalité c’est lui qui nous fait entrer dans le vingt et unième siècle, celui où les êtres humains sont désormais confrontés aux limites de leur éco-système menacé d’être détruit par leurs activités.

Devant cette mise au pied du mur pour l’esprit je vérifie la solide cohérence des prémisses philosophiques de la vision de gauche. La démonstration de l’unité de l’éco-système humain, légitime l’intuition d’une communauté humaine une et indivisible préalable à toutes les différences qui la traversent. Et celle-ci établit qu’il y a un intérêt général de cette communauté globale. Comment discerner cet intérêt général autrement que par le débat argument10-8-23pa_-(136)é et contradictoire ? Ainsi est fondée l’exigence qu’existe une agora démocratique où ce débat a lieu. D’où se déduit son caractère nécessairement laïque c'est-à-dire tenant à distance toute injonction d’une vérité révélée et tout dogme qui interdirait de discuter et de choisir librement et rationnellement. Enfin ce débat ne peut avoir pour fin que cela même qui l’a fondé : la prééminence de l’intérêt général humain. Cela veut dire qu’il ne peut décider que de ce qui est bon pour tous et non ce qui l’est du point de vue de ceux qui opinent. C’est la République. La démarche va à son terme lorsqu’elle fait retour sur son point de départ. L’unité de la communauté humaine, comme elle fait de chaque être le semblable de l’autre, s’accomplit quand cette similitude des droits de chacun devient effective. La mise en commun des moyens pour y parvenir en est la politique. C’est pour nous la racine de l’idée socialiste et communiste. Je prie que l’on excuse toutes ces abstractions que je jette sur cette note pour m’aider à penser aussi fluidement que possible ensuite quand il faut décliner tout ceci en analyses, discours et mots d’ordre. Mais devant le désastre japonais, plus que jamais je me sens universaliste. Mon adhésion à la démarche intellectuelle de l’écologie politique, au paradigme écologique en quelque sorte, a refondé mon engagement républicain et socialiste. Je ressens depuis qu’il est devenu l’un des trois piliers de la devise de mon parti l’enthousiasme intellectuel et politique que provoque toujours le sentiment de retour aux sources.

Après que le sol a tremblé c’est la sphère économique mondiale qui va turbuler. Le Japon est en effet la 3e puissance économique du globe, après les Etats-Unis et la Chine. C’est le 10e pays le plus peuplé avec 127 millions d’habitants. C’est aussi le quatrième plus gros exportateur. Et le sixième plus gros importateur. La reprise japonaise qui était engagée était saluée comme une grande nouvelle. Patatras ! Un des principaux moteurs de l’économie mondiale vient de se mettre en panne. La banque centrale japonaise essaie d’éviter l’effondrement de la Bourse en injectant des milliards 10-8-23pa_-(101)de yens dans l’économie. Par exemple elle a remis l’équivalent de 54 milliards d’euros jeudi matin. Ce qui fait un total de 254 milliards d’euros sur toute la semaine. Heureusement que les Japonais n’ont pas un banque centrale indépendante à laquelle le gouvernement n’aurait pas le droit de donner des consignes. En conséquence, la dette publique du pays va faire un nouveau bond. Elle atteint déjà 220% du PIB, c’est le record du monde. La banqueroute reste possible mais le danger est moindre qu’ailleurs car cette dette n’est pas dans la main des marchés financiers internationaux.

Dès lors le vautour Moody’s qui a dégradé la note du Japon peu de temps après le séisme ne parvient pas à ajouter un nouveau drame au pays en le livrant en pâture aux hyper intérêts bancaires puisque ce pays finance son déficit avec son épargne nationale. Mais, quoi qu’il en soit, tout ceci ne répond pas aux déséquilibres fondamentaux de l’économie japonaise. C’est l’industrie d’exportation qui est le moteur de l’économie. Le Japon est le numéro un de l’industrie automobile, de l’électronique, le numéro deux de la construction navale. Cette spécialisation passe par une économie totalement extravertie, entièrement dépendante de l’extérieur. Notamment sur la plan des ressources naturelles : le territoire japonais ne pourvoit qu’à 3 ou 4 % de celles dont a besoin le pays. L’économie japonaise comme l’économie mondiale du reste repose donc sur l’existence d’une énergie abondante et bon marché qui va bientôt devenir de l’histoire ancienne.

Une discussion commence à gauche sur cette question de la transition énergétique. Pour ma part je ne crois pas à une bataille de certitudes réciproques que l’on se jetterait à la figure. Ma conviction personnelle se construit10-8-23pa_-(98) sur deux questions. La première est qu’il faut sortir des énergies carbonées qui provoquent l’effet de serre qui est le danger global majeur. A l’intérieur de la discussion sur cet objectif s’intègre la question du nucléaire. Je suis convaincu de la nécessité de sortir du nucléaire. Je crois que c’est un processus long, par nécessité. Raison de plus de ne pas perdre du temps à prendre les décisions. Mais de toute façon il y a pour cela des points de passages obligés. D’une part il faut pouvoir débattre librement, avec toutes les informations en main. Deuxièmement il faut prendre en compte un processus de sécurisation renforcée de l’industrie nucléaire et du parc de centrales du pays. Donc en chasser les logiques de profit et la cohorte d’irresponsabilités qu’elle implique. Troisièmement il faut approfondir et accélérer les recherches pour tout ce qui concerne le traitement des déchets et la réhabilitation des zones sinistrées. Dans ces conditions, à horizon de ma génération politique, c'est-à-dire pour les dix ans qui viennent, il n’y a pas de divergences concrètes entre les différentes options que la gauche présente aujourd’hui. Sinon la décision à prendre, oui ou non, de planifier la sortie du nucléaire. Je suis pour. Le Parti de gauche a débattu et tranché, il est pour. De façon lucide et concrète.

La transition énergétique est possible. Des scénarios concrets et réalistes existent. Nous pouvons notamment nous appuyer sur le scénario NégaWatt. Il a été élaboré par un collectif de scientifiques et professionnels de l'énergie pour permettre une transition énergétique crédible. Un journaliste, il faut dire que ce n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’Hervé Kempf, dans le Monde daté de jeudi, se penche sur la question d’une sortie raisonnée du nucléaire. Nous avons fait de même dès la fondation de notre parti. Puis ensuite avec un premier forum sur la planification écologique et un second sur la transition énergétique. Hervé Kempf s’intéresse donc au travail de l’association Negawatt, qui a conçu un scénario précis pour rendre possible une sortie 10-8-23pa_-(77)du nucléaire à l'horizon 2040-2050. Ce scénario a inspiré et guidé les propositions du Parti de Gauche en matière de transition énergétique. Il permet à la fois la sortie du nucléaire et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Ce plan de marche vise une division par quatre des consommations d'énergie fossile. Il se présente en trois volets : sobriété énergétique, efficacité énergétique, énergies renouvelables. La sobriété énergétique permettrait de réduire la consommation de 15% en supprimant les usages inutiles. Il n’en manque pas. Par exemple les écrans publicitaires vidéos dans le métro parisien. L’efficacité énergétique permettrait de réduire la consommation de 30% en améliorant le rendement des équipements utiles mais en changeant aussi la manière dont ils sont produits. Tout cela permettrait de stabiliser la consommation électrique à horizon 2040 alors qu'elle doublerait si on restait sur la tendance actuelle. Et pour permettre de sortir le pays de sa dépendance au nucléaire, ce scénario expose les voies du passage à 80 % d'électricité renouvelable en développant l'éolien, le solaire, la géothermie et la biomasse. Le scénario Négawatt a établi pour cela des prévisions de développement de chaque mode en fonction des potentialités estimées par des scientifiques, en fonction de la réalité naturelle et géographique de notre pays. Bien sûr en cas de catastrophe ou de recul de la sécurité, il faudrait aller plus vite encore. Encore une fois : raison pour ne pas retarder les décisions.

En vantant la "pertinence" et la "sureté" du nucléaire français, Sarkozy fait comme si le risque qui s'est réalisé au Japon n'avait aucune conséquence pour la France. Les déclarations du président ont été précédées par les interventions d'une cohorte de minimisateurs : tel Eric Besson qui déclarait dimanche qu'on était en présence "d'un accident grave mais pas une catastrophe nucléaire" ou Anne Lauvergeon, présidente d’AREVA  qui dit : "je crois qu’on va éviter la catastrophe nucléaire." Sans parler du cynisme d'Henri Guaino au grand Jury RTL LCI Le Monde, interrogé sur un éventuel impact négatif du séisme au Japon sur la filière du nucléaire français qui répond : "Je ne crois pas. Je dirais même le contraire10-8-23pa_-(99) puisque précisément la France s'est surtout manifestée par son souci de la sécurité (…) Ca devrait plutôt favoriser notre industrie nucléaire par rapport aux industries d'autres pays où la sécurité est passée au peu plus au second plan".

Or la catastrophe japonaise a révélé une faille de sécurité qui concerne toutes les centrales : un réacteur ne peut pas être refroidi et donc sécurisé sans alimentation électrique permanente. En cas de catastrophe naturelle, d'inondation, de choc radioélectrique, de ruptures des lignes d'alimentation ou des voies d'accès aux centrales rendant impossible de ravitailler des groupes électrogènes, le risque de panne des systèmes de refroidissement est réel. EDF y est confrontée comme l'opérateur japonais. Ce n'est pas moi qui le dit mais EDF elle-même dans la bouche d'Hervé Machenaud, son directeur du nucléaire : « La question que pose cet accident porte sur les limites des hypothèses que nous avions prises. Il faut les revisiter. Il n'y a pas de centrale au monde étudiée pour fonctionner sans source électrique. Ca n'existe pas. Il va probablement falloir qu'on regarde cela ».

Dans ces conditions, on comprend le choix de plusieurs pays de suspendre les constructions de nouvelles centrales ou de stopper leurs plus vieux réacteurs. L'Allemagne notamment a arrêté par précaution 7 de ses plus anciens réacteurs qui étaient promis à un allongement de leur durée de vie. Côté français, on ne fait rien. La procédure visant à prolonger la durée de vie de la centrale de Fessenheim continue. Et la centrale, ancienne et construite dans une zone sismique, continue de fonctionner.

Je suis frappé d’observer sur le nucléaire, le même discours fermé sur « la seule politique possible » que l'on retrouve dans la bouche des libéraux pour tuer le débat public sur tous les sujets. Sarkozy déclarait en 2008 qu'il 10-8-23pa_-(33)ne voyait pas "pour quelle raison il n'y aurait pas une formidable expansion du nucléaire dans le monde dans les années qui viennent". En experte de l'agitation de la peur et des affirmations non démontrées, Marine Le Pen affirme aussi quant à elle : "Reculer sur le nucléaire au moment où nous sommes entrés dans l'après-pétrole apparaît totalement fou, sauf à revenir au Moyen Age. Il faut au contraire accélérer les investissements dans le nucléaire." Dominique Strauss Kahn était aussi plein de certitudes sur le nucléaire dans son livre La Flamme et la cendre, publié en 2002 : "Je ne crois pas que l'humanité renoncera à l'énergie nucléaire. J'irai plus loin : je ne pense pas qu'il soit souhaitable qu'elle y renonce. [...] C'est pourquoi je propose que les pays développés, ceux en tout cas qui disposent de cette culture de la qualité en matière industrielle et qui cultivent l'objectif du "zéro défaut", fassent l'effort nécessaire pour développer, sur leur territoire, une production importante d'électricité d'origine nucléaire." Rien de tout cela n’est à la hauteur des circonstances. La sortie raisonnée du nucléaire et la planification écologique, voilà l’avenir raisonnable.

Dans cette dernière ligne droite de la campagne des cantonales, je passe d’une ville à l’autre. L’idée est que ma présence aide les campagnes locales. Je connais ça. Je nomadise, donc, avec ma petite valise selon la règle : pas plus de deux soirs hors de mon lit. Pas plus de trois discours par jour. Cela fait quand même déjà beaucoup, je trouve. Le choix des villes suit les lignes de chemin de fer car je ne supporte pas les heures de voitures et le temps de train peut être exploité comme temps de travail devant le clavier comme en ce moment. Parfois je monte dans l’avio10-8-5norm_-(383)n. J’en ai horreur. C’est le mode de transport le plus odieux pour ses utilisateurs. Fouilles et contrôles, grotesques et humiliants, traitement de sardines en cabine. Vos habits en boule dans le coffre à bagages, vous subissez le supplice de l’air confiné qui vous injecte à gros piston les microbes de chaque passager et vous dessèche les muqueuses pour mieux les semer en vous. Tout, dans le transport aérien commercial, vous hurle à la figure que la compagnie sait bien que vous êtes là parce que vous n’avez pas le choix. Et vous êtes traités en conséquence. Liberticide, cher, mal commode et  polluant. Bon. Il y a pire malheur, pas vrai ? Mes camarades font ça aussi, toute la semaine. Souvent en voiture. Sur place on oublie bien dès fois qu’ils ont aussi métiers et familles. L’équipe nationale qui anime le Parti de gauche est donc sur les routes. On communique par sms et coups de téléphone. Quand on peut. Car la fracture numérique frappe lourdement et toujours de façon très inopportune, hélas !

Mes déplacements suivent un itinéraire diplomatico-politique très calculé. Je ne m’en occupe pas. Une équipe de stratèges bien informés combine la carte politique et le réseau de transports collectifs pour fixer mon programme et le rentabiliser. C’est mieux qu’ils s’en occupent eux. La vérité est que j’aurais une méchante tendance à vouloir aider tout le monde et aller partout. Ce n’est pas possible. Je m’épargne le crève-cœur du contact avec les camarades qui ont besoin de moi et que je ne peux aller aider. Parfois un ou plusieurs journalistes sont du voyage. Ils écrivent sur leurs genoux, tapent et expédient leurs papiers au milieu du tumulte. Et l’autre gauche n’est pas la priorité des rédactions.

Mais une fois sur place, quelle que soit la fatigue, la magie du contact et de l’enthousiasme électrise. 500 à Sevran, 600 à Massy, 800 à Limoges, 1200 à Toulouse. C’est bien le premier tour de l’élection présidentielle pour ceux qui viennent prendre de l’énergie dans ces salles. Ou plus exactement le lien entre les deux est fait dans leur esprit, je le vois bien. Les sondages, le bla-bla du vote utile, tout cela a fait tanguer le navire. Mais rien n’a craqué, rien n’a cédé. Pour sa troisième campagne électorale, le Front de Gauche a le vent dans les voiles. Vous savez ce que je 10-8-23t_-(13)pense des sondages. J’ai assez écrit sur le sujet sur ce blog. Petit à petit le débat sur ce sujet élargit son audience. Mais enfin ceux qui y croient devraient être cohérents. Quand le sondage du « Parisien » nous place à 10 %, c’est d’une part à cinq points seulement derrière le Front National et un point devant les Verts, oui, devant, il me semble que pour eux, du point de vue de ce qu’ils disent eux d’habitude, c’est un événement, non ? Non ! Cela n’en est pas un. Le grand journaliste qui analyse se concentre sur la percée du FN et déclare que le « Front de Gauche est stable à 10% ». Et voilà ! Stable par rapport à quoi ? Pas à nos précédents résultats puisque nous avons fait sept pour cent aux régionales (6,5 pour "le parisien" de l’époque), ni par rapport aux sondages précédents (5 selon « le Parisien »). Stable, un point c’est tout ! Ce comportement bestial de haine et mépris à notre égard éclaire ce que va être la suite. Nous serons niés et contestés dans notre identité, dans nos résultats, comme nous le sommes dans notre campagne. Dès lors il faut absolument comprendre que le système médiatico-politique n’est pas le reflet de notre monde mais son arène de démonstration et que les arbitres jouent avec l’adversaire. Mais si vous le saviez déjà ne manquez pas de vous en souvenir dimanche soir. D’une part il n’y aura pas de soirée électorale sur les grandes chaines, devinez pourquoi. D’autre part le ministère de l’intérieur a l’intention de nous compter une partie de nos candidats en « divers gauche ». Enfin maints commentateurs se contentent de répéter ce que disent les autres. Et les autres répètent ce que vont dire trois ou quatre gourous des sondages. Bon appétit !


285 commentaires à “La bifurcation est en marche”
» Flux RSS des commentaires de cet article
  1. Wawa dit :

    Néo-curton, si il en faut un... La révolution, citoyenne ou bien part les armes, reste le révolution. Jusqu'ici les révolutions n'ont fait que changer la surface des choses, pas le fond. Le fond ce trouve en chacun de nous, pas dans une constituante, pas non plus dans la décroissance, ni un nouveau parti politique aussi altermondialiste ou humaniste qu'il voudrais se faire croire qu'il est. Le fond qui fera vraiment que les sociétés pourrons changer se trouve dans notre capacité à se changer soi-même en femmes et hommes de bien. Ici se trouve la véritable révolution. Apprenons à ne plus juger, à aimer l'autre de quelque côté/bords qu'elle/qu'il se trouve, à écouter vraiment les arguments de chacun. Il y a du boulo, beaucoup de boulo et ça peu faire mal à son égo (entrer en pénitence, combattre le pêcher, voilà des gros mots !) mais c'est la voie de la réussite au réel changement.
    Chers camarades, vous êtes de bonne volonté, poussez plus loin votre volonté de changement du monde, cessez les chamailleries inutiles, regardez vous avant tout, au fond, et changez ! Notre révolution alors ne sera pas une illusion de plus, et les générations futures vivront enfin dans le bonheur, sorties de la vengeance sans fin.
    En tout cas, merci Mr Mélenchon pour votre courage et votre engagement dans ce prémices de révolution. Encore un p'tit effort de fraternité vraie, de paix et de pardon.
    Fraternellement.

  2. Thierry dit :

    @51 nomade
    c'est bizarre mais quand il s'agit des gisements d'uranium au Niger, les écolos disent qu'il est très dangereux d'être dépendants d'une seule source d'approvisionnement (alors que l'uranium est abondant ailleurs qu'au Niger). Mais il se trouve d'autres écolos (souvent les mêmes) qui ne veulent pas voir les problèmes géostratégiques (sans parler de la technique) qu'entrainerait le projet desertec. Sans parler du fond néo-colonialiste inhérent à ce projet.

    @52 stéphane87
    allez, encore un petit effort et tu devrais arriver à "linker". Mais insiste pour nous donner le lien car, je ne sais pas pourquoi, mais je sens qu'il devrait y avoir là une perle susceptible d'illuminer ma journée.

  3. Michèle dit :

    Sous la belle voute de la gare de Limoges vous donnez envie de nous y rendre pour apercevoir le pigeon-colombe de la paix du monde quand l'homme peut créer sans détruire.
    A propos de la station voyou FR3 si je puis me permettre, je ne les déteste pas mais je déteste ce qu'ils font.
    Ce point a son importance car éviter de personnaliser les conflits c'est ne pas jouer leur jeu, c'est ne pas répondre en miroir, c'est tenir la rampe de la lutte, non contre les personnes, mais contre l'idéologie dogmatique et liberticide qui sous-tend ces comportements. C'est éviter aussi de catégoriser professionnellement et de vous mettre dans la catégorie de ceux qui détestent les journalistes alors même que vous soutenez fondamentalement leur cause.
    Le mistral souffle avec force ce matin et son déchainement me livre à l'idée que la nature garde ses droits, manifeste l'irréductible à la toute-puissance de l'homme du capital.
    S'il ne reste pour certains qu'à prier cela n'empêche d'interroger la part de responsabilité de la communauté humaine d'avoir succombé au chant des sirènes de l'Economie libérale. La souffrance des japonais ne me laisse pas en paix, le vent me la renvoie en plein visage.

  4. Excellente intervention de Jean-Luc Mélenchon ce matin sur BFM-TV. Sur la Lybie et le nucléaire il a été claire et précis. Il a démontré qu'il était plus effcicace et intelligent de toujours mettre la raison au centre des discussions. Il n'est pas tombé dans le panneau de Bourdin qui, à plusieurs reprises, a tenté en vain, de rabaisser le débat et de le réduire à de dérisoires questions de personnes. A terme, il n'est pas possible que des prestations médiatiques de ce genre ne finissent pas par convaincre de plus en plus de gens.

  5. Michel matain dit :

    La guerre en Lybie a été votée hier à New-York.
    L'Inde, la Russie, l'Allemagne, la Chine et le Brésil se sont abstenus. Ils représentent près de la moitié de la population mondiale.
    Ce sont les USA, la Grande-Bretagne et la France qui mèneront les opérations militaires.
    On ne connait toujours pas le nom des Etats arabes qui serviront de caution à la guerre américano-anglo-française.
    Guerre humanitaire et contre le terrorisme d'Etat bien sur, comme au Kosovo, en Afghanistan, Irak, et tant d'autres... Mais pourquoi oublient-ils toujours de défendre la Palestine ?

  6. nomade dit :

    @53 Thierry
    Ton cynisme doit prendre source dans un délire de persécution. Allez prends une bonne grosse respiration et tu devrais arriver à exprimer quelque chose de positif. Je reprends rapidement tes affirmations gratuites
    - le nucléaire ne nous offre aucune indépendance énergétique car les ressources nationales sont épuisées,
    - ce n'est pas un projet néo-colonialiste car nous serions en situation d'inter-dépendance, de complémentarité. Bref une relation équilibrée et non de soumission d'un pays à l'autre,
    - tu parles du projet au conditionnel mais il est en cours de réalisation, les Allemands investissent massivement. Il va se réaliser avec ou sans nous.

  7. Jacques Bohly dit :

    J'étais mardi soir à Limoges, pour moi qui avait milité il y a très longtemps (LO, puis PC, puis PS plus récement) c'était un retour à l'action, quelle ambiance, quelle force, quelle chaleur humaine, merci à tous ceux de limousin terre de gauche, merci à nos camarades alternatifs, du NPA, du PCF, bravo à Pierre Laurent pour sa prise de position vis à vis de l'ouverture immédiate du grand débat nécessaire sur le nucléaire, un journaliste a d'ailleurs pronostiqué la fin prochaine du front de gauche puisque le PCF est pour le nucléaire et "Mélanchon" est contre.
    Merci jean-Luc, Merci et Bravo,
    au passage ayant interrogé la Mairie de Limoge sur le lieu du Meeting, la réponse obtenue la veille était : non non, rien n'est prévu, pas de meeting, d'ailleurs la salle n'est même pas réservée......
    Et bien, pour un meeting fantôme nous étions drôlement nombreux ! et heureux d'y être !

  8. Descartes dit :

    @stephane87 (#51)

    Cependant est-ce pour autant qu'il faut partir dans un résonnement fataliste et s'arréter à la simple pensée que le nucléaire est ce qui à de mieux (...). Je penses au contraire qu'il faut sans arrêt rechercher ce qui peut permettre de sortir de manière globale, rapide peu coûteuse et viable sur le long terme.

    Mais personne ne t'a dit le contraire. Est-ce que tu peux me donner un seul exemple de "nucléocrate" qui ait soutenu qu'il fallait arrêter la recherche sur d'autres sources d'énergie ? Je te mets au défi d'en trouver...

    Les antinucléaires (il ne faut pas dire "écologistes": on peut être écologiste et pro-nucléaire) essayent en permanence de projeter leur propre sectarisme sur les autres. Comme la guerre au nucléaire est pour eux une croisade mystique, ils veulent faire croire que de l'autre côté les pro-nucléaire ont la même logique quasi-religieuse. Ce n'est pas le cas: ce sont souvent les mêmes "nucléocrates" qui ont poussé le programme nucléaire dans les années de l'après-guerre ont aussi été les premiers à lancer les travaux sur les ENR: ce fut EDF qui lance l'éolien (essais de Nogent le Roi en 1955), l'usine marémotrice de la Rance (1966), l'usine solaire Themis (1983), alors que le CEA fait des travaux sur le photovoltaïque depuis les années 1970.

    Personne parmi les "nucléocrates", je dis bien personne, ne propose d'arrêter la recherche sur les ENR. Au contraire, il faut la continuer. Mais il faut aussi regarder les faits: à l'heure actuelle, on ne sait pas si et quand ces recherches pourraient aboutir à des techniques capables de remplacer le nucléaire à un coût raisonnable. La prudence est donc de se tenir aux techniques éprouvées et de continuer la recherche. Parler dans ces conditions de "planifier la sortie du nucléaire" revient à sauter à poil d'un avion en espérant qu'on arrivera à fabriquer un parachute avant l'arrivée au sol...

  9. argeles39 dit :

    Le scénario negaWatt table sur une consommation d'énergie électrique de 430 TWh en 2050, alors qu'en 2010 elle était de 513 TWh (source RTE), ça me parait peu crédible compte tenu de la démographie et du développement des usages de l'électricité (pompes à chaleur, clim, voitures électriques, TGV.....), réduction des gaz à effet de serre oblige. Mais admettons l'hypothèse.
    En revanche ce qui est plus difficile à admettre c'est que le scénario NegaWatt ajoute des TWh comme si toutes les énergies en question (notamment éolien et solaire) étaient disponibles 24h/24 et 365j/365.
    En fait le scénario porte bien son nom, il se focalise sur l'énergie (les TWh) et il nie la puissance (les Watt).
    Mais c'est un faux calcul, les appels de puissance (les Watt) sont en france de l'ordre de 60 à 95 GW, et l'electricité ne peut pas se stocker pour répondre à ces niveaux, à tout moment il faut satisfaire l'équation : production = consommation + pertes.
    Personnellement le scénario NEGATEP me semble plus réaliste.
    http://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/negatep-2010.pdf

  10. Lyendith dit :

    Concernant la situation en Libye... plus ça va plus j'ai l'impression que la position de l'ALBA était finalement la plus censée. Leur proposition a été magistralement ignorée, à peine évoquée dans quelques encadrés de journaux. Et je comprends mieux le discours de Chavez à présent.

    Le traitement de cette affaire par les médias et la "communauté internationale" est bien trop manichéen : on nous présente ça comme un massacre de civils sans défense par les méchants mercenaires de Kadhafi, mais l'opposition est armée et organisée aux dernières nouvelles ! Et le camp de Kadhafi a sans doute aussi subi des pertes, même minimes. C'est une guerre civile, pas un génocide. Et les intentions de ladite opposition sont trop peu claires. Le drapeau qu'elle arbore est celui de l'ancienne monarchie... bref je ne vois pas pourquoi il faudrait soutenir un camp plutôt qu'un autre, aucun des deux n'ayant l'air d'être doté d'intentions nobles.
    Et dernière chose qui me gène dans cette affaire : où est le peuple ? Où est la politique ? Ça ressemble à une tentative de coup d'État, pas à une révolution... comme dit dans un commentaire précédent, il y a des chances que cela se finisse en nouveau Kosovo. Et monsieur Mélenchon se mordra les doigts d'avoir cautionné cela.

  11. le Prolo du Biolo (PG 69) dit :

    @ - 60 - Descartes

    "Comme la guerre au nucléaire est pour eux une croisade mystique",

    Cette façon de nier que l'adversaire puisse avoir des arguments me semble très mystique également.

    "Personne parmi les "nucléocrates", je dis bien personne, ne propose d'arrêter la recherche sur les ENR"

    Ce qu'en d'autres endroits on appelle de la diplomatie, mais de là à parler de conviction et d'engagement fort...

    "La prudence est donc de se tenir aux techniques éprouvées"

    Celle du nucléaire ?
    Mort de rire.

  12. Meligh dit :

    Sur les jeunes parce qu'il faut s'en occuper aussi, c'est une grosse partie de l'électorat qui n'a pas vraiment de repères et qui est très méfiante envers les personnalités "traditionnelles".

    http://eco.rue89.com/2011/03/11/chomage-stages-precarite-les-jeunes-ces-esclaves-modernes-194197

  13. odp dit :

    @ Lyendith. L'opposition Libyenne est armée et organisée? Que ne faut-il pas entendre! Ce sont des civils armés de kalachnivok se battant contre des chars et des bombardiers pilotés par des professionnels. Il y a des limites au Ponce Pilatisme et à l'esprit de Munich. Khadafi no pasaran.

  14. Descartes dit :

    @argeles39 (#61)

    Personnellement le scénario NEGATEP me semble plus réaliste.

    Sans aucun doute. C'est un scénario beaucoup plus solide (notamment parce qu'il repose sur l'ensemble des études de la prospective publique). Mais il présente un défaut commun avec Négawatt: même s'il y a quelques timides considérations sur les prix, il n'y a pas de véritable travail de calcul économique autour du scénario proposé. Or, c'est un paramètre fondamental: le plus beau scénario de la terre n'a aucune chance de se réaliser s'il repose sur un coût final de l'énergie prohibitif.

    @le Prolo du Biolo (#64)

    "Comme la guerre au nucléaire est pour eux une croisade mystique", Cette façon de nier que l'adversaire puisse avoir des arguments me semble très mystique également.

    Que "l'adversaire" n'ait pas d'arguments n'a rien de "mystique". Il suffit de lire les documents postés par "sortir du nucléaire" sur son site pour s'en convaincre. Quant on est réduit à écrire que "l'absorption d'une seule particule de plutonium suffit à provoquer le cancer du poumon", c'est que le magasin d'arguments est singulièrement vide.

    "Personne parmi les "nucléocrates", je dis bien personne, ne propose d'arrêter la recherche sur les ENR". Ce qu'en d'autres endroits on appelle de la diplomatie, mais de là à parler de conviction et d'engagement fort...

    Res, non verba. La construction de l'usine de la Rance ou de la centrale Thémis par EDF, les recherches sur la biomasse ou sur les cellules photovoltaïques au CEA sont des engagements bien plus forts que n'importe quel discours. Finalement, les "nucléocrates" du CEA et d'EDF auront fait bien plus pour la recherche sur les ENR que les ministres écolos de l'environnement. Qu'attendait Voynet pour créer un "commissariat aux ENR" avec de véritables moyens de recherche ?

  15. citoyenne21 dit :

    En ce qui concerne l'intervention de la France en Lybie, il est à craindre que Sarko en attend sa réélection en 2012 ! comme par hasard tout se déclenche juste après les menaces de révélation par Khadafi du financement par la Libye de sa campagne de 2007 ! J'accrédite cette hypothèse et si ca se produit on sera très mal ! Lisez ce texte, en lien : La guerre aujourd’hui, le terrorisme dans 15 jours, la réélection dans 1 an

  16. pichenette dit :

    Que des individus aient le goût du sacrifice, de la soumission, de l'enfermement qu'ils se l'appliquent à eux-mêmes, mais qu'ils ne l'imposent pas aux autres! (et tout le monde rigole).
    Les conditions économiques, suite à la connivence des politiques plus ou moins élus, sont devenues telles que des individus ayant le gôut de la vie sont contraints à s'exposer à des conditions de travail mortelles,:précaires du "nucléaire" simple exemple éloquent pour qui veut comprendre.
    Quels sont les risques inhérents au nucléaire, risques spatiaux, temporels, environnementaux, humains, économiques? Mettons-les "sur une table à plusieurs dimensions", de l'extraction du minerai "qui court les rues" au retour à la radioactivité dite naturelle de l'espace environnant et voyons ce qui fait le sens de la vie...
    Les catastrophes nipponnes obligent les médias à oser un langage un peu plus rigoureux que les communiqués habituels, les peurs engendrées questionnent, demandent des éclaircissements pas du baratin, des précisions (doses...radionucléïdes disséminés.. protections..), rappels sur Tchernobyl et le grave mensonge fait aux Français. Que sait-on du sarcophage monumental qui doit recouvrir la centrale et..? Aucun sens la "transparence", que tout devienne clair!
    Comme la Démarche fondamentale actuelle est de tout trancher, découper pour que les parties deviennent indépendantes et faciles à modéliser, alors le "Nucléaire" est propre, quand les noyaux s'énervent, pas de dioxyde de carbone! Miracle, tous à genoux, robots de l'ignorance insuflée!
    Au fait quand ces prodigieuses centrales seront mises à la casse, dans le béton de vos maisons bouiguées ou de vos casseroles métallisées, des fèves invisibles pourront la nuit peut-être vous éclairer!
    Consommer tranquilles "la Belle Europe veille et protège"..... ceux qui ont le goût du sacrifice.. des autres!

  17. odp dit :

    @ Hold-up.
    Que Khadafi ait sponsorisé ou non la campagne de l'UMP et/ou l'extrême droite Autrichienne ne doit pas faire reculer la Gauche dans sa volonté de la combattre, au contraire. Oui les atermoiements d'une partie du FdG (PCF notamment et Jean-Luc Mélenchon pendant un temps) ont été coupables et, pour tout dire très décevants. Pas à la hauteur des enjeux pour reprendre une des expression favorites de Jean-Luc. Oui Jean-Luc s'est ressaisi et c'est très bien. Oui Chavez est un fou dangereux qui s'est à nouveau décrédibilisé sur ce sujet. Oui Sarkozy, Valls, Obama et Cameron ont raison d'apporter leur soutien à l'opposition libyenne. Quant au PCF qui apporte au soutien tout en prônant le non-interventionnisme c'est tout simplement lamentable.

  18. @57 Michel matain
    Je ne pense pas qu'il faille être défaitiste et négatif à ce point. Bien sûr qu'on ne peut jamais savoir avant ce que donnera, après, une telle opération. Par contre on sait très bien ce qu'aurait fait "Khadafou" si on lui avait laissé les mains libres. Je souhaite donc vivement que le peuple libyen mette un terme aux exactions du serial killer et de sa clique et tant mieux si la mise en oeuvre de la résolution de l'ONU peut y contribuer.
    NB : @65 odp. Tout à fait d'accord avec vous : Khadafi no pasaran !

  19. le Prolo du Biolo (PG 69) dit :

    @ - 43 - Gugus69

    "Raconter des âneries sur un air badin n'en fait pas des vérités. Jamais la centrale du Blayais n'a connu le même niveau de danger que Fukushima ! Comment peut-on même comparer un incident de niveau 2 et un niveau 5 ou 6 ?"

    L'accident de Fukushima lui aussi était classé "niveau 2". Au début...
    L'accident du Blayais en est resté au "niveau 2" simplement parce-que nous avons eu beaucoup de chance et que la situation a pu être rétablie in-extrêmis. Mais les conditions pour un accident majeur étaient bien réunies et très semblables.

    "D'ailleurs, depuis, des travaux lourds de sécurisation ont été menés à bien."

    A mon avis, "l'ânerie" dont vous parlez consistait plutôt à dire, avant l'accident, que la digue de protection était largement sur-dimensionnée et conçue pour résister aux pires des marées des 1000 ans à venir...
    Heureux que les "experts" soient retombés sur terre, dommage qu'il ait fallu une tempête pour le leur faire comprendre.

    "si on avait pu distribuer largement des pastilles d'iode en Ukraine au moment de la terrible catastrophe de Tchernobyl, on aurait évité 300 000 opérations de la thyroïde et autant de traitements à vie"

    De là à penser que la solution aux problèmes notamment sanitaires créés par les retombées radioactives se réduit à la fabrication de pastilles d'iode...
    "300 000 opérations de la thyroïde" vous dites ? Ben moi qui croyait que les accidents nucléaire n'avait jamais fait que des dégâts sanitaires insignifiants...

  20. adzo dit :

    @ gugus69 :

    "Ils s'accordent sur le chiffre de 5000 morts pour Tchernobyl. Ça me paraît suffisamment lourd, non ?
    Je suppose que pour vous les seuls experts qui vaillent sont les anti-nucléaires, c'est votre choix...
    Quant à parler d'énergie fossile à propos de l'uranium, c'est impropre, car il s'agit d'un métal et d'un des plus répandus sur la planète. On n'est pas près d'en manquer !"

    C'est faux, vous savez qu'il n'est exploitable qu'en concentration suffisante, donc dans les mines d'uranium.
    Il va subir un pic comme le pétrole d'ici plusieurs décennies. Son prix augmente déjà. Or la durée de fonctionnement des centrales se compte en décennies...
    Même 5000 morts reste optimiste.
    L'OMS on a vu avec quel sérieux ils pouvaient être manipulés pour faire profiter les laboratoires pharmaceutiques à l'occasion du H1N1. Ces grandes institutions internationales ne sont pas objectives, elles sont sous influence au même titre que nos gouvernements.
    Vous dites qu'il y a eu 300 000 opérations de la thyroïde. Et la thyroïde n'est pas le seul organe qui peut être touché par un cancer et on est loin de pouvoir soigner tous les cancers.
    Alors dans les chiffres de morts de cancer ces dernières décennies, combien sont à lier à l'exposition sur le très long terme des retombées radioactives ? Ensuite, outre les morts, combien de malades encore en vie ?
    Ces catastrophes ne sont pas de conséquences si limitées ni géographiquement ni dans le temps et les mensonges officiels existent toujours.
    Quelles mesures a-t-on prises pour que les poissons contaminés dans les zones de retombées dans le pacifique ne soient pas pêchés et vendus sur le marché mondial ? J'ai entendu des spécialistes à la télé être contre le fait de mesurer la radioactivité des produits importés...

  21. fitz31 dit :

    Le nucléaire étant extrêmement dangereux, il faut en effet en sortir, ou le confiner au minimmum.
    Il faut en effet étudier toutes les pistes alternatives, la géothermie est une solution séduisante.
    Mais il y'a un point sur lequel il faudrait concentrer els recherche et donner des moyen au chercheurs français :
    Les supraconducteurs
    Rappel: Ce sont des matériaux dans lesquels les atomes sont figés (par divers procédé) et qui laisse donc circuler les electrons sans "contraintes". On peut donc stocker une immanse quantité d'energie électrique dans une bobine de fil supraconducteur sans pertes (les electrons tournent en rond à l'interieur sans entrer en contact avec des atomes qui ne vibre plus). Pour cela la 1ere solution, qui existe déjà, était de refroidir à des température proche du 0 absolu des matière. De nos jours on arrive à concevoir des matières supraconductrice (nanocarbone par ex.) à des températures de -80 - -60°. Des matière supraconductrices sont à l'étude même à température ambiante.
    L'intéret ?, on ne fait plus traversé l'electicité sur des lignes à haute tension avec 80% de pertes, on les transporte surt des bobines. du coup on a besoin d'un seul coup de 4 central sur 5 en moins !
    Actuellement une bobine à cuivre refroidies à -180° d'un diamètre de 1m est capable de stocké 4 jours de conso electrique d'une ville comme Paris. avec d'autresw matières (exemple nanocarbonne), une bobine de la taille d'une tasse à café ferait pareil. et refroidi qu'a -60° par un simple systeme pelletier.
    une telle bobine pourrait faire rouler une voiture pendant 5000 km, et un temps de recharge de quelques secondes...
    On pourrait achter des territoire dans le désert pour faire des parcs de panaux solaire, et rammener les bobines par transporteurs...
    La supraconduition est LA clé ultime, couplé aux source alternative : géothermie, solaire. Merci de faire passer ce message aux instances du FdG.

  22. yan dit :

    Encore une super intervention ce matin, une bonne grosse bouffée d'oxygéne. Merci JLM!

  23. thersite69 dit :

    Je reprochais à jean Luc Mélenchon d'être trop "soupe- au- lait". Mais alors,là, quelle lucidité et quelle clarté d'analyse.
    C'est bien le candidat qu'il nous faut, dans le parti qui me convient!

  24. JULIA dit :

    Est-ce bien "le nucléaire" le problème, ou plutôt "la cupidité humaine" ?

    Les humains ont acquis des savoir-faire, les questions de refroidissement, de pompage et autres plomberies gigantesques et sophistiquées ne sont plus du domaine de la recherche, mais de celui des techniques familières: aucun secret ne devrait entourer les problèmes de refroidissement surgis chez EPTCO (peu importe: un super-margoulin privé côté en bourse, avec des actionnaires exigeants et cupides autant que puissants politiquement)... Le problème n'est pas si nucléaire que ça : quelles que soient les avancées techniques et scientifiques, quels que soient les reculs prudents et et l'importance des monticules de sable construits pour fourrer nos têtes d'autruches affolées dedans, c'est toujours le système de la cupidité, cupidité d'état ou cupidité libérale, qui menace notre devenir humain : un météorite gigantesque se dirige vers la planète humaine? si nous avons progressé à la fois en balistique, en physique et en conquête de l'espace, si nous avons épargné l'énergie fossile pour les usages exceptionnels, la guerre à cet ennemi venu d'ailleurs peut être gagnée...si tu ne vas pas au nucléaire il viendra à toi ! (pensée de Julia, agent de surface, conduisant sa balayeuse...)

  25. dudu87 dit :

    Bonjour à vous,
    @Michèle
    "Ce point a son importance.... c'est tenir la rampe de la lutte, non contre les personnes, mais contre l'idéologie dogmatique et liberticide qui sous-tend ces comportements. C'est éviter aussi de catégoriser professionnellement et de vous mettre dans la catégorie de ceux qui détestent les journalistes alors même que vous soutenez fondamentalement leur cause."
    Comme je suis d'accord avec vous! Nous avons été nombreux/ses à mettre en garde sur cette dérive notre ami Jean Luc, malheureusement sans succès à ce jour. Alors nous arrivons à ce commentaire sec et rigide d'un participant ici: "Tu as dèjà vu un gauchiste réaliste?". Sic...

    Ou encore, @Bruce qui me répond sur la précédente discussion :
    «  C'est un nettoyage des têtes au plus haut niveau qu'il faut opérer et remettre ce système à plat avec des gens responsables et non avares, mégalomanes et cupides. »
    « un nettoyage des têtes au plus haut niveau » Un nettoyage de tête...même au + haut niveau n'est pas ma conception d'une politique...démocratique. J'ai plutôt tendance à avoir « la chair de poule ».

    J'aime mieux lire les arguments de @Stéphane 87 et j'attends avec impatience ses liens pour m'instruire.
    Sinon, la gare de Limoges (40 ans dans cette ville) est une beauté, à voir...

  26. Michel Matain dit :

    @ 70 Jean Louis CHARPAL

    Il ne s'agit pas d'être défaitiste ou négatif.

    Simplement, peut-on citer sur ces trente dernières années, un seul bombardement américano-anglo-français qui n'ait eu d'autres buts que de protéger les intérets de ces trois pays ? Ces trois pays viennent de recevoir le soutien militaire du Canada et de l'Australie. Autrement dit c'est le noyau dur de l'OTAN qui s'apprète à attaquer la Lybie.

    L'Irak ou l'Afghanistan avaient eux aussi des dictateurs cruels : fallait-il pour autant que les USA bombardent et envahissent ces pays pour autant ?

  27. Meligh dit :

    M'enfin comme dirait l'autre on revient toujours sur les mêmes arguments sur le nucléaire :
    - du coté des pro on dit que c'est pas si dangereux (après tout même si ça fait mal quand ça pète, ça le fait pas souvent, et après tout il y a pire ou au moins pareil en terme d'impact par an), pas si cher (par rapport au énergies alternatives) et efficace (toujours par rapport à celles-ci)
    - de l'autre coté on dit que c'est dangereux et cher et que d'autres énergies existent pour peu qu'on s'y intéresse un peu plus
    Et entre temps chaque camp s'énerve contre l'autre avec l'argument ultime du "tu dis n'importe quoi tu ferais mieux de te taire".

    Alors oui le nucléaire ça fait peur pour plusieurs raisons :
    1 - les déchets on sait pas trop comment ça marche on sait pas trop combien y en a et leur durée de vie
    2 - quand il y a un accident c'est jamais anodin et l'impact est assez important (rayon d'influence très large), et ça choque forcément plus que des petits accidents localisés mais plus souvent (c'est seulement les mineurs qui meurent dans les mines)
    3 - on ne sait pas forcément comment ça fonctionne exactement alors l'imagination prend rapidement le relais d'autant que la privatisation d'EDF et la sous traitance des opération de maintenance n'offre pas tant de confiance que cela
    Mais maintenant on peut dire que :
    1 - le nucléaire en France est une industrie très rentable. Pour le combustible, les centrales la France a une d'industrie qui dégage un chiffre d'affaire impressionnant (Areva, 8,5 G€ de CA en 2009, alors on peut comprendre qu'on protège).
    2 - la France sert de "cobaye". On construit des centrales, elles marchent bien (tant qu'il n'y a pas de problèmes), elles coutent cher au contribuable et après on va construire les mêmes, pour moins cher dans d'autres pays (Chine pour ne pas citer) et ne rapporte rien au contribuable français.

  28. Descartes dit :

    @Louis st O (#72)

    As-tu compté dans le coût de l’énergie nucléaire, le coût écologique, mais surtout le coût humain (décès) et le coût des maladies pour les deux ou trois décennies à venir par un accident de cette taille dans le prix du Kw/h de l’énergie nucléaire.

    Bien entendu. L'ensemble des décès liés au nucléaire en France sur les trente dernières années ne dépasse pas le nombre de morts dans des accidents de vélo. Faut-il abandonner le vélo pour autant ?

    Tu dois savoir, que des français sont aujourd’hui atteint de cancer de la thyroïde de Tchernobyl en 1986 soit 25 ans après, mais tu vas sûrement nous donner des arguments pour nous dire que ce n’est pas prouvé.

    Je n'ai aucun argument à donner. C'est à celui qui affirme qu'incombe la charge de la preuve. Cela m'étonnerait d'ailleurs beaucoup qu'il y ait aujourd'hui des français atteints de cancers de la thyroïde de Tchernobyl. Les cancers de la thyroïde sont liés à l'absorption d'iode 131, dont la demie-vie est de dix jours. En d'autres termes, les gens qui ont été irradiés à la thyroïde par les retombées de Tchernobyl l'ont été dans les semaines qui ont suivi la catastrophe. Un cancer qui se déclenche 25 ans plus tard a toutes les chances d'avoir une origine qui n'a aucun rapport avec cette irradiation...

    Je ne sais pas ce que tu fais comme boulot (bien que je pense que contrairement à ce que tu as dis tu ne travailles pas vu le temps que tu passes sur ce blog à contredire tout le monde) mais je plains tes collègues.

    L'attaque ad hominem, le dernier refuge de ceux qui n'ont pas d'arguments.

    Au plaisir de ne pas te répondre.

    On dit ça...

  29. Bruce dit :

    Je me dis qu'il y a bien une filière qui pourrait avoir le vent en poupe ces prochains temps, c'est la fabrication et la vente de radiamètres accessible au grand public. Ne pouvant pas faire confiance aux autorités de sûreté nucléaire, vu la dimension des enjeux financiers, les particuliers auraient ainsi eux-mêmes la possibilité de savoir la radioactivité de ce qui les entourent et surtout des aliments qu'ils consomment. J'invite les fabricants à développer ces outils de mesures pour les rendre financièrement abordables et capables de mesurer proprement les rayons ionisants dangeureux.

  30. 79Michel Matain
    Eh bien, nous ne sommes pas d'accord. Ce sont des choses qui arrivent en démocratie... Vous êtes contre une intervention en Lybie, personnellement je suis pour. Jean-Luc Mélenchon aussi, soit dit en passant.

  31. Carol DEBY dit :

    Quelqu’un a suggéré il y a quelque temps, sur ce blog, de consulter un géologue qui puisse donner son avis sur la question : « L’Europe occidentale est-elle menacée par des séismes de l’ampleur de celui du Japon (amplitude 9 sur l’échelle de Richter).

    J’ai posé la question à un de mes amis qui est professeur de géologie à l’Université dont j’ai fait partie pendant 21 ans, et qui a participé aux négociations qui ont abouti à la construction de nouvelles centrales nucléaires pour la région Wallonne. Il m’a répondu de façon très nette :
    « La Belgique est en pleine plaque européenne, donc relativement stable. Néanmoins, il y a 3 régions très sensibles à proximité de chez nous:
    -la vallée du Rhin à l'aval de Bonn jusqu'à la Mer du Nord;
    -la vallée du Rhin entre les Vosges et la Forêt Noire;
    -la vallée du Rhin dans la région de Neuwied-Kärlich (près de Coblence).
    Il y arrive donc que nous subissions des contre-coups des séismes qui y ont lieu.
    Plus loin toute la Méditerranée est la région de plus grande fréquence sismique de l'Eurafrique
    ».
    J’en déduis qu’un risque sismique peut survenir dans nos régions, impliquant une construction de prix élevé, car une autre phrase de mon ami dit : « Le prix de la sécurité doublait suivant qu'on protégeait contre 6 ou 6.5. ».
    Je plains l’Allemagne, et je comprends les hésitations de ses dirigeants.
    Je suis de plus en plus de l’avis de Jean-Luc Mélenchon, qui met à son programmme « La sortie raisonnée du nucléaire », en mettant tout de même des restrictions : peut-être pourrait-on maintenir des centrales dans des régions dont la sismicité ne dépasse pas 6,5.
    Mais cela demandera pas mal de temps. C’est pour nos descendants (j’ai 83 ans et je ne verrai certainement pas la fin de la sortie).
    Mais une mesure immédiate est l’étatisation mondiale des sites atomiques, de façon à ne pas lésiner sur la protection pour ménager les actionnaires.

  32. Hold-up dit :

    68 -odp :
    " Oui Chavez est un fou dangereux qui s'est à nouveau décrédibilisé sur ce sujet. Oui Sarkozy, Valls, Obama et Cameron ont raison d'apporter leur soutien à l'opposition libyenne. "

    Non, Hugo Chavez n'est pas fou. Quelqu'un qui propose une médiation politique plutôt que de propager la guerre et la désolation n'est pas un fou. Nelson Mandela qui permit par des concertations politiques pendant des conflits armés de les stopper nets n'était pas non plus un fou. Ceux qui en ce moment tentent en Côte d'Ivoire par des concertations politiques de tous ordre de faire en sorte que ce pays ne tombe pas dans la guerre civile et l'équivalent du génocide Rwandais ne sont pas des fous. Ce sont des sages qui savent bien ce que c'est que la guerre. C'est du n'importe quoi ce message. Il va falloir un peu plus rôder sa pensée pour ne pas devenir des consommateurs pavloviens d'infos que des informateurs intéressés manipulent pour de petites souris lobotomisées.
    L'armée russe a apporté la preuve que l'aviation Libyenne n'avait jamais bombardé les foules de manifestations avant que la guerre civile ne s'installe. J'ai entendu un reporter sur France Culture qu'une guerre moderne s'accompagne toujours d'une intoxication des opinions publiques mondiales. Il est très difficile de ne pas avoir une pensée manichéenne. Quand vous me parlez des amis de Kadhafi que sont Sarkozy, Obama et Cameron qui vont pouvoir se tailler la part du lion, vous me pardonnerez de rire même si c'est d'un rire tragique. Ces tortionnaires sous d'autres contrées vont venir bombarder la libye et " libérer " le peuple libyen ? Comme en Irak et en Afghanistan ? Vous savez que ça fait plus de dix ans que les troupes étrangères sont là -bas et ça ne s'arrange pas. Ne croyez-vous pas que le manichéisme est parfois mauvais conseiller tout de même ? Hugo Chavez a fait une proposition honorable. On a le droit d'être contre mais pas de l'insulter comme vous le faites.

  33. Louis st O dit :

    32 @jjd
    « Question : combien y a t-il en France de centrales exposées à un risque Tsunami ?zéro. »

    Je crois que vous ne suivez pas l’info au jour le jour, le Tsunami est passé et n’a pas détruit la centrale, le problème n’est donc pas le Tsunami c’est le fait que le Tsunami a provoquée une coupure gigantesque d’électricité et s’il n’y a plus d’électricité pour faire marcher les pompes qui doivent envoyer de l’eau pour refroidir la centrale…c’est la cata
    Or il n’est pas besoin d’un Tsunami pour avoir une coupure gigantesque d’électricité, d’ailleurs un responsable des centrales nucléaires, a même annoncé qu’il fallait revoir toutes les procédures, pour que ce cas soit pris en compte. Quand il dit « pris en compte », on a bien compris qu’il va falloir modifier tous les circuits électriques, c'est-à-dire, revoir les pompes qui peuvent être aujourd’hui alimenter au fuel mais dont l’électricité est indispensable pour les faire marcher.

    C'est-à-dire que si un méga problème arrivait, accident ou incendie, qui feraient qu’il n’y aient pas d’électricité qu’arriverait-il dans nos centrales ?
    C’est comme les petits chauffages au fuel que l’on vend aujourd’hui, mais qui utilisent des allumages et souffleries électriques. En cas de grand froid et de panne électrique votre petit chauffage peut rester au garage.

  34. citoyenne21 dit :

    Tout ce que je vois c'est que Sarko va rebondir ! Le peuple Lybien scandent déjà "merci monsieur Sarkozy" ! ce que j'aurais voulu, c'est qu'avant que Khadafi ne soit dégommé, c'est que soit apportées les preuves sur le financement de la campagne de Sarkozy en 2007 par la Lybie et qu'ainsi on ait la possibilité de destituer sarko !croyez bien que Khadafi on ne va pas le louper (tant mieux pour le peuple libyen) et qu'une fois éliminé, toutes les preuves vont être détruites ! le peuple français va considérer que grâce à l'attitude de la France donc de Sarko, celui-ci mérite de nouveau sa confiance ! il va être le héros dans l'histoire ! tant pis pour le peuple français....et si en France le peuple venait à se révolter comme en Lybie, vous croyez que le sang ne coulerait pas ? et qui viendra à notre rescousse ?, vous croyez que la clique au pouvoir va nous laisser faire ? Il en a rien à foutre Sarko du peuple Libyen comme il en a rien à foutre du peuple français ! Tout ce qu'il mise c'est sa réélection, point barre !

  35. Jean Jolly dit :

    Je ne regarde pas souvent la télé et je sélectionne, par le fait, les émissions diffusées. Hier soir est passé un reportage sur France 2 Envoyé spécial consacré au dossier du nucléaire, de ses secrets, de ses magouilles, de ses dangers etc.

    Même, si, avant, j'étais intimement révolté contre cette énergie, je ne me doutais pas à quel point celle-ci était aussi néfaste (puisqu'étant désinformé)... ce documentaire m'aura totalement convaincu qu'il est devenu inéluctable de repenser notre politique énergétique, ce n'est même plus une question de "gros-sous" mais une question de vie ou de mort à court, moyen et long terme.

    Continuer dans cette voie, sans prendre le recul nécessaire, est tout bonnement illogique et suicidaire.

  36. Michel Matain dit :

    Le grand pays démocratique et révolutionnaire arabe qui sert de caution au noyau dur de l'OTAN le Qatar.
    Pas de commentaire.

    Je partage le point de vue de la gauche latino-américaine opposée à la énième intervention occidentale dans un pays du sud.

  37. Louis st O dit :

    43 @gugus69
    « on aurait évité 300 000 opérations de la thyroïde et autant de traitements à vie. »

    Juste pour Tchernobyl, et combien pour le Japon ?
    J’ai entendu dire que ça ne faisait pas plus de mort que les accidents de vélo.

    « 4-L'usine Bosch de Vénissieux (69) qui produisait des pompes à injection Diesel, va désormais produire des panneaux solaires... et perdre (encore) 100 emplois. »
    C’est regrettable et nous en sommes tous affectés, mais je ne sais pas combien il y a d’ouvriers à l’usine de Vénissieux, mais si je comprends bien, ce n’est pas à cause de la fabrication de panneaux solaires que l’on perd les 100 emplois mais que, si l’on ne produisaient pas de panneaux solaires, tous les emplois seraient perdus ? Ai-je bien compris ?
    à part la triste nouvelle des 100 emplois perdus, @le Prolo du Biolo (PG 69) et moi-même sont ravis qu’enfin une usine française va fabriquer des panneaux solaires.

  38. alain dit :

    La solution ? elle est là !
    "Après cette expérience, Tesla part pour New York et commence la construction de son premier émetteur sans fil, installé au sommet d’une tour. Le chantier dure trois ans. Tesla annonce une autre avancée technique : à condition de coupler ses émetteurs à une source d’énergie puissante, il espère pouvoir transformer la croûte terrestre en une immense prise électrique, ce qui signifierais l’électricité gratuite pour tous. Il suffirait d’enfoncer une tige dans le sol et de la relier à un transformateur alimenté par des centrales hydroélectriques."

    http://www.polyscope.qc.ca/spip.php?article10

    Sans commentaire.

    La raison vaincra.

  39. Thierry dit :

    @72 Fitz31
    Bien sur que les supraconducteurs sont très intéressants pour les réductions de pertes. Mais pour le stockage, peux tu donner tes sources ?

  40. Louis st O dit :

    60 @argeles39
    au sujet de l’association négaWatt
    « En fait le scénario porte bien son nom, il se focalise sur l'énergie (les TWh) et il nie la puissance (les Watt).
    Mais c'est un faux calcul,
    »

    Je ne sais pas si vous l’avez déjà fait, mais il faut vite écrire et expliquer aux 450 membres et 24 experts de cette association qu’ils se trompent sur leurs calculs.

  41. MS dit :

    Belle écriture ! on sent presque la nostalgie d'un monde déchu...
    En tout cas vive la mondialisation ! En tout cas pas la capitaliste c'est sur... Quel rapport y a t il entre l'interdiction de la médecine par les plantes par l'union européenne et la catastrophe nucléaire japonaise ?! A priori aucun, enfin sauf lorsque l'étude politique et économique coordonne les faits.
    Les lobbies pharma ont fait voter une loi scandaleuse établissant un contrôle des médicaments aux plantes ou classé comme tels... un scandale de plus ! Même plus le droit de se soigner librement, même plus le droit d'être en sécurité sanitaire avec ce maudit nucléaire.
    RTL le matin : on apprend qu'un scientifique faisant partie de la commission de contrôle des centrales japonaises en question avait émis un rapport en 2007 faisant état du laxisme de la sécurité pris en charge... je vous le donne en mille ! par une société privée... le lobby du nucléaire est influent a en voir le discours politique ambiant mais surtout très dangereux. Alors quitte a courir droit a la catastrophe laissez moi me soigner par les plantes chez qui je veux.
    Étudiant "la bête immonde" qu'est le capitalisme, la finance surdéterminant la production, la lecture hebdomadaire de "MoneyWeek" la vie financière permet d'y trouver des pépites tant l'indépendance des analystes est concrète. A utiliser contre les libéraux de tous poils: article "Crimes sans châtiments" de Marc Mayor: "Non seulement les multiples autorités de surveillance ne dénichent pas les criminels en col blanc de Wall Street mais, en plus, elles les protègent. (...) Le who's who de Wall Street a pourtant allègrement pratiqué la fraude et le vol par des pratiques qui ont directement provoqué la situation actuelle.(...) les spécialistes de ce monde la passent leur temps a travailler pour Wall Street puis a rejoindre les rangs de la SEC."
    Enfin, dans "Alternatives eco" avec "Leçons islandaises":"A la différence de l'Irlande,elle n'a pas tenté de sauver...

  42. Arte dit :

    Très belle intervention de Jean-Luc Mélenchon ce matin à la matinale de RMC et BFM TV.

    Vivement Dimanche, qu'on vote.

  43. Descartes dit :

    @Louis st O (#91)

    Je ne sais pas si vous l’avez déjà fait, mais il faut vite écrire et expliquer aux 450 membres et 24 experts de cette association qu’ils se trompent sur leurs calculs.

    Tiens, tiens... on vomit les "experts", on revendique le droit du citoyen de les remettre en question... mais lorsque les experts disent ce qui te convient, alors ils redeviennent infaillibles et incontestables ? Comme c'est étrange... Pelés et galeux quand ils sont "dans le camp d'en face", les "experts" deviennent un argument d'autorité dès qu'ils sont "du côté de la force"...

    En fait, il est intéressant de regarder avec un peu d'attention le site Négawatt (ici). On y apprend qu'il s'agit d'une association "dirigé par un collège de membres actifs, la "compagnie des négawatts"". Les membres de cette "compagnie" (ça fait médieval-sectaire, tout ça) sont désignés par "cooptation unanime", ce qui est bien plus efficace qu'une élection... mais surtout, garantit la parfaite homogénéité de la "compagnie", qui ne compte pas un seul expert du nucléaire, des hydrocarbures, du charbon... des compétences certainement inutiles lorsqu'il s'agit de concevoir des scénarios énergétiques. On trouve par contre en masse des ingénieurs en énergies renouvelables, des sociologues, des conseils en communication... pas étonnant que leur "prospective" soit unilatérale.

  44. Pier7 dit :

    Le charbon, combien de morts ? Le nucléaire, combien de morts ? Ces questions sont peut-être biaisées, on n'a pas fini de comptabiliser les dommages collatéraux.
    La gauche, même citoyenne et réaliste, est utopique. C'est d'ailleurs sa gloire. Rêver la Sécurité Sociale après la seconde guerre mondiale. C'était une utopie; ils l'ont fait.

  45. Sonia Bastille dit :

    @ odp @hold-up@Citoyenne21

    Je pense que nous ne sommes pas là pour traiter des pathologies mentales ou pas de tel ou tel chef d'Etat...
    Que la gauche dite "radicale" fut aveuglée par je ne sais quelle idéologie pabliste et du culte de l'anti impérialisme et de l'anticolonialisme, c'est semble t-il le cas dans cette "affaire" libyenne ; d'où une certain confusion et aussi déconnexion par rapport à la réalité concrète des évènements d'insurrection dans les pays arabo-musulmans et notamment dans la phase violente libyenne. Les inflexions finalement faites par le PG dans une prise de distance par rapport à Chavez montrent que le PG est obligé de faire des révisions déchirantes et d'adapter son logiciel à la réalité complexe du monde d'aujourd'hui et des secousses populaires qui la parsèment.

    Le rôle de Chavez comme médiateur, à un moment où le tyran sanguinaire de Tripoli perdait le contrôle de son pouvoir et du pays, était surtout fait pour que Kadhafi s'en sorte à moindre mal et qu'il reste au pouvoir et rien d'autre. D'ailleurs, depuis que kadhafi a renversé la donne, Chavez se tait ! (cqfd).

    Voir que complot, manipulation et autre théories de l'impérialisme Etats-uniens ou du colonialisme Français dans ce qui se passe en Libye est un peu ce que j'expliquais en début de propos : une simplification simpliste de la réalité complexe d'un monde (à la fois vu par les libéraux mais aussi les "gauchistes" se nourrissant de l'idéologie pabliste ou guévariste à satiété !

    Je me fiche comme d'une guigne de savoir si Sarkozy va rebondir dans les sondages ou dans les suffrages de mes concitoyens. Ce que la France a proposé dans sa résolution onusienne adoptée c'est, certes fort tard, c'est la moins pire des solutions pour préserver l'existence d'une partie du peuple libyen menacé de massacres par son dirigeant.

    J'ai posté un commentaire à ce sujet hier fort. Il est numéroté 39.

  46. Dans notre département le PS fait la loi quelques exemples le candidat PS canton de Lagrasse je cite : " il faut voter pour nous sinon plus de subventions "...une personne s'étonne auprès des militants du PS. Réponse "ici c'est comme ça si tu n'est pas contente retourne dans le nord..."
    Dans le village du candidat celui nous interdit de distribuer des tracts du front de Gauche et menace une amende et de faire intervenir les gendarmes... Quelle rigolade.
    Ce matin il a fallu que répare le panneau officiel et le raccroche... seul panneau au sol et retourné...
    La démocratie vu par le PS dans l'aude une raison de plus de voter Front de Gauche.
    Je précise je ne suis pas encarté dans aucun parti je suis un compagnon de route du Front de Gauche.

  47. Alin dit :

    Pour la première fois en quatre ans j'ai été en désaccord avec M. Mélenchon, sur le sujet de la Libye. Non, M. Mélenchon, ce n'est pas l'ONU qui a décidé la nuit passée, mais le Conseil de Sécurité de l'ONU. Non, ce n'est pas l'ONU qui va intervenir, mais bien l'OTAN.

    Si vous avez le temps, M. Mélenchon, lisez le billet que je consacre au sujet sur mon blog, accessible en cliquant sur mon nom et réfléchissez.

    Pour votre intervention de ce matin sur BFMTV, ça faisait plaisir de vous revoir, vivement que les cantonales soient finies pour vous entendre plus souvent dans les médias nationaux.

  48. argeles39 dit :

    @ Louis ST O (#91)
    Je ne sais pas si vous l’avez déjà fait, mais il faut vite écrire et expliquer aux 450 membres et 24 experts de cette association qu’ils se trompent sur leurs calculs.
    Je n'ai même pas chercher à vérifier des calculs, si à l'évidence il faut deux chevaux pour tirer un attelage il faut avoir les deux chevaux disponibles en même temps et il faut qu'ils produisent leur effort en même temps (mais si tu n'es pas d'accord avec ce principe de physique, arrêtons là le débat et ne lis pas ce qui suit).
    Mon analyse se borne à ce constat. Mettre dans le même panier des énergies différentes pour faire face à un besoin donné (60 à 95 GW) n'a de sens que si tu peux additionner ses énergies à n'importe quel moment, et pour pouvoir les additionner il faut qu'elles soient disponibles en même temps.
    Mais admettons que je plante (je commence à prendre de la bouteille et comme tous les vieux j'ai déjà perdu pas mal de neurones), je te retourne la question : - pourquoi le divin comité des 24 ne propose pas ses solutions aux allemands qui essayent depuis 20 ans de sortir du nucléaire sans y arriver et en faisant un usage croissant du charbon, et pourtant ils ont mis le paquet les allemands (des milliers d'éoliennes installées pour plus de 22 GW de puissance installée).
    Je suis sur que les allemands seraient prêts à payer à prix d'or de tels consultants.

  49. libert dit :

    Après le tremblement de terre, le tsunami, après le tsunami, la catastrophe nucléaire, après la catastrophe nucléaire sans doute un nouveau krach boursier (avril mai ?). Est-ce "qu'ils" vont finir par comprendre...
    Au fait, je vous invite à voir les intentions de vote pour 2012 sondage fait sur le site du POST :
    "Elections 2012, si vous aviez à choisir entre ces partis, ou rapprochements, lequel préféreriez vous ? "
    Il me semble que l'on peut en tirer des conclusions relativement intéressantes

  50. stephane87 dit :

    @ Descartes

    http://leweb2zero.tv/video/isaco2_734cf68cbd8b3cd (je met un gros bémol sur la partie finale relative à la cybernétique)
    http://www.dailymotion.com/video/xeot76_le-thorium-une-nrj-cachee-par-la-fr_news

    Afin de te répondre, je vais tâcher d'être plus clair dans mes propos. Cela va au dela de l'idéologie pro ou anti nucléaire. Etant donné que tu aimes les faits (je suis en accord avec cette pensée) je vais baser mon raisonnement sur un fait simple : l'énergie pétrolière et nucléaire génère des profits colossaux. Par conséquent les personnes en charges de ces profits vont naturellement faire tous ce qui est en leur pouvoir pour conserver ces profits c'est à dire faire en sorte de freiner toute recherches alternatives à ces énergies surtout si celles ci entraineraient une energie peu couteuse voire quasi gratuite et indépendante. Bref l'intérêt de tout cela n'est pas idéologique mais purement financier. Ensuite comme tu pourra le voir dans les videos que j'ai linké ci -dessus (enfin si j'y suis arrivé :-)) je tiens à te signaler que ma reflexion par rapport à ces dernières est la suivante : la vérification de tout cela et seulement la vérification de tout cela pour obtenir des faits réels et tangible. Car compte tenu de l'importance mondiale que cela peux avoir cela mérite au minimum une enquête approfondie sur le sujet. En fait je demande juste de vérifier. On le sait l'éolien et le solaire ca marche pas ; le thorium ou la Z machine ont, parmi leurs nombreux avantages, le fait dêtre applicable très rapidement à savoir dans des délais beaucoup plus court que le solaire, l'éolien ou l'énergie marémotrice : pour reprendre tes exemples. alors ou est le piège? et bien du coté de l'intérêt financier car c'est la et seulement la que l'on verra sans doute des années ce passer avant de voir la mise en place de telles applications et c'est la que doit se situer l'idéologie : combatte leur intérêts mercantiles au détriment de...


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive