08fév 11

Plantu se fait payer par la monarchie Qatari, trois Verts réintroduisent le naturalisme en politique, nous inventons les ateliers législatifs populaires

Le Front de Gauche confirme sa cohésion

Ce billet a été lu 26 216 fois.

On s’y est mis à plusieurs : le pied sur le frein pour stopper l’emballement de mon emploi du temps. Une telle durée sans pause c’est une cadence qui m’envoie dans le mur à tous les coups. Le plus terrible est le manque de sommeil. Cette fois ci le docteur en personne s’est fâché et m’a enjoint deux jours de repos forcé après avoir vu mon intéressante mine et procédé à diverses vérifications qu’un refroidissement imposait. J’ai pu observer à cette occasion les merveilles techniques qui équipent dorénavant les docteurs. Une petite pince à l’index pour prendre la tension, qui dit aussi combien on inspire d’oxygène, une autre pour prendre la température en passant par les oreilles et ainsi de suite. Mon pote toubib a une allure de coach d’astronaute. Il a toujours un air étonné devant mon état, compte tenu de ce qu’il sait de mon mode de vie. Je frôle le statut de curiosité scientifique. La vérité est que, pour l’instant, j’ai une santé de fer. Pourvu que ça dure. Mais la tête, les amis ! Organe fragile. Il la faut bien 06pleine mais aussi vive et rapide pour affronter l’exercice de grand oral permanent auquel je suis soumis. La bonne réplique au bon moment. Ce n’est pas le plus simple. Je l’entraine donc sans cesse. Ce n’est pas qu’elle ne soit pas bien calée. Nourrie comme il faut de conversations et de fiches prises à grosses cuillères. Ah, quelle astreinte ! Mon dimanche déjà amputé d’une matinée et préempté en fin d’après midi par un passage chez monsieur Mazerolle de BFM! L’entre-deux fut voué aux fiches. Le nez qui coule et les fiches c’est assez moyen comme contexte sur canapé, un pauvre bout de dimanche après midi. Tout ça pour subir une heure et demi de feu continu où il faut se battre sans cesse pour arriver à passer sur le terrain du programme ! N’empêche, il y a bien plus malheureux ! Et la cause avance. Ce dimanche elle a fait un bond en avant. Ailleurs elle a reculé.

Remerciements à Pierre-Alain Dorange, auteur des photos qui illustrent ce billet.

Le premier congrès de Gauche Unitaire s’achevait ce dimanche. J’étais invité à m’exprimer au cours de la séance de clôture, juste après Marie George Buffet et juste avant Christian Piquet, le porte parole de ce mouvement. Ce qui était émouvant sur place c’était de voir des militants qui ont rompu comme tant d’entre nous avec leur organisation pour en créer une nouvelle, sur une nouvelle visée, et qui font leur bilan en cours de route. Ce moment de leur histoire est singulier. Tout comme nous, ils se découvrent entourés de personnes qui sont devenues des camarades et des proches, bien davantage parfois que ceux du passé avec qui ils avaient passé tant d’années dans leur organisation initiale. Et le renouvellement des adhérents, l’augmentation de leur nombre n’installe pas que de nouveaux visages. Ce sont aussi des parcours, des expériences d’abord éloignées qui s’ajoutent.

Gauche Unitaire est une formation « creuset » tout autant que nous au Parti de Gauche le sommes. Cela change tout. Le rameau initial se perd vite de vue à mesure qu’on s’éloigne de la côte de départ. Chaque jour se renforcent les liens du présent. C’est la loi du combat commun. Chaque jour se renforcent les liens que crée l’invention en commun du 02futur. Ainsi nait une nouvelle identité. Pas seulement collective mais aussi personnelle pour ceux qui s’y impliquent. Le militantisme, c’est à dire l’engagement actif, est une alchimie humaine très intrusive. Certes, les femmes et les hommes du congrès de Gauche Unitaire n’avaient pas à leur ordre du jour cette méditation ontologique. Mais moi j’y pensais, en les observant depuis la tribune où l’on m’avait installé. Assis devant une citation de Maximilien Robespierre, j’étais chez moi.

Christian Piquet a conclu les travaux du congrès. Il a dit mesurer combien vocabulaires et références sont devenus proches entre composantes du Front de Gauche. Je constate que c’est assez frappant s’agissant d’eux et de nous. Les cinq points du programme sont partagés et le vocabulaire à leur sujet est le même. Ainsi de la « planification écologique » que nous portons ensemble. Mais je ne veux pas manquer de noter autre chose de fondateur. Je pense à cette affirmation républicaine de la gauche unitaire qui rejoint ainsi à présent son principal fondateur, Christian Piquet, sur la question de la République sociale. C’est sur ce thème que lui et moi nous étions découverts et approchés le 3 novembre 2003 pour une conférence commune sous le timbre du club que je présidais alors « la République sociale ». Je crois qu’en fait la suite du chemin commun ne fut possible si vite et si fortement qu’après cela.

Marie Georges Buffet avait fait un discours très allant en ouvrant la séance. Son enthousiasme pour les révolutions de l’autre rive de la méditerranée était bien mis en mots. J’ai noté qu’elle nous a lu des vers, chemin faisant. Sa façon d’être semble soulagée du poids de la lourde responsabilité qu’elle assumait jusque là à la tête de l’organisation communiste. Elle est donc en souplesse sur ses thèmes d’intervention et c’est très entrainant de l’entendre. La conclusion fit bien rire. C’est toujours un habile viatique du message politique que l’humour. Elle dit : « certains disent que Mélenchon ferait bientôt une OPA sur le Parti Communiste ! Eh bien moi je leur dis : faites attention ! Les communistes en juin pourraient bien faire une OPA sur Jean Luc Mélenchon ! » La salle éclata de rire et applaudit. J’y vois un bon encouragement. Pour autant je suis bien placé pour savoir que la discussion est loin d’être conclue parmi les Communistes. N’empêche qu’avec la déclaration de Christian Piquet ce fut une matinée qui affichait une solide volonté de rassemblement. Je reviens sur ce sujet qui mérite grande attention.

Faisons le point. Les trois partis du Front de gauche détestent en commun cette élection présidentielle qui défigure l’espace politique des citoyens et le rabougrit avec une personnalisation caricaturale des enjeux. Pour autant il ne saurait être question de contourner un quelconque rendez vous avec le suffrage universel. Surtout celui qui met en jeu 05l’essentiel de l’architecture du pouvoir du pays. Les trois partis se prononcent pour une candidature commune à l’élection présidentielle. Ce n’est pas rien. Il n’existe aucune autre convergence de cette sorte ailleurs dans le paysage de la gauche. Ce premier point est trop souvent passé sous silence. Ou bien il va de soi à ce point que nous même nous cessons d’en mesurer la portée.

Notre union c’est notre atout. C’est elle qui met à la disposition des électeurs une force, un point d’appui pour la révolution citoyenne. C’est elle qui nous fait passer du statut de force de témoignage à celle de protagoniste des évènements politiques qui font l’histoire du pays. Notre méthode est ciblée, nous nous unissons pour unir le peuple sur des objectifs communs et non pour unir des organisations politiques et des états majors. C’est pourquoi candidature commune et programme partagé font une seule et même démarche. La démarche du programme partagé fait son chemin. Dans un mois nous l’aurons bouclée. Une nouvelle phase commencera. Il s’agira d’aller encore davantage en avant. Nous avons testé une formule de travail ce samedi, celle des « ateliers législatifs ». Il s’agit, sur un thème, de passer de l’orientation générale à la forme précise et concrète d’un projet de loi. Nous rodons cette nouvelle machine pour en faire un prototype fonctionnel qui puisse être mis en partage. C’est à mes yeux la principale machine à former du rassemblement concret que celle là. Les changements profonds que nous mettons à l’ordre du jour ne sont pas possibles sans une très large implication populaire. Une implication informée et consciente. L’atelier législatif est l’instrument qui prépare cette forme d’implication.

Samedi à paris, autour de Pascale le Néouannic secrétaire nationale du PG en charge du dossier, et sous la présidence d’Alexis Corbière, nous tenions le premier atelier législatif. Il s’agissait de préparer une loi de renforcement de la laïcité en France au moment où elle est mise à mal par la droite, l’extrême droite et les socialistes. Après une introduction d’Henri Pena Ruiz, les débats visèrent à abonder la proposition initiale de Pascale Le Neouannic, en alternant les observations générales et les propositions précises. Je crois que l’essuyage des plâtres fut réussi. Mille choses sont certes à 04mettre encore au point mais l’essentiel y est. Non seulement sur le thème de la laïcité cela va de soi mais d’une façon générale comme instrument. Les feuilles pour faire des propositions d’article de loi distribuées, l’intervention des juristes qui se sont proposés pour mettre en forme législative les idées avancées, tout cela me semble être des novations probantes. Pour moi, le concept de radicalité concrète est central. On ne peut parler de révolution citoyenne sans en proposer les outils. Pendant ce temps avec leur forum contre la précarité, le réseau jeune du PG et l’association « L'Appel et la Pioche », avec leurs amis et invités, se donnaient des outils pour rassembler sa base sociale. J'ai donné en ouverture de cette note le lien du blog de Sacha Tognolli, l'animateur du réseau jeune du Parti de gauche et chacun peut se reporter à son compte rendu pour se faire une idée de nos façons de travailler dans ce registre. Mais puisque me voici rendu à rendre compte, une chose entrainant l'autre, d'un samedi militant ordinaire en région parisienne, une ligne me suffit pour vous dire encore que les nôtres étaient aussi, aux mêmes heures, en cortège de manifestation en solidarité avec les égyptiens en révolution. Je n'ai ajouté cette ligne que pour signaler mon agacement à entendre sans cesse répéter que le Parti de Gauche, nonobstant sa créativité multiforme et son implication militante tous azimuts, reconnues et saluées par ceux qui se bougent la vie, serait un parti personnalisé, cette autre façon de nous nier.

Et l’évènement. Je reviens au Congrès de Gauche Unitaire. En conclusion de son discours, Christian Piquet annonça que j’étais en situation d’être le candidat commun. Ce fut après la déclaration de Marie George Buffet un nouveau moment fort de la matinée. Mais c’est bien davantage. Sur le plan politique, c’est un évènement. Cette déclaration est la première manifestation concrète de la viabilité de notre démarche. Que le Parti de Gauche soutienne ma proposition de candidature n’est pas ce qui lui est le plus difficile à faire, on en conviendra.  Mais quand une autre formation de la coalition décide de ne pas proposer de candidat d’une part et de soutenir une proposition qui n’est pas issue de ses rangs d’autre part, on franchit un cap tout à fait essentiel. Cela crée une nouvelle situation. En ce sens, Christian Piquet fait considérablement avancer le projet qu’est le Front de gauche en confirmant son identité collective. Une fois de plus je veux le souligner : il n’existe aucun autre cas comparable à gauche à ce choix commun fait par au moins deux organisations désormais. Bien sûr, l’argument que Piquet met en avant en affirmant son choix est politique. Il n’a rien de personnel. En 10particulier ce n’est pas un choix d’une personne contre une autre. L’argument qui tient notre raisonnement est simple : le Front de gauche est fort de sa diversité. La tenue concomitante de l’élection présidentielle et des élections  législatives nous font obligation d’organiser la visibilité de cette diversité. Celle-ci peut être mise en scène de façon efficace avec la candidature à l’élection présidentielle. Cela n’épuise pas le sujet ni le problème posé de l’expression de notre diversité, cela va de soi. Le caractère collectif de la campagne et des investitures est à établir tout aussi clairement. Sinon nous ne produirons rien de bon. Car rappelons-le : il s’agit d’aller chercher des suffrages et de rallier des engagements dans une course de longue durée nommée Révolution Citoyenne.

Lundi j’étais invité d’un débat organisé par le journal « Le Monde » sur le thème « l’Europe peut elle s’opposer à la montée du populisme. Pas sûr que ce soit une bonne idée que de brûler une soirée dans ces conditions. Non pour le thème : après tout, tout se discute et j’y suis prêt toujours sur tous les terrains. Que l’intitulé soit un parti pris est certes un problème. Mais on peut aussi en débattre. Ce qui ne va pas c’est le plateau de ce type de rencontre. Neuf personnes au total ! Je ne dit pas que huit partisans du « oui » et un seul partisan du non ce soit un problème car je ne perds pas de vue que c’est « le monde » l’organisateur de la soirée. Il met en scène ainsi de façon convaincante ses mantras sur l’équité. Non, le problème c’est que neuf personnalités, neuf!, qui ont à dire, se marchent sur les pieds dans une telle cohue! Surtout quand les organisateurs ne recentrent jamais le débat sur son thème. Ainsi de l’un à l’autre, tout va et vient, au hasard d’un déroulé nécessairement personnel, sans fil conducteur ni approfondissement possible d’une affirmation de l’un à celle de l’autre. Je laisse ici de côté donc le thème de très pauvre intérêt et assez convenu comme on le devine. Mais je signale à mes lecteurs qu’il existe et qu’il est un des angles d’entrée de la bonne société sur la situation politique. Deux camps sont dessinés. Comme au bon vieux temps de 2005 : d’un côté les partisans de l’Europe qui protège contre le populisme, de l’autre tous les méchants qui sont contre l’Europe qui les protège contre eux-mêmes. L’important de cette affaire ce n’est pas la grosseur de la ficelle. On s’en fiche éperdument. Ce qui compte c’est l’état d’aveuglement des belles personnes. J’ai dit dans ma précédente note que l’aveuglement des décideurs face aux causes qui créent les  révolutions citoyennes est un des condiments qui la précipite. Les soirées débat du « Monde » sont pour moi un bon indicateur de l’état d’esprit de la classe moyenne supérieure qui paie pour assister à des conférences. Un public éduqué, informé, avide d’échange. La tribune lui fit une récitation qui ne la mit en garde sur rien et conforta tous ses préjugés. Sous les 03applaudissements amusés, Cohn Bendit commença et conclu en m’adjurant de voter Strauss-Kahn. Le voile ne se déchirera qu’avec le feu sur la scène. Le public n’y sera plus. Il tachera de traverser les manifestations pour trouver une épicerie ou une banque ouverte.

Mais de cette soirée je retiens un moment qui me passionna ce fut celui où Gilles Finkelstein évoqua sa thèse sur la dictature de l’urgence. Il montre comment l’accélération du temps politique est une aberration couteuse. Il en donne des exemples pris dans tous les compartiments de la vie politique, depuis le vote de la loi « en urgence » jusqu’aux autres aspects tels que la forme de la réactivité médiatique. Ce thème du temps en politique fut, des années durant, le mien et je l’illustrais de bien des façon notamment dans l’évaluation des temps sociaux de la consommation et du travail qui rythment (tout est là) la domination capitaliste sur la communauté humaine. Ce qui manque dans l’explication entendue et que je veux relever en amitié pour le chercheur qu’est Finkelstein, c’est qu’il ne va  pas chercher dans le mode de production et d’échange le cœur de cette accélération désastreuse. Il faut être matérialiste pour cela ! Le temps court est même l’annulation du temps est une des caractéristiques majeures du nouvel âge du capitalisme. Le temps zéro qui domine tout est celui de la cotation continue et des ordres boursiers à la nanoseconde. Le court termisme s’est propagé à la gestion des entreprises avec les bilans trimestriels, l’organisation de la production à flux tendu et ainsi de suite. De même, le règne de l’émotion et de la pulsion par opposition à celui de la raison vient aussi de cette accélération. Dès lors l’empêchement de la souveraineté populaire qui est concomitant au nouvel âge du capitalisme est déflagrateur. Puisqu’on ne peut décider de rien raisonnablement, il faut saisir au bond les chances, écouter ses sentiments et faire confiance à son instinct. On connait ces refrains. Il y a beau jeu ensuite de dénoncer le règne des « bas instincts » populistes ensuite !

J’ai dit que selon moi il faut se rendre maitre du temps et le soumettre à la souveraineté populaire. C’est pourquoi j’ai plaidé pour la planification. Et notamment dans son domaine de prédilection la planification écologique. Puisque les cycles écologiques sont ceux du temps long et discontinu, seule la planification donne à l’être humain conscient un rôle dans la conservation de son écosystème. C’est la critique matérialiste de la domination du temps capitalistes sur tous les rythmes sociaux qui soulignent l’importance de l’impératif démocratique dans l’écologie politique. L’imposture du capitalisme vert n’en est que plus criante.

Ce n’est pas la seule imposture peinte en Vert, hélas. Je veux attirer l’attention de mes lecteurs sur une tribune parue dans le journal « Libération » le mardi 8 février 2011, sous la signature d’Eva Joly,  Noël Mamère, Esther Benbassa. Trois personnes brillantes et estimées. Comment ont-elles pu en arriver là ? Il s’agit d’une tribune sur la laïcité et la diversité. 07Ni plus ni moins qu’un manifeste aux accents d’un naturalisme fondamentaliste plus que suspect dont je ne veux pas croire que ses auteurs aient mesuré le sens profond. Sous le titre « Manifeste pour une écologie de la diversité », ces trois auteurs proposent une définition de la laïcité effrayante, plus réactionnaire que celle proposée par le pape et Sarkozy avec leur « laïcité positive ». Ils commencent par un constat formulé dans des termes largement biaisés et de parti pris hostile. « Le thème de la laïcité revient au centre du débat politique. Mais l’a-t-il jamais quitté ? Il hante depuis des années le cœur du nationalisme (ré)émergent des pays européens et la France ne fait l’impasse sur aucune de ses déclinaisons possibles. » Après cette entrée en matière qui assimile le bourreau et la victime, voici la mise en scène de la suite. « La campagne présidentielle qui s’annonce risque fort d’exacerber un peu plus ce genre de passions, faute de projets politiques et économiques susceptibles de donner de l’espoir aux Français, plongés dans le pessimisme. D’autant que la gauche elle-même tombe dans ce piège où la laïcité et les valeurs de la République se confondent avec ces dérives que sont le laïcisme et le républicanisme. » On croirait lire le pape ! Et c’est de la même veine car voici à présent la charge la, plus incroyable qu’il faut lire ligne à ligne pour mesurer l’ampleur du désastre. « La République est une construction majestueuse, mais qui perd pied parce qu’elle n’a pas su tenir ses promesses. Qui croit sérieusement qu’elle incarne aujourd’hui la liberté, l’égalité et la fraternité ? » A qui la faute ? A la république ou au capitalisme ? Cette question ne viendra pas car c’est la république la cible et non le capitalisme.

La suite le montre, hélas! « Nous pouvons pourtant encore sauver et la laïcité et la République, à condition qu’elles soient revisitées, qu’elles cessent d’appuyer un nationalisme exclusiviste et stérile, et servent au contraire à créer les conditions d’une socio-diversité féconde. Lorsque le nombre d’espèces diminue dans la nature, les maladies infectieuses, elles, se multiplient. Et pour les endiguer, des efforts doivent être déployés afin de préserver les écosystèmes naturels et leur variété. Qu’on nous pardonne le rapprochement, mais une société mono-ethnique (il n’en existe heureusement pas beaucoup) est une société condamnée. » Ainsi est assassinée en deux phrases le rêve universaliste qui est à l’origine des lumières et du combat démocratique. Car la démocratie ce n’est t pas la confrontation numérique des préjuges et convictions religieuses ou ethniques mais la confrontation de la diversité des opinions et propositions bonnes pour tous. Le naturalisme politique de ce texte a des entrées communes avec le pire ethnicisme. Et encore je retiens sous ma plume les comparaisons texte à texte qui feraient blêmir les auteurs de celui ci si on les produisait ! Non, moi je ne pardonne pas de comparer la diversité des écosystèmes naturels qui sépare des espèces distinctes d’êtres vivants et des variétés végétales ou minérales et celle de l’humanité qui 09est une et indivisible. Et la suite de la comparaison faite me parait confirmer le pire. Lisez plutôt et pincez vous : non vous ne rêvez pas : « Si les monocultures appauvrissent les sols, elles assèchent aussi les nations. Une laïcité raisonnée qui reconnaisse la part de l’appartenance ethnique, culturelle, religieuse, linguistique, une République équilibrée en harmonie avec la mixité réelle, tels peuvent être les moteurs d’une société active et créative. Derrière un tel programme, pas d’islamisation en vue, point de «conquête», point d’«invasion» ; l’islam restera minoritaire. » Tout ça pour ça ?

Rappelons à ces étranges nouveaux prophètes que donner une place à la diversité des religions et des cultures c’est précisément ce que permet la laïcité contre le rabot de celles qui dominent. Raison pour laquelle elle les sépare strictement de l’Etat et de tout service public. Loin « d’assécher les nations », elle leur permet, au contraire d’y faire fleurir tout ce qui s’y trouve. Mais a la stricte la condition que la loi commune soit respectée par tous. Mais la loi est commune et s’applique à tous non seulement parce qu’elle est décidée par tous mais parce qu’il n’y a aucun préalable d’accord religieux ou ethnique a son application. En Etat laïque, il n’y a pas de « conquête » à l’horizon pour la raison qu’il n’y a rien à conquérir puisque l’espace public est fermé. Le terrible de cette régression c’est que la revendication d’une présence de la religion dans l’espace public jusqu’à ce jour était le seul fait des religieux et de Nicolas Sarkozy dans ses discours de Latran et Ryad! 

A Bruxelles, la semaine passée, quelle séance ! Trois hauts fonctionnaires devaient être nommés à la tête des trois organismes nouvellement créés pour diriger les autorités de contrôle des risques financiers bla bla bla. Le parlement doit donner son accord. La procédure est d’une simplicité adamantine : si vous êtes pour alors il faut voter contre et si vous êtes contre alors il faut voter pour. Génial. Signé : Europe ! « Même moi, je ne comprends pas pourquoi » déclare le président de séance en nous exposant ce mode de vote ! Là-dessus voila une voix qui se lève et demande comment il se fait qu’il n’y ait aucune femme dans ce lot. Vifs applaudissements. Comme ça tournait à la gaudriole, voici la ministre hongroise qui intervient au nom de la présidence du conseil. Passons. Il s’agissait juste pour elle de lire un papier écrit à l’avance et donc sans rapport avec le sujet. J’en résume la substance. C’est facile. Quelque soit le sujet ce genre de petit madrigal est le même. 16« Nous avons eu un débat très fructueux en vue de nous rapprocher de nos objectifs que nous sommes déterminés à suivre avec fermeté » Et ainsi de suite. Et à la fin : « c’est pourquoi le conseil vous demande de voter contre cette résolution pour approuver ce  choix » Simple et convaincant, non ? Remous sur tous les bancs du fait du caractère ubuesque du moment. Compte tenu de la gravité attribuée au sujet, on ne pouvait en rester là. Le commissaire concerné prend donc la parole avec un air de consul romain au cours d’un épisode des guerres puniques. C’est le français Michel Barnier. Il pense couramment en anglais et nous tourne une harangue directement traduite en français : « pères conscrits, commence-t-il ». Non je plaisante. « Mesdames messieurs les députés de ce parlement, vous allez votez en toute responsabilité et liberté. Vous direz si vous approuvez la mise ne place du dernier élément nécessaire au bon fonctionnement des instruments de contrôle et surveillance des risques systémiques financiers bla bla bla ». Beau comme de l’antique vous dis-je.  Le message ainsi délivré des hauteurs de l’olympe devient un peu fumeux quand on arrive au sujet de la non présence féminine dans ces nominations. Le Commissaire nous explique qu’il a lui-même « short-listé » à partir de l’examen des deux cent soixante cinq candidats. Il nous précise même, sous les rires d’une partie des insolents de l’hémicycle, répartis sur tous les bancs, qu’il n’a pas choisi ces candidatures ! Non ? C’est trop ! Mais, nous révèle-t-il, au dernier moment toutes les femmes présentes sur la « short-list » se sont retirées. Quel hasard Balthazar !   Toutefois, c’est promis, quand on en viendra aux directeurs de services on rectifiera cet absurde monopole de genre. Pas mal de gens se gondolent.

Tout ça est du baratin. Les hauts postes de l’Union européenne se négocient par nationalité. Si on y rajoute la question du sexe des impétrants on n’en sortira jamais, pensent très fort tous les eurocrates qui s’y connaissent ! Allez zou ! On vote. Pour, si on est contre, contre si on est pour. J’ai la tête qui tourne. Je vérifie avec mon voisin que ça commence aussi à 13chauffer sévèrement. Devant nous les portugais sont hilares. « hypé, ya, da, si, pour ! » récite un rien fébrile le fonctionnaire de notre groupe qui depuis ce matin se prend pour notre coach. Vlan ! Une écrasante majorité de contre. Donc c’est pour ! Les trois gugusses sont nommés par une écrasante opposition. On en était là lorsque la séance franchi un pallier de plus dans le ridicule. Une voix se fait entendre : « monsieur le commissaire nous venons de voter et d’approuver votre proposition en votant contre le texte mais vous ne nous avez pas dit les noms des personnes concernées ! » Hurlement de rire dans l’hémicycle. Un vent glauque parcours les bancs comme une houle de nausée.  « Cette demande est légitime » déclare l’Apollon des « short-lists ». Instant de flottement sous les rires pendant qu’une petite main lui passe une feuille de papier. Ouf ! Cette feuille salvatrice lui permet de lire les trois noms qui ne semblent pas aussi familiers qu’il a bien voulu nous le dire d’abord puisqu’il ne s’en souvenait pas de mémoire. Dans les couloirs, un élu de droite français, amusé, et outré lui aussi, me confie : « et en plus c’est pas des bons, il parait. Mais c’était le tour des autres de nommer leurs thons ! » Fermez le ban. L’Europe qui protège est en marche. On sort en vitesse de l’hémicycle pour courir vers notre train.

Zut ! Ils ont oublié de couper l’éclairage du monument à la gloire des prix Sakharov installé cette semaine devant le parlement. Il s’agit d’une hideuse ronde de silhouettes éclairées. Elles sont munies de petites étiquettes illisibles pour indiquer le nom du cubain concerné. Et des autres glorieux élus du super prix aussi,  cela va de soi même si Cuba bat le 08record du nombre des prix Sakharov. Le prix Sakharov a vingt trois ans. Comme le régime de Ben Ali. Mais il n’y a pas un seul tunisien dans la liste. Ni un égyptien. Ni un algérien, ni un libyen. Mais pourquoi y en aurait-il eu toutes ces années, hein ? Cuba ! Cuba ! Voila où la liberté de l’Europe gémit ! Certes, le créateur de cette « sculpture » de patronage scout n’est pas responsable de la liste des heureux lauréats de ce prix. Cela va de soi. Mais, cependant, il partage une culpabilité avec les commanditaires de cette chose si moche, couteuse et si peu écologique allumée qu’elle est en plein jour. C’est une misogynie culturelle simple et robuste. Vingt trois silhouettes, pas une robe, pas une tête à cheveux longs. Mais, bien sur, je suis certain que c’est pour signaler l’universalité du genre humain dans la lutte pour les droits de l’homme. Non ? L’universel porte pantalon et cheveux court. Lisse aussi, cela va de soi.

Sinon, en séance on a voté des avantages pour les multinationales nord américaines de la banane. Des remboursements de droit de douane indument perçus par l’Europe qui protège. On a aussi voté une baisse progressive vers le néant des droits d’entrées. La sueur et le sang des paysans martyrisés et empoisonnés par les multinationales yankee en Amérique latine est a notre disposition désormais. La banane américaine a gagné. Pourtant l’Europe est la première consommatrice mondiale de bananes. Elle en produit assez pour sa consommation. Des milliers de gens en vivent aux caraïbes. Qu’ils crèvent dorénavant. Pour quelques centimes de moins, peut-être, la concurrence libre et non faussé a imposé sa sale logique.   

Voici l’énorme en conclusion et pour le gout de la farce de l’arroseur arrosé. Ca alors ! Plantu ! La main dans la confiture ! Plantu ! Quelle surprise ! Nooooon pas lui ! Ce prix de vertu de Plantu ! Cet aigle du discernement politique ! Lui qui a su si finement flairer le « néo populisme » dont je relèverai conjointement avec madame Le Pen ! Plantu ne sachant comment défendre son infâme dessin se jeta tête baissée dans une autre sottise en prenant prétexte de ma sympathie pour 01la « dictature cubaine » pour justifier son agression. Plantu l’ami intransigeant des droits de l’homme ! Plantu l’inflexible dénonciateur des accointances suspectes ! Plantu l’ennemi du corporatisme cupide des syndicats ! Plantu, Plantu ! Plantu a un point faible. Il aime trop l’argent. C’est pourquoi il accepté de recevoir le prix trucmuche de ce paradis démocratique qu’est le Qatar. Et surtout les dix mille euros qui allaient avec. Il consomma cette honte moins d’un mois avant de publier son dessin contre moi et de commencer son numéro de anti cubain. Voulez vous voir la photo ou Plantu affiche cette mine de rosière attendrie en recevant le fric de la main de l’ambassadeur Qatari. Bien joué, Excellence ! Ben Ali faisait ça aussi. Ca n’empêche pas les révolutions mais ca aide à couvrir le bruit de la baignoire du commissariat. Voila ce qu’il faut faire avec Plantu : payer. Vous pouvez y aller ! Payez ! Ils ne diront pas de bien pour autant, attention l’indépendance ce n’est pas une blague,  mais ils ne diront pas de mal et ça c’est ce qu’il vous faut. Car le Plantu a un point fort : ses affidés de la grande confrérie corporatiste qui, le sachant, n’en ont rien dit tandis qu’il m’insultait à longueur de médias. Le détail de cette histoire, le discours vénal que prononça Plantu pour remercier la main qui l’arrosait, tout cela est révélé par « le grand soir », journal impertinent plein de bonnes choses à savoir. En un clic vous y serez rendus et vous vous délecterez. Merci « Le Grand Soir » d’avoir réglé son compte moral à ce monument prétentieux de la gauche caviar. On attend d’entendre tous les vertueux qui se sont égosillés sur mon compte. Alors, mesdames et messieurs  les antis néo populistes ? Je vous la joue à la mode de Plantu ? Tout en nuance : « Tous ennemis de Cuba, tous amis du Qatar ». Allez, allez : on attend les indignations des métronomes de la bien pensance, les Quatremer et autres grandes consciences des apéros dansant de la bonne société. Allez les petits potes, Plantu offre la tournée, c’est Qatar qui paye ! Ca change des conférences payées de Ben Ali et des croisières savantes de l’association républicaine pour la démocratie. N’est-ce pas? Si l’on reproche à Alliot Marie ses voyages en avions il faut dire son fait à Plantu ? Non ? Non bien sur. N’est pas une vache sacrée qui veut. Chez les riches ont applique le vieil adage romains : « Vae victis ». C'est-à-dire malheur aux vaincus. Et comme l’émir du Qatar n’est pas encore tombé, son fric sent meilleure odeur que l’avion du vaincu.

Et pour finir une citation pour tous ceux qui colportent les refrains injurieux du Plantuisme. Qu’ils sachent que je suis bien informé de ce à quoi je suis exposé. Et donc, que les grandes peurs périssent d’être reconnues comme dit Camus. Lisez mes amis. « Il n’y a pas d’antidote contre le poison de la calomnie. Une fois versé il continue d’agir quoiqu’on fasse, dans le cerveau des indifférents, des hommes de la rue, comme dans le cœur de la victime. Tous les traits infamants sont soigneusement recueillis et avidement colportés. On juge superflu de vérifier de contrôler en dépit de l’absurdité parfois criante. On écoute, on répète, sans se rendre compte que la curiosité et le bavardage touchent de bien près à la médisance que la médisance touche de bien près a la calomnie et que celui qui publie ainsi la calomnie devient un complice involontaire du calomniateur. » Leon Blum, à l’enterrement de Roger Salengro.


285 commentaires à “Le Front de Gauche confirme sa cohésion”

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 »

  1. 51
    Gerard Blanchet dit:

    Encore un petit effort camarades PGistes.
    Certes GU n'existe que parce que le front de gauche existe. Mais vous aussi camarades.
    Ne faites pas comme le NPA en personnalisant votre parti et voyez bien que si le front de gauche s'effondre, le PG aussi. C'est ce qu'ont du mal à comprendre certains au PCF, alors ne faites pas comme eux.

  2. 52
    Jean-jacques COLIN dit:

    Bon rétablissement et prenez soin de vous.

  3. 53
    Christophe (Toulon) dit:

    Bonne prestation dimanche malgré une fatigue que l'on a senti palpable et qui n'était guère une surprise vu le rythme de ces derniers jours...
    Encore une fois bravo pour ce qui fait la "marque" de vos interventions : explications en profondeur, argumentation, opiniâtreté à répondre aux questions sans se laisser détourner par les journalistes... VOUS donnez le tempo de la musique lors de vos interventions et vous n'acceptez pas de jouer le singe acrobate devant les injonctions des médiacrates.
    Dommage que l'intervention vis à vis de M. Daubresse de l'UMP n'ait été plus lisible et constructive :
    - trop de brouhaha... l'auditeur s'y perd et le débat vire à la foire
    - les positions défendues par le secrétaire de l'UMP sont tellement convenues qu'il devrait désormais être évident de faire mouche en peu d'arguments (cf. J Généreux qui sait de quoi il parle)
    - Si vous êtes interrompu prenez à parti l'animateur du débat pour que soit respecté le temps de parole de chacun... et la lisibilité des argumentations... ou dénoncez les conditions de cet échange

    L'échange avec MLP s'annonce délicat... non que ses arguments soient pertinents mais plutôt qu'elle joue de la provoc'et des fausses évidences. Elle ne manquera pas de vous attaquer personnellement en vous faisant passer pour un dangereux "bolchévique"... nul doute qu'elle sera bien reçue en retour !

    L'opinion va décoller au fur et à mesure car vous amenez le débat sur votre terrain et vous prenez possession des mots pour leur donner un sens, une réalité loin des consensus tièdes !

    Prenez soin de votre santé et votre sécurité... on a besoin de vous et on y croit !

  4. 54
    Jean Talu dit:

    Oups !
    Je conseille au plus grand nombre de consulter, d'étudier, de piocher, de s'imprégner des réflexions d'Etienne Chouard (les partisans du NON en 2005 doivent bien s'en souvenir) notamment en ce qui concerne le tirage au sort des élus : "On n'est pas préparés à cette idée : la première fois qu'on nous parle de tirage au sort en politique, on ouvre tous des yeux incrédules et on se demande quelle est cette nouvelle lubie. Le mythe de l'élection est très puissant et il n'est pas facile de s'en déprendre, même quelques minutes pour voir. Portant, je vous conseille chaleureusement de laisser une chance à l'idée et de lire seulement quelques lignes sur le sujet : vous allez vite sentir en vous-même que, loin d'être une nouvelle lubie, c'est une bonne idée, et même une très bonne —et très vieille— idée, bien connue de nos aïeux et bien testée (pendant des siècles !) avec d'excellents résultats.
    Le site d'Etienne Chouard
    Il faut également le lire en ce qui concerne les principes d'une bonne constitution et les différents projets constituants, comparés. Un travail de titan a été réalisé ici... il faut s'en servir. La constituante pour la 6ème république est un des projets phare du front de gauche non ?

    @Descartes
    Oui tu as 100 fois raison ce blog a vraiment besoin de contradictions et de contradicteurs...Et tu es un vrai cador dans le genre (sans ironie). La contradiction nourrit la construction de notre réflexion, elle en devient ainsi plus forte. Mais vas-y mollo dans le sarcasme...il n'y a rien de tel pour pourrir "l'ambiance" d'un blog. ça comment par du sarcasme et ça tourne rapidement à l'insulte ad hominem et au pujilat (cf blog JFK et Marianne2).

    On a besoin d'un débat notamment sur tout ce qui concerne la sécurité, la police, la violence...

  5. 55
    Angevin dit:

    Mr Mélenchon,
    Sur la vidéo de votre discours au congrès de "gauche unitaire", à 9min 50, vous donnez un "c'est à dire" gaulien à un point tel que l'on croirait entendre les brouillages de Radio Londre derrière. L'argumentaire qui entoure cette formule lui donne d'autant plus de poids.
    Vous avez en commun avec lui une diction du français proprement magnifique (important pour être élu) et un sens aigu de la république (Encore plus important pour bien gouverner). En prime, vous avez ma voix, ça va sans dire.
    Salutations

  6. 56
    Hold-up dit:

    - Réponse brève à Mathieu (message 50) -

    Il faut dire à tes ami-e-s que personne ici sur ce blog n'est nostalgique de temps anciens, et encore moins des fantômes albanais. Qu'ils se rassurent donc dans un premier temps en sachant que le danger les guette ailleurs. Car il faut surtout réveiller tes ami-e-s et leur dire qu'ils vivent en 2010 et qu'en 2007 il y a eu une catastrophe financière, le plus grand crack de la finance depuis 1929. Incendie provisoirement éteint (pas pour longtemps) par les politiques néolibéraux de tout pays en 2008 grâce aux finances publiques de chacun de ces mêmes pays. Les contribuables paient pour les banksters. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est aussi un ancien haut cadre du Medef qui vient de claquer la porte du bazar patronal en répétant que "l'économie de marché" était subventionnée en vérité par les citoyen-ne - s ( !) - De tous ces évènements, tes ami-e-s rétorqueront sans doute qu'ils ne sont pas au courant ou feront semblant de l'être. Grâce au mastic médiatique, il faut dire que le secret est assez bien gardé. Un seul pays a dit NON et c'est l'Islande. Le peuple Islandais a refusé à 95 % de payer à la place des banksters et autres " hedge - fonds" prédateurs. Il faut les en informer. Il faut enfin leur dire qu'un autre pays risque de faire la " Une " des Journaux en Europe très bientôt. C'est l'Irlande. Le peuple Irlandais est très en colère. Les élections générales ont été avancées et auront lieu le 25 février prochain. Le peuple Irlandais doit voter pour savoir s'ils veulent régler ou non l'ardoise des banquiers et autres spéculateurs. Gerry Adams du Sinn Fein appellent à « laisser flamber les détenteurs d’obligations ». En gros il refuse que la dette privée, l'ardoise des banques soit payée par le peuple Irlandais. Georges Soros, le banquier mafieux bien connu a très peur des élections Irlandaises, il a peur que le peuple Irlandais crie avant le peuple Français : " Qu'ils s'en aillent...

  7. 57
    Jean Jolly dit:

    @ François le 8 février 2011 à 20h56, qui écrit :
    Membre du Parti de gauche, j'ai un grave problème, mon épouse chérie, commence à être jalouse de Mélenchon.

    C'est un effet "kiss- cool" tout à fait normal au début... la mienne pense que je couche avec tous les militants et tantes.
    Comme quoi !

  8. 58
    Adeline(70) dit:

    Bonjour, je suis enseignante et je voudrais signaler que les prévisions pour la rentré prochaine sont tombées dans les établissements scolaires. La saignée continue:pour exemple, mon lycée perd 5 postes sur 54 et 10% de son volume horaire. Mêmes certains enseignements obligatoires sont mis en danger et nous sommes soumis à une logique purement comptable. Nos gouvernants n'ont aucune ambition éducative et nous assistons, sidérés, à la destruction programmée d'un pilier fondamental de la République. Le mutisme du PS sur la question n'est pas étonnante, se déchirer entre eux est sans doute plus important. Malgré tout, il est vital et nécessaire qu'une force de gauche se prononce sur le sujet. Une prise de position vigoureuse du PG sur l'état actuelle de l'EN serait la bienvenue!

  9. 59
    houpin christian dit:

    Je viens de lire dans la presse que le Premier ministre F Fillon aurait lui aussi utilisé les "services" de Moubarak...
    Après MAM et l'affaire tunisienne, j'ai envie de dire: "qu'ils s'en aillent tous!"
    Allez bon courage à tous ceux qui s'efforcent de rassembler l'autre gauche.

  10. 60
    Alin dit:

    @ Mathieu (#50)

    S'ils font référence à un Etat en regardant le passé (l'Albanie des années communistes), faites référence à un Etat en regardant le présent: Nauru.

    Une brève description ici: Nauru, l’île dévastée. Comment la civilisation capitaliste a détruit le pays le plus riche du monde

    Un brève reportage d'Arte (un quart d'heure) mais très clair et illustrant superbement bien la situation ici: L'implosion écologique de l'île de Nauru

    Et qu'ils lisent La Dissociété de Jacques Généreux.

    Courage, des fois il faut du temps pour que l'idée fasse son chemin.

    Sinon, je suis né et j'ai vécu dans un pays communiste, la Roumanie. Certes, ce n'était pas la même situation qu'en Albanie - que vos amis prennent en exemple pour illustrer leur crainte - et je peux vous dire qu'on a vécu aussi des choses extraordinaires durant ces années-là. Des erreurs et des aberrations du passé on peut tirer des leçons et corriger le tir. Mais quoi qu'il en soit, quelque soit la révolution qu'on ferait en France en cette deuxième année de la deuxième décennie du deuxième millénaire, on ne peut pas recréer à l'identique la situation historique d'un pays à une autre époque et dans une autre situation. Il faut comparer ce qui peut être comparé. Dire que la France pourrait devenir comme l'Albanie a tout aussi peu de sens que de vouloir comparer les USA et l'URSS pour voir lequel des deux pays avait le mieux réussi, alors que les deux pays n'avaient pas le même niveau au début de la "concurrence".

  11. 61
    Papa dit:

    Une fois encore j'écris "Halte au Feu!"
    En tant que membre du Parti Communiste Français,je souhaite que ceux qui font le "forcing" pour que notre parti prenne une décision,devront attendre. Pour le moment il s'agit de porter haut et fort le drapeau du "Front de Gauche" pour la campagne des cantonales. Et rien n'est gagné!
    Il suffit pour s'en rendre compte d'aller au porte à porte avec la population et d'engager la conversation!
    Pour ma par, je constate que dans mon département le Val de Marne, la direction départementale du PS en passant un accord avec les écolos, n'a qu'un objectif: faire perdre la présidence de Christian Favier.
    La droite se frotte les mains!
    Dans les discussions internes de nos cellules et direction de sections il est abordé la question de la présidentielle certes, mais c'est avant tout des luttes au quotidien que nous discutons.
    Jeudi,nous serons nombreux devant l'hôpital Henri Mondor de Créteil,pour exiger le maintien du service de chirurgie cardiaque, l'un des plus moderne de France! Voila le combat immédiat!
    La consultation des adhérents du PCF interviendra en juin,comme l'a décidé notre conseil national.
    Maintenant si des membres du PCF souhaitent à titre individuel soutenir la candidature de Jean-Luc, rien ne leur interdit de le faire! C'est ce que à fait Marie-Georges Buffet au congrés de Piquet. C'est son choix.
    D'ailleurs je relève que dans le soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon, des membres du PCF l'on fait.
    Pour ma part, j'en suis encore au niveau de la réflexion. Il existe de zones d'ombres,notamment sur le programme!
    Et n'en déplaise à certain, je n'ai jamais voté pour un individu mais pour un programme ! Et comme nous le disons un programme partagé! Ca vous va ?

  12. 62
    Valdo dit:

    Ordres du docteur, Jean-Luc Mélenchon était absent de la réunion contre la Loppsi 2, mais Danièle Simonnet l'a dignement et énergiquement représenté... Un peu ennuyée, dans le passage et le commentaire sur la tribune des Verts, sur la confusion entre "religion" et "cultures". Si la place de la religion n'est pas dans l'espace public, la culture, et les cultures, me semblent -ils, y ont toutes leurs place (sauf à réduire les cultures au fait religieux). Rien n'empêche, et heureusement, le soutien public à une manifestation artistique africaine, tunisienne, brésilienne ou polonaise!

  13. 63
    jorie dit:

    JAKE, que nos ministres prennent des vacances en Egypte ou Tunisie ne me choque pas. Par contre, MAM a fait la preuve de son incompétence professionnelle, en ignorant les troubles qui avaient déjà commencé, secondo, en profitant d'un avion d'un pote de Ben Ali : en tant que ministre des affaires étrangères, on additionne là indécence et incompétence. Pourquoi on paye tous ces conseillers etc... pour en arriver à de telles minabilités? quelle bourde !.
    Quant au voyage en Egypte, soit, les troubles n'avaient pas commencé. Mais là, on touche directement à la corruption. Ce n'est pas digne d'un premier ministre de la France de se faire engraisser par un pouvoir étranger, il ne s'agit même plus d'amitié, il s'agit de tirer profit de la notoriété publique d'une fonction à des fins privées, et en plus, par un pouvoir que l'on sait violent et prédateur. Lui rendre visite en tant qu'homme d'état, ok, mais se faire payer l'hotel 5 étoiles et la bouffe avec sa famille, c'est de la corruption. rien de plus,rien de moins. Toujours cette confusion entre le public et le privé, ce qui souligne en plus, et en privé, l'adhésion à cette pourriture de pouvoir !

  14. 64
    petit chouk dit:

    Comme titre Libé "Quand Sarkozy promettait «une République irréprochable»"...
    Encore un peu de temps et l'insurrection va traverser la Méditerranée.

  15. 65
    Annie dit:

    Ahurie par la tribune naturaliste (anti-laïque et anti-républicaine) des 3 zécolos, c'est tout bénéf pour nous ceci dit.

  16. 66
    turmel jm dit:

    G Blanchet post 51

    Le dimanche matin nous sommes 2" coco" et partons coller nos affiches.
    Depuis quelques temps un troisième "larron" de la GU viens avec nous. Nous lui avons dit qu'il amène ses affiches. Pour l'instant il n'en a pas.
    Nous, nous avons compris (..)
    En juin nous allons nous prononcer, dimanche MGB a voulu seulement calmer "les mauvais esprits" dans l'humour, ceci pour le cde "papa" post 61. Travailler avec les autres, ce n'est pas vouloir les amener à ce qu'ils deviennent comme nous!
    Ceci est bon pour tout le monde.

  17. 67
    Pimpon dit:

    Merci JL pour tout ce que tu fais...
    Mais qui veut aller loin ménage sa monture...
    Il serait bon qu'une petite équipe resserrée puisse partager le travail et les interview.
    Et puis si l'émission est bidon je ne vois pas l'intérêt de s'y présenter.
    Ne t'en fais pas, tu ne risques pas de tomber dans l'oubli : ils ont trop les chocottes !
    Alors fais toi appeler désiré et pose tes conditions : un débat équilibré et non le rôle de guignol..
    Enfin si je comprends que les présidentielles te gavent, ce que je comprends, dans le système actuel c'est la seule solution pour arriver au responsabilités et renverser la vapeur.
    Alors, délègue et prépare toi psychologiquement,intellectuellement, et physiquement pour ce combat essentiel.
    Trop de gens se font niquer en pariant sur un bilan, une réputation et trébuchent simplement parce qu'ils sont fatigués et font des grossières erreurs face à des gens qui ne se préparent doucettement que pour ce combat.
    Une équipe bordel, ça rassurera, ça empêchera de fantasmer sur une volonté dictatoriale, et ça te maintiendra en bonne santé.
    Cdt.

    Pimpon

  18. 68
    Louis st O dit:

    41 @Descartes
    « Les rois d'antan payaient des gens pour leur rappeler de temps en temps qu'ils n'étaient que des hommes. Et bien, moi je fais ce boulot gratis. »

    Toi qui veut être précis sur le sens des mots, il faut appeler un chat un chat, quand tu parles de « gens » tu veux dire « bouffons ».

  19. 69
    redline69 dit:

    bonjour

    Ce matin miss DSK utilise ses amis des médias pour réactualiser l'arrivée du "sauveur" du FMI.
    Le plus drôle est que le PS loin de tout, transforme rapidement certains candidats en porteur de valises (mr Valls)
    Alors que plusieurs personnes du PS n'ont toujours pas compris ce qui ce passe dans ce pays, ils croient encore que je vais me ranger derrière eux quoi qu'il arrive. ils en seront pour leur frais, car moi et le PS c'est le divorce, et en plus en voyant le traitement qu'ils ont offert à Jean-Luc Mélenchon depuis plusieurs semaine, ils finiront par régler l'addition.
    Ce sera le premier tour, car c'est notre objectif premier en tant que soutien au FdG et donc au PG. et le reste sera très clair si un personnage comme DSK est à "gauche". ce sera sans moi !
    Jean-Luc Mélenchon à averti ! personne au PS ne veut l'entendre, personne n'a soutenu la politique de gauche comme cette mesure européenne qui consiste à intervenir sur les budgets des pays depuis Bruxelles (à par Emmanuelli) donc voter pour l'UMP et le PS il en est hors de question.
    il est important que les militants PS regardent en face l'OPA que l'UMP vient d'opérer sur leur parti de plus en plus mou sur les questions sociales, de pauvreté, de rigueur et d'exemplarité.
    le Front de Gauche reste la seul alternative de vrai gauche !

    cordialement

  20. 70
    alain44 dit:

    En complément à jorie 63, comme responsable d'une association d'insertion par l'activité économique, je ne fais jamais exécuter des travaux pour mon compte - et sur devis- de peur que mes voisins puissent imaginer que je me fais réaliser des travaux à bon compte; alors d'aller passer des vacances en Egypte ou en Tunisie en étant représentant de l'état dans un pays dictatorial et corrompu, quelle honte!
    Mais il y a plus grave, MAM a proposer en assemblée les services de notre savoir faire en matière de maintien de l'ordre au pouvoir Tunisien. Ce qui dénote une totale complicité avec le régime Tunisien comme s'il ne s'agissait que de venir en aide à des amis traversant une mauvaise passe. Aucune réserve comme devrait le suggérer sa fonction de chef de la diplomatie, quelle honte pour la France! MAM est autant diplomate que moi je suis archevêque!
    JL tenez bon.

  21. 71
    Bernard Gensane dit:

    Vu la dernière et sportive intervention de Jean-Luc Mélenchon sur BFM-TV. Il y a avait un journaliste (dont j'ai oublié le nom), à fond dans l'idéologie de la chaîne, à gerber. Ce qui m'a le plus embêté, c'est que dans ce contexte, Jean-Luc (et les autres hommes et femmes politiques d'ailleurs) acceptent de polémiquer, acceptent de perdre du temps à répondre à des prises de position de gens qui ne sont pas à leur niveau, institutionnellement parlant. Les journalistes ne sont pas des responsables politiques, mais des observateurs et analystes de la politique.
    Élus, les hommes politiques sont responsables de leurs actes et de leurs paroles. Les observateurs sont responsables devant leurs actionnaires, mais pas devant les citoyens. Le discours d’un homme politique ne peut donc pas être de même nature que celui d’un observateur. Le pouvoir médiatique n’ayant cessé de s’étendre depuis une quarantaine d’années, à mesure que celui des politiques diminuait, les figures de proue de la presse, de la radio et de la télévision ont pu exercer un magistère de la parole sans aucune sanction citoyenne. L’homme politique rend des comptes politiques, l’homme des médias rend des comptes économiques.
    En Angleterre, autrefois, on disait des maîtresses des rois (ou de leurs mignons) qu’elles ou ils exerçaient le pouvoir sans la responsabilité du pouvoir (« power without responsibility »). C’est exactement le cas, aujourd’hui, des Barbier, Colombani, Joffrin, Giesbert et d’une petite poignée d’autres journalistes « prestigieux » qui tournent dans tous les médias, se renvoient l’ascenseur, s’invitent, disent du bien les uns des autres.
    Bref, les politiques sont piégés. Piégés devant l’irresponsabilité de leurs contradicteurs, piégés par un système de discours et de représentation qu’ils ont accepté, quand ils ne l’ont pas encouragé. Le but de ces médias n'est pas d'informer mais d'instaurer le discours dominant comme naturel. Et de se constituer des écuries de politiques qui acceptent de...

  22. 72
    petit chouk dit:

    Je pense qu'il faut maintenant arrêter de parler de DSK, le message est bien passé il est à gauche et il est directeur du FMI et il aime les stagiaires du FMI.
    Laissons le PS faire sa soupe et concentrons nous sur des actions de communications du genre : Mélenchon est-il le bon candidat pour représenter la gauche au 2ème tour des présidentielles? Il faut réussir inverser le questionnement des journalistes pour qu'ils posent les questions au PS sur Mélenchon.
    Cela lui donnera du crédit et une tribune au PS et cela fera avancer le PS dans ses retranchements et je pense que c'est la bonne manière d'une alliance Front de gauche/PS au 2è tour

  23. 73
    Gilbert Delbrayelle dit:

    Bernard Gensane dit:
    Ce qui m'a le plus embêté, c'est que dans ce contexte, Jean-Luc (et les autres hommes et femmes politiques d'ailleurs) acceptent de polémiquer, acceptent de perdre du temps à répondre à des prises de position de gens qui ne sont pas à leur niveau, institutionnellement parlant. Les journalistes ne sont pas des responsables politiques, mais des observateurs et analystes de la politique.

    Oui, je suis entièrement d'accord, un politique va devant le peuple pour proposer un projet et, dans le cadre d'émissions politiques en vue d'une échéance électorale, il n'a pas à débattre avec un journaliste.
    C'est pourquoi, je propose des émissions de débat citoyen animé par un médiateur.
    Les débats-échanges peuvent avoir lieu dans des forums (voir Grenoble avec JFK) ou des émissions sur un thème (voir FCulture avec Julliard) mais un débat politique contradictoire se fait avec un politique.

  24. 74
    orero ramon82 dit:

    Bonjour,
    Que notre indignation nous submerge !
    Si, si, notre Leader Minimo va s'exprimer sur Pernaud TV jeudi soir devant un panel de "français représentatifs" qui ne seront pas "dûment" préparés (bien sûr !), et comme il y a de la crainte dans l'air, voici l'appel lancé par l'anti-langue de bois de l'ump à ses supporters pour envahir les commentaires qui seront faits pendant cette émission et même après:
    http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-anne-kraft/080211/propagande-ump-de-jf-cope-au-secours-de-nicolas-sarkozy#comments/..... Que l'indignation nous submerge ! Que notre" Qu'ils s'en aillent tous" trouve sa traduction radicalisée et résumée dans le "Dégage !" scandé sur les bords de la Méditerranée ne peut que renforcer notre détermination à nous débarrasser de cette oligarchie qui se croit tout permis.
    Et pour finir : Anne Sinclair a parlé et ce que femme veut....
    Alors plus que jamais, ""Mélenchon, présidons !""" Pour que ça change enfin et vraiment, mais il nous faudra nous comporter en Citoyens !

  25. 75
    Descartes dit:

    @Lejeun (#44)

    MGB sait que le camarade Méluch est le seul candidat FdG qui permettrait de passer la barre des 5%.

    Etant donnée la brillante trajectoire de cette tacticienne hors pair qu'est MGB, je me méfierais de "ce qu'elle sait". Faudrait pas oublier qu'en 2007 elle "savait" qu'elle allait faire plus de 5%... et on connaît la suite.

    @Louis st O (#69)

    « Les rois d'antan payaient des gens pour leur rappeler de temps en temps qu'ils n'étaient que des hommes. Et bien, moi je fais ce boulot gratis. » toi qui veut être précis sur le sens des mots, il faut appeler un chat un chat, quand tu parles de « gens » tu veux dire « bouffons ».

    Si je veux être "précis sur le sens des mots", alors le terme exacte serait "bouffon du roi" ou "fou du roi". Et personnellement être appelé "bouffon du roi" ou de "fou du roi" ne m'offenserait pas le moins du monde... j'ai toujours pensé que c'est un boulot éminemment utile. Et qui nécessite bien du courage...

  26. 76
    VEINBERG VERONIQUE dit:

    Monsieur Mélenchon, merci pour tout ce courage, et oui, prenez soin de vous !
    @papa : si vous êtes partisan d'un programme partagé, faites le au Front de Gauche, mille propositions vous attendent.
    @jean talu : je souhaite aussi qu'une Assemblée Constituante soit désignée par tirage au sort sur la liste électorale ("stochocratie" si je ne me trompe)

  27. 77
    LeMarmot dit:

    Vos prestations télévisées vont en s'améliorant,la maitrise de votre tempérament se fair sentir,encore un effort et vos propos seront d'une efficacité redoutable que devront pas négliger vos adversaires,et pour le plus grand plaisir de vos autiteurs,vos futurs électeurs.

  28. 78
    Meligh dit:

    On apprend aujourd'hui qu'Anne Sinclair, la compagne de DSK ne souhaite pas qu'il brigue un deuxième mandat à la tête du FMI et, tenez vous bien, que cela signifie ispo facto que DSK sera candidat. Le différents site de presse se ruent déjà pour lancer des plans sur la comète. DSK candidat ? Ou comment forcer la main. Imposer l'évident. On se croirait en train de lire de la presse people. Ces gens perdent la tête et ne savent plus ce qu'ils font.
    On apprend aussi que Copé exhorte ses troupes a envahir le net pour contrer la vague de gauche qui s'abat sur le net et en particulier commente les différents sites de presse. Il a oublié de préciser que souvent c'est le FN qui s'en empare.
    J'aimerais qu'on se souvienne de cet épisode du grand débat de l'époque entre Sarko et Ségo. Tous deux s'étaient fourvoyés sur le nucléaire (a quelle génération appartient l'EPR). Pour trancher qui avait raison et qui tord, les français s'en tourne vers internet et en particulier wikipédia. Hors assez rapidement la page concernant l'EPR avait été modifié pour donner raison à Sarko (voir ici).

  29. 79
    Air One dit:

    Manuel Valls a réagi aux révélations de François Fillon sur ses vacances de Noël en Egypte : "nous ne sommes pas loin du'tous pourris'", a estimé le député-maire-d'Evry. "On est très loin de cette République irréprochable que prônait Nicolas Sarkozy", a rappelé le candidat aux primaires socialistes. "Nous ne sommes pas très loin d'une crise politique majeure où les Français voudront donner un grand coup de pied dans la fourmilière", a ajouté Manuel Valls.

    Ceux qui criaient à la "Mélenchonisation des esprits" et au "populisme" donnent aujourd'hui du "tous pourris ou presque".
    Il faut avoir la mémoire courte et les convictions à géométrie variable pour surfer de la sorte sur les évènements en fonction du gain à en retirer...

  30. 80
    Berdagué dit:

    Jean-Luc Mélenchon écrit dans le paragraphe " Notre union c'est notre atout " : "...Cest pourquoi candidature commune et programme partagé font une seule et mème démarche. La démarche du programme partagé fait son chemin.Dans un mois nous l'auront bouclée..."
    Une excellente nouvelle ce 8 Février 2011 : le 8 Mars 2011 nous aurons le programme. Il était temps !
    papa - 61- pourrais-tu préciser ces "zones d'ombres, notamment sur le programme" que tu as décelées, car ça urge de nous le faire savoir !
    Car que ce soit sur la laicité, sur la constituante avec l'horizon 6ième République, de la place entière des pouvoirs du gouvernement du Front de Gauche avec des députées-és majoritaires (un max) pour appliquer immédiatement le programme, avec sorties du traité de Lisbonne et de celle de l'otan-nato (en conservant une écoute de ce qu'ils "magouillent") et de la mise en cause de cette B.C.E. et de Trichet qui saignent les peuples et le prolétariat, je ne vois pas une quelconque hésitation dans la proposition de soutenir le co- Président du Parti de Gauche, il en irait tout autrement si ce candidat très brillant continuerait cette 5ième du "coup d'état permanent " on en voit tous les jours les dérives aggravées depuis le 8 Mai 2007 ou il se pavanait avec mépris de notre armée et de la signification du 8 Mai 1945 sur le yacht de Bolloré, après le diner de l'élu avec la bande du Fouquet's !
    Donc mille fois oui à la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour la Révolution citoyenne qui ne peut qu'être aussi que culturelle.
    Mais il me semble que la proposition de nos indépendances de décisions de la souveraineté du peuple pour battre monnaie en Euro sur notre sol doit être décidée avec grand intérêt, il en va de l'application du programme !
    C'est une sacrée révolution.....

  31. 81
    Thalasrum dit:

    C'est une très bonne nouvelle pour la gauche de la gauche. Il est juste malheureux que pour ce qui concerne le NPA, on soit très loin du compte !

  32. 82
    Papa dit:

    a 28(73)
    Tu as raison. C'est sur le terrain que nous construisons le "Front de gauche".
    Un petit rappel. Il y belle lurette que notre parti -le PCF- a rejeté la notion du "centralisme démocratique" ainsi que la notion de la dictature du prolétariat. Je crois qu'il est nécessaire de le rappeler aux pa

  33. 83
    Sonia Bastille dit:

    Je veux bien.... mais je n'apporte pas votre optimisme sur les chances de victoire de la gauche dite radicale.
    Deux candidats trotskystes (POI-LO), un ou deux candidat(s) communiste(s) (Gérin ou Gremetz ou les deux), un candidat Front de Gauche (JL Mélenchon), un candidat MRC (Chevènement), un candidat socialiste (DSK,)un candidat PRG, un candidat EE-Verts (Joly ou Hulot), et d'autres qui ne se sont pas encore proposés mais on une folle envie de parader sous les sunlight des médias du côté des alternatifs, de la société civile. Bref au minimum 9 candidats se situant sur l'échiquier gauche. Bonjour l'atomisation au premier tour !
    Devinez qui va être reconduit ? Devinez qui va aussi engendrer le maximum de voix "vote utile" au premier soit à gauche ?
    Le "social traite" DSK, bien sûr, que vous pourfendez et à droite le tenancier du Palais et encore plus à droite Le Pen fille. Où comment faire plaisir à ses adversaires ! DSK, Sarkozy, Le Pen n'en demandait pas tant !
    Il est follement inquiétant qu'un programme commun, sa méthode et son chiffrage n'est absolument pas germé dans les cerveaux des chefs de file des partis situés à gauche ou dans celui des candidats. Programme commun sauce 1972 était-ce une mauvaise démarche ?

  34. 84
    Pulchérie D dit:

    Mon cher J-LM

    Pleinement d’accord avec LeMarmot (78) :
    J’ai pris connaissance de vos dernières joutes verbales : votre éloquence devient manifestement brillante, vos réparties de plus en plus efficaces.
    Le texte de ce billet-ci est parmi les meilleurs que vous ayez rédigés.
    J’ai 67 ans, et pourtant j’aime votre verve parfois gamine (n’en déplaise aux esprits chagrins).
    Mon époux, bien que nettement plus âgé que moi, apprécie votre style.
    L’espoir monte à l’horizon,… et il nous reste encore plus de quinze mois.
    Mélenchon ! Présidons !

  35. 85
    Nicolas B. dit:

    @74 Gilbert,
    Tout à fait d'accord, le cirque médiatique des journaleux, faisant du grand Guignol, Ça suffit ! Laissons cela aux guignols de l'info, il le font très bien. De la qualité, du débat, du dialogue, de la pluralité, on en redemande. Chacun doit faire passer ce message et cette demande, en premier lieu Jean Luc Mélenchon, il s'y emploie d'ailleurs, mais il faut le revendiquer bien plus encore, pour que cela soit une demande générale.

  36. 86
    andrea91 dit:

    Monsieur Mélenchon, prenez soin de vous !
    L’équipe autour de vous fait appel à toutes les bonnes volontés, elles aussi ont besoin de soutien et d’aide car le PG doit faire face à son extension. Même le webmestre ! La contribution, aussi minime soit-elle, de chacun des sympathisants serait utile...
    Deux sujets
    Il y a quelques jours, impossible d’échapper à l’ « indignez –vous ! ». Qu’en est–il aujourd’hui de l’indignation qui devrait s’élever dans le bruit et la fureur sur les manœuvres impérialistes des USA pour étouffer la révolution en Egypte. Le peuple Egyptien veut faire sien son destin. Qu’entend t’on aujourd’hui ? Rien. Si, encore et toujours les menaces islamistes ! Oui il nous faut investir tous les réseaux, diffuser, montrer là où est la réelle menace !

    Concernant le texte Eva Joly Vous écrivez : Le naturalisme politique de ce texte a des entrées communes avec le pire ethnicisme. Et encore je retiens sous ma plume les comparaisons texte à texte qui feraient blêmir les auteurs de celui ci si on les produisait !
    Pour ma part je pense qu’au contraire, il ne faut pas retenir votre plume ! Ce texte peut paraître tout à fait inoffensif pour qui n’a pas l’habitude (ou la capacité) d’analyse et votre culture. Eva Joly et ses cosignataires ne se gênent pas de vous traiter « d’arriéré » !
    Bon courage à vous !

  37. 87
    Georges Roullier 69 dit:

    Qu'il me soit simplement permis de dire ici que je renouvelle toute la confiance que j'ai placée en Jean Luc Mélenchon, co-Président de notre Parti de Gauche, lors de mon adhésion dès la création du PG. Jean-Luc Mélenchon a montré le seul chemin possible, la Révolution Citoyenne en vue de le VIe République avec le FdG, même si en marge, nous allons laisser allons sur le bord de la route de l'union des Gerin et Gremetz. Si l'information s'avère exacte que Dominique Strauss-Khan s'apprête à rentrer en lice, plus rien ne s'opposera à ce que les petites gauches radicales nous rejoignent dans le FdG et y prennent toute leur place. Avec nous pour la Révolution Citoyenne, avec nous...
    Le devoir d'un révolutionnaire est de faire la Révolution.
    Jean Luc toutes les insultes, le calomnies déversées à ton égard sont autant d'insultes et de calomnies que nous recevons en pleine gueule.
    Tu le sais nous sommes maintenant des dizaines de milliers de militants à tes côtés, tu peux faire appel à tes partisans, nous te rejoindrons si tu le demande.
    Toute mon Amitié
    Georges

  38. 88
    Pulchérie D dit:

    Les avis qu’Eva Joly a émis à propos de J-LM ont fait l’objet d’un article, dans le Figaro du 20 janvier dernier. A ma grande surprise, les réactions des lecteurs de ce journal de droite ont été nombreuses, mais s’en prenant très majoritairement à la mère Joly.
    Voici un exemple :
    « Joly ne fait que laisser apparaître ici son appartenance à cette classe politique arrogante et hautaine, coutumière du mépris et de l'arrogance face à ceux qui ne s'inscrivent pas dans la pensée unique. Elle sort donc les arguments qui vont avec : "vieille gauche", "démodé". »

    « C’est elle qui a un look démodé » etc.
    Ne parlons pas de diverses invitations à retourner dans son pays natal et des imitations de son accent d'aalure tudesque.

    Hé ! Hé !

  39. 89
    JMP dit:

    La République est une construction majestueuse, mais qui perd pied parce qu’elle n’a pas su tenir ses promesses. Qui croit sérieusement qu’elle incarne aujourd’hui la liberté, l’égalité et la fraternité ? »
    Les 3 zozos de la pseudo gauche verte qui pondent cette ineptie se livrent a un tour de passe- passe idéologique d’une rare malhonnêteté intellectuelle ; pourquoi ? tout simplement parce que l’on ne peut reprocher à la république ce dont elle n’est pas responsable : nous ne sommes plus en république ; nous sommes tombés sous la coupe d’un système qui s’appelle l’oligarchie
    Cette même oligarchie qui a signé la mort de la république en ratifiant le traité de Lisbonne, clone parfait du traité constitutionnel européen,contre la volonté du peuple exprimée sans la moindre ambiguïté en 2005 ;

  40. 90
    Descartes dit:

    @Jean Talu (#54)

    Je conseille au plus grand nombre de consulter, d'étudier, de piocher, de s'imprégner des réflexions d'Etienne Chouard

    Tout a fait: il faut les consulter, les étudier... pour se rendre compte à quel point cette idée est mauvaise. L'idée implicite derrière le "tirage au sort" est celle de la "représentativité sociologique". En d'autres termes, que le peuple doit être représenté non pas par des gens qu'il a choisis (sur les critères qu'il veut) mais par des gens qui lui ressemblent. En d'autres termes, que les jeunes ne peuvent être "bien" représentes que par des jeunes, les femmes par des femmes, les noirs par des noirs et les culs de jatte par des culs de jatte. Et que par voie de conséquence seule une assemblée comptant une proportion de jeunes, de femmes, de noirs et de culs de jatte identique à celui de la population peut valablement la représenter. Et comme aucune élection ne peut délivrer une telle assemblée, il ne reste qu'un moyen pour la constituer: le tirage au sort.

    Le problème de la logique du tirage au sort est qu'elle rend le représentant totalement irresponsable: n'ayant reçu de mandat de personne, personne ne saurait lui demander des comptes. Ne risquant pas la censure des électeurs, n'ayant rien à gagner à les satisfaire, il n'aurait en fait qu'un seul guide: son intérêt personnel... il serait donc éminemment corruptible!

    Il ne faut pas oublier que l'élection est avant tout un acte de délégation. Et c'est cet acte qui institue l'élu en lui imposant un certain nombre d'obligations tant symboliques que réelles. Il permet à l'élu de jouer un rôle de médiation indispensable pour dégager l'intérêt général des intérêts particuliers. La désignation par le hasard n'aura jamais ce pouvoir de légitimation, de la même manière que l'argent gagné au loto n'a jamais la même légitimité que celui gagné à la sueur de son front...

  41. 91
    Louis st O dit:

    « Cohn Bendit commença et conclu en m’adjurant de voter Strauss-Kahn »

    déjà à la TV il demandait de voter DSK, Eva Joly se retrouve cocu par celui qui l’a mis en place et se rend compte que Jean-Luc Mélenchon va l’écraser, il ne faut pas s’étonner si elle le traite « d’arriéré » elle qui représente la « jeunesse ».

  42. 92
    Olivier SIMON dit:

    Bonjour Jean Luc
    J'imagine que le rythme est tres soutenu pour vous mais je pense qu'il est necessaire de mettre en avant aussi d'autres personnalités du Front de Gauche pour montrer qu'il y a une équipe qui travaille au projet, des personnalités capables de gouverner et pour éviter comme vous le dites si bien de personnaliser cette élection présidentielle. Si c'est vous le candidat et que vous êtes élu, l'assemblée constituante de la 6ème république vous intégrera dans une équipe gouvernementale. Vous avez du talent mais formez et sachez mettre en avant votre équipe.
    Des personnalités diverses peuvent séduire un électorat plus large.
    bon courage

  43. 93
    ermler dit:

    @descartes (Pour l'ensemble de son oeuvre)

    Décidément, tu sélectionnes soigneusement tes têtes de turcs ! Après Clémentine Autain, c'est Marie-Georges Buffet qui est l'objet de tes malveillantes attentions... Attaques personnelles méprisantes et purement gratuites qui relèvent plus de l'acharnement que du débat politique argumenté. Il faut dire que Buffet et Autain sont l'une et l'autre "coupables" d'être favorables à un rassemblement unitaire à la gauche du PS. Aussi, ne te vois-t-on jamais cracher ton venin sur Gérin, Hue, Gremetz ou Besancenot. Et pour cause: ils sont tous hostiles au Front de Gauche !

    @ ceux qui, sur ce blog, se demandent encore régulièrement pour qui roule descartes : comprenez-une fois pour toute que descartes ne roule "pour" rien ni "pour" personne ! Descartes roule exclusivement "contre" le Front de Gauche ", son cauchemar obsessionnel ! Point !
    Et ça fait plus d'un an que ça dure...dure...dure...

  44. 94
    le Prolo du Biolo (PG 69) dit:

    Ca y est, sentant le vent du boulet, le P.S. se lance pour de bon dans la chanson du "vote utile".
    Beau programme...
    Ses "ténors" (aïe les couacs) appellent à éviter un 2ème "21 Avril", et rappellent l'air finaud que "si la Gauche a perdu cette fois là c'est parce-qu'elle était éparpillée".

    Curieusement le raisonnement s'arrête là.
    Alors qu'il devrait logiquement se poursuivre avec la question : "et pourquoi" la Gauche était éparpillée ?"

    "Mon programme n'est pas socialiste" argumentait Jospin, déjà sur les conseils de DSK...
    Sacré message de défaite qu'il envoyait là au ras-le-bol de tous ceux qui voulaient que ça change ?!
    Comment s'étonner que tous les laissés pour compte que nous sommes aient alors cherché ailleurs que dans le vote PS pour exprimer leur colère et leur soif d'autre chose ?
    En rejoignant soit les partis dissidents, soit surtout le FN et l'abstention.

    Le vote utile, ce n'est pas un Jospin-bis, qui lui nous mènera effectivement vers un nouveau désastre.
    Le vraie vote utile; c'est le Front de Gauche. La Gauche de combat, pas la Gauche-paillasson.
    Pour re-mobiliser tous les désespérés de la politique, et éviter que leur révolte ne soit canalisée vers des voies sans issue et très dangereuses.

    Ben ouais.
    Faut tout leur expliquer à ces sociaux démocrates...

  45. 95
    Christian 78 dit:

    @ le Prolo du Biolo (PG 69)

    Le calcul du PS est subtile, si il passe le 1er tour, ils s'en moquent des 10/15% du front de gauche, ils lorgnent sur les anti sarko, les verts et les centristes, leur vrai famille, ce qu'ils faut c'est être devant eux pour les éliminer.

  46. 96
    françois dit:

    Membre du PG instantanément, après vous avoir lu et entendu (ainsi que toute la bande), j'attendais depuis 40 ans cette synthèse.
    Mon frère a démissionné du PS avec fracas et rejoint le PG, ma fille très active au NPA vous suivra avec méfiance, mais fera corps.
    Nous devons savoir que tout ce qui est militant, rejoindra le Front de gauche.

    Pour le reste de la société, la crise en se renforçant va galvaniser le peuple en le polarisant, d'un côté les fascistes (UMP FN) de l'autre le Front de gauche et ses composantes.

    Pas d'inquiétude avec le PS, le peuple PS va nous rejoindre comme un seul homme aux élections.

    Par contre pouvez-vous me (nous) donner des armes pour répondre au problème de l'émigration en relation avec le chômage. Ok des papiers pour tous, mais il faut expliquer un peu plus à la population sensible aux thèses FN.

    Pa moli tchem bé raid

  47. 97
    Suticos dit:

    La route est longue et difficile mais l'espoir est là et tous les jours, les militants et sympathisants du Front de Gauche peuvent contribuer à l'avancement de la révolution citoyenne.

    J'aime bien le Poulet du Dimanche présenté sur le blog de Sacha Tognolli comme j'avais bien aimé l'instauration d'un poste frontière à Neuilly. Si par le dynamisme, l'originalité et pourquoi pas, l'humour des actions militantes, nous parvenons un peu à "désenclaver" le discours politique, c'est une bonne chose.

    2012 est dans tous les esprits, mais c'est bien avant et sur le terrrain que le combat doit être mené. Les occasions ne manquent pas, manifestons nous....

    En tout cas, soutien sans faille aux candidats du Front de Gauche, pour les cantonales car j'ai peur à l'abstention record et au score du FN.

  48. 98
    Daniel MERINO dit:

    La question du chiffrage qui obsède Descartes (pardonnez-moi, mais le seul nom de Descartes m'en impose tellement que j'en suis trop intimidé pour penser sereinement) semble appuyée par le bon sens. Qui ferait confiance à un artisan qui ne fournirait pas un (juste) devis ? Mais comparaison n'est pas raison. Auriez-vous imaginé que l'on pût trouver les sommes pharamineuses, qui ont été abandonnées aux banquiers, après que l'on a claironné sur tous les toits que d'argent il n'y avait point pour combler les différents trous que les obus répétés des batteries néolibérales ont avec une application mathématique creusés ? On peut idolâtrer les chiffres pour avoir besoin d'exister, mais on peut aussi idolâtrer la vie sans avoir besoin de la réduire à des chiffres. Les chiffres ici étant des euros, donc la chose du monde la moins bien partagée, il est temps, en effet, de renverser la hiérarchie. Il nous faut apprendre à compter, c'est-à-dire à distribuer, à dépenser, à faire fructifier en premier lieu pour les exclus de tous bords et remettre aux mites des placards de l'histoire les prétentions oligarchiques.

  49. 99
    KONTARKOSZ dit:

    Bonjour jean luc,

    j'aimerais dans les jours prochains que vous vous empariez, ainsi que les intervenants de votre blog de la crise des matières premières alimentaires/ agricoles qui couve et qui s'annonce dans les prochains mois, ainsi que de la part de spéculation inhérente à celle ci, il y a urgence, car les premiers affectés vont être les pays dits sous développés,les populations les plus fragiles comme nos compatriotes ayant des revenus se situant à 750 euros par mois,et qui représentent 7 millions..!etc..
    Certains prédisent que des famines, des soulèvements, des révoltes dignes ou égales à ceux rencontrées pendant le moyen âge et son pendant modèle de socialisation économique, je veux parler de la féodalité, nous rapprochant bien plus tôt qu'on ne le croit, à un climat social et économique pré révolutionnaire à 1789.
    Il ne vous aura pas échappé que des banques comme la société générale, le crédit agricole proposent aux investisseurs spéculateurs, des E.T.F (exchange traded funds) appelés "trackers". Ces produits qui se négocient comme une simple action, suivent les cours des matières premières, ils permettent ainsi de spéculer sur les cours du blé, soja, mais, coton, sucre, etc,. Contrairement à un contrat à terme, qui offre par exemple la possibilité à une minoterie d'acheter d'avance à un prix connu 100 tonnes de blé livrées dans les six mois, les E.T.F n'offrent aucun service, mais comme ils augmentent la demande ils amplifient la hausse des cours.

    merci de vote attention.

  50. 100
    Jéjé dit:

    @ Descartes

    Continue mon bon, n'écoute pas les sarcasmes. Moi non plus je ne suis pas souvent d'accord avec toi, mais le débat est une source d'enrichissement, pas d'assèchement. Il faut faire vivre le débat, se remttre en question en permanence et apprendre des idées des uns et des autres. D'ailleurs c'est l'idée de Descartes de douter de tout, tout le temps. Et surtout de ses plus intimes convictions. Tu n'es peut être pas d'accord avec le FdG mais t'es sacrément courageux...

Pages : « 1 [2] 3 4 5 6 »


Blog basé sur Wordpress © 2009/2015 INFO Service - V3 Archive