17mar 11

La planification écologique pour sortir du nucléaire. La dynamique du Front de Gauche pour les cantonales.

La bifurcation est en marche

Ce billet a été lu 21 199 fois.

Si je reprends le clavier c’est pour une mise en garde politique. J’ai quelque chose de plus à dire et je dois le faire avant minuit car cela concerne les élections cantonales. A l’heure où les carrosses sont transformés en citrouille, le silence de la propagande est obligatoire. C’est la loi.

Lire la suite…

 

Dans cette note rédigée en cours de route et entre deux escales, je parle de mon périple électoral, de ville en ville, dans la bataille pour réussir à gauche les élections cantonales. Hier soir, mercredi 16 mars, il y avait mille deux cents personnes à Toulouse au meeting du Front de Gauche. Vous allez avoir les images en lignes d’ici quelques heures. C’est le plus grand meeting de cette élection, j’en suis certain. N’attendez pas d’en voir des images sur la station voyou France 3, spécialiste des coups tordus avec nous. Rien : pas un mot, pas une image. Les petits malins qui dirigent cette station considèrent qu’elle est leur propriété personnelle et ils règlent leur compte en confisquant l’outil public. La « Dépêche du midi » relègue l’événement en page locale. Le reste de la région n’a pas besoin de savoir. Ainsi va la vie depuis 2005 année de la conjuration du «Oui ». Après quoi, bien sûr, je serai déclaré caricatural et violent par toutes ces précieuses personnes délicates et modérées. Détestez-les ! C’est un bon vaccin contre les blessures que leur mépris pourrait vous faire subir.

Merci à Jean-Marie Legros, photographe indépendant à Paris, pour cette série originale.

Ce matin-là, mercredi, j’entrai dans la belle nef de la gare de Limoges, en route vers Montauban et Toulouse pour mes réunions cantonales. J’ai reçu le SMS d’information que me fait à intervalles réguliers mon équipe lorsque je ne peux me connecter à l’or10-8-23pa_-(100)chestre universel de la machine informative. « L’empereur du Japon dit qu’il faut prier ». Je comprends. Tout est perdu. La fusion du cœur des centrales frappées va avoir lieu. Je ne sais à quel espoir me raccrocher en esprit. J’imagine la terreur de ceux qui savent, l’horreur de ceux qui vont subir. Et la tête politique, qui fonctionne toujours tandis que le cœur bat la chamade, me dit que notre histoire humaine vient de bifurquer.
Sous la belle voute de la gare de Limoges un pigeon passe. Une femme pilote une balayeuse qui laisse le sol brillant comme un sou neuf. Deux jeunes parents marchent au grand ralenti, tenant chacun par une main un enfant bien concentré sur ses premiers pas. La lumière traverse une superbe baie de vitraux modernes. Qu’il est puissant l’esprit humain capable de concevoir cette beauté et de la réaliser. Comme la vie peut être belle, aussi. Cela vaut la peine de l’aider à l’être.

Une bifurcation c’est un changement de trajectoire. L’énergie propulsive du système en cause s’exerce toujours mais dans une direction différente qui en change la nature. Au fond, la fusion du cœur d’un réacteur relève aussi de ce concept. L’histoire humaine globale va bifurquer. L’impact matériel de la catastrophe japonaise est immense dans toutes les dimensions. A court terme c’est évidemment l’impact sur l’éco-système qui va dérouler une onde d’événements aujourd’hui incalculables. Puis le système intégré de l’économie monde. Et les esprits. Les esprits ! Plus rien ne sera comme avant quand il s’agira de penser le futur. Cet événement est un tournant dans l’histoire de l’humanité. En réalité c’est lui qui nous fait entrer dans le vingt et unième siècle, celui où les êtres humains sont désormais confrontés aux limites de leur éco-système menacé d’être détruit par leurs activités.

Devant cette mise au pied du mur pour l’esprit je vérifie la solide cohérence des prémisses philosophiques de la vision de gauche. La démonstration de l’unité de l’éco-système humain, légitime l’intuition d’une communauté humaine une et indivisible préalable à toutes les différences qui la traversent. Et celle-ci établit qu’il y a un intérêt général de cette communauté globale. Comment discerner cet intérêt général autrement que par le débat argument10-8-23pa_-(136)é et contradictoire ? Ainsi est fondée l’exigence qu’existe une agora démocratique où ce débat a lieu. D’où se déduit son caractère nécessairement laïque c'est-à-dire tenant à distance toute injonction d’une vérité révélée et tout dogme qui interdirait de discuter et de choisir librement et rationnellement. Enfin ce débat ne peut avoir pour fin que cela même qui l’a fondé : la prééminence de l’intérêt général humain. Cela veut dire qu’il ne peut décider que de ce qui est bon pour tous et non ce qui l’est du point de vue de ceux qui opinent. C’est la République. La démarche va à son terme lorsqu’elle fait retour sur son point de départ. L’unité de la communauté humaine, comme elle fait de chaque être le semblable de l’autre, s’accomplit quand cette similitude des droits de chacun devient effective. La mise en commun des moyens pour y parvenir en est la politique. C’est pour nous la racine de l’idée socialiste et communiste. Je prie que l’on excuse toutes ces abstractions que je jette sur cette note pour m’aider à penser aussi fluidement que possible ensuite quand il faut décliner tout ceci en analyses, discours et mots d’ordre. Mais devant le désastre japonais, plus que jamais je me sens universaliste. Mon adhésion à la démarche intellectuelle de l’écologie politique, au paradigme écologique en quelque sorte, a refondé mon engagement républicain et socialiste. Je ressens depuis qu’il est devenu l’un des trois piliers de la devise de mon parti l’enthousiasme intellectuel et politique que provoque toujours le sentiment de retour aux sources.

Après que le sol a tremblé c’est la sphère économique mondiale qui va turbuler. Le Japon est en effet la 3e puissance économique du globe, après les Etats-Unis et la Chine. C’est le 10e pays le plus peuplé avec 127 millions d’habitants. C’est aussi le quatrième plus gros exportateur. Et le sixième plus gros importateur. La reprise japonaise qui était engagée était saluée comme une grande nouvelle. Patatras ! Un des principaux moteurs de l’économie mondiale vient de se mettre en panne. La banque centrale japonaise essaie d’éviter l’effondrement de la Bourse en injectant des milliards 10-8-23pa_-(101)de yens dans l’économie. Par exemple elle a remis l’équivalent de 54 milliards d’euros jeudi matin. Ce qui fait un total de 254 milliards d’euros sur toute la semaine. Heureusement que les Japonais n’ont pas un banque centrale indépendante à laquelle le gouvernement n’aurait pas le droit de donner des consignes. En conséquence, la dette publique du pays va faire un nouveau bond. Elle atteint déjà 220% du PIB, c’est le record du monde. La banqueroute reste possible mais le danger est moindre qu’ailleurs car cette dette n’est pas dans la main des marchés financiers internationaux.

Dès lors le vautour Moody’s qui a dégradé la note du Japon peu de temps après le séisme ne parvient pas à ajouter un nouveau drame au pays en le livrant en pâture aux hyper intérêts bancaires puisque ce pays finance son déficit avec son épargne nationale. Mais, quoi qu’il en soit, tout ceci ne répond pas aux déséquilibres fondamentaux de l’économie japonaise. C’est l’industrie d’exportation qui est le moteur de l’économie. Le Japon est le numéro un de l’industrie automobile, de l’électronique, le numéro deux de la construction navale. Cette spécialisation passe par une économie totalement extravertie, entièrement dépendante de l’extérieur. Notamment sur la plan des ressources naturelles : le territoire japonais ne pourvoit qu’à 3 ou 4 % de celles dont a besoin le pays. L’économie japonaise comme l’économie mondiale du reste repose donc sur l’existence d’une énergie abondante et bon marché qui va bientôt devenir de l’histoire ancienne.

Une discussion commence à gauche sur cette question de la transition énergétique. Pour ma part je ne crois pas à une bataille de certitudes réciproques que l’on se jetterait à la figure. Ma conviction personnelle se construit10-8-23pa_-(98) sur deux questions. La première est qu’il faut sortir des énergies carbonées qui provoquent l’effet de serre qui est le danger global majeur. A l’intérieur de la discussion sur cet objectif s’intègre la question du nucléaire. Je suis convaincu de la nécessité de sortir du nucléaire. Je crois que c’est un processus long, par nécessité. Raison de plus de ne pas perdre du temps à prendre les décisions. Mais de toute façon il y a pour cela des points de passages obligés. D’une part il faut pouvoir débattre librement, avec toutes les informations en main. Deuxièmement il faut prendre en compte un processus de sécurisation renforcée de l’industrie nucléaire et du parc de centrales du pays. Donc en chasser les logiques de profit et la cohorte d’irresponsabilités qu’elle implique. Troisièmement il faut approfondir et accélérer les recherches pour tout ce qui concerne le traitement des déchets et la réhabilitation des zones sinistrées. Dans ces conditions, à horizon de ma génération politique, c'est-à-dire pour les dix ans qui viennent, il n’y a pas de divergences concrètes entre les différentes options que la gauche présente aujourd’hui. Sinon la décision à prendre, oui ou non, de planifier la sortie du nucléaire. Je suis pour. Le Parti de gauche a débattu et tranché, il est pour. De façon lucide et concrète.

La transition énergétique est possible. Des scénarios concrets et réalistes existent. Nous pouvons notamment nous appuyer sur le scénario NégaWatt. Il a été élaboré par un collectif de scientifiques et professionnels de l'énergie pour permettre une transition énergétique crédible. Un journaliste, il faut dire que ce n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’Hervé Kempf, dans le Monde daté de jeudi, se penche sur la question d’une sortie raisonnée du nucléaire. Nous avons fait de même dès la fondation de notre parti. Puis ensuite avec un premier forum sur la planification écologique et un second sur la transition énergétique. Hervé Kempf s’intéresse donc au travail de l’association Negawatt, qui a conçu un scénario précis pour rendre possible une sortie 10-8-23pa_-(77)du nucléaire à l'horizon 2040-2050. Ce scénario a inspiré et guidé les propositions du Parti de Gauche en matière de transition énergétique. Il permet à la fois la sortie du nucléaire et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Ce plan de marche vise une division par quatre des consommations d'énergie fossile. Il se présente en trois volets : sobriété énergétique, efficacité énergétique, énergies renouvelables. La sobriété énergétique permettrait de réduire la consommation de 15% en supprimant les usages inutiles. Il n’en manque pas. Par exemple les écrans publicitaires vidéos dans le métro parisien. L’efficacité énergétique permettrait de réduire la consommation de 30% en améliorant le rendement des équipements utiles mais en changeant aussi la manière dont ils sont produits. Tout cela permettrait de stabiliser la consommation électrique à horizon 2040 alors qu'elle doublerait si on restait sur la tendance actuelle. Et pour permettre de sortir le pays de sa dépendance au nucléaire, ce scénario expose les voies du passage à 80 % d'électricité renouvelable en développant l'éolien, le solaire, la géothermie et la biomasse. Le scénario Négawatt a établi pour cela des prévisions de développement de chaque mode en fonction des potentialités estimées par des scientifiques, en fonction de la réalité naturelle et géographique de notre pays. Bien sûr en cas de catastrophe ou de recul de la sécurité, il faudrait aller plus vite encore. Encore une fois : raison pour ne pas retarder les décisions.

En vantant la "pertinence" et la "sureté" du nucléaire français, Sarkozy fait comme si le risque qui s'est réalisé au Japon n'avait aucune conséquence pour la France. Les déclarations du président ont été précédées par les interventions d'une cohorte de minimisateurs : tel Eric Besson qui déclarait dimanche qu'on était en présence "d'un accident grave mais pas une catastrophe nucléaire" ou Anne Lauvergeon, présidente d’AREVA  qui dit : "je crois qu’on va éviter la catastrophe nucléaire." Sans parler du cynisme d'Henri Guaino au grand Jury RTL LCI Le Monde, interrogé sur un éventuel impact négatif du séisme au Japon sur la filière du nucléaire français qui répond : "Je ne crois pas. Je dirais même le contraire10-8-23pa_-(99) puisque précisément la France s'est surtout manifestée par son souci de la sécurité (…) Ca devrait plutôt favoriser notre industrie nucléaire par rapport aux industries d'autres pays où la sécurité est passée au peu plus au second plan".

Or la catastrophe japonaise a révélé une faille de sécurité qui concerne toutes les centrales : un réacteur ne peut pas être refroidi et donc sécurisé sans alimentation électrique permanente. En cas de catastrophe naturelle, d'inondation, de choc radioélectrique, de ruptures des lignes d'alimentation ou des voies d'accès aux centrales rendant impossible de ravitailler des groupes électrogènes, le risque de panne des systèmes de refroidissement est réel. EDF y est confrontée comme l'opérateur japonais. Ce n'est pas moi qui le dit mais EDF elle-même dans la bouche d'Hervé Machenaud, son directeur du nucléaire : « La question que pose cet accident porte sur les limites des hypothèses que nous avions prises. Il faut les revisiter. Il n'y a pas de centrale au monde étudiée pour fonctionner sans source électrique. Ca n'existe pas. Il va probablement falloir qu'on regarde cela ».

Dans ces conditions, on comprend le choix de plusieurs pays de suspendre les constructions de nouvelles centrales ou de stopper leurs plus vieux réacteurs. L'Allemagne notamment a arrêté par précaution 7 de ses plus anciens réacteurs qui étaient promis à un allongement de leur durée de vie. Côté français, on ne fait rien. La procédure visant à prolonger la durée de vie de la centrale de Fessenheim continue. Et la centrale, ancienne et construite dans une zone sismique, continue de fonctionner.

Je suis frappé d’observer sur le nucléaire, le même discours fermé sur « la seule politique possible » que l'on retrouve dans la bouche des libéraux pour tuer le débat public sur tous les sujets. Sarkozy déclarait en 2008 qu'il 10-8-23pa_-(33)ne voyait pas "pour quelle raison il n'y aurait pas une formidable expansion du nucléaire dans le monde dans les années qui viennent". En experte de l'agitation de la peur et des affirmations non démontrées, Marine Le Pen affirme aussi quant à elle : "Reculer sur le nucléaire au moment où nous sommes entrés dans l'après-pétrole apparaît totalement fou, sauf à revenir au Moyen Age. Il faut au contraire accélérer les investissements dans le nucléaire." Dominique Strauss Kahn était aussi plein de certitudes sur le nucléaire dans son livre La Flamme et la cendre, publié en 2002 : "Je ne crois pas que l'humanité renoncera à l'énergie nucléaire. J'irai plus loin : je ne pense pas qu'il soit souhaitable qu'elle y renonce. [...] C'est pourquoi je propose que les pays développés, ceux en tout cas qui disposent de cette culture de la qualité en matière industrielle et qui cultivent l'objectif du "zéro défaut", fassent l'effort nécessaire pour développer, sur leur territoire, une production importante d'électricité d'origine nucléaire." Rien de tout cela n’est à la hauteur des circonstances. La sortie raisonnée du nucléaire et la planification écologique, voilà l’avenir raisonnable.

Dans cette dernière ligne droite de la campagne des cantonales, je passe d’une ville à l’autre. L’idée est que ma présence aide les campagnes locales. Je connais ça. Je nomadise, donc, avec ma petite valise selon la règle : pas plus de deux soirs hors de mon lit. Pas plus de trois discours par jour. Cela fait quand même déjà beaucoup, je trouve. Le choix des villes suit les lignes de chemin de fer car je ne supporte pas les heures de voitures et le temps de train peut être exploité comme temps de travail devant le clavier comme en ce moment. Parfois je monte dans l’avio10-8-5norm_-(383)n. J’en ai horreur. C’est le mode de transport le plus odieux pour ses utilisateurs. Fouilles et contrôles, grotesques et humiliants, traitement de sardines en cabine. Vos habits en boule dans le coffre à bagages, vous subissez le supplice de l’air confiné qui vous injecte à gros piston les microbes de chaque passager et vous dessèche les muqueuses pour mieux les semer en vous. Tout, dans le transport aérien commercial, vous hurle à la figure que la compagnie sait bien que vous êtes là parce que vous n’avez pas le choix. Et vous êtes traités en conséquence. Liberticide, cher, mal commode et  polluant. Bon. Il y a pire malheur, pas vrai ? Mes camarades font ça aussi, toute la semaine. Souvent en voiture. Sur place on oublie bien dès fois qu’ils ont aussi métiers et familles. L’équipe nationale qui anime le Parti de gauche est donc sur les routes. On communique par sms et coups de téléphone. Quand on peut. Car la fracture numérique frappe lourdement et toujours de façon très inopportune, hélas !

Mes déplacements suivent un itinéraire diplomatico-politique très calculé. Je ne m’en occupe pas. Une équipe de stratèges bien informés combine la carte politique et le réseau de transports collectifs pour fixer mon programme et le rentabiliser. C’est mieux qu’ils s’en occupent eux. La vérité est que j’aurais une méchante tendance à vouloir aider tout le monde et aller partout. Ce n’est pas possible. Je m’épargne le crève-cœur du contact avec les camarades qui ont besoin de moi et que je ne peux aller aider. Parfois un ou plusieurs journalistes sont du voyage. Ils écrivent sur leurs genoux, tapent et expédient leurs papiers au milieu du tumulte. Et l’autre gauche n’est pas la priorité des rédactions.

Mais une fois sur place, quelle que soit la fatigue, la magie du contact et de l’enthousiasme électrise. 500 à Sevran, 600 à Massy, 800 à Limoges, 1200 à Toulouse. C’est bien le premier tour de l’élection présidentielle pour ceux qui viennent prendre de l’énergie dans ces salles. Ou plus exactement le lien entre les deux est fait dans leur esprit, je le vois bien. Les sondages, le bla-bla du vote utile, tout cela a fait tanguer le navire. Mais rien n’a craqué, rien n’a cédé. Pour sa troisième campagne électorale, le Front de Gauche a le vent dans les voiles. Vous savez ce que je 10-8-23t_-(13)pense des sondages. J’ai assez écrit sur le sujet sur ce blog. Petit à petit le débat sur ce sujet élargit son audience. Mais enfin ceux qui y croient devraient être cohérents. Quand le sondage du « Parisien » nous place à 10 %, c’est d’une part à cinq points seulement derrière le Front National et un point devant les Verts, oui, devant, il me semble que pour eux, du point de vue de ce qu’ils disent eux d’habitude, c’est un événement, non ? Non ! Cela n’en est pas un. Le grand journaliste qui analyse se concentre sur la percée du FN et déclare que le « Front de Gauche est stable à 10% ». Et voilà ! Stable par rapport à quoi ? Pas à nos précédents résultats puisque nous avons fait sept pour cent aux régionales (6,5 pour "le parisien" de l’époque), ni par rapport aux sondages précédents (5 selon « le Parisien »). Stable, un point c’est tout ! Ce comportement bestial de haine et mépris à notre égard éclaire ce que va être la suite. Nous serons niés et contestés dans notre identité, dans nos résultats, comme nous le sommes dans notre campagne. Dès lors il faut absolument comprendre que le système médiatico-politique n’est pas le reflet de notre monde mais son arène de démonstration et que les arbitres jouent avec l’adversaire. Mais si vous le saviez déjà ne manquez pas de vous en souvenir dimanche soir. D’une part il n’y aura pas de soirée électorale sur les grandes chaines, devinez pourquoi. D’autre part le ministère de l’intérieur a l’intention de nous compter une partie de nos candidats en « divers gauche ». Enfin maints commentateurs se contentent de répéter ce que disent les autres. Et les autres répètent ce que vont dire trois ou quatre gourous des sondages. Bon appétit !


285 commentaires à “La bifurcation est en marche”

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »

  1. 1
    plic dit:

    Il y a tellement de choses à dire sur ce parcours laborieux, en trois jours, et au soutien que vous recevrez malgré cette campagne du silence sur les ondes, à dire aussi sur le trac que vous laissez filer, à votre contact, sur votre discours cohérent, massif, argumenté. tellement de choses à entendre aussi.

  2. 2
    Alin dit:

    Vous êtes incroyable... J'allais vous écrire un message (accompagné d'un article plus détaillé sur mon blog) sur Négawatt et surprise, vous écrivez dans votre billet.

    Dans le même ordre d'idées, j'espère que nous pourrons aussi aborder le sujet de la décroissance, que je nomme plutôt acroissance. Il faut que le débat soit engagé sur ce sujet. Nous ne pouvons pas obtenir des résultats concrets, malgré nos propositions de changement, si nous ne nous orientions pas vers l'acroisance.

  3. 3
    yalfeuaulac dit:

    Quelques mesures immédiates sur le nucléaire, ne posant aucun problème technique, mais hautement politiques et anti-libérales, que pourrait porter la Gauche alternative (Front de gauche et plus si affinités):

    • L’abrogation de la loi NOME qui livre la production d’électricité nucléaire au marché
    • Le retour au contrôle public total du secteur énergétique pour mettre en œuvre une transition énergétique hors de la pression de la bourse
    • La titularisation immédiate des salariés du nucléaire en situation précaire, pour les soustraire du chantage à l’emploi qui leur fait accepter des conditions de travail dangereuses, et leur permettre d’accéder aux formations à la hauteur de leur mission
    • La mise en œuvre d’une réforme de la tarification de l’énergie, pas seulement de l’électricité, avec une tranche sociale, voir gratuite, et une tranche taxant fortement les usages excessifs

    Alors oui, au-delà des slogans, on se donne les moyens de construire une autre politique énergétique. Mais croire qu’on peut le faire en laissant le secteur énergétique aux mains des Proglio, Mestralet et consorts, autant adhérer à EELV

  4. 4
    Christophe Thill dit:

    Petit retour en arrière : en 1999, Arrêt sur image s'est intéressé aux origines de la politique nucléaire française, et a interrogé ses architectes.

    "Il est aujourd'hui savoureux de ré-écouter l'ancien directeur général d'EDF raconter comment, en 1974, le gouvernement lui a donné quelques heures, un samedi matin, pour déterminer le nombre de centrales que EDF pouvait construire. Il faut entendre le Premier ministre de 1974, Pierre Messmer, expliquer benoîtement pourquoi le débat devant le Parlement est passé à l'as. L'arrêt de la construction de la centrale bretonne de Plogoff dès l'élection de Mitterrand en 1981, la catastrophe de Tchernobyl et ses rétentions d'information: autant d'étapes qui jalonnent le long silence français."

    C'est là :
    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3827

  5. 5
    jean ai marre dit:

    @ J-L Mélenchon:
    ''Après que le sol a tremblé c’est la sphère économique mondiale qui va turbuler."

    Sans lire dans le marc de café ou faire tourner les tables, on peut dire que ça va bouger.
    Où vont être fabriquer les voitures japonaises, où vont être fabriqué les composants électroniques, dont nous avons cédé les brevets ? Les japonais vont retirer leurs sous d'europe et que vont faire les compagnies d'assurances ?
    Les japonais, mythe de la croissance, mythe du savoir faire, terrasser par la faible nature.
    Quand je pense que certains osent écrire que nous ne connaissons rien, qu'il faut laisser à ceux qui savent !
    Le pain au boulanger et la démocratie au peuple.

  6. 6
    Jean Louis CHARPAL dit:

    Tout ce que dit Jean-Luc Mélenchon sur le nucléaire et qui paraît fort pertinent, me conforte dans l'opinion déjà exprimée que la politique doit prendre le pas sur les experts en tous domaines. Ceux-ci doivent faire des propositions et donner des avis, mais les décisions doivent être prises par les politiques et les citoyens.
    Il en est de même, bien évidemment, dans le domaine économique.

  7. 7
    Pulchérie D dit:

    Serait-ce la fin des attaques ou de l’indifférence simulée de la presse ?

    Titre de Libération de ce 17 mars 2011 :
    « Mélenchon arrache des applaudissements PS à Toulouse
    1200 personnes
    23h, fin du meeting et une Internationale entonnée par l'assemblée comme du Bel canto. Á Toulouse en tout cas, Mélenchon a paru ce mercredi soir comme en terrain conquis.
    »

    Mélenchon, présidons !

  8. 8
    Meligh dit:

    Encore un billet que je trouve très pertinent.
    A tous il faut continuer l'effort encore et toujours de s'intéresser, d'essayer d'intéresser les autres, de comprendre, de faire comprendre les autres, communiquer, communiquer et encore communiquer.
    Courage c'est sur la bonne voie et on accélère !

  9. 9
    Alin dit:

    @ Pulchérie D (7)

    Non, les médias ne changent pas aussi facilement, faut pas rêver au miracle :-) Les intérêts des patrons des médias n'ont pas changé en quelques jours, leurs attaquent ne cesseront pas.

    Par contre, les portes sont largement ouvertes à Le Pen et avec beaucoup de complaisance. Allez voir et écouter (faites-vous violence, il faut écouter l'ennemi) la dernière participation de Le Pen-fille sur France24... A vomir.

  10. 10
    Yannick (sympathisant pdg) dit:

    Le japon est un grand pays, il se sortira de ce drame, n'en déplaise à l'infâme Moody's.

    A l'heure des présidentielles Mr Mélenchon, le nucléaire et sa sortie vont être au cœur des débats. Il faudra alors rappeler à ce moment là que début mars, quelques semaines avant la catastrophe, vous étudiez une possibilité de sortie du nucléaire en vous intéressant à la centrale géothermique de Soultz.
    En parler maintenant serait mal venu, car trop proche et ce qui nous intéresse c'est l'humain en ce moment.

    Mais dans quelque mois, il faudra rappeler que là ou certains ont mollement réagis, vous avez anticipé. Et c'est la marque d'un grand homme politique.

  11. 11
    komorowski dit:

    Bonne nouvelle pour l'Europe qui protège.
    Les roumains, les plus pauvres de la bande viennent de voir voter une loi dans leur parlement national pour augmenter la flexiblilité sociale. Comme il n'y avait presque rien en termes de droits sociaux les voila à moins que rien ! Nous allons dans un premier temps pouvoir acheter les DACIA moins chères puis dans un second voir des entreprises partir vers ce nouvel eldorado libéral et ensuite bien sur voir continuer à détricoter nos garanties sociales et monter la misère. Vous ne croyez pas quand même continuer à vous goberger dans ce monde à la concurrence non faussée par le droit social. Par contre la bourse va bien. Deo gratias.
    Autre chose chez certains notamment à gauche la politique rend fou : voir certaine vidéo parlementaire et quelques retour de camarades conseillers généraux communistes de mon département qui se font fait houspiller par le patron départemental sous prétexte qu'un candidat front de gauche se présente dans son canton. J'ai beaucoup de sympathie pour cet homme mais la solitude du pouvoir semble l'avoir éloigné de la réalité. Qu'il se rassure il sera élu au premier tour, sans doute pas avec 80% mais ce qui compte c'est d'être élu. Triste période !

  12. 12
    Jean-Mi 41 dit:

    Encore un très bel article, bien présenté, avec des informations nouvelles et intéressantes. J'y ai même trouvé de la poésie, le tout ici donnant envie de voir Jean-Luc nous représenter à la présidentielle. Alors qu'est-ce qui cloche quelque part (notamment au sein du front de gauche) ?
    J-L M a dit: "N’attendez pas d’en voir des images sur la station voyou FR3, spécialiste des coups tordus avec nous. Rien : pas un mot, pas une image.[...] ils règlent leur compte en confisquant l’outil public.[...]. Ainsi va la vie depuis 2005 année de la conjuration du « oui ». Après quoi, bien sûr, je serai déclaré caricatural et violent par toutes ces précieuses personnes délicates et modérées. [...] Dès lors il faut absolument comprendre que le système médiatico politique n’est pas le reflet de notre monde mais son arène de démonstration et que les arbitres jouent avec l’adversaire. [...]. D’une part il n’y aura pas de soirée électorale sur les grandes chaines, devinez pourquoi. D’autre part le ministère de l’intérieur à l’intention de nous compter une partie de nos candidats en « divers gauche »."
    Attention Jean-Luc, sur ce site un dénommé "Descartes" traque impitoyablement les paranoïaques du complot conspirationniste !

  13. 13
    Nicolas B. dit:

    Beau billet, ce qui me surprend à chaque fois c'est votre clairvoyance sur ce qui fait le monde. Avec vous, avec nous la France pourra sortir de ce marasme mercantile des gagne petit et autres spéculateurs qui vilipendent notre République. Merci, pour cet perspective d'avenir.

  14. 14
    Descartes dit:

    @JLM

    Le "scénario négawatt", parlons-en... mais peut-être faudrait-il commencer par le lire. En fait de "scénario", le document tient du conte merveilleux. Grosso modo, on maintien à l'horizon 2050 la consommation électrique à son niveau actuel (420 TWh contre un peu plus de 450 aujourd'hui) mais on remplace le parc nucléaire par des énergies renouvelables: 80 TWh d'hydraulique, 65 TWh de photovoltaïque, 49 TWh de biomasse, 137 TWh d'éolien, 20 TWh de géothermie (!?) et 10 de marémoteur. Le problème, c'est que le "scénario" n'explique nullement comment ce miracle pourrait être accompli, et surtout à quel prix.

    Car un tel changement aura nécessairement des grosses conséquences économiques. D'une part, parce qu'il faudra investir massivement pour construire toutes ces nouvelles unités, et qu'on ne peut pas dépenser le même euro deux fois. Et d'autre part parce que les prix de production ne sont pas les mêmes. Si l'on prend les chiffres de ces méchants pro-nucléaires de l'Agence Internationale de l'Energie de l'OCDE, le kWh éolien coûte plus de quatre fois le prix du kWh nucléaire, et le kWh photovoltaïque plus de dix fois plus. Peut-être que les gentils anti-nucléaires de Négawatt ont d'autres chiffres ? Pour des raisons inexplicables, ils n'ont en tout cas pas jugé utile de les faire figurer dans leur "scénario". En jugeant donc en fonction des chiffres disponibles, on aboutit à la conclusion que le scénario Négawatt se traduirait par un accroissement massif du prix de l'électricité. Faudra expliquer cela aux ménages modestes...

    Je persiste et signe: sans un chiffrage sérieux, tous ces "scénarios" ne valent pas tripette. Dessiner de belles courbes imaginaires est très facile. Ce qui est difficile, c'est de montrer que ces courbes recouvrent une réalité. Et de ce point de vue, le document Négawatt n'est guère convaincant.

  15. 15
    patriste dit:

    L'énergie, comme l'eau, est un bien commun de l'humanité et devrait être géré en tant que tel, et pas comme un bien de consommation marchand. C'est une utopie, mais qu'elle est belle ! Nombre de problèmes géopolitiques seront réglés quand nous y parviendrons, si cela arrive un jour. En attendant, et cela peut paraître cynique, cette catastrophe aura une valeur pédagogique majeure, comme l'augmentation du prix du pétrole, nous incitant à plus de sobriété et de tempérance. Notre survie est à ce prix. Merci à Jean-Luc Mélenchon d'exister et de porter haut cette parole.

  16. 16
    Yannick (sympathisant pdg) dit:

    @descartes

    "Car un tel changement aura nécessairement des grosses conséquences économiques. D'une part, parce qu'il faudra investir massivement pour construire toutes ces nouvelles unités"
    Il vaut mieux voir les gens bosser pour construire des éoliennes que pour démonter des centrales et gérer leur déchet... Nos centrales vieillissent, il va falloir en bâtir de nouvelles, combien cela coute t'il ? De construire la nouvelle ? Et le démantèlement des anciennes ? Les travaux sur la fusion, combien on'ils couté ?

    "le kWh éolien coûte plus de quatre fois le prix du kWh nucléaire, et le kWh photovoltaïque plus de dix fois plus."
    Bien sûr, mais travaillons un peu sur les rendements. Le rendement actuel d'une éolienne est de 20 %. Il y a certes fort à travailler, mais ce rendement peut être poussé. Si l'investissement sur l'éolien ou le photovoltaïque (ou d'autres énergies renouvelables) avait été à la hauteur de celui sur le nucléaire, vos chiffres auraient de la valeur. Or nous sommes loin du compte. C'est une industrie qui a encore des progrès à faire, il faut l'aider.

  17. 17
    Paul dit:

    @ Yannick

    Si était toujours sûr des résultats de nos recherches ! En outre ce n'est pas à défaut de la recherche de nos voisins qui font tant référence en matière de recherche dans les énergies nouvelles.
    Limiter les chercheurs à venir confirmer une volonté politique mène à l'impasse.

    Picasso disait: " Il y en a qui cherchent, moi je trouve".

  18. 18
    Madeleine dit:

    "Les chiens aboient, la caravane passe"
    A JL Mélenchon : Les journalistes ? Laisse tomber. De toutes façons ils croient être plus écoutés que nous (Front de gauche, pas si facile à construire), mais ce n'est qu'une apparence. En ce moment ils jouent un drôle de jeu en donnant une telle importance à Marine Le Pen. Mais n'as-tu pas toi aussi accepté un duo (duel) avec elle ? Avais-tu raison ?
    En écrivant ce message, j'écoute d'une oreille l'émission C dans l'air. Ils disent que "Mélenchon en se prononçant contre le nucléaire risque de se faire des ennemis au Parti Communiste". Erreur, tous les communistes ne sont pas pour le nucléaire. Trop facile de parler à la place des autres (ce que font les journalistes).

  19. 19
    Wawa dit:

    S'il vous plaît, n'appelez pas à la haine, jamais, c'est trop laid, trop dangereux et bête. Il n'y a pas de haine sous la lumière des Lumières auxquelles vous vous plaisez, si souvent, à faire référence. On met la haine en pâture à la barbarie du bon peuple comme pendant à celle de l'oligarque et on oublie, puis on perd le cœur et il est trop tard, on pleure en épongeant le sang coulé. Si j'avais su, si j'avais su... Nous savons, nous avons l'expérience de la haine.
    A la fraternité camarades ! Même envers les contradicteurs de toutes sortes.
    Fraternellement

  20. 20
    Hold-up dit:

    Descartes
    "En jugeant donc en fonction des chiffres disponibles, on aboutit à la conclusion que le scénario Négawatt se traduirait par un accroissement massif du prix de l'électricité. Faudra expliquer cela aux ménages modestes.."

    Comme si la facture d'électricité qui gavent les actionnaires et ponctionne les ménages n'existaient pas déjà ! Comme si la facture de gaz n'écrasait pas déjà les familles modestes et les autres ? Factures de gaz abusivement indexée sur le prix du pétrole... Un peu court comme argument. Dans l'autre cas de figure, celui du PG et je l'espère du FdG, l'argent sera pris dans les poches pleines. Tout le monde sait où il se trouve. Beaucoup de personnes et d'entreprises du Cac 40 ont gagné par le rapt et la cupidité nihiliste des sommes astronomiques d'argent ! La schlague des agences de notations qui s'abat et assassine en ce moment le Japon et son peuple doit nous permettre de parfaitement nous situer sur l'échiquier politique. Que l'alarme retentisse ! Quand on sait que l'entreprise Total ne paiera aucun impôt cette année, on ne doit pas s'attarder à tronquer une démonstration en dénigrant le projet " négawatt ". Il faut ouvrir le champ des payeurs et ne pas faire peur aux françaises et aux français, modestes ou pas.Sans compter la gabegie. Que vaut une pseudo-démonstration sans que celle-ci ne prenne un angle plus large de validation et la réalité nouvelle des temps présents à l'heure de Fukushima ?

  21. 21
    Jean le hussard dit:

    Pas de soirée électorale dimanche ! ça je n'y avais pas pensé. Le pouvoir actuel respecte totalement l'accès de tous à l'info !
    Pas de commentaires des politiques dont vous M Mélenchon. En fin il restera le net mais tous n'y ont pas accès.
    Ce que je redoute le plus c'est un taux d'abstention très fort. Les exemples récent de la "dignité" de ceux qui nous gouvernent (Le petit qui va avoir qqs soucis si le" Kadadingue" nous donne les relevés de mouvements de fonds en 2007 pour sa campagne : info ou intox ? les MAM et autres ministres impliqués dans les trafiques d'influences...) Cela ne relève pas le niveau de la moralité supposée des "élites".
    A nous tous de prouver par notre combat et nos vies perso que nous sommes des hommes et des femmes recommandables, dignes et responsables de nos pensées et actes.
    Plus la nouvelle classe politique d'un réel front de Rénovation Républicaine sera exemplaire, plus nous aurons des succès. Nous avons passé depuis le choc du 11 septembre une nouvelle épreuve (surtout bien entendu les Japonnais) qui complète la démonstration que le monde "libéral à outrance" est mortifère. Tueur de l'Humain ! Ce monde dresse les nations entre elles (Nord exploitant les richesses du Sud) mais il ne fait aussi, ce triste monde que spéculer sur l'économie fictive et la rentabilité à tous les prix (en construisant des centrales nucléaires n'importe où) avec le plus grand des cynismes ! Oui nous entrons dans le XXIème siècle avec nos erreurs passées. Il faut définir de nouvelles règles du jeu. Une Constituante en France. Une nouvelle ONU (suis anéanti par les lenteurs des N U à prendre une décision / Libye) et je ne parle même pas de cette escroquerie d'Union Européenne qui ne règle rien en dehors du calibrage des cerises !

  22. 22
    de passage dit:

    A votre avis, qu'est-ce qui sera le plus dur à supporter pour les jeunes générations (s'il en reste!), le "poids de nos retraites" ou la destruction de la planète?
    La dette écologique, c'est eux qui la paieront!

    Je préfère m'éclairer à la bougie, comme disent les partisans du nucléaire, plutôt que de servir moi-même de bougie la nuit!

  23. 23
    Racines dit:

    Jean Luc
    Votre engagement à nos cotés et votre parcours politique force le respect.
    Je vous ai écouté hier soir à Toulouse ainsi que C. Picquet et MP Vieu et votre, notre, combat finira par triompher car il est juste.
    Merci, vos discours nous réchauffent le cœur et nous font à nouveau croire en la gauche, nous qui avions perdu l'espoir.
    Je me permets à mon tour une citation de Marat : " Quelquefois les plus petits ressorts font mouvoir les plus grandes machines"

  24. 24
    Pascal dit:

    Bonjour à tous,

    Concernant le paragraphe "Ce plan de marche vise une division par quatre des consommations d'énergie fossile. "
    Au delà de tout ce qui a été avancé, il serait intéressant de commencer à faire circuler l'idée du recul de l'obsolescence programmée qui a nécessairement un fort impact énergétique.
    Bon courage et à bientôt

  25. 25
    Jean-Mi 41 dit:

    A tous ceux qui se posent la question du financement du progrès: déja en temps de guerre [mondiale] est-ce qu'on a eu des difficultés à produire des milliers de bombes, de milliers de canons, de chars, porte-avions, avions et autres ?
    Plus actuel et en schématisant à l'extrême, selon moi :
    1- il faut absolument reprendre aux banques privées le seul droit de battre de la monnaie et redonner ce droit à l'état (la production de la monnaie actuellement correspond aux seuls intérêts versés aux banques privées ou peut-être à une dette exponentielle épée de Damoclès)
    2- il faut rendre à la monnaie la seule fonction pour laquelle elle a été inventée, c'est à dire faciliter les échanges, le commerce et stocker si nécessaire la valeur équivalente à un travail de façon à pouvoir le restituer en différé
    3- par conséquent il faut arrêter de faire de la monnaie un produit (commercial) financier
    4- la valeur (ajoutée) du travail effectué qui correspond donc à une "richesse" doit correspondre à une création de monnaie
    5- la masse monétaire en circulation doit être nécessaire et suffisante, sa circulation doit être encouragée.
    Réfléchissez déjà sur ces quelques propositions à vérifier et vous verrez certainement qu'un autre mode de fonctionnement est possible.

  26. 26
    Pascale dit:

    @ Descartes
    "Je persiste et signe: sans un chiffrage sérieux, tous ces "scénarios" ne valent pas tripette. Dessiner de belles courbes imaginaires est très facile. Ce qui est difficile, c'est de montrer que ces courbes recouvrent une réalité. Et de ce point de vue, le document Négawatt n'est guère convaincant."

    Vous avez déjà vu un gauchiste réaliste ?

  27. 27
    Nicolas B. dit:

    Pourquoi Descartes n'était pas conseiller de De Gaule ou Pompidou à l'époque, on aurait abandonné le nucléaire car techniquement trop cher, pas rentable, etc.... Avec ce genre de raisonnement, on ferait pas grand chose sur ce bas Monde. Avec les chiffres on fait ce qu'on veut, l'homme est suffisamment retord pour manipuler leur présentation dans son intérêt. Si on veut comparer les différentes source d'énergie et leur coût, servons nous aussi des coûts de la recherche, des expérimentations, de l'impact dur l'environnement, des déchets, des risques, après on pourra avoir un avis objectif.

  28. 28
    Fer dit:

    Le monde est en bifurcation! On va de surprises en surprises.Il va y avoir une bifurcation aussi dans la politique française, une grande surprise.Nous faisons confiance à toi Jean-Luc pour un vrai changement en Europe.

  29. 29
    sha1966 dit:

    Meme hulot veut en sortir
    http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/61599/date/2011-03-14/article/nicolas-hulot-le-nucleaire-doit-faire-lobjet-dun-referendum/
    Et encore bravo Jean Luc!

  30. 30
    pierrot dit:

    Bonjour,

    Je tiens aussi à ajouter, à titre d'information que l'isolation des logements permettrait d'économiser énormément d'énergie.
    On pourrait, si on isolait correctement tout les logements en France réduire de moitié la consommation d'énergie lié au chauffage. Ce n'est pas rien.
    Mais bien sur, les gens qui n'isolent pas leur logement ne sont pas de salauds égoistes, c'est juste que ca coute cher, et que bon nombre de nos concitoyens vivent dans des logements insalubres. Ils ont donc d'autres priorités.

  31. 31
    jjd dit:

    Si on se revendique de la raison, il faut analyser le pourquoi de ce qui se passe au Japon, et non pas considérer soit que ce n’était pas possible soit que c’était fatal.
    Il y a des causes tout à fait rationnelles :
    L’appât du profit qui a fait négliger à Tepco les différents avertissements de sécurité qui, on commence à le constater, ont été émis.
    La soumission traditionnelle, encore très forte à l’autorité établie (Etat, entreprise) qui n’a pas du aider à la diffusion des critiques.
    L’environnement géographique et géologique qui n’a rien d’universel : le séisme à ce niveau et le tsunami.
    C’est le tsunami qui a mis hors jeu tous les moyens électriques de secours et qui, dans un environnement dévasté, a rendu très difficile l’acheminement de moyens de secours.
    Question : combien y a t-il en France de centrales exposées à un risque Tsunumi ?zéro.
    Entièrement d’accord sur la maîtrise publique, sur la critique de la marchandisation du nucléaire (comme du reste) sur la mise en sécurité, sur la nécessité d’un débat, mais il serait souhaitable que la conclusion (sortir) ne vienne pas avant le débat.
    Sur Negawatt, çà repose sur beaucoup d’impasses et c’est largement fictif : l’éolien et le solaire sont intermittents et exigent un relais thermique (gaz, charbon) sur la plus grande partie du temps, sauf à considérer qu’on accepte d’avoir de l’électricité seulement quand le vent souffle. De fait, Negawatt compte sur un recours accru au gaz en prévoyant (espérant) que les « renouvelables » pourront prendre le relais …. après 2040.
    L’expérience allemande, c’est cela aussi : le gaz (Schroeder émarge maintenant chez Gazprom), le charbon, le lignite.
    Je reconnais tout à fait à d’autres le droit de vouloir sortir du nucléaire, mais en l’état actuel des choses, cela implique un recours plus important aux énergies carbonées, avec des effets que l’on commence à mesurer : golfe du Mexique, gaz de schistes, etc.

  32. 32
    stbod dit:

    Certes l'actualité est très chargée, mais le blog de Jean-Luc Mélenchon met à mon goût un peu trop entre parenthèses la stuation en Libye. L'omission est presqu'aussi grosse que France 2/3 pour un meeting du Front de Gauche.

    D'une façon générale, Chavez est à côté de la plaque sur le sujet Libyen. La gauche Européenne encore plus silencieuse que les gouvernements européens. Jean-Luc Mélenchon ne m'a pas trop convaincu avec tout ce blabla sur les "would" et les "should" (cf dernier billet).

    Moi qui suis Parti de Gauche à 200%, le coup est très rude, pour la première fois, de me sentir plus en phase avec Sarko/Valls/BHL sur le sujet Libyen qu'avec la gauche et ses tergiversations coupables.

  33. 33
    Michel Matain dit:

    @ 33 stbod
    le coup est très rude, pour la première fois, de me sentir plus en phase avec Sarko/Valls/BHL sur le sujet Libyen

    Pour moi c'est l'inverse ! BHL parlait du danger islamiste à propos de la Tunisise et a toujours soutenu Israel contre les Palestiniens, et aujourd'hui ce type est contre Kadhafi ? ça sent le roussi. Sarkozy voulait que sa police apporte son expertise pour mater les Tunisiens et aujourd'hui il est en tête du front contre Kadhafi ? ça sent mauvais.

    J'ai horreur de Kadhafi et de sa dictature mais quand des BHL et des Sarkozy, soutenus par l'héritier de Thatcher, en font des tonnes pour soutenir la démocratie et la révolution, je cherche où est le piège. Peut être du côté du pétrole... Comme en Irak ?

  34. 34
    Françoise dit:

    Merci Jean Luc pour vos derniers écrits, je me disais qu'en plus d'être un homme politique enthousiasmant, vous êtes aussi un bon écrivain et mon engagement dans le Parti de Gauche me confirme que je ne me suis pas trompée et que c'est nous qui avons raison

  35. 35
    stbod dit:

    Désolé, je ne suis pas convaincu, Michel. je ne veux pas polluer le billet de Jean-Luc, qui est avant tout consacré, et c'est bien normal, à la sortie nécessaire du nucléaire, mais voici ma dernière réponse sur le sujet :

    - pendant qu'on discute de géostratégie pétrolière, les insurgés civils sur place, et les militaires qui ont eu le courage de changer de camp vont se faire massacrer par Kadhafi.
    - "Le piège du pétrole" ? c'est-à-dire ? dans l'ombre, les dictateurs saoudiens, les lobbys pétroliers de tout poils espèrent de tout coeur que Kadhafi va écraser la rebellion et mettre fin à la contagion démocratique. Les intérêts pétroliers vont dans le sens du statu quo.
    - La victoire de Kadhafi aboutira 1- 1 un bain de sang de citoyens courageux qui y ont cru / 2- A la fin du printemps arabe en général (et accessoirement 3- à un regain de fanfaronnades de Kadha-fou)

  36. 36
    Née un 19-Août dit:

    Superbe article et très pertinent.

    De toutes façons, certains d'entre nous sont déjà dans la décroissance (ou l'acroissance comme le dit Alin #2) car la vie est chère, les revenus bas, et ça ne va pas s'arrêter, du moins pour le moment. Par exemple : plein de gens (j'en suis) ont renoncé à partir en vacances (donc pas de déplacements en voiture ou en avion). D'autres (c'est aussi mon cas) font très attention à leur facture d'électricité en contrôlant rigoureusement la température chez eux, s'habillant plus pour ne pas trop chauffer, sous peine d'exploser leur facture d'électricité. D'autres encore rationnent leurs déplacements, se limitant au minimum (en général le boulot). Donc la décroissance, n'en déplaise à certains, s'impose déjà via le prix de l'énergie, à défaut de s'imposer par le choix délibéré de la sobriété. Il n'y a pas de liberté dans la pauvreté.

    Il faut relire Jacques Ellul, qui avertissait il y quelques décennies sur les dangers du "tout-technologique" qui promet qu'un problem technologique sera résolu par une solution technologique. J'ai la nette impression qu'au Japon, cette promesse ne sera pas tenue : on noit d'eau ces réacteurs, mais après, quid de cette eau ? Il faut bien comprendre que si cette eau s'écoule dans l'océan tout juste voisin, ou si un autre tsunami survient suite à une réplique violente, toute cette eau déversée sur les réacteurs et hautement contaminée, ira polluer l'Océan Pacifique, le corps d'eau le plus important de notre planète. Par le jeu des courants, la pollution s'étendra partout à terme.

    Bon, Mr Mélenchon, vous venez quand dans le Sud-Est ? Je comprends vos explications pour votre tour de France de soutien au FdG. Je n'ai pas vu de déplacement prévu dans les Alpes-Maritimes sur le site du PG... Je sais que le 06 est conservateur, mais c'est bien ces terres désolées qu'il faudrait arroser de votre enthousiasme. J'aimerais vraiment pouvoir vous entendre en vrai !

  37. 37
    Descartes dit:

    @Yannick (#16)

    Il vaut mieux voir les gens bosser pour construire des éoliennes que pour démonter des centrales et gérer leur déchet...

    Les centrales il faudra les démanteler quoi qu'il arrive. Si tu veux construire des éoliennes, il faudra rajouter de l'argent.

    Nos centrales vieillissent, il va falloir en bâtir de nouvelles ?

    Seulement si on renonce à les prolonger. Si on les prolonge, la plupart seront encore en service en 2050. Encore une fois, "sortir du nucléaire" revient à mettre au rebut des installations qui valent une centaine de milliards d'euros. Et pour les remplacer, il faudra mettre l'équivalent. Alors, avant de proposer la sortie du nucléaire, mieux vaut vérifier qu'on est prêt à payer le prix...

    Si l'investissement sur l'éolien ou le photovoltaïque (ou d'autres énergies renouvelables) avait été à la hauteur de celui sur le nucléaire, vos chiffres auraient de la valeur. Or nous sommes loin du compte.

    En France peut-être, mais pas en Allemagne, ou l'investissement dans la recherche sur les ENR est massif. Comment tu expliques qu'en Allemagne aussi l'éolien et le solaire soient beaucoup plus chers que le nucléaire ? Soyons sérieux: l'argument de l'investissement n'a aucun sens.

    C'est une industrie qui a encore des progrès à faire, il faut l'aider.

    Pourquoi pas. Seulement, cette "aide" coûte cher. Si les gens sont prêts à renoncer à d'autres choses pour mettre de l'argent là dedans, moi ça ne me pose aucun problème. Seulement, il faut leur dire la vérité: le "scénario Négawatt" est très loin d'être gratuit (à supposer qu'il soit réalisable techniquement).

  38. 38
    Sonia Bastille dit:

    @ stbot

    Je pense que la résolution de l'ONU, à l'initiative de la France est la moins pire des options et aussi est la dernière chance pour stopper la folie meurtrière du tyran kadhafi. La femme républicaine et de gauche que je suis, aurait préféré que se monte, s'organise des brigades internationales qui aurait combattu aux côté du peuple libyen en insurrection pour sa liberté et qu'après on arme et finance ces combattants un peu comme on le fit au moment de la Guerre civile espagnole.

    Mais hèlas c'est trop tard. Kadhafi en repris l'offensive, sème la terreur, bombarde et tue son peuple avec un violence aveugle qui décuple les choses vu qu'il a retourné la situation du fait de l'attentisme des autres nations et notamment des pays occidentaux et de la Ligue arabe.

    C'est la dernière solution, une mauvaise solution, certes car nous allons devoir faire la guerre, nous français, mais c'est la seule solution pour éviter qu'un génocide et des bombardements massifs aient lieu en Libye. C'est clair qu'il faut stopper le tyran. Avoir attentu, nous met tous dans la plus pénible des positions et offre une solution a minima qui peut apparaître comme de la dernière chance pour éviter le pire !

  39. 39
    Yannick (sympathisant pg) dit:

    @ Descartes

    On aura l'air encore en avance sur notre temps, quand nous construirons des centrales nucléaires que personne ne voudra plus... Nous en reparlerons dans un an, quand chacun aura compris l'ampleur du désastre.
    A Tokyo, 35 millions d'habitants, le niveau de radioactivité est "inquiétant". Cela ne semble même pas ébranler vos certitudes.

  40. 40
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    @ - 32 - jjd

    "Question : combien y a t-il en France de centrales exposées à un risque Tsunumi ?zéro."

    On n'a pas de tsunami, mais on a des tempêtes...
    En Décembre 1999, la tempête "du siècle" prénommée "Martin" a poussé la marée au-dessus de la digue soit-disant sur-dimensionnée de la centrale du Blayais (Gironde) et nous a fait frôlé le même accident qu'à Fukushima: circuit de refroidissement noyé, circuit de secours en panne, et tout le tremblement (si je puis dire)...

    Comme dirait Besson, c'est bien la preuve que le nucléaire français est le plus sûr du monde et que les Japonais ne sont vraiment pas malins.

    Un autre genre de question.
    Paraît qu'il faut avaler des pastilles d'iode pour contrecarrer le cancer de la thyroïde en cas de retombée radio-actives.
    Un truc que je me demande: pour contrecarrer la leucémie et le cancer du poumon, entre autres gâteries également engendrés par ce genre de fantaisies climatiques, les pastilles d'iode ça marche aussi ?...

    Dernier truc: les quatre cinquièmes des fabricants de panneaux solaires et d'éoliennes sont chinois.
    On ne sait pas faire ça nous ?
    Ou bien est-ce parce-qu'on a tout misé nos sous sur le nucléaire et qu'il ne nous reste plus rien pour le reste ?

  41. 41
    adzo dit:

    @descartes :

    "on ne peut pas dépenser le même euro deux fois"
    tiens j'ai déjà entendu ça dans la bouche de quelqu'un... c'était monsieur Jean-marc Jancovinci, quelqu'un qui prétend que le nucléaire est indispensable et serait la solution énergétique pour le monde de demain.
    Demandez lui un peu combien de morts pour tchernobyl... pour lui il n'y a presque que les morts de l'explosion elle-même. D'ailleurs ça ne vient pas de lui mais d'études "d'experts" qu'il récite.
    Les fanatiques ne se limitent pas à la religion, ou plutôt devrais-je dire que la pseudo science est devenue une religion officielle internationale, au point que des rapports de soit disant experts complètement biaisés et malhonnêtes ont plus de valeur aux yeux des gens que toute l'intelligence anonyme du monde.
    Pour la shoah il est interdit de nier l'évidence, mais pour les morts irradiés...
    Beaucoup de personnes se sont faites avoir par le faux rationalisme truqué de nos experts officiels.
    Maintenant avec cette catastrophe, les mensonges déguisés apparaissent pour ce qu'ils sont.

    Le nucléaire, l'énergie la moins chère ? en excluant le coup de démantèlement des centrales ainsi que le coût de la gestion des déchets, l'écart est évidemment important. Mais franchement, vouloir nous faire croire que le nucléaire est une énergie propre... avec les déchets que ça produit, et qu'elle est inépuisable alors que c'est une énergie fossile, c'est se fiche de nous. Quand à la fusion c'est pas demain que le confinement du coeur la rendra rentable.

    Et puisqu'on parle de prix parlons-en, le prix du renouvelable ne peut que diminuer, celui du nucléaire de fission ne peut qu'augmenter avec la lente raréfaction des mines et l'épuisement des réserves stratégiques, voir sur le site d'areva : http://www.areva.com/FR/activites-630/le-marche-du-business-group-mines.html
    Alors si on veut vraiment notre indépendance énergétique il vaut mieux faire autre chose que du nucléaire...

  42. 42
    gugus69 dit:

    @Prolo du Biolo
    Raconter des âneries sur un air badin n'en fait pas des vérités.
    1/ Jamais la centrale du Blayais n'a connu le même niveau de danger que Fukushima ! Comment peut-on même comparer un incident de niveau 2 et un niveau 5 ou 6 ? D'ailleurs, depuis, des travaux lourds de sécurisation ont été menés à bien.
    2/ Aucune étude épidémiologique à l'échelle mondiale n'a jamais montré un accroissement des leucémies ou des cancers du poumon dus à des accidents nucléaires. Par ailleurs, effectivement, si on avait pu distribuer largement des pastilles d'iode en Ukraine au moment de la terrible catastrophe de Tchernobyl, on aurait évité 300 000 opérations de la thyroïde et autant de traitements à vie.
    3/ L'immense majorité des éoliennes installées en Europe sont produites en Allemagne et au Danemark... Pas en Chine.
    4/ L'usine Bosch de Vénissieux (69) qui produisait des pompes à injection Diesel, va désormais produire des panneaux solaires... et perdre (encore) 100 emplois.

  43. 43
    Erick dit:

    @ 18 madeleine
    Merci de ce rappel:
    "En écrivant ce message, j'écoute d'une oreille l'émission C dans l'air. Ils disent que "Mélenchon en se prononçant contre le nucléaire risque de se faire des ennemis au Parti Communiste". Erreur, tous les communistes ne sont pas pour le nucléaire. Trop facile de parler à la place des autres (ce que font les journalistes)."

    Militant P.C.F., je suis engagé contre le nucléaire, et la question est débattue depuis bien plus longtemps qu'on ne le dit au P.C.F. ! Mais dans la république bananière des médias, tous les militants sont des clones. Ainsi les militants du P.G. sont des substituts du NPA plus radicalement opposés à DSK qu'à Sarkozy, etc., etc.
    Formater pour mieux identifier, et ainsi créer des crispations entre composantes du F.D.G. ! Sauf que tout cela sort de leurs rêves frauduleux et manipulatoires. Le F.D.G. tiendra et devriendra incontournable, surtout si nous faisons un bond en avant aux cantonales.
    Le même rêve de ces gens n'est-il pas de nous faire admettre par tous les moyens que le F.N. sera au premier tour ?
    La force des militants F.D.G. est justement de débattre et ne pas être des clones, ce que ces clowns (tristes) de journaleux devraient dire.

    A noter la réaction de P. Laurent sur "la la nécessaire évolution du mix énergétique": " C'est donc un débat d'ensemble qui doit avoir lieu et une mise à plat générale de nos choix énergétiques." Les mentalités changent, trop lentement pour certains, certe, mais des questions sont posés et des débats en cours.

    Ce débat ne doit pas être confisqué par les Verts. Comme le disait une de nos affiches électorales, "le capitalisme n'est pas soluble dans l'écologie".

  44. 44
    gugus69 dit:

    @Adzo
    Pourquoi parler d'experts entre guillemets ?
    Ceux de l'ONU ou de l'OMS sont-ils des guignols ?
    Ils s'accordent sur le chiffre de 5000 morts pour Tchernobyl. Ça me paraît suffisamment lourd, non ?
    Sans compter les milliers de malades.
    Je suppose que pour vous les seuls experts qui vaillent sont les anti-nucléaires, c'est votre choix...
    Quant à parler d'énergie fossile à propos de l'uranium, c'est impropre, car il s'agit d'un métal et d'un des plus répandus sur la planète. On n'est pas près d'en manquer ! Même si je vous concède que son coût d'extraction pourrait enchérir. Et pour ce qui est du coût des déchets, ça n'a rien d'exorbitant ; mais vous pouvez soutenir l'EPR : il produit 30% de déchets en moins...

  45. 45
    Hold-up dit:

    Stbod :
    "Moi qui suis Parti de Gauche à 200%, le coup est très rude, pour la première fois, de me sentir plus en phase avec Sarko/Valls/BHL sur le sujet Libyen qu'avec la gauche et ses tergiversations coupables"

    C'est quoi encore ce délire ? Kadhafi a sponsorisé la campagne électorale de l'UMP, le fils kadhafi finançait le parti d'extrême-droite autrichien de Jörg Haider et c'est Tony Blair qui a redoré la blason du dictateur en le faisant inviter dans les cercles aristocratiques britanniques avant de le revendre " vierge " à la " communauté internationale". Franchement, on se demande où pourrait être nos "tergiversations coupables ? " Le Parti de Gauche a renouvelé son soutien au peuple Libyen et Jean-Luc Mélenchon a voté au parlement européen pour une zone d'exclusion aérienne sous mandat de l'ONU (et non pas sous commandement américain de l'Otan, la nuance est importante n'est-ce pas ? ) - alors qu'est ce qui vous arrive en venant poster des messages d'intox ici et tenter de jeter le trouble sur le blog ? Il y a des coulisses dont nous ne connaissons pas les tenants et les aboutissants. Quand on sait le soutien de l'UMP et de Sarkozy à la dictature khadifiste, on peut légitimement se demander en quoi la marionnette " BHL " n'était pas plutôt une opération de diversion pour ne pas trop perdre la face et faire semblant d'être du côté du peuple Libyen. Je vous rappelle que le peuple en révolte est en train de mourir du fait des milliards de vente d'armes à la dictature par le gouvernement Sarkhozy - BHL qui a soutenu les invasions US et ne dit pas un mot sur les camps de concentration américains, ni sur les centres de torture US, se piquerait soudain d'un sentiment pro-arabe après avoir copieusement insulter ces peuples depuis 10 années sur son blog ? Vous m'en direz tant. Une belle opération médiatique en tous les cas puisqu'elle semble avoir convaincu pas mal de grands naïfs. Manuel Vals est évidemment la cerise UMP sur le...

  46. 46
    Nicolas B. dit:

    La résolution de l'ONU est adoptée, une lueur d'espoir pour les combattants de la liberté. Je pense que c'est une bonne chose, pour le peuple Lybien. Bien que l'on ne sache pas ou ça va nous mener. La France est au devant de la scène avec l'Angleterre, elle demande que des pays arabes participent pour faire maintenir cette résolution d'exclusion aérienne, pour une fois je suis d'accord avec M Juppé. J'espère que la révolution Lybienne en profitera, et que ça incitera les divers états autoritaires à modifier leurs agissements.

  47. 47
    Doudou dit:

    Cher Jean-Luc,

    Après avoir vu le film Gazland sur la folie que constitue l'exploitation du gaz de schiste, je pense à ce que pourrait donner la méthode de fracturation du sous sol en Ardèche, à deux pas du site nucléaire de Tricastin, lui-même déjà soumis à un risque sismique.
    La déstabilisation des sous sols à grande échelle ne peut qu'aggraver les mouvements sismiques, eux mêmes faisant sans doute, pour des raisons de coût, l'objet d'une sous estimation du risque. Bien entendu la privatisation de la filière nucléaire, et d'une manière générale, de la production d'énergie ne peut conduire qu'à des catastrophes.

  48. 48
    stephane87 dit:

    bonjour a tous

    Voici de nombreuses semaines que je lis regulierement les billets de Jean Luc ainsi que les commentaires qui s'en suivent. Aujourd'hui je me lance pour d'abord dire mon accord sur l'ensemble des positions que prend Jean-luc et ce tant au niveau national bien sur, que international (petit bemol sur Cuba que je connais bien). Pour la première fois depuis la fin des années 1970 je vois à nouveau se profiler un réel espoir de changement humaniste, de lutte contre l'obscurantisme rampant et cancereux qui nous bouffe depuis plus de vingt ans. Je n'étais pas vieux en 1981 mais c'est la seule fois de ma vie que, en ce jour de mai, je lisais sur les visages de tant d'homme et de femmes (dont mes parents) le bonheur de voir enfin arriver le temps des valeurs humanistes et socialistes de paix de progrès social et humain. Pour la première fois depuis tout ce temps renait en moi, à nouveau, l'espoir d'une solution. Cher Jean-luc avant que vous arriviez j'en était rendu à renoncer à ma citoyenneté ; j'entend par cela, pour citer une vieille chanson de renaud (ok on a les références que l'on peux :-)) qui disait en substance : " je ne ferais pas comme les autres cons qui vont aux urnes voter pour celui qui les fera crever ". Grâce à vous je me sens à nouveau citoyen et je crois à nouveau que si il en existe un qui ne soit pas dans cette catégorie et bien c'est vous. Je sais bien qu'à votre niveau ceci représente peu, seulement dans mon microcosme c'est d'un tout autre effet. Voila en substance ce que je souhaitais vous dire en ces quelques lignes écrites depuis une région limousine qui à toujours su être resistante (d'ailleurs si en plus du chant de l'international vous pouviez ajouter celui du chant des partisans en enlevant bien sur les deux couplets faisant références aux armes et à la dynamite car, bien que ne soyons pas en guerre une resistance s'impose face au système capitaliste en place et replacé dans ce contexte ce chant prend...

  49. 49
    nomade dit:

    Cher Jean-Luc,
    C'est ma première intervention sur ce blog que j'ai découvert il y a une trentaine de jours. Nous cheminons dans le même esprit, me voila moins fou. Merci !
    Pour revenir au sujet de ce billet, je revois encore Mme Bachelot pendant la canicule de l'été 2003 prodiguant des conseils hautement qualifiés (garez vous à l'ombre) pendant que les niveaux des cours d'eau baissaient dangeureusement et les autorisations de rejeter de l'eau trop chaude étaient accordées à tour de bras menacant ainsi l'écosystème. Elle a fait s'évanouir un mythe: celui de la fiabilité du nucléaire français. Depuis la catastrophe au Japon les caméras se tournent vers nos centrales pour savoir s'il y a des risques d'innondation sur nos installations. Mais pourquoi ne pas plutot poser la question du risque sècheresse ?
    La propagande officielle dit que le nucléaire empêche le réchauffement climatique mais ne dit pas que le réchauffement - qui a déjà commencé - s'attaquera à nos centrales en raréfiant l'eau. Je prie pour qu'il ne soit pas déjà trop tard.
    Il faut donc envisager d'autres sources d'énergie. La géothermie est souvent citée mais j'ai des doutes sur sa généralisation car il y a aussi des éffets indésirables lorsqu'on remonte à la surface des matériaux provenant des couches profondes. Depuis quelques temps, il me trotte dans la tête une hypothèse que je voudrai tester ici:
    Connais-tu le projet "desertec" ?
    Les points positifs:
    - nous sommes en train de faire l'Europe(est/ouest) mais aujourd'hui c'est aussi sur l'axe nord/sud qu'il faut progresser,
    - les pays producteurs d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient nous envoient l'électricité et nous leurs fournissons des denrées alimentaires produites sur nos vastes surfaces agricoles,
    - ce captage d'énergie semble le plus neutre pour l'environnement. Bien sûr il reste encore beaucoup à apprendre pour mieux cultiver le soleil.
    -...

  50. 50
    stephane87 dit:

    Suite de mon précédent post et pour répondre aux divers commentaires traitant du nucléaire.

    Pour répondre a gugus69 et Descarte je vais tâcher de mettre ci-dessous un lien de deux vidéo (avec un gros bémol sur la fin de la premiere concernant l'application de la cybernétique) qui peuvent donner à réfléchir.
    J'ajouterais à cela que je ne suis en aucun cas un farouche écolo pronant le fait de devoir renoncer à nombre de nos conforts pour sauver la planète. De mon point de vue l'écologie oui, mais jamais au détriment de l'homme. Par conséquent mon axe de reflection est simple à savoir comment régler le problème du nucléaire (qui est clairement un problème)? Comment régler le problème du pétrole? du charbon (effet de serre) sans pour autant obliger les populations utilisant ces énergies, à renoncer à leur confort quotidien?
    Et bien je me dis tout simplement en refléchissant bien évidemment à d'autres solutions que peuvent nous permettre notre savoir et notre technologie actuelle. Alors oui toute solutions proposée n'est pas forcémment la bonne et en cela je rejoins descarte sur l'eolienne et les panneaux solaires en lesquels je ne croie pas car trop coûteux par rapport à ce que cela produit.
    Cependant est-ce pour autant qu'il faut partir dans un résonnement fataliste et s'arréter à la simple pensée que le nucléaire est ce qui à de mieux et toute autre proposition seraient des "aneries dites sur un ton badin" comme l'écrit plus haut gugus69? Et bien je ne le crois pas. Je penses au contraire qu'il faut sans arrêt rechercher ce qui peut permettre de sortir de manière globale, rapide peu coûteuse et viable sur le long terme. Donc comme vous le verrez ci-dessous (si j'ai bien linker le lien) il existe des scientifiques qui eux y réfléchissent et proposent deja des solutions qui, à defaut d'y croire aveuglement (c'est un principe chez moi) ont au moins le mérite de nous intérroger de manière serieuse sur des solutions eventuelles et réelle de changement.

Pages : [1] 2 3 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive